Version classiqueVersion mobile

Les enfants de la mort

 | 
Anne Chapman

Chapitre 2. Les cieux

Texte intégral

Los Tomams truenan

1El Jefe Mayor truena en junio, julio y agosto Ve que su mujer está moliendo maíz y dice:

2JEFE MAYOR: –Mi mujer está trabajando. Yo también voy a trabajar. Voy a tronar para que me oigan los muertos.

3Cuando la mujer trabaja, el hombre no puede estar de balde. Cuando de junio a agosto truena es que Tsik’in Tomam está trabajando allá arriba (en el este). Cuando truena en septiembre y octubre Tyaj Tomam está trabajando allá abajo (en el oeste) para tumbar las cosechas.

Les Tomam tonnent

4Le Premier Chef tonne en juin, juillet et août. Comme il voit que sa femme est en train de broyer le maïs, il se dit :

5PREMIER CHEF : –Ma femme est au travail. Alors, moi aussi, je vais travailler. Je vais tonner pour que les morts m’entendent.

6Lorsque la femme travaille, l’homme ne doit pas rester sans rien faire. Le tonnerre en juin, juillet, août, c’est le travail de Tsik’in Tomam, tout là-haut, dans le ciel de l’Est.

7En septembre et octobre, Tyaj Tomam tonne d’en bas, de l’Ouest, et c’est pour gâter les récoltes.

La Mazorquita se queja

8Nompwinapü’ü se enoja cuando doblamos el maíz tierno. Por eso, si uno lo hace debe esconder las matas debajo del monte para que Nompwinapü’ü no se de cuenta. El maíz seco se queja mucho de los muertos pero el maíz tierno todavía más peor se queja. Dice al amo:

9MAIZ TIERNO: –¿Por qué el Indio me dobló ya? Todavía estoy tiernito. Sólo dos meses tengo. Yo no quiero vivir en la troje. Quiero estar parado en la milpa. El Indio me dobló antes de la hora. Sólo tiene derecho a doblarme cuando estoy seco, viejo.

10NOMPWINAPU’U: –Si quieres vivir más, ándate a pedir permiso donde mi padre, para vivir en su milpa.

11Se fue y llegando Tomam Pones le dice:

12TOMAM PONES: –Andate por allí; allí está mi milpa. Yo no te voy a lograr cuando todavía estás floreando. No te voy a quitar las tusas.

13Tomam tiene maíz seco, maíz entrojado, maíz tierno todo el año. Puede hacer atole cuando quiere.

14Las raicitas también se quejan cuando las sacamos celeques. Pero esto sólo lo hacemos cuando los quequeos y las guatusas golosean mucho, para que no las coman todas y nos dejen sin nada. Estos mentados animales no tienen derecho de comer todos los trabajos de los muertos pero lo hacen a veces. ¿Por qué no golosean donde sus amos?

L’Epi de Maïs se plaint

  • 1 Coutume très répandue chez les Indiens du Mexique et d’Amérique Centrale qui pensent ainsi, semble (...)

15Nompwmapu’ü se fâche si nous plions la tige de l’épi encore vert tête en bas.1 Si on veut le faire, il vaut mieux cacher les plants sous le couvert de la brousse. Alors, Nompwinapü'ü ne se rend compte de rien. Le maïs mûr se plaint beaucoup des morts, mais le maïs vert encore bien davantage. Il dit à son maître :

16MAIS VERT : –Pourquoi l’Indien a-t-il déjà courbé ma tige ? Je suis encore tendre. Je n’ai que deux mois. Je ne suis pas pressé d’aller au grenier. Je veux rester dressé bien droit dans le champ. L’Indien ne devrait me replier que lorsque je suis sec et vieux, pas avant.

17NOMPWINAPU’U : –Si tu veux vivre plus longtemps, va trouver mon père. Va lui demander de vivre dans son champ.

18Il partit là-haut, et Tomam Pones lui dit :

19TOMAM PONES : –Tu peux venir. Voici mon champ. Je n’abuserai pas de toi tant que tu es encore en fleurs. Je ne te dépouillerai pas non plus des feuilles qui te protègent.

20Tomam possède du maïs bien sec, du maïs engrangé, et du maïs vert toute l’année. Il peut faire de la bouillie de maïs quand il veut.

21Les patates douces se plaignent aussi lorsque nous les arrachons avant qu’elles ne soient mûres. Mais nous ne faisons cela que si les pécaris et les agoutis se mettent à les rechercher. Parce qu’alors ils les mangent toutes et ne nous laissent rien. Nous sommes bien obligés de les déterrer pour les sauver. Ces sacrés animaux n’ont pas le droit de manger toutes les cultures des morts et pourtant ils le font parfois. Pourquoi ne s’empiffrent-ils pas chez leurs maîtres ?

Viejito va al cielo

22NOMPWINAPU’U: –¿Quiéres ser mi cuñado? Yo tengo muchas hermanas... Pero ahora me acuerdo, te portaste mal con yo y siempre no te las voy a presentar.

23VIEJITO: –¿De veras me porté mal? Pero yo quiero ver tus hermanas. Tal vez vas a abogar por mí. Yo quiero vanear con tus hermanas. De veras las quiero conocer.

24Nompwinapü’ü lo perdonó. Lo llevó al otro mundo. El Viejito llegó allá bien jovencito, como allá todo es malomsano. Llegando, pidió conocer las muchachas pero lueguito se enojó con ellas.

25VIEJITO: –Las mujeres de aquí son muy habladoras.

26Se ofendieron las hijas de Tomam. Se enojaron las mujeres.

27MUCHACHAS: –Esta nación de muertos salió muy habladora. Pues ahora, vete a tu tierra.

28VIEJITO: –¡Cómo me van a correr! No soy perro. Pero si me quieren dominar, que me dominen.

29Más rato.

30VIEJITO: –¡Eh! ¿Por qué se enojan tanto?

31TOMAM (a Nompwinapü’ü): –¿Por qué andas paseando este Indio hablador, Indio chismoso?

32NOMPWINAPU’U: –No te enojes, papi. Yo lo voy a dejar en su tierra. Salió muy chismoso, es cierto. Habló contra las mujeres.

33Entonces Nompwinapü’ü convino en ir a dejar el Viejito a la tierra. Nompwinapü'ü quería abogar por el Indio, para que tuviera de mujer una de las hijas de Tomam, una mujer malomsana para que no muriera él.

34TOMAM (al Viejito): –¡Hablaste contra las mujeres! ¡Viniste a ofender donde yo! ¿Quién te lo enseñó? El malomsano (inmortal) es hablador pero el muerto es más peor. Ahora ándate a vanear las mujeres de los muertos.

35MUCHACHA (una hija de Tomam): –¡Los hombres de los muertos hablan mal! Cómo se atreve hablar mal de las mujeres malomsanas.

36MADRE: –¿Por qué te ofendiste, hija? ¿Dónde vas a hallar un marido bueno? Todos tienen la misma verga.

37HIJA: –Ahora ya no me comprometo con un muerto, como éste me ofendió. No voy a vanear con él. Me faltó muy feo.

38MADRE: –¡Hablas mucho! ¡Te voy a pegar!

39TOMAM: –Me tropezó a mí, ¡el padre! ¡Es un muerto muy malcriado!

40NOMPWINAPU’U: –No tienes derecho de tocar a este muerto, ni echarlo en la cárcel. Aquí no hay cárcel para los muertos. Yo voy a avisar a su cacique en la tierra que este Viejito molestó mucho en la casa del Jefe Mayor. Como yo tengo la culpa por haberlo traído, castígame a mí, al Viejito no. Vino a atropellar la casa de mi papi, de mi nana. No pensé que iba a salir hablador.

41TOMAM: –Está bueno. Es cierto, yo tengo derecho a castigarte pero una vez te perdono. Anda ahora a dejar este hablador en su tierra.

42Así fue. Nompwinapü’ü vino a dejar el Viejito a la tierra.

Petit Vieux va au ciel

43NOMPWINAPU’U : –Tu veux devenir mon beau-frère ? J’ai beaucoup de sœurs... Mais au fond, je me souviens, tu m’as causé beaucoup d’ennuis autrefois. Je crois bien que je ne vais pas te les présenter.

44PETIT VIEUX : –Je t’ai vraiment causé du tort ? Je veux quand même connaître tes sœurs. Tu devrais plaider en ma faveur. Je voudrais faire ma cour à tes sœurs. C’est vrai, je veux faire leur connaissance.

45Nompwinapü’ü se laissa convaincre. Il l’emmena dans l’autre monde. Quand il arriva, le Petit Vieux était tout jeune homme, car, dans l’autre monde, tout est immortel. A peine arrivé, il voulut faire la connaissance des filles, mais se disputa aussitôt avec elles.

46PETIT VIEUX : –Les femmes d’ici sont bien cancannières.

47Les filles de Tomam se vexèrent. Elles se mirent en colère.

48FILLES : –Cette nation des morts est vraiment mal embouchée. Tu n’as qu’à retourner dans ton pays.

49PETIT VIEUX : –Vous voulez me chasser ? Je ne suis pas un chien. Mais si vous voulez me posséder, essayez toujours.

50Un peu plus tard :

51PETIT VIEUX : –Eh ! Pourquoi elles se fâchent comme ça ?

52TOMAM (à Nompwinapü’ü) : –Pourquoi traînes-tu avec toi ce blagueur d’Indien, cette mauvaise langue ?

53NOMPWINAPU’U : –Ne te fâche pas, papa. Je vais le renvoyer chez lui. C’est vrai que c’est une bien mauvaise langue. Il a insulté les femmes.

54Et Nompwinapü’ü accepta de ramener Petit Vieux sur la terre. Il aurait voulu pouvoir le défendre, pour qu’il épouse une des filles de Tomam, une femme immortelle, et comme ça, il ne mourrait plus, lui non plus.

55TOMAM (au Vieux) : –Tu as insulté mes filles ! Tu es venu m’offenser, chez moi ! Qui t’a appris à faire cela ? Les immortels sont médisants, mais les morts sont bien pires. Eh bien ! Maintenant, tu n’as qu’à aller faire ta cour aux femmes des morts.

56FILLE DE TOMAM : –Les morts sont invivables ! Comment osent-ils critiquer les femmes immortelles ?

