Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 6 : La Vallée moyenne du Rio Chixoy (Guatemala)

 | 
Alain Ichon
, 
Denise Douzant-Rosenfeld
, 
Pierre Usselmann

2ème partie. Le Peuplement préhispanique

Chapitre I. La période formative : Préclassique moyen et tardif (700 av. – 100 ap. J.C.)

Texte intégral

Les sites préclassiques.

1Aucun site exclusivement préclassique n’a été découvert dans la zone qui nous intéresse, mais nos fouilles ont prouvé que tous les petits centres cérémoniels classiques, et quelques centres postclassiques, ont été édifiés au-dessus d’un niveau d’occupation plus ancienne. Ceci prouve que le peuplement préclassique de la vallée devait être plus dense que le nombre relativement faible de sites relevés ne semble l’indiquer ; dense mais cependant sans noyau de peuplement important, et surtout sans véritable centre cérémoniel, comme nous le verrons.

2Les sites suivants, d’aval en amont, ont livré des vestiges préclassiques :

  • sur le Chixoy : Pueblo Viejo (gr. A à F), Las Tunas, Los Encuentros (gr. A), Chisajcap, Chicruz, El Jocote (gr. A, B, F), Guaynep, Chitomax 1, La Capilla de Chirramos et Chirramos ;

  • sur le Carchelá : La Cuevita ;

  • sur le Salamá : Comalmapa ;

  • sur le Calá : Cauinal (gr. C) ;

  • sur le Chicruz : Chilu 2, San Juan las Vegas (gr. A et B).

3Soit au total 15 sites, correspondant tous à des centres cérémoniels plus tardifs, qui seront à ce titre décrits dans le chapitre III.

4Pour la plupart de ces sites, la datation est basée sur la présence de tessons préclassiques soit dans la récolte de surface, soit dans le remblai des monticules plus tardifs. Sauf exception, aucune structure proprement dite ne peut être datée avec certitude du Préclassique, même quand le remblai ne contient apparemment que des tessons de cette période, comme c’est le cas pour plusieurs des structures d’El Jocote. Il en est de même des sépultures à même le sol et sans offrandes, qui peuvent être intrusives dans le niveau préclassique.

5Nous avons classé les sites préclassiques en trois catégories :

  1. les sites d’habitation sur lesquels on ne trouve que du matériel ancien plus ou moins remanié ;

  2. les sites d’habitation où des niveaux d’occupation préclassiques non perturbés ont été mis au jour ;

  3. les sites dotés d’une ou plusieurs constructions préclassiques, soit résidentielles, soit à fonction cérémonielle probable.

6La première catégorie correspond en général aux sites reconnus mais non fouillés. La céramique préclassique s’y trouve en surface, mélangée à des tessons classiques (ou postclassiques). C’est le cas de la moitié de nos sites : Pueblo Viejo, Las Tunas, Guaynep, La Capilla de Chirramos, La Cuevita, Camalmapa, Chilu 2, Chisajcap. Le pourcentage des tessons préclassiques y est variable, en général faible. Ces sites ne sont pas datés par C-14 et le matériel est insuffisant pour distinguer une occupation du Préclassique moyen ou tardif. A Pueblo Viejo-Chixoy, un unique tesson décoré par la méthode d’“impression basculée” (rocker-stamping) pourrait dater du Préclassique ancien.

7Dans la deuxième catégorie, le Préclassique se trouve déjà mieux défini et localisé grâce à nos fouilles. Les sites, Chicruz, San Juan las Vegas, sont de petits centres classiques ; Cauinal est le seul grand centre postclassique. Le matériel relativement abondant ne laisse pas de doute sur la réalité de l’occupation ancienne, mais celle-ci n’est confirmée par une datation absolue qu’à San Juan las Vegas. Aux niveaux d’occupation ancienne sont parfois associées des sépultures simples sans doute contemporaines. Par contre, aucune construction n’est, sans discussion possible, préclassique.

8La troisième catégorie groupe trois ou quatre sites : Los Encuentros (gr. A), El Jocote, Chitomax 1 et peut-être Chirramos, sur lesquels nos fouilles ont mis au jour plusieurs structures dont certaines pourraient avoir eu une fonction cérémonielle.

9Ce sont les sites des 2e et 3e catégories que nous décrirons ci-dessous plus en détail.

10CHICRUZ (AS-5 : 149-157) occupe une position importante au confluent du rio Calá avec le Chixoy, ce qui explique sa très longue occupation. Un sol d’argile durcie a été mis au jour sous la plate-forme A-8, au niveau de la place ; directement recouvert par le remblai de la construction classique, ce sol d’occupation correspondrait à la fin du Préclassique.

