Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 6 : La Vallée moyenne du Rio Chixoy (Guatemala)

 | 
Alain Ichon
, 
Denise Douzant-Rosenfeld
, 
Pierre Usselmann

Conclusion générale

Texte intégral

1Au terme de cette étude, le peuplement de la vallée moyenne du Chixoy dans les limites de la zone de retenue du barrage, nous apparaît comme une évolution relativement régulière et continue, qui se manifeste surtout par une courbe démographique ascendante (à long terme s’entend) et par une complexité croissante de l’organisation sociale, politique et religieuse de la population.

2Sans doute cette évolution présente-t-elle des caractéristiques particulières dues essentiellement à deux faits : les conditions écologiques de ce fond de vallée encaissée, contrastant fortement avec celles des bassins méridionaux et des montagnes qui la surplombent au nord ; et une situation marginale, par rapport à l’aire culturelle définie comme “Hautes Terres centrales”, de cette partie du grand fleuve coulant d’ouest en est au pied du massif des Cuchumatanes.

3Le premier de ces facteurs imposait une grande uniformité dans l’implantation des groupes humains (les terrasses favorables sont en nombre limité), dans leur adaptation à un milieu contraignant, dans leurs relations enfin avec l’“extérieur”, c’est-à-dire, selon notre hypothèse, avec les grands centres des bassins de Rabinal et de Cubulco, incomparablement plus développés dès le Préclassique moyen. Beaucoup plus qu’une voie de communication, la vallée du Chixoy, comme le soulignent les géographes, doit être considérée comme une coupure, difficile à franchir dans le sens sud-nord (si ce n’est en suivant les affluents), mais aussi difficile à longer en raison du caractère torrentueux du fleuve, de son étroitesse et de la raideur des pentes. Ceci explique la relative hétérogénéité de nos centres classiques, qui se reflète par exemple dans leur organisation, dans leurs pratiques funéraires, et les changements perceptibles dans leurs complexes céramiques si l’on compare les sites de l’amont et de l’aval.

4Le second facteur – marginalité – fait qu’au cours de près de deux millénaires, jusqu’au Postclassique, la vallée, sans être vraiment coupée des grands mouvements qui marquent l’histoire des Hautes Terres, semble les subir sous une forme amortie. La vallée du Chixoy constitue d’abord, à l’aube de son occupation, la limite septentrionale du peuplement préclassique (puisque jusqu’ici aucun site datant de cette période n’a été découvert dans les Cuchumatanes). Elle semble, au Protoclassique-Classique ancien, presque absente des spectaculaires transformations qui affectent les grand sites (La Lagunita…) au pied de la Sierra de Chuacús. Au cours du Classique, le Chixoy nous apparaît moins comme une marge, une frontière, que comme le prolongement vers le nord d’une zone de transition entre deux sous-aires culturelles, la Verapaz à l’est, le Quiché à l’ouest (zone de transition qui correspond à peu près à l’actuelle frontière administrative entre les deux départements). Enfin au Postclassique la disposition des sites de la vallée évoque l’existence de deux frontières, l’une face aux Pokomam vers l’est (le site défensif de Pueblo Viejo-Chixoy) et aussi vers le nord (la chaîne continue de centres le long du fleuve jusqu’à Chimul) ; la seconde vers l’ouest, puisque le vide qui s’étend en amont de Chimul reflète encore dans une certaine mesure la persistance de la frontière classique entre les deux sous-aires culturelles.

5On peut en résumé distinguer dans cette évolution trois phases assez nettes.

6Durant la première, au Préclassique, le peuplement de la vallée se réalise dans le cadre très ample des Hautes Terres méridionales et centrales ; les complexes céramiques (données de base quand il s’agit de sites très anciens) se rattachent d’abord à la sphère Conchas qui s’étend jusqu’à la côte Pacifique, puis à la sphère Miradores (du Salvador à Kaminal Juyú), bien que nettement “à la périphérie de cette sphère” (Viel, op. cit.) . Une certaine évolution sociale est déjà notable du Préclassique moyen au Préclassique tardif, avec l’apparition, sinon de véritables centres cérémoniels, du moins de structures religieuses et funéraires relativement élaborées. La période du Protoclassique-Classique ancien, fort peu représentée ici, marque le passage de la première à la deuxième phase.

