Version classiqueVersion mobile

Les enfants de la mort

 | 
Anne Chapman

Chapitre 4. La mort

Texte intégral

Los Liauros son los dueños de las minas...

1ALFONSO: -Los Liauros son ricos, tienen pisto y armas, almacenes de armas como los hay en Tegucigalpa. Pelean con los gringos por las minas. Como las minas están en las cuevas, están en las casas de los Liauros. Pero los gringos también tienen derecho a las minas, como es el estudio de ellos, como ellos saben fabricar pisto y armas. Cuando los gringos sacan oro de las minas, los Liauros se enojan porque vienen a atropellar sus casas. Lueguito “infragantemente” van a informar Tomam. Tomam los regaña. Les dice:

2TOMAM: -¿Para qué se enojan? Hay que dejar los gringos que excaven para que hagan pisto de oro, para que mantengan sus familias, para que coman. Si quieren llevar todo, que lo lleven. Entonces Ustedes buscan otra mina para vivir. Mejor que trabajen los gringos como ellos saben hacer muchas cosas. Pero si ellos no piden permiso con yo, un trozo de mina les puede caer encima, como son hijos de la muerte también.

3Y a veces los Liauros matan a los gringos escondidos de Tomam.

Les Liauros sont les maîtres des mines...

  • 1 Tomam l’Aîné.

4ALFONSO : -Les Liauros (diables) sont riches, ils ont du pognon et des armes, des dépôts d’armes, tout comme il y en a à Tegucigalpa. Ils se battent contre les “gringos” (Nord-Américains) à cause des mines. Comme les mines sont à l’intérieur des grottes, elles sont dans les maisons des Liauros. Mais les “gringos” aussi ont droit aux mines, parce que ça relève de leur science, parce qu’ils savent fabriquer de l’argent et des armes. Quand les “gringos” extraient de l’or, les Liauros se fâchent parce qu’ils viennent saccager leur demeure. Et, tout de suite, sans perdre une minute, ils vont prévenir Tomam1 qui les attrape. Il leur dit :

5TOMAM : -Pour quelle raison vous fâchez-vous ? Il faut laisser les “gringos” creuser pour qu’ils puissent faire des monnaies d’or, pour qu’ils puissent entretenir leurs familles et manger eux-mêmes. S’ils veulent tout prendre, qu’ils prennent tout. Et quant à vous, cherchez une autre mine où aller vivre, ça vaut mieux que les “gringos” travaillent, étant donné qu’ils savent faire des tas de choses. Mais s’ils ne me demandent pas la permission, une partie de la mine peut bien leur tomber dessus, étant donné que, eux aussi, sont des enfants de la mort.

6Et parfois les Liauros tuent les “gringos” en cachette de Tomam.

A los Liauros no les gusta el ruido...

7ALFONSO: -Aconsejaron los punakpanes (chamanes):

8CHAMANES: -Palo que no se ocupa, no hay que tumbarlo. Si lo tumba salen montones de Liauros para matar gente. Se enojan porque se está golpeando su casa. No les gusta la bulla.

Les Liauros n’aiment pas le bruit...

9ALFONSO : -Les punakpan (chamans) donnèrent ce conseil :

10CHAMANS : -Si ce n’est pas pour s’en servir, il ne faut pas abattre un arbre. Si on l’abat, des quantités de Liauros surgissent pour tuer les hommes. C’est que, quand on cogne leur maison, ça les fâche. Ils n’aiment pas le bruit.

Ya no hay punakpanes...

11ALFONSO: -Tomam echó los Liauros por acá, a este mundo, porque estaban perjudicando mucho donde él, vaneando las mujeres del otro mundo. Cuando molestaban mucho aquí, los punakpanes los denunciaban con Jívaro y Jívaro avisaba Tomara y luego Tomam mandaba su hijo, Nompwinapü’ü, para matarlos. Pero ahora no hay quien acuse los Liauros, como ya no hay punakpanes, ni aquí, ni en ninguna parte. Los viejos de ahora no tienen valor para saludar Jívaro. Más bien, se huyen cuando lo miran. Tienen miedo. Como ya no hay punakpanes, por eso ahora los jóvenes, los viejos, los cipotes, todos, se mueren más.

Il n’y a plus de punakpan (chaman)...

  • 2 Tomam l’Aîné.

12ALFONSO : -Tomam2 chassa les Liauros de chez lui et nous les envoya, parce qu’ils mettaient beaucoup de désordre, faisant l’amour aux femmes de l’autre monde.

13Ici, quand ils nous embêtaient trop, les punakpan les dénonçaient à Jívaro et celui-ci avertissait Tomam, lequel envoyait immédiatement son fils Nompwinapü’ü pour les tuer. Mais maintenant, il n’y a plus personne pour accuser les Liauros puisqu’il n’y a plus de punakpan, ni ici, ni nulle part ailleurs. Les vieux de maintenant n’ont pas assez de courage pour aller saluer Jívaro, ou plutôt ils s’enfuient dès qu’ils l’aperçoivent. C’est qu’ils ont peur. Comme il n’y a plus de punakpan, les jeunes, les vieux, les gosses, tout'le monde meurt beaucoup plus qu’avant.

Liauros seductoras...

14ALFONSO: -Son bien bonitas, gordas, con tamañas tetas y trenzones. Llevan naguas amarillas, bien fajadas. Andan desnudas de la cintura arriba. Son jóvenes, sin estrenar. Cuando un hombre besa una, ya está su hora de morir, ya no va a durar mucho. En cinco días, ocho días ya estará en el hoyo, debajo de la tierra. Las mujeres, no hay que pensar en ellas cuando uno sale al campo; sólo el que mira por el trabajo puede vivir viejito: mira por las culebras, piensa en el venado, así puede uno vivir más tiempo. Eso contaban los viejos. Yo no boto los consejos de los viejos... Un hombre que está siempre buscando enamorarse puede encontrar una mujer de los Liauros y eso será su fin. Puede llegar la hora de morir por muchas maneras.

15A veces se juntan cuatro mujeres Chii para llevar un hombre a su cueva. Allá le dan comida; una pierna de pécari, tortillas de “iscamote” (una raíz), guineos, mínimas, patastillas. Y eso para engañarlo porque es comida de la muerte.

16Si un hombre enamora una de esas mujeres, todos sus hijos pueden morir también. El mismo peligro corren las mujeres. Liauros bien galanes les pueden aparecer. Y cuando toca la mujer, le chupa su sangre por el sexo. Y con su sangre le traga toda la tripa y de eso hace chorizos. Después ella muere aunque sea un año o año y medio después, siempre muere.

17Si le agarra a uno un Liauro se muere de hinchazón del cuerpo, de vomitar sangre, de dolor de costado, de erisipela, de lombrices, de sarampión, de gripe, de catarro, de calenturas...

Les Liauros femelles sont séductrices...

18ALFONSO : -Elles sont très jolies, bien grasses, avec de gros seins et de longues tresses. Elles portent des jupes jaunes, bien ajustées à la ceinture. Elles vont la poitrine nue. Elles sont jeunes et toutes neuves. Lorsqu’un homme en baise une, c’est que son heure de mourir est arrivée, c’est qu’il ne va plus durer longtemps. Dans cinq jours, huit jours, il sera dans son trou, sous la terre.

19Les femmes, il ne faut pas y penser quand on est aux champs ; il n’y a que celui qui a l’esprit à son travail qui peut vivre vieux : il fait attention aux serpents, il guette le cerf, et ainsi il peut vivre un peu plus longtemps.

20C’est ce que racontaient les vieux. Et je ne méprise pas les conseils des vieux... Un homme qui ne pense qu’à l’amour peut rencontrer une femme Liauro et alors ce sera sa fin. L’heure de mourir arrive de bien des façons.

  • 3 Tubercule non identifié.

21Parfois, quatre femmes Chii s’unissent pour emporter un homme dans leur grotte. Là, elles lui donnent de la nourriture : une cuisse de pécari, des galettes d’“iscamote”,3 des bananes de toutes sortes, des “chayotes”. Et tout cela pour le tromper, parce que c’est une nourriture de la mort.

22Si un homme tombe amoureux de l’une de ces femmes, tous ses enfants peuvent aussi mourir. Quant aux femmes, elles courent le même danger. Des Liauros séduisants peuvent leur apparaître. Et quand l’un d’entre eux prend une femme, il lui suce le sang par le sexe. Avec le sang il avale toute la tripe et il en fait des “chorizos” (saucisses). Après cela elle meurt ; peut-être un an ou un an et demi après, mais elle meurt toujours.

23Quand un Liauro nous attrape, nous mourons le corps tout enflé, ou de vomissements de sang, de douleurs au côté, d’érésipèle, de vers intestinaux, de rougeole, de grippe, de rhume, de fièvres...

El error de Terencio...

24ALFONSO: -Mi viejo tío Terencio murió porque creyó que una Tentación era su mujer. Las confundió porque su mujer era muda y la Tentación también. Se fue a buscar ocote y una mujer le apareció en el cerro. Ella lo abrazó y lo enamoró; luego le dijo por señas:

25MUJER: -Tu eres mi marido.

26ALFONSO: -Pero cuando volvió a su casa, allí estaba su mujer. Lo que le apareció en el monte fue la muerte. Más rato cuando yo llegué ya se sentía menos mal. Me dijo:

27TERENCIO: -¡Eh, sobrino! vamos a tirar micos.

28ALFONSO: -Yo le dije: “Usted está enfermo. Por los ojos lo conozco (lo sé). La hora de morir le va a llegar.”

29Más rato le pedí posada.

30TERENCIO: -Sí, quédate en la casa con el tío.

31ALFONSO: -En la noche su perro sintió tufo de gente y se fue a correr atrás (de la gente). Perro que huye en la noche no es bueno, es una Tentación. Yo se lo dije a mi tío:

32“Ahora mi tío, ya vivimos con el mal. Yo lo reconozco por este perro.”

33Si Terencio moría, el perro no iba a morir; si el perro moría, el hombre no iba a morir. El perro no murió...

L’erreur de Terencio...

  • 4 “Ocote” (nahuatl : ocotl), pin et par extension les baguettes résineuses que les paysans arrachent (...)

34ALFONSO : -Mon vieil oncle, Terencio, mourut pour avoir cru qu’une Tentation était sa femme. Il les avait confondues l’une avec l’autre parce qu’elles étaient toutes deux muettes. Il était parti chercher du bois de feu4 et une femme lui apparut sur la colline. Elle le caressa, lui fit l’amour, et ensuite, par signes, lui dit :

35FEMME : -Tu es mon mari.

36ALFONSO : -Mais quand il rentra chez lui, sa femme était là. L’apparition, sur la colline, c’était la mort. J’arrivai un peu après alors qu’il se sentait moins mal. Il me dit :

37TERENCIO : -Dis donc, neveu, allons chasser le singe.

38ALFONSO : -Je lui répondis : “Vous êtes malade, je le vois à vos yeux. L’heure de la mort va arriver.”

39Au bout d’un moment, je lui demandai l’hospitalité.

40TERENCIO : -Bien sûr, reste ici avec l’oncle.

41ALFONSO : -Pendant la nuit, son chien flaira des intrus et il s’en fut leur courir après.

42Un chien qui fuit dans la nuit, ce n’est pas bon signe, c’est une Tentation. J’en ai fait la remarque à mon oncle : “Maintenant, mon oncle, nous sommes en plein dans le mal. Je le sens à cause de ce chien.”

43Si Terencio mourait, le chien n’allait pas mourir, et si le chien mourait, l’homme continuerait à vivre. Le chien ne mourut pas...

María y la Tentación...

44ALFONSO: -Una Tentación puede cambiarse en un animal feo después de enamorar una mujer. Así le pasó a María Soto. Ella caminaba sola una noche sin luna, cuando le apareció un hombre Liauro. Poco tiempo antes ella se había juntado con un hombre mucho más joven que ella. ¿Sería que no le gustó Dios? La Tentación le apareció por el camino con una luz de ocote en la mano. Ella quiso huir pero no pudo. El hombre le habló:

45HOMBRE: -De balde quieres huir. Vas al panteón.

