Version classiqueVersion mobile

Xipe Totec. Notre Seigneur l’Écorché

 | 
Anne-Marie Vié-Wohrer

Chapitre III. Analyse et Résultats

Planches comparatives

Texte intégral

1Análisis y resultados. láminas comparativas.– Estas láminas, que constituyen el repertorio, son la aplicación del principio del “recorte” anunciado en el capítulo de Metodología. Fueron repartidas en tres series que corresponden cada una a una etapa diferente del análisis : Pictografías generales - Partes constitutivas - Glifos determinativos del complejo. El comentario que figura en este volumen, sigue la distribución tripartita. En él, se hacen referencias continuas a las láminas.

I - Láminas de Pictografías Generales

2Esta primera serie de sesenta y seis láminas reproducidas a colores, a manera de catálogo, atestigua de la extensa variedad de pictografías asociadas con el complejo Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli. Aquí se presentan las pictografías en el orden en que se encontraron en los documentos.

3El comentario, por razones didácticas, se hizo en dos partes : en la primera trata de las pictografías antropomorfas (las que representan personajes enteros o fragmentarios), en la segunda de las que no son antropomorfas (objetos procedentes de la naturaleza o hechos por el hombre. Dentro de cada una de estas partes, se describe las pictografías de acuerdo con las funciones que desempeñan : religiosa (la más representada), antroponímica, guerrera, cronológica y toponímica.

II - Láminas de las partes constitutivas

4En esta segunda serie de ochenta y cinco láminas aparecen las pictografías “estalladas” después del recorte. Este nos permitió no sólo entender la composición de la pictografía sino aislar la parte constitutiva portadora de un elemento determinativo del complejo.

5Para llevar a cabo esta técnica, se siguió un orden anatómico para las pictografías antropomorfas, temático para las otras (se separó el atributo del complejo divino de los demás componentes de la pictografía). Se tomaron en cuenta también los objetos relacionados con o sin lienzo gráfico con la figura principal.

6En el comentario se procede a la identificación y descripción del contenido de cada parte constitutiva con referencias continuas a las láminas.

III - Láminas de los clifos determinativos

7En esta serie de treinta y cinco láminas figura lo que resultó del recorte de las pictografías y que llega a ser la expresión gráfica mínima del complejo Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli : los glifos. Estos se presentan de acuerdo a la divinidad de la cual son determinativos en el orden siguiente : Xipe Totec, Tlatlauhqui Tezcatlipoca, Itztapaltotec. En el comentario se procede a una descripción y discusión de los glifos.

8En lo que toca a Xipe Totec, se logró aislar en primer lugar a glifos “primordiales” como el yopitzontli, la pluma y el color del tlauhquecholli, la falda llamada tzapocueitl, el bastón llamado chicahuaztli, el temalacatl, la piel humana, la máscara facial en piel humana y el quauhtzatzaztli. En segundo lugar se logró aislar a glifos que son el resultado de un “montaje” con los llamados “primordiales” mencionados y entre ellos al haz, manta y bulto de Xipe, en el caso del yopitzontli ; narigueras, rodilleras, maxtlatl, chaleco de sacrificio (tlauhquecholeuatl), tocado (tlauhquecholtzontli), banderas y escudo rojos y blancos en el caso del glifo del tlauhquecholli.

9En lo que toca a Tlatlauhqui Tezcatlipoca, se aislaron a los glifos del “espejo humeante”, de las pinturas faciales y corporales roja. En cuanto a Itztapaltotec, se aisló al glifo del “tocado-casco”.

*

10Ces planches sont l’application du principe de découpage énoncé dans le chapitre réservé à la méthodologie. Elles constituent le deuxième volume de cet ouvrage. Elles ont donc été établies en trois séries de représentations qui, s’emboîtant en quelque sorte l’une dans l’autre, correspondent chacune à une étape différente de l’analyse : d’abord celle de la pictographie “générale”, consignée dans la première partie ; ensuite celle de ses parties constitutives, consignée dans la deuxième partie ; enfin celle des éléments déterminatifs du complexe Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli qui apparaissent dans ces parties constitutives, consignée dans la troisième partie. Un commentaire détaillé suit la présentation de chaque série, avec de très nombreux renvois aux planches, que nous avons consignés dans des notes en bas de page. Nous espérons que ces allers retours ne seront pas trop éprouvants pour le lecteur.

I - Planches des pictographies générales

  • 1 Ce sens n’a pas été toujours établi.

11Cette série de soixante-six planches contient les pictographies générales telles qu’elles ont été repérées dans les documents, sans altération. En couleur ou en noir et blanc, à échelle (dans la mesure du possible) selon que ce soit l’original ou une reproduction qui ait été consulté, les pictographies apparaissent dans l’ordre général de classement des documents et dans le sens de leur lecture1, quand il est établi. Les pictographies reproduites figurent soit sous forme d’unités (représentations anthropomorphes ou non-anthropomorphes isolées) soit sous forme d'ensembles.

  • 2 Codex Borgia, op. cit., p. 67 ; Borbonicus, op. cit., pp. 14, 20 ; Manuscrito Tovar, op. cit., pl. (...)

12Selon les dimensions, la planche peut contenir une seule2 pictographie (si elle est de grande taille) ou plusieurs ; les pictographies de différents documents appartenant au même groupe figurent éventuellement sur une seule planche.

  • 3 Ainsi que, quand cela est nécessaire, d’autres références comme la numérotation de la colonne pour (...)

13Dans la marge extérieure et en milieu de page apparaît la lettre majuscule A (désignant ce type de planche) suivie d’un chiffre arabe. Une lettre en minuscule figure sur la planche même, au-dessous ou à côté de chaque pictographie. En bas de page est rédigée la légende dont le libellé se compose d’une lettre minuscule (correspondant à celle qui désigne la figure sur la planche), du nom du document, de la situation de la pictographie dans le document et, en dernier lieu, d’une identification sommaire de la pictographie. Pour la situation dans le document nous avons pris en compte la numérotation du feuillet, de la page ou du carré de la pictographie3 ; pour l’identification : l’état (divinité, “civils”) ou la fonction (religieuse, chronologique, toponymique, anthroponymique etc.).

14Dans le cas des fresques ou de la gravure, seul figure le nom du document suivi de la lettre minuscule correspondant à la pictographie.

15Les pictographies qui composent cette série ont été pour des raisons didactiques réparties en deux groupes : celui des pictographies anthropomorphes et celui des pictographies non-anthropomorphes. Est considérée anthropomorphe la pictographie dans laquelle figure en partie ou en totalité le corps humain, et non anthropomorphe la pictographie dans laquelle il ne figure pas.

16Nous exposerons pour chaque groupe ce que transcrivent ces pictographies, ce qu’est leur fonction et, en dernier lieu, les annotations en caractères latins qui dans les manuscrits réalisés ou “retouchés” pendant l’époque coloniale les accompagnent éventuellement. Ces annotations sont souvent la transcription en caractères latins de ces glyphes.

A - Les pictographies anthropomorphes

17Ce sont des images de personnages entiers (morts ou vivants) ou de parties du corps humain - visages, bras, jambes, ossements - porteuses d’attributs propres au complexe, toutes décrites dans les sources du xvie siècle et dans les ouvrages modernes. Selon différents paramètres relatifs à leur signification thématique (contenu du document et contexte du feuillet d’où elles proviennent) et au dessin (graphisme, couleur, perspective, situation dans le feuillet), ces images peuvent exercer une fonction religieuse, anthroponymique, chronologique ou toponymique. Nous présenterons ces pictographies selon leur fonction, en commençant par celle qui est originelle : la fonction religieuse.

1 - Fonction religieuse

18De nombreuses pictographies sont celles de divinités (Xipe Totec, Tlatlauhqui Tezcatlipoca, Itztapaltotec et Camaxtli) ou de leurs personnifications. D’autres divinités, comme Quetzalcoatl et Tlaloc, portent éventuellement des attributs de Xipe Totec. Des personnages remplissent une fonction religieuse par leur participation au rituel du Tlacaxipehualiztli tels que les sacrifiés, le parrain et sa famille, et les xixipeme.

a - Les divinités

  • 4 Pl. A la, 2a, 3b, 4a,b, 5c, 8a,c,e, 9a, 10a,c, 11a,d,e, 12a,b,c, 15e,i,j,k,l, 16e, 21e, 29a,b, 48a, (...)

19Les quarante et une pictographies de Xipe Totec figurent généralement dans un contexte glyphique calendarico-rituel4 : quatorzième treizaine (pl. A 7, 40b, 44n, 46a,b,c, 49a), mois (pl. A 50a, 60a) ou “siècle”(pl. A 46d) quand elles proviennent de documents de tradition pictographique indigène, ou isolées quand elles proviennent de documents appelés Codex mixtes.

  • 5 Codex Borbonicus, op. cit., p. 14.

20Le dieu est représenté vivant à l’exception de deux pictographies où il apparaît sous forme de “fardeau mortuaire”, le tlaquimilolli dans le Codex Vaticanus B (pl. A 9a), ou d’un bras recouvert de peau morte dans le Codex Bolonia (pl. A 1 la). Des annotations qui le désignent comme tel figurent à côté de ses représentations dans les codex Vaticano-Ríos (pl. A 486, 49a, 50a) et Florentino (pl. A 62a). Dans le Codex Borbonicus5 figure aux pieds de la divinité, la prédiction : “Los que nacían aquí habían de ser hombres ricos" (Ceux qui naissaient ici devaient devenir riches).

  • 6 Pl. A 1a, 2a, 36, 4a, 6, 5c, 7, 8a,c,e, 10a,c, 11 d, e, 15k, 16d, 21e, 56b.

21Ses attributs les plus communs sont le masque en peau humaine fendu bilatéralement ; le revêtement corporel, en peau lui aussi ; l’ornement de nez appelé yopitzontli ; enfin le bâton-hochet appelé chicahuaztli dont le nom apparaît dans le Codex Vaticano-Ríos (pl. A 48a). Dans de nombreux manuscrits6 le dieu porte un cache-sexe rouge et blanc qui rappelle la forme et la couleur de la queue de l’oiseau tlauhquecholli, à l’exception du Codex Vindobonensis (pl. A 15k), où il est bleu. La monochromie de la planche XXVIII du Codex Ramírez (pl. A 57b), ne permet pas de connaître la couleur du cache-sexe.

  • 7 A. Caso, 1979, vol. II, p. 423.

22Des représentations de Xipe identifiées et nommées par Caso7 “7 Pluie-Tlaloc-Xipe-Coiffure de Cipactli” portent en plus des attributs qui lui sont propres : couleurs rouges et blanche, ornement de nez et de genoux en forme de yopitzontli, ainsi que pagne, d’autres attributs, empruntés à différentes divinités. Il s’agit dans le Codex Nuttall de l’ensemble de glyphes nuages et “lunettes” propre à Tlaloc, plaqué sur le masque de peau (pl. A 21e) ou sur la peinture faciale (pl. A 23c, d). Dans le Codex Vindobonensis (pl. A 15j), la robe rouge décorée de boules de duvet que revêt le personnage, analogue à celles qui ornent le Xipe mort du Vaticanus B (pl. A 9a) et le Tlatlauhqui Tezcatlipoca du Bolonia (pl. A 1 lc), semble avoir été empruntée à ce dernier.

  • 8 C’est l’Achras sapota de la famille des Sapotacées.
  • 9 E. Seler, 1901-1901, p. 32. Ce visage serait celui du patron de la quatrième heure du jour, dans so (...)

23Dans les manuscrits plus proches de la tradition pictographique aztèque comme les codex Borbonicus, Vaticano-Ríos et Tudela, se superpose (pl. A 44, 46a, b, c, d, 50a, 54a) ou se substitue (pl. A 61a, 6, c, 62a, 66a, 6) au cache-sexe, une jupe en feuilles de sapotillier8 (ou en plumes vertes comme ces feuilles) appelée tzapocueitl. Enfin une représentation composite du Tonalamatl Aubin : visage humain et tête d’oiseau, serait selon E. Seler9 porteuse de certains attributs de Xipe comme le masque et la coiffure composée d’un nœud rouge aux extrémités fourchues (pl. A 40a).

24Les dix pictographies de Tlatlauhqui Tezcatlipoca proviennent des manuscrits du Groupe Borgia (pl. A 16, 2b, 3a, 5a, b, 6a, 8d, 10b, 11b,c). Elles se situent toujours dans un contexte glyphique calendarico-rituel. Ses attributs les plus communs sont la peinture faciale rayée horizontalement de rouge et de jaune et la peinture corporelle rouge. Un glyphe qui représente le miroir qui fume se substitue souvent à son pied gauche.

  • 10 Pl. A 6b, 8b, 9b, 17i, 41a, 45, 49b, 50d.

25Les huit pictographies d’itztapaltotec10 proviennent de manuscrits de différentes aires culturelles. Comme les pictographies des divinités précédentes, elles figurent toujours dans un contexte calendarico-rituel. Itztapaltotec est surtout identifiable à sa coiffure-heaume en forme de couteau sacrificiel rayé verticalement de rouge et de blanc. Dans l’ouverture du heaume, le visage revêt soit un masque en peau humaine comportant une raie verticale rouge (comme celui de Xipe Totec), soit la peinture faciale propre à Tlatlauhqui Tezcatlipoca composée de raies horizontales rouges et jaunes (pl. A 496, 50d). Le dieu emprunte à Xipe le revêtement complet en peau humaine, le pagne en forme de queue de tlauhquecholli, la jupe en feuilles de sapotillier, les ornements de nez en forme deyopitzontli, ainsi que le chicahuaztli. Des ornements de bras et des genouillères en forme de yopitzontli figurent sur une représentation du Vaticanus B (pl. A 96). Le nom du dieu apparaît à côté de sa représentation dans les codex Vaticano-Ríos (pl. A 496) et Telleriano-Remensis (pl. A 50d).

26Les deux pictographies de Camaxtli proviennent de l'Hineitf de Durán et du Manuscrito Tovar. Dans le premier manuscrit (pl. A 56a) la divinité dont le corps est rayé verticalement de rouge et de blanc porte l’équipement nécessaire à la chasse (gibecière, arc et flèche) ; dans le deuxième (pl. A 59), la divinité porte tous les attributs de Xipe Totec, à l’exception du masque en peau humaine. Dans le Manuscrito Tovar (pl. A 59), des annotations concernant l'identité du dieu “ídolo particular de Tlaxcala” ainsi que les couleurs de son costume, écrites en nahuatl, accompagnent la représentation.

  • 11 A. Caso, 1979, vol. II, pp. 60-64.

27Quetzalcoatl désigné aussi sous son nom du calendrier “9-Vent”11, porte dans le Codex Vindobonensis (pl. A 17h) un pectoral en forme de haz de Xipe. Dans le Codex Nuttall, il est souvent représenté coiffé du heaume propre à Itztapaltotec (pl. A 18e, 20g,h, 21a,c).

b - Les “civils”

  • 12 A. Caso, op. cit., vol. I, pl. VII.

28Certains personnages du Codex Nuttall (pl. A 18a,c,d, 20a,d,f) portent l’objet rituel identifié par A. Caso comme le bastón de Xipe12 ; ce sont probablement des adeptes du culte de Xipe.

29Les participants au Tlacaxipehualiztli assurent bien sûr cette fonction religieuse. Il s’agit des sacrifiés au Tlahuahuanaliztli ou au Tlacacaliliztli, des porteurs de la peau appelés xixipeme ou tototectin, du parrain et de sa famille, enfin de l’empereur.

  • 13 Pl. A 14, 26a, 42g, 52b, 54b, 55a, 55b, 56b,c, 57a, 58, 61a, 65b, 66d.
  • 14 Pl. A 14, 26c, 31, 32, 33, 34, 41b, 42f, 43a,b, 50c,e.

