Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 6 : La Vallée moyenne du Rio Chixoy (Guatemala)

 | 
Alain Ichon
, 
Denise Douzant-Rosenfeld
, 
Pierre Usselmann

La vallée moyenne du Rio Chixoy (Guatemala)

Occupation préhispanique et problèmes actuels

Alain Ichon

Texte intégral

Avant-Propos

1En janvier 1978 fut créée, dans le cadre du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), une formation baptisée Recherche Coopérative sur Programme N° 500 (R.C.P. 500) dont l’objectif était “l’étude pluridisciplinaire de la vallée moyenne du rio Chixoy (Guatemala) en liaison avec un programme de sauvetage des sites archéologiques condamnés par la construction du barrage hydro-électrique de Pueblo Viejo-Quixal”.

  • 1 Ont participé aux travaux de la R.C.P. 500, outre les archéologues, Pierre Usselmann (géomorphologu (...)

2Les travaux de cette équipe allaient durer cinq ans, avec des aléas dus à la situation politique troublée du Guatemala et au développement de la violence dans la région étudiée, région qui couvre essentiellement le département de Baja Verapaz. Si les archéologues purent mener à bien jusqu’au début de 1982 leurs activités sur le terrain, les autres membres de la mission scientifique, géographes, ethnologue et historiens1, durent se limiter dès 1980 à l’exploitation des données recueillies et, pour ces derniers, à des recherches d’archives à Ciudad Guatemala, au Mexique et en Espagne.

3Le présent ouvrage est une synthèse des résultats de six campagnes de fouilles archéologiques effectuées de 1977 à 1982 dans la zone de retenue du barrage de Pueblo Viejo Quixal, sur le rio Chixoy (ou rio Negro). Nous avons tenu à la faire précéder d’une présentation détaillée, par P. Usselmann et D. Douzant-Rosenfeld, de la géographie physique de cette région et de la population qui l’occupait juste avant la mise en eau du barrage, population aujourd’hui “déplacée” après avoir dû abandonner ses foyers et une grande partie de ses terres en attendant un recasement problématique. Malgré les bonnes intentions initiales de l’Instituto Nacional de Electrificación, maître d’œuvre du barrage, ce recasement a posé des problèmes matériels et humains considérables, qui sont encore, à l’heure où nous écrivons, loin d’être résolus ; problèmes encore amplifiés par la dégradation de la situation et les sanglantes opérations de contre-guérilla déclenchées par l’Armée à partir de 1981. Ainsi se terminaient tragiquement pour les riverains du Chixoy 2500 ans d’une histoire marquée par deux traumatismes majeurs : celui de la conquête espagnole, provoquant pour trois siècles la désertification de la vallée, et celui, définitif, du barrage.

4Les résultats de notre étude sont déjà en grande partie connus puisque nous nous sommes efforcés de publier chaque année, et ce depuis 1979, un compte-rendu détaillé de la campagne précédente grâce à deux séries d’ouvrages : les Cahiers de la R.C.P. 500, publication interdisciplinaire dont chaque numéro – quatre ont paru – comprend, entre autres, un ou deux articles d’archéologie (le détail en est donné dans la Bibliographie) ; et la série Archéologie de sauvetage dans la vallée du rio Chixoy, dont cinq numéros ont déjà paru. Le sixième et présent numéro veut être une synthèse de ces publications successives qui, après un Rapport Préliminaire en espagnol (1979), ont présenté les sites archéologiques de Cauinal (1980), El Jocote (1981), Los Encuentros (1982), puis les autres sites classiques de la vallée (1983). En outre deux des sites ont fait l’objet d’une thèse de licence soutenue à l’Université de San Carlos de Guatemala : Cauinal (par Marco-Antonio Bailey B., décédé depuis accidentellement) et El Jocote (par Rita Grignon Cheesman). L’archéologue nord-américain Robert M. Hill II a également soutenu à l’Université de Pennsylvanie une thèse de doctorat basée sur ses travaux à Pueblo Viejo-Chixoy et l’étude de la céramique de ce site. Pour compléter ces données, en grande partie descriptives, sur le déroulement et les résultats immédiats de nos travaux sur le terrain, nous donnerons ici en annexes le rapport des fouilles complémentaires effectuées à Mocotorro, site annexe du grand centre de Cauinal en 1980 par M.F. Fauvet-Berthelot, ainsi qu’un rapport succinct sur la reconnaissance archéologique dans les bassins de Rabinal et de Cubulco, au sud de la vallée du Chixoy.

