Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 6 : La Vallée moyenne du Rio Chixoy (Guatemala)

 | 
Alain Ichon
, 
Denise Douzant-Rosenfeld
, 
Pierre Usselmann

2ème partie. Le Peuplement préhispanique

Chapitre IV. L’occupation épiclassique (900-1100 ap. J.C.)

Texte intégral

1La période qui va du Xe au XIIe siècle de notre ère est, selon la terminologie habituelle, le Postclassique ancien. Cette expression évoque une rupture avec la période classique et l’apparition d’une culture nouvelle, qui présenterait déjà tous les caractères spécifiques du Postclassique, c’est-à-dire d’une culture qui était encore celle des autochtones au moment de l’arrivée des Espagnols.

2Nous avons préféré adopter le terme d’Epiclassique – ce pourrait être aussi celui de Classique terminal – pour cette période, qui nous paraît, au total, présenter fort peu de caractères postclassiques mais bien au contraire perpétuer dans l’ensemble les traditions du Classique tardif, avec cependant l’apparition de traits culturels originaux dans certains domaines précis, par exemple dans l’architecture et surtout dans les pratiques funéraires. La véritable rupture avec le Classique n’interviendra que plus tard, vers 1150 ap. J.C.

3Cette évolution nous est apparue assez clairement dans la vallée du Chixoy comme dans les sites de la région de San Andrés Sajcabajá et Canilla que nous avons fouillés, en particulier Los Cerritos-Chijoj¹. Elle est beaucoup moins évidente, il est vrai, dans d’autres régions voisines, à tel point que plusieurs auteurs ont nié l’existence d’une phase épiclassique : ainsi R. Stewart et R.K. Brown pour la région de Chichicastenango, A. Ciudad pour celle de Totonicapan². Je tâcherai d’expliquer les raisons de ce scepticisme en défendant l’hypothèse que l’Epiclassique a été en réalité un phénomène très général dans les Hautes Terres septentrionales.

4L’Epiclassique est, selon les données de nos fouilles, caractérisé par un ensemble de traits que j’ai analysés dans notre publication de 1984 sur Los Encuentros (AS-4 : 92-96), le principal – et unique – centre important de la vallée durant cette période : cette analyse concerne l’architecture, la religion et les vestiges de la culture matérielle. Ces traits sont, il faut l’avouer, beaucoup moins nets dans les autres sites : les manifestations épiclassiques y sont essentiellement négatives, c’est-à-dire matérialisées par le viol des tombes classiques, sans que d’ailleurs l’occupation classique ait véritablement changé de nature. Ces manifestations, réduites parfois à la présence de quelques tessons caractéristiques dans les déblais, ont été relevées dans les sites suivants, outre Los Encuentros : Pueblo Viejo-Chixoy, El Jocote, Guaynep, Chitomax 1, Chirramos et San Juan las Vegas. Notons que tous ces sites étaient occupés au Classique tardif et que tous, sauf El Jocote, ont été abandonnés au Postclassique : ce fait parait essentiel car il met en évidence la rupture due à l’arrivée du Postclassique dont je parlais plus haut.

L’Epiclassique à Los Encuentros et dans les sites de la vallée du Chixoy

5Aucune datation absolue n’ayant été obtenue à Los Encuentros pour cette période, il est parfois difficile de distinguer, sur ce site, ce qui est classique tardif de ce qui est proprement épiclassique.

6Dans l’architecture par exemple, dont le trait le plus spectaculaire est l’existence de vastes plans inclinés entièrement revêtus de dalles blanches de tuf ou de caliche, on ne peut affirmer que ces derniers aient été construits à l’Epiclassique : les superpositions mises au jour dans le jeu de balle semblent prouver le contraire, de même que le rapprochement de notre site avec ceux de la Verapaz – Chijolom, Chichén – eux aussi classiques tardifs (bien qu’ils aient continué à être occupés au Postclassique). Cependant la construction classique est typiquement à gradins verticaux ; avec l’Epiclassique pourrait réapparaître une tendance à l’inclinaison des parois, qui semble avoir été de règle au Protoclassique ancien (voir La Lagunita, ou à Los Encuentros l’avant-dernière phase de la pyramide A-2), et qui réapparaîtra au Postclassique, tout au moins pour les rampes d’escaliers et la base des temples.

