Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 2

 | 
Marie-France Fauvet-Berthelot
, 
Alain Ichon
, 
Nicole Percheron
, 
et al.

La signification des sceaux de Cauinal

Alain Ichon

Texte intégral

1Le site protohistorique de Cauinal est un important centre civico-religieux situé dans la vallée moyenne du rio Chixoy, au nord de Rabinal. Dans le cadre de nos fouilles de sauvetage des sites archéologiques de la vallée menacés par la construction du barrage hydro-électrique de Pueblo Viejo-Quixal, nous avons consacré à Cauinal deux saisons de fouilles, en 1979 et 1980 ; les résultats de la première ont fait l’objet d’un rapport qui vient d’être publié (Ichon et al, 198). Le matériel provenant de ces fouilles a été confié pour étude à Robert Hill, de l’Université de Pennsylvania, qui y a participé. Indépendamment de la céramique rituelle ou utilitaire et des objets lithiques, il comprend une collection d’une quarantaine de sceaux (espagnol : sellos, pintaderas) que leur intérêt nous a incité à étudier à part.

2Il n’existe pas, en effet, à notre connaissance, dans la littérature archéologique concernant les sites tardifs des hautes terres du Guatemala, d’étude complète de ce type d’objets, étude qui serait orientée non seulement sur la description des sceaux eux-mêmes, mais aussi sur les conditions de leur découverte. Cette incertitude quant au contexte dans lequel apparaissent les sceaux d’argile préhispaniques explique sans doute en partie à quel point l’utilisation de ces objets reste problématique. Il faut bien avouer en effet que la plupart des hypothèses émises par les auteurs qui se sont attachés à ce problème (voir bibliographie) ne sont pas absolument convaincantes : elles se basent sur l’outil en faisant abstraction non seulement du produit fini – qui en l’occurrence n’a laissé aucune trace – mais aussi de l’artisan.

3L’étude ci-dessous ne prétend pas résoudre définitivement ce problème. Néanmoins, étant basée sur des données concrètes et précises quant à la provenance et aux conditions dans lesquelles ont été mis au jour 43 sceaux sur un même site, on peut espérer qu’elle apportera quelques éléments nouveaux permettant pour le moins d’éliminer certaines de ces hypothèses, et au mieux d’en suggérer d’autres.

Fig. 1 – Le Centre de Cauinal.

Le site de Cauinal et les fouilles (fig. 1)

4Le site de Cauinal comprend une partie centrale, occupant une boucle du rio Calá, petit affluent du Chixoy ; une douzaine de petits sites annexes, dont plusieurs dotés d’un centre cérémoniel réduit, le long du rio Calá ; enfin trois sites “perchés” sur les hauteurs dominant le centre.

5Nous nous intéresserons uniquement à ce dernier : aucun des autres sites n’a en effet livré de sceaux (donnée négative qui, nous le verrons, n’est d’ailleurs pas sans intérêt). Le centre de Cauinal est lui-même composé de trois ensembles cérémoniels (A, B, C), chacun doté de sa zone d’habitation contiguë (A’, B’, C’). Chacun des groupes A, B et C constitue un ensemble relativement fermé, dont la séparation avec le groupe d’habitation correspondant est nette. Il faut noter cependant que chacun d’eux comprend, dans le périmètre cérémoniel, deux ou plusieurs structures d’habitation (en blanc sur le plan de la fig. 1) qui en font partie intégrante.

6Dans les groupes résidentiels, les plates-formes, dont la quasi-totalité devaient supporter une habitation, paraissent distribuées au hasard, sauf dans le groupe A’, le plus peuplé, où elles s’organisent en quelque 32 ensembles comprenant de 3 à 8 structures autour d’un patio. Certains de ces ensembles se détachent des autres soit par la dimension des plates-formes, (ensemble I), soit par leur degré d’élaboration (ensemble XXXII) ; Marie-France Fauvet-Berthelot considère qu’ils abritaient les lignages les plus importants (198 : 87).

7Une telle organisation n’est guère visible dans le groupe B’, où cependant il existe un ensemble probable avec la structure la plus élaborée (B’-46) et un autel central dans le patio ; elle ne l’est pas du tout dans le groupe C’. Il est vrai que, dans ce dernier, les détails de surface – banquettes, autel, seuil... – permettant d’orienter les plates-formes et donc d’isoler les ensembles, ont généralement disparu.

8Une description sommaire des travaux effectués à Cauinal est indispensable pour préciser la répartition spatiale des sceaux mis au jour. Ces travaux ont porté sur : – les groupes cérémoniels A, B et C (C-sud et C-nord), dont toutes les structures ont été fouillées ;

9– les groupes d’habitation A’ et B’, dans lesquels ont été dégagés, sur toutes les structures, les murs extérieurs et les détails de surface, mais uniquement dans la mesure où leur connaissance était nécessaire pour classer les structures d’après leur dimension et leur technique de construction, et pour localiser leur entrée. La fouille proprement dite n’a porté, elle, que sur un nombre relativement faible de structures :

Fig. 2 – Répartition des sceaux dans le groupe A’,

10- Pour le groupe A’ (fig. 2), les ensembles I et XXXII, l’ensemble XXX (atelier d’obsidienne) ont été entièrement étudiés, ainsi que 4 structures circulaires. Au total 28 structures sur les 223 du groupe (dont 177 d’habitation), soit environ 13 % du total des structures.

11- Pour le groupe B’ (fig. 3) qui comprend 45 structures d’habitation, 14 de celles-ci ont été entièrement fouillées, soit 31 %

12- Pour le groupe C’(fig. 4) dont les plates-formes sont recouvertes d’une épaisse couche d’alluvions, il n’a pas été possible de les dégager toutes. Seule la partie nord, entre les deux groupes cérémoniels C-sud et C-nord et le rio Calá, a été entièrement étudiée, avec ses 27 structures, dont 4 fouillées par R. Hill. Dans la partie sud, des tranchées d’exploration ont prouvé l’existence de 14 structures supplémentaires, dont aucune n’a été fouillée faute de temps. Quelques sondages pratiqués dans la partie sud-est de la terrasse montrent qu’elle était aussi occupée, permettant d’estimer à une centaine le nombre des plates-formes d’habitation du groupe C’. Pour l’ensemble de ce groupe, nous arrivons donc à un total de 41 structures dégagées, mais de 4 structures fouillées seulement (1 %).

