Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 6 : La Vallée moyenne du Rio Chixoy (Guatemala)

 | 
Alain Ichon
, 
Denise Douzant-Rosenfeld
, 
Pierre Usselmann

1ère partie. La vallée du rio Chixoy et le barrage de Pueblo Viejo : géographie et problèmes de la population déplacée par le lac de retenue (Cubulco, Rabinal, Baja Verapaz)

Chapitre II. Terroirs et économie dans la vallée

Texte intégral

  • 1 Ixcán appartient à la frange transversale du Nord, zone tropicale de colonisation de 9 000 km² engl (...)

1Pour les populations de cet arrière-pays en rapide croissance démographique, la période faste du grand élevage est terminée. L’économie locale repose essentiellement sur l’agriculture sèche (associée à l’élevage pour moitié des paysans), l’artisanat, le travail salarié, ce qui n’exclut pas l’exil définitif dans les régions colonisatrices du Nord. En 1976, la sècheresse persistante a chassé une quinzaine de familles de la zone de Chicruz vers celle d’Ixcán où elles sont restées1.

2Deux villages, Chicruz et Rio Negro, ont été étudiés dans la partie orientale de la vallée inondable (Fig. 3).

3Chicruz (898 habitants recensés en 1978), s’est installé au confluent de trois cours d’eau : le rio Chixoy, le rio Blanco (ou Calá) venant du Nord et le rio Chicruz venant du sud ; c’est un lieu de passage privilégié.

4Les rives bordées de lambeaux de terrasse ont fixé la population malgré l’encaissement des versants dont la pente est supérieure à 35° et l’étroitesse des terrains plans appelés localement vegas. Les terrasses sont largement remblayées par des colluvions descendues des versants, formant localement des cônes de pierrailles peu fertiles. Le niveau inférieur – 1 à 4 m – est inondable en cas de crue majeure. Leur largeur ne dépasse pas 50-70 mètres. C’est pourquoi le terroir de Chicruz s’étend au-delà des terrasses sur les versants raides proches dans un rayon de deux kilomètres autour du confluent (cultures et vergers) et sur les sommets aplatis des monts proches réservés aux pâtures, en général privées. Au-delà, maquis et forêt sont considérés comme terre communale libre où s’effectuent le ramassage du bois, de la chaux, la cueillette de la palme sauvage, les cultures d’appoint.

5La population (87 familles recensées à Chicruz même, une vingtaine d’autres dans les hameaux proches) s’est accrue dans les trente dernières années. Les témoins évoquent l’existence de six grandes familles seulement au début du siècle, ladinas et indigènes, qui auraient ensuite essaimé dans les vallées adjacentes, réoccupant des sites antiques comme Pueblo Viejo Cauinal. Le titre de terre sur lequel se trouve Chicruz fait référence à deux dates d’enregistrement, 1861 à 1886, sans que l’on sache l’importance de la population alors.

6La construction de la passerelle suspendue sur le rio Chixoy achevée en 1972, à l’initiative des dirigeants de la communauté, renforce la position de lieu de passage pour les piétons ou les animaux. C’est le seul signe de modernisation dans un village qui ne possède que peu de services : une école vide, deux boutiques peu achalandées, le cimetière : la présence de deux chapelles, l’une catholique, l’autre protestante, atteste la pénétration de la religion évangélique chez les ladinos.

7L’originalité de la communauté réside dans son fort degré de métissage et une compréhension assez répandue de l’espagnol chez les hommes. Le recensement national de 1973 dénombrait 175 indigènes et 107 ladinos. Ceux que l’on considère comme ladinos habitent de préférence dans des maisons au toit de tuile à une ou deux pièces (39 maisons sur 92 habitations) tandis que les indigènes occupent des cabanes en bois et chaume à pièce unique, les ranchos.

