Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 6 : La Vallée moyenne du Rio Chixoy (Guatemala)

 | 
Alain Ichon
, 
Denise Douzant-Rosenfeld
, 
Pierre Usselmann

2ème partie. Le Peuplement préhispanique

Chapitre V. Le Postclassique

Texte intégral

1Après la transition épiclassique, on assiste dans la vallée moyenne du Chixoy à un changement complet, tel qu’on n’a pu en constater durant les quelque 17 siècles d’occupation antérieure. Ce bouleversement est moins quantitatif (dans la mesure où beaucoup de sites classiques sont abandonnés au profit des nouveaux, il n’y aurait pas eu d’augmentation démographique importante) que qualitatif, impliquant une évolution radicale, aussi bien dans la structure du peuplement que dans l’architecture, la céramique et en fait tout le système politico-religieux tel qu’on peut le reconstituer à partir de ses manifestations matérielles.

2Si nous admettons la datation de 900 à 1100 pour l’Epiclassique, il faut assigner au Postclassique une période allant de 1100 à la conquête espagnole. Los Cimientos-Chustum, dans le bassin de San Andrés Sajcabajá, serait d’après Fox l’un des premiers centres fortifiés du Postclassique ancien dits “Acropolis”¹ ; ce site est daté par C-14 de 1150 ap. J.C. Dans la vallée du Chixoy, où le centre majeur de cette période est Cauinal, les datations absolues sont en général peu satisfaisantes ; néanmoins deux analyses d’une poutre provenant du temple ancien de la grande pyramide ont donné 960 ± 60 (GIF-5203), date non corrigée et apparemment trop ancienne, et 1190 ± 115 ap. J.C. (GX-8843, après correction C-13), qui peut être considérée comme plus fiable. Nous avons d’autre part deux datations de la phase d’occupation tardive du même site : 1550 ± 60 (GIF-4919) pour l’autel central de la grande place, et 1570 ± 60 (GIF-5808) pour une urne à crémation. Si donc la construction de Cauinal marque bien le début du Postclassique, cette période s’étendrait de 1190 à 1570, un peu au-delà de la conquête, et les deux phases d’occupation successives de Cauinal seraient datées d’environ 1200 à 1350 pour la première  – le Postclassique proprement dit – et de 1350 à 1550 pour la deuxième, que nous appelons Protohistorique en tenant compte du fait que les premiers documents écrits permettent de remonter jusqu’à cette période (et même jusqu’à 1200 selon Fox).

3L’organisation du peuplement de la vallée au Postclassique peut être décrite schématiquement de la façon suivante : un grand centre civico-religieux, Cauinal, et un chapelet d’une quinzaine de sites secondaires dotés d’un (parfois de plusieurs) petit centre cérémoniel, s’étendant en amont de Cauinal jusqu’à Chimul – donc bien au-delà de la zone de retenue du barrage – sur environ 30 km le long du fleuve ; en aval de Cauinal, un dernier centre, Pueblo Viejo-Chixoy, au confluent du rio Carchelá. Dans tous les sites fouillés, on a pu constater l’existence de deux phases de construction correspondant à celles de Cauinal. Il semble donc qu’il n’y eut pas de changement important dans le peuplement de la vallée entre le Postclassique et le Protohistorique et que le réseau décrit ci-dessus s’est mis en place dès le début du Postclassique, vers 1150-1200 ap. J.C.

Les sites postclassiques

4Ils seront décrits brièvement, de Cauinal vers l’amont, puis vers l’aval : Cauinal (et ses sites annexes). Plan de Tierra Negra, Chicruz, El Jocote, Pasinaj, Chitomax 2, Chicuxtin, la Capilla de Chirramos, Patuy, El Cebollal, La Garrucha, El Tapial, Guajilote, Chimul ; Pueblo Viejo-Chixoy, en aval ; Chilu 2 (douteux) et San Juan las Vegas, sur le rio Chicruz.

TABLEAU 15 Datation C-14 des sites classiques et postclassiques.

TABLEAU 15 Datation C-14 des sites classiques et postclassiques.

Cauinal

5Ce site, reconnu et identifié pour la première fois par J.W. Fox², est situé sur un affluent du Chixoy, le rio Calá (ou Blanco) ; il a fait l’objet d’une publication détaillée (Ichon et al 1980). Des fouilles ultérieures ont apporté quelques données supplémentaires sur l’un des ensembles d’habitation, A’, et sur les sites des sommets, El Talpetate et Mocotorro (M.F. Fauvet-Berthelot 1986 et Cahiers No. 2 : 15-37 ; No. 3 : 102- 144). On ne s’étendra ici que sur les données encore inédites.

6Le centre de Cauinal proprement dit comprend quatre ensembles cérémoniels d’inégale importance, chacun avec sa zone d’habitation en dépendant, répartis deux sur la rive gauche, deux sur la rive droite du rio Calá. Cette répartition spatiale revêt une grande importance pour l’interprétation de l’organisation socio-politique de Cauinal.

7L’ensemble principal A est de plan polygonal ; la grande pyramide, haute de 10 m et supportant deux temples jumeaux, occupe, avec un petit autel rectangulaire, le centre de la place, entouré par une douzaine de constructions, la plupart cérémonielles (maisons longues, maisons du conseil...), d’autres résidentielles, d’autres enfin apparemment destinées à assurer la fermeture presque complète de l’ensemble.

8Les trois autres ensembles, B, C-sud et C-nord, construits sur un modèle plus simple, comprennent essentiellement une pyramide supportant un temple unique, une maison longue et une maison du conseil plus petite. L’unique terrain de jeu de balle en I, à zones terminales, occupe une position intermédiaire entre les groupes A et B.

9A chacun des quatre ensembles est associé un groupe de plates-formes d’habitation A’, B’, C’, dont l’importance est proportionnelle à celle de l’ensemble cérémoniel dont il dépend. Parallèlement, un ou plusieurs cimetières, situés sur les pentes abruptes dominant le rio Calá, devaient être affectés à chacun des ensembles. Nous avons relevé une quinzaine de ces cimetières, soit au total environ 500 sépultures, nombre qui ne correspond évidemment pas à la population de Cauinal, estimée à plus de 3. 000 individus.

10Nous avons appelé le Grand Cauinal l’ensemble des sites annexes considérés comme dépendant directement du Centre de Cauinal. Ils comprennent :

Fig. 77 Plan du site d’El Talpetate (voir p. 152, Fig. 77b)

Fig. 73 – Carte de l’occupation postclassique dans la vallée du Chixoy et les régions voisines.

Fig. 74 – Le centre de Cauinal : plan.

111 / des centres cérémoniels secondaires, comparables aux ensembles B, C-nord et C-sud, c’est-à-dire composés de la triade : pyramide-temple, maison longue, maison du conseil, plus des plates-formes d’habitation. Les dimensions des structures cérémonielles sont toutefois moindres que dans les groupes centraux. Ces sites sont au nombre de quatre : les groupes D (en amont) et E, Plan de Tierra Negra et Chicruz, entre Cauinal et le confluent du Calá avec le Chixoy. On peut y ajouter le dernier site en amont, Casa de Cundo, qui présente comme l’ébauche d’un centre cérémoniel “miniature”, avec une petite pyramide carrée haute de 1,50 m, non stuquée, un autel et une plate-forme trop allongée pour être une simple habitation (cf. AS-2 : fig. 3, 159, 163, 164, et pour Chicruz AS 5 : 149-157). Il faut noter que Chicruz a été occupé de façon continue depuis le Préclassique ; il n’y a aucune trace d’occupation antérieure au Postclassique dans les autres sites du Grand Cauinal, à l’exception de l’ensemble C-sud, où l’on a mis au jour un niveau préclassique et une sépulture classique tardive (voir supra). L’intérêt principal du petit centre de Chicruz réside dans les spectaculaires superpositions révélées par la fouille de sa structure principale : sépulture protoclassique, monticule funéraire classique tardif contenant deux cistes, enfin petite pyramide-temple stuquée à quatre escaliers, qui est venue coiffer l’ensemble au Postclassique. La statue de jaguar en ronde bosse, stuquée, occupant la place de l’autel au pied de l’escalier principal, a déjà été illustrée à plusieurs reprises (AS-2 : fig. 175, 176 ; AS-5 : fig. 142).

Fig. 74 – Le centre de Cauinal : vue aérienne.

122/ des ensembles d’habitation uniquement composés de plates-formes basses – de 10 à 15 – apparemment sans structure spécialisée. Ces ensembles s’échelonnent sur les deux rives du rio Calá en amont et en aval du Centre. Ils sont au nombre de six : El Anonal, Chataya, Casa de Juan, groupes G, H et F de Cauinal (AS-2 : fig. 159-162 et 168, 170, 171).

133/ les sites perchés occupent des positions stratégiques sur les hauteurs dominant Cauinal à l’ouest et surveillant, vers le sud la vallée du Chixoy, vers le nord les pentes du massif de Chimiagua. Ces sites, Mocotorro, Pasulup et El Talpetate, comprennent en majorité des plates-formes d’habitation, mais aussi quelques structures “spécialisées”, parfois différentes de celles du Centre de Cauinal.

14Le site de Pasulup, très détruit par les cultures, n’a été ni fouillé, ni cartographié. Il devait comprendre au moins dix plates-formes, dont une plus importante avec des vestiges d’une superstructure en pierre.

15El Talpetate a été étudié par M.F. Fauvet-Berthelot. Elle y a relevé 147 structures réparties en cinq groupes principaux sur une distance de près d’un km. La plupart sont de simples plates-formes d’habitation, certaines excessivement petites (pouvant abriter un homme seul selon l’auteur) mais supportant néanmoins une superstructure de pierre, d’autres au contraire trop longues pour être de simples habitations et interprétées comme “communautaires” (dortoirs, maisons du conseil ?). En outre, El Talpetate comprend 11 structures de forme ovale classées en trois catégories : une seule de ces structures est un mur de pierre haut de plus d’un mètre, en fer à cheval, de 4 m de diamètre (ce pourrait être un grenier) : cinq structures ovales, plus petites (3m), en superstructure, qui sont probablement des autels, ou plutôt des oratoires à l’intérieur desquels on pouvait pénétrer pour les besoins du culte : enfin quelques structures ovales plus petites (2,50 m), plates-formes ou simples murs en superstructures qui seraient également des autels.

16Les caractéristiques originales d’El Talpetate, qui diffère à bien des égards des autres ensembles d’habitation de Cauinal tant par son organisation spatiale que par la diversité de ses constructions, ne peuvent toutes s’expliquer par sa fonction probable de poste d’observation et d’alerte au profit de Cauinal. La couche archéologique est malheureusement quasi inexistante sur ce plateau érodé, et le matériel trop pauvre ne donne guère d’indications sur les activités de ses habitants. M.F. Fauvet-Berthelot évalue à quelque 500 personnes la population d’El Talpetate ; ce chiffre n’est pas ce qu’il y a de moins étonnant étant donné l’aridité du lieu et l’éloignement des points d’eau.

17Mocotorro, également fouillé par M.F. Fauvet-Berthelot, fait l’objet de l’annexe 1 de la présente publication. 31 structures ont été relevées, sur des terrasses étagées. Mocotorro diffère d’El Talpetate par la présence d’un petit ensemble cérémoniel B, à rapprocher des ensembles D et E de Cauinal : une pyramide de 2,50 m de hauteur, stuquée, dotée d’un seul escalier, une maison du conseil également stuquée au nord ; au sud une plate-forme basse, et au centre de la place ainsi dessinée, un petit autel carré. On relève aussi à Mocotorro deux petits structures ovales analogues à celles d’El Talpetate, type qui n’existe pas dans le centre Cauinal.

184/ Enfin on peut rattacher à Cauinal le petit site de Cerro Verde (placé par erreur sur la rive sud du Chixoy à l’emplacement de Pasinaj dans notre publication de 1980 : fig. 3). Construit sur un piton dénudé dans une boucle du Chixoy à 2 km à vol d’oiseau du Centre de Cauinal, c’est une petite plateforme carrée entourée d’un mur circulaire. Ce type de structure arrondie rappelle les autels ronds dédiés au culte d’Ehecatl-Quetzalcoatl et appelés mumus, chimumus (du nahuatl momostle) ; un bon exemple en est la pyramide ronde Mumuz dominant le site de Cahyup, près de Rabinal, décrite par A.L. Smith³ ; mais le dispositif est ici inversé, la structure ronde étant au centre d’une enceinte carrée. Peut-être les structures ovales décrites ci-dessus (à Mocotorro, El Talpetate), que l’on ne trouve que dans les sites perchés, étaient-elles elles aussi dédiées au culte de Quetzalcoatl. Un site comme Cerro Verde peut aussi être rapproché des lieux de culte des Quiché situés sur les hauteurs, où ils célébraient la cérémonie de l’aube, sakiribal, dont l’importance a été signalée par Carmack⁴.

Fig. 75 – Carte de Cauinal et de ses annexes.

Fig. 76 – La structure principale de Chicruz : reconstitution d’Adán Aguilar montrant les superpositions du Protoclassique au Postclassique et l’autel en forme de jaguar.

Fig. 77 – Le site d’El Talpetate. a/ Plan. b/ Deux exemples de structures rondes.

19Cauinal est en résumé un grand centre, le premier grand centre construit dans la vallée du Chixoy depuis le début de son occupation : avec ses annexes, il devait regrouper 4 à 5.000 habitants. Situé sur une ligne de communication sud-nord constituée par les vallées des rios Calá et Chicruz permettant d’éviter la grande boucle du Chixoy et de rejoindre le fleuve en aval, il compense les inconvénients de sa situation en fond de vallée par un réseau de sites perchés constituant autant de postes d’observation, avec lesquels il est en liaison à vue. L’accès par la vallée du Calá est gardé par un échelon de petits hameaux, non défensifs, dont le plus avancé, Casa de Cundo, a aussi un caractère cérémoniel, comme pour aviser l’arrivant qu’il pénètre dans un domaine réservé à caractère hautement religieux. L’organisation du Centre de Cauinal révèle celle de la société qui l’occupait, avec ses lignages majeurs – les quatre ensembles principaux – et ses lignages mineurs plus excentriques au nord et surtout au sud vers le confluent du Chixoy.

El Jocote

20Ce site, construit dès le Préclassique non loin du confluent des rios Chicruz et Calá avec le Chixoy, présente, comme celui de Chicruz, la particularité de n’avoir pas été abandonné à la fin du Classique : le centre cérémoniel postclassique est venu coiffer le centre classique, sans vraiment l’intégrer puisque la construction de la pyramide-temple a nécessité la destruction partielle de la principale structure classique, A-5 (AS-3 : 107-110). On note de plus un certain hiatus entre la fin du Classique et le début de l’occupation postclassique, ce qui pourrait indiquer un court abandon de la vallée après l’Epiclassique, correspondant peut-être à la phase “Acropolis” de Fox : les nouveaux centres auraient alors évité les fonds de vallée pour des raisons défensives.

Fig. 78 – Le centre cérémoniel d’El Jocote.

Fig. 79 – El Jocote : marqueur du jeu de balle et boulet en forme de tête de mort au pied de la pyramide-temple postclassique.

21Le centre postclassique d’El Jocote comprend la triade habituelle : une pyramide à quatre escaliers présentant deux phases de construction, qui supporte un temple unique ; une maison longue dont le bâtiment principal en dur est flanqué d’une pièce annexe, avec banquette en L, dont les murs étaient de matériaux périssables ; enfin la maison du conseil correspondrait à la structure A-4, stuquée, qui fait face à la précédente sur la face ouest de la place. Celle-ci est fermée au nord par une plate-forme basse qui a été agrandie latéralement à l’Epiclassique, puis utilisée au Postclassique, comme le prouvent les urnes à crémation enterrées au pied du mur.