46ALFONSO: -Luego que la picó, él se cambió en un animal feo, color de pizote. Ella se enfermó al otro día. Luego se alivió. Al mes cayó enferma de nuevo y se alivió. Pero al año se murió de lombrices, de “propicia” de los Liauros.

María et la Tentation...

47ALFONSO : -Une Tentation peut se transformer en un horrible animal après avoir fait l’amour à une femme. C’est ce qui arriva à María Soto. Une nuit sans lune, elle allait seule, et soudain lui apparut un homme Liauro. Elle venait juste de se marier, avec un homme beaucoup plus jeune qu’elle. Peut-être que cela n’avait pas plu à Dieu ? La Tentation lui apparut sur son chemin, tenant une torche résineuse à la main. Elle voulut s’enfuir, mais en vain. L’homme lui dit :

48HOMME : -Inutile de t’enfuir. Tu vas aller au cimetière.

49ALFONSO : -Aussitôt après l’avoir prise, il se changea en un horrible animal, de la couleur d’un coati. Le lendemain, elle tomba malade, mais ensuite elle se guérit. Dans le mois, elle tomba malade à nouveau et guérit encore. Mais, dans l’année, elle mourut de vers intestinaux, par la volonté (“propicia”) des Liauros.

El fin de José...

50ALFONSO: -El joven José estaba cazando con su padre cuando vio una mujer. Se apartó y le dio cariños. Luego se volteó para mirarla y vio que la mujer salió (se había transformado en) un animal chingo. Así me contó su padre, Cleto Martínez. Cuando se apartó por estar enamorando la Tentación su padre creía que se había ido a cagar pero cuando volvió, (su padre) vio que tenía un mal mirado, la mira de la muerte. José dijo:

51JOSE: -Venid, mire papa. Allá va un animal que no conozco.

52Lueguito Cleto fue a mirar. No vio nada.

53JOSE: -Venid, mire papa. Allá va un animal sin cola, color de tigre.

54CLETO: -Estás mirando mal. Estas contando malas cosas. Más bien quieres morir jovencito.

55JOSE: -No te digo más. Me estás contradiciendo.

56CLETO: -¡Qué va a ser un animal! Está apareciendo tu muerte.

57Se enojó José.

58JOSE: -Como me regañas, no te cuento más.

59CLETO: -Cuando me cuentas malas cosas te voy a pegar con una varita. Un viejo sí, puede mirar mal. ¡Un joven cómo va a morir! ¡Dejar botada su mujer!

60José se enojó más.

61JOSE: -No importa que la deje botada. Te la dejo para que la mantengas. Yo no quiero vivir más en este mundo.

62Cleto calculaba: “Cómo va a ser un chingo, todos los animales tienen cola. Tampoco es un tigre. Es la muerte de él. Como quiere morir joven, está mirando papadas. ¡Para qué lo miró! Ya se azoró. Ya no va a comer nada.”

63El chingo era una Tentación. Se hizo querida para enamorarlo. José sólo duro quince días, entonces se murió. Se murió de catarro inflamado.

La fin de José...

64ALFONSO : -Le jeune José était en train de chasser avec son père quand il aperçut une femme. Il s’isola pour faire l’amour avec elle. Après ça, il se retourna pour la regarder, et vit que la femme s’était transformée en un animal sans queue. C’est comme ça que son père, Cleto Martínez, me l’a raconté. Quand José s’était isolé pour faire l’amour avec la Tentation, son père avait cru qu’il était parti chier. Mais quand il revint, il vit qu’il avait le mauvais oeil, l’oeil de la mort. José lui dit :

65JOSE : -Venez voir, papa. Il y a là-bas un animal que je ne connais pas.

66Aussitôt Cleto alla voir. Il ne vit rien.

67JOSE : -Venez voir, papa. Il y a là-bas un animal sans queue, de la couleur d’un jaguar.

68CLETO : -Tu vois mal. Tu racontes des bêtises. Serait-ce que tu veux mourir jeune ?

69JOSE : -Je ne t’en dis pas plus. Tu ne veux pas me croire.

70CLETO : -Comment ça, un animal ! C’est ta mort qui est apparue.

71José se fâcha.

72JOSE : -Puisque tu cries, je ne dirai plus rien.

73CLETO : -Chaque fois que tu me raconteras des mensonges, je te frapperai avec une baguette. Un vieux, qu’il voie de mauvaises choses, d’accord. Un jeune, pourquoi mourir ! Pourquoi abandonner sa femme !

74José se fâcha davantage :

75JOSE : -Aucune importance si je la laisse. Je te la confie pour que tu l’entretiennes. Je ne veux plus vivre en ce monde.

76ALFONSO : -Cleto réfléchissait : “Comment ça un animal sans queue ? Tous les animaux ont une queue. Ce n’est pas non plus un jaguar. C’est sa propre mort. Comme il veut mourir jeune, il voit des phantasmes. Pourquoi a-t-il été regarder ? Maintenant il est frappé. Et il ne va plus rien manger.”

77L’animal sans queue était une Tentation. Il s’était changé en femme pour lui faire l’amour.

78José ne vécut plus que quinze jours, et au bout de ce temps, il mourut d’un rhume pernicieux.

La muerte de Leonita...

79ALFONSO: -Leonita pasaba por mi casa yéndose a trabajar con unos ladinos vecinos. Una vez la encontré por el camino. Estuve bromeando con ella.

80ELLA: -Mi hombre tiene camisa (era un ladino). ¡Cabrón! se luce.

81YO: -Quiere decir que más luego te vas a quitar la vida. No naciste para los ladinos. Estás contradiciendo Dios. Joven vas a morir. Dios oyó tus palabras. Sólo eso te digo.

82LEONITA: -No me importa. A mí me gustan las cocinas de los ladinos.

83YO: -No vas a vivir, ni mierda. Ni hombre, ni mujer puede vivir portándose mal con Dios. No se puede introducirse con los ladinos.

84LEONITA: -Yo más me gustan las cocinas de los ladinos. No me gustan los Indios.

85YO: -No vas a gustar ni los ladinos.

86Primero se juntó con un Indio y después con un ladino donde estuvo trabajando. Luego se ofendió con él y vino a mi casa.

87LEONITA: -A ver si me das de qué comer.

88YO: -Pasa adelante.

89Mi mujer le dejó echar (hacer) tortillas para que comiera. Más rato ella dijo:

90LEONITA: -Ahora no me sacas de tu casa. Me diste permiso, me quedo aquí toda la vida.

91ALFONSO: -¡Y se fue el mismo día! ¡Qué mentirosa! Pués dijo:

92LEONITA: -Voy a buscar mis tíos, mis primos. Es mi derecho.

93YO: -La “prueba” (la cabuya mágica) me dice que no vas a durar. Que el cinco de mayo van a comenzar las calenturas.

94Leonita ya no tenía amigos. Podía buscar un amigo pero sería pasajero. Más tarde un ladino me contó:

95LADINO: -Leonita ya está agonizando. Está mal, muy mal. Hay que ir a velarla, a poner candelas.

96ALFONSO: -Las candelas son de cera de miel blanca del país y sólo duran tres o cuatro horas. Cuando las encienden quiere decir que la muerte va a llegar, despacito, por fuerza viene. Cuando las encendimos lueguito Leonita las sintió.

97LEONITA: -¿Por qué pusieron las candelas?

98ALGUIEN: -Para que alumbren la noche.

99LEONITA: -Mis horas están contadas. Ya no quiero vivir. Estoy enferma de mis riñones... mis pulmones. Trae Fernán.

100ALGUIEN: -No llega. No puede llegar. No hay tiempo.

101Y se murió.

La mort de Leonita...

102ALFONSO : -Leonita passait par chez moi chaque fois qu’elle allait au travail chez des voisins métis. Une fois, je l’ai rencontrée en chemin. Je me mis à plaisanter avec elle.

  • 5 Elle veut dire que son homme est Métis ; en effet, à cette époque, les Métis et les Indiens se dis (...)

103LEONITA : -Mon homme porte chemise.5 Putain ! Ça lui va bien.

  • 6 Tomam l’Aîné.

104MOI : -Tu veux dire que tu vas bientôt te tuer. Tu n’es pas née pour les Métis. Tu vas contre la volonté de Dieu.6 Tu vas mourir jeune. Dieu a entendu tes paroles. Je n’ai rien d’autre à te dire.

  • 7 Les Indiennes cuisinent en position accroupie, le foyer étant installé à même la terre. Les Métis (...)

105LEONITA : -Je m’en Fiche. Moi, j’aime les cuisines des Métis.7

106MOI : -Tu ne vas pas vivre, foutre non. Aucun homme, aucune femme ne peut vivre s’il se conduit mal envers Dieu. On ne doit pas chercher à s’assimiler aux Métis.

107LEONITA : -Moi, je préfère les cuisines des Métis. Je n’aime pas celles des Indiens

108MOI : -Tu vas te dégoûter même des Métis.

109Elle s’était d’abord mise en ménage avec un Indien et ensuite avec un Métis chez qui elle travaillait à l’époque. Par la suite, elle se brouilla avec lui et vint me voir.

110LEONITA : -Voyons si tu me donnes de quoi manger.

111MOI : -Entre.

112Ma femme lui laissa faire des galettes de maïs pour qu’elle mange. Après cela elle nous déclara :

113LEONITA : -Maintenant tu ne me sortiras plus de chez toi. Tu m’as permis d’entrer, je reste ici pour la vie.

114ALFONSO : -Et elle s’en fut le jour même. Quelle menteuse ! C’est qu’elle affirma :

115LEONITA : -Je vais voir mes oncles et mes cousins. C’est mon droit.

116MOI : -Les ficelles magiques me disent que tu n’en as plus pour longtemps. Le 5 mai, les fièvres commenceront.

117Leonita n’avait plus d’amis. Elle pouvait chercher un ami, mais ce ne serait que passager. Plus tard, un Métis m’a annoncé :

118METIS : -Leonita est à l’agonie. Elle est mal, au plus mal. Il faut aller la veiller, allumer des cierges.

119Les cierges sont en cire du pays et ils ne durent que trois ou quatre heures. Quand on les allume, ça veut dire que la mort s’approche, qu’elle vient, tout doucement mais sûrement.

120A peine les cierges allumés, Leonita s’en rendit compte.

121LEONITA : -Pourquoi avez-vous allumé les cierges ?

122QUELQU’UN : -Pour éclairer la nuit.

  • 8 Fernán était un voisin métis qui soignait les Indiens avec des herbes ou avec des médicaments simp (...)

123LEONITA : -Mes heures sont comptées. Je ne veux plus vivre. Je suis malade, des reins,... des poumons. Qu’on fasse venir Fernán.8

124QUELQU’UN : -Il n’arrive pas et il ne peut arriver. Il n’est plus temps.

125Et elle mourut.

COMMENTAIRE

126Bien que cette idée ne soit pas explicitée dans la mythologie, certains Tolupan croient que le mariage ou les relations sexuelles entre Indiens et Métis font courir aux premiers un réel danger.

127Alfonso citait les paroles du Soleil qui, voyant un couple mixte qui s’aimait, déclarait : “A chacun son goût. Si un Tolupan veut se mêler à une autre nation (la Métisse en l’occurrence), qu’il le fasse. Aussi bien, comme il faut mourir d’une façon ou d’une autre, qu’est-ce que ça peut faire”.

Fabián quisó llevar a su mujer...

128ALFONSO: -Fabián murió vomitando sangre. Cuando lo vi el lunes antes, traía la muerte en los ojos. Yo sabía que iba a morir pero él nada me habló de su enfermedad. Puede ser que murió porque tocó (enamoró) una mujer de los Liauros cuando estaba trabajando. La última vez que lo vi, me dijo:

129FABIAN: -Hoy, mi cuñado (era el hermano de la mujer de Alfonso), dale saludos a mi hermana. Estoy mandando los últimos saludos para todos mis hermanos.

130Vivía padeciendo. A su mujer dijo:

131FABIAN: -Juanita, te dejo dos o tres vaquitas, una milpa para que quedes comiendo. Ya no quiero trabajar más en este mundo. Sólo paso vomitando.

