Version classiqueVersion mobile

Xipe Totec. Notre Seigneur l’Écorché

 | 
Anne-Marie Vié-Wohrer

Chapitre II. Techniques de Recherche

Texte intégral

1Técnicas de Investigación.– El repertorio de pictografías, objeto de este trabajo es el resultado de una investigación organizada en tres niveles que más o menos son las respuestas a estas preguntas : ¿qué es lo que buscamos ? ¿dónde buscamos ? ¿cómo explotar lo que hemos encontrado ? Las tres partes que componen este capítulo representan estas respuestas.

I - Criterios de identificación de las pictografías

2La búsqueda de pictografías perteneciendo al complejo divino Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli supone un conocimiento previo de criterios de identificación de este complejo. Sin este conocimiento no se puede llevar a cabo la búsqueda.

3Estos criterios fueron aislados en primer lugar de un conjunto de pictografías encontradas en los Códices mixtos que hemos usado como “referencias”. Muchas de estas pictografías habían sido ya identificadas en el siglo xvi y nombradas (y/o descritas) en lengua indígena o en castellano. También fue de gran ayuda la lista de atributos de esta divinidad que figura en los relatos de Sahagún, Motolinía, Durán, Muñoz Camargo y otros... Otras pictografías fueron identificadas en la época moderna.

4Además, por medio de la búsqueda de estos criterios en las pictografías y por medio del estudio cuidadoso del dibujo, hemos logrado identificar más elementos perteneciendo al complejo dicho de lo que inicialmente encontramos.

II - Búsqueda de las pictografías en los documentos

5Las buscamos en cualquier tipo de documento pre o postcolombino que pueda servir de soporte a una escritura como manuscritos, frescos y grabados con tal de que sea auténtico.

6Los cuarenta y cinco documentos consultados fueron constituidos en grupos según un criterio geográfico con la excepción del Grupo Borgia para el cual se siguió un criterio estilístico y temático. En cada grupo se presenta cada manuscrito, su procedencia, la lengua del tlacuilo, la fecha de su hechura, su contenido temático, la presencia o ausencia de anotaciones y por fin un comentario de las pictografías que pertenecen al complejo divino Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli.

III - Censo de las pictografías y establecimiento de tarjetas analíticas

7Se recogieron doscientos cuarenta y siete pictografías : doscientos cuarenta y dos en los manuscritos pictográficos, cuatro en los frescos y una en un fragmento de hueso grabado.

8Cada pictografía fue reproducida a escala (cuando era posible) y a colores. Se hicieron tarjetas “analíticas” de dos tipos : tarjeta de pictografía general y tarjeta de parte constitutiva.

9En el primer tipo aparece al lado de la pictografía reproducida en su integralidad y sin modificación, una lista de varias informaciones : unas relativas al manuscrito al cual pertenece (procedencia, datación, contenido temático, estilo), otras a la pictografía misma (escala de la reproducción, presencia de anotaciones, ubicación en la hoja del manuscrito, orientación, posición si se trata de una persona, composición si se trata de un objeto, identificación y nombre en la lengua indígena, función en el “relato” del manuscrito, representación similares en otros manuscritos).

10En el segundo tipo, aparecen una por una, las partes constitutivas de la pictografía general obtenidas después de un “recorte” que sigue un orden anatómico para las personas, “temático” para lo demás. Al lado de la reproducción aparece una lista de varias informaciones : referencia a la pictografía general, escala, medidas, posición, composición, colores, materia prima, identificación y nombre en la lengua indígena, représentaciones similares en este documento y/o en otros, diferentes asociaciones gráficas en otros documentos, referencias en las fuentes del siglo xvi y principios del xvii.

*

11Comme nous l'avons expliqué dans le chapitre consacré à la méthodologie, sans l’analyse systématique et approfondie du dessin des pictographies, tout essai de déchiffrement de l’écriture mésoaméricaine est vain. Pour mener à bien cette analyse, nous avions besoin d’un outil de travail qui n’existait, à notre connaissance, dans aucun des ouvrages déjà parus : un vaste répertoire des pictographies associées au complexe du dieu Xipe.

12Le répertoire que nous avons constitué est le résultat d’une recherche organisée en trois niveaux : que cherchons-nous ? où devons-nous chercher ? comment devons-nous exploiter ce que nous avons trouvé ? Nous répondrons brièvement à ces questions avant de développer nos réponses.

  • 1 Tlatlauhqui Tezcatlipoca : “le miroir rouge qui fume” ou “espejo bermejo o encendido” selon la Rela (...)
  • 2 Selon 1'Historia de los mexicanos por sus pinturas, op. cit., le fils ainé du couple primordial reç (...)
  • 3 Itztapaltotec : Itztapalli (pierre plate, pavé ou dalle) et Totee (Notre Seigneur).

13Ce que nous cherchons, ce sont les composantes d’un système d’écriture porteuses d’éléments graphiques déterminatifs de ce que nous appelons "complexe divin Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli”. Sous cette expression nous désignons les représentations du dieu et des rituels qui lui sont propres ainsi que celles des personnes, des animaux et des objets qui portent ses attributs ou participent à ses rituels. Xipe Totec étant aussi désigné dans les sources du xvie siècle sous les noms de Tlatlauhqui Tezcatlipoca1, de Camaxtli2 ou d’Itztapaltotec3, nous considérons que leurs représentations dans les documents pictographiques participent de ce complexe divin.

14Nous rechercherons donc ces composantes dans toutes sortes de documents pré ou post-colombiens pouvant servir de support à une écriture, comme les manuscrits, les fresques et les gravures - après nous être assurée de leur authenticité.

15Nous rassemblerons enfin ces composantes dans un répertoire “raisonné”, aboutissement des différentes étapes de notre analyse.

16Nous présentons dans un premier temps, les techniques qui nous ont permis de procéder aux identifications ; dans un deuxième temps, celles qui nous ont aidé à sélectionner les documents qui les contiennent ; dans un troisième temps, les techniques utilisées pour la constitution du répertoire.

I - Identification des pictographies

17Le premier problème que nous avons rencontré a été celui de l’identification des pictographies, c’est-à-dire de ce qui transcrivait graphiquement la divinité Xipe Totec et le rituel qui lui était propre. Laide fondamentale à la résolution de ce problème provient de certains Codex mixtes du xvie siècle qui contiennent des images utilisables comme de véritables pictographies “de référence”, parce qu’elles avaient été identifiées et attribuées avec certitude au complexe Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli. Nous avons aussi pris en compte les identifications réalisées par les chercheurs modernes les plus autorisés. C’est à partir de ces connaissances qu’a été organisé notre travail d’identification

18Nous présenterons dans un premier temps le corpus des pictographies déjà identifiées, puis dans un deuxième, les techniques qui nous ont permis de procéder à de nouvelles identifications ; enfin dans un troisième temps, la constitution du répertoire.

A - Corpus des pictographies déjà identifiées

1 - Pictographies identifiées au xvie siècle

19Certaines pictographies de personnages, d’objets et de tableaux portent dans certains Codex mixtes les preuves matérielles de leur identification : elles sont directement nommées ou à défaut, accompagnées d’un court récit en langue indigène ou en espagnol (exceptionnellement en italien) écrits par le tlacuilo lui-même ou par un scribe au moment de la réalisation des pictographies ou à défaut, au xvie siècle. D’autres pictographies, qui ne sont accompagnées d’aucun texte, ont été cependant attribuées au complexe glyphique Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli parce qu’elles faisaient partie d’une scène de son rituel ou parce que, sous forme de “vignettes”, elles illustraient des récits en caractères latins relatifs au même dieu.

  • 4 Codex Vaticano-Ríos, 1979, f. 8r°, 9r°, 30v°. Cmrp, 1905, vol. VI, estampa VIII (f. 263r°). CF, vol (...)
  • 5 Codex Vaticano-Ríos, op. cit., f. 36v°.
  • 6 Ibid., op. cit., f. 8r°, 43r°.
  • 7 Matricula de Huexotzinco, 1974, f. 6l7r°, 628r°, 632r°, 633v°, 811r°.
  • 8 Chiepetlan : là où se trouve Xipe, in Codex Mendoza, 1938, f. 39r° (pl. A 516). Ce bonnet est le yo (...)
  • 9 Yucu çichin ou yu cu cichi, “montagne de Xipe" ou “montagne à la pitaya’’selon la traduction de M.E (...)
  • 10 Dza hui cini cuaa, “dieu de la pluie à tête rouge", selon la traduction de M. E. Smith (op. cit., p (...)
  • 11 Tnu ndica chaa quaa, “arbre fruitier connu comme le mamey” (ou le sapotillier rouge selon la traduc (...)
  • 12 Historia de los mexicanos por sus pinturas, op. cit. Xipe Totec y est appelé “dieu rouge”.

20Parmi les représentations anthropomorphes complètes ou fragmentaires et les scènes rituelles, certaines sont désignées sous des noms nahuatl comme Xipe Totec4, Itztapaltotec5 et Tlacaxipehualiztli6. D’autres le sont à la mode “coloniale” du xvie siècle sous un prénom espagnol et le nom indigène “Yopi”, généralement lié au culte de Xipe7. Un visage coiffé du bonnet propre à ce dieu porte le nom de la localité Chiepetlan8. Ce montage posé sur une représentation de montagne ou de plaine est accompagné de gloses désignant différentes localités sous des noms mixtèques : “Yucu dzichi”9, “Dza hui cini cuaa”10, “Tnu ndica chaa qua”11, qui évoquent le nom de Xipe Totee ou de dieu rouge12.

  • 13 Manuscrito Tovar, 1972, pl. XXIX (pl. A 59).
  • 14 Codex Tudela, 1980, f. 12r° (pl. A 54a). Xixipeme est le pluriel de Xipe.

21Les pictographies anthropomorphes sont parfois accompagnées d’une périphrase qui remplace un nom indigène. C’est le cas de “ydolo particular de Tlaxcala” pour Camaxtli13 ou de “principal de Mexico vestido con el cuero del esclavo muerto” pour le porteur de la peau appelé aussi Xipe14.

22Parmi les pictographies non-anthropomorphes, certaines pièces de vêtements et instruments de culte sont désignées sous des noms indigènes associés au culte de Xipe Totee.

  • 15 Codex Mendoza, 1938, f. 20r° (pl. A 51a). Yopico : Yopi (ethnie) et -co (suffixe locatif) - “Chez l (...)
  • 16 Ibid., f. 47r° (pl. A 51d).
  • 17 Ibid., f. 40r° (pl. A 51c). Euatl (peau), calli (maison) et -co (suffixe locatif) - “Dans la maison (...)
  • 18 Memorial de los Indios de Tepetlaoztoc, 1993, pl. 210 (pl. A 51i).
  • 19 Codex Magliabechiano, 1979, f. 4r° (pl. A 52a).
  • 20 Codex Ramírez, 1979, pl. XXVIII (pl. A 57b). Coztic (jaune), chichiltic (rouge) ; tlaztalehualtic p (...)

23La représentation isolée du bonnet est désignée sous le nom de lieu : Yopico15, ou sous celui d’un mois (ou de la fête) : Tlacaxipehualiztli16. Une représentation de peau humaine associée à celle d’une maison porte le nom de lieu Ehuacalco17. Celle, composée d’une partie de cache-sexe rouge et blanc (attribué à Xipe) qui évoque les plumes de la spatule rose posée sur une jarre est désignée sous le nom de lieu Yopico18. Enfin, une couverture décorée du chapeau conique rouge et blanc propre à Xipe Totee porte le nom de ‘‘manta de Totequi”19. Des composantes du costume divin sont éventuellement désignées en nahuatl sous des termes évoquant des couleurs20.

