Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 6 : La Vallée moyenne du Rio Chixoy (Guatemala)

 | 
Alain Ichon
, 
Denise Douzant-Rosenfeld
, 
Pierre Usselmann

2ème partie. Le Peuplement préhispanique

Chapitre II. L’occupation de la vallée au Protoclassique-Classique ancien (100-600 ap. J.C.)

Texte intégral

1L’intervalle de six siècles qui sépare le Préclassique terminal du début du Classique tardif communément daté de 600 ap. J.C. pose ici le problème le plus sérieux, celui de la continuité du peuplement de la vallée. Problème double en fait : il s’agit d’une part de définir chronologiquement et culturellement, les manifestations de l’horizon protoclassique, d’autre part d’expliquer un hiatus apparent dans la séquence d’occupation suggérant un abandon au moins relatif de la région au cours du Classique ancien, c’est-à-dire en gros de 400 à 600 ap. J.C.

2Ces problèmes ne sont pas particuliers à notre région : pour ne parler que des régions voisines, ils se posent dans les mêmes termes en Verapaz et autour du lac Izabal, où le matériel classique ancien est si faiblement représenté qu’on le distingue mal du complexe plus tardif (complexes céramiques Coban 1 et Coban 2 pour la Verapaz)¹, ou qu’on en conclut à l’abandon de la région pendant cette période (B. Hermes et V. Fialko pour Izabal)². Il est frappant de constater que dans le Chiapas l’étude des sites inondés par le barrage récemment construit sur un affluent du Grijalva aboutit, selon Martinez Muriel³, à des conclusions identiques.

Le Protoclassique

3M.C. Arnauld a défini à La Lagunita un complexe céramique protoclassique (ou préclassique terminal) baptisé Lililla, qui comprend trois aspects successifs ; il est daté de 100 à 350 ap. J.C.⁴ L’auteur postule l’existence d’une sphère (ou horizon) céramique protoclassique extérieure à la sphère Miraflores (celle-ci, définie par Demarest et Sharer⁵, s’étendrait, comme la sphère Providencia, du Salvador à Kaminal Juyú, de 100 av. à 250 ap. J.C.). La sphère ainsi provisoirement établie par M.C. Arnauld, dans laquelle La Lagunita aurait eu un rôle-clef pour la diffusion des traits protoclassiques, s’étendrait au nord jusqu’à la vallée du Chixoy, à l’ouest jusqu’à Salcajá-Momostenango, au sud jusqu’au lac Atitlán

4Les traits qui ont permis de définir le Protoclassique à La Lagunita ne se rencontrent qu’exceptionnellement dans la vallée du Chixoy, où ils sont essentiellement funéraires. En dehors des sites comme Chisajcap où les sondages ont livré quelques rares tessons du complexe Lililla, des sépultures protoclassiques ont été mises au jour sur trois sites seulement : Chirramos, Chicruz et Los Encuentros.

5À Chirramos (AS-5 : 69 et fig. 80), j’ai mentionné plus haut la sépulture d’adulte trouvée dans le remblai de la str. A-6, une plate-forme probablement résidentielle dans le centre cérémoniel classique tardif ; elle est datée de 210 ap. J.C. La curieuse position du squelette, étendu sur le dos jambes écartées et pliées “en grenouille”, rappelle celle des deux occupants du sarcophage et de l’un des accompagnants de la tombe C-44 de La Lagunita⁶. Le mobilier, réparti sur le côté gauche du corps, comprend, outre deux perles de pierre verte près du crâne, quatre poteries dont les types – Tupal Orange-Rouge simple, Nogaro Noir simple et Roqueño Rouge simple – caractérisent les deux premiers aspects du complexe Lililla. Mobilier et datation C-14 concordent donc pour dater cette sépulture de 150 à 300 ap. J.C.

6Chirramos est en outre le seul site où un matériel céramique relativement abondant comprenant quelques poteries incomplètes et des tessons, pourrait être classé soit comme protoclassique, soit comme classique ancien.

