Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 6 : La Vallée moyenne du Rio Chixoy (Guatemala)

 | 
Alain Ichon
, 
Denise Douzant-Rosenfeld
, 
Pierre Usselmann

2ème partie. Le Peuplement préhispanique

Chapitre III. La vallée du Chixoy au Classique tardif (600-900 ap. J.C.)

Texte intégral

1C’est durant cette période que l’occupation de la vallée a été la plus dense : sur les quarante sites reconnus, une trentaine ont vu leur apogée au Classique tardif : les dix autres sont postclassiques.

2Ce fait n’implique pas une rupture avec la période précédente : il est probable que les nouveaux venus appartiennent au même fonds ethno-linguistique que les occupants antérieurs arrivés vers le début de notre ère, c’est-à-dire qu’ils sont de langue pokom. D’ailleurs les sites occupés durant le Préclassique et le Classique ancien continuent de l’être, mais ils se développent et se dotent parfois d’un petit centre cérémoniel. Il y a non seulement croissance démographique, mais aussi apparition de centres civico-religieux formant un réseau structuré qui n’était jusqu’ici qu’ébauché.

3Huit de nos datations, sur une vingtaine (voir Tableau 15), concernent cette période, dont les dates limites peuvent être fixées à 600 ± 60 (Los Encuentros) et 870 ± 70 (Chitomax).

4Les sites occupés durant le Classique tardif sont les suivants :

  • sur le Chixoy, en partant du barrage vers l’amont : Pueblo Viejo-Chixoy (groupes A à F), Los Encuentros (groupe A et ensembles annexes : Las Tunas, gr. B, G, Chuachijoj, Chisamá, Paxac), El Mojón, Río Negro, Chisajcap, Chicruz, El Jocote, Guaynep, Chitomax 1, Chiventur (?), Chirramos ;

  • sur le rio Carchelá : Santa Ana, La Cuevita, El Zapote ;

  • sur le rio Salamá : Los Encuentros (groupes C, F, Chileón, El Pretil), Pablo Osorio, Santa Rosa, Camalmapa ;

  • sur le rio Calá : Cauinal (groupe C) ;

  • sur le rio Chicruz : Lucas Teletor, Pachic (?), San Juan las Vegas (groupes A à E), Chilu 2 (?) .

5Environ la moitié de ces sites possèdent une ou plusieurs structures cérémonielles ; les autres sont de simples ensembles d’habitations. Il importe cependant de préciser ce classement selon une hiérarchie tenant compte du nombre de structures, de l’organisation d’ensemble du site, de l’existence de structures non résidentielles (funéraires…). On peut ainsi distinguer quatre catégories de sites.

61/ Les petits ensembles d’habitation simples. C’est l’informal settlement cluster de Hammond (1975). Bien que toutes les structures soient en principe des habitations, il est possible que certaines d’entre elles aient eu une fonction particulière en tant que maison du chef, ou monticule funéraire par exemple.

7Cet habitat est groupé et non dispersé : nous n’avons pas noté de structure isolée. En outre le plazuela group de Hammond, c’est-à-dire l’ensemble isolé d’habitations ou d’annexes groupées autour d’une place, est exceptionnel (Paxac, Pueblo Viejo) et fait toujours partie d’un ensemble plus vaste.

82/ Les ensembles d’habitation dotés d’une ou deux structures cérémonielles ne constituant pas un “centre” proprement dit. La fonction cérémonielle des structures, déduite surtout de leurs dimensions supérieures, est généralement confirmée par les fouilles. Ce centre cérémoniel “minimal” n’a pas d’équivalent chez Hammond.

93/ Les petits centres cérémoniels (small minor ceremonial centers) ayant de trois à cinq structures cérémonielles organisées en un ensemble cohérent autour d’une place.

104/ L’unique centre cérémoniel plus important, qui correspondrait au large minor ceremonial center de Hammond, est le site de Los Encuentros, groupe A : une dizaine de structures formant deux ensembles bien organisés.

11Notons dès maintenant qu’aucun des centres cérémoniels mineurs des catégories 3 et 4 n’est exclusivement composé de structures cérémonielles. De plus, aucun de ces centres n’est isolé d’une zone d’habitation voisine, située à proximité immédiate : la notion de “centre cérémoniel vacant” ne parait pas applicable dans notre région.

1 – Les ensembles d’habitation

12Ils comprennent un certain nombre de plates-formes ayant servi de soubassement à des maisons communes. Ce nombre varie selon les dimensions de la terrasse, ou des terrasses occupées ; il est en général inférieur à 15. Dans certains cas, aucune des plates-formes ne se détache des autres par ses dimensions ou sa hauteur.

13Une première distinction s’impose ici entre les ensembles isolés sur le bord du fleuve, et ceux associés plus ou moins étroitement à l’un des centres cérémoniels des catégories 3 et 4.

14Ces derniers sont ;

  • pour Los Encuentros, les neuf ensembles B à J, dépendant du groupe cérémoniel A et répartis dans un rayon de 1 km ;

  • pour El Jocote, les cinq groupes B à F ;

  • pour Chitomax 1, une cinquantaine d’habitations formant trois ensembles peu nets ;

  • pour Chirramos, trois ensembles, B, C, D, dont deux nettement séparés du centre cérémoniel A (Chiubub et Chumaj) ;

  • pour San Juan las Vegas, les ensembles B à F dépendant du centre cérémoniel A.

15Le site de Pueblo Viejo-Chixoy constitue un cas particulier (AS-5 : 158) : nous n’avons pas pu y discerner un véritable centre cérémoniel, mais plutôt un certain nombre de groupes d’habitation, dont certains relativement élaborés et formant des ensembles autour d’un patio, séparés par le relief naturel et par le cours du Chixoy et de ses affluents, le Carchelá et l’Agua Fría.

16Une seconde distinction porte sur la nature exacte des vestiges archéologiques : dans beaucoup d’ensembles apparemment simples existe une (ou plusieurs) structure se distinguant des autres par ses dimensions, son degré d’élaboration architectonique, et probablement sa fonction. Un exemple typique en est le groupe C de Los Encuentros, dont les 14 structures comprennent 12 habitations simples, la maison du chef, et un monticule funéraire (fig. 36). Mais le groupe C est l’unique ensemble résidentiel de Los Encuentros qui ait été fouillé, et ces résultats ne peuvent être généralisés.

17Les structures spécialisées de ces ensembles résidentiels pourraient avoir rempli les fonctions suivantes :

  • habitation occupée par un personnage important, probablement le chef de clan ou de lignage ;

  • structure funéraire, dont les dimensions diffèrent peu de celles des plates-formes d’habitation, ce qui la différencie des structures funéraires proprement cérémonielles ;

  • structures trop exiguës pour avoir supporté une habitation, et non annexées à une habitation. Il peut s’agir d’une substructure ayant supporté un petit édifice rituel en matériaux périssables ; ou exceptionnellement d’une superstructure en dur qui devait servir de temple ou d’oratoire.

18Je décrirai successivement ces divers types de constructions. La plate-forme d’habitation commune est une plate-forme rectangulaire (cimiento) limitée par de simples alignements de pierres ; ce soubassement égalise le terrain, souvent en pente, et isole de l’humidité la demeure qu’il supporte. Il est de faible hauteur : moins d’un mètre. Ses dimensions sont voisines de 5 x 10 m. L’habitation elle-même était faite de matériaux périssables qui n’ont pas laissé de traces. Il est exceptionnel de trouver ici des blocs de bahareque prouvant que les murs, au moins jusqu’à une certaine hauteur, étaient de torchis. Le sol d’occupation, de simple terre battue, n’est presque jamais conservé, et il y a peu d’espoir de mettre au jour les détails de l’installation domestique. Cette possibilité est encore moindre quand il s’agit d’habitations reposant directement sur le sol ; nous en avons un exemple à San Juan las Vegas, groupe B (AS-5 : 32), mais ce type d’installation devait être exceptionnel au Classique.

19L’habitation du chef ou dirigeant du groupe – lignage, clan ? – se distingue de l’habitation commune par ses dimensions supérieures (surtout en hauteur) et une construction plus soignée des murs de soutènement en pierre de la substructure. Un bon exemple en est la str. C-8 de Los Encuentros (AS-5 : 75-78). La plate-forme n’est guère plus grande que la normale : 5,80 x 9, 50 m, mais la hauteur est supérieure – plus de 2 m – ce qui nécessite la construction d’un escalier de six marches sur l’un des grands côtés. Les murs sont faits d’une dizaine d’assises de galets bruts liés par de l’argile, leur base repose sur le sous-sol de talpetate. L’habitation elle-même devait être petite car la plate-forme supérieure est exiguë (4 x 6,25 m) ; elle n’a laissé aucune trace.

20La “maison du chef” pouvait être dotée d’une construction annexe soulignant son importance. Dans le cas de C-8 de Los Encuentros il existe sur l’un des petits côtés de la substructure une plateforme accolée, un peu plus basse, qui pouvait servir de cuisine ou de grenier. Nous avons aussi mis au jour, sur la face opposée à l’escalier, au pied du mur, deux silos cylindriques aux parois revêtues d’argile, pouvant contenir environ 20 litres. Ce serait peu pour du maïs : on peut penser plutôt à des réserves de haricots ou d’un produit plus précieux comme le cacao.

Fig. 34 – Plates-formes à Los Encuentros, groupe C. a/ Habitation commune. b/ Habitation du chef.

Fig. 34 – Plates-formes à Los Encuentros, groupe C. a/ Habitation commune. b/ Habitation du chef.

21Dans d’autres cas, la maison du chef se distingue des autres par le fait qu’elle dispose de constructions annexes organisées autour du même patio. Nous retrouvons ici le formal settlement cluster, dont nous avons un exemple à Paxac – trois structures basses autour d’un patio ouvert au sud (AS-4 : 72) – et plusieurs à Pueblo Viejo, en particulier l’ensemble F-l (AS-5 : 164) : autour d’une terrasse aménagée grâce à un grand mur de contention sur la forte pente, ouverte vers le fleuve, on trouve sur trois côtés une plate-forme basse, vers l’entrée du patio un monticule relativement haut (cérémoniel ?), et sur le troisième côté une substructure supportant trois petites plates-formes. Autre exemple encore à El Jocote, str. E-l-2 (AS-3 : 61) : deux plates-formes à angle droit et une cour surélevée par un mur de contention ; il s’agit sans doute de la demeure d’un artisan.

35 – Ensembles de structures d’habitation ou annexes autour d’un patio.

35 – Ensembles de structures d’habitation ou annexes autour d’un patio.

Fig. 36 – Plan du groupe C de Los Encuentros.

22La disposition de l’habitation principale et de ses annexes autour d’un patio commun est rare au Classique tardif ; elle ne deviendra courante qu’au Postclassique.

23La structure funéraire associée à un petit ensemble d’habitation nous est bien connue grâce encore une fois au groupe C de Los Encuentros (AS-4 : 79-85).

24Il s’agit d’une simple butte naturelle de talpetate, régularisée, sur laquelle on a plaqué des murs sommaires et un escalier ; elle ne supportait probablement pas de superstructure. Les dimensions sont voisines de celles de la maison du chef du même groupe : environ 8 x 12 m et 2 de hauteur. Les sépultures – nous en avons mis au jour 23, mais le monticule était déjà partiellement détruit – sont de simples fosses creusées dans le talpetate au fur et à mesure des besoins. On n’y enterrait que les adultes, et probablement les seuls membres importants du groupe familial, qui pouvait correspondre à un lignage.

25Cette structure funéraire, un peu à l’écart des autres, fait face à la maison du chef. Nous n’avons pas d’autre exemple de structure funéraires “mineure” à l’échelon du hameau, mais nous la retrouverons dans les ensembles cérémoniels – les catégories 2, 3 et 4 – à une autre échelle, et mieux construite, de même que l’on y retrouvera la maison du chef, construite cette fois en dur et incorporée au centre cérémoniel. Ainsi à Los Encuentros :

  • maison du chef: groupe A : str. A-8 et A-9 (annexe), groupe C : str. C-8

  • monticule funéraire : groupe A : str. A-2 groupe C : str. C-1

26Il peut enfin y avoir, dans les ensembles résidentiels, une ou plusieurs structures qui se distinguent par leurs dimensions très réduites, ce qui écarte la possibilité d’une simple habitation, et par leur plan presque carré. C’est encore le site de Los Encuentros qui va nous en donner les meilleurs exemples.

27Dans deux groupes au moins, Chisamá et El Pretil, on trouve, nettement au-dessus de l’ensemble résidentiel (très modeste dans les deux cas) une plateforme exiguë ne dépassant pas 5 m de côté et à peu près carrée. À Chileón, il s’agit de deux superstructures voisines, situées à une extrémité de l’ensemble et proches du rio Salamá : constructions aux murs de pierre assez soignées, reposant directement sur le sol, de dimensions très réduites (5 x 5 m), et dotées d’une banquette intérieure le long du mur opposé à l’entrée. Leur ancienneté, toutefois, n’est pas certaine : des constructions analogues existent au Postclassique sur le site d’El Talpetate, annexe de Cauinal ; malgré leurs dimensions réduites (3 x 4 à 4,50 m), M.F. Fauvet-Berthelot les considère simplement comme des “habitation d’un type particulier” (CH-3 : 114-117). Il n’y a pas de trace d’une occupation postclassique à Chileón ; il pourrait donc s’agir de constructions classiques ayant servi de petits temples locaux ou d’oratoires.

28On voit que l’expression “groupe d’habitation” couvre une réalité plus complexe et qu’une fouille soigneuse de certains ensembles permettrait sans doute de distinguer des structures à fonction plus spécialisée. C’est un travail long et minutieux que nous n’avons pu entreprendre que sur le groupe C de Los Encuentros et à El Jocote. Toutefois, sur la moitié environ des quelque trente sites d’habitation relevés, nous avons noté l’existence d’une ou plusieurs structures à fonction spécialisée :

29– une maison du chef, simple : Los Encuentros (gr. C), El Zapote, Santa Ana (?) ;

30– maisons du chef et annexes autour d’un patio : Pueblo Viejo (gr. B, C, F), Los Encuentros (Paxac), El Jocote (gr. E) ;

Fig. 37 – La structure funéraire du groupe C de Los Encuentros.

31– structure funéraire : Los Encuentros (gr. C) ;

32– oratoire (?), substructure : Los Encuentros (Chisamá El Pretil), Pueblo Viejo ; superstructure : Los Encuentros (Chileón), Guaynep (?).

33On note à Los Encuentros que les ensembles d’habitation proches du centre cérémoniel (B, F, H), sont indifférenciés, alors que tous les ensembles plus éloignés disposent d’une ou plusieurs structures spécialisées (sauf peut-être Las Tunas, mais les plates-formes les plus proches du fleuve ont été détruites par les travaux du barrage). Ce pourrait être un cas général.

Fig. 38 – Ensembles d’habitation avec structure “spécialisée”. a/ Chisamá. b, c/ Petits oratoires (?) à Chileón.

34Quant à leur situation, ces ensembles occupent par priorité les terrasses alluviales hors d’atteinte des crues du fleuve. Quand ces surfaces planes sont insuffisantes, certains ensembles peuvent occuper le bas des pentes, si elles ne sont pas très fortes, en y aménageant des terres pleins artificiels. À Pueblo Viejo, bien que l’extension des terrasses naturelles au confluent des deux rivières avec le Chixoy soit considérable, le groupe F a dû occuper les pentes au sud du fleuve jusqu’à une centaine de mètres au-dessus de son cours ; malgré cette situation défavorable, c’est l’ensemble F-1 qui est le plus important du site.

35En règle générale cependant, la terrasse la plus simple et la plus plane, parfois artificiellement régularisée, est réservée au centre cérémoniel, les ensembles résidentiels devant se contenter des croupes voisines, comme El Jocote. Le petit site de Las Tunas, annexe de Los Encuentros, s’étendait sur la terrasse inférieure de la rive gauche du Chixoy et sur les pentes du Cerro Chiburo, pourtant très escarpées ; au Préclassique, peut-être en raison d’une pression démographique moindre, seule la partie basse était occupée.

36La disposition des plates-formes est en général dictée par le relief ; elles sont orientées le long des courbes de niveau, ouverture vers la rivière. Dans le cas où l’ampleur du terrain plat permettrait une certaine organisation d’ensemble des constructions, celle-ci n’est guère évidente, sauf dans des cas très rares : dans le groupe C de Los Encuentros, qui occupe une croupe étroite, les maisons communes sont sur le bord, formant deux rangées à peu près parallèles, la maison du chef au centre, le monticule funéraire à l’extérieur lui faisant face et orienté de la même façon. A Chileón, par contre, les habitations sont réparties sans ordre apparent ; cependant la dispersion pourrait être plus grande sur cette vaste terrasse, et la moitié des structures sont assez étroitement groupées autour de la probable maison du chef et des deux “oratoires”.

37L’état de conservation des plates-formes est très variable, aussi l’évaluation du nombre total des habitations d’un ensemble – qui d’ailleurs ne peut tenir compte d’éventuelles constructions à même le sol – n’est que très approximative. Il semble néanmoins que ce nombre soit souvent proche de 10 à 15, soit une population de moins de 100 personnes, trop importante pour une seule famille étendue et qui correspondrait plutôt à un sous-clan ou groupe lignager, la forme d’organisation sociale attestée chez les Pokomam au moment de la conquête (Miles 1983). Chaque demeure devait abriter une famille nucléaire ; certains ensembles (à Pueblo Viejo, Paxac…) pouvaient abriter une famille étendue. C’est aujourd’hui la disposition la plus commune dans les hameaux du Chixoy tels que Río Negro, où les maisons sont groupées par ilôts de trois ou quatre sur un petit terre-plein aménagé. Selon M.C. Arnauld, le lignage patrilinéaire aurait été le groupe social fondamental au Classique tardif, ultérieurement affaibli au profit du clan (molam) et de quelques lignages dominants. Pour R.E.W. Adams (1969 : 27), c’est le lignage, groupe organisé verticalement dans lequel coexistent trois générations, qui rend le mieux compte des ensembles archéologiques de 4 à 8 maisonnées, le clan étant numériquement beaucoup plus vaste. Ce chiffre paraît cependant un peu faible pour la région du Chixoy, et apparemment pour d’autres régions des Hautes Terres (par exemple le lac Izabal) où le nombre des plates-formes oscille plutôt autour de 12.

2 – Le centre cérémoniel minimal

38Nous situons immédiatement au-dessus du groupe d’habitation simple l’ensemble, encore essentiellement résidentiel, doté d’une ou deux structures nettement cérémonielles mais ne constituant pas encore un “centre” proprement dit. Cette catégorie ne se distingue du groupe d’habitation doté d’une structure spécialisée (funéraire) que par les dimensions de celle-ci.

