Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 1

 | 
Alain Ichon
, 
Pierre Usselman
, 
Nicole Percheron
, 
et al.

Chapitre IV. Un modèle économique : les haciendas communales de Rabinal (Fin xviiie – début xixe siècle)

Michel Bertrand

Texte intégral

1Depuis le travail de François Chevalier sur les grands domaines au Mexique, l’historiographie des structures agraires de l’Amérique Espagnole s’est presque exclusivement intéressée à de telles propriétés. Or, si l’importance économique et sociale de telles haciendas n’est plus à démontrer, il reste qu’autour d’elles existait tout un réseau de petites ou moyennes propriétés, qui jouaient également leur rôle.

2Au Guatemala, la Verapaz présente peut-être un domaine privilégié pour l’étude de telles haciendas. L’interdiction de la pénétration des Espagnols, répétée régulièrement jusqu’au XVIIe siècle, a empêché la formation, pendant la période coloniale, de très grands domaines. Seuls les Dominicains, qui avaient le contrôle de la région, font exception à cette règle générale. Aussi, en Verapaz, ce n’est pas la grande propriété qui domine pendant la colonie, mais la moyenne propriété.

3En effet, autour de chaque village de Réduction et de son ejido (ensemble des terres possédées par la communauté), gravite tout un ensemble de propriétés plus ou moins importantes ; le cas de Rabinal, loin d’être exceptionnel, donne une bonne illustration de cette réalité. Les haciendas qui y existaient étaient essentiellement de deux types : des haciendas d’élevage et des trapiches producteurs de sucre. Leur grand nombre, comme nous le verrons, constitue le tissu de la vie économique et sociale de Rabinal. Tel est le thème que nous essaierons de développer à travers l’étude du fonctionnement, du rendement, des orientations, économiques de telles haciendas. Nous tenterons de démontrer l’importance économique de ces moyennes haciendas, non plus au niveau national, mais au niveau régional, celui du bassin naturel de Rabinal, s’étendant d’Ouest en Est de Cubulco à Salamá, et au-delà de la Verapaz.

4Pour ce faire nous utiliserons le livre de comptes des haciendas, la meilleure des sources pour ce type d’étude. Nous ne pouvons pas disposer des livres de comptes pour les haciendas ladinas (métisses). En effet, la gestion se faisait le plus souvent directement, et nous n’avons donc pu retrouver de tels documents les concernant. Seuls, les inventaires après décès peuvent donner quelques informations, mais ils sont rares et difficiles à retrouver à l’A.G.C.A. Par contre, nous disposons des livres de comptes de deux haciendas, propriétés du village de Rabinal.

5L’hacienda San Miguel, qui appartenait aux confréries du village, a laissé un livre de comptes allant de 1781 à 1845. En fait, la tenue du livre étant très inégale, c’est d’une période plus courte et coupée de blancs dont nous disposons.

  • 1 L’étude reposant essentiellement sur ces deux sources, et afin de ne pas multiplier les notes, nous (...)

6Le deuxième livre concerne l’hacienda El Pilar, appartenant à l’église de Rabinal, et s’étend de 1839 à 1865. Si la régularité dans la tenue du livre est meilleure, les renseignements sont en général moins abondants que dans le premier cas.1

  • 2 A.G.C.A. Al leg. 183 exp. 3551

7L’existence de telles haciendas de communautés ne semble pas être très courante, si l’on en croit l’Alcalde Mayor de Verapaz. En 1786, il précise en effet qu’elles n’existent qu’à Cubulco, Salamá, El Chol, et bien entendu Rabinal.2 D’après lui, ce sont ces propriétés qui font la richesse des paroisses, et celles qui n’en possédaient pas, comme Tactic et Tucurú, avaient beaucoup plus de mal à faire face aux charges économico-religieuses pesant sur elles.

8L’étude s’articulera autour de trois points. D’abord, nous présenterons les structures des haciendas, qui nous en donneront le cadre administratif et foncier. Puis nous analyserons le travail dans les haciendas, en insistant sur le recrutement du personnel et les salaires. Enfin, nous achèverons notre travail en précisant l’orientation économique des haciendas, c’est-à-dire leurs productions et leur “santé économique”.

1- Structures administratives et foncières des haciendas

9L’appropriation foncière des haciendas San Miguel et El Pilar sont révélatrices de la situation de chacune d’elles.

  • 3 1- Sitio de estancia : mesure de surface équivalant à 38, 77 caballerías. – 2- Caballería : 45 ha 1 (...)

10L’hacienda San Miguel avait dans ce domaine une situation très particulière. En 1588, Rabinal recevait une donation de terres du Président de l’Audience. C’est sur cette hacienda dépendant de Rabinal qu’allait naître, puis se développer, ce qui est devenu le village de San Miguel Chicaj. Les terres cédées, qui représentaient un sitio de estancia et quatre caballerías,3 ne constituaient sans doute pas l’ensemble de l’hacienda San Miguel qui nous intéresse. En 1768-70, l’Archevêque Cortés y Larraz qui visite San Miguel Chicaj, écrit :

  • 4 “Dans ce bassin, il y a beaucoup de cultures de maïs, beaucoup de huttes (...) avec son église (... (...)

En este valle, hay muchísimas siembras de maíz, muchísimos jacales (...) con su iglesia, (...). Hay también cañaverales y estancias muy a propósito para ella y también ganado.4

11Ceci prouve donc que sur les terres qui entouraient le village, c’est-à-dire les premières cédées à Rabinal, existaient essentiellement des cultures.

  • 5 A.E.G. pag. 2 exp. 2 Baja Verapaz.

12En fait, tout laisse penser qu’avec la croissance du village, les terres lui appartenant sont allées elles aussi en augmentant. Et lors de son accession au statut de village, San Miguel Chicaj n’avait plus un sitio de estancia et quatre caballerías, mais 38 caballerías de ejidos et 27 caballerías au titre de composiciones (achat de terres appartenant à la couronne royale et vendues à des prix relativement faibles)5. L’hacienda San Miguel devait donc posséder une partie des terres du village, mais non la totalité.

  • 6 Cf. supra, ch. III.
  • 7 A.G.C.A. A1 leg. 2799 exp. 24587

13Le statut de la propriété de la terre possédée par l’hacienda San Miguel mérite lui aussi attention. Contrairement à Nicole Percheron6 nous ne pensons pas qu’il y ait eu appropriation privée de terres communales à travers des confréries. Il nous semble plutôt que les terres des haciendas communales restaient propriété de la communauté. Ce qui semblerait à priori normal puisque le but de ces haciendas était de financer les fêtes religieuses de la communauté. L’histoire de San Miguel Chicaj semble en donner une confirmation. En 1804-1805, il obtint le statut de village, indépendant de Rabinal. L’ejido constitué autour du village incluait bien sûr les terres de l’hacienda San Miguel puisqu’elles étaient propriété de la communauté. Aussi, dès la formation du village, l’hacienda San Miguel se déplaça et s’installa à Panzuk (aujourd’hui Panzuy).7

14De fait, le livre de comptes de San Miguel à partir de 1809 parle de l’hacienda Panzuk et non plus de San Miguel. Il semble donc bien, à travers cet exemple, que les terres de l’hacienda communale restaient incluses dans l’ejido.

  • 8 Document fourni par Pedro Rojas, Síndico de la Mairie de San Miguel Chicaj.

15Un deuxième exemple illustrera cette situation. Sur le plan de Vejido de San Gabriel Panzuy, une partie de Vejido est séparée du reste et à l’intérieur est écrit : cofríada sans doute pour cofradía.8 Il s’agit probablement de la portion de terres communales dont les confréries avaient la jouissance.

  • 9 A.P.R.

16Du fait de la situation “juridique” particulière de l’hacienda San Miguel nous ignorons tout de son extension. Nous savons simplement d’après le livre de CofradíaDulce Nombre de Jesúsˮ9 son emplacement approximatif. En 1789 il est précisé que l’hacienda San Miguel se trouve proche des terres de Panzuk. L’hacienda devait donc se trouver au nord du village actuel de San Miguel Chicaj, le long de la vallée du rio San Miguel. Il est probable que toute cette zone était abandonnée à l’hacienda, ce qui représentait plusieurs caballerías.

  • 10 A.E.G. paq. 4 exp. 21 Baja Verapaz, 1860.

17L’hacienda El Pilar se trouve dans une situation “juridique” semblable à celle de San Miguel. Il nous a été possible de la localiser dans Vejido de Rabinal grâce à un document concernant des terres convoitées par Rabinal et Cubulco sur les bords du Río Negro en 186010. Ce document contient deux plans qui situent l’hacienda El Pilar entre les terres de Canchun au Nord, qui appartenaient à Rabinal ; la Laguna à l’Ouest, qui appartenait à Cubulco ; l’hacienda Buena Vista au Sud-Sud-Ouest qui appartenait à Rabinal ; et à l’Est le lieu-dit Chuachitucan qui appartenait en partie à Doña Severina Padilla.

  • 11 A.E.G. paq. 4 exp. 8 – 1837 Baja Verapaz.

18La situation d’hacienda communale qui est celle d’El Pilar est confirmée à travers les conditions dans lesquelles se fait un achat de terres décidé par l’église en 1845. Pour bien comprendre cela, il faut remonter à l’année 1837. À cette date, Bonifacio Ericastilla (celui-là même qui est le majordome d’El Pilar) et Martinez dénoncent un terrain inculte au Sud-Sud-Ouest d’El Pilar : Chuazuk. La terre mesurée représente 41 caballerías 118 cuerdas.11

  • 12 A.E.G. pag. 4 exp. 21 1860 Baja Verapaz.

19Par la suite, n’ayant pu obtenir le titre de terres à cause des problèmes politiques dont souffre le Guatemala (guerre civile entre Conservateurs de Carrera et Libéraux de Morazán), ils décident en 1846 de revendre le terrain à l’hacienda El Pilar. La terre de Chuazuk, devenue entre temps Hacienda de Buena Vista, vient agrandir El Pilar. Dans le livre de comptes de cette dernière nous avons retrouvé mention de l’achat. Par la suite, en 1860, l’hacienda Buena Vista et celle d’El Pilar sont, dans un document concernant des terres voisines, citées comme propriété de Vejido de Rabinal.12

20Ici aussi donc, l’hacienda de l’église se trouvait sur des terres appartenant en fait à l’ejido de Rabinal : confirmation de ces cessions de terres faites aux institutions religieuses de la communauté par cette dernière. Connaissant l’ensemble des voisins de l’hacienda El Pilar, il nous a été possible d’estimer la surface de l’hacienda. Elle devait être d’environ 13 caballerías. En 1846 l’achat de la terre de Buena Vista l’augmentait de 46 caballerías et demie.