7À Chicruz (AS-5 : 152-155, fig. 146, 147), la petite pyramide stuquée postclassique recouvre une structure funéraire classique tardive, et aussi une sépulture protoclassique à l’aplomb de l’une des rampes de la dernière construction. L’individu adulte, au crâne très fortement déformé, est en décubitus dorsal, protégé sur le côté gauche par une rangée de dalles légèrement inclinées au-dessus de lui. Le mobilier comprend une perle de jade contre la mandibule (elle a pu tomber de la bouche) et deux poteries superposées au-dessus du crâne, dont un bol rouge tétrapode mammiforme de type Tupal Orange-Rouge simple.

8Le matériel récolté par ailleurs à Chicruz au cours de nos fouilles (qui sont restées très limitées, il est vrai), ne comporte aucun tesson de la période qui nous intéresse.

9À Los Encuentros, c’est la structure funéraire A-2 qui a livré les seules sépultures protoclassiques du site ; ce sont aussi les plus riches (AS-4 : 31-34, fig. 81). Le remblai recouvrant le sol de la plate-forme préclassique correspondant à la troisième phase de construction, entre les niveaux + 100 et + 200, daterait cette quatrième phase du Protoclassique-Classique ancien. Les sépultures correspondantes se trouvent sur la face est, certaines sont intrusives dans le niveau préclassique ; pour les dater, on doit se baser plus sur le type du mobilier que sur une position stratigraphique souvent peu claire.

10La sépulture B/34, intrusive entre les deux sols préclassiques + 60 et + 100, est celle d’un adulte couché sur le dos dans l’axe de la pyramide, tête au sud, enterré avec ses bijoux : ornements d’oreille en coquillage stuqués et peints, fragments de miroir (?) d’hématite, pectoral carré incrusté de plaquettes de pyrite, et une perle de jade dans la bouche. Le mobilier comprend en outre quatre poteries empilées sur les jambes du mort, dont un vase-support en sablier de type Guacamallo Rouge-sur-Orange sans doute importé des Basses Terres. Cette poterie, comme les deux bols en calotte stuqués et peints, sont très proches de certaines offrandes de la grotte de La Lagunita et dateraient donc de 350 à 400 ap. J.C., c’est-à-dire de la fin du Protoclassique ou du tout début du Classique.

11La sépulture B/24 est celle d’un adulte âgé, en décubitus dorsal, orienté ouest-est ; quelques pierres sont alignées sur le côté droit et sous le crâne. Derrière celui-ci, on a déposé un bol tétrapode noir à décor incisé représentant des oiseaux (ibid. : fig. 82), recouvrant un bol noir cannelé. Le mobilier comprend encore deux perles de pierre verte, l’une micacée, l’autre de jade près du menton.

12Enfin la sépulture triple B/6-7-8, d’abord considérée comme préclassique (ibid. : 33, fig. 26 et 79) serait plutôt du Protoclassique final ou même du début du Classique si l’on se base sur la présence d’un bol en calotte à décor incisé de type Tupal Graphite-sur-Rouge ; les deux autres poteries pourraient être protoclassiques. Ces offrandes ont été déposées sur le bras gauche et la hanche des trois corps exactement superposés, couchés sur le dos et orientés sud-nord, protégés sur leur côté droit par une rangée de gros galets plantés de chant. L’un des squelettes avait dans la bouche un ornement d’oreille en jade au lieu de la perle habituelle.

26 – Carte des sites protoclassiques et classiques anciens.

Fig. 27 – Sépultures protoclassiques. a/ Chicruz. b/ Chirramos : poteries du type Tupal Orange-Rouge près du crâne.

13En dehors de ces sépultures, le matériel du remblai de la str. A-2 étudié par M. Hatch, non plus que celui des autres structures de Los Encuentros, ne contient aucun tesson nettement protoclassique. Une poterie entière, que nous avons achetée à Xococ, provient certainement de l’un des sites de la vallée ; la forme est inhabituelle, mais le style du décor incisé rappelle celui du bol tétrapode noir de la sépulture B/24 décrit ci-dessus.

14Nous constatons, en résumé, que l’horizon protoclassique se manifeste dans la vallée du Chixoy sous un aspect presque exclusivement funéraire, dans trois petits centres dont deux pour le moins avaient déjà au Préclassique un caractère cérémoniel ; l’association directe de ces sépultures à une structure cérémonielle n’est évidente, cependant, qu’à Los Encuentros.