7Deux modifications architecturales importantes du centre cérémoniel classique ne sont pas datées avec certitude : la transformation du jeu de balle fermé en jeu de balle à extrémités ouvertes, et l’allongement remarquable de la str. A-2 par fusion des deux plates-formes existantes. Il paraît probable que cette dernière transformation au moins, observée dans d’autres sites (et pas seulement dans la vallée du Chixoy) marque un souci de contrôle politico-administratif du centre préfigurant l’évolution postclassique du même type de structure vers la “maison longue”, siège politique des lignages majeurs chez les Quiché ; mais il est vrai qu’un type de “maison longue, considéré par nous comme une construction civique ou administrative, existe déjà dans les centres classiques tardifs.

8Dans les structures où ont été mises en évidence les superpositions, il semble bien que les dernières phases de construction, consistant en général à surélever la plate-forme des principales structures, soient épiclassiques. Sur la pyramide principale, le grand temple classique tardif a été comblé, mais il n’y a aucune preuve que la nouvelle plate-forme n’ait jamais supporté un temple – ce que confirme d’ailleurs l’élimination définitive des pratiques religieuses classiques. Par contre, la “maison du chef”, si l’on en juge par le matériel du remblai, aurait été réoccupée sans subir de modifications majeures.

9Un autre trait (négatif) important de l’architecture épiclassique est que le revêtement de stuc, sur les murs des édifices comme sur le sol des cours et des plates-formes, n’a pas encore fait son apparition, bien que la technique de fabrication en soit connue : un bloc de stuc, parfaitement lisse et dur, provient du remblai de la pyramide A-2. Une observation analogue a été faite dans le grand centre épiclassique de Pantzac (San Andrés Sajcabajá), où le stuc est utilisé dans le remblai ou comme liant entre les pierres mais jamais comme revêtement. Le revêtement typique de l’Epiclassique, quand il existe, est encore l’argile lissée et parfois durcie par le feu.

10C’est dans le domaine religieux que l’Epiclassique va amener les changements les plus draconiens : ils se manifestent surtout dans la profanation des tombes classiques, opération qu’on a pu qualifier de systématique dans certains sites des bassins comme Los Cerritos-Chijoj (Canillá). Le problème à Los Encuentros vient de ce que la plupart de ces tombes ont été réutilisées après avoir été violées, ce qui n’est pas le cas à Los Cerritos, où elles étaient comblées de matériaux divers, pierres, tessons, etc. puis définitivement abandonnées. Encore faut-il distinguer, dans la vallée du Chixoy, le cas des tombes voûtées et celui des tombes à toit plat et des cistes.

11Les quatre tombes voûtées de Los Encuentros ont été attribuées au Classique tardif et décrites avec les pratiques funéraires de cette période. Le viol n’est évident que dans celle du bloc central de la grande pyramide : dans cette tombe vidée, les vestiges d’une occupation antérieure sont éloquents et l’unique poterie, un encensoir à manche contenant du charbon, est de type épiclassique. L’accès à la tombe par l’antichambre et le couloir situé vers l’arrière a été scellé : enfin il semble bien qu’il y ait eu réaménagement du bloc central, qui contenait diverses poteries de style tardif et une sépulture d’adulte accompagnée d’une pierre portant les signes incisés du jeu de patolli (AS-4 : 20, fig. 85, 98).

12La tombe 2, au pied du monticule ouest du jeu de balle, a été réoccupée mais son accès était interdit par les deux cistes qui, elles, furent vidées de leur contenu et remplies de pierres.

  • 1 L’un de ces vases stuqués a conservé une bonne partie de son décor (A-4 : fig. 89). J’ai interprété (...)

