Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 6 : La Vallée moyenne du Rio Chixoy (Guatemala)

 | 
Alain Ichon
, 
Denise Douzant-Rosenfeld
, 
Pierre Usselmann

Annexe 2. Reconnaissance archéologique des bassins de Rabinal et de Cubulco

Alain Ichon

Texte intégral

1La reconnaissance effectuée en 1980 sur le territoire de ces deux municipios du département de Baja Verapaz ne prétend pas être exhaustive compte tenu du peu de temps que nous lui avons consacré et des réticences de la population rendant parfois impossible toute récolte de surface et à plus forte raison tout relevé topographique.

2Les sites reconnus sont les suivants :

3– dans le municipio de Rabinal : Chiwiloy, Pakakjá, Vega de Santo Domingo, Chilu 1, Pichec ;

4– dans le municipio de Cubulco : Belejtzac, Xecam, La Laguna, Moxpan, Xemés et Tres Cruces (Tzamaneb).

Chiwiloy

5Ce site préclassique se trouve en limite sud du plateau, à 1. 500 m au sud-sud-est de l’église de Rabinal ; il est visible de la route qui descend d’El Chol à Rabinal. Ses coordonnées : 770. 100-668. 800 (carte au 1/50. 000e Salamá).

6Le terrain s’abaissant au nord vers le rio Rabinal forme une série de terrasses dont les limites sont soulignées par des murs de pierre. Le site comprend une dizaine de structures dont l’organisation d’ensemble n’est pas évidente. On peut distinguer :

7– à l’ouest un ensemble de quatre structures dominé par la pyramide principale, haute de 9 m, au sommet de laquelle on a construit une chapelle rudimentaire, la capilla. Il y a quelques traces de gradins construits en galets. La str. 5 est plus basse (environ 5 m) tandis que les str. 2 et 3 ne dépassent pas 3 m.

8– la partie sud, avec sa plate-forme allongée (6) et sa grande terrasse surélevée, longue de 27 m et supportant sans doute plusieurs structures, serait plus récente.

9Le matériel de surface a été récolté en trois lots : au nord du site il est abondant et essentiellement préclassique, avec de nombreux bords de tecomates à décor ponctué ; au sud de la str. 2, il semble encore en majorité préclassique ; enfin à l’est du site le matériel, plus rare, est un mélange de préclassique et de classique tardif : bords de cornais, pastilles ponctuées du motif Ahau, anses de panier, etc.

Pakakjá (Cakhay ?)

10Ce site a été décrit dans une publication antérieure (1982, Cahiers 4 : 68-72). Nous avons émis l’hypothèse qu’il s’agirait du site pokom d’Oronic Cakhay mentionné dans les Anales de los Cakchiqueles (Recinos 1950 : 70). A environ 5 km au nord-ouest de Rabinal (coordonnées : 764. 800-672. 500) le groupe principal A occupe un plateau encadré à l’est et à l’ouest par les rios Rabinal et Chiac.

11L’organisation de cet ensemble est nettement classique : il comprend une douzaine de structures bien orientées à l’est du nord magnétique (40°). La pyramide principale, haute d’une dizaine de mètres, parfaitement conique, est au nord ; on a utilisé le relief naturel pour construire en contrebas le terrain du jeu de balle en palangana.

12Un seul monticule de 5 m de hauteur, isolé du groupe A par des barrancos, constitue le groupe B ; cette petite terrasse naturelle supportait sans doute aussi des plates-formes basses détruites par la milpa.

13Le matériel céramique récolté “à la sauvette” dans une zone de décharge au sud-ouest du groupe A est classique tardif ; mais compte tenu de la forme et des dimensions de la pyramide principale, il est probable que Pakakjá était déjà occupé au Préclassique.

Fig. 105 – Carte générale des sites de la région de Rabinal et Cubulco.

Fig. 106 – Chiwiloy. a/ Plan (les murets sont modernes). b/ Le monticule principal.

