Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 2

 | 
Marie-France Fauvet-Berthelot
, 
Alain Ichon
, 
Nicole Percheron
, 
et al.

Taille de l’obsidienne et fabrication de la chaux : deux exemples d’activité spécialisée à Cauinal

Marie-France Fauvet-Berthelot

Texte intégral

1En 1979, à Cauinal, site postclassique de la vallée du rio Chixoy, nous avons étudié l’organisation générale du groupe A’, zone résidentielle comprenant 223 structures réparties en 32 ensembles. Nous sommes revenus sur le site en février 1980 afin de rechercher au sein de ce groupe des zones d’activités spécialisées. C’est ainsi que nous avons été amenés à fouiller l’ensemble XXX et les structures A’28 et A’129 bis. Le premier nous a permis de mettre en évidence l’existence d’un complexe de débitage de l’obsidienne, les secondes d’une activité de fabrication de la chaux, nécessaire à la confection du stuc.

L’atelier d’obsidienne

2Parmi les 32 ensembles qui forment la zone résidentielle A’, l’ensemble XXX présentait un nombre particulièrement important de vestiges d’obsidienne. Si on trouve en effet de l’obsidienne partout sur le site, la densité de ce vestige était frappante en ce lieu.

3L’ensemble XXX, qui comprend sept structures, est situé à l’extrémité nord-est du groupe A’ (voir ch. 2 fig. 2) ; il ferme le site vers l’amont du rio Calá. Il est installé sur une étroite terrasse à 3,50 m au-dessus de la rivière, à la limite de la zone inondable, dont il est isolé par un mur de soutènement qui longe l’ensemble au nord, confondu parfois avec le mur septentrional de certaines structures. Au sud, il est bordé par le piémont du Cerro del Campamento, d’où sont tombés un certain nombre de gros blocs dolomitiques dont la présence a dû être prise en compte par les occupants de l’ensemble pour organiser celui-ci.

4Cet ensemble s’étend sur 23,40 m de longueur est-ouest. Il va en s’élargissant depuis l’est – où il a 10 m de large – vers l’ouest où il atteint 12,80 m. Au sud, il est limité par l’axe de passage nord-sud qui traverse tout le groupe A’, et au nord par le mur de soutènement mentionné plus haut, aménagé, entre les structures 146 et 156, en passage vers la rivière.

Fig. 1 — Diagramme de répartition des vestiges d’obsidienne.

  • 1 seules A’146, 155, 156 et 152 avaient été notées en 1979.

5Autour d’une place subrectangulaire de 16,20 m x 5,5 m (fig. 1) sont disposées sept structures1, toutes rectangulaires, à l’exception de A’180, circulaire. Ferme le groupe à l’ouest, A’146 ; au nord, deux plates-formes “jumelles” A’155 et 156 ; à l’est, une étroite structure A’177 ; au sud enfin, contigüe à A’177, A’152 et son annexe A’181, puis la structure circulaire A’180. Toute la partie sud-ouest de l’ensemble est parsemée de rochers dolomitiques. Elle a été aménagée succinctement : deux petits murs de soutènement, qui utilisent certains des rochers en place, forment deux larges gradins, en léger arrondi, permettant un accès commode vers le rio Calá, entre les structures A’146 et 156.

6Très éloigné du centre cérémoniel, cet ensemble est de type “indépendant” : il dispose d’un accès direct vers le centre par l’axe nord-sud. Vers la rivière, il peut utiliser deux accès : par l’axe nord-sud et, au sud-ouest par les larges gradins qui conduisent à un passage de 2,10 m de largeur dans le mur de soutènement.

7Il paraît intéressant de noter que cet ensemble n’a aucune relation directe avec un quelconque des 31 autres ensembles qui forment le groupe A’.

8Toutes les structures de l’ensemble ont été fouillées. On étudiera successivement A’155, 156, 177, 152, 181, 180 et 146, en se référant à la typologie établie en 1979. Comme pour le travail précédent, le matériel céramique ne sera pas présenté en détail ici. L’obsidienne sera étudiée dans un chapitre particulier.

Aʹ 156

9Située au nord, en bordure du passage vers la rivière, la structure A’156 est orientée est-ouest. Rectangulaire, elle mesure 6,60 m x 3 m. Son entrée est au sud. Son état de conservation est médiocre.

Fig. 2 – Plan de l’ensemble XXX.

10La substructure de type 1 a une hauteur de 35 cm sur la place. Le mur sud est formé de deux rangées de blocs dolomitiques de la colline, réguliers, avec calage de petits galets tout comme le mur est ; le mur ouest, très détruit, est constitué de gros galets et de blocs de la colline ; le mur nord, confondu avec le mur de soutènement de la terrasse d’une hauteur de 60 cm, est formé d’une assise de blocs dolomitiques et de deux rangées de gros galets.

11Quant à la superstructure, aucune trace n’en a subsisté, comme pour toutes les autres structures de cet ensemble. Elle devait être en matériau périssable (tiges de maïs ou bahareque).

12Les banquettes sont de type “b”, en double L, visibles nettement au nord-est ; elles ont 1,10 m de largeur est-ouest, 1,3 m de longueur nord-sud et 10 cm de hauteur ; seul subsiste le remblai intérieur de petits blocs de la colline avec une bordure de gros galets.

13Aucune trace d’autel ou de foyer n’est visible. Des lambeaux de sol de terre cuite ont été conservés à la limite de la banquette nord.

  • 2 On a trouvé de telles petites jarres enterrées devant trois autres structures du groupe A’ (A’21, A (...)

14La structure, très lessivée, contenait peu de matériel céramique. Par contre, en 1979 on avait déterré deux petites jarres grossières, funéraires, au pied du mur sud, contenant les restes brûlés de squelettes d’enfants2.

15Dans le remblai nord abondaient les vestiges de céramique et d’obsidienne : le pied de tout le mur de soutènement semble en effet avoir été utilisé comme décharge par les occupants de ce petit ensemble.

16En ce qui concerne le matériel lithique, la structure a livré une petite perle parallélépipédique de pierre verte, grossière. L’obsidienne, rare sur la structure (14 fragments), est plus abondante dans les remblais, en particulier le remblai extérieur est, voisin de A’155.