8Río Negro, 800 habitants environ, se trouve à sept kilomètres en aval de Chicruz sur le rio Chixoy ; c’est le village le plus proche du mur de barrage, à huit kilomètres à vol d’oiseau. Il s’est installé dans un élargissement de la vallée, rive droite, sur une double terrasse dominée par les versants raides et nus de la Sierra de Chuacús. La rive gauche, entaillée par les eaux bouillonnantes du fleuve, interdit tout établissement humain sauf en aval (Vega San Pablo). En amont, une gorge étroite sépare Rio Negro de Chicruz ; les relations entre les deux villages sont épisodiques ; le chemin le long du fleuve est périlleux et peu fréquenté. Les habitants de Rio Negro rejoignent directement leur commune de rattachement, Rabinal, par la montagne sans passer par Chicruz (rattaché à Cubulco). Pas de pont : en saison sèche plusieurs gués sont praticables pour le passage du bétail ; en saison humide on utilise des radeaux de calebasses pour la traversée d’une personne et d’une charge lorsque le courant n’est pas trop fort.

Fig. 4 – Coupe dans le matériel de la basse terrasse du Chixoy. Alternances de lits cendreux et de lentilles grossières à pierres ponces. Passées lacustres évidentes à lits très fins.

9La vega de Río Negro est séparée en deux parties par un éperon rocheux. Les terrasses naturelles ont été consolidées et remodelées par l’homme pour former deux niveaux. La basse terrasse, la plus large de 50 à 200 m, a été gagnée sur le lit majeur. Quelques lambeaux de terrasse isolés en aval complètent le terroir ainsi que des pâturages rive droite et rive gauche vers Los Pajales. Plus on se rapproche des rios Salamá et Carchelá en aval, plus la sécheresse s’accentue. La forêt disparaît au profit d’un maigre maquis d’épineux et de palmiers. L’érosion des versants est intense. Ces facteurs expliquent sans doute la concentration de l’habitat dans le secteur plus hospitalier de Rio Negro alors que le titre de terre s’étend largement rive droite et rive gauche. L’utilisation du terroir est identique à celle de Chicruz.

  • 2 Cf. BRETON Alain, cahier de la RCP 500, n° 1, 1979. Cette hypothèse n’aurait pu être vérifiée que p (...)

10Par contre, la population est exclusivement indigène : sur 115 familles recensées en 1978, aucune famille ladina. Chaque groupe familial occupe deux à trois ranchos remarquablement construits, tournés vers la cour intérieure, installés sur des plates-formes consolidées avec des murs de pierres sèches, à proximité immédiate du champ de maïs. La similitude entre cette forme d’habitat et les plates-formes d’habitat précolombiennes est frappante. Il existerait également une division en quartiers, sur le modèle de Rabinal. Ainsi cette communauté, qui a moins d’un siècle d’histoire, semble avoir reproduit la forme d’organisation du pueblo colonial de Rabinal, les valeurs et la conception de l’espace qui y sont attachées2. On constate la cohésion des groupes familiaux de la communauté tout entière. L’endogamie est très présente.

11Les services, comme à Chicruz, sont très réduits : l’école construite en 1977 reste sans maître. L’eau potable est recueillie comme dans tous les villages de la vallée dans des puits peu profonds creusés dans le sable des berges. Chaque puits est géré en commun par 4 ou 5 maisonnées. Le dynamisme de la communauté se marque par la création d’une coopérative de 80 sociétaires pour la commercialisation des nattes confectionnées sur place ; son succès a permis d’ouvrir dans les mêmes locaux une coopérative de consommation, sorte de café du commerce où se discutent les problèmes locaux ; on y apprend même à lire et à écrire.

12Le fléau principal est ici la sécheresse. Les pluies peuvent manquer même en hivernage. Les récoltes ne sont jamais assurées.

13Au-delà des spécificités de chaque village, les activités pratiquées par les paysans de la vallée sont très semblables.

Le système de production local3

  • 3 Correspondances entre le système de mesures guatémaltèque et le système métrique : nationalement :
    (...)

14Celui-ci repose sur l’exploitation familiale en faire-valoir direct. Le métayage, partage de la récolte moitié-moitié, est rare. La majorité des exploitations a moins de 5 manzanas (12, 5 hectares) de terres souvent médiocres. Les indicateurs économiques du tableau 1 doivent être interprétés avec prudence, basés sur le recensement du comité de reconstruction de 1978 ; les réponses sur ou sous-évaluées en fonction de l’indemnisation escomptée, ou l’absence des intéressés, ou le refus de répondre (21 % à Río Negro), faussent les résultats. La moyenne propriété est rare : 4 exploitations de plus de 15 mzs (37, 5 ha) à Chicruz, aucune à Río Negro. La grande propriété est inexistante.