39Nous classons dans cette catégorie, d’aval en amont, les sites de Río Negro, Chisajcap, Chicruz, El Jocote et Guaynep ; mais il y a entre eux des différences notables.

40À Río Negro, nos relations avec les habitants du village furent toujours délicates, bien qu’une vingtaine aient travaillé avec nous à Los Encuentros, en raison de leur opposition aux mesures d’évacuation et de réinstallation imposées par l’INDE, et des représailles ultérieures ; nos renseignements ne proviennent que d’une courte reconnaissance antérieure à cette tension. Le matériel de surface suffit cependant à dater le site du Classique tardif et terminal, avec un niveau préclassique probable. Une petite terrasse, située assez haut sur la pente, supporte deux monticules de 3 à 5 m de hauteur qui se font face. Le plus grand a été pillé, et l’on y voit encore des ossements dispersés ; des poteries entières ont été vendues par les habitants à Xococ. Il n’est donc pas douteux que l’une au moins des deux structures était un monticule funéraire. Nous avons sans doute en Río Negro un exemple du centre cérémoniel minimal, déjà relativement isolé des ensembles d’habitation.

41Chisajcap est un petit site isolé entre les hameaux de Rio Negro et Chicruz, dans une boucle du Chixoy, très encaissé dans cette partie de son cours. L’emplacement du site est justifié par l’existence d’un gué et d’une piste montant vers Xococ et Rabinal, piste empruntée par les habitants de Río Negro. Chisajcap, occupé de façon continue depuis le Préclassique moyen, comprend une série de terrasses aménagées sur la pente basse du Cerro Xocoyán. Les plus hautes supportent des plates-formes d’habitation, assez denses et bien conservées ; on en compte environ 25, formant le groupe B. Plus bas, le groupe A constituerait la zone cérémonielle, dans laquelle deux structures, hautes de plus de 2 m et distantes d’une vingtaine de mètres, sont relativement isolées des autres structures d’habitation. La str. A-1 mesure 6, 50 x 8,40 m, tandis que A-2, plus petite, est presque carrée (4 x 4 m). Les fouilles clandestines révèlent une architecture soignée de blocs de tuf ou de caliche taillés. A-1 était sans nul doute une structure funéraire : elle a livré des ossements et des poteries et l’on voit encore quelques dalles de schiste qui sont généralement associées aux tombes. La fonction de A-2 est moins nette : ses dimensions la rapprocheraient plutôt des “oratoires” associés aux groupes d’habitation de Chisamá ou El Pretil.

Fig. 39 – Groupes d’habitations modernes à Río Negro (avant la mise en eau).

Fig. 40 – Plan de Chisajcap.

42La population de Chisajcap, qui devait compter entre 100 et 200 habitants, est trop importante pour un simple lignage. Il pouvait s’agir d’un clan, ou d’un groupement de deux lignages, chacun disposant de sa structure cérémonielle. Le dispositif de l’embryon de centre cérémoniel est typique : deux structures, orientées, qui se font face et dont l’une au moins est funéraire ; elles sont un peu en dehors de l’ensemble d’habitation, bien qu’à proximité de celui-ci.

43El Jocote, site important par sa situation proche du confluent des rios Chicruz et Cala avec le Chixoy, comprenait au Classique tardif cinq groupes d’habitation (B à F) et un centre cérémoniel (A), qui fut recouvert et modifié au Postclassique. Le nombre recensé d’une vingtaine de structures pour l’ensemble des groupes résidentiels est certainement inférieur à la réalité : El Jocote devait avoir à peu près la même importance que Chisajcap, avec 100 à 200 habitants.

44Le centre cérémoniel, qui occupe l’unique terrasse plane, comprenait trois structures disposées en ligne selon un axe nord-sud (dévié de 20° à l’est du nord magnétique) et nettement séparées : une structure centrale pyramidale, A-5, haute de 3m, mesurant 14,50 m de côté, avec une avancée contenant quatre cistes, et un escalier sur sa face nord ; dans la partie nord de la place, une plate-forme allongée (A-3), mesurant 7 x 18,30 m dans sa dernière phase, mais seulement 6 x 10 m avant qu’ elle ait été allongée latéralement, sans doute à l’Epiclassique. Ces dimensions sont proches de celles d’une habitation, et il n’y a pas de raisons de supposer qu’elle ait eu une autre fonction. Il en est de même pour la str. A-8, en limite de la place, qui est toutefois plus élaborée puisqu’elle comprend deux monticules accolés, dont l’un, le plus bas, devait supporter une superstructure annexe de l’habitation principale. Celle-ci a livré un sol d’argile, avec un foyer et une cuve encastrée peut-être destinée à la préparation du nixtamal (AS-3 : 51).

45La str. A-5 est originale à plus d’un titre : elle est venue recouvrir une construction plus ancienne qui supportait un temple de pierre datant peut-être du Classique ancien (voir plus haut). L’avancée nord et le grand escalier ont été mutilés au Postclassique pour servir de noyau à la pyramide-temple principale.

46Soulignons, à El Jocote, l’existence d’un véritable ensemble cérémoniel-résidentiel, nettement isolé des autres groupes et ménageant entre ses trois structures des espaces assez amples pour le déroulement des cérémonies ou pour les marchés ; la disposition linéaire de cet ensemble, et le fait que la structure cérémonielle, unique, est encadrée de structures d’habitation très probablement réservées à l’élite.

47Nous retrouvons à Chicruz, petit site proche d’El Jocote, le même binôme : structure funéraire (A-1) et plate-forme résidentielle noble (A-8, et peut-être A-2, non fouillée) ; mais la disposition n’est plus linéaire, les structures sont disposées à angle droit (AS-5 : 150)

48De la structure cérémonielle A-l nous savons seulement qu’elle était haute de 1,50 m et contenait deux sépultures en ciste rudimentaires ; sa fonction funéraire est donc certaine. Elle fut recouverte au Postclassique et continua à être utilisée comme pyramide-temple. C’est aussi le cas de A-8, plateforme longue et basse qui dut servir tardivement de ‘maison du conseil”, mais était sans doute au Classique une habitation noble ; nous avons mis au jour au centre de la plate-forme et à faible profondeur un bol contenant du charbon, offrande dédicatoire dont nous avons un autre exemple à San Juan las Vegas.

49L’ensemble cérémoniel est entouré de plates-formes d’habitation qui n’ont pas été datées.

50Le site de Guaynep, proche de Chitomax dont il devait dépendre, comprend aujourd’hui une dizaine de structures de part et d’autre de la quebrada Guaynep (AS-5 : 138). Les trois structures les plus basses, au sud, devaient constituer le noyau du centre cérémoniel, un peu isolé des autres. La fouille de A-l et A-2 a prouvé qu’il s’agit en fait de deux constructions d’abord séparées, qui ont ensuite été soudées pour former un seul monticule funéraire à deux niveaux : le plus haut contenait de nombreuses sépultures à même le remblai, le plus bas une grande tombe à toit horizontal. Cette disposition se retrouve, identique, à Chitomax, et rappelle un peu celle de la str. A-5 d’El Jocote avec son avancée.

51Si la str. A-3 n’était réduite à un tas de pierres, il serait tentant d’y voir une résidence noble.

52De cette brève description des centres cérémoniels minimaux, on peut conclure à leur forte diversité ; si la disposition de Río Negro et Chisajcap d’une part, celle d’El Jocote et de Guaynep d’autre part, sont comparables, par contre celle de Chicruz est unique. Il y a de plus une grande variété dans les types de la – ou des – structures cérémonielles, bien qu’elles soient toutes, d’abord et essentiellement, funéraires.

3 – Le petit centre cérémoniel

53Cette catégorie se distingue de la précédente par les traits suivants :

54– une organisation d’ensemble selon un plan cohérent, souvent orthogonal, orienté, autour d’une place dégagée ;

Fig. 41 – Le centre cérémonial classique minimal.

Fig. 42 – Deux petits centres cérémoniels sur le rio Salamá.

Fig. 42 – Deux petits centres cérémoniels sur le rio Salamá.

55– un nombre de structures non résidentielles plus élevé dans cet ensemble : de trois à sept ;

56– un type nouveau de structure cérémonielle : le terrain de jeu de balle.

57Les sites représentatifs sont Camalmapa, Santa Rosa, San Juan las Vegas, Chirramos et Chitomax. Bien qu’il y ait entre eux des différences notables – celles-ci proviennent peut-être en partie du fait que les périodes d’occupation sont quelque peu différentes – ils partagent tous des traits communs, que nous avons cherché à faire ressortir dans la fig. 43.

58Camalmapa s’étend sur la rive nord du rio Carchelá à 14 km de son confluent avec le Chixoy. L’ensemble des cinq structures cérémonielles rappelle le groupe A de Chirramos, avec un monticule principal de 12 x 17m pour une hauteur de 3 m, un jeu de balle ouvert, long de 16, 50 m, une petite structure carrée de 7 m de côté et une plate-forme basse allongée (16,70 m pour 1,60 m de hauteur). L’orientation générale est proche du nord magnétique. Le matériel de surface indique au moins deux périodes d’occupation, au Préclassique et au Classique tardif : les constructions datent de cette dernière période.

59La fouille de Camalmapa, prévue pour 1982, n’a pu être entreprise par suite de la situation très tendue au nord de San Miguel Chicaj.

60Santa Rosa est à 1 km seulement en aval de Camalmapa, dans une boucle du Carchelá et sur la même rive. Sept structures ont été relevées sur cette vaste terrasse, dont quatre formeraient le noyau du petit centre cérémoniel. Les deux monticules parallèles d’environ 5 x 10 m, hauts d’un demi-mètre seulement, pourraient être un jeu de balle ouvert (ils sont cependant un peu trop distants l’un de l’autre). Le site a été très abîmé par les chercheurs de trésor.

61San Juan las Vegas (AS-5 : 4-46), le site le plus important de la vallée du rio Chicruz, était occupé dès le Préclassique. Il comprend un centre cérémoniel de cinq structures, le groupe A, et cinq ensembles résidentiels s’étendant sur les deux rives, les groupes B à F.

62La terrasse aménagée du groupe A, sur la rive sud de la rivière, supporte quatre structures entourant une place à peu près carrée, et, à l’extérieur de cet ensemble, un grand jeu de balle “en palangana” qui dut être abandonné dès le Classique tardif car nous l’avons trouvé entièrement comblé. Le monticule principal, A-1, est une pyramide de quatre ou cinq gradins, haute de 8 m, adossée au sud à la pente naturelle et donnant sur la place par un grand escalier. Sur les marches supérieures, nous avons mis au jour une ciste* rudimentaire contenant cinq ou six squelettes incomplets, et, à 1 m de profondeur sous la plate-forme supérieure, une sépulture collective de trente-sept individus adultes dans une fosse rectangulaire limitée par des murs de maçonnerie, mais sans toit (ibid. : fig. 70) ; les trois poteries communes qui constituaient le seul mobilier confirment la datation tardive de cette sépulture collective, qui pourrait être interprétée comme regroupant les victimes d’un combat. Elle constituerait alors l’unique preuve d’une certaine activité guerrière durant cette période.

Fig. 43 – Plan schématique des centres cérémoniels petits et moyen. 1 : pyramide et tombe principale. 2 : structure funéraire. 3 : jeu de balle. 4 : maison “noble”. 5 : naison longue. 6 : autel.

63*Contrairement à l’emploi que nous avons fait de ce mot dans les publications précédentes, le terme ciste est féminin.

64La place est encadrée à l’ouest et à l’est par deux structures plus petites, l’une funéraire, A-2 ; elle contenait, dans une tombe à toit horizontal, vingt squelettes d’adultes incomplets, sans offrandes ; l’autre, A-4, certainement cérémonielle (ou résidentielle noble). La face nord de la place est entièrement occupée par une plate-forme basse, très allongée – près de 30 m – qui a été agrandie latéralement à trois reprises, la dernière phase correspondant sans doute au Classique terminal (Epiclassique). Il n’y a pas de vestiges d’activité rituelle : la plate-forme pouvait supporter les habitations des dirigeants, ou avoir été réservée, ultérieurement, à des activités administratives.

65L’orientation générale des structures est de 15 à 20° à l’est du nord magnétique.

66Le nombre total des structures d’habitation relevées dépasse 50, soit une population de 300 habitants au moins. Quatre des cinq ensembles sont séparés du groupe cérémoniel par la rivière ou par un barranco profond ; le cinquième, peu dense, occupait les pentes dominant directement au sud le groupe A.

67Chirramos (AS-5 : 51-86) est le plus en amont des sites classiques reconnus dans la vallée du Chixoy. Nous avons relevé, sur la rive droite, trois ensembles de plates-formes séparés par des quebradas, l’ensemble central comprend le groupe cérémoniel A et quelques habitations dispersées (gr. B) ; les ensembles de Chiubub et Chumaj avaient chacun une dizaine de plates-formes au moins, et la rive gauche du fleuve devait elle aussi être occupée.

68Le groupe A comprend, outre deux ou trois petites plates-formes résidentielles en bordure nord du plateau, sept monticules, assez régulièrement orientés vers le nord magnétique, délimitant une place rectangulaire. La pyramide, au nord, est un monticule peu élevé – environ 3 m – qui renferme la tombe principale, vaste chambre aux murs de pierre, dont le toit devait être horizontal, et qui contenait au moins six individus et une trentaine de poteries ; elle est datée de 760 et 840 ± 90 ap. J.C. Lui fait face au sud la petite structure A-3, elle aussi funéraire, qui abritait une tombe élaborée mais vide. A l’est, la vaste plateforme A 4, recouvrant une construction préclassique, devait supporter un édifice en dur.

69A l’ouest de la place, le jeu de balle ouvert, orienté ouest-est, était sans doute légèrement dissymétrique, l’une des plates-formes parallèles étant plus haute que l’autre ; on a mis au jour au centre du couloir une modeste offrande de perles de pierre et de coquillage.

70Les deux dernières structures, A-6 et A-9, un peu extérieures au groupe, sont probablement des résidences nobles.

71Chirramos est le seul site de la vallée qui nous ait donné une séquence d’occupation continue du Préclassique moyen à la fin du Classique. Il fut pratiquement abandonné au Postclassique, le centre cérémoniel se transportant alors à la Capilla, sur l’autre rive du Chixoy et un peu en aval.

72Chitomax 1 (A-5 : 93-133), deuxième site classique de la vallée par ses dimensions, était déjà occupé au Préclassique. Il comprend au moins 50 plates-formes d’habitation disséminées autour d’un groupe central, lui-même à la fois cérémoniel et résidentiel.

73Le groupe A occupe une croupe en faible pente bordée sur deux côtés de profonds barrancos, peut-être choisie, et même aménagée, pour la défense ; il était en effet entouré sur trois côtés d’un mur d’enceinte polygonal. Cependant la valeur défensive d’un tel ouvrage parait faible et il est plus probable que sa fonction ait été purement rituelle ou symbolique, pour marquer le périmètre de l’espace sacré : on note que le mur ne s’étend pas jusqu’à la partie plus résidentielle de l’ensemble, au sud.

74Le groupe A est en effet formé d’une partie haute, résidentielle, avec deux plates-formes plus importantes, en limite sud, peut-être réservées aux familles dirigeantes ; et d’une partie basse, essentiellement cérémonielle mais comprenant aussi au moins deux structures résidentielles probables. A-9 et A-15. Dans l’ensemble cérémoniel proprement dit, on distingue :

75– au nord la pyramide principale à gradins et escalier, de faible hauteur (environ 3 m) qui contenait de nombreuses sépultures, accolée à une plateforme plus basse, presque carrée, abritant, elle, une grande tombe cruciforme à toit horizontal, vidée de son contenu à l’Epiclassique. L’ensemble de ces deux structures funéraires constitue le côté droit du jeu de balle à extrémités ouvertes, dont le côté gauche est une simple plate-forme basse dotée d’une banquette inclinée sur le couloir du jeu (fig. 66).

76– se faisant vis-à-vis à l’est et à l’ouest de la place, les str. A-10 et A-14 étaient peut-être aussi des monticules funéraires en début d’utilisation pour cause de ’’saturation” de la pyramide principale ; le nombre de sépultures y est faible. Leur plate-forme supérieure était si étroite qu’il est difficile d’imaginer qu’elle supportait un temple.

77– enfin, second trait particulier à Chitomax (outre le mur d’enceinte), nous avons mis au jour un petit autel carré de 1 m de côté, très fruste, à quelques mètres de l’escalier de la structure principale.

Fig. 44 – Les petits centres cérémoniels. a/ San Juan las Vegas. b/ Chitomax. c/ Chirramos.

78L’orientation, assez variable d’une structure à l’autre, est en moyenne de 15° à l’ouest du nord magnétique.

79L’occupation classique tardive de Chitomax 1 est bien datée par deux analyses C-14 : 750 (str. A-15) et 870 ± 70 ap. J.C. (str. A-6). Il y eut une phase épiclassique, que nous décrirons plus loin, avant l’abandon du site et l’installation du centre postclassique sur la rive nord du fleuve.

80Avant d’analyser en détail les caractéristiques communes et les traits originaux des petits centres cérémoniels de la 3ème catégorie, je décrirai brièvement le site de Los Encuentros, unique représentant de la 4ème catégorie, celle des centres moyens, qui a beaucoup de traits communs avec les précédents.

4 – Le centre cérémoniel moyen : Los Encuentros (AS-4)

81Important par sa situation au confluent du rio Salamá, le principal affluent du Chixoy, et non loin de celui du Carchelá et de l’Agua Fría, Los Encuentros était le centre dominant de la vallée au Classique tardif ; le niveau de "centre cérémoniel majeur" ne devait être atteint qu’au Postclassique, à Cauinal.

82Nous avons relevé, dans un rayon de 1 km autour du centre cérémoniel (gr. A), dix ensembles d’habitation datés de la même période par leur céramique, soit au total environ 80 plates-formes et une population de quelque 500 personnes, deux fois plus que les centres mineurs décrits ci-dessus, mais inférieure de moitié à celle de Pueblo Viejo-Chixoy. Plusieurs de ces ensembles disposaient d’une ou deux petites structures cérémonielles, funéraires ou autres, leur donnant une certaine autonomie sur le plan rituel.

83Le groupe A est un ensemble d’une dizaine de structures, bien orientées (la déviation moyenne par rapport au nord magnétique est de 20°) disposées autour de deux patios d’importance inégale.

