Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 6 : La Vallée moyenne du Rio Chixoy (Guatemala)

 | 
Alain Ichon
, 
Denise Douzant-Rosenfeld
, 
Pierre Usselmann

1ère partie. La vallée du rio Chixoy et le barrage de Pueblo Viejo : géographie et problèmes de la population déplacée par le lac de retenue (Cubulco, Rabinal, Baja Verapaz)

Chapitre III. Le déménagement

Texte intégral

  • 1 Coût global annoncé : 365 millions de Quetzals ; financement : B.I.D. (Banco Interamericano de Desa (...)

1Les travaux de construction du barrage ont commencé en 1977. La mise en eau s’est effectuée en 1983 avec un an de retard sur le calendrier annoncé et de nombreuses perturbations ont eu lieu depuis cette date. Projet ambitieux et coûteux, essentiellement financé par des crédits internationaux1, de 300 000 KW de puissance installée, le barrage doit produire à pleine capacité 1710 millions de KWH (cf. croquis et tableau 4). L’objectif de l’Etat guatémaltèque est de passer de 20 % (1977) à 65 % de production électrique d’origine hydraulique (avec la mise en service conjointe des barrages Aguacapa et Santa Maria), renversant le rapport de force jusque-là en faveur de l’électricité thermique fondée sur le pétrole. C’est dire l’importance que les autorités attachent à la réussite du projet.

Les populations affectées et leurs aspirations

2A pleine capacité, le lac doit inonder 3 870 manzanas (environ 2 000 hectares) de terres agricoles et 471 habitations (54 maisons et 417 ranchos), plus 10 édifices publics dans la vallée du rio Chixoy et sur ses affluents : rio Chicruz, rio Blanco, rio Carchelá, rio Salamá. 3 500 personnes sont concernées (cf. tableau 5). La courbe 820 m retenue comme le niveau maximum des eaux recouvre non seulement les vegas et les basses pentes cultivées mais également de nombreux sites archéologiques dont le plus imposant est à Pueblo Viejo-Cauinal sur le rio Blanco, où l’eau atteint la mi-hauteur des pyramides.

3L’enquête effectuée pour le compte de L’INDE (Institut National d’Electrification du Guatemala) par Gaitán SANCHEZ (1977-1978) donne l’opinion des personnes interrogées dans les différents villages (aldeas) concernés. C’est cette enquête qui a servi de base à l’action du Comité de Reconstruction National pour le relogement.

4La majorité des habitants est répertoriée comme acceptant le transfert, avec moins de réticence de la part des Jeunes que des anciens qui expriment leur attachement très fort à la terre ancestrale. Tous estiment qu’ils ont droit à une juste indemnisation pour les préjudices subis, demandent l’achat de terres cultivables ailleurs, pour une superficie au moins équivalente et une aide pour construire de nouvelles maisons. Selon le degré de revenu et de superficie perdue, l’échelle des réactions est différente : volonté pour les plus fortunés d’un nouveau terrain concédé en propriété privée et d’une aide pour construire une nouvelle maison ; à Chicruz (c’est la seule aldea où cette idée a été émise), quelques-uns désirent une indemnisation pour s’installer dans la frange transversale du Nord ou à Ixcán (cf. note 7), avec intervention de l’INTA (Instituto Nacional de Transformación Agraria). La majorité exprime la volonté d’obtenir une parcelle, reconnue individuellement, puis de s’organiser en coopérative.

5Au niveau collectif, les propositions par aldea, de la part des représentants des communautés, sont les suivantes :

6– CHICRUZ : achat de deux domaines dans la région de Chilasco et San Jerónimo, Baja Verapaz, appelés Miranda et Mijangos ; ainsi serait résolu le problème de la terre cultivable et celui de la construction des maisons qui se ferait là. La majorité accepte le transfert et est signalée comme “la plus coopérante dans la résolution des problèmes liés au barrage”. Mais quelques habitants proposent que l’on examine la possibilité de viabiliser un terrain plan appelé “El Jocote”, de 10 manzanas environ, situé au-dessus de Faldea, mais alors sans eau.