17Bien que mal conservée, cette plate-forme rectangulaire a le même aspect que les nombreuses autres plates-formes d’habitation du groupe A’. Dans l’ensemble XXX, elle est la seule structure devant laquelle ont été enterrées des urnes funéraires. Ce fait lui donnait une importance particulière ou une fonction privilégiée qui ne peuvent être perçues aujourd’hui. D’autre part, cette plateforme devait entretenir avec sa très proche voisine, A’155, des relations étroites.

A’155

18Située au nord, à proximité immédiate de A’156, elle apparaît comme sa “jumelle”, quoique légèrement plus étroite. Rectangulaire, orientée est-ouest, elle mesure 5 m x 2,8 m. Son entrée est à l’est. Son état de conservation est médiocre.

19De types 4 et 1, le mur sud de la substructure, le mieux construit, d’une hauteur de 30 cm, est formé de blocs dolomitiques taillés, parallélépipédiques, en provenance de la colline ; ils sont disposés sur une seule épaisseur, parfois sur deux épaisseurs quand les blocs sont moins hauts. Près de l’angle ouest, de ce mur, un gradin de 1,30 m de longueur, 38 cm de large, 29 cm de hauteur, formé d’un bloc brut et de galets avec calage de petites pierres ; ce gradin ne correspondant pas à l’entrée de la structure, sa fonction est inconnue. Le mur est formé de gros galets, le mur ouest d’une rangée de blocs dolomitiques assez réguliers surmontés d’une rangée de gros galets et de blocs ; le mur nord enfin, confondu, comme pour A’156, avec le mur de soutènement de la terrasse, a une hauteur de 75 cm, formé de trois rangées de blocs dolomitiques, en provenance de la rivière pour la majorité d’entre eux.

20Aucune trace de la superstructure n’a été décelée.

21Pour l’aménagement intérieur, on note les restes fugaces d’une banquette le long du mur ouest (ce qui exclut l’utilisation du gradin pour entrer sur la structure).

22Aucun indice visible de foyer, de sol ou d’autel, la structure est totalement lessivée.

23De nombreux tessons ont été trouvés dans le remblai extérieur nord, comme pour A’156 ; pour le lithique, 85 fragments d’obsidienne (voir étude plus loin).

24Dans un état de conservation encore plus médiocre que sa voisine A’156, cette plate-forme paraît bien avoir également fonction d’habitation. Elle devait entretenir avec sa voisine, dont elle n’est séparée que de 25 cm, des liens privilégiés.

25Son mode de construction, en blocs de dolomite taillée, est très rare dans le groupe (deux exemples) ; de même le gradin latéral situé devant le mur d’entrée. On tentera d’expliciter l’originalité de ces traits de construction dans la conclusion générale.

A ’177

26Considérée comme simples gradins en 1979, une fouille plus précise a permis de mettre au jour cette structure rectangulaire qui ferme le site à l’est. C’est la plus importante plate-forme de l’ensemble ; orientée nord-sud, elle mesure 6,90 m x 2,50 m. Située sur une zone de passage moderne, elle est très détruite.

27La substructure est de type 1 ; ses murs sont en blocs de la colline et gros galets du rio. À l’est, un gradin de 70 cm de large et 30 cm de hauteur prenant assise vers le sud sur un rocher en place, donne accès à la structure ; le mur nord est ici encore confondu avec le mur de soutènement de la terrasse ; il a une hauteur de 80 cm. Les murs sud et ouest sont très détruits.

28Aucune trace de la superstructure n’a subsisté ; aucun aménagement intérieur n’a pu être décelé sur cette structure particulièrement lessivée.

29Comme pour les plates-formes A’155 et 156, les vestiges céramiques étaient rares sur la structure et abondants dans le remblai extérieur nord où ils étaient accumulés sur 70 cm d’épaisseur, mélangés à des débris osseux (animaux) et des fragments d’obsidienne.

30A’177 est, avec A’181, la structure la plus intéressante en ce qui concerne les vestiges d’obsidienne, au nombre de 368. Ils seront étudiés plus loin. Mentionnons cependant la présence de 11 nuclei regroupés sur la structure vers le sud.

31Cette plate-forme qui ferme le site avait assurément un accès vers l’est (présence d’un gradin). Mais on verra dans le chapitre sur l’obsidienne qu’elle entretenait des relations étroites avec certaines structures de l’ensemble, ce qui nous amène à penser qu’elle devait avoir également une entrée à l’ouest, donnant directement sur l’ensemble. Les structures à deux entrées sont inconnues ailleurs sur le site, mais la situation de A’177 est très particulière.

A’152

32Située au sud-est, en bordure de l’axe nord-sud, la plate-forme rectangulaire A’152 est orientée est-ouest ; son entrée est au nord. Elle mesure 5,15 m x 3,20 m. Son état de conservation est moyen, un rocher étant tombé récemment au centre de la structure.

33La substructure, de type 1, utilise en plusieurs endroits des rochers en place (ouest et sud) ; le reste des murs est en blocs de la colline, plus ou moins réguliers. Le mur nord, de 40 cm de hauteur, présente un décrochement vers l’ouest. Il est adossé à un gros rocher en place (qui servira également à A’181).

34Aucune trace de la superstructure.

35Les banquettes sont en double L, avec un remblai de galets petits et moyens limités par des blocs parallélépipédiques du rio et de la colline ; hauteur 15 cm.

36L’autel est indépendant ; limité vers le nord par trois petits blocs, il dépasse légèrement les banquettes, selon un mode inusuel sur ces plates-formes. Il mesure 70 cm de côté et a une hauteur de 12 cm.

37Pas de trace de sol ni de foyer.

38Peu de matériel céramique sur la structure comme dans les remblais extérieurs. L’obsidienne est présente dans les remblais nord (10 fragments) et sud (19 fragments) (voir étude plus loin).

39Dans le remblai sud, à proximité d’un rocher en place, des os longs d’animaux (cervidés ?).