15La sépulture protoclassique a des caractéristiques bien marquées : les corps, toujours des adultes, sont allongés sur le dos, à même le remblai et souvent protégés sur un côté par une rangée de pierres verticales. Comme au Préclassique, il n’existe ni tombe, ni ciste, ni urne funéraire. L’orientation du corps, variable, est semble-t-il liée à celle de la structure à laquelle il est associé. La coutume de la déformation crânienne, comme celle de placer un objet de jade dans la bouche du mort, pourrait dater de cette période ; on laisse aussi au mort ses objets de parure, qui sont plus variés et plus précieux qu’au Préclassique. Le mobilier funéraire comprend de deux à quatre poteries placées au-dessus ou près du crâne, contre la poitrine ou sous les jambes : les traces d’usure, très générales (comme à La Lagunita), prouvent que ces poteries n’étaient pas seulement funéraires, ou encore quelles étaient conservées d’une génération à l’autre en tant qu’objets précieux. Dans la sépulture, elles sont généralement empilées, ou superposées l’une servant de couvercle à l’autre, sans doute pour protéger une offrande dont la nature périssable explique la disparition. On a vu de nombreux exemples de cette coutume dans les caches de La Lagunita : les récipients y sont des bols simples contenant des galets, des statuettes ou des perles de pierre verte ; coutume déjà signalée au Préclassique tardif dans le Chiapas et populaire au Classique dans le Petén. A Tikal dans le groupe dit "du Monde Perdu’’ récemment fouillé par l’équipe guatémaltèque de J.P. Laporte Molina, deux grands plats superposés décorés de glyphes contenaient encore leur offrande d’objets sacrés. Lee⁷ décrit ainsi le contenu du sacred bundle du Moyen Grijalva, phase Ipsan (0-250 ap. J.C.) : “… folded pieces of spotted and stained amate and palm “cloth”, human hair, small balls of copal, and short cords tied off neatly at each end…”.

Fig. 28 – Sépultures B/24 et B/34 de Los Encuentros. 1 : perle de jade. 2 : ornement d’oreille en coquillage stuqué et peint. 3 : morceaux de fer spéculaire. 4 : pectoral de pyrite. 5-8 : poteries entassées.

Fig. 29 – Poteries protoclassiques des sépultures B/24 et B/34 de Los Encuentros (a, b, d) et achetée à Xococ (c).

16Nous voyons en définitive le Protoclassique dans la vallée comme un sous-complexe intrusif à la fin du Préclassique. Ses manifestations sont très localisées, de caractère funéraire presque uniquement, et sans doute réservées à une élite dont tout suggère qu’elle était étrangère à la population locale. Il est vrai que nous sommes ici dans une zone marginale par rapport à la sphère protoclassique ; la situation y est donc différente de celle rencontrée à La Lagunita et dans les nombreux sites des bassins au sud du Chixoy, où l’horizon protoclassique correspond à un nouveau complexe culturel et à un bond démographique que l’on serait tenté d’attribuer à l’arrivée de groupes étrangers, ou pour le moins à de profondes influences originaires des Hautes Terres centrales (Kaminal Juyú) et surtout sud-orientales (Chalchuapa).

Fig. 30 – La sépulture triple b/6-7-8 de Los Encuentros, str. A-2. a/ Vue générale, b/ Bol tétrapode Nogaro Noir. c/ Jarre Cardumen (?). d/ Bol tripode Tupal Graphite-sur-Rouge.

17Si l’on admet l’hypothèse de l’intrusion, quelle pouvait être l’identité des nouveaux arrivants ? Selon Josserand⁸, ils auraient appartenu probablement au groupe cholan, un groupe en expansion qui, à partir du Salvador et du Honduras, aurait ensuite occupé les Basses Terres du Petén en repoussant vers le nord les Yucatèques.

18Une autre hypothèse est que le Protoclassique correspondrait à l’arrivée des premiers immigrants de langue pokom dans la région du Chixoy ; nous verrons cependant que les Pokom n’ont sans doute été solidement implantés dans la vallée qu’à partir du Classique tardif et que leur culture, au moins en ce qui concerne la céramique et les pratiques funéraires, diffère totalement de ce que nous connaissons de la culture protoclassique.