57MERE : –Pourquoi cette fâcherie, ma fille ? Où veux-tu trouver un bon mari ? Ils ont tous la même verge.

58FILLE : –De toutes façons, je ne veux plus rien avoir à faire avec les morts. Car celui-là m’a offensée. Je n’en veux pas comme mari. Il m’a traitée plus bas que terre.

59MERE : –Tu parles trop, je vais te battre.

60TOMAM : –Mais moi, le père, il m’a trouvé ! C’est un mort très grossier.

61NOMPWINAPU’U : –Tu n'as pas le droit de t’en prendre à ce mort, ni de le mettre en prison. De toutes façons, il n’y a pas ici de prison pour les morts. Je vais avertir son chef, sur la terre, que ce Petit Vieux est venu mettre le désordre chez toi, le Premier Chef. Mais, c’est moi le coupable puisque c’est moi qui l’ai introduit ici. C’est moi que tu dois punir pour avoir troublé l’ordre dans la maison de mon père et de ma mère. Mais je n’imaginais pas qu’il serait aussi mal élevé.

62TOMAM : –Bon, Tu as raison. C’est vrai que je pourrais te punir, mais, pour cette fois, je te pardonne. Va-t’en reconduire ce malappris chez lui.

63Ainsi fut fait, et Nompwinapü'ü ramena le Petit Vieux sur la terre.

Tomam Menor se porta mal

64Un Indio informó mal, chismeó con Tomam Menor. Le contó:

65INDIO: –Me mataron, por eso me morí.

66TOMAM MENOR: –¡De tu gusto te moriste! No te ocupo aquí. Muertos chismosos no me gustan. Estuviste vaneando mujeres de otra nación, por eso te moriste, yo lo sé. Estás informando contra tus compañeros. Por tu culpa voy a castigar a todos los muertos.

67Entonces Tomam Menor manda un telegrama al Jefe Mayor diciéndole que hay que castigar a los muertos. Y en seguida manda agua traspasada a la tierra y ordena el Temblor que haga temblar el mundo. Tomam Menor sólo tiene permiso para castigar a los muertos, no para castigar a los animales; los jabalís, los quequeos, las dantas, los tigres. Pero como ellos andaban por las quebradas se ahogaron muchos. También se ahogaron algunos ladinos que vivían cerca. Como los Indios viven por los cuchillos altos, no se ahogó ninguno.

68El amo de los jabalís, Tsëncley (amo de los quequeos y otros animales) y Tsets’em (el de las dantas) se presentaron a Tomam Pones diciendo:

69AMOS: –¿Por qué no ordena que se paren las lluvias para que no se pierdan más de las naciones de nosotros?

70TOMAM MAYOR: –¿De dónde salió este agua traspasado?

71Mandó llamar a Jívaro a quien le preguntó:

72TOMAM MAYOR: –¿Por dónde salió tanta lluvia? ¿Saldría por donde el Jefe Segundo?

73JIVARO: –Debe ser. ¿Pero por chismes de quién?

74JEFE MAYOR: –Por culpa de los muertos, seguro.

75AMO DE LOS PECARIS: –Ya todas las quebradas se rompieron. Quedaron muchos muertos: dantas, tigres, jabalís. Todos muertos por el agua.

76El Jefe Mayor se enojó de lo que pasó. Dijo:

77JEFE MAYOR: –Voy a mandar mi hijo a espiar, a traerme cuenta de lo que pasó.

78Al llegar al mundo Nompwinapü'ü se fue en seguida al domicilio del amo de los pécaris, Saíno Jamayon. Nuestro Señor (su yerno) le salió a saludar.

79NOMPWINAPU’U: –¿Dónde están esos jabalís ahogados por las lluvias?

80NUESTRO SEÑOR: –El patrón está muy enojado.

81NOMPWINAPU’U: –Bueno. Yo voy a mandar cinco testigos para ver si es cierto que tantos animales se perdieron.

  • 2 “Jute”: caracol de río. “Pacuca”: fruta de un palmero.

82Todo un hato se ahogó. El Jefe Segundo aplicó mal la ley. ¿Por qué hacía eso? Sólo tiene derecho de ahogar a los Indios. Esos animales no andan pidiendo la muerte. Los pécaris viven a su gusto, excavando, buscando su comida por las quebradas, jutes, pacuca.2 Tigres también se ahogaron, como andan por las huellas de los pécaris. Los venados no se ahogaron como sólo se quedan un rato por las quebradas: toman agua y luego se van.

83Nompwinapü’ü volvió donde su padre para dar cuenta.

84NOMPWINAPU’U: –Es puro criminal lo que ha hecho mi tío. ¿Por qué hace caso a un chismoso muerto?

85JEFE MAYOR: –Me vas a traer maniatado a tu tío. ¿Por qué hace esas cosas? Por culpa de él se perdieron varias naciones.

86Trajeron al Jefe Menor y el Temblor amarrados y los echaron en la cárcel. Las sobrinas (hijas de Tomam Mayor) les dieron de comer.

87TOMAM MAYOR: –Mirad mi hermano, ¡no tienes vergüenza, estás comiendo mucho! ¿No tienes pena? Ahogaste muchos quequeos, muchos jabalís.

88TOMAM MENOR: –No lo vuelvo a hacer. Desde ahora en adelante sólo castigo los muertos habladores. Llegan donde yo quejándose, chismeando...

89Mientras tanto, Jívaro se fue a pedir al amo un jabalí, para comer.

90JIVARO: –Dame un jabalí para comer.

91AMO: –¿Sois muerto vos?

92JIVARO: –No señor.

93Se altercaron. Se enojaron.

94JIVARO: –No, no soy un muerto. ¿Acaso vas a hacer una declaración contra yo?

95AMO: –Sólo los muertos tienen derecho a comer jabalís. Si no eres un muerto, ¿para qué vienes a molestar? Los malomsanos no tienen derecho.

96JIVARO: –Ayer miré muchos pécaris muertos. Por eso me vine a pedir uno. No los podrán comer todos.

97AMO: –No. Sólo me han quedado algunos chiquitos, flaquitos.

98JIVARO: –¿Por qué ofendes el auxiliar de Tomam? Sólo te pedí uno. Te voy a llevar amarrado donde el Jefe Mayor.

99AMO: –No te ofendas. Ahora estamos con oua cosa. Mis jabalís y los animales de Tsets’em y de Tsëncley están muertos, ahogados. ¿Por qué pidió el Jefe Segundo tas lluvias traspasadas? ¿Por qué no tuvo paciencia?

100JIVARO: –Ya lo echaron en la cárcel.

101Al otro día vino el hijo del Jefe Segundo donde Tomam Mayor.

102HIJO DE TOMAM MENOR: –Vengo a abogar por mi padre. Mi padre fue engañado por un MUERTO chismoso. Por eso mandó la lluvia traspasada. ¿Por esta vez lo van a perdonar?

103TOMAM MAYOR: –Tu eres mi sobrino mayor. Tienes derecho a hablar por tu padre. Los menores no tienen derecho, sólo los mayores. Vete a cuidar a tu padre. Cuando llegan muertos chismosos donde ustedes, tu padre debería avisarme bien para que no vuelva a hacer un mal. Si vuelve a hacer mal, morirá en la cárcel. Ya, por esta vez, lo voy a despachar contigo. No lo castigo más.

104Así fue. En este mundo hay ley. En el otro mundo hay ley. Este mundo no se compone pero el otro mundo sí.

Tomam le Cadet se conduit mal

105Un Indien raconta des blagues à Tomam le Cadet. Il lui affirma :

106INDIEN : –Ils m’ont tué, c’est pour ça que je suis mort.

107TOMAM LE CADET : –Tu es mort parce que tu l’as bien voulu ! Je ne veux pas de toi ici. Les morts faiseurs d’histoires ne me plaisent pas. Tu es allé courtiser les femmes d’une autre nation, tu es mort pour ça, je le sais. Tu te plains de tes compagnons : par ta faute, je vais punir tous les morts.

  • 3 “Quequeo” — pécari à collier et “jabali” = pécari à lèvres blanches. Le narrateur nomme les deux e (...)

108Alors Tomam le Cadet envoie un télégramme au Premier Chef, pour l’avertir qu’il va devoir châtier les morts. En même temps, il expédie sur terre des pluies torrentielles et ordonne à Tremblement de Terre de secouer le monde. Or, Tomam le Cadet a le droit de punir les morts mais non pas les animaux. Il ne peut s’en prendre aux pécaris,3 aux tapirs, aux jaguars. Mais, comme la plupart d’entre eux erraient au fond des ravins, près des rivières, beaucoup se noyèrent. Quelques Métis qui vivaient par là se noyèrent également. Quant aux Indiens, comme ils vivent sur les hauteurs, aucun d’eux ne fut noyé.

  • 4 Tsëncley est le maître des pécaris à collier.

109Le maître des pécaris, Tsëncley4 et Tsets’em, le maître des tapirs, allèrent se plaindre à Tomam l’Aîné. Ils lui déclarèrent :

110TSENCLEY et TSETS’EM : –Pourquoi n’ordonnes-tu pas que les pluies cessent afin que nous ne perdions pas davantage d’animaux ?

111TOMAM L’AINE : –D’où vient toute cette pluie torrentielle ?

  • 5 Tsik’in Jívaro, le messager du ciel oriental.

112Il fit appeler Jívaro5 et lui demanda :

113TOMAM L’AINE : –D’où sort toute cette pluie ? Ça vient du Second Chef ?

114JIVARO : –Sûrement, mais par la faute de qui ?

115TOMAM L’AINE : –Par la faute des morts, c’est sûr.

116MAITRE DES PECARIS : –Déjà, toutes les rivières ont débordé. Il y a beaucoup de morts : des tapirs, des jaguars, des pécaris, qui se sont noyés.

117Premier Chef se mit en colère. Il décida :

118TOMAM L’AINE : –Je vais envoyer mon fils chez les morts et qu’il me fasse un rapport sur ce qui s’est passé.

  • 6 Saíno Jamayon est le maître des pécaris à lèvres blanches.

119Arrivé sur terre, Nompwinapü’ü alla tout droit chez Saíno Jamayon, le maître des pécaris.6 Notre Seigneur (son gendre) s’avança pour le recevoir.