21L’achat de terres par El Pilar et le prix payé nous permettent de connaître la qualité de ces terres. Les 61 pesos 5 reales 1/2 payés en 1837 par Ericastilla et Martinez représentaient 12 reales par caballería. C’est là le prix de terres de la moins bonne catégorie selon le classement établi au 18 ème siècle par les autorités espagnoles. En observant une carte de la région, on constate que les terres de Buena Vista, comme celles d’El Pilar, se trouvent à une altitude moyenne variant entre 1 000 et 1 800 mètres, dans une zone particulièrement accidentée. La seule utilité d’une telle terre où l’eau est rare et intermittente (sauf vers la limite sud de l’hacienda Buena Vista au contact de Xococ) était indiscutablement l’élevage extensif.

22En comparaison, l’hacienda San Miguel se trouvait dans une situation plus favorable. Installée au fond d’un bassin, elle était parcourue par une série de ruisseaux descendant des montagnes environnantes. D’autre part, elle bénéficiait d’une particularité climatique intéressante. Etant en contact, à travers les rios San Miguel et Salamá, avec le Chixoy, elle profitait des orages fréquents qui éclatent sur ce fleuve et remontent le long de ses affluents. Cela explique, comme nous le verrons, que l’hacienda San Miguel, située dans une zone moins sèche, pratiquait d’abord l’élevage des chevaux et non l’élevage bovin comme El Pilar.

23Les structures foncières de chacune des deux haciendas nous ont permis de les situer dans leur contexte géographique, mais aussi économique et même juridique. Il nous faut maintenant, à travers l’étude de l’administration, savoir qui exerçait le contrôle réel sur la marche de ces ensembles économiques, et en conséquence au profit de qui étaient canalisés les bénéfices réalisés.

24Chacune des deux haciendas avait à sa tête, comme responsable, un mayordomo. À l’hacienda San Miguel, entre 1782 et 1785, celui-ci était José Antonio Guirva, ladino. Puis un nouveau mayordomo le remplace, de 1785 à 1788. Ce personnage, dont nous ignorons le nom, payant tribut, nous pouvons en conclure qu’il s’agit d’un indien. Par la suite, les informations concernant les mayordomos sont très fragmentaires : simplement, continuent à alterner régulièrement des individus payant tribut et d’autres ne le payant pas. À partir de 1813 jusqu’en 1819 le mayordomo est un ladino. Enfin, jusqu’à la disparition de l’hacienda, la présence d’un mayordomo semble se perpétuer, bien que le salaire versé le soit de plus en plus irrégulièrement.

25L’hacienda El Pilar, pendant l’ensemble de sa période d’existence, a un mayordomo à sa tête. De 1809 à 1826, la fonction était exercée par Francisco Suyen, indien, dont la famille donne tout au long de la période coloniale des gouverneurs, maires ou principales (autorité traditionnelle) au village de Rabinal. De 1832 à 1839, c’est Bonifacio Ericastilla qui a la charge de l’hacienda. Lui aussi est membre d’une famille importante du village, propriétaire de biens fonciers, mais ladina.

26Il apparaît donc clairement que le poste de mayordomo peut être occupé aussi bien par des indiens que par des ladinos. Pour l’hacienda San Miguel, cela est lié au fait qu’elle regroupe tout le bétail des confréries, ladinas comme indiennes. Quant à El Pilar, hacienda possédée directement par l’église, celle-ci semble recruter son personnel d’encadrement dans les deux groupes ethniques existants, mais en faisant appel avant tout, à l’intérieur de chaque groupe, aux familles dirigeantes.

27La durée en poste d’un mayordomo est variable selon l’hacienda. À El Pilar, le même mayordomo reste pendant des périodes relativement longues, ce qui permet une certaine stabilité (deux mayordomos en 24 ans). Par contre, à San Miguel, la situation est tout à fait inverse. Il semble que la charge soit assumée pendant des périodes courtes, sans doute de trois ans ou moins. Chaque confrérie devait probablement, à tour de rôle, fournir le mayordomo. Mais la rotation devait se faire avec quelques problèmes, ce qui imposait le maintien du mayordomo pendant des périodes plus longues que prévues. Cette rotation permanente, et le peu d’empressement des confréries à jouer ce rôle, mettaient les mayordomos de San Miguel dans l’incapacité d’être les véritables responsables.

28De fait, si le recrutement des mayordomos à El Pilar ne pose pas de problèmes majeurs, cela ne semble pas être le cas à San Miguel.

29En 1801, devant le mécontentement du curé et aussi des indiens de Rabinal face à la déplorable gestion que connaissait cette hacienda :

  • 13 “Il fut proposé de les renvoyer tous (contremaîtres et vachers) et de mettre à la place de nouveaux (...)

Se solicitó mudarlos a todos (caporal y vaqueros) y poner nuevos vaqueros y caporal, pero ni por medio del auxilio de las justicias, hubo quien quiera hacerse cargo y proponiendo los mismos...13

30C’est donc un poste peu convoité que celui de mayordomo à San Miguel. Cette différence entre les deux haciendas ne tient pas tant à une question de salaires (à peu près équivalents comme nous le verrons), mais bien plutôt à la nature même de San Miguel. Regroupant l’ensemble du bétail des confréries, les moins riches d’entre elles se désintéressaient bien évidemment du fonctionnement de l’hacienda, laissant toute la charge peser sur les plus riches. Ces derniers refusant un accroissement de leurs frais, l’hacienda en était la première victime.

31Les conditions de nomination des mayordomos sont également révélatrices de la situation de l’hacienda.

32À El Pilar, c’est le curé qui reçoit la démission du mayordomo Ericastilla en 1839, et c’est à lui que ce dernier écrit :

  • 14 “Veuillez nommer une personne qui reçoive le bétail”.

Sírvase nombrar persona que fuera a recibir el ganado.14

  • 15 Cf. Nicole Percheron.

33À San Miguel, aucune nomination de mayordomo n’est transcrite dans le livre. Mais le contrôle qu’exerçaient les curés sur les confréries ne pouvait pas ne pas s’exercer à propos de la nomination du responsable des biens des confréries.15 Aussi, le curé devait -il sans doute contrôler de près la rotation des mayordomos de San Miguel.

34Une fois nommé, quel était le rôle du mayordomo ? Il couvrait essentiellement trois aspects :

35Le mayordomo était d’abord responsable de l’entretien de l’hacienda. C’est lui qui contrôlait l’ensemble des réparations à y faire. Il était chargé d’engager les ouvriers, de leur fournir le matériel dont ils avaient besoin, de les payer et de les nourrir.

36Le mayordomo était ensuite responsable de l’équipe qui travaillait avec lui dans l’hacienda. Quand ces hommes étaient critiqués dans leur travail, c’était lui qui, en fait, en assumait la responsabilité, comme l’indique l’expression souvent répétée : El mayordomo y sus vaqueros. (Le majordome et ses vachers).

37Enfin, le mayordomo, et c’est là sans doute sa tâche essentielle, était responsable du regroupement du bétail. C’est lui qui en était responsable une fois l’an, afin que le compte du troupeau soit fait. Par là-même c’était le mayordomo avant tout qui était jugé responsable des pertes subies.

38Ces activités excluaient donc de la charge la tenue du livre de l’hacienda. Celui-ci était tenu par le curé qui recevait du mayordomo de chacune des haciendas l’information des dépenses successives et des entrées, tout au long de l’année.

39Le mayordomo était donc en fait un contremaître, un relais sous le contrôle du curé. Cette situation n’est pas surprenante, si l’on considère qu’à San Jerónimo, l’hacienda dominicaine voisine, le mayordomo, laïc et ladino en général, était toujours surveillé par un père dominicain résident.

40Néanmoins, ce schéma pouvait être sujet à des variations parfois importantes.

41À San Miguel, le mayordomo n’avait qu’un rôle secondaire. Il en était réduit à jouer les intermédiaires entre les confréries et le curé. Il ne possédait jamais d’argent frais dans l’hacienda. Tout était remis au curé (tout au moins théoriquement), responsable des comptes.

42À El Pilar, le rôle du mayordomo était plus important. De 1832 à 1839, Bonifacio Ericastilla est entièrement responsable du capital de l’hacienda. Il lui est remis tous les ans par le curé, après qu’il lui ait rendu les comptes annuels. Ceux-ci ne sont d’ailleurs même pas inscrits dans le livre pendant toute sa période de gestion : il est simplement précisé que le curé accepte les comptes remis.

43Il semble donc que la responsabilité octroyée à un mayordomo n’était pas le fait d’une organisation fixe et définitive, mais plutôt le fruit de la confiance. Autrement dit, la méfiance du curé à l’égard de tout ce qui touchait aux biens des confréries semble patente.

44Ayant réduit le rôle du mayordomo, les dominicains n’en avaient pas moins imaginé tout un ensemble de contrôles.

  • 16 Vaquería : Jour consacré à l’évaluation du nombre de têtes composant le troupeau.

45Dans les deux haciendas qui nous concernent, l’argent étant en général remis aux curés, son utilisation, dans ou hors des haciendas, était soumise à leur accord. D’autre part, le contrôle du curé s’excerçait aussi à travers la vaquería16 Tous les ans vers le mois de novembre le curé se déplaçait jusqu’aux haciendas où il faisait le compte du bétail, au préalable rassemblé par le mayordomo et ses hommes.

  • 17 Cf. Nicole Percheron.

46Le pouvoir du curé ne voulait néanmoins pas être celui d’un homme seul. À San Miguel, il se faisait aider par les principales et justicias (c’est-à-dire les autorités municipales indigènes) de Rabinal. Cette collaboration recherchée par les dominicains auprès des responsables de la communauté correspond tout-à-fait à la politique d’évangélisation menée par cet ordre.17 La volonté de “responsabiliser” la communauté et d’éviter que les structures religieuses, sociales, économiques imposées par les conquérants restent extérieures aux indigènes, explique cette politique. Reste à s’interroger sur l’efficacité de telles méthodes, tout au moins en ce qui concerne l’aspect qui nous intéresse. Certes, la municipalité était présente lors des vaquerías, mais elle faisait plus figure de comparse que de véritable responsable. Les autorités ne jouaient même pas un rôle de relais entre l’église et les confréries : si le curé, pour faire appliquer ses décisions, s’abrite derrière elles, il ne semble pas, comme nous le verrons, qu’il y gagne en efficacité.

47À El Pilar, le curé se faisait entourer du Conseil de la Gestion des Biens de l’Eglise, dont nous ignorons totalement la composition et le rôle.