22On a mis au jour au centre exact de la place deux sépultures d’adultes à même le sol (peut-être épiclassiques ?) et une jarre finement décorée en zones rouges et blanches limitées par une incision, qui contenait un squelette d’adulte non incinéré (ibid. : 54 et fig. 115).

23Le terrain de jeu de balle en I est situé à l’extérieur et près de l’angle sud-est de la place, adossé d’un côté à la colline. L’un des marqueurs a été mis au jour tout près de son emplacement normal ; c’est une sculpture de pierre volcanique à tenon, assez fruste, représentant une tête d’animal peu réaliste (ibid. : fig. 123). El Jocote a livré deux autres monuments de pierre : un galet sphérique travaillé par bouchardage pour représenter une tête de mort, qui était encastré dans un socle de stuc au pied de l’escalier de la pyramide (un dispositif analogue existait au pied de la maison longue, mais seul le support a été découvert) ; et un autel monolithique ovale de pierre calcaire, qui avait été déplacé et brisé mais qui devait être associé à la pyramide (ibid. : 68 et fig. 122). La forme ovale est à rapprocher de celle des autels mis au jour au pied des pyramides de Cauinal et dans les sites perchés comme El Talpetate et Mocotorro.

24En dehors du centre cérémoniel, la présence postclassique est notable dans tous les ensembles d’habitation, à l’exception du groupe F (Vega de Ixquel). Le pourcentage des tessons prouve toutefois que cette occupation était à peu près deux fois moins forte qu’au Classique tardif (34 % contre 64 %). L’existence de cimetières situés, comme à Cauinal, sur les pentes sablonneuses dominant le site, a d’autre part été confirmée ; deux cimetières ont été localisés au-dessus d’El Jocote, sans que le nombre de sépultures puisse être précisé ; il y en a certainement d’autres.

25Le centre postclassique d’El Jocote, bien que de dimensions modestes, est important par sa situation à proximité de Cauinal, dont le Centre se trouve à moins d’une demi-heure de marche en utilisant le col entre Mocotorro et Pasulup ; et peut-être aussi par son rôle de “chef de file” des centres situés plus en amont et qui, eux, n’ont pas de jeu de balle ; le terrain le plus proche se trouve en effet à Guajilote, 20 km en amont.

Pasinaj

26Ce petit centre cérémoniel comprend les trois structures habituelles ; il se trouve à un peu plus de 2 km en amont d’El Jocote, sur la rive droite du Chixoy, occupant une petite terrasse aménagée par des murs de contention. La structure principale, faite de dalles de schiste, stuquée, ne dépasse pas 1,40 m de hauteur. La maison longue, qui fait face à la pyramide, mesure 17,50 m de longueur. La str. 3 serait la maison du conseil. En fort mauvais état, le site n’a pas été fouillé.

27Chitomax 2 est à 4 km en amont de Pasinaj, sur la rive opposée du fleuve, en face de Chitomax 1. Il est remarquable qu’aucun matériel postclassique n’ait été mis au jour sur ce dernier site, qui fut donc non seulement abandonné, mais apparemment “interdit” à la fin du Classique tardif.

28Les structures de Chitomax 2 n’ont été que très partiellement dégagées (AS-5 ; 135). Il faut noter la position centrale de la petite pyramide (str. 4), les dimensions imposantes de la maison longue (30 m) et l’existence de deux probables maisons du conseil, de dimensions voisines (13 m). L’orientation des structures vers le nord est approximative. Aucun matériel céramique n’a pu être récolté en surface.

Fig. 80 – a, b, c, d/ Plan des petits ensembles cérémoniels postclassiques : Pasinaj (a), Chicuxtin (b), La Capilla de Chirramos.

29Chicuxtin n’est qu’à 1 km de Chitomax 2 et sur la même rive, il est donc probable que les deux sites n’en faisaient qu’un au Postclassique. L’état de conservation désastreux des quatre structures relevées n’a pas permis de déterminer l’emplacement de la pyramide-temple, si elle existait ; l’une d’elles présentait une banquette stuquée. La str. 3, longue de 26,70 m, est certainement la maison longue. Il n’y a pas de jeu de balle.

30Le site de Chiventur, à seulement 1 km du précédent, lui aussi très détruit par les cultures, ne semble pas avoir comporté de structures importantes. Difficile à dater faute de tessons caractéristiques, nous l’avons néanmoins considéré comme postclassique en raison de l’abondance et du type du matériel lithique trouvé en surface, matériel qui comprend en particulier des pointes de flèche en obsidienne inconnues au Classique.

31La Capilla de Chirramos, à 4 km en amont de Chicuxtin, est un centre cérémoniel comprenant deux groupes nettement séparés sur la rive gauche du Chixoy et un peu en aval du site classique de Chirramos (ce dernier est sur la rive opposée). Le groupe A, occupant l’extrémité d’une vaste terrasse qui domine directement le fleuve, est formé de trois structures cérémonielles disposées en U : la pyramide-temple, haute de 2,50 m, dotée d’un escalier double à rampe centrale, a été utilisée pour asseoir une chapelle catholique, désaffectée depuis vingt ans. La maison longue et la maison du conseil, cette dernière un peu plus courte (16,30 m contre 22,20 m) se font face. Les trois structures sont stuquées et des traces de super position sont visibles sur l’une d’elles.

32Le groupe B été construit une cinquantaine de mètres plus haut, de l’autre côté de la quebrada Chirramos et directement au-dessus de l’aldea moderne. Il comprend trois structures entourant une place d’une trentaine de mètres de largeur : deux plates-formes basses, allongées au nord et au sud, et sur la face est une petite “pyramide” à deux escaliers ne dépassant pas 1,60 m de hauteur. La construction, de pierre taillée, est assez soignée ; nous n’avons pas vu de stuc.

Fig. 80 – c, d/ La Capilla de Chirramos.

33En remontant encore le fleuve sur 4 km, nous avons localisé Patuy par déduction en tenant compte de la distance exagérée, dans l’hypothèse d’une chaîne continue, séparant la Capilla de Chirramos du site d’El Cebollal (8 km). Patuy se trouve effectivement à mi-distance de ces deux sites, sur la rive gauche du Chixoy, au confluent de la quebrada Patuy (ou Chitac). Le petit centre cérémoniel (groupe A) de trois structures a été construit sur la partie plane d’une butte d’une cinquantaine de mètres de hauteur aux parois abruptes, dont la partie ouest, en terrasses étagées, pouvait encore supporter, jusqu’au rebord de la falaise, une demi-douzaine de plates-formes d’habitation. Les principales zones résidentielles se trouvent toutefois plus au nord en bordure de la quebrada, et en face du site sur la rive opposée du fleuve.

34Deux des structures du groupe A, “pyramide” et “maison longue”, hautes d’environ 1,60 m, étaient soigneusement construites de dalles et stuquées, avec des escaliers à rampes dont la partie supérieure, sans doute verticale, a disparu.

  • 1 A l’exception du groupe G de Pueblo Viejo-Chixoy.

35Fait unique dans la vallée1, l’emplacement du centre civico-religieux de Patuy a visiblement été choisi en tenant compte des possibilités de défense fournies par le relief naturel.

36El Cebollal se trouve au confluent du rio Chibalam avec le Chixoy, à un peu plus de 2 km en amont de Patuy ; c’est aussi la limite de la zone de retenue du barrage et le site archéologique, non plus d’ailleurs que Chirramos et Patuy, n’a pas été noyé.

37Le centre cérémoniel occupe en partie une terrasse bien dégagée sur la rive droite du Chixoy. La place, de plan rectangulaire, orientée nord-sud, est bordée à l’est par la maison longue, de dimensions modestes (19 m) ; à l’ouest par la pyramide-temple haute de 3 m, en très mauvais état. Cette structure est la seule construite dans le style de la phase 1 de Cauinal, c’est-à-dire avec un seul corps vertical doté d’une corniche en légère saillie à mi-hauteur. Il y avait vers la place un escalier à rampes en talud-tablero, et peut-être aussi deux escaliers latéraux, aujourd’hui détruits. L’escalier principal est divisé en deux par une rampe centrale qui ne commence qu’à mi-hauteur (à la sixième marche) et devait se terminer en talud-tablero comme les rampes latérales. Cette architecture très particulière suggère que la pyramide date du début du Postclassique et n’a pas été surélevée par la suite comme c’est le cas dans les autres sites ; seule cependant une fouille complète pourrait le confirmer.

38Nous avons cherché en vain les traces de la maison du conseil qui devrait fermer l’un des côtés de la place. L’orientation générale des deux structures est voisine de 15° à l’ouest du nord magnétique. Les habitations s’étendaient sur la terrasse inférieure et sur l’autre rive du rio Chibalam.

39Le site d’El Cebollal est connu par les trafiquants de pièces archéologiques, mais il s’agit certainement d’un site classique situé plus loin du fleuve et qu’une reconnaissance rapide ne nous a pas permis de découvrir.

40Nous sommes désormais en dehors des limites de la zone de retenue. A un peu moins de 2 km en amont d’El Cebollal, les deux petits ensembles de La Garrucha pourraient être considérés comme faisant partie d’un même site, peut-être dépendant d’El Cebollal. Le premier comprend trois structures, dont la pyramide-temple, adossée à la colline, et deux plates-formes basses d’une quinzaine de mètres de longueur se faisant face. Le deuxième groupe communique avec le précédent par un escalier ; il n’y a pas de pyramide visible mais seulement deux plates-formes basses, allongées, et une maison longue plus élaborée, avec un escalier à rampes.

41En amont de La Garrucha, le Chixoy redevient très encaissé et il n’est pas certain que quelques sites, d’importance mineure, ne nous aient pas échappé. Le premier centre important, El Tapial, est à un peu plus de 2 km de La Garrucha.

42El Tapial est pittoresquement situé sur une terrasse en demi-cercle dominée de tous côtés par des reliefs impressionnants. Bien que peu étendue – moins de 300 m – cette terrasse supportait, outre l’ensemble cérémoniel central, une quantité surprenante de plates-formes d’habitation : nous en avons relevé plus de cent, qui ne sont pas toutes reportées sur le plan de J. Goust, en particulier celles situées au pied des pentes.

43L’ensemble cérémoniel est entouré sur trois côtés (le quatrième donne sur le fleuve) d’un mur polygonal qui l’isole des ensembles d’habitation. Les structures, orientées nord-ouest-sud-est, dessinent une place rectangulaire bien tracée, limitée à l’est et à l’ouest par deux pyramides-temple qui se font face, au sud et au nord par deux maisons longues supportant, l’une une unique superstructure de pierre longue de 29 m, l’autre deux bâtiments de dimensions voisines. Seule la pyramide A-1 est bien conservée : haute de 5 m, elle avait un escalier à rampes en talud-tablero sur chaque face et supportait un temple de maçonnerie d’environ 3 x 7 m, donnant sur la place par trois ouvertures délimitées par deux piliers. Dans la pyramide A-3, les fouilles clandestines ont mis au jour le temple de la pyramide primitive, de 2 m de hauteur, qui avait été recouvert durant la deuxième phase de construction ; l’intérieur était stuqué et peint en bleu. La pyramide définitive avait les mêmes caractéristiques mais des dimensions un peu moindres que la pyramide A-l.

44La maison longue A-2 est en excellent état : le mur sud, fait de dalles de schiste ou de calcaire, est conservé sur 1,80 m de hauteur. On a mis au jour les six piliers de l’entrée, révélant encore une fois la superposition de deux sols stuqués, sans déplacement des piliers. Dans l’angle sud-est du bâtiment, le sol tardif s’incurve pour former une cuvette peu profonde, elle aussi stuquée, de 1 m de diamètre : foyer rituel ? La str. A-2 était dotée de quatre escaliers à rampes vers la place et de deux escaliers latéraux. La str. A-4 est très semblable à la précédente, mais elle supporte deux bâtiments de pierre à trois ouvertures – deux piliers – et une banquette intérieure en U.

Fig. 81 – Le site de Patuy.

Fig. 82 – El Cebollal, au confluent du rio Chibalam avec le Chixoy.

Fig. 83 – Plan du site d’El Tapial.

45On a distingué dans les ensembles d’habitation trois groupes. Le premier, B, s’étend entre le rebord de la terrasse et un très long mur de contention (80 m) auquel s’accrochent plusieurs plates-formes perpendiculaires dessinant des patios. Cette disposition ouverte et régulière évoque un quartier “noble” probablement réservé à l’élite dirigeante. Les autres ensembles C et D sont très denses et épousent les formes du terrain. On note dans le groupe D un amoncellement de rochers calcaires provenant des éboulis, qui forment une sorte de grotte naturelle utilisée comme lieu de culte.

46L’existence d’un site aussi imposant et remarquablement organisé qu’El Tapial, dans un endroit aussi retiré, est d’autant plus étonnante que le franchissement du fleuve à cet endroit est dangereux et qu’il n’existe aucun chemin commode vers le nord ni vers le sud ; l’unique piste conduisant à El Tapial est elle-même vertigineuse. L’emplacement du site n’a aucune valeur stratégique : la visibilité est nulle et les terres cultivables très rares. La région est aujourd’hui complètement déserte.

Fig. 84 - El Tapial. a/ Vue prise de l’aval. b/ Temple de la pyramide A-3, 1ère phase.

47Guajilote, à 3 km en amont d’El Tapial, s’est au contraire installé sur un point de passage du Chixoy emprunté par le chemin allant d’El Cebollal à El Palmar au nord du fleuve. Guajilote est le nom d’une quebrada qui descend de l’impressionnant Cerro El Carrizal, au sud du Chixoy.

48Le site archéologique occupe trois terrasses naturelles sur la rive gauche (nord) à une vingtaine de mètres au-dessus du fleuve, formant ainsi trois ensembles nettement séparés : le groupe A est le centre cérémoniel proprement dit, le groupe B serait un ensemble résidentiel noble, le “palais” ; et le groupe C une zone d’habitation.

49L’ensemble A est constitué de cinq structures, orientées avec précision 30° à l’est du nord magnétique, qui délimitent une place rectangulaire dont le côté ouest est fermé par le grand terrain de jeu de balle. Celui-ci a des murs latéraux légèrement inclinés, hauts de 2 m, faits de grands blocs calcaires taillés. La pyramide-temple, sur la face nord de la place, est en cours de destruction ; elle présente deux particularités : la face nord, opposée à la place, s’élève en petits gradins verticaux ressemblant plutôt à des marches d’escalier ; par ailleurs, la substructure est à deux étages, avec une première plate-forme à laquelle on accède par un grand escalier à rampes, sur laquelle repose une deuxième substructure plus petite, dotée elle aussi d’un escalier et supportant le temple en pierre. Nous retrouvons ici la disposition de la grande pyramide de Cauinal, où les deux étages correspondent aux deux phases de construction (AS- 2 fig. 51), et surtout celle de plusieurs pyramides-temple des sites du bassin de Rabinal (Cahyup, Chuitinamit) où la plate-forme du premier étage est mieux marquée⁵. À Guajilote, les fouilles clandestines sur la face sud de la pyramide prouvent bien qu’il y eut deux phases de construction.

50La maison longue A-2 a trois escaliers donnant sur la place et deux escaliers latéraux ; la superstructure était en dur. Il y a enfin deux maisons du conseil (A-3 et A-4) dont les bâtiments étalent aussi en pierre.

51Il faut souligner le plan très orthogonal de cet ensemble A, exceptionnel dans les centres postclassiques, et le caractère massif des constructions.

52L’ensemble B est à une centaine de mètres du groupe A et un peu au-dessus. Il comprend une petite place rectangulaire (8 x 16 m) limitée au sud par une plate-forme allongée, à l’ouest par une plate-forme plus petite, et à l’est par la structure principale (B-1) qui ressemble à une maison du conseil, avec ses deux escaliers à rampes stuquées et sa superstructure en pierre. Sur la face nord de la place, la pente naturelle est maintenue par un mur de contention en gradins Le groupe se prolonge à l’est par plusieurs plates-formes basses formant deux patios.