120NOMPWINAPU’U : –Où se trouvent ces pécaris noyés par les pluies ?

121NOTRE SEIGNEUR : –Le patron est très en colère.

122NOMPWINAPU’U : –Bien. Je vais envoyer cinq témoins pour voir si c’est vrai que tant d’animaux se sont perdus.

123Tout un troupeau était noyé. C’est que le Second Chef avait fait mauvais usage de la loi. Pourquoi avait-il fait cela ? Il ne devait noyer que les Indiens. Ces animaux ne méritaient pas la mort. Les pécaris vivent tranquilles, grattant la terre, cherchant leur nourriture le long des rivières. Des jaguars se sont aussi noyés parce qu’ils suivaient les pécaris à la trace. Quant aux cerfs, ils ne sont pas noyés uniquement parce qu’ils ne s’attardent pas aux bords des rivières : ils boivent et puis ils s’en vont.

124Nompwinapü’ü alla rendre compte à son père.

125NOMPWINAPU’U : –Ce qu’a fait mon oncle est vraiment criminel. Pourquoi croit-il tout ce que raconte n’importe quel mort médisant ?

126TOMAM L’AINE : –Tu vas m’amener ton oncle, pieds et poings liés. Qu’est-ce qui lui prend ? Par sa faute, de nombreuses nations ont péri.

127Ils amenèrent Tomam le Cadet et Tremblement de Terre ligotés et ils les jetèrent en prison. Les filles de Tomam l’Aîné leur apportèrent à manger.

128TOMAM L’AINE : –Eh bien, mon frère, tu n’as pas honte de manger avec tant d’appétit ? Tu n’éprouves pas de remords d’avoir noyé tant de pécaris ?

129TOMAM LE CADET : –Je ne recommencerai pas. A partir de maintenant, je ferai attention de ne punir que les méchantes langues. Ils arrivent chez moi pour se plaindre, pour calomnier...

130Pendant ce temps, Jívaro s’en fut demander au maître un pécari.

131JIVARO : –Donne-moi un pécari à manger.

132MAITRE : –Etes-vous un mort ?

133JIVARO : –Non, monsieur.

134Ils se disputèrent et se fâchèrent.

135JIVARO : –Non, je ne suis pas un mort. Est-ce que, par hasard, tu vas porter plainte contre moi, à cause de cela ?

136MAITRE : –Les morts seuls ont le droit de manger des pécaris. Si tu n’en es pas un, pourquoi viens-tu m’embêter ? Les immortels n’y ont pas droit.

137JIVARO : –Hier, j’ai vu beaucoup de pécaris morts. C’est pour ça que je suis venu en demander un. Vous ne pourrez pas les manger tous.

138MAITRE : –Ne crois pas ça... il ne m’en reste plus que quelques-uns, petits et tout maigres.

139JIVARO : –Pourquoi offenses-tu l’assistant de Tomam ? Je t’ai juste parlé d’un pécari. Je vais te tramer jusque chez le Premier Chef, après t’avoir ficelé.

140MAITRE : –Ne te fâche pas comme ça. Tiens, parlons d’autre chose. Mes pécaris et les bêtes de Tsets’em et de Tsëncley sont tous morts noyés. Dis-moi, pourquoi le Second Chef a-t-il fait tomber toutes ces pluies torrentielles ? Pourquoi a-t-il perdu patience ?

141JIVARO : –On l’a mis en prison pour ça.

142Le lendemain, le fils du Second Chef vint voir Tomam l’Aîné.

143FILS DE TOMAM LE CADET : –Je viens plaider pour mon père qui a été trompé par un mort médisant. C’est à cause de cela qu’il a précipité de grosses pluies sur la terre. Pour cette fois, vous allez lui pardonner, n’est-ce pas ?

144TOMAM L’AINE : –Tu es l’aîné de mes neveux, et tu as le droit de défendre ton père. Les fils cadets n’ont pas ce droit ; les aînés, oui. Va prendre soin de ton père, et, lorsque vous arrivent des morts médisants, que ton père me prévienne plutôt que de recommencer à faire des bêtises. S’il recommence, il mourra en prison. Mais, pour cette fois, je vais le renvoyer avec toi, sans le punir davantage.

145Ainsi fut fait.

146Dans notre monde la loi existe, dans l’autre monde aussi. Mais notre monde ne s’arrange pas pour autant, tandis que le monde immortel, lui, peut s’améliorer.

COMMENTAIRE

147Tomam prête ses animaux sauvages aux Indiens et Dieu le Père prête son bétail aux Métis.

148C’est du temps de la Première Nation que Tomam l’Aîné ordonna aux maîtres de créer les animaux, car, dit Alfonso : “Les mortels ne savent fabriquer aucun animal, même pas un poulet”.

149Les maîtres ou patrons des animaux sont donc des dieux secondaires aux ordres de Tomam. Ils ont presque tous apparence humaine ; certains sont aussi petits que des nains, d’autres sont géants. La langue jicaque désigne les maîtres des animaux sauvages par un terme général : Jamayon.

150Les maîtres sont mariés et nous connaissons certaines de leurs femmes : celle du maître des pécaris par exemple, ou celle du maître des abeilles ou du maître des tapirs.

151Les maîtres vivent en famille dans des grottes, dans la première couche sous terre. Ils ont des maisons, ils gardent leurs animaux dans des enclos quand ils ne veulent pas qu’ils aillent sur la terre.

  • 7 La Montaña de la Flor présente un relief karstique et on y trouve donc de nombreuses grottes. Les (...)

152Les maîtres entassent les os de leurs animaux morts à l’entrée de leurs grottes. Et les chasseurs ne doivent pas s’en approcher.7

153Certains maîtres ont plusieurs espèces d’animaux à leur charge. Chaque maître est assisté par un ou plusieurs contremaîtres (“marítomos”). Comme les maîtres, il arrive que certains contremaîtres aient à surveiller plusieurs espèces d’animaux. Mais tandis que les maîtres sont des êtres mythiques, les contremaîtres sont des animaux réels, généralement des félins ou des rapaces, reconnus comme les plus grands ennemis de l’espèce citée. Il n’y a pas conrrespondance stricte pour la même espèce entre les maîtres et les contremaîtres.

  • 8 Voir : “Les étoiles sont des singes”.

154Le contremaître garde l’entrée des grottes pour empêcher les animaux de s’échapper, et il les accompagne sur terre pour les surveiller quand ils sortent. Quand il fait jour sur terre, c’est la nuit sous terre comme au ciel.8

155De temps en temps, le maître permet au contremaître de tuer un animal pour se nourrir, encore que, la plupart du temps, le contremaître chasse en cachette. Naturellement, le maître mange ses propres animaux et il lui arrive de les tuer pour les châtier.

156Quand un animal meurt, son maître le reçoit, c’est-à-dire qu’il recueille son “âme”, car le maître est à la fois le protecteur et le gardien de l’espèce animale, et de chaque animal en particulier.

157Quand les maîtres envoient leurs animaux se nourrir sur terre, il s’établit un rapport d’équilibre entre bêtes et hommes. L’animal, pour manger, se permet de saccager les cultures des humains. L’homme, lui, a le droit de tuer les animaux, mais uniquement pour s’en nourrir. Si un homme tue sans nécessité, le maître se venge en lui faisant arriver un accident mortel.

  • 9 Pour un même concept, voir Hackel (1959, p. 66) ; Zerries (1962, p. 380) ; Hallowell (1960, pp. 46 (...)

158Les animaux blessés se réfugient auprès de leur maître qui les soigne et les guérit.9

159“Chaque animal, aussi petit soit-il”, disent les Indiens, “a un maître pour le protéger, afin que le chasseur ne tue pas plus que permis”.

  • 10 Voir Thompson (1932, pp. 141-142 ; 1958, pp. 146-147 ; 1970, pp. 308-309), qui mentionne la même i (...)

160Les Indiens ont coutume de demander permission et de s’excuser auprès du maître avant ou après avoir tué un animal. Ils lui expliquent que c’est seulement par nécessité qu’ils tuent.10

  • 11 Cette coutume est très répandue chez les chasseurs du monde entier. Guiteras Holmes (1961, p. 26) (...)

161Ils accrochent à l’intérieur de leur maison, à un des piliers, les crânes et les os longs des animaux de grande taille ou de taille moyenne qu’ils ont tués. Les petits os sont également accrochés avec les autres, gardés dans une spathe de maïs. Les os des petits animaux ne sont pas conservés. Nous n’avons pas observé plus de deux piliers de la maison pour suspendre les ossements. Si l’on n’observe pas cette marque de respect, on risque de ne plus pouvoir tuer d’animaux de l’espèce en question.11

Los jívaros vigilan a los MUERTOS...

162ALFONSO: –Tomam manda los Jívaros a visitar a los muertos. Vienen a este mundo volando sobre una tabla, cuando está silenciosa la noche, obscura. Tomam los manda cuando sopla un poquito el viento. Se arriman encajados en las cuatro esquinas del techo. Dos Jívaros vienen juntos, dos de arriba (del este), los Tsik'in Jívaros, y otros dos de abajo (del oeste), los Tyaj Jívaros. Vienen a escuchar lo que están diciendo los muertos. A ver qué tal se están portando; si se están pleiteando el hombre y la mujer o si se están portando bien. Si se están portando bien, los Jívaros no los llevan. Pero de lo contrario, los Jívaros van a dar cuenta a Tomam. Llevan el muerto cuando Tomam lo quiere conocer.

163Portándose bien uno puede durar más ahitos.

Les Jívaros surveillent les morts...

164ALFONSO: –Les Tomam envoient les Jívaros en visite chez les morts. Ils arrivent dans ce inonde en volant sur des planches, pendant les nuits calmes et sans lune. Les Tomam leur ordonnent d’aller sur terre quand le vent souffle un peu. Ils se blottissent sous la toiture, aux quatre coins du toit. Deux d’entre eux, les Tsik’in Jívaros viennent d’en bas, de l’Ouest. Ils viennent écouter ce que disent les morts, observer leur conduite; voir si le mari et la femme sont en train de se disputer, ou si au contraire, ils vivent en bonne entente. Si leur conduite est satisfaisante, les Jívaros ne les emportent pas avec eux. Mais, sinon, les Jívaros vont en rendre compte à Tomam le Cadet, et quand Tomam veut connaître le mort, les Jívaros l’emmènent avec eux.

