Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 6 : La Vallée moyenne du Rio Chixoy (Guatemala)

 | 
Alain Ichon
, 
Denise Douzant-Rosenfeld
, 
Pierre Usselmann

1ère partie. La vallée du rio Chixoy et le barrage de Pueblo Viejo : géographie et problèmes de la population déplacée par le lac de retenue (Cubulco, Rabinal, Baja Verapaz)

Chapitre I. La vallée du Rio Chixoy : un arrière-pays pour les communes de Cubulco et de Rabinal

Texte intégral

Les limitations du milieu physique1

  • 1 Pour une étude plus complète de la géographie physique de la vallée on se reportera à P. USSELMANN (...)

1La vallée du rio Chixoy – et surtout le secteur concerné par cette étude – est profondément encaissée au Nord des bourgs de Cubulco et de Rabinal. Toute la région est caractérisée par une importante sécheresse : le climat tropical (latitude 15° Nord) avec alternance d’une saison sèche (d’octobre à mai) et d’une saison humide ou hivernage (mai à octobre) prend ici une nuance très sèche, surtout en fond de vallée (moins de 700 mm de pluie par an). La saison des pluies est souvent écourtée, ou entrecoupée de longs passages sans eau, ce qui peut compromettre ou annuler les récoltes. Trois unités physiques principales peuvent être distinguées dans cette région, la vallée elle-même en constituant une.

2La première unité correspond à la retombée septentrionale de la Sierra de Chuacus (entre 1 000 et 2 000 m) au Sud de la vallée et, au Nord, à la retombée méridionale du massif des Cuchumatanes qui s’élève à 2 617 m au-dessus de la vallée du rio Chixoy (Montañas Chimiagua et Los Pajales). Les hauteurs de la Sierra de Chuacus sont essentiellement composées de micaschistes et de gneiss avec quelques lentilles de marbres (séries Chuacus, pré-jurassiques), percés de quelques stocks de granites nettement plus récents. Les Montañas Chimiagua et Los Pajales sont constituées par d’importantes montées de serpentines ultra-basiques rapportées à la fin du Crétacé et au début du Tertiaire, donnant de vastes affleurements résistants et très diaclasés le long des grands accidents Nord-Ouest-Sud-Est qui caractérisent toute cette région et guident en grande partie les affleurements géologiques et les grands axes de drainage comme la vallée du rio Chixoy. Cette unité montagneuse constitue un arrière-pays pour les habitants de la vallée et de toute la région, réserve de bols, de pâture, de cultures d’appoint, de palme sauvage (matière première de l’artisanat local) ; il en est ainsi des communes du Sud (Cubulco, Rabinal, Xococ, San Miguel Chicaj, San Gabriel, San Francisco, Camalmapa) ou du Nord (Uspantan, San Cristobal).

3– Entre 1 300 et 2 600 m, les versants dominants et les crêtes qui baignent dans une humidité constante entre mai et octobre doivent recevoir une quantité de précipations comprise entre 1 000 et 1 500 mm par an. De forme généralement concave, ces versants portent souvent une bonne couverture d’altérites et une forêt de chênes ou de pins dominants, à sous-bois abondant et régulièrement pâturé en hivernage. Dans les meilleures conditions d’exposition aux alizés humides, ces caractéristiques peuvent descendre jusqu’à 1 000 m d’altitude (Ouest de Cubulco) tandis que les défrichements anthropiques ou les problèmes d’exposition font parfois disparaître ces caractéristiques dès 1 500 m.

4On relève un peu de solifluxion sur ces versants, mais pratiquement pas actuelle, de la suffusion et, sur les calcaires, une évolution karstique qui se traduit par un développement de lapiés et quelques dolines : les affleurements calcaires donnent des convexités faisant ressaut sur les versants, dues à une résistance plus grande de ces roches à l’altération que celle des micaschistes ; ils donnent aussi des blocs qui jalonnent le versant. Les températures moyennes se situent entre 15 et 20°. La couverture d’altérites diminue d’épaisseur sur les calcaires et les granites et disparaît parfois totalement par ruissellement ; des cendres volcaniques sont parfois mélangées aux altérités.

  • 2 On se réfèrera à la typologie établie pour la région de San Andrés Sajcabajá par O. DOLLFUS et D. D (...)

5Utilisé de manière extensive pour des cultures temporaires en “terre froide” (la maturation des grains, en particulier du maïs, y est plus longue), ce géo-faciès2 l’est également pour le pâturage des troupeaux de bovins des régions avoisinantes, le bois d’œuvre et de chauffage. Le peuplement n’y est pas permanent.

