Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 6 : La Vallée moyenne du Rio Chixoy (Guatemala)

 | 
Alain Ichon
, 
Denise Douzant-Rosenfeld
, 
Pierre Usselmann

1ère partie. La vallée du rio Chixoy et le barrage de Pueblo Viejo : géographie et problèmes de la population déplacée par le lac de retenue (Cubulco, Rabinal, Baja Verapaz)

Chapitre IV. Conclusion : la vallée du Rio Chixoy, un espace en mutation

Texte intégral

1La constitution d’un lac de 50 km de long avec une largeur de 200 m à 1 000 m selon la configuration de la vallée, introduit une coupure radicale dans le paysage et le réseau de communications local.

2On ne peut encore mesurer les transformations physiques du milieu : cette étendue d’eau contribuera-t-elle à atténuer la sécheresse de la vallée ? Le programme de reforestation des versants entrepris avec la construction du barrage en aval de Rio Negro, n’a pas connu le succès escompté. Si l’érosion intense n’est pas ralentie, le lac va se combler et la durée de vie du barrage sera compromise.

3D’autres problèmes se posent dans l’immédiat : en février 1984, alors que les essais de turbine étaient en cours, un affaissement de terrain a gravement endommagé le tunnel d’amenée d’eau, long de 25 km, reliant le réservoir à l’usine électrique, et une partie des turbines. Cet accident a entraîné la remise en route de centrales thermiques (Escuintla) à un coût élevé. Survenant après des ennuis comparables affectant le barrage d’Aguacapa (Jutiapa), il a relancé la polémique sur le coût de l’ouvrage (passé de 300 à près de 900 millions de dollars) et l’endettement qui en résulte, sur l’emplacement de la construction dans une région karstique, instable, proche des failles du Polochic et du Motagua, enfin sur sa capacité démesurée, impliquant l’exportation de l’électricité aux pays voisins. La réparation du tunnel sur plus d’un km a cependant été réalisée et le barrage a été officiellement inauguré le 15. 12. 1985.

4La région de Chimiagua – Los Pajales, rive gauche, va-t-elle continuer à jouer son rôle d’arrière-pays pour les communes de Cubulco et de Rabinal – Xococ ? Un certain nombre d’éléments permettent de le penser : avant l’inondation du fond de la vallée, le réseau de chemins reliant rive droite et rive gauche, en particulier par le pont pédestre de Chicruz, était activement fréquenté ; les paysans se rendaient régulièrement au marché : Xococ le samedi, ou Cubulco le dimanche, ou Rabinal soit le jeudi soit le dimanche ; par les mêmes chemins circulaient les commerçants, en particulier lors des foires de bétail accompagnant les fêtes votives des bourgs du sud. C’étaient aussi les chemins de transhumance pour les éleveurs de Cubulco, Canchel, Xococ vers les pâturages d’hivernage (cf. fig. 10) : quatre gués fonctionnaient pour le passage du gros bétail en mai (rive droite vers rive gauche), et en octobre-novembre (retour vers le Sud). C’était enfin l’itinéraire des artisans de Xococ venant cueillir la palme sauvage de l’autre côté du fleuve (Los Pajales, Pachec) ou celui des paysans pauvres allant cultiver une parcelle d’appoint sur les terres communales.

5Dans un premier temps, on a pu craindre que le lac devienne une barrière infranchissable, ce qui alimenta les inquiétudes des populations affectées, en particulier concernant l’utilisation des terres communales situées de part et d’autre de la vallée. Le fait que ces populations aient eu l’autorisation, comme elles le demandaient, d’installer des ranchos provisoires en bordure du lac sur leurs terres, et que des barques pour transporter gens et bêtes commencent à effectuer la traversée aux passages traditionnels, montre que l’ancien réseau de relations n’est pas coupé. La construction de pistes entre les nouvelles colonies urbaines et les villages secondaires, sur la commune de Cubulco, peut permettre l’utilisation des terres communales et renforcer leur rôle de réserve. Un marché est né près de San Juan Las Vegas, à la jonction entre le lac et la nouvelle piste venant de Cubulco.

6Mais, outre le traumatisme du transfert, les populations déplacées n’ont pas la perspective de trouver ou de retrouver une autonomie de subsistance. La superficie des nouveaux terrains de culture dans les bassins de Rabinal et de Cubulco est très insuffisante (cf. tableau 6). Pour une partie des paysans concernés possédant du bétail ou pratiquant activement l’artisanat de la palme, des perspectives peuvent s’ouvrir à condition de reconstituer les marchés. La communauté de Río Negro s’est disloquée, victime de la répression. La réinstallation des habitants de la vallée dans les nouveaux centres s’effectue dans un contexte de guerre. Il est à craindre que, pour la partie la plus pauvre, le déménagement entraîne une prolétarisation non plus occasionnelle (travail dans les plantations de la côte) mais permanente.

7Paris-Bordeaux, Décembre 1984

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search