Le Classique ancien

19Nous avons vu que la stratigraphie de la pyramide A-2 de Los Encuentros indique un niveau protoclassique-classique ancien entre + 100 et + 300, couches C et D-inférieure (AS 4 : fig. 66). M. Hatch conclut son étude en précisant que “la céramique du Classique ancien n’est pas abondante, et il n’y a rien que l’on puisse attribuer à la dernière partie de cette phase (c’est-à dire au Classique moyen), non plus que la moindre évidence de l’influence de Teotihuacan”⁹. En fait, l’attribution de ce niveau au Classique ancien est essentiellement basée sur l’existence de deux tessons caractéristiques : un bord de bol polychrome à rebord basal sans doute importé du Petén (Tzakol 1) et un fragment de jarre de type Esperanza Flesh (Kaminal Juyú, phase Esperanza). Le matériel de ce niveau est presque entièrement préclassique tardif, et aucune des sépultures n’a été trouvée dans une position stratigraphique sûre permettant de l’attribuer au Classique ancien.

20Selon M. Hatch, il y aurait donc eu un hiatus, sans doute assez bref – un siècle ou deux, de 400 à 600 ap. J.C. environ – dans la séquence. A cet égard, la situation à Los Encuentros ne diffère pas de celle des autres sites de la vallée, où il nous est très difficile, voire impossible, de déceler les vestiges d’une occupation classique ancienne (peut-être en partie à cause de notre méconnaissance de la céramique de cette période). Ce phénomène n’est pas particulier à la vallée du Chixoy, comme nous l’avons noté plus haut. Il serait néanmoins étonnant que cette région ait été abandonnée complètement au Classique ancien : aucune de nos fouilles n’a révélé un niveau stérile qui marquerait cet abandon. Il faut admettre que cette phase existe mais nous échappe encore, soit que l’occupation y ait été très clairsemée avant l’“explosion démographique” du Classique tardif, soit plutôt qu’il y ait eu une très forte continuité culturelle entre Classique ancien et Classique tardif – ce que devrait confirmer l’étude de la céramique. Ne notons cependant qu’aucune des vingt datations C-14 dont nous disposons pour la vallée ne tombe dans la fourchette de 300 à 600 ap. J.C. qui correspondrait pour nous au Classique ancien-moyen.

21En ce qui concerne la céramique, le matériel classique ancien du Chixoy nous paraît comparable à celui de La Lagunita, dont les types ont été définis par M.C. Arnauld pour l’aspect transitionnel du Protoclassique – complexe Lililla 3 – et le début du Classique : complexe Tucunel¹⁰. Les principaux marqueurs d’horizon retenus sont les suivants (cf AS-5 : 77) :

22– dans les formes, les grands bols ou “bassins” ouverts à fond plat, les bols en calotte (apodes, tripodes, à base annulaire), les comales à fond décoré au doigt, les vases cylindriques tripodes, les pots-canards et les pichets tripodes ;

23– dans les modes, l’anse panier, la base annulaire, le support mammiforme (survivance du Protoclassique) ou pseudo-mammiforme à épaulement, le support conique ou tronconique plein, le support parallélépipédique (slab), la moulure et le rebord basal ; l’engobe non lustré d’aspect cireux (soapy) caractéristique, de couleur allant du gris-rosé au rouge brique et au chocolat ; le décor dichrome rouge sur orange (intérieur et extérieur), noir graphite sur rouge (héritier de l’Utatlan Dichrome), et négatif complexe ; le décor polychrome (importé des Basses Terres, ou local sur stuc).

24En dehors de la céramique, un autre fossile directeur pourrait être l’obsidienne verte prouvant des contacts avec le Mexique, mais cette obsidienne verte marquera aussi un renouveau des influences mexicaines, sans doute originaires de la côte du Golfe, à la fin du Classique.

Les sites du Classique ancien

25En allant d’aval en amont, les sites suivants ont livré du matériel apparemment classique ancien :

26Pueblo Viejo-Chixoy : de rares tessons ramassés en surface, le plus net étant le polychrome Tzakol du groupe F-1 (AS-5 ; 163) ; P. Carot pense déceler dans le patio de cet ensemble une occupation classique ancienne précédant celle du Classique tardif. Il y a quelques lames d’obsidienne verte. Cette occupation serait de toute façon faible.

27Los Encuentros, groupe A : le Classique ancien serait faiblement représenté dans la stratigraphie de la str. A-2 ; quelques-unes des sépultures, en particulier B/34 décrite plus haut, sont probablement du Protoclassique final ou du début du Classique. Rien de typique dans le matériel provenant des récoltes de surface dans les différents groupes, et des sondages sur la place principale.