11SAN JUAN LAS VEGAS (AS-5 : 24-27, 45). Le matériel préclassique provient du centre cérémoniel (groupe A) et du groupe d’habitation B, tous deux au sud du rio Chicruz. La proportion des tessons anciens est forte dans le groupe A : 20 % en moyenne, pouvant atteindre 60 %. Les str. A-2 et A-3 ont livré un niveau d’occupation, bien défini dans la seconde par un sol d’argile à 15 cm sous le niveau de la place classique. Dans la str. A-2, nous avons considéré comme préclassique le niveau domestique marqué par un foyer ovale, ainsi que la sépulture d’adulte sans offrande trouvée 70 cm plus bas (fig. 17a) ; la datation C-14 du foyer (200 ± 80 ap. J.C.) prouverait que ce niveau d’habitat date de la phase terminale du Préclassique tardif ou même du début du Protoclassique ; cependant San Juan las Vegas n’a fourni aucun tesson protoclassique.

12CAUINAL (AS-2 : 161). Dans ce grand centre préclassique et ses annexes, échelonnées le long du rio Cala ou sur les hauteurs, seul l’ensemble C, au sud de la rivière, a livré des tessons préclassiques dans une tranchée allant de l’autel central à la str., C-3, à partir du niveau – 70, dans une épaisse couche de sable volcanique provenant de l’érosion des collines voisines. Ce matériel comprend en particulier des fragments de tecomates à décor ponctué ou peigné caractéristique des phases Jocotal et Conchas de la côte Pacifique². Cette occupation ancienne de Cauinal, peut-être importante, ne s’est jamais étendue à la rive opposée du río Calá

13CHITOMAX 1 (AS-5 : 110-115, 131). Ce site deviendra l’un des plus importants au Classique tardif, mais les traces d’occupation préclassique y sont peu abondantes sauf dans deux des structures fouillées : A-14 et A-16. Dans la première, on a noté la superposition de trois constructions successives, dont la plus ancienne, une plate-forme basse peut-être dotée d’un escalier à l’ouest, pourrait être préclassique. Le remblai contenait une sépulture d’adulte sans offrande orientée dans l’axe de la structure, c’est-à-dire sud-nord.

14La str. A-16 constitue avec A-13 l’un des côtés du jeu de balle ; elle abritait une grande tombe classique, qui fut violée à l’Épiclassique (fig. 66). Sous le sol de cette tombe et jusqu’à 1 m de profondeur, on a mis au jour, mêlés aux tessons préclassiques et à des blocs de bahareque, les ossements d’un adulte jeune et d’un enfant. Ce niveau d’occupation préclassique a donc été perturbé, sans doute au moment de la construction de la tombe.

15CHIRRAMOS (AS-5 : 63, 68-71, 87) Sur ce site, occupé de façon permanente du Préclassique moyen au Classique tardif, l’occupation préclassique très dense – la proportion des tessons de cette période contenus dans les remblais des structures va de 50 à 70 % – s’étendait sur la vaste terrasse des groupes A et B.

16Dans le groupe A, le remblai de la grande plateforme A-2 ne contient que des tessons préclassiques, sauf dans la couche superficielle (fig. 17b). On peut donc supposer que cette plate-forme, haute de 2, 40 m (mais de dimensions beaucoup plus réduites que la structure actuelle) existait déjà au Préclassique ; elle serait alors cérémonielle. Un autre niveau d’occupation, vers + 70, correspondrait plutôt à une plateforme d’habitation. Enfin la couche de gravier stérile, au niveau 0, a livré les sépultures plus ou moins complètes de trois individus ; l’un d’eux, réduit au crâne incomplet et à quelques os longs calcinés, a donné la datation la plus ancienne de la vallée : 730 ± 90 av. J.C.

17La stratigraphie des str. A-6 et A-9 est également intéressante bien que confuse. Dans la première, les couches inférieures ont été perturbées : on trouve une sépulture protoclassique, datée par son mobilier et par C-14 (210 ± 80 ap. J.C.) au-dessous d’un niveau riche en vestiges domestiques lui-même daté de 160 ± 90 av. J.C. Mais ces deux niveaux contiennent aussi quelques tessons plus tardifs.

18C’est aussi le cas de la str. A-9, où la plate-forme d’habitation classique tardive est venue recouvrir une zone de décharge préclassique qui pourrait être contemporaine des sépultures de A-2, c’est-à-dire du début du Préclassique moyen si l’on se base sur certaines poteries à décor incisé olmécoïde (ibid. : fig. 77b).

19Chirramos est le site le plus anciennement occupé de la vallée, celui aussi où la population préclassique semble avoir été la plus nombreuse ; elle occupait deux terrasses au sud du fleuve, l’une autour de la str. A-2, peut-être cérémonielle, l’autre plus à l’est au lieudit Chiubub.

20EL JOCOTE (AS-3 : 34, 49, 52, 57, 62). Le centre cérémoniel (groupe A) a donné une bonne séquence de construction classique-postclassique, mais la première occupation de cette terrasse naturelle sur la rive sud du Chixoy est plus ancienne, comme l’a prouvé la fouille de plusieurs structures. (fig. 18).

