Version classiqueVersion mobile

Xipe Totec. Notre Seigneur l’Écorché

 | 
Anne-Marie Vié-Wohrer

Introduction Générale

Texte intégral

1Introducción General.-Xipe Totec es una deidad muy presente tanto en manuscritos de tradición pictórica indígena, como en la estatuaria. Su ritual, bastante espectacular, ha sido objeto de muchos comentarios e interpretaciones desde el siglo xvi.

2Con este trabajo no se pretende presentar, una vez más, una “nueva” interpretación, sino un aspecto básico, más apegado a la realidad prehispánica que fue bastante descuidado, el de su representación. Pensamos que la representación dibujada o modelada por la mano indígena es la expresión más genuina que quedó del pensamiento indígena no sólo religioso sino también profano. Las descripciones de la divinidad o los relatos de sus rituales hechos por los españoles o a pedido de ellos, que aparecen en las fuentes del siglo xvi son importantes pero insuficientes por ser ya interpretaciones ; sólo sirven de complemento. Para aprehender verdaderamente el pasado indígena, el primer paso es examinar cuidadosamente sus representaciones :

3La finalidad de este trabajo es el establecimiento de un repertorio, a manera de “diccionario”, de representaciones de dos dimensiones (pictografías), relativas al complejo Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli. Así hemos llamado al conjunto de representaciones de personajes (divinos o humanos), animales, objetos y escenas rituales ligados con Xipe Totec o con los dioses que le fueron asimilados : Tlatlauhqui Tezcatlipoca, Itztapaltotec y Camaxtli.

4Esta obra trata de los pasos que se dieron para llegar a la constitución de este repertorio. Quedan consignados aquí, desde la selección de criterios de identificación de las pictografías perteneciendo a este "Complejo divino”, su búsqueda y descubrimiento en los manuscritos pictográficos, frescos y grabados hasta su análisis. El análisis se hará por medio sobre todo del estudio de los parámetros del dibujo y por el recorte, técnica que permite llegar a la expresión mínima determinativa de la divinidad : el glifo.

5La obra se compone de dos volúmenes : el primero dedicado a la exposición de las bases metodológicas, de las técnicas de investigación y del análisis de las pictografías. El segundo, el repertorio de pictografías, constituido Unicamente de láminas, ¡lustra los pasos del estudio. Los dos volúmenes son interdependientes.

6En la introducción presentamos un extenso relato de la fiesta del dios Ilamada Tlacaxipehualiztli, preludio necesario para un mejor entendimiento de las pictografías. También hemos incluido en este primer volumen, en forma de anexo, un resumen de los textos en caracteres latinos consultados, extraídos de las fuentes de los siglos xvi y xvii, así como un glosario de términos indígenas encontrados en estos mismos textos. Por fin presentamos en la conclusión además de los resultados logrados en el análisis de las pictografías y en el establecimiento de sus relaciones con la lengua indígena, unas consideraciones personales sobre el origen y significado del complejo ritual del desollamiento a la luz de rituales similares en el continente americano.

Préliminaires

  • 1 C’est la traduction la plus communément admise : Xipe, du verbe xipehua (écorcher, peler) ; Totec,(...)

7Cet ouvrage est en grande partie inspiré d’une thèse doctorale soutenue en 1991 à L’Ehess, sous la direction de M. Joaquín Galarza. Le thème de Xipe Totee “Notre Seigneur l’Écorché”1 nous avait été proposé à l'origine par M. Guy Stresser-Péan, alors directeur de la Mission Archéologique et Ethnologique Française où nous comptions parmi ses collaborateurs. Nos années à la “Mission” furent en grande partie consacrées à la réunion de l’essentiel du matériel de base, les conseils tant scientifiques qu’amicaux de M. Stresser-Péan se révélant essentiels dans cette recherche. À notre retour définitif en France M. Galarza, dont nous suivions le séminaire sur le Codex Mendoza au Musée de l'Homme, voulut bien prendre la direction de notre thèse, avec l’accord de M. Stresser-Péan.