84A l’est la place principale est fermée sur trois côtés, avec au sud, adossée à la colline, la pyramide principale A-1, à sept ou huit gradins, haute de 9,50 m, dotée d’un grand escalier et d’un bloc central vers la place : ce bloc renfermait la tombe principale, voûtée, qui avait été vidée de son contenu à l’Epiclassique. La plate-forme supérieure, datant de l’avant-dernière phase de construction, supportait un temple en dur, compartimenté en cinq pièces, la chambre centrale correspondant au bloc central. Ce temple avait été comblé et recouvert au cours de la dernière phase.

Fig. 45 – Los Encuentros : plan du groupe cérémoniel A et vue générale.

85La pyramide A-l communiquait par un escalier avec la str. A 7, plate-forme basse construite sur un terre-plein surélevé. Celui-ci s’abaisse vers la place en un vaste talus incliné revêtu de dalles de tuf soigneusement taillées (ibid. : fig. 64a). A-7 contenait une tombe voûtée de plan ellipsoïdal : les vestiges de murs et l’autel mis au jour sur la plate-forme semblent indiquer qu’elle supportait un petit temple, annexe probable du temple principal.

86Fermant partiellement la place à l’est, le jeu de balle, à extrémités ouvertes (mais qui était "en palangana” durant une phase antérieure) présente comme celui de Chitomax 1 la particularité d’être dissymétrique, avec une simple plate-forme basse à l’est et une construction beaucoup plus haute et élaborée à l’ouest, dotée d’une avancée sur la place et abritant deux tombes voûtées, l’une vers la place, l’autre vers le couloir.

87Le côté nord de la place est occupé par une plateforme étroite de faible hauteur mais très allongée (45 m), qui a été obtenue en réunissant deux plates-formes voisines. La fonction de la petite plate-forme A-4, dans l’angle nord-est de la place, n’a pu être précisée ; elle était probablement résidentielle.

88Le côté ouest de la place est entièrement fermé par la pyramide A-2, haute de 5,50 m, qui contenait de nombreuses sépultures, et les deux “ailes” ou passages surélevés, aux murs inclinés revêtus de dalles, qui la reliaient aux angles nord-ouest et sud-ouest de la place.

89L’escalier de A-2 est tourné vers la grande place ; le patio secondaire, à l’ouest, se trouve donc isolé de l’ensemble principal, comme il est normal étant donné son caractère nettement plus profane. La construction principale est en effet, au sud sur une terrasse à mi-pente, un édifice de pierre à trois pièces (str. A-8), résidence noble flanquée à l’ouest d’une annexe (A-9). Le patio, ouvert au nord vers le fleuve, comprend une dernière structure, A-10, dont la fonction était probablement cérémonielle.

90L’emplacement du groupe A de Los Encuentros a été occupé dès le Préclassique moyen, puis au Protoclassique-Classique ancien, enfin au Classique tardif et terminal, peut-être après une brève interruption au Classique moyen. Il est certain que la période de plus forte activité architecturale fut le Classique tardif et que sa dernière phase – la stratigraphie de la pyramide A-2 révèle qu’il y en eût six ou sept – correspond au Classique terminal ou Epiclassique. Nous devrons tenir compte de ce fait pour définir le centre cérémoniel type du Classique tardif.

L’organisation des centres cérémoniels (petits et moyens) au Classique tardif

91La fig. 43 associe les plans, légèrement schématisés, des quatre centres principaux qui ont été fouillés. La contemporanéité de ces centres est confirmée par les datations C-14, bien que certains traits, à Los Encuentros surtout mais non uniquement sur ce site, puissent être attribués à des réaménagements plus tardifs. L’existence de traits communs nous permet cependant de définir une organisation-type du centre cérémoniel classique, tandis que certaines différences peuvent avoir une valeur diagnostique sur le plan de la chronologie.

Emplacement

92Alors que sur les affluents du Chixoy, le Carchelá et le Salamá, les centres cérémoniels occupent indifféremment la rive droite ou la rive gauche, les trois centres de la vallée du Chixoy ont choisi la rive droite, sans doute pour des raisons topographiques, mais aussi peut-être parce que leurs relations, commerciales et autres, étant orientées essentiellement vers les grands centres des bassins de Rabinal et de Cubulco au sud, on évitait ainsi une traversée du fleuve dangereuse en saison des pluies.

93Les centres cérémoniels occupent généralement une terrasse alluviale naturelle assez haute pour être à l’abri des plus fortes crues, et assez grande, qui, dans certains cas, à Los Encuentros par exemple, a pu être réaménagée. Dans deux cas (Los Encuentros, San Juan las Vegas) l’organisation est très particulière : l’espace plat étant insuffisant, ou pour économiser la main d’œuvre, la pyramide principale a été construite en utilisant la pente naturelle, sur laquelle on a simplement plaqué les gradins, l’escalier et la plateforme supérieure. Ces deux pyramides sont aussi les plus hautes : près de 10 m, alors que les autres ne dépassent guère 3 m.

94Du fait de l’exiguïté des terrasses alluviales, les centres cérémoniels se trouvent à faible distance de la rivière, qu’ils dominent d’une dizaine de mètres. Le niveau de l’eau ayant monté d’environ 100 m à la hauteur du barrage de Pueblo Viejo, tous les sites ont été noyés, à l’exception de Chirramos et de Camalmapa.

Orientation

95Le plan d’ensemble des centres est plus ou moins orthogonal, avec un souci évident d’orientation. Mais celle-ci est variable, oscillant, par rapport au nord magnétique, de 15° à l’ouest (à Chirramos) à 17° à l’est (à San Juan las Vegas).

96La fig. 43 souligne la disposition des structures autour d’une place à peu près rectangulaire limitée sur ses quatre côtés. Cette fermeture de l’espace cérémoniel, encore soulignée à Chitomax 1 par le mur d’enceinte, et à Los Encuentros (peut-être plus tardivement) par les “ailes” ou passages surélevés de la pyramide A-2 séparant les deux patios, est un fait nouveau : pour la première fois l’ensemble cérémoniel est isolé des groupes d’habitations communes. La place elle-même, de dimensions variables – de 660 à 4. 600 m² – est entièrement dégagée pour permettre les rassemblements populaires à l’occasion des cérémonies ou des marchés ; dans un cas seulement, à Chitomax, il existe un petit autel carré à quelques mètres de la pyramide principale.

97Le tableau 10 montre que, grosso modo, les dimensions du centre cérémoniel sont proportionnelles à l’importance du site, c’est-à-dire à sa population globale.

98Si l’orientation générale des centres est à peu près constante, il faut noter que celle de chaque type de structures ne l’est pas : ainsi la pyramide principale peut se trouver sur le côté nord ou sur le côté sud de la place et donc faire face soit au sud, soit au nord. Le jeu de balle peut être sur l’une des faces est ou ouest et orienté approximativement soit nord-sud, soit est-ouest

TABLEAU 10 Superficies comparées des centres cérémoniels et nombre total d’habitations des principaux sites

TABLEAU 10 Superficies comparées des centres cérémoniels et nombre total d’habitations des principaux sites

Fig. 46 – La pyramide-temple. a/ Los Encuentros. b/ San Juan las Vegas.

TABLEAU 11 Caractéristiques de la pyramide principale dans les sites classiques tardifs.

TABLEAU 11 Caractéristiques de la pyramide principale dans les sites classiques tardifs.

99La description précédente nous a permis de distinguer, dans les centres civico-religieux, six types de structures : 1/ la pyramide principale, à fonction funéraire. 2/ une structure funéraire secondaire, pyramidale ou non. 3/ le jeu de balle. 4/ les structures résidentielles nobles. 5/ une plate-forme basse très allongée. 6/ un petit autel central à Chitomax 1 (fig. 43).

1001/ La pyramide principale est la structure la plus importante par ses dimensions et par la tombe qu’elle abrite. Elle occupe soit le nord de la place (Chirramos et Chitomax), soit le sud (à San Juan et Los Encuentros), soit encore l’est à Camalmapa.

101Il faudrait distinguer plusieurs variantes de la pyramide principale : celles de Los Encuentros et de San Juan, toutes deux adossées à la colline, sont comparables, alors que celles de Chirramos et de Camalmapa sont de dimensions beaucoup plus modestes, et que celle de Chitomax 1 comprend en fait deux structures accolées formant un côté du jeu de balle. C’est pourquoi on ne peut guère tirer de conclusions du Tableau 11, si ce n’est que la pyramide du site le plus important, Los Encuentros, est aussi la plus haute et la plus grande.

102L’architecture est très rudimentaire. On a utilisé pour construire les murs les pierres locales, brutes ou à peine retouchées, provenant du lit du fleuve, en majorité des galets roulés, mais aussi du calcaire, des dalles de schiste ou de talpetate, assemblées par un liant faiblement argileux. Il y avait peut-être un revêtement d’argile (le stuc n’apparaîtra qu’au Postclassique) ; mais il est exceptionnel d’en trouver des vestiges in situ, comme à San Juan las Vegas (str. A-4). Le remblai des substructures est composé d’un mélange de terre sablonneuse et de pierres en tout venant. L’emploi particulier, sans doute rituel, de la pierre ponce pour le remblaiement des tombes ou des blocs centraux sera évoqué plus loin.

103Les pyramides sont à gradins verticaux, hauts de 22 m au maximum, et dotées d’un escalier généralement unique, sans rampe ; la première marche, parfois les deux premières, peuvent faire saillie sur la place.

104Le grand escalier de la pyramide de Los Encuentros est particulièrement soigné : la partie supérieure de chaque marche est recouverte de blocs de caliche taillés. Il est aussi le seul à présenter deux volées, la plus haute légèrement plus étroite que la plus basse. Cette pyramide est en outre dotée d’un escalier latéral qui fait communiquer la plate-forme supérieure et une structure plus basse, elle aussi cérémonielle.

105L’escalier des pyramides principales présente en principe dans sa partie haute un bloc central en saillie destiné à abriter la tombe principale. Cette disposition est particulièrement nette à Los Encuentros, où la base du bloc central est conservée, la partie haute correspondant à la chambre centrale du temple ; mais en général le haut de l’escalier s’est effondré et la présence d’un bloc central ne peut être déduite que de l’existence d’une chambre funéraire (à Chirramos) ou d’une ciste (à San Juan). A Chitomax 1, la pyramide A-13 n’avait probablement pas de bloc central : cette structure n’abritait pas de grande tombe mais seulement des sépultures à même le remblai. Les divers types de tombes et de sépultures seront décrits au chapitre des coutumes funéraires.

Fig. 47 – Plan des temples de Los Encuentros (a) et El Jocote (b).

106La structure principale de chaque centre cérémoniel devait supporter un édifice religieux : il s’agit en effet de pyramides-temple. A Chitomax 1 toutefois la plate-forme semble trop exiguë pour supporter une superstructure. Dans les autres centres, sauf Los Encuentros, le temple, sans doute construit en matériaux périssables, n’a pas laissé de traces. Nous avons mis au jour, par contre, un temple construit en dur sur la pyramide principale de Los Encuentros et sur celle d’El Jocote, l’un des principaux centres “minimaux”. Dans les deux cas, les fondations de la superstructure ont été préservées grâce à une surélévation ultérieure du monticule.

107Le temple d’EL JOCOTE (AS-3 : 20-27) a des murs faits de galets et de dalles de talpetate, épais de 60 à 70 cm et recouverts d’un enduit d’argile lissé. Il comprend une chambre rectangulaire particulièrement soignée, d’espace intérieur 1,90 x 3,50 m, avec une ouverture au nord et une autre au sud ; on lui a accolé à l’est deux autres chambres plus étroites et sommairement construites. La pièce principale et l’une des chambres contiguës contenaient encore des accessoires rituels sous forme de monolithes calcaires et de poteries posées sur le sol d’argile battue. Lofs d’une phase ultérieure, après avoir amputé le temple de sa partie haute et muré ses ouvertures, on a rempli l’intérieur de pierre ponce et de sable et surélevé l’ensemble de plus d’un mètre ; la nouvelle plate-forme supportait peut-être un autre temple dont il ne reste rien.

108Le temple de LOS ENCUENTROS (AS-4 : 16-18) est un édifice plus imposant bien que les murs, épais de 40 cm, soient faits uniquement de gros galets, portant un revêtement d’argile sur les deux faces. Sa longueur totale était de 36,40 m pour 5,80 m de largeur. Il comprenait deux ailes de deux pièces chacune, sensiblement carrées (6 x 6 m) avec une ou deux ouvertures vers le sud ; et une pièce centrale, ouverte au nord sur l’escalier, qui abritait la partie supérieure de la grande tombe et du bloc central, remblayée de pierre ponce. Comme à El Jocote, au moment de la surélévation tardive du monticule on a muré les ouvertures, puis le temple a été comblé, non sans avoir au préalable soigneusement balayé le sol, faisant ainsi disparaître toute trace des activités rituelles ou domestiques qui s’y déroulaient. On peut penser néanmoins que la pièce centrale, au-dessus de la grande tombe, constituait le “saint des saints”, les pièces latérales pouvant être soit réservées aux logements des prêtres, soit plutôt, puisqu’il n’y a aucune trace de foyers, des chapelles annexes.

109Il n’est pas douteux, pour conclure, que la structure principale du centre cérémoniel classique tardif soit un monticule funéraire abritant la tombe la plus importante, celle du principal dirigeant, de l’ancêtre divinisé et de sa famille, objet d’un culte célébré dans la partie centrale du temple, plus ou moins élaboré, construit au-dessus de la tombe. Il s’agit là évidemment d’un modèle qui n’est parfaitement respecté que dans le centre majeur, Los Encuentros (encore que la tombe ait été trouvée vide) et peut être à Chirramos, où l’existence du temple n’est qu’une hypothèse.

110À SAN JUAN LAS VEGAS (AS-5 : 9 et sq), la pyramide principale n’a pas de bloc central mais une ciste rudimentaire abritant plusieurs squelettes incomplets dans le haut de l’escalier. La tombe centrale, non voûtée, n’est en fait qu’une vaste chambre contenant les restes de trente-sept individus. Le culte funéraire a donc, dans ce site, une dimension collective (également notable dans la petite structure A-2 dont la tombe contenait une vingtaine d’individus) qui la distingue nettement des autres centres.

111À CHITOMAX enfin (AS-5 : 109-113), nous sommes en présence d’un ensemble funéraire très différent puisqu’il s’agit d’une plate-forme basse, à peu près carrée, contenant une tombe cruciforme à toit horizontal – et supportant peut-être un temple ? –, accolée à une structure pyramidale plus haute ne contenant, elle, que des sépultures à même le remblai. De plus, comme il a été dit plus haut, cet ensemble fait partie du jeu de balle dont il constitue le côté est. Il est tout à fait comparable au complexe de GUAYNEP (ibid. : 137-142), lui aussi à deux étages, le plus bas pour la grande tombe, le plus haut pour les sépultures collectives ; avec toutefois cette différence qu’il n’y a pas à Guaynep de jeu de balle.

1122/ Les structures funéraires secondaires (portant le code 2 sur la fig. 43) sont de dimensions plus modestes que les précédentes (encore que la pyramide A-2 de Los Encuentros dépasse 5 m de hauteur). Il y en a généralement une par centre, sauf à Chitomax 1 ; leur position par rapport à la pyramide principale est variable : elle lui font face (à Chirramos) ou sont sur un côté de la place.

113À Chirramos comme à San Juan las Vegas, la structure funéraire secondaire abrite une tombe à toit plat. Nous avons vu que, dans ce dernier site, la tombe contenait les vestiges d’une vingtaine d’individus ; à Chirramos, elle avait été violée et vidée de son contenu. Il n’est pas impossible qu’elles aient supporté un petit temple.

114Dans les autres sites, cette structure s’oppose à la pyramide principale par le fait qu’elle a servi de cimetière collectif à des individus, parfois très nombreux, comme à Guaynep où le niveau superficiel de la str. A-l a livré quinze squelettes sur un espace de 3 x 5 m ; par le fait aussi que sa plate-forme est en général trop étroite pour avoir supporté un temple. Les sépultures sont à même le remblai, parfois protégées par un alignement de pierres, et souvent avec un mobilier modeste composé d’une ou deux poteries.

115À Los Encuentros, la str. A-2 est une pyramide à cinq gradins de dimensions imposantes, qui se prolonge latéralement par deux “ailes” fermant complètement le côté ouest du grand patio (AS-4 : 25). L’escalier donnant sur celui-ci, large de 5 m, n’a pas de bloc central. C’est sous cet escalier que l’on a mis au jour les sépultures les plus nombreuses – neuf pour le Classique tardif dans les limites étroites de notre fouille – prouvant que la substructure a servi de cimetière de façon continue depuis le Préclassique moyen. Le mobilier associé est pauvre, mis à part quelques objets d’os finement travaillés accompagnant l’une des sépultures, mais son existence, et surtout le fait d’être déposé dans l’un des monticules du centre cérémoniel, prouvent qu’il s’agit d’une élite.

Tableau 12 Caractéristiques des structures funéraires secondaires.

Tableau 12 Caractéristiques des structures funéraires secondaires.

116Dans les autres sites, la structure funéraire est plus basse, rarement à deux gradins, dotée d’un escalier vers la place. Mais ici encore les différences entre les sites sont notables. À Chitomax, il n’y a pas une mais trois structures de ce type, dont une accolée à la grande tombe tenant la place de la pyramide principale ; on a supposé que les deux autres, qui se font face de part et d’autre de la place, commençaient seulement à être utilisées par défaut de place dans la première. L’une des caractéristiques de la str. A-10, à l’ouest, est d’avoir en guise d’escalier un plan incliné très allongé – 6 m – dont l’utilité n’est pas évidente.

117La structure funéraire de San Juan las Vegas est elle aussi très particulière : la partie centrale est divisée en deux compartiments dont un seulement a servi de tombe (l’autre étant en réserve ?) et forme bloc entre deux petits escaliers (AS-5 : 16-23).

118Nous retrouvons donc ici, comme pour la pyramide principale, malgré des traits communs, cette grande diversité qui est la marque des centres cérémoniels classiques du Chixoy.

1193/ Tous les centres cérémoniels moyens, et le plus grand, Los Encuentros, comprennent un terrain de jeu de balle : c’est l’une des caractéristiques essentielles qui les distinguent des petits centres cérémoniels.

120Les six jeux de balle relevés, dont deux n’ont pas été fouillés – Camalmapa et Santa Rosa (douteux) – peuvent être classés en deux catégories :

121– le jeu de balle fermé “en palangana” : un seul exemple, le terrain de San Juan las Vegas. Le terrain primitif de Los Encuentros aurait été lui aussi “en palangana”. Cette forme caractérise, selon A.L. Smith⁴, le Classique tardif ; E. Taladoire⁵ la classe dans son type V des Hautes Terres dit “en cuvette”, et cite, pour notre région, les terrains de Los Cerritos-Chijoj (Canilla)⁶ et de La Lagunita (groupe A)⁷ ; or le premier est daté du Classique tardif, le second du Protoclassique. C’est dire que la forme en palangana est apparue bien avant le Classique tardif : je considère qu’elle caractérise plutôt le Classique ancien et laisse souvent la place ensuite à la forme dite “à extrémités ouvertes”. La superposition de ces deux formes à Los Encuentros appuierait cette hypothèse.