132Quiso llevar su mujer a la muerte, para que lo acompañara, para que ella no quedara sola, pero ella no quiso ir. Por eso la dejó. Le dijo:

133FABIAN: -Así mejor que te mueras a tu gusto. Tal vez encuentres otro hombre. Si no, vas a morir sola.

Fabian voulait emmener sa femme avec lui...

134ALFONSO : -Fabián mourut en vomissant du sang. Quand je l’avais vu le lundi d’avant, il portait la mort dans ses yeux. Je savais qu’il allait mourir, mais lui ne me dit rien du tout de Sa maladie. Ça se peut qu’il soit mort pour avoir fait l’amour avec une femme des Liauros, pendant son travail. La dernière fois que je l’ai vu, il me dit :

135FABIAN : -Aujourd’hui, beau-frère (il était le frère de ma femme), fais mes adieux à ma soeur. Je suis en train de faire mes derniers adieux à tous mes frères.

136Il souffrait beaucoup. Il dit à sa femme :

137FABIAN : -Juanita, je te laisse deux ou trois petites vaches et un champ de maïs pour que tu puisses manger. Moi, je ne veux plus travailler davantage en ce monde.

138Il mourut dans un vomissement.

139Il voulut emporter sa femme dans la mort, pour qu’elle soit avec lui, pour qu’elle ne reste pas seule, mais elle ne voulait pas. C’est pourquoi il l’abandonna en lui disant :

140FABIAN : -Meurs comme tu voudras, ça vaut mieux. Peut-être trouveras-tu un autre homme. Sinon, tu mourras toute seule.

COMMENTAIRE

141Il arrive que celui qui vient de mourir se sente très seul dans l’autre monde. Il arrive aussi qu’il lui manque quelqu’un pour l’aider dans ses travaux quotidiens, ou qu’il se rende compte qu’un de ses proches est inconsolable de sa disparition. Alors il fait mourir un membre de sa famille pour qu’il vienne le rejoindre dans l’au-delà.

142Les Indiens Tolupan disent que “quand un frère meurt, un autre frere ou deux peuvent mourir tout de suite après. Toutefois, si trois ou quatre frères meurent en même temps, alors c’est un châtiment de Tomam. Une femme qui meurt risque également d’emporter avec elle dans l’autre monde son bébé”. Il n’est pas douteux que les phénomènes de maladie contagieuse notamment, ont donné naissance à cette croyance. Bien souvent, un enfant en bas âge qui perd sa mère, meurt également parce qu’il n’a plus personne pour le nourrir.

143La mort se propage en ce monde par l’intermédiaire du “vaho”, vapeur fétide ou miasmes, émanant de tout ce qui est pourriture, notamment des cadavres humains et animaux. Celui des Métis passe pour plus pernicieux que celui des Indiens. Les malades, les blessés, les femmes enceintes et les enfants sont plus vulnérables que tout autre au “vaho”. C’est pourquoi ils ne doivent assister ni aux veillées funèbres ni aux enterrements. Quant aux hommes qui y assistent, ils doivent, par précaution, se laver et changer de vêtements aussitôt après.

144Pour se défendre du “vaho” et de sa contagion, autrefois, les Indiens détruisaient la maison du mort ou l’abandonnaient.

145Un vieil Indien Tolupan, Cleto Martínez, nous avait dit que le “vaho” de sa femme morte un an auparavant était resté sous son lit de mort, que pour cette raison il ne dormait plus dans le lit, qu’il avait noté que le rhume qu’il avait attrapé était dû à cette vapeur fétide. On disait également que la vieille Juana Soto était morte contaminée par la vapeur fétide de son fils qui vivait avec elle et qui était mort huit jours avant elle.

146Du pécari et du bétail émanent une vapeur fétide bien plus toxique que des autres animaux. Si un animal saigne abondamment quand on le tue, c’est que, dit-on, il provoquera une vapeur fétide très forte, si bien qu’il vaudrait mieux, sans que ce soit obligatoire, s’abstenir de le manger. Ainsi la mort du chef, Doroteo Martínez, fut attribuée à la vapeur fétide d’un taureau qu’on avait mangé la veille. “Il n’en a mangé qu’une bouchée, mais c’est de cela qu’il est mort. Il est mort de la même façon que le taureau, en vomissant du sang par la bouche et le nez”.

147Pour les Indiens Tolupan, la gelée est la vapeur fétide des plantes. “Les gelées”, disent les Indiens, “ne sont que du sang d’indiens morts mêlé aux nuages”.

¿El mundo de los MUERTOS, cómo es?

148Es pura ciudad. Mucho más grande que este mundo. Allá se vive como hermanos. Cada nación se respeta. Tomam Wowaï vive más adelante de los muertos. Nosotros vivimos más acá, por la orilla. También Jívaro vive aparte. Sólo Tyaj Guatecast vive con los muertos, como él es el cacique. Los muertos son muy chismosos, por eso tienen cacique.

149Cuando muere una criatura, un angelito, él se va al otro mundo ya hecho hombre (o mujer). Cuando muere un viejo, él va al otro mundo tiernito, sin los huesos. Allá se cría mamando su nana y crecen los huesos y los dientes. Sólo hay que volver acá, a este mundo, para buscar un pelo, y luego que lo encuentra, le crece el cabello, y se regresa al otro mundo en seguida. Allá se crece despacio y hasta muchos años está uno hecho hombre o mujer; como allá cien años es un día. Y una vez crecido así se queda, siempre joven. Nadie muere otra vez ni se hace viejo. No hay enfermedades. Sólo aquí, es que estamos castigados.

150Hay casas allá, como las de aquí. No se puede vivir sin casas. Uno anda bien vestido y la ropa nunca se acaba. Se siembra de todo. No sé si se cosecha cada año, pero el maíz nunca se seca. Todo vive jovencito. Todas las plantas conversan. Cuando alguien dice:

151ALGUIEN: -Bájate del palo, señor aguacate. Yo te quiero comer.

152Baja y viene para que lo coma uno. El maíz, los frijoles... todos vienen cuando alguien los llama. Pero es prohibido comer traspasado. Los animales y el pescado conversan también y no hay permiso de matarlos sin comerlos. Tampoco se puede matar arañas o zopilotes: éstos están allí para comer el “chinchin”. No se puede tocarlos, como son de Tata Dios. Allá todas las naciones se llevan de hermanos.

Le monde des morts, comment est-il ?

153C’est vraiment une ville, plus grande que ne l’est notre monde tout entier. Dans cette ville tous vivent comme des frères. Toutes les nations se respectent entre elles. Tomam Wowaï vit plus en deçà du monde des morts. Tandis que nous, les hommes, vivons tout au bord du monde des défunts. Et Jívaro, lui aussi, vit à part de ce monde. Il n’y a que Tiaj Guatecast qui vive avec les morts parce qu’il est leur chef. Les morts font beaucoup d’histoires, c’est pour ça qu’ils ont un chef (“cacique”).

154Quand meurt un tout petit enfant, un petit “ange”, il s’en va pour l’autre monde, mais transformé en homme ou en femme. Et quand un vieux meurt, il s’en va pour l’autre monde tout jeune, il n’a plus d’os. Et là-bas, il s’élève en têtant sa mère ; les os et les dents lui poussent. Et il n’a qu’à retourner vers notre monde à nous pour y chercher un cheveu, et dès qu’il l’a trouvé, toute la chevelure lui pousse, et alors, aussitôt, il retourne au ciel. Là-bas. on grandit lentement, et il faut de nombreuses années pour devenir homme ou femme ; puisque là-bas, cent ans c’est un jour. Mais une fois qu’on a grandi, on reste toujours jeune. Dans ce monde des morts, personne ne meurt une seconde fois, et personne ne vieillit. Il n’y a pas de maladies. Il n’y a que chez nous qu’il y a des maladies, pour nous punir.

155Là-bas, il y a des maisons comme celles d’ici. C’est qu’on ne peut pas vivre sans maison. Chacun va bien vêtu, et les habits ne s’usent jamais. On sème de tout. Je ne sais pas si la récolte se fait chaque année, mais le maïs est toujours vert. Tout est toujours jeune. Toutes les plantes parlent. Quand quelqu’un dit :

156QUELQU’UN : -Descends de l’arbre, monsieur avocat. Je veux te manger.

157L’avocat descend et vient pour qu’on le mange. C’est la même chose avec le maïs, les haricots... tous viennent quand on les appelle. Mais il est interdit de manger plus que nécessaire.

158Les animaux et les poissons parlent également et il est interdit de les tuer si ce n’est pas pour manger. On ne peut non plus tuer les araignées ou les charognards : ceux-là sont là pour manger la merde. On n’a pas le droit d’y toucher puisqu’ils appartiennent à Dieu le Père.

159Là-haut, toutes les nations vivent fraternellement.

¿Cómo se sabe en este mundo cuando alguien va a morir?

160Cuando grita el caracacao, se está anunciando la muerte de alguien. Viene de donde Tomam Segundo, él lo manda.

161Así también cuando grita el gavilán guaca (cuyo dueño es el Liauro).

Comment sait-on ici-bas, quand quelqu’un va mourir ?

  • 9 “Caracacao”. Il s’agit certainement d’un caracara, genre d’oiseau rapace de la famille des Falconi (...)

162C’est quand le caracara9 crie il est en train d’annoncer la mort de quelqu’un. Il vient de chez Tomam le Cadet, qui l’a envoyé.

  • 10 “Gavilán guaca”. Probablement Herpetotheres cachinnans, petit faucon dont le cri ressemble à un ri (...)

163C’est la même chose quand le faucon ricaneur10 crie (son maître est le Liauro).

¿Por qué entierran a los MUERTOS?

164Para que los coma la Tierra.

¿Por qué ponen una olla encima de la tumba?

165Para que el muerto tome agua antes de salir para el otro mundo, para quitar las suciedades del cuerpo.

¿Por qué la olla tiene un hueco?

166Porque está muerta también. Ya no sirve para este mundo. Igual se pone un tiesto.

¿Una vez enterrado el MUERTO, va enseguida al otro mundo?

167No. El muerto se queda cinco días en el panteón. Allí hace un fuego y calienta agua en la olla o el tiesto que le dejamos. Luego que el agua se enfría un poco, la toma. La toma para quitarse las suciedades del cuerpo y las enfermedades que le mataron. Así contaron los viejos, pero como no hay señas (de fuego en el panteón) puede ser mentiras.

168A los cinco días ya está bien sano, bien limpio, ya botó los huesos también. Ya puede irse. Unos muertos se esconden de Guatecast cuando los viene a llevar, pero él los halla luego. Es que algunos no quieren ir al otro mundo. Quieren quedarse acá. A veces Guatecast los castiga. Los echa en la cárcel cuando llegan al otro mundo, como cada lugar tiene su cárcel. Si no se esconde, se va de aquí bien alegre con Guatecast, a pasear donde Tomam.

Pourquoi enterrez-vous les morts ?

169Pour que Terre les mange.

Pourquoi mettez-vous un pot sur la tombe ?

170Pour que le mort boive de l’eau avant de partir pour l’autre monde, pour qu’il se libère des impuretés de son corps.

Pourquoi le pot a-t-il un trou ?

  • 11 Les Chortis du Guatemala (WISDON 1940, p. 304) mettent une écuelle pleine d’eau sur la tombe pour (...)

171Parce qu’il est mort également. Il ne sert plus pour ce monde. On peut aussi bien mettre un tesson.11

Une fois enterré, le mort va-t-il tout de suite dans l’autre monde ?

172Non. Le mort reste cinq jours au cimetière. Il y fait du feu pour chauffer l’eau, dans le pot ou le tesson que nous avons laissé. Dès que cette eau se refroidit un peu, il la boit. Il la boit pour se libérer des impuretés de son corps et des maladies qui l’ont tué. C’est ce que racontaient les vieux, mais comme il n’y a pas trace de feu dans le cimetière, c’est peut-être une histoire fausse.

  • 12 Tyaj Guatecast.
  • 13 Tomam le Cadet.