13Trois des tombes ont été réutilisées ; leur mobilier nous fournit un bon échantillon des poteries et autres objets funéraires épiclassiques. La tombe 2 (ibid. : 50) abritait les sépultures secondaires de deux adultes aux ossements mêlés et incomplets (il n’y a pas de crâne), une douzaine de poteries, des objets de parure : fragments de disque à mosaïque de pyrite, perles et pendentifs de jade ou de pierre verte, lames d’obsidienne (dont une verte) et petit fragment d’une plaque d’or à décor repoussé. Une grande partie de ce mobilier pourrait figurer dans une tombe classique, en particulier les vases cylindriques ou jarres stuquées1, les disques de pyrite et les perles de jade ; plusieurs poteries, par contre, sont certainement épiclassiques, tels le petit vase godronné de type Tohil Plombé et les deux plats tripodes à supports zoomorphes moulés et décor négatif (ibid. : fig. 95a, 96a) ; d’autres, vases rouges à effigie anthropo-zoomorphe, n’ont pas d’équivalents dans nos encensoirs classiques tardifs et pourraient être également épiclassiques (ibid. : fig. 91 b, c) . Enfin le métal n’a pu apparaître, et l’obsidienne verte réapparaître, avant l’Epiclassique.

14La tombe 3, sur la face est du même monticule, contenait les restes de deux adultes, dont un très incomplet, trois poteries rouges entières (un vase piriforme et deux bols tripodes à supports moulés), quelques fragments d’un vase Tohil Plombé à effigie, et une quinzaine de petites perles bleu-vert de microline (ibid. : fig. 42-44). Tout ce matériel est épiclassique et rien ne prouve que la tombe ait été occupée auparavant. Par contre elle a probablement été rouverte, ou bien l’on a profité de l’effondrement de la voûte pour y introduire une partie du mobilier et l’un des deux occupants.

Fig. 72 – Poteries du Classique tardif ou de l’Epiclassique provenant de la tombe 2 de Los Encuentros, sur la face ouest du jeu de balle.

15La tombe 4 (ibid. : fig. 49a), en fer à cheval, abritait, elle, trois adultes en position assise et un mobilier groupé au pied des squelettes : six poteries épiclassiques (trois vases Tohil Plombé, un vase piriforme rouge tripode et un bol tripode à supports moulés, un petit vase Orange Fin) et quelques objets de parure, dont une partie contenue dans ce dernier. Comme pour la tombe 3, il n’est pas impossible que les enterrements dans la tombe 4 aient été successifs : on aurait pu y accéder soit par la dalle de tuf servant de porte, soit plutôt par celle recouvrant la partie haute de la voûte restée ouverte.

16De cette brève description des tombes voûtées de Los Encuentros, on retiendra que la construction de ces tombes date probablement du Classique tardif : que dans un cas au moins elles ont été violées et vidées de leur contenu avant d’être scellées et abandonnées (la grande tombe 1) ou réutilisées, sans doute à plusieurs reprises, à l’Epiclassique. Ainsi, la tombe voûtée épiclassique abrite toujours plusieurs squelettes : ils sont parfois entiers et en connexion – dans la tombe 4 en position assise – mais plus fréquemment il s’agit de sépultures secondaires et de squelettes incomplets. Le mobilier, constitué surtout de poteries cérémonielles ou de service, est déposé à proximité de la porte, nettement séparé des squelettes ; il comprend aussi des objets de parure en pierre, exceptionnellement en métal. Le fait que seule la grande tombe de la pyramide principale n’ait pas été réutilisée a déjà été souligné.

17Nous avons vu que dans les autres sites il n’y a pas de tombes voûtées mais des tombes à toit horizontal généralement recouvertes de dalles de schiste ; et que nous les avons trouvées pour la plupart profanées, vidées de la plus grande partie de leur contenu, puis comblées et recouvertes de pierre ponce. Dans deux cas cependant, la grande tombe de Chirramos et la petite tombe de San Juan las Vegas, il ne semble pas qu’il y ait eu viol de la tombe mais plutôt effondrement naturel du toit, et les occupants étaient encore en place.

