Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 1

 | 
Alain Ichon
, 
Pierre Usselman
, 
Nicole Percheron
, 
et al.

Chapitre VI. Quelques aspects de géographie humaine dans la vallée du rio Chixoy (Cubulco-Rabinal, Baja Verapaz)

Denise Douzant Rosenfeld

Texte intégral

  • 1 Les données ont été recueillies lors de la mission effectuée en juillet-août 1979 pour le compte de (...)

1L’installation du barrage hydro-electrique de Pueblo Viejo-Quixal (1977-1982) va entraîner l’inondation de la vallée du rio Chixoy sur 50 km sans compter les vallées affluentes. 3.500 personnes y vivent actuellement de l’agriculture de subsistance, de l’élevage et de l’artisanat de la palme. Ce sont ces populations, leur mode de vie et les problèmes liés à leur prochain déménagement qui font l’objet de notre enquête.1

1- L’arrière-pays de Cubulco et Rabinal-Xococ2

  • 2 Pour une étude plus complète de la géographie physique de la région, se reporter à l’article ci-des (...)
  • 3 Estimations de la Dirección General de Estadísticas, Guatemala – 1978.

2La vallée du rio Chixoy (890 – 720 m), sèche et encaissée, constitue une coupure et un obstacle entre, au sud, les bassins relativement fertiles et peuplés de Cubulco (26.045 habitants3) et Rabinal (27.350 h), vers 950 m d’altitude, fermés par les dernières croupes cristallines de la sierra de Chuacús (cerro Chupac : 1888 m) tombant à pic sur le fleuve ; et, au nord, une vaste région de moyennes montagnes boisées et vides, entre 1 200 et 2600 m, escalier de failles complexes marquant la retombée méridionale du massif calcaire des Cuchumatanes. Cette dernière zone, mal connue des topographes, est désignée indistinctement comme Montaña Los Pajales, sauf le massif bien individualisé de la Montaña Chimiagua. Elle est coupée du nord au sud par la gorge du rio Blanco ou Calá, s’encaissant dans les calcaires crétacés dominés par de puissants affleurements de serpentines.

3Rive droite comme rive gauche jouent le rôle d’un arrière-pays, réserve de pâture, de bois, de milpas d’appoint, de palme sauvage (matière première de l’artisanat local) pour les habitants des municipios du sud (Cubulco – Rabinal) ou du nord (Uspantán – San Cristobal). Quatre géo-faciès dominants sont utilisés à cet effet :

  1. Les hauts et moyens versants boisés des montagnes Chimiagua, Los Pajales (rive gauche), cerro Chupac (rive droite), 2600-1300 m, à chênaie dominante ou pinède, au sous-bois abondant et régulièrement pâturé en hivernage, à nuance plus humide au-dessus de 1 800 m. C’est le faciès le plus étendu. Le peuplement n’y est pas permanent.

  2. Les hauts et moyens versants déboisés et en voie de peuplement rapide. Leur défrichement est récent et très localisé (Belejub, Chivaquito, Pachec, Xuaxan...). Il s’agit d’un peuplement en majorité indigène, avec milpas permanentes et élevage bovin relativement actif.

  3. Les moyennes crêtes et les basses pentes (1600 – 800 m), soit couvertes d’un maquis clairsemé de plantes odorantes, de buissons épineux, de jacarandas, localement colonisé par les palmiers sauvages, sur le versant ubac ; soit râclées et nues, à maigre pâture d’hivernage sur les versants adret (Pasulup, Los Pajales). Les pentes râclées sont à proximité des sites archéologiques. Le peuplement y est très dispersé, voire inexistant.

  4. Les quebradas encaissées et les grandes vallées drainées où se concentrent les principaux foyers de peuplement anciens et actuels (quebrada Pasulup, rios Blanco, Chicruz, Chixoy) comme l’indiquent le tableau la et la fig. 22.

4“Les versants très raides, parfois verticaux, sont très secs et pratiquement dépourvus de végétation. Le fond est étroit, également très sec, permettant seulement quelques cultures sur de petits restes de terrasses et d’accumulation de cendres”. (Usselmann 1979 : 10).

Tableau 1.a. : Population dans l’arrière-pays de Cubulco et Rabinal (Titres de CHIMIAGUA-CAUINAL-LOS PAJALES-RIO NEGRO)

Tableau 1.a. : Population dans l’arrière-pays de Cubulco et Rabinal (Titres de CHIMIAGUA-CAUINAL-LOS PAJALES-RIO NEGRO)

Enquête réalisée par l’INDE, Institut National de l’Electricité,
Las comunidades de la cuenca del río Negro o Chixoy” Comité de Reconstruction National. Dr. G.A. Gaitán SANCHEZ, 1978.

5L’enquête de Gaitán Sanchez (1978) sur la population à déménager révèle un grand dynamisme démographique des populations concernées : 8 personnes en moyenne par famille. Les habitants en majorité indigènes (75 %) sont jeunes (79 % de moins de 30 ans) mais ont une faible espérance de vie (32 ans). La natalité reste forte (45 ‰) tandis que la mortalité se maintient à un taux élevé (27 ‰), en particulier la mortalité infantile. Il en résulte un accroissement annuel de 3,7 %. L’isolement de ces populations est encore accentué par la faiblesse de l’infrastructure administrative : aucun poste de santé permanent, aucun médecin, deux écoles en tout et pour tout dans la vallée (Chicruz et Río Negro), mais sans maître. 1,65 % des personnes interrogées savaient un peu lire et écrire. 98 % sont analphabètes. L’isolement et la pauvreté générale expliquent peut-être l’important et actif métissage existant dans certains secteurs (Chivaquito en montagne, Chicruz, Cauinal dans la vallée). Ce métissage coexiste avec des communautés entièrement indigènes (Río Negro, Los Pajales).

6D’autre part, le climat tropical avec alternance d’une saison sèche (octobre à mai) et d’une saison humide (mai à octobre) prend ici une nuance plus sèche (moins de 700 mm de pluies par an). La saison des pluies est souvent écourtée ou entrecoupée de longs veranitos sans eau, ce qui compromet les récoltes.

7La vallée du rio Chixoy est également à l’écart des grands axes de circulation, tant du Quiché (route de Cunen à Cobán via Uspantán au nord) que de la Verapaz (Guatemala-Rabinal par El Chol ; Guatemala-Cobán à l’est). Pas de route au-delà de Xococ et Cubulco, pas de pont pour franchir le fleuve sauf à Chicruz depuis 1972. En saison sèche le rio Chixoy se franchit à gué ; en saison des pluies, le courant et la largeur du fleuve (50 à 120 m) rendent périlleuses les traversées en radeaux de calebasses.

8Il ne semble pas qu’il y ait eu de grands chemins muletiers nord-sud permanents comme le camino real traversant le rio Chixoy à la hauteur de Chiboy (municipio de San Andrés Sajcabajá) dans le Quiché ; mais plutôt une multitude de “chemins de contrebandiers”, appelés localement caminos de los cobaneros, reliant Cubulco et surtout Rabinal au pays de Cobán.

9Le fleuve n’est pas pour autant une barrière infranchissable et les relations économiques entre les municipios du sud et leur arrière- pays sont très vivantes.

