Version classiqueVersion mobile

Les enfants de la mort

 | 
Anne Chapman

Chapitre 3. La terre et les animaux

Texte intégral

Yo tengo miedo a la Tierra...

1ALFONSO: –La Tierra es namaywaï la madre. Es la madrecita de los muertos, como nos está manteniendo. Bien alegre nacen la mata de maíz, de yuca...

2Yo tengo miedo a la Tierra.

3Y así como miedo voy a morir. Tengo miedo de morir pero ¿para dónde voy a ir? Como soy hijo de la muerte, aunque tenga pisto, tengo que morir.

4Cuando yo era cipote pregunté al viejo León Soto:

5ALFONSO: –¿Por qué se mueren los jóvenes, los viejos, las criaturas?

6Y él me dijo:

7LEON SOTO: –Es que la Tierra los quiere comer. Se le antoja mucho los Indios, los ladinos, las culebras, el ganado... No hay viejo, ni angelito que pueda durar.

8El Indio caza micos, pizotes, quequeos, jabalís, pavillas... La Tierra come Indios, ladinos, huesos de cualquier animal. El mundo es perjudicador, el Indio también, los animales igual. Los animales de Tsëncley atropellan los trabajos del Indio. Por eso cada Indio, cada ladino cogió derecho de matar sus animales. Cada quien es sinvergüenza, el uno con el otro. Es que vivimos en un sólo mundo.

J’ai peur de Terre...

  • 1 A propos de la notion de la “Terre-mère” chez les Indiens d’Amérique du Sud, voir par exemple Hatt (...)

9ALFONSO : –Terre est namaywaï, mère.1 C’est la “petite mère” des morts puisque c’est elle qui nous nourrit. Le maïs et le manioc y poussent facilement... Et pourtant, j’ai peur de Terre.

10J’en ai peur à cause de la mort. J’ai peur de mourir, mais où irai-je ? Je suis un enfant de la mort et, même si j’ai du pognon, je dois mourir. Quand j’étais gosse, j’ai demandé au vieux León Soto :

11ALFONSO : –Pourquoi meurent des jeunes, des vieux, des bébés ?

12Et il m’a répondu :

13LEON SOTO : –C’est que Terre veut les manger. Elle est gourmande d’indiens, de Métis, de serpents, de bétail... Il n’y a ni vieux ni bébé qui puisse lui échapper.

  • 2 Nasua narica. (N. D. E.).
  • 3 Pécaris à collier et pécaris à lèvres blanches (N. D. E.).
  • 4 “Pavillas”. Probablement Penolope purpurascens ou Penelopina negra, oiseaux sauvages de l’ordre de (...)
  • 5 Tsëncley est un des maîtres du gibier.

14L’Indien chasse les singes, les coatis,2 les pécaris,3 les pénélopes4... Terre mange les Indiens, les Métis, les os de n’importe quel animal. Le monde est destructeur, mais l’Indien aussi et les animaux également. Les animaux de Tsëncley5 font des dégâts aux cultures de l’Indien. Et c’est pour ça que chaque Indien, chaque Métis a obtenu le droit de tuer du gibier. Chacun est sans pitié pour l’autre. C’est que nous vivons tous dans le même monde.

COMMENTAIRE

15Si la terre se craquèle, c’est qu’elle a soif. Ses fissures sont ses bouches qu’elle ouvre pour demander à boire. Soleil les voit et avertit Tomam l’Aîné pour qu’il lui envoie de la pluie.

16S’il ne pleut pas, surgissent les maladies échappées de ses fissures. Elles arrivent sous forme de vapeurs ou fumées, et alors les gens doivent faire attention quand ils marchent, car Terre veut leur mort.

17Terre boit également l’urine et mange les excréments.

  • 6 Les Tolupan enterrent leurs chiens surtout quand ils les ont beaucoup aimés et qu’ils ont été de b (...)

18Elle seule a le droit de manger la chair ou les os des Indiens et des Métis morts, des animaux et des chiens qu’on enterre.6

19Les chasseurs et les jaguars ont le droit de manger la viande du gibier qu’ils on tué, mais à condition d’en offrir un morceau aux charognards.

La Tierra se queja con Tomam

20La Tierra queda resentida contra los MUERTOS porque siempre la estamos punzando para sembrar, para cercar, golpeándola al andar.

21TIERRA: —¡Eh! Me están punzando de traspasado: ganado, chanchos, bestias, Indios ladinos. ¡Todos excavan! ¡Todos punzan!

22MANDO DEL MUNDO: -No hay que quejarte. Te dejo tepezcuintes, quequeos, pizotes, pajaritos ... para que vayan pariendo. Y cuando se mueren, tu los comes. Y van a seguir pariendo. No pueden estar sin parir. No tienes derecho de quejarte. Estás bien pagada.

23TIERRA: -¡Ha! ¡Ha! ¡Yo los como! Y que se mueran luego los Indios y ladinos, que los coma también.

24MANDO DEL MUNDO: -Y cuando se mueren los perros también, y los chanchos y las bestias.

25TIERRA: -¿Y el ganado?

26MANDO DEL MUNDO: -Todos son tuyos. ¿Por qué te quejas entonces?

27La Tierra sigue en lo mismo. Pero no puede traspasar lo que manda Tomam.

28MANDO DEL MUNDO: -Sinvergüenza. Estás comiendo sopas, caldos de Indios y ladinos. Si hablas más te echo en la cárcel. Te multo bastante también.

29Se ofendió la Tierra. Volteó la cara.

30TOMAM: -Voltéate para acá.

31Medio brava volvió a mirar Tomam.

32TIERRA: -Yo quiero irme. Aquí no hay un abogado para yo. Para los MUERTOS sí hay, para yo, no.

33TOMAM: —¡Cómo no tienes abogado! ¡Tienes de sobra!

34TIERRA: -Perdóname. Te hablo muchas palabras malas. Pero a cada ratito los muertos me golpean.

35Así cuando se entierra un muerto, la Tierra dice:

36TIERRA: -¡He! ¡He! Va a ser para mí. Que se mueran todos. No me importa que sea una vieja o una jovencita celeque sin estrenar. Año con año los Indios me están punzando. Yo los estoy manteniendo. De todo quieren comer: camotes, yucas, frijoles, maíz, malangas, cañas. Sólo por mí viven. Yo soy la Tierra, la madrecita de los muertos. Hoy los convido a comer pero mañana me van a aborrecer. Alfonso es muy vivo, pero si no muere de una picada de culebra, va a morir de una picada de machete o de una picada de catarro. Es muy vivo pero ¿por dónde va a ir? Hay un sólo mundo y tiene mucho vaho. Tiene que morir sea la mujer más bonita, sea el hombre más bonito.

37TOMAM: -No importa que la Tierra se queje. Todo es para ella. Los Indios y ladinos tienen que enterrar sus muertos, como viven en familia, para que no los coman los zopilotes. El ganado no tiene familia. Tiene cuatro patas pero no tiene manos: ni machete ni hacha puede tocar. Las mujeres pobrecitas tienen tamañas chiches, muy buenas para abrazar, para vivir. Pero no van a vivir mucho. Un Indio dice: “Yo voy a vivir ochenta años.” Qué va ser, ni cincuenta años vive, ni la mitad de un día (en el cielo cien años es un día). Hay que portarse bien, unos con otros: Indios, ladinos, gringos, como son de una sola muerte.

Terre se plaint à Tomam7

  • 7 Tomam Pones Papawaï.

38Terre en veut aux morts parce que, sans cesse, nous la foulons en marchant, nous la blessons en faisant des trous à l’épieu pour semer ou pour faire des clôtures.

39TERRE : –Aie, vous y allez trop fort ! Bétail, cochons, chevaux et mules, Indiens, Métis... tous creusent, tous me piquent.

40AUTORITE SUPREME : –Tu n’as pas à te plaindre. Je te laisse des pacas, des pécaris, des coatis, de petits oiseaux... pour qu’ils se reproduisent. Et quand ils meurent, tu les manges. Et ils ne cessent de se reproduire. Ils se reproduisent toujours. Tu n’as donc pas le droit de te plaindre. Tu es assez bien payée comme ça.

41TERRE : –Ah, bon ! Je les mange ! Alors, vite, que les Indiens meurent, et les Métis pour que je les mange aussi !

42AUTORITE SUPREME : –Les chiens qui meurent, les cochons, les chevaux et les mules, tu les manges aussi.

43TERRE : –Et le bétail ?

44AUTORITE SUPREME : –Ils sont tous à toi. Alors, pourquoi te plains-tu ?

45Terre continue à se plaindre mais ne peut refuser la loi de Tomam.

46AUTORITE SUPREME : –Tu n’as pas honte, tu es en train de manger de la soupe et du bouillon d’Indien et de Métis. Si tu continues à grogner, je te mets en prison. Et je te flanque une bonne amende en prime !

47Terre se vexa et détourna la tête.

48TOMAM : –Regarde-moi.

49A moitié furieuse, elle se retourna pour regarder Tomam.

50TERRE : –Je veux m’en aller. Il n’y a personne qui parle en ma faveur ici ! Pour les MORTS, bien sûr qu’il y a toujours un défenseur, mais pour moi, jamais !

51TOMAM : –Comment ça, tu n’as pas de défenseur ! Tu n’en as que trop !

52TERRE : –Pardonne-moi. Je te dis beaucoup de méchancetés, mais c’est qu’à chaque instant, les MORTS me donnent des coups.

53Aussi, quand on enterre un mort, Terre se dit :

54TERRE : –Hé hé ! Il va être pour moi. Qu’ils meurent tous. Je m’en fiche que ce soit une vieille ou une jeunesse qui n’a pas encore servi. A longueur d’année les Indiens me font des blessures. C’est moi qui les nourris. Et ils veulent manger de tout : des patates douces, du manioc, des haricots, du maïs, du taro, de la canne à sucre. C’est uniquement grâce à moi qu’ils vivent. Je suis Terre, la “petite mère” des morts : aujourd’hui je les invite à manger mais demain ils me détesteront. Alfonso est très malin ; pourtant, s’il ne meurt d’une morsure de serpent, il mourra d’un coup de machette ou d’une attaque de grippe. Il est très malin mais où va-t-il aller ? Il n’y a qu’un seul monde avec beaucoup de vapeur fétide. Qu’il s’agisse d’une femme très belle ou d’un très bel homme, il faut mourir quand même.

  • 8 C’est Tomam Grand-Père qui parle et pour lui, dans son ciel, cent ans font un jour, donc cinquante (...)
  • 9 Nord-Américains.

55TOMAM : –Ça n’a pas beaucoup d’importance que Terre se plaigne puisque tout est pour elle. Il faut bien que les Indiens et les Métis enterrent leurs morts, puisqu’ils vivent en famille, et qu’ils doivent enterrer leurs morts pour que les charognards ne les mangent pas. Le bétail, lui, n’a pas de famille. Il a quatre pattes mais pas de mains : il ne peut se servir ni de machette, ni de hache. Les femmes, les pauvres, ont de gros seins bien doux à étreindre, qui donnent la vie, mais quant à elles, elles ne vivent pas longtemps. Un Indien affirme : “Je veux vivre quatre-vingts ans”. Voire, il ne vit même pas cinquante ans, même pas la moitié d’un jour8... Il faut s’aimer les uns les autres, Indiens, Métis, “gringos”9... car tous appartiennent à la même mort.

Hay que pedir permiso a la Tierra...

56ALFONSO: –Cuando salimos con un machete tenemos que pedir permiso a la Tierra para trabajar. Aconsejaron los viejos que así se puede vivir un tiempo más. Pidiendo permiso, ella entonces dice:

57TIERRA: –No tenga cuidado señor Indio muerto, como es la orden de Dios que no tengas el mundo en tus manos. Sólo tienes manos para estropear. Cuando la muerte llegue todo me lo vas a pagar.

Il faut demander la permission à Terre...

58ALFONSO : –Quand nous allons travailler avec une machette, il nous faut toujours demander la permission à Terre. Les anciens en ont donné le conseil pour qu’ainsi nous puissions vivre un peu plus longtemps. Si nous lui demandons la permission, alors Terre dit :

  • 10 Tomam Pones Papawaï.

59TERRE : –Ne te gêne pas, monsieur l’Indien mortel, c’est la volonté de Dieu10 que toutes les choses de ce monde ne soient pas entre tes mains. Tes mains, tu ne t’en sers que pour tout abîmer. Quand ta mort arrivera, tu me le paieras.

Y no abusar de ella...11

  • 11 La Tierra.

60ALFONSO: –A la Tierra no le gusta que le saque barro. Nunca le gustan los punzonazos y menos cuando es para sacar de ella su misma tierra. Más vale comprar las ollas de las ladinas, dejar a ellas el trabajo del barro. Si las ladinas piden caro por una olla, hay que decirles: “Está bueno. Yo les pago. Mejor que la Tierra se enoje con Ustedes y no conmigo.”

61No les gusta cuando se les habla así.

Surtout ne pas abuser de Terre...12

  • 12 Voir Thompson (1970, p. 165) pour des données comparatives de l’animisme chez certains groupes may (...)
  • 13 “Barro”, terre argileuse pour la fabrication des poteries (N. D. E.).

62ALFONSO : –Terre n’aime pas qu’on lui retire de l’argile. Elle n’aime en aucun cas qu’on lui fasse de trous, mais encore moins pour lui enlever une partie d’elle-même.13 C’est beaucoup plus prudent d’acheter les marmites aux Métisses et de les laisser travailler l’argile. Si les Métisses demandent trop cher pour une marmite, il faut leur dire : “Bon, je paie. Je préfère que Terre se fâche contre vous autres et non contre moi.”

63Les Métisses n’aiment pas qu’on leur parle comme ça.

El amo de los pécaris y el Indio bautizado

64SAINO JAMAYON (a un cazador que acaba de matar uno de sus animales): –¡Eh! ¡Eh! ¿Por qué viniste aquí, peleador de muerto mierda? Te mato. Pero siempre no te mato como aquí hay leyes para todo el mundo. A regañarte sí, tengo derecho.

65INDIO CAZADOR: –Yo soy un Indio bautizado.

66SAINO JAMAYON: –Entonces no tienes derecho a mis animales. Sois bautizado, entonces ándate comer en un sólo plato con los ladinos, con los mulatos, pobre de mierda. Sólo los Indios Tolupanes sin bautizar tienen derecho de perjudicar mis animales.

67INDIO: –Soy bautizado. No llevo tu animal. No te perjudico. Suficiente me regañaste. Ya no toco tus animales. No tengo dos caras. Tengo una sola.

68Se enojó.

69Entonces Saína Jamaron le dio el pécari y un consejo:

70SAINO JAMAYON: –Llévalo, es tuyo, si no los ladinos lo van a cazar y no vas a tener nada.

71Los mismos que lo habían bautizado lo iban a tropezar. Cuando los ladinos bautizan un Indio pobre, lo tienen que mantener, como tienen mucho ganado y chanchos. Así dejó Saíno Jamaron.

72Todos los amos. Tsëncley, Jo’popjil... hablan así. Los bautizados no tienen derecho a los animales nacionales (salvajes). Si los bautizados quieren comer, es con Tata Dios. Los ladinos no andan con los amos, ni pueden quejarse con ellos.

Le maître des pécaris et l’Indien baptisé

  • 14 Saíno Jamayon est le maître des pécaris à lèvres blanches.

73SAINO JAMAYON14 (à un chasseur qui vient de tuer un de ses animaux) : –Hé là ! Qu’es-tu venu faire par ici, sale mortel meurtrier ? J’ai envie de te tuer. Mais je ne le ferai pas parce qu’il y a ici des lois qui sont pour tous. Mais j’ai le droit de te gronder, ça oui.

74CHASSEUR INDIEN : –Je suis un Indien baptisé.

75SAINO JAMAYON : –Alors, tu n’as pas droit à mes bêtes. Vous êtes baptisé, monsieur. En ce cas, va-t’en manger au même plat que les Métis et les mulâtres, pauvre merdeux ! Il n’y a que les Indiens Tolupan non baptisés qui ont le droit de prendre mes bêtes.

76CHASSEUR INDIEN : –Je suis baptisé. Je n’emporte pas ton animal. Je ne te cause aucun tort. Tu m’as assez grondé comme ça. Je ne touche plus à tes bêtes. Je n’ai pas deux visages, mais un seul.

77Il se fâcha.

78Alors, Saíno Jamayon lui donna le pécari en même temps qu’un conseil :

79SAINO JAMAYON : –Emporte-le, il est à toi, sinon ce sont les Métis qui iront à la chasse et toi, tu n’auras rien du tout.

80Car les Métis mêmes qui l’avaient baptisé, allaient ensuite l’enrosser. Quand les Métis baptisent un Indien pauvre, ils devraient l’entretenir, puisqu’ils ont beaucoup de bétail et de cochons. Ainsi en a décidé Saíno Jamayon.

  • 15 Tsëncley est le maître d’une partie du gibier.
  • 16 Jo’popjil est le maître des cerfs.
  • 17 Les Métis dépendent de Dieu le Père.
  • 18 Les maîtres des animaux sauvages.

81Tous les maîtres, Tsëncley,15 Jo’popjil16... pensent de même. Les baptisés n’ont pas droit aux animaux sauvages. Si les baptisés veulent manger, qu’ils s’adressent à Dieu le Père.17 Les Métis n’ont rien à voir avec les maîtres18 et ils ne peuvent se plaindre auprès d’eux.

COMMENTAIRE

  • 19 Cf. mythe “La mort des Indiens”.

82Saíno Jamayon est le maître des pécaris à lèvres blanches, appelés en espagnol “jabalís” ou “saínos”, en langue jicaque hauiyas. Il est un Indien de la Première Nation sauvé par Notre Seigneur qui en a fait son gendre.19 Le contremaître des pécaris à lèvres blanches est Japay, le jaguar. Le pécari est un animal courageux qui vit souvent en “hardes” ce qui le rend encore plus redoutable. Le maître des pécaris défend de tuer le chef de la “harde”, que les Indiens reconnaissent à ce qu’il est le plus vieux et qu’il a la tête blanche. Les Tolupan accusent les Métis de ne pas respecter ces vieux chefs, ce qui explique pourquoi le maître envoie maintenant ses pécaris là où il est le plus difficile de les chasser. (En fait, l’extinction progressive de l’espèce est due au recul de la brousse autant qu’aux excès de la chasse.)