30Les trente pictographies de sacrifiés proviennent des nombreuses scènes qui illustrent les différentes étapes du Tlacaxipehualiztli : présentation par leur parrain au début de la fête (pl. A 636), exécution du Tlahuahuanaliztli13 ou du Tlacacaliliztli14, écorchement (pl. A 61a, 62a), mise en réserve de la tête et du fémur (malteutl) comme trophées (pl. A 64e), crémation du “fardeau mortuaire” (pl. A 25c, 26d) ou enterrement de la peau (pl. A 64b).

  • 15 Les sacrifices des codex Becker I et Nuttall ont lieu en l’année 12-Lapin (1050) selon K. Nowotny ( (...)
  • 16 Le sacrifice du Tlacacaliliztli est exécuté à Atlancatepec sous les yeux de la déesse Acxacapo, ver (...)

31Le rituel du Tlacacaliliztli est associé à celui du “Palo volador’’ dans quatre représentations des codex Fernández Leal (pl. A 31, 32) et Porfirio Díaz (pl. A 33, 34). Dans les codex Becker /(pl. A 14), Nuttall (pl. A 26c), Vaticano-Ríos et Telleriano-Remensis (pl. A 50c,e), figurent la date de l’exécution15, dans le Codex Huamantla, le lieu (pl. A 41b)16.

  • 17 À l’exception du Codex Fernández Leal où il semble s’agir d’une femme (pl.A 32).
  • 18 Dans les codex Becker I (pl. A 14) et Nuttall (pl. A 26a,c), les victimes sont des seigneurs désign (...)
  • 19 Dans ce document (pl. A 33, 34), des "rayures" verticales rouges ou noires qui rappellent le masque (...)

32Les sacrifiés sont des personnages masculins17, anonymes ou historiques18 : un glyphe anthroponymique les accompagne comme dans les codex Becker I (pl. A 14), Nuttall (pl. A 26a,c), Fernández Leal et Porfirio Díaz19 (pl. A 31, 32, 33, 34), ainsi que dans l’Historia Tolteca Chichimeca (pl. A 42f,g, 43a,b). Dans la représentation du Codex Tudela (pl.A 54), apparaît le statut social du sacrifié au Tlahuahuanaliztli : c’est un esclave.

  • 20 Pl. A 50c,e, 56, 57a. 58, 62c, 63a,e, 646, 65a,c.

33Si certains sacrifiés revêtent quelques attributs de Xipe Totec comme le yopitzontli et le gilet aux couleurs du tlauhquecholli (pl. A 14, 26a,c, 54b, 55a), ainsi qu’éventuellement, comme dans le Codex Nuttall, des ornements de bras et de genoux en forme de yopitzontli (pl. A 26a,c), la plupart ne portent que la parure propre aux sacrifiés en général : le simple cache-sexe et la perruque en boules de duvet20. Parfois, et uniquement dans les manuscrits de tradition pictographique aztèque, une couche de duvet est collée sur le corps, en partie ou en totalité (pl. A 53b, 54b, 55a,b).

  • 21 Pl. A 42g, 52b, 54b, 55a, 55b, 56b,c, 57a, 58, 61a, 65b, 66d.

34Pour le Tlahuahuanaliztli, les sacrifiés sont attachés au moyen d’une corde par la taille (pl. A 14, 26a, 42g, 54b, 55a,b) ou par la cheville (pl. A 56b,c, 57a, 58, 61a) au temalacatl et sont armés de deux bâtons (pl. A 14, 26a, 42g) ou d’un macquahuitl toujours factice à l’exception de celui du Manuscrito Tovar. Ils sont protégés par un bouclier21.

  • 22 Mamazouhticac : du verbe mamaçouhticac (être crucifié ou avoir les bras étendus). Le chevalet en bo (...)

35Pour le sacrifice du Tlacacaliliztli, poignets et chevilles sont attachés au mamazouhticac22. Au-dessus de la représentation de ce sacrifice, apparaît le terme “Tlacaxipehualiztli” dans le Codex Nuttall (pl. A 26c). À côté du glyphe du lieu où s’effectue un des Tlacacaliliztli de l’Historia Tolteca Chichimeca (pl. A 42/), figure le nom “Chalchiuhtepec”.

• Les porteurs de la peau : xixipeme ou tototectin
  • 23 Pl. A 61a,c, 62c, 63a, 63e, 64b, 65a, 65c, 66c,e. Codex Tudela, pl. 54a.

36Les quatorze pictographies de ces personnages proviennent à peu près toutes des Códices Matritenses del Real Palacio et du Codex Florentino23 (pl. 54a), Les xixipeme portent des attributs empruntés, soit aux sacrifiés, tels que la perruque en duvet, soit à Xipe Totec comme la peau écorchée, le chicahuaztli et le bouclier. Ils sont nus (pl. A 65a,c, 66c), ou portent un cache-sexe blanc (pl. A 62c, 63a, 64b) ou rayé de rouge (pl. A 63) ; le port de la jupe en feuilles ou en plumes vertes et du yopitzontli n’est qu’exceptionnel (A 61a).

  • 24 Fr. T de Motolinía, 1967, pp. 78, 80.

37Dans le Codex Tudela (pl. A 54a), l’annotation “principal de Mexico vestido con el cuero del esclavo muerto” accompagne la pictographie d’un des xixipeme. Les hommes jeunes qui revêtent la peau des victimes écorchées en l’honneur de Camaxtli sont appelés achcauhtin selon Motolinía24.

• Le parrain

38Appelé tlamani, “celui qui a capturé” dans le Codex Florentino, il apparaît en tenue guerrière en compagnie du sacrifié lors de sa présentation à des nobles (pl. A 63b), dans la cour de sa maison devant le chicahuaztli et le bouclier de Xipe Totee que portait le sacrifié (pl. A 64d). Il figure en compagnie d’un porteur de la peau devant le tlatoani (pl. A 65a). Sa famille accomplit le rituel du lavage de cheveux qui a lieu à la fin de la fête (pl. A 64c).

  • 25 Pl. A 54a, 55a,b, 56b,c, 57a, 58, 61a, 63c,d, 65b, 66d.

39Parmi les autres participants nous avons reconnu les chevaliers Aigle et Jaguar25 et les cuacuacuiltin, officiants qui procèdent à l’écorchement (pl. A 61a, 62b). Le tlatoani semble avoir assisté et présidé au Tlahuahuanaliztli comme l’indiquent deux pictographies accompagnées de leurs glyphes anthroponymiques dans l'Hineitf de Durán et dans le Codex Florentino (pl. A 56c, 66c). Nous avons reconnu dans le premier document Axayacatl, dont le glyphe anthroponymique est constitué du visage xayacatl et de l’eau atl. Dans le deuxième il s’agit d’Ahuitzotl dont le glyphe est composé d’un axolotl, l’amphibien Ambystoma lacustris, et de trois cours d’eau.

2 - Fonction anthroponymique

40Des personnages mythiques ou historiques provenant des codex mixtèques Becker I, Vindobonensis, Nuttall, Bodley et Seiden II ont été désignés par Caso sous des noms qui à côté de celui de leur naissance, contiennent celui de Xipe Totee. Ces personnages qui portent dans leur parure (coiffure, masque, ornements du buste, pagne, revêtement en peau...) des attributs du dieu, appartiennent aux dynasties fondatrices de certains royaumes mixtèques.

  • 26 Le dieu est aussi désigné sous le nom de " 7-Pluie-Tlaloc-Xipe-Coiffure de Cipactli” dans les codex(...)
  • 27 Dans une pictographie (pl. A 22d), ce personnage porte la coiffure-heaume d’Itztapaltotec.

41Tous les seigneurs du royaume désigné par Caso sous le nom de “Culhuacan-Rivière au quetzal-Temple aux silex” (il s’agirait selon lui de la ville appelée maintenant Cuilapan), dont Xipe Totec26 serait le fondateur et le dieu principal, portent des noms formés à partir du sien. Dans le Codex Nuttall apparaît ainsi la généalogie : l’ancêtre “9-Serpent-Xipe” (pl. A 22a), son fils “5-Fleur-Xipe” (pl. A 21f), petit-fils “3-Lézard-XipeAigle rouge avec silex” (pl. A 22b), arrière-petit-fils “11-Eau-Tlaloc-Xipe-Silex” (pl. A 22d, e)27 et “1-HerbeXipe-Parole de feu” (pl. A 22c), arrière-arrière-petits-fils “12-Mouvement-Xipe-Aigle” (pl. A 22/) et “6-EauRubans multicolores” (pl. A 23a). “3-Vautour-Xipe” serait aussi un des seigneurs de Cuilapan (pl. A 23e).

  • 28 A. Caso, 1979, II, pp. 111-112, 197, 390. Parmi les seigneurs de ce royaume figure aussi dans le Co (...)

42En revanche les seigneurs du royaume identifié par Caso28 comme celui de “Bulto de Xipe”, et associés graphiquement à des glyphes toponymiques contenant l’élément bulto ou haz de Xipe ne portent pas les attributs du dieu et leurs noms n’en évoquent aucun. Il s’agit de “12-Mouvement-Tigre sanglant” dans le Nuttall (pl. A 24a) et de “6-Vautour-Jaguar-Silex” dans le Bodley (pl. A 27e,f).

  • 29 Ibid., pp. 144, 383.

43Un des seigneurs du royaume de “Rivière de Xiuhcoatl” qui porte une coiffure ornée de deux yopitzontli est “7-Mouvement-Xipe-Bouclier de Xiuhtecuhtli” (pl. A 23/). Un roi-prêtre appelé “1-Mort-Xipe-Soleil” (pl. A 24/et A 25a)29, dont le nom de royaume nous est inconnu, porte le masque fendu verticalement propre à Xipe Totec.

  • 30 Ibid., pp. 337, 442. Le premier est le seigneur ou la divinité ancienne non-identifiée appelée "4-M (...)

44D’autre part dans le Codex Nuttall, des pictographies porteuses du yopitzontli sous forme de coiffure (pl. A 18b et 24c)30, ou d’une association plumes de tlauhquecholli-bouclier, sous forme d’ornement de nuque (pl. A 24d), ne sont pas accompagnées de glyphes anthroponymiques évoquant le nom de Xipe.

45Dans des manuscrits plus proches de la tradition pictographique aztèque tels que la Matrícula de Huexozinco et le Codex Mexicanus 23-24, des attributs de Xipe Totee ont une fonction anthroponymique (pl. A 42a, d et A 47b, c, d).

46Dans la Matrícula de Huexotzinco, un personnage historique coiffé d’un yopitzontli est accompagné de son nom en caractères latins : San Marcos Copil (pl. A 42a). Un autre dont le glyphe anthroponymique est constitué d’un masque facial en peau humaine (pl. A 42d) porte le nom de Luis Yopi. Ce nom figure aussi à côté de certains personnages accompagnés du glyphe anthroponymique non identifié constitué d’un triangle rayé (pl. A 426,c,c/,e).

47Dans le Codex Mexicanus 23-24, un yopitzontli situé à côté de la tête d’un homme et d’une femme (pl. A 476,c) semble être leur glyphe anthroponymique.

3 - Fonction guerrière

48Certains personnages historiques revêtent pour aller à la guerre la parure complète ou partielle de Xipe Totee.

  • 31 E. Menguin, 1952, pp. 432-433, 453-455.
  • 32 La partie supérieure du yopitzontli est légèrement effacée.

49Dans le Codex Mexicanus 23-24 (pl. A 47d,e,f), deux personnages portent des attributs de Xipe Totec. Le premier, Copil - dont le nom figure en caractères latins à côté de la pictographie (pl. A 47d)31 -, personnage mythique, grand ennemi des Aztèques et neveu de Huitzilopochtli qui le fit assassiner en l’année 1-Maison (1285) porte le yopitzontli et les ornements d’oreille propres au dieu. Le deuxième, l’empereur Axayacatl (pl. A 47f) est coiffé du yopitzontli lors d’un duel qui eut lieu en l’année 12-Lapin (1478)32. Pendant la conquête de Xochitlan en l’année 6-Silex (1472), il porte la parure complète du dieu (pl. A 47e).

  • 33 E. Seler, I960, vol. II, pp. 402, 675.

50Cette parure est aussi revêtue par l’empereur Motecuhzoma Xocoyotzin lors de la conquête de Toluca (pl. A 506) dans le Codex Vaticano-Ríos en l’année 9-Maison (1501)33.

4 - Fonction chronologique

  • 34 C. Dibble, 1942, pp. 81-83. Ce glyphe est situé au-dessus de la représentation de Motecuhzoma Xocoy (...)

51La transcription glyphique du mois de Tlacaxipehualiztli varie selon les manuscrits : elle peut consister soit en la représentation complète de Xipe Totec comme dans le Calendario Tovar (pl. A 60a) et le Codex Vaticano-Ríos (pl. A 48a) ; soit comme dans le Codex en Croix34, en la représentation d’un visage (ou d’un masque en peau humaine) aux yeux ouverts, à la bouche béante, aux ornements d’oreilles en forme de queue de tlauhquecholli et à la coiffure en forme de yopitzontli (pl. A 47a). Un visage accompagné d’un ensemble constitué du bouclier, du drapeau de sacrifice et du chicahuaztli transcrit aussi ce mois dans le Calendario Boban (pl. A 60b).

  • 35 Il figure toujours à côté de ces récipients à l’exception, dans le Fragmento I de Humboldt, de la p (...)

52Dans le Fragmento I de Humboldt et le Codex de Azoyú no 2 (pl. A 35b,c,d,e, 36, 37, 38, 39), le mois de Tlacaxipehualiztli est transcrit par le glyphe du visage décrit ci-dessus. Il figure35 à côté de récipients contenant de la poudre d’or et des lingots rectangulaires, carrés ou triangulaires, tributs payables lors de ce mois.

53La date chrétienne de la célébration du Tlacaxipehualiztli apparaît à côté de la représentation du “combat du gladiateur” dans les Codex Magliabechiano (pl. A 526), Tudela (pl. A 54), Ixtlilxochitl (pl. A 55a) et Vaticano-Ríos (pl. A 50a). Le nom de la fête de Tlacaxipehualiztli, celui de Xipe ainsi que ceux du bouclier, du drapeau et du chicahuaztli figurent autour de la représentation du dieu dans le Codex Vaticano-Ríos (pl. A 48a).

5 - Fonction toponymique

54De nombreux éléments du complexe Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli isolés ou associés forment des glyphes de lieux mythiques ou réels qui ont été, certains de ces derniers, identifiés.

  • 36 Ce nom n’apparaît que dans le premier document, mais les glyphes étant identiques, nous supposons q (...)

55La représentation complète de Xipe Totec associée à celle d’un temple dans le Lienzo I de Chiepetlan (pl. A 35a), ainsi que celle du visage coiffé du yopitzontli et recouvert d’un masque dans le Codex Mendoza et la Matrícula de Tributos (pl. A 516,f), transcrivent le nom de lieu Chiepetlan, village situé de nos jours encore dans la région de Tlapa, Guerrero36. Ce nom écrit en caractères latins figure à côté d’une pictographie du Codex Mendoza (pl. A 516).

56Le glyphe composé d’une peau humaine écorchée et d’un temple apparaît dans les deux manuscrits cités précédemment (pl. A 51c,g) : le nom Ehuacalco “Là où il y a une maison de peaux humaines”, figure dans la pictographie du Codex Mendoza.

  • 37 M. E. Smith, 1973, pp. 132, 196-199.