53L’ensemble d’habitation C se trouve en contrebas et à l’est des précédents. Cette terrasse en légère pente, longue d’environ 200 m, est couverte d’un réseau de murs de contention qui délimitent des terrasses étagées, chacune supportant plusieurs plates-formes.

Fig. 85 – Le site de Guajilote.

Fig. 86 – Guajilote vu de la rive opposée.

54Le site de Guajilote était en cours de pillage quand nous l’avons reconnu ; son état désastreux n’a pu qu’empirer depuis. Il est difficile d’évaluer la population totale, qui devait être un peu inférieure à celle d’El Tapial. Il s’agit néanmoins d’un site important comme le prouvent son emplacement sur une voie relativement fréquentée, et le caractère monumental de son architecture.

55Chimul, à un peu plus de 2 km en amont de Guajilote, est mieux connu sous les noms locaux de La Capilla Vieja, Los Cimientos, Vega del Pino ou El Arenal. La frontière administrative entre les départements d’El Quiché et de Baja Verapaz traverse le site archéologique.

56Celui-ci occupe dans une boucle du Chixoy un ensemble de terrasses naturelles aménagées par des murets de contention et bordées au sud par la falaise verticale du Cerro El Carrizal. Il s’étage sur trois niveaux ;

57– à l’est la terrasse inférieure, à une dizaine de mètres au-dessus du rio, correspond à une zone d’habitation (le groupe D) bouleversée par les cultures ;

58– la terrasse intermédiaire, à l’ouest, supporte l’ensemble cérémoniel, divisé lui-même en deux ensembles A et B ;

59– la terrasse haute, dont la pente s’accentue jusqu’à la falaise, bien que parsemée de gros blocs d’éboulis, supporte-t-elle aussi de nombreuses plates-formes d’habitation (groupe C).

60La disposition du groupe cérémoniel A est inhabituelle : sur le terre-plein auquel on accédait à partir du groupe D par un grand escalier, deux pyramides-temple occupent la partie centrale, tandis que la maison longue est au sud, accotée à la pente, et la maison du conseil (str. A-6) au nord en bordure de la terrasse. On note en outre la présence de plusieurs plates-formes sur la face est, et l’emplacement du jeu de balle, dans l’angle sud-ouest de la place, à cheval sur l’ensemble cérémoniel et sur l’ensemble B qui est plutôt résidentiel.

61Les deux pyramides A-2 et A-3 sont voisines mais orientées l’une nord-sud, l’autre est-ouest. Cette dernière, très détruite, n’a pas été étudiée. La pyramide A-2 avait un escalier sur chaque face et une superstructure en dur. Au pied de l’escalier principal qui fait face au sud, donc à la maison longue, nous avons mis au jour une sculpture en ronde bosse faite, comme le Jaguar de Chicruz, d’une armature de petits blocs calcaires recouverts d’une couche de stuc. Cette sculpture, relativement bien conservée, représente de façon assez réaliste un personnage grandeur nature, assis sur le trottoir qui entoure la pyramide et s’appuyant, la poitrine offerte, sur les trois premières marches de l’escalier. Une grande partie du revêtement stuqué a disparu ; le seul détail encore visible est le collier formant bourrelet, avec une série d’éléments en pendentifs.

Fig. 87 – Le site de Chimul, le plus en amont dans la zone reconnue.

Fig. 88 – La pyramide-temple A-2 de Chimul et la statue stuquée au pied de l’escalier (la position du bras gauche est douteuse).

62Un détail analogue est visible sur deux des statues de stuc découvertes par A.L. Smith sur le site de Huil (1955 : fig. 20). Le bras droit, le seul conservé, est replié main à hauteur de la hanche. La statue de Chimul est à rapprocher des figures de stuc, malheureusement détruites, dont les vestiges ont été mis au jour à Cauinal au pied des structures A-5 et B-l (AS-2 : 135 et fig. 7). Sa position laisse supposer qu’elle pouvait jouer un rôle dans le rituel des sacrifices humains.

63La maison longue (str. A-l) a deux escaliers vers la place, deux petits escaliers latéraux, et deux escaliers réduits à trois marches sur la face sud. La construction est médiocre, utilisant aussi bien des dalles calcaires taillées que des galets bruts. Une fouille sauvage révèle qu’il y eut d’abord réfection de la plateforme stuquée – elle présente deux couches superposées – puis construction d’une deuxième plateforme surélevée de 30 cm.

64La str. A-6, probablement la maison du conseil, était de construction plus soignée, utilisant des dalles calcaires bien taillées. Sur la face sud, la seule conservée, le mur vertical est surmonté d’une corniche de 50 cm de largeur, faisant saillie de 9 cm. Il y a un escalier sortant, avec des rampes obliques et sans doute un tablero vertical qui a disparu. La base de la substructure est entourée d’un large trottoir. Il n’y a pas de superposition visible.

65Le terrain de jeu de balle, orienté sensiblement ouest-est, long d’une quarantaine de mètres, est en très mauvais état. La partie sud s’appuyait à la colline ; la partie nord est médiocrement construite de pierres non taillées et de rochers d’éboulis laissés in situ.

66L’ensemble B est formé de plates-formes basses limitant, avec la partie ouest du jeu de balle, une place dégagée, au centre de laquelle on a mis au jour une curieuse structure, à peu près ronde (2, 70 x 2, 90 m), faite de grands blocs calcaires dont la face plane est orientée vers l’intérieur. La surface circulaire ainsi délimitée est encombrée de pierres et de galets, sous lesquels le remblai de terre noire contient quelques tessons communs ; il semble qu’elle ait été fouillée par des chercheurs de trésor. Cette construction, comparable aux structures ovales d’El Talpetate, reste problématique ; nous avons pensé à un bain de vapeur, mais une fonction d’autel-oratoire, ou de grenier, est plus plausible.

Fig. 89 – Chimul. a/ Structure ronde B-13. b/ Détail de la corniche de la str. A-6.

67Dans le groupe d’habitation C, signalons seulement un petit ensemble (C-1) de trois plates-formes dont une en L dotée d’un escalier à rampes, autour d’un patio de 6 x 6 m. Il n’y a pas de stuc.

68Une tranchée de sondage par mètres alternés a été pratiquée dans le groupe D, à 25 m de l’escalier menant au centre cérémoniel. Une seule plate-forme a été mise au jour, mais les vestiges d’occupation domestique (foyer, jarre rustique, obsidienne...) sont évidents entre 30 et 70 cm de profondeur. Le matériel céramique est abondant – plus de 1600 tessons – avec une proportion inhabituelle de poteries fines : moules à statuette, encensoirs à manche, bols tripodes à supports moulés, tessons de type Fortress Blanc-sur-Rouge (mais pas de Chinautla Polychrome).

69A défaut d’un emplacement stratégique favorable, certaines préoccupations défensives des occupants de Chimul pourraient être révélées par le fossé bordant le site à l’ouest, et par l’existence, sur la rive nord du fleuve en face de Chimul, d’un ensemble de trois ou quatre structures constituant un bon poste d’observation sur la vallée. La position de Chimul sur le Chixoy donne à ce site une importance exceptionnelle : c’est en effet un poste frontière, le dernier en amont des centres postclassiques s’échelonnant depuis Cauinal. La reconnaissance, en remontant le cours du fleuve, n’a révélé qu’un petit site (détruit), Los Sares, au confluent du rio La Cal avec le Chixoy (endroit marqué par erreur Los Tapezcos sur la carte au 1/50.000e). Bien qu’il existe au nord du fleuve, face à Chimul, une piste menant à El Palmar puis Uspantán ou Chicamán, le gué est dangereux et le massif d’El Carrizal, au sud, ne peut être franchi qu’en le contournant par l’ouest (hameau d’El Carrizal) ou par l’est (El Tapial).

Fig. 90 – Pueblo Viejo-Chixoy : la maison longue A-1 et le groupe G, postclassiques.

70Revenant au centre de la région étudiée, vers le confluent du rio Chicruz, nous trouvons sur cette rivière un seul site, Chilu 2, dont la datation est douteuse : le matériel postclassique conservé par les habitants provient peut-être du grand centre de Chilu 1, situé sur le plateau de Rabinal, qui est décrit en annexe.

71Bien que le site de San Juan las Vegas ait été abandonné à la fin du Classique, nous y avons mis au jour deux urnes à crémation postclassiques, l’une au pied de la pyramide principale, l’autre au-dessus de la tombe collective découverte au centre de la même pyramide (AS-5 : 11, fig. 9b). D’autre part il y aurait quelques traces d’occupation tardive dans les groupes d’habitation B et C : la maison B-2, à même le sol, pourrait être postclassique, de même que le petit autel de costumbre du groupe C (ibid. : 31, fig. 28, 30).

72En aval de Chicruz, Los Encuentros est essentiellement classique et épiclassique, bien qu’on ait trouvé dans le centre cérémoniel quelques tessons postclassiques. Il faut aller 16 km en aval de Chicruz pour trouver un dernier centre postclassique, Pueblo Viejo-Chixoy ; distance quatre fois supérieure à celle qui sépare les centres postclassiques échelonnés en amont. La situation de Pueblo Viejo-Chixoy est donc dès l’abord particulière – mais elle l’est à d’autres titres (cf. AS-1 : 9-12, AS-5 : 159-165, Hill 1980 et 1982).

73L’emplacement choisi, au confluent de deux rivières, le Carchelá et l’Agua Fría, avec le Chixoy, précédant un étranglement de la vallée au pied du Cerro de La Campana (étranglement utilisé pour le mur du barrage), est stratégiquement si important qu’il a été mis à profit dès le Préclassique, et surtout au Classique tardif, période durant laquelle, on l’a vu, Pueblo Viejo devait dépendre politiquement et religieusement de Los Encuentros. Le centre postclassique s’est donc superposé au site classique – fait exceptionnel – mais en adoptant une disposition très particulière : l’occupation de la terrasse basse (groupe A) semble en effet limitée à la maison longue A-1 et à quelques plates-formes d’habitation, ce qui explique la densité relativement faible des vestiges postclassiques (moins de 14 % des tessons). Cette maison longue, édifice imposant de plus de 25 m de longueur, mais de construction assez fruste en galets bruts, est dotée au total de 13 escaliers, dont 5 et 6 sur les façades principales. Aucune autre structure cérémonielle n’a été relevée, ni dans le groupe A ni dans les groupes B à F.

74L’essentiel du site postclassique, le groupe G, s’est implanté à l’écart, sur le piton de Chiburo, dominant de plus de 100 m le lit du fleuve. Ce groupe a fait l’objet d’une étude détaillée de R. Hill et D. Legrand (1978) que j’ai utilisée largement dans mon article de 1982 (Cahiers 4 : 79-97). Le petit ensemble cérémoniel qui occupe la partie supérieure, aplanie, de la colline, comprend quatre plates-formes allongées et une structure plus importante, probablement une pyramide-temple qui n’aurait pas été achevée. Tout autour sont construites sur des terrasses aménagées 35 plates-formes d’habitation, dont 5 ont été fouillées, livrant le détail de leur installation intérieure ; et une ou deux structures cérémonielles, peut-être provisoires, dont, selon Hill, une plate-forme de danse (?).

75Si les préoccupations défensives, dans l’organisation de Pueblo Viejo-Chixoy au Postclassique, sont évidentes – un profond fossé barrait l’accès au groupe G par le nord-est – elle soulève au moins deux questions auxquelles il est difficile de répondre : pourquoi, d’abord, cette dissociation entre le petit ensemble cérémoniel installé sur la hauteur et la maison longue isolée sur une terrasse non défendue, en contrebas ? Pourquoi, de plus, l’ensemble cérémoniel du groupe G n’a-t-il jamais été achevé ? Il faut noter à ce sujet que nous n’avons trouvé de preuves de superposition ni dans la maison longue, ni dans le groupe G. Le centre postclassique de Pueblo Viejo-Chixoy aurait donc été construit seulement durant la deuxième phase, c’est-à-dire le Protohistorique. On reviendra sur ce problème en étudiant la structure générale du peuplement de la vallée au Postclassique.

La vie matérielle

76Les conditions de vie dans la vallée du Chixoy au Postclassique nous sont assez bien connues grâce à la conservation exceptionnelle des structures d’habitation dans les deux sites de Pueblo Viejo-Chixoy (gr. G) et de Cauinal (gr. A’, B’, C’). On se réfèrera aux publications concernant la fouille de ces ensembles (Bailey 1980 a, 1980 b ; Fauvet-Berthelot 1980 a, 1980 b, 1984, 1986 ; Hill 1978, 1980, 1982 ; Hill et Gonzalez Lauck 1980 ; Ichon 1982 b).

77Hill estime que le type le plus simple d’habitation paysanne – non représenté à Cauinal – n’a pratiquement laissé aucune trace car elle reposait directement sur le sol et était faite de matériaux périssables⁶. Un exemple proche de ce type simple pourrait être la str. B-1 de San Juan las Vegas mentionnée plus haut, encore que cette habitation soit relativement élaborée, avec des alignements de pierres à la base des murs, un dallage sommaire, peut-être une banquette, et une annexe. On peut aussi penser que la plupart des maisons, même en dehors des ensembles proches des centres cérémoniels, étaient construites, comme c’est le cas aujourd’hui, sur un soubassement de pierre (le cimiento) destiné à compenser éventuellement la pente et à isoler les occupant de l’humidité.

78R. Hill et M.F. Fauvet-Berthelot ont établi pour Cauinal une typologie des petites structures résidentielles. Le premier distingue dans le groupe B’ cinq types basés sur l’architecture plus ou moins élaborée des murs de la plate-forme rectangulaire supportant l’habitation, murs faits de blocs de calcaire dolomitique et de blocs de talpetate taillés en forme de dalles (il n’y a pas de schiste dans la région). M.F. Fauvet-Berthelot, elle, obtient pour le groupe A’ une classification plus détaillée en tenant compte de la longueur (moins de 6 m, de 6 à 8 m, plus de 8 m), du mode de construction de la substructure (ses quatre types correspondent grosso modo aux cinq types de Hill, les deux derniers étant confondus), et aussi du type de superstructure, dont les murs pouvaient être faits de matériaux périssables, de torchis (bahareque), de blocs d’adobe armés de petites dalles, ou entièrement de dalles de talpetate. Dans ces deux derniers cas, la partie supérieure des murs était sans doute faite d’un matériau plus léger, torchis ou baguettes ; le toit était de chaume. La plate-forme étant en général très basse (30 à 70 cm), l’existence d’un escalier est exceptionnelle ; elle doit souligner, comme la hauteur de la plate-forme, la position sociale avantageuse de l’occupant. Parfois l’escalier est remplacé par quelques blocs de dolomite formant une marche rudimentaire, et le seuil lui-même est dallé.

79L’organisation intérieure comporte en règle générale un sol d’argile battue ou durcie au feu dans lequel est encastré un foyer circulaire, et une ou plusieurs banquettes d’environ 40 cm de hauteur, 80 à 120 cm de largeur, adossées au mur du fond et aux murs latéraux. Ces banquettes occupent une grande partie de l’espace intérieur ; on y étendait des nattes pour la nuit, mais elles devaient aussi servir, de jour, aux activités courantes de la maisonnée. Enfin un petit autel domestique est très généralement aménagé contre le mur du fond, en face de l’entrée ; c’est un simple bloc parallélépipédique qui peut faire partie intégrante de la banquette du fond ou en être nettement séparé⁷ (AS 2 : fig. 65)

80La maison, à Cauinal, est rarement dotée d’une petite construction annexe qui devait servir de cuisine. Un bon exemple en est la str. A’-34bis (AS-2 : 84), en fer à cheval, abritant un foyer rustique fait de trois galets ; on a trouvé à l’intérieur les fragments d’un comal, un sceau et deux têtes de statuettes d’argile, une pointe d’obsidienne ; à l’extérieur un metate et trois manos groupés. Ces annexes sont plus fréquentes à Pueblo Viejo-Chixoy (gr. G), où elles occupent un coin de la terrasse sur laquelle est construite la maison (Cahiers 4 : fig. 7) ; elles pouvaient être couvertes ou non.