40Cette plate-forme d’habitation a la même fonction que A’155, 156, 177. Comparée aux autres structures d’habitation du groupe A’, elle présente deux traits originaux : le décrochement de son mur de façade, un autel en avancée par rapport aux banquettes. Dans l’ensemble XXX, c’est la seule plate-forme disposant d’une annexe (A’181) de type particulier, ce qui peut expliquer la faible densité du matériel céramique recueilli.

A’181

41Située au sud, à proximité immédiate de A’152, orientée est-ouest, A’181 est une petite plate-forme rectangulaire de 2,98 m x 1,90 m. Son entrée est au nord. Comme A’152, cette structure a été endommagée par un rocher tombé du Cerro del Campamento : toute sa partie sud a été détruite. Complètement enterrée sous 30 cm de terre végétale, elle a été découverte en faisant une tranchée transversale sur la place, entre les structures A’155 et A’152.

42La substructure est bien construite, en blocs dolomitiques réguliers ; le mur est se termine contre le rocher auquel est adossé le mur ouest de A’152 ; le mur nord présente, lui aussi, un léger décrochement vers l’ouest, et a une hauteur de 30 cm.

43Aucune trace n’a été décelée de la superstructure.

44Vers l’ouest de la structure, un foyer simple a été aménagé, formé de trois gros galets ; il contenait du charbon et le sol en était très cuit.

45On a trouvé sur la structure, cassées sur place, deux petites jarres de type grossier, l’une au centre, l’autre dans l’angle nord-est. Dans les remblais extérieurs la densité des tessons était très moyenne ; on peut noter un petit fragment de filtre ainsi que des fragments de comales.

46Le matériel lithique comprend les fragments d’une molette parallélépipédique en pierre volcanique grise et un tout petit fragment de metate dans le même matériau, sur la structure, à l’est. On note une très forte densité de fragments d’obsidienne sur la structure (467 fragments) répartis dans toute la moitié est. Ils étaient mélangés aux tessons des deux poteries et à la terre formant le remblai intérieur de la structure. Près de l’angle nord-est, en surface, une pointe de flèche en cours de fabrication ; dans la partie ouest, un percuteur de pierre volcanique, cylindro-conique, dont l’une des extrémités porte de fortes traces de percussion ; il mesure 15 cm de hauteur et son diamètre maximal est de 9,5 cm.

47Cette petite structure rectangulaire est différente des autres structures rectangulaires de l’ensemble par sa taille, son aménagement intérieur, le matériel qu’elle contient.

48De par sa situation, elle se présente comme une annexe de A’152. Sa fonction nous paraît double :

  • Cuisine, fonction que l’on peut déduire de la présence d’un foyer simple, de céramiques utilitaires, fragments de comales et de filtre, fragments de molette et de metate.

  • Atelier de débitage d’obsidienne, qui se déduit de la présence de centaines de déchets de taille, percuteur... Le foyer a pu être utilisé dans ce cas pour mettre les blocs d’obsidienne à chauffer avant leur débitage. En effet, d’après les informations orales qui nous ont été données par Jacinto Cifuentes sur des expériences réalisées à Tikal, une longue exposition au soleil ou un passage dans un foyer facilite le débitage des blocs d’obsidienne, aspergés d’eau alors qu’ils sont encore chauds.

A’180

49Située au sud, en bordure de l’axe nord-sud, A’180 est une structure circulaire de 3,30 m de diamètre externe. Elle était complètement enfouie sous un amas de pierres amoncelées par les paysans au cours du nettoyage de leur milpa. Son état de conservation est bon.

50De l’intérieur vers l’extérieur, elle est formée d’une couronne de 1,50 m est-ouest et 2 m de longueur nord-sud, en blocs de la colline de bonne taille posés dans le sens de la hauteur, appuyés en deux endroits opposés sur des rochers en place. Cette couronne est limitée vers l’extérieur par deux rangées de blocs plus petits disposés horizontalement, d’une hauteur de 40 cm et une largeur de 6 à 65 cm. La construction est régulière.

51Le remblai intérieur était composé, sous une série de pierres accumulées récemment, de quelques centimètres de terre végétale, d’une trentaine de centimètres de terre brune mêlée à des petits fragments de pierres, d’un mince sol d’argile brûlée, au-dessus d’une couche cendreuse très mince, enfin du sable jaune de la rivière.

52À l’intérieur de la structure, il y avait de gros tessons d’une poterie de type “brossé”. À l’extérieur, parmi les tessons (peu denses) de céramique grossière, de tout petits tessons d’une céramique orange polie d’un type peu commun sur le site (moderne ?).

53Très rares vestiges d’obsidienne : un gros éclat et deux cassons.

54Cette structure circulaire, unique en son genre à Cauinal, est d’interprétation difficile. Il pourrait s’agir d’un autel, d’un grenier ou de tout autre type de réserve.

55S’il s’agit d’un autel, on se trouve en présence d’une forme inusitée sur le site où les autels sont des constructions beaucoup plus frustes et de forme moins régulière. Il y a bien un sol de terre cuite à l’intérieur de la structure, mais il se trouve à une quarantaine de cm au-dessous du niveau supérieur des pierres qui l’encadrent, profondeur qui rend assez peu fonctionnelle la structure comme autel. Quant au matériel, il n’apporte pas d’information susceptible de confirmer une telle hypothèse.

56S’il s’agit d’un grenier ou d’une réserve, on peut noter la construction soignée, la largeur des murs (contre les nuisances animales ?), la préparation enfin du remblai intérieur rendu stable et imperméable par une couche de terre cuite, isolant les éventuels produits à conserver de l’humidité comme des animaux fouisseurs.

  • 3 Aujourd’hui, à Pasulup, les greniers sur pilotis, cubiques, sont construits en tiges de caña, dispo (...)
  • 4 La rareté du matériel rencontré à l’intérieur de la structure nous a fait parler de grenier plutôt (...)

57Dans cette hypothèse on peut imaginer par exemple un grenier à peine enterré, à base en pierres et murs en matériau périssable – comme des tiges de maïs – qui permettent une bonne aération3, toit en chaume ou bois. Un tel grenier, circulaire, de 2 m de haut, pourrait contenir 6 m3 de grains. Il parait difficile de considérer cette structure comme communale (dans l’hypothèse d’un grenier) : elle devait correspondre aux réserves, soit de l’ensemble XXX, soit d’un quartier un peu plus large. Pour étayer cette hypothèse – plausible – il aurait fallu fouiller tous les amas de pierres du groupe A’, tentant d’établir ainsi une carte significative des possibles greniers4 .