57Dans certains manuscrits mixtèques apparaissent des représentations de visage coiffé d’un chapeau à calotte pointue (probablement le yopitzontli) associées à des éléments du paysage. Certaines sont accompagnées d’annotations en mixtèque qui ont déjà été présentées dans le deuxième chapitre37.

  • 38 M. E. Smith, op. cit., p. 132.
  • 39 lbid., p. 132.
  • 40 Ibid., pp. 19, 46.

58Dans le Lienzo de Jicayan38 la représentation d’un visage posé sur une natte de plumes (pl. A 30a) est accompagnée de l’annotation “tnu ndica chaa quaa (xano), arbre fruitier connu comme mamey ou zapote rouge”, selon la traduction de M. E. Smith39. Dans le Códice Mixteco postcortesiano 35-36 (pl. A 30/), la représentation du visage associé à un rectangle qui en contient un autre est accompagné de l’annotation “dzahi ndihi”, “anneau noir”40, cet anneau représentant une plate-forme.

  • 41 Ibid., p. 198. J. Galarza, 1986.
  • 42 M. E. Smith, op. cit., p. 196.

59Dans le Códice Mixteco postcortesiano 35-3641 et le Lienzo Mixteco III Henri de Saussure, ce visage associé à une colline nue (pl. A 30c,e) est accompagné de l’annotation suivante en mixtèque “çahui çini quaa”. Cette annotation a été traduite dans le premier manuscrit par “divinité de la pluie à tête rouge - ou jaune” selon Smith et dans le deuxième manuscrit par “ídolo de cabeza colorada” selon un interprète anonyme. Une variante de ce glyphe apparaît dans les mêmes manuscrits (pl. A 306,d) sous la forme d’une cactée posée sur la colline, accompagnée de l’annotation “yucu dzichi” “colline du cactus pitaya et du dieu Xipe” selon Smith42. Le nom mixtèque de dzichi désigne selon cet auteur Xipe ou le fruit pitaya (Acanthocereus pentagonum). Dans toutes les autres gloses à l’exception de “dzahi ndihi”, “anneau noir”, apparaît l’adjectif quaha, qui désigne la couleur rouge d'une divinité ou d’un fruit. Le rouge, couleur propre aux attributs de Xipe, est aussi présent dans la formation de deux de ses noms les plus importants : celui de Tlatlauhqui Tezcatlipoca, bien sûr, et celui de “Dieu rouge”, si fréquemment cité dans l'Historia de los mexicanos por sus pinturas.

60Dans le Codex Vindobonensis, des ensembles composés, le premier, d’un visage (ou d’un masque en peau humaine) au nez orné d’unyopitzontli et d’un temple (pl. A 17f,g), le deuxième de jambes ornées dun yopitzontli soutenant une colline de laquelle s’écoulent deux courants de sang (pl. A 17a), le troisième d’un bras qui sort du glyphe appelé haz de Xipe (pl. A 16d), sont aussi des glyphes toponymiques qui n’ont pas encore été “lus”.

B - Les pictographies non-anthropomorphes

61Ce sont des éléments de la parure de Xipe Totec isolés ou associés à des objets. Ils exercent une fonction religieuse, chronologique ou toponymique.

1 - Fonction religieuse

62Certains attributs de Xipe Totec sont des objets qui apparaissent dans des scènes rituelles provenant surtout de manuscrits à contenu religieux comme ceux du Groupe Borgia.

63Un ensemble glyphique composé d’un yopitzontli coiffant une perruque posée sur un trône accompagne les divinités de la région de l’est dans le Codex Borgia (pl. A 5d). Au cours d'une des scènes rituelles du Vaticanus B (pl. A 8f) des plumes de tlauhquecholli ornent un récipient contenant de l'octli, situé près de Mayahuel, déesse de l’agave et régente de la huitième période du calendrier qui commence avec le jour lHerbe. Une manta cérémonielle, attribuée à Xipe selon l’annotation qui l’accompagne, est décorée d’un yopitzontli, de plumes de tlauhquecholli et d’un cercle rouge bordé de blanc dans le Codex Magliabechiano (pl. A 52a).

64Certaines constructions contiennent des attributs du dieu : temple dont le toit est surmonté du yopitzontli dans le Codex Florentino (A 64a), plate-forme sur laquelle repose un temalacatl dans le Códice Matritense del Real Palacio (pl. A 6lc) ou bâton cérémoniel propre aux manuscrits mixtèques, appelé par A. Caso, bastón de Xipe (pl. A l9b,c), planté sur des plates-formes. Cet attribut est parfois accompagné d’un autre, associé aussi à Xipe et appelé par Caso haz de Xipe (pl. A 20b,c).

65Le fait que ces attributs soient graphiquement associés à des constructions nous incite à émettre différentes hypothèses :

66Ils leur confèrent un caractère divin, en font soit des lieux de culte à Xipe Totee (simples oratoires ou temples), soit des villages mythiques ou réels dont il aurait été le fondateur.

67Ils ne leur donnent qu’une valeur phonétique, l’attribut n’étant qu’un (ou partie d’un) glyphe toponymique qui transcrit un nom de village formé à partir de celui du dieu.

68Ils leur donnent une valeur à la fois idéographique et phonétique comme nous le verrons plus loin, à propos de glyphes uniquement toponymiques qui apparaissent dans certains manuscrits.

2 - Fonction chronologique

69Dans des manuscrits comme les Codex Mendoza, Magliabechiano, la Matrícula de Tributos et la Rueda no 4 de Veytia, des attributs de Xipe Totee comme le yopitzontli (pl. A 51 d,h, 53c, 60c) et les plumes de tlauhquecholli (pl. A 53b) transcrivent le mois de Tlacaxipehualiztli, date à laquelle sont payés certains tributs dans les livres de comptes aztèques. La présence, dans le feuillet 47 du Codex Mendoza, de l'annotation “Tlacaxipehualiztli” à côté du yopitzontli confirme ce genre de fonction d’un attribut de Xipe.

3 - Fonction toponymique

70Les glyphes qui assument cette fonction sont les plus nombreux. Ils se composent dans les manuscrits de tradition pictographique mixtèque des ensembles appelés par A. Caso bulto (ou Haz), bastón et maxtlatl (pagne) de Xipe. Dans les manuscrits aztèques, ce sont les glyphes du yopitzontli comme dans le Codex Mendoza et la Matrícula de Tributos (pl. A 5a, e) ou, moins souvent, ceux des plumes du tlauhquecholli comme dans le Memorial de los Indios de Tepetlaoztoc (pl. A 51/), qui assument une fonction toponymique. La pictographie du Memorial est accompagnée du nom “Yophico", celle du Codex Mendoza du nom “Chiepetlan”.

  • 43 A. Caso, 1979, vol. II, pp. 11, 61, 62, 63, 169, 170, 173-177, 362.
  • 44 Les couleurs des bultos et des silos des pp. 17-I, 22-11, 30-II et 35-1 du Codex Vindobonensis sont (...)
  • 45 A. Caso, 1979, vol. I, pl. XXIV et XXV.
  • 46 A. Caso, op. cit., vol. II, pp. 62, 63.

71Le glyphe de bulto ou haz de Xipe, caractéristique des manuscrits mixtèques, a été identifié et transcrit par Caso43 sous le nom de “Royaume de Bulto de Xipe” et plus exceptionnellement (quand il est associé au glyphe de l’eau comme c’est le cas dans le Codex Vindobonensis) sous celui de “Royaume de la rivière à la gerbe de roseaux et de Bulto de Xipe” (pl. A 16f). Ce glyphe figure éventuellement isolé, comme dans le Codex Seiden II (pl. A 28a), mais fait plus souvent partie d’un montage qui réunit des éléments du paysage, des objets mobiliers ou immobiliers dont les représentations sont réalistes ou stylisées. Plaines représentées par un tapis de plumes (pl. A 15g, 16a, g, i, 25b), montagnes (pl. A 13c, 16h,j, A 19a, 21 d, 24a, 25d, 276,e,f), pierres (pl. A 27a,a,d), épis de maïs (pl. A 16c), cours d’eau (pl. A 16f, 21e) forment les éléments du paysage ; silos à maïs (pl. A 15c,g, 16a,g)44, berceaux (pl. A 15a, A 17d) et glyphe considéré comme celui de l’offrande (pl. A 15d,f,h, 16h,i) par Caso45 forment les objets mobiliers. Les plates-formes (pl. A 176, 20c, 25d, 27c,g, 28b,c) qui, selon les glyphes qui les décors sont des représentations de simples bâtiments ou de villes et temples contenant un temazcal (pl. A 15b,16b) ou n’en contenant pas (pl. A 13a,b, 17e,f,g), sont les objets immobiliers. L’ensemble constitué d’un haz de Xipe et d'un temple qui figure dans le Codex Vindobonensis (pl. A 17e) est, selon A. Caso46, un lieu de culte à Xipe, une “maison de prières”

72Le glyphe identifié et transcrit par A. Caso sous le nom de bastón de Xipe transcrit probablement un nom de lieu quand, comme dans le Codex Nuttall, il est planté sur une plate-forme avec (pl. A 20b,c) ou sans (pl. A 19b,c) le glyphe de bulto de Xipe.

73Le glyphe constitué par le maxtlatl caractéristique de Xipe dont la forme et la couleur rappellent celles des plumes de tlauhquecholli s’associe à un jeu de balle dans le Codex Nuttall (pl. A 24e).

74Le montage glyphique composé de ces plumes et d’une jarre (pl. A 51i) est désigné en caractères latins sous le nom de lieu “Yopico" dans le Memorial de los indios de Tepetlaoztoc, manuscrit obéissant à une tradition pictographique proche de celle des Aztèques. Il est à rapprocher d’un glyphe appartenant à un manuscrit d’une toute autre tradition pictographique, le Codex Vaticanus B (pl. A 8f). Ce glyphe, composé d’une jarre pleine à ras bords d'octli, “décorée” de trois plumes de tlauhquecholli, posée sur une base constituée d’un crotale enroulé, a-t-il peut-être aussi une fonction toponymique et désignerait-il un lieu sacré dédié à la déesse de l’agave Mayahuel ?

75Dans le feuillet 20r° du Codex Mendoza, le glyphe du yopitzontli est accompagné de l’annotation “Yopico”.

II - Planches des parties constitutives

76Ces quatre-vingt-cinq planches contiennent en noir et blanc les parties constitutives des pictographies générales à raison d’une ou plusieurs pictographies par planche selon leurs dimensions, à condition qu’elles appartiennent à des documents de tradition pictographique similaire. Ces parties constitutives apparaissent en une succession de dessins qui obéissent à un ordre systématique et portent chacun une lettre minuscule. Dans la marge extérieure et en milieu de page apparaît la lettre majuscule B suivie d’un chiffre arabe. Dans la légende en bas de planche figure une succession de lettres minuscules qui correspondent au découpage de la pictographie suivies du nom du document et du numéro de la page ou du feuillet, ou de la mention “carré” ou “planche” dans le document d’où provient la pictographie. Nous avons ajouté à la suite, entre parenthèse, la référence à la planche des pictographies générales où figure la pictographie avant le découpage.

77Nous appelons parties constitutives le résultat du découpage de la pictographie “centrale” et des pictographies considérées comme annexes parce qu’elles font partie de son environnement glyphique et thématique immédiat. Ces pictographies annexes sont, soit graphiquement liées à la pictographie centrale, soit indépendantes.

78Cette série nous permettra de déterminer celles qui, parmi les parties constitutives, sont porteuses d’éléments déterminatifs de Xipe Totec ou sont elles-mêmes des éléments déterminatifs comme les glyphes du yopitzontli, du chicahuaztli, de la plume de tlauhquecholli, du temalacatl, du bastón de Xipe qui seront présentés dans une troisième série de planches.

A - Les pictographies anthropomorphes

79Nous avons d’abord effectué un découpage (énoncé lors de la présentation de la deuxième série de fiches analytiques) selon les différentes parties du corps : sommet de la tête - visage - buste - bras et mains - abdomen - jambes et pieds - revêtement général du corps. Puis nous avons présenté, sans les avoir soumises au découpage, les pictographies rattachées au personnage par un lien graphique (objets tenus à la main - structure sur laquelle repose le personnage) et ensuite, le cas échéant, les pictographies qui sans être rattachées au personnage par un lien graphique faisaient partie de son rituel (armes, instruments). Dans le cas des représentations partielles du corps humain comme celles de la tête-trophée (pl. B 82h,i), du bras (pl. B 14b, 21s), de la peau écorchée (pl. B 65d,i) ou du visage de Xipe Totec (pl. B 22 1, 23e,f) qui sont associées à des temples ou à des éléments du paysage, le découpage commence par la partie du corps humain.

80La partie découpée figure dans chaque séquence en traits pleins, les parties immédiatement voisines en pointillés.

1 - Identification du contenu des parties constitutives de la pictographie centrale

  • 47 Pl. B 24a, 266, 53g, 54f 55a,d,f, 72a, 82g, 83a, 85c,i.
  • 48 Pl. B 72i, 73a, 74a, 80a,g,n, 81a,g, 82a,k, 83j,n.
  • 49 Pl. B 2a, 3a, 4a, 5a,i,r, 6a, 8a, 9a, 10h, 11j, 19e, 56a, 58j, 59a,6, 62a,j, 63aj, 646, 65g, 66b, 6 (...)

81• La tête est nue47 ou plus généralement couverte soit d’une coiffure soit d’une perruque en duvet dans les manuscrits de tradition aztèque48. La coiffure repose sur une perruque49 probablement en fibres végétales (blanche, jaune, rouge ou bleue) ou plus souvent sur la chevelure du personnage.

  • 50 Pl. B 1b, 3j, 15b, 28/, 46b,6 f,h,j,l, 49b,h,j,l,n,p,r, 50b,d,f,h,j,l, 51b,d,f,h,j,l,n,p, 52e, 606, (...)
  • 51 Pl. B 2b, 46, 56, 66, 86, 96, 10i, 11k, 12b,i, 13b,s, 66,d,e, 206, 22n, 276,k,t, 28b, 456,6, 65c,h, (...)
  • 52 Pl. B 1k, 26, 5j,s, 76, 11b, 13k,14h,l, 15l, 19f, 20j, 21k, 226, 23e,f,h, 24v, 256,6, 26b,k,t, 27b, (...)

82• Le visage est soit recouvert d’un masque complet ou partiel en peau morte (lisse50 ou fendue verticalement des deux côtés51), soit peint52. Il porte généralement des ornements de nez et d’oreilles.

  • 53 Pl. B 9c, 11c, 12c, 13l, 56c, 57c, 58j, 59c,j, 856.
  • 54 Pl. B 18c, 40d, 42c, 60i, 666, 69c, 70c,k, 83c.
  • 55 Xipe semble extraire une viscère (partie d’intestin ?) de la poitrine d’un personnage vivant, nu, p (...)
  • 56 B. Spranz, 1973, pp. 352, 353, 359.

83• Le buste est protégé par des vêtements : capes53, gilets de sacrifice54, huipilli quand il s’agit de femmes (pl. B 24q,y, 26o, 27u) ou robe rouge souvent parsemée de touffes de duvet blanc (pl. B 1 lg, 14p, 20m). Il est orné de l'anauatl, le pectoral en forme d’anneau propre à Tezcatlipoca, de colliers composés de bandes bleues (en plumes ?) auxquelles sont souvent attachées des cercles jaunes ou des grelots (en or ?), de guirlandes de fleurs, de pendentifs en os (euacozcatl), d’oiseaux et exceptionnellement de viscères (pl. B 68c, 77r)55. Dans certains manuscrits du Groupe Borgia et dans le Codex Nuttall, des guirlandes de fleurs s’associent souvent à des oiseaux (pl. B 4c, 10j 13c), bleus pour la plupart dont l’œil est parfois cerclé d’un graphisme réticulé (pl. B 6c, 28 m). Ces oiseaux, cailles selon B. Spranz56, malgré leur couleur bleue qui rappellerait plutôt celle du xiuhtototl, se retrouvent aussi à la main de personnages dans les Codex Nuttall (pl. B 37g), Borbonicus (pl. A 44) et Vaticano-Ríos (pl. B 62h). La caille était l’animal que l’on sacrifiait, en la décapitant, à Xipe.