TABLEAU 4 Caractéristiques techniques du barrage (Source : INDE) – 1978

TABLEAU 4 Caractéristiques techniques du barrage (Source : INDE) – 1978

7– RIO NEGRO : transfert de la population sur un terrain plan situé au-dessus et légèrement à l’Est du village actuel, appelé “El Coyolar”, de 9 manzanas ; les propriétaires, membres de la communauté, sont disposés à le vendre au Comité de Reconstruction National. Il y a deux sources qui pourront approvisionner les maisons en eau. Reste pendante la question des terrains pour semer le maïs. Ils demandent également un pont et/ou une barque pour traverser le fleuve avec leurs animaux.

8– CHIRRAMOS : achat de terres dans la région de Chisantiago (Commune de Cubulco) pour semer et construire les maisons ; sinon, qu’on construise leurs maisons dans la Montaña Chimiagua et qu’on leur achète des terres pour semer le maïs autre part.

9– CHITOMAX et GUAYNEP estiment que c’est au gouvernement de résoudre le problème et ne font pas de propositions.

10– Fincas SANTA ANA et PUEBLO VIEJO : la question est à traiter, dit le rapport, avec le propriétaire ; les habitants sont des ouvriers agricoles et non des paysans “indépendants”.

TABLEAU 5 Populations et aires cultivées affectées par le barrage

TABLEAU 5 Populations et aires cultivées affectées par le barrage

Source : Gaitán Sánchez 1978

11La majorité des communautés met en avant pour justifier un transfert à proximité du lac de barrage, l’existence de titres de terres gérées en commun, de “terres communales” dont les habitants veulent continuer à jouir et qui procurent la pâture “illimitée” pour le gros bétail, la palme “à volonté”, le bois “gratuit”, les milpas, la chaux, etc... Reste entière la question des terrains pour semer et chacun espère et attend que l’INDE, qui les oblige à déménager, achète les terres nécessaires. Le rapporteur souligne que les surfaces actuellement cultivées dans la vallée ne suffisent déjà pas à nourrir une famille toute l’année ; un agriculteur moyen, cultivant 6 Mzs, ne produit que la moitié de sa consommation annuelle. Il propose en conclusion que l’INDE se porte acquéreur de terrains qui garantissent la production de 25 871, 20 quintaux de grains, quantité consommée dans la vallée, ou à défaut la production de 13 290 quintaux, quantité actuellement produite par les paysans concernés ; ces acquisitions devraient se faire le plus rapidement possible, y compris par expropriation pour cause d’utilité publique, vu la difficulté qui existe dans la région à trouver des terrains et “pour éviter les déceptions ou les problèmes au moment de la mise en eau”.

12En résumé, l’enjeu est pour les autorités de financer la construction de 500 maisons neuves, l’achat d’au moins 3 970 manzanas dans la région, sans compter des terrains pour le bois et les pâtures (si les habitants ne peuvent plus utiliser leurs communaux), enfin les indemnisations pour la récolte perdue l’année du transfert.

La politique de l’INDE : des projets de relogement ambitieux mais changeants2

  • 2 L’avancement de la politique de recasement fait l’objet de rapports périodiques semestriels ; nous (...)

13La première option retenue de 1977 à 1980 semble être le transfert de tous les habitants concernés hors de la zone du barrage et de ses environs immédiats, avec relogement dans des “colonies” du type des lotissements construits à la suite du tremblement de terre. Le transfert des habitants de la vallée dans de nouveaux “centres urbains” présente un double intérêt pour les autorités : un contrôle de la population plus facile et dans le même temps l’argument d’une amélioration de l’habitat et du niveau des services offerts à des paysans qui jusque-là vivaient en partielle autarcie.