122À San Juan las Vegas, la vaste et profonde cuvette constituant le terrain de jeu avait été entièrement comblée et était invisible avant les fouilles ; ce pourrait être une preuve de sa plus grande ancienneté, bien que le site n’ait pas livré de vestiges du Classique ancien.

123Le terrain de San Juan las Vegas (AS-5 : 27) est sensiblement orienté ouest-est ; il est adossé d’un côté à la colline aménagée en gradins pour les spectateurs. On accédait au court par un unique escalier à l’extrémité ouest. Le couloir, long de près de 30 m, est bordé de banquettes en talus fortement incliné pour lesquelles on a utilisé des dalles de calcaire ou de schiste peu régulières complétées par des galets. Une offrande de céramique a été mise au jour dans l’un des angles du court (le seul dégagé) et une autre vers le centre. Il faut souligner les dimensions disproportionnées de ce terrain par rapport aux autres structures de l’ensemble cérémoniel et sa situation excentrique, due sans doute à l’exiguïté de la terrasse.

124Le premier jeu de balle de Los Encuentros aurait eu des dimensions proches de celui de San Juan. Les extrémités du court ont été ultérieurement détruites pour ouvrir le couloir vers le nord et vers le sud.

125– le jeu de balle à extrémités ouvertes daterait du Classique tardif, comme l’admet E. Taladoire, dont c’est le type II : terrains ouverts à banquettes⁸. Dans tous les exemples donnés par cet auteur, les structures entourant le court sont plus ou moins symétriques ; dans notre région au contraire, elles sont très inégales, bien qu’à des degrés divers selon les sites : Los Encuentros, Chitomax et Chirramos. Cette dissymétrie pourrait être typique de la vallée du Chixoy. Elle est faible à Chirramos, où les monticules ont été considérablement détériorés ; le côté sud est cependant encore nettement plus haut que le nord (AS-5 : 65).

126À Los Encuentros, dont le court est orienté à peu près nord-sud, la structure est est une simple plate-forme allongée ne dépassant pas 1,50 m, alors que la structure ouest, haute de près de 3 m, dotée d’une plate-forme-autel, d’une avancée sur la place et de deux escaliers, abrite deux tombes voûtées et des cistes (AS-4 : 40).

127La dissymétrie est poussée au maximum à Chitomax : la plate-forme ouest, haute de 1,20 m seulement, fait face à l’ensemble funéraire décrit plus haut qui comprend deux structures d’inégale hauteur contenante, l’une des sépultures, l’autre une grande tombe (AS-5 : 106).

128Dans tous les cas, le couloir du jeu est encadré de banquettes en talus dont la partie inclinée, haute de 60 à 70 cm, est revêtue de dalles, irrégulières à Chitomax 1 et Chirramos, soigneusement taillées à Los Encuentros où elles sont de tuf et de caliche. La partie horizontale de la banquette est aussi beaucoup plus large dans ce dernier site.

Tableau 13 Caractéristiques des terrains de jeu de balle.

Tableau 13 Caractéristiques des terrains de jeu de balle.

Fig. 48 – Structures funéraires. a/ Los Encuentros, str. A-2. b/ Chitomax, str. A-10, cette dernière avec rampe.

Fig. 49 – Le terrain de jeu de balle de San Juan las Vegas (reconstitution d’Adan Aguilar A.).

129La banquette se raccorde aux structures encadrantes par un mur lui aussi en talus, dont la pente est plus faible (à Los Encuentros) ou plus forte (à Chirramos) que celle de la banquette.

130Nos fouilles n’ont mis au jour aucune évidence de marqueurs, si ce n’est à Los Encuentros, où le talus supérieur dallé de la structure est présente, dans l’axe central du court, deux cavités qui pourraient avoir servi à encastrer des poteaux ou les extrémités d’un anneau ouvert ; mais il n’y a rien de tel sur le mur opposé.

131L’existence d’une offrande dédicatoire placée au centre du court a été vérifiée à Chirramos et à Chitomax 1, mais non à Los Encuentros. Dans le premier site, il s’agit d’un grand tesson de poterie contenant vingt-quatre éléments de collier ou pendentifs de pierre verte et une perle de coquillage. A Chitomax 1, un grand encensoir en forme de jaguar accroupi contenant deux camahuiles, des perles de jade et un disque de pyrite, a été déposé dans une cache cylindrique creusée au centre exact du court ; parmi les pierres recouvrant cette cache, il y avait une dalle de schiste en forme de V, les branches orientées vers le nord.

132En conclusion, le type de jeu de balle caractérisant le Classique tardif dans la vallée du Chixoy nous paraît être le terrain à extrémités ouvertes, succédant peut-être au terrain en palangana, dont le couloir, long d’environ 15 m dans les centres mineurs, 30 m dans le centre majeur de Los Encuentros, est bordé de banquettes basses, en talus incliné de 45 à 60°. Les structures encadrantes, dont l’une, beaucoup plus importante que l’autre, remplit une fonction cérémonielle et funéraire, se raccordent à la banquette par un plan incliné. L’existence d’une offrande centrale n’est pas générale ; celle de marqueurs, et la forme éventuelle de ceux-ci, n’ont pu être précisées. L’orientation du couloir est assez approximative mais respecte celle de l’ensemble cérémoniel dont dépend le terrain du jeu, c’est-à-dire qu’elle peut être sensiblement nord-sud ou ouest-est, sans que l’on voie très bien quels critères ont justifié ce choix.

1334/ Les habitations “nobles” : il existe dans tous les centres cérémoniels un ou plusieurs monticules de faible dimension, généralement trop bas pour être dotés d’un escalier, et qui ne livrent aucune trace d’activité cérémonielle. Bien qu’il soit exceptionnel de pouvoir déceler, sur leur plate-forme, des vestiges de superstructures ou même des traces d’occupation domestique, un foyer par exemple (comme c’est le cas sur la str. A-8 d’El Jocote), le matériel provenant des déblais prouve qu’il s’agit bien d’habitations. Celles-ci (marquées 4 sur les plans schématiques de la fig. 43), qui peuvent être incluses dans le plan de l’ensemble cérémoniel ou légèrement à l’extérieur, étaient probablement occupées par des familles appartenant à l’élite dirigeante du centre.

134Les dimensions de ces habitations nobles sont voisines de celles des plates-formes d’habitation communes, avec toutefois une longueur supérieure ; elles pouvaient avoir plusieurs pièces. A San Juan las Vegas, par exemple, la str. A-2 mesure 6,30 x 10,30 m ; sa hauteur (1,70 m) a nécessité la construction d’un escalier. L’existence d’une offrande dédicatoire de poteries au centre, sous le sol d’occupation, n’est pas exceptionnelle.

135À Chirramos, nous considérons comme habitations nobles les str. A-6 et A-9, qui mesurent respectivement 5,80 x 8,70 m et 5,50 x 11,70 m ; compte tenu de leur hauteur (1,40 et 0,80 m), on devait y accéder par un escalier en bois. Deux autres plates-formes basses, en limite du barranco, plus petites (moyenne : 5 x 6 m) et plus frustes, ne peuvent être considérées comme nobles.

136À Chitomax, les plates-formes basses A-9 et A-15, qui mesurent en moyenne 6 x 10 m pour moins d’un mètre de hauteur, marquent les extrémités du mur d’enceinte. On a mis au jour sur la seconde la base d’une construction circulaire de galets, de 1,50 m de diamètre, et une sorte de couloir y accédant ; l’intérieur, dallé, ne contenait que du charbon (daté de 750 ± 70 ap. J.C.) et des débris de jarres communes. Cet ensemble a été protégé par la surélévation de la plate-forme au cours d’une seconde phase d’occupation ; nous l’avons interprété comme un bain de vapeur (temazcal), bien qu’il n’ait pas de système de drainage. Dans sa classification des bains de vapeur mésoaméricains, F. Servain classe le temazcal de Chitomax dans son type V, caractérisé par une étuve de plan circulaire munie d’un long couloir d’accès.

Fig. 50 – Plan des terrains de jeu de balle de Los Encuentros (a), Chitomax (b) et Chirramos (c).

Fig. 51 – Le temazcal (?) de Chitomax.

137Nous passons, à Los Encuentros, à un niveau supérieur d’élaboration de l’habitation noble (AS-4 : 65) : c’est en effet tout le patio ouest, avec l’habitation principale A-8, son annexe-cuisine (?) A-9 et la structure probablement cérémonielle A-10, qui aurait été réservé à la famille dirigeante du centre. Les dimensions de la str. A-8 sont normales (5,50 x 11 m), mais elle a des murs en maçonnerie, et sa surélévation, sans doute à l’Epiclassique, a protégé le sol d’occupation, un autel familial, trois foyers et trois bassins encastrés dans le sol d’argile battue, une banquette, les appuis des cloisons intérieures qui devaient limiter les trois chambres, et, enterrée face à la porte, une urne funéraire contenant un enfant.

1385/ La “maison longue” (5 sur la fig. 43) est une plate-forme basse comparable aux précédentes, mais sa longueur atteint presque le triple de sa largeur ; elle devait donc supporter, soit plusieurs habitations communes contiguës, soit une construction très allongée, qui n’a pas laissé de traces et dont la fonction reste problématique. Les vestiges, en tout cas, permettent de penser que cette fonction n’était pas cérémonielle.

139Il n’y a pas un modèle unique de maison longue. Les plus comparables sont celles de San Juan las Vegas et de Los Encuentros, proches de celle d’El Jocote, qui font face à la pyramide principale. À San Juan las Vegas (AS-5 : 25), la str. A-3, à l’origine une modeste plate-forme de 6,50 x 3,20 m, fut agrandie une première fois (18,45 x 4,10 m), puis une deuxième fois latéralement pour atteindre sa longueur définitive.

Fig. 52 – La “maison longue” de Los Encuentros en cours de dégagement.

Tableau 14 Caractéristiques des “maisons longues”.

Tableau 14 Caractéristiques des “maisons longues”.

140De même, notre fouille de la str. A3 à Los Encuentros a prouvé qu’elle était formée de la jonction d’au moins deux constructions précédentes séparées par un intervalle de 4 m (AS-4 : 35).

141La maison longue de Chirramos est en fait presque aussi large que longue : c’est qu’elle a été élargie de 3 mètres vers l’arrière. Elle était la seule à supporter une superstructure en dur (AS-5 : 62).

142Le centre cérémoniel de Chitomax 1 n’a pas de maison longue, mais on peut remarquer que les plates-formes jumelles A-1 et A-2, au sud, se prêtaient parfaitement à une jonction qui n’a jamais été réalisée.

143La caractéristique essentielle de la maison longue est donc qu’elle est réalisée par l’agrandissement d’une structure préexistante, ou dans un cas, (à Los Encuentros), par la jonction de plusieurs plates-formes voisines. Ceci suppose qu’il s’agit d’une opération tardive : nous pensons en fait qu’elle marque l’intrusion des influences épiclassiques, comme cela semble prouvé par le matériel des remblais à Los Encuentros et El Jocote. La maison longue ne serait donc pas un trait spécifiquement classique tardif : ce type de construction aurait eu, vers la fin de cette période, une fonction civique ou administrative préfigurant celle des “maisons longues” (nimja) ou des “maisons du conseil” postclassiques.

1446/ Le petit autel central de Chitomax 1 était une construction de pierre à peu près carrée d’environ 1 m de coté, à une dizaine de mètres de la base de l’escalier de la pyramide principale ; elle a été presque totalement détruite par la culture (AS-5 : 112).

145Aucun autre autel central n’a été mis au jour dans les sites du Chixoy, sauf à El Jocote (AS-3 : 53), où une pierre ovale, mesurant près d’un mètre de diamètre, était enterrée à proximité de la structure principale ; mais celle-ci est postclassique et l’autel, incomplet et non in situ, pourrait bien être de la même période. Par contre, plusieurs structures de Chitomax 1 considérées ou non comme funéraires (A-10, 14, 15) contenaient dans leur remblai un ou plusieurs petits blocs de pierre plus ou moins parallélépipédiques qui pouvaient servir d’autels (AS-5 : fig. 101c, 111c). Fait curieux, cette construction ne repose que dans un cas sur un sol net, précisément celui du temazcal de la str. A-15. Les dimensions moyennes de ces blocs-autels sont de 0,85 x 1,30 m pour une hauteur de 0,70 m.

146Les descriptions ci-dessus montrent qu’il y a peu de différences, sinon quantitatives, entre les petits centres cérémoniels et l’unique centre moyen, Los Encuentros ; plusieurs peuvent d’ailleurs être dues au fait que Los Encuentros, dans sa dernière phase d’occupation, est un site tardif, en fait le grand centre épiclassique de la vallée. Les principales différences notées à Los Encuentros sont les suivantes :

147– une orientation plus exacte – encore que peu précise – des structures par rapport au nord magnétique, donnant un plan relativement orthogonal ;

148– l’existence de deux ensembles contigus mais nettement séparés, le principal autour de la grande place cérémonielle, le plus petit ayant un caractère résidentiel et sans doute réservé à la famille dirigeante ;

149– les dimensions, aussi bien des ensembles que des constructions elles-mêmes : elles sont à peu près doubles des dimensions moyennes des petits centres ;

Fig. 53 – Les deux “autels” (?) de la str. A-14 de Chitomax noyés dans le remblai.

150– l’architecture plus soignée, utilisant extensivement les dalles de tuf et de caliche taillées, ce qui permet le revêtement de vastes plans inclinés dans le jeu de balle, les deux ailes (peut-être des passages surélevés ?) qui prolongent latéralement la pyramide funéraire A-2, et la pente de la substructure de la plate-forme A-7.

151Cette str. A-7, grande plate-forme supportant un bâtiment en dur, un autel, et abritant une tombe, n’a pas d’équivalent dans les autres sites et sa fonction reste douteuse : temple secondaire, résidence du grand prêtre...?

152– l’existence de plusieurs superstructures en dur, aussi bien cérémonielles (A-1, A-7) que résidentielles (A-8), alors qu’elles sont exceptionnelles dans les autres sites ;

153– enfin c’est à Los Encuentros qu’ont été mises au jour les seules tombes à voûte en encorbellement, celles des autres sites étant toutes à toit horizontal. Nous reviendrons sur ce point.

La vie matérielle

154La plupart des plates-formes d’habitation ont été détruites ou réoccupées au Postclassique ; les témoins de la vie matérielle trouvés in situ sont donc extrêmement rares et l’on doit se baser essentiellement sur les vestiges de céramique, lithiques ou autres mis au jour dans les déblais extérieurs ou les remblais des substructures.

155La disposition intérieure d’une habitation nous est connue grâce à la str. A-8 de Los Encuentros, déjà décrite ; mais il s’agit là d’une maison noble. La maison commune était plus petite, si l’on se base sur les dimensions moyennes des plates-formes dans un ensemble comme celui du groupe C de Los Encuentros : 5 x 7 m ; elle n’avait sans doute qu’une pièce. On retrouve dans la str. A-8 d’El Jocote (AS-3 : 50), elle aussi assez élaborée puisqu’elle était dotée d’une annexe, le foyer et la cuvette encastrés dans le sol d’argile battue ; celle-ci est une dépression en forme de bassin, parfois revêtue de pierres, qui pouvait servir à la préparation du maïs dans un bain de chaux, ou simplement assurer la stabilité d’un récipient à proximité du foyer. Ce dispositif est très ancien puisqu’on le trouve déjà sur une plate-forme du Préclassique moyen à Los Encuentros. Murs et toit étaient en matériaux périssables ; le torchis, ou bahareque, ne semble pas avoir été utilisé.

156L’habitation était isolée des maisons voisines : la disposition de deux ou trois plates-formes entourant un patio, comme dans le groupe E d’El Jocote (AS-3 : 61) est exceptionnelle. Dans ce dernier cas, il pourrait s’agir d’un atelier si l’on se base sur le nombre de grattoirs ellipsoïdaux d’obsidienne mis au jour.

157La céramique d’usage domestique comprenait trois types de récipients :

158– la Jarre globulaire à col large, court, à deux ou quatre anses en ruban épais partant du bord ou de la base du col. La panse est souvent décorée de pastilles à trois ponctuations représentant un visage stylisé (le signe Ahau selon R.E. Smith). La surface n’est ni polie, ni engobée mais porte souvent une peinture rouge-orange irrégulière.

159Un type exceptionnel dans la vallée est la très grande jarre rouge à haut col vertical décorée de cordons ponctués sur le col et la panse, type pourtant courant sur les plateaux de Canillá et San Andrés Sajcabajá, où il constitue un bon marqueur d’horizon pour le Classique tardif. À El Jocote (AS-3 : fig. 117), quatre de ces grandes jarres ont été retrouvées, brisées, au pied de la plate-forme A-3 ; elles étaient probablement importées.

160– le grand bol ou bassin profond, à fond plat, doté de deux anses verticales et parfois décoré lui aussi de pastilles ponctuées (par ex. AS 4 : fig. 85, AS-5 : fig. 33c).

161– le comal, qui n’est pas encore vraiment une plaque, mais plutôt un plat très ouvert, rugueux à l’extérieur, intérieurement lissé et décoré au doigt de lignes oranges.

162Ces poteries utilitaires appartiennent pour la plupart au groupe Chixoy Fruste défini par M. Hatch à Los Encuentros (AS-4 : 138), mais beaucoup de cornais et de bassins sont plutôt à rattacher au Chatillas Lissé du complexe Coban 2 d’Alta Verapaz. Le Chixoy Fruste serait comparable au Mostaza Rouge sur Naturel du même complexe, selon M.C. Arnauld⁷.

163La céramique de service, souvent trouvée dans un contexte rituel, comprend deux groupes principaux de fabrication locale :

164– un groupe de céramique brun-noir à surface modérément polie, le Rio Negro Brun-Noir défini par M. Hatch (AS-4 : 144), héritier probable du Nogaro pré- et protoclassique et du Chitac classique ancien. Il est proche du Chichicaste Brun-Noir de l’Alta Verapaz.