A’146

58Fermant le groupe à l’ouest, limitée au nord par le mur de soutènement de la terrasse, A’146 est une plate-forme rectangulaire, orientée nord-sud, de 6,30 m x 3,70 m. Son état de conservation est très médiocre.

59La substructure, de type 1, est formée de blocs de la colline et de galets de la rivière.

60Aucune trace n’a été relevée de la superstructure.

61Aucun indice de banquette, autel, foyer ou sol n’a pu être décelé sur la structure, où partout apparaissait le remblai intérieur. Ainsi, il n’a pas été possible d’établir avec certitude le côté de l’entrée – est ou ouest – de cette plate-forme.

62Le matériel céramique est peu abondant sur la structure, lessivée. Dans le remblai extérieur nord était écrasée une petite jarre. Les vestiges céramiques, plus abondants dans le remblai est que dans le remblai ouest, laissent supposer une possible entrée sur ce côté.

63Notons encore quelques fragments d’obsidienne (une douzaine), et sur la structure, au nord-est, un petit fragment de coquille avec quelques lignes gravées.

64Comme A’155, 156, 177 et 152, A’146, structure rectangulaire, devait être une plate-forme d’habitation. Elle est un peu isolée dans l’ensemble XXX, séparée des autres structures par une zone de passage vers la rivière. Pauvre en vestiges d’obsidienne, elle se différencie également ainsi du reste de l’ensemble.

Etude de l’obsidienne

65Dans l’ensemble XXX, l’obsidienne est apparue comme un matériau particulièrement intéressant du fait de son importance numérique, de la variété de ses fragments, de sa répartition enfin.

66Les 1054 vestiges d’obsidienne recueillis concernent à 99 % les produits de débitage de ce matériau. Ils ont été classés en différentes catégories selon les modules de débitage établis par A. Leroi-Gourhan (1966 : 245-271), et présentés dans un diagramme (fig. 11).

67Ce diagramme regroupe les 1042 produits de débitage selon les 16 catégories suivantes :

  1. Nuclei ou fragment de nuclei.

  2. Lames.

  3. Lames étroites.

  4. Lames très étroites.

  5. Lames : fragments proximaux.

  6. Lames : fragments mésiaux.

  7. Lames : fragments distaux.

  8. Eclats laminaires.

    • 5 Ont été inclus dans la catégorie des lamelles (en accord avec la typologie utilisée) : 

    Lamelles5.

  9. Eclats assez larges.

  10. Eclats larges.

  11. Eclats longs.

  12. Eclats : fragments proximaux.

  13. Eclats : fragments mésiaux.

  14. Esquilles.

  15. Cassons.

68Le diagramme de l’ensemble des vestiges s’établit comme suit :

Catégorie

Nombre d’ex.

Pourcentage

1.

36

3,45 %

2.

26

2,49

3.

9

0, 86

4.

2

0,19

5.

163

15,60

6.

187

17,90

7.

29

2,78

8.

7

0, 67

9.

98

9,40

10.

19

1,82

11.

5

0, 47

12.

16

1,53

13.

105

10,07

14.

54

5,18

15.

268

25,71

16.

18

1,72


69Les produits de débitage les mieux représentés sont les esquilles (25,71 %), les fragments proximaux et mésiaux de lames (15,6 et 17,9 %), les fragments proximaux d’éclats (10,07 %) et les lamelles (9,40%). La catégorie la plus répandue est donc le fragment proximal, produit direct du débitage.

70On a pu noter l’absence quasi-totale d’éclats d’amorçage ou de décorticage. Comme l’obsidienne n’est pas d’origine locale, on peut se demander si les blocs n’étaient pas importés “dégrossis” pour alléger la charge des porteurs. Ce même trait se retrouve sur d’autres sites des hautes terres. Il semble bien que les blocs d’obsidienne subissent une première préparation sur le lieu même de leur exploitation. Hester (1975) a noté ainsi que l’obsidienne à Chinautla Viejo provenait de blocs préparés dans la carrière d’El Chayal, tandis que Graham et Heizer (1968) faisaient la même remarque à propos de l’obsidienne de Papalhuapa, préparée sur le gisement du volcan Ixtepeque.

71Actuellement, on ne sait pas quelle est l’origine de l’obsidienne de Cauinal.

72Les carrières connues les plus proches sont celles de San Martin Jilotepeque, à une cinquantaine de kilomètres à vol d’oiseau, au sud de Cauinal, et d’El Chayal, au sud-est, un peu plus éloignée. Sidrys (1976, p. 11) mentionne aussi l’existence d’un petit gisement d’obsidienne dans le Quiché, mais sans donner plus de précision.

Les nuclei

73Il a paru intéressant de regrouper dans le tableau I les 39 nuclei ou fragments de nuclei rencontrés dans l’ensemble XXX. Leur classement par structure a apporté un certain nombre d’informations. Par exemple, en ce qui concerne la structure A’177 qui regroupe près des deux tiers des nuclei, on constate la présence, sur la structure et la marche qui la borde, de 14 nuclei, déjà débités, regroupés, formant une sorte de “réserve”. Par contre, dans la décharge située à l’angle nord-est de cette structure, les 11 nuclei relevés sont soit des fragments, soit des nuclei extrêmement amincis et absolument inutilisables (à l’exception de deux exemplaires). La présence de ces nuclei associés à d’autres produits de débitage nous permet d’affirmer la vocation d’atelier de cette structure. On présentera plus loin le diagramme des 365 produits de débitage et son interprétation par rapport à A’181.

74Sur A’181, on a recueilli 6 fragments de nuclei et un seul nucléus. Ici pas de réserve, le matériau est utilisé jusqu’au bout, ou bien le nucleus, encore utilisable, est-il transporté ailleurs.

75Entre les structures A’155 et 156 se trouvaient deux nuclei de grande taille à peine débités. S’agit-il de matériau en réserve ou de matériau oublié ?

