Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 1

 | 
Alain Ichon
, 
Pierre Usselman
, 
Nicole Percheron
, 
et al.

Chapitre II. Le peuplement de la vallée moyenne du rio Chixoy à l’époque préhispanique

Alain Ichon

Texte intégral

1Les données dont je fais état dans la présente étude ont été recueillies au cours de la reconnaissance des sites archéologiques de la vallée du rio Chixoy, dans les limites de la zone de retenue du barrage de Pueblo Viejo-Quixal. Il s’agit d’une zone bien délimitée (fig. 1), d’une cinquantaine de km de longueur, allant en gros du confluent du rio Carchela en aval, où se construit le mur du barrage, à celui du rio Chibalam en amont. Le fond de la vallée, entre les cotes 700 (niveau actuel du rio à Pueblo Viejo) et 820 (niveau supérieur du barrage) constitue une “niche écologique” aux conditions très particulières, dues à l’encaissement du fleuve, qui coule par endroits dans un véritable canyon, à un climat particulièrement sec et à une végétation clairsemée (voir ci-dessus l’étude géographique de P. Usselmann). C’est dire que nos conclusions ne peuvent être étendues aux zones voisines, aussi bien au nord (massif calcaire des Cuchumatanes) qu’au sud du rio Chixoy (bassins de Cubulco, Rabinal et San Miguel Chicaj, séparés par les contreforts nord-sud de la sierra de Chuacús).

1- METHODOLOGIE

2Le tableau 1 donne la liste des sites archéologiques reconnus (d’aval en amont) le long du rio Chixoy et de ses affluents (rios Carchelá, Salamá, Calá et Chicruz), les classe en deux catégories suivant leur fonction probable – résidentielle, cérémonielle –, donne une évaluation approximative du nombre de structures de chaque site et la date probable de son (ou de ses) occupation.

3Ce tableau appelle plusieurs remarques.

Tableau 1 Les sites archéologiques de la vallée du rio Chixoy

Tableau 1 Les sites archéologiques de la vallée du rio Chixoy

Les parenthèses indiquent une datation douteuse, ou un nombre de structures certainement inférieur à la réalité ; le ? indique l’existence d’un groupe d’habitat dont les structures n’ont pas été dénombrées.

a/ Fonction des sites : résidentielle-cérémonielle.

4Cette division, communément admise, est simpliste pour de multiples raisons. Tout d’abord, il est en général très difficile de déterminer par les fouilles la fonction précise d’une structure donnée, sauf dans les cas où elle est évidente (pyramide-temple ou autel, par exemple). Cette attribution est encore plus délicate quand elle est basée sur les résultats d’une simple reconnaissance non accompagnée de fouilles, ce qui est le cas pour la plupart des sites (la fig. 1 signale les sites simplement reconnus et ceux qui ont fait l’objet à cette date de fouilles proprement dites : Pueblo Viejo-Chixoy, Los Encuentros, Cauinal, El Jocote et Chitomax). Nous sommes alors obligés d’adopter un critère simple, immédiatement observable (qui pourra éventuellement être confirmé par la récolte de matériel en surface et par des sondages) : celui de la dimension de la substructure ayant supporté l’édifice – habitation, temple – qui, lui, presque toujours, n’a laissé aucune trace. Nous considérerons comme cérémonielle toute structure dont la hauteur est supérieure à 2 mètres, ou dont la plate-forme est trop exiguë pour avoir supporté une habitation (les substructures d’habitation les plus réduites qu’il nous ait été donné de relever jusqu’ici sont celles de Talpetate, un site “perché” qui dépendait sans doute de Cauinal : elles mesurent 3 x 4,50 m).

5Au niveau maintenant des ensembles de structures, la distinction apparaît encore bien conventionnelle.

6D’une part, il est très probable que tous les centres cérémoniels comprenaient, outre les édifices à usage religieux ou administratif, une ou plusieurs habitations : logements des dirigeants, des prêtres, du personnel affecté à l’entretien du centre, annexes des bâtiments principaux, etc. Nous en avons obtenu la preuve dans tous les sites fouillés, au moins pour les périodes allant du Classique tardif (Los Encuentros, groupe A) au Postclassique tardif (Cauinal, groupes A, B et C).

7D’autre part, bon nombre de groupes d’habitat avaient sans doute leur (ou leurs) structures cérémonielles propres : oratoire ou temple local, monticule funéraire. Un bon exemple nous est donné par le groupe C de Los Encuentros (fig. 2) qui comprend une quinzaine de plates-formes d’habitat et une structure exclusivement funéraire servant de cimetière pour les adultes du groupe.

Fig. 2 – Un site du classique tardif : LOS ENCUENTROS.

Fig. 2 – Un site du classique tardif : LOS ENCUENTROS.

8Enfin chaque centre cérémoniel avait, outre ses propres structures d’habitat faisant partie intégrante du centre, une zone d’habitat annexe qui en dépendait directement. Le cas est particulièrement net pour Cauinal, site tardif où chaque ensemble cérémoniel, A, B, C, est flanqué ou entouré d’un ensemble résidentiel nettement séparé des autres (A’, B’, C’, fig. 3). La notion de “centre vacant” (concourse center) me paraît inappropriée, tout-au-moins pour l’époque et la région qui nous intéressent. Si certains centres cérémoniels semblent isolés, c’est peut-être faute d’une recherche suffisamment poussée des plates-formes d’habitat, qui souvent laissent peu de vestiges ou même ont été entièrement détruites pour faciliter la culture.

9Par ailleurs, il est très douteux que des ensembles, groupant parfois plusieurs centaines de plates-formes, dont certaines relativement élaborées, aient été construits uniquement pour l’hébergement temporaire des habitants de la région venus participer à quelque fête importante, à un pèlerinage ou simplement à un marché dans le centre cérémoniel voisin.

10Nous admettrons donc que chaque centre cérémoniel avait son groupe d’habitat permanent dont l’importance était proportionnelle à celle du centre, même si cette zone résidentielle n’a laissé que peu de traces.

b/ Recensement des structures d’habitat.