6– La partie la plus basse des versants et les collines des bords des bassins (1 000 – 1 500 m) sont nettement plus secs et plus chauds. Comme dans les bassins, la température moyenne est de 20-22° et les précipitations doivent se situer à un maximum de 1 000 mm/an. La végétation est beaucoup moins abondante, constituée par un maquis clairsemé de plantes odorantes, de buissons épineux, de jacarandas, localement colonisé par des palmiers sauvages. L’absence d’altérites est générale. Souvent, ces pentes sont raclées et nues, à maigre pâture d’hivernage sur les versants adrets (Pasulup, Los Pajales). Le ruissellement superficiel et le ravinement y sont intenses, les formes de versant convexes. Au pied des affleurements calcaires on note la présence de tufs et croûtes calcaires (caliche). De ces versants, lorsqu’ils dominent les bassins intérieurs, partent des glacis tendus qui aboutissent au niveau supérieur des remblaiements de cendres volcaniques. Les pentes raclées et nues sont situées à proximité des sites archéologiques et malgré des videurs de 30 à 40°, de pauvres cultures s’y accrochent, proches des villages et hameaux installés dans les vallées. Ce géo-faciès est dominant à proximité directe de la vallée du rio Chixoy et de la partie basse des vallées de ses principaux affluents. Le peuplement y est très dispersé, voire inexistant et ce n’est que vers la partie la plus élevée du géo-faciès que des défrichements récents et très localisés, avec cultures permanentes et élevages actifs, accompagnent des hameaux indigènes (Chivaquito, Paxec, Belejub, Xuaxan).

7La deuxième unité correspond aux bassins intérieurs déprimés par rapport à la Sierra de Chuacus et au massif des Cuchumatanes (bassins de San Andrés Sajcabajá, Cubulco, Rabinal, Xococ, San Miguel Chicaj, Salamá). Ces bassins intérieurs, situés entre 1 200 et 900 m, sont remblayés par des fortes épaisseurs de cendres volcaniques actuellement très entaillées par le réseau hydrographique qui atteint la roche en place.

8Ils conservent les principaux foyers de peuplement anciens et actuels dont les plus proches du secteur étudié de la vallée sont Cubulco (population du bourg 2 100 habitants), Xococ et Rabinal (population du bourg 5 000 habitants). Les précipitations ne doivent pas dépasser souvent 750 mm par an avec des températures moyennes de 20-22° et il est donc nécessaire de recourir à une irrigation de complément pour les cultures. De nombreux puits ont été percés à travers les cendres ou dans les alluvions des terrasses et cônes. Par ailleurs, comme le réseau hydrographique est nettement entaillé dans la surface générale de ces bassins, il est rarement possible de recourir à une irrigation par gravité, sauf à la périphérie des bassins. Le ruissellement est limité par les pentes et la porosité du matériel cendreux. Par contre, on note une évolution rapide par suffusion à partir des talwegs, provoquant la formation de barrancos dont la tête à parois raides et hautes (10 m de profondeur, 3 m de large) recule à chaque saison des pluies. On assiste ainsi à un morcellement de la surface initiale du remblaiement, formant des séries de lanières à surface relativement horizontale. A proximité des versants, le ruissellement devient plus important et, par décapage, peut dégager l’horizon de concentration à oxydes de fer caractéristique de l’évolution podzolique de ces cendres qui forme alors une couche imperméable, dure et stérile. Dans les nombreuses dépressions qui parsèment la surface de remblaiement, on note également des phénomènes d’hydromorphie et de mauvais drainage. Ces bassins intérieurs ne dominent pas directement la vallée du rio Chixoy sauf en amont de la région d’étude (bassin de San Andrés Sajcabajá).