81Le matériel trouvé dans les petites structures ou à proximité ne laisse aucun doute sur leur fonction résidentielle : il était destiné à la préparation, à l’emmagasinage, à la cuisson des aliments (metate, mano, pilon, outils d’obsidienne ou de silex, poteries diverses…), aux travaux champêtres (haches de serpentine, polissoirs…), à la pêche (poids de filet), à la chasse ou à la guerre (pointes de projectiles en obsidienne ou en silex), à la parure (perles de pierre verte ou blanche), ou à d’autres activités de caractère plus rituel (sceaux d’argile, statuettes-sifflets, encensoirs).

82Une catégorie supérieure des petites structures résidentielles diffère du type courant par sa forme en L ; elle est seulement représentée dans le groupe A’ de Cauinal par 5 structures sur 177 ; encore s’agit-il probablement dans la plupart des cas d’une simple annexe accolée à la structure principale. La str. A’-173, étudiée par Ch. Plocieniak, (AS-2 : 76-81) est exceptionnellement élaborée, avec ses deux plates-formes en L qui devaient abriter deux familles de statut élevé étroitement apparentées ; cependant son architecture ne diffère en rien de celle des structures résidentielles communes. A défaut d’escalier, une simple pierre, qui pouvait être complétée par un échelon de bois, donnait accès à chaque plate-forme. On a trouvé au pied de la plus petite une urne funéraire contenant un tout petit enfant.

83Si, à Pueblo Viejo-Chixoy, les 37 structures relevées sont de même type (à l’exception de deux d’entre elles, probablement cérémonielles), on note dans chacun des ensembles d’habitation de Cauinal une ou plusieurs constructions nettement plus élaborée, formant parfois un petit ensemble plus ou moins isolé des autres. L’exemple le plus typique est celui de l’ensemble XXXII du groupe A’, étudié et décrit par M.F. Fauvet-Berthelot (1986) et M.A. Leal. Sur ses neuf structures, deux (A’-167 et 169) sont dotées d’un escalier de 3 ou 4 petites dalles, donc beaucoup plus soigné que les rares escaliers relevés dans les structures résidentielles communes ; mais elles ont par ailleurs toutes les caractéristiques de ces dernières et l’existence d’un escalier s’explique par la forte déclivité du terrain. Nous avons par contre en A’-166 un type de structure inhabituel, intermédiaire entre les petites structures résidentielles et les structures administratives ou cérémonielles que nous appelons “maison du conseil” : de grandes dimensions (10,50 x 4,40 m), moindres toutefois que celles de la plus petite maison du conseil (A-19 a 15 m de longueur), elle est dotée de deux escaliers dont la partie supérieure est détruite, et d’une superstructure en pierre. M.F. Fauvet-Berthelot suppose que les escaliers étaient en ta1ud-tablero et voit dans cette structure une variante de la maison du conseil à fonction administrative ou religieuse. Il faut noter cependant que A’-166 n’est pas stuquée et que la nature du matériel récolté dans les remblais extérieurs indiquerait plutôt une fonction de résidence noble. Cette structure devrait alors être considérée comme le type le plus élaboré des petites structures résidentielles.

84L’équivalent de A’-166 dans le groupe B’ est B’-46, qui donne sur un petit patio avec autel central, ou B-5, plus directement liée au centre cérémoniel (AS-2 : 116 et 138). Toutes deux ont des superstructures en dur et elles ne sont pas stuquées. Pour les groupes C-nord et C-sud, deux structures analogues semblent avoir existé au sud des ensembles résidentiels et au pied de la colline, dans le prolongement de la ligne nord-sud séparant les deux groupes ; très détruites, elles n’ont pas été fouillées.

85R. Hill, s’appuyant sur des documents ethnohistoriques, estime que la population de Cauinal était composée de représentants de la classe dirigeante, de prêtres, d’artisans et de militaires, à l’exclusion de la classe paysanne (ibid. : 130). Je pense plutôt que, dans cet habitat groupé, une bonne partie de la population devait se consacrer à l’agriculture au profit de tous. Il n’y a pas de différence essentielle entre les petites structures résidentielles du Centre de Cauinal et celles des quelques hameaux installés le long du rio Calá : les types d’habitation, quelle que soit la catégorie sociale des occupants, se présentent comme un continuum et les caractéristiques des habitations les plus simples se retrouveront dans les édifices politico-religieux, seules changeant leur dimension et la qualité des matériaux utilisés pour leur construction.

Fig. 91 – L’ensemble d’habitation XXXII de Cauinal, groupe A’, et l’escalier d’accès à partir de la grande place.

Fig. 92 – Ensemble d’habitation A’ de Cauinal. a/ Atelier d’obsidienne. b/ Four à chaux.

86C’est encore M.F. Fauvet-Berthelot qui a pu déceler dans le groupe A’ de Cauinal les preuves de deux activités spécialisées : la taille de l’obsidienne et la fabrication de la chaux (Cahiers 2 : 5-36). Les ateliers de débitage de l’obsidienne, l’un pour la mise en forme des nuclei, l’autre pour la fabrication des lames, sont regroupés dans un ensemble XXX situé tout à fait à l’extrémité du groupe A’, loin du centre cérémoniel – ce qui semble indiquer que ces artisans faisaient l’objet d’une certaine discrimination – ; nous n’avons pas la preuve qu’il ait existé d’autres ateliers d’obsidienne à Cauinal. Il y avait, dans la même zone résidentielle A’, deux fours à chaux, qui se présentent comme une plate-forme ronde d’une dizaine de mètres de diamètre, au centre de laquelle une sorte de puits de 2 m de diamètre, 1,55 m de profondeur, est tapissé de blocs calcaires portant des marques de feu.

87Les autres activités artisanales devaient se dérouler dans le cadre familial : aucun atelier de potier n’a été mis au jour ; tissage et vannerie n’ont laissé que des traces indirectes sous la forme de très rares pesons de fuseau en argile (la plupart devaient être en bois) et d’empreintes de nattes sur le fond des poteries.

88Le matériel céramique provenant de la fouille des sites postclassiques n’a pas encore fait l’objet d’une étude systématique ; celle-ci permettrait peut-être d’observer une évolution typologique entre les deux phases postclassique et protohistorique. Une étude préliminaire du matériel de Cauinal par Hill et Ward (1980) distingue, dans la céramique fine, (c’est-à-dire de service ou cérémonielle) huit types dont trois pourraient être hérités de l’Epiclassique : un rouge poli, surtout représenté par des bols tripodes à supports anthropo-zoomorphes moulés, et deux types rouges sur crème à décor incisé, excisé ou fait par impression (le carved ware de Fox) représentés par des bols à supports cylindriques ou anthropo-zoomorphes moulés et des encensoirs à manche.

Fig. 93 – Céramique postclassique. a, b/ Jarres utilisées comme urnes funéraires. (Chicruz). c/ Tessons à empreintes de tissu, de natte.

Fig. 94 – Polissoir fixe et polissoir portable à Cauinal.

Fig. 94 – Polissoir fixe et polissoir portable à Cauinal.

89Les types nouveaux sont à décor dichrome ou trichrome, apparentés au Forteresse Blanc-sur Rouge, et au Chinautla Polychrome : rouge et noir sur blanc, rare ; rouge sur blanc, ce dernier représenté par une jarre funéraire au pied de la pyramide-temple du groupe B’ (fig. 99) : le motif peint est celui du monstre bicéphale (cf. Navarrete 1962), les anses sont décorées d’une tête de jaguar moulée ; il y a aussi un type nouveau, à décor géométrique simple blanc et noir sur rouge, qui semble particulier à la vallée du Chixoy.

90Dans le sous-complexe utilitaire, les auteurs distinguent deux types de jarres et de cornais d’après l’abondance du dégraissant (calcite, tuf et quartz) et établissent sept types de cornais basés sur leur forme et la technique de fabrication, modelée, pressée sur une natte, moulée... Une classification plus complète de la céramique utilitaire devrait inclure au moins deux types nouveaux d’après leur pâte, l’une micacée, l’autre “bulleuse”, et leur traitement de surface, brossée ou non.

91La technique du décor moulé ou par impression, qui est apparue à l’Epiclassique sur les supports de bols tripodes, est maintenant étendue aux encensoirs à manche, aux figurations humaines ou animales sur les panses ou les anses des jarres, aux statuettes ; les sceaux, si abondants à Cauinal, en sont une application. Au point de vue modal, soulignons seulement l’apparition des deux formes les plus frappantes : le véritable comal en forme de plaque (alors que le “pseudo-comal” du Classique est en fait un plat ou bol plus ou moins profond doté de deux anses) et la jarre à col haut, anses en ruban, base fortement déprimée en son centre sans doute grâce à l’application d’un moule en forme de champignon. Il est certain que, pour les cornais tout au moins, ces innovations impliquent aussi des changements dans la pratique culinaire. L’impression de natte ou de tissu sur le fond (ou la base) des poteries domestiques est aussi un trait spécifiquement postclassique.

92Hill et Ward remarquent pour conclure que la céramique fine, à 1’exception des jarres à engobe orange, est très peu abondante, ce qui implique des échanges limités avec le reste des Hautes Terres ; la céramique utilitaire, fabriquée localement dans un ou plusieurs centres de production (seuls les cornais ne nécessiteraient pas l’intervention d’un spécialiste) présente peu de liens avec celle des régions voisines. M.C. Arnauld arrive à la même conclusion en comparant son complexe Chican du Postclassique tardif dans l’Alta Verapaz et notre complexe postclassique-protohistorique du Chixoy ; elle souligne de plus que les marqueurs épiclassiques disparaissent en Alta Verapaz alors que certains subsisteront sur le Chixoy, et explique ces faits par les migrations de groupes étrangers qui ont affecté différemment les deux régions voisines à partir du XIIe siècle⁷.

93Soulignons enfin que les différences notées au passage dans la composition des complexes céramiques dans les sites les plus en aval (Pueblo Viejo, Cauinal) et les plus en amont (Chimul…) mériteraient d’être approfondies.

94Le matériel lithique comprend des artefacts domestiques (metates, manos, broyeurs, haches, polissoirs, outils d’obsidienne ou rarement de silex), ou de parure (perles, pendentifs), et des objets rituels, qui seront décrits plus loin.

L’architecture cérémonielle.

95J’ai dit plus haut que l’architecture des structures non résidentielles est foncièrement la même que celle des petites structures résidentielles du Centre de Cauinal : on y retrouve en effet la plate-forme surélevée, dotée ici d’un ou de plusieurs escaliers compte tenu de sa hauteur, et supportant une superstructure en pierre ou en adobe dont l’aménagement intérieur est identique, avec sa banquette et son autel central.

96Nous avons distingué à Cauinal cinq types de structures “spécialisées” : les maisons du conseil, les maisons longues, les pyramides-temple, les autels extérieurs et les terrains de jeu de balle. (AS-2 : 189- 192). Je ne reviendrai sur ces descriptions que dans la mesure où les autres centres postclassiques peuvent apporter des éléments nouveaux.

97La maison du conseil se distingue des structures résidentielles par ses dimensions supérieures (au moins 14 m de longueur alors que celles-ci ne dépassent pas 11 m), et de la “maison longue” par ses proportions, c’est-à-dire le rapport entre largeur et longueur, qui est proche de 1/3 (comme dans les structures résidentielles) alors qu’il est inférieur à 1/4 ou même 1/5 dans les “maisons longues”. Ce seuil de 1/3 à 1/4 peut être considéré en fait comme le passage de la structure familiale, individuelle, à la structure collective ; il révèle un changement radical de fonction.

98La hauteur de la plate-forme – plus d’un mètre – nécessite la construction d’un ou de plusieurs escaliers, qui sont fonctionnels sur la façade principale, décoratifs, quand ils existent, sur les autres. Ces escaliers sont des rampes en talud-tablero tandis que la substructure s’élève en gradins verticaux étagés – d’un à trois – ; ce type d’architecture ne vaut toutefois que pour la dernière phase de construction, alors que durant la première les gradins ne sont pas étagés mais construits dans le même alignement vertical, séparés par une corniche saillante. La succession de ces styles 1 et 2 est bien visible, par exemple, dans la superposition de la maison du conseil A-6 de Cauinal ; elle existe parfois aussi dans les pyramides-temple comme on le voit dans la pyramide B-2, qui n’a pas été terminée, et dans la pyramide C-l (fig. 101 et AS-2 figs. 20, 107, 129). C’est l’un des principaux critères qui nous permettent, pour l’instant, de distinguer les deux phases d’occupation postclassique dans la vallée.

Fig. 95 – Artefacts d’obsidienne : pointes bifaces amygdaloïde (a) et foliacée (b) ; pointes de flèche à encoches latérales, base rectiligne ou à encoche.

99La superstructure de la maison du conseil est comparable à l’habitation simple, mais elle est toujours en dur (ou en adobe) et stuquée ; largement ouverte sur la place, cette façade est divisée en un nombre impair de “portes” – d’une à cinq – par des piliers de section rectangulaire. La banquette intérieure court le long des trois autres murs en ménageant au centre un petit espace pour le bloc-autel. L’absence de foyer, comme de tout matériel domestique, prouve bien qu’il ne s’agit pas d’une habitation courante ; mais l’hypothèse d’une habitation noble, les activités domestiques se déroulant à l’extérieur dans une structure annexe, ou d’une “résidence secondaire” occupée seulement à l’occasion de certaines réunions ou cérémonies, ne peut être exclue.

100Dans l’ensemble cérémoniel minimal, la maison du conseil est unique et fait face généralement à la maison longue. Dans les ensembles plus importants il peut y avoir plusieurs maisons du conseil, chacune correspondant sans doute à un lignage majeur. C’est le cas dans le groupe A de Cauinal, où il y en a quatre (dont deux, les str. A-2 et A-10, s’écartent d’ailleurs du modèle courant par leur hauteur). A El Tapial, où la disposition du centre est nettement dualiste, il y a deux maisons du conseil contiguës sur la même plateforme, l’une un peu plus grande que l’autre.

101La maison longue peut être définie comme une maison du conseil dont la longueur exagérée se justifie par une fonction différente. Cette longueur est proportionnelle à l’importance de l’ensemble auquel appartient la maison longue : plus de 60 m pour le groupe A de Cauinal, de 30 à 40 m pour les groupes C-sud et C-nord, El Jocote, Chitomax 2 et El Tapial, une vingtaine de mètres dans les autres sites. La description de la maison du conseil s’applique ici, tant pour la substructure et les escaliers que pour la superstructure, avec toutefois quelques différences de détail : l’existence, sur la plate-forme stuquée de plusieurs maisons longues (A-10 de Cauinal, A-2 d’El Tapial), de ce qui devait être un foyer rituel, dépression en cuvette d’environ 1 m de diamètre, peu profonde et elle aussi stuquée ; elle contenait à Cauinal deux pierres et du charbon ; l’immense plate-forme n’ayant été que partiellement dégagée, on ne peut exclure qu’il y ait eu d’autres cuvettes identiques, comme semble le prouver la position excentrique de celle mise au jour et l’existence de deux ou trois cuvettes sur les structures comparables fouillées par nous à Pueblo Viejo-Chichaj, département d’El Quiché⁸. Un autre trait caractéristique des maisons longues (mais on le trouve aussi dans les pyramides-temple et même dans quelques maisons du conseil) est que, très souvent, on a placé au pied de l’escalier central une sculpture recouverte de stuc : ce peut être un simple galet en forme de boule, non travaillé (A-1 de Cauinal, A-l d’El Jocote ?), ou une sculpture plus élaborée, peut-être anthropomorphe comme celle dont les débris ont été mis au jour au pied de la maison longue B-1 de Cauinal. Enfin, remarque importante, il n’y a pas de différence dans le style architectural des deux phases de construction : les gradins superposés n’ont jamais de corniche saillante.