10Mais l’isolement de la région, la sècheresse relative, les pentes râclées et les faibles surfaces planes cultivables, peuvent expliquer le faible peuplement actuel de la vallée (34 hab/km²).

  • 4 Alain Ichon : Rapport sur la 3o. campagne de fouilles de la R.C.P. 500. C.N.R.S., 1979.

11Il n’en a pas toujours été de même. Alain Ichon4 fait état d’une occupation importante et continue de la vallée depuis le Préclassique moyen (vers 500 avant J.C.) jusqu’à l’arrivée des Espagnols, en particulier une phase tardive d’occupation très dense autour de la ville de Pueblo Viejo-Cauinal (2 500 à 3 000 personnes) avec relais de peuplement tous les 3 à 4 km entre Cauinal et Sacapulas. “Le site est énorme, absolument hors de proportion avec les ressources alimentaires locales qui permettent à peine à 10 familles de survivre aujourd’hui. Les habitants du centre de Cauinal, qui sans doute n’étaient pas des agriculteurs (on ne trouve dans les habitations ni grenier, ni silo, ni grande jarre à grain) devaient donc compter sur une aide extérieure pour leur subsistance. Quelle était la nature de cette aide, sa provenance, sa contrepartie ? Ces questions ne se posent pas seulement pour Cauinal, mais pour l’ensemble de la vallée qui paraît avoir été surpeuplées à certaines époques.”

12La courte reconnaissance que nous avons effectuée au nord-ouest de Cauinal (Pasulup, Chivaquito, Los Pajales) a permis de constater la fréquence et la densité des versants convexes râclés et nus, à pendage fort (30 à 50°) dans ce secteur. Le sol a pratiquement disparu. On peut émettre l’hypothèse que cette phase rhexistatique intense est probablement liée à l’agriculture maya, peut-être avec un climat plus humide qu’actuellement. Il est fort douteux que le décapage des sols date de l’époque coloniale, même si le surpâturage a pu accentuer le phénomène. Cependant, même une intense utilisation de ces pentes pendant des siècles ne permet pas de penser que la population précolombienne de Cauinal pouvait se nourrir uniquement sur les terres limitrophes. L’hypothèse d’une forte organisation sociale permettant de drainer tribut sur une large région paraît plus vraisemblable.

Fig. 22 – L’arrière-pays de Rabinal et Cubulco : la vallée du rio Chixoy.

Fig. 22 – L’arrière-pays de Rabinal et Cubulco : la vallée du rio Chixoy.
  • 5 Finca Chimiagua, folio 35, libro 28, No. 19. “terrenos llamados Chimiagua y Pasieté, comunales del (...)
  • 6 Finca Cauinal, No. 546, folio 209 ; libro 70. “terrenos de Cubulco compuesto de 76 caballerías 1/4, (...)
  • 7 Finca Los Pajales, No. 4474, folio 242 ; libro 25 Quiché. “terrenos baldíos denunciados por varios (...)
  • 8 Dans le titre de Chimiagua, on trouve le passage suivant : “... lindando con terrenos de Pablo More (...)

13La région de Cauinal dut ensuite être abandonnée avec la défaite des Quichés et des Rabinaleb devant les Espagnols, et constitua une tierra baldía sous la colonisation, à vocation d’élevage, au profit des pueblos voisins. Ce qui n’implique pas l’absence d’un peuplement plus lâche d’agriculteurs (indigènes, puis infiltration de ladinos). Les gens de Cubulco (communauté, particuliers, ou religieux) accrurent leur influence vers le nord, au-delà du rio Chixoy, aux dépens du Quiché, faisant reconnaître légalement leur occupation en propriété communale (finca Chimiagua “achetée au roi d’Espagne”5 finca Cauinal6) ou privé, laissant au passage des “blancs” au statut légal mal défini. Le XIXe siècle, avec l’augmentation de la population et les nouvelles lois d’accession à la propriété (en particulier sous le gouvernement de Rufino Barrios, 1873-1885), vit un vaste mouvement de dénonciation des tierras baldías par des gens du Quiché, de Baja Verapaz, etc., ce qui entraîna l’appropriation définitive des terres autrefois considérées comme libres et l’octroi de nouveaux titres dans les années 1900 (finca Los Pajales, 142 caballerías, 19067). La fonction d’élevage constituait toujours la dominante économique de cet arrière-pays. En même temps, un certain nombre de parcelles étaient démembrées des titres communaux pour le compte généralement de ladinos des bourgs8 (Cubulco essentiellement). De nouveaux habitants venus des municipios de Rabinal (Río Negro, Los Pajales) ou de Cubulco (Pasulup, Chivaquito, Chicruz ?...) tant indigènes que ladinos, fondèrent au début du XXe siècle définitivement les aldeas actuelles, renforçant les occupations coloniales (Chicruz ?) ou créant de nouveaux foyers de peuplement, localisés le plus souvent sur les sites archéologiques (Río Negro).

  • 9 Les terres communales enregistrées sous un titre unique sont redevables d’un impôt foncier global a (...)
  • 10 Cf. Y. Le Bot : “Tenure et rente foncière dans l’altiplano occidental, Guatemala.” in Cahiers des A (...)

14Les descendants actuels de ces éleveurs du XIXe siècle et des trente premières années du XXe ne sont plus assurés, comme leurs ancêtres (possédant jusqu’à 100 têtes de bétail par famille) de trouver milpas et pâtures fertiles en abondance. Le régime de la terre reste communal, chaque paysan étant censé payer l’impôt de tres por millar aux autorités locales gérant les titres9, mais les meilleures terres (vegas) sont considérées comme privées sans que la majorité des occupants détiennent un quelconque document ou une écriture10.

  • 11 C. Bataillon : “Conflits agraires et communaux à San Andrés Sajcabajá.” Cahiers des Amériques Latin (...)
  • 12 Extrait du journal officiel, 29 juin 1961, No. 25, p. 275.“... El Presidente de la Republica acuerd (...)

15Comme dans les régions voisines du Quiché (San Andrés Sajcabajá, Canillá...) la tendance est à l’appropriation privée des communaux, ce qui entraîne des conflits d’intérêt entre les éleveurs de Cubulco voulant continuer à faire paître leurs troupeaux dans les communaux “libres” et les habitants-résidents des aldeas des vallées de l’arrière-pays (Chicruz, Pasulup, Chivaquito...) ; ces derniers devenus plus nombreux, en majorité agriculteurs, sont désireux de protéger leurs cultures des dégâts provoqués par le bétail laissé sans surveillance. Ces tensions se traduisent par un mouvement rapide d’enclosure des parcelles cultivables, en particulier dans la montagne, et par l’organisation des habitants des aldeas. Un conflit identique à celui que nous avons rencontré à San Andrés Sajcabajá (Bataillon 197411) opposa dans les années 1950-60 la municipalité ladina de Cubulco voulant administrer les “terres communales’’ pour son propre compte (perception du 3 ‰) et les résidents de ces titres, indigènes et ladinos confondus ; ces derniers se considéraient comme seuls habilités à percevoir le 3 ‰. La majorité indigène et la minorité ladina des aldeas de Chicruz, Chirramos et Chivaquito firent alors reconnaître leurs droits en créant la comunidad indígena de Cubulco dont les statuts furent approuvés officiellement en 196112. Les démarches furent effectuées par le secrétaire de la communauté de l’époque, un ladino résidant à Chicruz, se considérant lui-même comme “indigène” puisque vivant sur et cultivant les terres communales. Depuis cette date la communauté administre officiellement les titres de Chimiagua et Cauinal et continue de percevoir sans contestation le 3 ‰ sur les populations incluses dans les titres Chirramos, Los Pajales, Cimientos Calá et Chicruz (cf. fig. 22), au nom des 444 membres fondateurs (1961).