165Pour vivre quelques années de plus, il vaut mieux avoir une bonne conduite.

Tatico Trueno castiga las avispas

166Las avispas viven en la primera capa con Tatico Trueno. Una avispa le picó una vez en la frente y el le dijo:

167TATICO TRUENO: –Te voy a echar donde los muertos para que te quemen. Es un castigo. Me picaste duro. ¿Por qué me picaste? Ahora, tienes que morir. Cuando no te quemen los muertos tolupanes, los mukuk (hormigas guerrilleras) te van a picar, sino los motetes (osos hormigueros) te van a comer.

Grand-Père Tonnerre punit les guêpes

168Les guêpes vivent dans la première couche céleste, avec Grand-Père Tonnerre. Un jour, une guêpe le piqua au front. Il lui dit alors:

  • 12 Les Indiens Tolupan mangent les larves de guêpes grillées. Pour s’en emparer, ils enfument les nid (...)
  • 13 Fourmis insectivores du genre Eciton (N.D.E.).
  • 14 Tamandua (N.D.E.).

169GRAND-PERE TONNERRE: –Je vais t’envoyer chez les morts pour qu’ils te brûlent.12 C’est pour te punir, car tu m’as piqué fort. Pourquoi m’as-tu piqué? Maintenant, il faut que tu meures. Si les Tolupan ne te brûlent pas, les fourmis guerrières13 (mukuk) t’attaqueront, à moins que les fourmiliers (motetes)14 ne te mangent.

Las avispas tienen montones de enemigos...

170ALFONSO: –Es por eso que tenemos el derecho de comerlas. Cada vez que Tatico Trueno truena quema las alas de las avispas y ellas se caen del cielo para acá. Y una vez que los muertos las comen, ellas vuelven donde su dueño.

171Cuando nosotros no las comemos, los mukuk (hormigas guerrilleros) las comen. Son sus maritomos. ¡Son grandes militares como hay muchos en Tegucigalpa! Cuando estas hormigas atacan los avisperos ninguna avispa se salva. Esas hormigas son también los maritomos de las ranas. Las matan cuando quieren. Pero son amigas de los muertos; asean nuestras casas. Cuando uno mira que van llegando más vale dejar la casa para que ellas la aseen. Hay que respetar esas señoras. Sólo si le pican a uno muy duro se las puede matar (tiene el derecho de matarlas). Ellas viven en una capa debajo de la tierra.

172Los motetes (osos hormigueros) también comen las avispas.

173Tatico Trueno las castigó bien. Tienen muchos enemigos, como son buenas para comer.

Les guêpes ont des tas d’ennemis...

174ALFONSO : –Voilà pourquoi nous avons le droit de les manger : chaque fois que Grand-Père Tonnerre tonne, il brûle les ailes des guêpes qui tombent alors du ciel sur la terre. Mais, après que les morts les aient mangées, elles retournent chez leur maître.

  • 15 Les fourmis du genre Eciton se déplacent en bandes innombrables et attaquent tous les êtres vivant (...)

175Si nous ne les mangeons pas, ce sont les mukuk (les fourmis guerrières)15 qui les mangent. Ces fourmis sont leurs contremaîtres. Ce sont de grands soldats comme les militaires de Tegucigalpa ! Quand ces fourmis attaquent un nid, aucune guêpe ne leur échappe. Ces fourmis sont également les contremaîtres des grenouilles. Elles les tuent quand elles le veulent. Mais, par contre, ce sont les amies des morts : elles nettoient nos maisons. Quand on les voit arriver, il vaut mieux s’en aller pour les laisser faire le nettoyage de la maison. Il faut respecter ces dames. Il ne faut pas les tuer, sauf si elles vous piquent très fort. Elles habitent dans une des couches sous la terre.

176Les motetes (fourmiliers) mangent aussi les guêpes.

177Grand-Père Tonnerre a bien puni les guêpes : elles ont beaucoup d’ennemis parce qu’elles sont bonnes à manger.

Las hachas de Tatico Trueno…

178ALFONSO : –A veces se encuentran de esas hachas en los trabajos. Son azulitas, verdecitas, afiladas de un punto y seis u ocho pulgadas de largo, bien pulidas y un poco redonditas por encima.

179Los viejos decían que éstas no se deben tocar porque tienen dueño. El las echa por acá a este mundo cuando truena, para zafar los palos.

180Una vez traje una, como son bonitas. Pero los viejos me regañaron. Dijeron :

181LOS VIEJOS : –Hay que dejarlas allá. Tienen dueño.

182ALFONSO : –Cuando las echa para acá se entierran hondo en la tierra y poco a poco van subiendo. Durante siete años van subiendo. Cuando ya están arriba (sobre la tierra), entonces regresan al cielo donde su dueño.

Les haches de Grand-Père Tonnerre...

  • 16 Il s’agit de haches précolombiennes, en pierre polie, qui semblent rares dans la région.

183ALFONSO : –Parfois, on trouve de ces haches16 dans les champs. Elles sont bleues ou vertes, avec une extrémité affilée de six ou huit pouces de large, bien polies et un peu arrondies sur le dessus. Les vieux disaient qu’il ne faut pas les ramasser, parce qu’elles ont un maître. Grand-Père Tonnerre, leur maître, les lance sur terre quand il tonne, pour fendre les arbres.

184Une fois, j’en ai rapporté une, car elles sont très jolies. Mais les vieux m’ont grondé. Ils m’ont dit :

185LES VIEUX : –Il faut les laisser à leur place. Elles ont un maître.

186ALFONSO : –Lorsque celui-ci les lance, elles s’enfoncent profondément dans la terre, puis remontent petit à petit à la surface. Elles mettent sept ans pour arriver à la surface de la terre. Et, quand elles y arrivent enfin, elles retournent au ciel, chez leur maître.

COMMENTAIRE

187Les Indiens racontent que lorsque la saison des pluies commence, Eclair vient sur la terre accompagné de son maître, Grand-Père Tonnerre, pour jouer avec les arbres. Quand il voit de loin un palmier, par exemple, il le vise, de même que le bétail ou les chevaux qui s’abritent sous les arbres. Il en a le droit. Mais il n’a pas le droit de viser les cerfs. Quant aux mortels, il n’a le droit de les atteindre que s’ils sont de mauvaises langues (“chismosos”), car Tomam le lui a ordonné.

188Il est recommandé de prendre certaines précautions pendant les orages, pour ne pas attirer la foudre : les hommes ne doivent pas porter de chemise bleue, et les femmes doivent éviter la couleur jaune. Personne ne doit s’habiller en blanc ou avec des vêtements neufs.

Vientos malcriados

189Cuando un viento tumba un palo sano, éste se queja con Tomam:

190PALO: –Están cayendo muchos palos buenos. ¡Me mató un viento! ¡Me reventó!

191TOMAM: –¡De veras!

192PALO: –De veras. No ando mintiendo. ¡Un viento me jodió!

193El amo se enoja y luego manda el viento a la cárcel. A veces lo tiene allí cinco meses.

194Un viento salió sin permiso. Cuando se acordó Tomam, ya no estaba.

195TOMAM: –¡Consíganme este viento que se escapó!

196Al fin lo alcanzaron y lo trajeron amarrado.

197VIENTO: –Estuve doblando maíz y tumbando ocotes y maderas.

198TOMAM: –¡No tienes derecho! Te voy a castigar, echarte en la cárcel.

199VIENTO: –Despácheme para que ande por los cerros. Los quiero conocer.

200TOMAM: –No te despacho. Estoy resentido. También el año pasado anduviste tumbando maíz y palos buenos. Mejor, a la cárcel.

201VIENTO: –Despácheme. No quiero estar aquí.

202Se quedó triste. Se puso flaquito. Entonces Tomam lo despachó como ya no tenía fuerza suficiente para tumbar los palos buenos, sólo podría tumbar los podridos.

203TOMAM: –Hay que respetar los palos buenos.

Les Vents mal élevés

  • 17 Tomam l’Aîné.

204Lorsqu’un arbre sain est déraciné par Vent, il se plaint à Tomam :17

205ARBRE : –Vent fait tomber beaucoup de bons arbres. Il m’a tué ! Il m’a brisé !

206TOMAM : –Vraiment !

207ARBRE : –Absolument. Je ne mens pas. Vent m’a démoli !

208Alors le maître se fâche et envoie aussitôt Vent en prison. Parfois, il l’emprisonne pendant cinq mois.

209Un vent s’échappa sans permission. Quand Tomam se souvint de lui, il était déjà parti.

210TOMAM : –Attrapez-moi ce vent qui s’est évadé !

211Ils finirent par le rattraper et le ramenèrent ligoté.

212VENT : –J’étais en train de verser quelques tiges de maïs et de faire tomber quelques pins et d’autres arbres.

213TOMAM : –Tu n’en as pas le droit ! Je vais te punir et te mettre en prison.

214VENT : –Laissez-moi partir pour aller dans les collines. Je veux faire leur connaissance.

215TOMAM : –Pas question, je suis fâché. L’année dernière, tu as déjà saccagé du maïs et de bons arbres. Il vaut mieux que je t’enferme.

216VENT : –Laisse-moi filer. Je ne veux pas rester ici.

217Vent a dû rester, plein de tristesse. Il s’est mis à maigrir. Alors Tomam l’a libéré ; de toutes façons, il n’avait plus assez de force pour abattre les arbres sains, il ne pouvait plus déraciner que les arbres pourris.

218TOMAM : –Il faut respecter les arbres qui ne sont pas malades.

COMMENTAIRE

219Les vents nettoient les arbres et les arbustes, pour qu’ils aient belle allure avec leurs vêtements neufs (“camisas nuevas”) du printemps. Ils ont le droit de faire tomber tous les arbres morts, sauf le cèdre.

220Les vents sont associés aux points cardinaux. Les Tomam sont les maîtres de ceux de l’est et de l’ouest. Grand-Père Tonnerre est leur contremaître. Tomam Pones envoie le vent de Pest, Tsik’in Lupu ou Lupu Pones, et ce vent apporte les premières pluies, celles qui tombent de mai à août. Le vent de l’ouest, Tyaj Lupu ou Lupu Chikwaï, vit avec Tomam Chikwaï. Il souffle en septembre et en octobre, et parfois jusqu’en février. Les Indiens disent que ce vent abat les tiges de maïs et que c’est un vent mal élevé.