76A’152 s’apparente à son annexe, A’181, avec seulement un fragment de nucléus et un nucléus très aminci (dans le remblai extérieur est). Sur A’156, la présence de deux cassons de nucléus n’apparaît pas très pertinente.

77Aucun des 39 nuclei ne porte des marques de réutilisation.

78Ainsi, les nuclei donnent-ils une certaine image de l’organisation de ce petit ensemble : deux structures à vocation d’atelier, chacune ayant sa personnalité, comme on le verra plus loin (A’177 et A’181) et un magasin (?) (A’155-156).

Pièces façonnées

79Au nombre de 12, il s’agit soit d’objets en cours de fabrication, soit de fragments d’objets en cours de fabrication : deux petites pointes de flèches (A’155 et 181) et une pointe de lance (A’181).

80Fragments : cinq lames, un éclat laminaire avec encoche (A’155/156), un éclat long épais avec retouche partielle sur une face, un fragment mésial d’éclat assez large et un éclat laminaire avec le même type de retouche (A’181).

81Aucun de ces objets façonnés ne pouvait entrer dans un circuit de distribution, soit qu’ils soient inachevés, soit qu’ils soient fragmentaires.

82Ainsi les vestiges en obsidienne recueillis dans l’ensemble XXX présentent-ils des caractéristiques particulières :

  • ils sont abondants ;

  • pour leur très grande majorité, ils forment des produits de débitage ;

  • ils se répartissent en catégories de débitage variées, significatives, avec des pourcentages pertinents (l’abondance des esquilles par exemple est une preuve du travail in-situ de l’obsidienne) ;

  • ils comprennent un grand nombre de nuclei à différentes étapes de débitage ;

  • ils ne comptent pratiquement pas de pièces retouchées.

83Tous ces faits confirment l’hypothèse que cet ensemble se dédiait au débitage de l’obsidienne.

84Cet atelier cependant ne devait pas être unique à Cauinal, car pour un centre de cette taille, la quantité des nuclei comme des autres vestiges est somme toute assez modeste. Et pourtant aucune fouille n’a apporté la preuve d’autres ateliers semblables sur le site. Dans la conclusion générale sur cet ensemble, nous formulerons quelques hypothèses sur cet atelier, peut-être unique.

85Auparavant, il a semblé intéressant d’étudier plus en détail les deux structures les plus riches en vestiges d’obsidienne : A’181 et A’177. Le diagramme de représentative des produits de débitage (cf. tab. I, B et C) de chacune des structures montre des différences qui, nous semble-t-il, sont significatives.

A’181 (467 fragments)

1.

6

l, 28%

2.

19

4,06%

3.

0

4.

0

5.

46

9,85%

6.

53

11,34%

7.

12

2,56%

8.

1

0,21%

9.

22

4,71%

10.

11

2,35%

11.

3

0,64%

12.

11

2,35%

13.

90

19,27%

14.

47

10,06%

15.

146

31,86%

16.

0

86On peut noter le petit nombre de nuclei ou fragments, la présence de tous les produits de débitage, à l’exception des lames étroites et très étroites, l’importance du nombre des esquilles. Enfin, les fragments d’éclats surpassent les fragments de lames (39,59% et 27,81%). Ce dernier trait, associé à la présence d’un foyer (cf. supra) semble indiquer que sur la structure A’181 s’effectue la mise en forme des nuclei à partir de blocs d’obsidienne épanelés ayant peut-être subi un chauffage. Ce premier façonnage s’effectue au moyen d’enlèvements d’éclats essentiellement.

A’177 (365 fragments)

1.

24

6,57%

2.

2

0, 54%

3.

3

0, 82%

4.

0

5.

99

27,12%

6.

107

29,31%

7.

14

3,83%

8.

2

0, 54%

9.

46

12,6%

10.

2

0, 54%

11.

0

12.

1

0, 27%

13.

14

3,83%

14.

5

1,36%

15.

3

0, 82%

16.

43

11,78%

87Il a été noté plus haut le fort pourcentage de nuclei sur cette structure. Le diagramme met en évidence le très fort pourcentage de fragments de lames (61) et la très faible représentation de fragments d’éclats (6%). La situation est différente ici de celle observée sur A’181. Cet atelier débite les nuclei déjà mis en forme sur A’181.

88Récapitulant les données ci-dessus, on note donc :

– sur A’181 :

peu de nuclei

une majorité d’éclats

la présence d’un foyer.

– sur A’177 :

une réserve de nuclei

une majorité de lames

une zone de rebut.

89On se trouve donc, dans l’ensemble XXX, en présence de deux ateliers dans lesquels s’effectuent des opérations de débitage différentes et complémentaires (et c’est pourquoi nous parlons de “complexe” de débitage). Le test du X2 nous a permis de vérifier la pertinence des diagrammes, en montrant que les proportions de chacune des catégories de débitage ne sont pas les mêmes dans l’atelier 1 et dans l’atelier 2 (X2 342.23). Il y a donc moins d’une chance sur mille pour que les deux distributions soient comparables, c’est-à-dire correspondent à la même opération de débitage.

90Sur A’181 (atelier 1), les nuclei sont mis en forme, puis transportés sur A’177 (atelier 2) où ils sont stockés et débités par lames.

91Il s’établit donc à l’intérieur de l’ensemble XXX le circuit suivant :

  • livraison de la matière première aux occupants des plates-formes A’155/156 qui la stockent entre les deux structures.

  • premier débitage dans l’atelier 1 proche.

  • deuxième débitage dans l’atelier 2, qui sert aussi de réserve.

  • rejet des déchets à l’extérieur de l’ensemble, le long du mur nord-est de l’atelier 2.

Conclusions

92Dans l’ensemble XXX de la zone résidentielle A’ de Cauinal, on a pu mettre en évidence un type d’activité spécialisée : le débitage de l’obsidienne.

93Cette activité, qui se déroulait selon un schéma noté plus haut, permet de confirmer la pertinence de la notion d’“ensemble” proposée en 1979. En effet, les structures de ce groupe ne sont pas autonomes ni isolées, mais font partie d’une “chaîne opératoire” (à l’exception de A’146 dont on a déjà noté la situation indépendante et la structure circulaire A’18).