16Pour autant, les éleveurs de Cubulco, Canchel, etc. continuent à faire paître leurs troupeaux en hivernage dans la région sans payer aucun impôt ; cette situation entretient des frictions avec les habitants des aldeas concernées. Des paysans originaires de Xococ (Rabinal) cultivent également les pentes arides du cerro Xocoyan, au-delà de Chicruz (milpas d’appoint, ranchos temporaires), ou viennent récolter la palme sauvage.

17La comunidad indígena de Cubulco est également en conflit avec les habitants de Los Pajales, indigènes, originaires de Rabinal, venus s’installer dans les années 1900 sur une tierra baldía aux limites de la finca Chimiagua. Ces derniers furent chassés de leurs milpas en 1973-1974 par les gens de Chimiagua pour une durée de trois ans, jusqu’à ce qu’ils parviennent à faire légaliser les limites de leur titre (Finca Los Pajales enregistrée en 1906, confirmée le 5 septembre 1977). L’aldea Los Pajales partage avec l’aldea Río Negro la gestion du titre en question (142 caballerías, cf. fig. 22).

18La gestion des terres communales, les conflits qui en découlent, compliquent le problème du déménagement d’une partie des comuneros, ceux qui habitent les vallées qui seront inondées.

19Cependant, pour les aldeas de cet arrière-pays en rapide croissance démographique, la période faste du grand élevage est terminé. L’économie locale repose essentiellement sur l’agriculture sèche, l’artisanat, le travail salarié, ce qui n’exclut pas l’exil définitif dans les régions colonisatrices du Nord. En 1976 la sècheresse persistance a chassé une quinzaine de familles de la région de Chicruz vers Ixcán, où elles se trouvent encore.

2- Terroirs et activités de la vallée du rio Chixoy

20Deux aldeas (villages semi-regroupés) ont été étudiées dans la partie est de la vallée inondable.

  • 13 Enquête du Comité de Reconstruction, 1978.

21a/ Chicruz, 898 habitants13, s’est installé au confluent de trois cours d’eau : le rio Chixoy, le rio Blanco venant du nord et le rio Chicruz venant du sud (fig. 23), lieu de passage privilégié entre la partie septentrionale et la partie méridionale de la vallée principale. Les rives bordées de lambeaux de terrasses ont fixé la population malgré l’encaissement des versants (pente supérieure à 35°) et l’étroitesse des terrains plans, appelés localement vegas. Le niveau des terrasses des rios Chicruz et Blanco est plus élevé (10-20 m au-dessus du niveau moyen des eaux) que celui des terrasses le long du rio Chixoy : rive gauche 5-10 m ; rive droite, niveau supérieur 5-10 m, niveau inférieur 1-4 m, inondable en cas de crue majeure. Les vegas sont largement remblayées par les colluvions descendues des versants, formant localement des cônes de pierrailles infertiles. La largeur des terrasses ne dépasse pas 50 à 70 m. C’est pourquoi le terroir de l’aldea s’étend à la fois sur les terrains plans et sur les versants raides proches, dans un rayon de 2 km autour du confluent, pour les milpas et vergers, et sur les sommets plats des montagnes proches (pâture privée le plus souvent). Au-delà, maquis et forêt sont considérés comme terre communale libre pour tous (ramassage du bois, de la chaux, de la palme sauvage, milpas d’appoint...)

22La formation de l’aldea (87 familles recensées à Chicruz en 1978, une vingtaine d’autres dans les hameaux proches) semble assez récente. Les témoins parlent de l’existence de six grandes familles seulement au début du siècle, ladinas et indigènes, qui auraient ensuite essaimé dans les vallées voisines, réoccupant des sites anciens comme Pueblo Viejo (Cauinal). Cependant le titre des terres sur lequel se trouve Chicruz, enregistré sous le nom de “finca Cauinal” (76 caballerías) en 1886, fait référence à une mesure précédemment effectuée en 1861 sans que l’on sache l’importance de la population habitant localement au XIXe siècle. Toutes les vegas à proximité du confluent sont maintenant définitivement occupées sans que les paysans n’en aient de preuve écrite.

23La construction du pont suspendu sur le rio Chixoy, achevée en 1972, à l’initiative des dirigeants de la communauté, renforce la position de lieu de passage. C’est le seul signe de modernisation dans un village qui ne possède que peu de services : une école sans maître, deux tiendas peu achalandées, pas de poste de santé, les deux chapelles (catholique, évangéliste) et le cimetière.

Fig. 23 – La région de CHICRUZ.

Fig. 23 – La région de CHICRUZ.

24L’originalité de la communauté réside dans son fort degré de métissage ; le mariages indigènes-ladinos ne sont pas rares. Aussi la distinction classique entre les deux groupes n’est-elle pas immédiate. Le recensement de 1973 dénombrait cependant 175 indigènes et 107 ladinos. Ceux que l’on considère comme ladinos habitent de préférence dans des maisons au toit de tuile à une ou deux pièces (39 maisons recensées en 1978 sur 92 habitations) tandis que les indigènes occupent des ranchos, cabanes en bois et chaume, à pièce unique.

25b/ Rio Negro, 800 habitants environ en 1978, se trouve à 7 km en aval de Chicruz sur le rio Chixoy. C’est le village le plus proche du mur du barrage (8 km à vol d’oiseau). L’aldea s’est installée dans un élargissement de la vallée, rive droite, sur une double terrasse dominée par les versants raides et nus de la sierra de Chuacus. La rive gauche, entaillée par les eaux bouillonnantes du fleuve, interdit tout établissement humain sauf en aval (vega San Pablo). En amont (fig. 24) une gorge étroite sépare Río Negro de Chicruz ; les relations entre les deux populations sont épisodiques : le chemin le long du fleuve est périlleux et peu fréquenté. Les habitants de Río Negro préfèrent rejoindre directement leur municipio de rattachement, Rabinal, par la montagne, sans passer par Chicruz (rattaché à Cubulco). Pas de pont ; en saison sèche plusieurs gués sont praticables pour le passage du bétail. En saison humide, les habitants utilisent des radeaux de calebasses pour la traversée d’une personne et d’une charge, lorsque le courant n’est pas trop fort.

26La vega de Río Negro est séparée en deux par une avancée de la sierra. Les terrasses naturelles ont été consolidées, remodelées par l’homme pour former deux niveaux : la basse terrasse, la plus large (50 à 200 m) gagnée sur le lit majeur, comporte encore des blocs grossièrement roulés et des bancs de sable, conquis pour la culture ; la haute terrasse bordée d’un mur de pierres sèches, largement comblée par les colluvions venues des versants, domine de 4 à 5 mètres l’ancien lit majeur. Quelques lambeaux de terrasses isolées en aval complètent le terroir jusqu’au confluent avec le Río Salamá, ainsi que des pâturages d’hivernage rive gauche vers Los Pajales. Plus on se rapproche des rios Salamá et Carchelá en aval, plus la sécheresse s’accentue. La forêt disparaît au profit d’un maigre maquis d’épineux et de palmiers. L’érosion des versants est intense. Ces facteurs expliquent sans doute la concentration de l’habitat dans le secteur plus hospitalier de Río Negro, alors que le titre des terres s’étend largement rive gauche (Finca Los Pajales enregistrée en 1906, exploitée pour moitié) et rive droite. L’utilisation de la vega et des versants proches est identique à celle de Chicruz.