8La présente publication est ainsi un retour aux origines : c’est à la “Mission” que l’idée d’une recherche sur Xipe Totec avait été exprimée pour la première fois, c’est au Cemca, que cette idée aura définitivement pris corps dans cet ouvrage que son instigateur, Guy Stresser-Péan, a eu l’extrême gentillesse de préfacer.

But poursuivi, limites de cette recherche

9Xipe Totee est une divinité très présente, tant dans les manuscrits de tradition indigène que dans la sculpture, et son rituel est, depuis le xvie siècle, l’objet de nombreux commentaires. À quelles fins pouvait donc prétendre notre ouvrage ? à un catalogue raisonné de ses représentations ? à une étude de son rituel ? à une synthèse des deux ? N’allions-nous pas, en empruntant l’une ou l’autre de ces voies, réaliser un travail qui existait déjà ?

  • 2 À l’exception des travaux de B. Spranz, 1973.

10Des études sur certaines divinités mésoaméricaines, dont Xipe, avaient certes été publiées, mais elles étaient dispersées dans des ouvrages presque exclusivement basés sur les sources en caractères latins, portant surtout sur le rituel et rarement sur la représentation elle-même : celle-ci était appréhendée uniquement comme un symbole religieux2. Or nous pensons que la représentation, dessinée ou modelée par la main indigène, est l’expression la plus authentique qui subsiste de la pensée précolombienne, non seulement religieuse mais aussi profane. La connaissance de tout ce qui touche à la vie spirituelle et matérielle mésoaméricaine passera d’abord, à nos yeux, et nécessairement, par l’observation directe de la représentation, que celle-là soit à deux ou trois dimensions, c’est-à-dire qu’il s’agisse d’un glyphe ou d’une sculpture. La reconnaissance de la fonction de la représentation est un fait récent auquel nous souscrivons entièrement : c’est la base théorique de notre ouvrage, et c’est sur elle que nous avons concentré notre attention et nos efforts.

11Ce que nous présentons ici est la première partie d’un projet de recherche dont le but est de découvrir les éléments d’identification du complexe divin Xipe Totee. Par l’expression complexe divin nous désignons l’ensemble des représentations de personnages, divins ou humains, d’objets et de scènes rituelles qui est attaché à Xipe Totee ou aux dieux qui lui sont assimilés, tels que Tlatlauhqui Tezcatlipoca, Itztapaltotec et Camaxtli.

12Notre projet complet comportera deux volets consacrés, le premier, à l’étude de la représentation à deux dimensions (le glyphe), le deuxième, à celle de la représentation à trois dimensions (la sculpture). L’ensemble du présent travail constitue le premier volet ; le deuxième sera présenté ultérieurement.

Comment a été conçu le travail

13L’orientation de la recherche a été déterminée en grande partie par le thème central du séminaire dirigé par J. Galarza au Musée de l’Homme : l’écriture indigène. Nous avons donc étudié les représentations graphiques et plastiques de Xipe Totee de la même façon que sont étudiées les autres images des manuscrits de tradition pictographique indigène, c’est-à-dire en tant que composantes de l’écriture indigène. Nous avons cherché, analysé et rassemblé en un répertoire les images de Xipe Totec. Puisque nous savons, depuis A. Caso, M. E. Smith et J. Galarza, que ces images transcrivent des mots, nous avons aussi recherché dans les textes en caractères latins, en langue espagnole ou indigène les mots relatifs à Xipe Totec que nous avons de même rassemblés en un répertoire. Disposant ainsi d’une part d’un répertoire d’images, d’autre part d’un répertoire (glossaire) de mots indigènes, nous pouvions essayer d’établir une relation entre les deux et contribuer de la sorte à l’élaboration d’un “dictionnaire” de glyphes, c’est-à-dire “d’images phonétiques” provenant de manuscrits indigènes du Mexique central.

14Le but principal de cette étude est donc de parvenir à la constitution d’un répertoire des représentations graphiques du complexe divin Xipe Totee relevées dans des manuscrits pictographiques, des fresques et des gravures pré ou post colombiens.