14Les promoteurs sociaux envoyés sur place expliquent aux gens concernés qu’il va être construit pour chaque aldea (village) touchée par l’inondation un centre urbain avec maisons neuves, eau potable, école, église, centre communautaire, terrain de sport, etc.... La première réalisation est lancée avec l’achat de la finca PACUX, domaine de 2 caballerías, situé à deux kilomètres du bourg de Rabinal, destiné au centre urbain de RIO NEGRO. La construction commence en 1979 ; les gens de l’aldea, sollicités pour aider à la construction moyennant salaire, dans leur grande majorité ne coopèrent pas. Progressivement sont construites 150 maisons en planches de bois et toit de tôle, de 6 mètres sur 6, toutes identiques, posées sur une parcelle de 15 x 30 m, alignées au cordeau le long de quatre rues ; elles doivent recevoir eau potable et électricité. L’emplacement est déterminé pour une école de 6 classes, une église, un local pour la coopérative, le poste de santé, etc... Les autorités de l’INDE et du Comité de reconstruction font de Pacux un modèle et un test pour l’application aux autres communautés de la vallée.

15Dans le même temps, il est recherché des terrains de culture et l’INDE fait visiter la finca LA PRIMAVERA (département du Quiché) aux représentants de CHICRUZ pour l’installation du nouveau centre urbain. Pour les autres aldeas, la question piétine ; les tractations n’en finissent plus, sans résultat concret. La tension monte. Lors de notre passage, en 1979, des bruits courent que les berges du lac vont être vendues pour installer un complexe touristique, raison pour laquelle les riverains ne pourraient s’installer à proximité. La lenteur du relogement nourrit toutes les spéculations. En 1980, l’achat des terrains n’a pas progressé. La finca LA PRIMAVERA est abandonnée, les habitants de CHICRUZ estimant avoir été trompés.

16Les retards de toutes sortes et les tensions provoquées par le déménagement, en particulier à RIO NEGRO, sont probablement à l’origine du revirement de l’INDE concernant l’accès au barrage.

17Devant l’imminence de la mise en eau (annoncée pour 81-82), les riverains sont autorisés à construire des maisons provisoires au-dessus du niveau de l’eau (cote 820m), l’INDE paie pour cela à chaque chef de famille 15 quinzaines de travail soit environ 750 Quetzals. Les habitants les plus proches du barrage construisent leurs ranchos à CHITUSUL, en aval du mur de barrage ; les autres légèrement au-dessus du niveau maximum, à proximité immédiate de chaque village. A la fin de l’année 81 presque tous les riverains ont construit leur maison. Les indemnisations en argent liquide pour les récoltes perdues se font sur une base forfaitaire : de 10 centimes à 10 Q. selon la qualité de l’arbre fruitier, le prix des céréales est fonction de la surface. Mais entre-temps la situation interne de la région a bien changé : la Verapaz, après le Quiché, est devenue “zone de guerre”.

18Dernier volet de la politique du Comité de Reconstruction : il est entrepris une intense politique de conviction et de promotion sociale pour montrer que les autorités s’occupent de l’avenir des personnes déplacées : formation de tisserand(e)s avec achat de trois métiers à tisser verticaux (un pour Chicruz, un pour Chitomax, un pour Chirramos) ; cours de formation de potiers, achat de machines à coudre, formation de “sages-femmes” (16 femmes sont concernées pendant 15 jours), formation pour les conducteurs de barques à moteur qui traverseront le lac (mais les barques tant attendues ne sont pas au rendez-vous et ne seront livrées qu’au compte-goutte), "séminaire du développement de la communauté” regroupant 90 participants avec la collaboration des autorités civiles et militaires.

Fig. 10 – Les terroirs de Chicruz et Río Negro.

Fig. 10 – Les terroirs de Chicruz et Río Negro.

TABLEAU 6 Relogement des population affectées Etat en 1984

TABLEAU 6 Relogement des population affectées Etat en 1984

(sources : rapports INDE, 1982 et 1983)
TOTAL superficie inondée : 3 870, 31 manzanas soit environ 60 caballerías. (source : rapport G. Sanchez, 1978)
Achat de terrains pour individuels non compensés : 145 cas.