165Un bon échantillon des diverses formes de ce groupe nous est fourni par la grande tombe de Chirramos qui en contenait vingt-trois (AS-5 : fig. 81). Le bol ouvert est tripode ou à base annulaire, décoré d’une moulure basale ou latérale peu marquée, de cannelures horizontales, et de pastilles entourant les supports coniques ou tronconiques creux représentant une tête d’animal stylisée. Le bol globulaire à bord rentrant ou vertical, à base plane amincie ou à base annulaire, est décoré de cannelures verticales, de rainures horizontales et d’impressions digitales, parfois aussi de pastilles. Le vase cylindrique tripode a des moulures basales et latérales et des cannelures verticales ; les supports sont toujours coniques ou tronconiques creux (Ex. : AS-5 : fig. 81, 83, 119, 137d-f, 144).

166– un groupe dichrome rouge-orange sur brun naturel (ou rouge) qui continue la tradition pré – classique du Corinthian Daub et celle, protoclassique, du Tupal Rouge-sur Orange : c’est le groupe Ruano de M. Hatch (AS-4 : 142), dont le décor extérieur, et parfois aussi intérieur, de bandes, ronds et croix rouges, poli avant d’être sec, provoque des bavures caractéristiques. L’un des types du groupe Ruano utilise de plus la technique négative pour les mêmes motifs, qui ressortent en brun sur fond gris dans des panneaux entourés de rouge.

167Les formes sont les mêmes que celles du groupe Rio Negro, mais les vases cylindriques, à base plane ou tripodes, sont plus nombreux (Ex. : AS-5 : fig. 35, 113, 137). Aucune poterie entière ne provient de Chirramos, alors que le Rio Negro y est très abondant.

168Le groupe Ruano est à rapprocher du groupe Girasol Rouge sur Orange ou à l’Eneldo Rouge sur Crème du complexe Cobán 2 de la Verapaz.

  • 1 Les analyses de composition de pâte dont M. Picon, directeur du laboratoire de Céramologie de Lyon, (...)

169La céramique de service et rituelle comprend en outre un certain nombre de types importés des régions voisines,1 en particulier :

170– un blanc très fin et bien poli à décor incisé : c’est le Nitro Blanc Incisé de l’Alta Verapaz (complexe Coban 2) ou le Cream-on-Mikado Brorn Incised de Chipoc. Les tessons de ce type sont spécialement abondants à Los Encuentros, mais l’unique poterie entière provient de la grande tombe de Chitomax 1 ; son décor représente une succession de pernages accroupis (AS-5 : fig. 116a). La même tombe contenait un bol Orange Fin de forme identique à très beau décor incisé et excisé représentant un animal monstrueux. Un autre exemple de Nitro Blanc Incisé, incomplet, provient de la tombe de Guaynep (AS-5 : fig. 138c) : sa décoration est particulièrement intéressante puisque le motif du bas, qui forme une frise est sans équivoque T 24, un affixe qu’on trouve très souvent dans l’épigraphie maya (Berthold Riese, com. pers.).

171– des vases cylindriques à décor di-ou trichrome en zones limitées par des incisions représentant la grecque scalaire ou un motif de natte (AS-3 : fig. 97 et AS-5 : fig. 115b), proches de ceux décrits par R.E. Smith à Chipoc (1952 : fig. 15u).

172– un gobelet à décor rouge et noir sur orange poli (AS-5 : fig. 85) provient de l’antichambre de la grande tombe de Chirramos ; le motif anthropomorphe et phytomorphe est caractéristique du groupe Jelic Rouge sur Crème défini par A. Ciudad à Agua Tibia, Totonicapán (1984 : 162). Ce groupe Jelic, très populaire sur les plateaux, en particulier à Canillá (Los Cerritos-Chijoj), n’est représenté dans la vallée que par ce vase ; il correspond au “lacquer ware” de Lothrop (1936 : 28). Un autre petit vase de Chitomax 1, dont la forme et le décor sont très différents, ne peut être classé comme Jelic (AS-5 : fig. 116c). Dans l’ensemble, la céramique trichrome est rare dans la vallée, et sans influence apparente des Basses Terres ou de Chamá.

Fig. 54 – Poteries des groupes céramiques Ruano (a), Jelic (b) et Rio Negro (c-i). Provenance : San Juan las Vegas (a), Chirramos (b-g), Chitomax (h), Guaynep (i).

Fig. 55 – Tessons de Los Encuentros à décor incisé et excisé, a/ Type Nitro Blanc Incisé de la Verapaz : frise de marchands, b et c/ Ces tessons pourraient provenir d’un coffret tétrapode analogue à celui illustré par Dieseldorff (1926 : PI. 5-18) provenant de Chajcar.

173Les poteries miniatures, les bols à offrande et les encensoirs seront décrits avec les pratiques religieuses. Il reste à mentionner quelques petits objets d’argile dont la fonction n’est pas toujours claire.

174Les objets de parure sont représentés par quelques perles sphériques, de 2 à 3,5 cm de diamètre, qui sont des éléments de collier, et par des ornements d’oreille (El Jocote, Chirramos AS-5 : fig. 124 c-e, et AS-3 : ig. 124 c-d). Les perles allongées en forme d’olives provenant d’une habitation de San Juan las Vegas (AS-5 : fig. 41c) sont peut-être des poids de filet ; leur datation est douteuse.

175Les figurines classiques, modelées, sont très rares : une tète humaine et deux têtes d’animal proviennent de Chitomax 1 (AS-5 : fig. 123d), une statuette anthropomorphe ou zoomorphe très fruste de Chirramos (AS-5 : fig. 86e) et un tenon en forme de tête d’oiseau de San Juan las Vegas (AS-5 : fig. 41b). Les treize statuettes d’oiseaux décapités et les deux hochets phalliques de Chitomax 1 sont certainement des objets rituels.

176Mentionnons encore quelques disques d’argile, dont certains, perforés, pourraient être des pesons de fuseaux (AS-3 : fig. 124b, AS-5 : fig. 125 a) et les deux sceaux cylindriques d’El Jocote (AS-3 : fig. 87), à décor géométrique, qui sont peut-être préclassiques. – enfin Los Encuentros a livré quelques tessons (mais aucune pièce entière) à fin décor incisé et excisé représentant des glyphes, sans doute importés de la Verapaz : ils proviennent de ces sortes de coffrets à hauts supports, panneaux décorés, surmontés d’un personnage en ronde bosse, illustrés par Dieseldorff (1926).

177Pour l’industrie lithique, une grande variété de pierres, dont beaucoup provenaient du lit des rivières, ont été utilisées au Classique tardif ; certaines, choisies en raison de leur forme étrange ou de la nature de la roche, étalent laissées à l’état brut ou taillées en vue de leur utilisation rituelle (elles seront décrites plus loin). La plupart étaient d’usage domestique, mais leur fonction n’est pas toujours facile à préciser ; de plus la plupart des sites ayant été occupés avant, et certains aussi après le Classique tardif, il est souvent difficile de leur attribuer une date précise.

Fig. 56 – a/ Pendentif d’albâtre d’El Jocote. b/ Os découpe et gravé de Los Encuentros.

Fig. 57 – Objets rituels de Chitomax. a/ Hochets phalliques. b/ Statuettes d’oiseaux acéphales de la structure A-13, in situ.

178Pierres à moudre (meules dormantes) et molettes sont faites de basalte ou de roche locale (conglomérat...). Les metates utilisent une dalle naturelle ovale ou rectangulaire en forme d’auge, épaisse et généralement sans supports ; un fragment de metate d’El Jocote est cependant doté d’un pied massif et court : il pouvait être tripode (AS-3 : fig. 127a). Une douzaine de manos provenant du même site sont de lave vacuolaire, de conglomérat ou de rhyolite ; leur forme est cylindrique à extrémités amincies, de section ovale plus ou moins aplatie par l’usure ; leur longueur est de 15 à 20 cm. A Los Encuentros, deux grandes dalles de diorite, rectangulaires et minces, ont leur face plane bien polie ; nous les avons classées comme molettes usées, ce qui n’est pas évident compte tenu de leur largeur : 11 cm (AS-4 : fig. 99e).

179Nous disposons de quatre battoirs à écorce dont les caractéristiques sont très proches : ils sont de rhyolite, rectangulaires ou ovales, avec une face lisse, l’autre incisée de 11 à 14 rainures en V, et une gorge pour l’emmanchement ; les dimensions moyennes sont de 6,75 x 8,6 cm pour une épaisseur de 4 cm. Un simple galet ovale de pierre volcanique, non retouché, dont une face porte des stries irrégulières, a également pu servir de battoir (AS-3 : fig. 125 b, c, AS-4 : fig. 99c et AS-5 : fig. 87). Les deux battoirs à écorce de Chirramos proviennent de la grande tombe, ce qui prouve le prix que l’on attachait à cet outil.

180Les anneaux de pierre à perforation bipolaire (doughnut stones) sont eux aussi de rhyolite rougeâtre et bien polie. Deux disques épais portant une cupule sur chaque face pouvaient servir de casse-noix (?). Le diamètre de ces anneaux ou disques est proche de 8 cm, sauf à El Jocote, où il est de 13 cm (AS-3 : fig. 125a, AS-4 : fig. 99e et AS-5 : fig. 87).

181Un certain nombre de haches de serpentine, dont quelques-unes entières, proviennent d’El Jocote et de Los Encuentros (AS-3 : fig. 126 et AS-4 : fig. 99b). Elles sont uniformément trapézoïdales, longues de 5,5 à 8,4 cm ; seul le tranchant est poli. Un exemplaire d’El Jocote, entièrement poli, pourrait avoir été utilisé comme une herminette : un autre objet de serpentine, de forme allongée, à talon plat (la pointe manque) serait un ciseau ou un polissoir.

182Le silex est absent de notre région : il proviendrait soit des quelques gisements signalés dans les Hautes Terres (Sierra de las Minas, département de Jalapa...), soit des Basses Terres. Aussi les objets de silex sont-ils rares et généralement destinés à un usage rituel. Le plus beau est un grand couteau de sacrifice en feuille de laurier, long de 27 cm et épais seulement d’un cm ; il provient d’une cache de Los Encuentros (AS-4 : fig, 103). Ce site a également fourni un grattoir semi-circulaire de silex brun. De Chitomax 1, nous avons une macrolame de silex brun-jaune veiné, longue de 20 cm sans la pointe, retouchée latéralement pour former une pointe à long pédoncule ; et le fragment mésial d’un couteau à retouches bifaciales (AS-5 : fig. 102, 103).

183L’obsidienne est, dans l’ensemble, peu abondante dans la vallée du Chixoy ; la source la plus proche, Pachay (San Martin Jilotepeque) n’est pourtant distante que d’une quarantaine de km à vol d’oiseau. C’est une obsidienne noire plus ou moins translucide et veinée ; l’obsidienne verte ne sera importée que plus tard, à l’Epiclasssique.

184Les nuclei, de petite taille, polyédriques ou irréguliers, se comptent sur les doigts de la main. Les lames prismatiques sont rares, les plus belles sont utilisées comme offrande : ainsi la belle lame translucide, longue de 8,2 cm, d’El Jocote (AS-3 : fig. 106c) et sortout l’offrande de 1.711 petites lames à encoches déposées dans une jarre sur la plate-forme ouest du jeu de balle de Los Encuentros (AS-4 : 177).

185Les macrolames, longues de 15 à 22 cm, sont des couteaux triangulaires allongés, dont le bulbe est retouché, rarement taillés en pointe par retouches unifaciales ; dans un seul cas, le talon a été rétréci pour former un pédoncule rectangulaire (AS-3 : fig. 105 ; voir aussi AS-4 : fig. 105 d et AS-5 : fig. 127d, e) ; les bords portent des traces d’utilisation, mais ces macrolames sont presque toujours trouvées en contexte rituel, groupées par deux, quatre ou six, par exemple à El Jocote.

186Les outils d’obsidienne bifaces proviennent essentiellement d’El Jocote et de Los Encuentros (AS-3 : fig. 107 et AS-4 : fig. 104 et 105 c). Ils comprennent :

187– des pointes foliacées à base plane amincie, ou à pédoncule rectangulaire court, ou en V, longues de 8 cm ;

188– des pointes en losange sans pédoncule ou à pédoncule triangulaire long et épaissi ;

189– des grattoirs sur bout de lame ou ellipsoïdaux, particulièrement nombreux à El Jocote (AS-3 : fig. 106) et aussi à Los Encuentros (AS-4 : fig. 104 g, h). Ils ont souvent des restes de cortex ;

190– quelques outils complexes, par exemple le poinçon-grattoir d’El Jocote (AS-3 : fig. 106 i).

191Les deux pointes de flèche provenant de Los Encuentros et de San Juan las Vegas (AS-4 : fig. 104 e et AS-5 : fig. 43 f) sont sans doute postclassiques.

192Signalons enfin, comme artefacts lithiques :

193– une petite boule de pierre, de diamètre 2,9 cm, non polie (AS-4 : fig. 99 i) ;

194– un galet d’amphybolite taillé en forme de croix ou de X qui pouvait servir de bobine (AS-3 : fig. 125 d) :

195– des pierres ponces taillées en forme d’anneau, d’auge ou de metate miniature, d’oiseau (AS-4 : fig. 99 h et 99 f, g, AS-5 : fig. 87 b et 125 d) :

196– les statuettes de pierre dites camahuiles, caractéristiques du Protoclassique à La Lagunita, sont pratiquement absentes dans la vallée du Chixoy. Les deux camahuiles de schiste trouvés dans l’encensoir-jaguar du jeu de balle de Chitomax 1 sont sans doute des objets anciens réutilisés (AS-5 : fig. 126) ; celui de Los Encuentros est fait d’une pierre plus dure, peinte en rouge hématite, et sa facture, en trois dimensions, est assez différente (AS-4 : fig. 99 j).

197Les objets de parure en pierre, éléments de collier, ornements d’oreille et disques incrustés de pyrite, accompagnent dans tous les sites les sépultures et les caches ; on les trouve rarement dans les remblais.

198À Los Encuentros, la tombe 2 du jeu de balle a livré une cinquantaine de ces objets, dont une partie est sans doute épiclassique (AS-4 : fig. 106). On y trouve des perles de formes diverses, de jade, de stéatite ou de pierre verte (zoïsite ?) ; la plus belle est tubulaire, de section rectangulaire, longue de 7 cm, en jade.

199La forme des perles discoïdales épaisses est la plus fréquente, et il est intéressant de noter que la forme baptisée “en grain de maïs”, commune au Protoclassique, est ici inconnue, à une exception près (dans l’offrande du jeu de balle de Chirramos, AS-5 : fig. 89 d).

200Les ornements d’oreille de jade, en forme de pavillon ou tronconiques, sont rares (AS-4 : fig. 106 j) et peut-être plus anciens.

201À El Jocote et Los Encuentros, les pendentifs sont des plaquettes rectangulaires ou ovales, les premières percées d’un ou deux trous au centre, les secondes d’un trou de suspension près du bord (AS-3 : fig. 109 a, 110 g et AS-4 : fig. 106 h, 1). À Chirramos, les petits pendentifs de pierre verte de l’offrande du jeu de balle sont plus élaborés, représentant une tête d’animal ou une face humaine aux traits stylisés. Mais les plus beaux pendentifs proviennent d’El Jocote : l’un, de jade, provenant de la ciste contenant le phallus de pierre, représente une tête humaine barbue (?) ; l’autre, d’albâtre veiné de vert, une tête de serpent ou de monstre vue de profil ; elle était sur le sol du temple (AS-3 : fig. 108).

202Des plaques à incrustations de pyrite ont été mises au jour sur tous les sites, mais elles ne sont jamais entières. Les polyèdres de pyrite fixés sur l’une des faces de ces plaques par du stuc se sont presque toujours désintégrés ; à Los Encuentros cependant, un fragment de plaque rectangulaire a conservé plusieurs de ses éléments incrustés, et il en est de même d’un fragment de plaque circulaire (AS-4 : fig. 109). La différence de conservation et de couleur de ces éléments prouve qu’ils n’étaient pas tous de pyrite, mais aussi, peut-être, de marcassite. Il est possible également que certaines plaques n’aient pas été incrustées, mais seulement décorées de stuc peint.

203La plupart de ces plaques ne sont pas rectangulaires ou carrées mais circulaires, minces (1, 5 à 4 m/m), d’un diamètre moyen de 10,4 cm (de 8 à 16 cm), exceptionnellement plus petites à Chirramos : 5,5 et 6 cm ; la plupart sont d’ardoise, mais elles sont aussi d’argile, de grès ou autre pierre dure. Parfois faites de deux morceaux assemblés en biseau, elles portent une perforation centrale, conique ou biconique, et deux perforations près du bord, en général aux extrémités d’un même diamètre ; ces trous de suspension peuvent être perforés obliquement de façon à rester invisibles.

204Une trentaine de ces disques proviennent des tombes de Los Encuentros, mais il n’y en avait aucun dans les deux tombes datées avec certitude de l’Epiclassique. On peut en déduire que ces ornements, très populaires à partir du Protoclassique dans les Hautes Terres centrales, le sont restés au Classique tardif pour être abandonnés ensuite.

205Les objets d’os utilitaires – aiguilles, métatarse de cerf servant de spatule ou de poinçon – sont très rares ; par contre les objets de parure finement travaillés n’auraient été ni exceptionnels, ni exclusivement réservés à la classe dirigeante, puisque nous les trouvons dans les sépultures plus simples du groupe C de Los Encuentros et du jeu de balle d’El Jocote. Les plus beaux proviennent cependant de la pyramide de Los Encuentros : une diaphyse d’os long décorée d’un motif de natte, incisé et perforé ; et une plaque découpée dans un os long, habilement ajourée et incisée pour représenter une personne richement vêtue, dans un style proche de celui des Basses Terres (fig. 56). Des petits cylindres d’os décorés en guilloché accompagnaient plusieurs des sépultures du groupe C de ce site.

206À El Jocote, la ciste 1 contenait, outre des objets de coquillage, quelques fragments d’un os long dont le décor de triangles évidés et d’incisions a pu être reconstitué. La sépulture du jeu de balle contenait, elle, un collier de treize éléments découpés dans des diaphyses d’os longs ; l’élément central, plus long (4,5 cm) est décoré de cannelures (AS-3 : fig. 113).

207Deux fragments d’un os long à décor incisé et perforé proviennent aussi de la structure funéraire de Chicruz (AS-5 : fig. 168 f).

208Enfin à Chirramos, un os d’animal non identifié perforé à son extrémité, a pu servir de pendentif (AS-5 : fig. 88 e).

209Les objets de parure en coquillage sont peu nombreux. Il s’agit en général de petites perles discoïdales accompagnant des perles de pierre verte dans les caches. On trouve aussi des perles plus épaisses, perforées longitudinalement et incisées ; et des plaquettes perforées servant de pendentifs (AS-4 : fig. 110 e-g), ainsi que des gastéropodes (Cypraecidae) taillés en clochettes.