102Les escaliers donnant sur la place sont toujours en nombre pair : de deux à huit. Dans le cas particulier de Pueblo Viejo-Chixoy (str. A-1), ils sont ainsi répartis : six sur la face ouest, cinq sur la face est, un à chaque extrémité : il est certain qu’ici l’ouverture était à l’ouest et que le nombre d’escaliers, treize, a une signification symbolique.

103Il peut se faire que la plate-forme d’une maison longue supporte deux superstructures ; c’est du moins le cas dans le groupe D de Cauinal (AS-2 : fig. 163) et à El Jocote (AS-3 : 41). Dans ce dernier cas, la fouille a montré que la construction principale, aux murs de pierre, était flanquée d’une annexe plus petite, faite de matériaux périssables, mais elle aussi stuquée et dotée d’une banquette en L.

104La pyramide-temple est le véritable noyau de tout centre cérémoniel postclassique ; dans les rares cas où l’ensemble paraît en être dépourvu, c’est sans doute qu’elle a été détruite ou recouverte à une époque récente.

105Il y a un modèle de pyramide-temple dont les quelques vingt pyramides reconnues dans la vallée s’écartent fort peu, tout au moins durant la 2ème phase ; l’architecture est voisine de celle des maisons longues et des maisons du conseil, avec des gradins verticaux – de deux à six –, des escaliers à rampes en talud-tablero, une plate-forme en retrait supportant le temple. Dans la pyramide principale de Cauinal (fig. 97), on note immédiatement l’existence de deux étages, l’un de quatre gradins, correspondant à la 1ère phase de construction, l’autre de deux gradins, rajoutés ultérieurement en même temps que la substructure était allongée latéralement d’un tiers ; mais le style n’a pas changé d’une phase à l’autre. Par contre, dans la pyramide du groupe B comme dans celle du groupe C-sud (ibid. : fig. 107 et 129), on voit que, durant la 1ère phase, chaque gradin, aligné à la verticale, ou en léger retrait par rapport au gradin inférieur, est doté d’une corniche saillante étroite ; c’est aussi le cas à El Cebollal, ce qui nous fait penser que, dans ce dernier site, la pyramide ancienne n’a jamais été modifiée. On peut observer en fait quatre stades de construction : un stade ancien non modifié (El Cebollal), un stade ancien en cours de modification (Cauinal str. B-2), un stade tardif sans stade ancien (Cauinal str. C-8), enfin un stade tardif achevé superposé à un stade ancien, cas le plus fréquent (Cauinal str. A-1, C-l, El Jocote, etc.).

Fig. 96 – La “maison du conseil” C-3 de Cauinal : dans le recoin-autel, un encensoir à effigie d’Ek Chuah et une tête de cerf (?) en pierre volcanique trouvés in situ.

106La pyramide, comme les autres constructions cérémonielles, est dotée d’un trottoir stuqué d’au moins 50 cm de largeur, sous lequel sont enterrées les urnes contenant les restes des dirigeants incinérés. A Cauinal (str. A-1, C-1), ce trottoir s’élargit au pied de l’escalier central pour supporter un autel ovale qui devait servir pour les sacrifices ou les cérémonies de crémation (ibid : 53). Dans d’autres sites, l’autel est remplacé par une boule de pierre sculptée en tête de mort et stuquée (El Jocote), ou par la représentation grandeur nature d’un animal (le jaguar de Chicruz, comparable à celui de Chutixtiox9) ou d’un personnage humain (Chimul).

107La plate-forme de la pyramide supporte un temple, ou deux temples. Nous avons un seul exemple de cette dernière disposition : les temples jumeaux de la grande pyramide de Cauinal. Dans sa première phase de construction, cette pyramide, plus basse, supportait un temple unique, construit de matériaux légers, poteaux de pin, baguettes et torchis, mesurant 14, 50 x 5, 50 m. Cette construction, incendiée, a été recouverte pour surélever la pyramide de 1, 40 m au cours de la 2ème phase. On connaît trois autres exemples de temples anciens, l’un en bahareque (Cauinal str. C-1), l’autre en adobe (Cauinal str. B-2), le dernier en dur (El Tapial).

108Les deux temples tardifs de la pyramide A-l de Cauinal sont les mieux conservés ; ce modèle semble avoir été scrupuleusement respecté dans les groupes B et C de Cauinal et dans les autres sites (ibid : 53). Il s’agit d’un petit édifice rectangulaire de 7, 50 x 4 m en moyenne, aux murs de pierre doublés à la base par un contrefort de petites dalles qui va en s’amincissant vers le haut (ce trait est commun à toutes les superstructures en dur). La hauteur était d’au moins 2, 50 m ; le toit de chaume. La façade donnant sur la place, toujours largement ouverte, était divisée par deux piliers délimitant trois ouvertures ; dans deux cas, à Cauinal, une petite stèle lisse, stuquée, a été encastrée entre les piliers. Il y avait deux petites fenêtres à mi-hauteur sur les murs latéraux. L’ensemble de la construction était stuqué ; les fresques polychromes ne couvraient, semble-t-il, que les faces visibles des piliers et des jambages. Les motifs de ces fresques, qui ne sont pas seulement géométriques, et les couleurs choisies (rouge, orange, jaune, vert, bleu, foncé, bleu clair, gris et noir) devaient avoir une signification symbolique : sur les piliers de la maison du conseil A-2 (ce type de décoration n’était pas, en effet, réservé exclusivement aux temples), le fond taché de bleu foncé sur bleu clair pourrait évoquer le ciel étoilé et le pelage du jaguar, divinité chtonienne à laquelle cette construction aurait été dédiée (ibid : fig. 184).

Fig. 97 – Les pyramides-temple de Cauinal. a/ La pyramide principale A-1, face sud : on distingue la substructure ancienne de quatre gradins sur laquelle on a construit, au cours d’une deuxième phase, la substructure à deux gradins et les deux temples tardifs. b/ Autel ellipsoïdal au pied de la pyramide C-l.

Fig. 97 – Les pyramides-temple de Cauinal. a/ La pyramide principale A-1, face sud : on distingue la substructure ancienne de quatre gradins sur laquelle on a construit, au cours d’une deuxième phase, la substructure à deux gradins et les deux temples tardifs. b/ Autel ellipsoïdal au pied de la pyramide C-l.

109Dans l’intérieur du temple, on ne trouve pas de banquettes mais un bloc-autel appuyé contre le mur du fond. La présence de trois urnes à crémation enterrées sous le sol stuqué du temple sud de la grande pyramide de Cauinal semble une exception : le temple n’est pas, en principe, une structure funéraire.

110Il y a en général une seule pyramide-temple dans chaque ensemble. Néanmoins nous avons vu que deux sites, Chimul et El Tapial, présentent une organisation différente, avec deux pyramides-temple identiques disposées côte-à-côte ou se faisant face. Ce problème, comme celui de l’orientation des constructions cérémonielles, sera abordé plus loin en étudiant la structure de l’habitat et des centres civico-religieux.

111Quelques constructions originales ne peuvent être rattachées à aucune des structures cérémonielles décrites ci-dessus. A Pueblo Viejo-Chixoy, l’une des plates formes du groupe G diffère des habitations communes par son orientation dans le sens de la pente, l’absence de trous de poteaux, sa disposition intérieure (aucune banquette, un sol d’argile anormalement épais et dur, vers le centre un foyer et une jarre encastrée dans le sol), enfin un matériel associé en majorité non utilitaire et cérémoniel (Cahiers 4 : 85). R. Hill a émis l’hypothèse d’une plate-forme de danse ; il est probable en tout cas qu’il s’agit d’une structure cérémonielle, de même que la petite plateforme carrée G-12, non fouillée.

112Au centre du groupe B de Chimul, la superstructure de plan presque circulaire, faite de gros blocs appareillés ver l’intérieur, diffère sensiblement des “oratoires” d’El Talpetate, mais pouvait remplir la même fonction. Aucune des structures fouillées n’a les caractères évidents d’un bain de vapeur.

113Il existait au Postclassique quatre types d’autels. Le plus simple, l’autel domestique situé à l’intérieur de l’habitation, a été décrit plus haut. Les structures cérémonielles, maisons du conseil et maisons longues, étaient-elles aussi dotées d’un bloc-autel intérieur encastré entre les deux banquettes en L contre le mur du fond : on y déposait les objets du culte, en particulier les encensoirs dont certains ont exceptionnellement été trouvés encore in situ (str. B 5 et C-3 de Cauinal, cf. AS-2 : fig. 138 et 185). Le temple avait un autel intérieur de même type, mais pas de banquettes. Nous avons vu qu’il existait parfois, au pied de l’escalier central de la pyramide, un autel de pierre ovale, remplacé sur d’autres pyramides par un galet sphérique ou une sculpture anthropomorphe ou zoomorphe enrobés de stuc. Cette forme nous rappelle certaines structures des sites “perchés”, le mur d’enceinte de Cerro Verde, ou l’autel d’El Jocote. On s’accorde à penser qu’elle caractérise les constructions dédiées au dieu du vent Quetzalcoatl-Ehecatl ou à son équivalent quiché Gucumatz ; dans la vallée du Chixoy, en amont, nous en avons un autre exemple dans la pyramide en ellipse du site de Xolchún, décrite par A.L. Smith¹⁰.

114Un troisième type d’autel, commun dans beaucoup de centres postclassiques mais qui n’existe pas ici en dehors de Cauinal, est une petite plate-forme rectangulaire construite au centre d’une place cérémonielle ou d’un patio d’habitation ; elle ne supportait pas de superstructure. L’autel central du groupe A reproduit en miniature une pyramide à quatre escaliers, stuquée ; sa hauteur n’est que de 1,50 m (AS-2 : fig. 43-48). Il abritait une ciste faite de grandes dalles contenant d’abondants ossements de petits animaux – des oiseaux ? – dans un mélange de sable et de cendre, et dans le fond trois grands couteaux de silex et un d’obsidienne. L’autel central du groupe C est de même type, mais seule la base était conservée (ibid. ; fig. 143) ; trois sépultures à même le sol, sans offrande, furent mises au jour entre cet autel et la pyramide C-1, à 1 m de l’autel. Situation analogue au centre de l’ensemble B, où deux squelettes partiellement brûlés avaient été enterrés entre la pyramide B-2 et l’autel B-3 ; ce dernier beaucoup plus fruste (ou plus détruit ?) que les précédents, est une simple plate-forme basse, presque carrée (3 x 3,20 m) faite de blocs de dolomite (ibid. : fig. 113). On trouve enfin un petit autel carré à quelques mètres au nord de la grande pyramide (gr. A) ; il était stuqué et la partie supérieure était sans doute en légère saillie. Le remblai contenait de nombreux éclats et lames d’obsidienne, et une urne à crémation a été trouvée au pied du mur sud (ibid. : fig. 49).

115Des autels, plus rustiques encore, ont été mis au jour dans quelques patios des ensembles résidentiels. Dans le groupe B’, il faut noter que l’unique structure de ce type était au centre d’un patio bien délimité par des habitations dont une particulièrement élaborée, construite en dur (B’-46). Cet autel ressemble, en plus petit, à celui de l’ensemble cérémoniel B, mais il est encore plus ruiné ; deux urnes à crémation avaient été enterrées au pied des murs (ibid. : fig. 84). Dans le groupe résidentiel A’, M.F. Fauvet-Berthelot a relevé quatre amas de pierres qui pourraient être des autels, au centre de patios. L’un d’entre eux a été fouillé (A’26bis, dans l’ensemble VII) ; il a livré sur son pourtour trois urnes funéraires contenant des ossements d’enfants (non incinérés), et trois squelettes : un jeune enfant en position repliée, un adulte dans la même position mais sans crâne (sépulture secondaire ?), enfin un autre squelette d’adulte en très mauvais état et sans crâne. Seule offrande associée : deux grandes pointes bifaces, l’une de silex, l’autre d’obsidienne, sur l’un des squelettes acéphales¹¹.

Fig. 98 – Petit autel extérieur et sépultures dans l’ensemble d’habitation A’ de Cauinal.

116Enfin il a été fait mention plus haut des petites constructions plus ou moins rondes ou ellipsoïdales, en superstructure, des sites perchés de Mocotorro et surtout d’El Talpetate. Leur fonction n’est pas évidente mais M.F. Fauvet-Berthelot et A. Ciudad Ruiz admettent qu’il s’agit d’oratoires : certains ont un autel, simplement fait de trois dalles superposées, en face de l’entrée, des traces de feu et de fumée. Il ne faut pas oublier toutefois que ce culte ancien, dont l’une des manifestations importantes consistait à brûler du copal dans des encensoirs rustiques, s’est maintenu de nos jours et que les lieux privilégiés de ces "costumbres" adressées aux dieux et aux ancêtres sont précisément les sites archéologiques.

117Des treize centres postclassiques reconnus dans la vallée, trois seulement en dehors de Cauinal possédaient un terrain de jeu de balle ; il est remarquable qu’il s’agisse du centre le plus proche, El Jocote, et des deux centres les plus éloignés de Cauinal : Guajilote et Chimul. Ces terrains, entièrement stuqués, ont la forme en I, à zones terminales, qui caractérise le Postclassique ; leurs dimensions varient du simple au double : de 20m à El Jocote, à 40m dans les trois autres sites. Le profil du terrain de Cauinal montre un couloir central large de 7 m, bordé de banquettes horizontales puis de talus fortement inclinés constituant le mur intérieur des structures encadrantes (ibid. : fig. 40). Le petit terrain d’El Jocote, de construction grossière, ne semble pas avoir eu de murs latéraux inclinés (AS-3 : fig. 41) ; la découverte de l’un des marqueurs, une tête d’animal à tenon, a déjà été signalée.

TABLEAU 16 Dimensions et orientation des structures cérémonielles postclassiques (2ème phase)

TABLEAU 16 Dimensions et orientation des structures cérémonielles postclassiques (2ème phase)

118La situation du terrain de jeu de balle dans l’ensemble cérémoniel et son orientation ne semblent pas obéir à des règles particulières (cf. Tableau 16).

Les pratiques religieuses et funéraires

119L’organisation des structures cérémonielles, des autels, des habitations communes, nous donne déjà quelques renseignements sur les pratiques du culte populaire (à l’intérieur de la maison, dans le groupe familial, sur les sanctuaires des sommets…) et du culte officiel qui se déroulait dans les ensembles civico-religieux. Les objets mobiliers, les instruments du culte qui leur étalent associés ont malheureusement été détruits en grande partie et leurs débris dispersés.

