Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 1

 | 
Alain Ichon
, 
Pierre Usselman
, 
Nicole Percheron
, 
et al.

Chapitre III. Les confréries religieuses de Rabinal à l’époque coloniale

Nicole Percheron

Texte intégral

Abréviations Utilisées

A.A.G. : Archives de l’archevêché de Guatemala

A.G.C.A. : Archivo general de Centro-América

A.G.I. : Archivo general de Indias

A.S.G.H.G. : Anales de la sociedad de geografía e historia de Guatemala

C.D.I.A. : Colección de Documentos inéditos relativos al descubrimiento, conquista y organización de las antiguas posesiones españolas de América y Oceanía sacados de los Archivos del Reino, y muy especialmente del de Indias, Madrid 1864-84.

A.M.S. : Archives municipales de Salama.

A.E.G. : Archivo de Escribanía de Gobierno (Guatemala).

A.P.R. : Archivo parroquial de Rabinal.

B.A.G.G. : Boletín del Archivo General de Gobierno (Guatemala).

1La région de Rabinal, au Guatemala, fait partie de l’actuelle province de Baja Verapaz. Elle correspond au territoire occupé à l’époque préhispanique par la tribu des Rabinaleb, vassaux des rois quichés du royaume de Gumarcaah (Utatlán). Cette zone fut conquise par les espagnols en 1524, puis évangélisée par les Dominicains.

  • 1 Fray A. de Remesal : Historia de la Provincia de San Vicente de Chyapa y Guatemala de la Orden de n (...)

2Selon la tradition1 ce serait Fray Bartolomé de las Casas lui-même qui aurait fondé Rabinal en 1538, après avoir rassemblé une centaine de familles dispersées dans les montagnes. Rabinal joua aussitôt un rôle religieux de première importance, comme point de départ de la conquête évangélique de la Tierra de guerra voisine, ou Tezulutlán, dans l’actuelle Alta Verapaz.

  • 2 M. Bataillon : Etudes sur Bartolomé de las Casas, Paris 1966
  • 3 B. de las Casas : Apologética historia de las Indias, tome CVI p. 347 Madrid 1909.

3Le cacique de Rabinal, Don Gaspar, christianisé sans doute dès 15292, participa à cette œuvre missionnaire, comme intermédiaire avec les tribus voisines encore insoumises ; il aida ainsi les religieux à établir des contacts en Tezulutlán, et leur assura toujours une garde indigène pour les protéger et leur servir d’interprètes. Don Gaspar aida même Fray Cancer, le premier religieux qui ait pénétré en ces terres hostiles, à extirper les anciennes croyances religieuses : près de Cobán, il insista pour que le religieux aille jusqu’à un lieu connu comme la “bouche de l’enfer” afin de le démystifier.3

4Ses bons et loyaux services lui valurent de nombreux privilèges. Il reçut un blason et fut anobli, ainsi que les caciques de Chichicastenango, Atitlán et Tecpán Atitlán, autres collaborateurs des Dominicains. Il fut placé avec ses sujets directement sous la couronne impériale et aucun espagnol n’eut le droit de pénétrer dans la région. Cette interdiction fut respectée durant le XVIe siècle, et pratiquement durant toute l’époque coloniale. Cet isolement, tempéré seulement par la présence de quelques frères dominicains, explique que cette région ait conservé pendant la période coloniale, et même jusqu’à nos jours, de nombreuses traditions indigènes, notamment dans la vie religieuse grâce à l’extraordinaire développement de ses confréries religieuses.

  • 4 AS. GH. G. Teletor : Algunos apuntes sobre Rabinal, Baja Verapaz y algo sobre fonética del dialecto (...)

5Actuellement, 16 confréries animent et organisent les multiples fêtes religieuses qui s’échelonnent tout au long de l’année. Une vingtaine de confréries existaient auparavant, selon Teletor4. Elles ont toutes été fondées à l’époque coloniale. Leur grand nombre et la survivance de leurs traditions montrent que Rabinal est et a été un centre religieux et un centre de culture hispanoaméricain très important. Certains chefs de confréries possèdent encore les textes écrits, en quiché ou en espagnol, transcrits en général au XIXe ou au XXe siècle, de plusieurs ballets-drames qui datent de l’époque coloniale ou préhispanique. 18 danses et ballets-drames sont encore représentés, avec accompagnement d’instruments anciens, tun et flûtes, par les confréries de Rabinal. L’histoire de ces confréries à l’époque coloniale, leur rôle, leur fonction, leur évolution, nous permet de mieux comprendre l’importance qu’elles ont gardé jusqu’à nos jours.

6Il est assez difficile de préciser la date exacte de fondation des premières confréries. On peut cependant affirmer qu’elles furent organisées très tôt. L’évêque Cortés y Larraz, dans un rapport au roi d’Espagne en 1775, affirme qu’elles datent de la création des paroisses ou peu après :

  • 5 A.G.I. Audiencia de Guatemala 948, cuaderno 2 de cofradías, fol. 8r.
    “Ces confréries et associations (...)

estas cofradías y hermandades tienen su origen muy antiguo, según entiendo y aún me parece que comenzaron con el establecimiento de las parroquias o poco después porque generalmente no hay memoria ni conjetura del tiempo en que se establecieron5

  • 6 Tovilla Martin Alonso : Relación histórica descriptiva de las Provincias de la Vera Paz y de la del (...)
  • 7 Audiencia de Guatemala 10.

7Ceci semblerait confirmé par l’affirmation de Tovilla6 selon laquelle la cofradía del Rosario aurait été fondée en Vera Paz par son premier évêque, Fray Pedro de Angulo, donc entre 1559 et 1562. Cela paraît aussi confirmé par une lettre de l’alcalde mayor de Vera Paz, Velasquez Ramiro, dénonçant au roi, en 1585 certains abus des confréries de Nuestra Señora del Rosario, établies dans les villages de cette province.7

  • 8 Licenciado A. Estrada Monroy : El mundo K’Ekchi’ de la Vera Paz. Guatemala 1979.

8Plus tard, fut instituée une deuxième confrérie, celle du Santísimo Sacramento. Selon A. Estrada, c’est en 1565 qu’arrivèrent les bulles pontificales accordant la création de cette confrérie au Guatemala.8 Mais c’est par une cédule royale du 30 juillet 1604 que le roi demandait cette création :

  • 9 A.G.C.A.A. 1. 23 leg. 1514 fol. 56 “Que dans les églises des villages indiens soit déposé le Saint (...)

Que en los templos de pueblos de indios sea colocado deposito del Santísimo para servir a los pobladores con el viático y que las costas se obtengan de fondos de comunidades o que alguna de las cofradías sea transformada en cofradía del Santísimo9.

  • 10 A.G.C.A.A. 1. 29 leg. 5 452 exp. 46 774 fol. 4

9Une autre confrérie existait encore à Rabinal au début du XVIIe siècle, celle de la Santa Cruz. Ceci est attesté par une cédule royale qui accorde, en 1609, aux caciques de Rabinal, héritiers des grandes familles nobles, une exemption de tout service personnel, sauf en ce qui concerne l’église et les deux confréries de Rosario et de Santa Cruz.10

  • 11 A.G.C.A.A.1. 11 leg. 99 exp. 2123
  • 12 Dans les livres de Bautismos conservés à Rabinal, furent consignés les rapports des visites épiscop (...)

10Au XVIe siècle et jusqu’à la moitié du XVIIe, les confréries restèrent peu nombreuses et exclusivement indiennes ; à Rabinal, il n’y eut, jusqu’en 1661, que les trois confréries citées. À cette date, Don Fray Thavo Colon de la Realegui introduisit une nouvelle confrérie indienne, celle des Animas et fonda la première confrérie ladina (ou métisse), celle du Santísimo Rosario11. Ces cinq confréries subsistèrent pendant tout le XVIIe siècle et jusqu’au dernier quart du XVIIIe, comme le confirment les diverses visites ecclésiastiques, jusqu’à celle de Cortés y Larraz en 1769.12

  • 13 A.G.C.A.A.1.11 leg. 110 exp. 4818
  • 14 Libro de bautismo 4 de Rabinal

11Puis, brusquement, en 1776, un document révèle l’existence de 15 confréries13, et la visite de l’évêque Don Cayetano Francisco y Monroy, en 1786, de 18 confréries.14 Sont apparues les confréries des quatre barrios : Santo Domingo, San Sebastián, San Pedro Mártir et San Pedro Apóstol ; celle du Saint Patron du village San Pablo ainsi que celles de Dolores, Dulce Nombre de Jesús, San Miguel, San Jacinto et deux autres confréries ladinas et espagnoles de Nuestra Señora del Patrocinio et du Santísimo Sacramento.

12En 1789, apparaissent trois nouvelles confréries ladinas : San Antonio, San Vicente Ferrer et Santa Trinidad. Cette dernière avait cependant été fondée en 1771, comme l’atteste le livre de confrérie conservé à Rabinal :

  • 15 Libro de la cofradía de la Santisima Trinidad de Rabinal
    “Année 1771.
    Frère Manuel Antonio Toledo, p (...)

Año 1771. Dio este libro de limosna el R. P. coadjutor de este pueblo Fray Manuel Antonio Toledo para que en el apunten las limosnas que se juntaren para la celebración de la Santísima Trinidad que empezó este dicho año15.

13Sans doute n’avait-elle pas encore reçu, ou demandé, son autorisation lors de la visite de 1776, ce qui expliquerait qu’elle n’ait pas été mentionnée. Ceci est fort probable, comme le prouve le cas d’une autre confrérie ladina de Rabinal, celle de la Preciosa Sangre de Jesús. Cette confrérie ne se trouve citée dans aucune des visites ecclésiastiques de l’époque coloniale ; en effet, faute d’autorisation, elle n’était pas reconnue :

  • 16 Libro de la cofradía de la Preciosa Sangre de Jesus Christo conservé à Rabinal.
    “Ils ont eu la négli (...)

Han tenido la incuria de no solicitar su aprobación ante los Ilmos señores arzobispos16.

14remarque l’évêque lors de sa visite de 1817. Il est cependant précisé que c’est l’une des plus anciennes confréries ladinas, peut-être la plus ancienne. Sa présence à Rabinal n’est attestée que par un livre commencé en 1815, mais qui fait allusion, au début, à divers papiers ayant appartenu à la confrérie depuis 1771.

15Au début du XIXe siècle, fut encore fondée une nouvelle confrérie ladina, celle du Patrocinio del Señor San José, par Doña Ignacia Caballero, ce qui éleva à 20 le nombre des confréries de Rabinal à la fin de l’époque coloniale : 13 indiennes et 7 ladinas.

16On peut donc dire qu’on assiste, à la fin du XVIIIe siècle, c’est-à-dire à la fin de l’époque coloniale, à un accroissement considérable du nombre des confréries religieuses : de 5, elles passent à 20, soit quatre fois plus. D’autre part, si celles d’indiens passent de 4 à 13, celles de ladinos et espagnols de 1 à 7. Cet essor extraordinaire, et semble-t-il très rapide, des confréries dans le dernier quart du XVIIIe siècle pose évidemment de nombreux problèmes d’interprétation.

17On peut penser que la reprise démographique à la fin du XVIIIe siècle, attestée dans toute l’Amérique espagnole, ait provoqué la nécessité d’accroître le nombre des confréries afin d’intégrer davantage d’indiens aux cérémonies religieuses (fig. 8).

Fig. 8 – Evolution de la population de Rabinal du XVIe au XVIIIe siècle.

Fig. 8 – Evolution de la population de Rabinal du XVIe au XVIIIe siècle.

Note :

18Les chiffres de recensements sont tirés des archives suivantes :

191538 – REMESAL tome 2 ch XXV ; 1625 T. Gage. Nueva relación que contiene los viajes de Tomas Gage en Nueva España – Guatemala 1946 ; 1700 Archives épiscopales tome 5 fol. 328 ; 1738 idem tome 8 p. 95 ; 1740 A.G.C.A.A. 1. 17. 1 leg. 210 exp. 5 005 ; 1769 Archives épiscopales tome 22 p. 327 ; 1772 Archivo de escribanía, paquete 1 exp. 10 ; 1776 A.G.C.A.A. 3. 29 leg. 1749. exp. 28130, fol. 148 ; 1813 A.G.C.A.A. 1. 44 leg 3 019 exp. 29090 ; 1816 A.G.C.A.A. 1. 1. leg. 29 exp. 845 fol 38.

20Cette courbe montre très nettement la croissance démographique impressionnante à partir des années 1740, soit au milieu du XVIIIe siècle. La population a triplé en une soixantaine d’années.

  • 17 A.G.I. Audiencia de Guatemala 948 Testimonio 2 de Cortés y Larraz.

21Il est d’autre part intéressant de noter l’importance des confréries de ladinos et d’espagnols qui marque indubitablement l’entrée de ceux-ci en terre indienne. La première confrérie ladina de 1661 avait marqué une première étape d’installation métisse, sans doute encore peu importante, mais les années qui suivirent 1771 virent affluer certainement à Rabinal de nombreuses personnes étrangères au village : il y avait 283 ladinos sur 3.374 habitants en 176917, soit 9% de la population. Les conséquences de cette ladinisation ont dû être importantes, mais ceci reste encore à étudier.