Fig. 11 – Récolte du sorgho (maicillo) à Chitomax.

19Les rapports successifs de l’INDE font aussi état de la recherche très difficile de terres pour construire les “centres urbains” et remplacer les terrains de culture (apparemment la procédure d’expropriation n’est pas employée ; pourtant les terres de cultures soumises à la vente sont très rares dans la région). On remarque que les actions de promotion se font en direction des populations ladinas de la vallée, les communautés indigènes ne sont pas mentionnées ; ces éléments sont à relier à l’attitude des différentes communautés par rapport au déménagement.

Les réactions des habitants de la vallée.

20Dès le départ, les réactions des communautés de Chicruz et de Río Negro ont été radicalement différentes.

21– Lorsqu’ils ont eu connaissance de la nécessité de leur transfert, la majorité des habitants de Chicruz a accepté ou s’est faite à l’idée d’un déménagement hors de la zone du barrage ; plusieurs dirigeants de la communauté ont rapidement visité diverses fincas de la région proposées par le Comité de Reconstruction ; nous avons visité avec eux la finca La Primavera (projet abandonné ensuite) : 23 caballerías dans un vallon verdoyant mais bordé de versants raides et stériles, ce qui restreignait considérablement les parties cultivables ; avoir un beau village et les terres de culture autour était bien engageant, mais beaucoup de questions restaient posées : l’éloignement par rapport aux terres communales de Chicruz, les terrains de parcours pour le bétail, etc... Ces questions non résolues rie dressaient pourtant pas la population contre l’INDE ; le sentiment dominant alors était le dialogue avec les autorités. Cette attitude s’explique peut-être par le caractère ouvert d’une communauté animée par des ladinos parlant l’espagnol, mais pauvre, obligée d’aller travailler dans les plantations de la côte ; et les propositions ont été bien reçues. Un certain nombre de paysans avait déjà dû quitter faldea lors de la dernière période de sécheresse. De plus, les travaux de fouille entrepris à Cauinal en 1978-79, site tout proche de Chicruz, ont procuré un travail salarié à 50 hommes de la localité, ce qui leur a permis de ne pas émigrer. Ces différents éléments ont rendu les relations avec l’INDE moins conflictuelles. Si les déceptions par rapport aux espoirs initiaux se sont accumulées dans les dernières années (multiples retards pour la livraison des barques pour faire traverser le lac aux gens comme au bétail, pour l’achat et la mise en culture de nouveaux terrains dans le bassin de Cubulco – projet finalement retenu – ), si les habitants se plaignent de n’avoir pas semé en 82 comme en 83 (qu’en sera-t-il pour 84 ?), il semble que Faldea soit restée à l’écart des troubles qui affectent la région.

22En retour, le Comité de Reconstruction (chaque rapport souligne la bonne collaboration de Faldea) a axé sur Chicruz la plupart des programmes de réinsertion et de modernisation appelés “développement de la communauté” destinés à la vallée du Chixoy.

  • 3 1er semestre 79.

23– Au contraire, la communauté indigène de Rio Negro, soudée autour de ses dirigeants, a dès le départ refusé de quitter ses terres et sa commune de Rabinal. Ne pouvant s’opposer à l’installation du barrage, la communauté a proposé, y compris sous forme de pétition et délégation au Président de la République, qu’on construise un nouveau village au-dessus de Río Negro, sur le sommet voisin d’El Coyolar (rive droite du rio Chixoy) ; convenablement raboté, l’emplacement pourrait contenir 200 maisons et tous les services nécessaires (école, coopérative, etc...) ; l’eau potable serait tirée de plusieurs puits ; avec “un pont” ou des barques pour traverser le lac pour les hommes comme pour le bétail, une route pour rejoindre la nouvelle voie d’accès au mur de barrage, des terrains à cultiver... la vie pourrait continuer comme avant. L’INDE ne retint comme proposition que le nouveau village, mais hors du secteur du barrage, dans le bassin de Rabinal où fut achetée très vite la finca Pacux (2 caballerías), avec l’accord de la communauté dit le rapport de l’INDE3, sans le leur, disent les dirigeants de Rio Negro. De là découlent les difficultés et la répression qui va suivre.