  • 57 E. Seler, 1908, pp. 213-215 ; 1960, vol.II, p. 407.

84Différents objets apparaissent accrochés sur le dos : ballot contenant un mamalhuaztli (pl. B 24o), un tambourin (pl. B 63c, l)57, des plumes de tlauhquecholli (pl. B 68c), une sorte de baudrier soutenant un cône et des bannières (pl. B 71k, 73 k), des cordes de sacrifice (pl. B 79c, 84c, 1). Un réceptacle contenant un oiseau (B 2 l), des bannières (B 2c, 3k, 4c, 5c, 6c, 8c, 28m, 62c) ou des plumes (B 11c, 1, 12j, 30k, 62 1, 64f) apparaît aussi sur le dos.

  • 58 Pl. B 10k, 11m, 12k, 13d, 14n, 4, 41d, 59d,k, 67g, 69b, 71c.
  • 59 Pl. B 1m, 2d,m, 3d, 5l, 96, 10k, 11d, 14n, 15d, 196, 206, 21d,22d),23j 246,p, x, 25j, 266,n ; 276,m (...)

85• Les bras58 et plus souvent les poignets59 portent des ornements composés en général de bandes bleues auxquelles sont attachés des cercles (ou des grelots - les tzitzile mentionnés dans le Codex Florentino) dorés. Une corde sacrificielle est associée à la représentation composée de la peau écorchée d’un bras, d’un drapeau de sacrifice et d'un collier (pl. B 14/). Poignets et chevilles des sacrifiés au Tlacacaliliztli sont généralement liés au “chevalet”, le mamazouhticac.

  • 60 Pl. B Ie,n, 2e,n, 3e,m, 4e, 5e,m,v, 6f, le, 8e, 9e, 10c,l, 11e,n, 12l, 13e,n,u, 15e,o, 18e, 19i ; B (...)
  • 61 Aztamecatl de aztatl (grue) et mecatl (corde) - Corde avec plumes de grue. Cette corde est aussi ap (...)
  • 62 A. Caso, 1979, vol. I, p. 31.

86• L'abdomen est généralement couvert d’un cache-sexe60 ou plus rarement d’une jupe, et cela uniquement dans certains manuscrits de tradition pictographique aztèque (pl. B 49d, 77 l, t, 78e, 79e 84e,n) ; un serpent (crotale) s’enroule autour de la taille de Tlatlauhqui Tezcatlipoca dans une représentation du Codex Borgia (pl. B 7h). Le sacrifié au Tlahuahuanaliztli est parfois attaché au temalacatl par la taille (B 14f 18i, 40k, 55c, 66j, 69/, 70g,p, 77g) au moyen de la corde sacrificielle appelée aztamecatl ou tonacamecatl61. Un oiseau, presque toujours bleu (pl. B ln, 9e, 30m, 38e), assez semblable à celui qui fait office de pectoral, ou une tête de mort (pl. B 19i, 29k, 31e, 33n, 35 l) figurent éventuellement comme système d’attache, le tezcacuitlapilli62 sur le maxtlatl. Un excrément pend au-dessous du pagne (pl. B 15j).

  • 63 Pl. B 2o, 3f, 4f, 5n,w, 6e, 8f, 10m, 11o, 12m, 13f,o, 19j, 22 o, 24f, 27f,o, 28p, 29f,l, 30f,n, 31f (...)

87• Les jambes, qui portent souvent des genouillères63, sont nues à l’exception d’une pictographie du Codex Becker I (pl. B 18/) où elles sont couvertes d’un pantalon (à moins qu’il ne s’agisse d’une peinture corporelle rouge). Une corde rattachée au temalacatl fait éventuellement le tour de la cheville du sacrifié (B 72e,m, 73f, 74g) au Tlahuahuanaliztli. Les pieds sont généralement chaussés de sandales ou, moins souvent, nus. Le glyphe du “miroir qui fume” constitué d’un anneau d’où s’échappe une volute de fumée se substitue à l’un des pieds dans certaines pictographies de Tlatlauhqui Tezcatlipoca du Codex Borgia (pl. B 2o, 3f, 5n).

  • 64 Pl. B lp, 2p, 3g, 5g,o,x, 7g, 9g, 13p, 14n,p, 21g, 24s, 30g, 31g,o, 32g,p, 33g,p, 34g,o, 35g, 38g, (...)
  • 65 Pl. B lg, 2g, 3o, 4g, 5g, 6g, 8g, 10n, l, p, I2n, 13g,w, 14b, 15g,p, 28q, 49e, 52j 56g, 57g, 58g,p, (...)

88 Le corps est peint en rouge64, en noir (pl. B 23m, 24z, 26g, 30o, 36g,p) dans les Codex Nuttall et Vindobonensis, en gris (pl. B 24g, 25m, 26q, 27x) dans le Nuttall ou plus exceptionnellement en bleu dans le Vaticanus B (pl. B 10d). Il est recouvert d’une couche de duvet (le totoliuitica) dans certains manuscrits de tradition pictographique aztèque (pl. B 66g, 69d,f, 70d) ou le plus souvent, d’une peau humaine écorchée65.

89Dans le Codex Borgia (pl. B lg, 6g) les extrémités des doigts du vêtement de peau sont prolongées par un montage glyphique composé d’une bande bleue terminée par un cercle. La bande bleue représente l’eau, le cercle, la pierre appelée chalchibuitl, synonyme de tout ce qui est précieux et en particulier du sang. Le tlacuilo a probablement voulu représenter des gouttes de ce liquide si précieux.

2 - Identification du contenu des parties constitutives des pictographies annexes à la pictographie centrale

90Nous présenterons, dans l’ordre, ce qui apparaît dans la main des personnages, ce qui est graphiquement lié à la pictographie et enfin ce qui figure à côté de la pictographie.

  • 66 Pl. B 18h, 60n,t, 66h, 69g, 10e,n, 72c,p, 73d, 74d, 77f 80k, 81, 83g, 85f,j.
  • 67 Pl. B 5q, 14r, 21h, 266, 27i,q, 28i, 41i.
  • 68 Pl. B 21i, 31q, 58i,r, 59o, 60n,s, 61g,m, 62i, 63i,q, 65i, 67h, 68i, 69h, 70f,o, 7lp, 72d,l, 13e,o, (...)
  • 69 Pl. B 10o, 52k, 56h, 58r, 59o, 61g,m, 62i, 66i, 67h, 68i, 69h, 70f,o, 7lp, 73o, 75l, 77n.
  • 70 Pl. B 4i, 5p, 6i, 14q, 27h,r, 28h, 35o, 41h, 62i, 63i,q.

91• Tenus à la main figurent des armes, des objets ou (et) des animaux utilisés dans le rituel. Parmi les armes, nous avons reconnu : poignards (pl. B 1i, 8h, 12o, 57h), petits gourdins (pl. B 18g, 40i, 55a), macquahuit66, atlatl67 (propulseurs) dans les manuscrits de tradition pictographique mixtèque et, dans ceux du Groupe Borgia, bouclier68 et faisceau de dards (pl. B 9h, 13i, 28s). Le bouclier est souvent associé au drapeau69 ou au faisceau de dards70 et exceptionnellement au macquahuitl dans le Codex Mexicanus 23-24 (pl. B 60n).

  • 71 Pl. B 1h, 2q, 3p, 4h, 66, i/, 10p, 12p, 15s. 28r, 49f, 51i, 586,q, 59n, 60m, 61f,l, 62q, 63h,r, 64k (...)
  • 72 Cet objet n’apparaît que dans le Codex Nuttall. Pl. B 24h,t, z, 25e,f,n,o, 26i,r, 27 z, 36i.
  • 73 Il s’agit du radius dans le Codex Borgia, du fémur dans les codex Nuttall et Florentino.

92Parmi les objets rituels nous avons identifié : poinçons de sacrifice (pl. B 15r, 32h), chicahuaztli71, faisceaux de verges pour auto-sacrifice (pl. B 34h, 36q) et bastón de Xipe72, os humain enveloppé de papier (pl. B 1 q, 13h, 56h, 82j)73, fagot de bois pour allumer le feu nouveau (pl. B 59g), sac de copal (pl. B 3h, 31p, 32i, 33i, 34h, mamalhuaztli (pl. B 36h), coupes contenant de l'octli (pl. B 20g, 84q) et des drapeaux (pl. B 14e). D’autres objets : gibecière dans le cas du dieu Camaxtli (pl. B 71g), glyphe de l’offrande (pl. B 196), pièce de tissu cérémonielle (pl. B 5h), rameaux d’épis de maïs (pl. B 76f, 85l), représentation du ciel (pl. B 39h) et tambour (pl. B 84r) figurent plus rarement.

93Parmi les animaux présents dans le rituel et tenus à la main, nous avons identifié dans les codex VaticanoRíos et Nuttall des oiseaux bleus. Dans le premier manuscrit (pl. B 62h ?) l’oiseau dont des bandes rouges figurent en haut des ailes semble prêt à s’envoler de la main de la divinité. Dans le Codex Nuttall (pl. B 37g, A 19b) des personnages “civils” portent chacun l’oiseau bleu, à l’œil cerclé du graphisme réticulé, que nous avons décrit à propos des oiseaux qui jouent le rôle de pectoraux ou de tezcacuitlapilli pour attacher le maxtlatl. Un coquillage marin, le tecciztli, figure à la main d’ltztapaltotec (pl. B 64l).

  • 74 Pl. B lr, 2i, 7i, 9i, 10e, 11i, 12f 13q, 206,p, 306,p, 31h, 32q, 386, 39i.
  • 75 Pl. B 18i, 406, 55c, 66j, 69j, 70g,p, 72e,m, 73f, 74f, 77g, 78k.
  • 76 Pl. B 18l, 426, 47d,g, 48c, f, 536, 54g, 55e,g, 64c,o.

94• Parmi les objets mobiliers ou immobiliers graphiquement liés à la pictographie centrale nous avons reconnu le trône74 (icpalli) sur lequel est assis le personnage, le temalacatl avec la corde qui sert à attacher le sacrifié75 (et éventuellement la plate-forme sur laquelle est posée la pierre), le mamazouhticac76 (et la plateforme sur laquelle il est planté), le bûcher (pl. B 24k,l) et le “fardeau” mortuaires (pl. B 39k, 42i). Dans des manuscrits du Groupe Borgia, des personnages représentés à échelle réduite sont reliés aux personnages centraux par ce qui semble être une viscère (pl. B 26,11q, 15i) : une bande jaune qui sort de leur ventre et finit par un “chalchihuitl”, probablement représentation de gouttes de sang comme nous l’avons vu à propos de celles qui figurent au bout des doigts du vêtement en peau humaine.

95Des animaux : félins non identifiés et lapin (pl. B 10g) ; des objets : corde sacrificielle et drapeau (pl. B 14f) sont parfois liés graphiquement à ces pictographies.

96• Ce qui n’est pas graphiquement lié à la pictographie centrale tout en figurant à ses côtés : objets rituels, armes ou animaux.

97Les objets rituels se présentent soit sous forme de récipients contenant un chicahuaztli brisé (pl. B 52l, 56l) ou des instruments d’autosacrifice (pl. B 8j), soit sous celle d’un ensemble constitué d’épis de maïs et de cordes sacrificielles (pl. B 67/). Les armes sont groupées : drapeau-bouclier-faisceau de dards (pl. B ls) ou chicahuaztli - faisceau de dards (pl. B 9j, 12g).

  • 77 E. Seler, 1900-1901, pp. 31-32 ; B. Spranz, 1973, p. 353.
  • 78 E. Seler, 1963, vol. 1, p. 37.

98La pictographie composée d’un oiseau au bec et pattes bleus, caille selon Seler et Spranz77 qui, dans le Tonalamatl Aubin, tient un visage humain dans son bec (pl. A 40a et B 52c) est un déguisement de Xipe. Elle représente la quatrième des treize heures du jour. Cette pictographie est très probablement à rapprocher de celle du personnage bleu à tête d’oiseau (aigle selon Seler78) qui apparaît dans le douzième compartiment de la rangée supérieure du tonalamatl dans le Codex Vaticanus B (pl. A 8 a et B 10 a,b,c,d,e).

B - Pictographies non-anthropomorphes

99Ces pictographies sont le résultat du montage d’un élément provenant toujours de la parure de Xipe Totec (yopitzontli, bulto et bastón de Xipe, pagne en queue de tlauhquecholli) et d’éléments empruntés à la nature (colline, rivière, etc.) ou fabriqués par la main de l’homme (objets mobiliers ou immobiliers). Pour mieux dissocier ces parties constitutives, nous avons dessiné en traits pleins l'élément déterminatif de Xipe Totec et en pointillés celui (ou ceux) qui constitue(nt) son environnement immédiat. L’environnement est selon ses dimensions reproduit en totalité ou en partie. Les pictographies composées exclusivement d’un glyphe déterminatif de Xipe Totee seront étudiées dans une troisième série de planches.

100Nous identifierons ici les éléments qui constituent l’environnement immédiat de chacun des quatre glyphes déterminatifs suivants :

1 - Éléments associés au glyphe du yopitzontli

101Ils se présentent sous forme de perruque posée sur un trône divin (pl. B 6j), de pièce de tissu rituelle (pl. B 66a) et de temple (pl. B 81l).

2 - Éléments associés au glyphe du bulto ou haz de Xipe

102Ils se présentent isolés ou forment un ensemble avec d’autres et figurent essentiellement dans les manuscrits de tradition pictographique mixtèque.

103Les éléments qui se présentent isolés sont : les berceaux (pl. B 19a), les temples (pl. B 17a,6,c, 23d, 44c), les plates-formes (pl. B 23a, 25d, 43c,g, 446,c), les cours d’eau (pl. B 22g), les montagnes (pl. B 236, 28/, 35p, 43a,b,d,e,f), ou le signe de l’offrande (pl. B 19 d,l,n).

104Les autres forment les montages suivants : plate-forme-montagne (pl. B 40a), temple-épis de maïs (pl. B 21r), temple-temazcal (pl. B 19b, 21q), temple-berceau-montagne (pl. B 23c), tapis de plumes (plaine) - papillons (pl. B 39j), silo-plate-forme (pl. B 19c,m, 21 p, 22h), offrande-montagne (pl. B 22i) ou offrande-tapis de plumes-flamme (pl. B 22j).

3 - Éléments associés au glyphe du bastón de Xipe

105Ce glyphe qui à notre connaissance n’apparaît que dans le Nuttall est associé à une plate-forme (pl. B 25e,f,o), glyphe de la ville.

4 - Éléments associés au glyphe de la plume de tlauhquecholli

106Jarre (pl. B 11r, 656), sac reliquaire ou sac à copal (pl. B 26j), anneaux du jeu de balle (pl. B 37h).

III - Planches des glyphes déterminatifs du complexe Xipe Totec-tlacaxipehualiztli

107Au cours de l’établissement de la deuxième série de planches nous avons remarqué le caractère répétitif de nombreux éléments glyphiques issus de la parure des dieux Xipe Totec, TIatlauhqui Tezcatlipoca et Itztapaltotec, les plus nombreux provenant de la parure de Xipe Totec.