28Chisajcap : deux supports douteux dans le matériel de surface.

29El Jocote : la str. A-5 ancienne, qui est venue recouvrir la structure préclassique probablement cérémonielle, et dont la plate-forme, à 1, 85 m de hauteur, supportait un temple de maçonnerie, pourrait dater du Classique ancien ; les poteries trouvées sur le sol du temple auraient été déposées là comme offrande dédicatoire au moment de la surélévation au Classique tardif. En effet, le remblai, jusqu’à la plate-forme du temple, ne contient que des tessons préclassiques à l’exception de la cache V-2 : celle-ci consiste en deux petits bols superposés, l’un servant de couvercle à l’autre, qui contiennent deux jarres miniatures (ollitas), elles-mêmes contenant quelques perles de jade et de coquillage ; autour des deux bols, il y a dix autres ollitas, de même forme mais vides. La disposition de cette offrande semble typique du Classique ancien et du Protoclassique ; elle est aussi dans la tradition des offrandes mises au jour dans le niveau préclassique de la même structure.

30Si la substructure A-5 date du Classique ancien, il n’est pas certain toutefois que le temple lui-même ait été construit à cette époque. La situation de A 5, avec son temple aux murs de pierre qui a été comblé pour surélever la plate-forme, nous rappelle celle de la grande pyramide de Los Encuentros ; or celle-ci est entièrement du Classique tardif. Il serait d’autre part étonnant qu’El Jocote ait été au Classique ancien le seul site de la vallée à être doté d’une pyramide-temple, alors que nous n’avons trouvé dans les autres sites, et notamment le plus important, Los Encuentros, aucun vestige de construction datant de cette période, si ce n’est peut-être à Chirramos une ou deux plates-formes d’habitation.

31Plusieurs poteries incomplètes ont été mises au jour sur la pente est de la même structure A-5 ; nous avons supposé quelles ont glissé du sommet. Trois d’entre elles semblent dater du Classique ancien et pourraient avoir été réutilisées ensuite. Le vase G-5 (AS-3 : fig. 99c), tripode à cannelures verticales et pastilles décorant le rebord basal, rappelle les pièces semblables de la grotte de La Lagunita (ces dernières stuquées et peintes) et dateraient donc du début du Classique ancien, vers 400 ap. J.C.

32Aucune autre poterie, aucun tesson attribuable au Classique ancien, aucune lame d’obsidienne verte, n’ont été signalés dans le reste du site.

33Guaynep (AS-5 : 137 et sq, fig. 135) : le matériel trouvé au pied de la str. A-1 comprenait deux bords de bols bruns en calotte certainement classiques anciens. La cache découverte sur la face est de la str. A-2 – celle-ci abritait une grande tombe pillée à l’Epiclassique – contenait entre autres un vase cylindrique tripode orange décoré de panneaux incisés ; les supports creux sont de section ovale et une série de pastilles en grains de café décore le rebord basal. Cette poterie n’est pas sans rappeler le vase G-5 d’El Jocote que je viens de décrire ; elle était accompagnée d’autres poteries incomplètes et d’un fragment de bol noir à moulure latérale et pastilles, lui aussi classique ancien (ou protoclassique).

34Chitomax : ce centre cérémoniel, dont dépendait Guaynep, n’a fourni de matériel classique ancien ni en surface, ni dans les remblais (sauf peut-être quelques bords de bols dans celui de la str. A-10).

35Le jeu de balle ouvert est daté du Classique tardif, et la cache mise au jour au centre du couloir ne peut être antérieure (AS-5 : 106). L’encensoir qu’elle contenait, en forme de jaguar accroupi soutenant un bol à dents où se trouvaient les offrandes, est incomplet il s’agit visiblement d’une pièce réutilisée, mais cependant d’un style assez différent de celui des urnes à couvercle-effigie protoclassiques de La Lagunita représentant la même déité nocturne, patronne du monde souterrain. Si donc l’encensoir est bien du Classique tardif, les offrandes qu’il contient – éléments de pyrite, perles de jade et surtout les deux statuettes de schiste dites camahuiles – sont-elles, caractéristiques du Classique ancien. Ces camahuiles sont comparables aux centaines de statuettes provenant de La Lagunita et d’autres sites du Quiché (ibid. : fig. 126). Or ce type de statuette disparaît, ou pour le moins dégénère, au Classique tardif. Aucun autre site du Chixoy n’a livré de camahuiles ; à Los Encuentros, le style de l’unique statuette anthropomorphe, de pierre dure et peinte en rouge, est très différent (ibid. : fig. 99j).