TABLEAU 7 Occupation des sites de la vallée au cours des différentes périodes

TABLEAU 7 Occupation des sites de la vallée au cours des différentes périodes

21Les str. A 3 et A-8 devaient être au Préclassique des plates-formes d’habitation hautes d’environ 1 m. Le sondage central de la première a mis au jour, au niveau + 83 par rapport au sol de la place, un sol avec trou de poteau, et plus bas une sépulture incomplète au niveau du talpetate stérile, dont la surface est grêlée de cavités irrégulières artificielles.

22La str. A-8 est formée de deux plates-formes accolées de hauteur inégale ; on a trouvé dans l’une d’elles les traces d’un niveau d’occupation, à + 65, voisinant avec une zone de décharge qui contient différents objets : metate, mano, pierre ponce taillée. Il est possible que la plate-forme la plus ancienne de la str. A-4, recouverte au Postclassique, date-t-elle aussi du Préclassique, si l’on se base sur le matériel contenu dans le remblai.

23Enfin la str. A-5, la plus importante au Classique tardif puisqu’elle supportait un temple en dur, était sans doute déjà au Préclassique une structure cérémonielle : nous avons en effet mis au jour dans le sondage central, à peu près au niveau actuel de la place, les traces d’un sol d’argile recouvrant une trentaine de poteries et un squelette d’adulte réduit à sa partie supérieure (ibid. : fig. 39). Les poteries permettent de dater ce niveau du Préclassique tardif. Il est difficile d’évaluer la hauteur de cette construction, et plus généralement le niveau de l’occupation préclassique car la terrasse a certainement été remaniée au cours des périodes suivantes.

24Nous avons en résumé à El Jocote, au Préclassique, une structure cérémonielle à peu près centrale et plusieurs habitations, construites sur des plates-formes d’au moins 1 m de hauteur, au nord, au sud et peut-être au nord-ouest de celle-ci. Le groupe d’habitation B, qui domine le centre cérémoniel, et la Vega de Ixquel au nord, étaient aussi occupés (la proportion des tessons préclassiques y est de 2 % et de 20 % respectivement, contre 12 % dans le groupe A), mais sans doute par des habitations plus simples construites directement sur le sol. Les autres ensembles C, D et E, plus au sud, n’ont pas livré de matériel préclassique.

25LOS ENCUENTROS (AS-4 : 29-34, 50, 64, 71, 87). Ce site, au confluent du Chixoy et du Salamá le deuxième en importance après Cauinal, date essentiellement du Classique tardif et terminal. Dans l’ensemble des dix groupes que nous lui avons rattachés, seul le centre cérémoniel (groupe A), les groupes d’habitation voisins F et G, et le groupe J (Las Tunas) étaient déjà occupés au Préclassique.

26Dans le groupe A, les tessons sont particulièrement abondants au sud-ouest et au nord-est de la place principale ; tous les remblais des monticules en contiennent, mais en quantité assez faible, inférieure à 10 %. Aucune des superpositions révélées par nos sondages (hormis dans la str. A-2) ne paraît antérieure au Classique tardif ; la place ayant subi à cette époque d’importants remaniements, il est difficile de préciser le niveau de l’occupation préclassique ; à l’est, il correspond au sol de la tombe voûtée classique tardive et épiclassique mise au jour sur la face ouest du monticule A-5 du jeu de balle (ibid. : fig. 46), sol daté de 100± 90 ap. J.C. donc antérieur d’au moins huit siècles à la tombe elle-même.

27Les deux sondages pratiqués dans la place principale ont mis au jour, entre 1, 50 et 2 m de profondeur, des squelettes d’adultes concrétionnés, sans offrandes, probablement préclassiques.

28C’est la structure A-2, à l’ouest de la place, qui a fourni les données les plus sûres. Cette pyramide, haute de 5 m, a vu au moins cinq phases de construction successives ; l’étude du matériel par M. Hatch, le mobilier des sépultures et les datations C-14 confirment que les trois premières, aux niveaux – 50, +60 et + 100, étaient préclassiques. Alors que le niveau – 50 est peu net (il correspondrait à la première occupation), celui du niveau +60 est un beau sol d’argile durcie supportant un foyer et une sorte de cuve encastrée qui pouvait servir à la préparation du maïs dans un bain de chaux (nixtamal). Il s’agit donc d’une habitation, datée de 490± 90 av. J.C. grâce au charbon du foyer. La plateforme a ensuite été surélevée d’une quarantaine de cm ; de cette période – Préclassique moyen ou tardif – dateraient plusieurs des sépultures mises au jour sous l’escalier tardif, accompagnées de poteries préclassiques, et dont l’une (B/14) a donné une date de 320±60 av. J.C. Les sépultures du niveau immédiatement supérieur, au mobilier plus riche, sont déjà protoclassiques.