13Si quelques-uns des sceaux furent découverts au cours du dégagement des murs ou du nettoyage de la superficie des plates-formes, il est bien évident que seule une fouille minutieuse permet de récolter la totalité du matériel domestique (meules et molettes, poteries, pointes d’obsidienne, haches, sceaux, sifflets...) abandonné “in situ” sur le sol de l’habitation ou tombé dans les déblais au pied des murs de soutènement.

Typologie des sceaux : forme, dimension, décor

14Dans notre échantillon de 43 sceaux, nous classerons à part l’unique exemplaire qui ne soit pas d’argile (fig. 5a) : il est taillé dans de la pierre ponce – mais s’agit-il bien d’un sceau ? Il comprend un tenon cylindrique et un plateau circulaire lisse de 3,5 cm de diamètre.

15L’étude détaillée portera donc en fait sur 42 sceaux seulement.

Fig. 3 - Répartition des sceaux dans les groupes A, B et Bʹ

Fig. 4 – Répartition des sceaux dans les groupes C – sud et C – nord.

Forme

16Tous les sceaux sont dotés d’un tenon court, plein – un seul est perforé – de forme triangulaire ou rectangulaire, exceptionnellement arrondie. L’argile utilisée est de couleur brun à brun-rouge, avec souvent de fines inclusions micacées ; la surface n’est jamais polie. Il n’y a aucune trace de pigment.

17Les 42 sceaux d’argile doivent être classés en deux grandes catégories d’après la forme de leur surface utile, impliquant peut-être une utilisation différente. Les unes sont en effet planes (catégorie A), les autres légèrement concaves (catégorie B). La catégorie A est représentée par 11 exemplaires (26 %), la catégorie B par 31 exemplaires (74 %).

Dimension

18Nous distinguons dans chaque catégorie plusieurs types en nous basant sur la forme de la surface utile (pour la catégorie A) et sur ses dimensions (pour les catégories A et B).

19– Catégorie A (surface plane) :

20D’après la forme du plateau : rectangulaire (type A-1), carré (type A-2), ou à motif découpé (type A-3).

21D’après la largeur du plateau, on peut distinguer dans le type A-1 trois sous-types : A-la, mince (moins de 1 cm), A-1b, moyen (de 1 à 2 cm) et A-1c, large (plus de 2 cm).

22– Catégorie B (surface concave) :

23La forme unique est en rectangle allongé. Les sous-types se distinguent donc seulement par leur largeur : a (mince), b (moyen), c (large).

24Le tableau 1 donne la répartition des 42 sceaux d’après cette première classification. Il montre que le type mince et concave (B-1a) représente exactement la moitié des sceaux ; ce type nous paraît caractéristique du site de Cauinal.

25Les types carré et découpé sont exceptionnels : un exemplaire chacun. Enfin les sceaux larges sont dans l’ensemble moins nombreux.

26La longueur des sceaux rectangulaires, mesurée sur 1 exemplaires dont une moitié est conservée, est très uniforme quel que soit le type, large ou mince : elle varie de 8 à 10 cm (moyenne 8,9 cm), sauf sur deux exemplaires plus courts (6,4 et 7 cm).

Fig. 5 – a/ sceaux de pierre ponce, b à h : décor des sceaux, b à c/ Motif I. f et g/ Motifs II et III. h/ Motif III.

Tableau 1 – Forme et dimension des sceaux.

Décor

27Il ne s’agit pas à proprement parler d’un décor, mais bien du motif de la surface utile destiné à être reproduit sur une autre surface.

28On peut distinguer un peu arbitrairement les motifs plus ou moins géométriques, non figuratifs d’une part ; et les motifs zoomorphes, plus ou moins réalistes d’autre part (I à VII pour les premiers, VIII à XIII pour les seconds).

I – Motif de la double volute (fig. 5)

29Représenté sur 9 exemplaires, c’est le plus fréquent, surtout dans le type concave-mince : 5 exemplaires sur 21, soit 24 %.

30La double volute peut être arrondie, simple (fig. 5b), ou ornée de “feuilles” (5c) ; elle peut aussi être anguleuse (5d et e). Dans ce dernier exemplaire, la frise comporte deux motifs superposés : I et V.

II – Motif du crochet double (fig. 5)

31Il est formé de deux volutes symétriques comme accrochées à une ligne longitudinale. Ces volutes peuvent être anguleuses (fig. 5f) ou courbes (5g) ; dans ce dernier exemplaire, le motif du crochet est doublé d’une ligne discontinue en relief dans le registre inférieur (cf. motif. III).

III – Motif du pointillé (fig. 5h)

32Le motif du pointillé, ou de la ligne discontinue, peut être utilisé sans les doubles crochets. C’est le cas de l’exemplaire, unique, de la fig. 5h, qui est mince et courbe.

IV – Motif du triangle (fig. 6)

33Ce motif géométrique, comme celui du crochet double, ne se trouve que sur le type concave-mince. Les triangles sont suspendus à une rainure longitudinale (fig. 6a) ; leur sommet est pointu ou plus ou moins arrondi. Un exemplaire porte de plus, au-dessous des triangles, une rangée de crochets simples (fig. 6b).

Fig. 6 - Décor des sceaux : motifs IV (a, b), V (c), VI (d), VII (e) et VIII (f à j).

V – Motif de la "grecque" (fig. 6)

34Ce motif, représenté seulement sur 2 exemplaires, nous paraît dériver de la grecque scalaire mexicaine. Il comporte une partie plus ou moins triangulaire se terminant par une volute.