210L’ensemble le plus riche accompagnait le squelette d’enfant de la ciste 1 à El Jocote : il comprend deux séries de 13 clochettes et 17 petits gastéropodes à trois perforations, 13 plaquettes rectangulaires (incomplètes) percées de deux trous, 2 petites perles tubulaires, une cinquantaine de fins anneaux de nacre et 56 Escafopodae en forme de tubes emboîtés. On peut supposer que ces objets étalent utilisés comme colliers ou cousus sur les vêtements (AS-3 : fig. 112).

Pratiques religieuses et funéraires

211L’existence d’un culte domestique au Classique tardif est très probable, mais la fouille des habitations communes ne nous donne guère de renseignements à cet égard, alors que la présence d’un autel à l’intérieur de l’habitation et de petits autels familiaux dans les patios des ensembles résidentiels sera la règle au Postclassique. Dans un cas seulement, celui de la “maison du chef’ à Los Encuentros, nous avons vu que la pièce centrale était dotée, face à l’entrée, d’un petit bloc de maçonnerie qui servait sans doute d’autel, sous lequel était enterrée une jarre contenant cinq pierres informes (AS-4 : 67) : nous trouvons là une des manifestations les plus élémentaires de pratiques rituelles utilisant les pierres brutes, sur lesquelles je reviendrai. Au centre de la pièce, on avait enterré une autre jarre contenant les restes d’un enfant.

212Au niveau des ensembles d’habitation simples, on a signalé l’existence de structures spécialisées qui pouvaient être funéraires ou religieuses au sens large ; les exemples les plus frappants sont la petite structure funéraire du groupe C de Los Encuentros, et les deux “oratoires” (?) construits en dur à Chileón, un autre groupe de Los Encuentros.

213Les principales cérémonies du culte officiel devaient se dérouler sur les places et dans les édifices des centres civico-religieux réservés à cet usage : plates-formes et blocs centraux des pyramides, temples, jeu de balle, autels (à Chitomax). Les manifestations de ce culte ne nous sont accessibles, et encore très partiellement, que par les objets d’argile, de pierre ou autres matériaux non périssables, trouvés exceptionnellement in situ sur le sol des temples, plus souvent dans les caches, les sépultures et les tombes, ou dont les fragments ont été mis au jour dans le remblai des monticules.

  • 2 Les incisions verticales évoquent peut-être les cactus cierges (Cephalocezeus ou plutôt Lemaireocer (...)

214Les accessoires du culte en argile sont essentiellement, du plus simple au plus élaboré : les bols à offrande et poteries miniatures, les encensoirs à manche, les bols-encensoirs à dents et les grands encensoirs à effigie. Il faut mentionner en outre les hochets et autres instruments musicaux qui, probablement faits de bois ou de calebasse, ne sont pas arrivés jusqu’à nous, exception faite de deux hochets phalliques de Chitomax 1 (qui sont d’argile)2 ; et des 13 statuettes représentant un oiseau au long cou, aux ailes déployées, toutes décapitées, provenant du même site (AS-5 : fig. 123).

Fig. 58 – Caches mises au jour dans le monticule ouest du jeu de balle de Los Encuentros. a/ Cache élaborée avec murs de pierre et sol dallé. b/ Jarre contenant 1711 lames d’obsidienne, et boule en forme de tête de mort

215Les caches contiennent certains objets hautement valorisés par le fait qu’ils ont servi d’accessoires rituels ; ils ne sont pas déposés en général à même le remblai, mais protégés par une ou plusieurs poteries – jusqu’à trois – se recouvrant l’une l’autre, une tradition qui remonte au Protoclassique. Toute poterie, même domestique ou de service, peut être utilisée, mais le bol à offrande et les poteries miniatures étaient sans doute spécialement façonnés pour cet usage.

216Les bols à offrande sont des bols, écuelles ou coupelles de forme simple, grossièrement façonnés à l’extérieur, mieux finis et parfois polis à l’intérieur, éventuellement badigeonnés de rouge. Ces poteries sont communes dès le Protoclassique final et peuvent être classées dans le même groupe fruste baptisé Mocbal par M.C. Arnauld à La Lagunita10.

217Plusieurs formes de bols à offrande, dont certaines assez élaborées, ont été décrites à El Jocote (AS-3 : fig. 91) : la plupart contenaient une offrande ou servaient de couvercle à un autre bol servant de récipient, constituant ainsi une cache, soit sur le sol même du temple, soit autour de celui-ci, soit enfin dans le remblai de la substructure A-5.

218Parmi les poteries miniatures également utilisées dans les caches, mentionnons les petits bols tripodes à moulure basale d’El Jocote (ibid. : fig. 94), et de Chitomax ainsi que les petites jarres à anse du même site et de Guaynep, les petits bols globulaires noirs de Chirramos et de San Juan las Vegas (AS-5 : fig. 33d, 86a, 117a, 136b).

219Le contenu des caches est variable. Nous avons parlé des offrandes de pierres brutes, souvent de péridotite, partiellement brûlées, à Los Encuentros et aussi à El Jocote : elles perpétuent une longue tradition inaugurée au Protoclassique, mais qui paraît être en voie de disparition au Classique tardif. Plus commune est maintenant l’offrande d’objets en obsidienne : petites lames prismatiques et éclats ayant peut-être servi à l’auto-sacrifice (le bol noir miniature de la tombe 2 de Chirramos en contenait vingt-et-un), macrolames au nombre de quatre ou six à Chitomax et El Jocote. Les exemples les plus spectaculaires de caches contenant du matériel lithique ont été mis au jour à Los Encuentros : la jarre commune enterrée au centre du monticule ouest du jeu de balle contenait, outre sept éclats, 1. 711 lames d’obsidienne translucide de même longueur (environ 8 cm) et à encoches, avec un masque de déité solaire détaché d’un encensoir à effigie ; au pied du même monticule, une cache plus simple comprenait une grande pointe biface d’obsidienne et un couteau biface de silex brun dans une jarre protégée par une dalle de tuf (AS-4 : fig. 36, 39, 92, 103).

220Une offrande courante est celle des petits objets de parure, perles et pendentifs de pierre verte, de jade ou de coquillage : un bon exemple en est la cache constituée par deux bols superposés trouvés au pied de l’escalier nord de la str. A-5 à El Jocote, et datée de 870 ± 60 ap. J.C. : elle contenait trois galets brûlés, deux perles de pierre verte, quatre perles et un pendentif de coquillage (AS-3 : fig. 110).

221Dans quatre cas seulement, la cache contenait des ossements d’animaux : un squelette de mouffette (Conepatus mesoleucus) à Los Encuentros (dans un petit puits creusé au pied de la pyramide principale) ; une perruche à tête jaune (Amazona çf ochrocephala) dans trois bols sur le sol du temple d’El Jocote ; un jeune jaguar, sans crâne, dans une jarre de San Juan las Vegas ; enfin quelques os d’un raton laveur (Procyon Lotor) dans une jarre Plombée à Chitomax (il s’agit il est vrai d’une tombe plus tardive) (AS-3 : 27 ; AS-4 : 16 ; AS-5 : 19, 109).

222L’encensoir à manche typique du Classique tardif nous est connu par une pièce entière provenant de la vallée (AS-4 : fig. 76) : le bol à offrande, assez fruste, est doté d’un manche plein en forme d’anse annulaire décorée d’un oiseau plus ou moins stylisé. Sur d’autres exemplaires, le manche, plein, peut se recourber en crochet, ou s’épanouir comme une main (AS-5 : fig. 36).

Fig. 59 – Encensoirs à dents, à piédestal (Chirramos, tombe 1), à effigie de jaguar accolée (Chitomax, centre du jeu de balle).

223Il y a deux formes de grands encensoirs : le bol simple à “dents” et l’encensoir à effigie.

224La première est un grand bol plus ou moins ouvert, à base plane, sans anse ou doté de deux anses, et portant plusieurs rangées d’excroissances coniques, ou “dents”, lui donnant l’aspect de l’écorce de ceiba, l’arbre sacré des Maya ; le bord est parfois orné de pastilles en festons. Ces encensoirs pouvaient être dotés d’un couvercle en forme d’entonnoir lui-même hérissé de dents, comme à El Jocote (AS-3 : fig. 101).

225La structure principale du jeu de balle de Los Encuentros a livré le plus bel exemple de cache contenant, entre autres objets, deux de ces encensoirs (AS-4 : 53 et fig. 45, 93) ; la cache est une petite chambre de 0,80 x 1,40 m, soigneusement construite de blocs de tuf taillés et au sol dallé, protégée vers le haut par les grandes dalles inclinées menant au couloir du jeu de balle.

226Certains encensoirs à dents ont des formes plus élaborées : base annulaire et bord festonné peint en rouge, ou piédestal haut, cylindrique (AS-5 : fig. 37a, 84b, 118a) ; dans un cas, à Chitomax 1, le bol contenant les offrandes est associé à une effigie de jaguar qui le maintien entre ses pattes (AS-5 : fig. 105b).

227L’encensoir à effigie est une poterie cylindrique ou plus fréquemment en forme de sablier, portant un décor modelé et appliqué qui représente une divinité anthropomorphe, zoomorphe ou mixte.

228La première classe de ces encensoirs est représentée par l’effigie de jaguar accroupi mentionnée ci-dessus. J’ai souligné ailleurs la richesse symbolique de cette représentation de déité, chtonienne par ses attributs vestimentaires (la cape en aile de chauve-souris, les ornements d’oreille en double spirale, les deux fruits de cacao en pendentif) et par sa position au centre du court du jeu de balle représentant l’inframonde. Cl. Baudez a su retrouver, en s’appuyant sur le mythe du Popol Vuh et sur l’iconographie des marqueurs du jeu de balle de Copán, la symbolique à la fois astrale – le cycle solaire vu comme une mort et une résurrection – et agraire du jeu de balle classique¹¹ ; nous verrons plus loin l’abondance des motifs phytomorphes dans le décor des encensoirs à effigie.

229La seconde classe, celle des encensoirs à effigie en forme de sablier, pourrait être caractéristique des sites de la vallée du Chixoy. Ces encensoirs ont été trouvés entiers sur le sol du temple d’El Jocote et dans la tombe 2 de San Juan las Vegas : brisés et incomplets dans les déblais des autres sites (sauf Chirramos). Le personnage est représenté, en tête ou en buste, sur l’un des côtés de la poterie, limité par deux grandes “ailes” rectangulaires verticales. Il s’agit probablement dans la plupart des cas d’une divinité solaire car elle en porte les attributs : incisives supérieures limées en T, pastille à la racine du nez, ornements d’oreille quadrilobés du signe kin – le jour, la lumière – et parfois une barbiche. La profusion des ornements appliqués sur la coiffure, le buste, le pagne du personnage ainsi que sur les “ailes”, prouve que ce dieu solaire est aussi, logiquement, un dieu de la végétation et sans doute de la pluie : comme l’a noté R. Bruce, le dieu de la pluie, Tlaloc ou Chac, est absent des Hautes Terres mayas, où c’est le dieu solaire qui remplit cette fonction¹². En l’occurrence, le symbole de la fertilité n’est pas le maïs mais le cacao, dont les feuilles et les cabosses figurent explicitement sur plusieurs poteries, comme sur l’effigie de jaguar de Chitomax 1 (AS-5 : fig. 38, 39, 120, 121, 139).

230Les deux encensoirs reposant côte-à-côte sur le sol du temple d’El Jocote (AS-3 : fig. 28, 101, 102) portent la même effigie d’un dieu solaire imberbe – jeune – mais l’une d’elles est réduite à la tête appliquée, avec les ornements habituels, sur un bol de forme simple.

231L’un des traits intéressants des encensoirs à effigie du Chixoy est la représentation des mains de ces déités solaires : alors que la position de la tête, du buste et des bras repliés est invariable, figée, celle des mains, placées symétriquement vers l’avant à hauteur de la poitrine, diffère, sur la vingtaine d’exemplaires recensés, par l’orientation de la paume et la position des doigts, certains repliés, d’autres étendus (fig. 61). Il est tentant de voir là une sorte de code gestuel, qui pourrait comprendre au moins 18 signes (ils ne sont d’ailleurs pas tous représentés dans notre échantillon). La position la plus fréquente semble être 2b : paume horizontale vers le haut, doigts repliés sauf le pouce et l’index ; certaines, par exemple paume vers l’avant, doigts repliés sauf le pouce et l’auriculaire (2c), ne sont connues que sur un seul exemplaire. L’importance du geste en tant que langage dans l’iconographie maya a été soulignée par maints auteurs, dont Thompson¹³ : le poing fermé, par exemple, évoquerait l’idée générale d’influence, de domination, de contrôle ; dans les hiéroglyphes, l’index et le pouce étendus indiqueraient la fin, l’achèvement. On a pu relever, dans une communauté indienne actuelle, celle des Quiché-Achi de Cubulco, un ensemble de gestes exprimant la position du croissant lunaire, représenté par le pouce et l’index tendus, selon les saisons, et les rapprocher des glyphes mayas dans lesquels figure une main, en position variable, pour exprimer les concepts de saison sèche-saison humide (H. Neuenswander 1978). Le rapprochement entre les différentes positions de mains sur nos encensoirs du Chixoy et les nombreuses représentations de mains dans l’épigraphie maya n’est pas probant : selon Berthold Riese (com. pers.), seule notre position 5b pourrait correspondre au signe T 673. Ceci n’est pas étonnant compte tenu de l’absence de toute manifestation épigraphique dans notre région, à de rares exceptions près : quelques représentations de glyphes sur des poteries certainement importées (à Los Encuentros et à Chitomax 1). La signification de ce code gestuel nous reste donc hermétique ; on peut seulement supposer qu’il exprimait soit les différentes fonctions du grand dieu solaire, soit le geste essentiel lié aux principales cérémonies, de même que la position de la main et des doigts repliés est significative dans l’iconographie hindoue et la danse javanaise (Van Lelyveld 1931).

Fig. 60 – Encensoirs à effigie de déité solaire ou macabre. a et b/ San Juan las Vegas. c/ Chitomax. d/ El Jocote.

232En dehors des représentations du dieu solaire, on trouve encore dans les encensoirs à effigie un personnage funèbre, homme ou dieu, qui semble être l’antithèse du précédent. Les rares exemplaires proviennent de Los Encuentros et surtout d’El Jocote (AS-4 : fig. 92b et AS-3 : fig. 103) : le masque, creux appliqué sur la partie inférieure de l’encensoir représente de façon sommaire un visage humain à la bouche ouverte ou privé de sa mandibule ; dans ce dernier cas, les yeux sont de simples pastilles, le nez court est en bec d’aigle, deux volutes pendent de la lèvre supérieure. L’encensoir porte toujours ses deux “ailes”, mais il n’y a aucun ornement, à l’exception des deux anneaux simples aux oreilles. Le dépouillement et le caractère caricatural de ce type d’encensoir contrastent étrangement avec le style surchargé, presque baroque, de l’effigie du dieu solaire et son aspect bénévolent. On y verrait volontiers une divinité macabre de la mort et de la stérilité, très différente du jaguar chtonien qui n’est lui, en fait, que l’avatar nocturne du dieu solaire.

233Nos fouilles sur le Chixoy ont révélé l’existence d’un culte lithique dont les premières manifestations, datant du Protoclassique ou du début du Classique, nous étaient déjà connues, notamment à La Lagunita, sous la forme de caches contenant des galets de quartz roulés ou des camahuiles de schiste (Ichon et Arnauld 1985 : 78). Indépendamment des offrandes de pierres brutes – péridotite surtout – contenues dans un bol, une jarre, ou dans un caisson de pierre comme à San Juan las Vegas, ce culte se manifeste surtout par l’utilisation de la pierre ponce, celle des pierres brutes de forme bizarre, celle enfin de pierres sculptées en forme de phallus.

234La pierre ponce, qui est déposée en abondance sur les berges du fleuve par les grandes crues, a pu être utilisée comme offrande (à San Juan las Vegas), mais surtout pour le remblaiement des tombes, que celles-ci soient voûtées ou à toit horizontal. Dans le premier cas (la tombe principale de Los Encuentros), on peut penser que le choix de ce matériau avait pour but de ne pas surcharger une construction relativement fragile ; cette explication est moins évidente à Chitomax 1 et à Chirramos, où les grandes tombes étaient à toit plat et solidement recouvertes de grandes dalles. Quoiqu’il en soit, l’hypothèse d’une utilisation plus fonctionnelle que rituelle de la pierre ponce est plausible.

235Par contre, la présence de plusieurs grandes pierres naturelles de forme bizarre dans le temple d’El Jocote et dans l’une des deux chambres de la str. A-5 de San Juan las Vegas, ne peut s’expliquer que par l’utilisation rituelle de ces accessoires fournis par la nature. À El Jocote, une sorte de champignon calcaire curieusement contourné, haut de 36 cm, pouvait être assis sur sa base plane, à côté d’une grande dalle calcaire horizontale (ou sur elle ?) (AS-3 : fig. 26-28). A San Juan las Vegas, il s’agit de deux pierres adossées au mur intérieur de A-5 ; l’une est comparable, en plus petit, au “champignon” d’El Jocote ; l’autre est une grande dalle dont le profil évoque vaguement un personnage assis (AS-5 : fig. 19, 20).

236Les deux exemplaires de pierre phallique proviennent d’El Jocote : l’une est un fragment de gneiss, long de 16 cm. à l’extrémité polie et arrondie séparée du fût par une gorge ; l’autre sculpture, complète, a été trouvée dans l’une des quatre cistes, qu’il occupait entièrement ; longue de 75 cm, c’est une sorte de colonne calcaire à peu près cylindrique ; l’extrémité légèrement renflée porte deux yeux ronds en faible relief et l’indication sommaire du mufle et de la bouche d’un animal que l’on aimerait pouvoir identifier comme un serpent (AS-3 : fig. 35, 104).

237L’existence d’un culte phallique est confirmée par la découverte des hochets de Chitomax 1. Bien que les Maya classiques soient considérés comme très prudes en ce domaine, on ne peut négliger les phallus d’Uxmal, non plus que les découvertes récentes de graffiti érotiques à Tikal (dans le groupe du Monde Perdu et celui des Fausses Colonnes) ¹⁴ et de peintures rupestres fort réalistes dans la grotte de Naj Tunich. Les Maya ne pouvaient ignorer un culte aussi universel que celui dédié à la fécondité symbolisée par le membre viril, mais on peut s’étonner qu’il ait laissé si peu de traces, aussi bien d’ailleurs dans les centres cérémoniels que dans les codex et les mythes qui sont parvenus jusqu’à nous.