  • 2 L’anthropologue Véronique Gervais-Cloris, qui a étudié ce squelette, estime qu’il s’agit d’un adult (...)

18Qu’en est-il par ailleurs des tombes en ciste ? Les deux cistes du jeu de balle de Los Encuentros ont été violées et comblées de pierres ; les deux cistes de Chicruz furent aussi perturbées, peut-être à une époque récente. Par contre nous avons mis au jour quatre cistes classiques intactes à El Jocote et une ciste épiclassique au pied de la structure principale de Chitomax 1 (AS-5 : fig. 106a) : cette petite construction assez fruste, faite de grandes dalles dressées mais sans toit, de plan à peu près circulaire, contenait un squelette d’adulte2 en position assise face au sud, c’est-à-dire à la place cérémonielle, accompagné d’une jarre Tohil Plombé contenant des ossements de raton laveur. La ciste a été construite au pied de l’escalier classique et recouverte par un escalier plus tardif (à moins qu’elle n’ait été intrusive dans les marches inférieures de ce dernier ? Aucune construction, à Chitomax 1, ne semble postérieure au Classique tardif).

19En dehors des tombes voûtées de Los Encuentros et de la ciste de Chitomax 1 nous n’avons trouvé dans la vallée du Chixoy aucune sépulture qui puisse être datée avec certitude de l’Epiclassique. Cette absence est curieuse car les sites des bassins, à La Lagunita et Canillá, ont livré des sépulture épiclassiques à même le sol, intrusives sous les plates-formes des pyramides plus anciennes ; les corps sont toujours en position assise, parfois protégés par des dalles et accompagnés de poteries caractéristiques³. Rien de tel dans les niveaux supérieurs des pyramides du Chixoy. Le seul cas douteux serait celui des deux sépultures d’adultes en position assise ou repliée mises au jour au centre de la place d’El Jocote (AS-3 : fig. 69, 70), protégées par des pierres et accompagnées de deux poteries à supports ou tenons moulés. Mais ce type de poteries va subsister après l’Epiclassique et la position des sépultures, au centre exact d’une place qui ne sera bien délimitée qu’au Postclassique, prouverait plutôt que cet ensemble, comprenant aussi une jarre funéraire, date de cette période.

20Les pratiques funéraires décrites ci-dessus prouvent qu’il y eut, à l’Epiclassique, un abandon et même un rejet violent des pratiques antérieures, sauf toutefois en ce qui concerne l’utilisation des tombes voûtées à Los Encuentros. Ce dernier point peut s’expliquer si l’on admet l’origine “mexicaine” de ces nouvelles influences, qui seraient venues des Basses Terres : la coutume de la tombe voûtée ayant été elle-même adoptée des Basses Terres, il serait logique qu’elle ait été préservée, alors que les sépultures des autres types étaient “désacralisées” et définitivement abandonnées. Quant à l’origine mexicaine de ces nouvelles pratiques religieuses et funéraires, elle est bien prouvée par l’iconographie des dieux mexicains figurant sur les poteries ou les encensoirs, comme par le type des poteries à pâte fine originaires de la côte du Golfe. Il faut souligner toutefois que ces nouveaux dieux peuvent coexister avec les anciens, à preuve cette poterie représentant le dieu solaire et contenant 21 lames d’obsidienne verte trouvée au pied du jeu de balle (AS-4 : fig. 32). D’autre part, la poterie domestique ou de service, en dehors des tombes, reste essentiellement classique tardive, bien qu’en Verapaz M.C. Arnauld signale certains changements dans la texture et la composition de la pâte, la forme des jarres et des comals de son complexe céramique Samac du Postclassique ancien qui correspond à notre Epiclassique⁴.

La céramique épiclassique

21Je définirai ici à grands traits le sous-complexe rituel funéraire épiclassique, qui comprend :

221/ des types importés : le Tohil Plombé dont les formes et les décors très variés sont bien connus ailleurs : bol tripode à supports bulbeux décoré d’une frise de motifs simples incisés ; petites jarres piriformes “en lampe de cheminée”, à piédestal, même décor que le précédent ; petit vase à corps globulaire, col haut, base plane ou supports bulbeux ; le corps est à côtes de melon ou décoré d’une effigie (Tlaloc…) ; vases zoomorphes modelés en forme de chien, d’oiseau, etc.