29La stratigraphie de la structure A-2 montre donc la succession d’un premier niveau d’occupation, puis d’une plate-forme d’habitation haute d’environ 1 m et relativement élaborée, qui devait abriter une famille de statut élevé ; enfin d’une plate-forme de 1, 50 m de hauteur dont la fonction pouvait être cérémonielle, plus précisément funéraire si l’on en juge par le nombre et la richesse relative des sépultures mises au jour sur sa face est, contrastant avec la simplicité des autres sépultures de la place, ces dernières sans doute associées à des habitations communes.

Vie matérielle

30Les données dont nous disposons pour reconstituer les conditions de la vie matérielle au Préclassique sont réduites par le fait que tous les sites décrits ci-dessus ont continué à être occupés, ou ont été réoccupés par la suite au Classique et même parfois au Postclassique ; il est donc impossible de dater certaines structures d’habitat et le matériel non céramique, en particulier lithique, sauf dans le cas exceptionnel où il s’agit de dépôts scellés.

Fig. 17 – Puits stratigraphiques ayant livré un niveau d’occupation préclassique à San Juan las Vegas (a) et à Chirramos (b).

Fig. 17 – Puits stratigraphiques ayant livré un niveau d’occupation préclassique à San Juan las Vegas (a) et à Chirramos (b).

Fig. 18 – Le site d’El Jocote, groupe A.

Fig. 18 – Le site d’El Jocote, groupe A.

31Les constructions préclassiques mises au jour sont en tout état de cause peu nombreuses. On peut noter, d’après les données d’El Jocote et de Los Encuentros surtout, que certaines habitations étaient construites sur une substructure d’environ 1 m de hauteur, probablement limitée par des murs de pierre (encore que les indications sur ce point soient discutables, sauf à Chirramos). Dans ces habitations, relativement élaborées et abritant sans doute les familles dirigeantes, le sol était d’argile battue ou même durcie au feu, et l’on y encastrait au moment de la construction un foyer circulaire et une cuvette de quelque 90 cm de diamètre sans doute destinée à la préparation du maïs ; ce dispositif se perpétue d’ailleurs au Classique, comme nous en avons la preuve sur plusieurs sites. Les murs et le toit étaient de matériaux périssables ; dans un cas – à Chitomax – les murs, ou au moins leur base, pouvaient être de bahareque.

32Les gens du commun construisaient plus simplement leur demeure sur le sol même en corrigeant seulement, si besoin était, la dénivellation. Ces habitations communes ne peuvent être décelées que par l’accumulation de déchets domestiques ou de tessons à l’extérieur (par exemple à El Jocote, groupe B). Il faut noter que les seules zones de décharge mises au jour, à Chirramos et El Jocote, se trouvaient à proximité immédiate des plates-formes, bien qu’il s’agisse dans les deux cas d’habitation “nobles”.

33La céramique est de bonne qualité, mais de parois généralement épaisses. Elle était sans doute fabriquée sur place : il existe sur le bord du fleuve plusieurs gisements d’argile à poteries, dont le principal est à Pueblo Viejo-Chixoy (il a été utilisé pour le cœur du barrage). Dans la céramique utilitaire, les formes courantes sont la jarre à col court et quatre anses partant du bord, le plat ouvert à base plane, le tecomate. Les poteries sont non décorées ou à décor simple : la polychromie et le décor complexe n’apparaîtront qu’au Protoclassique. Certains types, du ware Los Encuentros Beige par exemple défini par M. Hatch à Los Encuentros², ne sont trouvés, en morceaux, que dans des contextes domestiques. D’autres, bien qu’utilitaires ou de service, se trouvent aussi en contexte rituel dans les caches ou les sépultures. Nos renseignements à cet égard proviennent essentiellement de la cache de la str. A-5 à El Jocote et des sépultures de la str. A-2 à Los Encuentros. Les 23 poteries entières de la cache sont pour la plupart de petites dimensions, sinon miniatures ; beaucoup contenaient une offrande de perles de pierre verte et de coquillage. Le groupe Corinthian Daub, petites Jarres à quatre anses et décor simple rouge sombre sur brun, est le mieux représenté (AS-3 ; 73) ; on le trouve aussi dans l’une des sépultures préclassiques de Los Encuentros sous forme d’une petite Jarre à décor peint et appliqué représentant, sur la panse, une face humaine schématique (fig. 21 b). Un autre groupe, l’Utatlan Dichrome, est représenté par une seule poterie dans une sépulture de Los Encuentros, alors que les tessons sont assez abondants dans les remblais. Le groupe Brun Incisé est surtout représenté par des plats à base plane, décorés de motifs géométriques parfois olmécoïdes (fig. 20 a, b), qui ne se trouvent que dans les décharges ; les plus anciens sont certainement du Préclassique moyen.

Fig. 19 – Coupe ouest-est de la structure funéraire A-2 de Los Encuentros montrant les superpositions.