22Il faut cependant noter que la plupart des nouvelles confréries du XVIIIe siècle, érigées sans doute dans l’enthousiasme par les nouveaux venus ou les nouvelles générations indigènes, n’avaient pas l’autorisation des évêques qui voyaient plutôt avec réprobation cette multiplication des confréries. Beaucoup portaient alors le nom d’hermandades :

  • 18 A.G.C.A.A.1.11 leg. 4818 fol. 25 v. : enquête sur les confréries de Vera Paz en 1776.
    “La plupart d’ (...)

Las más de ellas están erigidas sin autoridad del prelado eclesiástico y a estas las distinguen con el nombre de hermandades.18

23C’est le cas de toutes les nouvelles confréries ladinas et espagnoles ainsi que de celle de Dolores dont le chef n’était autre que le curé. Quant aux huit nouvelles confréries indiennes, le même document nous apprend qu’on les appelait fincas ou guachibales :

  • 19 A.G.C.A.A. 1. 11 leg. 116 exp. 4 818 fo. 26
    “Il y a certaines “fincas” que l’on nomme “guachivales” (...)

hay unas fincas que les nombran guachibales que según he averiguado son unas missas que dejaron fincadas los antiguos por sus almas las cuales corren a cargo de los indios.19

  • 20 Libro 17 de la cofradia del Arcangel an Miguel. Paroisse de Rabinal

24Pour celle de San Miguel, le livre commencé en 1784 note en effet qu’elle avait été fondée de tiempo immemorial en esta iglesia.20

25Cette pratique devait être assez répandue car Cortés y Larraz la dénonce lors de sa célèbre visite de 1769 :

  • 21 A.G.I. Audiencia de Guatemala 943 cuademo 2 de coffadias fol. 5r. “Il y a d’autres dévotions, dans (...)

Hay otras devociones en las parroquias llamadas guachivales... que corren a cargo de particulares, sin la formalidad de mayordomos, sin tener libros, ni dar cuentas, ni contribuir a los reparos y gastos de cera, vino y ornamentos como lo hacen las cofradías y hermandades. Por lo demás consisten en mera colaboración de misas en estipendio.
Tengo fundamento para creer que entre los guachivales hay algunos fundados por los indios, cuyas hipotecas están ya perdidas y también la memoria de ellas: pero que por lo común fueron introducción de los curas regulares que bajo pretexto de devoción pusieron estas cargas a ciertas familias y hasta la presente se conservan en ellas 21.

26Les familles qui avaient la charge de ces messes en l’honneur de leurs ancêtres possédaient et gardaient chez elles l’image du Saint à qui ils s’étaient voués. Lors de la fête de ce Saint, elles accomplissaient une procession jusqu’à l’église avec l’image, accompagnée par la musique et honorée par de l’encens. L’image restait à la porte de l’église pendant la célébration de la messe, puis tout le monde retournait à la maison et terminait la journée et la nuit par des danses et des repas au son de la musique.

27À partir de 1786, les évêques rebaptisèrent les guachivales du nom de hermandades. Lors de sa visite en 1786, l’évêque Don Cayetano Francos y Monroy cite San Pablo comme confrérie, mais les sept autres comme hermandades. Leurs livres, conservés encore à Rabinal, ont été commencés en 1784 ou 1785. Les comptes, ainsi que les élections des mayordomos y ont été consignés. Elles fonctionnent donc désormais comme des confréries. Ceci prouverait une réorganisation des guachivales à la fin du XVIIIe siècle. Cela pourrait très bien s’expliquer par cette pression démographique déjà signalée. Les anciens guachivales, simples œuvres de dévotion, sont promus au rang de confréries et réorganisés afin d’accueillir la masse des fidèles de plus en plus nombreux, et de les faire participer aux fêtes. Mais ceci devait être la sanction d’une évolution déjà amorcée, car en 1776 l’enquêteur notait :

  • 22 A.G.C.A.A. 1. 11 leg. 116 exp. 4 818 fol. 16 “en substance, c’est la même chose que les confréries (...)

en substancia son lo mismo que las cofradías pues tienen mayordomos.22

28En conclusion, si ces huit confréries indiennes avaient une origine très ancienne, elles n’avaient pas eu, jusque-là, la même importance que celle qui leur a été attribuée à la fin du XVIIIe siècle. De simples messes organisées à la mémoire des ancêtres du village, elles devinrent une véritable institution religieuse administrée par des majordomes élus qui devaient organiser les fêtes, les danses, les processions : de là leur ampleur qui permet de parler de véritable création de nouvelles confréries.

  • 23 A.S.G.H.G. tome XXI Mars 1946 page 32

29Les confréries et hermandades étaient régies et organisées selon des normes précises. Des chefs élus étaient chargés de l’organisation des fêtes, des processions, ainsi que des recettes et dépenses. Ils portaient et portent encore le nom quiché de Kahaguicheles, ou Kajahuixeles, ou Cahavixeles. Les documents coloniaux parlent de leur élection chaque année lors de la fête du Saint Patron de la Cofradía, et de la prise de charge au courant du mois de janvier. Mais ils ne donnent guère plus de précisions. Cependant, N. Teletor nous fournit davantage de renseignements23 ; bien que ses informations soient relativement récentes, on peut supposer que l’organisation des élections est restée la même. Ceci semble prouvé par la hiérarchisation des charges qui portent encore toutes un nom quiché. Les documents coloniaux, d’autre part, font bien allusion à cette hiérarchie : un chef, le cahavixel, et divers majordomes. Selon Teletor, en 1946, les élections se faisaient démocratiquement dans le couvent. La hiérarchie des charges comportait 7 grades qu’il fallait gravir successivement :

Tout d’abord

7 ème

Mayordomo

ou

guc

puis

6 ème

Mayordomo

ou

guajxac

5 ème

ou

roo

4 ème

ou

caj ou capitaine

3 ème

ou

rox

2 ème

ou

cam

et enfin

1er

ou

cahavixel

30Chaque majordome avait ses propres obligations envers le Saint et envers le cahavixel. Par exemple, le 2 ème majordome devait porter les cierges avec lesquels le cahavixel honorait le Saint à l’église ou dans les processions. Ce majordome était chargé d’allumer ou d’éteindre les cierges, selon les cas, tout en effectuant une révérence.

  • 24 A.S.G.H.G. Algunos apuntes sobre Rabinal, (Teletor t. XXIV, Nos. 3.4. 1949)

31Le 3 ème majordome portait l’escudo et le chapeau du cahavixel. Teletor précise, dans un autre article24 qu’il s’agissait d’un escudo antiguo d’argent repoussé, portant l’image du Saint. Les documents coloniaux rapportent que ces images étaient pieusement conservées dans les maisons des cahavixeles des diverses confréries, et en sortaient lors des fêtes pour être portées en procession à travers le village et dans l’église.

  • 25 A.S.G.H.G. tome XXI Costumbres indigenas en Rabinal. Teletor, mars 1946, page 33
  • 26 Livres de confréries de Rabinal et A.G.C.A. leg. 6051 exp. 53466

32Teletor nous précise aussi que lorsque les six premiers degrés de la hiérarchie avaient été accomplis, les majordomes pouvaient alors faire leur carrière civile, passant de regidores à alcaldes. C’est seulement après avoir servi la municipalité qu’ils pouvaient être élus cahavixeles25. Pour l’époque coloniale, il faudrait faire un rapprochement entre les listes de cahavixeles et celles des Alcaldes. Les livres des confréries ont conservé les noms des divers cahavixeles qui se sont succédé, mais il est très difficile de trouver des documents parlant des alcaldes. On peut cependant faire un petit sondage pour l’années 1807.26

33Le gouverneur était Francisco Suyen, les “principales” Domingo Cojón et Domingo Xolob, les alcaldes et regidores Crespin de Leon, Pablo Pérez, Luis Hernández, Martín Cojón, Jacinto Cuque, Pablo García, Francisco Ixpaca, Miguel Mendoza, Pedro Accum. Or, l’on constate que plusieurs d’entre eux sont aussi cahavixeles à la même date. Francisco Suyen est cahavixel de la confrérie de San Jacinto, Domingo Xolob de celle de San Miguel, Pablo Pérez de celle de Santa Cruz, Luis Hernández de celle du Santísimo Sacramento. Il semblerait donc que ce soient les mêmes personnes qui détiennent les hautes charges civiles et religieuses de la communauté.

  • 27 A.S.G.H.G. Apuntes Para Una Monografía de Rabinal. Teletor 1955 (t. XXVIII : 83)

34D’autre part, en ce qui concerne les confréries des quatre barrios, la coutume voulait que les cahavixeles soient choisis exclusivement dans le barrio correspondant. Cette habitude devait être ancienne car Teletor précise qu’il n’a jamais été possible de la changer.27

35On remarque aussi, à l’époque coloniale, que ce sont toujours les mêmes familles qui sont élues dans les confréries. Les Cohom, Roxa, Chum, Suyen, Sis... ont formé de véritables dynasties de cahavixeles, passant d’une confrérie à l’autre, gardant souvent longtemps leur charge, parfois jusqu’à leur mort. Par exemple, Francisco Suyen dirigea pendant 33 ans, de 1789 à 1822 la confrérie de San Jacinto ; Agustín Cohom dirigea celle de San Pablo durant 28 ans, de 1784 à 1812.

36Cette hiérarchisation des charges, dont il fallait gravir progressivement l’échelle, permettait une certaine promotion sociale en donnant aux chefs des confréries un rôle dans la société indigène ainsi que la responsabilité de l’organisation de la vie religieuse. Il est fort possible que cela ait été un des buts recherchés par les premiers évangélisateurs lorsqu’ils ont créé les confréries. En formant ainsi des cadres indigènes capables de diriger la communauté et particulièrement conscients de leurs responsabilités, en les associant à la vie religieuse et au culte chrétien, ils pouvaient mieux les contrôler et se servir d’eux comme intermédiaire avec la population indienne trop encline à revenir à ses anciennes superstitions. Que des chefs cahavixeles indiens prennent en mains l’organisation des fêtes catholiques pouvait être le moyen idéal pour extirper l’idolâtrie et attirer les masses indiennes vers le christianisme.

  • 28 Pour le traumatisme de la conquête et la déstructuration qui s’ensuivit, cf. Nathan Wachtel : La vi (...)

37Avec l’introduction de nouvelles institutions municipales où les alcaldes, les principales et regidores furent tous choisis parmi les indiens, et même parmi les anciens “caciques” préhispaniques et leurs héritiers, l’institution des confréries apportait de nouvelles structures pour combler le vide qui avait suivi le traumatisme de la conquête28 et rétablir une nouvelle organisation sociale et socio-religieuse.

38Cependant, les confréries ont surtout été instituées dans deux buts essentiels : d’une part pour assurer les frais du culte et d’autre part pour mieux attirer les indiens à la foi chrétienne.

39Pour les frais du culte, les confréries ont été dotées de biens en argent et en bétail. Les documents ne précisent pas à quelle époque elles furent pourvues. À Rabinal, les premières mentions de biens de confréries se trouvent dans le premier livre de baptêmes de 1696. Le capital en argent était conservé dans un coffre fermé par deux clés remises l’une au curé et l’autre au cahavixel de la confrérie. Il fallait leur présence à tous les deux pour ouvrir le coffre. Leurs comptes étaient scrupuleusement tenus sur les livres de confrérie par le curé du village. Aucune dépense ne pouvait être faite sans son accord, ou celle de l’évêque s’il s’agissait d’une dépense extraordinaire.

40Le budget de la confrérie était équilibré par les recettes des aumônes et quêtes récoltées auprès des fidèles. Ainsi, le capital était remis chaque année intégralement entre les mains du nouveau cahavixel élu ; si le même cahavixel était réélu il devait de toutes façons remettre ouvertement l’argent en présence du curé et des autres majordomes.

41Cet argent servait à payer les diverses messes dites par le curé au cours de l’année, le vin de messe, l’huile des lampes, la cire pour les cierges. La vente du bétail, chevaux et bovins, et des produits laitiers (fromages) permettait de faire face à des dépenses plus importantes : réparation de l’église, achat d’ornements, de cloches, salaires des ouvriers ayant travaillé dans l’église, salaires du maître de chœur.

42L’argent des messes et l’aumône de quelques bêtes assuraient la subsistance des curés :

  • 29 A.G.I. Audiencia de Guatemala 948 cuademo 2 cofradías fol. 9r. v. “Les confréries représentent le s (...)

las cofradías es quasi lo único con que se puede contar para la subsistencia de los curas y ministros necesarios para el servicio de las parroquias.29

43C’est un des avantages des confréries soulignés par l’évêque Cortés y Larraz en 1775.

44Les troupeaux des confréries étaient élevés sur une hacienda qui leur appartenait à San Miguel Chicaj, à quelques kilomètres à l’est de Rabinal. Le compte des troupeaux était fait chaque année par le curé et consigné dans le livre des confréries. Les ventes ainsi que les dépenses effectuées grâce à l’argent qu’ils en retiraient étaient annotées dans le libro de estancia de cofradía.

45Les confréries ont aussi été instituées pour mieux évangéliser les indiens. L’évêque Cayetano Francisco Monroy disait au roi d’Espagne en 1787 après sa visite épiscopale :

  • 30 A.G.C.A.A. 1.23 leg. 532 fol. 263 V. “On reconnaît que ces confréries et associations religieuses s (...)