35Dans l’exemplaire de la fig. 6c, les motifs successifs sont inversés et séparés par une double ligne en chevrons. Une variante de ce motif, dans laquelle la base du triangle ressemble à une queue d’oiseau, accompagne le motif de la double volute (fig. 5e) ; elle peut être rapprochée du motif de l’oiseau décrit plus loin.

– VI et VII

36Deux autres motifs géométriques sont représentés chacun par un seul exemplaire. L’un (VI) comprend deux frises superposées : rectangles et cercles (fig. 6d) ; l’autre (VII) une série de losanges à intérieur spiralé et des crochets doubles (6e).

37Les motifs suivants sont nettement plus figuratifs, sinon réalistes.

VIII – Motif du "monstre serpentiforme" (fig. 6)

38Exclusivement représenté sur les types concaves-minces (5 ex.) et moyens (1 ex.). Le corps de l’animal est formé d’une série de cercles, parfois reliés par une ligne courbe ou deux lignes torsadées. Il se termine par une tête de monstre stylisée, vue de profil (fig. 6 f, g, h) ; les traits de l’animal, assez variés, sont d’autant plus détaillés que le sceau est plus large (6i, j). Aucun de ces sceaux n’est complet, mais il est possible que le motif, symétrique, représente un animal bicéphale, par analogie avec le motif suivant.

Fig. 7 – Décor des sceaux. Motifs IX (a à e), X (f, g) et XI (h).

IX – Motif du monstre bicéphale ou dédoublé (fig. 7)

39Nous groupons ici plusieurs motifs zoomorphes de technique assez différente : le monstre, en effet, peut être représenté de face, par ses deux profils accolés qui se reproduisent comme dans un miroir (fig. 7a, b). Ou bien le monstre est vraiment bicéphale, les deux têtes, vues de profil, étant symétriques (7c) : ici un motif central représente un troisième profil, animal ou humain.

40Ou encore les deux têtes sont différentes, comme c’est sans doute le cas du sceau de la fig. 7e, bien que l’une ait presque complètement disparu ; les deux corps stylisés s’entrelacent, formant un nœud central.

41L’exemplaire de la fig. 7d est à rapprocher du sceau 7a, dont il complète une extrémité ; on voit que le monstre est représenté de face au centre et de profil à chaque extrémité.

X – Motif du monstre à "plumes" (fig. 7)

42Trouvé sur 2 sceaux larges et plats. Le corps sinueux de l’animal est orné d’excroissances triangulaires qui pourraient représenter des plumes. La tête diffère sur les deux exemplaires : sur l’un (fig. 7f), il s’agit probablement du “monstre”, la gueule largement ouverte ; sur l’autre (fig. 7g), d’un oiseau à long bec.

XI – Motif de l’oiseau (fig. 7 et 8)

43L’un des motifs zoomorphes les plus fréquents puisqu’il figure sur au moins 5 exemplaires, tous plats. Il s’agit, de manière assez constante, d’un oiseau à long bec, dont la queue est en éventail. Le sceau découpé (fig. 8b) figure l’animal entier, avec ses ailes. Sur un autre, allongé, on voit une succession d’“oiseaux quadrupèdes” à corps en losange (fig. 8c). Plusieurs des motifs précédents pourraient être des variantes du motif de l’oiseau : l’une des têtes du “monstre double” (fig. 7e) représenterait un aigle ou un vautour (zopilote).

XII et XIII – Motifs divers (fig. 8)

44Restent trois sceaux dont les motifs ne peuvent être rattachés à aucun des précédents.

45L’un, XII, très fin, représente une tête d’animal à longues oreilles (peut-être un cerf ?) qui est reproduite en symétrie inversée (fig. 8d).

46L’autre, XIII, sur l’extrémité d’un sceau large et probablement concave, est une tête (humaine ?), de profil ; la coiffure est élaborée, le nez recourbé en crochet vers le haut (fig. 8e).

47Enfin l’un des exemplaires, large et plat, est trop fragmentaire pour pouvoir être interprété (fig. 8f). Il pourrait s’agir d’un oiseau.

48Le tableau 2 permet de noter certaines différences, peut-être significatives, dans le décor des sceaux plats et des sceaux courbes. Les premiers, toujours plus larges que les second (à une exception près) adoptent plus volontiers les motifs zoomorphes figuratifs (VIII à XIII) ; parmi ceux-ci, ils ont la quasi-exclusivité des représentations d’oiseau.

49Au contraire, les sceaux concaves, dont la plupart sont très minces, utilisent de préférence des motifs géométriques ou non figuratifs. Si les représentations du “monstre” y sont nombreuses, elles sont toujours très stylisées (par manque de place sans doute).

50Le motif I de la double volute est nettement le plus répandu, avec celui du monstre serpentiforme (VIII), ces deux motifs – qui peut-être n’en sont qu’un en fait – représentant près de 40% des sceaux.

Technique décorative

51Le relief marqué nécessaire à l’impression du motif sur une autre surface est obtenu grâce à la technique du champlevé : certaines parties, excisées, font ressortir les contours du motif principal ; des lignes ou des ponctuations profondément incisées soulignent les détails.

52Souvent le bord du plateau sert d’encadrement au motif, mais cette technique est loin d’être générale, aussi bien sur les sceaux larges (où elle serait plus justifiée) que sur les sceaux minces.

53La disposition la plus fréquente des éléments du décor est la frise : double volute (fig. 5b), grecques, inversées ou non (fig. 6c, 5e), oiseaux (fig. 7h), oiseaux quadrupèdes (fig. 8c). Sur les exemplaires minces, cette frise peut se terminer par une tête de monstre. Autre procédé utilisé : la symétrie en miroir (fig. 7a, b, e) ou inversée (fig. 8d). Il est exceptionnel que l’animal (un oiseau) soit représenté seul, entier, et sans axe de symétrie (fig. 8a et b) : dans ce cas, la forme du sceau est elle aussi exceptionnelle.

Fig. 8 – Décor des sceaux : motifs XI (a, b, c), XII (d) et XIII (e).

Tableau 2 – Décor des sceaux.