94Le débitage de l’obsidienne, dans la hiérarchie des occupational specialization établie par Adams (1970) et reprise par Becker (1973), ne demande pas une grande spécialisation. Pourtant il nous semble que dans le cas de ce petit ensemble on se trouve en présence d’une organisation relativement complexe qui soulève un certain nombre de questions auxquelles il est difficile de répondre :

951) Combien de personnes utilisaient ces deux ateliers ? Y avait-il une division du travail par atelier (et donc une spécialisation technologique) ? Ou bien était-ce le ou les mêmes personnes qui travaillaient successivement dans les deux ateliers ?

962) Pour qui travaillaient les occupants de l’ensemble XXX ?

973) Quel était le statut de l’artisan de l’obsidienne ? Si l’on admet que l’organisation sociale se reflète dans l’espace, la situation de cet ensemble est bien loin d’être prestigieuse : à la fois loin du centre civico-religieux, dans une zone inondable et exposée à des chutes de rochers...

98S’agit-il donc d’une activité peu valorisée, presque méprisable ? Une autre hypothèse peut, nous semble-t-il, être proposée : il s’agirait d’un groupe arrivé tardivement sur le site déjà densément occupé et qui n’aurait pas trouvé où s’installer plus commodément. En faveur de cette hypothèse d’occupants “étrangers”, un mode de construction original (blocs de dolomite très bien taillés), un plan de plate-forme nouveau (léger décrochement du mur de façade), un type d’autel enfin, inconnu ailleurs, “en avancée”.

994) S’agissait-il d’une activité à temps plein ou à temps partiel ?

100Il paraît là encore difficile de répondre car l’organisation de l’ensemble en complexe de production peut parler en faveur d’un travail à temps plein, mais d’autre part les vestiges d’obsidienne ne sont pas très abondants (mais ce dernier point n’apparaît pas très significatif, car on ne connaît pas la durée d’occupation de l’ensemble).

  • 1 À Cauinal, les greniers sont inusités (un seul autre exemple dans l’ensemble XXVIII) et on peut sup (...)

101La présence d’un possible grenier (A’18) peut apporter une indication sur le mode de vie des occupants de cet ensemble : occupés à temps plein au débitage de l’obsidienne et donc non producteurs de nourriture, ils auraient troqué leurs produits lithiques contre des produits agricoles de base, stockés dans ce grenier trop petit pour être communal, mais suffisant pour deux ou trois familles1.

102Au sein de la zone résidentielle principale de Cauinal, l’ensemble XXX est apparu dans son originalité, petit centre fort bien organisé de débitage de l’obsidienne.

Fabrication de la chaux

103Dans cette même zone résidentielle A’, la présence de deux fours à chaux a apporté le témoignage d’une deuxième activité spécialisée : la fabrication de la chaux.

Le four à chaux Aʹ28 (fig. 3 à 5)

104Situé au sud-ouest de la zone, A’28 fait partie de l’ensemble IX. Entouré des plates-formes d’habitation A’27, 29, 30 bis et 41, c’est une grande structure circulaire de 7 m de diamètre environ. Bien que située dans une zone de milpa, son état de conservation est bon.

105Elle est constituée d’un mur extérieur de pierres et d’une structure intérieure partiellement enterrée, cylindrique, de 2 m de diamètre.

106Le mur extérieur circulaire, est formé d’une ou deux rangées de blocs dolomitiques de la colline ou de la rivière. Il atteint une hauteur de 40 cm. au nord, à l’est et à l’ouest ; au sud-ouest, pour compenser une légère pente du terrain, un mur de soutènement de 65 cm de hauteur double le mur circulaire, constitué tantôt de plusieurs rangées de gros galets, tantôt de 6 ou 7 rangées de dalles de talpetate. Vers le nord, ce mur circulaire s’interrompt sur 1,50 m, formant peut-être l’entrée.

Fig. 3 – La structure A’28 : plan et coupe du four à chaux, a – bloc de dolomite, b – dalle de tuf. c – humus, d – cendre avec fragments de pierres, e – terre brûlée, f – couche de petites pierres, g – sable et galets de la rivière.

Fig. 4 – Le four à chaux A’28 : vue générale.

Fig. 5 – Le four à chaux A’28 : détail de l’intérieur.

107Entre ce mur extérieur et la structure intérieure, le remblai est constitué d’une couche de terre cendreuse mélangée à des petits fragments de pierres sur une trentaine de centimètres d’épaisseur.

108La structure intérieure, centrale, a 2 m de diamètre. Au niveau du sol sont disposées deux rangées de pierres, concentriques, qui forment une couronne de 35 à 40 cm de large. Le cercle externe comprend 28 blocs ou galets dolomitiques de taille moyenne ; le cercle interne légèrement en contrebas, 24 blocs ou galets plus petits.

109La majorité de ces pierres portent les marques d’un chauffage intensif : éclatement, couleur rouge, ... Le remblai superficiel est constitué de terre végétale et de quelques pierres. La fouille de ce cercle de pierres a fait apparaître une structure cylindrique, aux trois quarts enterrée, d’une profondeur de 1,55 m, dont les parois sont tapissées de 5 ou 6 rangées de blocs dolomitiques qui tous portent des marques de chauffage. À 50 cm au-dessous du niveau du sol, les blocs forment un léger ressaut qui devait permettre de descendre facilement dans la structure. Le fond, en cuvette, est tapissé d’une mince couche de terre brûlée sur un lit de petits galets, au-dessus du niveau naturel du sable de la terrasse mêlé de gros galets.

110Cette structure cylindrique contenait des blocs de dolomite brûlée, de la terre cendreuse, des fragments de bois carbonisés, de rares tessons.

111À l’intérieur de la structure, les quelques tessons recueillis portent tous des traces blanches. Dans le remblai intérieur du mur extérieur, les tessons sont plus abondants, domestiques pour leur majorité.

112À proximité du mur de soutènement sud-ouest, on a trouvé un petit mortier tripode à rebord mesurant 9,8 x 6,2 x 3 cm, très usé et un petit pilon tronconique mesurant 10 x 4 x 2,3 cm, en pierre volcanique poreuse ; les deux objets étaient probablement associés, mais leur fonction exacte est inconnue.