23Le Y Fine Orange (groupe Altar de Sacrificios ?) n’est représenté que par quelques rares tessons et une seule poterie entière dans la tombe 4 de Los Encuentros : c’est un petit vase tripode à supports bulbeux, décor incisé, excisé et appliqué, ce dernier représentant un crapaud.

242/ En dehors de ces types importés, on peut distinguer trois groupes qui pourraient être de fabrication locale, mais visiblement influencés, quant à leur forme et à leur décor, par ces apports étrangers :

25– le Rouge-Orange Poli se présente sous quatre formes principales : la jarre piriforme tripode ou à piédestal, le vase cylindrique à piédestal, le bol à supports anthropo-zoomorphes moulés, parfois bulbeux, le vase-effigie ou céphalomorphe, cylindrique ou globulaire, avec ou sans couvercle représentant la coiffure du personnage (AS-4 : fig. 91, 94). Les poteries de ce groupe sont engobées d’un rouge-orange poli mais non lustré.

26Le groupe Rouge-sur-Creme n’est représenté dans la vallée du Chixoy que par des tessons, mais plusieurs poteries entières proviennent de La Lagunita⁵. Il y aurait deux formes principales : le bol en calotte à hauts supports coniques creux, faisant sonnailles, simplement décorés de bandes parallèles rouges sur un engobe crème épais ; le bol tripode ouvert à hauts supports cylindriques creux, engobé de crème, puis de rouge, laissant une bande décorée de motifs de grecques ou de tresses incisés, parfois excisés. Ce groupe, représenté à Los Encuentros par un tesson trichrome que nous avons illustré (AS-4 : fig. 65c), correspond au Jamaica Dichrome Incisé du complexe Samac de la Verapaz, dans lequel les supports sont zoomorphes moulés. C’est le Red-on-Incised White ou le Carved Red-on-Tan de Wauchope, le Carved Ware de Fox⁶.

27Dans le groupe à Décor Négatif, la peinture brun-noir sur engobe crème délimite des motifs complexes : bandes, ronds, oiseaux stylisés. Le style rappelle celui du Zaculeu Resist Painted. On trouve deux formes : la plus courante est le plat ouvert à trois supports zoomorphes moulés (AS-4 : fig. 65b, 95) et le petit vase à fond plat, parois convexes décorées de motifs géométriques gris sur fond blanc (ibid. : fig. 94d).

28Les encensoirs à manche appartiennent à deux groupes : l’un, dans la tradition de son homologue classique : un bol simple (dont la base porte maintenant une dépression arrondie, mais n’est pas encore perforée), doté d’un manche cylindrique creux, non décoré ou décoré d’une tête de serpent à plumes (AS-4 : fig. 65a, 98a). L’autre est plutôt de type mixtèque, à trois pieds dont l’un, plus long, sert aussi de manche. Le seul exemplaire, incomplet, provient du bloc central de la grande pyramide de Los Encuentros ; il est décoré de zones rouges et oranges sur engobe crème poli et de volutes en négatif (AS-4 : fig. 98b).

29Les encensoirs à effigie semblent avoir disparu, remplacés par les vases céphalomorphes à couvercle ou cylindriques à masque anthropo-zoomorphe appliqué de la tombe 2 de Los Encuentros (voir supra), que nous avons rattachés au groupe Rouge-Orange Poli bien qu’ils ne soient pas engobés. Le vase à effigie de dieu solaire trouvé dans l’angle de l’escalier du jeu de balle est exceptionnel : sur l’argile naturelle brun-rouge, on voit les traces d’un décor polychrome jaune, rouge et bleu soulignant les traits de la face.