  • 20 Le puma ou "león americano” (Felis concolor) a le pelage de la même couleur que le lion, mais n’a (...)

83Le maître des cervidés est Jo’popjil Jamayon Leur contremaître est le puma, appelé localement “tigre de león” ou “tigre colorado”.20 On dit : “Aucun cerf ne peut échapper au puma”. Le puma mâle ne doit s’attaquer qu’à la biche et le puma femelle qu’au cerf mâle. Mais le puma évite de tuer trop de biches, afin de ménager la reproduction, et les chasseurs devraient bien en faire autant.

El dueño del venado regaña a un cazador

84Cuando un Indio mata venado cada ratito, Jo’popjil aparece en su casa. Dice a la mujer, la esposa del cazador:

85JO’POPJIL: –No me gusta el señor que vive aquí. Pasa todo el día perjudicando, matando e hiriendo mis venados.

86MUJER: –Yo lo voy a matar. No, siempre no lo mato. El sólo se está comprometiendo. Mejor que se mate él solo. Si quieres matar este Indio, mátalo. Yo no me meto, como hay leyes. Si me meto, Dios (Tomam Mayor) me puede mirar mal, me puede castigar.

87El tirador llega a su casa cargando un venado chorreando sangre.

88JO’POPJIL: –¡Andas tirando a cada ratito!

89TIRADOR: –Yo estoy cazando por mi alimento. Ahorita mismo voy a comer un poquito de este venado.

90JO’POPJIL: –Estoy enojado, bastante.

91TIRADOR: –Dios me dejó venados para comer.

92El otro día en el monte le habla Tomam.

93TOMAM: –No está bueno lo que haces. Yo te aconsejo, señor tirador. Pero te voy a perdonar esta vez. Vete a tu casa.

94TI RADOR: –No puedo entrar. Mi mujer me trancó todas las puertas.

95TOMAM: –Aquí no te puedes morir. Tienes que ir adonde Dios te diga para morir. ¡Sal de aquí!

96Al otro día vuelve Jo’popjil.

97JO’POPJIL: –Los Indios sólo poquito van a vivir. Te regañó bastante Tomam. Yo no te castigo como me lo prohibió Tomam.

98TIRADOR: –Ya voy a dejar de perjudicar tanto animal.

99JO’POPJIL: –Mis venados llegan heridos, sus manos quebradas, con balas en el costado. ¿Quién me los va a curar? Tira bonito cuando se te ofrece comer venado. Ahora te perdono pero no vayas a herir más. Ahora no vuelvo. Pero si tengo que volver a regañarte más, no vas a tener de qué comer y vas a andar pidiendo en las casas vecinas.

100El tirador de tonto no coge consejo. Sigue hiriendo los venados. Entonces Tomam pone un venado delante de él para probarlo otra vez. El Indio tira pero falla.

101TOMAM: –Usted es un hombre mucho miserable.

102JO’POPJIL: –Los tiradores por gusto no deben matar, mejor que busquen de balde.

103Entonces le dice al tirador:

104JO’POPJIL: –Dios puso un venado chiquito delante de vos pero ni éste lo pegaste. ¿Qué vas a comer si no sabes pegar?

105TIRADOR: –¡Qué jodido! ¡No pegué! Voy a comer mi culo.

106TOMAM: –¿Para qué estás asustando los venados, si no pegas?

107TIRADOR: –No Señor Dios, ahorita puedo pegar uno. ¡Ya verás!

108TOMAM: –¡Mentiroso!

109Tira otra vez pero siempre no pega.

110TIRADOR: –Perdóname Dios. Tiré de balde.

111TOMAM: –Hay que tirar bonito para comer. Si no cómete tu culo. Si no vas a comer tamal vacío. Por nada andas cazando. ¿Qué vas a llevar a tu familia? ¿Qué van a comer? ¿Mierda?

112TIRADOR: –Ya me regañaste bastante. Ya voy a comer mi culo.

113TOMAM: –Que te vaya bien. Pero siempre te voy a poner un otro venado. Aparecerá cuando llegas cerca de tu casa.

114TIRADOR: –Está bueno. Tal vez mate esta vez.

115Coge vergüenza. Más rato, cuando llega cerca de su casa, tira al venado que le había puesto Dios. Ahora sí lo mata. El amo lo puso allí por orden de Tomam. Cuando los dueños no quieren, el cazador no mata nada. Entonces los animales están todos en sus potreros con sus dueños, debajo de la tierra. Entonces a nada le sirve un cazador andar por los cerros, a nada va.

Le maître des cerfs gronde un chasseur

116Quand un Indien n’arrête pas de tuer des cerfs, Jo’popjil vient le voir dans sa maison. Il dit à sa femme, à l’épouse du chasseur :

117JO’POPJIL : –Je n’aime pas celui qui habite ici. Il passe son temps à détruire, à tuer et blesser mes cerfs.

118FEMME : –Je vais le tuer. Quoique non, je ne le tuerai pas. Lui seul est responsable. Qu’il se tue lui-même, ça vaut mieux. Si tu veux tuer cet Indien, tue-le. Quant à moi, je ne m’en mêle pas, à cause des lois. Si je m’en mêlais, Dieu (Tomam l’Aîné) me désapprouverait et pourrait me punir.

119Le chasseur arrive chez lui, apportant un cerf tout sanglant.

120JO’POPJIL : –Tu tires sur mes bêtes à tout moment !

121CHASSEUR : –Je chasse pour me nourrir. Je vais tout de suite manger un morceau de ce cerf.

122JO’POPJIL : –Je suis en colère, vraiment.

123CHASSEUR : –Dieu m’a laissé les cerfs pour que je les mange.

124Le jour suivant, dans la brousse, Tomam le raisonne :

125TOMAM : –Ce n’est pas bien, ce que tu fais là. Je t’avertis, monsieur le chasseur. Et, pour cette fois, je te pardonne. Mais retourne chez toi.

126CHASSEUR : –Je ne peux pas rentrer. Ma femme a bouclé toutes les portes.

127TOMAM : –Tu ne peux pas mourir ici. Tu dois aller mourir là où Dieu le décide. Sors d’ici !

128Le jour suivant, Jo’popjil revient :

129JO'POPJIL : –Les Indiens vivent peu de temps. Tomam t’a déjà suffisamment grondé. Donc je ne te punis pas, puisque Tomam me l’a interdit.

130CHASSEUR : –Je vais renoncer à tuer autant d’animaux.

131JO’POPJIL : –Mes cerfs me reviennent blessés, les pattes brisées, avec des balles dans les flancs. Qui va me les soigner ? Vise bien quand tu veux t’offrir un cerf à manger. Pour cette fois, je te pardonne, mais évite de blesser mes animaux. Maintenant, je m’en vais. Mais, si je dois revenir pour te gronder davantage, alors tu n’auras plus de quoi manger et tu iras demander l’aumône chez les voisins.

132Le chasseur, bien bête, n’écoute rien. Il continue à blesser les certs. Alors Tomam met un cerf sur son chemin pour l’éprouver une dernière fois. L’Indien tire et rate.

133TOMAM : –Vous êtes un homme vraiment minable.

134JO’POPJIL : –Les chasseurs ne doivent pas chercher à tuer pour le plaisir, sinon il vaut mieux qu’ils reviennent bredouille.

135Alors il dit au chasseur :

136JO’POPJIL : –Dieu a placé devant vous un petit cerf, mais tu n’as pas été capable de le toucher. Qu’est-ce que tu vas manger si tu ne sais pas viser ?

137CHASSEUR : –Quel con je fais ! Je l’ai raté ! Je vais manger mon cul.

138TOMAM : –Pourquoi t’acharnes-tu à effrayer les cerfs, si tu n’es pas capable de viser ?

139CHASSEUR : –Pas du tout, Seigneur Dieu, je peux en toucher un tout de suite, tu vas voir.

140TOMAM : –Menteur !

141Il tire une nouvelle fois, mais rate encore.

142CHASSEUR : –Pardonne-moi, Dieu. J’ai encore raté.

143TOMAM : –Il faut savoir viser pour pouvoir manger. Sinon, mange ton cul. Parce que, sinon, tu vas manger un pain de maïs sans rien dedans ? Tu chasses pour rien. Qu’est-ce que tu vas apporter à ta famille ? Que vont-ils manger chez toi ? De la merde ?

144CHASSEUR : –Tu m’as assez engueulé comme ça. Je vais manger mon cul.

145TOMAM : –Bonne chance ! Mais, je vais quand même t’envoyer un autre cerf. Il apparaîtra devant toi quand tu arriveras près de ta maison.

146CHASSEUR : –Tant mieux ; peut-être que cette fois je le tuerai.

147Il a honte. Un peu plus tard, quand il arrive près de chez lui, il vise le cerf que Tomam avait mis sur son chemin. Cette fois, il le tue. Le maître l’avait placé là sur l’ordre de Tomam.

148C’est que, quand les maîtres ne veulent pas, le chasseur ne tue rien. Les animaux se tiennent dans leur enclos, chez eux, sous la terre ; rien ne sert à un chasseur de courir alors de colline en colline ; il n’y a rien à faire.

El dueño del venado regaña a su mayordomo

149A veces el “tigre de león” sale escondido para cazar cusucus, guatusas, vacas, chanchos, aunque sólo tiene derecho de cazar venados. Cuando el amo se da cuenta lo castiga. Lo tiene amarrado en una cueva cinco años. También lo regaña por no cumplir, cuando le pide que le mate un venado.

150AMO: –¡Ahora viniste vacio! ¡Haragán! ¡No quieres jalar un venado!

151TIGRE: –Es que son muy ariscos. Cuando sienten mi tufo se van a la mierda.

152AMO: –Bueno. Si no quieres matar el animal por arisco, se va a matar sólo en el campo. Si no lo quieres traer al domicilio, lo va a comer el zopilote.

Le maître des cerfs gronde son contremaître

153Parfois, le puma1 sort en cachette pour chasser les tatous, les agoutis, les vaches, les cochons, alors qu’il n’a le droit de chasser que le cerf. Quand le maître s’en aperçoit, il le punit. Il le tient enchaîné dans une grotte pendant cinq ans. Il le gronde également s’il ne fait pas ce qu’il lui dit, s’il ne tue pas un cerf quand lui, le maître, le lui demande.

154MAITRE : –Tu reviens bredouille ! Fainéant ! Tu as la flemme de rapporter un cerf !

155PUMA : –C’est que ces animaux sont très farouches. Dès qu’ils perçoivent mon odeur, ils s’en vont au diable.

156MAITRE : –Bien, si tu ne veux pas tuer de cerf sous prétexte qu’il s’effarouche, il ira mourir seul dans la brousse. Si tu ne veux pas le rapporter jusque chez lui, le charognard le mangera.

El mayordomo del venado mata a un cazador

  • 21 En este mito, Alfonso designa el puma con la palabra “tigre” o “tigre de león”. En otros mitos, us (...)

157El “tigre de león”21 mató un Indio tirador. El Viejito lo fue a buscar y halló el tigre comiéndolo boca arriba.

158VIEJITO: –¡Eh! Ahora voy a dar cuenta a la Ley Superior.

159Se fue a dar cuenta, llevando el tigre y el tirador muerto.

160TOMAM: –El tigre tiene autoridad también. Puede perjudicar el venado. Vamos a mandar llamar a su amo.

161Cuando Jo’popjil llegó, preguntó:

162JO’POPJIL: –¿Quién me mandó llamar? ¿Quién mató este tirador?

163TIGRE: –Por su gusto murió matado.

164El maritomo no respetó el tirador. Lo cazó con las uñas. Un tigre que caza un Indio, no es bueno.

165TOMAM: –Yo le aconsejo, senor amo. Matar un venado, está bueno. Es para los pobres. No hay ley en contra. Hay ley para los Indios. No hay que enojarse cuando un Indio mata tres, cuatro venados. Pero no hay que matar al Indio!

166JO’POPJIL: –Yo no ando matando Indios. No ando afuera buscando Indios. El tigre lo hizo. Salió escondido de yo.

167Tomam mandó castigar el tigre. El tigre se quejó:

168TIGRE: –Yo no soy venado para que me tiren. Me tiró este Indio para matarme. Por eso lo maté yo primero.

169TOMAM: –Señor tigre, yo te aconsejo. Vete a vivir en las bocas de las cuevas por donde no pasan los Indios, los tiradores.

170TIGRE: –Yo voy a coger tu consejo, a ver si no me tiren.

171Así fue. Ahora vive a su gusto en las puertas de las cuevas. No hay persona que entre allí. Vive en libertad. Nadie le toca.

Le contremaître des cerfs tue un chasseur

172Le puma tua un chasseur. Petit Vieux s’en fut le chercher et trouva le puma occupé à manger le chasseur étendu sur le dos.

173PETIT VIEUX : –Eh ! je vais en rendre compte immédiatement à l’Autorité Suprême.

174Il alla faire son rapport, traînant avec lui le puma et le chasseur mort.

175TOMAM : –Le puma, lui aussi, a un certain pouvoir. Il peut attaquer les cerfs. Nous allons faire appeler son maître.

176Lorsque Jo’popjil arriva, il demanda :

177JO’POPJIL : –Qui m’a fait appeler ? Qui a tué ce chasseur ?

178PUMA : –C’est de sa faute s’il a été tué.

179Le contremaître n’avait pas respecté le chasseur. Il l’avait attaqué avec ses griffes. Un puma qui chasse l’Indien, ce n’est pas bien.

180TOMAM : –Je vous avertis, monsieur le maître. Tuer un cerf, c’est bien, c’est pour les pauvres. Aucune loi ne s’y oppose. Mais il y a une loi en faveur des Indiens. Il n’y a pas à se fâcher quand un Indien tue trois ou quatre cerfs. Et il n’y a pas de raison pour tuer cet Indien.

181JO’POPJIL : –Je ne suis pas un tueur d’indiens. Je ne pourchasse pas les Indiens. C’est le puma qui a fait ça. Il l'a fait sans ma permission.

182Tomam ordonna le châtiment du puma. Et le puma s’en plaignit :

183PUMA : –Je ne suis pas un cerf pour qu’on me tire dessus. Cet Indien m’a tiré dessus pour me tuer, et c’est pour ça que je l’ai tué avant.

184TOMAM : –Monsieur le puma, je vais te donner un conseil. Va-t’en vivre à l’entrée des grottes, là où les Indiens ne vont pas, les Indiens chasseurs.

185PUMA : –Je vais écouter tes conseils, on verra bien s’ils ne me tirent pas dessus.

186Il fit comme il avait dit. Et maintenant le puma vit tranquille, à l’entrée des grottes, où personne ne peut entrer. Il vit en liberté. Personne ne le dérange.

Alfonso y el mayordomo del venado...

187ALFONSO: –Una vez encontré un “tigre colorado” en mi milpa. Le hablé: “Bueno, señor tigre, un venadito me está perjudicando y no se deja tirar. Sólo de noche anda. Está perjudicando mis frijoles. Andate avisar donde el amo de por qué no me deja matarlo. Tú eres su maritomo. Si no mato el venado, te voy a matar a ti, baleado. ¿Cómo permite que perjudique noche con noche? A ti te lo pido, es de tu pertenencia.”

188El tigre está oyendo. Me hace señas con su cola.

189TIGRE: –Tened paciencia, señor Indio. Voy a dar cuenta. Puedo algo, cuando me lo ordena el amo, si no me lo ordena, no. Si el amo no me ordena matarlo lo voy a espantar a donde está usted para que se arrime y usted lo mate.

190El tigre estaba haciendo señas pa’adelante y pa’atras. El otro día, mi perro le encajó en un palo. Y yo le hablé otra vez:

191ALFONSO: –Tigre, usted es formal. Como me sacaste el venado perjudicador, te voy a perdonar. No te voy a matar.

192TIGRE: –Cuando hagas milpa el año que viene, si perjudica un venado, lo voy a matar. Cada dos años te voy a hacer el favor. Pero no me tires.

193Amarré el perro y me fui a la casa. El otro día el perro me dijo:

194PERRO: –Ayer encajé el tigre pero usted no hizo caso.

195Se enojó. Yo le dije:

196ALFONSO: –Perro viejo ¡Si no quieres, no encajes.

197El maritomo estaba oyendo. Se rió y luego se largó.

Alfonso et le contremaître des cerfs...

  • 22 Autrefois, au temps de la Première Nation, les animaux parlaient. Et maintenant, les animaux ne pa (...)

198ALFONSO : –Un jour, j’ai rencontré un puma dans mon champ. Je lui ai dit :22 “Voyons, monsieur le puma, un petit cerf est en train de saccager mes cultures et je n’arrive pas à le tuer. Il ne vient que la nuit. Il détruit mes haricots. Va prévenir le maître ; demande-lui pourquoi il ne me laisse pas le tuer. Tu es son contremaître. Si je ne peux tuer ce cerf, je vais te tuer, toi, d’une balle. Comment peut-on permettre tant de dégâts nuit après nuit ? Je te pose la question puisque ça te regarde !”

199Le puma écoutait. Il me répondit en faisant des signes avec sa queue.

200PUMA : –Veuillez prendre patience, monsieur l’Indien. Je vais prevenir le maître. Je peux faire quelque chose quand je reçois des ordres, si le maître me l’ordonne, et s’il ne me l’ordonne pas, je ne peux rien faire. Si le maître ne me donne pas l’ordre de tuer le cerf, je peux le rabattre vers vous en l’effrayant et vous le tuerez.

201Le puma remuait sa queue en avant et en arrière. Le jour suivant, mon chien obligea le puma à grimper dans un arbre, et à nouveau, je m’adressai à lui :

202ALFONSO : –Puma, tu as tenu parole. Puisque tu m’as débusqué le cerf nuisible, je te pardonne. Je ne vais pas te tuer.