15Un répertoire de morceaux choisis extraits des textes en caractères latins du xvie et du début du xviie siècle était adjoint, dans la thèse, au répertoire précédent. Nous en donnons ici un abrégé que nous présentons en annexe accompagné d’un glossaire de mots indigènes provenant des textes consultés.

Aperçu de l’ouvrage

16L’ouvrage n’est pas présenté dans la suite chronologique des étapes de la recherche, mais plutôt dans un ordre capable de faciliter l’approche au lecteur : par souci de clarté et de compréhension nous avons par exemple choisi de présenter en guise de prologue, la fête du Tlacaxipehualiztli, alors qu’elle devrait figurer en conclusion (ce récit contient de nombreuses références aux planches du deuxième volume).

17Autre mesure, indispensable celle-là pour ne pas rebuter définitivement le lecteur en lui infligeant une insupportable gymnastique visuelle, nous avons adopté une division formelle en deux volumes : le premier est consacré au commentaire des pictographies, le deuxième au catalogue illustré de ces dernières.

18Ce premier volume de texte est constitué de trois chapitres : le premier consacré à la méthodologie, la deuxième aux techniques de recherche, le troisième à l’analyse des pictographies. Le deuxième volume, le catalogue des illustrations, est composé de trois séries de planches comparatives, dont nous indiquerons le maniement.

Chapitre i - Méthodologie

19Nous y exposons notre méthodologie, qui se base sur l’étude systématique du dessin : forme, couleur, orientation, association, distribution dans l’espace. Le dessin est appréhendé d’abord dans sa totalité puis, après “découpage”, dans les éléments qui le composent. Nous ferons appel quand cela est possible aux textes en caractères latins se rapportant aux sujets étudiés.

  • 3 Nous devons cette traduction à E. Seler (1908, p. 215). Le terme tlacanaualli apparaît dans le Cod (...)
  • 4 Tira de la Peregrinación, Biblioteca Nacional de Antropología e Historia (35-38).
  • 5 Tlaquimilolli du pronom neutre tla- (chose) et du verbe quimiloa (envelopper). A. Caso (1979, vol. (...)

20Cette démarche permettra, nous le souhaitons, non seulement de parvenir à identifier les éléments graphiques minimaux déterminatifs de ce complexe divin, mais aussi de parvenir à distinguer le dieu de l’homme dans les représentations anthropomorphes porteuses de ces éléments. Car nous ne savons pas réellement, comme devaient le savoir à l’époque précolombienne les peintres-écrivains et les prêtres à la fois lecteurs et interprètes des codex rituels, qui figurait sous la forme de ces représentations : des êtres vivants, ou iconographiques ? le dieu Xipe Totec lui-même, le dieu dans son “déguisement” humain le tlacanaualli3 ou bien des personnages occupant des paliers divers dans la hiérarchie religieuse ou civile (puisque des personnages historiques revêtaient cette parure divine) ? La divinité était-elle une abstraction à l’instar de Huitzilopochtli dans la Tira de la Peregrinación4, réduit à une relique à l’intérieur du fardeau sacré porté par des femmes, le tlaquimilolli5, ou n’était-elle pas représentée du tout ? si ce n’était pas la divinité, alors quelle catégorie d’humains avait le droit de porter ses attributs ? C’est à ces questions que nous espérons pouvoir donner une réponse.

Chapitre ii - Techniques de recherche

21Il est consacré à l’exposé des différentes étapes de la recherche des pictographies dans les documents.

22La première étape est celle de l’identification des pictographies propres au complexe Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli. Nous avions besoin pour y parvenir d’une connaissance préalable de la personnalité et du rituel de Xipe Totec, ainsi que des indices nous permettant de le reconnaître physiquement. Nous ne pouvions espérer les trouver que dans les sources du xvie et du début du xviie siècle, seuls ouvrages réalisés immédiatement après la Conquête, par des personnes intimement mêlées aux Indiens, ou par les Indiens eux-mêmes. Et c’est bien la lecture d’un grand nombre de ces textes originaux, complétée par celle des études publiées sur ces textes par certains auteurs contemporains, qui nous a permis de dégager les critères que nous recherchions : les attributs de Xipe Totee y étaient souvent décrits, et dans le cas de certains ouvrages anciens ; les “illustrations” étaient accompagnées d’annotations. Nous pouvions de la sorte être à même de constituer un corpus de références pour la réalisation du répertoire.