Fig. 107 – Pakakja. a/ Plan d’ensemble d’après un croquis. b/ Vue aérienne. c/ Le monticule principal.

Vega de Santo Domingo

14A 2 km au nord-nord-ouest de Pakakjá et 400 m de la route Rabinal-Xococ, on voit sur le plateau un unique monticule de 5 m de haut et une quinzaine de mètres de côté, presque intact. Les murs en gradins sont faits de petites dalles, sans revêtement de stuc apparent. Coordonnées : 763. 900-674. 300. Les plates-formes basses qui devaient exister alentour ont disparu et on ne voit pas de matériel en surface ; de toute façon il serait impossible d’effectuer le moindre travail étant donné l’agressivité des habitants. Nous sommes allés deux fois sur le site, en 1979 et 1980. En 1982 la Vega de Santo Domingo allait être le théâtre de l’un des pires massacres perpétrés par l’Armée au cours de ses opérations de contre-guérilla ; plusieurs dizaines de paysans y furent massacrés à coups de pelles et de pioches.

Xococ

15Un monticule de grande dimension a été vu juste au nord de l’aldea Xococ vers 762. 100-676. 800. Le site n’a pas été reconnu, il pourrait être préclassique. Suspecté d’être favorable à la guérilla, le village de Xococ, comme celui de Río Negro et la Vega de Santo Domingo, a été l’un des plus durement “châtiés” en 1982.

Chilu 1

16Cet important site postclassique occupe une position stratégique non loin de l’endroit où la vallée du rio Chicruz, qui devient le Xococ, débouche dans la plaine de Rabinal. C’est une zone au relief très compartimenté permettant une installation potentiellement défensive des trois ensembles principaux : les groupes D et E sur des sommets exigus, le groupe principal A (dont l’emplacement figure sur la carte au 1/50. 000e en 759. 250-677. 050) et les deux petits ensembles annexes B et C sur un plateau plus vaste limité par des barrancos sur trois côtés. La descente abrupte sur le rio Chicruz semble avoir été aménagée : un fossé coupait sa partie la plus étroite et une structure isolée en commandait l’accès.

17Dans le groupe A, la pyramide principale, haute de 6 à 7 m, est du style des pyramides de Cauinal, avec des gradins verticaux et un ou deux escaliers sur chaque face ; étant donné ses proportions, elle supportait probablement un seul temple. Son grand axe est orienté 20° à l’est du nord magnétique. Elle est encadrée par deux maisons longues : à l’ouest, A-2 (7 x 30 m) est une plate-forme basse dotée d’escaliers sur trois côtés (la face ouest en est dépourvue) ; à l’est, la str. A-4 rappelle par sa hauteur – 3 m – la maison du conseil géante A-2 de Cauinal. Entre elle et la pyramide, il y a un petit autel carré, en forme de pyramide miniature, de 1,50 de hauteur, qui a été fouillé. La place ainsi délimitée est fermée au nord par deux plates-formes, et au sud par trois plates-formes basses. Sur la face principale – est – de la pyramide-temple et dans le prolongement de la rampe centrale, on note les vestiges d’un autel rectangulaire à extrémités arrondies, mesurant 2 x 3,80 m.

fig. 108 – Plan des trois ensembles de Chilu.

18La partie orientale du groupe A est une petite terrasse surélevée de 1 m supportant trois plates-formes disposées en U autour d’un patio ; entre elle et le barrancos il y a encore quelques plates-formes d’habitation.

19Toutes les constructions du groupe A sont faites de petites dalles taillées, avec un revêtement de stuc.

20Les groupes B et C, nettement isolés à l’ouest et au nord-ouest du groupe A, sont des petits ensembles deux à trois structures ne dépassant pas 1 m de hauteur ; la mieux conservée mesure 3,40 x 9 m.

Fig. 108 – Plan des trois ensembles de Chilu.