36Chirramos (AS-5 : 77-79) : c’est le seul site où les vestiges du Classique ancien soient relativement abondants. C’est aussi le plus en amont dans la zone de retenue du barrage, et cette coïncidence n’est sans doute pas un hasard : on est ici proche de la région du Quiché où les sites du Classique ancien sont nombreux sur les plateaux au sud du fleuve¹².

37Nous avons vu que l’emplacement du futur centre cérémoniel, le groupe A, était occupé dès le Préclassique moyen (de même que le groupe de Chiubub en aval) ; il semble bien que cette occupation se soit poursuivie sans interruption au Classique tardif – comme le prouverait d’ailleurs la sépulture protoclassique mise au jour sous la str. A-6. Cette occupation ancienne aurait été relativement dense sur la terrasse du groupe A (moins dense cependant dans la partie ouest baptisée groupe B, où la proportion des tessons de cette période n’est que de 4 %, contre 77 % préclassiques et 19 % classiques tardifs), ainsi que sur celle de Chiubub, comme le prouve le pourcentage des tessons datés, d’ailleurs variable d’une structure à l’autre. Il est certain néanmoins qu’aucune des structures datées n’a été édifiée à cette époque, et parmi les structures d’habitation du groupe A, deux seulement, et des plus modestes – A-7 et A-8 – existaient peut-être déjà au Classique ancien.

Fig. 31 – La cache V/2 de la str. A-5 à El Jocote.

38La petite plate-forme A-7 (4, 40 x 5, 80 m) ne date pas entièrement de la période qui nous intéresse, puisque le remblai contient 42 % de tessons plus tardifs. Cependant on a mis au jour, à très faible profondeur et à peu près au centre de la plate-forme, un grand bol hémisphérique tripode rouge, à supports tronconiques pleins, trapus, qui est certainement ancien (AS-5 : fig. 79a). Il n’est pas impossible que cette poterie ait été utilisée ultérieurement comme récipient incorporé au sol de l’habitation.

39Un sondage pratiqué à l’ouest et non loin de la str. A-7 a donné d’importants fragments d’une autre poterie du Classique ancien : un bol en calotte rouge mat doté de trois supports minuscules et d’un rebord sous labial décoré de pastilles (ibid. : fig. 79b).

40Enfin la str. A 8, au nord du plateau, dont les dimensions sont voisines de celles de A-7, a livré deux niveaux d’occupation : le plus bas est le sol d’argile d’une habitation, haute de 50 cm, dont le remblai ne contient que du matériel préclassique et classique ancien, et que l’on serait donc tenté de dater de cette dernière période.

41La grande tombe de la pyramide A-1 est bien datée du Classique tardif (700-800 ap. J.C.) par deux analyses C-14 ; néanmoins plusieurs des 32 poteries reposant sur le sol dallé auraient pu être rattachées au Classique ancien si elles avaient été trouvées dans un autre contexte : en particulier certains bols brun-noir à base annulaire et moulure basale, ou le bol tripode à supports parallélépipédiques (ibid. fig. 81d et 82c), l’une des rares pièces où l’influence de Teotihuacan (Kaminal Juyu ?) serait sensible. Certaines poteries de la tombe pourraient avoir été réutilisées, ou bien il faut admettre une grande continuité dans les types céramiques, en particulier entre le groupe Chitac (brun-noir mince) daté du Protoclassique-Classique ancien à La Lagunita, et le groupe Rio Negro du Chixoy.

Conclusions sur le Classique ancien

42Cette période, si l’on se base surtout sur le complexe céramique, semble avoir été une phase de transition au cours de laquelle les traits pré et protoclassiques ont été lentement remplacés par ceux du Classique tardif.