11Si les structures cérémonielles ont en général résisté au temps et sont encore bien visibles grâce à leur dimension, il n’en est pas de même pour les structures d’habitat qui sont aux mieux réduits à un soubassement – le cimiento – fait d’une ou plusieurs assises de pierres liées par de l’argile dépassant rarement quelques dizaines de cm de hauteur. Très souvent la culture en milpa a fait disparaitre au cours des siècles ces traces ténues : les pierres des cimientos ont été rassemblées en tas dans un coin du champ, ou dispersées par l’araire. C’est le cas le plus fréquent dans les zones planes et densément peuplées, où il est extrêmement rare de pouvoir mettre au jour le plan d’un village préhispanique.

12La situation dans notre zone d’étude est exceptionnelle à cet égard. En effet, la vallée du Chixoy se prête peu à la culture étant donné la faible étendue des terrasses alluviales, la raideur des pentes et leur érosion actuelle, la sècheresse enfin. D’autre part, comme le souligne plus loin Denise Douzant, il est probable que la vallée a été pratiquement vidée de sa population après la conquête espagnole, et les habitants regroupés sur les plateaux autour des centres de Rabinal et Cubulco suivant la politique de “réduction” appliquée à partir de 1540. La réoccupation de la vallée n’aurait commencé que vers la fin du XIXe siècle, et surtout le début du XXe. Entre temps, c’est-à-dire durant trois siècles, n’y auraient subsistés que quelques maisons ou hameaux d’agriculteurs isolés. Ceci explique l’état de conservation relativement bon de la plupart des plates-formes anciennes. À Cauinal par exemple, il nous a été possible de recenser, à quelques unités près, toutes les structures qui constituent les groupes résidentiels A’ et B’ au nord du rio Calá, soit au total 215 habitations ; au sud du rio Calá par contre, elles n’ont pu être dénombrées, non qu’elles aient été détruites, mais parce qu’elles furent recouvertes, au cours des siècles, par les alluvions sableuses provenant des collines voisines et qui peuvent atteindre plusieurs mètres d’épaisseur.

Fig. 3 – Un grand site protohistorique : CAUINAL (centre)

Fig. 3 – Un grand site protohistorique : CAUINAL (centre)

13La conservation des vestiges des habitations anciennes pose un autre problème, capital pour la validité de notre étude. Ces habitations devaient être, en dehors des centres cérémoniels, des constructions simples faites de matériaux périssables (roseaux, cannes de maïs, torchis, palme ou chaume) qui ne laissent pas de trace ; seul subsiste en général le soubassement de pierres. Mais cette substructure est-elle un attribut général des habitations, même les plus modestes, ou était-elle réservée à celles de l’élite ? Dans ce dernier cas, il faudrait perdre tout espoir de parvenir à une évaluation, même approximative, de la population paysanne.

14C’est l’opinion de Robert Hill qui, après avoir étudié les groupes d’habitat B’ et C’ de Cauinal, définit hypothétiquement la peasant small residential structure. D’après Hill, ce type n’est pas représenté à Cauinal : l’habitation, faite de matériaux périssables, reposerait directement sur le sol, ce qui entraîne une conclusion pessimiste : “The possibility of identifying such a structure archaeologically is remote except in unusual circumstances of préservation” (1980).

15Je pense cependant que les évidences, aussi bien archéologiques qu’actuelles, plaident en sens contraire : les quelque dix petits sites d’habitat signalés par leurs cimientos le long du rio Calá et que nous considérons comme des annexes du centre de Cauinal n’étaient certainement pas occupés par une élite. De nos jours, les habitations, même les plus modestes, sont toujours construites sur une plate-forme surélevée, qui a le double avantage d’égaliser le terrain et de les isoler de l’humidité. Ces plates-formes sont, à Río Negro par exemple, des ouvrages importants qui supportent plusieurs habitations appartenant à une famille étendue. Leur construction ne pose aucun problème puisque la pierre est trouvée en abondance dans le lit du fleuve.

16En définitive, si nous admettons, d’une part que toutes les habitations (ou la grande majorité d’entre elles) reposaient sur une substructure de pierre ; d’autre part que ces substructures ont été préservées de façon satisfaisante dans le fond de la vallée, le relevé systématique de ces cimientos devrait nous donner le nombre d’habitations et le chiffre approximatif de la population.

17Dans le cas contraire, une telle estimation serait erronée par défaut et n’indiquerait qu’un chiffre de population minimum – ce qui est déjà une donnée intéressante.

18Pour calculer la population totale, encore faut-il se livrer à une estimation de la population moyenne par foyer. Le chiffre généralement adopté est compris entre 5 et 6. Pour le début de la période coloniale, Michel Bertrand (com. pers.), se basant sur les recensements de 1571 et de 1608, arrive à un chiffre analogue ; mais cette période correspond à la phase la plus aiguë de la “catastrophe démographique” qui frappe la population indigène au cours de la deuxième moitié du XVIe siècle, et se manifeste en particulier par une diminution des naissances et une mortalité infantile élevée. Pour l’époque récente, Gaitán Sanchez, dans son enquête socio-économique sur les communautés de la vallée, recense 3.445 habitants pour 443 familles, soit une moyenne proche de 8 personnes (1978 : 39). Il faut admettre, avec D. Douzant, le “grand dynamisme démographique” de cette population actuelle, mais nous en tenir, pour la période préhispanique – les 7 ou 8 siècles précédant la conquête – à un chiffre intermédiaire entre les moyennes des XVIe et XXe siècles, soit 6,5 personnes par foyer.

c/ Datation des sites.

Ici encore une série de réserves s’imposent.