221Les vents du nord et du sud sont moins définis par la mythologie jicaque. Mais on dit également que le vent du nord est mal élevé, car il apporte avec lui le froid de décembre et de janvier.

  • 18 Autrefois, les Tolupan posaient une croix sur le toit de la maison et deux au moins dans leur cham (...)

222Pour arrêter le vent (“suspender el viento”) les Indiens dressent des croix dans les champs. Ils pensent ainsi empêcher le vent de verser le maïs.18 Et puis ces croix jouent également le rôle d’épouvantail.

223ALFONSO : Chaque croix porte aux extrémités de ses bras deux petits morceaux de bois qui pendent et qui font du bruit ; cela effraie les perroquets qui croient que c’est un rapace.

224Moi, je mets des croix pour faire peur aux perroquets mais aussi pour arrêter le vent.

225Quand commencent à mûrir les haricots, il m’arrive de vêtir une croix en femme, ce qui empêche les cerfs de s’approcher. Mais, cette année, je n’en ai pas mis. J’ai pensé : autant avoir de la chair de cerf vu que je préfère ça aux haricots.

Cómo trabajan las nubes

226Cuando está seco acá, llueve donde Tomam y cuando está seco allá, llueve acá. Chicuihumel se voltea las nalgas para acá y llueve, las voltea para allá, y lo mismo. Dice a veces:

227CHICUIHUMEL: –Miren los muertos. Ellos están trabajando, sembrando. Hay que mandarles agua para que crezcan sus trabajitos.

Comment travaillent les nuages

  • 19 Tomam l’Aîné.

228Quand il fait sec ici, c’est qu’il pleut chez Tomam.19 Et, lorqu’il fait sec là-haut, il pleut ici, sur la terre. Chicuihumel nous montre ses fesses et il pleut chez nous. Il les montre de l’autre côté, et il pleut là-haut. Il dit parfois :

229CHICUIHUMEL : –Regardez les morts. Ils sont au travail, en train de semer. Il faut leur envoyer la pluie, pour que poussent leurs cultures.

COMMENTAIRE

230Tungsus est le maître des nuages. Il vit avec sa femme dans la première couche céleste.

231Comme les vents, les nuages, chicuihumel, sont les uns associés à l’est et les autres à l’ouest.

232Tungsus descend sur terre chevauchant un nuage et nous arrose de pluie.

233Comme Soleil voit tout, dès que la pluie manque aux cultures, il avertit Tungsus.

La nube se enoja

234Si nadie echa ceniza a la nube que trae escarcha, ella se enoja y dice:

235NUBE: –¿Por qué no me echó ceniza? Se portó mal este señor Indio. Lo voy a castigar. Le voy a mandar hielo de traspasado.

236Cuando el dueño de la milpa se queda durmiendo se puede arruinar su milpa. Y aún, si se le echa, a veces la nube queda enojada y manda hielo de todas maneras. Sólo jode los muertos. Donde Tomam, no tiene permiso de entrar.

Nuage se fâche

237Si personne ne lui lance de cendres, le nuage qui apporte avec lui le gel se fâche et dit :

238NUAGE : –Pourquoi cet Indien ne m’a-t-il pas lancé de cendres ? Il s’est mal conduit. Je vais le punir. Je vais lui envoyer une gelée excessive.

239Si le propriétaire du champ ne se réveille pas à temps, ses cultures peuvent être détruites. Surtout que, on a beau envoyer des volées de cendres à Nuage, il lui arrive de se fâcher tout de même et d’envoyer la gelée. Nuage n’emmerde que les morts. Chez Tomam, il n’a pas le droit d’entrer.

COMMENTAIRE

  • 20 Certains aussi distinguent deux types de gelées, une dite “gelée d’eau” et l’autre “gelée du solei (...)

240Jívaro est le maître des gelées. Il les envoie sur terre mais tout en les contrôlant afin qu’elles ne détruisent jamais la totalité d’un champ de maïs et que les plantes ne gèlent pas toutes en même temps. Il y a deux sortes de gelées ; toutes les deux sont couleur du sang (“color de sangre”), mais l’une tire sur le jaunâtre et l’autre sur le noirâtre.20

241Elles sont la vapeur fétide des plantes et des arbres. On dit que la gelée noire est plus mauvaise que la jaune. Pour descendre sur la terre, la jaune s’agrippe sur les bords des nuages tandis que la noire s’accroche à la queue des nuages.

242Un jour Alfonso raconta :

  • 21 Bombax ceiba, grand arbre tropical de la famille des Bombacacées, appelé “fromager” dans les Antil (...)

243ALFONSO : Je viens de passer près du grand ceiba”21, les “gelées y étaient. Elles allaient vers le bas (à l’ouest) et je leur ai dit : “Vous faites du chemin pour rien. Il n’y a pas eu de deuxième sentadle de maïs parce que nous, les morts, nous sommes paresseux.”

244Parmi les quelques pratiques magiques dont le souvenir subsiste encore chez les Tolupan, nous en connaissons deux qui ont pour but de protéger les cultures de la gelée.

245La première consiste à saupoudrer de terre les feuilles des plantes. Cette terre doit être prise au centre du champ et il faut ensuite attendre cinq jours avant d’entrer à nouveau dans le champ. On arrache les feuilles gelées pour éviter qu’elles ne contaminent les feuilles saines. L’idée qui justifie cette pratique magique est qu’on peut protéger le maïs avec la terre dans laquelle il pousse.

246La deuxième recette magique doit être exécutée par les enfants. Dès que le gel menace, les parents leur disent de jeter aux quatre points cardinaux, à la volée, de la cendre vers les nuages. Les cendres doivent être blanches et pures, car elles sont un remède pour les nuages. Les gelées en ont une telle aversion qu’elles s’en vont et que les nuages s’éclaircissent.

247Du zénith, Dieu le Père envoie la grêle pour endommager les cultures des Métis, leur bétail et leurs cochons. “Nous autres”, disent les Indiens, “nous n’avons pas besoin de jeter de cendre contre la grêle puisqu’elle ne s’attaque qu’aux Métis ; quant à nous, elle ne peut nous gêner”.

Las estrellas son micos...

248ALFONSO: –Las estrellas son micos. los muertos les dicen estrellas, pero son micos; micos de noche, como sólo salen de noche. Son micos prietos, piaj, de cola larga, media blanca. Vivían en la tierra durante la Primera Nación pero como los tigres y coyotes los comían mucho, treparon a la primera capa. En el cielo hay muchas montañas y muchos palos; robles, ocotes, encinos, cedros, matapalos... Toda la noche los micos están encajados en los palos comiendo frutas. Como comen frutas cagan semillas. La caca cae por acá como una brasa prendida y de ella nacen los robles, matapalos, encinos, ocotes, cedros, bejucos, guamos, de este mundo. No se pierde lo que cagan los micos; cagan semillas para que nazcan los palos de acá, para mantener los pájaros, como todo lo que tiene alas come frutas. De nosotros, de lo que cagamos no nace nada como comemos mucha comida cocida.

249En el día no se ven, tampoco ellos cagan porque están durmiendo. Cuando es noche aquí es día allá, así es que los micos salen a comer cuando es día para ellos. De día se ve el cielo como puro azul pero no es azul, es puro palos. Los muertos no los alcanzan ver.

250Los micos alumbran los muertos, decían los punakpanes. Tomam lo arregló para que no los vean los muertos, para que se engañen. El Sol, la Luna, los Vientos tienen sus caminos reales por el cielo. Sólo las estrellas caminan por donde quieren, brincando en los palos, comiendo frutas.

Les étoiles sont des singes...

  • 22 Probablement le singe araignée ou atèle, Ateles geoffroyi. La couleur claire de la queue est seule (...)
  • 23 Arbre du genre Ficus (N.D. E.).

251ALFONSO : –Les étoiles sont des singes. Les morts disent que ce sont des étoiles, mais en réalité ce sont des singes. Ce sont des singes nocturnes, puisqu’ils ne sortent que de nuit. Ce sont des singes noirs, des piaj, avec une longue queue à moitié blanche.22 Ils vivaient sur la terre à l’époque de la Première Nation, mais comme les jaguars et les coyotes en dévoraient beaucoup, ils grimpèrent jusqu’à la première couche céleste. Au ciel, il y a des montagnes et des arbres en quantité : des chênes, des pins, des cèdres, des Figuiers étrangleurs23... Toute la nuit, les singes sont perchés dans les arbres et mangent des fruits. Comme ils mangent des fruits, ils chient les pépins. Leur caca tombe sur la terre comme des braises incandescentes qui sèment les arbres de notre monde, les chênes, les figuiers étrangleurs, les pins, les cèdres, les lianes, les ingas... Rien ne se perd de ce que chient les singes. Ils chient des graines pour que naissent les arbres de notre monde, pour que se nourrissent les oiseaux, puisque tout ce qui a des ailes mange des fruits. Par contre, nos merdes à nous ne font rien naître parce que nous mangeons surtout de la nourriture cuite.

252Le jour on ne voit pas les singes, et comme ils sont en train de dormir, ils ne chient plus. C’est que, quand il fait nuit ici, c’est le jour là-haut, et alors les singes sortent manger puisque c’est le jour pour eux. Le jour, le ciel semble tout bleu, mais en réalité, ce n’est pas qu’il soit bleu, il est couleur des arbres.

253Et nous les morts, sommes trop loin pour les voir.

254Les singes éclairent le monde des mortels, d’après ce que racontaient les punakpan (chamans). Mais Tomam s’est arrangé pour que nous ne puissions pas les voir, pour que nous soyons trompés par les apparences. Soleil, Lune, Vent, ont tous leur voie royale à travers le ciel, tandis que les étoiles, elles, cheminent comme elles veulent, sautant d’arbre en arbre, et mangeant des fruits.

El Sol lleva anteojos...

255ALFONSO: –El sol, losakwaï, es un hombre grande, muy grande. Está por todas las siete capas del cielo aunque solamente se le ve la cara porque el cuerpo está tapado por las capas. Sus canillas están por la primera capa y así todo su cuerpo está tapado por las capas, salvo su cabeza que sale de la séptima.