Interprétation des motifs

54Il est très probable que la plupart des motifs que nous considérons comme géométriques ne sont en réalité que des stylisations de motifs zoomorphes représentés de façon plus réaliste sur les sceaux larges. On peut proposer les rapprochements suivants (voir les accolades du tableau 2) :

  • le motif I de la double volute, que l’on retrouve dans le corps annelé du monstre serpentiforme (VIII), pourrait schématiser ce corps ;

  • le double crochet II évoquerait les pattes d’un animal ;

  • le motif des triangles (IV) est comparable aux “plumes” qui hérissent le corps du monstre ou de l’oiseau dans le motif X ;

  • la grecque, V, est, sur un exemplaire (fig. 5e) proche du profil stylisé de l’oiseau XI ;

  • le motif du “losange spiralé”, avec ses crochets, peut être rapproché de celui de l’oiseau quadrupède XI.

55À quelques exceptions près, on peut considérer que les sceaux de Cauinal représentent, de façon plus ou moins stylisée, deux sortes d’animaux : un “monstre”, animal fantastique qui tient du serpent et du saurien ; et un oiseau, dont il est difficile de déterminer l’espèce exacte bien que le dessin en soit parfois assez réaliste.

56Ces deux animaux mythiques peuvent être représentés séparément, ou au contraire réunis sur le même sceau selon trois formules : un animal unique, hybride (l’“oiseau-quadrupède”…), un animal bicéphale au corps noué (fig. 7e), enfin le symbole de chaque animal figurant en double frise sur le même sceau (fig. 5e).

57Il est intéressant de comparer les motifs des sceaux de Cauinal et ceux qui décorent les poteries et encensoirs mis au jour sur le même site. On constate par exemple que le motif le plus fréquent des encensoirs, représentation du dieu du commerce Ek Chuah (op. cité, fig. 139, 185) ne figure jamais sur les sceaux, non plus que la tête de jaguar fréquente sur l’extrémité des encensoirs à manche ou les anses des jarres. Inversement, les motifs zoomorphes des sceaux n’ont guère d’équivalents dans le matériel céramique, en dehors des sifflets ornithomorphes (ibid. fig. 190) et du serpent double, décor favori des urnes funéraires de type Chinautla (ibid. fig. 108). Par contre les motifs géométriques des sceaux, double volute, triangles, grecques... se retrouvent sur divers types de poteries : fonds d’encensoirs à manche décorés au moule (fig. 129), urne à crémation (fig. 108), statuette-sifflet (fig. 191), fragments de bols tripodes à décor incisé blanc sur rouge. Bien que ces convergences ne prouvent pas “a priori” une fonction rituelle des sceaux (d’autant moins que les divinités principales, à savoir ici Ek Chuah associé au jaguar, n’y figurent pas), on peut penser que les objets – ou les personnes – frappés de ces sceaux en héritaient un certain caractère sacré.

Fig. 9 – Motifs de sceaux mexicains (d’après Enciso, Field et Alcina Franch).

58Les motifs des sceaux de Cauinal et leur style sont tout-à-fait comparables à ceux des sceaux mexicains. Il suffit pour s’en convaincre de consulter les reproductions de ces derniers dans les ouvrages de J. Enciso (1947), L. Séjourné (1966) ou F.V. Field (1967, 1974) entre autres. Les comparaisons suivantes sont particulièrement nettes (fig. 9) :

  • la volute double, ou Xonecuilli, le “ver bleu”, emblème de Quetzalcoatl ?

  • le motif scalaire ou grecque, Xicalcoliuhqui.

  • l’oiseau “fantastique”, interprété comme un zopilote par Enciso.

  • le monstre serpentiforme bicéphale. Cet animal fantastique pourrait représenter le “monstre de la Terre”, Cipactli, comme c’est le cas, semble-t-il, pour le sceau de la fig. 6j (C. Aguilera, com. pers.).

  • les deux monstres enlacés dont les corps forment un signe central qui pourrait être olin, le vent, le mouvement (Séjourné : 163). Enciso (91,II) illustre un sceau assez semblable à celui de notre fig. 7e, qui pour lui représenterait le cojolite ou chachalaca, Heitotollin (et non l’aigle, Cuauhtli).

  • Notre sceau de la fig. 8e est à rapprocher de la fig. 9g, qu’Enciso interprète, de façon discutable, comme le serpent de feu, Xiuhcoatl.

  • notre motif en losange VII (fig. 6e, et aussi 8c) évoque le corps du lézard ou de l’iguane, cuetzpallin (fig. 9e ; cf. Alcina Franch, 1958, fig. 57).

59L’influence mexicaine est donc évidente dans les sceaux de Cauinal. Elle confirme nos observations générales sur ce site, où beaucoup de traits, dans l’architecture par exemple, semblent provenir de Mayapan. Il faut souligner cependant qu’aucun sceau n’a été trouvé à Mayapan, non plus d’ailleurs que dans les autres sites tardifs du Yucatan.

Répartition spatiale des sceaux

(1) Dont 1 de pierre ponce.

60Cette répartition par groupe appelle deux remarques :

611/ le nombre des sceaux provenant des groupes d’habitation est à peu près le triple de celui des sceaux provenant des groupes cérémoniels. Nous verrons plus loin que la plupart de ces derniers proviennent du remblai des structures cérémonielles et ne sont donc pas “in situ”. Il est déjà évident que les sceaux, en règle générale, proviennent des structures d’habitation et non des structures cérémonielles.

622/ la répartition des sceaux entre les groupes d’habitation, très inégale à première vue, doit tenir compte du nombre de structures fouillées dans chaque groupe : 28 pour le groupe A, 9 seulement pour le groupe B’.

63Il est même bon de distinguer, dans les structures fouillées, les habitations (et leurs annexes) d’une part, et d’autre part les structures auxquelles nous avons attribué une fonction différente : autels des patios, petites structures circulaires (greniers, fours à chaux, etc.). Ainsi :

  • pour le gr. A’, 20 sceaux proviennent de 23 str. d’habitation fouillées (soit une moyenne de 0,87 sceau par habitation) ;

  • pour le gr. B’, 10 sceaux proviennent de 14 str. d’habitation fouillées (soit une moyenne de 0,71 sceau par habitation).