19La datation peut se baser sur plusieurs éléments : le matériel céramique et lithique, les vestiges de pratiques religieuses et funéraires (pour les centres cérémoniels surtout), l’architecture, la structure de l’habitat... Elle suppose une connaissance préalable de l’évolution de ces différents éléments et l’établissement d’une séquence délimitant des périodes ou phases successives. Malheureusement, cette séquence n’existe pas encore pour notre région, ni d’ailleurs pour l’altiplano guatémaltèque ; nous devons donc nous baser sur des comparaisons avec le matériel décrit par les archéologues ayant travaillé dans les régions voisines du département d’El Quiché (Wauchope 1948, 1970 et 1975 ; Becquelin 1969 ; Adams 1966, et nos propres fouilles de 1972 à 1978 dans les municipios de San Andrés Sajcabajá et Canilla), de la Baja et de l’Alta Verapaz (Dieseldorff 1933, Butler 1940, Arnauld 1978). La séquence ainsi obtenue est forcément incomplète, avec des zones “floues”, en particulier pour les périodes de transition entre Préclassique et Classique, Classique et Postclassique, qui sont encore mal comprises.

20La séquence proposée ici n’est que provisoire, basée sur un examen sommaire du matériel récolté, dont l’étude est en cours ; elle paraît néanmoins suffisante pour notre étude démographique. Je distinguerai seulement quatre grandes périodes :

  1. Le Préclassique (500 avant J.C. à 100 ap. J.C. environ).

  2. Le Protoclassique et le Classique ancien (100 – 500 ap. J.C.).

  3. Le Classique tardif et l“Epiclassique” (700 – 1100 ap. J.C.).

  4. Le Postclassique tardif (1100 – 1500 ap. J.C.).

21(Nous sommes jusqu’ici incapables de définir une occupation de la vallée correspondant au Classique moyen).

22La plupart des sites ont été occupés de façon continue ou discontinue pendant une période très longue, couvrant parfois plus d’un millénaire. Mais la chronologie précise de cette occupation ne peut être connue que par la fouille. Le seul matériel récolté en surface, parfois très pauvre et peu caractéristique, ne permettra souvent de dater qu’une période d’occupation du site (la dernière) ; il ne donnera que rarement des indications sur l’existence de plusieurs occupations successives. C’est pourquoi la datation d’un site après une simple reconnaissance est toujours dangereuse ; nous avons pu le vérifier pour les sites des environs de San Andrés Sajcabajá en comparant les datations proposées par Ledyard Smith et les résultats de nos fouilles, à La Lagunita par exemple, un site essentiellement préclassique et protoclassique (A.L. Smith, 1955 : 37).

23Il n’était malheureusement pas possible de fouiller tous les sites de la vallée dans les délais impartis. Nous nous sommes d’abord attachés, en 1978-79, aux plus importants : Pueblo Viejo-Chixoy, los Encuentros, Cauinal, auxquels nous avons consacré entre 3 et 5 mois de fouilles. Ces travaux nous ont permis de préciser un peu notre chronologie et de dater d’assez nombreux petits sites annexes des grands. En 1979-1980, nous avons choisi deux sites plus modestes, El Jocote et Chitomax, qui nous ont néanmoins apporté des éléments nouveaux pour la connaissance du Classique et du Postclassique tardifs. Pour les autres sites, il faut reconnaître que nos datations sont incertaines, en tout cas ne rendent pas compte de toutes les périodes d’occupation (nous prévoyons de fouiller en 1980-1981 l’un des derniers sites en amont, Chirramos).

Deux remarques encore concernant la datation des sites.

24Les centres cérémoniels sont évidemment plus faciles à dater que les sites uniquement résidentiels : ils livrent un matériel plus riche, une architecture plus élaborée, des constructions à fonctions variées (pyramides, jeu de balle, etc.) Ils sont en général entourés d’un essaim de petits groupes résidentiels annexes, relativement faciles à dater par comparaison avec le centre.

25Enfin, la datation est d’autant plus facile et sûre que le site est plus tardif. Ceci est évident pour les sites protohistoriques dont la céramique, comme l’architecture, nous sont bien connus ; l’existence d’un revêtement de stuc sur les structures cérémonielles est ici un critère infaillible. Pour les sites de la période classique, en dehors d’un ensemble de “fossiles directeurs” qui caractérisent le Classique tardif, il est parfois difficile de préciser une occupation plus tardive (“épiclassique”) ou plus ancienne (protoclassique), d’autant que cette occupation ne se concrétise souvent que dans le mobilier des tombes, des sépultures ou des caches (par exemple à Los Encuentros). Enfin, le niveau préclassique, quand il existe, est normalement masqué par les sédiments ou par les occupations postérieures et ne se manifeste, au mieux, que par quelques tessons en surface ; ceux-ci sont, il est vrai, assez faciles à reconnaître.

26En résumé, les réserves que nous avons dû faire concernant la validité de notre étude démographique portent sur la détection des sites (structures, ensembles de structures) et sur l’interprétation des vestiges archéologiques (fonction, datation, évaluation de la population).

27– Pour la détection des sites archéologiques, on peut estimer que la plupart d’entre eux ont été relevés. Les zones utilisables pour leur installation sont en effet relativement restreintes et faciles à définir par rapport au fleuve (terrasses non inondables) et aux pentes dont la raideur interdit toute installation.

28Quelle que soit cependant la conscience professionnelle de l’équipe de reconnaissance, il est certain que plusieurs petits ensembles de plates-formes d’habitat ont pu lui échapper. Je pense, par contre, que notre liste des centres cérémoniels – 25 au total – est à peu près exhaustive. Les 54 sites relevés dans la zone inondée (auxquels il faut ajouter 3 sites “perchés” au-dessus de la cote 820 qui dépendaient de Cauinal, et 6 autres situés en dehors de la zone de retenue) représentent donc une évaluation minimale de la densité d’occupation de la vallée ; il faudrait sans doute y ajouter une dizaine de petits sites d’habitat classiques ou postclassiques “oubliés”, soit au total environ 50 habitations, 350 à 400 habitants.

29De plus, le nombre total des structures d’habitat dans les sites reconnus est sans doute nettement sous-évalué par suite des destructions provoquées par la culture, l’érosion ou la sédimentation naturelle. Je tâcherai de calculer les corrections nécessaires en étudiant chaque période d’occupation.