203PUMA : –Quand tu sèmeras ton champ l’an prochain, si un cerf vient le saccager, alors je le tuerai. Chaque deux ans, je te rendrai ce service, à condition que tu ne tires pas sur moi.

204J’attachai mon chien et je rentrai chez moi. Le lendemain, le chien me dit :

205CHIEN : –Hier, c’est moi qui ai fait grimper le puma dans l’arbre, mais vous n’en avez fait aucun cas.

206Le chien était en colère, et alors je lui ai dit :

207ALFONSO : –Mon vieux ! Si tu n’en as pas envie, ne te donne pas cette peine.

208Le contremaître écoutait. Il se mit à rire et puis s’en alla.

Los quequeos perjudicadores...

209TSENCLEY: –No importa que mueran los muertos. Echo mis quequeos a perjudicar donde trabajan los muertos, aunque se enojen. Quiero engordarlos para comerlos asados.

210ALFONSO: –¡Y cómo se engordan! El año pasado (1959) montones llegaron a mi milpa. Las hembras son buenas para comer pero los machos tienen mucho tufo. El año pasado no maté muchos. Pensé: mejor que se reproduzcan y que no se enoje el amo. Hay que trabajar tieso para que el maíz alcance para todos.

Les pécaris font des ravages...

  • 23 Pécaris à collier.

211TSENCLEY : –Tant pis si les hommes meurent. Moi j’envoie mes pécaris23 là où travaillent les morts, même si ça ne leur plaît pas. Je veux engraisser mes bêtes pour les manger rôties.

212ALFONSO : –Et comment qu’elles engraissent, ses bêtes ! L’an passé (1959), toute une troupe envahit mon champ. Les femelles sont bonnes à manger, mais les mâles sentent très mauvais. Aussi je n’en ai pas tué beaucoup. J’ai pensé : il vaut mieux qu’ils se reproduisent et que leur maître ne se fâche pas. Il n’y a qu’à travailler dur pour qu’il y ait assez de maïs pour tous.

COMMENTAIRE

  • 24 Singe hurleur : Alouatta villosa palliata Gray (N. D. E.).
  • 25 Crax rubra = “el faisan” (N. D. E.).
  • 26 Penelope purpurascens ou Penelopina negra (N. D. E.).
  • 27 Colombidés non déterminés (N. D. E.).

213Tsëncley Jamayon est le maître de diverses espèces d’animaux. Il a à sa charge : le pécari à collier (“quequeo”), le coati (“pizote”), le singe araignée (“mico”), le singe hurleur (“olingo”),24 le dindon sauvage, le grand hocco (“pajuil”),25 les pénélopes (“pavillas”),26 les pigeons et les colombes sauvages.27

  • 28 “Caucel”, nahuatlisme signifiant “tigre de árbol”. On l’appelle communément “tigrillo” ou “gato mo (...)

214Chacune de ces espèces a un contremaître différent. Celui des pécaris à collier est Pocelot (“caucel”)28

  • 29 Il s’agit d’un oiseau de proie de grande taille, peut-être la harpie féroce, Harpia harpyja (N. D. (...)

215Le contremaître du coati et des singes est un oiseau de proie29 appelé tsitsih - pine en langue jicaque. Une autre espèce d’oiseau de proie (bikuk) est le contremaître des dindons sauvages, des grands hoccos et des pénélopes.

216Nous ne savons pas qui est le contremaître des colombes et des pigeons sauvages.

El pizote se queja con el dueño

217Cuando se mata un pizote él va derecho con el amo.

218TSENCLEY: –¿Qué te pasó?

219PIZOTE: –El dueño de la milpa me encontró comiendo maíz. Me mató. ¡Por comer un elote me mató!

220TSENCLEY: –Está bueno. Estuviste perjudicando su maíz. El mantiene mis animalitos bien gordos, tiene derecho de matar unos para comer. No me enojo con el dueño de la milpa.

221Tomam encomendó los Indios a Tséndey.

222TOMAM: –Los Indios van a vivir poquito. Tú, Tsëncley, vas a vivir todo el mundo. Es mejor que trabajen los Indios para que crezcan gordos tus pizotes, tus quequeos. No hay que enojarte con los MUERTOS, como cada quien es perjudicioso con los trabajos ajenos.

Le coati se plaint à son maître

  • 30 Nasua narica.

223Lorsqu’on tue un coati,30 il va tout droit chez son maître.

224TSENCLEY : –Que t’est-il arrivé ?

225COATI : –Le propriétaire du champ m’a surpris à manger du maïs. Il m’a tué. C’est pour avoir mangé un épi de maïs tendre que j’ai été tué !

226TSENCLEY : –C’est bon. Tu saccageais son maïs. C’est lui qui nourrit mes bêtes pour qu’elles soient bien grasses ; il a bien le droit d’en tuer quelques-unes pour manger. Je ne veux pas me fâcher avec le propriétaire du champ.

227Tomam avait fait ses recommandations à Tsëncley, à propos des Indiens :

228TOMAM : –Les Indiens ne vivent pas longtemps. Et toi, Tsëncley, tu vivras toujours. Il vaut mieux que les Indiens travaillent, pour engraisser tes coatis, tes pécaris. Et ne te fâche pas contre eux, puisqu’il n’y a personne qui ne puisse agir sans causer de tort aux travaux des autres.

El gavilán del farallón

229Tsitsih- pine (un gavilán) es de tamaño de un jolote pero tiene uñas grandes como un tigre. En tiempo de la Primera Nación, él cazaba gente, mataba hasta cuatro Indios al día. Vivía en una cueva de un farallón, entre las rocas altas. Allá había montonadas de huesos, huesos de ganado, de bestias, de pizotes, de micos y de gente también.

230Jívaro le fue a espiar. Le estuvo presenciando en un rincón de la cueva. Entonces Tomam mandó dos cipotes hermanos como testigos. Los envolvió en un cuero de vaca y los puso sobre unas rocas altas cerca de donde vivía Tsitsih - pine para que él los viera. Así fue. Tsitsih - pine los agarró y los llevó con cuero y todo, a su cueva. Cuando llegaron, Jívaro todavía estaba allí. El les dijo a los cipotes que tomaran un hueso de pierna de un Indio que 'Tsitsih - pine había matado, y con esto que mataran Tsitsih - pine, antes que éste les matara a ellos. Los cipotes lo mataron y luego bajaron del farallón por medio de un bejuco y volvieron con su nana.

231Después el tsitsih - pine nunca más cazaba gente. Tomam lo mandó para la montaña para que cace micos y pizotes y así quedó mantorno de ellos.

La harpie féroce de la falaise

232Tsitsih - pine (la harpie) est aussi grosse qu’un dindon mais elle a des griffes grandes comme celles d’un jaguar. Au temps de la Première Nation, elle pourchassait les gens, et tuait jusqu’à quatre Indiens par jour. Elle vivait dans une grotte de la falaise, au milieu de rochers escarpés. Et là-bas, il y avait des montagnes d’ossements de bétail, de chevaux et de mules, de coatis, de singes, et aussi de gens.

233Jívaro s’en fut l’épier. Il observait tout, tapi dans un coin de la grotte. C’est alors que Tomam envoya deux galopins, des frères, pour servir de témoins. Il les recouvrit d’une peau de vache et les installa sur une roche élevée près de chez Tsitsih - pine, pour que cette dernière les aperçoive. Ce qui arriva. Tsitsih - pine les agrippa et les emporta dans sa grotte, empaquetage compris. Quand ils parvinrent à la grotte, Jívaro était encore là. Et lui, Jívaro, dit aux galopins de prendre un os d’Indien, l’os d’une jambe d’un Indien que Tsitsihpine avait tué, et de tuer la harpie avec ça avant qu’elle ne les tue. Les gosses la tuèrent, et puis ils descendirent de la falaise à l’aide d’une liane et rentrèrent chez leur mère.

234Depuis ce temps, Tsitsih - pine ne s’attaque plus aux hommes. Tomam l’a envoyée dans les montagnes pour qu’elle chasse les singes et les coatis, et c’est pour cela qu’elle en est le contremaître.

Cuatro animales apostaron

235Cuatro animales chiquitos querían ser animales grandes: un ratón, til - kota, quería ser til, jabalí; otro ratón, nam - mütsis, quería ser nam, jabalí; la onza, pu’p, quería ser japay, tigre; la ardilla, tsats, quería ser piyon, tepezcuinte.

236Cuatro animales grandes apostaron sus pedos para ver quién podría peer el animal más grande.

237El tigre y la danta apostaron. Til, la danta, hizo un gran viento pero solo le salió un animalito til -kota, un ratoncito. Salió todo cubierto de “chinchin”, bien cochino. Era su tocayo pero muy chiquito.

238Japay, el tigre, peyó fuerte, pero sólo cagó pu p, la onza. Luego le miró y le dijo:

239TIGRE: –Eres más bien chiquito. Tampoco eres mi tocayo pero tienes la lengua bien larga como la mía.

240ONZA: –Pero soy igual a vos. También soy japay. Puedo matar ganado, dantas, jabalís, hasta gente.

241Era mentira. Era un gato chiquito y sólo puede matar animalitos.

242El tigre y la danta se quedaron conversando. Luego la danta se fue a la montaña y el tigre a las cabeceras de los ríos. Onza y el ratoncito se quedaron allí para ver lo que iba a pasar.

243Al fin el tepezcuinte y el jabalí apostaron. Piyon, el tepezcuinte, quería hacer otro piyon pero sólo cagó un animal chiquito, tsats, una ardilla. Cayó con todo y “chinchin”. Lo traía hasta en los ojos y en la boca. Estaba muy cochino.

244Entonces nam, el jabalí, dijo:

245JABALI: -Yo voy a hacer un nam, igual a yo.

246Peyó fuerte pero sólo cagó un ratoncito, un nam - rnütsis que sólo le parecía por el nombre y por el color de los pelos.

247Solo esos cuatro animales apostaron.

Quatre animaux se mirent à parier

  • 31 “Onza”, pu’p. Le mot “onza” est employé en différentes régions du Mexique et d’Amérique Centrale p (...)

248Quatre petites bêtes auraient voulu être grandes. C’était la souris til - kota, il voulait être til, tapir ; une autre souris, nam - mütsis voulait être nam, pécari. Le margay,31 pu’p, voulait être japay, jaguar ; et l’écureuil, tsats, voulait être piyon, paca.

249Quatre animaux de grande taille parièrent sur leurs pets à qui pourrait péter l’animal le plus grand.

250Jaguar et Tapir se mirent à parier. Til, le tapir produisit un grand vent, mais il n’en sortit qu’un tout petit animal til - kota, une toute petite souris. Il sortit tout couvert de merde, bien dégoûtant. Il portait le même nom que til mais il était tout petit.

251Japay, le jaguar, péta fort, mais il ne chia que pu’p, le margay. Le jaguar regarda le margay et lui dit :

252JAGUAR : –Tu es plutôt petit. Tu n’as même pas le même nom que moi, mais tu as la langue bien longue comme la mienne.

253MARGAY : –Mais je suis semblable à vous. Moi aussi je suis japay, et je peux tuer du bétail, des tapirs, des pécaris, et même des hommes.

254C’était pur mensonge, il n’était qu’un petit chat et ne pouvait tuer que de tous petits animaux.

255Jaguar et Tapir continuèrent à discuter. Puis le tapir s’en fut dans la grande forêt et le jaguar vers les souces des rivières.

256Margay et Souris restèrent sur place pour voir ce qui allait arriver. Finalement le paca et le pécari parièrent.

257Piyon, le paca, voulait faire un autre piyon, mais il ne chia qu’un tout petit animal, tsats, un écureuil qui tomba sur le sol tout plein de merde. Il en avait jusque dans les yeux et dans la bouche. Il était tout dégoûtant.

258Alors, nana, le pécari, déclara :

259PECARI : –Moi, je vais faire un nam semblable à moi.

260Il péta fort, mais il ne chia qu’une petite souris, un nam - mütsis, qui ne lui ressemblait que par le nom et par la couleur de son pelage.

261A part ces quatre animaux, aucun autre ne paria.

COMMENTAIRE

262Le maître des souris, Mütsis Jamayon, est un petit garçon de deux ans. Son contremaître est le chat.

263La souris nam-mütsis est celle qui vit dans notre monde, et il ne faut pas la confondre avec Namütsis, le mari de la guenon, que nous avons connu dans le mythe : “La création des humains”. Les souris actuelles ont été créées après que Namütsis fut parti pour l’autre monde.

264Les Indiens Jicaques mangent les souris sauf celles qu’ils appellent puzutz, sans qu’ils puissent actuellement justifier de cette exclusive.

265Ils se gardent d’attraper les souris par la queue, parce que, disent les anciens, la récolte du maïs serait compromise. En tant qu’animaux, il est juste que les souris se nourrissent de maïs et donc, il est également juste que l’homme les attrape pour les manger. Avant, les Indiens Jicaques chassaient les souris avec un arc et des fleches, maintenant ils achètent des pièges aux Métis.

Hay que pedir permiso al amo al extraer miel de una colmena...

266ALFONSO: –Se debe sacar la miel de una colmena con cuidado, como amigo, con permiso del amo, diciendo: “¡Hombre! ¡Dios! con permiso voy a sacar esta miel, como tengo vicio para comerla.”

267Cuando el amo mira una colmena vacía, si está conforme, dice:

268AMO: –El Indio que sacó esta miel lo hizo con cuidado; somos hermanos. Pero cuando machuca mis abejas, somos enemigos.

269Si matamos las abejas se envenena la miel y si alguien come miel de traspasado, le dan ataques.

Il faut demander la permission au maître pour récolter le miel sauvage...

270ALFONSO : –Il faut extraire le miel des nids d’abeilles sauvages précautionneusement, en ami, et demander la permission du maître en lui disant : “Hé ! Dieu ! Si tu veux bien, je vais prendre ce miel ; c’est que j’en suis gourmand.”

271Quand le maître voit un nid d’abeilles ainsi vidé de son miel, s’il est d’accord, il dit :

272MAITRE : –L’Indien qui a pris ce miel l’a fait soigneusement. C’est un frère. Mais celui qui maltraite mes abeilles, c’est un ennemi.

273Si nous tuons les abeilles, le miel nous empoisonne. Et si quelqu’un mange trop de miel, ça le rend malade.

COMMENTAIRE

  • 32 “Palomas de cuello colorado”, tikme. Probablement Columba cayennensis (N. D. E.).

274Tsets’em Jamayon est le maître des tapirs, des abeilles sauvages et des colombes à col rougeâtre32 tikme. Il vit dans une grotte où chaque arbre abrite dix nids d’abeilles sauvages.

275Sa femme est le jaguar, japay (le contremaître des pécaris s’appelle également jaguar, mais pourtant ce sont deux personnages différents).

276Tsets’em est une sorte de croquemitaine. Il est haut comme un pin, et sa force est si grande qu’il est capable de porter à la fois deux tapirs, un sur chacune de ses hanches. Il tue ses tapirs avec une énorme sarbacane dont les balles sont grosses comme des noyaux d’avocat. Il peut faire souffler un vent de tempête capable d’abattre n’importe quoi.

277Le contremaître des tapirs est un “jaguar noir”. Alfonso avouait ne l’avoir jamais vu. Ce “jaguar noir” a des troupeaux de tapirs dans la grande forêt.

278Quant au contremaître des abeilles, nous n’avons pu l’identifier, non plus que celui des colombes à col rougeâtre.

279Les vieux recommandaient de ne pas tuer les abeilles et de ne pas manger trop de miel. Ils disaient qu’il fallait prendre certaines précautions pour extraire le miel d’un nid d’abeilles afin de ne pas indisposer leur maître. Il ne faut extraire le miel que si l’entrée du nid se trouve face à l’est, face à la demeure de Tomam Pones, tsik’in momoras. Mais si l’entrée du nid se trouve face à l’ouest, face au monde des morts, à la demeure de Tomam Woawaï, tyaj momoras, il ne faut pas y toucher.

280Enfin, quand on récolte le miel, il faut toujours en laisser un peu pour les larves et, finalement, rétrécir l’entrée qu’on a agrandie, afin d’éviter que le nid ne soit envahi par des animaux prédateurs.

El amo de las abejas castigó a Alfonso...

281ALFONSO: –Una vez maté todas las abejas cuando arranqué una colmena de miel “zunteco”. Me castigó el amo. ¿Qué nación no se va a enojar cuando se mueren sus animales por culpa de un goloso? El amo tiene que castigar.

282Cuando eso pasó me morí muchas veces. No sé cuántas. Mateo, mi padre, y los viejos me cuidaron. Mis tíos, Terencio, Sebastián, Mateito y el viejo Juan José, tumbaron el palo, pero yo arranqué la colmena y yo comí el “zunteco”. Ellos no comieron. Dijeron:

283TIOS: –¿Quiéres comer miel? Aquí está.

284Miel “zunteco” es venenoso cuando se come mucho. Es un castigo. Mi papa lo comía muchas veces pero sólo le daba dolor de lombrices. No se embolaba. Sólo yo me enloquecí. Mateo me regañó.

285MATEO: –¿Por qué comiste ese “zunteco”? Alfonso es un tonto. Si quieres comer dulce hay que sembrar caña. No se puede perjudicar mucho el “zunteco”. Es venenoso.

286Estuve muerto muchas horas, por tiempos. Vomitaba sangre. Salía para afuera para esconderme debajo de las matas para que no me miraran mis tatas, mis hermanos. Sólo que mi cuerpo quedó adentro (de la casa). Eso era malo (mal signo). Estaba muerto. Cuando me volvía, todos estaban llorando y más que todos, mi madre. Cada tiempo me moría por muchas horas. Con cada ataque me moría. No podía hallar el camino para ir con Tomam Wowaï al Paraíso. Por eso me volvía. De otra cosa no me acuerdo. Después me contaron que mi padre agarraba duro mis piernas cuando me daba el ataque. Me ponían con la cabeza para abajo (hacia el oeste) para que cuando me iba a morir, me fuera derecho al otro mundo. Hasta un mes me alivié.

287Moría cuatro veces al día, si no dos veces o tres veces. Los viejos dijeron:

288VIEJOS: –Es ataque revuelto con enfermedad vieja. Es para molestar a los viejos.