120Des fragments d’encensoirs à manche ont néanmoins été trouvés associés à tous les types d’autels, intérieurs ou extérieurs, des maisons communes aux temples ; le seul exemplaire entier provient d’une cache mise au jour sous un galet stuqué, au pied de la maison du conseil C-3 de Cauinal (AS-2 : 155, fig. 139) ; elle contenait en outre trois de ces encensoirs incomplets, une pierre ronde et deux pointes d’obsidienne. Ces encensoirs à manche, particulièrement nombreux dans le groupe C-sud, ont la forme d’une écuelle dont la base, perforée, est décorée par impression des mêmes motifs géométriques que la céramique carved ware : chevrons, grecques, doubles volutes, tresses. Le manche, creux et faisant sonnaille, se termine par une tête humaine ou animale moulée, orientée vers le bas quand l’encensoir est tenu horizontalement ; il faut donc supposer que l’écuelle, retournée, servait à recouvrir l’offrande incandescente dont la fumée s’échappait par les deux orifices. À Cauinal, la quasi-totalité des extrémités d’encensoirs à manche représentent un personnage caricatural au nez en pied de marmite, ou une tête de mort dotée du même appendice figurant sans doute l’aspect macabre de la même déité : Ek Chuah, le Yacatecutli mexicain, le dieu M des Maya, dieu du commerce et de la guerre, patron des abeilles et du cacao, adopté sous le nom de Jacawitz par les Quiché ; ils en firent un dieu de la montagne, fortement sexué selon Carmack¹², ce qui peut expliquer la forme phallique de l’encensoir à manche. La même déité figure, en corps cette fois, sur le grand encensoir à effigie de la str. C-3 (ibid. : fig. 185) ; Ek Chuah est ici dominé par son alter ego, ou nahual, le jaguar, sa tête semble sortir de la gueule de l’animal dont les pattes antérieures s’appuient sur ses épaules. J’ai suggéré, en me basant sur l’encensoir à effigie de jaguar découvert au centre du jeu de balle de Chitomax, qu’il existait dès le Classique tardif une relation entre le jaguar, divinité de l’inframonde et du ciel nocturne, et Ek Chuah par l’intermédiaire de l’étoile polaire, qui servait de guide aux marchands, et du cacao qui leur servait de monnaie (AS-5 : 107). Le deuxième motif le plus fréquent, moulé sur les extrémités d’encensoirs, sur les corps ou les anses des jarres, est d’ailleurs la tête de jaguar (voir par exemple pour El Jocote AS-3 : fig. 121 c ; pour Cauinal As-2 : fig. 108). Le jaguar incarnerait Awilix, l’une des quatre divinités primordiales des Quiché, associée à la nuit, à la lune, donc de caractère féminin et correspondant à la déesse Ixchel… Les identifications que l’on est tenté de faire ici sont hasardeuses compte tenu de la nature polyvalente des divinités et du caractère syncrétique du panthéon quiché, à la fois mexicain et maya par son origine et qui, de plus, a su intégrer les divinités locales des populations soumises. Nous en aurions un exemple dans le dieu Aque ou Quej (cerf) divinité principale, en tant que “porteur de l’année”, des groupes pokom et kekchí de la Verapaz selon Zúñiga¹³ ; il est curieux de constater que le seul objet rituel trouvé à Cauinal à côté de l’encensoir à effigie d’Ek Chuah est une sculpture de pierre volcanique représentant apparemment une tête de cerf. Dans le panthéon quiché, la divinité principale était néanmoins Tohil, l’“étoile de l’aube” (Vénus), un avatar de Quetzalcoatl. Nous disposons de deux représentations du serpent à plumes, l’une sur un manche d’encensoir de Los Encuentros datant probablement de l’Epiclassique, l’autre sous la forme d’une petite sculpture de pierre ponce qui devait être fixée sur une rampe de la grande pyramide de Cauinal ; il n’est pas impossible que le marqueur du jeu de balle d’El Jocote représente lui aussi un serpent. Enfin répétons que les autels et oratoires ronds ou ovales devaient être consacrés à Quetzalcoatl ; Carmack considère que les structures cylindriques relevées à Utatlán, Iximché et Mixco Viejo (Jilotepeque Viejo) étaient dédiées à Gucumatz, un autre avatar de Quetzalcoatl, dieu de la pluie et du vent¹⁴.

121Les boulets ou figures de pierre stuqués trouvés au pied de certaines structures pouvaient servir d’autels pour les sacrifices humains : le galet sculpté en tête de mort d’El Jocote confirmerait cette fonction macabre. On peut s’étonner cependant que ces monuments ne se trouvent pas exclusivement au pied des pyramides-temple mais aussi devant les maisons du conseil, les maisons longues et même dans un cas (la str. A-5 de Cauinal) une simple plate-forme d’habitation. Le personnage ou l’animal pourrait représenter le dieu patronal du lignage ; chez les Quiché, le nom du jaguar, balam, est souvent associé aux lignages majeurs. Notons que le jaguar de Chicruz – animal composite d’ailleurs, plus reptilien que félin par ses membres postérieurs – n’était pas seul au pied de l’escalier de la pyramide : il y avait en face de l’animal accroupi un piédestal ovale qui devait supporter un boulet stuqué (AS-2 : 181) ; la fonction sacrificielle de l’ensemble est d’autant plus plausible que le Jaguar, en tant que divinité infernale, est tout désigné pour accueillir les morts dans son domaine souterrain.

Fig. 99 – Instruments du culte. a/ Encensoir à manche phallique décoré d’une tête d’Ek Chuah. b/ Urne funéraire portant le motif du serpent double et une tête de jaguar sur l’anse. c/ Manche d’encensoir décoré du motif du serpent à plumes. d/ Sculpture de pierre ponce, représentation probable de Quetzalcoatl. Ces objets proviennent de Cauinal, sauf c (Los Encuentros). e/ Ocarina à trois corps trouvé au pied de la grande pyramide de Cauinal et objet comparable décoré d’une tête d’Ek Chuah, provenance inconnue (Museo Nacional de Arqueología y Etnología, Guatemala).

122Quelques objets mobiliers d’argile ou de pierre sont sans nul doute des instruments rituels. Dans le domaine du sacrifice humain, c’est le cas des grands couteaux d’obsidienne ou de silex déposés dans quelques urnes funéraires, sur l’un des squelettes du petit autel A’26 et dans la ciste de l’autel central : il n’est peut-être pas indifférent que ces derniers soient au nombre de quatre – nombre des ensembles cérémoniels, chacun correspondant à un lignage majeur – et que l’un d’eux seulement soit d’obsidienne, la pierre sacrée par excellence, qui serait réservée ici au lignage principal pour les sacrifices réalisés au pied de la grande pyramide. De nombreux éclats et lames d’obsidienne, instruments rituels de l’auto-sacrifice, sont aussi déposés dans ou à proximité des autels extérieurs.

123La fonction des petits objets d’argile : sifflets ornithomorphes, statuettes, sceaux, est moins évidente. Plusieurs exemplaires de sifflets portent un décor moulé dont l’interprétation nous échappe ; il représente une femme tenant dans ses bras, d’un côté un enfant ou plutôt une poupée, de l’autre un animal à longue queue (AS-2 : fig. 191). Deux ocarinas à trois corps sphériques, dont l’embouchure figure un bec d’oiseau, ont été mis au jour à côté d’une urne à crémation au pied de la grande pyramide (ibid. : fig. 55) ; sur un objet comparable de provenance inconnue, exposé au Musée National de Guatemala, la tête du dieu Ek Chuah remplace celle de l’oiseau.

12443 sceaux d’argile de Cauinal, dont les 2/3 proviennent d’habitations, ont fait l’objet d’une étude systématique (Ichon 1980) permettant, sinon d’expliquer leur fonction, du moins d’affirmer que celle-ci n’était ni administrative ni funéraire, et que les sceaux étaient utilisés, sans doute à des fins thérapeutiques ou magiques, dans un contexte domestique. Les motifs des sceaux de Cauinal ou d’El Jocote, comparables à ceux des sceaux mexicains, représentent ou évoquent sous une forme stylisée les animaux mythiques souvent associés au calendrier rituel : l’oiseau (aigle, cojolite…), l’iguane, le cerf, le monstre de la terre (Cipactli), le serpent de feu (Xiuhcoatl), le serpent à plumes*.

125Mentionnons enfin les objets de coquillage, de pierre et de métal accompagnant les squelettes dans quelques urnes funéraires. Ce sont pour la plupart des éléments de parure : ornements d’oreille en coquillage, collier de petites perles de turquoise, éléments d’une mosaïque d’ardoise, de coquillage et de turquoise, clochette et objets de cuivre volontairement tordus ; un bracelet de cuivre portant une mince couche d’or obtenue par la technique de la mise en couleur (tumbaga) provient de la maison du conseil A-10 de Cauinal (AS-2 : fig. 30, 57).

Pratiques funéraires

126Le traitement des morts dépendait de leur âge, et surtout de la place de l’individu dans la hiérarchie sociale.

127L’enterrement en urne après crémation du cadavre était réservé à l’élite dirigeante. À Cauinal, il y avait trois urnes sous le sol du temple de la grande pyramide, mais la plupart se trouvaient au pied du trottoir entourant cette pyramide, sous le sol stuqué perforé à cet effet (ibid. : fig. 10, 54). Onze de ces urnes ont été mises au jour ; compte tenu de la partie de la pyramide primitive cachée par son agrandissement ultérieur, elles devaient être au total une vingtaine, ce qui est peu si l’on considère la durée d’occupation du site (proche de trois siècles ?) : l’inhumation au pied de la grande pyramide était visiblement réservée aux plus hauts dirigeants, à l’exclusion de leur famille. Quatre urnes à crémation proviennent de la base de la str. A-2, ce qui prouve la position très spéciale de cette maison du conseil disproportionnée, peut-être construite sur une ancienne pyramide, et qui, par ses dimensions comme par son orientation, semble copier la pyramide principale. Il y avait aussi des urnes à crémation au pied des pyramides-temple des groupes B et C, qui n’ont pas été entièrement dégagées. Ces urnes sont, à une exception près, des jarres communes, engobées de rouge ou non engobées, dont la panse a été percée de trois trous schématisant les yeux et la bouche d’un visage humain ; ces trous sont orientés vers le nord. L’urne est généralement recouverte d’un disque d’argile, de pierre ou de stuc servant de couvercle. Six de ces urnes seulement contenaient une offrande : couteau de silex, lames d’obsidienne, objets de parure en pierre, en métal ou en coquillage.

128Les sépultures mises au jour dans les ensembles d’habitation sont très peu nombreuses ; il s’agit de quelques jarres domestiques contenant les restes d’un enfant, incinéré ou non, au pied des plates-formes ; d’urnes à crémation et de squelettes d’adultes (parfois privés de leur crâne) et d’enfants, parfois partiellement incinérés, contre les autels extérieurs des groupes A’ et B’.

129À Chicruz, les huit urnes funéraires mises au jour étaient enterrées le long de la façade principale de la pyramide-temple. À El Jocote, curieusement les urnes à crémation n’étaient pas autour de la pyramide-temple : l’une a été trouvée au centre de la place, les autres le long de la plateforme basse fermant la place au nord (AS-3 ; fig. 58, 70) ; une urne seulement provient du groupe d’habitation B. À San Juan las Vegas enfin, nous avons déjà parlé des deux urnes postclassiques associées à la pyramide plus ancienne.

130À quelques rares exceptions près, les gens du commun étaient donc enterrés en dehors des ensembles résidentiels. La découverte de véritables cimetières, étagés sur les pentes abruptes dominant Cauinal et El Jocote, fut facilitée par la nature sablonneuse du terrain volcanique dans lequel ont été creusées les sépultures individuelles, et par l’érosion qui a dégagé peu à peu les amas de pierres signalant les sépultures (AS-2 : fig. 192). Chacune des six sépultures fouillées contenait un squelette d’adulte placé en position assise dans une fosse, sans offrande. L’absence de sépultures d’enfants est notable, mais il faut souligner le caractère très limité de notre échantillon. Quant au nombre total de sépultures, toute estimation est impossible car celui des cimetières reconnus autour de Cauinal, une quinzaine contenant chacun de 14 à 150 sépultures, est certainement très inférieur à la réalité. L’unique squelette étudié par l’anthropologue María Elena Salas Cuesta est celui d’une jeune femme (21 à 35 ans) présentant une forte déformation crânienne de type tabulaire droit et des mutilations dentaires de types A-1 et A-3 sur les incisives supérieures et inférieures. Une étude récente portant sur une soixantaine d’individus exhumés dans un cimetière postclassique tardif de Mixco Viejo (Jilotepeque Viejo)¹⁵ prouve que la déformation crânienne était une coutume très générale à cette époque ; il en était sans doute de même pour la population de la vallée du Chixoy.

Fig. 100 – Schéma du peuplement postclassique.

La structure du peuplement au Postclassique

131Le début de cette période est marqué par une réorganisation complète du peuplement de la vallée : on assiste pour la première fois à l’édification d’un grand centre civico-religieux, Cauinal ; le long du Chixoy, en amont sur plus de 30 km, se met en place un chapelet de petits centres régulièrement espacés – de 3 à 5 km – tandis qu’en aval le site épiclassique important de Los Encuentros est quasiment abandonné au profit de Pueblo Viejo-Chixoy. Nous avons désormais affaire, dans cette partie de la vallée aujourd’hui inondée et au-delà, à un ensemble bien organisé, homogène quant à la culture matérielle, au style architectural (moins homogène il est vrai, apparemment tout au moins, quant à la structure des ensembles cérémoniels), ensemble dont les éléments sont étroitement solidaires, à moins d’une heure de marche l’un de l’autre grâce aux pistes longeant le fleuve. En amont du dernier élément de cette chaîne, Chimul, le Chixoy est si encaissé que toute progression par les berges devient par endroits impossible ; nous avons pu constater que le fond de la vallée était pratiquement désert, en tout cas sans aucun centre cérémoniel même modeste, jusqu’à Sacapulas, endroit où elle s’élargit pour accueillir de nouveau un peuplement dense et un réseau de centres importants : Chuitinamit, Xolpacol, Chutixtiox etc.

132La carte de répartition des sites postclassiques permet de distinguer, dans cet ensemble dépendant sans doute de Cauinal, trois secteurs :

133– un secteur amont, entre Chimul et Chicruz (30 km), où la répartition des sites le long du fleuve est régulière, avec dans la partie centrale sept ou huit centres “minimaux”, c’est-à-dire comprenant seulement la triade pyramide-temple, maison longue, maison du conseil, régulièrement espacés et situés sur la rive nord du Chixoy ; et aux deux extrémités de la chaîne des centres secondaires plus importants comprenant un jeu de balle : Chimul et Guajilote à l’ouest, El Jocote à l’est. Il est remarquable que le souci de cet espacement régulier des sites – si constant que nous avons pu localiser plusieurs d’entre eux sur la carte avant de vérifier leur existence sur le terrain – ait entraîné certaines implantations en des endroits stratégiquement peu favorables en raison du relief et de l’absence de gué ;

134– à Chicruz, le cours du Chixoy est coupé par la grande voie de communication nord-sud, très empruntée de nos jours comme elle devait l’être il y a cinq siècles, qui suit les vallées de ses deux affluents, le Calá (ou Blanco) et le Chicruz. L’implantation du centre recteur, Cauinal, à cette intersection ou un peu plus au nord sur le Calá, est logique pour éviter l’enclavement : il était en liaison directe au nord par la vallée du Calà avec Los Cimientos- Calá (site que nous n’avons pas visité mais qui doit être postclassique d’après son nom), au sud par celle du rio Chicruz avec le centre important de Chilu 1, en limite nord du bassin de Rabinal (voir Annexe 2) et les “capitales” de Cahyup et Chuitinamit. On entend évidemment par Cauinal non seulement le grand centre civico-religieux avec ses quatre ensembles principaux, mais aussi les centres mineurs et les hameaux le long du rio Calá en amont et en aval, ainsi que les postes d’observation lointaine sur les hauteurs : Mocotorro, Pasulup, El Talpetate. On retrouve en fait le long du rio Calá l’échelonnement des sites noté le long du Chixoy.

