Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 2

 | 
Marie-France Fauvet-Berthelot
, 
Alain Ichon
, 
Nicole Percheron
, 
et al.

Avant-propos

Alain Ichon

Texte intégral

La vallée moyenne du río Chixoy et les sites archéologiques.

1Ce deuxième numéro des Cahiers de la R.C.P. 500 comprend quatre articles constituant deux volets : l’un archéologique, l’autre historico-ethnologique.

2CAUINAL est l’un des sites les plus importants étudiés jusqu’ici dans le cadre du “Projet Chixoy” de sauvetage des sites archéologiques inondés par le futur barrage. Son intérêt principal est peut-être de se prêter de façon presque idéale à une étude très poussée des ensembles d’habitation, qui sont ici exceptionnellement bien conservés.

3L’article de Marie-France Fauvet-Berthelot, basé sur les fouilles qu’elle a dirigées en 1979 et 1980 dans un groupe d’habitation comprenant 223 structures, apporte des données nouvelles sur l’artisanat au Postclassique tardif : organisation d’un atelier de taille de l’obsidienne, préparation de la chaux destinée à recouvrir les sols des places et les parois des constructions cérémonielles... Au-delà des chaînes opératoires que la fouille minutieuse permet de reconstituer, ces centres d’“activité spécialisée” sont replacés dans le contexte du groupe étudié, l’un des trois ensembles qui constituent le Centre proprement dit. L’auteur en tire un certain nombre de conclusions intéressantes, notamment sur le statut probable de l’artisan de Cauinal dans la communauté.

4Alain Ichon s’est intéressé quant à lui à un objet apparemment bien modeste mais controversé, le sceau d’argile. Une collection de 40 sceaux, dont la provenance précise dans l’ensemble du site de Cauinal a été notée, devrait permettre de confirmer ou d’infirmer certaines hypothèses concernant l’utilisation de ces objets, hypothèses qui font trop souvent abstraction du contexte dans lequel ils sont mis au jour. L’auteur en élimine effectivement plusieurs, en retenant celle d’un usage rituel, mais purement domestique, à l’échelon familial, peut-être réservé aux quartiers “nobles”, les plus proches du centre cérémoniel.

5Les deux articles suivants, qui concernent l’histoire religieuse et le fonctionnement des confréries de culte à RABINAL, s’éclairent mutuellement. L’historienne Nicole Percheron analyse les conditions dans lesquelles fut menée la “conquête spirituelle” de la Tierra de Guerra, qui allait devenir celle de la Verapaz, les méthodes utilisées par les religieux dominicains qui en eurent la charge, et les réactions indigènes : acceptation, rejet, assimilation à des traditions anciennes qui vont perdurer sous forme d’une véritable “religion parallèle” dont les ministres sont les zahorines, les chuchkajaw ou les tenientes des actuelles confréries. Pour l’auteur, religion traditionnelle et christianisme sont ainsi inextricablement mêlés, constituant à proprement parler une religion syncrétique.

6Par contraste avec cette sorte de fresque historique, l’ethnologue Alain Breton s’appuie sur la description systématique d’une fête déterminée : celle de San Pedro Apóstol, patron de l’un des quatre quartiers du village de Rabinal, en tant que “fait social total” exemplaire. Toutes les cérémonies, qui durent six jours, peuvent être analysées comme la succession d’un rite de passage – le discours d’entrée du teniente de la confrérie sur le seuil du sanctuaire, “rappel des origines, traité généalogique et charte socio-territoriale” – et d’approches ou d’ouvertures progressives de l’espace rituel atteignant leur apogée dans l’exposition du saint dans l’abri feuillu, puis dans l’église. Pour A. Breton, le côté syncrétique existe certes dans ces célébrations, mais il ne doit pas cacher les facteurs essentiels : ritualisme, répétitivité, culte des ancêtres, qui permettent à l’Indien de conserver son identité culturelle. La fête, comme la confrérie elle-même, garantissant ainsi la permanence de l’organisation sociale et de l’organisation macrocosmique sur laquelle elle est fondée.

Table des illustrations

Légende La vallée moyenne du río Chixoy et les sites archéologiques.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search