30– Pour la fonction des sites, nous avons vu que chaque centre cérémoniel comprend organiquement un certain nombre de structures d’habitat incluses dans le périmètre cérémoniel. De plus, on estime que, pour le Postclassique tardif en particulier, certaines structures classées comme cérémonielles servaient au logement plus ou moins durable de certaines catégories d’individus : célibataires, candidats au sacerdoce, pèlerins, etc. Toutes ces structures ayant été classées comme cérémonielles, nous aboutissons ici encore à une sous-évaluation de la population totale.

31Quand un site a été occupé à plusieurs reprises, l’évaluation du nombre de structures d’habitat ne pourra porter que sur la dernière période d’occupation, les structures plus anciennes ayant été détruites ou réutilisées. Jusqu’à preuve du contraire en effet (le cas d’El Jocote est douteux : il pourrait indiquer un changement de l’habitat du Classique au Postclassique), les surfaces habitables – et cultivables – étant très réduites, les habitations doivent être implantées toujours au même endroit. En d’autres termes, notre évaluation démographique sera d’autant plus précise que la période est plus tardive. Je ne me hasarderai donc aux précisions chiffrées que pour la période 4 (Postclassique tardif) et, avec plus de circonspection, pour la période 3 (Classique tardif).

32– Enfin, le chiffre adopté de 6,5 personnes par foyer pourrait être inférieur à la réalité, tout-au-moins pour la période 4, durant laquelle la population semble avoir été en expansion rapide.

33On voit que tous ces “à peu près” concourent à une sous-évaluation de la population préhispanique de la vallée. Nous espérons malgré tout que ces résultats ne sont pas trop éloignés de la réalité, au moins pour la dernière période précédant la conquête. L’intérêt principal de cette étude est peut-être davantage de montrer une évolution que de dresser un tableau précis de la population locale il y a 500, 1000 ou 1500 ans. Elle méritait, me semble-t-il, d’être entreprise compte tenu de deux facteurs exceptionnels : d’une part les conditions écologiques de ce fond de vallée, d’autre part les possibilités matérielles de travail sur le terrain dont nous sommes redevables à la collaboration de l’Institut d ’ Electrification National (INDE), de l’Institut d’Anthropologie et d’Histoire de Guatemala, et de l’Université de San Carlos de Guatemala.

2- L’OCCUPATION PRECLASSIQUE (500 AVANT J.C. – 100 APRES J.C.?).

34Les sites reconnus sont au nombre de 8 (fig. 4) :

  • sur le rio Chixoy (d’aval en amont) :

    1. LAS TUNAS (habitat)

    2. LOS ENCUENTROS, groupe A (cérémoniel-habitat)

    3. CHISASCAP (habitat)

    4. EL JOCOTE (cérémoniel-habitat)

    5. GUAYNEP (habitat ?)

    6. CHIRRAMOS (habitat ?)

  • sur le rio Salamá :

    1. CAMALMAPA (cérémoniel ?)

  • sur le rio Calá :

    1. CAUINAL, groupe C (habitat).

35Sur ces 8 sites, 3 seulement ont été fouillés : Los Encuentros, Cauinal et El Jocote ; pour ceux-ci, la datation est certaine, le matériel ayant été trouvé en stratigraphie. Pour les 5 autres, elle est basée sur une récolte de surface.

Fig. 4 – L’occupation préclassique.

Fig. 4 – L’occupation préclassique.

36Tous les sites préclassiques ont été réoccupés ultérieurement au Classique tardif, deux d’entre eux également au Postclassique tardif.

37Notre datation est basée essentiellement sur l’existence de types céramiques bien connus, en particulier l’Utatlan Bichrome, le Corinth Daubed (une variété du Red Daubed), l’Orange et le Noir lustrés (Glossy) plus rares. Marion Popenoë de Hatch (com. pers.), se basant sur le matériel de Los Encuentros, estime que le site a été occupé au Préclassique moyen, avec une occupation maximale au Préclassique tardif. Quelques rares tessons de forme spéciale (tecomates) permettent d’envisager une occupation, sans doute très faible, dès le Préclassique ancien. Nous avons la même impression pour les autres sites (Cauinal, El Jocote), où les types Utatlan et Corinth Daubed dominent, avec quelques tecomates.

38Aucune construction datant de cette période n’a été mise au jour ; l’architecture, comme la structure de l’habitat, nous sont inconnus. Il a pu exister à Los Encuentros une structure cérémonielle (str. A-2) sous la forme d’une plate-forme basse à usage funéraire, qui aurait été surélevée au Protoclassique et au Classique tardif tout en gardant la même fonction. Les sépultures découvertes sont situées à peu près au niveau du sol de la place tardive, ou à 1 m de profondeur. Ces dernières n’ont pas de mobilier ; les premières sont accompagnées de poteries et de quelques ornements de jade. Il n’est pas certain qu’elles ne soient un peu plus tardives (protoclassiques ?).

39À El Jocote, la structure principale datant du Classique tardif (A-5) a livré un niveau inférieur préclassique et un dépôt de nombreux petits vases, de type Corinth Daubed surtout, contenant quelques perles de jade et de coquillage, ainsi qu’une sépulture sans mobilier. Il s’agit probablement d’une structure cérémonielle de faible hauteur, qui a été surélevée à deux reprises au Classique, puis abandonnée au Postclassique.

40En résumé, notre connaissance du peuplement préclassique dans la vallée est très mince. Il faut noter cependant que 3 des 5 sites fouillés ont révélé un niveau préclassique dont l’existence ne pouvait être soupçonnée au départ. Je suis persuadé que le nombre des sites préclassiques est très supérieur. Ce peuplement était, semble-t-il, de nature surtout résidentielle ; les centres importants se trouvaient sur les plateaux, entre la sierra de Chuacús et le fleuve (nous en avons visité deux près de Rabinal ; les monticules dépassent 5 m de hauteur).

41Au point de vue de la répartition des sites, on peut seulement noter leur dispersion sur toute la longueur de la zone inondée, aussi bien sur le rio Chixoy que sur ses affluents, Salamá et Calá.

3- L’OCCUPATION DE LA VALLEE DURANT LA PERIODE 2 (PROTOCLASSIQUE-CLASSIQUE ANCIEN : 100-500 APRÈS J.C.?).