173Au bout de cinq jours, le mort est tout à fait sain, bien propre, et aussi, il a abandonné ses os. Il peut s’en aller. Quelques morts se cachent de Guatecast12 quand il vient pour les emmener, mais lui les trouve très vite. C’est que, il y en a qui ne veulent pas aller dans l’autre monde. Ils veulent rester sur cette terre. Et parfois, Guatecast les punit. Il les jette en prison quand ils arrivent dans l’autre monde ; car, partout, il y a des prisons. Si par contre, le mort ne se cache pas, il s’en va d’ici tout content en compagnie de Guatecast, se promener jusque chez Tomam13.

Usted dijo que los MUERTOS vuelven a la tierra para buscar un pelo

Explíqueme eso, por favor

174El muerto deja los pelos, los huesos y los dientes en el panteón. Cuando llega al otro mundo crecen sólo los huesos y los dientes, pero el pelo no. Le dice Tomam Segundo cuando llega:

175TOMAM: -¿Qué hiciste que viniste pelón? ¿Qué hiciste con los pelos que te di? Estás muy feo.

176EL MUERTO: -Los dejé en el hoyo del panteón. Por eso no les trajé, ni mierda.

177TOMAM: -¿Todavía te acuerdas por donde anduviste sabaneando venado, trayendo ocote, juteando (buscando caracoles)? Entonces, ándate por allí a buscar un pelo (uno que se habrá quedado colgado de una rama por donde pasó). Si no hallas uno, no vuelves. Sin pelos no te ocupo. Si hallas uno, ya está, es suficiente, ya puedes volver acá.

178El muerto vuelve acá a buscar hasta que halle uno. Cuando lo halla, lo pone sobre la cabeza y ya nacen por todas partes del cuerpo como antes.

179Guatecast lo echa por delante para que regrese al mundo. V'ienen por el camino real. Cuando llegan, primero van al panteón. El muerto quiere conocer sus huesos y su cacaste. Guatecast no entra al panteón. Se queda afuera, esperando.

180EL MUERTO: -Por aquí me enterraron. Por aquí cerquita debe de estar mi cacaste. Lo escondieron un poquito pero siempre lo voy a hallar. A un muerto no lo engañan.

181GUATECAST (Grita): -¿Dónde está tu cacaste? ¿Es verdad que te moriste?

182EL MUERTO: -Ya lo hallé. Y estoy mirando mis huesos.

183Luego el muerto lleva Guatecast para enseñarle su casa. No tienen permiso para entrar. Sólo la pueden mirar de lejos.

184GUATECAST: -¡Eh! ¿Por qué te moriste? Tal vez te mató tu familia.

185EL MUERTO: -No. Así nos dejó Dios. Me morí porque somos hijos de la muerte.

186GUATECAST: -¿Dónde está tu familia?

187Guatecast quiere saber todo. Sigue:

188GUATECAST: -Ya veo porque te moriste. Viviste en una casa bien arruinada. Entraron muchas enfermedades; hielo, sereno, viento también. Con razón te moriste. Te fuiste a trabajar enfermo, a asolearte enfermo. Por eso te moriste. Tal vez tocaste una mala mujer, mujer de otra nación. Por eso te trabaste. Te gustó, la tocaste. Por eso te entró la enfermedad.

189EL MUERTO: -Tienes derecho. Puedes regañar a los muertos.

190GUATECAST: -Te voy a regañar más, como cada uno muere por su voluntad, por gusto se compromete a morir. Ahora tu mujer está llorando. Toda la familia está afligida. ¿No tienes pena?

191Pero a veces un muerto contesta al Guatecast y le dice:

192MUERTO: -Yo sembré maíz, camotes, yuca... Se helaron, los tumbó el viento, los perjudicó ios quequeos, los pizotes. ¡Cómo te atreves preguntarme por qué me morí! ¿Usted no tiene vergüenza?

193Entonces Guatecast se abochorna y deja de regañarle. Otros muertos contestan peor. Dicen:

194OTRO MUERTO: -Usted me mató, por eso me morí. Los camotes se helaron. Se arruinaron mis trabajos. ¿Qué podía hacer yo sin comer? Tres, cuatro días, no más duré. Por eso me morí.

195Y ya se tapa la boca Guatecast. Se queda callado. Ya no castiga más.

196OTRO MUERTO: -Yo no me morí por mi gusto. Mi mujer me mató.

197GUATECAST: -Levántate y sígueme. Vamos a avisar la gloria para que manden la blanca petel (una avispa).

198Bajan las avispas y lo pican por todas partes, por hablador, porque acusó a su mujer.

199GUATECAST: -Ahora tienes compromiso. Ahora tienes que vivir con tu mujer todo el tiempo, si no vas derecho a la cárcel.

200A Guatecast no le gusta los “vivos”.

Vous avez dit que les morts retournent sur terre pour chercher un cheveu

Expliquez-moi ça, s’il vous plaît

  • 14 Hultkrantz (1953, pp. 176, 296) signale que la chevelure est, pour les Indiens d’Amérique du Nord, (...)

201Le mort laisse ses cheveux,14 ses os et ses dents au cimetière. Et quand il arrive dans l’autre monde, il n’y a que les os et les dents qui repoussent, mais la chevelure, non. Quand le mort arrive, Tomam le Cadet lui dit :

202TOMAM : -Qu’as-tu fait pour te présenter chauve ? Qu’est-ce que tu as fait des cheveux que je t’ai donnés ? Tu es très laid.

203LE MORT : -Je les ai laissés dans le trou, au cimetière. C’est pour ça que je ne les ai pas apportés, foutre pas.

204TOMAM : -Est-ce que tu te souviens encore de la brousse parcourue à chasser le cerf, à chercher du bois de feu, à ramasser des escargots ? Si oui, va-t’en par là chercher un cheveu (un cheveu qui sera resté accroché à une branche à ton passage). Si tu n’en trouves pas, ne reviens pas. Je ne te veux pas sans cheveux. Si tu en trouves un, alors ça va, c’est suffisant et tu peux revenir.

205Et le mort revient sur terre jusqu’à ce qu’il en trouve un. Quand il l’a trouvé, il le met sur sa tête et les poils renaissent sur tout le corps comme avant.

206Guatecast le pousse en avant pour qu’il retourne sur la terre. Ils y vont par le grand chemin. Une fois arrivés, ils vont d’abord au cimetière. Le mort veut reconnaître ses os et son brancard. Guatecast n’entre pas au cimetière. Il reste dehors, à attendre.

207LE MORT : -C’est là qu’on m’a enterré. Ma civière ne doit pas être loin. On l’a un peu cachée, mais je vais bien la trouver. Un mort, on n’arrive pas à le tromper.

208GUATECAST (Il crie) : -Où est la civière ? C’est bien vrai que tu es mort ?

209LE MORT : -Ça y est, je l’ai trouvée. Et je vois mes os.

210Ensuite, le mort guide Guatecast pour lui montrer sa maison. Ils n’ont le droit d’y entrer, ni l’un ni l’autre. Ils ne peuvent que la regarder de loin.

211GUATECAST : -Au fait, pourquoi es-tu mort ? Est-ce que ta famille ne t’aurait pas tué ?

212LE MORT : -Non. C’est parce que Dieu en a disposé ainsi. Je suis mort parce que nous sommes les enfants de la mort.

213GUATECAST : -Où est ta famille ?

214Guatecast veut tout savoir. Il continue :

215GUATECAST : -Je vois maintenant pourquoi tu es mort. Tu as vécu dans une maison bien abîmée. Beaucoup de maladies pouvaient y entrer : le froid glacial, la fraîcheur humide du soir, le vent aussi. Bien sûr, tu en es mort. Tu es parti au travail malade, et tu t’es rendu encore plus malade à rester au soleil. C’est pour ça que tu es mort. A moins que tu n’aies touché à une mauvaise femme, à une femme d’une autre nation ? Et c’est comme ça que tu t’es fait avoir. Elle t’a plu, tu y as touché. Et à cause de ça, la maladie s’est emparée de toi.

216LE MORT : -C’est ton droit, tu peux gronder les morts.

217GUATECAST : -Je vais t’attraper bien plus que ça, car chacun meurt parce qu’il le veut bien ; c’est pour se faire plaisir qu’il se met à mourir. Et maintenant ta femme pleure. Toute la famille est au désespoir. Ça ne te fait pas de peine ?

218Mais il arrive parfois qu'un mort réplique et dise :

219UN MORT : -J’ai semé du maïs, des patates douces, du manioc... Ils ont gelé, le vent les a versés, les pécaris et les coatis les ont saccagés. Comment oses-tu me demander pourquoi je suis mort ? N’avez-vous pas honte ?

220Alors Guatecast se sent tout gêné et il cesse ses attrapades. Et il y a d’autres morts qui répliquent encore plus brutalement. Ils disent :

221UN AUTRE MORT : -C’est vous qui m’avez tué, et c’est pour ça que je suis mort. Les patates douces se sont gelées. Mes récoltes se sont perdues. Qu’est-ce que je pouvais faire sans manger ? Je n’ai pu résister que trois, quatre jours. C’est pour ça que je suis mort.

222Et Guatecast n’a plus qu’à la boucler. Il ne dit plus rien. Il cesse ses reproches.

223UN AUTRE MORT : -Ce n’est pas par plaisir que je suis mort. Ma femme m’a tué.

  • 15 Non identifié.

224GUATECAST : -Lève-toi et suis-moi. Nous allons prévenir au ciel pour qu’ils envoient la guêpe petel.15

225Les guêpes arrivent et le piquent partout, parce que c’est une mauvaise langue et qu’il a accusé sa femme.

226GUATECAST : -Et maintenant tu ne vas pas t’en sortir. Tu devras vivre avec ta femme tout le temps ou sinon tu vas tout droit en prison.

227C’est que Guatecast n’aime pas les malins.

¿Por qué algunos muertos se esconden en las cuevas?

228Los que mueren del partido de Dios (Tomam) no se esconden. Pero otros que mueren del partido de los Liauros se comprometen por sí solos, y los Liauros los echan en sus cuevas.

Pourquoi certains morts se cachent-ils dans les grottes ?

229Ceux qui meurent en prenant parti pour Dieu (Tomam) ne se cachent pas. Mais il y en a d’autres qui, d’eux-mêmes, en mourant, se rangent du côté des Liauros ; ceux-là, les Liauros les retiennent dans leurs grottes.

El Liauro molió a un muerto

230Hay que cerrar bien la puerta de la casa cuando alguien muere para que no entren los Liauros, como están apostados con Dios para ver quien gana más almas. Si un Liauro entra, el alma del muerto puede trepar un palo y escaparse por un hueco en el techo. Pero a veces, el Liauro lo agarra y lo lleva a su cueva para molerlo en su trapiche.

231Si un muerto tarda en llegar al mundo de los muertos, el Sol avisa a Tomam Menor.

232TOMAM MENOR: -¿Pero dónde está este muerto? Hay que avisar en todas partes que se perdió. Hay que buscar en las cuevas.

233Manda Guatecast a quemar las cuevas para que los Liauros no anden traspasando los Indios.

234Tomam no le gusta que los Liauros muelan los muertos. Así como caña los muelen, siete veces molidos, para que se hagan de la banda de ellos.

235Un Liauro molió un Indio muerto. Después le preguntó:

236LIAURO: -¡He! ¿De qué partido sois ahora?

237INDIO MUERTO: -Del partido de Dios. De balde me moliste siete veces. Yo no me comprometo con la banda de los Liauros. Soy de la banda de Dios. Voy a avisar el Jefe Menor. Yo me presento a mi ley. No comprometo mi alma con vos.

238LIAURO: -Entonces, vete a la mierda. Te molí siete molidas y todavía no te haces de la banda de yo!

239Lo corrió. El muerto se fue para abajo, donde Guatecast.

240GUATECAST: -¿Por qué te machucaron los Liauros? Ahora tienes que ir a presentarte a Tomam, molido como estás.

241NOMPWINAPU’U: -¿Qué te hiciste, Indio viejo molido?