Que dichas cofradías y hermandades sean utilísimas y conveniente su substancia se conoce por las razones siguientes: porque el indio, mientras esta empleado en el servicio de una cofradía a más de estar bien ocupado en el culto de la imagen se dedica para esto al trabajo con toda su familia de que resulta que no solo adquiera para los gastos que son de corta entidad de las celebridades, sino para satisfacer el debido real tributo, resultando por consiguiente que dicho indio tome por este medio amor a la iglesia y asista a la doctrina y demás divinos oficios por el tiempo que tiene este en cargo.30

46L’idée dominante était donc qu’en “occupant” les indiens au service de l’église chrétienne, ils oublieraient peu à peu leurs anciennes croyances et superstitions. Le même document ajoute aussi que les indiens étaient ainsi amenés à travailler, afin d’assurer les frais du culte. Ceci est très important car les indiens restaient alors attachés à leur terre. Evêques et roi d’Espagne ont insisté, durant toute l’époque coloniale, sur la nécessité de maintenir les indiens dans leurs villages, pour mieux les contrôler spirituellement et fiscalement. Ils étaient hantés par ces indiens errants, qui quittaient leurs foyers et échappaient à tout contrôle. Les confréries permettaient de canaliser les populations.

47Elles pouvaient assumer ce rôle parce qu’elles mobilisaient un certain nombre de représentants des villages pour l’organisation des fêtes religieuses, mais aussi parce qu’elles faisaient participer de nombreux groupes de musiciens et danseurs. Chaque confrérie avait ses groupes qui se présentaient lors de certaines fêtes. Très tôt les Espagnols avaient remarqué le goût des indiens pour la musique :

  • 31 C.D.I. A. XLI page 161 “Les indiens, qui sont très doués pour la musique, et les religieux qui écou (...)

los naturales que son muy dados a la música e los religiosos que oyen sus confesiones nos lo dicen, que más que por las predicaciones se convierten por la música, y los vemos venir de partes remotas para la oir e trabajan para aprender la...31

  • 32 Remesal op. cité tome II page 156

48Cette lettre de l’évêque Zumarraga à l’Empereur, le 17 avril 1540, vantait l’efficacité de la musique comme moyen de conversion des indiens. L’idée est donc venue aux premiers missionnaires d’utiliser ces goûts et aptitudes à des fins chrétiennes. Remesal a largement raconté comment l’évangélisation de la Vera Paz avait été possible grâce aux “couplets” chantés par quelques marchands qui racontaient ainsi les histoires de la bible.32

49L’Oidor Thomas Lopez conseilla à l’Empereur, dans une lettre du 9 juin 1550, d’apprendre aux indiens des chants et des danses relatant les histoires sacrées du christianisme afin de mieux attirer les foules, conservant par-là leurs anciennes traditions :

  • 33 A.G.I. Audiencia de Guatemala “Qu’on ne leur permette pas de faire leurs anciennes danses comme ils (...)

Que no se les consientan a estos (naturales) hacer sus bailes antiguos como lo hacen cantando sus historias antiguas y idolatrías, sino que ya que se les consienta, bailar y cantar a su uso y costumbre que canten cosas de nuestra religión y para esta seria yo de parecer que se les enviase a estos naturales muchos romances y canciones de historias de la sagrada escriptura y de nuestra religión...33

  • 34 Brasseur de Bourbourg. Bibliothèque Mexico-Guatémalienne, Paris 1871

50Fray Luis Cancer, l’un des premiers religieux à pénétrer en Vera Paz, aurait composé, vers 1540, selon la tradition de Rabinal, quelques couplets qui du quiché furent traduits en Kekchi.34 Ce seraient les coplas conservées à la Newberry Library et provenant de Brasseur de Bourbourg.

  • 35 Remesal, tome II page 246

51Les Franciscains jouèrent un grand rôle dans la composition et l’apprentissage des nouveaux chants. Des danses furent importées d’Espagne, telle la danse des Moros y Christianos. Mais de nombreuses danses préhispaniques furent conservées, après avoir été “adaptées”. La Junta eclesiástica de México, en 1539, avait décrété la suppression des anciennes manifestations religieuses et autorisé seulement les danses qui employaient les nouveaux chants enseignés par les religieux, à condition de se faire hors de l’église. Selon Remesal35 quand les Dominicains organisèrent la reducción de Rabinal en 1538, ils permirent la survivance des anciennes danses sur le nouveau site, comme récompense de l’obéissance des Rabinaleb et comme consolation pour avoir abandonné leurs anciennes terres. Ces danses furent cependant “domestiquées”, de nouvelles paroles furent substituées aux récits ou chants des ballets-drames. Tout fut réinterprété dans une perspective chrétienne.

  • 36 et 39 C.E. Mace : Two Spain-quiché dance-dramas of Rabinal, Tulane 1970

52Selon C.E. Mace36 beaucoup de ces nouveaux ballets-drames furent écrits entre 1540 et 1560 en quiché ou en espagnol. Les Dominicains durent collaborer avec les indiens. Ceux-ci se sont transmis par la suite oralement les paroles, et c’est seulement à partir du XIXe siècle que certains chefs de confréries jugèrent bon, afin de conserver la tradition, de mettre par écrit ces textes. Ce travail fut une telle réussite que Montero, dans sa relación de 1575, pouvait s’émerveiller de la pureté du christianisme dans les danses indigènes de la Vera Paz :

  • 37 A.S.G.H.G. tome XXVII 1953-54 pages 342 a 358 Descripción de la Provincia de la Verapaz por Fray Fr (...)

De los ritos y costumbres antiguas de estas gentes, de su religión y fiestas y regocijos y juegos y ceremonias en los casamientos, cazas y pescas, y muchas supersticiones que tenían no hay que decir porque por la misericordia de Dios y beneficio de la cristianidad ya no hay memoria ni rastro de nada; solo les han quedado sus bailes antiguos en las fiestas, pero con cantos y palabras cristianas y devotas.37

  • 38 A.S.G.H.G. tome XX mars 1945 pages 51-52

53Cette importance particulière des danses exécutées par les confréries religieuses à Rabinal s’est perpétuée jusqu’à nos jours. Teletor a décrit 18 danses en 194538 et C.E. Mace les a étudiées entre 1957 et 1969(39). Les indiens ont su les conserver et y sont restés très attachés. C’est essentiellement cet aspect du rôle des confréries qui leur est cher. Cortés y Larraz le remarquait, avec un peu d’inquiétude au XVIIIe siècle :

  • 39 A.G.I. Audiencia de Guatemala 948 cuaderno 2 de cofradías fol. 8r “Comme elles sont si antiques et (...)

Siendo tan antiguas (las cofradías) y que las quieren los indios aunque sin idea alguna christiana, entiendo que lo mismo seria quitarlas, reformarlas o alternarlas de cualquier modo, que alborotarse los indios, abandonar los pueblos.39

54Cette inquiétude de Cortés y Larraz s’explique par le fait qu’en réalité, depuis très longtemps, et même dès leurs débuts, les confréries avaient servi à d’autres fins et passablement dévié de leur double vocation, entretien du culte et évangélisation.

55Le grave abus, selon les autorités civiles et religieuses, commis par les membres des confréries, et dénoncé très tôt, est celui d’avoir utilisé les confréries pour perpétuer leurs anciennes croyances. D’autre part, les danses exécutées lors des fêtes organisées par les confréries semblent avoir conservé totalement, ou en partie, malgré le vernis chrétien, leur signification profonde. Il est intéressant de noter que le Corpus Christi, fête qui tombe au moment des premières pluies, ait été une des principales fêtes religieuses. On y danse la Patzca, danse préhispanique destinée à demander la pluie aux montagnes. Il est peut-être caractéristique aussi que l’une des premières confréries indiennes ait été celle de la Santa Cruz ; car, chez les mayas, la croix était symbole de la terre et de la pluie, principes de vie fondamentaux pour ces peuples agriculteurs. Or la principale divinité des Rabinaleb était Huntoh, dieu des montagnes et de la pluie. Il n’est donc pas impossible qu’il y ait eu tentative de récupération de ce culte dans la confrérie de la Sainte Croix.

  • 40 1539 : Junta eclesiastica de Mexico, sous l’égide de l’archevêque Zumarraga. 1546 : Ordonnances de (...)
  • 41 Chinchilla Aguilar E. : La inquisición en Guatemala. Guatemala 1953, p. 207 à 292
  • 42 Tovilla, op. cité page 139
  • 43 Fuentes y Guzmán : Recordación florida, Discurso historical, natural, militar y político del reino (...)

56Malgré les interdictions très précoces contre tout souvenir des anciens cultes40 les danses païennes se sont conservées, comme le confirment de nombreux documents. Au XVIIe siècle, l’inquisition avait notamment interdit le Baile del Tun (ou Rabinal-Achi), le ballet-drame le plus fameux de Rabinal, relatant les conquêtes et les exploits des Rabinaleb41. Cependant il continua à être dansé, sans doute épisodiquement. En 1625, le gouverneur de la Vera Paz, Juan Maldonado de Paz, dans ses ordonnances sur le bon gouvernement de la Vera Paz, demande aux Dominicains de mettre un terme à toutes les danses païennes et nomme celle du Tum 42. Mais 50 ans plus tard en 1675, Fuentes y Guzmán parle d’un Baile de Oxtum qu’il a vu, ainsi que d’un drame Quiché-Vina, dont les Dominicains ne pouvaient saisir le sens43. Ce pourrait être le Rabinal-Achi, ou un drame apparenté à lui. En 1793, l’Audience de Guatemala dut encore prendre les dispositions contre le Baile del Tun, ce qui prouve qu’il n’avait toujours pas été possible de l’extirper des traditions indiennes :

  • 44 A.G.C.A.A. 1.68.3 exp. 175 Auto del Lie. Malien de Rueda oidor de la audiencia.
    “Dans la région du b (...)

En el Valle de Guatemala y demás pueblos, ciudades del distrito, los naturales bailan un baile que llaman tun de que antiguamente solían los sus dichos usar en tiempo de su gentilidad.”44

  • 45 C.E. Mace, op. cité
  • 46 C.E. Mace, page 39

57À Rabinal, de nombreuses danses préhispaniques purent être ainsi conservées jusqu’à nos jours, tel le ballet de Rabinal-Achi, la Patzca, le Balam-Kiej, le Kiej.45 Lorsque les Dominicains revinrent à Rabinal en 1955, après 70 ans d’absence, ils furent stupéfaits et épouvantés par le nombre des danses exécutées dans l’église, avec masques et musique indigènes.46

58Les confréries donnaient lieu aussi à d’autres “excès”. Elles permettaient aux indiens de vénérer les images des Saints que les cahavixeles conservaient dans leurs maisons, et de se livrer, les soirs de fêtes en l’honneur des Saints, à des “sarabandes” effrénées. Diverses cédules royales durent être promulguées pour obtenir des confréries qu’elles se comportent avec “décence”. Par exemple en 1602 :

  • 47 A.G.C.A.A.1. 23 leg. 1514 fol. 22 “À mon président de la royale audience de la province de Guatemal (...)

Mi Presidente de mi Audiencia Real de provincia de Guatemala. Porque conviene que en las cofradías que hacen los indios y negros haya la decencia y buena orden que se requiere y no ninguna demasía y exceso. 47

59Ce qui était considéré comme indécent était tout d’abord la dévotion particulière aux Saints, qui semblait rappeler celle vouée autrefois aux anciennes idoles. Cortés y Larraz décrit divers abus concernant les images :

aunque sean indecentísimas llevarlas y traerlas en procesiones ridículas a las iglesias y colocarlas en cierta situación el día que se celebra el guachival y otras cosas tales que se me han procurado ocultar...

60et il poursuit en précisant qu’elles sont portées en procession

  • 48 Cortes y Larraz A.G.I. Audiencia de Guatemala 943 cuademo 2 fol. 62 “Bien qu’elles soient très indé (...)

de solos indios con zahumerios y su música ordinaria, he visto quedar las imágenes a la puerta de la iglesia vestidas ridículamente.48

61L’indécence et le ridicule de ces images provient de ce qu’elles portaient des plumes. Il est certain que ces somptueuses processions organisées par les confréries, avec les riches décors de fleurs et de plumes autours des Saints, ainsi que les offrandes de copal de d’encens, les accompagnements musicaux, sont forts suspectes de paganisme. On peut facilement imaginer qu’il devait en être de même avec les anciennes idoles. Dans la mentalité indigène, les Saints et leur culte étaient l’expression d’un polythéisme à peine christianisé. Cette forme d’idolâtrie a été sans cesse poursuivie tant par la Couronne espagnole que par les évêques.

62Un autre “excès” commis par les confréries, venait de ce que les fêtes organisées chez les majordomes donnaient lieu immanquablement à des scènes de beuveries “scandaleuses”, qui duraient toute une nuit et contre lesquelles se lamentaient les autorités de l’Audience et de l’évêché, mais sans succès. La Royale Audience s’élevait en 1637 contre les :

  • 49 A.G.C.A.A. 1. 11. 2 leg. 2 245 exp. 16 191 fol. 169 v. “beuveries et banquets qui, durant le jour e (...)

borracheras y banquetes que de día y noche de la fiesta que celebran sea costumbre hacer juntándose en casa del indio mayordomo de la cofradía muchos indios y indias a donde por su incapacidad con los bailes y fiestas que hacen remuevan la memoria de su antigüedad idolatría con escándalo común y en menosprecio de la devoción que se debe tener a las imágenes.49

63Cortés y Larraz constate la même chose un siècle et demi plus tard :

  • 50 A.C.I. Audiencia de Guatemala 943 cuaderno 2 fol. 7 r.v. “Les confréries et associations religieuse (...)