  • 18 A.P.R.

48C’était donc toujours cet ensemble qui jugeait la gestion des mayordomos, même si le rôle du curé était prépondérant. Il ne semble pas que ces contrôles aient été une simple formalité, surtout à l’hacienda San Miguel. En 1798, le livre de la Confrérie Santísimo Sacramento de Rabinal18 précise que sur le terrain de l’hacienda existe une mine, qui en réalité sert de dépôt pour les carcasses de bœufs volés, et qu’elle est pleine de cornes. Cela signifie donc qu’une certaine quantité de bétail disparaissait chaque année malgré le contrôle.

49En 1800, après la vaquería, le curé Fr. José Fireyo interdit au mayordomo toute vente de bétail sans son accord :

  • 19 “C’est ce que possède l’hacienda San Miguel, et parce que le contremaître et ses vachers se plaigne (...)

Es cuanto consta tener la hacienda San Miguel y por ser mucho el exceso con que el caporal y sus vaqueros se quejan de que yo les reprenda y amoneste su descuido, alegando en satisfacción que la pérdida y mortandad consistía en que les había sacado lo florido y solo había dejado lo viejo y cansado, expresiones suyas, mando y ordeno que no se vende ni saque animal ninguno.19

50En 1801, le curé se plaint encore du mayordomo et condamne sa gestion :

  • 20 “À cause de la grande insouciance avec laquelle le contremaître et ses vachers considèrent ces bien (...)

Por ser mucho el recelo con que el caporal y los vaqueros miran estos bienes.20

51Ainsi, si le curé exerce son droit de contrôle sans limite à San Miguel, il faut en analyser la véritable portée. La multiplication des menaces laisse penser que celles-ci étaient inappliquées ou, tout au moins, sans efficacité. N’ayant pu trouver de nouveau mayordomo en 1801, le curé écrit :

  • 21 “On remit aux mêmes la surveillance pour qu’ils en prennent la charge, à la condition que l’année s (...)

Se les volvió a los mismos el cuidado de que se hicieran cargo y que el año venidero se les castigará y quitará si no cumplían bien.21

52L’année suivante, le curé met ses menaces à exécution :

  • 22 “On constate que le premier majordome fut le plus responsable avec d’autres principales... À cause (...)

“Se averiguó que el primer mayordomo fue más culpante con otros principales (...) por lo que se les mandó presos al alcalde mayor a Salamá, quien los tuvo en aquellas cárceles. Por lo que se mudó el caporal y algunos vaqueros dándoles (...) a todos severísima reprensión y igual amonestación al que recibió de caporal y sus vaqueros.”22

53Il ne semble pas que ces mesures aient été très efficaces. Cinq ans plus tard, le curé se plaint à nouveau :

  • 23 “On constate clairement le défaut qu’il y a essentiellement chez les chevalins année après année, e (...)

Se hecha muy bien la falla que hay principalmente en las bestias caballares año con año y aún con el ganado, pues no produce lo que debía producir. A causa que en los mayordomos no hay fidelidad principalmente en el uno, por lo cual se determinó mudarlo y hacerlo cargo del ganado que falta. En efecto se mudó y amenazó con la justicia.23

54Par la suite n’apparaissent plus de telles plaintes. Mais la moins bonne tenue du livre, et la décadence continue de l’hacienda ne laissent pas penser que cela soit signe d’amélioration, mais au contraire que ces menaces ont été inutiles et inefficaces.

Fig. 12 – Evolution des pertes de bétail (en % par rapport au total calculé lors de la vaquería). a) Hacienda El Pilar (1839-1862). b) Hacienda San Miguel (1799-1840).

Fig. 12 – Evolution des pertes de bétail (en % par rapport au total calculé lors de la vaquería). a) Hacienda El Pilar (1839-1862). b) Hacienda San Miguel (1799-1840).
  • 24 Cf. fig. 12 a et b. Evolution des pertes du bétail.

55La meilleure mesure que l’on puisse donner de la gestion défectueuse des haciendas consiste en l’évaluation du nombre de bêtes perdues chaque année.24 L’hacienda El Pilar, la mieux gérée, connaît des taux de pertes qui oscillent autour de 5 %. En comparaison, la mauvaise gestion de San Miguel apparaît à travers un taux moyen d’environ 10 %. Dans cette hacienda, la mauvaise gestion eut des conséquences catastrophiques. En 1839, c’est 86 % du bétail qui est porté disparu. Aussi, il n’est pas surprenant d’apprendre en 1840 que l’hacienda est liquidée, temporairement puis définitivement avec l’accord de l’évêque en 1845. La gestion négligente des haciendas pouvait donc aller jusqu’à leur disparition.

  • 25 Vaqueros : vachers.

56Les défauts de la gestion de l’hacienda San Miguel avaient en fait des causes multiples. Il faut tout d’abord considérer la nature de son activité économique. Elle est, tout comme El Pilar d’ailleurs, un centre d’élevage extensif. Aussi était-il facile pour les mayordomos et les vaqueros25 de laisser “oubliées” quelques bêtes lors de la vaquería, en les faisant passer pour des bêtes mortes. Cette pratique est signalée par le fait que, à plusieurs reprises, “réapparaissent” des bêtes non comptées lors de la vaquería (en 1807 et 1808 notamment). L’exigence imposée par le curé de présenter, pour les bêtes mortes ou prétendues telles, les cornes, ne semble pas avoir réduit cette pratique.

57D’autre part, en raison même de la pratique de l’élevage extensif, il était également possible que le bétail vagabonde hors des terres de l’hacienda, et que lors du regroupement quelques têtes soient ainsi égarées. C’est ce que signale le livre de la confrérie San Pablo en 1789 :

  • 26 “Lors des concentrations de bétail de Panzuk qui n’ont pas été faites (cette année), il est habitue (...)

En las vaquerías de Panzuk que no se han hecho es regular caiga algún ganado de las Estancias San Miguel el que a su tiempo darán cuenta.26

58Une autre raison plus profonde donne une explication plus satisfaisante. Elle est liée à l’origine même de l’hacienda (voir plus haut). En effet, celle-ci ne peut exister que si chaque confrérie accepte d’y participer activement. Or, le livre de comptes indique en 1801 :

  • 27 “Entre toutes les excuses qu’ils donnèrent (le majordome et les vachers), ils expliquèrent qu’il n’ (...)

Siendo entre las muchas disculpas que dieron (el mayordomo y los vaqueros) que no había avenencia entre los vaqueros porque las cofradías que tenían pocas cabezas estas no les ayudaban y los miraban con un total abandono.27

  • 28 Cf. Nicole Percheron.

59Ainsi, l’inégalité des confréries28 est une explication du mauvais fonctionnement de l’hacienda.

  • 29 Kajauxeles : Premier grade dans la hiérarchie des confréries. Appelés aussi majordomes.

60La rivalité entre l’église et les confréries peut permettre également de comprendre les problèmes de gestion de San Miguel. Comme nous l’avons vu, le curé avait la haute main sur le contrôle des haciendas. Aussi les kajauxeles29 des confréries ne s’empressaient-ils pas de faire appliquer un meilleur contrôle sur l’hacienda, qui bénéficierait avant tout au curé. Bien au contraire, nous en voyons certains qui sont accusés, au côté du personnel de l’hacienda, de participer au pillage des biens des confréries : l’incarcération, en 1802, du premier mayordomo con otros principales en est une bonne illustration.

  • 30 A.G.C.A. leg 6001 exp. 52829 fol. 14. A.1

61Enfin, une dernière explication plus conjoncturelle est en relation avec la rivalité entre Rabinal et San Miguel Chicaj. Ce dernier, fondé en 1588 comme hacienda dépendante de Rabinal30 ne cesse, à la fin du XVIIIe siècle, de réclamer son indépendance. Pour arriver à leurs fins, les habitants de San Miguel Chicaj utilisent tous les moyens possibles, légaux et illégaux. Ils s’attaquent par exemple à l’hacienda de confrérie de Rabinal, installée sur “leur” territoire, comme l’explique le curé en 1801 :

  • 31 “Cette hacienda a souffert beaucoup de la prétention du nouveau village, sa demande a entraîné de g (...)

Y ha padecido gravísimo detrimento esta hacienda con la pretensión del nuevo pueblo; su solicitud ha acarreado gran disturbio entre los mismos indios.31

62De même en 1802 il écrit :

  • 32 “On constata qu’ils avaient vendu quelques têtes, soit de celles dont ils ne rendent pas compte, so (...)

Se averiguó que vendieron algunas cabezas o bien de las que no dan cuenta o de las que dan por muertas, y que invertían el dinero en su pretensión de nuevo pueblo.32

  • 33 A.M.S. paq. 2

63Cette revendication de San Miguel Chicaj, qui aboutira en 180433 à la fondation du nouveau village, aura causé entre temps à l’hacienda des dégâts importants.

64Ce n’est pas sans réaction que les curés de Rabinal voyaient l’hacienda dégénérer. Une première réforme fut tentée en 1801. Il fut décidé :

  • 34 “Il sembla à toutes les autorités indigènes, ainsi qu’à moi, qu’il serait souhaitable de marquer le (...)

Fueron de parecer a todos los principales y justicias conmigo que ya no se herrase más que con un hierro y que este fuese el del Rosario, como se había hecho y hace en las cofradías de Salamá, y que todas como a una la cuidasen y asistiesen.34

65Une deuxième réforme consista dans le déplacement de l’hacienda à Panzuk, au nord de San Miguel. On pensait sans doute mettre ainsi le bétail à l’abri des gens de San Miguel Chicaj.

66Ces quelques réactions n’empêchèrent pas l’hacienda de connaître une décadence continue. Une première liquidation eut lieu en 1830. Une petite hacienda se reconstitua sur les cendres de la première. Mais une nouvelle liquidation partielle eut lieu en 1840. Et les quelques têtes de bétail restantes furent définitivement vendues en 1845.

67La gestion de l’hacienda El Pilar ne semble pas poser autant de problèmes : le contrôle du curé ne rencontre pas, si l’on en juge par le livre de comptes, d’opposition farouche. Les seuls conflits entre les curés et les responsables ne sont pas en relation directe avec les problèmes de gestion, mais avec l’endettement du mayordomo auprès de l’hacienda en 1853-1856. Ce problème semble d’ailleurs se régler sans difficultés apparentes. En fait, s’il y a fraude à El Pilar, c’est bien le curé lui-même qui est en cause. En 1853 le nouveau curé de Rabinal juge ainsi la gestion de son prédécesseur :

  • 35 “Le Frère Domingo Lopez sortit au nom du Frère Pedro Abellán, comme s’il était entré dans sa propre (...)