9La vallée proprement dite du rio Chixoy forme un profond cañon à l’intérieur des unités précédentes, et au détriment de formations sédimentaires d’âge carbonifère (séries Sacapulas, grès conglomératiques tendres) à crétacé (séries Cobán et Campur, calcaires et dolomies plus résistantes mais bréchiques, fracturés et karstifiés). Ces formations sédimentaires sont percées par les montées granitiques et les serpentines plus récentes. Le rio Chixoy s’est fortement encaissé dans ces formations puisque le fond de la vallée va de 720 m (site du barrage) à 890 m à l’amont de la région étudiée alors que les hauteurs qui le dominent directement atteignent 1 500 m à proximité du barrage dans les serpentines et un peu moins dans les dolomies et calcaires, et 2 600 m dans la Montaña Chimiagua en amont (serpentine). Sur ce trajet, les deux affluents principaux, le rio Chicruz au Sud qui draine le bassin de Cubulco et de Rabinal, et le rio Blanco ou Calá au Nord, forment eux-mêmes des gorges profondes dans les dolomies et calcaires crétacés ainsi que dans les serpentines pour se raccorder au fleuve principal. Ainsi apparaît-il très nettement que cette vallée constitue une nette coupure à l’intérieur des unités décrites précédemment, coupure profonde et très étroite. En effet, cette étroitesse est une caractéristique générale, laissant la plupart du temps le seul espace disponible au lit majeur du rio Chixoy. Les seuls élargissements notables (quelques centaines de mètres au maximum) correspondent le plus souvent aux confluences les plus importantes et aux restes d’accumulations alluviales anciennes qui s’y sont conservées (Chicruz, los Encuentros, confluences des rios Agua Fría et Carchelá). Ailleurs, c’est essentiellement dans les rives concaves des méandres encaissés que de telles accumulations ont pu être mises en place et se maintenir, où elles ont constitué, jusqu’à la construction du barrage, autant de petits terroirs cultivables pour les hameaux de fond de vallée (Guaynep, Chisajcap, Río Negro). Le mur du barrage, établi à Pueblo Viejo immédiatement en aval de la confluence du rio Carchelá, a été construit à l’entrée d’un étroit défilé dans des dolomies et calcaires karstifiés percés de serpentines.

10Cette vallée est très sèche et doit recevoir certainement moins de 700 mm d’eau par an du fait de son encaissement. Soumise à d’importants contrastes de température, en raison également de sa profondeur (inversion de températures la nuit, chaleur torride dans la journée), elle ne doit sa faible occupation humaine que grâce aux quelques dépôts alluviaux récents et anciens qui ont pu subsister au-dessus d’un lit majeur parcouru par des crues aussi fortes que rapides. Des placages de cendres se retrouvent sur les versants, fossilisant aussi bien des restes alluviaux que des calcaires profondément karstifiés : ces cendres sont parfois altérées, mais le plus souvent de couleur blanche, atteignant des épaisseurs considérables comme à la confluence du rio Carchelá et du rio Chixoy ; elles constituent soit les restes ruisselés d’accumulations plus importantes, soit les restes d’accumulations lacustres temporaires lors des barrages éphémères du fleuve. Trois niveaux de terrasses et cônes (jusqu’à environ 100 m au-dessus du fond de vallée) ont pu être notés ; avec les placages cendreux, ces niveaux forment le meilleur des petits terroirs agricoles – parfois irrigués – y compris la basse terrasse subactuelle recouverte lors des grandes crues. En effet, la dynamique du rio Chixoy est et a été depuis longtemps caractérisée par des crues du type laves torrentielles dont les effets sont d’élever brusquement le niveau des eaux de quelques mètres alors que sont mobilisés des blocs pouvant atteindre et dépasser le mètre cube. De nombreuses sources apparaissent en fond de vallée, vraisemblablement liées aux phénomènes karstiques mais peut-être aussi à des remontées d’eaux thermales car les températures peuvent être relativement élevées. Tufs et travertins recouvrent les parois calcaires et sont fonctionnels. Ces versants très raides, jusqu’à atteindre la verticalité, parfois encroûtés de caliche, sont toutefois cultivés jusqu’à des valeurs de pente de 45° ; maïs, courges et haricots sont semés à l’aide d’un bâton à fouir et donnent de faibles rendements diminués encore par l’importance du ruissellement lors des orages.

11De telles caractéristiques permettent d’expliquer un peuplement limité et discontinu du fond de la vallée du rio Chixoy et de ses affluents, des passages en gorges séparant les différents villages ou hameaux (en particulier les villages les plus importants de Chicruz et de Río Negro). C’est ce fond de vallée, géofaciès particulier, qui est bouleversé par la mise en eau du barrage.