108Dans cette troisième série de trente-cinq planches, pour chacune des divinités signalées, nous présenterons ces glyphes ainsi que les compositions dont ils font partie, obtenus généralement après découpage des parties constitutives.

A - Glyphes provenant de la parure de Xipe Totee

109Nous en avons compté onze : ceux du yopitzontli, des plumes rouges et blanches du tlauhquecholli, des masques en peau humaine, des peintures faciales, des jupes en feuilles (ou en plumes) vertes appelée tzapocueitl, du revêtement corporel en peau humaine (ou peint en jaune à la couleur de la peau morte), du chicahuaztli, des bannières rouges et blanches, du bouclier, du temalacatl et du mamazouhticac (désigné aussi sous le nom de quauhtzatzaztli).

110Ces glyphes figurent sur les planches, dans l’ordre de présentation des documents, avec, en tête de page, pour le début de chaque série (des onze glyphes) un “modèle” provenant des documents consultés. Le contour est dessiné en traits pleins, celui des parties constitutives immédiatement voisines (le cas échéant) en pointillés, un chiffre romain annoté sous la figure. Dans la légende, sur la page en regard figure le titre : C suivi d’un chiffre arabe et du glyphe déterminatif de Xipe Totee : le yopitzontli, par exemple. Au-dessous apparaissent les références aux figures, suivies du nom du document de provenance et des renvois à la série des planches des pictographies générales, et à celles des parties constitutives.

1 - glyphe du yopitzontli (planches C 1 à C 7)

  • 79 Pl. Cl, I ; C 3, I, II, III, XI, XII, XIV, XVI, XXIII.
  • 80 Pl. C I, II, IV, V, VI, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII : C 2, I, II.

111Ce glyphe, à l’origine coiffure propre à l’ethnie yopi du Guerrero, est celui qui apparaît avec la plus grande fréquence. On le rencontre isolé79 ou plus souvent associé graphiquement à des personnages sous forme de coiffure (ou de composante de coiffure80) ainsi que sous celle, miniaturisée, d’ornement de nez, de bras ou de jambes. Le yopitzontli entre aussi dans la composition de certains objets pour constituer éventuellement d’autres glyphes comme ceux du bastón, du bulto et de l'haz de Xipe ainsi que du chicahuaztli.

112Nous présenterons le glyphe du yopitzontli proprement dit, puis ceux qui en sont issus.

a - Le yopitzontli proprement dit

  • 81 Pl. C I, III, VII ; C 2, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII (...)
  • 82 Pl. C I, IV, V, VI, IX, XIV, XV, XVI : C 2, II.
  • 83 Pl. C I, VIII, XI ; C 2, I ; C 4, XXVII, XXVIII, XIX, XXXIII, XXXIV ; C 5, XI, XIII, XVI, XVII, XVI (...)
  • 84 Pl. C I, II, IX, X, XII, XIII, XVII ; C 4, XXVI ; C 5, I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX, X ; C (...)
  • 85 Pl. C 4, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXV, XXX, XXXI, XXXII, XXXV, XXXVI ; C 7, 1, II, III.

113Il se compose généralement d’un seul cône posé sur un anneau d’où s’échappent deux ou quatre rubans à extrémité fourchue81, ou sur une surface plate en forme de demi-cercle82. Le yopitzontli est éventuellement constitué de deux83 ou de trois cônes84 dessinés de trois quarts, posés sur un seul anneau. Nous supposons que le cercle qui figure parfois au milieu de rubans à extrémité fourchue dans certains ornements de bras et de genoux, ou dans des chicahuaztli, est un cône, vu de face et dessiné à plat85. Dans certaines représentations, influencées par la technique européenne du dessin, attribuées à Camaxtli dans les Codex Ramírez et le Manuscrito Tovar, le yopitzontli ressemble aux coiffures des médecins européens du xvie siècle : la calotte est toujours conique mais l’anneau a été remplacé par un ruban dont les extrémités se croisent sur le devant (pl. C 3, XXI, XXII).

  • 86 PI. C 2, VI, VII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXIII, XXIV, (...)
  • 87 PI. C 3, VII, IX ; C 4, XI, XII, XVII, XVIII, XX ; C 6, XVIII, XX, XXII, XXIII, XXIV ; C 7, IV, V, (...)
  • 88 PI. C I,I, II, III, IV, V, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII ; C 2, I, II, III, I (...)
  • 89 Pl. C 3, XVI, XVII, XVIII, XXII. Sur cette planche, le sommet du cône des figures XXIV, XXVI, XXVII (...)
  • 90 PI. C 2, I ; C 3, VII ; C 4, XXXIV ; C 5, V, VI, VII, XII, XXVIII ; C 6, II, XIV, XV, XVII, XIX, XX (...)
  • 91 PI. C I, II, III, V VII, IX, X, XI, XII, XIII, XVII ; C 3, X, XIII ; C 4, I, II, III, IV, V, VI, VI (...)
  • 92 PI. C I, I, VIII ; C 3, I, II, IX, XI, XII, XV, XVI, XXVI, XXVII, XXVIII, XXIX ; C 4, XI ; C 6, VII (...)
  • 93 PI. C 2, III, IV ; C 3, III ; C 4, XIX ; C 5, X, XIII, XIV, XVI, XIX, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXVI, (...)

114Le glyphe est généralement bichrome, exceptionnellement monochrome86. Dans les yopitzontli bichromes, le cône est uni87 ou rayé horizontalement de rouge et de blanc88, de rouge et de rose89, de rouge et de bleu (pl. C 1, VI), de rouge et de jaune (pl. C 3, XX, XXIII), de jaune et de blanc (pl. C 5, XV, XVIII, XX, XXV). L’anneau est lisse (rouge90 ou blanc91) ou constitué d’une tresse blanche92, rouge et blanche93 ou exceptionnellement jaune (pl. C 5, XV, XX), jaune et blanche (pl. C 5, XVIII, XXV).

115Les rubans décorés de raies transversales ou longitudinales dont les couleurs rouges et blanches et la forme évoquent les plumes du tlauhquecholli ont généralement une extrémité fourchue, exceptionnellement rectiligne. Les rubans ont une direction oblique quand le yopitzontli fait fonction de coiffure, horizontale dans les autres fonctions.

  • 94 PI. c 4, 1, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX

116• Le yopitzontli comme ornement de nez94 est représenté de trois quarts, le cône (toujours unique) dirigé vers le bas, les rubans dont l’extrémité est toujours fourchue relevés de part et d’autre des ailes du nez.

117• Le yopitzontli comme ornement de bras est toujours représenté à plat, le cône figuré par un petit cercle rouge ou blanc, ne reposant sur aucun anneau. Le bord des rubans est fourchu ou rectiligne. Cet ornement peut être simple (pl. C 4, XXI, XXV), double (pl. C 4, XXIII, XXIV) ou triple, et dans ce cas les bords du ruban sont rectilignes (pl. C 4, XXII).

  • 95 PI. C 4, XXVII, XXVIII, XIX, XXXI, XXXIII, XXXIV

118• Le yopitzontli comme ornement de genoux, appelé cotzehuatl par Seler, est constitué comme l’ornement précédent d’un simple (pl. C 4, XXXV, XXXVI), double95 ou triple (pl. C 4, XXVI, XXX, XXXII) cône ou cercle, comme nous l’avons déjà mentionné, reposant sur un anneau. Le cône est présenté de trois quarts, les rubans étant toujours disposés horizontalement. L’extrémité des rubans est rectiligne ou fourchue.

b - Glyphes issus du yopitzontli

119Des représentations : bâtons cérémoniels, gerbes de fibres végétales, bultos ont été appelés par A. Caso bastón de Xipe, haz de Xipe, bulto de Xipe, probablement à cause de la présence du glyphe du yopitzontli. Elles ne se rencontrent que dans les manuscrits de tradition pictographique mixtèque. En revanche, la représentation de la manta (pièce de tissu) de Xipe, tissu rouge orné de cet attribut, ne figure que dans un manuscrit de tradition pictographique aztèque. Le chicahuaztli, lui, apparaît dans les manuscrits appartenant aux deux traditions.

□ Le bastón de Xipe (planches C 5 et C 6)
  • 96 PI. C 5, I, II, III, IV, V VI, VII, VIII, IX, X.

120Il se compose d’un bâton décoré en sa partie supérieure d’un yopitzontli à cône double (pl. C 5, XI) ou plus généralement triple96, surmonté d’un réceptacle rayé horizontalement de rouge et de blanc d’où jaillit un panache de plumes. Des rubans à rayures transversales rouges et blanches s’échappent de l’anneau du yopitzontli, les uns à l’horizontale dans le prolongement du cône, les autres à la verticale vers le bas du bâton. Les rubans disposés à l’horizontale semblent entourer le réceptacle.

121Un des bâtons (pl. C 5, IV) porte juste au-dessous du yopitzontli un ornement présenté de face, composé de trois parties identiques, accolées verticalement, chacune constituée de deux rubans à rayures transversales rouges et blanches, situés de part et d’autre d’un cercle blanc. Le bâton orné d’un yopitzontli dont le cône est double est surmonté d’un couteau de sacrifice au lieu du panache de plumes (pl. C 5, XI).

L'haz et le bulto de Xipe (planche C 6)

122Ces glyphes, comme le précédent, n’apparaissent que dans les manuscrits mixtèques. Le premier représente une gerbe de roseaux, le deuxième, un ballot à base convexe dans lequel sont fichés des rubans.

  • 97 PI. C 5, XV, XVIII, XX, XXV. Cette combinaison de couleur n’apparaît que sur certains haz de Xipe d (...)

123Ces deux ensembles généralement colorés de rouge et de blanc, plus exceptionnellement de jaune97, sont attachés par des liens disposés horizontalement et ornés d’un yopitzontli représenté de trois quarts dont l’aspect correspond à la description que nous avons faite supra.

  • 98 Pl. C 5, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXV, XXVI, XVII, XX (...)
  • 99 Pl. C 5, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXIII, XXIV, XXV, XXVI, XXVII, XXVIII ; C 6 (...)

124 L'haz de Xipe98 est enveloppé dans sa presque totalité dans deux couches de tissu (ou de papier) qui se chevauchent. À mi-hauteur de cette “enveloppe” blanche, rayée horizontalement de rouge ou de jaune, repose un ensemble composé d’un yopitzontli et de rubans. Les rubans s’échappent de l’anneau du yopitzontli dans une position verticale ou horizontale, à l’avant et parfois aussi à l’arrière de la gerbe99. Il sont simples, doubles ou triples, soit unis, soit rayés transversalement ou horizontalement de rouge ; leurs extrémités sont rectilignes. La gerbe est parfois ceinturé d’un lien torsadé (pl. C 6 XI, XI1) à la place d’un ruban.

  • 100 PI. C 6, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXV.

125• Le bulto de Xipe100 porte aussi l’ensemble yopitzontli-rubans. De l’anneau du yopitzontli s’échappe toujours, dans une position horizontale, un double ruban blanc rayé transversalement de rouge dont les extrémités sont rectilignes. Parfois un ruban simple, placé dans une position verticale, complète à l'avant du bulto cet ensemble (pl. C 6, XIV, XV). Des ensembles de trois ou quatre rubans rayés rouge et blanc, à l’exception de représentations du Codex Seiden où ils sont jaunes et parsemés de ce qui semble être des gouttes de ulli (pl. C 6, XXIII, XXV), sont fichés dans le bulto.

□ La manta de Xipe (pl. C 6, XXVI)

126Rectangle de tissu blanc bordé de rouge dont le centre contient un yopitzontli. Ce glyphe rouge et blanc est vu de face, les deux paires de rubans dont l’extrémité est en forme de queue de tlauhquecholli reposant sur un cercle rouge bordé d’une sorte de frange blanche. Le cercle est posé sur quatre rubans rouges et blancs dont les extrémités sont, comme ceux du yopitzontli, en forme de queue de tlauhquecholli.

□ Le chicahuaztli

127Il est parfois décoré, au-dessous du réceptacle qui contient les sonnailles, d’un yopitzontli. Le cône est représenté sous forme d’un petit cercle (pl. C 7, I, II, III), aplati ou avec un effet de relief : dirigé vers le haut (pl. C 7, VI, VII, VIII) ou vers le bas (pl. C 7, IV, V). Des rubans dont l’extrémité est fourchue (pl. C 7, I, III, VII, VIII) ou rectiligne (pl. C 7, II, IV V VI) s’échappent de la base du cône.

2 - Glyphe du tlauhquecholli (planches C 8 à C 14)

  • 101 Les extrémités fourchues sont selon Seler en forme de maxaliuhqui, du verbe maxaliui (se diviser).

128Ce glyphe est constitué par les plumes rouges et blanches, ou roses et blanches, à extrémité fourchue101, du tlauhquecholli. Il figure éventuellement seul comme dans le Magliabechiano (pl. A 53b) où trois “queues” de tlauhquecholli sont dessinées entre Xipe et l’une des divinités du maïs, Xilonen, et au-dessus de la divinité de la mort, Mictlantecuhtli (pl. C 8 I). La “queue” centrale représente probablement le gilet de sacrifice propre à Xipe tel qu’il apparaît dans les manuscrits de tradition pictographique aztèque (pl. C 10, VII, VIII, IX). Ce glyphe est le plus souvent associé à des éléments de la parure et à des objets.

  • 102 Pl. C 8, XXVI, XXIX, XXX, XXXI, XXXII, XXXIII, XXXIV, XXXV11.
  • 103 Pl. C 8, VI, VII, VIII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, (...)
  • 104 Pl. C 9, I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, X, XII, XIII, XIV, XVI, XVII.
  • 105 Pl. C 8, VI, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXIII, (...)

129Comme élément de la parure, on le trouve comme composante de deux coiffures (pl. C 8, II, III, IV), le yopitzontli et le tlauhquecholtzontli (couronne de plumes rouges) - appelé aussi tlauhquecholtontec (tête de plumes rouges). Il se présente aussi sous forme d’ornement de nez (pl. C 8, V) et d’oreille. L'ornement d’oreilles est soit composé d’une102 ou de deux plumes103 dont l’extrémité est fourchue, soit de deux rubans superposés en partie dont l’extrémité est arrondie104. Les plumes sont généralement bicolores (rouges et blanches) plus rarement monochromes comme dans le Fragmento I de Humboldt'105 (roses ou rouges). Les rubans sont blancs, rayés transversalement de rouge.

  • 106 Pl. C 9, XXV, XXVI, XXVII, XXVIII, XXIX, XXX, XXXI, XXXII, XXXIII, XXXIV.
  • 107 Amateteuitl de amatl (papier) et teteuitl (petite banderole) (CF, 1979, vol. I, liv. 2, f 25r°).
  • 108 Le gilet du sacrifié du Codex Becker I (pl. C 10, IV) est rouge décoré d’une simple bande blanche e (...)
  • 109 Pl. C 10, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII. Pl. C 11 et C 12.

130Ce glyphe apparaît comme ornement d’épaules (pl. C 9, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII), de bras (pl. C 9, XXIII, XXIV) et de dos106 : peut-être s’agit-il, dans le cas de l’ornement d’épaule, de l’objet désigné dans le Codex Florentino sous le nom de amateteuitl107. L’association du rouge et du blanc108 et de la forme de la queue de tlauhquecholli se retrouvent dans des vêtements rituels comme le cache-sexe109 appelé maxtlatl, le gilet de sacrifice appelé tlauhquecholeuatl et la cape (pl. C 10, I, II, III). Ce gilet se présente en deux parties chez les Aztèques (pl. C 10 VII, VIII, IX), en trois chez les Mixtèques qui les unissent, en haut de la poitrine, au moyen d’une sorte de broche décorée d’un yopitzontli (pl. C 10, V VI).