Fray Domingo López sacó a nombre de Fray Pedro Abellán y como si hubiera entrado en su propia hacienda tomando el ganado que se le antojaba y dándole a los precios que le ofrecían 169 reses como consta de la cuenta que queda agregada.35

68Le curé de Rabinal se comportait donc en véritable propriétaire à El Pilar. Aucun véritable contrôle ne pouvant être effectué à leur égard, seul un curé plus scrupuleux que les autres pouvait dénoncer de tels abus.

69Ainsi le contrôle de fonctionnement des haciendas communales de Rabinal semble être entre les mains du curé de la paroisse, mais avec des différences non négligeables. Dans l’une le curé agit en propriétaire ; dans l’autre, il doit composer avec la résistance passive des indiens qui l’empêchent de s’approprier tout le bénéfice de l’hacienda comme il le voudrait.

2- Le travail dans les haciendas

70Les structures de fonctionnement de l’hacienda mises en place, il faut maintenant s’interroger sur les conditions de fonctionnement des haciendas, c’est-à-dire sur le problème du travail au sein de ces entreprises agricoles.

71Le personnel salarié permanent n’existe qu’à l’hacienda El Pilar, et il s’agit du mayordomo. À San Miguel, même ce dernier, dont nous avons vu le rôle secondaire, n’est engagé qu’une partie de l’année.

72Sous les ordres des mayordomos se trouvait une équipe de personnel temporaire. L’évolution du nombre de personnes intégrées dans ces équipes peut permettre de saisir le fonctionnement des haciendas.

73De 1782 à 1788 San Miguel emploie 7 vaqueros. C’est pendant cette période que l’hacienda est le mieux tenue et fait le plus de bénéfices.

  • 36 Corraleros : responsables des bêtes lorsqu’elles sont dans les enclos. Monteadores : surveillent le (...)

74En 1789, le personnel est réduit à un vacher, un berger et à des corraleros y monteadores 36, qui sont un personnel supplémentaire appelé en renfort pour la période de travail la plus intense.

75Par la suite nous ne connaissons le nombre de personnes employées qu’à travers le tribut payé par l’hacienda au nom de ses tributaires. En 1803, ceci concerne trois vaqueros, puis de 1806 à 1809 deux vaqueros.

76Le livre d’El Pilar ne précise pas le nombre de vachers employés. Mais étant donné son bon fonctionnement, on peut penser qu’ils étaient relativement nombreux.

  • 37 Indiens qui s’occupent de la concentration des troupeaux à pied.

77Ainsi, mise à part la période 1782-1788, San Miguel n’engage que deux à trois personnes en plus du mayordomo. Aux côtés de cette équipe de travail les haciendas engageaient des journaliers, employés à la tâche. C’est ce que le livre de comptes appelle monteadores ou indios que vaquearon a pie.37

78Le personnel, employé temporairement, était donc insuffisant. En dernier recours, San Miguel faisait appel aux confréries, sans beaucoup d’écho de leur part d’ailleurs.

  • 38 L’hacienda voisine des dominicains à San Jerónimo employait à la même époque plus de 500 esclaves. (...)

79Ne possédant pas d’esclaves38, San Miguel était abandonnée une partie de l’année. Cette situation permet de comprendre la décadence rapide de l’hacienda San Miguel. Seule la première période, de 1782 à 1788, avec un total de 8 personnes employées, fait exception.

  • 39 Cf. Nicole Percheron, qui estime que la restructuration des confréries à la fin du 18 ème siècle am (...)

80Pourquoi cette diminution drastique du personnel en 1788 ? Le livre de comptes ne fournit pas d’explication. Remarquons simplement que cette diminution coïncide avec une moins bonne tenue du livre, ainsi qu’avec le début du déclin des confréries de Rabinal.39

81Le personnel embauché l’était toujours pendant la même période de l’année. À San Miguel, les bergers et les vachers engagés pendant 4 à 5 mois l’étaient des mois de juin-juillet aux mois d’octobre-novembre. Le mayordomo, quant à lui, était engagé pendant 8 mois. Les dates ne sont pas précisées, mais il est probable qu’elles encadraient celles de son personnel. Enfin, les recrutés temporaires auxiliaires étaient engagés pour les mois d’octobre-novembre. Ainsi, l’hacienda restait sans personnel de février à avril environ.

82Ce calendrier est directement calqué sur le rythme de travail au sein de l’hacienda. En saison sèche, de décembre à juin, les animaux se réfugient sur les hauteurs, seuls endroits où ils peuvent encore trouver de l’herbe car, comme le précise le livre de comptes en 1789, à la fin du mois de décembre l’ensemble des maigres pâturages disponibles était déjà mangé. En effet, en cette saison la vallée de Rabinal est totalement brûlée par le soleil et le manque d’eau. À partir du mois de juin, la saison des pluies redonne vie à la vallée. C’est alors le début des labours et des cultures. Les bêtes, jusqu’alors abandonnées, peuvent devenir dangereuses pour le jeune maïs. Aussi le personnel engagé a-t-il pour tâche de les surveiller. À la fin de la saison des pluies, vers le mois de novembre-décembre, le personnel était chargé de trier le troupeau afin de rendre possible la vaquería qui permettait de faire le bilan de l’année écoulée. C’était d’ailleurs pendant cette dernière période qu’on avait recours à la main d’œuvre supplémentaire : son travail était toujours de regrouper le troupeau au centre de l’hacienda.

83L’hacienda El Pilar semble fonctionner selon un schéma différent de celui décrit pour San Miguel. Si l’on en juge par le faible nombre d’employés temporaires payés à la tâche, cela laisse supposer que l’équipe autour du mayordomo était plus importante. En effet, pour les trois années où cela peut être connu, il n’y a qu’un employé temporaire supplémentaire, et cela pendant deux mois. Le recours à la main d’œuvre extérieure temporaire semble réduit au minimum.

84San Miguel, par contre, utilisait beaucoup plus cette méthode de recrutement. Pour la période pendant laquelle le livre de comptes est le mieux tenu, le nombre du personnel engagé varie entre six et huit, de 1782 à 1788. Par la suite, en 1795-1796 il n’est plus que de 4 monteadores. Deux remarques peuvent être faites : tout d’abord, l’évolution du nombre d’embauchés supplémentaires suit exactement celle des employés réguliers de l’hacienda. Cela confirme donc la moins bonne gestion de l’hacienda à partir des années 1790. D’autre part, le pourcentage du personnel “extraordinaire” par rapport au personnel ordinaire de San Miguel est d’environ 100 % tout au long de la période couverte par le livre de comptes. Cela signifie donc une multiplication par deux du personnel pendant les mois d’octobre-novembre.

85L’importance de l’embauche, régulière et extraordinaire, des haciendas communales de Rabinal, laisse entrevoir le rôle socio-économique que pouvaient jouer les haciendas privées du même type. Un rapport fait en 1763 par les autorités administratives de la Verapaz signale cette originalité :

  • 40 B.A.G.G. tome 2 1937 pag. 297 et suivantes.

Tous les habitants de la Verapaz sont des indiens poco acomodados (pauvres) ; ils possèdent parfois quelques biens; mais tous les autres sont pauvres, et vont (...) sur la côte, ou dans les autres provinces; seuls ceux de Salamá et de Rabinal qui ont sur place où travailler, ont ainsi un salaire hebdomadaire.40

86en ce qui concerne Salamá, le même document précise :

  • 41 Ibidem, pag. 293

Beaucoup travaillent dans les trapiches qui entourent le village, comme dans les haciendas.41

87Il est possible de donner une estimation relativement précise de l’importance du rôle joué par ces haciendas.

  • 42 Cortés y Larraz : Descripción Geográfico-moral de la Diócesis de Goathemala. S.G.H.G. Biblioteca Go (...)
  • 43 A.G.C.A. A3 leg. 238 exp. 4720
  • 44 Circonscription administrative.

88En 1768-70, lors de sa visite à travers tout son diocèse, l’archevêque Cortés y Larraz42 a compté le nombre des haciendas se trouvant sur le territoire des différentes paroisses. Pour l’ensemble du bassin Cubulco-Rabinal-Salamá, Cortés y Larraz compte 15 haciendas. Et pour la Vallée de Urrán (au sud de Rabinal), il compte 5 haciendas. En fait, le nombre des haciendas de ce dernier endroit devait être bien plus important, si l’on en juge par un document postérieur, qui précise le nombre de tributaires extérieurs à El Chol, mais qui travaillent sur les haciendas de cette paroisse. Pour 1790, ce document précise qu’il y a 166 tributaires des villages voisins vivant sur ce territoire43. De plus, il détaille les lieux d’origine de ces tributaires ; 59 viennent de Rabinal et 69 de Salamá. Ils représentent en tout 83 % des tributaires installés à El Chol. Si l’on y ajoute ceux des indiens qui viennent des villages les plus proches de la zone qui nous intéresse (comme San Pedro Carchá, Cobán, Acasaguastlán) on arrive à un total de 86 % des tributaires. Les 14 % restant viennent des villages éloignés, parfois en Verapaz (San Agustín Lanquín), parfois d’autres Alcaldías Mayores44 (Jilotepeque, San Raimundo, San Juan Sacatepéquez, Jocotenango, Chiquimula).

  • 45 A.G.C.A. A3 Leg 1256 exp. 21792

89En 1817, un autre document précise le même phénomène pour le village de Cubulco. Sur les 52 tributaires absents du village, 22 se trouvent dans le Vallée de Urrán et Saltán, et 17 à Rabinal. Il est probable que la grande majorité, sinon la totalité de ces tributaires, vivaient dans ces haciendas se trouvant dans les zones mentionnées.45

90La présence de ces haciendas a pour conséquence de permettre aux indigènes de la région de Rabinal de trouver un travail sur place. Cette possibilité se trouvait encore augmentée par la présence à l’est de Rabinal de deux grandes haciendas dominicaines non comptabilisées par Cortés y Larraz : San Nicolás et San Jerónimo. Cette dernière surtout, la plus riche du royaume selon l’Archevêque, devait offrir des possibilités nombreuses de travail temporaire.

91Il n’empêche que ces possibilités, pour importantes qu’elles fussent, restaient toujours insuffisantes. À preuve, le commentaire constamment répété lors de chaque recensement sur les tributaires absents partis sur la côte.