43Il serait illogique de conclure des données précédentes à un abandon quasi total de la vallée du Chixoy au Classique ancien-moyen ; il semblerait plutôt que cette occupation était faible, peut-être géographiquement discontinue, et qu’aucun centre cérémoniel n’a été édifié durant cette période. Les constructions à peu près certaines sont une ou deux plates-formes exiguës à Chirramos, et peut-être deux structures cérémonielles, hautes de 2 à 3 m, l’une à El Jocote (str. A-5), l’autre à Los Encuentros (str. A-2) ; cette dernière aurait eu une fonction funéraire. Partout ailleurs nos datations sont basées sur des indices, des comparaisons, ou au mieux des preuves assez ténues. C’est le cas pour le terrain du jeu de balle de San Juan las Vegas, qui est du type “en palangana” unique dans la vallée (fig. 49). Ce type date du Classique ancien, du Protoclassique (à La Lagunita), ou même du Préclassique selon Taladoire¹³ ; mais, bien qu’il y ait eu une évolution du couloir fermé au couloir ouvert, forme la plus courante au Classique tardif, le premier type n’a pas été abandonné avant le Classique terminal ; nous en avons un bon exemple à Los Cerritos-Chijoj, près de Canilla¹⁴. Le court de San Juan las Vegas n’est sans doute pas antérieur à la construction du centre cérémoniel classique tardif, bien qu’il semble avoir été désaffecté et comblé bien avant l’abandon de ce dernier. Le site n’a fourni par ailleurs aucun tesson nettement classique ancien.

44Il est à souligner que les deux seules structures cérémonielles probables, à Los Encuentros et El Jocote, auraient été édifiées sur des structures préclassiques, respectant la même hiérarchie – Los Encuentros est le site majeur – et la même fonction, funéraire dans un cas, plutôt cérémonielle dans l’autre, ce que confirme la continuité de l’occupation.

45Reste à expliquer cette apparente régression, ou pour le moins cette stagnation de la population de la vallée entre la fin du Préclassique et le Classique tardif, qui sera au contraire une période d’apogée. On peut penser que ce phénomène correspond à une vague de migrations, qui auraient vu le remplacement des occupant préclassiques par des groupes, encore clairsemés, de nouveaux arrivants, peut-être venus de l’occident. Si l’on reprend les théories des linguistes dont j’ai fait état pour le Préclassique, la période de 200 av. J.C. au début de notre ère correspondrait à la division des langues quiché en deux rameaux divergents, le Quichéen et le Pokom. Les goupes parlant pokom auraient fait mouvement vers l’est en suivant en gros l’axe du Chixoy, avant de se subdiviser dans les différentes langues du kekchi, pokomchi et pokoman. Cette hypothèse est aussi posée par M.C Arnauld : les premiers siècles de notre ère marqueraient ainsi le début de l’occupation de la vallée moyenne du Chixoy par des groupes de langue pokom proprement dits. Quelle que soit l’identité des occupants antérieurs, la continuité culturelle entre Préclassique, Protoclassique et Classique ancien a déjà été soulignée, même si des éléments tout à fait nouveaux, dans les techniques céramiques notamment, et les pratiques funéraires réservées à l’élite, ont été probablement introduits par des immigrants étrangers à la fin du Préclassique.

Fig. 32 – Poteries du Classique ancien. a-c/ Vases cylindriques tripodes à cannelures et pastilles d’El Jocote, La Lagunita (tombe C-48 pour comparaison), et Guaynep. d,e/ Grand bol tripode rouge et bol en calotte tripode rouge à moulure sous-labiale de Chirramos. f/ Bol tripode à moulure basale et supports parallélépipédiques de Chirramos (tombe 1).

46Pour tenter de comprendre cette évolution, il n’est pas inutile de replacer la zone du Chixoy moyen dans le cadre d’ensemble des Hautes Terres, plus spécialement des départements d’El Quiché, de Baja et Alta Verapaz. Vers l’est, on a déjà souligné la faiblesse du Classique ancien ; M.C. Arnauld ne peut que distinguer deux aspects dans son complexe classique, Coban 1 et Coban 2, et ne date du Classique ancien qu’un très petit nombre de sites. En Baja Verapaz, aucun des sites reconnus par nous autour de Rabinal et de Cubulco ne peut être daté du Classique ancien. Vers l’ouest par contre, aussi bien dans la haute vallée du Chixoy vers Sacapulas (sites de Xecataloj, Río Blanco…) que dans la zone des bassins au sud du fleuve, l’augmentation du nombre des sites à partir du Protoclassique et au Classique ancien révèle une forte poussée démographique qui n’aura pas d’équivalent même au Classique tardif : une excellente preuve de cette évolution est le site de La Lagunita, qui devient le grand centre de toute la région du Quiché entre la Sierra de Chuacus et le Chixoy¹⁵. Il semble donc y avoir, au Protoclassique et au Classique ancien, un certain déséquilibre démographique entre les départements pourtant voisins d’El Quiché et de Baja Verapaz ; le fait que le premier ait été alors un foyer de diffusion expliquerait que ces influences soient de moins en moins notables à mesure qu’on progresse dans la vallée d’amont en aval, c’est-à-dire du site de Chirramos à celui de Los Encuentros.