131Ces pièces de vêtement accompagnent le sacrifié jusqu’à la crémation de son corps : le glyphe du tlauhquecholeuatl flanqué de celui du maxtlatl et des “ornements de dos” (dans un cas) se trouve dans le Codex Nuttall (pl. C 13 I, II) sur des “fardeaux” mortuaires de sacrifiés au Tlahuahuanaliztli et au Tlacacaliliztli. Posé au-dessous d’un crâne, il enveloppe un fémur et des plumes qui sont probablement des objets rituels.

  • 110 Au-dessus de cet ensemble glyphique est écrit “yophico”.

132Le gilet se retrouve aussi posé sur la panse (pl. C 13 IV) ou sur le col (pl. C 13 V)110 d’une jarre. Le glyphe du maxtlatl retombe du col d’un récipient (pl. C 13 VI) ou passe dans les anneaux d’un jeu de balle (pl. C 13 III).

  • 111 Pl. C 13, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII.

133Il entre dans la composition du groupe drapeau-bouclier111, de la manta de Xipe (pl. C 13 XVIII), du sac de copal (pl. C 13 XIX) ou du chicahuaztli (pl. C 14).

3 - Glyphe du masque en peau humaine (planches C 15 et C 16)

134Nous considérons comme glyphe le masque en peau humaine qui couvre le visage sur toute sa surface ou seulement dans sa partie supérieure. Il se présente aussi dans d’autres fonctions : celle d’un pectoral porté par un personnage (pl. C 15 XVI), celle d’un glyphe anthroponymique rattaché par un lien graphique à un visage (pl. C 15 XLVIII).

  • 112 Pl. C 15, XVII, XXVIII, XIX, XXI, XXII ; C 16, VI.
  • 113 Pl. C 15, II, IV, XV, XXIII, XXVI, XXVII, XXVIII, XXIX, XXX, XXXI, XXXII, XXXIV, XXXV, XXXVI, XXXVI (...)
  • 114 Pl. C 15, XLVIII ; C 16,VIII.
  • 115 Pl. C 15, I, III, V, VI, VII, VIII, IX, X, XI, XIII, XX, XXIV, XXIV.

135La forme de masque la plus commune et qui probablement définit le mieux Xipe Totec est celle qui, couvrant le visage dans sa totalité, a été découpée dans un morceau de peau morte de couleur jaune. On reconnaît qu’il s’agit d’un masque à la couleur et à l’absence d’arête du nez, de modelé des pommettes et de dessin des lèvres, ce qui lui donne un aspect flacide. Le bas du masque est éventuellement coloré en rouge"112 à l’exception des lèvres qui restent jaunes. La surface est lisse113, striée114 ou porte de la tempe à la mandibule différents graphismes : trait rectiligne simple115 ou double (pl. C 15 XXV), trait rectiligne longé de pointillés (pl. C 15 XII, XIV) ; bande composée de petits cercles (pl. C 15 XVII), bande remplie de stries (pl. C 17 IV V), de “chevrons” (pl. C 16 X, XII, XXIII), d’un graphisme réticulé (pl. C 16 VI, VII) ou bande dont l’extrémité fourchue rappelle la forme et la couleur de la plume de tlauhquecholli (pl. C 16 IV, V). Des attributs de Tlaloc (“nuages” et "lunettes”) se superposent éventuellement sur ce masque (pl. C 15 XXIII).

  • 116 Pl. C 15, VIII, XXVII, XXVIII, XXIX, XXX, XLVII ; C 16, VIII, X, XI, XII, XIII, XX, XXL
  • 117 Pl. C 15, I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII.
  • 118 Pl. C 15, XII, XV, XVII, XVIII, XIX, XXII, XXIII.

136À la place des yeux figurent de simples cavités en forme d’amande, de fente matérialisée par un trait noir, ou de cercle. Elles sont souvent vides (la peau du sacrifié étant probablement découpée autour des cavités orbitales), mais peuvent aussi parfois contenir un œil116. En forme d’amande, les cavités sont dans les Codex mixtèques et dans ceux du Groupe Borgia, colorées en rouge aux extrémités extérieures117 ou sur toute la surface118 ; matérialisées par un trait noir, elles sont fermées.

  • 119 Pl C 15, XXIII, XXVII ; C 16, VIII.
  • 120 Pl. C 15, X, XI, XII, XIII, XV ; C 16, XL

137La cavité buccale peut être ouverte ou fermée. Ouverte, elle est dépourvue de lèvres (car découpée autour de celles du sacrifié) mais peut exceptionnellement laisser apparaître les dents (pl. C 15 XIV, XLVII), la langue119 ou un objet rouge qui est peut-être une pierre (pl. C 15 XX). Fermée, elle est colorée en rouge120, en blanc (pl. C 15 IX) ou en jaune : dans ce dernier cas, elle est contenue dans un cercle rouge (pl. C 15 XVIII, XIX).

4 - Glyphe de la peinture faciale (planche C 17)

  • 121 Pl. C 17, IX : seul exemple où les dents sont apparentes.

138La peinture couvre en totalité ou en partie le visage, dont la cavité buccale, toujours dépourvue de lèvres, est fermée ou entrouverte121, et les yeux généralement ouverts.

139Quand la peinture recouvre le visage dans sa totalité, elle est rouge : soit unie (pl. C 17 XI, XII), soit avec un trait noir (pl. C 17 I, IV, VI, VII, VIII, IX, X) qui simule une fente, soit avec un graphisme réticulé (pl. C 17 XIII) ; certains attributs de Tlaloc comme les "nuages” et les “lunettes”(pl. C 17 V VI, VII, VIII) s’y associent parfois.

  • 122 Pl. C 17, XIV, XV, XVI, XVIII, XX, XXI, XXII.
  • 123 Demi-masque rouge : C 17, XIV, XV, XVII, XVIII ; vert : C 17, XIX.

140Quand la peinture recouvre en partie le visage, elle est rouge122, verte (pl. C 17 XIX) ou noire (pl. C 17 XVII). De la tempe au bas de la joue est appliqué soit un graphisme réticulé123 sur les deux premières couleurs mentionnées, soit un trait vertical rouge simulant probablement une fente sur la peinture noire (pl. C 17 XVII).

5 - Glyphe du tzapocueitl (planche C 18)

  • 124 Pl. C 18, IV V, VI, VII, VIH, X, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII. Dans le Codex (...)
  • 125 Pl. C 18, XII, XVI, XVIII, XX, XXI, XII.
  • 126 Pl. C 18, IV, V, VI, VII, VIII, IX, XIII, XIV, XV, XIX.
  • 127 Comme sur les planches A 5b,c, A 44, A 45, A 46a, b, c, d, A 49a,b, A 50a,d, A 53a, A 54a.

141Une ou deux couches superposées de feuilles vertes124 ou, selon la qualité de la reproduction, marrons (pl. C 18 1, II, XI, XVII), retombent généralement d’une ceinture constituée d’un lien lisse125 ou tressé126. Cette jupe est souvent associée au maxtlatl rouge et blanc qui évoque par sa forme et ses couleurs les plumes du tlauhquecholli127.

6 - Glyphe du revêtement en peau humaine (planches C 19 à C 22)

142Appelé tlacaeuatl (“peau d’homme”) en nahuatl, il se compose de la peau écorchée d’un sacrifié mort par arrachement du cœur. La technique de l’écorchement, illustrée dans le feuillet 250r° du CMRP (pl. A 61a) et narrée par certains chroniqueurs consiste à pratiquer des incisions aux poignets, aux chevilles et le long de la colonne vertébrale, puis à soulever la peau au moyen de coups de baguette. La présence fréquente dans les pictographies des mains, ou des mains et des pieds du sacrifié rattachés au corps prouve que ces membres n’en ont pas été séparés lors de l’opération.

  • 128 PL C 21, II, III, VII, XV, XVI.
  • 129 Pl. c 20, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV ; C 21, I, IV, VII, XI, XIV, XVI ; C 22, XI, XII.
  • 130 Pl. C 19 ; C 20, I, II, IV, V, VI, VII, VIII ; C 21, V, VI, VIII, IX, X, XIII, C 22, I, II, III, IV (...)
  • 131 Pl. C 19, III, IV, VI, VII, VIII, IX, X ; C 20, II, III, V, VIII, IX, X, XI, XII.
  • 132 Pl C 19, VIII, IX, X ; C 20, I, II, XIV
  • 133 Pl. C 19, IV, VI, VII ; C 20, XIII ; C 21, V, VI, XI.

143La peau écorchée, tête comprise, figure éventuellement près de la cavité où elle sera enterrée à la fin du rituel (pl. C 22 VII) ou aux pieds du sacrifié, paradoxalement toujours en vie (pl. C 22 XIV). Mais en général elle couvre le porteur comme un vêtement : de la base du cou à la taille128, aux cuisses129 ou aux chevilles130, un bras seul pouvant en être recouvert (pl. C 20 III). Le contour de la peau a souvent un aspect “ondulé” qui simule probablement les rides de la peau desséchée131. La surface, presque toujours jaune, exceptionnellement blanche (pl. C 20 V), a un aspect lisse ou rugueux. Dans ce dernier cas, des taches rondes et rouges132 ou des stries irrégulières133 qui imitent probablement l’envers de la peau parsèment la surface.

  • 134 Pl. C 22, I, II, III, IV, V, VI.
  • 135 Cette fente apparaît dans la figure XII de la même planche.

144La peau porte éventuellement sur la poitrine à l’endroit où le cœur a été arraché une fente horizontale134 (pl. D 2 a, b). Une série de nœuds figure le long du dos, probablement de part et d’autre de la fente pratiquée pour décoller la peau (pl. C 21 XI)135 : système de “fermeture” que l’on retrouve dans de nombreuses sculptures de la divinité (pl. D 1 a, b).

7 - Glyphe du chicahuaztli (planches C 23 et C 24)

  • 136 Pl. C 23, II, XII, XIX, XXI, XXIII ; C 24, VII, VIII, IX, X. Certains chicahuaztli n’ont pas été co (...)
  • 137 Pl. C 23, I, III, IV, VI, VII, IX, X, XIII, XIV, XVII, XVIII, XX, XXV, XXVI, XXVII, XXVIII ; C 24, (...)

145C’est le bâton-hochet déterminatif de Xipe Totec et de certaines divinités agraires. Il est constitué d’un réceptacle sphérique ou cylindrique et d’un bâton. Le réceptacle situé dans la partie supérieure du bâton devait probablement contenir des graines qui, agitées, provoquaient un bruit de sonnaille. L’ensemble est soit monochrome : rouge136, rose (pl. C 24 V), jaune (pl. C 24 III, XX) soit bichrome, rayé : rouge et blanc137, rouge et rose (pl. C 24 I, II) et plus exceptionnellement rouge et jaune (pl. C 23 XVI), bleu et blanc (pl. C 23 V) ou bleu, blanc et rouge (pl. C 23 VIII). Il est généralement tenu à la main mais il est aussi représenté, brisé (pl. C 23 VII, XVII), dans un récipient.

  • 138 Pl. C 24, XII, XIII, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX.
  • 139 Pl. C 23, I, IV, V, VIII, XII, XV XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXV, XXVI, XXV (...)
  • 140 Pl. C 23, II, IX, X, XIII ; C 24, IV, V.

146Le réceptacle, toujours rouge, est généralement simple, moins souvent double'138 et exceptionnellement quadrilobé (pl. C 24 VI). Il est surmonté d’un objet lancéolé ou triangulaire, simple139 ou double (pl. C 23 III, VI, VII), d’un simple cylindre140 ou exceptionnellement d’une main (pl. C 23 XIV).

  • 141 Pl. C 23, IX, X, XX, XXVII ; C 24, I, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX.
  • 142 Pl. C 23, IX, X, XIV, XVII, XVIII, XX, XXV, XXVI, XXVII, XXVIII ; C 24, I, II.
  • 143 Pl. C 23, XVII, XVIII, XXV, XXVI, XXVIII.

147Des fleurs (pl. C 23 V VII, VIII, XI), des rosettes (qui sont probablement des yopitzontli vus de face et stylisés)141, des plumes de tlauhquecholli142 ou des yopitzontli143 sont parfois appliqués sur la surface du bâton.

8 - Glyphe des bannières (planche C 25)

148Des bannières, appelées communément “drapeaux de sacrifice”, bicolores ou exceptionnellement monochromes, accompagnent souvent les personnages : plantées dans un réceptacle attaché à leur dos ou formant un ensemble avec le bouclier.

  • 144 Aztapanitl, de aztatl (grue ou couleur blanche) et pantli (bannière).

149Les bannières monochromes sont rouges (pl. C 25 XVI, XVII) ou blanches (pl. C 25 XI). Un graphisme en forme de croix de Saint-André (ou similaire) blanc (pl. C 25 XI), jaune (pl. C 25 VIII), rose (pl. C 25 IX, XVIII, XIX) ou rouge (pl. C 25 XVII) figure parfois sur leur surface ou leur bord. Le nom nahuatl de la bannière blanche simple est probablement aztapanit144.

  • 145 Pl. C 25, I, II, III, IV, V VI, VII, X, XII, XIV, XXVII.
  • 146 Pl. C 25, XVIII, XIX, XXV, XXVI.

150Les raies des bannières bichromes sont transversales ou verticales. Transversales, toujours au nombre de trois, elles sont rouge sur fond blanc145 ou rose (pl. C 25 XV, XX, XXI). Verticales, simples ou doubles, elles sont de couleur rouge sur fond rose146 ou jaune (C 25 XXIII).

9 - Glyphe du bouclier (planche C 26)

  • 147 Tlauhteuicahiuhqui, de tlahuitl (ocre rouge), teuilacachoa (tourner autour de), qui, suffixe verbal
  • 148 Pl. C 26, II, III, IV, V VII, VIII, XI, XIV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XXVII, XXX, XXXI, XXXII, XXXIII (...)
  • 149 Pl. C 26, X. Le bouclier de la fig. XVIII est décoré de cercles rouges, verts et roses.

151Trois types de boucliers semblent déterminatifs de Xipe Totec. Le premier, désigné dans les CMRP et le Codex Florentino sous le nom de tlauteuicahiuhqui147, est décoré de cercles concentriques rouges et roses148, plus rarement rouges et jaunes (pl. C 26 XX) ou tricolores : bleus, rouges et roses149. Il est parfois orné dans sa partie supérieure d’une bannière rouge portant la croix de Saint-André et dans sa partie inférieure soit d’une sorte de “volant” blanc uni (pl. C 26 IV) ou à pois rouges (pl. C 26 II, V), soit de quatre petites banderoles (pl. C 26 X, XI). Ce bouclier est porté par le dieu, par le sacrifié au “combat du gladiateur” ou par les xixipeme.

  • 150 Pl. C 26, XII, XIII, XXII, XXIII, XXIV, XXV, XXXVI, XLI.
  • 151 Pl. C 26, XXL XXII. Les fig. XXIII et XXIV du Codex Ramírez, étant en noir et blanc, nous ignorons (...)

152Le deuxième type de bouclier est décoré soit de cinq petits pastilles blanches150, soit de boules de duvet (pl. C 26 XXI, XXVI) sur un fond blanc151, jaune (pl. C 26 XII, XIII), noir (pl. C 26 XXV) ou vert (pl. C 26 XXVI). Un “volant” rose (pl. C 26 XLI) ou quatre banderoles blanches (pl. C 26 XII, XIII) sont éventuellement appliqués au bas de ce bouclier porté par le dieu ou par le sacrifié au “combat du gladiateur”. Ce type de bouclier figure aussi au pied du quauhtzatzaztli (cadre auquel est attaché le supplicié) lors du sacrifice par les flèches.