  • 46 A.G.C.A. A3 Leg 237 exp. 4709

92Trois documents précisent ce phénomène pour les années 1790. À Salamá, sur un millier de tributaires recensés en 1789, il y en avait 350 absents, localisés entre autres à Escuintla, sur la côte Pacifique.46

  • 47 A.G.C.A. A3 Leg 238 exp. 4720
  • 48 A.G.C.A. A3 Leg 237 exp. 4709

93En 1790, l’Alcalde Mayor informait la Real Audiencia des difficultés qu’il rencontrait pour effectuer le recensement de la Verapaz, et précisait que les causes résidaient notamment dans le fait de déplacement des tributaires vers la côte Pacifique, à Retalhuleu.47 En 1791, la même Alcalde Mayor précisait qu’en plus du nombre des tributaires vivant en Verapaz, il fallait inclure tous ceux résidant dans le Suchitepequez (côte Pacifique).48

94Les migrations, comme le travail temporaire, avaient pour cause le besoin où étaient les tributaires de se procurer quelque argent afin de payer à la Saint Jean et à la Nöel le tribut royal.

95L’importance en nombre des haciendas voisines de Rabinal plaçait nos deux haciendas communales dans une situation délicate, du point de vue du recrutement de la main d’œuvre.

  • 49 Cortés y Larraz, tome 1 pag. 297

96En effet, les haciendas “privées” offraient aux indigènes certains avantages. Tout d’abord, elles étaient, pour les tributaires qui cherchaient à fuir le tribut, des cachettes introuvables par l’Administration. En 1768-70, l’archevêque Cortés y Larraz dénonce déjà cette situation, qui fait perdre à la Real Hacienda des ressources importantes.49 Il propose de rendre les hacendados (propriétaires fonciers) responsables des tributaires qu’ils emploient, et d’imposer à ceux-ci de préciser à leurs employeurs leur état et lieu d’origine.

  • 50 A.G.C.A. A3 leg. 237 exp. 4709

97En 1789, l’Alcalde Mayor dénonce encore ce même problème.50 Il accuse les hacendados de cacher les tributaires qu’ils emploient. Il est donc probable que les tributaires préféraient aller travailler dans ces haciendas plutôt que dans les haciendas communales où il n’y avait aucune possibilité de se cacher, l’employeur étant le village lui-même, sur qui pesait la somme globale du tribut à payer, et qui devait être répartie entre les tributaires présents.

  • 51 Repartimiento : distribution forcée de main d’œuvre.
  • 52 A.G.C.A. A3 leg. 226 exp. 4128
  • 53 A.G.C.A. A3 leg. 226 exp. 4133
  • 54 A.G.C.A. Ex/52359 Leg. 5966 A1.

98D’autre part, les haciendas “privées” avaient recours aux repartimientos51 de main d’œuvre, ce que ne faisaient certainement pas les haciendas communales.52 Deux exemples des repartimientos forcés, demandés et obtenus par deux hacendados de Rabinal et Salamá, montrent la difficulté de recruter de la main d’œuvre en période de grands travaux. José Castro de Salamá et Pedro García de Rabinal53, respectivement en 1790 et 1791, insistent tous deux sur les pertes que leur cause de manque de main d’œuvre en période d’activité intensive. Ces difficultés sont essentiellement liées au fait que la période de grands travaux dans les haciendas coïncidait avec celle de la plus grande activité sur les parcelles paysannes. Aussi, seul le recrutement forcé pouvait-il permettre aux haciendas de trouver du personnel. Les haciendas communales, ne pouvant y avoir recours, cherchaient à recruter des paysans disponibles pendant cette période, c’est-à-dire sans ou avec peu de terres. C’est sans doute ce qui explique que ces haciendas recrutaient leur personnel temporaire non à Rabinal mais à Salamá. Ce village, étouffé par les haciendas dominicaines de San Nicolás et San Jerónimo, possédait un ejido tout à fait insuffisant par rapport au nombre de ses habitants.54 Aussi les paysans y étaient-ils disponibles plus tôt qu’à Rabinal.

99Un deuxième aspect essentiel concernant le problème du travail dans les haciendas est celui des salaires.

100Les livres de comptes nous permettent d’établir une hiérarchie des salaires à l’intérieur des haciendas. L’exemple de San Miguel est à cet égard le plus intéressant. Le mayordomo reçoit bien sûr le salaire le plus élevé, qui est de 4 pesos par mois de travail. Vient ensuite le salaire versé aux vaqueros, qui est de 2 pesos par mois, puis celui des pastores, d’un peso par mois, identique à celui des monteadores. Cette hiérarchie recoupe celle des responsabilités. Le pouvoir du mayordomo sur les employés y apparaît clairement. Par contre, la hiérarchie entre les autres employés est plus intéressante à analyser.

101Les vaqueros, appelés aussi corraleros, se situent nettement au-dessus des pastores. Ceux-ci sont par contre payés au même tarif que les monteadores, dont nous avons vu le rôle lors de la vaquería. Ainsi, le partage des tâches à l’intérieur de l’hacienda peut en être déduit. Les pastores étaient essentiellement chargés de la surveillance du troupeau qui vagabondait sur les terres de l’hacienda, et ils se faisaient aider par les monteadores, qui n’étaient rien d’autre que des bergers supplémentaires. Par contre, les vaqueros devaient être chargés de l’entretien du troupeau : surveiller la reproduction, la distribution du sel, la fabrication de fromage et de tout ce qui était produit par le troupeau (peau...), le marquage des bêtes, etc. Il est dommage que le livre de comptes ne précise pas l’origine ethnique, sociale, géographique de ces employés, car il aurait été intéressant de voir comment la hiérarchie des salaires pouvait recouper une hiérarchie plus vaste.

  • 55 Cf. la première partie sur l’administration et les conflits entre le curé et les employés.

102Les salaires des employés de l’hacienda étaient en général payés en espèces. Pour toutes les années où le versement des salaires est mentionné, ceci est toujours le cas à San Miguel. Cette pratique semble tellement établie qu’en 1801, alors que l’hacienda traverse la crise que l’on sait,55 les revenus étant insuffisants pour payer les employés, l’hacienda se voit obligée de vendre des bêtes pour une somme de 70 pesos, afin de verser les salaires respectifs. Une telle pratique n’est pas surprenante si l’on considère que, pour la plupart des employés, le but de ce travail était précisément de se procurer l’argent nécessaire pour payer les divers impôts.

103L’hacienda El Pilar présente les mêmes caractéristiques dans ce domaine des salaires. Et dans chaque hacienda, seules certaines années font exception à cette règle.

104À San Miguel, les années où les salaires sont, entièrement ou en partie, versés en nature, correspondent aux dernières années, c’est-à-dire celles où le fonctionnement est le plus chaotique. Quant à El Pilar, l’année 1855 est la seule où la moitié du salaire du mayordomo soit versée en nature.

  • 56 A.G.C.A. A3 leg. 226 exp. 4128

105Ainsi, une telle pratique semble rester exceptionnelle. En ce qui concerne les autres haciendas voisines de Rabinal, il semble également que le salaire soit versé en espèces. Pedro García, propriétaire de la région de Rabinal, lors de sa demande de repartimiento, précise qu’il paiera les indiens avec le salaire journalier coutumier, qui est d’un demi à un real par jour.56

  • 57 A.G.C.A. A3 leg. 238 exp. 4720
  • 58 Cortés y Larraz, déjà cité.

106Il faudrait savoir si cela est particulier à l’intérieur du Guatemala de la fin du XVIIIe siècle, ou si au contraire l’économie monétaire était profondément introduite dans les campagnes les plus reculées. En ce qui concerne la région de Rabinal, cette pénétration n’est pas surprenante. Malgré les nombreuses plaintes émises dès la fin du 16 ème et pendant le 17 ème siècle sur l’absence du commerce dans la Verapaz, il semble que cela ne soit plus vrai à la fin du XVIIIe siècle. En 1790, l’Alcalde Mayor explique les absences de nombreux tributaires par le fait que les indiens de la Verapaz s’adonnaient au commerce.57 En ce qui concerne Rabinal, cela est confirmé par Cortés y Larraz, qui précise que les activités agricoles du village se trouvaient essentiellement à San Miguel Chicaj, alors qu’à Rabinal, moins fertile et plus sec, n’étaient restées que les activités commerciales.58 Ainsi, l’intensité de l’activité commerciale à Rabinal explique-t-elle l’importance de la circulation monétaire.

  • 59 Esquilmo : il s’agit des revenus produits pendant l’année dans l’hacienda.

107Si l’essentiel du salaire était versé en espèces, il n’empêche que les employés des haciendas communales bénéficiaient d’avantages en nature. À El Pilar, en plus de la somme versée, le mayordomo recevait la moitié de l’esquilmo.59 Cet avantage disparaît en 1842, le salaire étant augmenté d’un peso.

108À San Miguel le mayordomo, en plus de son salaire mensuel, bénéficie d’une tête de bétail par an. En 1800, le curé précise :

  • 60 “Ainsi on donna seulement un poulain comme salaire au contremaître.”

Así solo se dieron (...) un potro de ración al caporal.60

109De même en 1801 il précise :

  • 61 “On pris pour le contremaître un poulain comme salaire.”

Se sacaron para el caporal un potro para su ración.61

110A chaque fois, ce potro s’ajoute au salaire reçu.

  • 62 Cela renvoie au problème de terres communales cédées par le village aux confréries. Il n’y avait pa (...)

111Les autres employés de l’hacienda ne bénéficiaient pas de ce type d’avantages en nature. Ils profitaient par contre d’une aide sans doute très appréciée par les indiens : l’hacienda leur payait chaque année le tribut qui pesait sur eux. Cette aide représentait environ 18 à 20 reaux, soit deux pesos et demi supplémentaires par an. Cette somme, si elle n’est pas forte en soi, avait une grande importance pour les employés indigènes. On sait que la plupart des indiens travaillaient dans les haciendas pour se procurer l’argent des impôts. De plus ils profitaient, avec la complicité des employeurs, de ces déplacements pour se cacher et fuir ces charges. Les haciendas communales ne pouvant offrir ces cachettes, compensaient cela par cet avantage appréciable. D’autre part, à travers cette pratique, les haciendas communales assimilaient les travailleurs qu’elles employaient aux tributaires dispensés de tribut pendant leur période de charge publique (alcaldes, sacristain de l’église, etc.). Cela signifie donc que le travail au service des confréries était assimilable à celui au service de la communauté. Cela prouve une véritable interpénétration entre la confrérie et la communauté villageoise.62

112Les livres de comptes des deux haciendas s’étendant sur des périodes relativement longues, permettent d’étudier la valeur des salaires et leur évolution entre la fin du XVIIIe siècle et la première moitié du XIXe.