242MUERTO MOLIDO: -Me agarraron por la ley de los Liauros. Yo sólo no me molí. ¿Pero ahora como voy a coger fuerzas para ir con la banda de Dios? Estoy a la merced de ellos; comprometido con la banda de los Liauros.

243NOMPWINAPU’U: -Pero ¿por qué te comprometiste con los ricos?

244INDIO MUERTO: -Yo no me comprometí de mi gusto.

245NOMPWINAPU’U: -Bueno. Te voy a llevar donde Tomam.

246Lo lleva.

Le liauro avait broyé un mort dans son moulin16

  • 16 “Moler en trapiche” : broyer dans un moulin à canne à sucre (N. D. E.).

247Il faut bien fermer la porte de la maison quand quelqu’un meurt pour empêcher les diables d’entrer, parce qu’ils sont en rivalité avec Dieu pour voir qui va prendre le plus d’âmes. Si un diable entre dans la maison, l’âme du mort peut grimper dans la charpente et s’échapper sur le toit par un trou. Mais parfois, le diable l’empoigne et l’emporte dans sa grotte pour la broyer dans son moulin à canne à sucre.

248Si un mort tarde à arriver dans l’autre monde, le Soleil prévient Tomam le Cadet.

249TOMAM LE CADET : -Mais où est ce mort ? Il faut prévenir partout qu’il s’est perdu. Il faut chercher dans les grottes.

250Il envoie Guatecast mettre le feu dans les grottes pour que les Diables ne continuent pas à exagérer avec les Indiens. Tomam n’aime pas que les diables broient les morts. Car ils les broient comme de la canne à sucre, à sept reprises, afin qu’ils entrent dans leur parti.

251Un diable broya ainsi un Indien mort. Et ensuite, il lui demanda :

252DIABLE : -Eh bien ! De que ! côté êtes-vous à présent ?

253INDIEN MORT : -Je suis avec Dieu. C’est en vain que tu m’as broyé sept fois. Je ne m’engage pas dans le parti des diables. Je suis du parti de Dieu. Je vais prévenir le Second Chef. Je comparais devant ma loi. Je ne compromets pas mon âme avec vous autres.

254DIABLE : -Alors va te faire foutre. Je t’ai broyé sept fois et tu ne veux pas être avec moi !

255Il le renvoya. Le mort s’en alla sous la terre, chez Guatecast.

256GUATECAST : -Pourquoi les diables t’ont-ils moulu ainsi ? Et maintenant tu es obligé d’aller te présenter à Tomam, tout broyé comme tu es.

257NOMPWINAPU’U : -Qu’est-ce que tu t’es fait, vieil Indien tout broyé ?

258LE MORT BROYE : -Ce sont les diables qui m’ont attrapé pour me soumettre à leur loi. Moi, tout seul, je ne me serais pas broyé. Mais à présent, comment vais-je reprendre force pour rejoindre Dieu ? Je suis à la merci des diables, retenu par eux.

259NOMPWINAPU’U : -Mais, pourquoi t’es-tu compromis avec les riches ?

260INDIEN MORT : -Ca n’a pas été par plaisir.

261NOMPWINAPU’U : -Bon. Je vais t’emmener jusque chez Tomam.

262Et il l’emmène.

¿Cómo llegan los muertos al otro mundo?

263Hay dos caminos, el camino real y el camino por abajo. El que va por el camino real tiene que pasar por donde está el hop (cangrejo del agua). Si el cangrejo lo agarra eso quiere decir que el muerto era un picaro. Por eso no hay que ir por el camino real. Mejor es ir por el camino por abajo, por las zarzas.

264Por el camino real el muerto puede resbalar y caer al pozo donde el cangrejo le está esperando con la boca abierta. Como tiene que pasar por encima del pozo agarrándose por una cabuya, fácilmente se le zafa la mano o la cabuya se revienta, se resbala y ¡bamb! cae al pozo. Y como está recién muerto, va muy débil de cuerpo y más fácilmente se cae. Al caerse, el cangrejo lo agarra y se lo come. Pero no es un solo cangrejo; son varios, dos machos y dos hembras y sus familias (pequeños). Cuando cae algún muerto al pozo, Tomam Menor pregunta:

265TOMAM: -¿Por qué no viene este muerto? ¿Por qué no llega por acá? Voy a mandar buscarle con Guatecast, echarlo para adelante.

266Entonces Guatecast va a espiar y cuando lo ve en el pozo regresa para dar cuenta a Tomam.

267GUATECAST: -Hop lo está comiendo.

268Al caer un muerto al pozo, el cangrejo dice:

269CANGREJO: -Resbaló por el farallón. Ahora es mi comida.

270Primero le come las canillas. Las quiebra a la rodilla. Alza lo demás para más tarde. Son todos muy comelones. Son grandes como una guitarra o más. Sólo comen los chismosos, los habladores, los peleadores. La ley de Dios puso los cangrejos para que no andemos con mentiras... La verdad no sé. Pero así contaron los viejos. El cangrejo castiga dos, tres, seis días, según... a veces sólo una media hora.

271Cuando llega un muerto al otro mundo Tomam le pregunta:

272TOMAM: -¿Qué te pasó?

273MUERTO: -Me jodió el cangrejo.

274TOM AM: -¡Eres puro chismoso entonces!

275El cangrejo no mata. Sólo castiga un poco o mucho... Si al llegar al otro mundo Tomam le pregunta:

276TOMAM: -¿Por dónde veniste? ¿Por el camino real?

277Y el muerto contesta:

278EL MUERTO: -No señor. Yo pasé por las zarzas, por las espinas.

279Entonces Tomam dice:

280TOMAM: -¡De veras! ¡Es cierto!

281Y el muerto dice que sí, es cierto. Así Tomam le dice:

282TOMAM: -Entonces pase adelante. No teneis compromiso con el cangrejo. Eres un hombre formal.

Comment les morts arrivent-ils dans l’autre monde ?

283Il y a deux voies, le grand chemin et le sentier d’en bas. Celui qui prend le grand chemin doit passer là où se trouve le hop, le crabe de l’eau. Si le crabe l’attrape, ça veut dire que le mort était un coquin. C’est pour ça qu’il vaut mieux ne pas aller par le grand chemin. Mieux vaut aller par le sentier d’en bas, celui qui est plein de ronces.

284Par le grand chemin, le mort peut glisser et tomber dans le puits où se trouve le crabe qui l’attend la bouche ouverte. Comme il faut passer au-dessus du puits en se tenant à une corde, pour un rien la main peut vous manquer ou la corde casser, on glisse, et plouf ! On tombe dans le puits. De plus un mort tout neuf a le corps bien faible et tombe d’autant plus facilement. Une fois tombé, le crabe s’en empare et le mange. D’ailleurs ce n’est pas un seul crabe ; ils sont plusieurs, deux mâles et deux femelles plus leurs petits. Quand un mort tombe dans le puits, Tomam le Cadet demande :

285TOMAM : -Pourquoi ce mort ne vient-il pas ? Pourquoi n’arrive-t-il pas jusqu’ici ? Je vais envoyer Guatecast le chercher, pour qu’il le pousse de l’avant.

286Alors Guatecast part se renseigner, et quand il voit le mort dans le puits, il retourne le dire à Tomam.

287GUATECAST : -Hop est en train de le manger.

288Quand un mort tombe dans le puits, le crabe dit :

289CRABE : -Il est tombé de la falaise. Maintenant, c’est ma nourriture.

290Il lui mange d’abord les jambes. Il les brise au niveau des genoux. Il garde le reste pour plus tard. Ils sont tous très gloutons. Ils sont aussi grands qu’une guitare ou même plus grands. Et ils ne dévorent que les médisants, les mauvaises langues, les bagarreurs. La loi de Dieu a créé les crabes pour que nous évitions de mentir... Est-ce que tout ça est vrai ? Du moins, c’est ce qu’ont raconté les vieux. Le crabe vous punit durant deux, trois ou six jours, tout dépend... parfois seulement une demi-heure.

291Quand un mort arrive dans l’autre monde, Tomam lui demande :

292TOMAM : -Que t’est-il arrivé ?

293LE MORT : -Le crabe m’a couillonné.

294TOMAM : -Alors c’est que tu es un vrai menteur !

295Le crabe ne tue pas. Il ne fait que vous punir un peu ou beaucoup...

296Si en arrivant dans l’autre monde Tomam demande au mort :

297TOMAM : -Par où es-tu venu ? Par le grand chemin ?

298Et que le mort réponde :

299LE MORT : -Non, monsieur. Je suis passé par le sentier plein de ronces et d’épines.

300Alors Tomam réplique :

301TOMAM : -Vraiment ! C’est sûr !

302Et le mort répond que oui, c’est sûr. Alors Tomam lui dit :

303TOMAM : -Entre donc. Tu n’as pas eu affaire au crabe. Tu es un homme bien.

¿Cómo es el río que hay que pasar para llegar al otro mundo?

304Se llama hol ma sas’mo’o, el lugar que no se puede pasar. Es muy hondo y de muchas piedras, así como el río de aquí en el verano (estación de lluvias). Cuando un muerto llega a la orilla, ve que no puede pasar y se pone a llorar. Entonces lo oye Tata Dios y manda un perro para pasarle. Cuando el perro ve el Indio le dice:

305PERRO: -¡Eh! Tú me echaste comida. Soy tu amigo. Agárrame la cola. Agarra duro. Te voy a pasar. No sueltas la mano.

306Por eso hay que dar los perros bocaditos para que se recuerden de uno cuando tienen que cruzar el río para pasar al otro mundo. Sin perro no se pasa. Y a los perros buenos hay que enterrarlos cuando mueren para que los coma la Tierra y no los zopilotes.

Comment est la riviere qu’il faut traverser pour arriver dans l’autre monde ?

  • 17 Les pluies tombent en été et grossissent les rivières.

307On l’appelle hol ma sas'mo’o, l’endroit infranchissable. C’est une rivière très profonde avec beaucoup de pierres, tout comme la rivière de chez nous en été.17

308Quand un mort arrive au bord de la rivière, il voit bien qu’il ne peut pas passer et il se met à pleurer. Alors Dieu le Père l’entend et envoie un chien pour aider le mort à traverser. Quand le chien voit l’Indien, il lui dit :

309CHIEN : -Eh ! Tu m’as donné à manger. Je suis ton ami. Accroche-toi à ma queue et tiens-la bien. Je vais te faire traverser. Ne lâche pas.

310C’est pour ça qu’il faut donner de bonnes petites choses à manger aux chiens pour qu’ils se souviennent de nous quand viendra le moment de passer le fleuve, pour pouvoir arriver dans l’autre monde. Sans chien, pas de traversée possible. Et les bons chiens, il faut les enterrer quand ils meurent, pour que Terre les mange et non pas les charognards.

Los que se matan a sí mismos (por accidente o suicidio) ¿Van también al otro mundo?

311Cuando se mata uno solo no tiene derecho de ir con Guatecast. Cuando uno mismo se corta con un machete y muere o cae en una zanja, o se resbala de un farallón y se mata, no lo ocupan (admiten) en la ciudad (de Tomam Menor). Tiene que ir a Oropang, adelante de la ciudad. Si se mata uno mismo de su mano, se ahorca de un palo, quiere decir que es matador, peleador y por eso tiene que vivir a parte después. En Oropang no los castigan. Ahí hay casas y todo.

312Como Dios (Sol) siempre está mirando, el ve cuando uno se mata solo y dice:

313SOL: -¡Eh! ¿Por qué se murió este MUER TO?

314ALGUIEN: -Se mató él solo.

315DIOS: -¿Por qué?

316ALGUIEN: -De su gusto. No vayas a culpar a otro. Hay que tenerlo aparte.

Ceux qui se tuent eux-mêmes (les accidentés ou les suicidés) vont-ils également dans l’autre monde ?

317Quand l’un d’entre nous se tue lui-même, il n’a pas le droit d’aller avec Guatecast. Quand soi-même on se blesse avec une machette et qu’on en meurt, ou quand on tombe dans un ravin, ou qu’on glisse d’une falaise et qu’on se tue, on n’est pas admis dans la ville de Tomam le Cadet. On doit aller à Oropang, un lieu situé au-delà de la ville de Tomam. Si on se suicide, si on se pend à un arbre, cela veut dire qu’on est un tueur, un querelleur et c’est pour ça qu’on doit vivre à part des autres, ensuite. Les morts qui sont à Oropang ne sont pas punis. Il y a des maisons là-bas, et de tout.