113Une petite pointe de flèche d’obsidienne a été trouvée en surface.

114La structure A’28 est une structure de combustion car elle est formée de blocs qui ont subi une forte épreuve du feu et ses remblais consistent essentiellement en terre cendreuse mêlée de fragments de pierres brûlées.

115En 1979, on avait émis l’hypothèse de la possibilité d’un bain de vapeur (présence de pierres fortement chauffées), d’un four communal (grande dimension de la structure au sein d’une zone résidentielle), d’un four à chaux enfin.

116Le type de structure intérieure comme la nature des remblais que la fouille de cette année a permis de mettre en évidence favorisent nettement l’hypothèse d’un four à chaux destiné en particulier à la fabrication du stuc qui revêtait les structures et les places du centre cérémoniel.

117A’28 est donc un four à chaux. Le calcaire nécessaire à la fabrication de ce produit abonde sur le très proche Cerro del Campamento, en particulier dans la dolomie. La matière première était donc à portée de la main.

118Tel qu’on l’a trouvé, ce four n’était pas en état de fonctionner, car il n’était pas vidangé : on peut se demander s’il n’avait pas déjà cessé d’être utilisé avant que les occupants du groupe A’ ne quittent Cauinal.

119Un point cependant reste d’interprétation difficile : quel était l’usage du cercle de pierres extérieur limitant le dépôt cendreux ? En effet, la structure cylindrique aux trois quarts enterrée est un four à chaux en soi. On se trouve donc en présence d’une zone aménagée volontairement. S’agit-il d’un lieu de stockage des cendres ? Pour quel usage ? Etaient-elles utilisées dans la fabrication du stuc ? Nous n’avons pas retrouvé dans les analyses de Litman (1958, 1960) trace d’utilisation de cendres à cet effet. Mais il faudrait pouvoir faire analyser le stuc de Cauinal pour infirmer ou confirmer ce fait.

  • 2 À Cauinal même, il existe aujourd’hui un four construit à flanc de colline utilisé deux ou trois fo (...)

120Ce type de four à chaux est tout à fait original : en effet, il n’est nulle part attesté dans la littérature archéologique et n’existe pas non plus dans la tradition indigène actuelle2. Aujourd’hui on fabrique de la chaux soit dans des fours aménagés à flanc de colline, soit à feu ouvert (voir en particulier Wisdom, 1940 : 177-178, et Morris, Charlot et Morris, 1931 : 22 -223).

121Comment se fait-il d’autre part que le four à chaux A’28 ait été situé en pleine zone résidentielle à proximité immédiate de l’ensemble VII, l’un des plus importants du groupe A’ ? Sans doute l’espace était-il réduit à Cauinal, mais il semble qu’il aurait été possible d’installer de telles structures à l’extrémité du site, si on l’avait jugé nécessaire. Un autre choix a été fait et une solution trouvée pour pallier les inconvénients nés de la fabrication de la chaux (poussière, chaleur, fumée) en enterrant pratiquement complètement le four. Ainsi, de par son type de construction, la présence de ce four à chaux en pleine zone résidentielle n’est pas aussi gênante qu’elle pouvait le paraître.

122Au sein du groupe A’, ce four à chaux n’est pas installé à une place quelconque, mais au voisinage immédiat de l’ensemble VII, qui occupe une place particulière dans le groupe de par son orientation (dans le prolongement du groupe A), le nombre de ses structures (dix), la présence d’un important autel central, qui permettent de penser que ses occupants avaient un statut élevé. Peut-on avancer qu’ils contrôlaient la fabrication de la chaux, et donc que ce type d’activité était réservée à certaines familles de statut élevé ?

Le four à chaux A’129 bis

123Situé vers l’extrémité du groupe, au centre de l’ensemble XXV, A’129 bis est une structure de même type que A’28. Son état de conservation est moyen. Elle comprend un mur extérieur et une structure intérieure cylindrique, aux trois quarts enterrés.

124Le mur extérieur n’est pas circulaire, car la structure étant située en bas de pente, seul le mur ouest a été rendu nécessaire. De 11,70 m de long, grossièrement en arc de cercle, il est en blocs dolomitiques moyens et gros galets, et a une hauteur de 35 à 45 cm. Son remblai intérieur est en tous points semblable à celui de A’28, de petits fragments de pierres brûlées et de terre cendreuse.

125La structure intérieure est formée de deux cercles concentriques de 2,75 m de diamètre extérieur et 2,15 m de diamètre intérieur. Elle est de blocs dolomitiques qui portent des traces de combustion plus intenses que dans le cas de A’28 : certains des blocs sont éclatés, rougis jusqu’au cœur. Contrairement à A’28, le cercle extérieur est légèrement en contrebas du cercle intérieur. La structure est cylindrique, enterrée, de 1,10 m de profondeur ; les parois sont tapissées de blocs et gros galets sans ressaut (mais la structure n’est pas aussi profonde que A’28). Le fond est sableux sans qu’il y ait trace d’un sol brûlé.

126Le matériel céramique est peu abondant. A’129 bis est – beaucoup plus que A’28 – isolée des plates-formes d’habitation de son ensemble.

127On a trouvé une lame de hache en pierre vert foncé, très usée, mesurant 6,7 x 3,1 x 1,4 cm.

128De même nature que A’28, A’129 bis est donc un four à chaux. Il paraît avoir plus servi que A’28 et n’était peut-être plus utilisable. Son emplacement est assez fonctionnel, à proximité du Cerro del Campamento et en bordure de l’axe nord-sud. Il fait partie de l’ensemble le plus important de la partie nord du groupe A’ et pouvait donc, tout comme A’28, être la propriété d’une famille de rang privilégié.

129Cauinal, pour la fabrication de son stuc, disposait donc d’au moins deux fours à chaux (A’28, A’129 bis), partiellement enterrés, situés non loin de la source de matière première, le Cerro del Campamento, et près des groupes cérémoniels. Ils occupent une position particulière, à proximité ou au centre d’ensembles importants du groupe A’, ce qui amène à penser qu’ils pouvaient être la propriété de personnes de rang assez élevé.