113Les deux tableaux présentent un double caractère intéressant à souligner. Tout d’abord, les salaires dans les deux haciendas n’évoluent pas pendant les deux périodes étudiées. La seule modification à El Pilar n’est pas le résultat d’une augmentation de salaires, mais une simple modification dans la nature de ceux-ci avec la disparition de la part versée en nature. D’autre part, les salaires (ceux des mayordomos en l’occurrence) restent les mêmes, bien que 50 ans séparent les deux cas étudiés.

114Cette remarquable stabilité nous amène à poser la question de la qualité des salaires distribués par les haciendas. La meilleure réponse est d’établir une comparaison avec d’autres salaires distribués dans la région à la même époque.

  • 63 A.G.C.A. A1 leg. 181 exp. 3708

115En 1776, après une enquête sur les confréries, l’Alcalde Mayor de la Verapaz décidait des mesures pour leur réorganisation, parmi lesquelles il établissait notamment les salaires à verser dans les haciendas qu’elles possédaient.63

116Le salaire des vaqueros et des caporales devait être de trois pesos par mois, auxquels il fallait ajouter la nourriture quotidienne. En fait, les haciendas de Rabinal ne se conformaient pas à ces instructions officielles : le salaire des vaqueros y était inférieur, et la nourriture ne semble jamais avoir été fournie au personnel.

  • 64 A.G.C.A. A1 leg. 4 669 exp. 40089

117Par contre, en 1778 sur les haciendas privées, le salaire des indiens employés était d’un real par jour, ce qui équivaut à un peu moins de 4 pesos par mois64. Cela signifie donc que les simples employés gagnaient presque le salaire des mayordomos de nos deux haciendas.

Fig. 13 – Evolution des salaires mensuels à l’hacienda San Miguel (1780-1796) et à l’hacienda El Pilar (1839-1860).

Fig. 13 – Evolution des salaires mensuels à l’hacienda San Miguel (1780-1796) et à l’hacienda El Pilar (1839-1860).

118Si nous considérons maintenant non plus le salaire dans les haciendas, mais ceux d’autres professions, cela nous permet de situer les salariés de San Miguel et El Pilar dans un cadre plus vaste.

  • 65 A.G.C.A. A1 leg. 181 exp. 3713
  • 66 Libro de Hacienda de an Miguel

119En 1784, les maçons chargés de la réparation de l’église de Rabinal touchent un peso 2 reaux par jour.65 En plus de cette somme, ils reçoivent leur nourriture quotidienne.66

  • 67 A.S.G.H.G. tome XXVII page 99.

120En 1810, le député pour le Guatemala aux Cortes extraordinaires de Cadix, Larrazabal, précise le salaire d’un machetero buen trabajador, qui peut être de 50 pesos par an, soit 4 pesos par mois environ. De même, il précise qu’une molendera, chargée de moudre le maïs, peut être payée entre 12 et 18 pesos par an, soit d’un à un peso 4 reaux par mois.67

121Ces quelques exemples permettent de situer les salaires distribués à San Miguel et El Pilar. Ils apparaissent d’abord comme légèrement inférieurs aux consignes officielles, et nettement loin derrière les haciendas voisines. À un niveau plus général, ces salaires apparaissent comme ceux d’un personnel non qualifié, qui place les ouvriers agricoles du Guatemala colonial et post-colonial loin derrière les ouvriers-artisans spécialisés comme les maçons.

122Cette sous-qualification des ouvriers agricoles et le salaire inférieur à la “normale” à San Miguel et El Pilar expliquent en fait l’évolution des deux haciendas.

123Ils permettent de comprendre tout d’abord l’importance des vols de bétail perpétrés par les ouvriers agricoles sous-payés. Ils expliquent aussi la difficulté d’embauche que connaissent ces haciendas, étant donné le grand nombre d’haciendas voisines, aux salaires légèrement supérieurs. Enfin, ils expliquent l’endettement du personnel auprès des haciendas. Tel est le cas notamment du mayordomo de l’hacienda El Pilar. En 1853, le mayordomo Figueroa fait un emprunt auprès de l’hacienda de 88 pesos pris sur le produit des bêtes vendues pendant l’année. Entre 1853 et 1856, ne lui est versé que la moitié de son salaire, afin que le remboursement de l’hacienda soit effectué à la source. En fait, le résultat obtenu est l’inverse de celui espéré. En 1855, la dette de Figueroa, au lieu de diminuer, est passée à 98 pesos 4 reaux ; et en 1856 à 118 pesos 4 reaux. Devant cette escalade, Figueroa est remplacé à la tête de l’hacienda par un nouveau mayordomo. En 1862, il est simplement précisé que la dette de Figueroa a été remboursée grâce à son travail dans l’hacienda où il a surveillé le troupeau.

  • 68 Tiendas de rayas : boutiques que les propriétaires d’haciendas mettaient à la disposition des ouvri (...)

124On retrouve donc à El Pilar le mécanisme bien connu d’asservissement de la main d’œuvre dans les haciendas à travers l’endettement, grâce à des tiendas de rayas68 ou tout simplement à des prêts de rayas.

125Un dernier point à envisager dans cette étude sur les salaires versés dans les haciendas San Miguel et El Pilar est celui du poids que représentent les salaires pour chaque hacienda, c’est-à-dire d’établir la part salariale dans les dépenses d’une hacienda.

  • 69 Cf. Fig. 14

126L’étude des deux courbes69 montre d’abord une grande irrégularité qui peut avoir plusieurs explications. Il faut considérer l’inégale qualité dans la tenue des livres qui, selon les années, sont plus ou moins prolixes en renseignements. De fait, une relation apparaît comme évidente. Les “bonnes années”, quand le livre est bien tenu, le pourcentage des dépenses salariales par rapport à l’ensemble des dépenses est le plus faible : de 1781 à 1789, puis les années 1795, 1796 et 1831 à San Miguel ; de 1839 à 1849, puis les années 1857 et 1861 à El Pilar. Par contre, quand les livres sont très mal tenus, le pourcentage tend vers 100 %, car le livre ne fournit pas ou peu d’autres renseignements, hormis les dépenses salariales. D’autre part, l’irrégularité des deux haciendas – irrégularité beaucoup plus importante à El Pilar qu’à San Miguel est sans doute liée au fait que les dépenses de San Miguel étaient relativement fixes d’une année sur l’autre : l’hacienda devait fournir l’argent des fêtes aux confréries du village. Seules des dépenses extraordinaires modifiaient, d’une année sur l’autre, ce schéma. Par contre, l’hacienda de l’église n’avait pas des dépenses aussi régulières, l’église possédant d’autres ressources financières. Aussi l’appel aux fonds que constituait El Pilar était-il irrégulier.

Fig. 14 – Part salariale dans les dépenses des haciendas.

Fig. 14 – Part salariale dans les dépenses des haciendas.
  • 70 Cf. l’ensemble de documents des archives de l’A.E.G., qui décrivent les terres de la région comme “ (...)

127Malgré l’irrégularité des courbes, on peut situer la part moyenne des dépenses salariales à l’intérieur de chaque hacienda pour les années les plus significatives. À San Miguel, ce pourcentage se situe en moyenne autour de 10 %, et en général plutôt au-dessous. À El Pilar, la moyenne oscille entre 20 et 30 %. Quand on sait, comme nous le préciserons plus loin, que l’essentiel des dépenses étaient religieuses, on voit immédiatement la rentabilité de telles haciendas. En effet, l’ensemble des dépenses de fonctionnement devait représenter de 20 à 40 % des dépenses totales des haciendas communales. Il apparaît donc, que pour les “haciendas privées” qui n’avaient pas ces dépenses religieuses à effectuer, les bénéfices devaient être relativement importants. C’est sans doute ce qui explique leur grand nombre dans la région de Rabinal, où l’achat de la terre, de moyenne qualité, ne représentait pas un investissement trop important.70

3- Production agricole des haciendas

128Maintenant précisées les conditions de fonctionnement des deux haciendas qui nous occupent, il nous reste à étudier l’orientation économique de chacune d’elles, c’est-à-dire leur production agricole.

129Les deux haciendas qui nous intéressent étaient des haciendas d’élevage.

130L’hacienda El Pilar était spécialisée dans l’élevage bovin. Les seuls chevaux présents sont des bêtes de uso, c’est-à-dire de selle, utilisées pour le travail quotidien. Ils étaient au nombre de deux, et ne sont mentionnés qu’irrégulièrement dans le compte du bétail.

131L’hacienda San Miguel est par contre plus originale. Au départ pratiquement spécialisé dans l’élevage de chevaux, elle était lors de sa disparition une hacienda d’élevage bovin.

  • 71 Thomas Gage : Los viajes de Gage a Nueva España – Guatemala.

132Cette différence entre les deux haciendas tient avant tout à leur localisation. L’hacienda San Miguel était voisine de l’hacienda San Nicolás, hacienda dominicaine spécialisée dans l’élevage des chevaux.71 Il semble donc que la zone de San Miguel, plus humide, soit favorable à ce type de bétail. Par contre, l’hacienda El Pilar, située sur des terres plus sèches, possédait des pâturages moins abondants, plus favorables à l’élevage bovin.

133La modification du type de cheptel élevé à San Miguel tient à un autre type de considération. La diminution de la main-d’œuvre dans cette hacienda rendait sans doute plus difficile la continuation de cet élevage, plus exigeant en soins. D’autre part, la vente de chevaux exigeait sans doute des déplacements plus lointains (jusqu’à Guatemala), alors que les bovins trouvaient plus facilement acheteurs sur le marché régional. Enfin, les bovins, dans la perspective de réduction des coûts de production à l’extrême, étaient plus intéressants que les chevaux : ils fournissaient une production plus variée (lait, cuir, viande), en plus des revenus tirés de la vente des bêtes elles-mêmes. Considérons enfin que le début de cette mutation correspond au déplacement de l’hacienda San Miguel à Panzuk, dans une zone plus sèche, connaissant des conditions semblables à celles d’El Pilar.

  • 72 Cf. les fig. 15, 16 et 17.
  • 73 Cf. Nicole Percheron.

134La modification dans l’orientation économique de l’hacienda San Miguel se réalisa en une quinzaine d’années, entre 1809 et 1825. À cette date, le cheptel bovin avait rattrapé le cheptel chevalin, et ce sont les problèmes internes à l’hacienda qui l’empêchèrent de continuer son développement. Cette situation apparaît clairement sur la courbe de l’évolution globale du cheptel72 Jusqu’en 1800, l’hacienda connut une série de crises qui aboutirent à un déclin impressionnant, puisqu’en 30 ans elle perdit 90 %, de son bétail73. Par la suite, San Miguel connut une certaine stabilité jusqu’en 1825. La mutation profonde qu’elle connut pendant cette période se fit donc sans pertes majeures, l’augmentation de bovins compensant pour l’essentiel la disparition des chevaux. Par contre, la période suivante est celle du déclin rapide de San Miguel. Il apparaît donc clairement que les causes de la disparition de l’hacienda sont extérieures à cette mutation, mais qu’elles sont plutôt liées à la nature même de l’hacienda San Miguel.