Fig. 24 – La région de RIO NEGRO.

Fig. 24 – La région de RIO NEGRO.
  • 14 Un rancho fait 5,50 m sur 3,50 m environ, avec une charpente en cœur de pin soutenant un toit à qua (...)

27Par contre, la population présente l’originalité d’être exclusivement indigène (115 familles recensées en 1978, aucune famille ladina). Chaque groupe familial occupe 2 à 3 ranchos en bois et toit de chaume, remarquablement construits14 tournés vers la cour intérieure, installés sur des plates-formes consolidées (murs de soutènement en pierres sèches) à proximité immédiate de la milpa. La similitude entre cette forme d’habitat et les plates-formes d’habitations précolombiennes est frappante. Il existerait également une division en quatre quartiers. S’agit-il d’une continuité de peuplement depuis l’époque précolombienne ou d’une ré appropriation du site au XXe siècle ? La découverte des documents fonciers renforce la deuxième hypothèse.

28On constate la solide cohésion des groupes familiaux et de la communauté tout entière, ainsi que de l’endogamie très présente. Chaque groupe familial possède sa parcelle, sans document écrit. La transmission se fait par héritage. Il ne semble pas que les parcelles se vendent actuellement.

29Les services, comme à Chicruz, sont très réduits : une école construite depuis 1977 sans maître, pas de poste de santé. L’eau potable est recueillie comme dans tous les villages de la vallée dans des puits peu profonds creusés dans les berges. L’eau boueuse est filtrée par des sables et graviers. Chaque puits est géré en commun par 4 ou 5 maisonnées.

30Le dynamisme de la communauté indigène se marque par la création d’une coopérative depuis mai 1978, comprenant 80 sociétaires pour la commercialisation des nattes de l’artisanat local. Ce succès a permis d’ouvrir dans les mêmes locaux une coopérative de consommation (vente des produits de première nécessité, alimentation, médicaments, boissons...). La coopérative est le centre d’attraction de l’aldea, une sorte de “Café du Commerce” où se discutent les grands problèmes locaux. On y apprend même à lire et à écrire.

  • 15 Instituto de Forestación, organisme national chargé du reboisement et de la lutte contre l’érosion (...)

31Le fléau principal, davantage que la pente ou les sols médiocres, semble être ici, plus encore qu’à Chicruz, la sécheresse. Les récoltes ne sont jamais assurées. Les pluies peuvent manquer, même en hivernage. Le reboisement des pentes entrepris depuis plusieurs années par l’INAFOR15 en prévision de l’installation du barrage est en grande partie un échec.

32Au-delà des spécificités de chaque aldea (Chicruz largement métissée, communauté ouverte ; Río Negro exclusivement indigène, plus isolée), les activités pratiquées par les habitants de la vallée sont très semblables et seront étudiées ensemble.

C) Calendrier des activités économiques

  • 16 1 manzana =6 cuerdas = 0,4 ha localement – Recensement agricole 1mz = 0,7 ha.

33Le système de production local repose sur l’exploitation familiale, en faire-valoir direct. Le métayage al partir (partage de la récolte moitié, moitié) est rare. Dans chaque aldea le minifundio est le lot commun : la majorité des exploitations ont moins de 5 manzanas16 de terres souvent médiocres comme l’indique le tableau 2.c. Les indicateurs économiques représentés ont été calculés par recoupement à partir des données brutes du recensement du Comité de Reconstruction en 1978 ; ils doivent être interprétés avec prudence : l’absence des intéressés au moment de l’enquête ou le refus de répondre (21% à Río Negro), des réponses sur ou sous-évaluées en fonction d’une éventuelle indemnisation faussent les résultats. Mais il ne nous a pas été possible d’effectuer une enquête de même type en 1979. Les moyennes propriétés sont peu nombreuses (4 exploitations de plus de 15 manzanas à Chicruz, aucune à Río Negro).

Tableau 2.c : Principaux indicateurs économiques, 1978

Tableau 2.c : Principaux indicateurs économiques, 1978

Enquête portant sur chaque famille nominalement. Additions et
pourcentages de l’auteur. 1978. Comité de Reconstruction National.
Gaitán Sanchez.

34La superficie exploitée par chacun ne permettant pas de nourrir la famille toute l’année, différentes activités se combinent avec l’agriculture et apparaissent sur le calendrier agricole 2.d.

Tableau 2.d: Calendrier agricole (CHICRUZ, RIO NEGRO)

Tableau 2.d: Calendrier agricole (CHICRUZ, RIO NEGRO)

1- La culture en hivernage.

35Aucune irrigation n’étant pratiquée à grande échelle à partir de l’eau permanente des rivières, la saison agricole dure de 4 à 7 mois selon les plantations.

36Priorité est donnée à deux récoltes : le maïs et le maicillo, généralement complantés sur le même terrain.

  • 17 quintal = 45 kg ; une cuerda = 500 à 650 m², dans le recensement officiel= 0,07 ha.
  • 18 Introduction en 1956 par le Servicio de Fomento de la Economía Indígena (ministère de l’Agriculture (...)
  • 19 1 quetzal = 1 Dollar US.

37La semence de maïs la plus utilisée est d’origine locale : le maiz chiquito à cycle court (3 mois) est semé en mai-juin aux premières pluies ; il est récolté en août-début septembre. Les épis sont de petites tailles, souvent rongés par la vermine. L’engrais chimique n’est pas utilisé. Aussi les rendements sont faibles, voire dérisoires si les pluies d’hivernage ont été insuffisantes : 0,5 à 1 quintal par cuerda 17Malgré la croissance démographique, la pratique de la jachère longue (3 à 4 ans de culture, 3 à 5 ans de repos) s’est maintenue, même sur certains terrains plans. Le relais insuffisant constitué par l’engrais naturel (pratique de la “vaine pâture” en saison sèche) peut expliquer son maintien. Pourtant, l’utilisation de l’engrais chimique a largement pénétré les bassins de Rabinal-Xococ et Cubulco depuis les années 60.18 Il est probable que l’éloignement, la pauvreté, le maintien – même limité à quelques têtes par exploitation – de l’élevage bovin, le caractère aléatoire des récoltes n’incite pas à l’emploi des fertilisants coûteux (11 quetzales19 le quintal en 1979 ; 1 quintal pour 5 cuerdas).

38Le maicillo, sorte de sorgho dont la feuille ressemble au départ à celle du maïs, a un cycle plus long (5-6 mois) ; 4 à 5 grains sont semés ensemble tous les 80 cm environ, intercalés avec les cannes de maïs (3 à 4 grains semés ensemble). Les travaux pour les deux céréales sont identiques : 20 à 25 jours pour un homme par hectare pour la préparation du terrain, 5 à 8 jours pour les semailles, 15 jours pour le premier nettoyage, 15 jours pour la calza (pratique consistant à chausser les cannes de maïs) 8 jours pour la récolte du maïs en août, 8 jours pour celle du maicillo en octobre-novembre.