  • 152 Pl. C 26, I, VI, IX, XV. Le bouclier de la fig. VI qui présente le même graphisme est en noir et bl (...)

153La surface du troisième type de bouclier est divisée en trois panneaux contenus dans un cercle rouge ou jaune. Le premier panneau reproduit la peau de l’ocelot, le second porte un graphisme de lignes noir sur fond bleu (représentant probablement de l’eau), le troisième, des cercles concentriques rouges et jaunes152. Un “volant”, probablement en plumes, figure parfois (pl. C 26 I, VI, XV) au bas de ce bouclier porté par le dieu et par l’empereur Axayacatl (pl. C 26 VI) dans le Codex Mexicanus 23-24.

10 - Glyphe du temalacatl (planche C 27)

  • 153 Aztamecatl de aztatl (grue ou couleur blanche) et mecatl (corde) ; tonacamecatl de to (notre), naca (...)

154Cette pierre ronde perforée en son milieu est généralement dessinée comme une simple cercle qui repose sur un côté ; dans des représentations influencées par la technique européenne du dessin, elle figure sous forme d’un cylindre. De la perforation centrale s’échappe une corde appelée aztamecatl ou tonacamecatl153 qui attachait le sacrifié lors du Tlahuahuanaliztli (le sacrifice du gladiateur). Le temalacatl est généralement posé sur une plate-forme.

  • 154 Pl. C 27, III, XII, XIII. La partie supérieure de la fig. XIV est jaune. Le temalacatl de la fig. V (...)

155La surface de la pierre est monochrome ou bicolore. Dans le premier cas, elle est blanche, soit unie154, soit avec un graphisme de petite cercles, d’ovales et de traits, toujours disposés en six ou huit quartiers (pl. C 27 VIH, IX, X, XI). Dans le deuxième cas, la surface est, soit bleue, bordée de jaune (pl. C 27 I), soit rouge parsemée de croix blanches et bordée de jaune (pl. C 27 II), soit rouge décorée de six ou huit cercles blancs (pl. C 27 IV) ou roses (pl. C 27 V, VI). Dans ce dernier cas, la surface du temalacatl est inscrite dans un anneau de la même couleur que les cercles intérieurs.

156Les cordes sacrificielles sont formées de deux brins en matière végétale, généralement blancs et exceptionnellement rouges et blancs (pl. C 27 I). Elles sont parfois ornées d’une paire de plumes blanches qui surgissent d’une sorte de “corolle” rouge dans certaines pictographies (pl. C 27 I, IV, V, VI, XII, XIII) ; c’est probablement la présence de ces plumes qui donne à cette corde le nom d'aztamecatl.

11 - Glyphe du quauhtzatzaztli ou mamazouhticac (planches C 28 et C 29)

  • 155 Quauhtzatzaztli. Ce terme proviendrait de quauitl (bois) et tzatzaqua (enfermer ou emprisonner quel (...)

157C’est le cadre auquel est attaché avec des cordes la victime du sacrifice par les flèches. Ce cadre en bois155 est posé sur une plate-forme. Il est constitué de deux pieux verticaux reliés par une (pl. C 28 II), deux (pl. C 29 II, III, IV V VI), trois (pl. C 29 I), cinq (pl. C 28 III), six (pl. C 28 I, IV V) ou sept (pl. C 28 III) traverses attachées aussi au moyen de cordes. Cet ensemble repose sur le sol ou sur une plate-forme. Dans les codex Becker I et Nuttall, un cercle qui selon Seler représente la terre (pl. C 28 I, II) apparaît au-dessous de la traverse inférieure ; dans les codex Vaticano-Ríos et Telleriano-Remensis, un ensemble constitué de dards et d’un bouclier (pl. C 29 V VI) est posé sur la plate-forme ornée d’une représentation de ciel étoilé.

B - Glyphes provenant de la parure de Tlatlauhqui Tezcatlipoca

1 - Glyphe du “miroir qui fume” (planche C 30)

158Il est constitué d’un cercle rouge ouvert d’où s’échappe, sur un côté ou en son centre, une volute de fumée. Il figure comme composante de la coiffure (pl. C 30 I, II, III, IV) ou remplace éventuellement le pied gauche (pl. C30 VI, VII, VIII).

2- Glyphe de la peinture faciale (planche C 31)

  • 156 Pl. C 31, I II, III IV, V, VI, VII, VIII, IX, X, XII, XIII, XIV, XV.

159Il se présente sous forme de bandes horizontales rouges et jaunes156, ou rouges sur fond blanc (pl. C 31 XI), qui recouvrent le visage du front au menton. Les bandes rouges sont parfois ornées de petits cercles blancs (pl. C 31 I, II, IV, V). Ces couleurs ainsi que leur distribution sont déterminatives de Tlatlauhqui Tezcatlipoca, mais il arrive aussi qu’Itztapaltotec (pl. C XIV, XV) porte la même peinture faciale.

3 - Glyphe de la peinture corporelle (planches C 32, C 33 et C 34)

160La peinture corporelle rouge est déterminative de Tlauhtlauhqui Tezcatlipoca. Elle recouvre tout le corps à l’exception des mains et parfois des pieds.

C - Glyphes provenant de la parure d’Itztapaltotec : glyphe de la coiffure (planche C 35)

161Seule la coiffure constituée d’un couteau de sacrifice, ouvert horizontalement en son milieu ou d’une seule pièce, semble déterminative de cette divinité.

  • 157 Pl. C 35, II, III, IV, V, VI, VIII, IX, X.

162Le couteau ouvert en son milieu forme une sorte de heaume qui contient un visage. La partie supérieure du couteau est conique, parfois décorée de touffes de duvet à la périphérie (pl. C 35 XII). Elle est rouge : unie (pl. C 35 XII, XIII, XIV) ou plus généralement bordée soit de rayures horizontales rouges ou beiges et jaunes (pl. C 35 I), soit de stries verticales rouges et blanches157 qui représentent probablement des traînées de sang. Un œil généralement rehaussé d’une volute bleue et une ébauche de nez sont toujours posés au bas du cône. Une rangée de dents blanches (pl. C 35 XII, XIII, XIV), ou colorées du côté des gencives en rouge (pl. C 35 I, II, III, VI, VII, VIII, IX, X), longe les deux bords de l’ouverture du heaume. Le bas de la coiffure est en général une réplique de la partie supérieure.

163Le couteau d’une seule pièce se substitue à une partie du corps humain : tête (pl. C 35 IV) ou tête et buste (C 35 XI). La partie supérieure est rouge, bordée de raies (ou de stries) verticales rouges et blanches imitant probablement des traînées de sang ; le visage est représenté soit dans sa totalité (pl. C 35 IV), soit uniquement par un œil (pl. C 35 XI).

Notes

1 Ce sens n’a pas été toujours établi.

2 Codex Borgia, op. cit., p. 67 ; Borbonicus, op. cit., pp. 14, 20 ; Manuscrito Tovar, op. cit., pl. XXVII et XXIX.

3 Ainsi que, quand cela est nécessaire, d’autres références comme la numérotation de la colonne pour les manuscrits qui se lisent en boustrophédon, la situation dans la page (haut, gauche, droite, bas) quand les manuscrits ne comportent aucun repère graphique.

4 Pl. A la, 2a, 3b, 4a,b, 5c, 8a,c,e, 9a, 10a,c, 11a,d,e, 12a,b,c, 15e,i,j,k,l, 16e, 21e, 29a,b, 48a,b, 50a, 56b, 61b,c, 62a, 66a,b.

5 Codex Borbonicus, op. cit., p. 14.

6 Pl. A 1a, 2a, 36, 4a, 6, 5c, 7, 8a,c,e, 10a,c, 11 d, e, 15k, 16d, 21e, 56b.

7 A. Caso, 1979, vol. II, p. 423.

8 C’est l’Achras sapota de la famille des Sapotacées.

9 E. Seler, 1901-1901, p. 32. Ce visage serait celui du patron de la quatrième heure du jour, dans son déguisement d’oiseau.

10 Pl. A 6b, 8b, 9b, 17i, 41a, 45, 49b, 50d.

11 A. Caso, 1979, vol. II, pp. 60-64.

12 A. Caso, op. cit., vol. I, pl. VII.

13 Pl. A 14, 26a, 42g, 52b, 54b, 55a, 55b, 56b,c, 57a, 58, 61a, 65b, 66d.

14 Pl. A 14, 26c, 31, 32, 33, 34, 41b, 42f, 43a,b, 50c,e.

15 Les sacrifices des codex Becker I et Nuttall ont lieu en l’année 12-Lapin (1050) selon K. Nowotny (1961, p. 14). Les dates des codex VaticanoRíos et Telleriano-Remensis sont 1-Lapin et 1506.

16 Le sacrifice du Tlacacaliliztli est exécuté à Atlancatepec sous les yeux de la déesse Acxacapo, version otomie de Cihuacoatl selon C. Aguilera, 1984, p. 43.

17 À l’exception du Codex Fernández Leal où il semble s’agir d’une femme (pl.A 32).

18 Dans les codex Becker I (pl. A 14) et Nuttall (pl. A 26a,c), les victimes sont des seigneurs désignés sous les glyphes anthroponymiques de “10Chien" et de "6-Maison’’. Les sacrifiés des codex Fernández Leal et Porfirio Díaz portent des glyphes anthroponymiques identiques : fleur + cœur (pl. A 32, 33) ou fleur + disque solaire (pl. A 31, 34). Les sacrifiés de l’Htc (pl. A 42f.g) sont Quauhtzitzimitl et Tlazotli ainsi que Tototzintli (pl. A 43a) et Xicallan (pl. A 43b).

19 Dans ce document (pl. A 33, 34), des "rayures" verticales rouges ou noires qui rappellent le masque de Xipe Totee figurent sur les visages de certains spectateurs du sacrifice.

20 Pl. A 50c,e, 56, 57a. 58, 62c, 63a,e, 646, 65a,c.

21 Pl. A 42g, 52b, 54b, 55a, 55b, 56b,c, 57a, 58, 61a, 65b, 66d.

22 Mamazouhticac : du verbe mamaçouhticac (être crucifié ou avoir les bras étendus). Le chevalet en bois auquel est attaché le prisonnier est aussi désigné sous le nom de quauhtzatzaztli, de quauhtli (bois ou arbre) et de tzatzaqua (enfermer ou emprisonner quelqu’un).

23 Pl. A 61a,c, 62c, 63a, 63e, 64b, 65a, 65c, 66c,e. Codex Tudela, pl. 54a.

24 Fr. T de Motolinía, 1967, pp. 78, 80.

25 Pl. A 54a, 55a,b, 56b,c, 57a, 58, 61a, 63c,d, 65b, 66d.

26 Le dieu est aussi désigné sous le nom de " 7-Pluie-Tlaloc-Xipe-Coiffure de Cipactli” dans les codex Vindobonensis (pl. A 15j,k,l, A16e) et Nuttall (pl. A 21e).

27 Dans une pictographie (pl. A 22d), ce personnage porte la coiffure-heaume d’Itztapaltotec.

28 A. Caso, 1979, II, pp. 111-112, 197, 390. Parmi les seigneurs de ce royaume figure aussi dans le Codex Bodley (p. IV-1) “12-Lézard-Jambes de flèches”.

29 Ibid., pp. 144, 383.

30 Ibid., pp. 337, 442. Le premier est le seigneur ou la divinité ancienne non-identifiée appelée "4-Mouvement-Xolotl, le deuxième est le célèbre conquérant “8-Cerf-Griffe de tigre”, le troisième, “4-Tigre-Nuit-Barbe”.

31 E. Menguin, 1952, pp. 432-433, 453-455.

32 La partie supérieure du yopitzontli est légèrement effacée.

33 E. Seler, I960, vol. II, pp. 402, 675.

34 C. Dibble, 1942, pp. 81-83. Ce glyphe est situé au-dessus de la représentation de Motecuhzoma Xocoyotzin et de la date de l’année 10-Lapin (1502).

35 Il figure toujours à côté de ces récipients à l’exception, dans le Fragmento I de Humboldt, de la page 1, où il est isolé.

36 Ce nom n’apparaît que dans le premier document, mais les glyphes étant identiques, nous supposons qu’il s’agit du même lieu.

37 M. E. Smith, 1973, pp. 132, 196-199.

38 M. E. Smith, op. cit., p. 132.

39 lbid., p. 132.

40 Ibid., pp. 19, 46.

41 Ibid., p. 198. J. Galarza, 1986.

42 M. E. Smith, op. cit., p. 196.

43 A. Caso, 1979, vol. II, pp. 11, 61, 62, 63, 169, 170, 173-177, 362.

44 Les couleurs des bultos et des silos des pp. 17-I, 22-11, 30-II et 35-1 du Codex Vindobonensis sont, exceptionnellement, jaunes et blanches.

45 A. Caso, 1979, vol. I, pl. XXIV et XXV.

46 A. Caso, op. cit., vol. II, pp. 62, 63.

47 Pl. B 24a, 266, 53g, 54f 55a,d,f, 72a, 82g, 83a, 85c,i.

48 Pl. B 72i, 73a, 74a, 80a,g,n, 81a,g, 82a,k, 83j,n.

49 Pl. B 2a, 3a, 4a, 5a,i,r, 6a, 8a, 9a, 10h, 11j, 19e, 56a, 58j, 59a,6, 62a,j, 63aj, 646, 65g, 66b, 69a, 70a,i, 76a.

50 Pl. B 1b, 3j, 15b, 28/, 46b,6 f,h,j,l, 49b,h,j,l,n,p,r, 50b,d,f,h,j,l, 51b,d,f,h,j,l,n,p, 52e, 606, 61b,i, 76b, 786, 80b,h,o, 81b,h, 82b,l, 83j,o, 846.

51 Pl. B 2b, 46, 56, 66, 86, 96, 10i, 11k, 12b,i, 13b,s, 66,d,e, 206, 22n, 276,k,t, 28b, 456,6, 65c,h, 71i, 77q, 796, 84b.

52 Pl. B 1k, 26, 5j,s, 76, 11b, 13k,14h,l, 15l, 19f, 20j, 21k, 226, 23e,f,h, 24v, 256,6, 26b,k,t, 27b,k,t, 286, 29b,h, 30b,j, 31b,J, 32b,k, 336,6, 34b,j, 35b,i, 36b,k, 37b, 38b, 39, 52b, 56b, 58b,k, 59b,i, 62k, 63b,k, 64e, 67b, 68b.

53 Pl. B 9c, 11c, 12c, 13l, 56c, 57c, 58j, 59c,j, 856.

54 Pl. B 18c, 40d, 42c, 60i, 666, 69c, 70c,k, 83c.

55 Xipe semble extraire une viscère (partie d’intestin ?) de la poitrine d’un personnage vivant, nu, peint en bleu (pl. B 15/). Il semble aussi en extraire une (pl. B 11q) d’un personnage nu et mort.

56 B. Spranz, 1973, pp. 352, 353, 359.

57 E. Seler, 1908, pp. 213-215 ; 1960, vol.II, p. 407.

58 Pl. B 10k, 11m, 12k, 13d, 14n, 4, 41d, 59d,k, 67g, 69b, 71c.

59 Pl. B 1m, 2d,m, 3d, 5l, 96, 10k, 11d, 14n, 15d, 196, 206, 21d,22d),23j 246,p, x, 25j, 266,n ; 276,m,v, 286, 31b,j, 326, 336,m, 346, 356, 376, 386, 396, 40e, 41d, 53c, 626,m, 636, 64g,

60 Pl. B Ie,n, 2e,n, 3e,m, 4e, 5e,m,v, 6f, le, 8e, 9e, 10c,l, 11e,n, 12l, 13e,n,u, 15e,o, 18e, 19i ; B 21e,n, 22e, 23k, 24e, 25k, 26e, 21e,n, 28e,o, 29e,k, 30e,m, 31e,m, 32e,n, 33e,n, 34e,m, 35e,l, 36e,n ; B 37e, 38e, 39e, 40f, 41e, 42e, 41c,f, 48b,e, 52h, 53d,g, 54f 55a,d,f, 56e, 57e, 58e,n, 59e,l, 60q, 62e,n; B 63e,n, 646,h,n, 67e, 68e, 69e, 71d,m, 12b,h, 13b,l, 746, 75e, 80c,i,p, 81c,i, 82c, 83e, 85e.