64Ces deux moyennes, maintenant comparables, ne montrent pas de différence de densité notable entre les deux groupes. Le groupe C’, par contre, n’a livré aucun sceau. Cette absence nous paraît significative, bien qu’elle puisse être due en partie au faible nombre des structures fouillées (4) : il faut noter en effet que ces 4 structures sont contiguës et que 3 d’entre elles pourraient même former un ensemble. Or, dans les groupes A’ et B’, la fouille d’un ensemble a toujours livré plusieurs sceaux.

65Une seconde conclusion provisoire : la densité des sceaux dans les groupes d’habitation est plus forte dans les deux groupes situés au nord du rio Cala et donc plus proches du centre cérémoniel principal. Il s’agit d’une proximité géographique, mais aussi de la relation privilégiée que celle-ci reflète, en particulier pour le groupe A’.

Répartition des sceaux dans chaque groupe

Groupe cérémoniel A : 5 sceaux.

Lieu

Type

Motif

Illustration

Tranchée centrale jeu de balle

B.1a

II

non illustré

Maison longue A-12 (remblai de l’autel tardif)

B.1b

I

fig. 5c

Maison longue A-13 (extérieur)

B.1b

VIII

fig. 6i

Maison du conseil A-7 (remblai)

B.1b

IX

fig. 7e

Pied du grand escalier sud

B.1b

VI

fig. 6d

66N.B. : La prédominance du type concave de largeur moyenne est nette ; mais il est important de noter qu’aucun des sceaux n’a été trouvé “in situ” : 4 exemplaires sur 5 proviennent, soit du remblai des monticules, soit d’une zone de décharge. Seul un exemplaire pourrait provenir de la plate-forme de la maison longue A-13.

Groupe cérémoniel B : 3 sceaux.

Lieu

Type

Motif

Illustration

Maison longue B-1

A.1b

I

fig. 5c

Est de la pyramide-temple B-2

B.1a

IV

fig. 6b

Non localisé

B.1b

X

fig. 7g

N.B. : Deux des exemplaires ne sont pas directement associés à des structures cérémonielles. La localisation exacte du troisième est douteuse.

Groupe cérémoniel C : 3 sceaux.

Lieu

Type

Motif

Illustration

C-sud :

Str. C-7 (habitation à l’angle S.W. du groupe cérémoniel)

A.1c

XIII

fig. 8e

Str. 5 (habitation à l’est du groupe cérémoniel)

A.1c

X

fig. 7f

(pierre)

sans

fig. 5a

C-nord :

str. C-9 (maison longue)

A.1b

XI

fig. 7h

N.B. : Les 3 sceaux du groupe C-sud sont associés à des structures d’habitation.

Nous admettrons que la majorité des sceaux mis au jour dans les groupes cérémoniels s’y trouvent “par accident”, c’est-à-dire qu’ils ont été apportés avec des remblais provenant de dépotoirs ou d’habitations abandonnées, au moment de la construction des structures cérémonielles. Il reste un doute cependant pour les maisons longues, dont 4 sur 5 ont livré un sceau (dans les déblais ou le remblai).

67La seule exception, celle du groupe C-sud, n’est qu’apparente puisque les 3 sceaux proviennent d’habitations incluses dans le périmètre du centre cérémoniel.

Groupe d’habitation A’ : 21 sceaux.

Lieu

Type

Motif

Illustration

Ensemble I :

Str. 173 (déblais nord)

B.1a

VIII

fig. 6f

Str. 34 (annexe), déblais ouest

A.2

XI

fig. 8a

Str. 174 (déblais ouest)

B.1a

I

fig. 5b

Str. 175 (surface)

B.1a

IV

non illustré

Ensemble XXXII :

Str. 172a

B.1a

IV

non illustré

Escalier d’accès à l’ensemble

A.1a

IX

fig. 7c

” ” ”

A.1b

XI

fig. 8c

” ” ”

A.1c

?

fig. 8f

Ensemble XX

Str. 84bis (déblais est)

B.1c

VII

fig. 6e

” ” (déblais N-E)

B.1b

IX

fig. 7b

Ensemble XII :

Str. 37 (déblais nord)

B.1a

I

non illustré

” ” (surface)

B.1a

I

” ”

Divers ensembles :

Str. 25 (surface)

B.1a

I

” ”

Str. 47 (surface)

B.1a

VIII

” ”

Str. 52

B.1b

V

fig. 6c

Str. 75 (déblais sud)

B.1a

II

fig. 5g

Str. 123

B.1a

IX

fig. 7a

Str. circulaire 134bis (remblai)

B.1a

IX

non illustré

Str. 160

B.1a

IX

fig. 6g

Sondage nord, entre str. 139bis et 139ter (ensemble XXVIII)

A.1c

V

fig. 5e

Non localisé

B.1a

I

non illustré

68Aucune conclusion ne se dégage très nettement de cette répartition. On peut seulement noter que, sur les trois ensembles entièrement fouillés (I, XXXII et XXX), les deux premiers ont donné le plus grand nombre de sceaux, tandis que le dernier n’en donnait aucun ; or il s’agit là d’un atelier de taille d’obsidienne, comme l’a prouvé M.F. Fauvet, alors que I et XXXII sont des ensembles d’habitation particulièrement importants dans le groupe, l’un par la dimension de ses structures, l’autre par leur élaboration ; ensembles probablement destinés aux personnages de plus haut statut (ils communiquent directement avec le centre cérémoniel principal A). Il faudrait cependant fouiller plusieurs autres ensembles plus modestes pour confirmer qu’on y trouve moins de sceaux.

69Les sceaux proviennent toujours de structures d’habitation ou de leurs annexes. La str. circulaire 134bis pourrait être un grenier ; le sceau découvert provient d’une zone de décharge sur laquelle ce grenier a été édifié.