5En ce qui concerne le matériel archéologique, seules les pièces entières provenant des caches et des tombes, les objets travaillés en céramique, pierre, coquillage, os, exceptionnellement métal, ont été décrits au fur et à mesure de nos travaux. L’étude systématique de ce matériel n’est pas encore achevée, aussi ne donnera-t-on ici qu’une typologie sommaire et provisoire pour chaque grande période, en reprenant pour cela les grandes lignes d’une communication récente sur le thème du "développement régional de la céramique dans les départements d’El Quiché et Baja Verapaz”, faite à la Conférence sur la Céramique Maya qui s’est tenue à Washington en 1985.

6Dans la présente synthèse, il était inévitable d’alourdir le texte par de constantes références aux publications antérieures. Les abréviations suivantes ont été adoptées :

  • C-l à C-4 pour les Cahiers de la R.C.P. 500 ;

  • AS-1 à AS-5 pour la série Archéologie de sauvetage.

7L’index final porte sur l’ensemble de nos publications.

  • 2 J. Cifuentes, F. Cruz, H. Martínez, E. Peralta, A Noruega, F. López.

8Travaux et publications ont été financés en France par le CNRS et la Direction Générale des Relations Culturelles, Scientifiques et Techniques au Ministère des Affaires Etrangères (devenu en 1981 le Ministère des Relations Extérieures). Au Guatemala, ces travaux n’auraient pas été possibles sans l’accord et la participation de divers organismes. L’Instituto de Antropología e Historia (IDAEH) était dirigé en 1977 – 1978 par le Dr Luis Lujan Muñoz, puis par le Licenciado Francis Polo Sifontes, enfin à partir de 1982 par le Licenciado René Gordillo M. Nous devons à leur appui les autorisations de fouilles, la souscription des contrats de collaboration et, sur le terrain, la participation active de plusieurs inspecteurs et agents de surveillance.2 Il faut mentionner aussi l’aide apportée par le Museo Nacional de Arqueología y Etnología et sa directrice, Licenciada Dora Guerra de González, qui a mis à notre disposition les locaux pour le stockage du matériel et l’atelier de restauration (R. Yaquian) pour les pièces les plus délicates.

9La collaboration de l’INDE était évidemment déterminante pour la réalisation du sauvetage archéologique. La législation guatémaltèque a bien prévu une obligation de protection du patrimoine culturel par les compagnies responsables des grands travaux sur le territoire national, mais cette loi n’avait jusqu’ici été appliquée qu’une fois, pour une entreprise étrangère, l’Exmibal, chargée de la prospection du nickel dans la région du lac Izabal : l’étude archéologique de cette zone, dirigée par l’archéologue guatémaltèque Juan-Pedro Laporte Molina, a été entièrement financée par cette compagnie. Pour le Chixoy, dès que l’existence de sites importants fut signalée dans la zone qui devait être inondée par le barrage, la direction de l’INDE accepta de bonne grâce de remplir ses obligations et par la suite respecta le contrat par lequel elle s’engageait à prendre à sa charge le salaire des ouvriers, celui des topographes et les déplacements en hélicoptère. Nous tenons à remercier de cette attitude compréhensive les directeurs successifs du Projet Pueblo Viejo-Quixal, les Ingénieurs J. González E., R. Morales J., et leurs assistants, les Ingénieurs R. Estrada G., E. Casado A., A. Silva S., ainsi que l’ingénieur R. Castillo Contoux, coordinateur général du projet de développement de la vallée du Chixoy.

10Plusieurs entreprises participant à la construction du barrage sous la direction de l’INDE ont, à l’occasion, facilité nos travaux. C’est le cas en particulier du Consortium LAMI, dont les géologues J.P. Tripet, O. Bohnenberger et E. Wiesner nous ont fréquemment rendu visite et aidé dans le domaine de leur compétence.

11L’Université de San Carlos de Guatemala (USAC) participe depuis 1975 aux travaux de la mission française au Guatemala. J.P. Laporte Molina, alors directeur du département d’Archéologie à l’Ecole d’Histoire de cette université, a bien voulu mettre chaque année à notre disposition plusieurs de ses étudiants avancés pour les travaux de terrain. Ces travaux sont pris en compte dans leur cursus universitaire et peuvent aboutir à une thèse de licence. L’association de l’Université de Guatemala à nos travaux et les liens ainsi créés furent pour nous essentiels.