15La superficie exploitée par chaque famille étant insuffisante pour la nourrir, différentes activités se combinent à l’agriculture (cf. calendrier agricole).

Fig. 5 – Les travaux du barrage. a/ Confluence du rio Carchelá, à gauche, et du Chixoy, altitude 720 m environ. Versants raides taillés dans les serpentines matelassées vers le bas par des accumulations cendreuses en cours de ravinement b/ Le barrage en cours de construction vu de l’amont . A gauche le Cerro La Campana.

TABLEAU 1 Principaux indicateurs économiques ; Chicruz et Río Negro

TABLEAU 1 Principaux indicateurs économiques ; Chicruz et Río Negro

Enquête portant sur chaque famille nominalement. Additions et pourcentages de l’auteur.

Source : Comité de Reconstruction National. Gaitán Sánchez, 1978.

La culture en hivernage

16Maïs et sorgho sont les céréales de base, souvent complantées sur la même parcelle, sans engrais chimique pourtant largement utilisé dans les bassins alentour depuis les années 60. La pratique de la jachère longue s’est maintenue. La pauvreté, le caractère aléatoire des récoltes et la pratique de la vaine pâture en saison sèche n’incitent pas à l’emploi de fertilisants coûteux. Les rendements du maïs sont souvent plus faibles que ceux du sorgho : 0, 5 à 1 quintal par cuerda contre 2 à 3. La robustesse du sorgho lui permet de terminer son cycle végétatif sans eau au début de la saison sèche. C’est pourquoi son emploi s’est généralisé au point de concurrencer le maïs.

17Le haricot est le complément du maïs dans l’alimentation quotidienne : il se cultive soit seul, sur de bonnes terres, soit complanté. Une faible portion du terroir est utilisée pour une récolte secondaire de tomates et de piments. La culture de l’arachide, seule culture spéculative, a pris un essor récent ; mais la cacahuète de bouche demande à être plantée seule, bien entretenue, avec l’apport d’engrais. Les arbres fruitiers dans les jardins offrent un complément local.

L’élevage

18L’élevage bovin s’est maintenu, vu l’abondance des terrains de parcours dans les montagnes communales. Mais la sécheresse, l’érosion et l’étroitesse des vallées où se tient le troupeau de novembre à mai en limite la taille : 1 à 3 têtes par famille, 20 au maximum. Déjà plus de la moitié des exploitants ne possèdent pas ou plus de gros bétail. Lorsque les éleveurs ne possèdent pas de pâtures privées, ils joignent leurs animaux au troupeau commun dont la surveillance est assurée à tour de rôle, en particulier à Rio Negro. La pratique de la vaine pâture maintient les traditions communautaires et l’absence de clôtures. En 1978, chacun des deux villages possédait 600 têtes.

19La très grande majorité des paysans élève des volailles et des porcs pour se procurer de l’argent frais.

Fig. 6 – Le franchissement des cours d’eau en saison des pluies. a/ Radeau de calebasses à El Jocote. b/ Franchissement du rio Salamá à Los Encuentros (photo E. Shook).

Fig. 7 – Titres communaux.

TABLEAU 2 Calendrier agricole (Chicruz, Río Negro)

TABLEAU 2 Calendrier agricole (Chicruz, Río Negro)

Fig. 8 – La population indienne de la vallée. a/ Famille de Chicruz : trois générations. b/ Famille de Río Negro.

20Enfin, la pêche est pratiquée par tous épisodiquement.

L’artisanat

21L’artisanat de la palme est une spécialité de la vallée. La palme sauvage est récoltée toute l’année dans les montagnes proches. Le recensement officiel de 1978 sous-estime l’artisanat à Río Negro où il est pratiqué toute l’année par les hommes, les femmes et les enfants, alors qu’à Chicruz il s’agit d’une activité intermittente pratiquée par les femmes, surtout indiennes. Une natte peut être confectionnée en un jour et vendue entre 0, 75 et 1, 50 Quetzal pièce selon la qualité. Mais l’éloignement des marchés (5 à 7 heures à pied) limite la production. La coopérative de Rio Negro par contre permet une production toute l’année avec l’assurance que les produits seront vendus.