Axes de circulation

12La vallée du rio Chixoy est à l’écart des grands axes de circulation routière, tant du département du Quiché (route de Sacapulas à Cobán, via Uspantán au Nord) que de celui de la Verapaz (Rabinal à Ciudad Guatemala, par el Chol, au Sud : Cobán-Ciudad Guatemala à l’Est) – cf. fig 2 –. Pas de route au-delà de Xococ et Cubulco, pas de pont pour franchir le fleuve, sauf une passerelle pédestre à Chicruz depuis 1972. Aucune route asphaltée ne pénètre dans l’arrière-pays. En saison sèche, le rio Chixoy se franchit à gué. En hivernage, le courant et la largeur du fleuve rendent périlleuses les traversées en radeau de calebasses. Il ne semble pas qu’il ait existé de grands chemins muletiers Nord-Sud permanents comparables au camino real à l’époque coloniale, traversant le fleuve à la hauteur de Chiboy (commune de San Andrés Sajcabajá, Quiché, plus à l’ouest), ni un axe de circulation pédestre et/ou muletier suivant le fond de cette grande vallée ; au contraire, l’étroitesse de celui-ci oblige souvent à de longs détours. Par contre, existe une multitude de “chemins de contrebandiers”, appelés localement caminos de los cobaneros, reliant Cubulco et surtout Rabinal au pays de Cobán (Alta Verapaz). Le fleuve n’est pas pour autant une barrière infranchissable lorsque les trajets se font à pied ou à mule. Nous avons constaté une intense fréquentation des chemins. Les relations économiques entre la vallée et la montagne au Nord d’une part, les bassins du Sud d’autre part, sont très vivantes. Mais l’absence de routes limite les productions agricoles à un usage local, à l’autoconsommation, les éventuels surplus étant difficiles à transporter.

Peuplement et histoire (titres de terre)

  • 3 Rapport du Dr. Gustavo Adolfo GAITAN SANCHEZ, “Las comunidades de la cuenca del Río Negro o Chixoy(...)

13L’isolement de cette région, la sécheresse relative, les pentes râclées et les faibles surfaces planes cultivables, l’absence d’irrigation ; ces différents éléments peuvent expliquer le faible peuplement actuel de la vallée (34 habitants/km2)3. Il n’en a pas toujours été de même.

Une vallée très peuplée à l’époque précolombienne

  • 4 Alain ICHON, rapport sur la troisième campagne de fouille de la RCP 500, CNRS, 1979.

14Alain ICHON4 fait état d’une occupation importante et continue de la vallée depuis le Préclassique moyen, vers 500 avant J.C., jusqu’à l’arrivée des Espagnols, en particulier d’une phase tardive d’occupation très dense autour de la ville de Pueblo Viejo-Cauinal (2 500 à 3 000 personnes) avec relais de peuplement tous les trois à quatre kilomètres entre Cauinal et Sacapulas : “le site est énorme, absolument hors de proportion avec les ressources alimentaires locales qui permettent à peine à dix familles de survivre aujourd’hui. Les habitants du centre de Cauinal, qui sans doute n’étaient pas des agriculteurs (on ne trouve dans les habitations ni grenier, ni silo, ni grande Jarre à grain) devaient donc compter sur une aide extérieure pour leur subsistance...”.

15La courte reconnaissance que nous avons effectuée au Nord-Ouest de Cauinal (Pasulup, Chivaquito, Los Pajales) a permis de constater la fréquence et la densité des versants convexes râclés et nus à pendage fort dans ce secteur ; le sol a pratiquement disparu. On peut émettre l’hypothèse que cette phase rhexistasique intense est probablement liée à l’agriculture maya, peut-être avec un climat plus humide qu’actuellement. Il est fort douteux que le décapage des sols date de l’époque coloniale, même si le surpâturage a pu accentuer le phénomène. Cependant, même une utilisation intense de ces pentes pendant des siècles ne permet pas de penser que la population précolombienne de Cauinal pouvait se nourrir uniquement sur les terres limitrophes. L’hypothèse d’une forte organisation sociale permettant de drainer tribut sur une large région paraît plus vraisemblable.

Un espace abandonné pendant la colonisation

  • 5 Michel BERTRAND, “La terre et les hommes : étude de la société rurale en Basse Verapaz, XVIème-XIXè (...)

16La région de Cauinal dut ensuite être abandonnée après la défaite des Quiché et des Rabinaleb devant les Espagnols et le regroupement des indigènes dans les villages de réduction de Rabinal et de Cubulco au milieu du XVIIème siècle. “Dans les années 1550- 1560 la réduction de la population de la région était sans doute chose faite ; et jusqu’à la fin du XVIIème siècle, la diminution puis la stabilisation du nombre d’habitants n’encouragèrent certainement pas à la dispersion (…). Les sites d’habitat de la vallée du Chixoy ont été retrouvés dans un remarquable état de conservation. Cela n’aurait sans doute pas été possible si la vallée avait continué à être occupée de façon permanente” (M. BERTRAND, 19815). Cet arrière-pays constitua une tierra baldía sous la colonisation, à vocation d’élevage, au profit des villages voisins ; ce qui n’implique pas l’absence d’un peuplement plus lâche d’agriculteurs.