238En dehors de ces objets phalliques, la sculpture sur pierre classique n’est représentée que par les deux boules, figurant une tête de mort, du jeu de balle de Los Encuentros, qui pourraient d’ailleurs être plus tardives : épiclassiques (AS-4 : fig. 100). Elles sont comparables à un boulet de basalte sculpté du site de Bilbao, dans le piémont pacifique, daté par Parsons du Classique moyen¹⁵ ; il faut aussi les rapprocher du galet sphérique grossièrement travaillé en tête de mort, fixé dans un socle de stuc au pied de l’escalier de la pyramide postclassique d’El Jocote (AS-3 : fig. 14, 122). Cette association de la boule-tête de mort au jeu de balle est intéressante ; on la trouve illustrée ailleurs dans le bas-relief du jeu de balle de Chichen Itzá (où la balle n’est autre que la tête coupée du joueur principal) et dans cet épisode du mythe du Popol Vuh au cours duquel la tête coupée de l’un des deux héros, Hun Ah Pu, est utilisée comme balle pour disputer une partie contre les seigneurs de l’Enfer.

Fig. 62 – Pierres travaillées ou choisies pour leur forme bizarre, utilisées dans un contexte rituel. a/ Temple d’El Jocote. b, c/ San Juan las Vegas. d/ Pierre phallique dans l’une des cistes d’El Jocote.

Fig. 63 – Sépulture classique à Cauinal, au pied de la pyramide-temple du groupe C. L’autel ellipsoïdal postclassique a été coupé en deux pour les besoins de la fouille.

239Les pratiques funéraires au Classique tardif marquent une évolution nette, par leur complexité vis-à-vis des pratiques antérieures : on peut en effet distinguer deux types de sépultures, à même le sol ou en urne, et trois types de tombes : ciste, tombe à toit horizontal et tombe voûtée en encorbellement. Cette complexité croissante devait aller de pair avec une organisation de plus en plus hiérarchisée de la société.

240Les tombes ne se trouvent que dans les constructions spécialisées – funéraires – des centres cérémoniels ; elles étaient visiblement réservées aux dirigeants. Les sépultures simples peuvent se trouver soit dans les structures funéraires de ces centres – il s’agit donc encore d’une élite –, soit dans les petites structures funéraires existant dans certains ensembles d’habitation, par exemple le groupe C de Los Encuentros. Mais aucune sépulture n’a été mise au jour dans les habitations communes ou à proximité de celles-ci, à une exception près : le squelette d’un adulte enterré à Chitomax 1 sous le monticule ouest du jeu de balle (AS-5 : fig. 104) est étendu sur le dos, orienté ouest-est, le bras gauche replié main sur l’épaule, à proximité d’un grand foyer circulaire : bien que cette sépulture se trouve exactement au centre de la structure A-2, on peut supposer qu’il s’agit d’une ancienne habitation recouverte ultérieurement par la construction cérémonielle. D’autre part, une sépulture d’adulte isolée a été mise au jour à Cauinal, à demi recouverte par un autel postclassique au pied de la pyramide C-l (AS-2 : fig. 126, 127) ; la poterie déposée sur le ventre du mort prouve qu’elle est classique tardive, mais aucune des contractions qui pourraient dater de cette période n’a laissé de traces.

241En général, le sort du petit peuple après la mort reste donc pour nous un mystère ; on peut supposer l’existence, soit de cimetières dont l’emplacement nous est inconnu (à l’inverse, comme nous le verrons, de celui des cimetières postclassiques), soit de pratiques rituelles entraînant, par exposition, crémation, etc., la disparition complète des cadavres. Ceci est encore plus patent en ce qui concerne les enfants, dont la proportion par rapport aux adultes est toujours infime, contrairement à ce que l’on pourrait attendre dans une population où le taux de mortalité infantile devait être élevé.

242Deux sépultures à même le sol ont été mises au Jour à El Jocote dans le périmètre du centre cérémoniel mais à l’extérieur des monticules (AS-3 : 65) : les corps – des adultes – sont étendus sur le dos, orientés sud-nord ou ouest-est ; dans un cas le bras droit est replié sur le ventre. L’unique mobilier est un bol tripode rouge retourné sur les jambes de l’un des squelettes.

243Plus fréquemment les morts ont été enterrés, sans protection, dans le remblai des structures que nous avons classées comme funéraires. Dans le groupe C de Los Encuentros, il s’agit d’une simple butte naturelle de talpetate aménagée avec des murs et un escalier de galets, dans laquelle on creusait des fosses au fur et à mesure des besoins, non sans perturber les occupants antérieurs (AS-4 : 78-85). Les corps étaient en décubitus dorsal, orientés généralement nord-sud ou sud-nord, les bras le long du corps ou l’un des bras (indifféremment le droit ou le gauche) replié, main à hauteur de l’épaule ; un seul squelette est en position assise, les bras croisés. Quelques galets pouvaient protéger le crâne ou indiquer en surface l’emplacement de la sépulture. Le mobilier est rare et de qualité médiocre : six ollas communes au total ; les petits cylindres d’os joliment travaillés accompagnant deux des sépultures étaient probablement des ornements d’oreille ou des éléments de collier. Le monticule funéraire abritait au moins vingt-deux individus, tous adultes. Il est certain que ce nombre ne peut correspondre à la mortalité normale d’une population de 70 à 100 personnes selon notre estimation basée sur le nombre d’habitations. Ceci suppose qu’il s’agit encore d’une élite, probablement des membres de la famille dirigeante de cette communauté qui pouvait correspondre à un lignage, et que les enfants morts faisaient l’objet de rites particuliers.

Fig. 64a – Structure funéraire à Los Encuentros (groupe C).

Fig. 64b – Structure funéraire à Guaynep.

244Dans les centres cérémoniels, nous avons vu qu’il existe une ou plusieurs structures funéraires secondaires dont l’emplacement et l’architecture varient d’un site à l’autre. À Chirramos et San Juan las Vegas, elles abritaient une véritable tombe ; dans les autres sites, les morts sont inhumés à même le remblai, soit sous l’escalier (à Los Encuentros), soit à faible profondeur sous la plate-forme. Les corps sont toujours en décubitus dorsal, dans l’axe ou perpendiculairement à l’axe du monticule ; ces orientations privilégiées sont illustrées de façon spectaculaire à Guaynep, où les corps, presque à fleur de terre et parfois empilés sur trois niveaux, sont orientés sud-nord ou nord-sud (axe principal de la str. A-1), est-ouest ou ouest-est (son petit axe) (AS-5 : fig. 133). La position du bras replié est exceptionnelle. Parfois le corps est partiellement protégé par quelques galets plus ou moins alignés ; très souvent il y a un mobilier modeste, une ou deux poteries placées contre les jambes ou près du crâne. Guaynep nous donne un bon échantillon de ce mobilier funéraire composé de poteries communes ou plutôt de service, appartenant aux deux groupes principaux : brun-noir poli (Rio Negro) et dichrome rouge sur brun (Ruano) (ibid. : fig. 136-138). Tous les morts étaient des adultes, et beaucoup des adultes âgés. La densité est si forte – quinze squelettes sur 15 m² – que les enterrements successifs devaient inévitablement bouleverser les sépultures plus anciennes. J’ai émis l’hypothèse qu’à Chitomax 1 la principale structure funéraire, A-13, avait été délaissée, faute de place, au profit des deux autres qui semblent être en début d’utilisation.

245A Los Encuentros, la pyramide funéraire A-2 est, comme il se doit, plus vaste et mieux construite que les précédentes ; cependant les squelettes – toujours des adultes – mis au Jour dans le remblai correspondant à la structure classique tardive sont peu nombreux : quatre dans la partie centrale, cinq du côté de l’escalier (AS-4 : fig. 24, 26a). L’un de ces derniers, le seul en position accroupie, était accompagné d’objets d’os finement travaillés ; on a aussi trouvé, associés aux sépultures centrales, des fragments de grands encensoirs, et dans un cas, un petit pendentif discoïdal de jade sans doute placé dans la bouche du mort : cette coutume comparée à l’“offrande à Charon”, qui date du Protoclassique, n’est donc pas abandonnée au Classique tardif.

246Les sépultures en urnes sont rares et leur datation n’est pas certaine quand le site a continué à être occupé au Postclassique, période pendant laquelle cette coutume se généralisera. Il s’agit dans les trois cas connus d’un tout jeune enfant, sans traces de crémation, contenu dans une jarre commune recouverte d’une pierre servant de couvercle. À Los Encuentros, l’urne a été enterrée dans la pièce centrale de la “maison du chef” ; à El Jocote, elle se trouvait dans l’angle de l’escalier d’une habitation noble (AS-3 : fig. 62) ; à Chicruz, elle devait être également près de l’escalier de la structure funéraire (AS-5 : 151). Il faut souligner que la première apparition de l’urne funéraire (contenant un enfant) date de cette période et qu’elle est toujours associée à une structure cérémonielle ou pour le moins “élitiste”.

247Les tombes sont de trois types. Le plus simple est la ciste, simple caisson fait de dalles verticales, recouvert en principe d’un toit de dalles horizontales et dont le fond peut être lui aussi dallé.

248Les quatre cistes de la str. A-5 d’El Jocote constituent un bon échantillonnage de ce type de sépulture (AS-3 : fig. 30-36). Le caisson est en général rectangulaire, ses dimensions variant selon le contenu : la longueur est proche de 2 m quand il s’agit d’un squelette d’adulte comme dans la ciste 2 (un adulte de sexe masculin âgé d’au moins 50 ans), ou dans la ciste 4 (squelette d’adulte sur le dos, orienté ouest-est, bras droit replié). La ciste 3, plus petite (62 x 85 cm) et faite de dalles de tuf soigneusement taillées, ne contenait que le phallus de pierre décrit ci-dessus et le squelette d’un tout petit enfant. La ciste peut aussi être cubique : c’est le cas de la ciste 1, ouverte d’un côté, qui contenait un enfant de sexe féminin (et non un adulte comme nous l’avons écrit par erreur) et de nombreux ornements de coquillage.

249Les quatre cistes d’El Jocote étaient alignées, à des niveaux différents, sur la face nord et dans l’axe principal de la str. A-5.

250Des cistes funéraires ont été mises au jour à Los Encuentros et à Chicruz. Dans le premier de ces sites, les deux caissons de tuf, longs de 1,30 et 1 m, placés côte-à-côte devant une tombe voûtée au pied de la structure ouest du jeu de balle, avaient été vidés de leur contenu et remplis de galets (AS-4 : fig. 40). À Chicruz, les deux cistes très frustes occupant le centre de la structure principale ont été violées à l’époque coloniale ; la plus grande contenait encore un squelette d’adulte très détérioré, apparemment en position repliée sur le dos, avec quelques objets de parure en pierre et en os (AS-5 : fig. : 144, 148).

251J’ai baptisé ciste, à San Juan las Vegas, un petit caisson très rudimentaire mis au jour dans le haut de l’escalier de la pyramide (ibid. : fig. 11, 12) ; c’est en fait une dalle de talpetate recouvrant un dépôt de 456 galets de quartz et des ossements mêlés ayant appartenu à une demi-douzaine d’individus.

252La ciste du Classique tardif peut être considérée comme un perfectionnement de la rangée de pierres dressées sur l’un des côtés de la sépulture, qui est apparue au Protoclassique, à Chicruz et à Los Encuentros par exemple.

253La tombe à toit horizontal est une autre innovation du Classique tardif, mais il faut souligner qu’elle n’existe que dans les centres n’ayant pas livré de cistes : Chitomax, Guaynep, Chirramos et San Juan las Vegas. Il y aurait donc équivalence entre ce type de tombe et la ciste ; nous constatons une fois de plus certaines différenciations entre les sites de l’aval – Los Encuentros, Chicruz, El Jocote – et ceux de l’amont.

Fig. 65 – Cistes d’El Jocote, str. A-5 (a, b) et de Los Encuentros, face ouest du jeu de balle (c). Cette dernière a été vidée de son contenu et remplie de pierres.

254La plupart de ces tombes ont été violées, pillées, et ont vu leur toit détruit à la fin du Classique, ce qui rend parfois difficile la reconstitution de leur architecture. La grande tombe de Chitomax 1 et celle de Guaynep qui lui est comparable sont les plus caractéristiques (AS-5 : 110-113 et 137-141). Au centre d’un monticule bas et à peu près carré, une chambre funéraire de plan rectangulaire, mesurant 1,60 x 3 m à Chitomax, 2,70 x 3,50 m à Guaynep, à laquelle on accède par un couloir débouchant sur un autre couloir perpendiculaire ; ce dernier, qui était probablement couvert, marque la séparation entre les deux structures funéraires accolées abritant, l’une la tombe, l’autre de nombreuses sépultures à même le sol. La tombe de Chitomax 1 comporte de plus, sur le côté opposé au couloir, une niche ou recoin lui donnant un plan cruciforme. À Guaynep le couloir constitue une véritable antichambre, murée vers l’extérieur et contenant le squelette d’un adulte en décubitus dorsal et deux poteries. Rien ne nous permet de reconstituer le toit de la tombe de Guaynep, mais celle de Chitomax était encombrée de longues dalles de schiste provenant du toit ; elles devaient reposer sur des poutres horizontales.

255Les deux tombes avaient été vidées de leur contenu – tout au moins des ossements de leur occupants – avant d’être comblées de sable et de pierre ponce ; il restait cependant des vestiges assez abondants du mobilier, et même une dizaine de poteries entières “oubliées” à Guaynep ; celles-ci sont à vrai dire assez communes, alors que la tombe de Chitomax 1 contenait quelques poteries importées de haute qualité.

Fig. 66 – La tombe à toit horizontal de Chitomax, violée à l’Epiclassique.

256La grande tombe de Chirramos a sensiblement les mêmes dimensions que celle de Guaynep ; le sol est dallé, les murs revêtus d’un enduit d’argile. À 1,30 m de hauteur, on note des pierres en saillie qui devaient supporter les poutres du toit ; celles-ci ont cédé et la tombe a été remplie de pierres et de sable, puis recouverte de plusieurs couches de pierre ponce. C’est cet accident qui a probablement évité un pillage ultérieur, mais la tombe n’était désormais plus accessible, alors qu’il était prévu d’y pénétrer par le haut de l’escalier extérieur de la str. A-1 en passant par une antichambre et un couloir dallé descendant par trois marches jusqu’à la tombe (AS-5 : 55-60). L’antichambre, petite pièce carrée, de 0, 80 m de côté, contenait quelques ossements d’adulte en mauvais état et deux poteries, dont un bol trichrome de type Jelic Rouge sur Crème importé. La tombe elle-même, partiellement détruite par des chercheurs de trésor peu avant nos fouilles, a livré les traces de cinq ou six individus, plusieurs amas de poteries (32 au total, de fabrication locale), deux broyeurs à écorce et quelques perles de pierre ou de coquillage.

257La tombe 2 de Chirramos occupe le centre de la petite str. A-3 qui fait face à la structure principale. Elle ressemble à celle de Chitomax 1 par ses dimensions (1,70 x 2,80 m) et par l’existence d’une sorte de niche, ici à gradins (peut-être un escalier ?) en face de la porte qui, débouchant apparemment sur un couloir transversal, a été murée (ibid. : 64-66). Cette tombe fut violée à l’Epiclassique ; elle ne contenait plus que les débris des dalles du toit et quelques poteries communes incomplètes.

Fig. 67 – Les tombes à toit horizontal de Chirramos, str. A-l et A-3 (a, b) et de Guaynep (c). Ces deux dernières ont été violées.

Fig. 68 – La tombe principale de San Juan las Vegas contenait 37 individus, celle de la str. A-4 en contenait 20.

258Le site de San Juan las Vegas a également livré deux tombes (ibid. : 12-14 et 19-21). La petite structure A-4 était intérieurement divisée en deux chambres dont une seulement, ouvrant sur le petit bloc central entre les deux escaliers, a servi de tombe : elle contenait les restes, très incomplets et mélangés, d’une vingtaine d’individus adultes, sépultures secondaires ou perturbées comme le prouve l’amoncellement de crânes dans un angle. La chambre funéraire est de plan carré, de 1,60 m de côté : ses murs sont faits de dalles de schiste verticales. Le toit, de dalles plus petites, s’est effondré ou a été volontairement détruit lors d’une intrusion plus tardive qui n’aurait toutefois pas atteint le fond de la tombe et ses occupants. Il n’y avait pas de mobilier à l’exception d’un cristal de roche, de quelques bols à offrande dans le remblai, et d’un grand encensoir à effigie solaire, presque complet, protégé par une dalle horizontale percée d’un trou.

259La grande tombe de San Juan las Vegas, qui occupe la partie supérieure de la pyramide principale, est très différente : en effet cette chambre presque carrée (3, 60 x 3, 80 m), aux murs de maçonnerie, n’était pas couverte et a dû être comblée aussitôt après qu’on eût déposé les ossements en paquets de 37 individus, tous des adultes. Le mobilier, très pauvre, ne comprend que trois poteries communes dont un bol contenant des os calcinés.

260On peut penser que les tombes de Guaynep, Chitomax 1 et Chirramos étaient destinées à recevoir successivement après leur mort les personnages les plus importants de ces centres. Il n’en est pas de même à San Juan las Vegas, où l’existence de cet ensemble impressionnant de sépultures secondaires simultanées, évoquant peut-être les victimes d’une bataille ou d’une épidémie, pose un problème particulier.

261Le seul site à avoir livré des tombes voûtées, Los Encuentros, est aussi le centre le plus important de la vallée au Classique tardif et à l’Eplclassique. On serait tenté d’y voir une innovation tardive datant de la fin du Classique si deux de ces tombes au moins n’étaient pas visiblement antérieures ; il faut admettre que la technique de la voûte en encorbellement, originaire des Basses Terres, était connue dans la vallée du Chixoy dès le Classique tardif, mais qu’elle était réservée à l’architecture funéraire, comme ce fut le cas dans l’ensemble des Hautes Terres.

262Les quatre tombes voûtées mises au jour à Los Encuentros sont très différentes (AS-4 : 22, 51, 55, 61). La plus élaborée est logiquement celle du bloc central de la grande pyramide : chambre rectangulaire (1, 63 x 2, 36 m) au sol soigneusement dallé, aux murs faits de grandes dalles de tuf tachées d’ocre rouge en leur centre ; les parois faites de dalles plus frustes s’élèvent ensuite en encorbellement pour se rejoindre en un point situé à 2m du sol. Le couloir d’accès, ultérieurement comblé, débouchait dans un angle en formant une sorte d’antichambre, recouverte d’un linteau et condamnée par une double dalle. La tombe ne contenait qu’un encensoir à manche, témoin d’une ultime cérémonie, et quelques fragments d’os, de céramique et de bijoux, vestiges d’une occupation antérieure.