12Hors du Guatemala, certains problèmes techniques nous ont été facilités par des organismes spécialisés, français ou mexicains. Les quelque vingt datations C-14 effectuées par le Centre des Faibles Radioactivités de Gif-sur-Yvette (Madame Delibrias) ont fourni un cadre chronologique indispensable à notre séquence de peuplement. Nous remercions également le Dr. J. Litvak King, directeur de l’Instituto de Investigaciones Antropológicas de l’Université Nationale Autonome de Mexico, et le laboratoire de Paléozoologie de l’Instituto Nacional de Antropología e Historia (INAH) qui a bien voulu analyser certains restes osseux découverts dans des caches, ainsi que l’anthropologue physique Maria-Helena Salas Cuesta, du Museo Nacional de Antropología pour l’étude d’un squelette de Cauinal. L’anthropologue Véronique Gervais-Cloris, de l’Université de Caen, s’est chargée de l’étude de quelques-uns des squelettes mis au jour à El Jocote, Los Encuentros et Chitomax. Á Ciudad Guatemala, M. Jean Devaux, spécialiste du jade, nous a aimablement aidé à identifier certains échantillons.

13Il nous reste à mentionner ici les archéologues, étudiants et techniciens, français ou étrangers, qui ont directement participé à nos travaux dans la vallée du Chixoy et contribué à la réalisation du présent ouvrage. Ce sont pour la France, outre le directeur du projet Alain Ichon, Patricia Carot, Marie-France Fauvet-Berthelot du Musée de l’Homme, Dominique Legrand et Christine Plocieniak de l’Université de Paris I-Sorbonne, Jean-Pierre Courau et Jacques Goust pour la photographie et la topographie. Mireille Rollati a eu le mérite de déchiffrer et de mettre au propre nos manuscrits ; je remercie également Jacques Lucas pour les photos de poteries déposées au Musée National. Pour les Etats-Unis, Robert M. Hill II (Université de Pennsylvanie), Marion P. Hatch (Berkeley) et Rebecca Gonzalez Lauck (Tulane). Les illustrations sont l’oeuvre principalement de Dolores Skaer de Silver pour Cauinal, de Gustavo Valenzuela pour les autres sites. Les étudiants guatémaltèques de l’USAC qui ont participé aux fouilles sont, dans l’ordre chronologique ; Carlos Ericastilla, Emilio Calderón, Vilma Fialko, Aida Díaz Paniagua, Rita Grignon, Zoila Calderon, Elizabeth Lemus, Gerardo del Cid, Marco-Antonio Leal, Anaite Galeotti, Rolando Torres, Magda Urízar, Carlos Tárano et Renaldo Acevedo. A partir de 1980 Rita Grignon Cheesman fut mon assistante pour les fouilles d’El Jocote, Chirramos, San Juan las Vegas et Chitomax.

14La Mission Franco-Guatémaltèque a bénéficié de l’appui constant des services culturels de l’Ambassade de France et de l’Alliance Française au Guatemala.

Historique du Projet Chixoy

15Au début de la décennie 1970-1980, l’INDE élabora un programme d’exploitation de l’énergie hydraulique basé sur la construction de plusieurs grands barrages sur les rios Chixoy et Cahabón. Il prévoyait en particulier sur le rio Chixoy – l’un des deux grands fleuves du pays avec le Motagua – un barrage non loin de la source à Serchil, puis une série de barrages échelonnés dans la vallée moyenne du fleuve sur environ 70 km entre Aguacatán et San Cristóbal Verapaz : Palzajel, Jocotales, Los Tapezcos et Pueblo Viejo. Ce projet ambitieux devait être ultérieurement réduit au seul barrage le plus en aval, baptisé Pueblo Viejo-Quixal du nom des lieux-dits où commence et se termine le tunnel long de 26 km qui amène l’eau du lac de retenue – Pueblo Viejo – à la centrale électrique de Quixal, située 58 km en aval et 400 m plus bas.

16Le barrage de Pueblo Viejo-Quixal est du type “à pression” ; il s’élève de 110 m au-dessus du niveau moyen du fleuve, qui se trouve ici à peu près à la cote + 700. La zone de retenue s’étend sur une quarantaine de km jusqu’au confluent du rio Chibalam, mais en raison du caractère très encaissé de la vallée la superficie totale inondée ne dépasse pas 17 km².

17Les travaux du barrage ont commencé en 1977, et, malgré une dure crise économique provoquant le gel des autres grands projets de barrages à Chulac et Xalalá, la mise en eau a pu être effectuée en 1983, avec moins de deux ans de retard sur les prévisions.