42Les sites reconnus sont au nombre de 5 seulement, tous sur le rio Chixoy (fig. 5) :

  • PUEBLO VIEJO-CHIXOY, groupe F

  • LOS ENCUENTROS, groupe A (cérémoniel)

  • CHISASCAP

  • CHITOMAX (jeu de balle).

  • CHIRRAMOS.

43Notre connaissance du Protoclassique pour cette région des hautes terres est encore très imprécise. Nous nous basons surtout sur le matériel provenant de LA LAGUNITA, département du Quiché, en particulier celui de la grotte artificielle découverte au centre de la place cérémonielle de ce site, qui contenait 300 poteries (Ichon 1977 : 14) ; ce matériel est daté de 400 après J.C. Il semble donc que les traits caractéristiques du Protoclassique, tels qu’ils ont été définis pour la suite de Barton Ramie, au Belice (Willey et Gifford, 1962) soient ici plus tardifs, ou plutôt qu’ils se perpétuent au Classique ancien. Les “fossiles directeurs” de cette dernière période – par exemple les tripodes à supports coniques pleins, les “louches” ou encensoirs à manche cylindrique plein – sont pratiquement introuvables dans la vallée du Chixoy.

44Aucun des sites que nous attribuons à la période 2 n’a livré de matériel protoclassique ou classique ancien en position stratigraphique. À Pueblo Viejo-Chixoy, un fragment de bol à rebord basal, de type Ixcanrio Orange Polychrome, provient du groupe F, au sud du rio (horizon protoclassique de Floral Park à Barton Ramie). À Chisascap, à Chirramos, les supports mammiformes sont présents dans le matériel de surface. À Los Encuentros, la structure funéraire A-2 du groupe A a livré, au-dessus des sépultures préclassiques, au moins une sépulture dont le mobilier est typiquement protoclassique (poteries, jade, coquillages, pectoral de pyrite) ; mais on ne trouve de tessons de cette période ni dans le remblai de ladite structure, ni dans le reste du site. Il s’agit donc d’une sépulture intrusive.

Fig. 5 – Occupation de la vallée au Protohistorique – Classique ancien.

Fig. 5 – Occupation de la vallée au Protohistorique – Classique ancien.

45À Chitomax, le seul matériel de cette période est un grand encensoir représentant un jaguar, trouvé au centre du jeu de balle (qui est, lui, du Classique tardif) ; il contient deux perles de jade, les restes d’un disque de pyrite décomposée et deux statuettes de pierre verte dites camahuiles. L’encensoir est incomplet et nous pensons qu’il s’agit d’une pièce ancienne réutilisée comme offrande dédicatoire du jeu de balle.

  • 1 Le site d’El Jocote, fouillé en novembre-décembre 1979, pourrait présenter une occupation au Classi (...)

46En résumé, cette période de transition est très peu représentée dans notre zone d’étude.1 Il reste à vérifier si la situation est la même sur les plateaux de Rabinal et de Cubulco, ou si le Protoclassique y est aussi florissant que dans la région voisine du Quiché, (municipios de Canillá et de San Andrés Sajcabajá).

4- L’OCCUPATION DE LA VALLEE AU CLASSIQUE TARDIF ET TERMINAL (700-1100 APRÈS J.C.?) (FIG. 6)

4736 sites ont été reconnus (les groupes d’habitat isolés, même dépendant d’un centre important, étant classés comme sites) :

Fig. 6 – L’occupation au Classique tardif.

Fig. 6 – L’occupation au Classique tardif.

– sur le Chixoy :

PUEBLO VIEJO-CHIXOY, groupes A à F (habitat + cérémoniel ?)

LAS TUNAS (habitat)
LOS ENCUENTROS (groupe A, cérémoniel
groupes F, G, H (Chisama), I (Chuachijoj)
PAXAC (cérémoniel)
RIO NEGRO (cérémoniel)
CHISASCAP (cérémoniel)
CHICRUZ (habitat ?)
EL JOCOTE (cérémoniel)
GUAYNEP (cérémoniel)
CHITOMAX 1 (cérémoniel)
CHIRRAMOS (cérémoniel)

– sur le Carchelá :

(EL ZAPOTE) (habitat)
LA CUEVITA (habitat)
SANTA ANA (habitat)

– sur le Salamá :

CAMALMAPA (cérémoniel) (SANTA ROSA) (habitat)
LOS ENCUENTROS, groupes B, C, D (Chileon), E, F (El Pretil) (habitat).

– sur le Chicruz :

CHILU 2 (habitat ?)
SAN JUAN LAS VEGAS, groupe A (cérémoniel) groupes B et C (habitat)
LUCAS TELETOR (cérémoniel ?)

– sur le rio Calá :

CAUINAL, groupe C (funéraire)

48Nous incluons dans cette période 3 non seulement le Classique tardif dans son acception habituelle, mais aussi la période de transition entre Classique et Postclassique, que l’on appelle généralement Postclassique ancien, mais pour laquelle les termes de Classique terminal ou d’Epiclassique paraissent préférables car elle conserve beaucoup de traits de la période classique, alors qu’elle diffère radicalement de la période suivante, le Postclassique tardif ou Protohistorique.

49L’“Epiclassique” n’est jusqu’ici vraiment défini que par l’apparition de nouveaux types céramiques de large diffusion commerciale, en particulier le (Tohil) Plumbate, qui proviendrait de la Côte Pacifique, et le Fine Orange (du Tabasco). Il est, certes, d’autres traits spécifiques de l’Epiclassique, que nous essayons de dégager, dans l’architecture, la sculpture, les coutumes funéraires, etc. Mais pour l’instant nous devons nous baser essentiellement sur la présence de poteries Tohil Plumbate, Fine Orange ou à supports zoomorphes moulés, dans les tombes ou les caches, pour dater un site de l’Epiclassique.

50Dans la vallée du Chixoy, les sites occupés au Classique tardif continuent à l’être à l’Epiclassique ; par contre, ils sont presque toujours abandonnés au Postclassique tardif : il est exceptionnel de trouver un site datant de cette période tardive installé sur les ruines d’un site plus ancien (El Jocote).