Fig. 20 – Céramique préclassique. a et b/ Grands plats à décor incisé, groupe Venado Brun, Préclassique moyen. c-e/ Décor blanc sur rouge. f-j/ Tecomates et bols beige non poli du groupe Carchela.

34Les poteries rituelles appelées, faute de mieux, encensoirs, sont de deux types : à trois dents verticales (three-pronged) et couvercle décoré d’incisions profondes ; ou en forme de bol simple hérissé de dents multiples. Ils appartiennent au groupe Rabolio de Viel³.

35Les statuettes d’argile modelées, dont la fonction est toujours discutée mais que l’on s’accorde à associer à un culte domestique, sont peu nombreuses dans la vallée, une douzaine au total, à Chirramos, Chitomax et El Jocote. Généralement féminines, le décor incisé et ponctué représente la coiffure, les vêtements, la parure ou les tatouages. Certaines sont datées, par comparaison avec La Lagunita, du Préclassique tardif.

36A défaut de pesons de fuseau, les seuls artefacts d’argile sont deux sceaux cylindriques à décor géométrique incisé et quelques disques, généralement découpés dans une panse de Jarre, utilisés comme couvercles dans la cache d’El Jocote.

37L’industrie lithique semble avoir été assez fruste. Elle utilisait la serpentine pour les haches et les herminettes, l’obsidienne noire translucide ou veinée sous forme d’éclats surtout, mais aussi de lames prismatiques et de grattoirs ronds (ces derniers apparaissent dès le Préclassique moyen à La Lagunita) ; pour les metates simples, apodes, diverses pierres provenant du lit du fleuve, qui charrie aussi durant la saison des pluies de la pierre ponce. Celle-ci a servi à fabriquer des sculptures grossières plus ou moins zoomorphes à El Jocote (AS-3 : fig. 90), coutume qui se perpétuera jusqu’au Postclassique.

38Les objets de parure sont de pierre ou de coquillage. Nous avons vu que 16 des 23 poteries de la cache d’El Jocote contenaient d’une à cinq perles de pierre verte (jadéite ou zoïsite), sphériques, discoïdales ou tubulaires, quelques pendentifs simples et un petit godet hémisphérique de pierre verte (AS-3 : fig. 89) ; une dizaine de ces poteries contenaient en outre d’une à dix petites perles discoïdales ou tubulaires de coquillage. Les quatre coquillages gastéropodes Cypraecidae, amputés de leur base et perforés, trouvés contre le squelette de la sépulture B/14 à Los Encuentros, qui date de la fin du Préclassique moyen, sont des éléments de collier.

Fig. 21 – Poteries d’El Jocote (a, d, e) et de Los Encuentros (b, c), Préclassique tardif. a, b/ Groupe Corinthian Daub. c/ Utatlan. d/ Venado Brun. e/ Orfeo (Glossy Orange).

Pratiques religieuses et funéraires

39Elles ne nous sont accessibles que par l’existence de quelques objets d’usage rituel, par l’organisation des caches et des sépultures.

40Aucun des encensoirs à dents décrits plus haut n’a été trouvé entier et in situ : les fragments proviennent tous de remblais plus tardifs. Il faut souligner que les encensoirs à effigie n’apparaîtront que plus tard : au Préclassique, les divinités auxquelles on rend un culte ne sont pas représentées dans l’argile, elles le sont dans la pierre (voir les monuments sculptés de La Lagunita) et peut-être aussi dans le bois. Certains animaux figurant de façon plus ou moins réaliste sur les poteries noires ou oranges lustrées de La Lagunita et de San Andrés Sajcabajá. Jaguar, oiseau, crapaud, serpent, avaient sans doute une connotation religieuse ou rituelle : mais ces figurations sont très rares dans la vallée de Chixoy.

Fig. 22 – Figurines préclassiques. a-d/ El Jocote. e/ Chirramos. f-h/ Chitomax.

Fig. 23 – Sceau cylindrique préclassique et battoir à écorce classique d’El Jocote.

Fig. 23 – Sceau cylindrique préclassique et battoir à écorce classique d’El Jocote.

Fig. 24 – Sépulture préclassique B/14 de Los Encuentros (str. A-2). 1 : vase cylindrique Utatlan Dichrome. 2 à 5 : coquillages gastéropodes sciés.

Fig. 24 – Sépulture préclassique B/14 de Los Encuentros (str. A-2). 1 : vase cylindrique Utatlan Dichrome. 2 à 5 : coquillages gastéropodes sciés.

41La pratique des caches rituelles n’est attestée qu’à El Jocote, dans la structure principale ; les 23 poteries, enterrées à faible profondeur sous le sol d’argile de la plate-forme préclassiques, étaient peut-être associées à la sépulture d’adulte mise au jour à proximité et au même niveau. Ce squelette incomplet, en décubitus ventral, orienté ouest-est, semble protégé au nord par une rangée de galets, tandis qu’une autre rangée, double, orientée nord-sud, le sépare de la zone ou sont placées les poteries.