18L’étude préliminaire dite de Prefactibilidad établie en 1973 par le consortium LAMI comportait dans son chapitre “Ecologie” Une description sommaire des sites archéologiques menacés par le projet ; elle soulignait que la législation guatémaltèque interdit leur destruction ou leur dégradation et que l’IDAEH “devra être informé et avoir la possibilité de fouiller les sites menacés d’inondation”1. Les sites mentionnés pour le seul barrage de Pueblo Viejo, Plan de Tierra Negra et Cauinal, sont tous deux situés sur un petit affluent du Chixoy, le rio Cala ou Blanco. Curieusement, le rapport ignore l’existence de vestiges archéologiques à Pueblo Viejo, bien que le mur du barrage doive se dresser à cet endroit même et que le nom du lieudit soit assez explicite ; omission réparée deux ans plus tard grâce au géologue J. Hostass, chargé de l’étude des sols, qui signale en février 1975 que toute la terrasse de Pueblo Viejo est couverte de ruines préhispaniques. Un plan détaillé situe les principales structures de nos futurs groupes A à D ainsi que, sur la colline de la rive gauche, une “zone principale de ruines” qui n’est autre que notre groupe G (cf AS-1 : 10). La distinction entre la structure cérémonielle centrale (notre str. A-1) et les simples plates-formes d’habitation a été bien observée.

19Le rapport Hostass fut transmis par O. Bohnenberger à l’archéologue J.P. Laporte qui, occupé dans la région du lac Izabal, estima qu’il intéressait la mission française celle-ci, la R.C.P. 294 dirigée par Henri Lehmann, effectuait depuis 1971 des recherches pluridisciplinaires dans la partie sud-est du département d’El Quiché, voisine de la zone du barrage. Elle devait terminer ses travaux en 1977 et un nouveau projet en Baja Verapaz l’intéressait en effet à plus d’un titre.

20En mai 1976, à la suite d’une réunion entre représentants de l’INDE et de l’IDAEH, je soumettais au directeur de l’institut, Dr L. Lujan, un premier projet prévoyant le sauvetage archéologique, en cinq campagnes de fouilles, des sites menacés par les barrages successifs de Pueblo Viejo à Palzajel ; seule la première devait être consacrée à la zone de retenue du barrage de Pueblo Viejo. C’était faire preuve de beaucoup d’optimisme : nous allions ultérieurement organiser six campagnes de fouilles dans cette seule zone, et il serait présomptueux d’affirmer que notre travail a été exhaustif. En fait, la restriction du projet initial au seul barrage de Pueblo Viejo-Quixal fut bénéfique puisqu’elle nous a amenés à ne pas disperser nos efforts et à les concentrer sur une zone limitée qui devait se révéler beaucoup plus riche que prévu sur le plan archéologique.

21L’étape suivante fut la conclusion d’un accord entre l’IDAEH et l’INDE sur le “sauvetage et les recherches archéologiques à Pueblo Viejo-Quixal”. Prévu pour une durée de quatre ou cinq ans (point mal précisé) à partir du 1er janvier 1977, il couvre encore l’ensemble des projets de barrages entre Pueblo Viejo et Sacapulas. Il précise que les travaux seront entrepris selon le programme proposé par la Mission Française au Guatemala. Ce contrat devait être renouvelé deux fois, en 1981 et 1982, pour tenir compte du retard des travaux, nous permettant ainsi de compléter l’étude des centres cérémoniels secondaires. Entretemps, le projet Chixoy s’était réduit au seul barrage de Pueblo Viejo-Quixal, la R.C.P. 500 avait été créée pour l’étude pluridisciplinaire du département de Baja Verapaz, et la Mission Française au Guatemala était devenue la Misión Científica Franco-Guatemalteca.

Conception du sauvetage archéologique

22Dans le projet initial, je précisais notre conception du sauvetage en tenant compte de la spécificité des sites archéologiques de la vallée du Chixoy. Il s’agissait pour nous essentiellement d’une étude basée sur la collecte des données fournies par les fouilles et par le matériel mis au jour au cours de celles-ci, par exemple dans les tombes et les caches ; nous n’envisagions pas, à l’origine tout au moins, le sauvetage physique des structures anciennes, pour des raisons matérielles basées sur les contraintes géographiques et sur l’architecture des centre cérémoniels préhispaniques dans cette région.

23Comme nous avions pu nous en convaincre à l’occasion de brèves reconnaissances préliminaires, les vestiges archéologiques du Chixoy peuvent être classés en trois catégories :

  • les ensembles de plates-formes d’habitation ; celles-ci sont de simples alignements de pierres délimitant le soubassement des maisons anciennes (les cimientos) ;

  • les petits centres cérémoniels comprenant en général plusieurs structures – de deux à six – de dimensions trop importantes pour être considérées comme de simples habitations, et formant un ensemble dont le plan est plus ou moins cohérent ;

  • un seul centre cérémoniel tardif, Cauinal, peut être classé dans la catégorie des “centres majeurs”, selon des critères qui s’appliquent d’ailleurs mieux aux sites classiques des basses terres maya qu’aux sites postclassiques de l’altiplano (Hammond 1975).

24Pour le premier groupe, nous envisageons seulement un dégagement de plates-formes et un relevé topographique des ensembles aussi complet que possible, puis une récolte de surface complétée au besoin par quelques sondages visant à la datation du site.