17Dès le début du XVIIIème siècle, avec la reprise de la croissance démographique et une certaine destruction du système colonial (fuite des indiens devant le paiement du tribut et infiltration plus efficace des ladinos en terre indienne), les villages indiens cherchent à obtenir de nouvelles terres cultivables ou à les récupérer. Ainsi les gens de Cubulco – communauté villageoise, particuliers ou religieux – accrurent leur influence vers le Nord, au-delà du rio Chixoy, faisant reconnaître légalement leur occupation en propriété communale (finca Chimiagua “achetée au roi d’Espagne”, 269 cabellerías), ou privée, laissant au passage des “blancs” au statut mal défini.

Un peuplement récent

18Le XIXème siècle, avec l’indépendance, se traduit par une privatisation lente mais presque générale des terres, par la dispersion des populations indiennes et par l’augmentation du nombre des ladinos dans les villages indiens jusque-là interdits. Les nouvelles lois d’accession à la propriété, en particulier sous le gouvernement Barrios (1873-1885), favorisent un vaste mouvement de dénonciation des tierras baldías par des gens du Quiché, de Baja Verapaz, etc… ; il s’agit le plus souvent de miliciens ladinos, le service militaire jouant pour les métis un rôle décisif pour l’obtention d’une reconnaissance sociale.

19On assiste à l’appropriation définitive des terres autrefois considérées comme libres et à l’octroi de nouveaux titres dans la vallée du Chixoy aux environs de 1900 (finca Los Pajales, 142 caballerías, 1906 ; finca Río Negro ; finca Camalmapa) ou à la confirmation de titres plus anciens (finca Chimiagua 1773-1900 ; finca Cauinal 1861-1886). En même temps, un certain nombre de parcelles étaient démembrées des communautés indigènes précitées pour le compte généralement des ladinos des bourgs.

20De nouveaux habitants venus des communes de Rabinal (Río Negro, Los Pajales), de Cubulco (Chicruz, Pasulup, Chivaquito), tant indigènes que ladinos fondèrent donc au début du XXème siècle définitivement les hameaux et villages de la vallée, renforçant les occupations fin-coloniales (Chicruz ?) ou plus sûrement créant de nouveaux foyers de peuplement localisés sur les sites précolombiens. En ce qui concerne les populations d’origine indigène, on peut parler d’une “véritable reconquête, ces populations retournant sur des terres que leurs ancêtres avalent dû abandonner sous l’effet de la réduction menée par les dominicains” (M. BERTRAND). Ainsi, même si ces communautés sont de formation récente, la possession et la gestion d’un titre de terre commun renforce les liens. Ceci peut expliquer la forte cohésion du village de Río Negro, exclusivement indigène et sa réaction collective de rejet face au déménagement.

21Jusqu’à la première moitié du XXème siècle, la fonction d’élevage constitua la dominante de l’arrière-pays. Mais les descendants actuels ne sont plus assurés comme leurs ancêtres, possédant jusqu’à cent têtes de bétail par famille, de trouver terrains et pâtures en abondance. Le régime de la terre reste communal, chaque paysan étant censé payer l’impôt dit du tres por millar aux autorités locales gérant les titres ; mais les meilleures terres, les terrasses planes en bordure du fleuve, sont considérées comme privées sans que la majorité des occupants détiennent un document ou une écriture.