Conclusion sur l’Epiclassique

30L’Epiclassique dans la vallée du Chixoy se présente donc comme l’intrusion d’un sous-complexe culturel, que l’on a trop souvent limité à quelques types de céramiques étrangères à pâte fine trouvés dans les tombes, mais qui touche en fait d’autres aspects du complexe culturel classique tardif comme l’architecture, et peut-être l’ensemble du fonctionnement politico-religieux des centres. Cette intrusion concerne toute la zone étudiée, mais elle n’est évidente que dans le centre principal, Los Encuentros, alors qu’elle ne se manifeste dans les centres secondaires que sous une forme négative – le viol des tombes – ou par l’existence de quelques rares tessons caractéristiques. Ceci explique, à mon avis, la faible ampleur géographique et la faible importance attribuées parfois au phénomène épiclassique : d’une part il n’a touché véritablement que les centres les plus importants, d’autre part il s’est manifesté surtout sous des formes difficiles à déceler parce qu’elles touchent les sépultures et les tombes, et ce de façon positive – un mobilier funéraire de type nouveau – mais surtout négative : la profanation des tombes classiques.

31Il faut souligner encore une fois, dans cette phase épiclassique, le double caractère de continuité avec la période classique précédente, dans l’implantation et l’organisation générale des centres, l’architecture, la poterie domestique..., et l’introduction violente des nouvelles pratiques funéraires, violence n’impliquant d’ailleurs pas une action militaire qui n’aurait laissé aucune trace visible (sauf peut-être la sépulture collective de San Juan las Vegas ?). Le troisième caractère du complexe épiclassique est qu’il préfigure dans une certaine mesure la culture postclassique qui va lui succéder ; mais les traits épiclassique qui survivront au Postclassique, tels que certains types de céramique rituelle ou certaines traditions céramiques comme la décoration moulée des supports et des anses, ou même sur le plan architectural celui de la “maison longue” civico-administrative, sont peu nombreux et dans un contexte général de continuité si évident que s’impose le terme de Classique terminal, ou celui d’Epiclassique que nous lui avons préféré.

32Une fois admise l’importance culturelle du phénomène épiclassique et son omniprésence dans la région étudiée (rappelons qu’il nous est d’abord apparu avec évidence non sur le Chixoy mais dans les bassins de San Andrés Sajcabajá et Canillá), le problème essentiel est de déterminer les modalités de son implantation, soit qu’il s’agisse d’une évolution in situ de la culture classique locale, soit au contraire qu’il y ait eu intrusion physique de groupes humains porteurs de ces nouveaux traits culturels. On insiste aujourd’hui avec raison sur la nécessité d’une démarche mettant en valeur les capacités de toute culture à inventer, ou adopter – et adapter – des formes nouvelles de vie et de pensée, avant toute hypothèse diffusionniste. Il est certain qu’aucun groupe humain n’est totalement isolé, et nos sites du Chixoy ne font pas exception à la règle : nous avons noté en particulier dans la céramique les fortes influences reçues de la Verapaz et, peut-être indirectement, des Basses Terres. Le rôle des marchands professionnels, que l’on voit représentés de façon réaliste, avec leurs attributs, sur certains tessons à décor incisé, dans cette transmission culturelle n’est certainement pas négligeable ; il est même possible qu’à l’instar des pochtecas aztèques, leurs activités aient dépassé le simple cadre commercial pour s’immiscer dans la politique. En tout état de cause, il semble bien ici que le caractère brutal (bien que sans doute pacifique) de l’intrusion, et le fait qu’elle se soit surtout – mais non exclusivement – manifestée dans le domaine religieux et plus spécifiquement funéraire, attestent l’arrivée sur le Chixoy de groupes nouveaux, sans doute numériquement faibles, peut-être réduits à l’élément masculin (ce qui expliquerait que la céramique domestique, domaine de la femme, n’ait pas évolué parallèlement), mais assez puissants néanmoins pour imposer un ensemble de pratiques très différentes de celles qui étaient suivies dans la région depuis au moins neuf siècles.