256Dios se llama el Sol. Es gokoywai, abuelo. Vive con su mujer y tiene campos de frijoles, camotes, maíz... Si un muerto se porta mal en el otro mundo se lo echa a trabajar en los frijolares del Sol.

257Este hombre no tiene pereza. Cada mañana sale a su camino real. No tiene enfermedad. Cuando duerme un rato ya va para arriba.

258Lleva anteojos para mirar mejor. Sabe leer y escribir y sacar fotografías. Saca fotos de los muertos para ver cuantos años van a vivir. Siempre está mirando la tierra fijándose en lo que hacen los muertos. Todo lo ve, mismo cuando uno sale a cagar, a mear, a vanear con una mujer. Tiene documentación sobre cada uno de los muertos, cada perro, cada ganado, todo animal. Cuando alguien muere avisa inmediatamente Tomam. También informa Tomam cuando los muertos se portan mal. Si ve un ladino picando una India contra su voluntad, manda avisar a Tomam Menor para que él muera e igual si ve un Indio vaneando una ladina a la fuerza.

259La Luna avisa también pero ella es menos pronto.

260Cuando sale Uno a tirar (cazar), hay que ir con el permiso del Sol, con la mano de Dios, para no perder. Dios dice:

261DIOS: –Pobrecito Indio, quiere matar un animalito para ir a comer con su familia. Como no sabe hacer venado, ni chancho, ni gallina... le voy a poner un venado, un tepezcuinte en su camino. Pobrecito Indio sólo come maíz, frijoles y a veces los frijoles le hacen daño. Entonces tiene que sembrar café y venderlo para comprar un fusil viejo y salir a tirar los animalitos. Ahora le voy a poner uno donde está pasando.

262Hay que mirar el Sol y hablarle cuando uno quiere que le ponga algo en el camino. Pero a veces no pone nada como no se puede perjudicar todos los días. El Jefe Mayor, Tomam Pones, ordena el Sol para que cuide los muertos.

263Para tirar venado de noche hay que pedir permiso a la Luna, mumuywaï, abuela. Primero suplicarla y luego ir a ver.

264Es mejor pedirle permiso a la Luna.

265POBRECITO INDIO: –Mumuywaï, con su permiso quiero matar un venado. Voy a perjudicar, matar para comer...

266Y al Sol:

267POBRECITO INDIO: –Lósakwaï, como soy hijo de la muerte, como tengo muchas contigencias, quiero matar un animalito para comer mientras tanto...

Soleil porte des lunettes...

268ALFONSO : –Soleil, losakwaï, est un homme grand, très grand. Il est à la fois dans les sept couches du ciel. On ne voit que son visage parce que son corps est caché par les couches. Ses jambes se trouvent dans la première et tout son corps derrière les autres, sauf sa tête qui émerge de la septième couche.

269Dieu s’appelle Soleil. Il est gokoywaï, grand-père. Il vit avec sa femme et possède des champs de haricots, de patates douces, de maïs... Si un mort se conduit mal dans l’autre monde, on l’envoie travailler dans les champs de haricots de Soleil.

270Cet homme ne connaît pas la paresse. Chaque matin il s’en va parcourir sa voie royale. Il n’est jamais malade. Quand il a dormi un moment, il repart vers le haut.

  • 24 Tomam le Cadet.

271Il porte des lunettes pour mieux voir. Il sait lire et écrire et faire des photographies. Il prend des photos des morts pour savoir combien d’années ils vont vivre. Il est toujours en train de regarder la terre, surveillant tout ce que font les morts. Il voit tout, aussi bien celui qui sort de chez lui pour chier ou pour pisser que celui qui va faire l’amour. Il sait tout sur chaque homme, sur chaque chien, sur le bétail, sur tous les animaux. Lorsque quelqu’un meurt, il prévient immédiatement Tomam.24 C’est lui aussi qui prévient Tomam lorsqu’un mort se conduit mal ; s’il voit un Métis violer une Indienne ou s’il voit un Indien faire l’amour de force avec une Métisse, il prévient Tomam le Cadet pour qu’on fasse mourir le coupable.

272Lune avertit aussi, mais Soleil est plus rapide.

273Quand on part à la chasse, il vaut mieux demander la permission à Soleil, demander bonne chance à Dieu, pour ne pas revenir bredouille. Dieu (Soleil) dit :

274DIEU : –Ce pauvre Indien, il veut tuer un animal pour manger, lui et sa famille. Comme il ne sait faire ni cerf, ni cochon, ni poule, je vais lui faire rencontrer un cerf ou un paca. Pauvre Indien qui ne mange que du maïs et des haricots, et parfois les haricots lui font mal. Et alors il est obligé de semer du café et d’aller le vendre pour pouvoir s’acheter un vieux fusil et aller à la chasse. Alors je vais lui mettre un animal sur son chemin.

275Il faut regarder Soleil et lui parler quand on veut trouver du gibier sur son chemin. Mais parfois Soleil ne met rien parce qu’on n’a pas le droit de tuer tous les jours. Premier Chef (Tomam l’Aîné) a ordonné à Soleil de surveiller les morts.

276Pour chasser le cerf de nuit, il faut demander la permission à Lune, mumuywaï, grand-mère. D’abord la supplier, et ensuite essayer sa chance. Il vaut mieux s’adresser à Lune de cette façon :

277PAUVRE INDIEN : –Mumuywaï, s’il vous plaît, je veux tuer un cerf. Je vais tuer pour manger.

278Et au Soleil :

279PAUVRE INDIEN : –Losakwaï, comme je suis un enfant de la mort, comme il peut m’arriver des tas de malheurs, en attendant, je veux tuer un animal pour manger.

Los cinco soles

280Tomam Mayor tiene cuatro dioses, cuatro soles para alumbrar; con este sol son cinco. Los cuatro de su mundo andan juntos.

281Dios (el Sol) prendía los trapos y los pelos de los muertos. Quería encender todo. Entonces se quejaron los muertos con Tomam. En seguida dio una orden:

282TOMAM: –Amarren y tráiganme este Sol y échenle en la cárcel.

283No le podían amarrar tan fácil. Prendía los lazos. Pero batallando, al rato lo llevaron amarrado y lo echaron en la cárcel, donde Tomam. Entonces peor fue para los muertos porque Tomam luego despachó sus cuatro soles para castigar los muertos, para que se tapen la boca, para que aprendan a no hablar en contra de Dios.

284Al rato que llegaron los cuatro soles al mundo de acá, todas las quebradas se pusieron a hervir, el agua se puso de color de sangre. Todo se secó enteramente. El mundo era puro llano, puras polvazones. Los trabajos se cocinaban, el maíz de torcía infragantemente. Los muertos no podían poner la canilla en el suelo.

285TOMAM: –Está bueno, por estar acusando el Sol.

286Tomam y el Jefe Segundo se consultaron.

287TOMAM y EL JEFE SEGUNDO: –¿Cómo vamos a hacer con Dios? Los muertos están de enemigos con él.

288Puras polvazones había. No llovía. Los muertos se quedaron afligidos. Se consultaron también.

289MUERTOS: –Tal vez podemos entendernos con el Jefe Mayor.

290JEFE MAYOR: –¿Qué putas vuelven acá? No los ocupo.

291Los MUERTOS se quedaron pensando. Dijeron:

292MUERTOS: –Suelta esos cuatro soles. Ya no los aguantamos.

293TOMAM: –Todavía no son suficientes. Cinco soles bien aclaran. Ocho soles más mejor. ¿Cómo van a dormir en la oscuridad? Sólo muertos tontos quieren dormir en la oscuridad.

294MUERTOS: –Ya no vivimos a gusto. Hay tanto calor de día y de noche también, por malos que somos los muertos.

295TOMAM: –Bueno, voy a retirar los soles para que vivan en la oscuridad. Lo que me da pesar es mi hermano. A el no le va a gustar vivir en la oscuridad de la noche (como él vive cerca de la tierra)

296Entonces llamó de vuelta a los cuatro soles. Así terminó de castigar los muertos por quejarse de Dios. Más rato llamó a su hermano y su sobrino. Mandó a su sobrino soltar a Dios (el Sol) de la cárcel, para que viniera hablar con él.

297DIOS: –Yo no vuelvo con los muertos. ¡Putas! Son muy peleadores.

298TOMAM SEGUNDO: –¡Cómo puedes decir que son peleadores!

299Dios se enojó un poquito pero luego se conformó, como no podía dejar que muriera todos los muertos. Cuando cantó el gallo ya venía girando. Quedaron vanísimos los muertos.

300MUERTOS: –Lo que es a este Dios, no hay que contradecirlo. Bien claritas están las quebradas ahora y los trabajos se van a cosechar bien.

Les cinq soleils

301Tomam l’Aîné possède quatre dieux, quatre soleils pour éclairer ; et avec le soleil de chez nous, ça fait cinq. Ses quatre soleils vont toujours ensemble dans son monde à lui.

  • 25 Le soleil de chez nous...

302Dieu25 brûlait les vêtements et les cheveux des morts. Il voulait tout brûler. Alors les morts se plaignirent à Tomam qui, tout de suite, ordonna :

303TOMAM : –Ligotez-moi Soleil et jetez-le en prison.

304Mais ils ne pouvaient pas le ligoter facilement car il brûlait ses liens. Enfin, après bien des efforts, ils finirent par y arriver et le jetèrent en prison, chez Tomam. Mais alors, ce fut pire pour les morts, parce que tout de suite après Tomam envoya ses quatre soleils pour les châtier, pour qu’ils apprennent à la boucler, à ne point se plaindre de Dieu.

305Lorsque les quatre soleils arrivèrent chez nous, toutes les rivières se mirent à bouillir, et l’eau devint couleur de sang. Tout se dessécha complètement. Le monde fut un vrai désert de poussière. Les cultures étaient grillées, le mais lamentablement flétri. Les morts ne pouvaient même plus poser une patte sur le sol.

306TOMAM : –C’est bien fait, puisqu’ils se sont plaints de Soleil.1

  • 26 Tomam le Cadet.