7Celle-ci, qui couvre le Classique tardif et terminal et correspond sans doute à la véritable occupation pokom de la vallée, est une période d’apogée : multiplication des sites (de 15 à 30), développement de véritables petits centres cérémoniels, apparition d’un centre d’importance régionale, Los Encuentros. Les données archéologiques révèlent une organisation socio-politique de plus en plus hiérarchisée. La vallée du Chixoy semble ainsi mieux intégrée à l’aire culturelle de la Baja Verapaz qui a commencé à se distinguer de la région voisine du Quiché à partir du Protoclassique. Mais elle est encore une fois en limite de ces deux régions, présentant des traits de l’une et l’autre.

8Vers la fin du Classique apparaissent les signes précurseurs du grand bouleversement postclassique : le “phénomène épiclassique” affectera surtout le domaine religieux-funéraire, en le perturbant si profondément qu’il faut bien admettre une très forte pression extérieure, sinon, comme je l’ai fait, la réalité physique d’une intrusion qui semble d’ailleurs appuyée par les données ethnohistoriques les plus anciennes.

9La troisième phase, postclassique et protohistorique, commence par un véritable hiatus – le premier dans l’histoire du peuplement de la vallée. Les documents ethnohistoriques confirment ici les observations archéologiques et permettent de les interpréter comme résultant des migrations de groupes quiché vers les Hautes Terres maya. L’un de ces groupes, les Agaab, aurait alors occupé la vallée en repoussant vers l’est ou en assimilant les occupants antérieurs de langue pokom. Le grand centre de Cauinal, le premier de cette importance à être construit sur le Chixoy, est comparable aux deux centres majeurs du bassin de Rabinal ; si la vallée est maintenant bien intégrée à la région qui sera plus tard la Baja Verapaz, c’est que son importance est reconnue pour la défense des frontières de l’Etat. En même temps, comme nous l’avons vu, cette région maintient, par rapport au Quiché central, une certaine spécificité, due peut-être à son caractère de “marche” de l’Etat quiché, ou aux éléments de la culture pokom qu’elle a dû assimiler.

10Dans cette reconstitution du peuplement de la vallée, on nous reprochera peut-être d’avoir fait la part trop belle aux hypothèses d’intrusions et de migrations, sans pour autant préciser de façon satisfaisante (je l’ai tenté cependant pour l’Epiclassique) les modalités de ces mouvements de populations, comment et dans quelle mesure elles ont pu influencer l’ordre existant, sur quels éléments enfin peut se baser l’archéologue pour essayer de reconstituer le déroulement de ces phénomènes et d’évaluer leur impact. Ce n’est d’aucune façon vouloir nier l’importance, le caractère d’ailleurs inéluctable et permanent, d’une évolution locale sous l’action d’influences internes et externes qui ont dû se faire sentir sur le Chixoy comme partout ailleurs. Mais cette explication m’est apparue insuffisante pour rendre compte de certains évènements spectaculaires, comme l’apparition (si limitée qu’elle ait été) des sépultures protoclassiques, ou le viol systématique des tombes à l’Epiclassique. Par ailleurs, tout semble prouver que cette partie de la vallée était vide d’habitants au Préclassique ancien et l’est restée jusque vers le IXe siècle av. J.C. ; d’autre part, même en l’absence de tout document ethnohistorique, les changements radicaux intervenus à partir du XIIe siècle sont difficilement attribuables à de simples influences extérieures. Entre ces deux limites – Ville siècle av. J.C., XIIe siècle ap. J.C. – le caractère général de continuité que j’ai souligné dès le début marque bien l’importance attribuée dans ce travail à l’évolution interne des petits groupes humains du Chixoy.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search