  • 21 Codex Vaticano-Ríos, 1979, f. 8r° (pl. A 48a). Machicaztli de maitl (main) et de chicahuaztli (acti (...)

24Certains objets utilisés dans le rituel ou dans les exercices guerriers, comme le “bâton-hochet”, le bouclier et le drapeau, peuvent être désignés sous leur nom européen ou indigène, le “bâton-hochet” portant le nom de “machicaztli totee’’21.

  • 22 Codex Tudela, op. cit., f. 12r° (pl. A 54b). L’annotation ‘‘gran fiesta" s’ajoute à ‘‘Tlacaxipehual (...)
  • 23 Manuscrito Tovar, op. cit., pl. XXVII (pl. A 58).
  • 24 Codex Tudela, op. cit., f. 13r° (pl. A 54) : principal ou esclavo de Mexico.

25Plusieurs représentations de scènes guerrières dont les protagonistes sont deux hommes, l’un attaché à une pierre ronde et l’autre, libre, revêtu d’une peau de jaguar, portent le nom de Tlacaxipehualiztli22. Une scène similaire est accompagnée du texte : “modo de pelear entre el que avía de sacrificar, y ser sacrificado”23. Des informations sur le rang qu’occupent les protagonistes de ce combat dans la société aztèque accompagnent leur représentation24.

2 - Pictographies identifiées à l’époque moderne

  • 25 E. Seler, 1889, 1893, 1895, 1900-1901, 1902, 1904, 1908, 1957, I960, 1961, 1963.
  • 26 F del Paso Y Troncoso, 1895, 1898, 1905-1906, 1905-1907, 1908, 1957.
  • 27 A. Caso, 1927, 1928, 1931-1932, 1934-1935, 1942, 1944, 1947, 1949, 1952-1953, 1956, 1958.
  • 28 B. Spranz, 1973.
  • 29 M.E. Smith, 1966, 1971, 1973, 1991.

26C’est d’abord à Eduard Seler25 que nous devons l’identification des pictographies de Xipe Totec, Tlatlauhqui Tezcatlipoca, Itztapaltotec et Camaxtli figurant dans tous les documents de tradition indigène connus au début du xxe siècle. Ces documents à contenu calendarico-religieux ou considérés comme tels par lui sont les codex Borgia, Vaticanus, Bolonia, Féjérváry-Mayer, Laud, Vindobonensis, Nuttall, Porfirio Díaz, Borbonicus, Magliabechiano, le Tonalamatl Aubin, la fresque de Mitla, le Fragment I de Humboldt, l’HINEITF de Durán, etc. Francisco del Paso y Troncoso à la même époque26, puis, plus tard, Alfonso Caso27, Bodo Spranz28 et Mary Elizabeth Smith29, parmi les chercheurs les plus importants, ont continué leur tâche.

27Eduard Seler décrit, désigne en nahuatl et compare les coiffures, les ornements du visage, du buste, du dos, des jambes, les vêtements, les objets et le mobilier rituels, les instruments de musique, les armes ainsi que les animaux accompagnateurs des divinités citées supra. Il définit les styles régionaux de représentation de Xipe, comme ceux qu’il a appelés “mixteca-puebla” et “mexica”. Seler fait souvent appel aux descriptions contenues dans les sources.

28Alfonso Caso, dans ses travaux sur de nombreux documents, identifie et transcrit en nahuatl de nombreux glyphes. Des transcriptions, provenant surtout de documents mixtèques, contiennent le terme Xipe : noms de seigneurs et de lieux mythiques ou historiques, noms d’objets rituels. La technique de ces transcriptions n’a malheureusement pas été explicitée par l’auteur.

  • 30 A. Caso, 1979, vol. Il, pp. 18, 123, 130, 226, 268, 273, 389-390, 423, 439.
  • 31 Codex Nuttall, 1975, pp. 33-11, 34-11, 34-111, 35-1, 35-11.
  • 32 A. Caso, 1960, pp. 26, 27, 31, 36, 39, 42, 45, 51, 52, 53, 55, 71, 72 ; 1963, p. 31 ; 1964, p. 37 ; (...)

29Parmi les noms de personnes30 identifiées par exemple dans le Codex Nuttall31 figurent ceux de “7-PluieTlaloc-Xipe”, “9-Serpent-Xipe”, “3-Crocodile-Xipe-Silex-Xipe”, “12-Mouvement-Xipe-Aigle”... Parmi les noms de royaumes identifiés dans divers manuscrits mixtèques apparaît fréquemment celui de Bulto de Xipe32. Nous avons choisi de conserver la terminologie en espagnol d’A. Caso : le bulto appelé en nahuatl tlaquimilolli ou teoquimilli (fardeau contenant des restes divins ou humains) ; l'haz de Xipe (faisceau ou gerbe de fibres végétales), la manta de Xipe (pièce de tissu) ainsi que le bastón de Xipe (bâton de Xipe). Tous ces objets sont porteurs d’attributs de Xipe.

30Les techniques qui nous ont permis de procéder à de nouvelles identifications ont pour base la recherche et la réunion de critères, le plus important étant la présence d’attributs propres au complexe Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli dans les pictographies. Mais d’autres critères ont été retenus en l’absence de ces attributs : la situation de la pictographie dans un complexe glyphique de scène rituelle ou dans un récit en caractères latins relatif au dieu et à son rituel.

B - Techniques d’identification des pictographies

1 - Recherche et constitution d’un corpus d’attributs de ce complexe divin

31Les moyens utilisés ont été la consultation des sources du xvie siècle et des travaux récents, enfin l’analyse du dessin par le découpage. Ce dernier moyen sera développé dans la partie réservée à la réalisation matérielle du répertoire.

32Les attributs de Xipe Totec se trouvent en grande partie décrits dans les récits en caractères latins du xvie siècle et plus précisément dans les ouvrages de Fr. B. Sahagún, Fr. D. Durán et D. Muñoz Camargo. Ces descriptions correspondent en général aux illustrations contenues dans les récits. Bien que ne donnant qu’une vision régionale de la divinité (celle du “terrain” où travaille le narrateur), elles sont la base de notre recherche.

  • 33 Dans l’Annexe no 1 à la fin de cet ouvrage apparaissent les données découvertes dans Fr. B. de Saha (...)

33La liste la plus complète des attributs de ce dieu, chez les Aztèques, a été établie par Fr. B. Sahagún et ses collaborateurs indigènes. Nous n’en présentons ici qu’un résumé33 : le dieu portait un bonnet conique d’où s’échappaient des rubans rouges et blancs en forme de queues de tlauhquecholli, un masque facial en peau humaine fendu bilatéralement des tempes au bas des joues, un ornement de nez qui semble être la forme miniaturisée de la coiffure, et un revêtement complet en peau humaine. Un bâton-hochet appelé chicahuaztli, un bouclier décoré de cercles concentriques rouges et roses et des drapeaux de sacrifice rouges et blancs complétaient le costume divin.

  • 34 Historia de los mexicanos por sus pinturas, op. cit., chap. I.
  • 35 Fr. T de Motolinía, 1967, p. 62.
  • 36 Hineitf, 1967, vol. I, p. 73, pl. XIII.

34Des descriptions du dieu Camaxtli, souvent contradictoires, qui apparaissent dans les récits de l'Historia de los mexicanos por sus pinturas34, de Fr. Motolinía35, et Fr. Durán36, c’est celle de Durán que nous avons retenue. En résumé, Camaxtli était coiffé d’une couronne de plumes, son corps blanc, rayé verticalement de rouge était en partie couvert d’un pagne. Ses bras, sous lesquels étaient retenus des lapins, portaient des ornements en argent incrustés de flèches ; ses mains tenaient une gibecière en filet ainsi qu’un arc et des flèches.

35Les descriptions d’itztapaltotec ne sont pas assez précises dans les sources du xvie siècle pour nous fournir de véritables critères d’identification. Ce sont les études de E. Seler et de F del Paso y Troncoso qui nous ont aidée ainsi que bien sûr, notre étude du dessin. Itztapaltotec porte, selon le manuscrit consulté, de nombreux attributs de Xipe tels que le pagne, le revêtement de peau humaine ou le chicahuaztli ; la coiffure d’itztapaltotec est la partie supérieure d’un couteau de sacrifice.

  • 37 Historia de los mexicanos por sus pinturas, op. cit.

36Tlatlauhqui Tezcatlipoca, n’est décrit que par sa couleur rouge, il est le Dieu Rouge37 et rien d’autre, à ce stade de la recherche, ne permet de le rapprocher de Xipe Totee. C’est par l’étude du dessin que nous parviendrons à isoler d’autres de ses attributs.

2 - Techniques d’identification en l’absence d’attributs

  • 38 CF, 1979, vol. I, liv. 2, f. 26r° et 26v°. Le copal est une resine produite par différents arbres d (...)
  • 39 Cmrp, f. 250r°, in F del Paso y Troncoso, 1905, vol. VI, p. I, estampa no l (pl. A 61a).
  • 40 Il s'agit des cuacuacuiltin, in Cmrp, op. cit., f. 250r° et CF, op. cit., f. 19v° (pl. A 61a, 62b).
  • 41 CF, op. cit., f. 20r° (pl. A 63b).
  • 42 Ibid., f. 32r° ; vol. II, liv. 9, f 6v°(pl. A 65a, A 66c).
  • 43 Ibid., vol. I, liv. 2, f. 26r° (pl. A 64c).

37Nous avons retenu comme critère d’identification l’appartenance d’une pictographie à un complexe glyphique de scène rituelle. Ce critère a surtout été utilisé dans l’analyse des pictographies du Codex Florentino où des personnages dépourvus d’attributs du dieu ont cependant pu être identifiés par leur situation dans différents complexes glyphiques représentant chacun une phase du rituel du Tlacaxipehualiztli. Nous avons ainsi pu reconnaître des personnages attachés au culte de Xipe Totee ou des participants occasionnels à ce rituel. Parmi les premiers nous avons reconnu certains officiants du culte qui font brûler du copal38, jouent de la musique39 ou pratiquent l’écorchement40. Parmi les participants occasionnels, nous avons identifié le “parrain” qui traîne le captif par les cheveux41 ou présente le porteur de la peau à l’empereur42, des membres de sa famille qui se lavent les cheveux à la fin de la fête43.

  • 44 Hineitf, op. cit., vol. I, pl. 13, 15 ; vol. II, pl. 24 (pl. A 56a, b, c).
  • 45 CF, op. cit., vol. I, liv. 2, f 19v°, 20r°, 20v°, 26r°, 26v°, 32r° ; append., liv. 2, f. 126r°, 143 (...)
  • 46 Codex Tudela, op. cit., f. 12r° (pl. A 54).
  • 47 Codex Vaticano-Ríos, op. cit., f. 8r°, 30v°, 36v°, 43r° (pl. A 48a, 49a,b, 50a).

38Nous avons aussi considéré comme preuve d’appartenance au complexe Xipe Totee la situation de pictographies faisant office d’illustrations dans des récits relatifs au culte de Xipe. Ces pictographies se présentent en tête de chapitre sous forme de vignettes, comme dans l'Hineitf de Durán44, ou sont intercalées dans certains textes des Codex Florentino45, Tudela46 et Vaticano-Ríos47.