21Les groupes D et E sont des ensembles isolés à 1 km environ au nord-est du groupe A dont ils sont séparés par des barrancos. En ce qui concerne le groupe E, nous avons seulement relevé l’existence de quelques plates-formes détruites par les fouilles clandestines. Le groupe D, par contre, est cérémoniel : la petite colline dont le sommet a été aplani supporte une pyramide-temple à peu près carrée, haute de 3,50 m, et trois structures basses, allongées ; la plus à l’est serait la maison longue.

22Chilu 1 se rattache incontestablement au réseau de centres postclassiques du bassin de Rabinal et de la vallée du Chixoy : le groupe A est à 6 km à vol d’oiseau de Chuitinamit, à 6 km de Chicruz et 7,5 km de Cauinal, soit moins de 3 heures de marche de ce dernier site en suivant les vallées des rios Chicruz et Calá. L’existence des deux ensembles cérémoniels A et D est un nouvel exemple d’organisation dualiste “déséquilibrée”, l’un des deux étant nettement supérieur à l’autre. Bien que les espaces plans ne manquent pas – 67 m entre les str. A-l et A-2 – l’absence d’un terrain de jeu de balle est notable.

Cahyup

23Ce grand site, dominant le village de Rabinal, a été étudié par A.L. Smith (1955 : 44-48, fig. 26-28 et 109-125). Je voudrais seulement signaler l’existence, sur le chemin allant du groupe C à la structure ronde baptisée Mumuz par Brasseur de Bourbourg, de plusieurs rochers grêlés de nombreuses cupules ; les habitants appellent cet ensemble La Piedra Baleada. Ceci nous rappelle d’autres rochers à cupules situés à proximité des sites postclassiques, notamment à Pueblo Viejo-Chichaj, un avant-poste des Quiché centraux dans la Sierra de Chuacús (Ichon 1975 : 132).

Pichec

24Petit centre postclassique perché, qui fut visité par A.L. Smith après R.L. Roys (1955 : 53-54, fig. 31f et 126). Il est mentionné par Fox dans son ouvrage Quiche conquest (1978 : 260), qui le considère comme un avant-poste de Cahyup ou de Chuitinamit, sites avec lesquels Pichec est en liaison à vue.

25Pichec est porté sur la carte au 1/50. 000 sous le nom d’El Tablón en 763. 500-670. 900, 1 km au nord de la route Rabinal-Cubulco. Cette colline, à très forte pente vers le nord, supporte sur ses pentes sud de nombreuses plates-formes d’habitation construites sur des terrasses aménagées. Le petit centre cérémoniel du sommet, auquel on accédait par un escalier étroit de huit marches, comprenait, quand Smith l’a dessiné, une pyramide-temple et un autel. Celui-ci a disparu, remplacé par une chapelle catholique, mais la pyramide est toujours debout et en bon état ; on distingue même, contrairement à ce qu’a écrit Smith, la base du temple, qui était ouvert à l’ouest, donc tournant le dos à l’autel. La substructure mesure 7,50 x 10,15 m et doit avoir 3 à 3,50 m de hauteur. Son grand axe est orienté 28° à l’est du nord magnétique. Elle était entièrement stuquée.

Moxpan

26Le site est porté sur la carte en 756. 400-673. 600, 3 km au nord-nord-est du village de Cubulco. Ce petit centre postclassique a été édifié sur une colline, 1 km au nord de l’aldea Chicuxtin et du plateau occupé par l’une des “colonies” où doivent être regroupés les habitants évacués de Chitomax et Chirramos. Il comprend, au sommet, deux plates-formes basses, allongées (23,30 et 16,60 m) disposées en angle droit, dont la plus grande a été partiellement détruite pour la construction d’une chapelle moderne ; fait surprenant, il n’y a pas trace de la pyramide-temple. Les constructions sont soigneusement faites de dalles taillées, et stuquées. La terrasse supérieure est limitée par des murs de soutènement en gradins pouvant atteindre 5 m de haut au nord. Il y a de nombreuses plates-formes d’habitation occupant des terrasses aménagées sur les pentes.