42Des sépultures d’adultes ont été mises au jour dans au moins quatre des sites fouillés. Le mode d’inhumation très général est à même le sol, sans protection particulière : le corps est étendu sur le dos, les bras le long du corps ; l’orientation de celui-ci est variable, bien que l’orientation sud-nord, tête au sud, soit un peu plus fréquente. Les deux squelettes trouvés en position fœtale sur le côté, à Los Encuentros et à Chirramos, dateraient tous deux du Préclassique moyen. Nous avons vu que, dans ce dernier site, la sépulture secondaire, dont le crâne contenait les os longs partiellement brûlés, est datée de 730 av. J.C. La pratique de la crémation ne deviendra courante qu’au Postclassique.

43La coutume d’enterrer les morts à proximité des habitations, ou même sous elles, semble la règle : une bonne illustration en est la sépulture de San Juan las Vegas, où le mort se trouve au-dessous du foyer (il est vrai que celui-ci pourrait être un peu plus tardif : protoclassique). Ces sépultures communes ne sont jamais accompagnées d’offrandes ; par contre, les sépultures préclassiques de Los Encuentros situées à proximité immédiate de la str. A-2 ancienne que nous avons considérée comme structure noble ou cérémonielle, ont un mobilier modeste : une unique poterie placée près de la tête du mort, et dans un cas quelques coquillages ayant fait partie d’un collier.

44En conclusion, le trait caractéristique des pratiques funéraires préclassiques est leur simplicité : sépultures à même le sol (ni urne funéraire, ni ciste, ni tombe formelle), pauvreté du mobilier. La présence ou l’absence de celui-ci révèle néanmoins un embryon de différenciation sociale.

Structure de l’habitat

45La fig. 25 schématise la répartition et la distance relative des 15 sites préclassiques reconnus par nous dans la zone de retenue du barrage. Il est certain que plusieurs sites d’habitat nous ont échappé : on peut postuler en fait une occupation à peu près continue de la vallée, en dehors des endroits où le relief très encaissé et l’absence de terrasses alluviales rendent pratiquement impossible toute installation humaine.

46Les villages ou hameaux préclassiques sont de petits groupements qui ne devaient pas dépasser pour la plupart une dizaine ou une vingtaine d’habitations ; ne nécessitant pas un espace considérable, ils pouvaient se contenter d’occuper les parties planes proches du fleuve tout en étant à l’abri des inondations, sans s’étendre sur les pentes comme ce sera le cas plus tard. La quasi totalité des maisons de ces hameaux devaient être construites directement sur le sol. Trois sites, classés dans notre troisième catégorie, font exception : à El Jocote, Los Encuentros et peut être Chirramos existent déjà des structures plus élaborées, dont une au moins, à El Jocote, devait avoir une fonction cérémonielle. Notre schéma montre la position centrale du groupe A d’El Jocote, situé d’autre part non loin du confluent de trois rivières et d’un réseau de pistes longeant le Chixoy ou le traversant à Chicruz. Les deux autres sites occupent par rapport à El Jocote, dont ils sont distants de 13 km, une position symétrique. La distance entre les sites ne dépasse pas, par ailleurs, 4 km, soit moins d’une heure de marche.

Fig. 25 – Schéma de l’occupation préclassique.

47Il semble bien exister une certaine hiérarchie entre les sites, El Jocote étant déjà, au moins au Préclassique tardif, un petit ensemble cérémoniel-résidentiel organisé autour de la str. A-5, Los Encuentros et Chirramos des villages soumis à l’autorité d’une famille dirigeante, les autres sites de simples hameaux groupant une ou plusieurs familles étendues de même niveau social. Il est probable néanmoins que, par suite du compartimentage naturel, ces petites communautés paysannes jouissaient d’une grande autonomie ; les relations, aussi bien commerciales que religieuses, devaient être orientées principalement vers la riche zone des plateaux qui s’étend au sud du fleuve autour des actuels chefs-lieux de municipios de Rabinal et Cubulco, et où subsistent encore les ruines de centres préclassiques beaucoup plus impressionnants que ceux de la vallée : Chiriloy (Rabinal), La Laguna (Cubulco) et peut-être Pakakja et Xococ (des fouilles seraient nécessaires pour dater exactement ces deux derniers sites). Au nord du fleuve, au contraire, le relief des Cuchumatanes est très rude et aucun site préclassique n’a été signalé jusqu’ici dans cette région, peut-être il est vrai faut de recherches systématiques.