Las cofradías y hermandades, en la idea y intención de los indios, son un puro pretexto para sus deshonestidades, embriagueces y desórdenes... en saliendo de la iglesia se junta concurso en casa del mayordomo en donde hay provisión de sus comidas y bebidas que llaman chumpipes, batidos, pinoles, chicha, aguardientes que comen y beben hasta la embriaguez. Tienen su música y bailes que llaman tunes y zarabandas en que pasan todo el día y la noche en gravísimos excesos... A esto y nada más se reducen las fiestas de los indios.50

  • 51 A.G.C.A.A.1. 21. 6 leg. 181 exp. 3 712

64Un autre document nous parle aussi d’une coutume qui consistait à mettre une assiette sur une table, devant l’image du Saint, chez le Cahavixel ; celui qui déposait une pièce avait droit à un verre d’eau de vie, des tamales (semoule de maïs) des petits pains et du chilate (bouillie de maïs pimentée), que deux majordomes étaient chargés de distribuer.51

65Les frais qu’entraînaient ces fêtes (achats de nourriture, cierges, pétards, location de plumes pour les images sacrées) dépassaient souvent largement les ressources des confréries. Les majordomes mettaient donc à contribution tous les habitants du village en organisant des quêtes. Cortés y Larraz s’est élevé très violemment contre les dépenses excessives occasionnées par les fêtes des confréries, qui ruinaient les familles indiennes. Il se demande d’où les indiens, si pauvres, peuvent tirer tant d’argent ! Ceci seul prouve les sacrificies que ces indiens étaient capables de consentir pour leurs confréries auxquelles ils tenaient tant car elles représentaient beaucoup pour eux :

  • 52 A.G.I. Guatemala 948 cuaderno 2 de cofradias fol.7. y v. “Je ne sais d’où ils le sortent (l’argent) (...)

Y no se de dónde lo sacan (el dinero), y si solamente que siempre me ha servido de grande admiración el que se saque de los indios tanto dinero, como perciben curas, Alcaldes Mayores, y emplean en tributos, Iglesias, y otros gastos según lo dicho, y lo que pudiera aumentar se deja entender claramente que estas cofradías y hermandades no solamente son inútiles, sino muy perjuiciables por ser ocasiones de usures excesivas, gastos crecidos y superfluos, de embriagues, deshonestidades y varios desordenes.52

66En réalité, ces réunions collectives, qui scandalisaient tant les autorités, rappellent fort les « anciens mitotes, au cours desquels de nombreux indiens se réunissaient pour danser, chanter et se régaler des plats traditionnels de fête. Ces réjouissances étaient l’expression de la ferveur religieuse et la manière de célébrer les dieux et leurs bienfaits. À l’époque coloniale, cela représentait une autre forme d’idolâtrie et de paganisme ; il n’est donc pas étonnant que les évêques et les officiers royaux, soucieux de l’acculturation des indiens, aient tenté de détruire ces traditions.

67Danses, ballets-drames, processions d’images ornées de plumes, copal, repas et festivités rituelles : il semble bien que les confréries aient plutôt servi à conserver les croyances et coutumes anciennes qu’à christianiser les indiens. On peut évidemment se demander comment, malgré les nombreuses dénonciations et interdictions, les confréries continuèrent à être le théâtre de ces réminiscences préhispaniques.

  • 53 A.G.I. Audiencia de Guatemala, 948 cuaderno 2 fol. 8 r.v.

68Il est possible que les Dominicains aient renoncé à détruire ces rites païens devant la résistance farouche des indiens et qu’ils aient été obligés de faire des concessions sous peine de perdre définitivement tout espoir d’évangélisation. Cortés y Larraz nous relate en effet l’histoire d’indiens de la région de Sololá qui avaient refusé de faire baptiser leurs enfants et avaient quitté leur village parce que les confréries leur avaient été supprimées, en raison de leurs “excès trop flagrants”.53

69Il se peut aussi que les Dominicains aient été obligés d’admettre les traditions antiques, sous peine d’être chassés ou de subir de graves révoltes. Une lette d’un curé de Rabinal, datée de 1865, nous donne cette version, pensant que c’était la seule solution pour que les indiens restent “tranquilles” et que les curés n’encourent pas d’“atrocités” :

  • 54 Lettre de Fray Pedro Diez. Archives paroissiales de Rabinal. “Les coutumes et abus de la classe ind (...)

Las costumbres y abusos en la clase indígena, que nunca faltan en los pueblos, y que a los curas no les es posible abolirlos, y que más bien son tolerados: tampoco hay alteración... y este es el motivo de conservarlos tranquilos y ni exponerse a sufrir atrocidades, a que siempre están dispuestos contra los curas.54

70La ténacité des indiens à conserver leurs anciens bailes est attestée par un document de 1687 qui relate l’histoire des indiens de Cahabón, village d’Alta Verapaz, qui avaient insisté de nombreuses fois pour exécuter leur baile del catum, mais s’étaient toujours heurtés à l’opposition du curé. Ils se décidèrent donc un jour à braver l’interdit et firent irruption dans le village :

  • 55 A.G.I. Audiencia de Guatemala 159 fol. 9 à 180 “comme ont l’habitude de le faire les lacandons, tou (...)

como usan los lacandones, untados todos de negros, colorados y amarillos, unos de demonios, otros pintados de tigres y culebras, tocando un instrumento a modo de caracol.55

71Le curé épouvanté, horrifié, alla se réfugier dans l’église pour prier.

72Les Dominicains ont peut-être aussi tenté de conserver les coutumes indigènes, en pensant les transformer peu à peu et les vider de leur paganisme. De nombreux documents prouvent, à travers toute l’époque coloniale, que cet espoir, si espoir il y a eu, a été vain.

73Il y a, cependant, une autre explication intéressante. Les Dominicains auraient montré une certaine indulgence, voire adopté une certaine négligence vis – à – vis des coutumes indigènes, en raison d’une complicité qui les liait peut-être aux indiens. En effet, si les Dominicains laissèrent les indiens se servir des confréries pour perpétuer leurs anciens rites dans un cadre nouveau et “légal”, c’est peut-être pour que les indiens laissent les Dominicains utiliser ces mêmes confréries à des fins beaucoup plus matérielles. Celles-ci, en effet, leur permirent de se livrer à de fructueux trafics, sous couvert de religion. Cette espèce de marchandage, sans doute tacite et plus ou moins conscient, explique que les confréries aient, durant toute l’époque coloniale, et malgré les enquêtes ou les réformes menées tant par les autorités royales que par les évêques de Guatemala, continué à recouvrir des réalités bien différentes de celles prévues au départ.

  • 56 A.G.I. Audiencia de Guatemala 966 fol. 42
  • 57 A.G.C.A.A. 1. 21. 6 leg. 181 exp. 3 712
  • 58 A.G.C.A.A. 1. 3. 12 leg. 2 778 exp. 40 186
  • 59 A.G.C.A.A. 1. 1. leg. 29 exp. 845 fol 38

74Les Dominicains, en effet, tiraient de grands bénéfices du commerce du coton, de l’élevage sur l’hacienda des confréries et du prêt usuraire, pratiqués au nom des confréries. Ils se sont livrés très tôt au trafic du coton, comme l’attestent de nombreux documents. Une grande enquête fut menée en 1582 par l’Audience de Guatemala.56 Elle révèle un trafic abusif de coton et cotonnades en Vera Paz. Puis une lettre de l’Alcalde Mayor au roi, en 1585, nous précise l’affaire ainsi que les mesures prises57 : Les dominicains répartissaient le coton, cultivé en Vera Paz même, surtout à Cajcoh, aux indiennes, pour qu’elles le filent et le tissent. Ce travail n’était pas rémunéré, ou très peu. Cela devait permettre aux indiens de payer leur tribut à l’église, comme cela se pratiquait d’une autre côte pour les tributs royaux.58 Les cotonnades étaient revendues avec beaucoup de bénéfice à Guatemala.59 Tout ce commerce était entre les mains des Dominicains de la Vera Paz.

75La couronne royale s’était déjà élevée contre ces derramas, ou contributions excessives, surtout dans la mesure où les indiennes n’étaient pas rémunérées pour leur travail. En 1585, malgré les protestations des religieux qui disaient qu’on leur ôtait le pain de la bouche, l’Alcalde Mayor leur fit rendre l’argent des cotonnades et payer aux indiennes leur travail. Désormais, les religieux ne devaient vivre que de ce que leur donnait le roi ainsi que des aumônes volontaires des indiens.

76Mais en 1775, l’Alcalde Mayor de Vera Paz dénonçait encore le trafic. Il est précisé qu’à Cubulco, village voisin de Rabinal, les confréries prêtaient de l’argent aux indiens pour qu’ils puissent acheter le fil à tisser. Ils devaient payer un intérêt de :

  • 60 A.G.C.A.A.1. 21. 6 leg. 181 exp. 3 712 “Un real pour chaque tostón, chaque semaine, et rendre, à la (...)

un real para cada tostón, cada 5 semanas, y volver al fin del año el principal en dinero.60

77Ces taux usuraires permettaient aux confréries de faire des bénéfices substantiels, d’autant plus que les indiens devaient passer par ce système pour se procurer le coton nécessaire afin de payer leur tribut.

78Un autre document, beaucoup plus tardif, de 1816, nous prouve que le trafic n’avait jamais cessé :

  • 61 A.G.C.A.A.1.1. leg. 29 exp. 845 fol. 38 “le commerce de fils et de coton qui se récolte dans la plu (...)

el comercio de hilos y algodón que se cosecha en los más de los pueblos de solo indios, el cual podría producir el año como 100.000 pesos cuyo comercio lo hacen las cofradías de indios manejadas exclusivamente por los P. curas, con lo que se mantiene el culto divino.61

79Le texte révèle donc qu’au début du XIXe siècle, c’est toujours sous le prétexte du culte divin que ce commerce se faisait et que cela rapportait la somme prodigieuse de 100.000 pesos pour la province de Vera Paz (14 villages). Or, très curieusement, les livres de confréries ne font aucune allusion à ce commerce. Les bénéfices ne servaient donc pas à payer les frais d’église, réglés par les aumônes et les biens dont disposaient les confréries. L’argent restait-il donc entre les mains des religieux dont le couvent était à Cobán ? Il semble bien qu’il échappait au contrôle ecclésiastique et royal et restait à l’entière disposition des Dominicains.

  • 62 Selon les estimations de François Chevalier : La formation des grands domaines au Mexique, terre et (...)
  • 63 A.G.C.A.A.1. leg. 6001 exp. 52829 fol. 14.

80Les frères Dominicains administraient aussi l’hacienda d’élevage de San Miguel Chicaj. À Rabinal, 7 confréries indiennes possédaient du bétail : les 4 plus anciennes, c’est-à-dire celles du Rosario, du Santísimo Sacramento, de la Santa Cruz, de las Animas, ainsi que celles de San Pablo, patron du village, San Miguel et Dulce nombre de Jesús. Une partie des terres communales de Rabinal, situées à San Miguel Chicaj, étaient consacrées aux troupeaux de ces confréries indiennes. Le village possédait là une estancia de ganado mayor plus 4 caballerías de terres, soit 1 922 hectares62, come en témoigne le plus ancien des titres de terres, conservé depuis 158863. Cependant, aucun document ne précise à quelle époque ces terres communales furent attribuées aux confréries. Nous ne savons pas non plus, d’autre part, quand ni comment celles-ci furent dotées d’un capital-bétail.

81Les confréries pratiquaient un élevage très important, de taureaux, vaches, veaux, chevaux, juments, mules. Les premières mentions de troupeaux se trouvent dans le livre de bautismo n. 1 de Rabinal, et en l’année 1696. Les autres livres de bautismo, qui possèdent les rapports des visites épiscopales, ainsi que les livres des confréries, commencés vers 1784, nous montrent l’accroissement extraordinaire du cheptel (fig. 9).

82Jusqu’en 1776, l’élevage est prospère. Les confréries de Rabinal possèdent jusqu’à 2.200 têtes de bétail ; après, c’est la décadence. Certaines confréries étaient plus riches, telle celle du Santísimo Sacramento qui possédait 10% du cheptel en 1776, 22% en 1786. Ensuite venait la confrérie del Rosario des métis et espagnols.

83Le curé avait l’entière responsabilité de l’administration de l’hacienda, comme le remarque l’Alcalde Mayor de Vera Paz en 1776, lors d’une enquête sur les confréries :

  • 64 A.G.C.A.A.1.11. leg. 116 exp. 4 818 fol. 25 v. “Les fonds les plus importants des confréries de ce (...)

El mayor fondo de las cofradías de este pueblo está en una hacienda de ganado mayor que se administra por el mismo cura con total independencia de los mayordomos de cofradías.64

84Tous les ans, en effet, le curé se chargeait de vendre des bêtes ainsi que des fromages, fabriqués durant douze à quatorze semaines par an, afin d’assurer les dépenses d’entretien de l’église : travaux de menuiserie, de peinture, d’orfèvrerie, achats d’habits sacerdotaux, de livres pour l’administration de la paroisse, salaire des bergers, marquage des bêtes...