33Les IXe-Xe siècles ap. J.C. sont une période de profonds bouleversements, et la décadence de la civilisation maya classique du Petén a peut-être en partie été provoquée par, et a dû par la suite engendrer d’importants mouvements de population. Les premières arrivées d’immigrants de la côte du Golfe dans les Hautes Terres maya dateraient de cette période. J.W. Fox, qui a abondamment décrit ce processus de “mexicanisation” (1980), situe vers 800 ap. J.C. l’arrivée sur les rios Negro (Chixoy) et Motagua de la première vague de migrations qu’il appelle “pré-Toltèque” ou “Pré-Acropolis”. Malheureusement l’analyse qu’il fait du “modèle épiclassique” adopté à cette époque dans les sites des Hautes Terres s’écarte sensiblement de ce que nous observons sur le Chixoy ou dans les bassins au sud du fleuve : nous n’avons nulle part noté l’abandon des centres classiques tardifs, ou leur agrandissement par construction d’un ensemble d’édifices “mexicains” contigu à l’ensemble classique et beaucoup plus important que lui ; les nouvelles formes architecturales telles que le temple rond ou ovale, les édifices à colonnes, le jeu de balle en I, à l’exception de la “maison longue”, n’apparaîtront ici qu’au Postclassique. A l’inverse, certains traits que Fox attribue à la deuxième vague d’immigrants Toltèques, vers 1100 ap. J.C., sont apparus chez nous dès l’Epiclassique, par exemple pour la céramique, le Tohil Plombé et le Carved Ware.

34Par ailleurs, Fox, bien qu’il soit résolument diffusionniste et qu’il explique les migrations maya-chontal ultérieures par un processus historique découlant de leur organisation en lignages segmentaires, souligne les motivations économiques de ces implantations épiclassiques sur les grandes voies de communication que constituent les deux grands fleuves – Usumacinta et Motagua – vers le golfe du Mexique et la côte caraïbe, et à proximité des ressources locales, obsidienne, jade, sel… justifiant ce commerce. Quelle que soit l’attitude adoptée, on doit reconnaître qu’il y eut de tout temps entre Hautes et Basses terres des relations commerciales suivies ; celles-ci n’étaient d’ailleurs pas de même nature selon qu’il s’agissait de contacts sud-nord, portant essentiellement sur des produits utilitaires dont le Petén est naturellement dépourvu, ou de contacts nord-sud portant au contraire sur des produits élaborés, somptuaires et donc de caractère plus ou moins rituel. Ces relations, si elles n’expliquent pas à notre avis toute l’évolution régionale épiclassique, ont pu pour le moins préparer le terrain et faciliter l’intégration de la population locale au nouveau système politico-religieux qui allait s’installer définitivement dans la région à partir du XIIIe siècle.

Notes de fin

1 L’un de ces vases stuqués a conservé une bonne partie de son décor (A-4 : fig. 89). J’ai interprété de façon erronée la scène représentée : le personnage principal est évidemment le plus à gauche (1 sur la fig. 86), faisant face à la procession des dignitaires.

2 L’anthropologue Véronique Gervais-Cloris, qui a étudié ce squelette, estime qu’il s’agit d’un adulte de sexe masculin, de 35 à 45 ans ; le crâne présente un aplatissement postérieur, avec plagiocéphalie, peut-être dû à un modelage intentionnel, La stature était de 165 cm. “Dans la proportion des membres, deux indices ont un intérêt particulier : l’indice radio-huméral (80,3) et l’indice tibio-fémoral (87,1) qui ont une signification pour la détermination raciale des sujets. Dans le cas présent, ils classent ce sujet dans la catégorie négroïde. Faute d’éléments de comparaison, on ne peut évidemment tirer aucune conclusion générale quant à l’existence d’une population ‘négroïde’ dans la vallée.” Notons simplement qu’une observation analogue a été faite par V. Gervais-Cloris sur l’un des squelettes mis au jour dans un cimetière postclassique de Mixco Viejo.

Table des illustrations

Légende Fig. 72 – Poteries du Classique tardif ou de l’Epiclassique provenant de la tombe 2 de Los Encuentros, sur la face ouest du jeu de balle.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search