II - Recherche des pictographies dans les documents

39La seule condition que doivent remplir les documents pour être soumis à notre étude a été l’authenticité. Nous considérons authentiques les documents originaux, ou les copies de documents originaux disparus, dont la réalisation ne dépasse pas le xviie siècle ; au-delà de cette époque, le souvenir de la tradition pictographique mésoaméricaine s’est estompé et le risque de falsification croît.

40Nous avons constaté que peu de documents avaient été étudiés dans le but précis de répertorier des pictographies, et qu’aucun ne l’avait été dans le but de répertorier celles de ce complexe. Les quelques documents dont les pictographies avaient fait l’objet d’une étude avaient en général un contenu calendarico-religieux ou, plus rarement, un contenu historico-généalogique. En particulier l’étude des pictographies des documents à contenu cartographique, démographique, historique ou économique avait été négligée pour des raisons diverses : origine jugée trop récente, absence de caractère esthétique, difficulté d’interprétation, absence d’annotations, manque d’intérêt envers le contenu thématique.

  • 48 Mission Archéologique et Ethnologique Française au Mexique, devenue Cemca.

41Nous nous sommes donc proposée de consulter systématiquement tous les documents considérés comme “authentiques”, originaux ou éditions dont l’accès était possible. Cette consultation a eu lieu au cours de nombreux séjours à México, dans les bibliothèques de la Maef48 et du Museo Nacional de Antropología e Historia, et à Paris à la Bibliothèque Nationale et à celle du Musée de l’Homme.

42De tous les documents consultés, quarante-cinq ont été retenus. Quarante-deux sont des manuscrits, auxquels nous avons ajouté deux fragments de fresque et une gravure sur os. Leur liste apparaîtra dans la bibliographie.

43Les documents les plus anciens sont précolombiens et ne seraient pas antérieurs à l’époque postclassique récente (1200-1521 ap. J.-C.), aucune date absolue n’ayant pu leur être attribuée. Les deux fragments de fresque et la gravure sur os appartiennent aussi à cette époque.

44Les manuscrits post-colombiens datent des xvie et xviie siècles et appartiennent donc à l’époque coloniale. Parmi eux, certains témoignent d’une grande fidélité à la tradition pictographique indigène, d’autres sont le produit du métissage culturel.

  • 49 Se référer à l’ouvrage de J. Galarza et R. Maldonado Rojas Amatl, amoxtli, el papel, el libro, los (...)
  • 50 Certaines annotations du Codex Porfirio Díaz (1892) sont probablement écrites en cuicatèque selon J (...)
  • 51 Selon A. Caso (1952-1953, pp. 348, 349), certains noms de mois du tonalpohualli du Codex Ixtlilxoch (...)

45Les premiers se présentent sous toutes les formes traditionnelles indigènes : bandes, panneaux, feuilles, rouleaux, “accordéons”, “roues”49, accompagnées ou non d’annotations en caractères latins, rédigées soit en langue indigène comme le nahuatl, l’otomi ainsi que peut-être le cuicatèque50 et le huastèque51, soit en espagnol. Ils sont souvent réalisés dans les mêmes matériaux indigènes, le papier européen importé principalement du vieux continent constituant à cette époque une denrée rare, parcimonieusement distribuée aux Indiens.

46Les deuxièmes, appelés depuis peu Codex mixtes, sont conçus comme les livres européens du xvie siècle. Ils en ont la mise en page, la présence d’un texte en caractères latins monolingue ou bilingue (langue indienne-espagnol), et celle d’illustrations intercalées dans le texte sous forme de “vignettes”, ou occupant une page sous forme de “planches”. Ces illustrations sont en réalité des pictographies, réalisées par le tlacuilo à la demande des civils ou des religieux espagnols. Elles étaient au fur et à mesure de leur élaboration annotées par les Espagnols d’après les explications des Indiens.

47Ces documents seront présentés un par un à l’intérieur de groupes établis selon un critère thématique et stylistique quand leur provenance est inconnue, géographique quand elle est connue.

  • 52 E. Seler, 1887, pp. 105-114 ; 1963, vol. I, p. 10.

48Un seul groupe de manuscrits a été établi selon un critère stylistique et thématique : l’ensemble appelé Groupe Borgia par Seler52. Les groupes établis selon un critère géographique se répartissent dans trois différentes régions : Oaxaca, Mexique Central (Guerrero, Puebla-Tlaxcala), Distrito Federal et Etat de México.

49À l’intérieur de ces groupes, nous indiquerons pour chaque manuscrit la provenance, la langue indigène supposée du tlacuilo, la date, le contenu thématique, le caractère indigène ou hybride du style pictographique et enfin brièvement les pictographies appartenant au complexe Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli. Les pictographies feront l’objet d’une analyse plus approfondie lors de l’établissement des planches comparatives.

A - Groupe Borgia

  • 53 A. Caso, 1927, pp. 139-172 ; F Anders, 1972, pp. 12-14 ; B. Spranz, 1973.
  • 54 R. Macneish, 1965, p. 15.
  • 55 Communication verbale.

50Les provenances des manuscrits de ce groupe et en particulier des Codex Borgia, Vaticanus B, Bolonia, Féjérváry-Mayer et Laud sont toujours incertaines : ouest de Oaxaca, centre ou sud du littoral de Veracruz, région de Puebla-Tlaxcala53 ou région comprise entre les états de Puebla et d’Oaxaca autour de Tèotitlan del Camino54. Ces manuscrits transcrivent une langue qui n’a pas encore été définie avec précision par les linguistes mais qui selon G. Stresser-Péan55, serait probablement le nahuatl. Tous précolombiens, ce sont des tonalamatl, calendriers divinatoires de 260 jours.

  • 56 Codex Borgia, 1976, pp. 2, 15, 24, 25, 33, 49, 67.Vaticanus B, 1972, pp. 2, 19, 39, 62, 70, 92. Bol (...)
  • 57 Codex Borgia, op. cit., pp. 11, 21-haut, 21-bas, 39, 40, 58. Vaticanus B, op. cit., pp. 30, 85. Bol (...)
  • 58 Codex Borgia, op. cit., p. 61 ; Vaticanus B, op. cit., pp. 11, 68.
  • 59 Codex Borgia, op. cit., p. 49 ; Vaticanus B, op. cit., p. 56.

51Ces documents contiennent de nombreux éléments du complexe pictographique : représentations des divinités Xipe Totee56, Tlatlauhqui Tezcatlipoca57, ltztapaltotec58 et représentations d’objets rituels59.

  • 60 A. Caso, 1927, p. 150 ; F. Anders, 1972, pp. 12, 14.

52Les fragments de fresque de l’autel de Tizatlan se rattacheraient selon A. Caso et F Anders60 à la tradition pictographique exprimée dans le Codex Borgia : trois visages recouverts de masques, dessinés dans des cœurs humains, seraient ceux de Xipe.

B - Oaxaca

53Douze documents parmi lesquels dix manuscrits, un fragment de fresque et une gravure sur os ont été retenus provenant de la région occidentale et de la région septentrionale

1 - Région occidentale

54De cette région de langue mixtèque ont été retenus huit manuscrits et deux fragments de fresque. Certains documents sont précolombiens, d’autres post-colombiens ; leur contenu est historico-généalogique, religieux ou cartographique. Leur style, quelle que soit l'époque où ils ont été réalisés, obéit à la tradition pictographique précolombienne mixtèque. Ils sont très riches en pictographies du complexe Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli.

• Documents à contenu historico-généalogique

  • 61 M. E. Smith, 1973, p. 19.
  • 62 Jusqu'au xive siècle ap. J.-C. et parfois même jusqu’au xvie siècle. A. Caso, 1949, p. 23 ; 1951, p (...)
  • 63 L’épopée d’un seigneur appelé "8-Cerf-Griffes de jaguar est contée dans tous ces manuscrits.

55Les Codex Becker I, Vindobonensis et Nuttall auraient été réalisés avant 135 061, le Codex Bodley en 1520 et le Codex Seiden II en 1556. Tous contiennent les généalogies de différents royaumes mixtèques, parmi lesquels ceux de Tilantongo et de Teozacoalco, depuis leur fondation au viie siècle62. Des récits parallèles d’événements historiques63 faisant état de nombreuses pratiques rituelles liées au complexe Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli y figurent. Les personnages historiques ou légendaires sont la plupart du temps accompagnés d’un glyphe anthroponymique composé d’un nom emprunté aux jours du calendrier et d’un “surnom”.

  • 64 Codex Becker I, 1961, pp. 7, 9, 11. Les gloses sont situées au-dessus des glyphes des pp. 7 et 10 q (...)

56Le Codex Becker I, contient trois glyphes de lieux porteurs de certains éléments du complexe et la représentation d’une scène réunissant les sacrifices du Tlahuahuanaliztli et du Tlacacaliliztli. Deux de ces représentations sont accompagnées de gloses en mixtèque dont l’une a été identifiée par K. Nowotny64.

  • 65 Codex Vindobonensis, 1974. pp. 5, 15-I, 17-I, 17-I, 18-II, 22-II, 22-II, 30-II, 31-I, 31-II, 31-II, (...)
  • 66 Ibid., pp. 18-I, 25-1, 25-1, 26-II, 29-III, 33-II, 48-II, 50-III.

57Le verso du Codex Vindobonensis contient vingt-quatre glyphes de lieux65 et huit de personnages66 avec des attributs de ce complexe.

  • 67 Se reporter à nos publications sur les représentations anthropomorphes et sur les glyphes toponymiq (...)
  • 68 Codex Nuttall, 1975, pp. 1-I, 4-III, 14-I, 15-I, 15-II, 18-II, 19-droite, 19-gauche, 19-gauche, 20- (...)
  • 69 Ibid., pp. 16-I, 16-II, 17-II, 18-II, 19-droite, 22-bas, 68-III, 74-II, 81-II, 83-I.
  • 70 Ibid., pp. 83-III, 84-1.

58Le Codex Nuttall est le manuscrit67 qui contient le plus grand nombre de pictographies apparentées au complexe : trente-huit de personnes68, dix de noms de lieux69 et deux de scènes sacrificielles70. L'annotation “Tlacaxipeualiztli" figure à côté de la représentation du sacrifice par les flèches, le Tlacacaliliztli.

  • 71 Codex Bodley, 1964, vol. II, pp. 2-II1, 6-II, 8-IV, 18-1, 18-IV, 24-V, 34-V
  • 72 Codex Selden, 1964, vol. IV, pp. 3, 8. A. CASO, 1979, vol. II, 260, 261.

59Le Codex Bodley71 contient sept glyphes de lieux porteurs d’attributs de ce complexe, le Codex Seiden II72 : trois glyphes similaires à ceux que nous venons de d’écrire.

  • 73 E. Seler, 1895, p. 43.
  • 74 J. L. Franco, 1968, p. 26.Tanquian est un site archéologique huastèque dans l’état de San Luis Poto (...)

60Le fragment de fresque de Mitla, et la gravure sur os de Tanquian se rattachent à la tradition pictographique mixtèque. Le premier provient de la façade du côté nord du Palais iv de Mitla73 et contient une représentation bichrome du masque facial fendu verticalement surmonté d’une coiffure composée de couteaux. La gravure sur os trouvée dans le site archéologique huastèque de Tanquian74 représente aussi ce masque facial contenu dans un bec d’oiseau très orné. Elle a été datée de la deuxième moitié du xive siècle.