39La robustesse du maicillo lui permet de terminer son cycle végétatif sans eau au début de la saison sèche. Les rendements sont relativement élevés, 2 à 3 quintaux par cuerda les bonnes années. Les épis sont engrangés dans les greniers et utilisés comme le maïs : en tortillas pour les hommes, en grains pour les animaux de basse-cour. Le maicillo est une spécialité de la vallée du Chixoy ; on le rencontre rarement dans le bassin de Rabinal. L’hypothèse la plus vraisemblable est que la semence fut apportée dans la vallée vers les années 1930 par une famille originaire de Saltán (municipio de Granados). Bien adapté à la sécheresse, son emploi s’est généralisé au point de concurrencer le maïs. Aujourd’hui, il complète, voire remplace la production de mais selon les années. D’autres sources font état d’une grande ancienneté de cette culture dans la région, sans autre précision.

40D’autres cultures complètent la milpa :

  • le haricot complanté ou cultivé seul est le complément indispensable de l’alimentation. Les rendements sont bas si le haricot est cultivé dans la milpa (moins de 1 quintal par cuerda), relativement élevés si le haricot est semé seul dans un terrain humide de la vega (1 à 2 quintaux par cuerda).

  • une récolte secondaire de piments et tomates peut avoir lieu selon les années sur une toute petite portion du terroir à proximité de l’eau des rivières, davantage à Río Negro sur la basse terrasse qu’à Chicruz.

    • 20 1 centavo = 1/100ème de quetzal.

    par contre la culture de l’arachide, seule culture spéculative de la région, a pris un essor important dans les vingt dernières années. Introduite en 1940-50 dans la région de Rabinal, régulièrement améliorée, elle offre un revenu non négligeable aux paysans de la vallée. Les nouvelles variétés à cycle court (3 mois) ont des rendements élevés (2 q./cuerda). Mais la cacahuète de bouche demande à être plantée seule, bien entretenue, avec l’apport d’engrais. Semée en mai, elle est récoltée en août et se vend bien sur les marchés de Cubulco, Rabinal, première étape des circuits de distribution vers le Petén et la capitale : 25 à 30 centavos20 la livre. En comparaison, une livre de maïs vaut à la même époque 9 centavos.

  • les arbres fruitiers complètent le tableau des cultures. Chaque famille habitant à proximité des cours d’eau possède quelques arbres (orangers-citronniers-manguiers). Les fruits sont consommés ou vendus sur place comme la plupart des autres produits, excepté la cacahuète et d’éventuels surplus de maïs.

2- L’élevage

  • L’élevage bovin s’est maintenu, vu l’abondance des terrains de parcours dans les montagnes communales. Mais la sécheresse, l’érosion et l’étroitesse des vallées où se tient le troupeau de novembre à mai en limite la taille (1 à 3 têtes par famille, 20 têtes au maximum). Déjà plus de la moitié des exploitants ne possèdent pas ou plus de gros bétail. Lorsque les éleveurs n’ont pas de pâtures privées, ils joignent leurs animaux au troupeau commun dont la surveillance est assurée à tour de rôle, en particulier à Río Negro : de mai à novembre les bêtes sont en liberté dans les montagnes, après avoir franchi le rio Chixoy à gué. Elles rentrent pour la saison sèche sur le terroir de l’aldea où elles se nourrissent des restes de la milpa (cannes laissées sur place) ou des jachères pâturées. Cette pratique de la vaine pâture maintient les traditions communautaires et l’absence de clôtures dans les vegas. En 1979 chaque aldea possède 600 têtes de bétail environ. Le troupeau est une caisse d’épargne. Les bêtes sont vendues en cas de besoin, sauf pour quelques éleveurs qui spéculent sur l’achat et la vente d’animaux. Ces derniers cultivent alors du fourrage pour leurs troupeau.

  • la très grande majorité des paysans élèvent des volailles et des porcs pour se procurer de l’argent frais ; une truie peut faire deux portées par an ; un porcelet sera vendu 6 à 8 quetzales/pièce au marché hebdomadaire de Rabinal ou à Belejub (vers Uspantán) ; engraissé en 4-5 mois, il se vendra 20 quetzales.
    Enfin la pêche est pratiquée par tous épisodiquement. Les poissons relativement abondants mais de petite taille, sont pêchés à l’aide de filets plombés lancés à la volée ou à la nasse au débouché des barrages de pierre construits régulièrement sur le rio Blanco.

41L’artisanat et le travail salarié (sur place ou dans les plantations de la côte) sont les compléments indispensables de l’économie locale (cf. calendrier 2.d.).

3- L’artisanat de la palme

42L’enquête du Comité de Reconstruction de 1978 (cf. tableau 2.c. Principaux indicateurs économiques) sous-estime l’artisanat à Río Negro où il est pratiqué toute l’année par les hommes, les femmes et les enfants, alors qu’à Chicruz il s’agit d’une activité intermittente pratiquée par les femmes essentiellement (davantage les femmes indigènes que ladinas).

43Le matériau de base est la palme sauvage récoltée toute l’année dans les montagnes proches du rio Chixoy (cf. carte des relations fig. 26). Les palmiers régulièrement délestés de leurs feuilles peuvent pousser jusqu’à 2 mètres de haut maximum. Les palmes sont prédécoupées en brins, séchées, puis utilisées pour la confection de nattes sur place, ou vendues (15 à 20 centavos la gerbe de 12 brins). En un jour on peut récolter jusqu’à 10 gerbes, mais le travail est périlleux, lointain et occasionnel. Une natte nécessite 2,5 à 3 gerbes de palme (soit 40 à 50 centavos de matériau si celui-ci est acheté). La natte sera ensuite vendue 75 centavos (natte simple de palme colorée, Río Negro) ou 1 à 1,5 quetzal (natte double de palme blanche, Chicruz). Si toute la famille s’y met, la natte est confectionnée en un jour. L’éloignement des marchés (5 à 7 heures à pied au maximum) limite la production. La coopérative de Río Negro, par contre, permet une production toute l’année avec l’assurance que les produits seront vendus.

44D’autres travaux sont aussi réalisés, de façon non systématique : broderies de huipiles pour les femmes indigènes, confection de vêtements pour les femmes ladinas, tressage de cordes en fibres de cactus, de filets, confection de clôture de maisons etc.

4- Le travail migratoire

45Peu de journaliers trouvent à se louer sur place (1 à 1,5 quetzales par jour pour un bon travailleur). La majorité a alors recours au départ temporaire dans les plantations. L’enquête du Comité de Reconstruction mentionne 80 % de familles touchées. En général, un membre de la famille part pour 1 mois (Chicruz) ou toute la famille part pour 1 à 2 mois pour la récolte du coton (Río Negro). La pratique de l’avance sur salaire est très répandue. Les rabatteurs de main-d’œuvre viennent de Rabinal, Cubulco et San Miguel Chicaj. Les travailleurs se rendent essentiellement dans les plantations du département d’Escuintla.