24Pour les autorités, la réussite du transfert de la population de Río Negro au “centre urbain” de Pacux est un test, en direction des autres aldeas de la vallée comme en direction de l’opinion nationale ; c’est probablement ce qui explique la célérité avec laquelle est mené le projet Pacux, comparativement à la lenteur qui prévaut pour les autres aldeas, Cette importance est attestée par le compte-rendu spécial concernant la visite effectuée par l’INDE le 5 juin 1979 à Rio Negro, où est relatée dans le détail la première confrontation communauté-autorités. Pour faire entendre raison à la communauté récalcitrante qui jusqu’alors a refusé les indemnisations individuelles pour les récoltes qui seront perdues, et refuse son transfert à Pacux, “considérant l’importance socio-politique de ce problème”, se sont déplacés : le gouverneur départemental, un représentant de la municipalité de Rabinal, le commandant de la zone militaire de Cobán et une troupe de soldats “pour protéger l’argent des indemnisations”, le chef des commissaires militaires, celui du personnel de l’INDE et celui du Comité de Reconstruction National (rapport du 8/06/79). La délégation expose l’objet de sa visite : régler les dommages (elle est porteuse de 25 000 Q.), informer de l’avancement des travaux de Pacux (15 maisons terminées, 25 en cours, dans le but de transférer ceux qui courent le plus de risques d’inondation), enfin connaître les nouvelles demandes des habitants dont les autorités n’ont qu’une connaissance “indirecte”. En face, la direction de la communauté de Río Negro et un grand nombre d’habitants. Ces derniers refusent en chœur tout paiement “puisqu’ils ne vendent pas leurs terres”, tout transfert ; disent que les autorités, en particulier l’INDE, les ont abusés. Suit un dialogue de sourds, la méfiance des paysans indigènes étant considérablement aggravée par la présence de soldats. Le rapporteur précise que même les femmes sont intervenues “pour insulter les autorités”, qu’il est reproché aux “gens de l’INDE d’être menteurs, exploiteurs et de les avoir trompés pour s’emparer de leurs terres” etc… En conclusion, il est mentionné que “par le langage employé et les expressions, on peut en conclure à l’intervention de personnes étrangères, intéressées à créer des problèmes à l’INDE et au gouvernement” et qu’il faut informer les autorités supérieures du gouvernement.

  • 4 La “PRENSA LIBRE”, 13 juin 1979.
  • 5 C’est dans ce contexte que nous sommes allés à Rio Negro ; notre passage écourté en juillet 79 a pr (...)

25Dès lors, l’affaire prend une autre dimension. L’INDE présente son point de vue dans un journal national4, insistant sur les multiples avantages que les habitants de faldea de Río Negro vont retirer de leur transfert au “centre urbain” de Pacux, contrepoint à la délégation des habitants de faldea qui avait eu lieu dans la capitale. Soupçonnée de liaison avec la guérilla, Faldea de Río Negro devient suspecte, potentiellement dangereuse, une aldea avec laquelle le “dialogue” n’est plus possible5.

Fig. 12 – Artisanat de la palme à Río Negro : séchage et tressage.

Fig. 13 – Le barrage de Pueblo Viejo-Quixal.

Quand le Chixoy devient zone de guerre

  • 6 En recoupant diverses sources fiables, nous avons reconstitué le calendrier suivant :

26La résistance de la communauté de Río Negro est à replacer dans le contexte des mouvements sociaux qui affectent la région. Après le département du Quiché, la région de San Cristóbal Verapaz, Rabinal, Xococ, Cubulco devient zone de guerre. C’est alors qu’apparaissent dans les rapports, à la rubrique régulière “problèmes rencontrés”, les termes de “situation d’insurrection et de contre-insurrection”, de “raisons de force majeure” empêchant les promoteurs de continuer leur travail “de conviction” (1er et 2ème semestre 82), que sont mentionnées “la présence de personnes étrangères au projet génératrices de troubles, et celle d’aldeas intéressées à créer des problèmes, continuant à profiter du mécontentement” (1er semestre 81). C’est l’armée qui s’installe dans le centre urbain de Pacux tout juste achevé. La région connaît disparitions et massacres6.