• Documents à contenu cartographique

  • 75 J. Galarza et R. Maldonado Rojas, 1986, pp. 11, 17, 33-35.
  • 76 San Pedro de Jicayan selon M. E. Smith, 1973, pp. 122, 123.
  • 77 Huajuapan de León selon M. E. Smith, op. cit., pp. 151-159, 196, 198, 199.

61Des trois manuscrits à contenu cartographique : le Lienzo de Jicayan, le Codex Mixteco postcortesiano 35-36, le Lienzo Mixteco III Henri de Saussure75, seule est connue la provenance des deux premiers : la région côtière pour le Lienzo de Jicayan76, le nord de la Mixteca Baja pour le Codex Mixteco postcortesiano77. Tous post-colombiens, ils ont été réalisés au xvie siècle dans des styles obéissant à la tradition pictographique mixtèque, influencée dans une certaine mesure par la tradition européenne du dessin. Selon Galarza, les styles du Lienzo Mixteco III Henri de Saussure et du Codex Mixteco postcortesiano se ressemblent.

62Ces manuscrits contiennent six glyphes toponymiques apparentés au complexe, accompagnés des gloses en mixtèque que nous avons présentées dans le première partie de ce chapitre.

2 - Région septentrionale

  • 78 Codex Fernández Leal, 1895, pl. Vv°, Xr°, Xlr°.
  • 79 Codex Porfirio Díaz, 1892, pl. K*v°, Pv°.
  • 80 A. Peñafiel, 1895, p. 5.
  • 81 W. Krickeberg, 1933, p. 73 ; R. Macneish, 1972, vol. IV, p. 185. J. Glass et D. Robertson, op. cit. (...)

63De la région de langue cuicatèque proviennent les codex Fernández Leal78 et Porfirio Díaz79 datés de la deuxième moitié du xvie siècle, le second étant selon A. Peñafiel80 une copie du premier. D’après lui, ces manuscrits retraceraient la conquête des Zapotèques par les Aztèques à l’époque de l’empereur Ahuitzotl, vers la fin du xve siècle. Des gloses autour de certaines pictographies ainsi que des récits dans une langue encore non-identifiée qui pourrait être le cuicatèque81 figurent dans le Codex Porfirio Díaz.

64Dans chaque manuscrit apparaissent deux représentations du sacrifice du Tlacacaliliztli associé au rituel du “Palo volador".

C - Mexique central : régions périphériques

1 - Guerrero

  • 82 H. Harvey, 1971, pp. 611-614. En 1487, 24 000 captifs tlapanèques furent sacrifiés sur le temple de (...)
  • 83 E. Seler, 1904, p. 132 ; J. García Payón, 1941, p. 344. En revanche, les auteurs du CF (1979, vol.  (...)

65Trois manuscrits proviennent de la région de Tlapa, proche de la frontière de l’état d’Oaxaca : le Lienzo I de Chiepetlan, le Codex de Azoyú no 2 et le Fragmento I de Humboldt. Cette région où le nahuatl avait, depuis la conquête par Ahuitzotl en 1486, définitivement remplacé le tlapanèque ou le yopi anciennement parlés, paya des tributs à Tenochtitlan dès 148782. Certains auteurs considèrent qu’elle serait le berceau du culte de Xipe Totec83.

  • 84 Relación geográfica de San Miguel Chiepetlan (1777) in J. Galarza, 1972, pp. 26, 27, 37, 42, 245. U (...)

66Le Lienzo I de Chiepetlan provient du village de San Miguel Chiepetlan, fondé en 149084. Probablement conçu juste avant l’arrivée des Espagnols, dans le style pictographique des manuscrits aztèques et annoté en nahuatl, c’est un document à contenu géographique, historique, religieux et économique. Un glyphe composé d'une pyramide, d’une pierre et de Xipe Totee coiffé du yopitzontli, revêtu d'une peau humaine et portant le chicahuaztli a été lu et transcrit par Galarza sous le nom de Chiepetlan.

  • 85 Codex de Azoyu no 2, 1964. A. Caso, 1943 ; S. Toscano, 1943 ; D. Robertson, 1959, p. 77 ; J. Glass, (...)

67Le Codex de Azoyú no 285 daté des environs de 1565, est un livre détaillant les tributs payés à l’empire aztèque. Il ne contient, malheureusement, que quatre des dix-huit mois de l’année civile. Deux glyphes sont les indicateurs du mois de Tlacaxipehualiztli, pendant lequel certains tributs étaient dus aux Aztèques. Ces glyphes se composent de masques faciaux en peau humaine coiffés du yopitzontli.

  • 86 E. Seler, 1904, pp. 128, 132, 138, 144.
  • 87 J. Glass, 1975, vol. XIV, pp. 52-53, 140.
  • 88 D. Robertson, 1959, p. 77 ; J. Glass J. et D. Robertson, op. cit., pp. 93, 140. Cette période de pa (...)

68Le Fragmento I de Humboldt86 rédigé au xvie siècle, contient une liste des tributs collectés tous les quatre mois pendant dix-neuf ans, dans la région de Tlapa87. Il serait la deuxième partie d’un ensemble qui contiendrait le verso du Codex de Azoyú no 2 et couvrirait une période de trente-cinq ans88. Dix-huit glyphes du signe du mois de Tlacaxipehualiztli y figurent sous la forme du masque facial jaune en peau humaine coiffé du yopitzontli rose.

2 - Tlaxcala

69Deux manuscrits proviennent de la région de Tlaxcala : le Tonalamatl Aubin et le Codex de Huamantla.

  • 89 Tonalamatl Aubin, 1900-1901, pp. 3, 14, 20 (pl. A 40, A 41a). E. Seler, 1904. J. Glass et D. Robert (...)

70Le premier serait précolombien, probablement du début du xvie siècle89. Son contenu est rituel-calendarique et son style pourrait être rattaché à celui du Codex Borbonicus dont il serait, selon certains auteurs, une copie. Il contient diverses pictographies : visage humain dans une tête d’oiseau, représentations de Xipe Totee et d’Itztapaltotec.

  • 90 Codex de Huamantla, 1984, pp. 3, 15, 37, 43 ; fragment 5-2, carré 16 (pl. A 416).

71Le Codex de Huamantla90 est l’un des rares manuscrits pictographiques otomis qui aient été conservés. Sa rédaction aurait été commencée vers la fin du xvie siècle, et terminée un siècle après. C’est un manuscrit à contenu historique et cartographique qui relate des événements remontant au xiie siècle et qui illustrerait la xochiyaoyotl, guerre fleurie. Des annotations en nahuatl, qui sont probablement des traductions de l’otomi, accompagnent des pictographies dont le style, pour certaines d’entre elles, est influencé par le dessin européen. Il contient un sacrifice du Tlacacaliliztli.

3 - Puebla

72Deux manuscrits proviennent de cette région : la Matrícula de Huexotzinco et l'Historia Tolteca Chichimeca.

  • 91 Matricula de Huexotzinco, 1974.

73Le premier91, daté de 1560, contient le recensement complet par quartier, âge, sexe, et profession des habitants de la ville et de la région. Des visages reliés graphiquement, selon la technique indigène, à des glyphes anthroponymiques sont accompagnés d’un nom d’origine nahuatl et d’un prénom espagnol en caractères latins. Parmi tous ces ensembles pictographiques, cinq ont été choisis parmi lesquels deux contiennent des représentations liées au complexe pictographique Xipe Totee : le bonnet du dieu (f. 617r°) accompagné de l’annotation “Coupil” et un visage écorché (f 633v°) accompagné de “Juan Yopi’’. Trois autres ensembles ont été retenus bien qu’à notre connaissance aucun des éléments du complexe n’entre dans leur composition : le terme Yopi écrit en caractères latins y figurait comme nom de famille : Cosme Yopi (f. 628r°), Juan Yopi (f. 632r°), Luis Yopi (f 81 lr°).

  • 92 Htc, 1976. Mention est faite dans le récit en caractères latins de sept Tlacacaliliztli (f. 2v°, 6v (...)

74L’Historia Tolteca Chichimeca92 dont la provenance est la ville de Quauhtinchan est constituée de trois manuscrits dont certains incomplets - en partie originaux, en partie copies - datant de la deuxième moitié du xvie siècle. C’est un codex mixte à contenu historique, géographique et religieux qui relate l’histoire des Chichimèques du xiie au xvie siècle. Des textes nahuatl y figurent, souvent en regard de pictographies d’un style indigène influencé par le dessin européen. Trois Tlacacaliliztli (f 28r°, 32v°, 33r°) et un Tlahuahuanaliztli (f 28r°) figurent dans ces manuscrits. Victimes et sacrificateurs sont désignés par des glyphes anthroponymiques.

D - District Fédéral et État de México

75Dans cette région, aucun manuscrit précolombien ne semble avoir échappé, à l’exception peut-être du Codex Borbonicus, à l’entreprise de destruction des Espagnols. Les manuscrits consultés ont été réalisés au cours du xvie siècle et sont, à l’exception du Codex en Croix et du Codex Borbonicus, des Codex mixtes : manuscrits composés d’images didactiques et de textes en caractères latins. Les auteurs des images étaient des artistes indigènes, ceux des textes en caractères latins des religieux ou des civils espagnols qui prenaient conseil auprès des héritiers de la culture indienne. Les images étaient en général annotées et commentées au fur et à mesure de leur élaboration.

76Les annotations figurent dans la première partie de ce chapitre, les récits, dans l’annexe no 1 à la fin de cet ouvrage.

  • 93 Codex Borbonicus, 1974. D. Robertson, 1959, pp. 86-93 ; J. Glass et D. Robertson, op. cit., p. 97.
  • 94 J. M. Aubin, 1859, pp. 165-169 ; F del Paso y Troncoso, 1898, pp. 14-27 ; G. Vaillant, 1940, p. 1 ; (...)
  • 95 Selon R. Siméon (1977, p. 325), nemontemi signifie “insuffisant pour remplir ou compléter l’année s (...)

77• Le Codex Borbonicus, considéré comme post-colombien par les uns93, précolombien par les autres94, est un document qui contient un tonalpohualli (calendrier divinatoire de 260 jours) et un ce-xiuhpohualli (calendrier civil de 360 jours + 5 jours, les nemontemi)95. Quelle que soit l’époque à laquelle ce manuscrit ait été réalisé, son style obéit à la plus pure tradition pictographique indigène aztèque. Des gloses en espagnol accompagnent parfois ces pictographies. Le manuscrit contient six représentations de personnages dont cinq sont revêtus d’attributs de Xipe Totec (pp. 14, 24, 27, 34, 36), et un de ceux d’Itztapaltotec (p. 20).

  • 96 Codex en Croix, 1959. D. Robertson, op. cit., pp. 144-146.

78• Le Codex en Croix96 est un document historique daté entre 1553 et 1569 qui relate des événements ayant eu lieu dans cette région entre 1402 et 1569. Les pictographies en noir et blanc, de style indigène, ont été annotées en nahuatl. Il contient une pictographie composée d’un visage coiffé d’un yopitzontli. Le glyphe appelé “œil stellaire”, à fonction probablement anthroponymique, accompagne cet ensemble.

  • 97 Codex Mexicanus, 1952, pl. XVI, XXXVIII, LXIX, LXX et pp. 432-434.