51Le site-clé pour l’étude de l’Epiclassique est certainement Los Encuentros : toutes les tombes y contiennent du Plumbate. Mais au Postclassique, le site est abandonné au profit de Pueblo Viejo.

52Los Encuentros nous donne un bon modèle d’organisation d’un site classique tardif (fig. 2) : dispersion – justifiée par le relief – de petits groupes d’habitat de 5 à 20 structures, dans un rayon de 2 km autour d’un centre cérémoniel, lui-même formé de constructions bien orientées (15º à l’Est du Nord magnétique) autour d’une place rectangulaire.

53L’ensemble des plates-formes d’habitat recensées dans les 9 groupes de Los Encuentros est voisin de 100. La population du site à la fin du Classique peut donc être estimée à environ 650 personnes.

54Pueblo Viejo-Chixoy est un ensemble de groupes d’habitat qui représente sans doute la plus forte concentration humaine dans la vallée au Classique tardif ; nous n’y avons pas trouvé de traces de l’Epiclassique (le fait demande à être vérifié). L’occupation suivante – protohistorique – y revêt une forme originale : le site s’est installé défensivement sur une colline dominant le site ancien ; une seule structure cérémonielle (une “maison longue” à 13 escaliers) a été édifiée près du rio, au milieu des structures classiques.

55Le relevé des plates-formes d’habitat du Pueblo Viejo classique est malheureusement incomplet ; le nombre de 120 auquel nous sommes arrivés doit être considéré comme très inférieur à la réalité. Il donne néanmoins une population de 800 personnes, déjà impressionnante.

56Trois autres centres cérémoniels relativement importants de cette période 3 sont El Jocote, Chitomax et San Juan Las Vegas.

57El Jocote, occupé dès le Préclassique, l’est sans doute au Classique ancien, et certainement au Classique tardif ; l’Epiclassique y est représenté, quoique faiblement, par l’offrande centrale de la place (tripode à supports moulés, petite jarre à effigie moulée) et par de rares tessons. La principale structure a été partiellement détruite pour permettre la construction de la pyramide postclassique, et il semble que les structures moins importantes aient été réutilisées à des fins funéraires (dépôt d’urnes à crémation). C’est un exemple unique d’intégration – encore que très partielle – d’un centre cérémoniel classique à un centre postclassique.

58La population d’El Jocote est difficile à évaluer ; nous pensons que les plates-formes d’habitat de la période classique s’étendaient en contrebas, sur une terrasse fertile (vega) aujourd’hui plantée d’arachide. Un peu moins important que Los Encuentros et Chitomax, le site devait grouper entre 300 et 500 personnes.

59Chitomax 1 a un centre cérémoniel assez comparable à celui d’El Jocote, avec, de plus, un jeu de balle ouvert et un grand mur d’enceinte polygonal, sans doute défensif. L’Epiclassique s’y manifeste de deux façons : par le pillage et la destruction d’une tombe voûtée plus ancienne dans la structure principale formant l’un des côtés du jeu de balle ; et par l’existence, au pied de la même structure, d’un ciste circulaire contenant un squelette accroupi et un vase Plumbate.

60Chitomax 1 n’a pas livré un seul tesson datant du Postclassique tardif. Le fait est d’autant plus surprenant que le site tardif, Chitomax 2, s’est installé à quelques centaines de mètres, de l’autre côté du fleuve.

61L’évaluation de la population de Chitomax 1 est basée sur un relevé assez précis des structures d’habitat : 60 ont été dénombrées, ce qui représente une population d’au moins 400 personnes.

62Le site de Chirramos n’a pas encore été fouillé et nous n’avons aucune donnée sur la zone d’habitat, qui s’étendait sur une zone cultivée. Le centre cérémoniel comprend 10 structures et un jeu de balle ; il est comparable à celui de Chitomax 1, mais sans mur d’enceinte. Le chiffre de la population devait être sensiblement égal : 400 personnes environ.

63San Juan Las Vegas, sur le rio Chicruz, n’a pas été fouillé. Le centre cérémoniel (groupe A) est une réplique de celui de Los Encuentros, mais nous n’avons pas trouvé le jeu de balle (qui existe peut-être : les jeux de balle de Los Encuentros, El Jocote et Chitomax 1 étaient à peu près invisibles à notre arrivée). Les deux groupes d’habitat dépendant de San Juan (groupes B et C) comprennent une cinquantaine d’habitations recensées, soit une population de 325 personnes au minimum.

64En dehors des grands centres, avec leurs hameaux satellites (Pueblo Viejo, Los Encuentros), et des centres moyens que l’on vient de décrire, nous trouvons une douzaine de petits sites, simples groupes d’habitat, comprenant parfois un petit centre cérémoniel de 2 structures. Deux de ces derniers nous donnent une indication relativement précise sur leur population :

  • Paxac (qui dépendait sans doute de Los Encuentros) : 14 structures recensées, soit environ 100 personnes.

  • Chisascap : 34 structures, soit environ 220 personnes.

65Soit, pour les 3 autres sites comparables (Rio Negro, Guaynep, Camalmapa), 4 à 500 personnes.

66Pour les petits groupes d’habitat sans structures cérémonielles sûres, l’un des mieux conservés est La Cuevita, sur le rio Carchelá : une dizaine de structures, soit 65 habitants. Ce chiffre paraît être une moyenne acceptable pour les 7 autres sites comparables, qui pouvaient grouper au total 455 personnes.

67En définitive, la répartition de la population à la fin du Classique pourrait être la suivante :

PUEBLO VIEJO-CHIXOY :

800 personnes.

LOS ENCUENTROS :

650

EL JOCOTE :

(400)

CHITOMAX 1 :

400

CHIRRAMOS :

400

SAN JUAN LAS VEGAS :

325

PAXAC :

100

CHISASCAP :

220

RIO NEGRO :

(200)

GUAYNEP :

(100)

CAMALMAPA :

(100)

LA CUEVITA :

65

CHICRUZ, EL ZAPOTE, SANTA
ANA, SANTA ROSA, CHILU 1, (CAUINAL), TELETOR :

(455)

Total :

4.215 personnes.