Fig. 69 – Les tombes voûtées de Los Encuentros. a/ Pyramide principale. b/ Face ouest du jeu de balle. c/ Centre de la str. A-7.

263Deux tombes ont été mises au jour sur les faces ouest et est du monticule principal du jeu de balle. La première, dont les dimensions sont voisines de la précédente, construite comme elle de dalles de tuf taillées, est plus classique, avec trois murs en léger surplomb surmontés d’une rangée longitudinale de grandes dalles (les cap-stones) et une ouverture vers la place ; celle-ci a été condamnée par une dalle verticale et la construction ultérieure des deux cistes décrites plus haut. La tombe fut certainement violée, comme les cistes, et réutilisée à l’Epiclassique ; c’est pourquoi je décrirai plus loin son contenu.

264La tombe 3, sur la face est du même monticule, est à un niveau supérieur, à peu près celui du couloir du jeu de balle ; elle a été recouverte par la pente dallée menant au couloir et par la banquette. Sa construction est beaucoup plus fruste, utilisant de gros galets de rivière, mais le sol de la chambre carrée (1, 36 m de côté) est encore soigneusement dallé. L’ouverture, fermée par une dalle de tuf, se trouve du côté du couloir. Le contenu de cette tombe est typiquement épiclassique, mais il n’est pas exclu qu’il s’agisse ici d’une réutilisation.

265La dernière tombe de Los Encuentros, au centre de la structure cérémonielle A-7, est de forme ovale. Les murs de galets débordants ne se rejoignent pas : ils étaient recouverts d’une grande dalle de tuf horizontale. Les murs s’interrompent vers la place pour faire place à la dalle de fermeture, bloquée par un amoncellement de galets. La tombe était occupée par trois individus adultes et un mobilier entièrement épiclassique.

266En conclusion, les pratiques funéraires, dans les centres de la vallée du Chixoy que nous avons étudiés, présentent au Classique tardif une relative uniformité : leur complexité, qui les distingue de celles de la période précédente, va de pair avec le développement des centres cérémoniels et reflète celle de la nouvelle stratification sociale. Ce fonds commun ne doit cependant pas masquer une réelle diversité, d’un site à l’autre, diversité explicable par la relative indépendance de ces centres civico-religieux et par l’origine variée des influences extérieures qui s’y sont fait sentir.

La structure de l’habitat au Classique tardif.

267Rappelons la répartition de nos sites classiques par grandes catégories : un centre cérémoniel moyen (Los Encuentros), cinq centres mineurs, cinq centres minimaux, vingt-cinq groupes d’habitation dépendant étroitement des centres cérémoniels et neuf groupes d’habitations isolées, sans compter les cinq ensembles de Pueblo Viejo-Chixoy.

268Le schéma ci-contre montre, comme nous l’avons fait pour le Préclassique, la répartition des centres cérémoniels et des hameaux (ensembles d’habitation simples) en tenant compte des distances effectivement parcourues à pied le long du fleuve et de ses affluents. En aval du barrage de Pueblo Viejo, le seul site reconnu est Chitusul, ensemble de plates-formes probablement classique tardif à 2 km de Pueblo Viejo ; il est probable que d’autres sites existent plus en aval. En amont, Chirramos marque une limite très nette de l’occupation classique puisqu’on ne trouve plus aucun centre dans le fond de la vallée jusqu’à Sacapulas, à 45 km à vol d’oiseau, sauf peut-être Los Tapezcos (à 20 km), dont la datation est douteuse.

269Considérant surtout la vallée du Chixoy, les quelque trente sites relevés semblent former un chapelet continu aux éléments distants de 3 ou 4 km, soit à peu près une heure de marche ; mais la progression le long du fleuve est difficile, surtout en saison des pluies quand il est impossible de suivre la berge au plus près. Les réseaux de communication devaient être beaucoup plus orientés vers les riches bassins de Cubulco et Rabinal, au sud du fleuve. C’est un fait qu’aucun centre cérémoniel de la vallée n’atteint au Classique le rang de centre majeur (celui pourtant de Cauinal quelques siècles plus tard), alors que de grands centres s’échelonnent sur les plateaux à 15 ou 20 km du Chixoy et au pied de la sierra de Chuacus : pour le bassin de Rabinal, c’est Pakakjá, tandis que celui qui doit exister dans le bassin de Cubulco n’a pas encore été localisé (voir Annexe 2). Au nord du Chixoy, nous ne savons rien de l’archéologie des Cuchumatanes jusqu’à une ligne Cunén-Uspantán-Chicamán, mais le relief très rude ne permettait guère l’installation de grands centres classiques nécessitant de vastes espaces plans. On peut supposer cependant que les vallées des affluents sur la rive gauche du Chixoy étaient déjà occupées, bien que les sites (non reconnus) de Los Cimientos-Calá et de Belejú, respectivement sur le río Calá et le río Agua Fría à une quinzaine de kilomètres du Chixoy, soient probablement postclassiques.

270Cette orientation préférentielle vers le sud devait entraîner une relative indépendance des centres de la vallée les uns par rapport aux autres : elle se reflète d’ailleurs dans une forte originalité quant à l’organisation cérémonielle et funéraire de chacun d’eux, ainsi que dans la composition de leur matériel céramique, beaucoup plus proche de celui de la Verapaz à Los Encuentros que dans la partie ouest de notre zone. Elle est aussi confirmée par la position excentrique du centre majeur, Los Encuentros, distant d’une journée de marche (25 km) de Chirramos, et qu’il eût été plus logique de construire, comme ce fut le cas pour Cauinal au Postclassique, sur la grande voie de communication sud-nord constituée par les cours des rios Chicruz et Cala.

Fig. 70 – Schéma du peuplement classique tardif.

271Nous avons affaire en résumé à un habitat groupé en petits centres qui pouvaient avoir de 100 à 300 habitants, soit au total, avec les agglomérations plus importantes de Los Encuentros et Pueblo Viejo, une population de quelque 4. 000 habitants pour l’ensemble de la zone étudiée. L’implantation de ces centres dépend essentiellement du relief et de l’existence des terrasses alluviales se prêtant à la construction des plates-formes d’habitation et à la culture.

272Relativement indépendants les uns des autres, ils sont tournés vers les grands centres des bassins pour leurs échanges commerciaux et les activités rituelles dépassant le cadre local.

273L’organisation du centre principal, Los Encuentros, peut servir de modèle mutatis mutandi à celle des autres centres de la vallée (AS-4 : 72). Neuf ensembles d’habitation au moins, situés dans un rayon d’un kilomètre autour du centre cérémoniel sur les rives du Chixoy et du Salamá, en dépendaient directement. La population totale du site peut être estimée entre 500 et 1.000 habitants, mais je pense qu’il faut, de plus, rattacher à Los Encuentros les cinq groupes résidentiels formant le site de Pueblo Viejo-Chixoy, à 2 km en aval. Ce dernier ensemble, qui occupe une position stratégique au confluent des ríos Carchelá et Agua Tibia avec le Chixoy, regroupait une population au moins égale, sans doute même supérieure à celle de Los Encuentros : 1. 000 à 1. 500 habitants ; il ne disposait cependant d’aucun centre cérémoniel équivalent ne serait-ce qu’à l’un de nos centres minimaux. Ceci implique une complète dépendance, sur les plans politique et religieux, du centre le plus proche, Los Encuentros.

274Quant aux autres centres cérémoniels, qui reproduisent à moindre échelle et avec plus ou moins d’originalité celui de Los Encuentros, nous avons déjà signalé qu’ils ne sont jamais isolés mais entourés d’un essaim plus ou moins dense de plates-formes d’habitation occupant les terrasses ou le bas des pentes favorables dans un rayon d’un kilomètre. Directement intégrées dans l’ensemble civico-religieux, nous relevons toujours une ou plusieurs structures d’habitation plus élaborées ou de dimensions inhabituelles, qui devaient abriter la famille dirigeante. Nos fouilles ont prouvé que certaines structures, et cela dans tous les centres, sont en fait des monuments funéraires, les uns abritant une grande tombe réservée au principal dirigeant et à ses proches, les autres contenant des sépultures à même le sol accompagnées d’un mobilier plus ou moins riche, qui doivent correspondre à une certaine élite peut-être apparentée à la même classe dirigeante, en tout cas directement impliquée dans le fonctionnement religieux, politique ou économique du centre. Tout ceci suggère l’existence d’une forte stratification sociale, avec une classe dirigeante assumant peut-être à la fois des fonctions politiques et religieuses, et assurée de sa permanence par un système d’hérédité des charges et le culte des ancêtres considérés comme fondateurs et protecteurs divinisés du groupe social : le clan au niveau du centre recteur, le patrilignage composé de familles étendues au niveau du hameau.

Fig. 71 – Utilisation des dalles de caliche en plans inclinés dans l’architecture de Los Encuentros. a/ Passage surélevé au sud de la structure funéraire A-2. b/ Superpositions dans le monticule ouest du jeu de balle.

Fig. 71 – Utilisation des dalles de caliche en plans inclinés dans l’architecture de Los Encuentros. a/ Passage surélevé au sud de la structure funéraire A-2. b/ Superpositions dans le monticule ouest du jeu de balle.

Conclusion

275La période de 550 à 900 ap. J.C. qui nous apparaît, dans la vallée du Chixoy, comme une période d’apogée, doit être replacée dans le contexte plus ample d’une expansion démographique due à l’intensification des migrations des groupes de langue pokom en direction générale de la Verapaz suivant en gros l’axe de la vallée du Chixoy ; la stabilisation de ces mouvements au cours du Classique tardif permettra la diversification des dialectes pokomam en Baja Verapaz et pokomchi en Alta Verapaz, que les linguistes situent vers le Xe siècle¹⁶.

276Dans la vallée du Chixoy on assiste à une multiplication des sites – une cinquantaine – occupant désormais toutes les terrasses utilisables, à l’apparition et au développement de véritables ensembles cérémoniels complexes caractérisés par un noyau bien structuré de constructions spécialisées – religieuses, funéraires, administratives, résidentielles nobles – au centre d’un réseau de petits hameaux (correspondant sans doute à des familles étendues ou à des lignages) en dépendant étroitement. Cette évolution spectaculaire n’entraîne pas une rupture avec le peuplement précédent : aucun des sites préclassiques et classiques anciens n’est abandonné, et les nouveaux centres civico-religieux se construisent sur de petits ensembles, tels ceux de Los Encuentros et d’El Jocote, qui comprenaient déjà, et ce depuis le Préclassique, une structure religieuse ou funéraire à côté d’habitations élitistes.

277Cette continuité est cependant plus nette au sud du Chixoy, où se perpétuent les traditions céramiques du Classique ancien communes à l’ensemble des Hautes Terres septentrionales. Continuité qui n’exclut d’ailleurs pas, sur le Chixoy, les innovations révélatrices d’influences étrangères notamment, dans l’architecture cérémonielle, l’apparition du bloc central des escaliers, des grandes surfaces dallées, du jeu de balle ouvert ; dans le domaine funéraire, celle des tombes voûtées (alors qu’on peut postuler une certaine filiation entre la sépulture protoclassique bordée de pierres, la ciste et la tombe à toit horizontal).

278Dans cet “écosystème” relativement homogène que constitue la vallée, l’étude des traits culturels concernant la vie matérielle (la céramique surtout) et les pratiques rituelles nous a cependant permis de noter à plusieurs reprises une certaine indépendance des centres les uns par rapport aux autres et une différenciation progressive de ces traits à mesure que l’on remonte le cours du fleuve.

279Il est patent que l’influence de la Verapaz voisine (et des Basses Terres ou de Chamá par son intermédiaire) se fait sentir beaucoup plus fortement à Los Encuentros – d’ailleurs comparable à certains centres de la Verapaz comme Chichén ou Chijolom – qu’à Chirramos, le dernier centre vers l’amont. En témoignent par exemple à Los Encuentros la présence de tombes voûtées et un complexe céramique très proche du complexe Coban 2 (Classique tardif) défini par M.C. Arnauld pour l’Alta Verapaz ; il n’y a peu-contre en amont de Los Encuentros que des tombes à toit horizontal et, en qui concerne la céramique, on assiste au remplacement progressif des types de la Verapaz par d’autres types plus apparentés aux complexes du sud du Chixoy ou de l’ouest : Canillá surtout, Zacualpa, Zaculeu, Totonicapán. Ce phénomène ne ferait d’ailleurs que refléter l’existence d’une zone de transition, englobant la partie occidentale du département de Baja Verapaz, entre deux aires culturelles : le Quiché central à l’ouest et la Baja Verapaz à l’est ; régions dont on peut suivre l’évolution différente, sur le plan démographique entre autres, à partir du Protoclassique et jusqu’au Postclassique¹⁷.

Notes de fin

1 Les analyses de composition de pâte dont M. Picon, directeur du laboratoire de Céramologie de Lyon, a bien voulu se charger sur un échantillon comprenant une dizaine de nos tessons classiques et une petite quantité d’argile provenant du gisement exploité pour le coeur du barrage, semblent confirmer nos hypothèses quant à l’origine des divers types de poteries : de fabrication locale seraient certains types utilitaires, tels ceux du groupe Chixoy Fruste, et les types "de service” tels ceux des groupes Ruano et Rio Negro : au contraire des types fins comme le Blanc à décor incisé, ou utilitaires comme les bols et comales Chatillas Lissé, ont une composition de pâte différente et seraient probablement importés.

2 Les incisions verticales évoquent peut-être les cactus cierges (Cephalocezeus ou plutôt Lemaireocereus dumortieri ?) qui font partie de la flore de la région.

Table des illustrations

Titre Fig. 34 – Plates-formes à Los Encuentros, groupe C. a/ Habitation commune. b/ Habitation du chef.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre 35 – Ensembles de structures d’habitation ou annexes autour d’un patio.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 36 – Plan du groupe C de Los Encuentros.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 37 – La structure funéraire du groupe C de Los Encuentros.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 38 – Ensembles d’habitation avec structure “spécialisée”. a/ Chisamá. b, c/ Petits oratoires (?) à Chileón.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 39 – Groupes d’habitations modernes à Río Negro (avant la mise en eau).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 40 – Plan de Chisajcap.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 41 – Le centre cérémonial classique minimal.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig. 42 – Deux petits centres cérémoniels sur le rio Salamá.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 43 – Plan schématique des centres cérémoniels petits et moyen. 1 : pyramide et tombe principale. 2 : structure funéraire. 3 : jeu de balle. 4 : maison “noble”. 5 : naison longue. 6 : autel.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 44 – Les petits centres cérémoniels. a/ San Juan las Vegas. b/ Chitomax. c/ Chirramos.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 45 – Los Encuentros : plan du groupe cérémoniel A et vue générale.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre TABLEAU 10 Superficies comparées des centres cérémoniels et nombre total d’habitations des principaux sites
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 46 – La pyramide-temple. a/ Los Encuentros. b/ San Juan las Vegas.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre TABLEAU 11 Caractéristiques de la pyramide principale dans les sites classiques tardifs.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 47 – Plan des temples de Los Encuentros (a) et El Jocote (b).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 12 Caractéristiques des structures funéraires secondaires.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Tableau 13 Caractéristiques des terrains de jeu de balle.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 48 – Structures funéraires. a/ Los Encuentros, str. A-2. b/ Chitomax, str. A-10, cette dernière avec rampe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 49 – Le terrain de jeu de balle de San Juan las Vegas (reconstitution d’Adan Aguilar A.).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 50 – Plan des terrains de jeu de balle de Los Encuentros (a), Chitomax (b) et Chirramos (c).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 51 – Le temazcal (?) de Chitomax.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 52 – La “maison longue” de Los Encuentros en cours de dégagement.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau 14 Caractéristiques des “maisons longues”.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 53 – Les deux “autels” (?) de la str. A-14 de Chitomax noyés dans le remblai.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 54 – Poteries des groupes céramiques Ruano (a), Jelic (b) et Rio Negro (c-i). Provenance : San Juan las Vegas (a), Chirramos (b-g), Chitomax (h), Guaynep (i).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 55 – Tessons de Los Encuentros à décor incisé et excisé, a/ Type Nitro Blanc Incisé de la Verapaz : frise de marchands, b et c/ Ces tessons pourraient provenir d’un coffret tétrapode analogue à celui illustré par Dieseldorff (1926 : PI. 5-18) provenant de Chajcar.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 56 – a/ Pendentif d’albâtre d’El Jocote. b/ Os découpe et gravé de Los Encuentros.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 57 – Objets rituels de Chitomax. a/ Hochets phalliques. b/ Statuettes d’oiseaux acéphales de la structure A-13, in situ.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 58 – Caches mises au jour dans le monticule ouest du jeu de balle de Los Encuentros. a/ Cache élaborée avec murs de pierre et sol dallé. b/ Jarre contenant 1711 lames d’obsidienne, et boule en forme de tête de mort
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 59 – Encensoirs à dents, à piédestal (Chirramos, tombe 1), à effigie de jaguar accolée (Chitomax, centre du jeu de balle).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 60 – Encensoirs à effigie de déité solaire ou macabre. a et b/ San Juan las Vegas. c/ Chitomax. d/ El Jocote.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Fig. 62 – Pierres travaillées ou choisies pour leur forme bizarre, utilisées dans un contexte rituel. a/ Temple d’El Jocote. b, c/ San Juan las Vegas. d/ Pierre phallique dans l’une des cistes d’El Jocote.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Fig. 63 – Sépulture classique à Cauinal, au pied de la pyramide-temple du groupe C. L’autel ellipsoïdal postclassique a été coupé en deux pour les besoins de la fouille.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 64a – Structure funéraire à Los Encuentros (groupe C).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 64b – Structure funéraire à Guaynep.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Fig. 65 – Cistes d’El Jocote, str. A-5 (a, b) et de Los Encuentros, face ouest du jeu de balle (c). Cette dernière a été vidée de son contenu et remplie de pierres.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 66 – La tombe à toit horizontal de Chitomax, violée à l’Epiclassique.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 67 – Les tombes à toit horizontal de Chirramos, str. A-l et A-3 (a, b) et de Guaynep (c). Ces deux dernières ont été violées.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 68 – La tombe principale de San Juan las Vegas contenait 37 individus, celle de la str. A-4 en contenait 20.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 69 – Les tombes voûtées de Los Encuentros. a/ Pyramide principale. b/ Face ouest du jeu de balle. c/ Centre de la str. A-7.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 70 – Schéma du peuplement classique tardif.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 71 – Utilisation des dalles de caliche en plans inclinés dans l’architecture de Los Encuentros. a/ Passage surélevé au sud de la structure funéraire A-2. b/ Superpositions dans le monticule ouest du jeu de balle.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7127/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search