46La combinaison des différentes activités mentionnées (agriculture-élevage-artisanat-travail salarié), l’apport de quelques ressources par le commerce temporaire (activité fréquente à Río Negro) ne permet pas de dépasser pour la plupart des familles 500 à 600 quetzales par an (Gaitán Sanchez 1978). Trois à quatre propriétaires à Chicruz dépassent 2 000 quetzales, possèdent plus de 10 têtes de bétail et plus de 15 manzanas de terres cultivables. Ils font figure d’exception, sans pouvoir être considérés véritablement comme des riches : même mode de vie rudimentaire, même alimentation, mais leurs fils comme eux-mêmes sont alphabétisés. La différenciation des revenus est moins nette à Río Negro.

47Cependant, la possibilité de défricher une terre nouvelle si nécessaire sur le “communal” malgré les rendements bas et la sécheresse, la proximité de l’eau, des pâtures, du bois, de la palme, l’équilibre du groupe familial et les racines de la communauté au-delà de la pauvreté sont des raisons suffisamment impérieuses pour retenir sur place ces populations et leurs enfants. C’est pourquoi il est nécessaire de faire le point sur l’attitude des deux communautés face au déménagement imposé par l’INDE et les déséquilibres qui vont affecter la région avec l’inondation de la vallée.

Tableau 2.e : Travail migratoire

Tableau 2.e : Travail migratoire

Comité de Reconstruction 1978 – Gaitán Sanchez

3- Les problèmes posés par le barrage en 1979

a) Les populations affectées

  • 21 Le barrage hydro-électrique PUEBLO VIEJO-QUIXAL doit fonctionner en 1983. Capacité installée : 300. (...)

48Le barrage21 va inonder 3 870 manzanas (environ 2 000 hectares) de terres agricoles et 471 habitations (54 maisons et 417 ranchos), plus 10 édifices publics dans la vallée du rio Chixoy et sur ses affluents : rio Chicruz, rio Blanco, rio Salamá. 3500 personnes sont concernées (cf. tableau 3.a). La courbe 820m retenue comme le niveau maximum des eaux recouvre non seulement les vegas et les basses pentes cultivées mais également de nombreux sites archéologiques dont le plus imposant est à Pueblo Viejo-Cauinal, sur le rio Blanco.

Tableau 3.a. : Populations et aires cultivées affectées par le barrage

nom des localites

Nombre de familles

Nombre d’
habitants

Superfice affecttée en manzanas

1. Los Encuentros (E1 Cebollal) Cubulco

15

37

44.00

2. Chitac (Cubulco)

4

29

14,03

3. Chirramos aldea (Cubulco)

51

335

209,02

4. Chitomax aldea (Cubulco)

33

159

140,02

5. Guaynep (Cubulco)

11

59

47,05

6. CHICRUZ aldea (Cubulco)

87

898

1 345,08

7. Pazulup (Cubulco)

9

129

54,00

8. Pueblo Viejo Cauinal (Cubulco)

14

64

55,00

9. S. Juan Las Vegas (Cubulco)

11

113

50,05

10. Panchic (Cubulco)

12

178

34,04

11. Pachec (Cubulco)

6

114

239,05

12. Xuaxan (Cubulco)

4

12

3,05

13. Pacani (Cubulco)

1

15

2,00

14. Chisajcap (Cubulco)

2

28

17,00

15. RIO NEGRO aldea (Rabinal)

113

791

1 438,06

16. Los Encuentros (Rio Salamá)

7

37

20,06

17. Pueblo Viejo Finca (Uspantán)

7

52

7,06

18. Canchun (Rabinal)

2

17

4,00

19. Finca Sta Ana (S. Cristobal Verapaz)

11

68

15,00

20. Puente Viejo (S. Cristobal)

7

49

28,03

21. Los Chicos (S. Cristobal)

2

13

7,00

22. El Zapote (S. Miguel Chicaj)

7

45

6,00

23. Camalpapa (S. Miguel)

17

117

92,05

TOTAL :

433

3 445

3 870,31

Source : Gaitán Sanchez 1978-21 et 39

Fig. 25 – La vallée inondable du rio Chixoy.

Fig. 25 – La vallée inondable du rio Chixoy.

49La majorité des personnes interrogées dans l’enquête effectuée par le Comité de Reconstruction pour le compte de l’INDE accepte le transfert (comment faire autrement ?) mais le déménagement pose des problèmes importants encore non résolus. Quel va être le statut des titres locaux de propriété (finca Los Pajales en commun avec Río Negro 142 caballerías ou 6 500 hectares ; finca Cauinal 76 caballerías ou 3 500 hectares, etc.) si tout ou partie des habitants doit partir ? L’attachement à la terre est si grand que la plupart des communautés (sauf Chicruz) ont proposé qu’on construise leur nouveau village à proximité du barrage, à l’intérieur des “titres”, afin de continuer à jouir de avantages liés à l’usage des terres communales : pâtures illimitées pour le gros bétail, milpas d’appoint, bois de chauffage gratuit, chaux, palme à volonté ; s’ils perdent deux éléments essentiels de leur vie quotidienne, la proximité du cours d’eau (eau sans limitation et gratuite pour : boisson, lavage, pêche, petit arrosage en saison sèche, abreuvoirs pour le bétail, etc.) et les terrains de culture, ils demandent une indemnisation et l’achat pour leur usage de terres de cultures en remplacement, pour une superficie au moins équivalente. D’autant que les surfaces cultivées dans la vallée actuellement ne suffisent pas à nourrir une famille toute l’année. Gaitán Sanchez (1978) précise qu’un agriculteur moyen ne produit que la moitié de sa consommation annuelle de maïs ou maicillo. C’est pourquoi les gens de Chirramos ont proposé leur transfert par achat de propriétés privées soit à Chisantiago (Cubulco), soit à Chimiagua (cf. fig. 25) ; ceux de Río Negro sur le sommet voisin El Coyolar ; tandis que la majorité des gens de Chicruz acceptent leur transfert dans une ou plusieurs fincas de Verapaz ou Quiché.

50L’option choisie par l’INDE semble actuellement le déménagement complet de toutes les personnes concernées pour 1980-81 au plus tard hors de la zone du lac de barrage ou de ses environs immédiats, avec relogement dans le municipio d’origine (Río Negro à Rabinal) ou dans des fincas plus éloignées, indemnisation (non précisée) et achat de terre de cultures (quantité non précisée), ce qui ne va pas sans quelques problèmes, comme nous l’avons constaté sur place. Nous évoquerons à ce sujet l’attitude de deux aldeas dont nous avons fait l’étude socio-économique, Chicruz et Río Negro.

51b) L’attitude des gens de Chicruz et de Río Negro est radicalement différente.