Belejtzac

27Également porté sur la carte au 1/50. 000e en 754. 500-672. 500, au sommet d’une colline isolée, 2 km au nord de Cubulco. Una chapelle catholique a été construite sur une structure ancienne à demi rasée, qui était peut-être la pyramide-temple... ? À l’est de celle-ci, on distingue une plate-forme allongée en très mauvais état. Les pentes au nord-ouest et au sud-est de ce petit groupe sont aménagées en terrasses et supportaient des habitations. Belejtzac rappelle beaucoup Pichec.

Xecam

28Le chemin sortant de Cubulco vers le nord et longeant la colline de Belejtzac arrive deux km plus loin à la colline de Xecam (753. 500-673. 400). Le sommet, très étroit, ne supporte que deux structures : un grand monticule complètement éventré, sur lequel gisent trois longues dalles de schiste provenant sans doute d’une tombe ; et une structure rectangulaire dominant la pente à l’ouest. Le site n’a pu être daté, mais il n’est probablement pas postclassique.

La Laguna

29A l’est du même chemin, 500 m avant d’arriver à Xecam (en 754. 200-673. 000), on aperçoit sur le plateau un monticule massif qui doit dépasser 8 m de hauteur, et plusieurs autres structures disposées sans ordre apparent, dont nous n’avons pas fait le relevé. Une récolte de surface rapide a donné un matériel entièrement préclassique.

Xolpapop

30Il y aurait un site – non reconnu – près de faldea Xolpapop, à 4 km au nord-ouest de Cubulco.

Xemés et Tres Cruces (Tzamaneb ?)

31Ces deux sites ont été reconnus dans la région montagneuse s’étendant au sud-ouest de Cubulco, sur les pentes du Cerro Balamguac qui culmine à plus de 2 400 m. Xemés est à mi-hauteur (1 800 m), à 6,5 km au sud-ouest du village de Cubulco, sur un élargissement de la ligne de crête bordée par les quebradas Xemés et Pala (coordonnées : 750. 700- 665. 600). Les structures anciennes, détruites par les cultures, ne se distinguent plus que par de faibles ondulations. Elles ont livré des poteries, dont cinq urnes funéraires conservées par le propriétaire du terrain ; ce sont des ollas rustiques contenant les os de plusieurs adultes et d’un enfant, non calcinés. Ces sépultures auraient été signalées par des dalles posées de chant ; les urnes, recouvertes d’une petite dalle et d’une rondelle d’argile, sont percées de trois trous dont un, allongé, représente la bouche du visage stylisé.

Fig. 109 – Pichec. a/ Plan d’après A.L. Smith (1955) mis à jour. b/ La pyramide-temple, face est.

32Xemés est un petit site postclassique qui n’avait apparemment pas de structure cérémonielle importante ; pourtant la pratique de l’enterrement en urne – il est vrai après crémation – était en principe réservée à l’élite dirigeante.

33Tres Cruces, qui n’est sans doute autre que le site de Tzamaneb, la première capitale des Rabinaleb avant leur occupation du bassin de Rabinal, a été décrit dans notre publication de 1982 (Cahiers 4 : 72-77). S’étendant, à 2 200 m d’altitude, sur la ligne de crête qui marque la limite des municipios de Cubulco et de Joyabaj, il comprend trois ensembles bien séparés dont deux présentent l’organisation traditionnelle, tandis que le troisième, central, comprenait sans doute un terrain de jeu de balle, à peine visible aujourd’hui.

34Un autre site, apparemment classique, nous a été signalé par R. Acuña plus au nord dans la vallée de Cakil, au pied du cerro Balamguac.

Conclusion

35Bien que très incomplète, cette reconnaissance dans la zone des bassins qui s’étendent entre le Chixoy et la Sierra de Chuacús permet de tirer quelques conclusions provisoires sur le peuplement préhispanique de cette région correspondant à la moitié ouest du département de Baja Verapaz.