25La fouille des centres cérémoniels constitue, dans le cadre de notre mission de sauvetage, une priorité. Nous ne voulons pas pour autant négliger l’étude des groupes d’habitat, mais il semble a priori plus intéressant de s’attacher à ceux qui sont directement associés à un centre cérémoniel, ou du moins proches de lui. Il n’y a pas en effet de centre cérémoniel “vacant” : tous sont associés à un ou plusieurs ensembles d’habitation.

26Pour le second groupe, nous prévoyons une étude plus poussée comportant, selon les délais disponibles, la fouille d’une ou plusieurs structures parmi les plus importantes dans chaque centre cérémoniel, F idéal étant évidemment d’arriver à fouiller toutes les structures de chaque centre. Ce programme est également valable pour le grand site de Cauinal, considéré comme un ensemble de plusieurs petits centres cérémoniels et de zones d’habitation étroitement associées.

27Le programme initial prévoyait enfin la restauration de l’un des sites majeurs, Chutixtiox, près de Sacapulas. Ce site n’était pas directement affecté par la construction du barrage de Palzajel, et sa situation dominante sur le bord du lac artificiel ainsi créé lui aurait donné un attrait touristique certain.

28Pour en revenir au barrage de Pueblo Viejo et au problème du sauvetage physique des sites, il fallait tenir compte de plusieurs facteurs : implantation, importance du site (nombre, dimensions, intégration des structures), qualité de l’architecture (technique, “esthétique”), état de conservation... Il nous est apparu très vite que tous ces facteurs ne justifiaient pas un projet de sauvetage physique, sauf pour Cauinal, L’architecture des édifices est généralement des plus médiocres, utilisant des matériaux locaux, galets de rivière bruts ou dalles de tuf sommairement taillées, avec un liant d’argile peu consistant et un remblai intérieur de sable et de pierre très instable. Le transfert de telles constructions est pratiquement impossible : mieux vaudrait rebâtir à l’endroit choisi des structures identiques sans toucher aux premières. Mais l’intérêt d’une telle opération semble mince ; même s’il se trouvait à proximité des terrasses naturelles favorables à un tel transfert, et à un niveau adéquat – ce qui n’est jamais le cas – il serait absurde de reconstituer sur un sommet ou à flanc de colline un ensemble prévu pour occuper le fond de la vallée, modifiant ainsi du tout au tout le cadre pour lequel il a été conçu.

29Une deuxième solution consisterait à protéger le site de la montée des eaux, sans le déplacer, par un système de digue ou de barrage annexe. Nous avons étudié cette possibilité pour Cauinal, dont la situation sur un affluent du Chixoy pose un problème particulier, en proposant la construction d’un petit barrage sur le rio Calá entre son confluent avec le Chixoy et le site archéologique (cf. Annexe 3). L’étude technique de ce projet faite par l’INDE envisageait la construction de deux petits barrage annexes, l’un en amont, l’autre en aval du site, et la déviation du rio Calá par un tunnel long de 1 km. Avec l’installation d’une station de pompage, la construction d’une route à partir de Xococ et d’un pont sur le Chixoy, le coût de ce projet (17 millions de Quetzales ou US Dollars) devenait prohibitif. Un dernier projet plus modeste de préservation et de restauration de Cauinal devait aussi être abandonné : le niveau de la base des pyramides est trop bas d’une dizaine de mètres, en tenant compte des dangers d’infiltration, des crues périodiques et du phénomène de remanso (différence de niveau de plusieurs mètres entre l’amont et l’aval dans la zone de retenue).

30Enfin notre proposition d’installer un petit musée archéologique à proximité du barrage n’eut pas plus de succès, pour des raisons financières cette fois. Seules donc les maquettes des centres cérémoniels de Cauinal, Los Encuentros et Chitomax, respectant le plus fidèlement possibles les données de nos fouilles, perpétueront l’image de ce que devaient être ces sites à deux époques différentes de l’occupation de la vallée. Le seul élément architectural que nous ayons pu transporter grâce à l’hélicoptère de l’INDE est la statue de pierre et de stuc représentant un jaguar couché qui se trouvait incorporée à la petite pyramide postclassique de Chicruz (AS-5 : 151).

31Notre opération de sauvetage aura permis en définitive de mettre en lieu sûr au Museo Nacional la totalité des objets (céramique, pierre, os, coquillage, métal) provenant de la fouille des structures cérémonielles, et surtout – c’était là son but principal – de reconstituer 2000 ans d’histoire d’une région qui était encore en 1977 terra incognita pour l’archéologie des Hautes Terres maya.