Fig. 15 – Evolution comparée du cheptel bovin et chevalin. Hacienda San Miguel (1799-1845).

Fig. 15 – Evolution comparée du cheptel bovin et chevalin. Hacienda San Miguel (1799-1845).

Fig. 16 – Evolution du cheptel (tous types confondus). Hacienda San Miguel (1799-1845).

Fig. 16 – Evolution du cheptel (tous types confondus). Hacienda San Miguel (1799-1845).

Fig. 17 – Evolution du cheptel. Hacienda El Pilar (1838-1863).

Fig. 17 – Evolution du cheptel. Hacienda El Pilar (1838-1863).

135C’est d’ailleurs ce que confirme l’évolution de l’hacienda El Pilar. Connaissant des conditions totalement différentes, elle prospère pendant toute la période considérée, multipliant notamment par 4 son troupeau en l’espace d’une douzaine d’années, soit une augmentation de 30 % par an.

136Or l’évolution du cheptel jouait un rôle essentiel dans celui des revenus, et par là-même dans l’existence des haciendas.

  • 74 Il faudrait également tenir compte de dons ; mais bien qu’importants, ils sont trop irréguliers pou (...)

137En effet, le revenu était essentiellement de deux types : celui fourni par la vente directe de bêtes, et celui fourni par les produits transformés à partir du bétail. Il y avait un autre type de revenu fourni par les terres, les haciendas acceptant en effet le bétail des particuliers sur leurs pâturages contre un droit de repastaje (droit de pâture)74.

138Les ventes de bétail, d’après ce que nous pouvons savoir, se faisaient essentiellement dans la région. Le livre d’El Pilar précise par exemple le cas en 1861 de la vente de 21 jeunes taureaux lors de la fête de Carchá, et de 7 autres lors de la foire tenue à l’occasion de la fête patronale de Salamá. Il est probable que les responsables des haciendas qui nous intéressent allaient ainsi lors de chaque fête dans les villages voisins participer aux foires qui s’y organisaient. Parfois les ventes pouvaient se faire dans un rayon beaucoup plus lointain. C’est notamment le cas en 1855 lors de la vente de bétail effectuée par le mayordomo d’El Pilar “sur la côte”. L’hacienda San Miguel devait avoir recours à ce commerce plus lointain, surtout pendant sa période d’élevage de chevaux. Nous savons par ailleurs que les confréries utilisaient le curé de Rabinal pour servir d’intermédiaire lors de ventes extérieures à la région, notamment à Guatemala.

  • 75 Cf. fig. 18 et 19

139Les variations de revenus des haciendas en relation avec les dépenses effectuées nous permettent de cerner la rentabilité économique de telles propriétés, en établissant l’évolution des bilans annuels. Ceux-ci sont significatifs de la situation respective de chaque hacienda. 75

Fig. 18 – Bilan annuel. Hacienda San Miguel (1781-1802).

Fig. 18 – Bilan annuel. Hacienda San Miguel (1781-1802).

140L’hacienda El Pilar se trouve dans une situation totalement différente. Les bilans sont globalement bénéficiaires, sauf pour la période entre 1847 et 1849. Cette particularité mérite explication. Elle correspond à un investissement considérable effectué lors de l’acquisition de terres, et dans l’aménagement de celles-ci afin de la rendre utilisable par le troupeau. Cet investissement lourd, financé uniquement par les bénéfices antérieurs, semble pendant quelques années hypothéquer l’avenir de l’hacienda. Mais, en 1855, réapparaît une période plus favorable, interrompue pour nous par la mauvaise tenue du livre de comptes. L’hacienda El Pilar vit donc en autarcie financière, et malgré un léger déclin pendant la période que nous avons pu étudier, elle est capable d’investissements considérables. Cette situation de l’hacienda El Pilar est-elle valable pour les haciendas voisines ? Rien ne permet de répondre à cette question avec certitude, mais il est légitime de penser que le cas d’El Pilar n’avait rien d’exceptionnel.

  • 76 Cf. fig. 20.
  • 77 Mise à part la culture de la canne à sucre, également importante.

141Un moyen plus précis de saisir la rentabilité économique d’une hacienda est de tenter d’établir l’évolution de ses coûts de production. En faisant le rapport entre les revenus produits par le bétail et les dépenses nécessaires à l’entretien de ce bétail, on peut avoir une idée sur la rentabilité de telles entreprises. La courbe établie pour l’hacienda San Miguel pendant sa meilleure période est, à cet égard, significative76. Face à des coûts relativement stables et peu élevés, les revenus étaient, eux, importants. Il apparaît donc que la pratique d’un élevage extensif était tout-à-fait rentable dans le bassin de Rabinal. Or, c’était là l’activité essentielle77 des haciendas de la région, qui ne faisaient en fait qu’imiter les activités économiques introduites par les dominicains dans leurs deux principales haciendas : San Jerónimo et San Nicolás.

1421787. Cette période correspond à celle pendant laquelle la gestion ne connut pas de problèmes majeurs. Par la suite, au contraire, l’hacienda est en permanence déficitaire, ce qui aboutit à sa disparition. Cette dégénérescence de l’hacienda n’a pas, comme nous l’avons vu, des causes économiques, mais plutôt structurelles.

Fig. 19 – Bilan annuel. Hacienda El Pilar (1839-1857).

Fig. 19 – Bilan annuel. Hacienda El Pilar (1839-1857).

143Cette forte rentabilité économique explique le recours possible à l’auto-financement. Les investissements effectués sont d’ailleurs dans l’ensemble limités. Pour les deux haciendas et l’ensemble de la période couverte, ils sont peu fréquents et portent sur des sommes rarement importantes.

144Les investissements les plus courants sont ceux concernant l’achat du bétail. San Miguel investit ainsi, entre 1781 et 1845, 580 pesos. En fait, si l’on considère ces investissements de plus près, on constate qu’ils concernent surtout l’achat de bétail utilitaire pour le travail dans l’hacienda : 340 pesos en achat d’ânes et de mulets. Les 240 pesos restants sont un investissement particulier. Après les premières liquidations de l’hacienda en 1830, certains tentèrent de la remonter en achetant simplement du bétail qu’ils pensaient confier à d’autres haciendas.

145Ces investissements étaient donc rarement réalisés dans le but d’améliorer ou de développer l’élevage. Ainsi, en 1787, un conseil fourni par le curé n’est suivi d’aucun effet sensible. En effet, le curé fait remarquer :

  • 78 “En considérant la décadence que connaît l’hacienda San Miguel pour les bovins et l’utilité qu’il p (...)

Considerando la decadencia en que va la hacienda San Miguel en el ganado vacuno y la utilidad que puede resultar en fomentar el caballar...78

146Mais ces conseils ne sont nullement appliqués.

147À El Pilar, les investissements en bétail sont encore moins importants : 14 animaux pour 85 pesos. Cela n’est pas surprenant si l’on se reporte à la courbe de l’évolution du cheptel de l’hacienda : de tels investissements étaient inutiles. Par contre, cette même courbe rend évidente la nécessité d’autres investissements, ceux portant sur des achats de matériel et de terres. C’est notamment le cas en 1846 lors de l’acquisition de la terre de Buena Vista et de son aménagement. Pour ce faire, l’hacienda dépensa 808 pesos. Cet investissement important sur une courte période répond à la nécessité d’agrandir l’hacienda face au développement du bétail.

148Ceci illustre bien la raison des investissements. Ils ne sont effectués que lorsqu’ils sont nécessaires au maintien du fonctionnement de l’hacienda, et ne visent pas à son développement économique : il s’agit de conserver, non d’agrandir.

Fig. 20 – Evolution des marges bénéficiaires : l’élevage. Hacienda San Miguel (1781-1789).

Fig. 20 – Evolution des marges bénéficiaires : l’élevage. Hacienda San Miguel (1781-1789).
  • 79 Cf. fig. 21.

149Cette logique interne aux haciendas San Miguel et El Pilar tient sans doute à leur nature. Haciendas communales, leur but est avant tout le service de la communauté dans le domaine religieux. Cet objectif apparaît de façon nette dans la part de dépenses religieuses des haciendas. L’exemple de San Miguel est très révélateur.79

150De 1781 à 17789, les dépenses religieuses représentent entre 70 et 80 % des dépenses totales. De ce fait, les haciendas du même type mais ayant des objectifs économiques et non plus religieux, devaient être très rentables. En effet, l’hacienda San Miguel se permettait d’avoir près des 3/4 de ses dépenses totalement improductives, sans que cela n’ait de conséquences néfastes sur son fonctionnement.

151Ainsi, les haciendas San Miguel et El Pilar étaient des haciendas économiquement rentables : forts bénéfices, faibles coûts de production, faibles investissements. Avec d’autres objectifs que des objectifs religieux, elles auraient été des véritables modèles de rationalité économique.

152Le modèle de fonctionnement économique que nous avons décrit est-il applicable aux haciendas privées environnantes ? Rien ne permet d’étendre ce modèle avec certitude, mais tout laisse croire qu’il s’applique aussi à elles. Nous avons déjà signalé leur grand nombre dans la région de Rabinal. Remarquons également que de nombreux propriétaires possédant des terres dans le bassin de Rabinal résidaient hors de la région, souvent même à Guatemala. Cette pression sur les terres du bassin de Rabinal apparaît très clairement à travers l’étude des composiciones de tierras. Celles-ci ne cessent d’augmenter au XVIIIe siècle et tendent de plus en plus à opposer les villages non plus à l’adversaire traditionnel, les dominicains, mais à des personnes privées.

153En fait, le modèle des haciendas communales n’était lui-même que la réplique de celui des haciendas dominicaines. Est-il besoin de rappeler l’appréciation de Cortés y Larraz sur l’hacienda San Jerónimo ? Si modèle économique il y a, c’est bien celui apporté par les dominicains dans la région vers les années 1560, lors de la fondation probable de San Jerónimo. Ce qui est remarquable, c’est l’adaptation des indigènes à ces pratiques économiques qu’ils méconnaissaient totalement. C’est là en fait le résultat du contrôle dominicain sur la région. S’ils n’ont pu totalement “extirper l’idolâtrie”, ils ont réussi à imposer leur modèle économique auprès des indigènes. Cet aspect de l’évangélisation est sans doute loin d’être négligeable.