307Tomam l’Aîné et le Second Chef26 tinrent conseil :

308TOMAM L’AINE ET SECOND CHEF : –Qu’allons-nous faire de Dieu (Soleil) ? Les morts sont mal avec lui.

309La terre n’était plus qu’un désert de poussière. Il ne pleuvait plus du tout. Les morts étaient désespérés. Eux aussi tinrent conseil :

310LES MORTS : –Nous pourrions peut-être nous entendre avec Premier Chef.

311PREMIER CHEF : –Bande de salopards, vous voilà encore ! Je ne vous retiens pas Les morts se mirent à réfléchir. Ils dirent :

312LES MORTS : –Retire ces quatre soleils, nous ne pouvons plus les supporter.

313PREMIER CHEF : –Il en faudrait encore davantage. Cinq soleils éclaireraient bien et huit mieux encore. Comment ferez-vous pour dormir dans le noir ? Il n’y a que les morts imbéciles pour vouloir dormir dans l’obscurité

314LES MORTS : –Nous ne pouvons plus vivre à l’aise. Il fait trop chaud durant le jour, et trop chaud durant la nuit, et tout cela est bien de notre faute.

  • 27 Tomam le Cadet habite à côté de la terre.

315PREMIER CHEF : –Bon. Je vais enlever tous les soleils et vous vivrez dans l’obscurité. Mais ça m’ennuie pour mon frère, il ne va pas aimer ça.27

316Alors il rappela les quatre soleils, et ce fut la fin du châtiment. Un peu plus tard Tomam appela son frère et son neveu. Il envoya ce dernier tirer Soleil de sa prison pour qu’il vienne parler avec lui.

317DIEU (Soleil) : –Je ne retourne pas chez les morts. Putain ! Ce sont des chicaneurs.

318TOMAM LE CADET : –Comment peux-tu dire cela !

319Dieu se fâcha un peu mais finit par reconnaître qu’on ne pouvait laisser mourir tous les morts. Aussi, lorsque le coq chanta, Soleil recommença son périple. Les morts étaient très heureux.

320LES MORTS : –Ce Soleil-ci, ne le critiquons pas. Les rivières sont à nouveau bien claires et les cultures vont donner de bonnes récoltes

Eclipse del Sol...

321ALFONSO: –Un eclipse del Sol es (peligra) la muerte de los varones.

322Nen (un monstruo) lo quiere tragar, pero no puede porque el Sol es demasiado caliente. De todas maneras la gente debe hacer mucha bulla, aporrear las mesas, para salvarlo así como debe hacer para la Luna cuando ella eclipsa.

323Había un eclipse cuando el cacique Felí Martínez murió (por el año 1942). Cuando cayó enfermo había un eclipse del Sol pero como apareció poco a poco no aporreábamos las mesas. Quizás por esto murió.

Eclipse de Soleil...

  • 28 “Varones”, jeunes gens.

324ALFONSO : –Une éclipse de Soleil, c’est un danger mortel pour les hommes.28

  • 29 Monstre.

325Nen29 essaye d’avaler Soleil, mais il ne peut pas parce que Soleil est trop brûlant. Quoiqu’il en soit, les gens doivent faire le plus de vacarme possible, taper sur les tables, pour sauver Soleil. Et il faut faire de même pour sauver Lune durant une éclipse.

326Vers 1942, il y a eu une éclipse, quand le chef Fell Martínez est mort. C’est que, quand il est tombé malade, il y avait une éclipse de Soleil, mais comme elle n’est venue que petit à petit, on n’avait pas fait de bruit avec les planches. C’est peut-être pour ça qu’il est mort.

Eclipse de la Luna

327Cuando eclipsa la Luna es la muerte de las mujeres. Ellas no deben mirarla. Los viejos aconsejaron hacer mucha bulla para que Nen no trague la Luna. Se debe sacar la mesa (que sirve para sostener la piedra de moler) de la casa y aporrearla con las varitas (que se utilizan para tejer redes) hasta que la Luna se salve. Se debe hacer la bulla afuera de la casa para que la Luna vea a sus nietos tratando de salvarla.

328Cuando la Luna se va a eclipsar Nompwinapü'ü manda Jívaro avisar los punakpanes (chamanes) para que ellos avisen a todas las casas para aporrear las mesas. Pero como ya terminaron los punakpanes, en cada casa se fija cuando la Luna va eclipsar y se alista para hacer la bulla.

329Hay varios Nen, no es uno sólo. El que quiere tragar la Luna es un animal grande y tiene cachas (astas). Vive por medio del camino de la Luna. Ella pega a veces contra su casa cuando pasa y por eso se enoja. Más rato se están altercando.

330NEN: –Hoy te trago. ¿Por qué andas atropellando mi casa? Hoy me lo vas a pagar. Te voy a comer y se va a acabar el mundo.

331LUNA: –Pasé por el cañón donde hay muchas piedras y las piedras saltaron y golpearon tu casa.

332NEN: –No le hace. Hoy te trago.

333Se tira contra ella. A veces la traga un poquito por el pelo y a veces traga toda la cara. Pero cuando así pasa, ella avisa en seguida a Tomam y él manda tirar al pozo donde el tiburón lo come.

334LUNA: –De balde me vas a tragar. Te voy a denunciar con la Ley Superior. Te voy a acusar. Yo no ando atropellando tu casa por gusto. Si falto una noche cuando no debo se muere la nación de los muertos. Hoy vas a dar de cenar al tiburón o te mandan a la cárcel.

335NEN: –No importa. Te voy a tragar.

336DUEÑO DEL MANDO (Tomam Pones): –¿No te hicieron favores tus nietos?

337LUNA: –Cómo no. Aporrearon tieso pero Nen siempre se traspasó, me tragó un poquito. Se enojó porque tropecé su casa.

338A veces Tatico Trueno tropieza la casa de Nen también, como viven cerca. Cuando así pasa, Tatico Trueno dice:

339TATICO TRUENO: –Yo sí voy a dar remedio a este señor Nen. Yo voy chiquito pero no me dejo tragar. La Luna es tamaño mujer. ¿Por qué se deja tragar?

340Tatico Trueno es un hombre; trae sus hachas y culebras y prende fuego alrededor de su enemigo. Nen le tiene miedo.

Eclipse de Lune

  • 30 Chaque femme a une table (généralement en bois de Cedrela) pour poser sa meule. Quant aux filets, (...)

341Une éclipse de Lune met la vie des femmes en danger mortel. Elles ne doivent pas la regarder. Les anciens conseillaient de faire beaucoup de tapage pour que Nen n’avale pas Lune. On doit sortir de la maison la table (sur laquelle on pose la meule) et taper dessus avec les bâtons (qui servent à tresser les filets) jusqu’à ce que Lune soit sauvée.30 Et le tapage doit se faire hors des maisons pour que Lune voie bien que ses petits-enfants essayent de la sauver.

342Lorsque Lune va subir une éclipse, Nompwinapü’ü envoie Jívaro prévenir les punakpan (chamans). Ceux-ci avertissent tout le monde pour que chacun se prépare à taper sur les tables. Seulement, maintenant, il n’y a plus de punakpan chez nous, aussi chacun ici doit guetter la disparition de Lune et être prêt à faire du bruit.

343Il y a plusieurs sortes de monstres Nen. Celui qui essaye d’avaler Lune est un grand animal qui porte des cornes. Il vit en plein sur le chemin de Lune. Parfois, en passant, elle cogne la maison de Nen qui se fâche. Alors ils se disputent tous les deux.

344NEN : –Cette fois je t’avale. Pourquoi viens-tu abîmer ma maison ? Tu vas me le payer. Je vais te manger et ce sera la fin du monde.

345LUNE : –Je traversai le ravin plein de pierres et ce sont ces pierres qui, en sautant, ont heurté ta maison.

346NEN : –Tant pis, cette fois-ci je t’avale.

  • 31 Tomam Pones Papawaï.

347Il se jette sur elle. Parfois il avale un peu de sa chevelure et parfois tout son visage. Et quand ça arrive, vite elle prévient Tomam31 qui jette Nen dans l’eau où le requin le dévore.

348LUNE : –C’est en vain que tu essayes de m’avaler. Je vais te dénoncer à l’Autorité Suprême.2 Je vais t’accuser. Ce n’est pas pour le plaisir que j’ai cogné ta maison. Si je manque une nuit, à l’époque où il ne faut pas, ils mourront tous. Aujourd’hui tu vas servir de dîner au requin, ou bien tu vas aller en prison.

349NEN : –Je m’en fiche. Je vais te dévorer.

350MAITRE DE L’AUTORITE (à Lune) : –Tes petits-enfants n’ont rien fait pour toi ?

351LUNE : –Mais si ! Ils ont tapé dur sur les tables mais Nen n’en a pas tenu compte, et il m’a un peu mangée. Il s’est fâché parce que j’ai heurté sa maison.

352Parfois Grand-Père Tonnerre lui aussi bouscule la maison de Nen puisqu’ils sont voisins. Quand ça arrive, Grand-Père Tonnerre déclare :

  • 32 On retrouve sans doute ici la tradition mésoaméricaine selon laquelle les porteurs de la foudre so (...)

353GRAND-PERE TONNERRE : –Mais moi, je ne me laisse pas faire par ce monsieur Nen. Je suis tout petit32 mais je ne me laisse pas avaler. Lune est de la taille d’une femme, alors pourquoi se laisse-t-elle manger ?

354Grand-Père Tonnerre est un homme. Il a ses haches, ses serpents et met le feu tout autour de son ennemi. Nen a peur de lui.

Tata Dios y el dueño de las culebras

355Antes las culebras picaban los animales sin hacerles nada, como no tenían veneno. Lo Chim Jamaron (el amo de las culebras) habló con Tata Dios:

356LO CHIM JAMAYON: –No seas tonto. Dame algo para mis culebras para que cuando piquen tus animales, los animales se mueran luego.

357Tata Dios convino. Sus zopilotes entonces podrían comer el ganado picado por una serpiente, como ellos no pueden matar de su mano. Tata Dios dio una hierba, lo wa’eha. a las culebras que al comerla daba veneno.

358TATA DIOS: –Voy a matar una vaca.

359LO CHIM JAMAYON: –No te molestes. Voy a mandar una de mis culebras para hacerlo. Ella tomará un litro de sangre para ella misma y dejará lo demás para tu zopilote.