Déroulement des travaux

32En raison de l’urgence, les travaux de sauvetage ont débuté dès le mois de mars 1977 à Pueblo Viejo : le site allait disparaître peu après, recouvert par des milliers de tonnes de matériaux et par les ateliers de construction du barrage. Dirigés par Patricia Carot assistée de deux étudiants guatémaltèques (C. Encastilla et E. Calderón), de 20 à 60 ouvriers recrutés sur place, ils ont porté sur les ensembles A à F situés sur les deux rives du fleuve (fig. 90), mais non sur le groupe G qui, en raison de sa situation dominante, ne sera pas noyé ; nous avions obtenu que cet emplacement soit laissé intact pour une fouille ultérieure. P. Carot effectua également la première reconnaissance en amont entre Pueblo Viejo et le confluent du rio Salamá et signala l’existence d’un site important, Los Encuentros. Cette première campagne avait duré deux mois.

33La seconde, de février à avril 1978, entreprit la fouille du groupe G de Pueblo Viejo (confiée à R. Hill assisté de D. Legrand) et celle de Los Encuentros, groupes A et C, que j’ai personnellement dirigée. L’équipe de reconnaissance, avec J.P. Courau et une archéologue guatémaltèque (R. Grignon, puis V. Fialko) prospectait en même temps la vallée du Chixoy jusqu’à Chisajcap et celle des affluents, les ríos Carchelá et Salamá.

34Quelques mois plus tard, le Dr. Edrin Shook réalisait, pour le compte du Proyecto de desarrollo de la Cuenca del Chixoy financé par le Canada, une reconnaissance en hélicoptère de toute la zone de retenue et présentait un rapport détaillé sur les sites archéologiques relevés et le déroulement possible d’une opération de sauvetage. Ce rapport, remarquable pour être le fruit d’un survol aussi rapide, décrit vingt sites archéologiques menacés : deux sites importants, Cauinal et Los Encuentros, et dix-huit mineurs : d’amont en aval sur le Chixoy, Chibalam, Cuyucabaj, Chirramos, Xeocop, Eduardo et Mazariegos (prénom et nom du pilote de l’hélicoptère), Chitomax, Guaynep, Cerro Verde, El Jocote, Chicruz, Plan de Tierra Negra, Xecoyán, Río Negro, Vuelta et Pueblo Viejo ; sur le rio Salamá : Camalmapa ; sur le Carchelá : Santa Ana.

35Le rapport concluait que la direction de l’opération pouvait être confiée au responsable de la Mission Française, Alain Ichon.

36Si je n’ai pas utilisé le rapport d’E. Shook, c’est que notre propre projet était déjà établi et les travaux commencés depuis plus d’un an. Je pense qu’une reconnaissance sérieuse ne peut être effectuée qu’à pied, permettant un “ratissage” minutieux du terrain et un contact avec la population locale indispensable pour compléter ce travail, et accessoirement éviter de baptiser les sites de façon arbitraire. Notre propre reconnaissance de 1978-1979, tout en confirmant l’existence des sites signalés par E. Shook, a abouti à une liste plus complète et quelque peu différente, en adoptant de préférence les noms des lieux-dits utilisés par les habitants et en rattachant, après étude du matériel et datation, certains ensembles d’habitation au centre cérémoniel contemporain dont ils devaient dépendre. Ont été ainsi rebaptisés les sites de Chibalam (El Cebollal), Cuyucabaj (Chirramos), Xeocop (la Capilla de Chirramos), Eduardo (Chiventur), Mazariegos (Chicuxtin), Cerro Verde (Pasinaj), Xecoyan (Chisajcap) et Vuelta (Paxac).

37Notre troisième campagne, de novembre 1978 à avril 1979, fut essentiellement axée sur le site de Cauinal. Elle nous permit aussi de terminer la fouille du groupe principal de Los Encuentros et la reconnaissance de la vallée du Chixoy jusqu’au rio Chibalam, et même au-delà puisque le site d’El Tapial, en amont de la zone de retenue, fut découvert par J.P. Courau. Les petits affluents du Chixoy, le Calá et le Chicruz, furent également explorés dans les limites de la partie inondée.

38La campagne suivante, 1979-1980, a duré quatre mois et s’est attachée, d’une part à poursuivre l’étude de Cauinal et des sites annexes, Mocotorro et Talpetate, avec M.F. Fauvet-Berthelot et M. Leal ; d’autre part à la fouille de deux petits centres cérémoniels plus en amont : El Jocote (R. Grignon) et Chitomax (R. Torres et M. Urízar). A l’occasion du transfert du jaguar de Chicruz, les deux principales structures de ce site furent également fouillées sous ma direction. En janvier 1980, une reconnaissance poussait, au-delà de la zone inondée, jusqu’à Chimul, en limite des départements de Baja Verapaz et d’El Quiché. Son objectif était de vérifier mon hypothèse sur l’existence d’une chaîne de centres postclassiques qui auraient été implantés tous les 3 ou 4 km le long du Chixoy entre Pueblo Viejo et Sacapulas ; hypothèse qui devait être confirmée, au moins jusqu’à Chimul, et allait nous permettre de localiser dans la zone du barrage un nouveau site, Patuy, non relevé par l’équipe de reconnaissance.