Fig. 9 – Evolution du cheptel de Rabinal au XVIIIe siècle.

Fig. 9 – Evolution du cheptel de Rabinal au XVIIIe siècle.

85Le livre d’estancia de cofradía laisse entrevoir les nombreux bénéfices réalisés (fig. 10).

Fig. 10 – Recettes et dépenses de l’hacienda San Miguel Chicaj de 1780 à 1802.

Fig. 10 – Recettes et dépenses de l’hacienda San Miguel Chicaj de 1780 à 1802.

86C’est surtout entre 1782 et 1796 que l’hacienda semble avoir rapporté beaucoup. Après, un déclin brusque s’amorce. Il s’explique par la diminution importante des troupeaux. Aucun document, jusqu’à présent, ne permet de savoir à quoi était employé l’argent des bénéfices : les majordomes indiens pouvaient-ils en disposer pour les fêtes des confréries ? ou bien, comme le suggère le document précédent, les curés en conservaient-ils la totalité ? Nous savons, par ailleurs que les cahavixeles tuaient, chaque année, des bêtes afin de les manger lors des fêtes. Des bœufs et des veaux étaient aussi donnés au curé pour sa subsistance, en général une bête par an par les confréries de Santa Cruz, Animas, San Pablo, San Miguel.

  • 65 A.G.C.A.A.1 leg. 6041 exp. 53308 fol. 55 v. et A.G.C.A.A. 1. leg. 5 986 exp. 42 645 fo. 30

87D’autres confréries non indiennes possédaient des terres privées. La confrérie du Rosario de ladinos et espagnols, fondée en 1661, disposait de 11 caballerías et 2/3 de terres, soit 501 hectares, dans la vallée de Urran, au lieu dit “Belegeya”, près d’El Chol. Un arpentage et une composición de terres eurent lieu en février 174265. S’agissait-il d’une acquisition de terres ? ou d’une confirmation de terres, car la confrérie était alors en procès avec les propriétaires voisins ? Ce domaine pratiquait l’élevage.

88D’autre part, la confrérie de ladinos de Dolores, dont le curé était premier majordome, possédait un trapiche, plantation de canne à sucre, avec sa sucrerie, entre Rabinal et Salama. Les documents ne précisent pas comment ces terres étaient parvenus entre les mains des confréries : legs de certains fidèles ? “Dénonciations” de terres communales en friches ? Accaparement de terres communales ? Car, si une partie des revenus échappait à la communauté indienne, on peut parler d’appropriation de terres communales.

89Les confréries apparaissent donc, dans les documents du XVIIIe siècle, comme de grandes propriétaires terriennes et participent d’une certaine façon au phénomène de privatisation des terres communales. D’autre part, elles ont joué un rôle important dans la région en introduisant et en développant, sous la direction des ladinos et des Dominicains, l’élevage et la culture de la canne à sucre, éléments nouveaux de l’économie agricole à l’époque coloniale.

90D’autre part, les confréries possédaient un capital très important (fig. 11)

Fig. 11 – Le capital des confréries de Rabinal au XVIIIe siècle.

Fig. 11 – Le capital des confréries de Rabinal au XVIIIe siècle.
  • 66 Chiffres provenant des livres de bautismo, lors des visites épiscopales.

91On constate que le capital des premières confréries ne fit que fructifier au cours des années. L’organisation des nouvelles confréries, en 1776, accrut considérablement ce capital. Ce n’est qu’à partir de 1786 qu’il décroît.66

  • 67 A.G.C.A.A. 1. 21. 6 leg. 181 exp. 3 712

92Ce capital était en effet “placé”. Tout d’abord sous forme de prêts consentis aux indiens. Il a déjà été question de l’avance consentie pour l’achat du fil à tisser67. Mais, dans les divers villages de Vera Paz, les confréries avaient aussi l’habitude de prêter de l’argent aux majordomes nouvellement élus, afin qu’ils puissent payer leur quote-part annuelle, c’est-à-dire leur aumône pour subvenir aux frais des fêtes. En 1775, l’Alcalde Mayor de Vera Paz dénonçait les abus commis, car les taux étaient toujours usuraires :

  • 68 A.G.C.A.A.1.11. leg. 181 exp. 3 708 fol. 1v “(en donnant un capital de...) quinze tostones, avec l’ (...)

(dando principal de...) quince tostones con obligación de dar dos reales cada semana como se practica en Cubulco. En este pueblo se acostumbra repartir el dinero a usura siendo esta otro tanto que el principal recibido, lo que igualmente se practica en el pueblo de San Juan Chamelco y otros de esta jurisdicción siendo en todos los logros sumamente excesivos, pues no contándose con un 25 o 30 % cobran centenaria y a veces exuden en 2 o 3 partes al principal recibido.68

93Il s’agissait de l’usura pupilar, contre laquelle s’insurgeait la même année Cortés y Larraz. Selon celui-ci, c’était le seul moyen pour régler toutes les dépenses :

  • 69 A.G.I. Guatemala 948 cuaderno 2 de cofradias fol. 6v. et 7r. “Etant donné le peu de capitaux que dé (...)

En la cortedad de capitales que tienen quasi todas (las cofradías) no pueden sus productos ser suficientes para contribuir a tantas misas, fiestas, cera, cuyos gastos precisos ascenderán en cada una de 40 a 50 pesos anuales, poco más o menos, a los cuales se agrega el adorno de las imágenes en las fiestas principales y los que luego diré, todo lo cual no deja de ser muy gravoso. Hacerse lo dicho más gravoso, advirtiendo que quasi todas las cofradías, cuyo capital consiste en dinero hacen los gastos, entregándolo a usura pupilar, como dicen, y en dicha usura pupilar se cobró el 20 % o 30 % o 50 % y más, o lo tanto por tanto.69

94Les prêts pouvaient être plus importants, comme en témoigne un document trouvé dans les livres des haciendas dominicaines, au couvent de Santo Domingo à Guatemala. La confrérie ladina et espagnole del Rosario avait prêté 800 pesos à l’hacienda dominicaine de Las Balas, en 1758. On peut supposer que les frères dominicains pouvaient disposer des capitaux des confréries de leurs paroisses. Cependant, en 1771, le prêt n’était toujours pas remboursé, et les treize années d’intérêts n’avaient pas été réglées... La confrérie ne put récupérer que 500 pesos, après un long procès en 1771. Cette confrérie était très riche, puisqu’en 1776 elle avait un capital qui s’élevait à 1 437 pesos.

95Les confréries apparaissent donc comme des entités économiques de première importance dont la prospérité repose sur l’exploitation de grandes propriétés foncières consacrées à l’élevage, ou à la canne à sucre, mais aussi sur des activités commerciales et financières. Sous le contrôle des frères Dominicains, les confréries semblent bien avoir été pour ceux-ci des instruments au travers desquels ils dominaient la vie économique de la région.

  • 70 Libro 13 de la cofradía del Santisimo Sacramento. Archives paroissiales de Rabinal.

96Cependant, tant les déviations empreintes de paganisme des indiens, que les activités économiques en grande partie aux mains des Dominicains, pratiquées au sein des confréries, suscitèrent tout au long de l’époque coloniale les dénonciations des évêques comme des autorités royales. Mais les protestations et tentatives épisodiques d’amendement restèrent lettre morte jusqu’à la visite de l’Archevêque Cortés y Larraz en 1768 et 1769. Il consigna ses impressions dans les livres de visites de l’archevêché de Guatemala et en envoya une copie au Conseil des Indes. Par la suite, il transmit un supplément, en 1775, qui n’est pas publié, où il donne le règlement institué par lui et transcrit dans tous les livres de paroisse : Suplemento de la visita general de la diócesis de Guatemala, remitida al Supremo consejo de Yndias con fecha a primo de abril y primero de mayo de 1775 según lo pretenido por el mismo Supremo Consejo en Real Cedula fecha en San Ydelfonso a 15 de sep. de 1771. Cette enquête inquiéta la couronne qui, par une cédule du 15 sep. 1774, demanda à l’Archevêque de résumer ses conclusions. En juillet 1775, Cortés y Larraz envoya un premier cuaderno qui donnait l’état du nombre des confréries, de leurs biens en argent et en troupeaux. Un deuxième cuaderno, de 13 folios, faisait une synthèse des problèmes posés : Razón del instituto y advocación de las enunciadas cofradías y hermandades, del aprovechamiento y perjuicio que resulta a los fieles y si deben reformarse en todo o en parte y en qué términos.70 L’archevêque, bien que très pessimiste, conseillait une réforme, car la suppression des confréries entraînerait la fuite des indiens, donc perte de tout contrôle spirituel et financier sur eux. D’autre part, cela poserait un problème insoluble pour pourvoir à la subsistance des curés, assurée jusque-là par les seules confréries.

97La couronne espagnole demanda, par la même cédule de 1774, qu’une grande enquête soit faite dans tout le pays au sujet des confréries. C’est la Royale Audience qui fut chargée de faire exécuter les ordres royaux par les Alcaldes Mayores. Les auditeurs de l’Audience avaient plutôt tendance à trouver que Cortés y Larraz exagérait ! Néanmoins, on assiste alors à une tentative de réforme profonde et de réorganisation des confréries, menée par la couronne espagnole, selon les indications de Cortés y Larraz. Cette réorganisation correspond à la période de reprise démographique, qui avait sans doute provoqué l’augmentation du nombre des confréries.

98Tout d’abord, afin de reprendre en mains la spiritualité des indiens, il fut interdit aux confréries de conserver les images des Saints et de les vénérer comme auparavant. La couronne espagnole, soutenant Cortés y Larraz, tenta d’éliminer tous les désordres avec douceur : danses païennes, dépenses excessives, prêts usuriers, confréries trop nombreuses ou non autorisées. Un règlement fut institué pour les élections des majordomes, ainsi que pour la gestion des confréries. En effet, pour mieux contrôler l’énorme richesse, manipulée par les curés Dominicains, il fut imposé des livres d’administration, bien tenus et correctement annotés. Les enquêtes avaient, en effet, révélé qu’auparavant il n’y avait pas de livres, parce qu’ils avaient été détruits ; ou bien les paroisses possédaient quelques feuilles volantes, généralement sales et illisibles. Le curé Cardenas, en entreprenant un nouveau livre pour la confrérie du Santísimo Sacramento précise :

  • 71 Ces documents se trouvent à A.G.I. Guatemala 948, en fin de liasse.

Por estar el antecedente muy sucio y con papel muy manchado 71

99Des livres dont les comptes devaient être désormais mieux tenus à jour permettraient à l’Archevêque, lors de ses visites diocésaines, de mieux se rendre compte de la gestion du capital-argent et du capital-bétail des confréries, et de contrôler ainsi les dépenses des majordomes et les revenus des curés. Il semble, en effet, que l’absence de livres permettait de cacher beaucoup de choses ! Déjà en 1585, l’auditeur de l’Audience Velasquez Ramiro, écrivait au roi :

  • 72 A.G.I. Guatemala 10 “Dans les confréries de Notre Dame du Rosaire, dans ces villages où on a recuei (...)

En las cofradías de Nuestra Señora del Rosario, que hay en estos pueblos donde se ha recogido y se recoge cada año alguna quantidad de limosna en cacao, montas, y plumas y otras cosas, no hallé libro del recibo ni de los gastos y los mayordomos como indios simples no supieron dar otra cuenta ni razón más de decir que ellos han dado cuenta cada un año al padre de la visita. El cual en tomándola siempre ha rompido los papeles y en unos papeles viejos sueltos que descubrí en su poder, estaban asentados ciertos gastos de la comida del padre y de los teopantacas y pintura de las armas reales y otras cosas a mi parecer apenas de la cofradía.72

100En 1775, Cortés y Larraz rappelle que les livres de confrérie étaient en général tenus par les majordomes qui y consignaient le minimum de choses afin de laisser un doute, ou une certaine confusion sur ce qui devait revenir au curé :

  • 73 A.G.I. Guatemala 943 cuaderno 2 fol. 3r. “Les indiens ont l’habitude de cacher au nouveau curé les (...)

... suelen los indios ocultar al cura nuevo los libros para ver como pueden privarlo de sus derechos, no en cuanto a minorar las funciones, sino el estipendio que debe darse.73

101Dans quelle mesure ces tentatives de réforme aboutirent-elles ? On peut dire qu’à Rabinal il y eut un effort d’amélioration de la gestion, surtout grâce au frère Cardenas. Tous les livres de confrérie conservés jusqu’à nos jours dans l’église paroissiale ont été commencés par lui entre 1781 et 1785. Le livre d’estancia de cofradía débute en 1781. Le curé Cardenas y a scrupuleusement transcrit les dépenses et recettes annuelles. Ses successeurs ont continué durant plusieurs années. L’Archevêque Cayetano Francos Monroy avait été chargé, par une cédule royale de janvier 1783, de réduire le nombre des confréries : dans tout le Guatemala, elles passèrent de 3159 à 2135, c’est-à-dire que 32,5 % furent supprimées. À Rabinal, seules les deux confréries indienne et ladina del Rosario furent réunies en 1784. Rabinal conserva toutes ses confréries, sans doute parce que, dans cette région, les traditions étaient plus difficiles à extirper. Les documents de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe continuent à dénoncer les mêmes abus, tant de la part des indiens que des Dominicains, ce qui laisse à penser que ces réformes ne portèrent guère leurs fruits à Rabinal, à long terme. Au contraire, de nouveaux problèmes apparaissent, qui laissent présumer une crise des confréries à la fin de l’époque coloniale.