289Me ponían comida: tortillas, huevos, frijoles. Yo les decía:

290ALFONSO: –No quiero comer comida de este mundo.

291VIEJOS: –¡No comes! Te vas a morir.

292Mi mamá era la más cobarde. Ella tampoco comía. Mateo no se afligía, sólo un poco. Yo le dije:

293ALFONSO: –Mamá está llorando por nada. Sólo es un castigo. Ya no vuelvo a comer “zunteco”. No estoy tan loco.

294A los quince días me pararon. Ya al mes me alivié. Mateo se alegró. Me dijo:

295MATEO: –Ahora cuando se enferme tu mamá, cuídala.

Le maître des abeilles avait puni Alfonso...

  • 33 “Zunteco”, abeille noire du Honduras dont le miel a la réputation d’avoir des effets intoxicants s (...)

296ALFONSO : –Une fois, j’ai tué toutes les abeilles en arrachant un nid “zunteco”.33 Le maître m’a puni. Quelle nation n’irait pas se fâcher si, à cause d’un gourmand, elle se voit exterminée ? Leur maître est obligé de punir.

297Aussi, après ça, j’ai été malade à mourir plusieurs fois. Combien de fois, je ne sais. Mateo, mon père, et les vieux me soignèrent. Mes oncles, Terencio, Sebastián, Mateito et le vieux Juan José avaient abattu l’arbre, mais moi j’avais arraché le nid et mangé le miel ! Eux, non. Ils m’avaient dit :

298ONCLES : –Tu veux manger du miel ? Vas-y.

299Le miel “zunteco” empoisonne quand on en mange beaucoup. Il vous punit. Mon père en mangeait souvent mais ça ne lui donnait que des vers. Ça ne le soulait pas. Seulement moi, ça m’a rendu fou. Mateo m’a grondé :

300MATEO : –Pourquoi as-tu mangé de ce miel ? Alfonso, tu es un sot. Si tu veux manger du sucré, tu n’as qu’à planter de la canne à sucre. Il ne faut pas abuser de ce miel “zunteco”. Il est dangereux.

301J’ai été comme mort pendant des heures. Je vomissais du sang. J’allais dehors me cacher dans les broussailles pour que mes vieux et mes frères ne me voient pas. Mais mon corps restait dans la maison. Et c’était mauvais signe. J’étais mort. Quand je revenais à moi, ils étaient tous en train de pleurer et surtout ma mère. Chaque fois que je mourais, c’était pour des heures. A chaque crise, je mourais. Je ne pouvais trouver le chemin du Paradis, de la demeure de Tomam Wowaï. C’est pour ça que je revenais toujours. Je ne me souviens de rien d’autre.

302Plus tard, on m’a raconté que mon père tenait mes jambes très fort pendant tout le temps de la crise. On mettait ma tête vers le bas, en direction de l’ouest, pour que j’aille directement dans l’autre monde si je venais à mourir. Je ne me guéris qu’au bout d’un mois.

303Et chaque jour, j’avais quatre crises, ou bien deux, parfois trois et chaque fois j’étais à la mort. Les vieux disaient :

304LES VIEUX : –C’est une crise qui s’ajoute à une vieille maladie. C’est pour embêter les vieux.

305Ils m’offraient à manger des galettes de maïs, des œufs, des haricots. Et moi je leur disais :

306ALFONSO : –Je ne veux pas manger la nourriture de ce monde.

307LES VIEUX : –Tu ne veux pas manger ! Tu vas mourir.

308Ma mère était la plus affolée de tous. Elle non plus ne mangeait pas. Mateo se désespérait, mais moins. Je lui dis :

309ALFONSO : –Maman pleure pour rien. Ce n’est qu’une punition. Je ne mangerai plus de ce miel-là. Je ne suis pas fou à ce point.

310Au bout de quinze jours, ils m’ont levé. Et, à la fin du mois, j’étais guéri. Mateo était tout content et m’a dit :

311MATEO : –Et maintenant, si ta maman tombe malade, soigne-la bien.

El dueño de las abejas34 y el Indio

  • 34 Abejas silvestres.

312Un Indio sacó dos cargas de miel, con permiso de Tsets’em. Como el Indio sabía hallar miel, un ladino le dijo:

313LADINO: –Te voy a dar una vaca para que la comas si me buscas cera de colmena.

314Así se comprometió el Indio. Comió la vaca y entonces se fue a buscar la cera. Pero se habían perdido todas las colmenas, por orden del dueño. Como no halló ni una, se fue a buscar Tsets’em en la capa de abajo.

315TSETS’EM: –¡Eh! ¡Eh! ¿Qué haces por acá?

316INDIO: –Yo busco miel de blanco, miel para mí y cera para vender a los Españoles (ladinos) para que velen sus muertos.

317TSETS’EM: –Si quieres sacar miel y cera, venid a mi casa.

318Un año estuvo en una de sus casas. Tsets’em no lo dejó irse. Jívaro entonces dijo a Tomam Wowaï:

319JIVARO: –Un Indio se perdió. Voy con permiso a buscarlo en todas partes, por abajo y por encima del mundo

320Llegó a la casa de Tsets’em y oyó su mujer, Japay, hablando:

321JAPAY: –Trágatelo este Indio. Yo no quiero moler más por este Indio, como no es mi marido.

322TSETS’EM: –Mañana mismo voy a tragar este Indio viejo perjudicador.

323Entonces Jívaro se fue a la casa donde estaba encerrado el Indio y le dijo:

324JIVARO: –Mañana Tsets’em te va a tragar. Te voy a aconsejar.

325Jívaro hizo un Indio de cera: los brazos, la cabeza, el pelo, hasta una verga y un culo, así igual a gente, para engañar Tsets’em. Dio una cobija al Indio para cubrirse y le dijo que se escondiera en un rincón de la casa.

326JIVARO: –Hay que matar ese Tsets’em porque quiere matar el Indio.

327Cuando Tsets’em vino en la mañana a la casa donde estaba el Indio, le pidió que atizara el fuego. Como no le contestó, Tsets’em le dijo:

328TSETS’EM: –¡No me contestas! Entonces, te trago.

329Pensó que tragó el Indio, más bien era cera.

330TSETS’EM: –Este Indio muerto me menea en la barriga. Tengo frío. Voy a atizar un gran fuego para calentarme.

331Más bien se hirvió la cera en su barriga, y ¡pum! Cayó como un palo, muerto. Entonces Jívaro dijo al Indio:

332JIVARO: –Aquí todavía tienes enemigos: la mujer Japay y la familia. Tienes que matarlos todos. Si dejas uno con vida, te volverá a molestar.

333El Indio mató todos, así como le ordenó Jívaro por mando de Tomam. Así Tomam les castigó por andar perjudicando el Indio.

334Luego el Indio regresó a su lugar para morir. Llevó dos cargas de cera para los ladinos, para que se hicieran sus candelas para velar sus muertos y espantar las tentaciones. Cuando llegó a su casa su mujer luego le dio de comer. Mirándole comer tanto le dijo:

  • 35 “Comelón”, usual en Centroamérica en lugar de “comilón” (N.D.E.).

335MUJER: –¡Viniste muy comelón!35

336INDIO: –Eso lo aprendí con Tsels’em. Era muy comelón él. Tragaba calabazas llenas de tamales, de tortillas, de pozol. Montones comía.

337La mujer no quería moler tanto y le dijo:

338MUJER: –También traes el tufo de Tsets’em y de Japay. Viniste un hombre cochino.

339TOMAM: –Bueno Indito. No te quiere tu mujer. Hoy te voy a matar. Ni la nación de Usted le quiere. Tenía razón Tsets’em.

340INDIO: –¿Cómo me vas a matar?

341TOMAM: –Tapiscas bastante maíz y saliendo de la milpa te resbalas y caes en una zanja y te ahorcas con tu mismo “matate” (red hecha de fibras).

342Más rato sale de su milpa cargando un tercio de maíz y ve a Jívaro.

343JIVARO: –¿Qué tal se portó tu mujer?

344INDIO: –Dice que hiedo mucho a Tsets’em y que me vine muy comelón.

345JIVARO: –Ahora saliste enemigo de tu mujer. Mejor te matas.

346Así fue. Se quitó la vida; se barranco con todo y “matate” lleno de maíz.

347TOMAM: –El Indio salió contrario a su mujer. Tsets’em salió contrario al Indio. Se jodieron todos.

348Así pasó la muerte de ellos.

349El Indio andaba colmeneando demasiado, matando muchas abejas. Quería hacer mucho pisto con los ladinos. Por eso se enojó el amo. Tenía razón. Pero no por eso tenía derecho de matar al Indio, como él quería. Por eso fue que Tomam dio órdenes a Jívaro para que el Indio matara a Tsets’em y Japay y que después el Indio pagara por la muerte de ellos. Es prohibido pelear por lo que es “nacional” (los productos de la naturaleza y los animales salvajes), es para los pobres.

350Desde entonces Tsets’em no sabe pelear con los muertos, aunque saquemos bastante miel, con tal que la saquemos con cuidado para no matar las abejas.

Le maître des abeilles et l’Indien...

  • 36 “Carga”. Unité de mesure encore employée dans les régions rurales et équivalant en général à 60 “l (...)

351Un Indien avait récolté deux “charges”36 de miel (sauvage) avec la permission de Tsets’em. Comme l’Indien était habile à trouver le miel, un Métis lui dit :

352METIS : –Je vais te donner une vache pour manger si tu me ramasses de la cire d’abeille.

353L’Indien accepta le marché. Il mangea la vache et ensuite, il alla chercher la cire. Mais, par ordre du maître, tous les nids avaient disparu. Voyant qu’il n’en trouvait plus un seul, il s’en alla à la recherche de Tsets’em, dans la première couche sous la terre.

354TSETS’EM : –Eh quoi ! Qu’est-ce que tu fais ici ?

355INDIEN : –Je cherche pour moi un peu de bon miel et de la cire pour vendre aux Espagnols (Métis) qui s’en servent pour veiller leurs morts.

356TSETS’EM : –Si tu veux récolter du miel et de la cire, daigne venir chez moi.

357Pendant un an l’Indien resta dans une des maisons de Tsets’em. Ce dernier ne le laissait pas s’en aller. Alors, Jívaro dit à Tomam Wowaï :

358JIVARO : –Un Indien s’est perdu. Avec ta permission, je vais le chercher partout, en-dessous et au-dessus du monde.

359Il arriva chez Tsets’em et entendit que Japay. la femme du maître, était en train de parler :

360JAPAY : –Dévore-moi cet Indien. Je ne veux plus broyer de maïs pour quelqu’un qui n’est pas mon mari.

361TSETS’EM : –Demain sans faute je mange ce vieil Indien, ce gêneur.

362Alors Jívaro s’en fut trouver l’Indien dans la maison où il était enfermé et lui dit :

363JIVARO : -Tsets’em se prépare à t’avaler demain. Je vais te donner un conseil.

364Jívaro fabriqua alors un Indien en cire : avec des bras, une tête, des cheveux et même une verge et un cul, exactement semblable à un homme, pour tromper Tsets’em. Il donna à l’Indien une couverture pour se recouvrir et lui dit de se cacher dans un coin de la maison.

365JIVARO : –Il faut tuer ce Tsets'em parce qu’il veut tuer l’Indien.

366Le lendemain quand Tsets’em entra dans la maison où se trouvait l’Indien, il lui demanda de ranimer le feu. Comme il ne lui répondait pas, Tsets’em lui dit :

367TSETS’EM : –Tu ne me réponds pas. En ce cas, je te dévore.

368Il croyait avaler l’Indien, mais ce n’était que de la cire.

369TSETS’EM : –Cet Indien mort me brouille la panse. J’ai froid. Je vais faire un grand feu pour me réchauffer.

370Et c’est la cire qui se mit à bouillir dans son ventre et, ploff, il tomba comme un arbre, mort. Alors, Jívaro dit à l’Indien :

371JIVARO : –Tu as encore des ennemis ici : Japay, sa femme, et toute la famille. Il te faut les tuer tous. Si tu en laisses un seul en vie, il recommencera à t’embêter.

372L’Indien les tua tous, comme Jívaro le lui avait commandé sur l’ordre de Tomam. Car Tamam voulait les punir pour avoir fait du mal à l’Indien.

  • 37 “Tentations”. Ce sont les Liauros ou diables qui cherchent à voler l’âme des gens qui viennent de (...)

373Ensuite l’Indien rentra chez lui pour mourir. Il rapportait deux charges de cire pour les Métis, afin qu’ils puissent faire leurs cierges pour veiller leurs morts et effrayer les “tentations”.37 Lorsqu’il arriva chez lui, sa femme lui donna aussitôt à manger. Elle le regardait qui mangeait beaucoup et lui dit :

374FEMME : –Tu es devenu un vrai goinfre !

  • 38 “Calabaza”. Ce mot désigne en général les courges, mais il est employé occasionnellement pour dési (...)

375INDIEN : –Ça je l’ai appris chez Tsets’em ; c’était un vrai goinfre ; lui, il avalait de pleines écuelles38 de pains de maïs, de galettes de maïs, de bouillies de maïs. Il mangeait des montagnes de nourriture.

376Mais sa femme, qui ne voulait pas broyer tant de maïs, lui dit :

377FEMME : –Tu rapportes aussi la mauvaise odeur de Tsets’em et de Japay. Tu es devenu un vrai cochon.

378TOMAM : –Dis donc, petit Indien, ta femme ne t’aime plus. Je vais te tuer aujourd’hui puisque même ta propre nation ne te veut plus. Il avait raison, Tsets’em

379INDIEN : –Comment vas-tu me tuer ?

380TOMAM : –Tu vas récolter beaucoup de maïs, et en sortant de ton champ tu vas glisser et tomber dans un ravin et tu vas t’étrangler avec ton propre filet de charge.

381Plus tard, il sort de son champ portant une charge de maïs et il aperçoit Jívaro.

382JIVARO : –Et ta femme, comment a-t-elle été avec toi ?

383INDIEN : –Elle dit que je pue de l’odeur de Tsets’em et que je suis devenu un vrai goinfre.

384JIVARO : –Alors maintenant, tu es brouillé avec ta femme. Il vaut mieux que tu te tues.

385Ce que fit l’Indien. Il se tua. Il se jeta dans un ravin avec son filet de charge plein de maïs.

386TOMAM : –Cet Indien s’est brouillé avec sa femme. Tsets’em s’est brouillé avec lui. Ils se sont tous couillonnés les uns les autres. Et c’est comme ça qu’ils sont morts.

387L’Indien était tout le temps à ramasser trop de miel, à tuer trop d’abeilles. Il voulait faire beaucoup de fric avec les Métis. Aussi le maître s’est-il fâché, et il avait raison. Mais il n’avait pas pour autant le droit de tuer l’Indien, comme il le prétendait. Voilà pourquoi Tomam donna des ordres à Jívaro : que l’Indien tue Tsets’em et Japay et qu’ensuite l’Indien paye à son tour pour la mort des deux autres.

388Il est interdit de se quereller pour les produits de la nature, qui sont pour les pauvres.

389Et depuis ce temps, Tsets’em ne sait plus se quereller avec les mortels, même si nous ramassons beaucoup de miel, à condition de le faire soigneusement pour ne pas tuer les abeilles.

Alfonso mordido por una culebra...

390ALFONSO: –Cuando Mateo, mi padre, me miró picado, se enojó.

391MATEO: –¡Eh! ¿No sabes mirar? ¿No sabes que sin trabajar no comes?

392ALFONSO: –Yo dije: “No es por mi gusto que me picó. Es por contigencia.”

393MATEO: –No es contigencia. Te dejaste picar. Aquí no más vas a morir. Si esa culebra se escapa, morirás. Se va a hinchar todo tu cuerpo.

394ALFONSO: –Corrí y agarré la culebra y le dije: “¡Eh! ¡Me picaste cuando estaba trabajando!”

395Cuando uno no muere en seguida, la culebra no muere tampoco. Si uno no tiene valor, no le puede matar. Un urulan me picó. No es una culebra grande. Es cualquiera culebra pequeña. Pero lo mismo da, si uno no la mata ya le viene a chupar sangre con su cola por la nariz. A veces las culebras tienen más veneno en la cola que en la boca.

396La envolví en un trapo y la mordí, así como me mordió. Los dientes de los muertos son venenosos para las culebras. Mateo la acabó de matar como ya entonces yo me embolé. Después colgaron la culebra de una cabuyita y la trajeron a la casa. A veces la amarramos viva y así la traemos a la casa. De cualquiera manera se trae a la casa para que mire bien a quien picó. La mía la enterré cerca de la casa. Hay que tener un panteón para las culebras, para todas que le piquen.

397Cuando la mató Mateo, yo grité a mis hermanos que me vinieran a mirar. Mateo todavía estaba enojado.

398MATEO: –Ustedes los jóvenes no quieren trabajar. ¿Por qué siempre se están enfermando? ¿Para qué les estoy manteniendo?

399ALFONSO: –Yo me enojé un poquito. Dije: “Papi, voy a buscar otro punto donde trabajar, donde no piquen las culebras. Usted me regaña, por eso le hablo mal. Otra culebra le puede picar.”

400MATEO: –Voy a pensar lo que me estás diciendo.

401Más rato me preguntó:

402MATEO: –¿Te gustaría trabajar por allí?

403ALFONSO: –Le dije que sí: “Allí me gusta. Está bueno que trabajemos cerquita.”

404Luego al momento me hinché todo el cuerpo de arriba. Cuando llegué a la casa estaba enteramente hinchado. El otro día me dieron concha de chinquite (un árbol). Le tomé molido revuelto con agua. También Anita, la finada de Lauriano, un vecino, me sobó con hojas de tabaco durante tres días.

405Mateo dejó mis hermanos como cuidadores. El me venía a ver cada ratito.

406MATEO: –No quieres vivir. ¡Estas tratando de morir!

  • 39 Ayotes = calabazas.

407YO: –Estoy tres días sin comer pero no me muero todavía, como la sangre está buena. Yo quiero comer ayotes39 asados.