130Ces fours semblent avoir cessé de fonctionner avant l’abandon du site, car ils n’étaient plus entretenus. Ce fait trouve sa confirmation au niveau du centre cérémoniel dont la maintenance devenait de moins en moins rigoureuse : couches de stuc moins épaisses, et mêmes structures importantes sans revêtement de stuc... Ce phénomène est-il d’ordre économique, le bois nécessaire à la calcination de la chaux devenant rare ? Ou bien annonce-t-il le déclin de Cauinal dû à des causes plus complexes ?

131Dans la zone résidentielle la plus importante de Cauinal, le travail de l’obsidienne et la fabrication de la chaux sont les activités spécialisées qui ont laissé les traces les plus évidentes. Elles nous permettent de nuancer le terme de “zone résidentielle”. En effet, à une fonction essentielle d’habitation s’ajoute une fonction artisanale.

132Il reste toutefois à établir le degré de spécialisation de ces deux formes d’artisanat. Existait-il de véritables classes d’artisans spécialisés, et donc une hiérarchie sociale complexe ? Ou s’agit-il d’activités effectuées à temps partiel et pouvant être à la portée de tous ?

133Le travail de l’obsidienne nous a paru assez spécialisé ; quant à la production de la chaux, il semble qu’elle ait été contrôlée par les ensembles les mieux implantés dans l’espace.

Bibliographie

Illustrations

Figure 1.

Plan de l’ensemble XXX.

Figure 2.

Diagramme de répartition des vestiges d’obsidienne.

Figure 3.

La structure A’28 : plan et coupe du four à chaux :

a – bloc de dolomite.

b – dalle de tuf.

c – humus

d – cendre avec fragments de pierres.

e – terre brûlée.

f – couche de petites pierres.

g – sable et galets de la rivière.

Figure 4.

Le four à chaux A’28 : vue générale.

Figure 5.

Le four à chaux A’28 : détail de l’intérieur.

Bibliographie

ADAMS, R.E.W. 1970 Suggested Classic period occupational specialization in the Southern Maya Lowlands. Papers of the Peabody Museum, Harvard University, 61, pp. 487-502.

BECKER, M. 1973 Archeological evidence for occupational specialization among the classic period maya at Tikal, Guatemala.
American Antiquity, vol. 38, pp. 396-406.

GRAHAM, J.A. and HEIZER, R.F. 1968 Notes on the Papalhuapa site. Guatemala.
Papers on Mesoamerican Archeology. Contrib. of the University of California Arch. research facility, No. 5, pp. 101-126.

HESTER, T.R. 1975 The obsidian industry of Beleh (Chinautla Viejo), Guatemala.
Mexico, Actas del XLI Congreso Intern. de Americanistas, I, pp. 473-488.

ICHON, A. ; FAUVET-BERTHELOT, M. F. ; PLOCIENIACK, C. et al. 1980 Archéologie de sauvetage dans la vallée du rio Chixoy. 2-Cauinal.
Guatemala, Ed. Piedra Santa.

LEROI-GOURHAN, A. ; BAILLOUD, G. ; CHAVAILLON, J. et al. 1966 La Préhistoire.
Paris, PUF, coll. Clio, 1.

LITMANN, E.R. 1958 Ancient Mesoamerican Mortars, Plasters and Stuccos: the composition and origin of sascab.
American Antiquity, vol. XXIV, 2, pp. 172-176.

1960 Ancient Mesoamerican Mortars, Plasters and Stuccos: the use of barks extracts in lime plasters.
American Antiquity, vol. XXV, 4, pp. 593-597.

MORRIS, E.H., J. CHARLOT et A. A. MORRIS. 1931 The temple of the Warriors at Chichen Itza, Yucatán.
Carnegie Inst, of Washington, pub. 406, 2 vol.

POLLOCK, H.E.D. 1962 Round structures of aboriginal Middle America.
Carnegie Inst, of Washington, pub. 471.

WISDOM, C. 1940 The Chorti Indians of Guatemala.
The University of Chicago Press.

SYDRYS, R.; ANDRESEN, J.; MARCUCCI, D. 1976 Obsidian sources in the Maya Area.
Journal of New World Archaeology, Vol. 1, Numb. 5, pp. 1-14.

Notes

1 À Cauinal, les greniers sont inusités (un seul autre exemple dans l’ensemble XXVIII) et on peut supposer que les paysans conservaient leur production dans leur maison comme cela est fréquent aujourd’hui.

2 À Cauinal même, il existe aujourd’hui un four construit à flanc de colline utilisé deux ou trois fois par an et qui produit de la chaux à usage domestique (cuisson du maïs) commercialisée par son propriétaire à l’usage des occupants de la vallée.

Notes de fin

1 seules A’146, 155, 156 et 152 avaient été notées en 1979.

2 On a trouvé de telles petites jarres enterrées devant trois autres structures du groupe A’ (A’21, A’139 bis, A’173). A’156 est toutefois le seul cas où il y ait eu deux jarres enterrées, et non pas une seule.

3 Aujourd’hui, à Pasulup, les greniers sur pilotis, cubiques, sont construits en tiges de caña, disposées horizontalement.

4 La rareté du matériel rencontré à l’intérieur de la structure nous a fait parler de grenier plutôt que de réserve de types alimentaires qui pourraient nécessiter des récipients de céramique nombreux.

5 Ont été inclus dans la catégorie des lamelles (en accord avec la typologie utilisée) : 

– les éclats laminaires très petits,
– les lames et lames étroites très petites et petites,
– les lames très étroites très petites, petites et assez petites correspondant à des vestiges de 4 à 6 cm.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 — Diagramme de répartition des vestiges d’obsidienne.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7323/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 2 – Plan de l’ensemble XXX.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7323/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre TABLEAU I
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7323/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7323/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 3 – La structure A’28 : plan et coupe du four à chaux, a – bloc de dolomite, b – dalle de tuf. c – humus, d – cendre avec fragments de pierres, e – terre brûlée, f – couche de petites pierres, g – sable et galets de la rivière.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7323/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 4 – Le four à chaux A’28 : vue générale.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7323/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 5 – Le four à chaux A’28 : détail de l’intérieur.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7323/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search