135– en aval de Chicruz, la chaîne se rompt : il n’y a plus aucun site postclassique sur une douzaine de km jusqu’à Pueblo Viejo- Chixoy. Encore ce dernier site est-il très différent des autres : séparation du centre cérémoniel-résidentiel et de la maison longue (celle-ci dans le fond de la vallée, celui-là sur la hauteur), architecture fruste et sans doute inachèvement de la construction. Plus en aval encore, la vallée n’a pas été reconnue au-delà du petit site classique de Chitusul, à 2km de Pueblo Viejo-Chixoy.

136On a déjà signalé que Pueblo Viejo-Chixoy (groupe G) est le seul site de la vallée, à l’exception de Patuy, à caractère nettement défensif par le choix de son emplacement au sommet d’une colline escarpée, et l’existence d’un fossé artificiel. Cette caractéristique, comme la disposition échelonnée des centres le long du fleuve évoquant l’existence d’une frontière étroitement surveillée, a sans nul doute une explication historique, que nous devons rechercher dans les documents remontant jusqu’à cette période, et dans leur interprétation par des ethnohistoriens comme R.M. Carmack et J.W. Fox. Bien qu’on soit tenté de critiquer la manière parfois un peu tendancieuse dont ce dernier interprète les données archéologiques, le schéma général qu’il donne des vagues de migrations successives atteignant les Hautes Terres mayas entre 900 et 1200 ap. J.C. n’est pas contredit par les résultats de nos fouilles dans la vallée du Chixoy¹⁶.

137Si l’absence évidente d’évolution dans le peuplement de la vallée à l’Epiclassique peut laisser planer un doute sur la nature des influences “mexicaines” ou des intrusions qui se sont produites durant cette période de transition, il n’en est plus de même au Postclassique : un changement aussi radical dans l’implantation et l’organisation des sites, leur architecture, les pratiques religieuses et funéraires, la culture matérielle en général, ne peut s’expliquer que par l’arrivée de groupes nouveaux, plus nombreux que ceux de l’Epiclassique et non réduits cette fois (bien que certains auteurs pensent le contraire) à leurs éléments masculins et guerriers. S’agissant néanmoins d’envahisseurs, cette implantation aurait pu être violente, mais nous n’avons pas de preuves qu’elle le fut : la population de langue pokom occupant les centres classiques avait été préparée à ce bouleversement par les influences ou intrusions épiclassiques, dont certains apports, dans la céramique par exemple, subsisteront d’ailleurs au Postclassique : elle dut se laisser facilement assimiler, d’autant plus que la religion des nouveaux venus était assez syncrétique pour admettre la coexistence des divinités locales à côté des siennes propres. De plus, comme le note M.C. Arnauld¹⁷, ces groupes mexicains étaient déjà fortement “mayanisés” avant leur arrivée dans les Hautes Terres, ce qui facilita l’intégration des peuples conquis.

138Selon l’une des hypothèses de Fox¹⁸, celle qu’il estime la plus plausible, après la première vague de migrations “pré-toltèques” à l’Epiclassique, se produisit une deuxième vague, toltèque celle-là (par ses affinités avec Chichen Itzá et Mayapan) qu’il date de 1100-1200 ap. J.C., ce qui correspond à l’une des datations C-l4 les plus anciennes de Cauinal ; c’est elle qui serait responsable de la construction des sites défensifs dits “Acropolis”. Ces sites sont, dans la vallée du Chixoy, Tenam (Aguacatán), Xolpacol, Chutixtiox, Chuitinamit-Sacapulas et Cauinal (1ère phase). Fox pense qu’il s’agit encore de petits groupes de guerriers “toltécisés” dont seuls les leaders étaient accompagnés de leurs femmes. En général la population locale n’est pas déplacée ; les nouveaux centres sont construits à faible distance des anciens sur des hauteurs facilement défendables, et parfois fortifiés. Un bon exemple d’un tel site Acropolis, dans le nord du bassin de San Andrés Sajcabajá, est le site de Los Cimientos-Chustum, daté de 1150 ap. J.C., qui remplace le grand centre épiclassique de Pantzac situé, lui, en terrain ouvert. Ce schéma n’est guère applicable pour le fond d’une vallée encaissée comme celle du Chixoy ; nous constatons néanmoins que les centres classiques tardifs sont en général abandonnés, le nouveau centre se transportant sur l’autre rive du fleuve (Chirramos, Chitomax) ou sur une hauteur dans les rares cas où le relief le permet (Pueblo Viejo-Chixoy). Si certains centres classiques subsistent – mais profondément transformés – c’est qu’ils occupent une position particulièrement importante au confluent de plusieurs rivières avec le Chixoy : c’est le cas d’El Jocote et de Chicruz.

139Ces envahisseurs toltèques, qui ont vaincu et assimilé les Pokomam de la vallée, seraient les Agaab ou Ak’ab, un groupe de langue quiché qui aurait occupé la vallée du Chixoy entre Sacapulas et Cauinal, Sacapulas étant alors le centre majeur, siège du rituel du katun dédié à Quetzalcoatl (Fox n. d.). Plusieurs documents ethnohistoriques, dont le Titulo de Totonicapán, mentionnent les Agaab, et Cauinal, où seraient passés les Quiché au cours des pérégrinations qui les menèrent de leur première capitale, Jacaritz, à Chiismachi, près d’Utatlán : ils arrivèrent à “… C’ulba Cawinal, donde construyen sus edificios. Allí se juntaron con los Ak’aab. “Vosotros sois nuestro abuelo, nuestro padre, nuestro superior, nuestra cabeza, les dijeron los Ak’aab a nuestros abuelos y padres, Balam Quitsé, Balam Ak’ab, Majucotaj, junto con el Señor Sakic Ts’utujá el sustituto de Iquí Balam. Ofrecieron humo e hicieron ofrendas delante del ídolo. Solo las crías de culebras y pericos ofrecieron a sus ídolos, allí en Culba Carinal.”¹⁹ Carmack et Mondloch interprètent ce (texte comme révélant la soumission pacifique des Agaab, jusque-là indépendants, à l’Etat quiché dont ils deviennent désormais une des provinces (calpul). Compte tenu de l’antériorité de leur arrivée, il n’est pas impossible que les Agaab aient pénétré dans la région dès l’Epiclassique en s’alliant aux Pokomam pour conserver dans un premier temps la plupart de leurs institutions, comme allaient le faire les Rabinaleb dans le bassin de Rabinal.

140La fondation de Cauinal daterait de la fin du XIIe siècle. Fox, dans une de ses dernières publications²⁰, suggère qu’elle serait le fait des lignages guerriers de Rabinal à partir des centres de Cahyup et Chuitinamit, ce qui supposerait que les Pokomam du bassin de Rabinal auraient été conquis dès cette époque par les Rabinaleb, l’une des trois principales branches quiché (avec les Quiché proprement dits et les Cakchiquel). Il voit dans la grande similitude entre les trois centres de Chuitinamit, Cahyup et Cauinal, ces deux derniers distants seulement de 19km, la preuve de l’existence d’une sorte d’“Etat” rabinal-agaab éphémère. L’inconvénient de cette hypothèse est qu’elle situerait l’occupation du bassin par les Rabinaleb, descendus de leur capitale provisoire de Tzamaneb (située dans la montagne entre Cubulco et Joyabaj), bien avant les dates généralement admises : 1300 à 1350 ap. J.C. La transition entre nos deux périodes, Postclassique et Protohistorique, se situe précisément vers cette date : les Quiché, abandonnant leurs positions dans la montagne, au sud du Chixoy, prennent le contrôle de la vallée et des centres Acropolis. À Cauinal, cet évènement se concrétiserait par deux changements importants sur le plan architectural : le passage du style 1 au style 2 et la construction de temples Jumeaux remplaçant le temple unique sur la pyramide principale.

141La succession des deux styles architecturaux, le plus ancien étant marqué par l’existence de corniches saillantes dans la partie supérieure des gradins ou des murs verticaux, corniches qui disparaissent ensuite sur les gradins étagés, est très nette à Cauinal ; les centres contemporains du bassin de Rabinal ont dû subir une évolution analogue, mais des fouilles seraient nécessaires pour confirmer ce point. Trois des structures de Cahyup (A-2, A-4 et A-12) sont dotées de corniches, sans qu’il soit possible d’affirmer que celles-ci correspondent à une phase ancienne ou tardive, ni même d’ailleurs que ces deux phases aient existé à Cahyup²¹. Seule une fouille clandestine dans la str. A-2 prouve qu’il n’y eut pas là de superposition ; par ailleurs l’architecture de la pyramide à deux temples A-2 est proche de celle de la grande pyramide de Cauinal, bien que les deux temples reposent sur des petites structures séparées dont seul le gradin supérieur est à corniche. On peut penser que la substructure de base à trois gradins verticaux correspond à une phase ancienne : elle aurait alors supporté un temple unique.

142Bien qu’il n’y ait aucun exemple de corniche à Chuitinamit, ce trait n’est pas exceptionnel dans les sites postclassiques de la région : AL. Smith estime même qu’il est commun et en cite comme exemple Chijolom et Las Tinajas en Alta Verapaz²². Fox le considère comme un trait caractéristique des centres akahal, rabinal et pokom sur la frontière orientale de la Mésoamérique²³. On le retrouve en fait sur de nombreux édifices d’un grand site pokom ou akahal, Mixco Viejo (Jilotepeque Viejo), mais ici comme à Cahyup il semble difficile de lui donner une signification chronologique. Bien au contraire, les trois superpositions mises au jour par H. Lehmann²⁴ dans la pyramide C-l de l’ensemble principal montrent, au moins pour les deux dernières, un processus inverse de celui noté à Cauinal puisque la corniche n’apparaît qu’avec la troisième et dernière phase, dans la partie supérieure des quatre gradins verticaux.

143En résumé, le problème chronologique posé par l’existence de la corniche reste ouvert. On peut seulement souligner que ce trait architectural caractérise plutôt les centres postclassiques pokomam et quiché les plus orientaux ; on ne le trouve pas chez les Quiché centraux ni à Pueblo Viejo-Chichaj²⁵, ni sauf erreur à Utatlán et Chisalin²⁶ (Wallace et Carmack 1977, Weeks 1983), non plus que chez les Cakchiquel d’Iximché, tout au moins dans les pyramides-temple²⁷. A Cauinal, l’abandon de la corniche au cours de la deuxième phase pourrait donc être la confirmation de la main-mise des Quiché centraux sur le site.

144Le deuxième changement important à Cauinal est le remplacement, sur la grande pyramide, du temple unique aux murs de torchis par deux temples jumeaux en dur. Il ne s’agit plus là d’un simple détail architectonique : la destruction par le feu, sans doute volontaire, du premier temple, puis la construction, sur la plate-forme surélevée, de deux temples identiques, révèlent une évolution idéologique et peut-être, comme l’a supposé F. Sloane²⁸, 1’imposition par les Quiché d’un culte nouveau dédié à la fois à leur dieu primordial, Tojil-Quetzalcoatl, et à la divinité tribale jusqu’ici honorée par les Agaab (et avant eux par les Pokomam ?), divinité qui pourrait être, selon Fox, Aque (le cerf), ou plutôt Jacawitz, un avatar du dieu du commerce Ek Chuah lui-même intimement lié au jaguar – Awilix, déesse lunaire ? – comme nous le montre l’encensoir à effigie décrit plus haut. Ce couple divin évoquerait aussi celui des deux héros du Popol Vuh, Hunahpu et Ixbalanqué, et reflèterait l’universelle partition du monde en deux pôles complémentaires : masculin et féminin, soleil et lune, ciel et inframonde, montagne et plaine, etc.

fig. 101 – Les deux phases de construction de Cauinal. a/ Maison du conseil A-6.

145Les temples jumeaux sont d’après Fox l’un des traits caractéristiques des sites frontières ; on les trouve à Cahyup et Chuitinamit, où l’évolution pourrait avoir été la même qu’à Cauinal, et aussi à Mixco Viejo (Jilotepeque Viejo) sous la forme un peu différente des deux temples contigus sans substructure commune.

146Il faut noter qu’à Cauinal durant la deuxième phase seule la pyramide de l’ensemble principal supportait deux temples ; celle du groupe C-sud, la seule avec A-l qui nous ait livré la succession des deux phases pour l’ensemble pyramide et temple, n’a jamais supporté qu’un seul temple. Qu’en est-il dans les autres centres postclassiques du Chixoy ? Nous avons dit plus haut que ces centres secondaires étalent généralement organisés sur le modèle élémentaire de la triade pyramide-temple, maison longue, maison du conseil ; mais aussi que cette organisation variait quelque peu d’un site à l’autre. Ces variations dépendent de deux facteurs : l’existence ou l’absence d’un terrain de jeu de balle, et la proximité ou au contraire l’éloignement des deux (ou trois) ensembles constituant le site. À Cauinal, le modèle ternaire est respecté dans tous les ensembles, de B à E, Plan de Tierra Negra et Chicruz, qui devaient être occupés par des lignages majeurs ou secondaires, tandis que l’ensemble A, siège du lignage principal, comprend, outre les trois structures habituelles (ici de dimensions exceptionnelles), trois maisons du conseil supplémentaires, les str. A-6, A-7 et A-10 ; ces dernières pouvaient être des sortes de dépendances représentant les trois lignages majeurs auprès du lignage principal. Le centre de Cauinal concrétise ainsi sur le terrain une organisation sociale dualiste – deux lignages au nord et deux au sud du rio Calá – et quadripartite typiquement quiché. Les autres centres devaient être organisés eux aussi selon un modèle dualiste, regroupant deux lignages secondaires (ou moitiés) selon deux formules possibles :

1471/ juxtaposition étroite des deux lignages, qui éventuellement partageaient la même maison longue. Le cas le plus évident est El Tapial, avec sa disposition en miroir, un temple à l’est, un à l’ouest, la maison longue (commune) au sud, et au nord les deux maisons du conseil partageant la même plateforme. Notons la prédominance du lignage oriental marquée par la hauteur supérieure de sa pyramide et les dimensions de sa maison du conseil ; et soulignons qu’il n’y a pas ici de temples jumeaux mais bien un temple unique pour chaque lignage.

148Peut-on en dire autant des deux pyramides de Chimul, dont chacune supportait un temple ? Sans doute, bien que l’organisation des deux lignages ne soit pas évidente et que le jeu de balle instaure une sorte de déséquilibre.

1492/ C’est aussi le cas à Guajilote, mais nous tombons ici dans le schéma des deux lignages séparés, l’un, A, nettement plus important que l’autre (B), avec le jeu de balle et la maison longue communs aux deux lignages.

Fig. 101 – Les deux phases de construction de Cauinal. b/ Pyramide-temple C-1.

Fig. 102 – Murs verticaux à corniche correspondant à la 1ère phase de Cauinal. a, b/ Cahyup (d’après A.L. Smith 1955). c/ Les trois phases de la pyramide C-1 à Mixco Viejo (d’après A. Aguilar). d/ Mixco Viejo, str. D-1.

150Un autre exemple des deux lignages séparés, sans jeu de balle et sans maison longue commune, est La Capilla de Chirramos, avec ses deux groupes inégaux ; ou encore Chitomax 1 et Chicuxtin, El Cebollal et La Garrucha (trois lignages ?). À El Jocote même, bien qu’il n’y ait qu’une pyramide-temple, un certain dualisme est indiqué par l’existence de deux superstructures sur la maison longue : le deuxième lignage occupait peut-être Pasinaj. De toute façon, il semble bien que l’organisation dualiste, avec l’une des deux moitiés supérieure à l’autre, soit un trait général.

151Une dernière observation sur l’organisation des centres postclassiques concerne le problème de l’orientation des structures. Fox y attache une grande importance et pense discerner des orientations préférentielles dans les pyramides-temple et les terrains de jeu de balle. Il fait avouer qu’aucune règle d’orientation ne nous est apparue évidente dans les sites de la vallée du Chixoy (comme le prouve le tableau 16) et qu’il n’en va pas autrement dans ceux du bassin de Rabinal.