39La cinquième campagne (1980-1981) était centrée sur Chirramos, le dernier petit centre cérémoniel que nous ayons intégralement fouillé dans la partie haute de la zone de retenue. Débordant encore une fois celle-ci, deux reconnaissances furent aussi organisées : l’une en amont de Chimul jusqu’à Sacapulas, avec le géomorphologue P. Usselmann, a montré que la “chaîne postclassique” ne s’étendait pas au-delà de Chimul et que cette partie de la vallée était presque inoccupée au moment de la conquête. La seconde, dans la zone des bassins de Rabinal et de Cubulco, au sud du Chixoy, avait pour but de relever les principaux sites de cette région non encore signalés ; les résultats en furent décevants par suite de l’attitude réticente, parfois même hostile de la population locale.

40Notre sixième et dernière campagne, en fin 1981 et début 1982, fut entreprise sur les sites du rio Chicruz et du Chixoy dans des conditions critiques en raison des opérations de contre-guérilla et des massacres de paysans au nord de Rabinal. Je la dirigeai seul avec R. Grignon. L’étude du petit centre de San Juan las Vegas put cependant être menée à bien en deux mois (novembre-décembre 1981), les deux premiers mois de 1982 étant consacrés à Chitomax afin de compléter les fouilles de 1979, et au petit centre voisin de Guaynep. Ce devaient être nos derniers travaux sur le terrain : il nous fut en effet impossible de retourner à Río Negro et à Camalmapa comme nous l’avions projeté, pour préciser le plan et la datation de ces deux centres mineurs (le dernier ne sera pas inondé, les données sont définitivement perdues pour le premier). La mise en eau du barrage commença en février 1983 ; en mai, parcourant en canot la zone inondée, nous pûmes constater que tous les sites reconnus par nous entre Pueblo Viejo et Chicruz étaient déjà noyés. La mise en eau était terminée en octobre et l’usine hydroélectrique aurait dû commencer à fonctionner à cette date si une rupture ne s’était produite dans le tunnel d’adduction, retardant encore de deux ans la mise en service du barrage.

41On peut conclure de ce bref historique que, grâce à la prolongation des délais initialement prévus et au respect du contrat par les services de l’INDE, notre projet de sauvetage archéologique sur le Chixoy s’est déroulé dans des conditions presque optimales, bien que la détérioration de la situation politique ait perturbé notre dernière campagne et que des difficultés financières n’aient pas permis à l’INDE de poursuivre sa collaboration à partir de 1982, en finançant au moins en partie les publications en espagnol prévues par le contrat de 1976 ; seul le rapport sur Cauinal aura été publié dans les deux langues.

42Dans l’impossibilité ou nous nous trouvions de fouiller entièrement tous les centres mineurs, notre objectif était d’orienter nos efforts sur les plus anciens (c’est-à-dire les centres classiques : nous n’avons trouvé aucun véritable centre préclassique), au détriment des centres secondaires postclassiques, qui sont nombreux et de type très semblable tout au long de la vallée. On pouvait estimer en effet que leur étude, après celle, très complète, de Cauinal, n’apporterait guère d’éléments nouveaux ; hypothèse discutable, mais il fallait faire un choix.

43Compte tenu des délais limités, l’un des dangers était de consacrer trop de temps aux centres cérémoniels et pas assez aux ensembles d’habitation. Ce type d’étude sur l’habitat est en effet très délicat, coûteux en temps et en personnel ; les résultats ne justifient que rarement cet investissement. Je pense que les fouilles de Los Encuentros (groupe C), El Jocote (groupes B à E) et San Juan las Vegas (groupes B et C) donnent une idée assez précise de la structure de l’habitat durant la période classique ; pour le Postclassique, son étude dans les hautes terres maya a rarement été poussée aussi loin qu’à Cauinal.

44Une critique plus grave pourrait nous être adressée en ce qui concerne le matériel ostéologique provenant des fouilles. Dans beaucoup de cas, les ossements humains ont été mis au jour dans un tel état de décomposition qu’une étude anthropologique paraissait sans objet. Dans d’autres cas, au contraire, un travail méticuleux aurait sans doute permis de consolider et de dégager les squelettes ; cela n’a été fait qu’exceptionnellement (à Cauinal, El Jocote, Los Encuentros et Chitomax), les vestiges étant plus généralement laissés in situ après un examen sommaire visant à évaluer l’âge de l’individu. Méthode sans nul doute critiquable, mais ici encore le facteur temps nous a paru déterminant.