102Deux problèmes graves se dégagent essentiellement de ces documents : d’une part une crise de vocation des majordomes, et, d’autre part, un déclin économique des confréries. Ceci se reflète dans les livres de confrérie, de plus en plus mal tenus, et peu soignés à la fin du XVIIIe siècle, et généralement interrompus brusquement ou à diverses reprises dans les premières années du XIXe.

103Tout d’abord, on constate paradoxalement une tendance à un accroissement considérable du nombre des majordomes. Les confréries comptent jusqu’à 20 ou 30 membres, ce qui ne semble pas avoir été la coutume puisque ceci est dénoncé en 1775 :

  • 74 A.G.C.A.A. 1. 21. 6 leg. 181. exp. 3 712 fol. 22 “Dans certains villages ils entrent au service des (...)

En algunos pueblos entren a servir en las cofradías estrechados por las justicias que ponen en cada una hasta 20 individuos a los que salen de unas, para que entren en otras; que los electos son apremiados a un continuo servicio o a contribuir gruesas limosnas, nada correspondiente a su miserable condición pues llegan hasta 12 y 16 pesos al año como se verifica en la cofradía de Santo Pablo de Rabinal.74

104En 1803, les indiens de Rabinal demandent justice et se plaignent encore du nombre excessif des majordomes exigés dans les confréries ainsi que des abus de contributions qui leur sont imposées :

  • 75 A.G.C.A.A. 1.11. 2 leg. 183 exp. 3 747 “(il y a)... tant de confréries que chacune se compose de 20 (...)

... tantas cofradías que cada una de estas se componen de 20 a 30 mayordomos, dando cada uno 12 pesos fuera de otras gratificaciones a que nos obligan como es una fanega de maíz cada uno, con mas 2 reales cada uno para comprar los cerdos.75

105Il est précisé ensuite les obligations pour chaque confrérie. Il semble que ces exigences soient en rapport avec cet accroissement du nombre des majordomes. Une explication à ce phénomène nouveau nous est suggérée par ces documents mêmes. Ce sont les justicias, c’est-à-dire les chefs du village, qui imposent de tels effectifs de majordomes, car plus il y a de majordomes, plus il y a d’argent dans les caisses des confréries, puisqu’on exige de ceux-ci d’importantes aumônes afin de contribuer aux frais des confréries. Si l’on songe qu’il y avait alors 20 confréries, on se rend compte qu’à raison de 20 à 30 majordomes par confrérie, cela faisait un nombre impressionnant de participants, donc de revenus... L’Alcalde Mayor de Vera Paz, en 1803, avait averti Francisco Suyen, gouverneur de Rabinal et cahavixel de la confrérie de San Jacinto ainsi que Luis Hernandez, alcalde :

  • 76 A.G.C.A.A.1. 11. 2. Leg. 183 exp. 3 747 “que sous aucun prétexte on n’utilise des moyens violents p (...)

que con ninguno pretexto usen de medios violentos para precisar a los indios a dichas contribuciones en que son voluntarios a darlas o no.76

  • 77 A.G.C.A.A.1. 11. 2. Leg. 384 exp. 7 996

106Mais ceci resta sans effet car en 1821, une nouvelle plainte fut adressée, au député de la Vera Paz, par les indiens de Rabinal. Ils demandent la réduction à quatre du nombre des confréries et une diminution des charges. Le curé écrivit lui-même au gouverneur du village pour qu’il cesse de dépenser tant dans les réunions et fêtes, en boissons et nourriture. Il précise que les pauvres indiens en sont réduits à vendre leur maison, leur milpa, ou même à aller travailler sur la côte pacifique pour avoir de quoi payer leur dû aux confréries, sous peine d’être jetés en prison.77

107Toutes ces obligations expliquent la crise de vocation des majordomes qui s’affirme au XIXe siècle. Le gouverneur Francisco Suyen déclare, en 1803, que dans la confrérie del Rosario :

  • 78 A.G.C.A.A.1. 11. 2. leg. 183 exp. 3 747 “Il y a longtemps, on avait l’habitude de mettre 20 majordo (...)

Hacía muchos años, se acostumbraba poner 20 mayordomos en esta cofradía, en el día ya no se encuentra que quiera servir, que en el año pasado se nombraron 14, de los que hasta la fecha solo han quedado 10.78

  • 79 A.G.C.A.A. 1. 21. 6. leg. 181 exp. 3 712
  • 80 A.G.C.A.A.1.1.24 leg. 6 089 exp. 55 204

108Il devint de plus en plus difficile de trouver des candidats. Est-ce pour cette raison que certains membres des confréries étaient des femmes ? À Rabinal, tel était le cas des confréries del Rosario, del Santísimo Sacramento, de la Cruz, de Nuestra Señora de Natividad, et de Nuestra Señora de Dolores. Il est prouvé que des pressions étaient exercées sur les indiens, qui se voyaient obligés d’entrer contre leur gré dans les confréries. Des documents dénoncent des trafics dans les élections. À Cubulco, en 1775, l’Alcalde Mayor découvre, après audition des trois cahavixeles de barrio, que les alcaldes sont intervenus dans les élections des majordomes à la demande des cahavixeles.79 En 1800, la Royale Audience dut demander aux Alcaldes Mayores de condamner tous les abus de dépenses des confréries et de veiller à ce que les indiens soient libres d’accepter ou non de servir les confréries.80 Il semble donc que les chefs du village, alcaldes et cahavixeles, contrôlaient la communauté, forçant les indiens à servir comme majordomes. Ils en avaient accru le nombre afin d’augmenter les recettes des confréries, qui n’étaient pas toujours spécialement utilisées à des fins religieuses. Les cahavixeles Tomas Yboy, de la confrérie du Sacramento, et Martín Cojom, de las Animas, avouent ce subterfuge, lorsqu’ils déclarent devant l’Alcalde Mayor :

  • 81 A.G.C.A.A. 1. 11. 2 leg. 183 exp. 3 747 “Autrefois, on donnait les aumônes traditionnelles, mais, m (...)

En años pasados daban las limosnas acostumbradas, pero, que ya en estos tiempos, aunque en coda cofradía se pongan muchos mayordomos, ninguno concurre con la limosna que antes daban, pues cada uno se niega a dar dichas limosnas, diciendo que no tienen con qué.81

109On peut aussi comprendre qu’il fallait le plus grand nombre possible de majordomes afin de récupérer un minimum d’argent. Mais, de toutes façons, il est certain que les aumônes demandées étaient trop fortes. D’autre part, l’idée que ce sont les mêmes familles qui dirigent civilement et religieusement le village, et que cette minorité opprime le reste de la communauté, se confirme. F. de Solano le conteste, dans son étude sur le XVIIIe siècle :

  • 82 F. De Solano. Castellanización del indio y areas de castellano en Guatemala en 1772. Revista de la (...)

Existe una completa continuación de la estructura tribal prehispánica, en donde una gran masa indígena está dirigida despóticamente por una minoría que rige los destinos de la comunidad. El propio misionero va a ayudar a la continuación del poder de esta clase minoritaria indígena, escogiendo como colaboradores de su ministerio parroquial, sacristanes, maestros de doctrina y de coro, justicias, presidentes de cofradías... a indios pertenecientes precisamente a esta minoría... que van a continuar el fenómeno de la lucha del indio contra el indio, cristianamente ahora, a la que la iglesia, con su doctrina y su consejo, colabora sin pretenderlo.82

  • 83 Libro de bautismo 7 fol. 80 v.

110Cependant, les contributions excessives qui sont exigées des indiens trouvent une explication dans le déclin économique qui atteint les confréries à la fin du XVIIIe siècle. On assiste, en effet, à une diminution inquiétante au capital-argent et du capital-bétail. En 1809, lors de sa visite épiscopale, l’Archevêque Rafael de la Vara constate l’état lamentable des biens des confréries. Entre 1786 et 1809, le capital est passé de 3 998 pesos a 2249, soit 43,8 % en moins ; quant aux bêtes, de 744 bovins et 381 chevaux, soit 1 125 bêtes, on est passé à 68 bovins (dont 56 à la confrérie ladina de Dolores) et 169 chevaux, soit 237 bêtes. La diminution du cheptel s’élève à 79 %.83 Les confréries se trouvent sans ressources, ce qui explique qu’elles cherchent auprès des indiens d’autres formes de revenus. D’où provenait ce déclin ? En ce qui concerne le capital-argent, il disparaissait peu à peu car il arriva à diverses reprises que les cahavixeles s’enfuient avec la caisse de la confrérie, ou tout simplement qu’ils ne remettent pas l’argent au moment de la nouvelle entrée en charge. Par exemple, dans la confrérie du Dulce Nombre de Jesús, il n’y eut, entre 1809 et 1814, ni élection, ni comptes concernant le capital car le cahavixel Miguel Tixta n’avait pas remis le capital. Ce n’est qu’en 1814 qu’il s’acquitta de sa dette. Mais il n’en était pas toujours ainsi. Dans la confrérie de San Miguel, le cahavixel Juan Morales garda les 500 pesos de capital en 1801, et ne rendit que 350 en 1808. Dans d’autres cas, les cahavixeles ne rendaient rien. Il arrivait ainsi que, lors de la passation de pouvoir entre cahavixeles, on feignait de remettre le capital bien qu’il n’existât plus !

  • 84 A.G.I. Guatemala 948 cuaderno 2 de cofradía fol. 6v. 7r. “Un autre désordre vient de ce que ces cap (...)

Otro desorden es que estos capitales de dinero no siempre existen verdaderamente, sino que muy por lo común se fingen. Lo aclararé con los términos mismos en que sucede: ha habido en alguna cofradía (por ejemplo) cien pesos de capital en los años pasados, pero se han desvanecido, o porque los gastó, quedando insolvente el mayordomo, o porque se huyó con ellos, como sucede algunas veces. Esto no obstante se dan por entregados al mayordomo que entra de nuevo y se obliga a su usura, como si efectivamente los recibiera.84

111Parfois, le capital était remis en partie en espèces, et en partie en nature, sous forme de maïs. Le curé Joseph Muñoz s’insurge contre cette coutume, dans les livres de confrérie de San Pedro Mártir et de San Pedro Apóstol :

  • 85 Libro 11 cofradía de San Pedro Martir. Paroisse de Rabinal “On doit comprendre que c’est une mauvai (...)

Debiéndose entender que con una mala costumbre que tienen en todas las cofradías, hermandades, de entregar parte del principal en maíz, diciendo que de este tanto en costumbre antigua solo cobrar el aumento al año, y lo demás en dinero; ha entregado en dinero 389 tostones y en maíz 109, quedando intimados a que en el año siguiente han de entregar todo el principal en dinero.85

112Les troupeaux eux aussi ont disparu ou diminué, et les curés, lorsqu’ils font le compte chaque année, se plaignent immanquablement des vols et du manque de soins de la part des indiens qu’ils rendent responsables. Par exemple, en 1798, le curé Fray F. Capellan, accuse les indiens de San Miguel Chicaj de voler des bêtes dans l’hacienda des confréries :

  • 86 Libro de cofradía de San Pablo année 1798 “cette hacienda, selon les comptes, ne prospère pas à cau (...)

esta hacienda según las cuentas no va en aumento por los muchos ladrones y se prueba en la venta falsa que cogí, cuya venta entregué a las justicias Pablo Chum y demás alcaldes y el poco de ganado que había quedado se lo han comido los mismos de San Miguel y se prueba en la mina que descubrió el capitán de Salamá cuya mina estaba llena de cueros del ganado de San Miguel.86

113Il regrette aussi, d’autre part, que les deux vaches et les deux taureaux de la confrérie de San Miguel aient été tués et mangés lors de la fête du Saint, car désormais, la confrérie n’a plus de bêtes.

114La perte des troupeaux pouvait être due à la négligence des indiens, comme la note Fray Muñoz :

  • 87 Noté dans tous les livres de confréries de Rabinal en 1788 “l’excuse que donnent ces misérables est (...)