52Lorsqu’ils ont eu connaissance de la nécessité de leur transfert, la majorité des habitants de Chicruz semble avoir accepté le déménagement hors de la région, voire pour certains dans la zone de colonisation au nord (Ixcán). Proposition leur a alors été faite de visiter plusieurs fincas des environs (Verapaz, Quiché) pour s’y établir, ce que réalisèrent plusieurs membres de la communauté. La Finca La Primavera appartenant à la famille Peralta, sur la route Uspantán-San Cristobal Verapaz près du Puente Chixoy a été finalement retenue et l’INDE a acheté 23 caballerías des 140 appartenant à la finca. Il s’agit d’un vallon aux versants raides et stériles, dont seule la partie centrale et les bas versants sont utilisables pour la culture. Cette superficie n’est pas apparue suffisante aux gens de Chicruz qui nous accompagnèrent sur place : il semble difficile d’établir 100 à 120 familles et leur bétail sur cet espace sans adjonction de terres arables. Les travaux de construction du village n’ont pas commencé. Il s’agit d’établir environ 120 maisons neuves, en bois et toit de tôle sur un replat, avec services (poste de santé-école-église) et route rejoignant la voie Quiché-Cobán. Beaucoup de questions restent posées pour les gens de l’aldea par rapport aux terrains de parcours pour le bétail : pourront-ils continuer à utiliser leurs terres communales ? Les distances entre la finca La Primavera et Chicruz ne sont-elles pas trop grandes ? Quelle indemnisation va leur être proposée pour les cultures, les vergers, le bétail ? Ces questions non résolues ne dressent pourtant pas la population contre l’INDE. La communauté était déjà très ouverte sur l’extérieur. Un certain nombre de paysans ont dû quitter Chicruz lors de la dernière période de sécheresse. Les travaux de fouilles entrepris à Cauinal en 1979 ont procuré du travail pendant plusieurs mois à 50 hommes de Chicruz et Pasulup en saison sèche. Les relations avec l’INDE ont ainsi été moins conflictuelles.

53Au contraire, la communauté de Río Negro, soudée autour de sa directiva, a immédiatement refusé de quitter ses terres et son municipio de Rabinal. Ne pouvant s’opposer à l’installation du barrage, les habitants ont alors proposé, y compris sous forme de pétition et délégation au président de la République, qu’on construise un nouvel établissement au-dessus de l’actuel Río Negro, sur le sommet plus ou moins plan d’El Coyolar (rive droite du rio Chixoy). Convenablement raboté, l’emplacement pourrait contenir 200 à 300 maisons, et tous les services nécessaires (école, coopérative, etc...) ; l’eau potable serait tirée de plusieurs puits ; avec un pont (ou des barques) pour traverser le lac de barrage pour les hommes et le bétail, une route pour rejoindre les voies d’accès au barrage (rive gauche), de nouvelles terres à cultiver, la vie pourrait continuer comme avant. L’INDE ne retint comme proposition que le nouveau village, mais hors du secteur du barrage, sur le plan de Rabinal où fut achetée la finca Pacux (2 caballerías). Les travaux de construction de 150 maisons en bois et toit d’éverite (6m x 6 posés sur une parcelle de 15m x 30) bien alignées le long de quatre rues, sont largement avancées. Les gens de Río Negro viennent d’ailleurs y travailler en plus de la main-d’œuvre habituelle du chantier. Il est prévu d’installer l’eau potable, l’électricité, l’école (6 classes), l’église, la coopérative, le poste de santé, etc., sur le modèle des “colonies” construites après le tremblement de terre de 1976 pour reloger les habitants assistés.

  • 22 Notre court passage en juillet 1979 a provoqué la réunion de tous les dirigeants de la communauté, (...)

54Mais la finca Pacux, à l’écart du bourg de Rabinal (2 km) ne comprend que quelques hectares cultivables en bordure du rio Pacux. Il est question que l’INDE achète d’autres terres pour les milpas et indemnise les récoltes perdues. Les habitants de Río Negro n’apprécient guère ces maisons en bois qui ne valent pas leurs ranchos à charpente solide et grenier, avec auvent. Ils maintiennent leur revendication d’un village près du barrage sur leurs terres, et n’ont pas l’intention, semble-t-il, d’accepter la situation22.

55Au-delà des réactions de telle ou telle communauté, c’est tout l’avenir de l’arrière-pays de Rabinal-Cubulco qui est posé par la coupure que représentera le lac de barrage (cf. carte des relations fig. 26), à moins que ne soient maintenus les passages existants (bacs ou barques).

56La traversée du rio Negro ou Chixoy est le passage obligé pour un certain nombre de relations entre les régions de la rive gauche et leurs municipios de rattachement : région de CHIMIAGUA, CHIVAQUITO, PASULUP vers CUBULCO ou XOCOC, région de LOS PAJALES, PACHEC, RIO NEGRO vers RABINAL et XOCOC :

  • chemins pour les relations commerciales et les déplacements des habitants de Los Pajales ou Chivaquito vers les marchés hebdomadaires du Sud (Xococ le samedi, Cubulco le dimanche, Rabinal jeudi et dimanche) ou les ferias de bétail lors des fêtes annuelles.

  • chemins de transhumance pour les éleveurs de Cubulco, Canchel, Xococ, vers les pâturages d’hivernage de la montaña Chimiagua. Quatre gués fonctionnent pour le passage du bétail en mai (rive droite vers rive gauche) et en octobre-novembre (retour vers les municipios d’origine) (cf. fig. 26).

  • itinéraire des gens de Xococ confectionnant des nattes de palme en grande quantité vers les lieux d’approvisionnement en matière première : traversée du fleuve au pont de Chicruz et collecte de la palme vers Los Pajales, Pachec et Río Negro (rive gauche).

  • passage des paysans pauvres des régions limitrophes de Cubulco et Xococ vers les milpas d’appoint des terres communales de l’autre côté du rio Chixoy.

Fig. 26 – Carte des relations (vallée du rio Chixoy).

Fig. 26 – Carte des relations (vallée du rio Chixoy).

57Reste également posé le sort des titres de propriété communaux reconnus au XIXe siècle aux communautés de Chicruz, Pasulup, Pachec (titre de Cauinal 76 caballerías), Chirramos, Chitomax, Chivaquito, Cimientos Calá (finca Chimiagua 269 caballerías), Río Negro-Los Pajales (142 caballerías).

58L’avenir de l’arrière-pays que constituent depuis la colonisation ces régions au-delà du rio Chixoy est bouleversé par la construction du barrage ; un lac inondera plus de 50 kilomètres de la vallée, avec une largeur de 1 km à 250 m selon les endroits. Celui-ci sera-t-il une coupure radicale ou un nouveau lien et lieu de passage entre ces régions déshéritées du Nord et les municipios plus développés de Cubulco et Rabinal-Xococ ?

Notes

1 Les données ont été recueillies lors de la mission effectuée en juillet-août 1979 pour le compte de la R.C.P. 500, avec l’appui d’A. Ichon, chef de mission, la collaboration active sur le terrain d’A. Breton, ethnologue, les discussions avec M. Bertrand, historien. L’enquête a porté prioritairement sur deux aldeas : Chicruz et Río Negro.

2 Pour une étude plus complète de la géographie physique de la région, se reporter à l’article ci-dessus de P. Usselmann.

3 Estimations de la Dirección General de Estadísticas, Guatemala – 1978.

4 Alain Ichon : Rapport sur la 3o. campagne de fouilles de la R.C.P. 500. C.N.R.S., 1979.

5 Finca Chimiagua, folio 35, libro 28, No. 19. “terrenos llamados Chimiagua y Pasieté, comunales del pueblo de Cubulco de su jurisdicción, lomas situadas al oeste del terreno ejidal del mismo pueblo... consta 269 cab., 29 mzs y 6209 varas cuadradas... El pueblo de Cubulco pidió la remedida de su terreno Chimiagua titulado fuera de sus ejidos por 150 cab., 138 y tercia cuerdas compradas al rey de España...”Enregistrée le 3 février 1900.