318Mais comme Dieu (le Soleil) est toujours à regarder, il voit bien quand quelqu’un se tue lui-même et il dit :

319SOLEIL : -Eh ! Pourquoi est-il mort celui-là ?

320QUELQU’UN : -Il s’est tué lui-même.

321DIEU (SOLEIL) : -Pourquoi ?

322QUELQU’UN : -Parce qu’il voulait se tuer. Ne va pas rejeter la faute sur un autre. Il faut le mettre à part des autres.

¿Qué es lo primero que hacen los muertos cuando llegan al otro mundo?

323Los angelitos van derecho a saludar Tomam Mayor y sólo después pasan con Tomam Menor: por eso hay que enterrarlos con la cabeza hacia arriba (al este), para encaminarlos bien (hacia Tomam Mayor).

324Los viejos los enterramos la cabeza hacia abajo (al oeste) porque ellos sí, van primero con Tomam Menor y después pasan a saludar el Jefe Mayor y luego, claro, regresan con Tomam Wowaï.

325Donde el Jefe Mayor el muerto tiene que morder una piedra caliente y abrir la boca bien abierta para que la piedra no toque los labios. Sólo después que se calienten los dientes puede comer las comidas del otro mundo. Antes de morder la piedra no puede comer nada. Tomam Mayor le da la piedra y después le dice:

326TOMAM: -Ahora está bien. Ahora ándate ligero. Hiedes mucho. Está bueno que me veniste a saludar, pero no debes haber venido cuando el viento sopla por acá.

327Entonces el muerto regresa donde Tomam Segundo.

Que font d’abord les morts quand ils arrivent dans l’autre monde ?

328Les petits “anges” vont tout droit saluer Tomam l’Aîné et seulement après, arrivent chez Tomam le Cadet : c’est pour ça qu’il faut les enterrer la tête orientée vers le haut (vers l’est) pour bien leur montrer le chemin de chez Tomam l’Aîné.

329Les vieux, nous les enterrons la tête orientée vers le bas (vers l’ouest), parce que eux, ils vont d’abord chez Tomam le Cadet et après chez le Chef Suprême pour le saluer. Ensuite bien sûr, ils retournent chez Tomam Wowaï.

  • 18 Un jour, notre informateur, au lieu de parler de “pierre chaude”, mentionna un morceau (“un tuco”) (...)

330Quand le mort est chez le Chef Suprême il doit mordre une pierre chaude,18 en prenant soin de bien ouvrir la bouche pour que la pierre ne touche pas les lèvres. C’est qu’il ne peut prendre de nourriture de l’autre monde tant que ses dents ne sont pas devenues chaudes. Avant d’avoir mordu la pierre, il ne peut rien manger. Tomam l’Aîné lui donne la pierre, et une fois l’épreuve passée, il lui dit.

331TOMAM L’AINE : -Maintenant, ça va. Maintenant va-t-en vite. Tu pues beaucoup. C’est bien que tu sois venu pour me saluer, mais tu n’aurais pas dû venir quand le vent souffle vers moi.

332Alors le mort retourne chez Tomam le Cadet.

¿Qué pasa cuando un muerto miente?

333Cuando un muerto chismea, el Temblor puede venir a menear este mundo. Pero a veces, él informa:

334TEMBLOR: -Aquí pasó un muerto chismeando. ¿Con su permiso vino?

335TOMAM MENOR: -No. Está chismeando escondido de mí.

336Entonces Tomam ordena Gmtecast que le tape la boca del muerto. Guatecast lo azota para que se componga. A veces lo echa en la cárcel un rato, una media hora. Así se hace formal. Así el Temblor no viene acá.

337A veces llega un angelito y dice:

338ANGELITO: -Mi mamá me mató. Mi papá me mató.

339Es mentira. ¡Cómo puede uno matar un cipote! El angelito no debe hablar en contra de sus padres. Los cipotes mueren por enfermedades. Se mueren jóvenes porque hay que castigar los MUERTOS. Dios (Tomam) puso documentación para que vivamos tranquilos, como hermanos: pero no, la gente es contraria. Por eso tenemos que morir. Hay que hacer dieta cuando se muere cualquiera de la familia porque los viejos también saben chismear al otro mundo.

340A veces cuando un cipote llega (al otro mundo) quejándose, Guatecast le escucha. Dice:

341GUATECAST: -Vámonos para que me enseñes por qué te mató tu nana. Un cipote no es para matar. Es para criar, para servir.

342ANGELITO: -Mi mami vivía muy mal. Hielo, frío, enfermedades entraron en la casa.

343Guatecast le acompaña para mirar su casa en este mundo.

344GUATECAST: -Tienes razón. Ya veo por qué te moriste. No te cuidaron bien.

345Uno que mata un angelito no es mujer, no es hombre. Entonces sí, Tomam manda el Temblor para castigar.

Que se passe-t-il quand un mort ment ?

346Quand un mort fait des histoires, Tremblement de Terre peut venir secouer notre monde. Mais parfois, avant d’agir, ce dernier prend ses renseignements :

347TREMBLEMENT DE TERRE : -Un médisant est passé par ici. Est-il venu avec votre permission ?

348TOMAM LE CADET : -Non. Il ment en cachette de moi.

349Alors Tomam donne l’ordre à Guatecast que le mort ferme sa gueule. Guatecast le fouette pour qu’il se corrige. Parfois il le met en prison un moment, une demi-heure. Et comme ça, il devient correct. Et comme ça, Tremblement de Terre ne vient pas chez nous.

350Parfois arrive un petit “ange” qui déclare :

351PETIT ANGE : -Ma mère m’a tué. Mon père m’a tué.

352C’est un mensonge. Comment pourrait-on tuer un gosse ? Le petit ange ne doit pas parler mal de ses parents. Les gosses meurent de maladies. Ils meurent jeunes parce qu’il faut punir les mortels. Dieu (Tomam) avait tout fait pour que nous vivions tranquilles, comme des frères : seulement voilà, ce sont les hommes qui n’ont pas voulu. Et c’est pour ça que nous devons mourir.

353Il faut jeûner quand meurt un membre de la famille parce que même les vieux savent mentir en arrivant dans l’autre monde.

354Parfois, quand un gosse arrive dans l’autre monde et qu’il se plaint, Guatecast l’écoute. Il dit :

355GUATECAST : -Allons ensemble et tu vas m’expliquer comment ta mère t’a tué. Un gosse n’est pas là pour qu’on le tue. Il est là pour qu’on l’élève, pour qu’on s’occupe de lui.

356PETIT ANGE : -Ma maman vivait très mal. Les gelées, le froid, les maladies sont entrés chez nous.

357Guatecast va avec lui dans notre monde pour examiner la maison.

358GUATECAST : -Tu as raison. Maintenant je vois pourquoi tu es mort Ils n’ont pas bien veillé sur toi.

359Quelqu’un qui tue un petit “ange”, ce n’est plus ni une femme, ni un homme. Alors oui, Tomam envoie Tremblement de Terre pour punir.

¿Algunas veces renacen los muertos?

360Como los muertos son habladores, mentirosos, chismosos, allí están los cangrejos para castigarlos. Los comen para que mueren dos veces. Hasta tres o cuatro veces pueden nacer y luego morir. Nacen por acá como ururu (mapache) para perjudicar los trabajos de los MUERTOS; excavar el maíz, pepenar los frijoles así que luego los Indios los tiran y mueren ya tres veces. También pueden nacer acá como culebras, perros o tigres, como apep, un pájaro chiquito de pecho colorado, como trul, un gavilán, como ts’ts’al, un mosquito muy chiquito, pequeñón. Este es un animal cochino que siempre lo pasa meando y cagando en el pozol.

361Todos son castigos para morir más, como allá (en el otro mundo) no se castiga mucho.

362A veces un muerto chismoso llega al otro mundo y va dar vueltas por la casa de Tomam Segundo. Pero no le conversa ni quiere entrar. Anda como un loco dando vueltas por la casa. Tomam y su mujer le están mirando (por entre los palos que forman la pared de su casa). Tomam dice a su mujer:

363TOMAM: -Mira este hombre afuera. Es un picaro. Le di permiso para entrar, la puerta está abierta, pero no pasa. Se está portando mal. Esto quiere decir que se portó mal en el mundo. Lo voy a despachar para que nazca de nuevo como un mapache, así lo van a perjudicar los perros, los muertos lo van a tirar y los zopilotes lo comerán. Y si no lo matan los muertos, las culebras le van a picar.

Est-ce que parfois les morts renaissent à la vie ?

  • 19 Apep Petit oiseau à la poitrine rouge, non identifié.
  • 20 Trul. “Gavilán”. Oiseau de proie non identifié.
  • 21 Ts’ts’al. Minuscule moucheron, non identifié.
  • 22 “Pozol” ou “pozole”, du nahuatl pozolli.

364C’est parce que les morts sont bavards, menteurs, cancanniers, que les crabes existent pour les châtier. Ils les dévorent pour qu’ils meurent deux fois. Les morts peuvent renaître, et puis mourir jusqu’à trois ou quatre fois. Ils peuvent revenir chez nous sous l’apparence d’un raton laveur (ururu) pour saccager les récoltes des hommes ; creuser sous le maïs, gâcher les grains de haricots, si bien que très vite les Indiens leur tirent dessus, et ils meurent ainsi pour la troisième fois. Ils peuvent renaître également serpents, chiens ou jaguars, ayant pris la forme d’un apep,19 d’un trul,20 d’un ts’ts’al.21 Ce ts’ts’al est un cochon qui passe son temps à pisser et à chier dans la bouillie de maïs (“pozol”).22

365Tous ceux-là sont des morts qui subissent le châtiment de mourir à nouveau, étant donné que là-bas, dans l’autre monde, on ne punit pas beaucoup.

366Parfois une mauvaise langue arrive au ciel et se dirige vers la maison de Tomam le Cadet. Mais il ne lui parle pas, ne se décide pas à entrer. Il va, il vient comme un fou. Tomam et sa femme l’observent (à travers les murs à claire-voie de leur maison). Tomam dit à sa femme :

367TOMAM : -Regarde cet homme, dehors. C’est un coquin. Je l’ai autorisé à entrer chez nous, mais il ne se décide pas à venir. Il ne se conduit pas bien. Et ça veut dire que sur terre aussi il s’est mal conduit. Je vais le renvoyer pour qu’il renaisse changé en raton-laveur et comme ça les chiens vont le tourmenter, les morts vont lui tirer dessus et les charognards le mangeront. Et si les morts ne le tuent pas, les serpents vont le mordre.

¿Se puede ir al otro mundo para visitarlo?

368Sí, pero hay que volver por acá para morir.

Cleto se fue al otro mundo dos veces...

369ALFONSO: -Mi primo Cleto Martínez se fue dos veces al otro mundo y volvió las dos veces. Vive todavía. Sólo viejito lo van a “apercibir”.

370Una vez murió porque le picó un cascabel, cerca de su casa. De viaje se cayó. Dilató muerto como una hora.

371TOMAM WOWAI (a Cleto cuando llegó al otro mundo): -Note ocupo ahorita. Viejito sí. Joven no. Te despacho ahora para que vayas a matar este cascabel. El no tiene orden para picar los Indios.

372La culebra tiene derecho de huir después que pica. Pero si no huye en seguida paga con la muerte. Dios (Sol) lo estaba cuidando para que no huyera. Luego que picó Cleto, le dio sueño y se ahoyó; así estaba, esperando la muerte cuando Cleto llegó. Lo mató y lo enterró. Luego el cascabel fue a presentarse a su amo, Lo Chim Jamayon.

373LO CHIM: -¿Por qué picaste gente? no tienes derecho.