408MATEO: –No hay permiso para comer eso. Te pueden hacer daño. Ayote, ¡no hay cosa peor!

409YO: –Quiero entonces guineos castillas asados. Eso es lo que me antojo.

410MATEO: –Todavía no. Guineo es mala comida.

411ALFONSO: –Le dije: “¿Cómo va a ser mala comida si Dios la puso?”

412Se enojó.

413MATEO: –Comida ya la tienes. ¿Por qué no comes la que te traje?

414ALFONSO: –Le dije que no me caía bien. Sólo me daba tortillas y jutes. Más rato pedí a mis hermanos que me trajeren ayotes y guineos sin que se dieren cuenta los viejos. Al poco, me trajeron una mano de guineos. Guillermo, uno de mis hermanos, dijo que más no podrían traer porque Mateo podría aparecer. Allí mismo los asamos donde los viejos no alcanzaron mirar. Luego me trajeron una caja entera de guineos y dos ayotes. Mateo volvió.

415MATEO: –Vine a espiarte. Para ver por qué no comes.

416ALFONSO: –Le dije: “No me caen bien las comidas que me puso.”

417Me trajeron curarina para tomar. Mateo lo buscó con los ladinos. Más rato volvió.

418MATEO: –Vine a contar las tortillas.

419Cuando los contó se enojó.

420MATEO: –¡Allí están todas! Te estás matando. Alfonso quiere morir.

421YO: –Comí. Ahora sí comí. Todavía puedo durar dos días más.

422Se fue llevando todas las tortillas y dijo:

423MATEO: –Está bueno. Las voy a dar a los perros. Si los perros no se mueren me pueden hallar un quequeo.

424En la noche le dije a Panchito, mi otro hermano, que me trajera más ayotes. Todavía no podía comer ni tortillas, ni pollo, ni huevos. Durante tres días todavía me sobó Anita y luego ya podía comer las tortillas. En ocho días caminaba un poquito. En quince días ya estaba bueno.

Comment Alfonso fut mordu par un serpent...

425ALFONSO : –Quand Mateo, mon père, a vu que j’avais été mordu, il s’est fâché.

426MATEO : –Ah ! Tu ne sais pas regarder ! Tu ne sais pas que si tu ne travailles pas, tu ne manges pas ?

427Je lui ai répondu :

428ALFONSO : –Ce n’est pas pour le plaisir que je me suis fait mordre. C’est par accident.

429MATEO : –Non, ce n’est pas un accident. Tu t’es laissé mordre. Et maintenant, tu vas mourir, c’est tout. Si ce serpent s’échappe, tu mourras. Tout ton corps va enfler.

430ALFONSO : –Je me mis à courir pour attraper le serpent, et je lui dis : “Alors, tu m’as mordu pendant que je travaillais !”

  • 40 Non identifié.

431Lorsqu’on n’en meurt pas sur le coup, le serpent ne meurt pas non plus. Et si on n’a pas de courage, on ne peut pas le tuer. Un serpent “urulan”40 m’avait mordu. Ce n’est pas un grand serpent. C’est un petit serpent tout à fait quelconque. Mais le résultat est le même et, si on ne le tue pas, il peut venir vous sucer le sang par le nez avec sa queue. Parfois les serpents ont plus de venin dans la queue que dans la bouche.

432J’ai enveloppé le serpent dans un chiffon et puis je l’ai mordu, tout comme il m’avait mordu. Les dents des MORTS sont venimeuses pour les serpents. Mateo dut l’achever, car, après cela, je me suis évanoui. Ensuite, on attacha le serpent avec une corde et on l’apporta chez nous. Parfois, nous l’attachons vivant et nous l’apportons à la maison. De toute façon, vivant ou mort, on l’apporte à la maison pour qu’il voie bien qui il a mordu. Le mien, de serpent, je l’ai enterré près de la maison. Il faut avoir un cimetière pour les serpents, pour tous ceux qui nous mordent.

433Quand Mateo le tua, j’appelai mes frères pour qu’ils viennent me garder. Car Mateo était encore en colère.

434MATEO : – Vous, les jeunes, vous ne voulez pas travailler. Pourquoi est-ce que vous tombez toujours malades ? Pourquoi est-ce que je passe mon temps à vous entretenir ?

435ALFONSO : –Je me suis mis un peu en colère. Je lui répondis : “Papa, je vais chercher ailleurs où travailler, là où les serpents ne nous mordent pas. Vous me grondez, c’est pourquoi je vous réponds. Un autre serpent pourrait vous mordre !”

436MATEO : –Je vais réfléchir à ce que tu me dis.

437Un peu plus tard, il m’a demandé :

438MATEO : –Tu aimerais travailler par là-bas ?

439ALFONSO : –Je lui dis que oui. “Ca me plairait. Il vaut mieux travailler près l’un de l’autre.”

  • 41 Arbre non identifié.

440A ce moment-là, tout le haut de mon corps se mit à enfler et quand j’arrivai chez moi, j’étais complètement enflé. Le lendemain on me fit prendre de l’écorce de “chinquite”41 qu’on avait broyée et mélangée avec de l’eau. Et puis, Anita, l’épouse du voisin Lauriano, décédée depuis, m’a massé avec des feuilles de tabac pendant trois jours.

441Mateo laissa mes frères veiller sur moi. Lui venait me voir à chaque instant.

442MATEO : –Tu ne veux pas vivre. Tu es en train d’essayer de mourir.

443ALFONSO : –Ça fait trois jours que je ne mange pas et pourtant je ne suis pas encore mort, parce que mon sang est bon. Je veux manger des courges grillées.

444MATEO : –Il ne t’est pas permis d’en manger. Ça peut te faire du mal. Des courges, il n’y a rien de plus mauvais !

445ALFONSO : –Alors, je veux des petites bananes grillées. C’est ce dont j’ai envie.

446MATEO : –Non, pas encore. La banane n’est pas bonne pour toi.

447ALFONSO : –Je lui dis : “Comment cela peut-il être une mauvaise nourriture si Dieu l’a créée ?”

448Mateo se fâcha.

449MATEO : –De la nourriture, tu en as. Pourquoi ne manges-tu pas ce que je t’ai apporté ?

450ALFONSO : –Je lui répliquai que je n’en avais pas envie.

451C’est qu’il ne me donnait que des galettes de maïs (“tortillas”) et des escargots (“jutes”). Plus tard, je demandai à mes frères de m’apporter des courges et des bananes sans que les vieux le sachent. Presque aussitôt, ils m’ont apporté cinq bananes. Guillermo, un de mes frères, me dit qu’il ne pourrait m’en apporter davantage parce que Mateo pouvait revenir. Nous les avons grillées dans un coin là où les vieux ne pouvaient nous voir. Ensuite, ils m’apportèrent une caisse entière de bananes et deux courges. Et puis Mateo est revenu.

452MATEO : –Je suis venu pour te surveiller, pour voir pourquoi tu ne manges pas.

453ALFONSO : –Je répondis : “Ce que tu m’as apporté, je ne peux pas le manger, je n’en ai pas envie.”

  • 42 Plante médicinale, Justicia pectoralis, très appréciée des Indiens et des Métis, surtout pour soig (...)

454On me fit prendre de la “curarina”.42

455Mateo alla en chercher chez les Métis. Un peu plus tard, il revint.

456MATEO : –Je suis venu compter les galettes de maïs.

457Quand il les eût comptées, il se fâcha.

458MATEO : –Elles y sont toutes ! Tu es en train de te tuer. Alfonso veut mourir.

459ALFONSO : –Je viens de manger. Maintenant oui, j’ai mangé ! Je peux encore vivre au moins deux jours.

460Il est parti en emportant toutes les galettes de maïs et en disant :

461MATEO : –C’est bon. Je vais les donner aux chiens. Si les chiens n’en meurent pas, ils pourront me dénicher un pécari.

462La nuit, j’ai demandé à Panchito, un autre de mes frères, de m’apporter plus de courges. Je ne pouvais toujours pas manger de galettes de maïs, ni de poulet, ni d’œufs. Pendant trois jours encore, Anita m’a massé et après ces trois jours j’ai pu de nouveau manger des galettes de maïs. Huit jours après, je pouvais marcher un peu. Au bout de quinze jours, j’étais rétabli.

COMMENTAIRE

463Zozots Jamayon, le maître des escargots qu’Alfonso appelle “jutes”, vit dans la rivière. Mais quand il sort de la rivière pour venir se promener sur la terre, il prend l’apparence d’un homme.

464Si les hommes ramassent trop d’escargots, le maître, pour les protéger, les rend difficiles à trouver.

Antonio viejo mordido...

465ALFONSO: –Hace mucho tiempo, una barba amarilla picó a mi tío, el mudito Antonio viejo. Era en tiempos de Juan Martínez, uno de los primeros caciques de la Montaña de la Flor.

466Entonces yo era muy cipote.

467Amarraron la culebra a una horqueta. Juan le apretó la cabeza por la horqueta y otros le apretaron la cola. La ataron con unas lianas y la amarraron a una plancha y la trajeron a la casa. La alzaron con todo y horqueta a la pared de afuera de la casa, para castigarla, para que su amo la viera. No picó Juan pero Juan le tenía miedo. El se ocupó de todo como picó a su hijo Antonio.

468A los tres días, la serpiente se zafó de la cabuya y cayó, como no la amarraron bien. Se enroscó y los chanchos la machucaron pero ella mató como cinco chanchos. También mató gallinas y jolotes. Todo que picó murió en seguida. El mudito murió a los siete días. Todos sus dientes cayeron. Vomitaba sangre. La culebra duró tres días sin comer y se murió. El hombre duró siete días sin comer. Duró más el hombre.

Le vieil Antonio mordu par un serpent...

  • 43 “Barba amarilla”, serpent trigonocéphale de la famille des Crotalidés, Bothrops asper, communément (...)
  • 44 Antonio le muet était le fils du “cacique” Juan Martinez.

469ALFONSO : –Il y a très longtemps un serpent “barba amarilla”43 a mordu mon oncle, le vieil Antonio, le muet. C’était du temps de Juan Martínez, un des premiers chefs de la Montaña de la Flor.44

470Moi, j’étais un gamin à l’époque.

471Ils coincèrent le serpent avec une baguette fourchue. Juan lui serrait la tête avec la fourche et d’autres lui immobilisaient la queue. Ils ligotèrent le serpent avec des lianes, l’attachèrent sur une planche et l’apportèrent à la maison. Ils le mirent dressé contre le mur de la maison, par dehors, planche et fourche comprises, pour le punir, et pour que son maître puisse le voir

472Il n’avait pas mordu Juan, mais ce dernier en avait peur. Et comme il avait mordu son fils Antonio, c’est Juan qui veillait à tout.

473Au bout de trois jours, le serpent se libéra de ses liens et tomba ; c’est qu’on ne l’avait pas assez bien attaché ! Le serpent s’enroula sur lui-même et les cochons lui marchèrent dessus mais il en tua au moins cinq. Il tua également des poules et des dindons. Tout ce qu’il mordit mourut très vite. Le muet mourut au bout de sept jours. Toutes ses dents étaient tombées. Il vomissait du sang. Le serpent resta trois jours sans manger et puis mourut. L’homme resta sept jours sans manger. L’homme dura plus.

El amo de las culebras y el Viejito

474LO CHIM JAMAYON (amo de las culebras, los cusucos, etc.): –Los muertos son puros cochinos: untan mis culebras con resina de tabaco, las entierran y entonces yo no las puedo tocar y las come la Tierra.

475Un Indio estaba rozando su milpa. Allá le picó una culebra. Pero antes que lo picó, el se sentó a descansar con los compañeros y el Viejito, su suegro.

476COMPAÑEROS: –Bueno, muchachos, compañeros, nos sentamos aquí.

477VIEJITO: –Miren la culebra que no se va. Cualquiera de Ustedes va a ser picado. No vayan a trabajar por allá (donde está la culebra).

478El Viejito se levantó y en eso se picó con una espina.

479VIEJITO: –¿Cuál de ustedes me va a sacar la espina?

480Los compañeros se la sacaron. Esos mozos eran muy atentos con él, muy generosos. Entonces el Viejito se fue a trabajar más.

481HOMBRE QUE IBA A SER PICADO: –Miren, allá está todavía la culebra. La voy a atrapar, si no me puede picar.

482COMPAÑEROS: –Ya nos vamos a la casa. Por hoy se acabó el trabajo. (Al que iba a morir le dijeron:) aquí te vas a morir, por esas matas, si sigues molestando la culebra. Ni la mitad de tu milpa vas a rozar.

483Así fue. Y luego los compañeros llamaron al Viejito.

484VIEJITO: –¿Por qué me llaman ustedes? Ustedes son caprichosos.

485COMPAÑEROS: –No señor. Le llamamos por una culebra, una barba amarilla, que pasó por aquí. No picó a nadie, sólo pasó de pasajero.

486Era mentira. Cuando el Viejito alzó la vista, vio que su yerno estaba echando sangre. Ya más rato murió. El Viejito se enojó.

487VIEJITO: –¡Ya éste se murió!

488Mandó avisar al otro mundo. Vino Jívaro y le dijo:

489VIEJITO: –Este Lo Chim se va a condenar. Si no le gusta Nompwinapü’ü, se va a morir él y toda su familia. Yo quiero que me saques una declaración contra el amo de las culebras.

490JIVARO: –¿A quién picó una culebra? ¿Qué hace usted por aquí?

491VIEJITO: –Una culebra picó a mi yerno. Le estoy acompañando.

492JIVARO: –Estaba atrapando la culebra enhoyada. Esto quiere decir que el hombre tuvo la culpa. ¿Por qué lo dejó traspasar?

493Le regañó.

494VIEJITO: –Que avise el Jefe Segundo (Tomam Menor). Quiero saber por qué el amo le dejó picar el Indio.

495JIVARO: –Le puedo contestar pasado mañana. Mañana no. Ni hoy tampoco.

496No fue a avisar el Jefe Segundo, ni mierda. Más bien fue a avisar el amo.

497JIVARO (al amo): –Andate ligero para que te perdone el Indio viejo. Tal vez te perdone, si no, pasado mañana estarás muerto. Ya habrá puesto la declaración con Tomam Segundo en contra de vos. Andate ligero. Mañana te vas, muy de mañana, cuando todavía está obscuro.

498El otro día, muy de mañana, el Viejito fue a buscar (cazar) venado. No halló, ni mierda. Luego se sentó. Se cansó la canilla como era viejito. Entonces sacó su cabuya (lazo mágico) para preguntarle dónde estaba un venado. La torció un poquito para acá (al este, hacia Tomam Mayor) y luego un poquito para allá (al oeste, hacia Tomam Menor). Más bien la cabuya le contó otra cosa.

499CABUYA: –Va a venir un hombre negro.

500VIEJITO: –¿Por orden de quién viene?

501CABUYA: –Viene para saber por qué estás en contra de él por el hombre que acaba de morir.

502VIEJITO: –¿Por qué estoy en contra de él por un Indio muerto?

503CABUYA: –Por una culebra enhoyada en unas mantas en el monte, por una culebra que picó un hombre.

504VIEJITO: –¿A qué viene?

505CABUYA: –Para que lo perdones.

506VIEJITO: –Una vez no es nada.

507Se fue a sentarse en otro cerco. Echó otras preguntas a la cabuya. Siempre quería saber del venado pero la cabuya le contó lo mismo.

508CABUYA: –Hoy no hay venado. Sólo Lo Chim Jamayon anda por allí buscándote.

509VIEJITO: –¿Qué trae?

510CABUYA: –Trae una culebra enroscada en un brazo. Lo tiene como criminal por haber matado a un hombre.

511VIEJITO: –Voy a pedirle que mate la culebra como la culebra mató al Indio, mi compañero, mi yerno.

512El yerno era muy buen hombre, por eso se enojó el Viejito de traspasado. Más rato llegó el amo. Traía la culebra enrollada en su brazo.

513AMO: –Hombre, señor Viejito, hoy vengo para que me perdones esta vez. Yo no ando perjudicando, matando los Indios. Sólo las culebras que se esconden del amo matan la gente. Con el amo no te puedes enojar de traspasado. Sólo esta culebra es criminal. Por fuerza me vas a perdonar.

514VIEJITO: –Dame la culebra para matarla como mató a mi yerno. A vos también te voy a matar con un flechazo.

515AMO: –Esta es el matador (enseñó la culebra). Pero no te la doy. Sólo yo tengo derecho de castigarla. No vayas a quejarte con Tomam Menor o con sus empleados.

516VIEJITO: –Póngala aquí para que la mate yo.

517AMO: –¡No te la dejo!

518VIEJITO: –Bueno. Te puedo perdonar una vez. Es verdad que no andas matando gente. Sólo esa culebra mató uno. Pero te ordeno que domines tus culebras y que castigues ésta. Sólo un muerto no es nada. Dos muertos y ya voy a presentar la queja.

519El amo recibió la orden para procesar la culebra. Entonces el amo y el Viejito hicieron amistad.

520VIEJITO: –Perdonar es una sola palabra. Es una sola vez. Adelante de Dios te perdono.

521Así hicieron amistad.

522LO CHIM: –¿Cuándo vas a venir a pasear donde yo, a mi casa? ¿Mañana vienes? Te voy a dar cuatro cusucus, ocho.

523El viejito se enojó.

524VIEJITO: –Yo, ¿para qué me voy a comprometer? Ni conozco donde vives.

525AMO: –No puedes decir que vivo largo. Yo vivo por medio de tu milpa. Yo te miro tapiscar, amontonar maíz. Donde tienes un montón, más acá un poquito, vivo yo. Tu trabajas encima de la tierra y yo trabajo en la capa de abajo, en tu misma milpa. ¿Por qué no vienes? Somos amigos.

526El otro día, muy de mañanita, el Viejito salió a pasear donde el amo.

527AMO: –Pase por delante.

528Al rato le dio de comer: tortillas y truncos de carne de culebra.

529VIEJITO: –¿Cómo puedo comer esa carne?

530AMO: –Abre bien la boca para que la carne no toque la quijada, adentro de la boca no es venenosa.