45Enfin, il aurait été artificiel d’isoler sur le Chixoy une zone de 40km, sous prétexte qu’elle allait être inondée, et de se limiter à étudier les sites implantés dans le fond de la vallée. Bien que les conditions très particulières de ce fond de vallée lui prêtent le caractère d’une niche écologique, il est certain que ces petits centres ne vivaient pas en autarcie et qu’ils entretenaient certains types de rapports avec les sites des bassins ou des plateaux au sud du fleuve (et peut-être aussi au nord). Aujourd’hui encore, on peut constater que les voies de communication les plus importantes sont perpendiculaires au fleuve quelles franchissent par des ponts – il en existait deux, dont un suspendu, entre Pueblo Viejo et Sacapulas – ou par des gués, beaucoup plus qu’elles ne suivent son cours. C’est pourquoi nous aurions voulu sortir des limites du barrage, non seulement le long de la vallée en amont (ce que nous avons fait jusqu’à Sacapulas) et en aval, mais aussi vers le sud en Baja Verapaz (où notre reconnaissance a été trop sommaire), et vers le nord dans la zone montagneuse des Cuchumatanes, dont la partie méridionale est à peu près inconnue. C’est un projet de longue haleine, qui sera peut-être réalisé un jour, et dont les résultats pourraient modifier certaines conclusions du présent travail.

La séquence d’occupation

46Les datations absolues en laboratoire des échantillons organiques (charbon, exceptionnellement bois) récoltés dans des dépôts scellés, fournissent le cadre chronologique dans lequel s’inscrivent les phases successives d’occupation de la vallée du Chixoy. La plus ancienne provient d’un sépulture de Chirramos : 730± 90 av. J.C. ; la plus récente d’une urne à crémation de Cauinal : elle est contemporaine de la Conquête (1570 ± 60ap. J.C.). C’est donc un laps de temps de 22 siècles, allant de la période formative au Protohistorique, qui couvre l’histoire du peuplement ancien de la vallée objet de notre étude.

47La division généralement admise en trois grandes périodes – le Préclassique ou Formatif, le Classique et le Postclassique – n’est pas remise en cause ici. Pour chacune d’elles, les sous-périodes ou phases (ancienne, moyenne, tardive) correspondent à des complexes de traits culturels basés surtout sur la céramique mais aussi sur l’industrie en général, l’architecture, les pratiques religieuses et funéraires, la structure du peuplement, traits qu’il n’est pas toujours facile d’isoler. Si nous pouvons parfois distinguer sur le Chixoy un Préclassique moyen et un Préclassique tardif, c’est surtout grâce aux comparaisons, confirmées par des datations C-14, de notre céramique et de celle de La Lagunita (El Quiché), pour laquelle nous disposons d’une séquence détaillée établie par Viel (1984). Il aurait par contre été artificiel de chercher à isoler un éventuel Classique moyen : cette phase, définie surtout par l’influence de Teotihuacan, n’apparaît pas dans la séquence céramique établie par M. Hatch à Los Encuentros (AS-4 : 150) Enfin nous avons constaté à Cauinal que le Postclassique tardif ne peut pour l’instant être distingué du Postclassique ancien que par une certaine évolution dans l’architecture cérémonielle.

  • 3 Voir Bibliographie, pour le Protoclassique : Ichon et Arnauld 1985 ; pour l’Epiclassique : Ichon 19 (...)

48Les points faibles d’une telle séquence se trouvent évidemment à la charnière des trois grandes périodes : le Protoclassique (entre Préclassique et Classique) et l’Epiclassique (entre Classique et Postclassique). Nous avons tenté ailleurs de définir ces phases de transition et de préciser leurs traits spécifiques.3

1 – La vallée du Chixoy en amont du barrage.

Notes de fin

1 Ont participé aux travaux de la R.C.P. 500, outre les archéologues, Pierre Usselmann (géomorphologue), Denise Douzant-Rosenfeld (géographe), Alain Breton (ethnologue), Nicole Percheron et Michel Bertrand (historiens).

2 J. Cifuentes, F. Cruz, H. Martínez, E. Peralta, A Noruega, F. López.

3 Voir Bibliographie, pour le Protoclassique : Ichon et Arnauld 1985 ; pour l’Epiclassique : Ichon 1987 b.

Table des illustrations

Légende 1 – La vallée du Chixoy en amont du barrage.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7072/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search