36Ce peuplement est ancien comme le prouvent les sites de La Laguna, de Chiwiloy, et probablement de Xococ ; il est même possible que l’occupation de Chiwiloy remonte au Préclassique ancien, ce qui permettrait de le rapprocher d’El Portón, Sulín et Sakajút (ce dernier en Alta Verapaz) datés par Sedat, Sharer et Arnauld de cette période. Quelques sondages à Pakakjá mettraient sans doute au jour un niveau d’occupation préclassique : le territoire du bassin serait ainsi couvert grâce aux trois centres échelonnés du nord au sud. Tous les sites sont sur le plateau, en terrain découvert et à proximité de rivières permanentes.

37Moins important, le bassin de Cubulco n’aurait qu’un grand centre préclassique. La Laguna.

38Nous n’avons aucun renseignement sur l’occupation au Protoclassique-Classique ancien. Un bol polychrome de style Tzakol vu à Rabinal proviendrait de Cahyup, mais cette origine est douteuse.

39Pour le Classique tardif, Pakakjá serait le grand centre pokom du bassin de Rabinal et peut-être de toute la région ; aucun site en effet n’a été reconnu dans le bassin de Cubulco en dehors de Xecam, dont la datation est douteuse. Bien que Cahyup et Chuitinamit soient généralement considérés comme des sites pokom, nous n’avons aucune preuve qu’ils aient été occupés avant le Postclassique ; une caractéristique des sites pokom classiques est au contraire d’occuper des terrains plats, sans préoccupation défensive. Si donc les deux grands sites de Rabinal sont pokom, c’est qu’ils ont été fondés par des Pokomam déjà assimilés qui auraient adopté les techniques architecturales des envahisseurs quiché.

40L’occupation la plus dense des deux bassins, ou plus précisément des hauteurs environnantes, date en effet du Postclassique. Dans un premier temps les Rabinaleb auraient installé leur capitale dans la montagne, à Tzamaneb ; dans un deuxième temps, au Protohistorique, ils en seraient descendus pour occuper les riches bassins. Les trois grands centres de Cahyup, Chuitinamit et Chilu 1 constituent, avec les petits centres perchés tels que Pichec, Xe-Camba (non reconnu, sur une colline à l’est de Rabinal), un réseau de contrôle du bassin de Rabinal parfaitement organisé. Dans le bassin de Cubulco, moins étendu que celui de Rabinal et n’offrant pas comme lui un débouché facile vers le nord, en dehors des petits centres perchés de Belejtzac et Moxpan, aucun centre comparable à ceux de Rabinal ne nous a été signalé. Il y a donc des raisons de penser que la domination du binôme Cahyup-Chuitinamit s’étendait jusque-là, englobant peut-être encore Tzamaneb, qui n’aurait pas été complètement abandonné, avant-poste isolé dans la région de relief tourmenté séparant le bassin de Cubulco de celui de San Andrés Sajcabajá.

41Il est frappant de constater que, dans ce dernier bassin, le centre régional, que Fox considère comme un site Acropolis fondé par les Agaab et correspondant à l’ancienne Zahkabah (1978 : 231), est constitué de deux sites voisins, Patzac et Los Cimientos-Chustum, dont l’un seulement, Patzac, est doté de deux jeux de balle alors que Los Cimientos n’en a aucun. Le parallélisme avec le binôme Chuitinamit – Cahyup est frappant ; il se retrouve dans l’existence d’un bassin annexe, Canillá, dépendant sans doute de Sajcabajá de même que Cubulco dépendait de Rabinal.

Table des illustrations

Légende Fig. 105 – Carte générale des sites de la région de Rabinal et Cubulco.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7157/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 106 – Chiwiloy. a/ Plan (les murets sont modernes). b/ Le monticule principal.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7157/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 107 – Pakakja. a/ Plan d’ensemble d’après un croquis. b/ Vue aérienne. c/ Le monticule principal.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7157/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende fig. 108 – Plan des trois ensembles de Chilu.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7157/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 108 – Plan des trois ensembles de Chilu.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7157/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 109 – Pichec. a/ Plan d’après A.L. Smith (1955) mis à jour. b/ La pyramide-temple, face est.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7157/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search