  • 7 Rapport du 1er semestre 83 : traslado de afectados :“se logró el traslado de 17 familias al centro (...)

27Concernant Faldea de Río Negro, un premier affrontement entre habitants et soldats, le 5 mars 1980 entraîne mort d’hommes ; au cours du restant de l’année 80 et en 81 les habitants construisent leurs maisons provisoires au-dessus du fleuve, comme les autres habitants de la vallée ; ils ont accepté les dédommagements versés par l’INDE qu’ils avaient refusés en 79 ; entre-temps ont été achetées deux caballerías de terres arables à côté de Pacux. Le rapport du 2ème semestre 81 précise que les habitants ont choisi les maisons par groupes familiaux dans le nouveau centre urbain et que les bâtiments publics vont être remis aux dirigeants de la communauté, ainsi que les nouvelles terres. Le transfert de la population de Faldea est en bonne voie. Mais en février 82 une partie des hommes de Río Negro, convoquée à Xococ, disparaît. La communauté devant la répression se disperse ; les promoteurs abandonnent provisoirement la zone “pour raisons de force majeure” alors que le processus de transfert était près d’aboutir. Ce n’est qu’en 1983 que 17 familles (est-ce tout ce qui reste de la communauté ?) vont s’installer à Pacux où habitent maintenant de nombreuses familles réfugiées d’autres aldeas7.

Les nouveaux habitats.

28Les constantes recommandations des rapports semestriels demandant “d’accélérer les procédures pour éviter que surgissent ou resurgissent des problèmes socio-politiques graves” semblent avoir été entendues. Le long blocage concernant l’achat des terrains paraît levé. Le rapport en date du 1er semestre 83 précise les éléments répertoriés dans le tableau 6.

Fig. 14 – Le site archéologique de Cauinal inondé, et la colonie El Naranjo près de Cubulco, village de recasement pour la population de Chicruz.

29Les terrains pour la construction des centres urbains sont tous achetés ou en voie de l’être, sauf pour le hameau de Camalmapa. Les maisons de ce dernier, le long du rio Salamá, ont été brûlées pour obliger leurs occupants à rejoindre les nouveaux emplacements en amont (assiste-t-on à un nouveau Río Negro ?). Mais la construction des centres urbains n’est pas commencée ; il s’agit au total de cinq centres, Pacux inclus (cf. fig. 15). L’achat des terrains de culture se fait toujours avec lenteur, avec davantage de procédures engagées.

30Les activités d’assistance à la population et de “conviction” restent un élément décisif de la politique de l’INDE pour le recasement : construction de nouveaux chemins au bulldozer pour relier les futurs centres de Cubulco (Chicuxtin et El Naranjo) au lac de barrage et permettre de rejoindre les terres communales de l’autre côté du fleuve ; remise de deux barques à moteur à la communauté de Chicruz qui instituent un système de bac à l’emplacement de l’ancien pont ; coupe des arbres récupérables le long du rio Negro ; programme d’ensemencement de poissons dans le lac. Mais la question majeure reste de nourrir les gens qui n’ont pas encore de terres où semer ; c’est le programme “aliments pour le travail”. En échange d’une journée de travail sur les chantiers (construction de pistes vers le barrage) il est remis une ration pour 5 personnes (farine, huile, lait, deux livres de maïs).

Fig. 15 – Population affectée et relogement prévu.

  • 8 Budget INDE prévu : 1983 : 130 000 Q., 1984 : 300 000 Q. poursuite des actions ensuite sur le plan (...)

31Pour faire patienter la population, l’accent est mis sur de nouvelles techniques artisanales (tissage, couture, menuiserie...) et sur les services qui existeront à côté des nouveaux logements (moulin pour moudre le maïs, centre de santé, école, etc...)8.