47La vallée du Chixoy ne constitue pas vers le nord une frontière culturelle : plusieurs sites importants de la région Ixil, dont Nebaj même, sont datés du Classique ancien. Mais les tombes de Nebaj mises au jour par Smith et Kidder datent de la fin de cette période, et Becquelin, pour la vallée de Acul, renonce à définir et baptiser un complexe antérieur au Classique récent (c’est-à-dire tardif). Pour lui, bien que les relations avec les Basses Terres du Petén semblent plus fortes ici que sur le Chixoy ou plus au sud, “l’essentiel des traditions céramiques est davantage lié aux traditions des Hautes Terres”16.

48En résumé, un tableau général de l’occupation de cette partie de l’altiplano au Classique ancien nous montrerait des zones faiblement occupées et sans grand centre cérémoniel à l’est (Verapaces) le long du Chixoy moyen, et au nord du fleuve (à l’exception du grand centre de Nebaj, probablement occupé dès le Protoclassique) ; une zone au contraire fortement occupée et en pleine évolution vers le sud et l’ouest, avec des centres de diffusion comme La Lagunita au nord du massif du Chuacus, Chiché et Zacualpa au sud du même massif, Rio Blanco et Aguacatán à l’ouest, puis Zaculeu (phase Atzan). Tout indique donc une poussée générale d’ouest, en est et du sud vers le nord, avec des influences diverses dont sans doute celles de Kaminal Juyú-Teotihuacan (bien que celles-ci soient apparemment faibles à La Lagunita et encore plus sur le Chixoy) et d’autres venant du Chiapas, peut-être aussi du Salvador à la suite des migrations protoclassiques. Dans ce tableau, la vallée moyenne du Chixoy serait assez marginale, délaissée, sans doute parce que les conditions peu hospitalières de cette vallée encaissée ne retiennent pas encore une population plus attirée par les terres fertiles et peu peuplées de la Verapaz.

Fig. 33 – Carte des sites du Classique tardif.

Fig. 33 – Carte des sites du Classique tardif.

Table des illustrations

Légende 26 – Carte des sites protoclassiques et classiques anciens.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7122/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 27 – Sépultures protoclassiques. a/ Chicruz. b/ Chirramos : poteries du type Tupal Orange-Rouge près du crâne.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7122/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 28 – Sépultures B/24 et B/34 de Los Encuentros. 1 : perle de jade. 2 : ornement d’oreille en coquillage stuqué et peint. 3 : morceaux de fer spéculaire. 4 : pectoral de pyrite. 5-8 : poteries entassées.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7122/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 29 – Poteries protoclassiques des sépultures B/24 et B/34 de Los Encuentros (a, b, d) et achetée à Xococ (c).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7122/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 30 – La sépulture triple b/6-7-8 de Los Encuentros, str. A-2. a/ Vue générale, b/ Bol tétrapode Nogaro Noir. c/ Jarre Cardumen (?). d/ Bol tripode Tupal Graphite-sur-Rouge.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7122/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 31 – La cache V/2 de la str. A-5 à El Jocote.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7122/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 32 – Poteries du Classique ancien. a-c/ Vases cylindriques tripodes à cannelures et pastilles d’El Jocote, La Lagunita (tombe C-48 pour comparaison), et Guaynep. d,e/ Grand bol tripode rouge et bol en calotte tripode rouge à moulure sous-labiale de Chirramos. f/ Bol tripode à moulure basale et supports parallélépipédiques de Chirramos (tombe 1).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7122/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Fig. 33 – Carte des sites du Classique tardif.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7122/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search