374ALFONSO: -La otra vez murió de la gripe. No le enterraron luego como las manos estaban todavía blanditas y el estómago brincando. El resto (de su cuerpo) estaba muerto. Cuatro, cinco días lo velaron. La familia se azoró. El jefe (Domingo Martínez) les dijo:

375JEFE: -Que lo velen todavía, como todavía las manos están temblando, puede volver. Hay que cuidarlo, no dejarlo solo, como puede arrimar una Tentación. Unos tienen que traer ocote para que no se apague el fuego.

376Cleto llegó donde Tomam Segundo.

377TOMAM: -¿Por qué te moriste? ¿No tenías familia?

378CLETO: -Sí. Tengo.

379TOMAM: -Andate de aquí. Vuélvete a tu lugar. No te ocupo todavía. Y cuando llegas no comes harto, solo una tortilla.

380El caracacao avisó que por allí venía un muerto. Salieron los taticos para ver quién era. Más bien era Cleto.

381TATICOS: -¿Qué te pasó? ¿Cómo te moriste? ¿Te ahorcaste?

382CLETO: -Me pegó la gripe, vomité sangre. ¡Qué voy a vivir!

383TATICOS: -Aquí no te ocupa todavía. Cuando llegas de vuelta pides remedio y lueguito te vas a sanar.

384CLETO: -Dame comida ahora.

385TATICOS: -No te damos. Si comes de esta comida no te alivias. Andate a comer donde tus mujeres. Están llorando en tu casa. ¡Sinvergüenza que las dejaste! Andate ligero. Ya te van a enterrar. Ya están alistando el cacaste.

386CLETO: -Si no quieren darme tamal o tortillas, denme chiche para mamar.

  • 23 “Cuajar”.

387TATICOS: -No. Cuando llegues a tu casa, pide agua tibia para que te sanes, como tienes “encuajado”23 el estómago, para que orines y cagues, para que salga la calentura con el agua tibia. Todavía no puedes quedarte aquí. Estás joven todavía y tienes que ayudar tus mujeres. Volverás pero ya de viejo.

388CLETO: -¡Pero voy a enterrar mis mujeres! ¡Se van a morir jovencitas! ¡Voy a quedar viudo, padeciendo!

389TATICOS: -¡Y cómo! Tienes hijos varones, puedes tener nueras. Con ellas vas a pasar. Tal vez las nueras se porten bien.

390Los taticos lo encaminaron un poquito. Guatecast lo acompañó hasta aquí.

391GUATECAST: -Voy contigo para que no te arrimes donde hop (cangrejo).

392De largo miraron el hop; los tamaños brazos que tiene, la boca también. Cleto se azoró un poquito.

393Cuando llegaron a este mundo Guatecast le dijo:

394GUATECAST: -Ya veo porque te moriste, con una casa tan fea llena de vaho cochino. Ahora vas a quedarte. Te vas a aguantar porque te portaste mal, querías dejar tus mujeres botadas. Cuando ellas mueran te lo vas a pasar con tus nueras.

395Así llegó y luego volvió a meterse en su cuerpo. Suspiró y después se puso a temblar.

396MUJER: -¿Qué quiéres?

397CLETO: -Quiero que me levantes para conversar un poquito.

Est-ce qu’on peut aller dans l'autre monde, seulement en visite ?

398C’est possible, mais il faut revenir ici-bas pour mourir.

Cleto est allé dans l’autre monde par deux fois...

399ALFONSO : -Mon cousin Cleto Martínez est allé deux fois dans l’autre monde, et les deux fois, il en est revenu. Il vit encore. Il n’y a que quand il sera très vieux qu’on va le recevoir là-bas.

400Une fois, il est mort parce qu’un serpent à sonnettes l’a mordu près de chez lui. Il s’écroula en chemin, et il resta comme mort environ une heure.

401TOMAM WOWAI (à Cleto arrivant dans l’autre monde) : -Je ne veux pas de toi maintenant. Quand tu seras, vieux, oui. Mais jeune, non. Je te renvoie tout de suite pour que tu ailles tuer ce serpent à sonnettes. Il n’a pas reçu l’ordre de mordre les Indiens.

402ALFONSO : -Le serpent a le droit de fuir après avoir mordu. Mais s’il ne fuit pas immédiatement, il le paye de sa mort. Dieu (Soleil) le surveillait pour qu’il ne fuie pas. A peine avait-il mordu Cleto, que le sommeil le prit et qu’il se lova dans un creux ; quand Cleto arriva, il le trouva comme ça, à attendre la mort. Cleto le tua et l’enterra. Après cela, le serpent à sonnettes alla se présenter à son maître, Lo Chim Jamayon.

403LO CHIM : -Pourquoi as-tu mordu un homme ? Tu n’en as pas le droit.

404ALFONSO : -Une autre fois, Cleto mourut de la grippe. On ne l’enterra pas tout de suite, parce que ses mains étaient encore molles et son estomac faisait encore des sauts. Mais tout le reste de son corps était bien mort. Quatre, cinq jours, on l’a veillé. Sa famille était pleine d’effroi. Le chef, Domingo Martínez décida :

405DOMINGO MARTINEZ : -Continuez à le veiller, puisque ses mains tremblent encore, c’est donc qu’il peut revenir. Il faut veiller sur lui, ne pas le laisser seul, car une Tentation pourrait s en approcher. Quelques-uns d’entre vous doivent aller chercher du bois de pin pour que le feu ne s’éteigne pas.

406Quant à Cleto, il arrivait chez Tomam le Cadet.

407TOMAM : -Pourquoi es-tu mort ? Tu n’avais plus de famille ?

408CLETO : -Si. J’ai de la famille.

409TOMAM : -Va-t-en d’ici. Rentre chez toi. Je n’ai pas encore besoin de toi. Et quand tu arriveras chez toi, ne mange pas trop, prends juste une galette de maïs (“tortilla”).

410Le caracara avait averti qu’un mort était en train d’arriver. Les ancêtres étaient sortis pour voir qui c’était. Et bien sûr, c’était Cleto.

411ANCETRES : -Qu’est-ce qui t’est arrivé ? Comment es-tu mort ? Tu t’es pendu ?

412CLETO : -J’ai attrapé la grippe, et j’ai vomi le sang. Avec ça, comment faire pour rester en vie !

413ANCETRES : -C’est qu’ici, on n’a pas encore besoin de toi. Dès que tu seras de retour sur terre, prends des remèdes et tu guériras aussitôt.

414CLETO : -Donne-moi à manger d’abord.

415ANCETRES : -Non. Si tu manges de cette nourriture, tu ne vas pas te guérir. Va manger chez toi, là où sont tes femmes. Elles sont en train de pleurer dans ta maison. Tu n’as pas honte de les avoir laissées ! Vas-y vite. On se prépare à t’enterrer. On est en train de fabriquer la civière.

416CLETO : --Si tu ne veux pas me donner un pain de maïs (“tamal”) ou une galette de maïs (“tortilla”), donne-moi un sein pour têter.

417ANCETRES : -Non. Quand tu arriveras chez toi, demande de l’eau tiède pour te soigner, car tout est coagulé dans ton estomac ; il faut que tu urines et que tu chies, que la fièvre s’en aille avec l’eau tiède. Il n’est pas encore temps pour toi de rester ici. Tu es jeune encore, et il te faut aider tes femmes. Tu reviendras, mais quand tu seras vieux.

418CLETO : -Mais je vais enterrer mes femmes ! Elles vont mourir toutes jeunes ! Je resterai veuf, à souffrir !

419ANCETRES : -Comment ça ! Tu as des fils, tu peux avoir des belles-filles. Tu vivras avec elles. Et peut-être que tes brus te traiteront bien.

420Les ancêtres firent un bout de chemin avec lui. Guatecast l’accompagna jusqu’ici.

421GUATECAST : -Je vais avec toi pour que tu n’approches pas de hop (le crabe).

422Ils regardèrent hop, mais de loin ; ils virent les énormes pinces qu’il a, et sa grande bouche aussi. Cleto avait un peu peur.

423Quand ils arrivèrent sur terre, Guatecast lui dit :

424GUATECAST : -Je vois maintenant pourquoi tu es mort, avec une maison aussi laide, pleine de vapeur fétide dégoûtante. A présent tu vas y rester. Tu prendras ton mal en patience parce que tu as mal agi à vouloir abandonner tes femmes. Quand elles mourront, tu resteras avec tes brus.

425C’est comme ça qu’il revint et réintégra aussitôt son corps. Il poussa un soupir, et puis se mit à trembler.

426FEMME : -Que désires-tu ?

427CLETO : -Je veux que tu me soulèves pour bavarder un petit peu.

El hombre que siguió a su mujer al otro mundo

428SOL (mirando al mundo): -Una mujer se está matando sola. Una mujer trozada va a llegar.

  • 24 “Tuco” : “tocón” o “muñón”.

429MUJER (en su casa hablando a sí mismo): -Voy a trozar un “tuco”24 de mi canilla para que lo coma mi hombre.

430MARIDO: -¡Qué mujer más haragana! Andate “jutear” (buscar caracoles).

431La mujer no quería trabajar ya para mantener su hombre. Por eso se trozó la canilla, para morir y también para castigar a su hombre.

432MUJER: -Vino tu mama hace un rato y te trajo esta carne de tepezcuinte.

433La comió con confianza. No miraba que su mujer estaba chorreando sangre por debajo como estaba tapada con su nagua (falda). Ella le dio tamales también. Después de comer le dio agua en un guacal para que se lavara las manos y el vaho del tepezcuinte no pasara a la milpa (donde él iba a trabajar enseguida). Cuando el se lavó las manos, ella se cayó, se desmayó.

434MARIDO: -¡Ahora veo, ahora te vas a morir! ¿Por qué cocinaste tu carne y me la diste a comer? Así no se hace. ¿Por qué no dijiste una palabrita? Ahora me tienen que llevar al otro mundo para castigarme. ¿No ves que comí tu carne?

435Al otro día se murió la mujer. Murió chorreando sangre cuando estaba excavando en la tierra sacando raíces para comer. El no tocaba mal su mujer.

436Cuando Guatecast vino a llevar su mujer le dijo:

437MARIDO: -Llévame a mí también, pero vivo como estoy. No quiero morir todavía.

438GUATECAST: -¿Querías mucho a tu mujer? Está bueno. Te llevo así vivo. Pero como comiste la carne de tu mujer te voy a llevar con tu cuñada (hermana de su mujer).

439El hombre se fue con Guatecast y su mujer, escondido bajo las naguas de ella. Cuando llegó donde su cuñada, ella le dijo:

440CUÑADA: -Voy a traer agua a la quebrada. Quédate aquí en la casa pero no vayas a tocar mis trastos; mi cobija, mis canastas o mis trapos. Indio sin morir no me gusta aquí.

441Cuando volvió de la quebrada todos sus trastos estaban regados, tirados afuera de la casa y algunos rompidos, quebrados. Ya el hombre se había ido. Como no estaba muerto se portó muy picaro. En este mundo era picaro, en el otro también.

442Quería matar todos los animalitos del otro mundo; los “pichetes”, los sapos, los zopilotes.

443Como allá no se puede matar si no es para comer y como allá todo animal conversa, todos lo acusaron, lo trabaron.

444Cuando quería cagar pidió permiso y se fue. Luego que cagó llegó un zopilote para comer el chinchin. El hombre se enojó. Quiso apedrearlo pero no pegó.

445ZOPILOTE: -¡Cómo, me vas apedrear! La caca es para los zopilotes.

446El zopilote lo castigó así. Después se encontró con el Sol.

447SOL: -¿Qué vienes a hacer por acá? Acá no se ocupa hombre sin morir... Pero vamos a sabanear cangrejos por las quebradas para comer. Sólo que antes me acompañes para alumbrar el mundo.

448El Indio le acompañó unos días, hasta que se cansó. Lo tenía sin comer todos esos días. Una noche el Sol le convidó otra vez. Le dijo:

449SOL: -Ahora sí, vámonos a sabanear cangrejos.