68Ce chiffre, encore une fois sous-évalué, nous paraît cependant élevé ; il dépasse de 15% la population actuelle de la vallée (3.500 personnes). La fig. 6 montre la répartition des sites tout au long de la vallée du Chixoy et sur ses affluents. Les deux ensembles les plus denses, en aval (Pueblo Viejo et Los Encuentros), occupent une position stratégique particulièrement importante, au confluent de trois rivières (Carchelá, Salamá et Chixoy). En amont, au-delà d’un passage très encaissé entre Río Negro et Chicruz où le seul emplacement favorable est occupé par le site de Chisascap, on trouve une traînée de centres moyens, distants de 2 à 6 km, chacun avec sa zone d’habitat proche du centre cérémoniel. En amont de Chirramos et d’El Cebollal, limite de la zone de retenue du barrage, il n’y a aucun site classique le long du rio. Chixoy sur les quelque 15 km reconnus.

5- L’OCCUPATION AU POSTCLASSIQUE TARDIF (1100 – 1500 ap. J.C.) fig. 7

69Les sites reconnus sont au nombre de 21 :

– sur le rio Chixoy :

PUEBLO VIEJO-CHIXOY,
groupe A (une structure cérémonielle)
groupe G (cérémoniel)
EL JOCOTE (cérémoniel)
CERRO VERDE (cérémoniel)
CHITOMAX 2 (cérémoniel)
CHICUXTIN (cérémoniel) (CHIVENTUR) (habitat)
PATUY (cérémoniel)
EL CEBOLLAL (cérémoniel)

– sur le rio Chicruz :

CHILU 2 (cérémoniel ?)

– sur le rio Cala :

CAUINAL (centre : groupes A, B et C) et 11 sites annexes :
– groupes D, E, CASA DE CUNDO,
PLAN DE TIERRA NEGRA, CHICRUZ (centres cérémoniels) ;
– groupes F, G, H, EL ANONAL,
CHATAYA, CASA DE JUAN (habitat).

70Nous n’avons pas ici de problème de datation : l’architecture est très homogène, les centres cérémoniels comprennent toujours les mêmes types de structures (pyramide-temple, maison longue, maison du conseil, autel central,) organisées de façon identique. La céramique est elle aussi très différente de celle de la période précédente, avec un fossile directeur omniprésent, le Fortress Blanc sur Rouge.

71Le site principal est Cauinal, que l’on peut considérer comme un “grand” site, stricto sensu. Le centre proprement dit (fig. 3), qui comprenait trois ensembles groupant un centre cérémoniel et une zone d’habitat annexe, comptait au minimum 315 plates-formes d’habitat, c’est-à-dire plus de 2.000 habitants. De plus, la série de 11 petits sites échelonnés sur 4 km le long du rio Calá, en amont et en aval du centre de Cauinal, sont contemporains de celui-ci et en dépendaient certainement. Cinq d’entre eux ont un petit centre cérémoniel, sur le modèle des grands ensembles du Centre, et un groupe d’habitat de 10 à 35 plates-formes, soit une population de 65 à 225 personnes. Pour les deux sites non relevés, nous adopterons un chiffre moyen de 15 structures et 100 habitants.

Fig. 7 – Les sites du Postclassique tardif.

Fig. 7 – Les sites du Postclassique tardif.

72Les 6 autres sites sont des ensembles de 7 à 20 structures d’habitat, relevées avec une certaine précision (voir tableau 1) : au total, 73 structures et 475 habitants.

73Pour l’ensemble des sites annexes de Cauinal, nous arrivons donc à un total de 160 structures d’habitation, soit 1.040 habitants.

74Dans la seule vallée du rio Calá, le grand site de Cauinal rassemblait donc sur un faible rayon (1,5 km), plus de 3.000 habitants. Il faudrait y ajouter les sites “perchés” sur les collines dominant le centre, dont la fonction stratégique était primordiale : quelque 120 habitations et 800 personnes supplémentaires. La population du “grand Cauinal” à l’époque protohistorique, était équivalente à l’ensemble de la population de la vallée au Classique tardif.

75À Pueblo Viejo-Chixoy, outre l’unique structure cérémonielle du groupe A, sur le bord du rio Chixoy, nous avons vu que le site postclassique (groupe G) occupe une colline abrupte aménagée défensivement (elle ne sera pas noyée). Ce petit centre, fouillé par R. Hill II et D. Legrand, comprend un ensemble cérémoniel de 6 structures autour d’une place, et 30 plates-formes d’habitat, soit environ 200 habitants. Il faut souligner que le groupe G de Pueblo Viejo est le seul site postclassique qui ait évité de s’installer dans le fond de la vallée, avec des préoccupations défensives évidentes.

76El Jocote (dernière période d’occupation) présente toutes les caractéristiques d’un petit centre cérémoniel protohistorique, avec cependant deux particularités : il s’est intégré à un centre plus ancien (classique tardif), et il est le seul, en dehors du groupe principal de Cauinal, à être doté d’un jeu de balle. La zone d’habitat postclassique occupait les pentes au-dessus du centre cérémoniel ; nous manquons de bases pour évaluer la population, qui, par comparaison avec les autres petits centres proches de Cauinal, devait être d’au moins 300 personnes.

77Cerro Verde, Chitomax 2, Chicuxtin, la Capilla (de Chirramos) Patuy et El Cebollal sont également de petits centres comprenant en principe 3 structures cérémonielles délimitant une place, et une zone d’habitat annexe dont la densité d’occupation, sinon l’extension (celle-ci est déterminée par le relief) est difficile à préciser. Nous admettrons pour chacun de ces sites, en les assimilant aux centres annexes de Cauinal, une population minimale de 100 personnes.

78Deux autres sites, Chiventur sur le Chixoy, et Chilu 2 sur le rio Chicruz, sont plus douteux. Nous les considérons comme de petits sites d’habitat, avec 6 à 10 habitations au moins (40 à 65 habitants).