70Deux des structures – 84bis et 37 – ont livré chacune 2 sceaux, de type identique ou très voisin, ce qui semblerait prouver une certaine spécialisation par habitation. Mais le fait n’est pas confirmé, au contraire, dans le groupe B’. Au niveau de l’ensemble, par contre, on note une grande diversité dans le décor, sinon dans la forme. Cette diversité pourrait être un trait pertinent, chaque ensemble disposant d’une gamme de motifs : double volute, triangles, monstre serpentiforme, oiseau pour l’ensemble I ; triangles, monstre bicéphale, oiseau (plus un exemplaire illisible) pour l’ensemble XXXII.

71Quant aux sceaux isolés trouvés au cours du dégagement des diverses structures, on peut noter qu’un seul des 9 exemplaires est plat, et que la forme mince prédomine. Mais il n’y a aucune règle apparente dans la répartition des motifs.

Groupe d’habitation B’ : 10 sceaux.

Lieu

Type

Motif

Illustration

Str. 33 (déblais sud)

A.3

XI

fig. 8f

” ” ”

B.la

II

non illustré

” ” ”

B.la

VIII

fig. 6h

Str. 14 (surface)

B.1a

III

fig. 5h

” ” (déblais ouest)

A.1a

I

non illustré

” ” ”

B.la

IX

fig. 7d

„ „ „

B.lb

VIII

fig. 6j

Str. 36 (déblais nord)

B.1b

XII

fig. 8d

Str. 46 (surface)

B.1a

IV

fig. 6a

Str. 51 (surface)

B.la

II

fig. 5f

72Deux des structures ont donné respectivement 3 et 4 sceaux, densité par habitation qui dépasse celle du groupe A’ (2 sceaux au maximum) ; mais la plus importante, B’-46, n’en a livré qu’un.

73Les sceaux du groupe B’ ne diffèrent pas en général de ceux du groupe A’ ; la plupart sont concaves. Une forme (le type “découpé”) et un motif (XII : tête de cerf, double) sont cependant particuliers au groupe, de même que le traitement du “monstre de la Terre” (fig. 6j).

Groupe d’habitation C’

74Il est notable que les 4 structures fouillées, pourtant proches les unes des autres, n’aient livré aucun sceau. Au sud du rio Calá, il semble que les habitations communes ne disposaient pas de sceaux : ceux-ci auraient été réservés aux habitations intégrées dans le groupe cérémoniel C-sud. Les sceaux provenant de ce groupe diffèrent d’ailleurs sensiblement de ceux provenant du nord du rio : on y trouve l’unique exemplaire de pierre ponce et 3 sceaux plats, larges, dont l’un porte un motif original (XIII) ; par contre la forme concave y semble inconnue.

75Cette analyse de la répartition des sceaux dans l’ensemble du site amène à deux constatations, confirmant nos remarques antérieures :

  • les sceaux trouvés “in situ” proviennent essentiellement des habitations ;

  • la densité des sceaux est plus forte dans les groupes d’habitation les plus proches du centre cérémoniel principal A. L’absence totale de sceaux dans les deux sites “perchés” de Mocotorro et El Talpetate, fouillés en 1980, ainsi que dans les 11 centres secondaires le long du rio Calá (qui, il est vrai, n’ont pas été vraiment fouillés) confirmerait la relation ainsi postulée entre l’utilisation des sceaux et la hiérarchie des groupes d’habitation dans l’ensemble du “grand Cauinal”.

76Cette utilisation des sceaux nous apparaît donc comme essentiellement domestique, mais toutefois réservée à un (ou plusieurs) groupe social occupant une position privilégiée par rapport au centre civico-religieux de Cauinal.

77Il faut avouer que nos autres observations sont moins convaincantes et devraient être confirmées par des fouilles plus extensives. Nous avons noté que les sceaux ne sont pas réservés aux ensembles les plus importants, bien qu’ils y soient apparemment plus nombreux ; par contre, l’ensemble qui constitue l’atelier d’obsidienne en était privé, ce qui confirmerait le caractère marginal de cet ensemble, souligné aussi par sa position excentrique (voir plus loin l’article de M. F. Fauvet-Berthelot).

78On aurait pu imaginer au départ que tel type de sceau, tel motif était l’apanage d’une “maison”, ou d’un ensemble, constituant ainsi une sorte d’emblème ou de blason de la famille qui l’occupait. L’analyse n’a pas confirmé cette hypothèse ; au contraire, si l’on se base sur les deux ensembles principaux étudiés dans le groupe A’ et sur les sceaux provenant des structures les plus “riches” du groupe B’, on constate que chacun d’eux disposait d’un “jeu” comprenant les principaux motifs, jeu d’ailleurs assez semblable d’un ensemble à l’autre. La diversité des motifs ne signifie donc pas une différenciation entre familles, lignages ou clans : elle doit refléter des conditions d’utilisation différentes, soit dans le temps (en liaison avec le calendrier...?) soit dans la nature de l’acte – profane, religieux, administratif... – dont l’accomplissement nécessitait l’emploi du sceau.

Utilisation des sceaux

79Les considérations techniques (matière, forme, dimension) et idéographiques (motifs) doivent être ici confrontées à l’analyse de la répartition spatiale des sceaux.

80Les hypothèses généralement admises pour l’utilisation des sceaux sont les suivantes : 1/ décoration des poteries ; 2/ décoration du corps humain ; 3/ décoration de tissus ; 4/ impression sur cuir ou écorce battue.

81Quant à la première, bien que nous ayons noté des similitudes entre plusieurs motifs géométriques des sceaux et les motifs ornant certaines poteries de Cauinal, il est évident que la technique utilisée sur ces dernières – impression dans un moule en creux – est différente, ou plus précisément inverse. Nous n’avons aucune preuve matérielle de l’utilisation des sceaux pour décorer des poteries ; cette hypothèse doit être exclue.