79• Le Codex Mexicanus 23-24 est un manuscrit à la fois calendarique, historique et généalogique réalisé entre 1571 et 1590 dans la vallée de México. Des gloses ou des courts récits en nahuatl accompagnent parfois les pictographies en couleur, ou en noir et blanc, de personnages historiques qui portent, pour certains d’entre eux, des attributs de Xipe97.

  • 98 D. Robertson, op. cit., pp. 32, 60, 88, 93, 108-114, 133, 138, 164, 166. J. Glass et D. Robertson, (...)
  • 99 Codex Vaticano-Ríos, op. cit., f. 36vo ; Codex Telleriano-Remensis, 1964, pl. XXXII, lère partie.
  • 100 Codex Vaticano-Ríos, op. cit., f. 84vo ; Codex Telleriano-Remensis, op. cit., pl. XXIV, 2* partie.

80• Les Codex Vaticano-Ríos et Telleriano-Remensis98 réalisés, le premier entre 1562 et 1563, le deuxième entre 1556 et 1589, sont des documents à contenu rituel, calendarique, historique et ethnographique. Les pictographies dont le style obéit à la tradition indigène du dessin, influencée toutefois par celle du dessin européen, sont accompagnées de récits et d’annotations, en italien dans le Codex Vaticano-Ríos, en espagnol dans le Codex Telleriano-Remensis. Plusieurs pictographies de Xipe Totec (f 8r°, 9r°, 30v°, 43r°) ainsi que celle d’un personnage historique (fi 83v°) revêtu de sa parure, figurent dans le Codex Vaticano-Ríos. Celles d’Itztapaltotec99 et du rituel du Tlacacaliliztli100 apparaissent dans les deux manuscrits.

  • 101 Codex Mendoza, 1938. D. Robertson, op. cit., pp. 22, 45-46, 70-71, 83, 93, 94-107, 111-114, 124, 12 (...)
  • 102 Matrícula de Tributos, 1980, f. 2vo, 10r°, 10v°, 13r°. D. Robertson, op. cit., pp. 27, 31, 32, 45, (...)
  • 103 Selon J. Galarza, les gloses ont été ajoutées bien après la réalisation des pictographies, probable (...)

81• Le Codex Mendoza101 et la Matrícula de Tributos102 ont été réalisés au xvie siècle, à la demande des autorités espagnoles, sur le modèle des anciens livres d’histoire et de comptes des Aztèques. Leurs pictographies, de style traditionnel indigène, sont accompagnées de gloses rédigées pour la plupart en espagnol dans le premier manuscrit103, en nahuatl dans le deuxième. Ces manuscrits contiennent des glyphes toponymiques et chronologiques appartenant au complexe. Dans le Codex Mendoza (f. 20r°, 39r°, 40r°, 47 ) ils sont accompagnés d’annotations qui désignent des noms de lieux ou de mois. Dans la Matrícula de Tributos (f. 2v°, 10r°, 10v°, 13r°), les glyphes ne sont pas accompagnés d’annotations, mais leur graphisme, couleur et distribution dans l’espace de la page étant similaires, nous supposons qu’ils transcrivent les mêmes noms.

  • 104 Memorial de los Indios de Tepetlaoztoc, 1974. D. Robertson, op. cit, pp. 51, 67, 185-187 ; H. Prem, (...)
  • 105 Memorial de los Indios de Tepetlaoztoc, op. cit., pl. 210. Une composition similaire figure dans la (...)

82• Le Memorial de los Indios de Tepetlaoztoc est un manuscrit104 à contenu historique, économique et cartographique composé vers 1555 dans la région de Texcoco. Le glyphe constitué par la queue rouge et blanche du tlauhquecholli posée sur le col d’un récipient105 a une fonction toponymique : il est accompagné de la glose “Yophico”.

  • 106 Codex Magliabechiano, 1970.
  • 107 Codex Tudela, 1980.
  • 108 Codex Ixtlilxochitl, 1976.
  • 109 Historia General de los Hechos de los Castellanos en las Islas y Tierra Firme del Oceáno, 1726, vol (...)
  • 110 J. Glass et D. Robertson, op. cit., pp. 147, 155-156, 172. R Boone, 1983, vol. I, pp. 47-50.
  • 111 R Boone, op. cit., vol. I, pp. 31, 32, 151-154.

83• Les codex Magliabechiano106 et Tudela107, la première partie du Codex lxtIHxochitl108, et l’en-tête de volume de la deuxième Década de l’Hghc de A. de Herrera y Tordesillas109 font partie selon certains chercheurs du Groupe Magliabechiano110. Ils auraient un prototype commun111 réalisé par un religieux européen avec l’aide de lettrés indigènes entre 1529 et 1553, sous forme de manuscrit pictographique rituel et calendarique destiné à l’usage des lecteurs espagnols. Les Codex Magliabechiano et Tudela sont les plus anciens du groupe, l’ouvrage d’Herrera publié entre 1601 et 1615, le plus tardif.

  • 112 Cette hypothèse a été avancée par A. Caso, 1953, vol. XIII, no 23, pp. 348-350 ; J. Glass et D. Rob (...)

84Les pictographies obéissent à la tradition indigène influencée dans une certaine mesure par celle du dessin européen. Les textes ou les annotations situés sur la page contenant les pictographies ou sur la page en regard sont en espagnol, à l’exception des noms des mois du Codex Ixtlilxochitl écrits en nahuatl, en otomi et probablement en huastèque112.

  • 113 Codex Magliabechiano,op. cit., f. 30r°, 90r° ; Tudela, op. cit., f. 12r° ; Ixtlilxochitl, 1976, f. (...)
  • 114 Codex Magliabechiano, op. cit., f. 30r° ; Tudela, op. cit., f. I2r° ; Ixtlilxochitl, op. cit., f. 9 (...)

85Des personnages revêtus d’attributs de Xipe Totec113, des objets attachés à son rituel ainsi que des scènes du sacrifice du Tlahuahuanaliztli114 figurent dans ces manuscrits.

  • 115 J. Glass et D. Robertson, op. cit., p. 126 ; M. Orozco y Berra, 1979, pp. 9-11, 161-163.
  • 116 R. Barlow, 1945, vol. VII, pp. 65-87.
  • 117 J. Galarza, communication orale, 1986.
  • 118 Codex Ramírez, 1979, pl. XXVIII : les gloses en nahuatl sont relatives au costume du dieu.
  • 119 Manuscrito Tovar, 1972, pi. XXVII : "Modo de pelear entre el q auia de sacrificar y ser sacrificado (...)

86• Les codex Durán, Ramírez et le Manuscrito Tovar, datés respectivement de 1579, 1583 et de 1587, sont des Codex mixtes à contenu rituel, calendarique, historique et ethnographique. Des relations de parenté"115 entre les trois manuscrits, une origine commune116 ou indépendante117 pour chacun d’eux sont encore l’objet de controverse. Le texte espagnol du Manuscrito Tovar est probablement une traduction du nahuatl. Les annotations, qui accompagnent les pictographies, en nahuatl dans le Codex Ramírez118, en espagnol dans le Manuscrito Tovar119 ont été présentées dans la première partie de ce chapitre.

  • 120 Hineitf, 1967, vol. I, pl. 15 et vol. II, pl. 24 ; Codex Ramírez, op. cit., pl. XXVII ; Manuscrito (...)
  • 121 Hineitf, op. cit., vol. I, pl. 13 ; Codex Ramírez, op. cit., pl. XXVIII ; Manuscrito Tovar, op. cit (...)

87Des pictographies dont le style a subi l’influence du dessin européen sont intercalées dans le récit au nombre desquelles figurent dans les trois manuscrits120, le dieu Camaxtli121, ainsi que des scènes du sacrifice du Tlahuahuanaliztli.

  • 122 G. Kubler et C. Gibson (1951, vol. XI, pp. 22-23, pl. 4) attribuent à J. de Tovar la paternité de c (...)

88• Le Calendario Tovar, qui provient de la région de Texcoco, a été réalisé vers 1585122. C’est un ce-xiuhpohualli, calendrier civil de dix-huit mois de vingt jours. Chaque mois est annoncé par la représentation d’un style très métissé d’une divinité “patronne”, accompagnée d’un commentaire en espagnol. Premier mois de l’année dans ce système calendarique, celui de Tlacaxipehualiztli est représenté par Xipe Totec.

  • 123 Calendario Boban, in M. Orozco y Berra, 1880, pl. 18 ; M. Veytia, 1907, pl. 8 ; A. Caso, 1967, pp.  (...)

89• Le Calendario Boban de Texcoco123 réalisé en 1538 est un ce-xiuhpohualli qui se présente sous forme d’un cercle polychrome contenant les pictographies des mois accompagnées de leur nom écrit en caractères latins. Un texte nahuatl figure au centre du cercle. Le mois de Tlacaxipehualiztli est représenté par un ensemble pictographique composé d’attributs propres à Xipe : chicahuaztli, bouclier et drapeau de sacrifice.

  • 124 Rueda no 4 de Veytia, in M. Veytia, op. cit., pl. 4 ; J. Glass, 1964, fig. 57 ; J. Glass et D. Robe (...)

90• La Rueda no 4 de Veytia124, de date et provenance inconnues, se présente sous la même forme que celle du Calendrier Boban. Elle contient un xiuhmolpilli, siècle aztèque de cinquante-deux ans et aussi un ce-xiuhpohualli. Les noms des jours et des mois sont écrits en caractères latins. Le mois de Tlacaxipehualiztli, premier de l’année, est transcrit par la pictographie traditionnelle du yopitzontli rouge et jaune accompagnée d’une glose probablement rédigée d’une façon erronée : “Tlapepelutil”.

  • 125 Cmrp, in F del Paso y Troncoso, 1905, vol. VI ; W. Jiménez Moreno, 1974, pp. 23-25.

91• Les Códices Matritenses125, sont les premiers travaux réalisés par l’équipe de maîtres indigènes rassemblée par le franciscain B. de Sahagún entre 1559 et 1561. Ils serviront de base à l’élaboration du Codex Florentino, véritable encyclopédie de la culture mexica. Ces manuscrits sont composés de pictographies polychromes accompagnées d’annotations ou de récits en nahuatl. Le style des pictographies obéit à la pure tradition indigène du dessin.

92Plusieurs représentations de personnages revêtus des attributs de Xipe Totec (f. 250r°, 263r°, 269r°), et une représentation du sacrifice du Tlahuahuanaliztli (f. 250r°), figurent dans ces manuscrits.

  • 126 CF, 1979, 3 vol.
  • 127 J. Glass et D. Robertson, op. cit., pp. 190-192.

93• Le Codex Florentino126, aboutissement de l’oeuvre des maîtres indigènes réunis par Fr. B. de Sahagún, a été réalisé entre 1575 et 1577. Des textes parallèles en nahuatl et en espagnol qui composent cette véritable encyclopédie du monde aztèque sont accompagnés de nombreuses pictographies d’un style déjà influencé par celui du dessin européen, sous forme de vignettes et de planches. Nous ne partageons pas l’opinion de J. Glass et D. Robertson127 selon lesquels certaines des pictographies seraient copiées des Códices Matritenses, car, au moins en ce qui concerne Xipe et les scènes de son rituel, elles sont originales.