El descargo que dan estos miserables es que como las tierras son dilatadas, por mucho que cuiden no pueden ver lo que se muere o lo que se roban.87

  • 88 Libro 13. cofradía del Santísimo Sacramento 4 fev. 1797

115Il devait être évidemment très difficile de surveiller plus de 2 000 têtes de bétail. Tous les ans, les livres de confrérie contiennent une longue liste des bêtes mortes. Cependant, en 1797, le curé Fray J. Amasa, imagine d’obliger les indiens à remettre toutes les peaux de bêtes “disparues” afin de vérifier si vraiment elles sont mortes. Il pense que les indiens, en réalité, les tuent pour eux.88

116Mais l’étude du livre d’estancia de cofradía, révèle, de même que l’archevêque R. de la Vara en 1809, la grande part de responsabilité de ces mêmes curés qui se sont livrés à des ventes abusives de troupeaux :

  • 89 Libro de bautismo 7 fol, 30 v. archives paroissiales de Rabinal “Cette grande décadence et diminuti (...)

esta suma decadencia y disminución que se advierte del ganado, cuando por el contrario naturalmente debía haberse aumentado y multiplicado con el transcurso del tiempo, debe atribuirse principalmente al extraño manejo que han observado los P. P. curas anteriores difuntos, pues contra expreso mandato puesto en la última visita (de 1786) de que sin licencia del ordinario no se echase mano de los fondos de las cofradías, han vendido el ganado con cierta especie de prodigalidad, valiéndose al efecto de pretextos especiosos, lo que acaso habrá sido ocasión de los robos que también parece haberse experimentado por parte de los vaqueras, mayordomos y otros. 89

117Il est probable que ce sont à la fois les consommations des indiens et les ventes inconsidérées opérées par les curés qui ont décimé les troupeaux. Les curés restaient en général peu de temps dans le village et avaient trouvé ce moyen très avantageux pour accroître leurs revenus, se souciant peu des conséquences.

118Certaines confréries n’avaient plus une seule bête à la fin de l’époque coloniale, telle celle du Dulce Nombre de Jesús, à partir de 1800, ainsi que celle de San Miguel. Pour celle de San Pablo, Fray J. Amasa avait vendu tous les taureaux en 1796. En 1798, trois autres furent rachetés, mais en 1800, il n’y en avait plus.

119Ce déclin autant spirituel qu’économique des confréries est sans doute lié à un déclin du zèle ecclésiastique. En effet, il n’y eut aucune visite épiscopale entre 1786 et 1809, alors que depuis 1696, date à partir de laquelle les visites sont consignées dans les livres de baptêmes, les archevêques venaient très régulièrement, entre tous les deux ans et tous les six ans. Après 1786, la surveillance s’estompe, et il n’est pas étonnant que l’Archevêque R. de la Vara qui passe dans le village après 23 ans d’absence épiscopale, trouve une situation catastrophique. Il analysa le problème dans le livre 7 de baptême, où il laissa un nouveau règlement et de nouvelles instructions. Mais il fallut attendre 1817, soit douze années, pour voir revenir de nouveau l’Archevêque, Fray Ramon Francisco Causaus y Torres...

120Les confréries religieuses semblent avoir joué, à l’époque coloniale, divers rôles, très différents. Introduites d’abord pour mieux encadrer et contrôler les indiens, les enserrer dans de nouvelles structures, et les évangéliser, elles ont, en réalité, surtout permis de conserver leur patrimoine culturel, leurs danses, leur musique, leurs fêtes, leurs repas rituels. Si, de cette manière, il semble que leur contrôle ait quelque peu échappé aux Dominicains, par contre, elles ont été récupérées par ceux-ci dans leurs attributions économiques. Elles ont permis d’assurer le maintien de l’église et les revenus de leurs curés missionnaires. Mais elles ont surtout représenté un énorme capital géré exclusivement par ces derniers.

121Cependant, la gestion peu scrupuleuse des grandes familles de cahavixeles, caciques du village, et des curés, à partir des vingt dernières années du XVIIIe siècle, a entraîné une décadence morale et économique des confréries. La masse indigène refuse de servir de telles institutions qui ne fonctionnent plus qu’au profit de quelques-uns. On comprend peut-être alors pourquoi certaines traditions commençaient à se perdre, tel le ballet-drame du Rabinal-Achi. Cela expliquerait que quelques responsables de ces danses anciennes aient ressenti le besoin de mettre par écrit les textes, autrefois simplement transmis par la tradition orale.

122Pourtant, malgré les péripéties de l’Indépendance et de l’époque libérale, les confréries religieuses de Rabinal ont survécu jusqu’à nos jours.

Notes

1 Fray A. de Remesal : Historia de la Provincia de San Vicente de Chyapa y Guatemala de la Orden de nuestro glorioso Padre Sancto Domingo, page 156, tome II. Madrid, 1619.

2 M. Bataillon : Etudes sur Bartolomé de las Casas, Paris 1966

3 B. de las Casas : Apologética historia de las Indias, tome CVI p. 347 Madrid 1909.

4 AS. GH. G. Teletor : Algunos apuntes sobre Rabinal, Baja Verapaz y algo sobre fonética del dialecto quiche – (t. XXIV, Nos. 3-4-213 1949).

5 A.G.I. Audiencia de Guatemala 948, cuaderno 2 de cofradías, fol. 8r.
“Ces confréries et associations religieuses ont une origine très ancienne, selon ce que je comprends, et il me semble même qu’elles datent de la création des paroisses, ou d’un peu après, parce que en général il ne reste aucun souvenir de l’époque à laquelle elles furent établies.”

6 Tovilla Martin Alonso : Relación histórica descriptiva de las Provincias de la Vera Paz y de la del Manché del reino de Guatemala, p. 117

7 Audiencia de Guatemala 10.

8 Licenciado A. Estrada Monroy : El mundo K’Ekchi’ de la Vera Paz. Guatemala 1979.

9 A.G.C.A.A. 1. 23 leg. 1514 fol. 56 “Que dans les églises des villages indiens soit déposé le Saint Sacrement afin de pouvoir apporter le Viatique aux habitants, et que les frais soient pris en charge par les caisses des communautés ou qu’une des confréries soit transformée en confrérie du Saint Sacrement.”

10 A.G.C.A.A. 1. 29 leg. 5 452 exp. 46 774 fol. 4

11 A.G.C.A.A.1. 11 leg. 99 exp. 2123

12 Dans les livres de Bautismos conservés à Rabinal, furent consignés les rapports des visites épiscopales de 1625 à 1817. Pour la visite de Cortés y Larraz, les pages ont été enlevées mais les archives de l’archevêché de Guatemala conservent une ample documentation au tome 22 des visitas, ainsi que les archives des Indes au legajo 948, documents non publiés et encolle peu exploités.

13 A.G.C.A.A.1.11 leg. 110 exp. 4818

14 Libro de bautismo 4 de Rabinal

15 Libro de la cofradía de la Santisima Trinidad de Rabinal
“Année 1771.
Frère Manuel Antonio Toledo, père coadjuteur de ce village donna ce livre d’aumônes pour qu’y soient annotées les aumônes réunies pour la célébration de la Sainte Trinité qui commença cette année.”

16 Libro de la cofradía de la Preciosa Sangre de Jesus Christo conservé à Rabinal.
“Ils ont eu la négligence de ne pas solliciter son approbation devant les illustres seigneurs Archevêques.”

17 A.G.I. Audiencia de Guatemala 948 Testimonio 2 de Cortés y Larraz.

18 A.G.C.A.A.1.11 leg. 4818 fol. 25 v. : enquête sur les confréries de Vera Paz en 1776.
“La plupart d’entre elles sont érigées sans l’autorisation du prélat, et on les distingue par le nom d’“hermandades”.

19 A.G.C.A.A. 1. 11 leg. 116 exp. 4 818 fo. 26
“Il y a certaines “fincas” que l’on nomme “guachivales” qui, selon ce que j’ai vérifié, sont des messes que les ancêtres ont laissées pour leurs âmes et qui sont à la charge des indiens.”

20 Libro 17 de la cofradia del Arcangel an Miguel. Paroisse de Rabinal

21 A.G.I. Audiencia de Guatemala 943 cuademo 2 de coffadias fol. 5r. “Il y a d’autres dévotions, dans les paroisses, appelées “guachivales”... qui sont à la charge de particuliers, sans majordomes, sans livres, sans comptes, sans contribution aux réparations, achats de cire, vin, ornements, comme le font les confréries et associations religieuses. Pour le reste, elles consistent en une simple contribution pour le paiement de messes.
J’ai des raisons de croire que, parmi les “guachivales” il y en a quelques-unes fondées par les indiens, dont les hypothèques sont perdues, ainsi que leur souvenir ; mais que, en général, elles furent introduites par les curés réguliers qui, sous prétexte de dévotion, imposèrent ces charges à certaines familles et, jusqu’à présent, elles se sont conservées chez celles-ci.”

22 A.G.C.A.A. 1. 11 leg. 116 exp. 4 818 fol. 16 “en substance, c’est la même chose que les confréries car elles ont des majordomes.”

23 A.S.G.H.G. tome XXI Mars 1946 page 32

24 A.S.G.H.G. Algunos apuntes sobre Rabinal, (Teletor t. XXIV, Nos. 3.4. 1949)

25 A.S.G.H.G. tome XXI Costumbres indigenas en Rabinal. Teletor, mars 1946, page 33

26 Livres de confréries de Rabinal et A.G.C.A. leg. 6051 exp. 53466

27 A.S.G.H.G. Apuntes Para Una Monografía de Rabinal. Teletor 1955 (t. XXVIII : 83)

28 Pour le traumatisme de la conquête et la déstructuration qui s’ensuivit, cf. Nathan Wachtel : La vision des vaincus. Lima 1973

29 A.G.I. Audiencia de Guatemala 948 cuademo 2 cofradías fol. 9r. v. “Les confréries représentent le seul moyen pour assurer la subsistance des curés et ministres nécessaires au service de la paroisse.”

30 A.G.C.A.A. 1.23 leg. 532 fol. 263 V. “On reconnaît que ces confréries et associations religieuses sont très utiles et que leur substance est convenable pour les raisons suivantes : parce que l’indien, pendant qu’il est employé au service de la confrérie, en plus du fait qu’il est bien occupé au culte de l’image, se consacre pour cela à son travail avec toute sa famille. Il en résulte que non seulement il acquiert de quoi subvenir aux frais des fêtes, qui sont peu élevés, mais aussi il satisfait au tribut royal. Par conséquent, il en résulte que cet indien éprouve, par ce moyen, de l’amour pour l’église, assiste au catéchisme et autres services divins, pendant le temps où il exerce sa charge.”

31 C.D.I. A. XLI page 161 “Les indiens, qui sont très doués pour la musique, et les religieux qui écoutent leurs confessions, disent qu’ils se convertissent davantage grâce à la musique que grâce aux prêches. Et nous les voyons venir de régions éloignées pour l’écouter, et ils travaillent pour l’apprendre”.

32 Remesal op. cité tome II page 156

33 A.G.I. Audiencia de Guatemala “Qu’on ne leur permette pas de faire leurs anciennes danses comme ils le font, chantant leurs antiques histoires et idolâtries. Mais qu’on leur permette de danser et chanter selon leur coutume les choses de notre religion ; et pour cela je serais d’avis de leur envoyer, à ces indiens, de nombreuses romances et chansons racontant l’histoire de l’Ecriture Sainte et de notre religion.”

34 Brasseur de Bourbourg. Bibliothèque Mexico-Guatémalienne, Paris 1871

35 Remesal, tome II page 246

36 et 39 C.E. Mace : Two Spain-quiché dance-dramas of Rabinal, Tulane 1970

37 A.S.G.H.G. tome XXVII 1953-54 pages 342 a 358 Descripción de la Provincia de la Verapaz por Fray Francisco de Miranda (alcalde Mayor) “Des rites et coutumes antiques de ces gens, de leur religion de leur fêtes et réjouissances, jeux, cérémonies dans les mariages, chasses et pêches, et des nombreuses superstitions qu’ils avaient, il n’y a rien à redire car, pour la miséricorde de Dieu et le bénéfice de la chrétienté, il n’y a plus aucun souvenir, aucune trace de rien. Il ne leur reste que leurs antiques danses dans les fêtes, mais avec des chants et des paroles chrétiennes et dévotes.”

38 A.S.G.H.G. tome XX mars 1945 pages 51-52

39 A.G.I. Audiencia de Guatemala 948 cuaderno 2 de cofradías fol. 8r “Comme elles sont si antiques et que les indiens les aiment tant, bien que sans aucun sentiment chrétien, je comprends que cela reviendrait au même de les dissoudre, les réformer ou les amender de quelque façon : les indiens se soulèveraient et abandonneraient leurs villages.’’

40 1539 : Junta eclesiastica de Mexico, sous l’égide de l’archevêque Zumarraga. 1546 : Ordonnances de l’Audience de Mexico 1555 : Premier concile Mexicain avec l’archevêque Zumarraga

41 Chinchilla Aguilar E. : La inquisición en Guatemala. Guatemala 1953, p. 207 à 292

42 Tovilla, op. cité page 139

43 Fuentes y Guzmán : Recordación florida, Discurso historical, natural, militar y político del reino de Guatemala. Guatemala 1932-1933 tome I pages 20-21

44 A.G.C.A.A. 1.68.3 exp. 175 Auto del Lie. Malien de Rueda oidor de la audiencia.
“Dans la région du bassin de Guatemala, dans d’autres villages et villes de ce district, les indiens dansent une danse qu’ils appellent “tun”, qu’ils avaient l’habitude de pratiquer du temps de leur gentilité.”

45 C.E. Mace, op. cité

46 C.E. Mace, page 39

47 A.G.C.A.A.1. 23 leg. 1514 fol. 22 “À mon président de la royale audience de la province de Guatemala. Parce qu’il convient que dans les confréries que font les indiens et les noirs, il y ait la décence et le bon ordre requis et qu’il n’y ait pas d’excès...”