Le travail salarié

22Avec l’artisanat, le travail salarié est un complément indispensable. Très peu de journaliers trouvent à se louer sur place (0, 4 Quetzal par jour, repas inclus). Le seul recours est le travail temporaire dans les plantations de la côte pour 80 % des familles. Dans ce cas un membre de la famille part pour un mois (Chicruz) ou toute la famille part pour 1 à 2 mois pour la récolte du coton (Río Negro). Le tableau 3 résume les caractères du travail temporaire : pratique de l’avance sur salaire, lieux de destination, etc...

TABLEAU 3 Travail temporaire dans les plantations

TABLEAU 3 Travail temporaire dans les plantations
  • 4 Les bas salaires pratiqués dans les plantations (1 à 1, 5 Q. par jour) souvent moitié moins pour le (...)

23Le travail dans les plantations de coton est réputé plus malsain que celui du café ou de la canne, et le plus mal payé ; seuls les plus pauvres y vont. Autrefois, les départs se faisaient en camions, aujourd’hui en bus. Mais les revenus procurés par le travail salarié restent limités : aucun travailleur n’est rentré avec plus de 80 Quetzals pour 60 jours de travail, ou 65 Q. pour une période de 30 jours, ce qui fait un gain moyen de 33 Q. par séjour4.

Une production insuffisante

24La combinaison des différentes activités mentionnées (agriculture-élevage-artisanat-travail salarié), l’apport de quelques ressources par le commerce temporaire (activité fréquente à Río Negro) ne permet pas de dépasser pour la plupart des familles 500 à 600 Quetzals par an (Gaitán Sanchez, 1978). Trois à quatre propriétaires à Chicruz dépassent 2 000 Quetzals, possèdent plus de 10 têtes de bétail et plus de 15 manzanas de terres cultivables. Ils font figure d’exception, sans pouvoir être considérés véritablement comme des riches : même mode de vie rudimentaire, même alimentation, mais leurs fils comme eux-mêmes sont alphabétisés. La différenciation des revenus est moins nette à Río Negro. Globalement, la vallée permet de produire la moitié de la consommation alimentaire des habitants. L’autre moitié est achetée avec les revenus procurés par l’artisanat, l’élevage, le travail salarié.

25Cependant, la possibilité de défricher une terre nouvelle dans la montagne “communale” si nécessaire (malgré les rendements bas et la sécheresse), la proximité des terres cultivées (terrasses ou pentes adjacentes) et des maisons entourées d’arbres fruitiers, la proximité de l’eau du fleuve pour l’alimentation quotidienne et la lessive, les réserves non limitées de pâtures pour bovins et chevaux, de bois pour chauffage et bois d’œuvre, l’importance de la récolte de palme sauvage pour l’artisanat de la natte dont les gains sont décisifs dans le budget familial, enfin l’appoint occasionnel de poissons dans l’alimentation, ces différents éléments se combinant avec l’attachement traditionnel des paysans à la terre, source de vie, d’équilibre familial, d’enracinement de la communauté, au-delà de la pauvreté globale, sont des raisons suffisamment impérieuses pour retenir dans la vallée ces habitants et leurs enfants. C’est cet équilibre patiemment construit qui est détruit par l’inondation de la vallée. C’est à cette réalité vécue qu’il faut mesurer le traumatisme du transfert pour la population.

Fig. 9 – Pratiques religieuses. a/ La messe en plein air à Xococ le jour du marché. b/ Transport de la Vierge de Candelaria à Chitomax.

Fig. 9 – Pratiques religieuses. a/ La messe en plein air à Xococ le jour du marché. b/ Transport de la Vierge de Candelaria à Chitomax.