  • 128 CF, op. cit., vol. I, p. 12 ; liv. 2, f. 19vo, 20r°, 20vo, 26r°, 26vo, 32r°, 126r° ; app. liv. 2, f (...)
  • 129 Ibid., vol. I, liv. 2, f 19vo, 126r° ; vol. II. liv. 9, f 7r°.

94Des représentations de personnages revêtus de nombreux attributs de Xipe Totee128, ainsi que le déroulement complet de la fête du Tlacaxipehualiztli129 avec tous ses participants figurent dans ce document.

III - Recensement des pictographies : établissement de fiches analytiques

95Nous avons recueilli en tout deux cent quarante-sept pictographies : deux cent quarante-deux dans les manuscrits pictographiques, quatre dans les fresques, une sur le fragment d’os gravé.

96Notre première tâche a été celle de reproduire de la façon la plus fidèle possible les pictographies anthropomorphes ou non-anthropomorphes qui apparaissaient dans les documents.

97Les premières représentent des personnes physiques, vivantes ou mortes, dessinées dans leur intégralité ou en partie : visage, peau, membres ou ossements humains. Parmi les pictographies recueillies, la plupart transcrivent des éléments empruntés au complexe ; d’autres n’en transcrivent pas, mais ont été retenues parce qu’elles étaient présentes dans des scènes du rituel du Tlacaxipehualiztli : captifs destinés au sacrifice, officiants du culte, “parrains” de sacrifiés, militaires participant au Tlahuahuanaliztli, porteurs qui revêtaient la peau humaine.

  • 130 Coiffure de Xipe Totec : Codex Mendoza, op. cit., f. 20r°, 47r° ; Matrícula de Tributos, op. cit., (...)

98Les pictographies non-anthropomorphes transcrivent des objets qui sont, soit des éléments empruntés au complexe130 soit, plus souvent, des assemblages de ces éléments avec des objets vivants ou inanimés, naturels ou fabriqués par l’homme.

99La recherche de ces deux genres de pictographies a été effectuée, dans la mesure du possible, dans les manuscrits originaux ou leurs reproductions les plus fidèles. Les manuscrits originaux consultés à Paris à la Bibliothèque nationale sont la Matrícula de Huexotzinco, le Codex en Croix, et le Codex Mexicanus 23-24.

100Pour les autres documents, nous avons de préférence consulté les éditions fac-similées en couleurs ou en noir et blanc, à échelle. Cela a été le cas pour les codex Borgia, Vaticanus B, Bolonia, Féjérváry-Mayer, Laud, Becker I, Vindobonensis, Nuttall, Bodley, Seiden II, le Lienzo no 3 Henri de Saussure, les codex Fernández Leal et Porfirio Díaz, le Lienzo no 1 de Chiepetlan, le Fragmento I de Humboldt, le Tonalamatl Aubin, le Codex de Huamantla, l'Historia Tolteca-Chichimeca, les codex Borbonicus, Vaticano-Ríos, Mendoza, Magliabechiano, Tudela et Ixtlilxóchitl, l’Hghc de Herrera, le Codex Ramírez, le Manuscrito Tovar, le Calendario Tovar, les Cmrp et le Codex Florentino.

101Nous n’avons pu consulter que les éditions en couleur à échelle réduite de l'Hineitf de Durán, du Codex Telleriano-Remensis et de la Matrícula de Tributos (reproduite à 70 %). Les reproductions du Lienzo de Jicayan, du Codex Mixteco postcortesiano 35-36 et des Memoriales de los Indios de Tepetlaoztoc étaient à échelle réduite comme l’est probablement celle du Codex de Azoyú no 2. Nous n’avons pu savoir si les reproductions des pictographies du Calendario Boban et de la Rueda no 4 de Veytia étaient à échelle de l'original dans les éditions consultées.

102Enfin les reproductions des fresques de Mitla et de Tizatlan étaient en couleurs, probablement à une échelle réduite. La reproduction de la gravure sur os était en noir et blanc, et probablement à échelle de l’original.

103Nous avons donc reproduit dans leur environnement immédiat (sur du papier calque et à l’aide du Rotring) les pictographies anthropomorphes et non-anthropomorphes, en supprimant gloses ou textes. Les pictographies du Codex Mixteco post-cortesiano 35-36, de la Matrícula de Huexotzinco et du Codex Mendoza ont été agrandies. Une représentation du Codex Borbonicus (p. 14), trop grande pour figurer sur une planche de notre ouvrage, a été réduite. Certaines pictographies des Codex Borgia (p. 33), Laud (p. 1), Vindobonensis (p. 48-1), Mixteco postcortesiano 35-36 (glyphe 4-droite, 8 bas), des “Calendarios" Boban, Veytia et des Cmrp (f. 269r°) obéissant aux lois de la perspective indigène, auraient semblé “inversées” aux yeux du lecteur habitué aux textes européens. Nous les avons “réorientées” pour mieux les étudier.

104Nous avons alors photocopié ces pictographies en plusieurs exemplaires. Puis nous avons colorié les photocopies dont les “originaux” étaient polychromes, au moyen de feutres dont les couleurs se rapprochaient le plus de celles des fac-similés et qui étaient peu susceptibles d’être altérées à la photocopie couleur. Nous les avons à nouveau photocopiées. Les dessins réalisés à partir du Lienzo de Jicayan, du Codex Mixteco postcortesiano 35-36, de l’os gravé de Tanquian, du Lienzo I de Chiepetlan, du Fragment I de Humboldt, des Codex en Croix et Mexicanus 23-24, du Memorial de los Indios de Tepetlaoztoc, de la Matrícula de Huexotzinco, de la vignette no 7 de l’Hchc, et du Codex Ramírez sont en noir et blanc comme les originaux.

105À partir de ces dessins, nous avons procédé à l’élaboration de fiches analytiques et de planches comparatives. Nous ne présentons ici que les techniques qui nous ont amenée aux fiches analytiques : les planches comparatives qui constituent le répertoire feront l’objet du chapitre suivant.

Fiches analytiques

106Elles se présentent matériellement sous la forme d’un papier bristol de 21 x 14,8 cm de côté sur lequel apparaît, à droite, la photocopie de la pictographie découpée dans le feuillet et, à gauche, une liste de rubriques la concernant.

107Deux types de fiches ont été conçues : dans le premier apparaissent les pictographies générales sous forme d’unités ou d’ensembles selon le récit ; dans le deuxième, les parties constitutives des représentations déjà citées, obtenues après leur découpage. Des exemples d’utilisation de ces fiches figurent dans le texte.

Premier type

108Sur chacune d’elles est collée, à droite, la photocopie découpée de la pictographie. Sous le titre Fiche analytique de pictographie générale figurent en haut à gauche deux numéros correspondant, le premier (en chiffres arabes) à l’ordre d’apparition de la pictographie dans la liste générale des pictographies, le second (en chiffres romains) au document d’où elle provient, les documents ayant été préalablement numérotés de un à quarante-cinq. Au-dessous de ces abréviations est disposée verticalement une liste de rubriques numérotées de l à 13, relatives à différents aspects de la pictographie :

  1. Nom du document ; original ou fac-similé, numérotation du feuillet (le cas échéant).

  2. Contenu thématique du document.

  3. Provenance géographique.

  4. Ensemble pictographique ou pictographie isolée.

  5. Présence ou absence de gloses.

  6. Echelle, agrandissement ou réduction. Dimensions (hauteur, largeur) si cela est possible.

  7. Situation dans le feuillet, la colonne, la rangée, le carré, la page ou la planche.

  8. Orientation de la représentation.

  9. Pour les pictographies anthropomorphes, position : debout, accroupie, assise, allongée. Pour les pictographies non anthropomorphes : composition et associations.

  10. Identification, nom dans la langue indigène.

  11. Fonction dans le récit du manuscrit.

  12. Représentations similaires dans d'autres manuscrits.

  13. Publications antérieures par d'autres auteurs.

Deuxième type

109Il est le résultat du découpage des pictographies générales de façon à en isoler les parties constitutives : chaque fiche contenant une seule de ces parties. Le découpage est différent selon qu’il s’agit d’une pictographie anthropomorphe ou non-anthropomorphe.

110Le découpage des pictographies anthropomorphes suit un ordre anatomique de façon à ce que chaque partie de la parure corresponde à une partie du corps humain. La pictographie générale peut représenter soit un personnage entier, soit un fragment de personnage.

111L’ordre suivi pour le découpage d’un personnage entier est : coiffure, visage et oreilles, buste, extrémités supérieures (bras, poignets et mains), abdomen, extrémités inférieures (jambes et pieds), revêtement complet du corps, sièges, objets tenus à la main. La partie apparaissant sur la fiche est dessinée en lignes pleines, les parties voisines en pointillés.

112L’ordre suivi pour le découpage d'un personnage représenté partiellement (sous forme d’ossements, de bras, de tête ou de jambes associés à des objets) est différent : la (ou les) partie(s) du corps, puis les objets.

113Le découpage des parties constitutives des pictographies non-anthropomorphes suit un ordre thématique : l’objet reconnu comme appartenant au complexe est isolé de son “support”. Nous avons dessiné en lignes pleines la partie constitutive considérée comme appartenant au complexe et en pointillés les parties qui, lui étant graphiquement liées, constituent son support.

114Toutes les parties constitutives ont été réparties en diverses catégories : l - Les pièces de la parure ; II - Les instruments du culte ; III - Les objets mobiliers ; IV - Les constructions ; V - Les éléments du paysage.

115Ces fiches contiennent à droite la photocopie en noir et blanc de la partie constitutive et en haut le titre : Fiche analytique de partie constitutive. Au-dessous figurent deux numéros correspondant, le premier (en chiffres romains), à la catégorie dans laquelle nous avons placé la partie constitutive, le second, à la fiche analytique de la pictographie générale d’où provient la partie constitutive. Du côté gauche figurent les rubriques suivantes :

  1. Nom du document, numérotation du feuillet et références à la fiche de la pictographie générale correspondante

  2. Echelle, agrandissement ou réduction

  3. Orientation dans la page

  4. Composition graphique et couleurs de la partie constitutive

  5. Composition probable (matières premières)

  6. Identification, nom dans la langue indigène

  7. Représentations similaires dans le document

  8. Représentations similaires dans différents documents

  9. Exemples d’associations graphiques dans différents manuscrits

  10. Références dans les sources et éventuellement publications antérieures.

Fiche analytique de pictographie générale

211-XXXV

  1. Codex Tudela, fac-similé, f. 12r°

  2. Codex mixte, à contenu calendarico-religieux.

  3. Région mexica.

  4. Personnage relié à un temalacatl par une corde de sacrifice.

  5. Gloses.

  6. A échelle. Hauteur : 9 cm, largeur : 5 cm.

  7. Milieu du haut de page.

  8. Buste et bras dessinés de face ; tête et extrémités inférieures, de trois quarts. Personnage orienté vers la droite du feuillet.

  9. Position debout.

  10. Sacrifié au Tlahuahuanaliztli, couvert en partie de duvet et porteur de certains attributs de Xipe Totec. Temalacatl orné de 9 cercles roses et rouges.

  11. Religieuse.

  12. Représentations similaires dans les codex Becker I, Nuttall, Htc, Magliabechiano, Ixtlilxochitl, Hghc, Hineitf, Tovar et Florentino.

  13. Alcina Franch 1980, Boone 1983.

Fiche analytique de parties constitutives

1- PG. no 211

  1. Codex Tudela, f. 12r°.

  2. À échelle, vu de trois quarts.