32La situation reste très difficile pour la majorité des paysans de la vallée qui ne sèment plus depuis deux ans (date de la mise en eau) et vivent de pauvres subsides insuffisants ; en 84, il restait encore un grand écart entre les promesses faites aux habitants de la vallée et leur réalisation. La survie n’est possible que grâce aux ressources que continue à procurer la jouissance des terres communales des communautés (recherche et travail de la palme, élevage, habitat dans les maisons provisoires au-dessus du lac avec accès à l’eau et au bois, cultures de quelques parcelles dans la montagne). Aux espoirs initiaux de beaucoup ont succédé d’amères désillusions.

Notes

1 Coût global annoncé : 365 millions de Quetzals ; financement : B.I.D. (Banco Interamericano de Desarrollo) ; B.I.R.F. (Banco Internacional de Reconstrucción y Fomento) ; B.C.I.E. Banco Centroamericano de Integración Económica) ; F.I.V. (Fondo de Inversiones de Venezuela) ; Crédito de Proveedores ; Gobierno de Guatemala.
La firme réalisatrice du projet est le consortium L.M.I. formé par Lahmeyer International d’Allemagne (LIDER), Motor Colombus de Suisse, et International Engineering Company des U.S. . Les compagnies suivantes ont enlevé les contrats d’exécution (brochure INDE 1977) :
Image 100000000000030C000001C6F598A9B0E37DA68C.jpg
Seule l’installation du campement est guatémaltèque, soit 5% du total des investissements souscrits.

2 L’avancement de la politique de recasement fait l’objet de rapports périodiques semestriels ; nous disposons des rapports de 1979 à 1983.

3 1er semestre 79.

4 La “PRENSA LIBRE”, 13 juin 1979.

5 C’est dans ce contexte que nous sommes allés à Rio Negro ; notre passage écourté en juillet 79 a provoqué la réunion de tous les dirigeants de la communauté, la confrontation avec une partie de la population lors d’une assemblée improvisée, où furent évoqués sans ménagement les problèmes liés au transfert et le rôle ambigu des chercheurs comme nous en cas de conflit entre la population étudiée et les autorités.

6 En recoupant diverses sources fiables, nous avons reconstitué le calendrier suivant :
Image 10000000000001CB00000271CB049F44375EF882.jpg

7 Rapport du 1er semestre 83 : traslado de afectados :“se logró el traslado de 17 familias al centro urbano en la finca Pacux, Rabinal”. “Este centro se terminó de construir hace 2 años pero por ser zona muy conflictiva es hasta principios de este año que se pudo reunir este grupo de familias a quienes se ha asentado en este lugar, esperando que con el tiempo vayan llegando más familias con sus nuevas casas”.

8 Budget INDE prévu : 1983 : 130 000 Q., 1984 : 300 000 Q. poursuite des actions ensuite sur le plan gouvernemental.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 4 Caractéristiques techniques du barrage (Source : INDE) – 1978
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7097/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre TABLEAU 5 Populations et aires cultivées affectées par le barrage
Crédits Source : Gaitán Sánchez 1978
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7097/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 10 – Les terroirs de Chicruz et Río Negro.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7097/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre TABLEAU 6 Relogement des population affectées Etat en 1984
Légende (sources : rapports INDE, 1982 et 1983)TOTAL superficie inondée : 3 870, 31 manzanas soit environ 60 caballerías. (source : rapport G. Sanchez, 1978)Achat de terrains pour individuels non compensés : 145 cas.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7097/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 11 – Récolte du sorgho (maicillo) à Chitomax.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7097/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 12 – Artisanat de la palme à Río Negro : séchage et tressage.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7097/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 13 – Le barrage de Pueblo Viejo-Quixal.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7097/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 14 – Le site archéologique de Cauinal inondé, et la colonie El Naranjo près de Cubulco, village de recasement pour la population de Chicruz.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7097/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 15 – Population affectée et relogement prévu.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7097/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search