Fig. 21 Evolution des dépenses religieuses. Hacienda San Miguel (1781-1789).

Fig. 21 Evolution des dépenses religieuses. Hacienda San Miguel (1781-1789).

Notes

1 L’étude reposant essentiellement sur ces deux sources, et afin de ne pas multiplier les notes, nous ne donnerons les références d’information que pour les documents autres que les deux livres d’haciendas. Ceux-ci proviennent des Archives Paroissiales de Rabinal (A.P.R.).

2 A.G.C.A. Al leg. 183 exp. 3551

3 1- Sitio de estancia : mesure de surface équivalant à 38, 77 caballerías. – 2- Caballería : 45 ha 1257 a. (cf. Luis Aguilar P. : Equivalencias y tablas de reducción de Medidas y Pesos – Guatemala 1928).

4 “Dans ce bassin, il y a beaucoup de cultures de maïs, beaucoup de huttes (...) avec son église (...). Il y a aussi beaucoup de cultures de canne et de propriétés qui s’y consacrent avec profit, ainsi que de l’élevage.”

5 A.E.G. pag. 2 exp. 2 Baja Verapaz.

6 Cf. supra, ch. III.

7 A.G.C.A. A1 leg. 2799 exp. 24587

8 Document fourni par Pedro Rojas, Síndico de la Mairie de San Miguel Chicaj.

9 A.P.R.

10 A.E.G. paq. 4 exp. 21 Baja Verapaz, 1860.

11 A.E.G. paq. 4 exp. 8 – 1837 Baja Verapaz.

12 A.E.G. pag. 4 exp. 21 1860 Baja Verapaz.

13 “Il fut proposé de les renvoyer tous (contremaîtres et vachers) et de mettre à la place de nouveaux employés, mais même avec l’aide des autorités du village, il n’y eut personne qui voulût s’en charger et on reproposa les mêmes.”

14 “Veuillez nommer une personne qui reçoive le bétail”.

15 Cf. Nicole Percheron.

16 Vaquería : Jour consacré à l’évaluation du nombre de têtes composant le troupeau.

17 Cf. Nicole Percheron.

18 A.P.R.

19 “C’est ce que possède l’hacienda San Miguel, et parce que le contremaître et ses vachers se plaignent trop du fait que je les réprimande et admoneste à cause de leur insouciance, prétendant pour se justifier que les pertes et la mortalité consistaient en ce qu’on avait sorti les plus belles bêtes, et qu’on y avait laissé seulement les bêtes vieilles et fatiguées, selon leurs dires, moi j’ordonne qu’on ne vende ni ne sorte aucun animal.”

20 “À cause de la grande insouciance avec laquelle le contremaître et ses vachers considèrent ces biens.”

21 “On remit aux mêmes la surveillance pour qu’ils en prennent la charge, à la condition que l’année suivante on les punirait et on les renverrait s’ils ne remplissaient pas bien leur charge.”

22 “On constate que le premier majordome fut le plus responsable avec d’autres principales... À cause de quoi on les envoya prisonniers à l’Alcalde Mayor à Salamá, qui les enferma dans ses prisons. À cause de quoi on changea le contremaître et quelques vachers, en donnant aux sortants de très sévères menaces et réprimandes, ainsi qu’à celui qu’on engagea comme contremaître avec ses vachers.”

23 “On constate clairement le défaut qu’il y a essentiellement chez les chevalins année après année, et même avec les bovins puisqu’ils ne produisent pas ce qu’ils devraient produire. Parce qu’il n’y a pas de fidélité chez les majordomes, essentiellement chez l’un d’entre eux, en conséquence de quoi on décida de le renvoyer et de le rendre responsable du bétail manquant. En effet, il fut renvoyé et menacé de la justice.”

24 Cf. fig. 12 a et b. Evolution des pertes du bétail.

25 Vaqueros : vachers.

26 “Lors des concentrations de bétail de Panzuk qui n’ont pas été faites (cette année), il est habituel qu’on retrouve quelques bêtes de l’hacienda San Miguel, chose dont on rendra compte en temps voulu.”

27 “Entre toutes les excuses qu’ils donnèrent (le majordome et les vachers), ils expliquèrent qu’il n’y avait pas d’accord entre les vachers parce que les confréries qui possédaient peu de têtes ne les aidaient pas et les considéraient avec un total désintérêt.”

28 Cf. Nicole Percheron.

29 Kajauxeles : Premier grade dans la hiérarchie des confréries. Appelés aussi majordomes.

30 A.G.C.A. leg 6001 exp. 52829 fol. 14. A.1

31 “Cette hacienda a souffert beaucoup de la prétention du nouveau village, sa demande a entraîné de grandes disputes parmi les indiens.”

32 “On constata qu’ils avaient vendu quelques têtes, soit de celles dont ils ne rendent pas compte, soit celles qu’ils prétendent mortes, et qu’ils investissaient l’argent dans leurs démarches pour l’obtention du statut de village.”

33 A.M.S. paq. 2

34 “Il sembla à toutes les autorités indigènes, ainsi qu’à moi, qu’il serait souhaitable de marquer les bêtes avec un seul fer, et que celui qui serait utilisé serait celui du Rosaire, comme cela s’est fait et se fait encore dans les confréries de Salamá, afin que toutes comme une seule participent à l’aide et à la surveillance de l’hacienda.”

35 “Le Frère Domingo Lopez sortit au nom du Frère Pedro Abellán, comme s’il était entré dans sa propre hacienda, en prenant le bétail dont il avait envie, et vendit au prix qu’on lui offrait 169 vaches comme l’établit le compte ci-joint.”

36 Corraleros : responsables des bêtes lorsqu’elles sont dans les enclos. Monteadores : surveillent les bêtes quand elles sont dispersées dans les montagnes. Sont en fait des bergers.

37 Indiens qui s’occupent de la concentration des troupeaux à pied.

38 L’hacienda voisine des dominicains à San Jerónimo employait à la même époque plus de 500 esclaves. A.G.C.A. leg 210 ex. 5 006.

39 Cf. Nicole Percheron, qui estime que la restructuration des confréries à la fin du 18 ème siècle amena en fait leur déclin.

40 B.A.G.G. tome 2 1937 pag. 297 et suivantes.

41 Ibidem, pag. 293

42 Cortés y Larraz : Descripción Geográfico-moral de la Diócesis de Goathemala. S.G.H.G. Biblioteca Goathemala, Guatémala, 1958.

43 A.G.C.A. A3 leg. 238 exp. 4720

44 Circonscription administrative.

45 A.G.C.A. A3 Leg 1256 exp. 21792

46 A.G.C.A. A3 Leg 237 exp. 4709

47 A.G.C.A. A3 Leg 238 exp. 4720

48 A.G.C.A. A3 Leg 237 exp. 4709

49 Cortés y Larraz, tome 1 pag. 297

50 A.G.C.A. A3 leg. 237 exp. 4709

51 Repartimiento : distribution forcée de main d’œuvre.

52 A.G.C.A. A3 leg. 226 exp. 4128

53 A.G.C.A. A3 leg. 226 exp. 4133

54 A.G.C.A. Ex/52359 Leg. 5966 A1.

55 Cf. la première partie sur l’administration et les conflits entre le curé et les employés.

56 A.G.C.A. A3 leg. 226 exp. 4128

57 A.G.C.A. A3 leg. 238 exp. 4720

58 Cortés y Larraz, déjà cité.

59 Esquilmo : il s’agit des revenus produits pendant l’année dans l’hacienda.

60 “Ainsi on donna seulement un poulain comme salaire au contremaître.”

61 “On pris pour le contremaître un poulain comme salaire.”

62 Cela renvoie au problème de terres communales cédées par le village aux confréries. Il n’y avait pas, à travers ces dernières, “d’appropriation privée des terres communales", mais au contraire cession par la communauté de ces terres à des institutions qu’elles considéraient comme partie intégrante d’elles-mêmes.

63 A.G.C.A. A1 leg. 181 exp. 3708

64 A.G.C.A. A1 leg. 4 669 exp. 40089

65 A.G.C.A. A1 leg. 181 exp. 3713

66 Libro de Hacienda de an Miguel

67 A.S.G.H.G. tome XXVII page 99.

68 Tiendas de rayas : boutiques que les propriétaires d’haciendas mettaient à la disposition des ouvriers agricoles sur les terres de l’hacienda elle-même. Pratiquant la vente à crédit, elles attachaient les ouvriers agricoles aux haciendas grâce à l’endettement.

69 Cf. Fig. 14

70 Cf. l’ensemble de documents des archives de l’A.E.G., qui décrivent les terres de la région comme “pauvres, sèches, pierreuses...” (paquets de Baja Verapaz).

71 Thomas Gage : Los viajes de Gage a Nueva España – Guatemala.

72 Cf. les fig. 15, 16 et 17.

73 Cf. Nicole Percheron.

74 Il faudrait également tenir compte de dons ; mais bien qu’importants, ils sont trop irréguliers pour entrer dans la catégorie des revenus annuels. D’autre part, ils fausseraient la comparaison avec les haciendas voisines qui n’en bénéficiaient pas.

75 Cf. fig. 18 et 19

76 Cf. fig. 20.

77 Mise à part la culture de la canne à sucre, également importante.

78 “En considérant la décadence que connaît l’hacienda San Miguel pour les bovins et l’utilité qu’il peut y avoir à développer le troupeau chevalin...’’

79 Cf. fig. 21.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5k
Titre Fig. 12 – Evolution des pertes de bétail (en % par rapport au total calculé lors de la vaquería). a) Hacienda El Pilar (1839-1862). b) Hacienda San Miguel (1799-1840).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 13 – Evolution des salaires mensuels à l’hacienda San Miguel (1780-1796) et à l’hacienda El Pilar (1839-1860).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7258/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Fig. 14 – Part salariale dans les dépenses des haciendas.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7258/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 15 – Evolution comparée du cheptel bovin et chevalin. Hacienda San Miguel (1799-1845).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7258/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Fig. 16 – Evolution du cheptel (tous types confondus). Hacienda San Miguel (1799-1845).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7258/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 17 – Evolution du cheptel. Hacienda El Pilar (1838-1863).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7258/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Fig. 18 – Bilan annuel. Hacienda San Miguel (1781-1802).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7258/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 19 – Bilan annuel. Hacienda El Pilar (1839-1857).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7258/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 20 – Evolution des marges bénéficiaires : l’élevage. Hacienda San Miguel (1781-1789).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7258/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 21 Evolution des dépenses religieuses. Hacienda San Miguel (1781-1789).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7258/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search