  3. Tourné vers la droite du feuillet.

  4. Composé d'un cône auquel sont attachés par une tresse six rubans dont l’extrémité est en forme de “queue d’hirondelle”, posé sur des cheveux ou une transversales sur le cône, longitudinales sur les rubans. Perruque et boules sont blanches.

  5. Probablement en papier pour l’élément colorié ; en fibres végétales pour la tresse, en duvet pour la perruque et les boules.

  6. Coiffure appelée yopitzontli.

  7. Non.

  8. Becker I, Nuttall, Lienzo I de Chiepetlan, Fragmento I de Flumboldt, Azoyú no 2, Codex en Croix, Mexicanus 23-24, Vaticano-Ríos, Mendoza, Matrícula de Tributos, Magliabechiano, Ixtlilxochitl, Ramírez, Manuscrito Tovar, Rueda no 4 de Veytia, Matritense del Real Palacio, Florentino.

  9. Éventuellement associé à des gerbes, des fardeaux mortuaires, des chicahuaztli.

  10. CF, vol. I, liv. 1, f. 16vo ; Hineitf, vol. II, p. 277.

Notes

1 Tlatlauhqui Tezcatlipoca : “le miroir rouge qui fume” ou “espejo bermejo o encendido” selon la Relación de Texcoco (1941, p. 17). Historia de los mexicanos por sus pinturas (1988, chap. 1) Hineitf (1967, vol. I, p. 95).

2 Selon 1'Historia de los mexicanos por sus pinturas, op. cit., le fils ainé du couple primordial reçut les noms de Tlatlauhqui Tezcatlipoca et de Camaxtli. D. Muñoz Camargo, 1972, pp. 5, 31, 33, 36, 40, 41, 58, 62-65, 67, 72, 243, 244. Camaxtli était le dieu de la chasse à Tlaxcala.

3 Itztapaltotec : Itztapalli (pierre plate, pavé ou dalle) et Totee (Notre Seigneur).

4 Codex Vaticano-Ríos, 1979, f. 8r°, 9r°, 30v°. Cmrp, 1905, vol. VI, estampa VIII (f. 263r°). CF, vol. I, p. 12.

5 Codex Vaticano-Ríos, op. cit., f. 36v°.

6 Ibid., op. cit., f. 8r°, 43r°.

7 Matricula de Huexotzinco, 1974, f. 6l7r°, 628r°, 632r°, 633v°, 811r°.

8 Chiepetlan : là où se trouve Xipe, in Codex Mendoza, 1938, f. 39r° (pl. A 516). Ce bonnet est le yopitzontli.

9 Yucu çichin ou yu cu cichi, “montagne de Xipe" ou “montagne à la pitaya’’selon la traduction de M.E. Smith, 1973, pp. 132, 196. Yucu signifie montagne et çichin (ou dzichi) est soit le nom du fruit rouge pitaya, soit celui de Xipe Totee, selon cet auteur. Cette annotation apparaît dans le Codex Mixteco postcortesiano 35-36 (1973, glyphe 4-haut) et dans le Lienzo Mixteco no 3 Henri de Saussure (1986, glyphe A 1). Les deux glyphes sont composés d’un ensemble : visage, colline, cactée. Le visage du glyphe A 1 porte des traces de rouge (pl. A 306,d). L’annotation Yucu apparaît sous un glyphe de montagne dans la p. 10 du Codex Becker I.

10 Dza hui cini cuaa, “dieu de la pluie à tête rouge", selon la traduction de M. E. Smith (op. cit., p. 198. Dza hui signifie “divinité de la pluie” ; dzini (tête) et cuaa (rouge).Cette glose figure dans le Codex Mixteco postcortesiano 35-36, 1973, (glyphe 4 droite) et dans le Lienzo Mixteco III Henri de Saussure, 1986 (glyphe A 3). Les deux glyphes sont composés d’un ensemble : visage et colline. Le visage du glyphe A 3 est rouge (pl. A 30a).

11 Tnu ndica chaa quaa, “arbre fruitier connu comme le mamey” (ou le sapotillier rouge selon la traduction littérale de M.E. Smith (1973, p. 132). Cette annotation figure à côté du glyphe 30 dans le Lienzo de Jicayan (pl. A 30a). Le glyphe est composé d’un visage posé sur un tapis de plumes. Selon Smith, le tapis représente une plaine ; le visage à la peau flacide serait celui de Xipe Totec.

12 Historia de los mexicanos por sus pinturas, op. cit. Xipe Totec y est appelé “dieu rouge”.

13 Manuscrito Tovar, 1972, pl. XXIX (pl. A 59).

14 Codex Tudela, 1980, f. 12r° (pl. A 54a). Xixipeme est le pluriel de Xipe.

15 Codex Mendoza, 1938, f. 20r° (pl. A 51a). Yopico : Yopi (ethnie) et -co (suffixe locatif) - “Chez les Yopis".

16 Ibid., f. 47r° (pl. A 51d).

17 Ibid., f. 40r° (pl. A 51c). Euatl (peau), calli (maison) et -co (suffixe locatif) - “Dans la maison à la peau humaine”.

18 Memorial de los Indios de Tepetlaoztoc, 1993, pl. 210 (pl. A 51i).

19 Codex Magliabechiano, 1979, f. 4r° (pl. A 52a).

20 Codex Ramírez, 1979, pl. XXVIII (pl. A 57b). Coztic (jaune), chichiltic (rouge) ; tlaztalehualtic proviendrait selon G. Stresser-Péan de tlaztaleualli, traduit par Fr. A. de Molina (1970, p. 146), color encarnado o rosado (couleur chair ou rosée).

21 Codex Vaticano-Ríos, 1979, f. 8r° (pl. A 48a). Machicaztli de maitl (main) et de chicahuaztli (action de fortifier).

22 Codex Tudela, op. cit., f. 12r° (pl. A 54b). L’annotation ‘‘gran fiesta" s’ajoute à ‘‘Tlacaxipehualiztli" dans les codex Ixtlilxochitl (1976, f. 95r°) et Magliabechiano (op. cit., f. 30r°).

23 Manuscrito Tovar, op. cit., pl. XXVII (pl. A 58).

24 Codex Tudela, op. cit., f. 13r° (pl. A 54) : principal ou esclavo de Mexico.

25 E. Seler, 1889, 1893, 1895, 1900-1901, 1902, 1904, 1908, 1957, I960, 1961, 1963.

26 F del Paso Y Troncoso, 1895, 1898, 1905-1906, 1905-1907, 1908, 1957.

27 A. Caso, 1927, 1928, 1931-1932, 1934-1935, 1942, 1944, 1947, 1949, 1952-1953, 1956, 1958.

28 B. Spranz, 1973.

29 M.E. Smith, 1966, 1971, 1973, 1991.

30 A. Caso, 1979, vol. Il, pp. 18, 123, 130, 226, 268, 273, 389-390, 423, 439.

31 Codex Nuttall, 1975, pp. 33-11, 34-11, 34-111, 35-1, 35-11.

32 A. Caso, 1960, pp. 26, 27, 31, 36, 39, 42, 45, 51, 52, 53, 55, 71, 72 ; 1963, p. 31 ; 1964, p. 37 ; 1979, vol. I, pl. XVI, XVII, XIX-vol. II, pp. 46, 62, 64, 84, 103, 143, 146, 163, 169-183, 246, 255, 273, 321, 359, 362, 403, 448, 432, 451.

33 Dans l’Annexe no 1 à la fin de cet ouvrage apparaissent les données découvertes dans Fr. B. de Sahagún et dans les sources en général.

34 Historia de los mexicanos por sus pinturas, op. cit., chap. I.

35 Fr. T de Motolinía, 1967, p. 62.

36 Hineitf, 1967, vol. I, p. 73, pl. XIII.

37 Historia de los mexicanos por sus pinturas, op. cit.

38 CF, 1979, vol. I, liv. 2, f. 26r° et 26v°. Le copal est une resine produite par différents arbres de la famille des Burséracées. Il était utilisé comme encens.

39 Cmrp, f. 250r°, in F del Paso y Troncoso, 1905, vol. VI, p. I, estampa no l (pl. A 61a).

40 Il s'agit des cuacuacuiltin, in Cmrp, op. cit., f. 250r° et CF, op. cit., f. 19v° (pl. A 61a, 62b).

41 CF, op. cit., f. 20r° (pl. A 63b).

42 Ibid., f. 32r° ; vol. II, liv. 9, f 6v°(pl. A 65a, A 66c).

43 Ibid., vol. I, liv. 2, f. 26r° (pl. A 64c).

44 Hineitf, op. cit., vol. I, pl. 13, 15 ; vol. II, pl. 24 (pl. A 56a, b, c).

45 CF, op. cit., vol. I, liv. 2, f 19v°, 20r°, 20v°, 26r°, 26v°, 32r° ; append., liv. 2, f. 126r°, 143r° - Vol. II, liv. 9, f 6v°, 7r°, 49v° (pl. A 62-66).

46 Codex Tudela, op. cit., f. 12r° (pl. A 54).

47 Codex Vaticano-Ríos, op. cit., f. 8r°, 30v°, 36v°, 43r° (pl. A 48a, 49a,b, 50a).

48 Mission Archéologique et Ethnologique Française au Mexique, devenue Cemca.

49 Se référer à l’ouvrage de J. Galarza et R. Maldonado Rojas Amatl, amoxtli, el papel, el libro, los códices americanos, 1986.

50 Certaines annotations du Codex Porfirio Díaz (1892) sont probablement écrites en cuicatèque selon J. Glass et D. Robertson, 1975, vol. XIV, p. 182.

51 Selon A. Caso (1952-1953, pp. 348, 349), certains noms de mois du tonalpohualli du Codex Ixtlilxochitl, seraient écrits en huastèque. Cet avis n'est partagé ni par G. Stresser-Péan (communication orale), ni par J. Glass et D. Robertson (op. cit., p. 147).

52 E. Seler, 1887, pp. 105-114 ; 1963, vol. I, p. 10.

53 A. Caso, 1927, pp. 139-172 ; F Anders, 1972, pp. 12-14 ; B. Spranz, 1973.

54 R. Macneish, 1965, p. 15.

55 Communication verbale.

56 Codex Borgia, 1976, pp. 2, 15, 24, 25, 33, 49, 67.Vaticanus B, 1972, pp. 2, 19, 39, 62, 70, 92. Bolonia, 1968, p. 2. Féjérváry-Mayer, 1971, p. 27. Laud, 1966, p. 1.

57 Codex Borgia, op. cit., pp. 11, 21-haut, 21-bas, 39, 40, 58. Vaticanus B, op. cit., pp. 30, 85. Bolonia, op. cit., pp. 6, 29.

58 Codex Borgia, op. cit., p. 61 ; Vaticanus B, op. cit., pp. 11, 68.

59 Codex Borgia, op. cit., p. 49 ; Vaticanus B, op. cit., p. 56.

60 A. Caso, 1927, p. 150 ; F. Anders, 1972, pp. 12, 14.

61 M. E. Smith, 1973, p. 19.

62 Jusqu'au xive siècle ap. J.-C. et parfois même jusqu’au xvie siècle. A. Caso, 1949, p. 23 ; 1951, p. 48.

63 L’épopée d’un seigneur appelé "8-Cerf-Griffes de jaguar est contée dans tous ces manuscrits.

64 Codex Becker I, 1961, pp. 7, 9, 11. Les gloses sont situées au-dessus des glyphes des pp. 7 et 10 qui représentent la base d’une montagne et le toit d’un temple. K. Nowotny commentateur du manuscrit, a pu identifier p. 10, yucu (colline).