531VIEJITO: –Mejor, esta poquita la voy a llevar a mi mujer.

532AMO: –Más tarde te voy a dar unos cusucus para llevar a la familia. Esta carne de culebra no la llevas, puede matar toda la familia. Cómetela aquí. Acábatela aquí no más. La culebra, sólo de mi mano la puedes comer. (El Viejito la comió.)

533El amo llama la muchacha para llevar el plato del Viejito.

534AMO (a su hija): –Dale un poco de agua para que lave las manos. No puede (debe) irse sin lavar, como tocó carne ponzoñosa.

535Le trajo el agua.

536VIEJITO: –Ya lavé las manos.

537Luego sacó su bolsa buscando su pipa para fumar. Halló la mecha, la pipa, todo.

538MUCHACHA: –¡No te descuides papi! ¡ Ya nos va a matar con el humo de tabaco!

539AMO: –¡No prende tu pipa! ¡Que no fuméis!

540VIEJITO: –Está bueno. Sólo una palabra es suficiente. Los hombres hay que darles consejos de una sola palabra.

541No fumó. Alzó su pipa en su bolsa para fumarla en su casa.

542VIEJITO: –Ya me voy, señor amo del cusucu.

543AMO: –Ahorita, todavía, no te vayas. Espérame un minuto. Te quiero regalar cuatro cusucus, dos para llevar debajo de cada brazo, para que los cocine tu mujer. Esta sí es carne buena. Carne de culebra es para matar, si no la doy yo de mi mano. Si quieres matar tu mujer, llevasela. Si no, lleva ésta de cusucu. El cusucu es un animal muy formal, muy sanito. Tiene concha pero no tiene peligro. Ahora no vayas a hablar en contra de yo por la muerte de tu yerno.

544VIEJITO: –Ya estás perdonado. Pero si lo vuelves a hacer vamos a ser enemigos. Entonces te mataré con toda la familia para que no andes matando la gente. Hay que dominar las culebras. Por esta vez te perdono. Ahora sólo necesito que me despaches como amigo.

545Lo Chim le pagó cuatro cusucus por la muerte del Indio. Como el suegro (del matado) era viejito, comía poquito y por eso sólo llevó cuatro.

546VIEJITO: –Voy a volver a visitarte en ocho o diez días, en nueve días, para que me pagues otros cuatro cusucus. Cada viaje, cuatro cusucus.

547El amo pagó ocho en dos viajes, dieciséis en cuatro viajes y así hasta que se murió el Viejito.

548El amo no anda ordenando sus culebras que piquen la nación india. El yerno tropezó la culebra, por eso lo picó y con razón. El Indio no se portó bien y por eso el Viejito perdonó el amo.

Le maître des serpents et Petit Vieux

  • 45 Lo Chim Jamayon est le maître des serpents, des tatous ainsi que des sarigues et des pacas.

549LO CHIM JAMAYON :45 –Les morts sont de vrais cochons : ils barbouillent mes serpents avec du jus de tabac, ils les enterrent et le résultat, c’est que moi je ne peux pas les toucher et c’est Terre qui les mange.

550Un Indien était en train de défricher son champ de maïs, et voilà qu’un serpent le mordit. Mais avant d’être mordu, il s’était assis pour se reposer avec ses compagnons et avec Petit Vieux, son beau-père.

551COMPAGNONS : –Eh bien, les amis, asseyons-nous ici.

552PETIT VIEUX : –Regardez ce serpent qui ne s’en va pas. Quelqu’un d’entre vous risque d’être mordu. N’allez pas travailler par là-bas (là où se trouvait le serpent).

553Petit Vieux se leva, et, en se levant, se piqua avec une épine.

554PETIT VIEUX : –Lequel d’entre vous va m’enlever cette épine ?

555Les compagnons la lui ôtèrent. Ces jeunes gens le traitaient avec beaucoup de respect, l’entouraient d’attentions. Alors Petit Vieux partit pour reprendre son travail.

556HOMME QUI ALLAIT ETRE MORDU : –Regardez, le serpent est toujours là. Je vais l’attraper, car sinon il peut me mordre.

557COMPAGNONS : –Nous, nous rentrons chez nous. Nous avons assez travaillé pour aujourd’hui. (S’dressant à celui qui allait mourir :) Si tu continues à déranger le serpent, tu vas mourir ici, dans ces broussailles ; tu n’auras même pas le temps de défricher la moitié de ton champ.

558C’est ce qui arriva. Et alors les compagnons appelèrent Petit Vieux.

559PETIT VIEUX : –Porquoi diable m’appelez-vous ? Vous êtes des fantaisistes.

  • 46 Trigonocéphale.

560COMPAGNONS : –Non, monsieur. Nous vous avons appelé à cause du serpent, un “barba amarilla”46 qui est passé par ici. Il n’a mordu personne, il suivait seulement son chemin.

561C’était un mensonge. Quand Petit Vieux leva les yeux, il vit que son gendre vomissait le sang. Un moment après il était mort.

562Petit Vieux se fâcha.

563PETIT VIEUX : –Et celui-la qui est mort !

564Il envoya prévenir l’autre monde. Jívaro arriva et Petit Vieux lui dit :

565PETIT VIEUX : –Ce Lo Chim vient de se condamner tout seul. C’est que ça ne va pas plaire à Nompwinapü’ü, et Lo Chim va mourir, lui et toute sa famille. Je veux que tu me fasses une plainte contre le maître des serpents.

566JIVARO : –Qui le serpent a-t-il mordu ? Qu’est-ce que vous faites par ici ?

567PETIT VIEUX : –Un serpent a mordu mon gendre. Je suis auprès de lui.

568JIVARO : –Il essayait d’attraper le serpent dans son trou. Cela veut dire que l’homme a eu tort. Pourquoi l’as-tu laissé faire ?

569Il grondait Petit Vieux.

570PETIT VIEUX : –Préviens le Second Chef (Tomam le Cadet). Je veux savoir pourquoi le maître a laissé le serpent mordre l’Indien.

571JIVARO : –Je peux te répondre après-demain. Demain, non. Encore moins aujourd’hui.

572Mais au contraire, Jívaro n’alla pas prévenir le Second Chef, foutre pas, il alla prévenir le maître des serpents.

573JIVARO (au maître) : –Va-t’en vite te faire pardonner par le vieil Indien. Peut-être te pardonnera-t-il, sans cela, après-demain tu es mort : il aura déposé sa plainte contre vous. Vas-y-vite. Demain tu y vas, très tôt le matin, quand il fait encore nuit.

574Le jour suivant, très tôt le matin, Petit Vieux s’en fut chasser le cerf. Il ne trouva foutre rien. Alors il s’assit. Il avait la patte fatiguée à cause de sa vieillesse. Alors il sortit ses ficelles magiques pour demander où trouver un cerf. Il les tordit un peu d’un côté (vers l’est, vers Tomam l’Aîné) et puis ensuite de l’autre côté (vers l’ouest, vers Tomam le Cadet). Et voilà que les ficelles lui racontèrent tout autre chose.

575FICELLES : –Un homme noir va venir.

576PETIT VIEUX : –Sur l’ordre de qui vient-il ?

577FICELLES : –Il vient pour savoir pourquoi tu es contre lui à propos de l’homme qui vient de mourir.

578PETIT VIEUX : –Pourquoi je suis contre lui à cause d’un Indien mort ?

579FICELLES : –A cause d’un serpent caché dans un trou, sous les broussailles, à cause d’un serpent qui a mordu un homme.

580PETIT VIEUX : –Et pourquoi vient-il ?

581FICELLES : –Pour que tu lui pardonnes.

582PETIT VIEUX : –Pour une fois ça va bien.

583Puis il alla s’asseoir sur une autre clôture. Il recommença à questionner ses ficelles. Il voulait toujours se renseigner sur le cerf, mais les ficelles lui racontaient toujours la même chose.

584FICELLES : –Aujourd’hui, il n’y a pas de cerf. Il n’y a que Lo Chim Jamayon qui se promène par ici et qui te cherche.

585PETIT VIEUX : –Qu’est-ce qu’il apporte ?

586FICELLES : –Il apporte un serpent enroulé à son bras ; il le considère comme criminel pour avoir tué un homme.

587PETIT VIEUX : –Je vais lui demander qu’il tue le serpent comme celui-ci a tué l’Indien, qui était mon compagnon et mon gendre.

588Le gendre était un très brave homme, et c’est pour ça que Petit Vieux se mit en colère, plus que de raison. Un peu plus tard, le maître arriva. Il portait le serpent enroulé autour de son bras.

589MAITRE : –Allons, monsieur Petit Vieux, je suis là aujourd’hui pour que tu me pardonnes pour cette fois. Je n’ai pas l’habitude de causer du tort, de tuer les Indiens. Ce sont seulement les serpents qui se cachent du maître qui tuent les gens. Tu ne peux te fâcher inconsidérément contre leur maître. Ce n’est que le serpent qui est criminel. Il faut bien que tu me pardonnes.

590PETIT VIEUX : –Donne-moi le serpent que je le tue de même qu’il a tué mon gendre. Et vous aussi, je vais te tuer, avec une flèche.

591MAITRE : –Voici le meurtrier (il montra le serpent). Mais je ne te le livre pas. Car j’ai seul le droit de le punir. Et ne va pas te plaindre à Tomam le Cadet ou à ses employés.

592PETIT VIEUX : –Pose-le ici, pour que ce soit moi qui le tue.

593LO CHIM : –Je ne te le laisse pas.

594PETIT VIEUX : –Bon. Je peux te pardonner une fois. C’est vrai que tu ne cherches pas à tuer les gens et c’est seulement ce serpent qui a tué un homme. Mais je te somme de contrôler tes serpents et de punir celui-ci ; un seul mort, ce n’est rien. Au deuxième mort, alors je produis ma plainte.

595Le maître accepta l’ordre de faire le procès du serpent. Et ensuite le maître et Petit Vieux firent amitié.

596PETIT VIEUX : –Je n’ai qu’une parole ; je te pardonne pour cette fois. Devant Dieu, je te pardonne.

597C’est ainsi qu’ils devinrent amis.

598MAITRE : –Quand vas-tu venir te promener du côté de chez moi ? Tu viens demain ? Je vais te donner quatre tatous, et même huit.

599Petit Vieux se fâcha.

600PETIT VIEUX : –Moi ? Comment est-ce que je m’engagerais ainsi à te faire une visite ! Je ne sais même pas où tu habites.

601MAITRE : –Tu ne peux pas dire que j’habite loin. Je vis au milieu de ton champ. Je te regarde cueillir et récolter ton maïs. Un peu en deçà de l’endroit où tu en as beaucoup, c’est là que j’habite. Toi, tu travailles sur la terre et moi je travaille dans la couche en dessous, sous ton propre champ. Nous sommes amis. Pourquoi ne viens-tu pas ?

602Le lendemain, très tôt le matin, Petit Vieux s’en alla jusque chez le maître.

603MAITRE : –Entre.

604Peu après, le maître lui offrit à manger des galettes de maïs et des tronçons de chair de serpent.

605PETIT VIEUX : –Comment puis-je manger cette viande ?

606MAITRE : –Ouvre bien la bouche pour que la viande ne touche pas tes mâchoires. Une fois dans la bouche, elle n’est pas venimeuse.

607PETIT VIEUX : –J’aimerais plutôt emporter ce petit peu pour ma femme.

608MAITRE : –Je te donnerai tout à l’heure des tatous pour ta famille, mais n’emporte pas cette viande de serpent. Elle pourrait tuer toute ta famille. Mange-la ici. Mange-la toute, ici même. Tu ne peux manger de serpent que si c’est moi qui te le donne. (Petit Vieux mangea la viande de serpent).

609Lo Chim appelle sa fille pour qu’elle enlève l’assiette du Petit Vieux.

610MAITRE (à sa fille) : –Donne-lui un peu d’eau pour qu’il se lave les mains. Il ne doit pas s’en aller sans se les laver, car il a touché une viande empoisonnée.

611Elle apporta l’eau.

612PETIT VIEUX : –Voilà, je me suis lavé les mains.

613Et ensuite il prit son sac pour y chercher sa pipe et fumer ; il sortit la mèche, la pipe et tout.

614FILLE : –Attention, papa, il va nous tuer avec la fumée du tabac !

615MAITRE : –N’allume pas ta pipe ! Il ne faut pas fumer !

616PETIT VIEUX : –C’est bien. Un seul mot suffit. Pour conseiller les hommes, une seule parole suffit.

617Il ne fuma pas. Il remit sa pipe dans son sac pour la fumer chez lui.

618PETIT VIEUX : –Je m’en vais, monsieur le maître des tatous.

619MAITRE : –Dans un moment ; ne pars pas encore, attends un peu. Je veux te faire cadeau de quatre tatous, pour en emporter deux sous chaque bras, pour que ta femme les fasse cuire. Et ça, c’est de la bonne viande. La chair du serpent peut tuer si ce n’est pas moi en personne qui te la donne. Si tu veux tuer ta femme, emporte de la chair de serpent. Mais sinon, emporte la viande de tatou. Le tatou est une bête très sûre, très saine. Elle a une carapace, mais il n’y a pas de danger. Et maintenant tu ne diras plus de mal de moi à cause de la mort de ton gendre.

620PETIT VIEUX : –Tu es déjà pardonné. Mais si tu recommences, nous serons ennemis. Je te tuerai avec toute ta famille pour que tu ne continues pas à tuer les hommes. Il faut surveiller tes serpents. Pour cette fois, je te pardonne. Maintenant, tout ce que je désire, c’est que nous nous séparions en amis.

621Lu Chim lui donna quatre tatous en compensation de la mort de l’Indien. Comme le beau-père de l’Indien tué était très vieux, il mangeait très peu : c’est pour cela qu’il ne prit que quatre tatous.

622PETIT VIEUX : –Je reviendrai te rendre visite dans huit ou dix jours, peut-être neuf, pour que tu me donnes encore quatre tatous. A chaque visite, quatre tatous.

623Le maître donna huit tatous pour deux visites, seize pour quatre visites, et ainsi de suite jusqu’à ce que le Petit Vieux meure.

624Le maître ne commande pas à ses serpents d’attaquer la nation des Indiens. Le gendre avait dérangé le serpent et celui-ci l’avait mordu, et avec raison. L’Indien ne s’était pas bien conduit, et c’est pour cela que le Petit Vieux avait pardonné au maître.

COMMENTAIRE

  • 47 La sarigue, en espagnol “zarigüeya”, est désignée au Mexique par le mot “tlacuache”, du nahuatl : (...)

625Au temps de la Première Nation, la sarigue47 et le tatou étaient inséparables. C’est pourquoi Lu Chim Jamayon est leur maître à tous deux. Leur chair est comestible, mais les Indiens dédaignent la sarigue et apprécient énormément la chair du tatou. La sarigue vole les poules et mange leurs œufs. Le tatou, par contre, est considéré comme un animal inoffensif.

Yo perjudico al cusucu...

626ALFONSO: –El cusucu no sabe perjudicar. Pero yo no quiero comer tamal vacío ni tortilla vacia. Los quiero comer con carne de cusucu, por el vicio de comer.

627El amo del cusucu no me atropella pero yo sí, perjudico sus animales. Mejor me muero, para que me condenen porque estuve cazando tanto animal, para que pague yo.

Je fais du mal au tatou...

628ALFONSO : –Le tatou ne sait nuire à personne. Mais moi je ne veux pas manger de pains ou de galettes de mais sans rien dedans. Je veux les manger avec de la viande de tatou, pour le plaisir d’en manger.

629Le maître des tatous ne m’a rien fait, mais moi, je fais du mal à ses bêtes. J’en mourrai et je serai condamné pour avoir chassé tant d’animaux. Il faudra bien que je paye.

El tacuacín, el cusucu y el tigre

630Durante la Primera Nación, el tacuacín caminaba con el cusucu. Ahora ya no. Entonces los mataban mucho los tigres.

631TIGRE: –¿No ha aparecido por aquí un macoyac (tigre de la Primera Nación)?

632TACUACIN: –Ahorita pasó. Allí están las huellas. Míralas.

633TIGRE: –¡Eh! Y vos, ¿qué comes? ¡Eres tan flaquito!

634TACUACIN: –Como soy pobrecito estoy comiendo coyoles (fruta de una palmera). Por eso estoy un poco flaco, chiquito. Usted es tamaño animal: caza mucho, mucho venado, mucha danta.

635El tigre estaba mirando el tacuacín para cazarlo.

636TACUACIN: –Te voy a aprender a comer coyoles.

637Hizo como si comía más. Entonces el tigre trozó sus coyoles para comérselos. Los comió y se murió. Se mató solo, el tacuacín no lo mató.

638TACUACIN (al cusucu): –Ahora vamos a sacar sus colmillos para hacer una sokia (collar).

639Lo hicieron.

640MUNDO (la tierra): –¿Están matando los tigres?

641TACUACIN: –No señora. Este se mató solo. Se trozó los coyoles.

642SOL: –Tigre se mató solo. Tacuacín es inocente.

643TACUACIN Y CUSUCU: –Si señor. Sólo por los colmillos tenemos culpa. Los sacamos por bonitos.

644TACUACIN (al cusucu): –¡Tan cazador el tigre! Pero con yo, se lo cargo. De todos los tigres que pasan por aquí, los machos, los voy a matar. Sólo las hembras no las mato para que busquen sus maridos, para que padezcan, para que lloren.

645Otro tigre pasó, una hembra.

646TIGRESA: –¿No han visto por aquí un tigre?

647TACUACIN: –Ya rato pasó. Andate ligero alcanzarlo.

648El tacuacín y el cusucu daban vueltas con ella, oliendo las huellas del tigre. No las hallaron, ni mierda.

649TIGRESA: –¿Es verdad que pasó por aquí?

650TACUACIN: –Está bueno que busques tu marido, como lo estás buscando por el amor de él, como cada quien tiene su cariño. Hasta que lo halles lo vas a buscar.

651La tigresa se enojó. Mandó una escolta de hormigas cazadoras, guerrilleras, para agarrar el tacuacín, para que le picara en todas partes. Pero el se huyó con el cusucu.