Notes

1 Ixcán appartient à la frange transversale du Nord, zone tropicale de colonisation de 9 000 km² englobant le Nord des départements de Huehuetenango, El Quiché et Alta Verapaz. Au départ, cette région ne fut considérée que comme une zone de simple colonisation de terres vierges. Il s’agissait d’y établir les excédents de population agricole de la côte Sud et des hautes terres Indiennes soumises à une forte pression démographique et à un déficit économique, comme substitut à l’arrêt de la réforme agraire (renversement du gouvernement Arbenz, 1954). Selon ces plans, la Frange du Nord devait se convertir en grenier du pays. Elle attira effectivement une masse de petits paysans minifundistes chassés par la misère. Mais la colonisation va ensuite passer au second plan, au profit de l’exploitation des mines de nickel (Cie EXMIBAL) et des puits de pétrole (Cie SHENANDOAH), avec investissements massifs ; ceux-ci ont contribué à survaloriser des terres qui pendant des siècles avaient été délaissées. Le résultat est que des milliers de paysans, surtout indiens (200 000 personnes y habitent) ont été dépouillés des terres qu’ils avaient péniblement défrichées au profit des militaires au pouvoir devenus propriétaires fonciers (ils trouvent là la possibilité de s’enrichir sans toucher aux intérêts traditionnels de l’oligarchie), ou des compagnies étrangères. C’est en direction de cette zone que s’inscrit le développement d’infrastructures de grande ampleur comme le barrage hydro-électrique du Chixoy, grâce à des financements obtenus par l’Etat auprès des agences internationales. C’est tout cela qui explique la logique du massacre des paysans de PANZOS en mai 1978 et le mécontentement de milliers de paysans de la région. Cette région continue à représenter pour les paysans pauvres des hautes terres, de CHICRUZ par exemple, un espoir de devenir propriétaire ; c’est pourquoi plusieurs familles de Chicruz ont demandé à l’INDE l’indemnisation de leurs parcelles inondées pour aller s’établir à IXCAN.

2 Cf. BRETON Alain, cahier de la RCP 500, n° 1, 1979. Cette hypothèse n’aurait pu être vérifiée que par une enquête ethnologique qui n’a pas eu lieu, vu la situation de guerre.

3 Correspondances entre le système de mesures guatémaltèque et le système métrique : nationalement :
Image 100000000000030C000001C6F598A9B0E37DA68C.jpg
localement:
Image 10000000000001C400000052B4731F24D584D80C.jpg

4 Les bas salaires pratiqués dans les plantations (1 à 1, 5 Q. par jour) souvent moitié moins pour les femmes, souvent dépendant du poids du produit récolté (dont la pesée dépend des contremaîtres du patron) ont motivé la longue grève de 80 000 travailleurs temporaires en février 1980 ; ceux-ci ont obtenu 3, 20 Q. pour 52 livres de café (comparables pour la canne et le coton).

Table des illustrations

Légende Fig. 4 – Coupe dans le matériel de la basse terrasse du Chixoy. Alternances de lits cendreux et de lentilles grossières à pierres ponces. Passées lacustres évidentes à lits très fins.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 5 – Les travaux du barrage. a/ Confluence du rio Carchelá, à gauche, et du Chixoy, altitude 720 m environ. Versants raides taillés dans les serpentines matelassées vers le bas par des accumulations cendreuses en cours de ravinement b/ Le barrage en cours de construction vu de l’amont . A gauche le Cerro La Campana.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7092/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre TABLEAU 1 Principaux indicateurs économiques ; Chicruz et Río Negro
Légende Enquête portant sur chaque famille nominalement. Additions et pourcentages de l’auteur.
Crédits Source : Comité de Reconstruction National. Gaitán Sánchez, 1978.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7092/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 6 – Le franchissement des cours d’eau en saison des pluies. a/ Radeau de calebasses à El Jocote. b/ Franchissement du rio Salamá à Los Encuentros (photo E. Shook).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7092/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 7 – Titres communaux.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7092/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre TABLEAU 2 Calendrier agricole (Chicruz, Río Negro)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7092/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 8 – La population indienne de la vallée. a/ Famille de Chicruz : trois générations. b/ Famille de Río Negro.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7092/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre TABLEAU 3 Travail temporaire dans les plantations
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7092/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. 9 – Pratiques religieuses. a/ La messe en plein air à Xococ le jour du marché. b/ Transport de la Vierge de Candelaria à Chitomax.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7092/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search