450El Sol le dio un ocote prendido. Pero luego se apagó. El ocote castigó al Indio también. Como el Sol conoce bien las quebradas le mandó donde había menos cangrejos. Era otro castigo. El hombre se fue por la Quebrada Grande, jivaron pones. Dios (el Sol) dijo que se iba por la quebrada Chica, jivaron chikwai, pero más bien vino a este mundo a alumbrar. El Indio se quedó allí perdido y sin ocote para ver. En esto oyó chillar los micos de noche (las estrellas):

451MICOS: -Kulu. Kulu.

452INDIO: -¿Cómo se llaman Ustedes señores micos de noche?

  • 25 Palabra del idioma tomam.

453MICOS: -Pistesi hus:25 kulu con los Indios. ¿Qué estás haciendo por acá?

454INDIO: -Estoy perdido. Llévenme donde vivo yo. Quiero ver mi familia.

455MICOS: -Tienes nana y hermanos en la tierra. Te vamos a sacar de aquí.

456Lo trajeron. Pero el hombre tenía mucho miedo de ver su familia como comió de su mujer. Llegó muerto de hambre, de frío y de haber sabaneado con el Sol. Y no podía hablar, no saludaba a nadie. Sólo conversaba por señas como llegó mudo.

457MADRE: -Encájate en este palo de papaya y bájame una.

458El hombre trepó al palo y en esto la nana lo picó (derrumbó el árbol con una hacha) y el palo se cayó con hijo y todo: del golpe ya podía hablar otra vez. Chilló:

459INDIO: -¡Mi mami me tumbó, mi mami me mató!

460MADRE: -¿Por qué no me saludaste? ¿Llegaste con miedo? ¿Por qué te hiciste mudo? Por eso te tumbé, para que hablaras. ¿Por qué mataste tu mujer?

461INDIO: -Yo no la maté. Se mató sola, ella. Yo comí su carne descuidado. Ella me dijo que era carne de tepezcuinte y que vos me lo habías traído. Más bien me salió mal.

462La nana le regañó.

463INDIO: -Ahora ya no tengo compromiso mami. Ya me castigaron mucho. Los micos de noche me pasaron aquí a este mundo para morir. Ahora ya se acabó.

464El otro día murió. Cuando vivía era trasteador pero como lo castigaron, ya muerto se hizo un hombre formal.

L’homme qui voulut suivre sa femme dans l’autre monde26

  • 26 C’est une des variantes américaines du mythe d’Orphée. Voir Hultkrants (1957).

465SOLEIL (en train de surveiller notre monde) : -Une femme va se tuer. Une femme mutilée va arriver par ici.

466FEMME (dans sa maison, se parlant à elle-même) : -Je vais me couper un bout de jambe pour que mon homme puisse le manger.

467MARI : -Quelle femme vraiment paresseuse ! Va-t-en ramasser des escargots.

468La femme n’avait plus envie de travailler pour donner à manger à son homme. C’est pour ça qu’elle se coupa la jambe : pour mourir et aussi pour embêter son homme.

469FEMME : -Ta mère vient de venir et elle t’a apporté cette viande de paca.

470Il la mangea en confiance. Comme les jambes de sa femme étaient cachées par sa jupie, il ne voyait pas qu’elle saignait abondamment. Elle lui donna également des pains de maïs (“tamales”). A la fin du repas, elle lui offrit de l’eau dans une écuelle en gourde (“guacal”) pour qu’il se lave les mains et que le “vaho” du paca ne contamine pas le champ de maïs (où il s’apprêtait à partir travailler). Pendant qu’il se lavait les mains, sa femme tomba, évanouie.

471MARI : -Je comprends tout maintenant, tu vas mourir ! Pourquoi as-tu cuisiné ta Dronre chair et pourquoi me l’as-tu donnée à manger ? Ça ne se fait pas, ça. Et pourquoi n’as-tu rien dit du tout ? Et maintenant, ils vont devoir m’appeler dans l'autre monde pour me châtier. Tu ne vois pas que j’ai mangé ta propre chair ?

472Le jour suivant le femme mourut. Elle mourut d’hémorragie, alors qu’elle était en train de creuser la terre pour y chercher des racines comestibles. Lui n’était pas méchant avec sa femme.

473Quand Guatecast arriva pour emmener la femme, le mari lui dit :

474MARI : -Emmène-moi aussi, mais vivant, comme je suis. Je ne veux pas mourir encore.

  • 27 Dans le monde des morts. La belle-soeur était apparemment morte antérieurement (N. D. E.).

475GUATECAST : -Tu l’aimais beaucoup, ta femme ? C’est bon. Je t’emmène comme ça, vivant. Mais comme tu as mangé de la chair de ta femme, je vais t’emmener chez ta belle-soeur.27

476L’homme s’en fut avec Guatecast et sa femme, caché sous les jupes de cette dernière. Quand il arriva chez sa belle-soeur, celle-ci lui dit :

477BELLE-SOEUR : -Je vais chercher de l’eau à la rivière. Reste ici dans la maison, mais ne va pas toucher à mes affaires ; ne touche ni à ma couverture, ni à mes paniers ni à mes vêtements. Un Indien vivant, je n’aime pas ça ici.

478Quand elle revint de la rivière, toutes ses affaires étaient dispersées, jetées hors de la maison, et quelques-unes déchirées ou brisées. Quant à l’homme, il n’était plus là. Comme il n’était pas mort, il s'était comporté en parfait coquin. Dans ce monde, c’était un fieffé coquin, dans l’autre aussi.

479Au ciel, il voulait tuer tout ce qu’il y a d’animaux ; les lézards, les crapauds, les charognards. Et comme là-bas il ne faut pas tuer sauf pour manger, et que tous les animaux parlent, tous le dénoncèrent, et l’attaquèrent.

480A un moment il voulut chier ; il demanda la permission de s’écarter. Dès qu’il eut chié, un charognard arriva pour manger la merde. L’homme se mit en colère et voulut lui jeter des pierres, mais il ne l’atteignit point.

481CHAROGNARD : -Comment, tu me lances des pierres ! Le caca, c’est pour les charognards.

482C’est ainsi que le charognard le réprimanda. Ensuite, l’homme rencontra Soleil.

483SOLEIL : -Qu’est-ce que tu viens faire par ici ? Ici, on n’a que faire des hommes vivants... Mais allons ensemble chercher des crabes dans les rivières pour manger. Seulement, d’abord, tu vas m’accompagner pendant que j’éclaire le monde.

484L’Indien l’accompagna plusieurs jours, et finit par s’en lasser. Il était resté sans manger durant tous ces jours. Une nuit, Soleil l’invita à nouveau et lui dit :

485SOLEIL : -Maintenant, pour de bon, allons attraper des crabes.

486Soleil lui donna une torche enflammée en bois de pin. Mais elle s’éteignit bientôt. C’est que le pin punissait également l’Indien. Comme Soleil connaissait toutes les rivières, il l’envoya là où il y avait le moins de crabes. C’était encore une punition. L’homme se dirigea vers la Grande Rivière, jivaron pones. Dieu (Soleil) lui avait dit qu’il allait à la Petite Rivière, jivaron chikwaï, mais en réalité, il s’en alla éclairer le monde. L’Indien resta où il était, complètement égaré, et sans torche pour y voir. C’est alors qu’il entendit crier les singes de nuit (les étoiles).

487SINGES : -Kulu, Kulu.

488INDIEN : -Comment vous appelez-vous, messieurs les singes de nuit ?

489SINGES : -Pistesi hus en langue Tomam, kulu pour les Indiens. Qu’est-ce que tu fabriques ici ?

490INDIEN : -Je suis perdu. Ramenez-moi chez moi. Je veux revoir ma famille.

491SINGES : -Tu as une mère et des frères sur la terre. Nous allons te sortir d’ici.

492Ils l’emmenèrent. Mais l’homme avait très peur de retrouver sa famille parce qu’il avait mangé de sa femme. Il arriva mort de faim, de froid, épuisé de ses randonnées avec le Soleil. Il ne pouvait plus parler, ne pouvait plus saluer personne. Il ne parlait que par signes, car il arriva muet.

493MERE : -Grimpe sur ce papayer et rapporte-moi une papaye.

494L’homme grimpa à l’arbre, et alors la mère abattit l’arbre qui tomba avec le fils et tout. Sous le coup, la parole lui revint. Il cria :

495INDIEN : -Ma mère m’a fait tomber, ma mère m’a tué !

496MERE : -Pourquoi ne m’as-tu pas saluée ? Tu avais peur à ton arrivée ? Pourquoi as-tu fait le muet ? C’est pour ça que je t’ai fait tomber, pour que tu parles. Pourquoi as-tu tué ta femme ?

497INDIEN : -Je ne l’ai pas tuée. Elle s’est tuée toute seule. C’est sans le savoir que j’ai mangé de sa chair. Elle m’a affirmé que c’était de la viande de paca que tu m’avais apportée. Et ça ne m’a pas profité.

498La mère lui fit des remontrances.

499INDIEN : -Maintenant plus rien ne me retient, maman. On m’a déjà beaucoup puni. Les singes de nuit m’ont remis sur terre pour que je meure. Et maintenant, c’est la fin.

500Le jour suivant, il mourut. Durant sa vie, il avait causé beaucoup de désordre, mais il avait été puni, et une fois mort, il eut une honnête conduite.

Notes

1 Tomam l’Aîné.

2 Tomam l’Aîné.

3 Tubercule non identifié.

4 “Ocote” (nahuatl : ocotl), pin et par extension les baguettes résineuses que les paysans arrachent au tronc du pin pour faire leur feu (N. D. E).

5 Elle veut dire que son homme est Métis ; en effet, à cette époque, les Métis et les Indiens se distinguaient par l'habillement : les Indiens ne portaient qu’une tunique ; les Métis portaient chemise et pantalon.

6 Tomam l’Aîné.

7 Les Indiennes cuisinent en position accroupie, le foyer étant installé à même la terre. Les Métis ont des foyers surélevés, d’un mètre de haut environ, en terre et badigeonnés de chaux.

8 Fernán était un voisin métis qui soignait les Indiens avec des herbes ou avec des médicaments simples.

9 “Caracacao”. Il s’agit certainement d’un caracara, genre d’oiseau rapace de la famille des Falconidés. Il en existe au Honduras deux espèces principales. L’une est le caracara huppé (Caracara cheriway ou Polyborus plaucus) : il a la face rouge et la gorge blanche. L’autre est le caracara à gorge rouge (Deptrius americanus), auquel son cri a valu les noms vulgaires de “caracar” ou “caracao”, parfois transformé en “come-cacao” (N. D. E.).

10 “Gavilán guaca”. Probablement Herpetotheres cachinnans, petit faucon dont le cri ressemble à un ricanement (N. D. E).

11 Les Chortis du Guatemala (WISDON 1940, p. 304) mettent une écuelle pleine d’eau sur la tombe pour que le défunt puisse boire. Et Karsten (1926, p. 226) signale la coutume en Amérique du Sud de mettre sur la tombe une marmite qui a des trous.

12 Tyaj Guatecast.

13 Tomam le Cadet.

14 Hultkrantz (1953, pp. 176, 296) signale que la chevelure est, pour les Indiens d’Amérique du Nord, un symbole mystique de l’individu. De même, d’après Karsten (1926, pp. 46-47) les Indiens d’Amérique du Sud voient dans la chevelure un des sièges de l’esprit ou de l’âme.

15 Non identifié.

16 “Moler en trapiche” : broyer dans un moulin à canne à sucre (N. D. E.).

17 Les pluies tombent en été et grossissent les rivières.

18 Un jour, notre informateur, au lieu de parler de “pierre chaude”, mentionna un morceau (“un tuco”) de fer chaud, de fer comme celui de la machette.

19 Apep Petit oiseau à la poitrine rouge, non identifié.

20 Trul. “Gavilán”. Oiseau de proie non identifié.

21 Ts’ts’al. Minuscule moucheron, non identifié.

22 “Pozol” ou “pozole”, du nahuatl pozolli.

23 “Cuajar”.

24 “Tuco” : “tocón” o “muñón”.

25 Palabra del idioma tomam.

26 C’est une des variantes américaines du mythe d’Orphée. Voir Hultkrants (1957).

27 Dans le monde des morts. La belle-soeur était apparemment morte antérieurement (N. D. E.).

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search