652TIGRESA: –¡Echate escolta de cazadores y pica!

653Pero el tacuacín y el cusucu escarvaron en la tierra, se escondieron. No salieron, ni mierda.

654TIGRESA: –Me voy a transponer para cazarles. Lo que no me gusta lo voy a dejar para el zopilote, para vengarme. Del cusucu voy a dejar sólo la concha. Del tacuacín, sólo los pelos. Los huesos los voy a comer yo. Que paguen la muerte de mi marido que le enseñaron a comer sus cojones.

655Tigresa quedó mentirosa. Y toda la vida quedó enojada con el tacuacín y el cusucu.

656Tigresa estaba buscando la vida, cuando pasó, y oyó el canto de la muerte de su esposo. Como el tacuacín tenía puesto la sokia de los colmillos del tigre, el tacuacín lo cantó y la tigresa lo oyó.

657TIGRESA: –Ahora sí. Ya oí. Ya confesaste de tu boca. Ahora te hallé.

658Por eso el tacuacín cerró la puerta (de la casa donde estaba) y salió por una ventana. Se huyó. Se fue a encuevar con el cusucu. Luego la tigresa despachó los cazadores (hormigas guerrilleras) pero no los alcanzaron, como el cusucu echó tierra para arriba de cada capa por donde iban bajando.

659Cuando el tigre comió sus coyoles se presentó a Jo’popil (su dueño) contra el tacuacín y el cusucu.

660JO’POPJIL: –¡Mentiroso! Sois un gran cazador ¡pero tan goloso que comes tus coyoles! ¿No tienes vergüenza? ¡Y con tanto venado y conejo en el monte!

661El tigre se castigó solo. Pero Tomam procesó el tacuacín y el cusucu por los colmillos. Los castigó siete veces con la cola del tigre.

662Sólo el conejo no se deja atrapar por el tigre.

La sarigue, le tatou et le jaguar

663Au temps de la Première Nation, les sarigues allaient toujours en compagnie des tatous. Et maintenant non. En ce temps-là, les jaguars en tuaient des quantités.

664JAGUAR : –Un macoyac (jaguar de la Première Nation) ne s’est-il pas montré par ici ?

665SARIGUE : –Il vient de passer. On voit ses traces. Regarde-les.

666JAGUAR : –Eh ! Et vous ? Qu’est-ce que tu manges ? tu es bien maigrichon !

  • 48 “Coyol”. Mot d’origine nahuatl (coyolli) désignant les fruits ronds et durs d’une espèce de palmie (...)

667SARIGUE : –Comme je suis bien pauvre, je mange des “coyoles”.48 C’est pour ça que je suis un peu maigre et tout petit. Mais vous, vous avez la taille d’un animal : vous chassez beaucoup, des cerfs surtout et beaucoup de tapirs.

668Jaguar observait Sarigue pour le prendre en chasse.

669SARIGUE : –Je vais t’apprendre à manger des couilles.

670Il fit comme s’il en mangeait encore. Alors, Jaguar coupa ses couilles pour les manger. Il les mangea et mourut. Il se tua tout seul, ce n’est pas la sarigue qui l’a tué.

671SARIGUE (au tatou) : –Maintenant, nous allons lui arracher ses crocs pour en faire un collier.

672Ce qu’ils firent.

673MONDE (terre) : –Vous tuez les jaguars ?

674SARIGUE : –Non, madame. Ce jaguar-là s’est tué tout seul. Il s’est coupé les couilles.

675SOLEIL : –Jaguar s’est tué tout seul. Sarigue est innocente.

676SARIGUE et TATOU : –Oui, monsieur. Nous ne sommes responsables que des crocs. Nous les avons arrachés parce qu’ils sont bien jolis.

677SARIGUE (au tatou) : –Quel grand chasseur, le jaguar ! Mais moi, je l’ai possédé. Et tous les jaguars qui passeront par ici, les jaguars mâles, je les tuerai. Les femelles non, pour qu’elles aillent en quête de leurs maris, pour qu’elles souffrent et qu’elles pleurent.

678Un autre jaguar passa, une femelle.

679JAGUAR FEMELLE : –Vous n’avez pas vu un jaguar passer par là ?

680SARIGUE : –Ca fait un moment qu’il est passé. Dépêche-toi pour le rattraper.

681La sarigue et le tatou tournaient avec elle en tous sens, flairant les traces du jaguar. Ils ne le trouvaient pas, ils ne trouvaient que peau de balle.

682JAGUAR FEMELLE : –C’est bien vrai qu’il est passé par ici ?

683SARIGUE : –C’est bien que tu cherches ton mari, puisque tu le fais par amour, parce qu’à chacun ses amours. Jusqu’à ce que tu le trouves, tu vas le chercher.

  • 49 Fourmis insectivores du genre Eciton (N.D.A.).

684Jaguar femelle se fâcha. Elle envoya une armée de fourmis guerrières49 pour attraper la sarigue, pour la mordre partout. Mais la sarigue s’enfuit avec le tatou.

685JAGUAR FEMELLE : –En avant, les fourmis guerrières, et mordez !

686Mais Sarigue et Tatou creusèrent la terre pour se cacher. Ils n’en sortirent foutre plus !

687JAGUAR FEMELLE : –Je vais me mettre à l’affût pour les attraper. Pour me venger, je vais laisser au charognard ce que je n’aurai pas envie de manger. Du tatou, je ne laisserai que la carapace, et de la sarigue que les poils. Les os, c’est moi qui vais les manger. Ils me paieront la mort de mon mari, eux qui lui ont appris à manger ses couilles.

688Mais la femelle parlait en vain. Et elle garda sa colère durant toute sa vie contre la sarigue et le tatou.

689Jaguar femelle cherchait de quoi manger quand, sur son chemin, elle entendit chanter ia mort de son mari. Comme Sarigue portait le collier fait avec les crocs de Jaguar, c’était elle qui chantait et la femelle l’entendit.

690JAGUAR FEMELLE : –Cette fois, je t’ai entendue. Tu l’as avoué par ta bouche. Je t’ai enfin trouvée.

691Alors, la sarigue ferma sa porte et sortit par une fenêtre. Elle s’enfuit. Elle se réfugia dans un terrier avec le tatou. Alors le jaguar femelle envoya les fourmis guerrières à leur poursuite, mais elles ne les rattrapèrent pas puisque le tatou, au fur et à mesure qu’il descendait avec la sarigue, rejetait la terre par-dessus chaque couche.

692Une fois que Jaguar eut mangé ses couilles, il se présenta à Jo’popjil, son maître, en se plaignant de la sarigue et du tatou.

693JO’POPJIL : –Menteur ! Vous êtes un grand chasseur, mais vous êtes tellement gourmand que tu manges tes couilles ! Tu n’as pas honte ! Quand il y a tant de cerfs et de lapins dans la brousse !

  • 50 Tomam l’Aîné.

694Le jaguar s’était puni tout seul. Mais Tomam50 fit le procès de Sarigue et de Tatou à cause des crocs. Il les châtia sept fois (en les fouettant) avec la queue de Jaguar.

695Il n’y a que Lapin qui ne se laisse pas attraper par Jaguar.

Conejo va a la gloria

696Conejo estaba encuevado.

697ZOPILOTE: –¡Eh, estás encuevado! Espérate, con la muerte tuya te vas a salir.

698CONEJO: –Abrete bien los ojos, señor zopilote.

699Los abrió. Conejo los echó tierra y se huyó. El zopilote regresó a la gloria con Tata Dios.

700TATA DIOS: –¿Dónde está encuevado, conejo?

701ZOPILOTE: –Allí está.

702Pero como ya no estaba allí, mataron el zopilote por orden de Tata Dios, por mentiroso. Al otro día Tata Dios mandó otro zopilote para agarrar conejo.

703ZOPILOTE: –Aquí te manda decir Tata Dios que quiere oír música.

704CONEJO: –¿Cómo me voy a encajar? No tengo alas. Si no, con mucho gusto. Es verdad que soy tocador de guitarra y que canto también. Con tal que me lleves a Tata Dios, le canto muchos versos, muchas historias.

705ZOPILOTE: –Yo sí, te puedo llevar, por orden de Tata Dios. Quiere oír qué música toca, conejo, qué versos tiene.

706CONEJO (a sí mismo): –Más bien es el último castigo. Más bien es un engaño para la muerte mía. ¡A mí qué zopilote me va a engañar! Yo soy puro zahorín (chaman punakpan). De balde veniste aquí. No es para cantar, es para tumbarme de la gloria. Para que comas tú mismo, yo te conozco la cara, zopilote mentiroso. Pero con tal que me haga zahorín, no me comes.

707Se encajó en las alas del zopilote, con su guitarra. Se fueron volando.

708ZOPILOTE: –Hombre, señor conejo, ¿todavía se mira el mundo?

709CONEJO: –Si señor, todavía se mira. (A sí mismo.) De balde me vas a tumbar en la puerta de la gloria.

710ZOPILOTE: –¿Todavía se mira el mundo?

711CONEJO: –Sí, pero apenitas. (A sí mismo:) Ahora es casi la hora de morir de conejo.

712ZOPILOTE: –¿Todavía alcanzas ver el mundo?

713CONEJO: –Ya no se ve.

714ZOPILOTE: –Cuidado conejo, que no te vayas a caer de mis alas.

715Zopilote lo tumbó en la puerta de la gloria, con todo y guitarra. Se cayó como una hoja, despacito.

716CONEJO (cayendo): –Suficiente zahorín salí. Estoy cayendo como una hoja sumada por el viento. Sólo la guitarra se me perdió. Ahora me salió suficiente enemigo el zopilote.

717Más tarde bajó el zopilote de la gloria. Volvió donde el conejo para comerlo. Conejo le pegó un macanazo en la cabeza. Lo mató. Sólo la guitarra perdió. La hamaca y la cobija les quedaron. Pero se quedó sin guitarra. Como es muy picaro lo castigaron. Con todo terminó con su enemigo. Era suficiente zahorín.

Lapin va au paradis

718Lapin était dans son terrier.

719CHAROGNARD : –Eh là ! Tu es dans ton terrier ! Attends un peu, quand tu mourras, tu en sortiras.

720LAPIN : –Ouvre bien les yeux, monsieur charognard.

  • 51 Dieu le Père est le maître des charognards. Il réside au ciel.

721Il les ouvrit. Lapin lui jeta de la terre dans les yeux et s’enfuit. Le charognard retourna au paradis, chez Dieu le Père.51

722DIEU LE PERE : –Où lapin s’est-il terré ?

723CHAROGNARD : –Il est là-bas.

724Mais comme il n’y était plus, on tua le charognard, accusé de mensonge, sur ordre de Dieu le Père. Le jour suivant, Dieu le Père envoya un autre charognard pour se saisir du lapin.

725CHAROGNARD : –Dieu le Père t’envoie dire qu’il veut entendre de la musique.

726LAPIN : –Comment vais-je arriver là-haut ? Je n’ai pas d’ailes. Sinon, ce serait avec grand plaisir. C’est vrai que je joue de la guitare et aussi que je chante. Si tu peux m’emporter chez Dieu le Père, je lui chanterai des poèmes et des histoires.

727CHAROGNARD : –Bien sûr que, moi, je peux te transporter, puisque Dieu le Père m’en a donné l’ordre. Il veut savoir quelle musique joue le lapin et quels poèmes il chante.

728LAPIN (se parlant à lui-même) : –Au pire, c’est la dernière tracasserie. C’est bien possible que ce soit une ruse pour me tuer. Mais quel charognard arriverait à me tromper, moi qui suis un authentique chaman (punakpan). Tu es venu ici pour rien. Tu n’es pas venu me chercher pour que je chante, mais pour me précipiter du haut du paradis. Parce que c’est pour ton compte que tu agis, tu as faim. Je te connais, menteur de charognard. Mais pourvu que je me conduise en chaman, tu ne peux me manger.

729Il s’installa sur les ailes du charognard avec sa guitare. Et ils s’envolèrent tous les deux.

730CHAROGNARD : –Eh bien ! Monsieur le lapin, voit-on encore la terre ?

731LAPIN : –Oui monsieur, on la voit encore. (Se parlant à lui-même :) C’est en vain que tu vas me faire tomber du haut du paradis.

732CHAROGNARD : –Voit-on encore la terre ?

733LAPIN : –Oui, mais à peine. (Se parlant à lui-même :) Et maintenant c’est presque l’heure de mourir pour lapin.

734CHAROGNARD : –Tu arrives encore à voir la terre ?

735LAPIN : –Non, on ne la voit plus.

736CHAROGNARD : –Attention, lapin, ne va pas tomber de dessus mes ailes !

737En arrivant à la porte du paradis, Charognard le fit tomber vers la terre, avec sa guitare et tout. Il se mit à tomber tout doucement, comme une feuille morte.

738LAPIN (pendant sa chute) : –Je me suis montré assez chaman. Je tombe comme une feuille soutenue par le vent. J’ai perdu seulement ma guitare. Et le charognard m’a suffisamment prouvé qu’il était mon ennemi.

739Un peu plus tard, le charognard descendit du paradis. Il retourna là où était le lapin, pour le manger. Lapin lui fracassa la tête avec un gourdin. Il le tua. Il ne perdit, dans l’affaire, que sa guitare. Son hamac et sa couverture lui étaient restés, mais il était privé de guitare. C’est que Lapin est un fieffé coquin, d’où son châtiment. Mais, en fin de compte, il se débarrassa de son ennemi : il était suffisamment chaman pour ça.

Alfonso y los mapaches...

740ALFONSO: –Maté la nana de unos mapachines; quería agarrar sus chiquitos para criarlos, más bien se metieron en la trampa. Luego los saqué de la trampa y los despaché a su amo. Les dije:

741“Mapachines muertos, Ustedes no querían que su amo los perciba vivos. Cogieron el vaho de los muertos. Quedan ahora para los zopilotes. Ustedes querían perjudicar el maíz y la caña de traspasado. Por eso es que murieron. Cuando su amo les pregunta por qué les mató Alfonso Martínez, digan que es porque estaban perjudicando, así como la nana, comiendo maíz a media noche.”

742Como el Indio es perjudicante, así también lo es el mapachín. Yo cada animal que mato le aconsejo; venados, quequeos... para cuando se presenten al amo.

Alfonso et les ratons-laveurs...52

  • 52 “Mapache” du nahuatl mapach (Procyon lotor, Allen). Animal friand de mats (N. D. E).
  • 53 Le maître des ratons-laveurs n’a pas de nom que nous connaissions autre que Jamaron. Son contremaî (...)

743ALFONSO : –J’ai tué une mère de ratons-laveurs ; c’est que je voulais capturer les petits pour les élever, mais eux aussi tombèrent dans le piège avec leur mère. Alors je les libérai du piège et les expédiai chez leur maître.53 Je leur dis :

744“Ratons-laveurs morts, vous ne vouliez pas que votre maître vous récupère vivants. Vous avez attrapé la vapeur fétide des mortels. Maintenant vous êtes bons pour les charognards. Vous vouliez saccager un peu trop le maïs et la canne à sucre. Et vous en êtes morts. Quand votre maître va vous demander pourquoi Alfonso Martínez vous a tués, répondez-lui que c’est parce que vous faisiez des dégâts, autant que votre mère, en mangeant le mais, pendant la nuit.”

745De même que l’Indien est destructeur, le raton-laveur aussi. Et moi, j’adresse toujours des conseils à chaque animal que je tue ; les cerfs, les pécaris... pour quand ils se présentent à leur maître.

Alfonso y el dueño de los peces...

  • 54 En flagrante.

746ALFONSO: –De cipote yo pescaba anguilas de noche en noche. Una vez hallé un enemigo en vez de comida. Era una anguila larga de una vara. Como una culebra me picó. Pensé que era una culebra. La trocé con mi machete “infragantemente”54 pero no la maté. Pensé que se había ahogado en el pozo de la quebrada, como estaba herida. Más rato lo conté a los viejos y volví con ellos a enseñarles donde se ahogó en el pozo para que ellos no dijeran que estaba yo contradiciendo la nación de culebras. Me eché en el pozo para sacar la culebra pero no la hallé. Se enojaron los viejos, dijeron:

747VIEJOS: –Ahora tienes que pedir perdón donde la pertenencia de la culebra, al amo. ¿Por qué te dejaste picar? ¡Cómo no vas a mirar bien! ¡Andabas durmiendo! ¡Cómo puedes andar durmiendo!

748ALFONSO: –Les dije: “Yo no vi qué animal me picó. Pero seguro era una culebra.”

749VIEJOS: –Te pegamos. Andate a buscarlo otra vez.

750ALFONSO: –Me tiré en el pozo otra vez. Entonces sí, lo saqué.

751VIEJOS: –¡Mentiroso! Es comida. ¡Es una anguila! ¡Qué culebra! Todas las noches vienes atropellar la nación anguila. Atropellas de traspasado, por eso te picó.

752ALFONSO: –Como estaba cipote, tenía yo mucho vicio de comer. Varios jóvenes andábamos pescando noche con noche. Dije a los viejos: “Ahora ya no sigo comiendo esos animales. Pero si me hubiera picado una culebra, ya estaría muerto.

753VIEJOS: –¿Cómo muerto? Mentiroso.

754ALFONSO: –Les dije: “Miren donde me picó. Así como una picada de culebra sale la sangre.”

755VIEJOS: –Es tu culpa. La nación de pescados está contra de vos. Por eso te picó la anguila. ¡Qué culebra! ¡Qué mentiroso! Más rato la anguila va a hacer una declaración en contra de vos (con el amo).

Alfonso et le maître des poissons55

  • 55 Le maître des poissons vit dans les rivières auprès de son contremaître, la loutre (“nutria”).

756ALFONSO : –Quand j’étais gamin, j’allais la nuit pêcher des anguilles. Une fois, au lieu de nourriture, j’ai trouvé un ennemi. C’était une anguille longue d’une aune. Elle me mordit, comme l’aurait fait un serpent. J’ai cru que c’était un serpent. Sur l’instant, je lui tapai dessus à coups de machette, mais sans arriver à la tuer. Je crus qu’elle s’était noyée dans le trou, au fond de la rivière, puisqu’elle était blessée.