48R. Grignon, se basant sur nos fouilles à El Jocote⁵, croit pouvoir distinguer une certaine évolution dans le peuplement de la vallée entre le Préclassique moyen et le Préclassique tardif : d’abord caractérisé par de simples centres villageois et un habitat dispersé, la période suivante serait marquée par le développement d’une activité cérémonielle centralisée et d’un certain degré de stratification sociale, notable par exemple dans le mobilier des sépultures, l’apparition d’un matériel rituel plus élaboré, de figurines, de sculptures en pierre ponce... Cette évolution, bien que logique, n’est guère confirmée par nos fouilles : une structure élaborée est apparue à Los Encuentros dès le Préclassique moyen et les grands sites des plateaux, Chiriloy et La Laguna, sont au moins aussi anciens. Mais il faut reconnaître que nos données sont minces et leur datation souvent imprécise ; dans la séquence établie par M. Hatch pour Los Encuentros, les complexes céramiques du Préclassique moyen et du Préclassique tardif ne sont pas nettement définis.

Conclusion

49Pour dater l’occupation Préclassique de la vallée, nous disposons de cinq datations absolues allant de 730 av. J.C. à 100 ap. J.C. Le premier peuplement ne serait donc guère antérieur au début du 8e siècle avant J.C., c’est-à-dire au Préclassique moyen. L’unique indice d’une occupation peut-être plus ancienne est le tesson de Pueblo Viejo Chixoy décoré par impression basculée, technique qui date selon Coe et Flannery de la phase Ocos à La Victoria, sur la côte Pacifique, soit de 1300 à 1050 av. J.C.⁶ Mais ce type pourrait être en fait plus tardif et persister durant la période suivante du Préclassique m

50oyen. Bien que les recherches récentes en Verapaz de Sedat et Sharer (1972 et 1987) et de M.C. Arnauld (1980) aient définitivement prouvé la très grande ancienneté des sites comme Sakajut, El Portón et Sulín, il ne devrait pas y avoir un intervalle de plus d’un siècle entre les datations de ces auteurs (terminal part of the Early Preclassic) et celles de nos sites les plus anciens comme Chirramos.

51Par ailleurs, l’étude de la céramique prouve de façon concluante que notre phase ancienne du Chixoy correspond bien aux phases Conchas de la côte Pacifique (800 à 500 av. J.C. selon Coe). Las Charcas de Kaminal Juyú et Santizo de La Lagunita, marquées par l’influence olmèque.

52Plus arbitrairement, j’ai placé vers 300 av. J.C. la séparation entre Préclassique moyen et Préclassique tardif, bien que la céramique ne donne pas d’indications précises à cet égard. C’est la date de la construction de la plate-forme correspondant à la troisième phase dans la str. A 2 de Los Encuentros : c’est aussi celle du passage de la phase I (complexe Santizo) à la phase II (complexe Noguta) à La Lagunita.⁷

53Enfin, il semble que le sol de la tombe 2 de Los Encuentros, daté de 100 ap. J.C. (la tombe elle-même est plus tardive) et le foyer de la str. A 4 de San Juan las Vegas (200 apr. J.C.) encadrent de façon satisfaisante la fin du Préclassique et le début d’une phase protoclassique d’ailleurs très imprécise dans la vallée. Placer le début du Protoclassique vers 150 ap. J.C. semble logique puisqu’il est daté de 100 à La Lagunita et que ce grand centre fut peut-être responsable de la diffusion des traits protoclassiques vers le nord des Hautes Terres⁸.

54Entre 800 av. et 150 ap. J.C. le peuplement de la vallée du Chixoy nous apparaît donc comme un chapelet de petits villages ou de hameaux, occupant les terrasses naturelles des berges, à une heure de marche les uns des autres, tout au long du fleuve et de ses affluents. Ces hameaux devaient être relativement autonomes et de niveau socio-économique très homogène. C’est seulement dans la deuxième partie de cette période que l’on assisterait à une diversification et à une certaine hiérarchisation autour d’un ou deux villages plus importants – El Jocote, Los Encuentros – choisis pour leur situation sur des voies de communication avec le sud, villages où apparaissent les premières structures cérémonielles et une certaine forme d’organisation socio-territoriale. Ces petits centres n’atteignent pas, tant s’en faut (et n’atteindront pas, même au Classique) le niveau des grands centres politico-religieux situés dans les bassins fertiles au sud du Chixoy : c’est vers ceux-ci que restent orientées préférentiellement les activités rituelles et les relations commerciales (la pèche représente certainement pour les habitants de la vallée une ressource importante car le Chixoy est encore très poissonneux).

TABLEAU 8 Datation C-14 des sites préclassiques.

TABLEAU 8 Datation C-14 des sites préclassiques.