65 Codex Vindobonensis, 1974. pp. 5, 15-I, 17-I, 17-I, 18-II, 22-II, 22-II, 30-II, 31-I, 31-II, 31-II, 33-IV, 35-I, 38-I, 38-I, 40-1, 41-III, 41-IV, 41-1V, 42III, 44-III, 48-I, 48-I, 48-I.

66 Ibid., pp. 18-I, 25-1, 25-1, 26-II, 29-III, 33-II, 48-II, 50-III.

67 Se reporter à nos publications sur les représentations anthropomorphes et sur les glyphes toponymiques de ce manuscrit. Cemca, 1989 ; Bar 1989.

68 Codex Nuttall, 1975, pp. 1-I, 4-III, 14-I, 15-I, 15-II, 18-II, 19-droite, 19-gauche, 19-gauche, 20-II, 21-I, 22-haut-droite, 22-haut-droite, 33-II, 33II, 33-II, 34-II, 34-III, 34-III, 35-I, 35-II, 35-II, 38-gauche, 39-droite, 39-gauche, 61-II, 64-I, 68-III1, 68-III, 70-III, 70-III, 79-1, 79-III, 82-III, 83-III, 83III, 84-I, 84-II.

69 Ibid., pp. 16-I, 16-II, 17-II, 18-II, 19-droite, 22-bas, 68-III, 74-II, 81-II, 83-I.

70 Ibid., pp. 83-III, 84-1.

71 Codex Bodley, 1964, vol. II, pp. 2-II1, 6-II, 8-IV, 18-1, 18-IV, 24-V, 34-V

72 Codex Selden, 1964, vol. IV, pp. 3, 8. A. CASO, 1979, vol. II, 260, 261.

73 E. Seler, 1895, p. 43.

74 J. L. Franco, 1968, p. 26.Tanquian est un site archéologique huastèque dans l’état de San Luis Potosí, daté de l’époque postclassique récente. Selon G. Stresser-Péan (communication orale), la céramique de ce site montre une forte influence aztèque.

75 J. Galarza et R. Maldonado Rojas, 1986, pp. 11, 17, 33-35.

76 San Pedro de Jicayan selon M. E. Smith, 1973, pp. 122, 123.

77 Huajuapan de León selon M. E. Smith, op. cit., pp. 151-159, 196, 198, 199.

78 Codex Fernández Leal, 1895, pl. Vv°, Xr°, Xlr°.

79 Codex Porfirio Díaz, 1892, pl. K*v°, Pv°.

80 A. Peñafiel, 1895, p. 5.

81 W. Krickeberg, 1933, p. 73 ; R. Macneish, 1972, vol. IV, p. 185. J. Glass et D. Robertson, op. cit., p. 128. Ces gloses n’ont pas été lues.

82 H. Harvey, 1971, pp. 611-614. En 1487, 24 000 captifs tlapanèques furent sacrifiés sur le temple de Huitzilopochtli à Tenochtitlan.

83 E. Seler, 1904, p. 132 ; J. García Payón, 1941, p. 344. En revanche, les auteurs du CF (1979, vol. I, liv. I, f 16r°) considèrent que l’origine du culte à Xipe Totee se situerait dans la région de Zapotlan (Ciudad Guzmán), Jalisco.

84 Relación geográfica de San Miguel Chiepetlan (1777) in J. Galarza, 1972, pp. 26, 27, 37, 42, 245. Un des quatre fondateurs de ce village s’appelait Chipe huehue ("vieux-ou honorable-Xipe”)

85 Codex de Azoyu no 2, 1964. A. Caso, 1943 ; S. Toscano, 1943 ; D. Robertson, 1959, p. 77 ; J. Glass, 1964, p. 165 ; J. Glass et D. Robertson, op. cit., p. 93. Nous n’avons pu consulter qu’une copie en noir et blanc de ce manuscrit.

86 E. Seler, 1904, pp. 128, 132, 138, 144.

87 J. Glass, 1975, vol. XIV, pp. 52-53, 140.

88 D. Robertson, 1959, p. 77 ; J. Glass J. et D. Robertson, op. cit., pp. 93, 140. Cette période de paiement de tributs s’étendrait de 1487 à 1522.

89 Tonalamatl Aubin, 1900-1901, pp. 3, 14, 20 (pl. A 40, A 41a). E. Seler, 1904. J. Glass et D. Robertson, op. cit., p. 91. Selon A. Caso (1967, p. 107) ce manuscrit serait postcolombien : il aurait été copié en partie sur le Codex Borbonicus après que ce dernier, précolombien, eût été modifié (après la Conquête).

90 Codex de Huamantla, 1984, pp. 3, 15, 37, 43 ; fragment 5-2, carré 16 (pl. A 416).

91 Matricula de Huexotzinco, 1974.

92 Htc, 1976. Mention est faite dans le récit en caractères latins de sept Tlacacaliliztli (f. 2v°, 6v°, 6r°, 27v°, 28v°, 37v°, 38r°) et de quatre Tlahuahuanaliztli (f 6v°, 27v°, 28v°, 49v°).

93 Codex Borbonicus, 1974. D. Robertson, 1959, pp. 86-93 ; J. Glass et D. Robertson, op. cit., p. 97.

94 J. M. Aubin, 1859, pp. 165-169 ; F del Paso y Troncoso, 1898, pp. 14-27 ; G. Vaillant, 1940, p. 1 ; A. Caso 1967, pp. 103-112 ; J. Galarza et R. Maldonado Rojas, op. cit., p. 71.

95 Selon R. Siméon (1977, p. 325), nemontemi signifie “insuffisant pour remplir ou compléter l’année solaire”. La plupart des auteurs traduisent par inutile, vain, néfaste.

96 Codex en Croix, 1959. D. Robertson, op. cit., pp. 144-146.

97 Codex Mexicanus, 1952, pl. XVI, XXXVIII, LXIX, LXX et pp. 432-434.

98 D. Robertson, op. cit., pp. 32, 60, 88, 93, 108-114, 133, 138, 164, 166. J. Glass et D. Robertson, op. cit., pp. 136-139.

99 Codex Vaticano-Ríos, op. cit., f. 36vo ; Codex Telleriano-Remensis, 1964, pl. XXXII, lère partie.

100 Codex Vaticano-Ríos, op. cit., f. 84vo ; Codex Telleriano-Remensis, op. cit., pl. XXIV, 2* partie.

101 Codex Mendoza, 1938. D. Robertson, op. cit., pp. 22, 45-46, 70-71, 83, 93, 94-107, 111-114, 124, 128, 145, 162-163, 174, 186, 192-193. J. Galarza, 1982 (microfiches 83-048 et 83-049 de l'Institut d’Ethnologie).

102 Matrícula de Tributos, 1980, f. 2vo, 10r°, 10v°, 13r°. D. Robertson, op. cit., pp. 27, 31, 32, 45, 46, 70, 71, 72-77, 83, 84, 87, 95-97, 99, 100, 103, 105, 174, 175, 186.

103 Selon J. Galarza, les gloses ont été ajoutées bien après la réalisation des pictographies, probablement au xviie siècle.

104 Memorial de los Indios de Tepetlaoztoc, 1974. D. Robertson, op. cit, pp. 51, 67, 185-187 ; H. Prem, 1974 ; J. Glass et D. Robertson, op. cit., p. 151.

105 Memorial de los Indios de Tepetlaoztoc, op. cit., pl. 210. Une composition similaire figure dans la p. 56 du Codex Vaticano-Ríos.

106 Codex Magliabechiano, 1970.

107 Codex Tudela, 1980.

108 Codex Ixtlilxochitl, 1976.

109 Historia General de los Hechos de los Castellanos en las Islas y Tierra Firme del Oceáno, 1726, vol. I, p. 292. Il s'agit de la vignette no 7 de la page de titre de ce volume.

110 J. Glass et D. Robertson, op. cit., pp. 147, 155-156, 172. R Boone, 1983, vol. I, pp. 47-50.

111 R Boone, op. cit., vol. I, pp. 31, 32, 151-154.

112 Cette hypothèse a été avancée par A. Caso, 1953, vol. XIII, no 23, pp. 348-350 ; J. Glass et D. Robertson (op. cit., p. 147) ainsi que G. Stresser-Péan (communication orale) parlent d’une langue “non-identifiée”.

113 Codex Magliabechiano,op. cit., f. 30r°, 90r° ; Tudela, op. cit., f. 12r° ; Ixtlilxochitl, 1976, f. 95r° ; Hghc, op. cit., vignette no 7.

114 Codex Magliabechiano, op. cit., f. 30r° ; Tudela, op. cit., f. I2r° ; Ixtlilxochitl, op. cit., f. 95r° ; Hghc, op. cit, vignette no 7.

115 J. Glass et D. Robertson, op. cit., p. 126 ; M. Orozco y Berra, 1979, pp. 9-11, 161-163.

116 R. Barlow, 1945, vol. VII, pp. 65-87.

117 J. Galarza, communication orale, 1986.

118 Codex Ramírez, 1979, pl. XXVIII : les gloses en nahuatl sont relatives au costume du dieu.

119 Manuscrito Tovar, 1972, pi. XXVII : "Modo de pelear entre el q auia de sacrificar y ser sacrificado”.

120 Hineitf, 1967, vol. I, pl. 15 et vol. II, pl. 24 ; Codex Ramírez, op. cit., pl. XXVII ; Manuscrito Tovar, op. cit., pl. XXVII.

121 Hineitf, op. cit., vol. I, pl. 13 ; Codex Ramírez, op. cit., pl. XXVIII ; Manuscrito Tovar, op. cit., pl. XXIX.

122 G. Kubler et C. Gibson (1951, vol. XI, pp. 22-23, pl. 4) attribuent à J. de Tovar la paternité de ce manuscrit.

123 Calendario Boban, in M. Orozco y Berra, 1880, pl. 18 ; M. Veytia, 1907, pl. 8 ; A. Caso, 1967, pp. 71-73, fig. 22a et 226 ; J. Glass et D. Robertson, op. cit., p. 96.

124 Rueda no 4 de Veytia, in M. Veytia, op. cit., pl. 4 ; J. Glass, 1964, fig. 57 ; J. Glass et D. Robertson, op. cit., pp. 232-233.

125 Cmrp, in F del Paso y Troncoso, 1905, vol. VI ; W. Jiménez Moreno, 1974, pp. 23-25.

126 CF, 1979, 3 vol.

127 J. Glass et D. Robertson, op. cit., pp. 190-192.

128 CF, op. cit., vol. I, p. 12 ; liv. 2, f. 19vo, 20r°, 20vo, 26r°, 26vo, 32r°, 126r° ; app. liv. 2, f. I43r° - vol. II, liv. 9, f. 6v°, 49vo.

129 Ibid., vol. I, liv. 2, f 19vo, 126r° ; vol. II. liv. 9, f 7r°.

130 Coiffure de Xipe Totec : Codex Mendoza, op. cit., f. 20r°, 47r° ; Matrícula de Tributos, op. cit., f. 10r° ; Codex Magliabechiano, op. rit., f 90r°. Plumes de tlauhquecholli : Codex Magliabechiano, op. cit., f. 90 vo.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search