757De retour chez moi, je racontai l’histoire aux vieux, et puis je suis revenu avec eux pour leur montrer le trou et pour qu’ils n’aillent pas dire que j’avais attaqué la nation serpent. Je me mis à l’eau dans le trou pour sortir le serpent mais je ne trouvai rien. Les vieux se fâchèrent et ils me dirent :

758VIEUX : –Maintenant, il faut que tu demandes pardon au maître du serpent. Pourquoi t’es-tu laissé mordre ? Tu ne fais donc pas attention ? Tu dormais ! Tu marches en dormant, alors !

759ALFONSO : –Je leur ai dit : “Je n’ai même pas vu quelle bête m’a mordu. Mais c’est sûr, c’était un serpent.”

760VIEUX : –Nous allons te donner une raclée. Retourne chercher l’animal.

761ALFONSO : –Je me mis à l’eau encore une fois. Et cette fois, j’en sortis la bête.

762VIEUX : –Menteur ! C’est de la nourriture. C’est une anguille ! Et non un serpent ! Tu viens toutes les nuits faire du mal aux anguilles. Tu exagères, et c’est pour ça que cette anguille t’a mordu.

763ALFONSO : –Comme j’étais un gamin, j’aimais beaucoup manger. Et nous étions plusieurs jeunes à aller pêcher nuit après nuit.

764J’ai dit aux vieux : “Désormais, je ne mangerai plus de ces animaux. Mais, si c’était un serpent qui m’avait mordu, je serais déja mort.”

765VIEUX : –Comment cela, mort ? Menteur !

766ALFONSO : –Je leur ai dit : “Voyez où elle m’a mordu. C’est comme une morsure de serpent, et il en sort du sang.”

767VIEUX : –C’est de ta faute. La nation poisson est contre vous. C’est pour ça que l’anguille t’a mordu. Un serpent, ah oui ! Menteur ! Et bientôt l’anguille va déposer une plainte au maître contre vous.

La Tierra es dueña del ronrón escarabajo)56...

  • 56 “Rondón”, nombre vulgar del escarabajo bolero. Palabra local : "ronrón”.

768ALFONSO: –El ronrón sale de la tierra. Vive trabajando el “chinchín” para que no se pierda.

769Tomam puso muchas naciones a vivir en este mundo para que nada se pierda.

770Yo no cago de balde, ni el ganado, ni el caballo... allí está el píame lup (el ronrón). Es bien cochino.

Terre est le maître du bousier...

771ALFONSO : –Le bousier vient de la terre. Il vit en façonnant la merde pour qu’elle ne se perde pas.

772Tomam fait vivre en ce monde une grande diversité de nations pour que rien ne se perde.

773Je ne chie pas pour rien, non plus que le bétail ni les chevaux... parce que le píame lup, le bousier, est là. Il est bien cochon.

El amo de las cucarachas es engañoso

774MUJER (ladina o India): –Yo no sé fregar. Usted sí sabe. Bien aseados quedan los guacales (utilizados como platos), bien bonitos, bien blanquitos por dentro.

  • 57 Totarapei : “Es pura gente, un poco pequeño, y vive en las capas de abajo.”

775TOTARAPEI (dueño de las cucarachas):57-No señora. No es yo. Me los limpian las cucarachas. Por eso están tan limpios.

776MUJER: –Regálanos una.

777TOTARAPEI: –Les doy una pareja, varón y hembra para que se vayan reproduciendo.

778Más bien las engañó. La ladina consiguió con pisto, la India las pidió regaladas. Pero en vez de limpiar, más bien las cucarachas cagaban, meaban dentro de los guacales. Totarapei las trabó.

779INDIA: –¡Cucarachas viejas cochinas - cagando lo pasan!

780Las mujeres lo pidieron, como tienen boca para hablar, ellas lo pidieron y lo consiguieron.

781Pero las abejas castigan las cucarachas. Las cucarachas cagan en la miel pero entonces se pegan allí y allí se quedan. Comen miel pero se mueren. La miel las castiga.

Le maître des cafards est un imposteur

782FEMME (Métisse ou Indienne, à Totarapei) : –Je ne sais pas laver la vaisselle. Vous, oui, vous savez le faire. Les écuelles sortent de vos mains bien récurées, bien propres, toutes blanches à l’intérieur.

  • 58 Totarapei est le maître des cafards. “C’est un nain qui vit dans une couche sous la terre.”

783TOTARAPEI (le maître des cafards) :58 –Mais non, madame. Ce n’est pas moi, ce sont les cafards qui me les nettoient. C’est pour ça qu’elles sont si propres.

784FEMME : –Fais-nous donc cadeau d’un cafard.

785TOTARAPEI : –Je vais vous en donner un couple : un mâle et une femelle, pour qu’ils puissent se reproduire.

786Mais ce fut une belle duperie. La Métisse paya pour acheter ses cafards et l’Indienne les demanda gratis. Seulement, après, au lieu de nettoyer, les cafards chiaient et pissaient dans les écuelles. Totarapei s’était moqué d’elles.

787INDIENNE : –Espèce de sales cochons de cafards qui passez votre temps à chier !

788Les femmes les avaient voulus, ces cafards. Comme elles ont une bouche pour parler, elles les demandèrent et elles les obtinrent.

789Mais les abeilles, elles, punissent les cafards. Les cafards chient dans le miel, mais alors ils s’y collent les pattes et ils y restent. Ils mangent du miel, mais ils en meurent. Le miel les punit.

El amo de las cucarachas es generoso

790Una ladina no tenía pisto para pagar una muchacha (para hacer el aseo de la casa). No tenía pisto pero tenía boca para hablar. Totarapei le dijo:

791TOTARAPEI: –Si quieres, está bien. Te doy un macho y una hembra para que se vayan reproduciendo.

792Se los dio regalados. Después las vecinas dijeron:

793VECINAS: –Sabes fregar bien. Bien aseada está tu casa.

794LADINA: –No es yo. Me la limpian las cucarachas.

795Pero el amo se burló de ella. Más rato las cucarachas en vez de limpiar más bien ensuciaron. Y un día le comieron la cara, las orejas, todo el cuerpo. La comieron toda.

796Su marido entonces cambió de casa. Quemaron la casa y él hizo otra nueva.

Le maître des cafards est bien généreux

797Une Métisse n’avait pas de fric pour payer une bonne. Elle n’avait pas de fric, mais elle avait une grande gueule. Totarapei lui dit :

798TOTARAPEI : –Si tu veux, d’accord, je te donne un cafard mâle et un cafard femelle pour qu’ils se multiplient.

799Il lui en fit cadeau. Après ça, les voisines lui dirent :

800VOISINES : –Tu sais très bien récurer. Ta maison est bien propre.

801METISSE : –Je n’y suis pour rien. Ce sont les cafards qui la nettoient.

802Mais le maître s’était moqué d’elle. Peu après, les cafards, au lieu de nettoyer, se mirent à salir. Et un jour, ils lui dévorèrent le visage, les oreilles, tout le corps. Ils la mangèrent toute entière.

803Alors son mari changea de maison. On brûla cette maison-là. Et on en fit une autre neuve.

El amo de los piojos es insidioso

804El amo de los piojos es insidioso.

805Los ladinos son piojosos. Los Indios son pulgosos. Los Liauros fabrican pulgas, piojos, niguas, chinches, “carangas” (piojo blanco)... Esta es la historia de una mujer pistera, de una mujer rica, una viejita ladina.

806LIAURO (a la viejita): –¿Por qué estás sin trabajar? Yo tengo piojos de venta, niguas de venta. ¿Por qué no los compras, para que estés trabajando, rascándolos? Hay que trabajar. Cómprame unas “carangas”, unos piojos.

807La mujer se alegró un poquito. Como tenía pisto, de todo compraba. Primero compró piojos, después pulgas. Los despachó por todos sus trapos. Compró una mancuerna de cada clase para echarlos por todas partes de su cuerpo; para estar trabajando rascándose hasta por las chiches y el culo. Más después la mujer se cansó, se enojó.

808VIEJITA: –El Liauro me engañó. Ahora me van a matar todas esas niguas, pulgas, piojos Ahora me muero, sin novedad.

809Los bichos hicieron sus nidos en las canillas de la viejita. Entonces el Liauro le aconsejó:

810LIAURO: –No hay que padecer. Mejor que muera.

811VIEJITA: –Yo tengo vaho de niguas, de “carangas”, de piojos. Por tonta voy a morir. Me aconsejaron comprarlos y era para que me muera yo. Tengo todo el cuerpo hinchado. Me están comiendo.

812Se murió.

813LIAURO: –Los ladinos son la nación muerta. Por eso yo les voy a prestar mis animalitos para que no anden bien alentados, para que mueran luego. Voy a prestarlos a las mujeres ladinas e Indias para que estén rascándose en todas partes del cuerpo cuando están trabajando. La viejita va a ser para la muerte de ellos, Indios y ladinos.

814La viejita dejó todo apuntado, para que presencian los muertos. Los que no saben leer que lo cuenten por la boca para que todos cojan consejo. Bastante cariños puso el Liauro para nosotros, los muertos.

Le maître des poux est un fourbe59

  • 59 Les Liauros, qui sont les fils de Notre Seigneur, sont des diables. C’est eux qui créent les puces (...)
  • 60 Puces pénétrantes.
  • 61 “Piojo negro”, pou de tête, et “piojo blanco”. pou de corps. Le narrateur cite ces deux sortes de (...)

815Les Métis ont des poux. Les Indiens ont des puces. Les Liauros (diables) fabriquent des puces, des poux, des chiques,60 des punaises, des “poux blancs” “carangas”)61... (Et voici l’histoire d’une femme pleine de sous, une femme riche, une petite vieille métisse.

816LIAURO (à la petite vieille) : –Pourquoi restes-tu là sans travailler ? J’ai des poux et des chiques à revendre. Pourquoi ne les achètes-tu pas, ça te donnerait du travail, à te gratter ? Il faut travailler. Achète-moi quelques poux “carangas”.

817La femme s’en réjouit un peu. Comme elle avait de l’argent, elle achetait de tout. D’abord elle acheta des poux, ensuite des puces. Elle les répartit dans tous ses vêtements. Elle acheta un couple de chaque espèce, pour s’en mettre sur tout son corps, et avoir de quoi faire, en se grattant partout, y compris les seins et le cul. Mais, au bout d’un certain temps, la femme se fatigua et se fâcha.

818PETITE VIEILLE : –Le Liauro m’a trompée. A présent toutes ces chiques, ces puces et ces poux vont me tuer. A présent, je vais mourir, pour sûr.

819La vermine fit son nid, dans les jambes de la petite vieille. Alors le Liauro lui donna un conseil :

820LIAURO : –Il ne faut pas souffrir. Mieux vaut mourir.

821PETITE VIEILLE : –J’ai attrapé la vapeur fétide des chiques, des poux blancs et des poux noirs. Je vais mourir pour avoir été bête. On m’a conseillé de les acheter, et c’était pour que j’en meure. J’ai tout le corps enflé. Ils sont en train de me dévorer.

822Et elle mourut.

823LIAURO : –Les Métis sont la nation mortelle. C’est pour ça que je vais leur prêter mes petits animaux, pour qu’ils ne soient pas en trop bonne forme et qu’ils en meurent. Je vais les prêter aux femmes métisses et indiennes pour qu’elles passent leur temps à se gratter partout pendant qu’elles travaillent. La petite vieille sera cause de leur mort à tous, Indiens et Métis.

824La petite vieille laissa tout cela par écrit, pour que les morts en soient témoins. Ceux qui ne savent pas lire, qu’ils le racontent, pour que tous en tirent la leçon. Le Liauro a vraiment été trop gentil pour nous, les morts.

Notes

1 A propos de la notion de la “Terre-mère” chez les Indiens d’Amérique du Sud, voir par exemple Hatt (1951, p. 879). Frazer (1926, p. 431) signale chez les Indiens Klamath d’Amérique du Nord la même idée.

2 Nasua narica. (N. D. E.).

3 Pécaris à collier et pécaris à lèvres blanches (N. D. E.).

4 “Pavillas”. Probablement Penolope purpurascens ou Penelopina negra, oiseaux sauvages de l’ordre des Galliformes (N. D. E.).

5 Tsëncley est un des maîtres du gibier.

6 Les Tolupan enterrent leurs chiens surtout quand ils les ont beaucoup aimés et qu’ils ont été de bons chasseurs.

7 Tomam Pones Papawaï.

8 C’est Tomam Grand-Père qui parle et pour lui, dans son ciel, cent ans font un jour, donc cinquante ans une demi-journée.

9 Nord-Américains.

10 Tomam Pones Papawaï.

11 La Tierra.

12 Voir Thompson (1970, p. 165) pour des données comparatives de l’animisme chez certains groupes maya.

13 “Barro”, terre argileuse pour la fabrication des poteries (N. D. E.).

14 Saíno Jamayon est le maître des pécaris à lèvres blanches.

15 Tsëncley est le maître d’une partie du gibier.

16 Jo’popjil est le maître des cerfs.

17 Les Métis dépendent de Dieu le Père.

18 Les maîtres des animaux sauvages.

19 Cf. mythe “La mort des Indiens”.

20 Le puma ou "león americano” (Felis concolor) a le pelage de la même couleur que le lion, mais n’a pas de crinière (N. D. E.).

21 En este mito, Alfonso designa el puma con la palabra “tigre” o “tigre de león”. En otros mitos, usa la palabra “tigre colorado”.

22 Autrefois, au temps de la Première Nation, les animaux parlaient. Et maintenant, les animaux ne parlent plus, mais ils comprennent ce qu’on leur dit.

23 Pécaris à collier.

24 Singe hurleur : Alouatta villosa palliata Gray (N. D. E.).

25 Crax rubra = “el faisan” (N. D. E.).

26 Penelope purpurascens ou Penelopina negra (N. D. E.).

27 Colombidés non déterminés (N. D. E.).

28 “Caucel”, nahuatlisme signifiant “tigre de árbol”. On l’appelle communément “tigrillo” ou “gato montés” : Felis pardal is L. (N. D. E.).

29 Il s’agit d’un oiseau de proie de grande taille, peut-être la harpie féroce, Harpia harpyja (N. D. E.).

30 Nasua narica.

31 “Onza”, pu’p. Le mot “onza” est employé en différentes régions du Mexique et d’Amérique Centrale pour désigner divers carnassiers de la famille des Félidés ou des Mustélidés. Dans le cas présent, nous supposons qu’il s’agit du margay, Felis wiedii, petit félin au pelage tacheté, moins grand que l’ocelot (N. D. E.)

32 “Palomas de cuello colorado”, tikme. Probablement Columba cayennensis (N. D. E.).

33 “Zunteco”, abeille noire du Honduras dont le miel a la réputation d’avoir des effets intoxicants si on en absorbe trop.

34 Abejas silvestres.

35 “Comelón”, usual en Centroamérica en lugar de “comilón” (N.D.E.).

36 “Carga”. Unité de mesure encore employée dans les régions rurales et équivalant en général à 60 “libras” ou 27,6 kg.

37 “Tentations”. Ce sont les Liauros ou diables qui cherchent à voler l’âme des gens qui viennent de mourir.

38 “Calabaza”. Ce mot désigne en général les courges, mais il est employé occasionnellement pour désigner les gourdes et les écuelles en écorce de gourde. Dans ce sens on dit plutôt “calabazo” (N. D. E.).

39 Ayotes = calabazas.

40 Non identifié.

41 Arbre non identifié.

42 Plante médicinale, Justicia pectoralis, très appréciée des Indiens et des Métis, surtout pour soigner les morsures de serpents.

43 “Barba amarilla”, serpent trigonocéphale de la famille des Crotalidés, Bothrops asper, communément appelé en espagnol “Nouyaca Real”. C’est un serpent très venimeux. Sa mâchoire inférieure est couverte d érailles de couleur jaunâtre,ce qui explique le nom que lui donnent les Indiens Jicaques (N. D. E.).

44 Antonio le muet était le fils du “cacique” Juan Martinez.

45 Lo Chim Jamayon est le maître des serpents, des tatous ainsi que des sarigues et des pacas.

46 Trigonocéphale.

47 La sarigue, en espagnol “zarigüeya”, est désignée au Mexique par le mot “tlacuache”, du nahuatl : “tlacuatzin”. Variante mésoaméricaine : “tacuacín”, et variante insolite : “tacuachín” (N. D. E.).

48 “Coyol”. Mot d’origine nahuatl (coyolli) désignant les fruits ronds et durs d’une espèce de palmier (Acrocomia mexicana Karw.) et par extension, l’arbre lui-même. Désigne également les testicules. Jeu de mot intraduisible en français (N. D. E.)

49 Fourmis insectivores du genre Eciton (N.D.A.).

50 Tomam l’Aîné.

51 Dieu le Père est le maître des charognards. Il réside au ciel.

52 “Mapache” du nahuatl mapach (Procyon lotor, Allen). Animal friand de mats (N. D. E).

53 Le maître des ratons-laveurs n’a pas de nom que nous connaissions autre que Jamaron. Son contremaître est la harpie féroce tsitsih - pine.

54 En flagrante.

55 Le maître des poissons vit dans les rivières auprès de son contremaître, la loutre (“nutria”).

56 “Rondón”, nombre vulgar del escarabajo bolero. Palabra local : "ronrón”.

57 Totarapei : “Es pura gente, un poco pequeño, y vive en las capas de abajo.”

58 Totarapei est le maître des cafards. “C’est un nain qui vit dans une couche sous la terre.”

59 Les Liauros, qui sont les fils de Notre Seigneur, sont des diables. C’est eux qui créent les puces, les poux, les chiques, les punaises. Ils en sont les maîtres comme ils sont les maîtres de la chouette (“lechuza”) et de quelques autres rapaces nocturnes.

60 Puces pénétrantes.

61 “Piojo negro”, pou de tête, et “piojo blanco”. pou de corps. Le narrateur cite ces deux sortes de poux (N. D. E.).

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search