79On peut, en résumé, envisager la répartition suivante :

PUEBLO VIEJO :

200 habitants

le “GRAND CAUINAL” :

3.000 + 800 sur les sites “perchés”

EL JOCOTE :

(300)

CERRO VERDE :

(100)

CHITOMAX 2 :

(100)

CHICUXTIN :

(100)

LA CAPILLA :

(100)

PATUY :

(100)

EL CEBOLLAL :

(100)

CHIVENTUR :

(500)

CHILU 2 :

(50)

Total :

4.200 + 800 habitants

80La répartition spatiale de ces sites protohistoriques dans la vallée du Chixoy est beaucoup moins régulière que celle des sites des périodes précédentes. Elle suggère une conception d’ensemble de l’occupation de la vallée que l’on pourrait schématiser ainsi :

  1. Au centre de notre zone d’étude, le grand ensemble de CAUINAL, véritable “ville” de 3 à 4.000 habitants, capitale locale implantée au nord du fleuve dans un fond de vallée sans possibilités défensives, mais protégée par plusieurs postes installés sur les hauteurs et chargés de l’observation lointaine ;

  2. En aval de Cauinal, la vallée est pratiquement vide jusqu’à hauteur de la digue du barrage actuel : le site de Pueblo Viejo (groupe G), occupant une position à la fois défensive et stratégique (confluent du Carchelá et du Chixoy) apparaît comme un poste avancé de Cauinal vers l’est ;

  3. En amont de Cauinal, une série de centres de moyenne importance, assez régulièrement espacés sur les deux rives du fleuve.

81Ce schéma demande bien sûr à être confirmé en poursuivant l’étude de la vallée du Chixoy en aval (vallée vide...?) et en amont (chaîne de sites espacés de 3 à 6 km jusqu’à Sacapulas et au-delà...?). Nous avons prévu d’effectuer au début de 1980 la reconnaissance en amont de la zone inondée ; trois sites importants, El Tapial, Guajilote et Chimul, ont déjà été localisés dans cette partie de la vallée, à 3, 6 et 9 km respectivement d’El Cebollal (distances calculées le long du fleuve). L’hypothèse d’une chaîne de sites protohistoriques le long du Chixoy, ne dépassant pas Cauinal à l’est, est donc plausible.

CONCLUSION.

82Cette étude, peut-être un peu prématurée puisque les fouilles ne sont pas terminées et que l’examen du matériel est à peine entamé, demandera surtout à être complétée par une reconnaissance poussée des planos au sud du rio Chixoy et des pentes sud des Cuchumatanes jusqu’au grand axe Cunén – Uspantán – Chicamán. Elle permet cependant d’esquisser les grandes lignes d’une histoire du peuplement préhispanique de cette partie de la vallée, histoire marquée par des périodes d’occupation assez dense, des périodes de quasi-abandon (au Protoclassique-Classique ancien), et d’autres où se font sentir plusieurs vagues d’influences étrangères, la première adoptant et remodelant la culture existante (à l’Epiclassique), la seconde la supplantant presque complètement (au Postclassique tardif).

83Au point de vue démographique, toute évaluation, même approximative, de la population de la vallée durant les deux périodes les plus anciennes est hors de question. Une telle évaluation ne devient possible, avec les réserves exposées ci-dessus, qu’à partir du Classique tardif. Il me semble que le chiffre de 4.215 habitants auquel nous sommes parvenus pour cette période est acceptable. Bien que modeste, il convient de le comparer à celui de la population actuelle, dont la densité est de 34 habitants au km2 (D. Douzant). Cette densité était, au Classique tardif, de 41 h/km², ce qui est assez remarquable compte tenu des ressources très limitées de la région. Encore arriverait-on à un chiffre très supérieur si l’on tenait compte uniquement de la partie occupée dans le fond de la vallée sur la superficie totale de la zone inondée, qui est de 14 km2 seulement : 300 h/km2  chiffre évidemment artificiel mais qui rend bien compte d’une véritable surpopulation dans les zones, très limitées, où l’établissement de groupes humains était possible.

84Cette population augmente encore au Postclassique : 4.200 habitants auxquels il faut ajouter ceux des sites “perchés” (qui n’ont pas d’équivalents au cours des périodes précédentes), soit 5.000 personnes, une densité proche de 50 h/km2, supérieure de 70% à la densité de la population actuelle ; avec une agglomération de type déjà urbain à Cauinal (2.000 h sur environ 8 ha).

85Il faut souligner, au-delà de la sècheresse des chiffres, cette admirable faculté d’adaptation de la population indigène à un milieu naturel qui nous semble aujourd’hui peu accueillant : aux XIVe et XVe siècles de notre ère, les habitants de Cauinal, nous disent les textes anciens, croissent et se multiplient et mènent une existence heureuse (Popol Vuh 1952 : 133). Faculté d’adaptation que la conquête espagnole et les régimes successifs n’ont pas émoussée : les occupants actuels de la vallée, ceux des aldeas de Chicruz et de Río Negro, des caseríos de Chitomax, de Chirramos... que le barrage va chasser de leurs terres, nous en donnent encore aujourd’hui une belle démonstration.

Notes

1 Le site d’El Jocote, fouillé en novembre-décembre 1979, pourrait présenter une occupation au Classique ancien ou moyen (mais non au Protoclassique) ; le matériel est à l’étude. El Jocote, bien qu’il s’agisse d’un centre cérémoniel moyen, serait alors l’un des sites les plus importants de la vallée par la continuité de son occupation.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 Les sites archéologiques de la vallée du rio Chixoy
Légende Les parenthèses indiquent une datation douteuse, ou un nombre de structures certainement inférieur à la réalité ; le ? indique l’existence d’un groupe d’habitat dont les structures n’ont pas été dénombrées.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Fig. 2 – Un site du classique tardif : LOS ENCUENTROS.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 3 – Un grand site protohistorique : CAUINAL (centre)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7248/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 4 – L’occupation préclassique.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7248/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 5 – Occupation de la vallée au Protohistorique – Classique ancien.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7248/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 6 – L’occupation au Classique tardif.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7248/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Fig. 7 – Les sites du Postclassique tardif.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7248/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search