152La toponymie actuelle, comme les références à (C’ulba) Cauinal dans les documents ethnohistoriques et l’Histoire de Brasseur de Bourbourg (1857) ne laissent aucun doute quant à l’identification du site de Cauinal, appelé aujourd’hui Pueblo Viejo par les habitants de la région. L’identification des autres sites de la vallée du Chixoy et du bassin de Rabinal est moins évidente et les conclusions de Fox à ce sujet doivent être acceptées avec prudence. J’ai abordé ce problème dans une précédente publication²⁹, mais il est évident qu’une étude plus serrée des documents (impliquant d’abord une traduction exacte) et de la toponymie régionale serait indispensable.

153Avec ces réserves, notre site de Pueblo Viejo-Chixoy pourrait être le Raxchich mentionné par les Anales de los Cakchiqueles qui définissent ainsi les Pokomam de la région de Rabinal au moment de la conquête quiché : “… los de Mimpokom y los de Raxchich, cuyo pueblo se llama Pazaktzuy”³⁰. Le territoire pokom de Rabinal serait ainsi défini par ses limites, Mimpokom (Chuitinamit) sur le plateau et Raxchich (Pueblo Viejo-Chixoy) dans la vallée, et par sa capitale, Zaktzuy. La description de Brasseur de Bourbourg situe Raxchich au pied du Cerro de la Campana, ce qui correspond bien à l’emplacement de notre site de Pueblo Viejo, mais précise ensuite que les Quiché occupèrent la vallée du Chixoy entre Sacapulas et Zaktzuy, qui serait donc assimilé à Raxchich³¹. Pour Fox, Zaktzuy est notre site classique-épiclassique de Los Encuentros ; une fois conquis pas les Quiché, ceux-ci auraient installé un poste défensif avancé à Pueblo Viejo-Chixoy, l’antique Salamá (Tsalamhá), site qui marquerait donc la frontière de l’Etat quiché face aux Pokomam non-ralliés³². En fait, Los Encuentros et Pueblo Viejo sont deux sites proches (moins de 2 km) et nous avons vu qu’au Classique le second devait dépendre administrativement et religieusement du premier. Il était d’autre part normal que le nouveau centre s’installât à Pueblo Viejo, endroit stratégiquement beaucoup plus favorable au confluent de deux rivières avec le Chixoy : le Carchelá – qui serait, plutôt que le Salamá, la véritable frontière entre Quiché et Pokomam – et le rio Agua Fría, et où le relief permet une installation défensive sur la hauteur de Chiburo. Il faut noter toutefois que cette implantation du groupe G a été plus tardive puisque ce petit centre ne fut apparemment jamais achevé.

154En conclusion, le caractère un peu fragile de ces identifications ne peut masquer le fait que les données archéologiques concordent, grosso modo, avec les données ethnohistoriques. Nous assistons bien, à partir du XIIe siècle – et peut-être même du Xe – à la conquête et à l’assimilation d’une population de langue pokom qui, de gré ou de force, adopte la culture, sinon la langue, des nouveaux arrivants ; la vallée moyenne du Chixoy, encore relativement indépendante sous la domination des Agaab, devient à partir du XIVe siècle partie intégrante de l’Etat quiché dont elle constitue la marche orientale face aux Pokomam. Cauinal, en tant que centre recteur de la vallée, joue alors un double rôle : défense de la frontière grâce à la garnison avancée de Pueblo Viejo-Chixoy, centre de production (il y a une mine de cuivre en face de Chicruz) et de transit pour les relations commerciales entre les bassins au sud du fleuve et la zone d’Uspantán, puis la région Ixil, peut-être même les Basses Terres par la vallée du rio Salinas. Les centres postclassiques dépendant de Cauinal le long du fleuve sont, jusqu’à Chimul, à moins d’une heure de marche l’un de l’autre et les liaisons à vue sont toujours possibles à partir des hauteurs. Bien que la plupart de ces centres, dominés de partout, n’aient aucun caractère défensif, ce dispositif évoque l’idée d’une frontière défendue militairement face au nord, au massif du Chimiagua qui servait peut-être de zone refuge à des groupes autochtones insoumis. Si, à partir de Chimul, le fleuve est toujours encaissé, les plateaux qui le bordent au sud ont permis l’installation de centres importants à proximité : Los Cimientos-Chustum (l’ancien Sajcabajá selon Carmack et Fox) et Chi-Chulajá 8 km à l’ouest, deux sites Acropolis sur la voie de communication sud-nord Sajcabajá-Uspantán (Chamac). Il n’était plus dès lors indispensable d’occuper le fond de la vallée comme c’est le cas plus en aval où les bassins, Canilla, Cubulco, Rabinal, sont isolés du fleuve par des rameaux de la Sierra de Chuacús

Conclusion

155L’occupation de la vallée par les Agaab, désormais étroitement unis aux Rabinaleb, durera jusqu’à la conquête espagnole, avec une brève prise en main de la région par les Cakchiquel en 1517. En 1525 Pedro de Alvarado occupe le Tecucistlán (Rabinal) ; l’abandon du centre fortifié de Pueblo Viejo doit dater de cette période. La conquête religieuse de l’Alta Verapaz ne commencera qu’en 1538 à partir de Rabinal : les dominicains construisent alors à proximité de Pueblo Viejo, au confluent du Carchelá et du Chixoy, un aqueduc et une chapelle³³. Peu après la population sera regroupée pour les besoins de l’évangélisation à San Cristóbal et, pour les villages indigènes situés plus en amont, dans les centres de “réduction” de Rabinal et Cubulco. La vallée du Chixoy est pratiquement abandonnée ; elle le restera pendant trois siècles, au moins officiellement : la survie dans quelques coins perdus de petits noyaux indigènes “irréductibles” était en effet inévitable. Une légende, recueillie à Cubulco par C. Canel auprès d’un habitant de Pasulup (Chicruz), Tomas Camajá, âgé de 25 ans, qui la tenait de son père Lucas, conte l’histoire des “trente derniers habitants de Pueblo Viejo” (Cauinal).

Fig. 103 – Organisation schématique des ensembles cérémoniels élémentaires.

156“Hace más de 120 años, casualmente pasó por Pueblo Viejo una comisión que iba a capturar a unos cuatreros que merodeaban estas regiones. Cuando pasaron por una cumbre, a la que actualmente se conoce como “El Plan del Talpetate”, divisaron hacia abajo y vieron como, en las playas del río Blanco, se encontraban asoleándose unos hombres de piel morena, cuerpo atlético, cabello largo que le caían hasta la cintura, estatura mediana y casi desnudos porque apenas tenían cubiertas las partes de los órganos sexuales. Eran muy incomunicativos entre ellos y muy pensativos.

157Los que formaban la comisión se admiraron de lo que estaban viendo y después de pequeñas contradicciones entre ellos, llegaron a la conclusión de que esos hombres eran : los jicaques.

158Regresaron a Cubulco y dieron parte a sus jefes superiores que ellos habían visto a unos jicaques asoleándose a orillas del Río Blanco. Inmediatamente las autoridades del municipio nombraron otra comisión integrada por policías y tuzuleros que conocían esos parajes. Entre ellos iba Lucas Camajá.

159Cuando llegaron a Pueblo Viejo, rodearon la ciudad y concentraron a los escasos pobladores en una sola casa mientras otros se dedicaron al registro y cateo de las demás casas y templos, pero no encontraron absolutamente nada de valor ni de comer.

160Entonces el jefe ordenó a uno de sus tuzuleros que le hablara en lengua o dialecto y les dijera lo siguiente: Ríndanse y desen por presos. Nosotros traemos órdenes de nuestros jefes de que los llevemos al pueblo para que se bauticen, se hagan cristianos, aprendan a trabajar y dejen de ser jicaques!

161Los descendientes de los Maya-Quichés, asustados y tristes, suplicaron al intérprete que los dejaran en paz, que ellos no estaban haciendo daños a nadie y que les dieran – por lo menos – quince días de licencia o permiso y que durante ese tiempo ellos abandonarían el lugar. El jefe de la comisión les concedió esos quince días y ellos se alegraron sobremanera que les ofrecieron comida y bebida. Los de la comisión, como sentían mucha hambre, sed y tenían duda a saber de dónde sacarían comida y bebida, aceptaron gustosos la invitación. Fueron conducidos a otra casa bien limpia, olorosa y ordenada. Ante ellos pasaron dos hermosas mujeres – que no levantaron la vista ni los saludaron – tendieron un gran mantel en el suelo; este estaba bien bordado con hermosas y extrañas flores.

162Los policías y tuzuleros se sentaron en el suelo a orillas del mantel. A los poco minutos, tres hermosas mujeres más les fueron colocando las tortillas y, en escudillas de barro bien finas, pintadas y adornadas, les colocaron una exquisita comida jamás vista ni probada por ellos. Como era mucho el hambre que tenían, comieron bastante hasta saciarse. Se hartaron de tal manera que olvidaron preguntar qué clase de comida les habían servido.

163Lo que si es cierto – contaba don Lucas – es que todos estaban admirados y un poco asustados porque experimentaban cierto encantamiento por todo lo que estaban viendo y viviendo.

164El jefe de la comisión ordenó nuevamente al intérprete que les dijera que por el momento los dejarían en paz, pero que dentro de quince días volverían allí y si los encontraban nuevamente, entonces no habría más remedio que llevarlos amarrados para el pueblo. Los descendientes de los Maya-Quichés prometieron que se irían de Pueblo Viejo antes de los quince días.

165Y efectivamente... así sucedió. Inmediatamente después que se retiraron los de la comisión, las treinta personas se dedicaron a enterrar a sus dioses, sus utensilios de cocina, sus adornos ceremoniales. Otros subieron a los altos cerros y entre las peñas escondieron todas sus pertenencias de uso más importante y emprendieron su destierro rumbo a los Pajales, Cimientos Calá, Chitac, Chicamán, hasta Chajul donde se asentaron y formaron nuevas familias.

166Dos días después llegó nuevamente a Pueblo Viejo la comisión en la cual iba Lucas Camajá ; pero encontraron la ciudad totalmente desolada. Una sensación de miedo y terror les invadió el cuerpo porque en todo aquello reinaba un silencio de cementerio. Los grandes cerros parecían amenazándoles con derrumbarse sobre ellos como una maldición o castigo. Entonces arrepentidos por sus hechos y con grandes remordimientos regresaron a Cubulco.

167Así termina la historia de los treinta últimos pobladores de Pueblo Viejo quienes fueron desterrados del lugar donde fueron creados por sus padres, donde sembraron su maíz, donde adoraron a sus dioses.

168Con el transcurso del tiempo, dicho lugar se fue llenando de huatales, las casas, plazas, calles y templos se fueron llenando de monte y poco a poco se derrumbaron. Hace pocos años vinieron los extranjeros y pusieron peones a limpiar toda la ciudad; llevaron aparatos, excavaron y se llevaron muchas cosas bonitas de allí. “Hoy todo parece ser un gran rastrojo”.

169Après le viol des archéologues, l’eau du barrage hydroélectrique, rongeant peu à peu les fondations des pyramides à demi immergées, devait être l’ultime épreuve de Pueblo Viejo-Cauinal.

Notes de fin

1 A l’exception du groupe G de Pueblo Viejo-Chixoy.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 15 Datation C-14 des sites classiques et postclassiques.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 77 Plan du site d’El Talpetate (voir p. 152, Fig. 77b)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 73 – Carte de l’occupation postclassique dans la vallée du Chixoy et les régions voisines.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 74 – Le centre de Cauinal : plan.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 74 – Le centre de Cauinal : vue aérienne.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 75 – Carte de Cauinal et de ses annexes.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Fig. 76 – La structure principale de Chicruz : reconstitution d’Adán Aguilar montrant les superpositions du Protoclassique au Postclassique et l’autel en forme de jaguar.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 77 – Le site d’El Talpetate. a/ Plan. b/ Deux exemples de structures rondes.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 78 – Le centre cérémoniel d’El Jocote.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 79 – El Jocote : marqueur du jeu de balle et boulet en forme de tête de mort au pied de la pyramide-temple postclassique.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 80 – a, b, c, d/ Plan des petits ensembles cérémoniels postclassiques : Pasinaj (a), Chicuxtin (b), La Capilla de Chirramos.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 80 – c, d/ La Capilla de Chirramos.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 81 – Le site de Patuy.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 82 – El Cebollal, au confluent du rio Chibalam avec le Chixoy.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 83 – Plan du site d’El Tapial.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 84 - El Tapial. a/ Vue prise de l’aval. b/ Temple de la pyramide A-3, 1ère phase.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Fig. 85 – Le site de Guajilote.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 86 – Guajilote vu de la rive opposée.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 87 – Le site de Chimul, le plus en amont dans la zone reconnue.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 88 – La pyramide-temple A-2 de Chimul et la statue stuquée au pied de l’escalier (la position du bras gauche est douteuse).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Fig. 89 – Chimul. a/ Structure ronde B-13. b/ Détail de la corniche de la str. A-6.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 90 – Pueblo Viejo-Chixoy : la maison longue A-1 et le groupe G, postclassiques.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 91 – L’ensemble d’habitation XXXII de Cauinal, groupe A’, et l’escalier d’accès à partir de la grande place.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 92 – Ensemble d’habitation A’ de Cauinal. a/ Atelier d’obsidienne. b/ Four à chaux.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 93 – Céramique postclassique. a, b/ Jarres utilisées comme urnes funéraires. (Chicruz). c/ Tessons à empreintes de tissu, de natte.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 94 – Polissoir fixe et polissoir portable à Cauinal.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 95 – Artefacts d’obsidienne : pointes bifaces amygdaloïde (a) et foliacée (b) ; pointes de flèche à encoches latérales, base rectiligne ou à encoche.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 96 – La “maison du conseil” C-3 de Cauinal : dans le recoin-autel, un encensoir à effigie d’Ek Chuah et une tête de cerf (?) en pierre volcanique trouvés in situ.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 97 – Les pyramides-temple de Cauinal. a/ La pyramide principale A-1, face sud : on distingue la substructure ancienne de quatre gradins sur laquelle on a construit, au cours d’une deuxième phase, la substructure à deux gradins et les deux temples tardifs. b/ Autel ellipsoïdal au pied de la pyramide C-l.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 98 – Petit autel extérieur et sépultures dans l’ensemble d’habitation A’ de Cauinal.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre TABLEAU 16 Dimensions et orientation des structures cérémonielles postclassiques (2ème phase)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Fig. 99 – Instruments du culte. a/ Encensoir à manche phallique décoré d’une tête d’Ek Chuah. b/ Urne funéraire portant le motif du serpent double et une tête de jaguar sur l’anse. c/ Manche d’encensoir décoré du motif du serpent à plumes. d/ Sculpture de pierre ponce, représentation probable de Quetzalcoatl. Ces objets proviennent de Cauinal, sauf c (Los Encuentros). e/ Ocarina à trois corps trouvé au pied de la grande pyramide de Cauinal et objet comparable décoré d’une tête d’Ek Chuah, provenance inconnue (Museo Nacional de Arqueología y Etnología, Guatemala).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 100 – Schéma du peuplement postclassique.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende fig. 101 – Les deux phases de construction de Cauinal. a/ Maison du conseil A-6.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 101 – Les deux phases de construction de Cauinal. b/ Pyramide-temple C-1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 102 – Murs verticaux à corniche correspondant à la 1ère phase de Cauinal. a, b/ Cahyup (d’après A.L. Smith 1955). c/ Les trois phases de la pyramide C-1 à Mixco Viejo (d’après A. Aguilar). d/ Mixco Viejo, str. D-1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 103 – Organisation schématique des ensembles cérémoniels élémentaires.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7137/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search