82Les deux hypothèses suivantes sont aujourd’hui écartées par la plupart des auteurs qui, en l’absence de tout vestige matériel portant l’empreinte d’un sceau, basent leur opinion sur les représentations humaines, nues ou vêtues, des statuettes ou des fresques : ni les peintures corporelles, ni les décorations vestimentaires n’ont en effet le moindre trait commun avec les motifs des sceaux. Elles étaient probablement peintes à la main dans le premier cas, tissées dans le second. Confirmant ce fait par une donnée négative, on note qu’aucun document colonial ne mentionne un tel usage des sceaux. Laurette Séjourné (1966 : 206) souligne d’ailleurs que le terme pintadera, récent, est équivoque, et que celui de sello traduirait mieux le mot nahuatl tecuilhuatztli, de cuilhuia. “escribir o pintar algo para o a otro” selon Molina.

83On a cependant suggéré que les sceaux concaves (en l’occurrence les rares sceaux de cette forme provenant du Guerrero) étaient spécialement adaptés à la peinture corporelle (Field, 1967 : 2)). Cette idée nous intéresse puisque les sceaux concaves sont les plus répandus à Cauinal. Or il faut bien admettre que cette forme est totalement inadaptée à l’impression sur une surface plane. D’autre part le grand rayon de courbure de nos sceaux, qui est d’ailleurs remarquablement constant (comme leur longueur) implique leur utilisation sur des objets très faiblement convexes, ce qui exclut la forme cylindrique d’un objet ou d’un document enroulé, d’un parchemin par exemple. On voit mal en fait qu’elle pourrait être la nature de tels objets convexes ; par contre la faible courbure des sceaux s’adapterait bien à certaines parties du corps humain : front, poitrine, cuisses... L’hypothèse d’une décoration corporelle ne peut donc être éliminée. Elle soulève toutefois deux problèmes : les dimensions des sceaux concaves de Cauinal, en particulier des plus minces, et les motifs du décor sont d’une telle finesse qu’il est difficile d’admettre leur emploi pour des peintures corporelles, sorte de “code” réservé à des activités sociales précises – les danses, la guerre... – et qui doit être déchiffrable d’assez loin ; par ailleurs, ces motifs ne figurent jamais sur les figurines.

84Une autre explication peut être proposée : les sceaux concaves auraient été utilisés pour un type très particulier de décoration corporelle, non destinée à des manifestations sociales mais au contraire liée à certains rites de caractère ésotérique, ayant pour but, par exemple, la cure de certaines maladies ou la protection magique de certaines parties du corps par application – et reproduction – sur la peau du patient de motifs représentant les divinités ou leurs attributs symboliques, motifs doués par là-même d’une vertu curative ou protectrice. La nature intime de ce traitement expliquerait que des motifs analogues ne se retrouvent jamais dans les peintures corporelles destinées à être publiquement exhibées.

85Reste l’hypothèse de l’impression sur une surface d’écorce battue ou de peau, la plus plausible selon L. Séjourné : “… ya que la arqueología descarta la hipótesis de un empleo que hubiera dejado trazas, queda por considerar los sellos como instrumentos destinados a marcar materiales que no se han conservado y que no están representados.” (op. cit. : 206). Elle conclut que, dans le Mexique ancien, les sceaux étaient utilisés, comme leur nom l’indique, pour “sceller”, c’est-à-dire imprimer une marque particulière sur des documents de papier d’écorce (amatl). Cette hypothèse pourrait être admise pour les sceaux plats de Cauinal. Il faut cependant souligner que les motifs des sceaux concaves et ceux des sceaux plats ne sont pas fondamentalement différents et que le fait de leur attribuer une fonction distincte n’est guère satisfaisant pour l’esprit.

86Il reste maintenant à voir comment l’analyse de la répartition spatiale des sceaux de Cauinal peut nous aider à accepter ou à rejeter ces diverses hypothèses.

87Nous avons noté plusieurs faits objectifs : par exemple que les sceaux ne sont jamais trouvés (tout-au-moins “in situ”) dans les centres civico-religieux, ce qui rend peu plausible leur utilisation sur des documents administratifs ou au cours de cérémonies ou de rites officiels se déroulant dans le cadre de l’ensemble cérémoniel. Les sceaux étaient donc utilisés dans un contexte domestique. Ce qui ne veut pas dire que cette utilisation ait été purement profane : au contraire, nous avons supposé que les sceaux concaves étaient employés rituellement à l’échelon familial.

88Il est également exclu que les sceaux aient eu une fonction funéraire : nous n’en avons jamais mis au jour dans les sépultures des cimetières dominant Cauinal, ni dans les urnes à crémation enterrées au pied des pyramides-temples. Cette donnée négative confirme les observations faites par L. Séjourné à Teotihuacan : dans ce site, tous les sceaux ont été trouvés dans des zones de décharge et non dans un contexte funéraire, à une exception près (1966 : 2 9).

89Les sceaux faisaient donc partie du mobilier courant de certaines habitations. Est-il possible de préciser ce point ?

90Nous avons observé que les sceaux sont de moins en moins nombreux à mesure que l’on s’éloigne du centre cérémoniel principal, et qu’ils semblent absents (sous réserve de fouilles plus complètes) dans les sites secondaires, ainsi que dans l’atelier d’obsidienne du groupe A’. L’utilisation des sceaux paraît donc dans une certaine mesure réservée à une couche de la population vivant à proximité immédiate des principaux centres cérémoniels et dont les activités “nobles” (par opposition aux activités agricoles de la plèbe ou à certaines activités artisanales) devaient dépendre directement de ces centres. Dans ces “quartiers”, dont le groupe A’ est le prototype, les sceaux sont apparus à peu près partout où des habitations – ou leurs annexes – ont été fouillées. On ne peut donc prétendre qu’ils étaient l’apanage de certains individus, leaders, chamans, etc. dotés de fonctions ou de pouvoirs particuliers dans la communauté, comme le suppose Field (1967 : 47).

91Nous avons dit qu’on peut postuler deux formes d’utilisation des sceaux : médecine ou magie familiale par impression corporelle pour les sceaux concaves ; même usage, ou bien impression sur des “documents” de papier d’écorce ou de parchemin pour les sceaux plats.