22Comme dans les régions voisines du Quiché (San Andrés Sajcabajá, Canllá…), la tendance est à l’appropriation privée des communaux, ce qui entraîne des conflits d’intérêts entre les éleveurs de Cubulco voulant continuer à faire paître leurs troupeaux dans les communaux “libres” et les habitants des villages de la vallée ou des pentes proches (Chicruz, Pasulup, Chivaquito). Ces derniers devenus plus nombreux, surtout agriculteurs, sont désireux de protéger leurs cultures des dégâts provoqués par le bétail laissé sans surveillance en hivernage. Ces tensions se traduisent par un mouvement rapide d’enclosure des parcelles cultivables dans la montagne, et par l’organisation des habitants de la vallée. Ceux de Chicruz, Chivaquito, Chirramos ont fait reconnaître en 1961 leur droit à gérer les titres de Chimiagua et Cauinal contre la municipalité de Chimiagua et Cauinal contre la municipalité de Cubulco. Pour autant, les éleveurs des communes du Sud continuent à venir faire paître leurs troupeaux (commune de Rabinal) cultivent également les pentes arides du Cerro Xocoyán, au-delà de Chicruz, ou viennent récolter la palme sauvage. Les gestionnaires des titres de Chimiagua et Cauinal contestent également l’implantation du village indigène de Los Pajales dont les habitants furent chassés pendant trois ans jusqu’à la légalisation des limites de leur titre de terre en 1977.

23La gestion des terres dites communales, les conflits qui en découlent, compliquent le problème du déménagement d’une partie des résidents, ceux qui habitent les terres inondables et veulent conserver leurs droits.

Une population jeune

24L’enquête de Gaitán SANCHEZ sur la population à déménager révèle un grand dynamisme démographique : huit personnes en moyenne par famille. Les habitants se déclarent en majorité indigènes (75 %) et parlent alors le quiché ou le quiché-achi. Ils sont jeunes (79 % ont moins de 30 ans) mais ont une très faible espérance de vie (32 ans). La natalité reste forte (45‰), la mortalité aussi (27‰), en particulier la mortalité infantile. Il en résulte un accroissement annuel de 3, 7 %.

25L’isolement est encore accentué par la faiblesse de l’infrastructure administrative : aucun poste de santé permanent, aucun médecin, deux écoles en tout et pour tout dans la vallée, à Chicruz et Río Negro, mais sans maître. Ainsi 1, 65 % des personnes interrogées savaient un peu lire et écrire : 98 % sont analphabètes. C’est la raison pour laquelle 68 % de la population est classée active, les enfants étant peu scolarisés et travaillant dès leur plus jeune âge.

26La marginalisation et la pauvreté expliquent peut-être l’important et actif métissage existant dans certains secteurs : Chivaquito en montagne, Chicruz dans la vallée. Ce métissage coexiste avec des communautés entièrement indigènes comme Rio Negro.

Fig. 3 — a/ Le bassin de Rabinal (partie ouest) et les versants de la Sierra de Chuacus vus du Cerro Cahyup. Bassin remblayé par cendres volcaniques.
b/ Fond de la vallée du Chixoy vers 900 m d'altitude. Lit à laves torrentielles, cultures de maïs sur les restes de la basse terrasse. Grands décollements-éboulements dans les petits bassins torrentiels affluents.

Notes

1 Pour une étude plus complète de la géographie physique de la vallée on se reportera à P. USSELMANN “Les milieux physiques des environs de Rabinal”, Cahier de la RCP 500 n° 1, 1979, et à “Les milieux physiques de la vallée du Rio Chixoy”, Cahier de la RCP n° 3, 1981, articles accompagnés de cartes détaillées. On se reportera également à la bibliographie citée dans ces articles.

2 On se réfèrera à la typologie établie pour la région de San Andrés Sajcabajá par O. DOLLFUS et D. DOUZANT dans “Les paysages de San Andrés Sajcabajá et leur organisation”, Cahiers des Amériques Latines, n° 11, p. 7-26, 1975, Paris, et à celle présentée par P. USSELMANN dans les deux articles cités ci-dessus, parus dans les Cahiers de la RCP 500 (1979 et 1981).

3 Rapport du Dr. Gustavo Adolfo GAITAN SANCHEZ, “Las comunidades de la cuenca del Río Negro o Chixoy”, 1978, Comité de Reconstrucción Nacional, Guatemala.

4 Alain ICHON, rapport sur la troisième campagne de fouille de la RCP 500, CNRS, 1979.

5 Michel BERTRAND, “La terre et les hommes : étude de la société rurale en Basse Verapaz, XVIème-XIXème siècle”, cahier de la RCP 500 n° 3, 1981.

Table des illustrations

Légende Fig. 3 — a/ Le bassin de Rabinal (partie ouest) et les versants de la Sierra de Chuacus vus du Cerro Cahyup. Bassin remblayé par cendres volcaniques.b/ Fond de la vallée du Chixoy vers 900 m d'altitude. Lit à laves torrentielles, cultures de maïs sur les restes de la basse terrasse. Grands décollements-éboulements dans les petits bassins torrentiels affluents.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7087/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search