48 Cortes y Larraz A.G.I. Audiencia de Guatemala 943 cuademo 2 fol. 62 “Bien qu’elles soient très indécentes, ils les portent et les mènent dans des processions ridicules aux églises où ils les déposent, d’une certaine manière, le jour où se célèbre le "guachival”, et d’autres choses que l’on m’a cachées.”
...“Seulement d’indiens avec des encensoirs et leur musique traditionnelle, j’ai vu les images rester à la porte de l’église, vétues ridiculement.”

49 A.G.C.A.A. 1. 11. 2 leg. 2 245 exp. 16 191 fol. 169 v. “beuveries et banquets qui, durant le jour et la nuit de la fête qu’ils célèbrent, il est coutume de faire, après s’être réuni dans la maison du majordome de la confrérie. Là, avec leurs danses et leurs fêtes, ils retrouvent le souvenir de leurs anciennes idolâtries, avec scandale, et déprécient la dévotion qu’ils devraient avoir envers les images.”

50 A.C.I. Audiencia de Guatemala 943 cuaderno 2 fol. 7 r.v. “Les confréries et associations religieuses, dans l’esprit et les intentions des indiens, sont de simples prétextes pour leurs malhonnêtetés, ivresses, désordres... où sortant de l’église, ils se réunissent tous dans la maison du majordome, où il y a des provisions de nourriture et boissons qu’ils appellent dindons, “batidos’’, “pinole”, “chicha” et eau de vie, qu’ils mangent et boivent jusqu’à l’ivresse. Ils ont leur musique et leurs danses, qu’ils appellent tambours et sarabandes, grâce auxquelles ils passent tout le jour et toute la nuit dans de très graves excès... À cela seulement, et à rien d’autre, se réduisent les fêtes des indiens.’’

51 A.G.C.A.A.1. 21. 6 leg. 181 exp. 3 712

52 A.G.I. Guatemala 948 cuaderno 2 de cofradias fol.7. y v. “Je ne sais d’où ils le sortent (l’argent) : et j’ai toujours admiré combien d’argent on pouvait tirer des indiens, comme celui que perçoivent les curés, les alcaldes majeurs et qui est employé, en tributs, frais d’église et autres dépenses, selon ce qu’on dit ; et, en outre, on comprend clairement que ces confréries et associations religieuses non seulement sont inutiles mais aussi très nuisibles car elles sont l’occasion, le prétexte, d’usures excessives, de dépenses accrues et superflues, d’ivresses, de malhonnêtetés et autres désordres."

53 A.G.I. Audiencia de Guatemala, 948 cuaderno 2 fol. 8 r.v.

54 Lettre de Fray Pedro Diez. Archives paroissiales de Rabinal. “Les coutumes et abus de la classe indigène, qui ne manquent jamais dans les villages, et que les curés n’ont jamais pu abolir, et qui même sont tolérés ; ceci reste inchangé... c’est pourquoi il faut les garder tranquilles (les indiens) et ne pas s’exposer à souffrir des atrocités auxquelles ils sont toujours prêts contre les curés.”

55 A.G.I. Audiencia de Guatemala 159 fol. 9 à 180 “comme ont l’habitude de le faire les lacandons, tout peints de noir, de rouge, de jaune, les uns représentant des diables, les autres des tigres et des serpents, et jouant un instrument en forme de conque.”

56 A.G.I. Audiencia de Guatemala 966 fol. 42

57 A.G.C.A.A. 1. 21. 6 leg. 181 exp. 3 712

58 A.G.C.A.A. 1. 3. 12 leg. 2 778 exp. 40 186

59 A.G.C.A.A. 1. 1. leg. 29 exp. 845 fol 38

60 A.G.C.A.A.1. 21. 6 leg. 181 exp. 3 712 “Un real pour chaque tostón, chaque semaine, et rendre, à la fin de l’année, le capital en argent.”

61 A.G.C.A.A.1.1. leg. 29 exp. 845 fol. 38 “le commerce de fils et de coton qui se récolte dans la plupart des villages indiens, et qui peut produire 100.000 pesos par an, est pratiqué par les confréries indiennes, gérées exclusivement par les curés, et avec cela est assuré le culte divin.”

62 Selon les estimations de François Chevalier : La formation des grands domaines au Mexique, terre et société aux XVIème siècle et XVII siècle. Paris. Institut d’Ethnologie. 1952.

63 A.G.C.A.A.1. leg. 6001 exp. 52829 fol. 14.

64 A.G.C.A.A.1.11. leg. 116 exp. 4 818 fol. 25 v. “Les fonds les plus importants des confréries de ce village se trouvent dans une hacienda d’élevage administrée par le curé lui-même, en toute indépendance vis-à-vis des majordomes des confréries.”

65 A.G.C.A.A.1 leg. 6041 exp. 53308 fol. 55 v. et A.G.C.A.A. 1. leg. 5 986 exp. 42 645 fo. 30

66 Chiffres provenant des livres de bautismo, lors des visites épiscopales.

67 A.G.C.A.A. 1. 21. 6 leg. 181 exp. 3 712

68 A.G.C.A.A.1.11. leg. 181 exp. 3 708 fol. 1v “(en donnant un capital de...) quinze tostones, avec l’obligation de donner deux reales chaque semaine, comme cela se pratique à Cubulco. Dans ce village, on a l’habitude de distribuer l’argent à usure, l’intérêt étant égal au capital reçu ; ceci se pratique également à an Juan Chamelco et dans d’autres villages de la jurisdiction ; les intérêts rapportent des sommes vraiment excessives, car loin de se contenter d’intérêts de 25 ou 30 o/o, ils prennent 100 %, ou même 2 ou 3 fois le capital reçu.”

69 A.G.I. Guatemala 948 cuaderno 2 de cofradias fol. 6v. et 7r. “Etant donné le peu de capitaux que détiennent presque toutes les confréries, leurs produits ne peuvent être suffisants pour contribuer à tant de messes, fêtes, cire, dont les frais atteignent, pour chaque confrérie, 40 à 50 pesos annuels, environ, auxquels il faut ajouter l’ornement des images lors des fêtes principales, ainsi que les dépenses dont je parlerai plus tard, tout ceci ne laissant pas d’être très onéreux. Ceci est d’autant plus onéreux si l’on remarque que presque toutes les confréries, dont le capital est constitué en argent, effectuent leurs dépenses en prêtant l’argent a “usure pupillaire”, comme ils disent, et dans cette usure pupillaire, on prend 20 % ou 30 % ou 50 % ou plus, ou 100 %.”

70 Libro 13 de la cofradía del Santisimo Sacramento. Archives paroissiales de Rabinal.

71 Ces documents se trouvent à A.G.I. Guatemala 948, en fin de liasse.

72 A.G.I. Guatemala 10 “Dans les confréries de Notre Dame du Rosaire, dans ces villages où on a recueilli et où l’on recueille chaque année une certaine quantité d’aumônes en cacao, étoffes, plumes et autres choses, je n’ai pas trouvé de livres de recettes ni de dépenses : et les majordomes, indiens simples, ne surent donner ni comptes ni rapports, et dirent seulement qu’ils ont rendu des comptes chaque année au Père de la paroisse, lequel, en les recevant, a toujours déchiré les papiers. Et, dans quelques vieux papiers épars que j’ai découverts en son pouvoir, étaient annotées les dépenses des repas du Père et des “teopantacas”, la peinture des armes royales, et d’autres choses qui me semblent bien peu du ressort des confréries."

73 A.G.I. Guatemala 943 cuaderno 2 fol. 3r. “Les indiens ont l’habitude de cacher au nouveau curé les livres, afin de voir s’ils pourraient les priver de ses droits, non pour diminuer ses fonctions, mais le salaire qu’ils doivent lui donner.”

74 A.G.C.A.A. 1. 21. 6 leg. 181. exp. 3 712 fol. 22 “Dans certains villages ils entrent au service des confréries contraints par les chefs du village qui mettent jusqu’à 20 individus, qui sortent d’une confrérie pour entrer dans une autre. Ceux qui sont choisis sont obligés à un service continu et à de fortes aumônes, sans aucun rapport avec leur misérable condition puisqu’ils en arrivent à donner 12 à 16 pesos par an, comme on peut le constater dans la confrérie de San Pablo de Rabinal.”

75 A.G.C.A.A. 1.11. 2 leg. 183 exp. 3 747 “(il y a)... tant de confréries que chacune se compose de 20 à 30 majordomes, chacun donnant 12 pesos, en dehors d’autres gratifications auxquelles ils sont obligés, comme une fanègue de mais chacun, et aussi 2 reales chacun pour acheter les porcs.”

76 A.G.C.A.A.1. 11. 2. Leg. 183 exp. 3 747 “que sous aucun prétexte on n’utilise des moyens violents pour contraindre les indiens à payer ces contributions qu’ils sont libres de donner ou non.”

77 A.G.C.A.A.1. 11. 2. Leg. 384 exp. 7 996

78 A.G.C.A.A.1. 11. 2. leg. 183 exp. 3 747 “Il y a longtemps, on avait l’habitude de mettre 20 majordomes dans cette confrérie, aujourd’hui on ne trouve plus personne qui veuille servir : l’année dernière 14 furent nommés, dont il ne reste que 10.”

79 A.G.C.A.A. 1. 21. 6. leg. 181 exp. 3 712

80 A.G.C.A.A.1.1.24 leg. 6 089 exp. 55 204

81 A.G.C.A.A. 1. 11. 2 leg. 183 exp. 3 747 “Autrefois, on donnait les aumônes traditionnelles, mais, maintenant, bien qu’on mette beaucoup de majordomes dans chaque confrérie, aucun ne donne l’aumône qu’il donnait avant, car chacun refuse de donner ces aumônes, disant qu’ils n’ont pas de quoi la payer.”

82 F. De Solano. Castellanización del indio y areas de castellano en Guatemala en 1772. Revista de la Universidad de Madrid, tome XIX p. 308 “La structure tribale préhispanique, où une grande masse indigène est dirigée despotiquement par une minorité qui régit les destins de la communauté, subsiste entièrement. Le propre missionnaire va aider cette minorité indigène à conserver le pouvoir, en choisissant comme collaborateurs de son ministère sacristains, maîtres de catéchisme et de chœur, dirigeants municipaux, chefs des confréries des indiens appartenant précisément a cette minorité... ceux-ci vont perpétuer le phénomène de la lutte de l’indien contre l’indien, de façon chrétienne maintenant, ce à quoi l’église, avec son évangélisation et son conseil, contribue sans y prétendre.”

83 Libro de bautismo 7 fol. 80 v.

84 A.G.I. Guatemala 948 cuaderno 2 de cofradía fol. 6v. 7r. “Un autre désordre vient de ce que ces capitaux en argent n’existent pas vraiment, mais qu’en général ils sont feints. Je vais éclaircir cela en montrant ce qui se passe : Une confrérie, par exemple, a possédé 100 pesos de capital les années précédentes, mais cet argent a disparu, soit parce que le majordome l’a dépensé et est resté insolvable, ou parce qu’il a fui avec, comme cela arrive parfois. Malgré cela, on prétend que cet argent a été remis au nouveau majordome, qui doit le placer, comme s’il l’avait vraiment reçu.”

85 Libro 11 cofradía de San Pedro Martir. Paroisse de Rabinal “On doit comprendre que c’est une mauvaise coutume qu’ont les confréries de remettre une partie de leur capital en maïs, elles disent que ceci est une coutume ancienne de toucher en nature les recettes de l’année, et le reste en argent. (La confrérie de San Pablo) a remis en espèces 389 tostones et en maïs 109 ; mais on leur a intimé l’ordre de remettre tout le capital en argent l’année prochaine.”

86 Libro de cofradía de San Pablo année 1798 “cette hacienda, selon les comptes, ne prospère pas à cause de nombreux voleurs, ce qui peut se prouver par la fausse vente que j’ai découverte et que j’ai remise à Pablo Chum et autres dirigeants municipaux. Et le peu de bétail qui restait, ceux de San Miguel l’ont mangé, ce que l’on peut prouver grâce à la mine que découvrit le capitaine de Salamá et qui était pleine de peaux des troupeaux de San Miguel.”

87 Noté dans tous les livres de confréries de Rabinal en 1788 “l’excuse que donnent ces misérables est que, comme les terres sont très étendues, ils ont beau surveiller, ils ne peuvent voir les bêtes qui meurent et celles qui sont volées.”

88 Libro 13. cofradía del Santísimo Sacramento 4 fev. 1797

89 Libro de bautismo 7 fol, 30 v. archives paroissiales de Rabinal “Cette grande décadence et diminution qu’on remarque dans les troupeaux, alors qu’au contraire ils auraient dû augmenter et se multiplier avec le temps, doit être attribuée essentiellement à l’étrange gestion des curés antérieurs, défunts. Car, contrairement à l’ordre exprès inscrit lors de la dernière visite pastorale (1736) précisant qu’on ne devait pas se servir des fonds des confréries sans l’autorisation de l’évêque, ils ont vendu le bétail avec prodigalité, faisant valoir de faux prétextes, ce qui aura sûrement été l’occasion des vols qui ont aussi été pratiqués par les bergers, majordomes et autres personnes.”

Table des illustrations

Titre Fig. 8 – Evolution de la population de Rabinal du XVIe au XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 9 – Evolution du cheptel de Rabinal au XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 10 – Recettes et dépenses de l’hacienda San Miguel Chicaj de 1780 à 1802.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 11 – Le capital des confréries de Rabinal au XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7253/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search