23La deuxième étape est constituée par la recherche des représentations dans tous les documents auxquels nous avons réussi à avoir accès (originaux, fac-similés ou reproductions) et par l’obtention d’un premier niveau de l’analyse du dessin : la fiche analytique. Nous présentons successivement les documents (dont l’authenticité nous a paru indiscutable) et les pictographies qu’ils contiennent, regroupés en ensembles établis selon un critère géographique quand nous en connaissons la provenance, un critère thématique quand nous l’ignorons. Nous avons ainsi conçu deux types de fiches analytiques qui correspondent chacune à un niveau de découpage.

Chapitre iii - analyse et résultats : planches comparatives

24C’est la troisième étape, celle de l’aboutissement de notre étude du dessin.

25L’analyse des pictographies consiste avant tout dans l’établissement de planches comparatives, puis dans leur commentaire. Consultation des planches et lecture de leur commentaire se feront simultanément. Ce nécessaire exercice sera rendu plus aisé, nous l’espérons, grâce à la décision que nous avons prise de présenter notre ouvrage en deux volumes, qui pourront demeurer ouverts à la page choisie par le lecteur.

26Ces planches, constituées en trois séries, sont le cœur même de notre travail. Elles correspondent à des niveaux différents d’analyse, chaque série étant accompagnée d’un commentaire. La première série est reproduite en couleurs, les deux autres en noir et blanc.

27La première série de planches contient les pictographies générales, appelées ainsi parce qu’elles ont été extraites du document dans leur intégralité et dans leurs couleurs originelles. Elles ont été groupées en deux catégories (anthropomorphes et non-anthropomorphes) et classées selon leur fonction dans le “récit” : religieuse, anthroponymique, toponymique, chronologique et guerrière ; ces fonctions, bien évidemment, se superposent parfois.

28La deuxième série de planches contient les parties constitutives obtenues après découpage des pictographies générales. L'identification du contenu des parties constitutives est le principal objet du commentaire de cette série. Comme pour les pictographies générales, nous avons rassemblé les parties constitutives en deux groupes : celui des pictographies anthropomorphes et celui des pictographies non-anthropomorphes.

29La troisième série de planches contient les “glyphes déterminatifs” obtenus après le découpage de certaines parties constitutives. Cette dernière série représente l’aboutissement de notre travail : les glyphes sont l’expression minimale du complexe Xipe Totec-Tlacaxipehualiztli. Nous les avons répartis en trois groupes, selon qu’ils proviennent de la parure de Xipe Totee, ou des parures qui appartiennent à Tlatlauhqui Tezcatlipoca et ltztapaltotec, divinités avec lesquelles Xipe Totee partage de nombreux attributs.

Conclusion Générale

30Elle contient le résultat de notre recherche, qui s’efforce d’établir des rapports entre les pictographies et la langue indigène. Nous avons ajouté à cela quelques réflexions personnelles sur l’origine et la signification du complexe rituel du Tlacaxipehualiztli, établies à la lumière de rituels similaires mis en pratique sur le continent américain.

Notes

1 C’est la traduction la plus communément admise : Xipe, du verbe xipehua (écorcher, peler) ; Totec, de to-(notre) et -tec de teuctli (seigneur).

2 À l’exception des travaux de B. Spranz, 1973.

3 Nous devons cette traduction à E. Seler (1908, p. 215). Le terme tlacanaualli apparaît dans le Codex Florentino (1979, vol. I, liv. 9, f. 49r°). Ce terme est constitué de tlacatl (homme) et nahualli (sorcier, être qui se transforme en un autre).

4 Tira de la Peregrinación, Biblioteca Nacional de Antropología e Historia (35-38).

5 Tlaquimilolli du pronom neutre tla- (chose) et du verbe quimiloa (envelopper). A. Caso (1979, vol. I, p. 33) emploie le terme teoquimilli.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search