Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 1

 | 
Alain Ichon
, 
Pierre Usselman
, 
Nicole Percheron
, 
et al.

Avant-Propos

Alain Ichon

Texte intégral

1La Recherche Coopérative sur Programme No. 500 du Centre National de la Recherche Scientifique a été créée au début de 1978 ; elle succède à la R.C.P. 294 dirigée par Henri Lehmann, qui, de 1972 à 1977, s’est attachée à l’étude d’une communauté indo-espagnole du Guatemala, San Andrés Sajcabajá, dans le département du Quiché.

2Le nom de la nouvelle formation, “Mission Française du Chixoy”, souligne l’importance de la vallée moyenne de ce fleuve dans le contexte de nos recherches pluridisciplinaires. La construction d’un grand barrage hydro-électrique, dit Pueblo Viejo-Quixal, va en effet inonder 50 km de la vallée et déplacer les 3.500 habitants qui y sont installés depuis un siècle. L’un des objectifs primordiaux de la R.C.P. revêt en conséquence un aspect de “sauvetage” : il s’agit d’une part de recueillir en un temps limité – la mise en eau est prévue pour 1982 – le maximum de données sur les sites archéologiques condamnés à disparaître ; d’autre part, d’étudier la population actuelle, ses modes de vie, ses réactions devant les problèmes psychologiques et matériels d’un transfert dans des zones parfois éloignées de la vallée.

3Notre programme de recherche n’est pas pour autant limité à la seule vallée du rio Chixoy : il veut poursuivre, dans la partie occidentale du département de la Baja Verapaz, l’étude entreprise précédemment dans la région voisine du Quiché, en la centrant sur le village principal, Rabinal, dont l’organisation sociale et territoriale traditionnelle est encore très vivante.

4Le premier No. des cahiers de la R.C.P. 500 rassemble six articles écrits par les collaborateurs de la Mission, présentés dans un ordre chronologique : période préhispanique, période coloniale, période contemporaine. On aurait pu en choisir un autre : après la présentation géomorphologique de notre zone d’étude par Pierre Usselmann, qui complète et amplifie celle d’O. Dollfus et D. Douzant sur “les paysages de San Andrés Sajcabajá et leur organisation” (1975), les chapitres II et VI sont consacrés à la description du peuplement de la vallée du Chixoy proprement dite – peuplement préhispanique pour le premier, actuel pour le second – tandis que les chapitres III à V sont des études historiques et ethnologique axées essentiellement sur le bassin de Rabinal.

5En archéologie, l’un des résultats importants de nos travaux a été de révéler le peuplement très ancien et relativement dense de la vallée dans la zone étudiée. En me basant sur l’état de conservation assez satisfaisant des vestiges archéologiques, j’ai tenté (chapitre II) une évaluation chiffrée de cette population au cours des périodes précédant la conquête espagnole. Si les résultats sont discutables, je pense néanmoins qu’ils donnent une idée approchée du peuplement de la vallée et de son évolution de 500 avant J.C. à 1500 après J.C. environ.

6Il était nécessaire de confronter ces résultats, et les questions qu’ils soulèvent, aux données démographiques actuelles et aux modes de subsistance des hameaux qui occupent souvent, dans le fond de la vallée, les emplacements mêmes des sites archéologiques. L’étude de Denise Douzant Rosenfeld (chapitre VI) s’attachant aux deux principaux – Rio Negro et Chicruz – montre comment cette population, tant ladina qu’indienne, a su s’adapter à un milieu peu favorable et en tirer le meilleur parti ; modèle non transposable, évidemment, à la population précolombienne qui ne disposait pas des mêmes ressources (élevage, culture du sorgho et de l’arachide, travail sur la côte...) et qui devait compléter par d’autres moyens (commerce, tribut ?) une production vivrière certainement insuffisante.

7Ce n’est pas un hasard si deux des articles (et indirectement le troisième) consacrés au bassin de Rabinal traitent des confréries religieuses du village, les cofradías. Alain Breton, qui les étudie depuis deux ans, montre (chapitre V) comment cette institution est devenue la base de l’organisation sociale du village. Elle est d’une vitalité exceptionnelle à Rabinal, où 16 confréries sont aujourd’hui garantes “du maintien des coutumes et de l’identité communautaire”. Le rôle des cofradías dépasse donc de loin le seul domaine religieux. Nicole Percheron, en étudiant leur histoire depuis leur fondation, vers le milieu du XVIe siècle, jusqu’à la fin de la période coloniale (chapitre III), explique comment l’activité des confréries, d’abord créées dans un strict souci d’encadrement et d’évangélisation des indigènes, a pu évoluer, malgré le clergé catholique ou avec son accord intéressé, aussi bien sur le plan religieux (où elles ont assuré subrepticement la permanence des traditions “païennes”) que sur le plan économique, où elles sont devenues de véritables entités capitalistes, propriétaires de vastes domaines et se dédiant, en outre, au commerce et même à l’usure.

8Ces deux aspects de l’activité des cofradías – religieux, économique-sont donc indissociables et il n’est pas étonnant que Michel Bertrand soit amené à utiliser, pour élaborer l’histoire socio-économique de la région, certains documents locaux (les livres de comptes des haciendas de Rabinal) déjà exploités par Nicole Percheron pour son étude socio-religieuse. Ces documents lui permettent (chapitre V) une analyse minutieuse du fonctionnement de deux petites haciendas voisines de Rabinal : San Miguel Chicaj et El Pilar, la première appartenant aux cofradías, la seconde à l’église de Rabinal, qui lui paraissent constituer, sous l’égide des Dominicains, “un modèle de rationalité économique”.

9Certes, il reste beaucoup à découvrir et beaucoup à dire sur les confréries religieuses au Guatemala. Comment, par exemple, expliquer la vitalité de cette institution si elle ne plongeait ses racines très loin dans le passé, version coloniale d’une institution préhispanique qui aurait rempli plus ou moins la même fonction ? Autre point important pour l’étude des relations entre les deux communautés et que n’aborde pas le travail d’Alain Breton : que sont devenues aujourd’hui les confréries ladinas, les hermandades, et les confréries mixtes groupant indiens et ladinos, qui, selon Nicole Percheron, se multiplièrent au milieu du XVIIIe siècle ?

10Le thème des cofradías se confirme comme l’un des axes majeurs de notre recherche en Baja Verapaz.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search