55Est-il possible de préciser l’origine et la composition ethnique de ces premiers occupants ? Selon les linguistes, le foyer de dispersion d’une proto-communauté maya se serait trouvé, vers 2200 av. J.C., dans le massif des Cuchumatanes autour de Solomá, ou plus largement entre les Cuchumatanes et la côte Pacifique⁹. Les migrations des Maya orientaux (Quichéens et Maméens) auraient commencé vers 1600 av. J.C. vers le sud et l’est en suivant la vallée du Chixoy. La période que nous appelons préclassique moyen, de 800 à 300 av. J.C. environ, correspondrait donc à l’éclatement du groupe quichéen occupant la région de Sacapulas-Uspantán et à la poussée, d’une part des Kekchi vers la région de Cobán d’autre part des Pokom le long du Chixoy. Il est possible que nos premiers villages du Chixoy aient déjà été de langue pokom, à moins que ces migrations pokom un peu plus tardives (200 av. J.C.) selon Campbell ne soient responsables de la transition entre Préclassique moyen et Préclassique tardif. De toute façon les premiers occupants de la vallée appartiendraient déjà au groupe quichéen.

56L’inconvénient de cette théorie basée sur la glottochronologie est qu’elle postule une occupation très ancienne de la partie montagneuse au nord du Chixoy, occupation qui n’a jamais été confirmée jusqu’ici par les fouilles archéologiques, aussi bien celles d’Adams que de Becquelin¹⁰ : il semble que cette région septentrionale des Hautes Terres soit restée pratiquement déserte jusqu’au début de notre ère.

57Une autre théorie est basée sur la grande ancienneté du peuplement de l’Alta Verapaz constatée sur des sites comme Sulín, Sakajut, El Portón, dont la première occupation daterait du Préclassique ancien d’après Arnauld, Sedat et Sharer¹¹. G. Lore y voit la preuve d’une expansion de la communauté parlant le zoque – la langue des Olmèques – venue du Chiapas en suivant les vallées du haut Grijalva puis du Chixoy¹². Pour Sharer et Demarest, ces migrations seraient plutôt originaires des Hautes Terres sud-orientales (Salvador), remontant vers la Verapaz et au-delà vers les Basses Terres à la fin du Préclassique ancien¹³ ; quant à la langue parlée par ces groupes, les linguistes sont en total désaccord : ce serait le maya occidental d’après Campbell, le pokom (Kaufman), le chol et le mam (Josserand), ou le xile, proto-xinca-lenca (Feldmann).

58Quoiqu’il en soit, l’étude de la céramique du Chixoy (comme celle de La Lagunita) prouve que nos sites sont à rattacher, d’abord, au Préclassique moyen, à une vaste sphère céramique Conchas couvrant la côte Pacifique et les Hautes Terres, puis au Préclassique tardif à une sphère Providencia (400-100 av. J.C.) définie par Demarest et Sharer comme allant de Chalchuapa (Salvador) à Kaminal Juyú. Il existait semble-t-il à cette époque une grande homogénéité culturelle dans tout l’altiplano depuis la côte Pacifique jusqu’au pied de la Sierra des Cuchumatanes, celle-ci restant apparemment inoccupée. L’hypothèse de migrations venant de la côte Pacifique vers la fin du Préclassique ancien paraît donc la plus plausible ; les premiers occupants de la vallée du Chixoy parlaient peut-être le zoque, comme le suggère Lowe.

TABLEAU 9 Division des langues quichéennes, d’après Kaufman (1969) et Josserand (1975)

TABLEAU 9 Division des langues quichéennes, d’après Kaufman (1969) et Josserand (1975)

Table des illustrations

Titre TABLEAU 7 Occupation des sites de la vallée au cours des différentes périodes
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 17 – Puits stratigraphiques ayant livré un niveau d’occupation préclassique à San Juan las Vegas (a) et à Chirramos (b).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7117/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 18 – Le site d’El Jocote, groupe A.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7117/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 19 – Coupe ouest-est de la structure funéraire A-2 de Los Encuentros montrant les superpositions.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7117/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 20 – Céramique préclassique. a et b/ Grands plats à décor incisé, groupe Venado Brun, Préclassique moyen. c-e/ Décor blanc sur rouge. f-j/ Tecomates et bols beige non poli du groupe Carchela.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7117/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 21 – Poteries d’El Jocote (a, d, e) et de Los Encuentros (b, c), Préclassique tardif. a, b/ Groupe Corinthian Daub. c/ Utatlan. d/ Venado Brun. e/ Orfeo (Glossy Orange).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7117/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 22 – Figurines préclassiques. a-d/ El Jocote. e/ Chirramos. f-h/ Chitomax.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7117/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 23 – Sceau cylindrique préclassique et battoir à écorce classique d’El Jocote.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7117/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 24 – Sépulture préclassique B/14 de Los Encuentros (str. A-2). 1 : vase cylindrique Utatlan Dichrome. 2 à 5 : coquillages gastéropodes sciés.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7117/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Fig. 25 – Schéma de l’occupation préclassique.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7117/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre TABLEAU 8 Datation C-14 des sites préclassiques.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7117/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre TABLEAU 9 Division des langues quichéennes, d’après Kaufman (1969) et Josserand (1975)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7117/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search