6 Finca Cauinal, No. 546, folio 209 ; libro 70. “terrenos de Cubulco compuesto de 76 caballerías 1/4, 6 cuerdas y 275 varas cuadradas... tiene como linderos Norte y poniente baldíos.... La municipalidad y vecinos principales de Cubulco teniendo desde muy anteriormente carta de amparo y título de este terreno... se dispuso la remedida de los ejidos de Cubulco... remedida que fue aprobada por el supremo gobierno en acuerdo de 21 de febrero de 1861...” Enregistrée le 7 juillet 1886.

7 Finca Los Pajales, No. 4474, folio 242 ; libro 25 Quiché. “terrenos baldíos denunciados por varios vecinos del pueblo de Rabinal en jurisdicción de Uspantán, departamento del Quiché... consta 142 caballerías y 1038 varas cuadradas...” Enregistrée le 30 mai 1906.

8 Dans le titre de Chimiagua, on trouve le passage suivant : “... lindando con terrenos de Pablo Morente, el llamado Chirramos, el de Pedro García...” Aux confins du titre de Los Pajales se trouvent plusieurs fincas privées : finca Santa Gertrudis, Finca Santa Ana, Finca Pueblo Viejo, etc., dans la partie est de la vallée (cf. fig. 1).

9 Les terres communales enregistrées sous un titre unique sont redevables d’un impôt foncier global annuel appelé tres por millar (3 ‰). Les autorités de la “communauté” se chargent de recouvrer cet impôt tous les trimestres ou semestres auprès des comuneros. Les titres de Chimiagua et Cauinal sont gérés en commun ; le 3 ‰ s’élevait ces dernières années à 64 Quetzales par trimestre pour une valeur déclarée de 850,00 Q. 400 familles environ payaient 0,25 Q/trimestre chacune. Le paiement du 3 ‰ est actuellement suspendu dans l’attente d’une réévaluation de la valeur déclarée des terres en question.

10 Cf. Y. Le Bot : “Tenure et rente foncière dans l’altiplano occidental, Guatemala.” in Cahiers des Amériques Latines, No. 11, 1975, Paris.
"... Parmi les possesseurs de parcelles on distingue souvent deux notions : la possession et la propriété. Une famille X peut posséder une parcelle depuis une ou plusieurs générations sans pour autant en être le propriétaire en titre. Son occupation peut résulter d’un héritage, d’un achat, d’une présence prolongée, d’une concession municipale, etc. Quelquefois elle ne possède même pas de preuve de son occupation “légitime”. Dans la majorité des cas, elle possède un document établi devant le juge de paix du bourg, délivré par la communauté indigène, établi devant notaire, sans que ce papier soit un document officiel. Une famille Y, au contraire, se dit propriétaire parce qu’elle possède une écriture. Il s’agit alors d’une inscription au registre de propiedad inmueble, titre valable aux yeux de la loi. Cette situation résulte d’une appropriation privée incomplète des terres.”

11 C. Bataillon : “Conflits agraires et communaux à San Andrés Sajcabajá.” Cahiers des Amériques Latines, No.11, 1975. Paris.

12 Extrait du journal officiel, 29 juin 1961, No. 25, p. 275.“... El Presidente de la Republica acuerda : 1o. Aprobar los siguientesestatutos de la comunidad indígena de Cubulco"... Art. 1o. : La comunidad indígena de Cubulco es una asociación que tiene por objeto : ...c/ mantener la integridad de los terrenos de Chimiagua y Cauinal, velar porque se conserven los recursos naturales de los mismos y se conserven sus linderos y d/ pagar el impuesto territorial que pesa sobre tales terrenos y los que en lo sucesivo llegaren a establecerse... Art. 4o. : son miembros de la comunidad todos los que aparecen en el acta de fundación de la misma, y los que en lo sucesivo ingresen para lo cual se requiere :a/ mayoría de edad b/ residir en cualquiera de las aldeas de Chirramos, Pajales, Cimientos Cala y Chicruz, y c/ ser originarios de las mismas aldeas... Art. 6o. : Son derechos de los comuneros :a/ recibir el ayuda y protección de la asociación y la de sus miembros tanto por... como en caso de verse perjudicados en la posesión y disfrute de sus tierras...”.

13 Enquête du Comité de Reconstruction, 1978.

14 Un rancho fait 5,50 m sur 3,50 m environ, avec une charpente en cœur de pin soutenant un toit à quatre pentes ménageant un large grenier.

15 Instituto de Forestación, organisme national chargé du reboisement et de la lutte contre l’érosion des sols.

16 1 manzana =6 cuerdas = 0,4 ha localement – Recensement agricole 1mz = 0,7 ha.

17 quintal = 45 kg ; une cuerda = 500 à 650 m², dans le recensement officiel= 0,07 ha.

18 Introduction en 1956 par le Servicio de Fomento de la Economía Indígena (ministère de l’Agriculture), relayé par l’action catholique.

19 1 quetzal = 1 Dollar US.

20 1 centavo = 1/100ème de quetzal.

21 Le barrage hydro-électrique PUEBLO VIEJO-QUIXAL doit fonctionner en 1983. Capacité installée : 300.000 KW – Production d’énergie : 1.710.000 millions KWH – Production électrique totale du pays en 1977 : 2.030.000 mKWH. Le mur du barrage construit au verrou de Pueblo Viejo aura 110 m de haut, 3 millions de m³ de remblais divers, 120 m de large à la base, 12 m au sommet. Un tunnel long de 26 km amènera l’eau en conduite forcée jusqu’à la centrale électrique en contrebas à Quixal. 2 routes nouvelles conduisent au barrage et à la centrale et sont rattachées à la nationale 14 Guatemala-Cobán.

22 Notre court passage en juillet 1979 a provoqué la réunion de tous les dirigeants de la communauté, la confrontation avec une partie de la population lors d’une réunion improvisée, où furent évoqués sans ménagement les problèmes liés au transfert de Río Negro et le rôle ambigu de chercheurs comme nous en cas de conflit entre la population étudiée et les autorités.

Table des illustrations

Titre Tableau 1.a. : Population dans l’arrière-pays de Cubulco et Rabinal (Titres de CHIMIAGUA-CAUINAL-LOS PAJALES-RIO NEGRO)
Légende Enquête réalisée par l’INDE, Institut National de l’Electricité,“Las comunidades de la cuenca del río Negro o Chixoy” Comité de Reconstruction National. Dr. G.A. Gaitán SANCHEZ, 1978.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig. 22 – L’arrière-pays de Rabinal et Cubulco : la vallée du rio Chixoy.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Fig. 23 – La région de CHICRUZ.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Fig. 24 – La région de RIO NEGRO.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7268/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 2.c : Principaux indicateurs économiques, 1978
Légende Enquête portant sur chaque famille nominalement. Additions etpourcentages de l’auteur. 1978. Comité de Reconstruction National.Gaitán Sanchez.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7268/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau 2.d: Calendrier agricole (CHICRUZ, RIO NEGRO)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7268/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 2.e : Travail migratoire
Crédits Comité de Reconstruction 1978 – Gaitán Sanchez
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7268/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Fig. 25 – La vallée inondable du rio Chixoy.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7268/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig. 26 – Carte des relations (vallée du rio Chixoy).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7268/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search