61 Aztamecatl de aztatl (grue) et mecatl (corde) - Corde avec plumes de grue. Cette corde est aussi appelée par Seler tonacamecatl (corde des aliments). Pl. B 14f 18i, 40k, 55c, 66j, 69i, 70g,p, 77g.

62 A. Caso, 1979, vol. I, p. 31.

63 Pl. B 2o, 3f, 4f, 5n,w, 6e, 8f, 10m, 11o, 12m, 13f,o, 19j, 22 o, 24f, 27f,o, 28p, 29f,l, 30f,n, 31f,n ; 32/33f,o, 34f 36f 37f 38,f 39f 40g, 41f, 42f, 62f,o, 63f, 64f, 67f.

64 Pl. B lp, 2p, 3g, 5g,o,x, 7g, 9g, 13p, 14n,p, 21g, 24s, 30g, 31g,o, 32g,p, 33g,p, 34g,o, 35g, 38g, 39g.

65 Pl. B lg, 2g, 3o, 4g, 5g, 6g, 8g, 10n, l, p, I2n, 13g,w, 14b, 15g,p, 28q, 49e, 52j 56g, 57g, 58g,p, 61e,k, 62g,p, 63g,p, 64j, 65d,i, 68g, 7ln, 75g, 76e, 77 m, v, 78g, 79g, 80d,j,q, 81d,j, 82d,n, 83l,p, 84g,p, 856.

66 Pl. B 18h, 60n,t, 66h, 69g, 10e,n, 72c,p, 73d, 74d, 77f 80k, 81, 83g, 85f,j.

67 Pl. B 5q, 14r, 21h, 266, 27i,q, 28i, 41i.

68 Pl. B 21i, 31q, 58i,r, 59o, 60n,s, 61g,m, 62i, 63i,q, 65i, 67h, 68i, 69h, 70f,o, 7lp, 72d,l, 13e,o, 74e, 75i, 77e.n.x, 786, 79i, 80e,l,s, 81f 82p, 836,s, 84i, 85g.

69 Pl. B 10o, 52k, 56h, 58r, 59o, 61g,m, 62i, 66i, 67h, 68i, 69h, 70f,o, 7lp, 73o, 75l, 77n.

70 Pl. B 4i, 5p, 6i, 14q, 27h,r, 28h, 35o, 41h, 62i, 63i,q.

71 Pl. B 1h, 2q, 3p, 4h, 66, i/, 10p, 12p, 15s. 28r, 49f, 51i, 586,q, 59n, 60m, 61f,l, 62q, 63h,r, 64k, 67i, 68h, 71o, 73n, 756, 76g, 77o,w, 78i, 796, 80f,m,r, 81k, 82o, 83m,r, 84h.

72 Cet objet n’apparaît que dans le Codex Nuttall. Pl. B 24h,t, z, 25e,f,n,o, 26i,r, 27 z, 36i.

73 Il s’agit du radius dans le Codex Borgia, du fémur dans les codex Nuttall et Florentino.

74 Pl. B lr, 2i, 7i, 9i, 10e, 11i, 12f 13q, 206,p, 306,p, 31h, 32q, 386, 39i.

75 Pl. B 18i, 406, 55c, 66j, 69j, 70g,p, 72e,m, 73f, 74f, 77g, 78k.

76 Pl. B 18l, 426, 47d,g, 48c, f, 536, 54g, 55e,g, 64c,o.

77 E. Seler, 1900-1901, pp. 31-32 ; B. Spranz, 1973, p. 353.

78 E. Seler, 1963, vol. 1, p. 37.

79 Pl. Cl, I ; C 3, I, II, III, XI, XII, XIV, XVI, XXIII.

80 Pl. C I, II, IV, V, VI, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII : C 2, I, II.

81 Pl. C I, III, VII ; C 2, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXV ; C 3, I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXV, XXVI, XXVII, XXVIII, XXIX ; C 4, I, II, III, IV, V VI, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVII, XVIII, XIX, XX ; XII, XIV, XV, XXIII, XXV : C 6, III, IV, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXVI ; C 7, VI, VII, VIII.

82 Pl. C I, IV, V, VI, IX, XIV, XV, XVI : C 2, II.

83 Pl. C I, VIII, XI ; C 2, I ; C 4, XXVII, XXVIII, XIX, XXXIII, XXXIV ; C 5, XI, XIII, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXIV XXVI, XXVII, XXVIII ; C 6, I, II, XXIII, XXIV, XXV ; C 7, IV, V

84 Pl. C I, II, IX, X, XII, XIII, XVII ; C 4, XXVI ; C 5, I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX, X ; C 6, VI.

85 Pl. C 4, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXV, XXX, XXXI, XXXII, XXXV, XXXVI ; C 7, 1, II, III.

86 PI. C 2, VI, VII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXV ; C 3, IV, V, VI, XIV, XXI ; C 4, X, XXVII ; C 6, XXV

87 PI. C 3, VII, IX ; C 4, XI, XII, XVII, XVIII, XX ; C 6, XVIII, XX, XXII, XXIII, XXIV ; C 7, IV, V, VI, VIII.

88 PI. C I,I, II, III, IV, V, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII ; C 2, I, II, III, IV ; C 3, II, III, X, XI, XII, XIII, XV ; C 4, I, II, III, IV V VI, VII, VIII, IX, XIII, XIV, XIX, XXVI, XXVIII, XIX, XXXIII ; C 5, I, II, III, V, V, VI, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XVI, XVII, XIX, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXVI, XXVII, XXVIII ; C 6, I, II, III, IV, V VI, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XIX, XXI.

89 Pl. C 3, XVI, XVII, XVIII, XXII. Sur cette planche, le sommet du cône des figures XXIV, XXVI, XXVIII et XXIX est noir. Deux fleurs sont appliquées sur les bases des figures XXV, XXVI, XXVIII et XXIX.

90 PI. C 2, I ; C 3, VII ; C 4, XXXIV ; C 5, V, VI, VII, XII, XXVIII ; C 6, II, XIV, XV, XVII, XIX, XXII, XXIII, XXIV, XXV ; C 7, VIII.

91 PI. C I, II, III, V VII, IX, X, XI, XII, XIII, XVII ; C 3, X, XIII ; C 4, I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, XII, XIII, XIV, XVII, XXVI, XXVI, XXVIII, XXIX, XXXIII ; C 5, I, II, III, IV, VIII, IX, XI, XXVIII ; C 6, VI, IX, X, XI, XII, XVIII, XX, XXI.

92 PI. C I, I, VIII ; C 3, I, II, IX, XI, XII, XV, XVI, XXVI, XXVII, XXVIII, XXIX ; C 4, XI ; C 6, VII, XIII ; C 7, IV, V.

93 PI. C 2, III, IV ; C 3, III ; C 4, XIX ; C 5, X, XIII, XIV, XVI, XIX, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXVI, XXVII ; C 6, I, III,V, VIII.

94 PI. c 4, 1, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX.

95 PI. C 4, XXVII, XXVIII, XIX, XXXI, XXXIII, XXXIV

96 PI. C 5, I, II, III, IV, V VI, VII, VIII, IX, X.

97 PI. C 5, XV, XVIII, XX, XXV. Cette combinaison de couleur n’apparaît que sur certains haz de Xipe du Codex Vindobonensis.

98 Pl. C 5, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXV, XXVI, XVII, XXVIII ; C 6, fig. I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII.

99 Pl. C 5, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXIII, XXIV, XXV, XXVI, XXVII, XXVIII ; C 6, II, VII, VIII, X, XIII.

100 PI. C 6, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXV.

101 Les extrémités fourchues sont selon Seler en forme de maxaliuhqui, du verbe maxaliui (se diviser).

102 Pl. C 8, XXVI, XXIX, XXX, XXXI, XXXII, XXXIII, XXXIV, XXXV11.

103 Pl. C 8, VI, VII, VIII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXV, XXVII, XXVIII, XXXV, XXXVI, XXXVIII ; C 9, IX, XI, XV.

104 Pl. C 9, I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, X, XII, XIII, XIV, XVI, XVII.

105 Pl. C 8, VI, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXIII, XXIV. Les ornements d’oreilles du Codex de Azoyú no 2 (C 8, XXIV et XXV), du Codex en Croix (C 8, XXIX), du Calendario Tovar (C 8, XXXVIII) ne sont pas colorés.

106 Pl. C 9, XXV, XXVI, XXVII, XXVIII, XXIX, XXX, XXXI, XXXII, XXXIII, XXXIV.

107 Amateteuitl de amatl (papier) et teteuitl (petite banderole) (CF, 1979, vol. I, liv. 2, f 25r°).

108 Le gilet du sacrifié du Codex Becker I (pl. C 10, IV) est rouge décoré d’une simple bande blanche en son bord inférieur.

109 Pl. C 10, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII. Pl. C 11 et C 12.

110 Au-dessus de cet ensemble glyphique est écrit “yophico”.

111 Pl. C 13, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII.

112 Pl. C 15, XVII, XXVIII, XIX, XXI, XXII ; C 16, VI.

113 Pl. C 15, II, IV, XV, XXIII, XXVI, XXVII, XXVIII, XXIX, XXX, XXXI, XXXII, XXXIV, XXXV, XXXVI, XXXVII, XXXVIII, XXXIX, XL, XL1, XLII, XL1I1, XLIV, XLV, XLVI, XLVII ; C 16, I, II, IX, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXIV.

114 Pl. C 15, XLVIII ; C 16,VIII.

115 Pl. C 15, I, III, V, VI, VII, VIII, IX, X, XI, XIII, XX, XXIV, XXIV.

116 Pl. C 15, VIII, XXVII, XXVIII, XXIX, XXX, XLVII ; C 16, VIII, X, XI, XII, XIII, XX, XXL

117 Pl. C 15, I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII.

118 Pl. C 15, XII, XV, XVII, XVIII, XIX, XXII, XXIII.

119 Pl C 15, XXIII, XXVII ; C 16, VIII.

120 Pl. C 15, X, XI, XII, XIII, XV ; C 16, XL

121 Pl. C 17, IX : seul exemple où les dents sont apparentes.

122 Pl. C 17, XIV, XV, XVI, XVIII, XX, XXI, XXII.

123 Demi-masque rouge : C 17, XIV, XV, XVII, XVIII ; vert : C 17, XIX.

124 Pl. C 18, IV V, VI, VII, VIH, X, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII. Dans le Codex Florentino cette jupe est en plumes appelées chilchotic et quetzalvitztli. Le premier nom se réfère au passereau de la famille des Ictéridés ; le deuxième désigne probablement les plumes longues et vertes du quetzaltototl. Le dessin de la fig. III de cette planche étant en noir et blanc, nous en ignorons la couleur.

125 Pl. C 18, XII, XVI, XVIII, XX, XXI, XII.

126 Pl. C 18, IV, V, VI, VII, VIII, IX, XIII, XIV, XV, XIX.

127 Comme sur les planches A 5b,c, A 44, A 45, A 46a, b, c, d, A 49a,b, A 50a,d, A 53a, A 54a.

128 PL C 21, II, III, VII, XV, XVI.

129 Pl. c 20, IX, X, XI, XII, XIII, XIV, XV ; C 21, I, IV, VII, XI, XIV, XVI ; C 22, XI, XII.

130 Pl. C 19 ; C 20, I, II, IV, V, VI, VII, VIII ; C 21, V, VI, VIII, IX, X, XIII, C 22, I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX.

131 Pl. C 19, III, IV, VI, VII, VIII, IX, X ; C 20, II, III, V, VIII, IX, X, XI, XII.

132 Pl C 19, VIII, IX, X ; C 20, I, II, XIV

133 Pl. C 19, IV, VI, VII ; C 20, XIII ; C 21, V, VI, XI.

134 Pl. C 22, I, II, III, IV, V, VI.

135 Cette fente apparaît dans la figure XII de la même planche.

136 Pl. C 23, II, XII, XIX, XXI, XXIII ; C 24, VII, VIII, IX, X. Certains chicahuaztli n’ont pas été coloriés (pl. C 23, XV et XXII ; pl. C 24, IV et VI).

137 Pl. C 23, I, III, IV, VI, VII, IX, X, XIII, XIV, XVII, XVIII, XX, XXV, XXVI, XXVII, XXVIII ; C 24, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX.

138 Pl. C 24, XII, XIII, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX.

139 Pl. C 23, I, IV, V, VIII, XII, XV XVI, XVII, XVIII, XIX, XX, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXV, XXVI, XXVII, XXVIII ; C 24, I, II, III, VII, VIII, IX, X, XI, XX.

140 Pl. C 23, II, IX, X, XIII ; C 24, IV, V.

141 Pl. C 23, IX, X, XX, XXVII ; C 24, I, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII, XIX.

142 Pl. C 23, IX, X, XIV, XVII, XVIII, XX, XXV, XXVI, XXVII, XXVIII ; C 24, I, II.

143 Pl. C 23, XVII, XVIII, XXV, XXVI, XXVIII.

144 Aztapanitl, de aztatl (grue ou couleur blanche) et pantli (bannière).

145 Pl. C 25, I, II, III, IV, V VI, VII, X, XII, XIV, XXVII.

146 Pl. C 25, XVIII, XIX, XXV, XXVI.

147 Tlauhteuicahiuhqui, de tlahuitl (ocre rouge), teuilacachoa (tourner autour de), qui, suffixe verbal.

148 Pl. C 26, II, III, IV, V VII, VIII, XI, XIV, XVI, XVII, XVIII, XIX, XXVII, XXX, XXXI, XXXII, XXXIII, XXIV, XXXV, XXXVI, XXXVII, XXXVIII, XXIX, XL. Les boucliers des fig. XIX et XXIX présentent le même graphisme mais sont en noir et blanc ; celui de la fig. XXXIX est rose.

149 Pl. C 26, X. Le bouclier de la fig. XVIII est décoré de cercles rouges, verts et roses.

150 Pl. C 26, XII, XIII, XXII, XXIII, XXIV, XXV, XXXVI, XLI.

151 Pl. C 26, XXL XXII. Les fig. XXIII et XXIV du Codex Ramírez, étant en noir et blanc, nous ignorons la couleur du bouclier.

152 Pl. C 26, I, VI, IX, XV. Le bouclier de la fig. VI qui présente le même graphisme est en noir et blanc. La décoration du bouclier de la fig. XI est constituée de deux panneaux : l’un contient des cercles rouges et blancs, l’autre une surface blanche unie.

153 Aztamecatl de aztatl (grue ou couleur blanche) et mecatl (corde) ; tonacamecatl de to (notre), nacatl (viande) et mecatl (corde).

154 Pl. C 27, III, XII, XIII. La partie supérieure de la fig. XIV est jaune. Le temalacatl de la fig. VII provient d’une édition en noir et blanc.

155 Quauhtzatzaztli. Ce terme proviendrait de quauitl (bois) et tzatzaqua (enfermer ou emprisonner quelqu’un).

156 Pl. C 31, I II, III IV, V, VI, VII, VIII, IX, X, XII, XIII, XIV, XV.

157 Pl. C 35, II, III, IV, V, VI, VIII, IX, X.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search