92En étudiant les formes et les motifs, nous constatons qu’à aucun niveau – habitation, ensemble, groupe – l’une des formes n’est exclusive de l’autre ; cependant dans les groupes A’ et B’ la forme concave est prédominante, alors qu’elle disparaît au sud du rio Calá. Il est possible que les sceaux concaves, et le rituel familial qu’ils pourraient impliquer, aient été réservés aux lignages les plus importants, les plus proches du Centre.

93La répartition des motifs, d’autre part, ne semble obéir à aucune règle précise, quatre motifs différents pouvant être trouvés dans la même structure ou le même ensemble. Ces motifs ne diffèrent pas foncièrement d’un groupe à l’autre, ni même d’un site à l’autre comme nous avons pu le vérifier à EL JOCOTE, petit centre cérémoniel contemporain, distant de 4 km de Cauinal. El Jocote a livré 3 sceaux plats provenant d’une habitation, d’un remblai de pyramide et d’une cache ; si l’absence de sceaux concaves est peut-être ici significative, les motifs des sceaux plats – double volute et oiseau – sont identiques à ceux de Cauinal.

94Ces motifs ne sont donc caractéristiques ni d’une famille, ni d’un lignage majeur (la parcialidad occupant l’un des quartiers du Centre de Cauinal), ni même du site de Cauinal ; il ne peut s’agir de marques de propriété, ni d’identification de lieux, de personnes ou d’objets, bien que Cauinal ait été probablement un centre commercial important au Postclassique tardif.

95Procèdent ainsi par éliminations successives, il nous apparaît en définitive qu’une utilisation essentiellement rituelle à l’échelon familial, aussi bien pour les sceaux plats que pour les sceaux concaves, est la plus plausible. L’impression sur le corps humain, sur l’outil, sur l’accessoire rituel, d’un motif hautement symbolique figurant la divinité (ou le signe du calendrier sacré correspondant à la date de l’événement ?), efficace par lui-même, promet l’heureuse issue d’un accouchement, d’une maladie, d’un simple rituel domestique ou agraire. Une telle analyse serait évidemment plus probante si elle pouvait être basée sur un matériel plus abondant et sur la fouille exhaustive de plusieurs ensembles résidentiels. Mais il est exceptionnel que l’état de conservation des structures d’habitation permette une étude minutieuse des vestiges encore en place, étude qui, en tout état de cause, est toujours longue et délicate.

96La présente analyse devrait d’autre part être complétée par une double démarche, que nous n’entreprendrons pas ici. L’une serait diachronique : étude de l’évolution de la forme des sceaux, de leurs motifs, de leur utilisation probable, du Préclassique au Postclassique. L’autre serait une étude comparative des divers sites protohistoriques connus ayant livré des sceaux, et de ceux qui, au contraire, paraissent avoir ignoré l’usage ce petit objet énigmatique.

Illustrations

97Fig. 1 – Plan du Centre de Cauinal.

982 – Répartition des sceaux dans le groupe d’habitation A’.

993 – Répartition des sceaux dans les groupes A, B et B’.

1004 – Répartition des sceaux dans les groupes C-sud et C-nord.

1015 – Le décor des sceaux : motifs I, II et III.

1026 – Le décor des sceaux : motifs IV à VIII.

1037 – Le décor des sceaux : motifs IX à XI.

1048 – Le décor des sceaux : motifs XI à XIII.

1059 – Motifs de sceaux Mexicains :

106a/ la double volute, d’après Enciso 1947 : 57, V. (Mexico).

107b/ la grecque scalaire (? ), d’après Enciso : 39, V (Mexico).

108c/ l’oiseau, d’après Enciso : 85, I (Guerrero).

109d/ le monstre serpentiforme double, d’après Field, 1974 : 29,

110e/ l’iguane, d’après Alcina Franch, 1958: fig. 57.

111f/ l’oiseau cojolite, d’après Enciso : 91, II (Veracruz).

112g/ le serpent de feu Xiuhcoatl, d’après Enciso : 80 , VII (Texcoco).

Bibliographie

Ouvrages cités

ALCINA FRANCH, F. 1957 Mexican mythology in ceramic stamps. in Antiquity and Survival. Vol. II, No. 1. The Hague, Netherlands.

1958 Las “Pintaderas” Mexicanas y sus Relaciones. Consejo Sup. de Investigaciones Científicas. Madrid.

ENCISCO, J. 1947 Sellos del Antiguo México. México.

FIELD, F.V. 1967 Thoughts on the Meaning and Use of Pre-Hispanic Mexican Sellos.
Dumbarton Oakes. Studies in Pre-Columbian Art and Arch. No. 3.

1974 Prehispanic Mexican Stamp Designs. Dover Pub. Inc. New-York.

ICHON, A., M. F. FAUVET-BERTHELOT et al. 1980 Archéologie de sauvetage dans la vallée du rio Chixoy – 2 : CAUINAL. Ed. Piedra Santa, Guatemala.

SEJOURNE, L. 1966 El lenguaje de las formas en Teotihuacan. México.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Le Centre de Cauinal.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7328/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 2 – Répartition des sceaux dans le groupe A’,
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7328/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 3 - Répartition des sceaux dans les groupes A, B et Bʹ
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7328/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 4 – Répartition des sceaux dans les groupes C – sud et C – nord.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7328/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 5 – a/ sceaux de pierre ponce, b à h : décor des sceaux, b à c/ Motif I. f et g/ Motifs II et III. h/ Motif III.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7328/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Tableau 1 – Forme et dimension des sceaux.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7328/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 6 - Décor des sceaux : motifs IV (a, b), V (c), VI (d), VII (e) et VIII (f à j).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7328/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 7 – Décor des sceaux. Motifs IX (a à e), X (f, g) et XI (h).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7328/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 8 – Décor des sceaux : motifs XI (a, b, c), XII (d) et XIII (e).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7328/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Tableau 2 – Décor des sceaux.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7328/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 9 – Motifs de sceaux mexicains (d’après Enciso, Field et Alcina Franch).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7328/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende (1) Dont 1 de pierre ponce.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7328/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search