360TATA DIOS: –Está bueno así.

361Las culebras tienen derecho a picar el ganado y las bestias pero no tienen permiso para picar los muertos. Los zopilotes tienen derecho a comer los animales muertos en el campo pero no a los Indios y ladinos cuando mueren. A veces los zopilotes reparten la mitad de un ganado con un tigre.

Dieu le Père et le maître des serpents

362Autrefois, les serpents mordaient les bêtes sans leur faire de mal, car ils n’étaient pas venimeux. Lo Chim Jamayon (le maître des serpents) s’adressa à Dieu le Père :

363LO CHIM JAMAYON : –Ne sois pas bête. Donne-moi quelque chose pour mes serpents pour que, quand ils mordent tes animaux, ceux-ci meurent tout de suite.

364Dieu le Père se laissa convaincre. Comme ça ses charognards, qui, eux, n’ont pas le droit de tuer, pourraient manger le bétail mordu par un serpent. Dieu le Père donna aux serpents une herbe, lo wa’eha, qu’ils mangent et qui leur donne du venin.

365DIEU LE PERE : –Je vais tuer une vache.

366LO CHIM JAMAYON : –Ne te fatigue pas. Je vais envoyer un de mes serpents qui s’en chargera. Il prendra seulement un litre de sang pour lui-même et laissera le reste pour ton charognard.

367DIEU LE PERE : –Parfait !

368Les serpents ont le droit de mordre le bétail, les chevaux et les mules, mais pas les morts. Les charognards ont le droit de manger les animaux morts dans les champs mais pas les Indiens ou les Métis morts. Et parfois, les charognards partagent avec un jaguar le cadavre de l’animal.

COMMENTAIRE

369Les Métis dépendent de Dieu le Père. Il est le maître du bétail, des chevaux, des mules, des charognards et de l’argent. Et il prête toutes ces richesses aux Métis.

370Il faut en effet se souvenir que le bétail et les chevaux sont d’origine européenne.

371Voir Zerries (1958, p. 145) : le bétail a aussi un maître chez les Indiens Boruca du Costa Rica.

  • 33 Déformation du mot nahuatl “tlacuatzin”.

372Lo Chim Jamayon qu’on appelle également Ladate Chim Jamayon est le maître des serpents, des tatous (“cusuco” ou “armadillo”), des sarigues (“tacuacín”33 ou “zarigüeya”) et des pacas (“tepezcuinte”).

373En langue jicaque, Lo Chim et Ladate Chim désignent des serpents de l’autre monde.

374Lo Chim Jamayon vit dans la première couche sous terre. Mais au lieu de vivre dans une grotte comme les autres maîtres, il vit dans la terre.

375Il est à la fois le maître des serpents et leur contremaître. Pour les appeler, il siffle.

376Le margay est le contremaître de la sarigue.

377Nous ne savons pas qui sont les contremaîtres des autres espèces.

378Lo Chim Jamayon est noir. “C’est un homme comme nous mais d’une autre nation”. Il porte ses serpents enroulés autour de ses bras. Il est toujours de parole. Il ne se querelle jamais. Il est riche et a une nombreuse famille. Un jour, il ne mange que des serpents, le jour suivant que des tatous.

379Les fourmis ont le droit de manger des serpents, des guêpes et des abeilles mortes, et de nombreux autres insectes. “Pour tout ce qu’il y a à faire, il faut que beaucoup y mettent la main”.

380Le serpent est dans son droit quand il mord le bétail ou d’autres animaux mais il ne doit pas mordre les êtres humains sauf si on lui marche dessus, car en ce cas, c’est son propre maître qui le lui ordonne.

381Cela dit, il arrive aux serpents d’échapper à la surveillance du maître, et de mordre pour leur plaisir.

Noventa aconseja al gato mora

382Noventa prestó sus aves a la Primera Nación de gente así que desde entonces, sólo muertos, los puede percibir. Se pone contento que mueren.

383NOVENTA (al gato mora): –¿Quiéres comer gallina? ¿Jolote? Entonces ándate donde Alfonso. El tiene muchos.

384Estos gatos perjudican mucho las gallinas. Pero los Indios perjudican a los gatos. Hacen bolsas de su pellejo. Y a veces enseñamos las bolsas a las gallinas para azorarlas para que no vayan al monte donde les pueden comer estos gatos.

Noventa34 conseille un chat sauvage35

  • 34 Ce nom pourrait être une déformation du mot espagnol “novena” ou “novenario” : neuvaine.
  • 35 Il s’agit probablement du jaguarundi, Felis yaguaroundi, petit félin, à pelage de couleur uniforme (...)

385Noventa avait prêté ses oiseaux à la Première Nation d’humains si bien que, depuis, il ne les récupère que lorsqu’ils sont morts. Donc, il est content quand il en meurt.

386NOVENTA (au chat sauvage) : –Tu veux manger de la poule, du dindon ? Va donc chasser chez Alfonso, il en a beaucoup.

  • 36 Le sac fait partie de l’arsenal vestimentaire de l’Indien Jicaque.

387Ces chats attaquent tout le temps les poules. Mais les Indiens, de leur côté, chassent les chats sauvages : ils font des sacs avec leurs peaux.36 Et nous montrons parfois un de ces sacs aux poules, pour les effrayer, pour qu’elles ne se sauvent pas dans la brousse où les chats sauvages peuvent les manger.

Noventa regaña una gallina

388INDIO (a una gallina que va a matar): –Hombre, pobrecita gallina, te voy a estropear, como así dejó Dios (Tomam). Te voy a estropear para matarte para comerte. Yo te crié con mi maíz, yo tengo derecho. No te vayas a quejar con tu amo.

389Pero siempre se presentó con su amo.

390GALLINA: –Yo quería vivir más, pero el Indio me tropezó y me mató.

391NOVENTA: –Tu eres comida. ¿Cómo va a trabajar el Indio sin comer? Tiene derecho a gallina cocida, jolote cocido y si quiere comer huevos, a los huevos también.

Noventa gronde une poule

  • 37 Noventa.

392INDIEN (à une poule qu il va tuer) : –Bon, ma pauvre petite poule, je vais te faire du mal, comme Dieu (Tomam) l’a ordonné. Je vais te maltraiter, je vais te tuer pour te manger. J’en ai le droit car je t’ai élevée en te donnant mon maïs. Alors ne va pas te plaindre à ton maître.37

393Malgré ça, la poule se plaignit à son maître.

394POULE : –Je voulais vivre un peu plus, mais l’Indien s’y est opposé et m’a tuée.

395NOVENTA : –Tu es nourriture. Comment l’Indien pourrait-il travailler sans manger ? Il a le droit de manger de la poule bouillie, du dindon bouilli, et s’il veut manger des œufs, il en a le droit également.

COMMENTAIRE

396Noventa et Dieu le Père sont frères mais ne s’aiment pas. Noventa se conduit toujours bien (“es formai”) tandis que Dieu le Père est mauvaise langue (“chismoso”).

397Noventa est le maître des poules, des dindons, de tous les oiseaux de basse-cour.

398Il fabrique des armes dans sa grotte car il est armurier.

Notes

1 Coutume très répandue chez les Indiens du Mexique et d’Amérique Centrale qui pensent ainsi, semble-t-il, hâter la maturation de l’épi (N.D.E.).

2 “Jute”: caracol de río. “Pacuca”: fruta de un palmero.

3 “Quequeo” — pécari à collier et “jabali” = pécari à lèvres blanches. Le narrateur nomme les deux espèces de pécaris (N.D.E.).

4 Tsëncley est le maître des pécaris à collier.

5 Tsik’in Jívaro, le messager du ciel oriental.

6 Saíno Jamayon est le maître des pécaris à lèvres blanches.

7 La Montaña de la Flor présente un relief karstique et on y trouve donc de nombreuses grottes. Les Tolupan pensent que ces grottes sont les demeures des maîtres et des diables.

8 Voir : “Les étoiles sont des singes”.

9 Pour un même concept, voir Hackel (1959, p. 66) ; Zerries (1962, p. 380) ; Hallowell (1960, pp. 46-47) ; Hultkrantz (1953, p. 508), et Hallowell (1926, p. 99). Ce concept est répandu très largement dans toute l’Amérique et jusqu’en Sibérie et en Finlande.

10 Voir Thompson (1932, pp. 141-142 ; 1958, pp. 146-147 ; 1970, pp. 308-309), qui mentionne la même idée chez les Indiens Mayas actuels, Zerries (1962, pp. 55-58 et 102) et Lot-Falck (1953, pp. 88-89) à propos de l’Amérique du Nord et de la Sibérie.

11 Cette coutume est très répandue chez les chasseurs du monde entier. Guiteras Holmes (1961, p. 26) la mentionne à propos des Indiens Tzotzil du Mexique.

12 Les Indiens Tolupan mangent les larves de guêpes grillées. Pour s’en emparer, ils enfument les nids de guêpes, ce qui fait fuir les insectes adultes (N.D.E.).

13 Fourmis insectivores du genre Eciton (N.D.E.).

14 Tamandua (N.D.E.).

15 Les fourmis du genre Eciton se déplacent en bandes innombrables et attaquent tous les êtres vivants qu’elles rencontrent. Dans les nids de guêpes, elles mangent les larves. Quand elles pénètrent dans une maison, elles font fuir ou dévorent les grillons, les blattes et autres insectes (N.D.E.).

16 Il s’agit de haches précolombiennes, en pierre polie, qui semblent rares dans la région.

17 Tomam l’Aîné.

18 Autrefois, les Tolupan posaient une croix sur le toit de la maison et deux au moins dans leur champ de maïs, une à la “tête” du champ et l’autre à la “queue”. De nos jours, ces pratiques ont disparu.

19 Tomam l’Aîné.

20 Certains aussi distinguent deux types de gelées, une dite “gelée d’eau” et l’autre “gelée du soleil”. Pour protéger leurs cultures de la “gelée d’eau”, ils suspendent dans leur maison, au-dessus du foyer, une croix faite avec des feuilles de maïs gelées et disposée sens dessus dessous. Pour se protéger de la “gelée du soleil”, ils jettent la croix dans un puits ou dans une lagune.

21 Bombax ceiba, grand arbre tropical de la famille des Bombacacées, appelé “fromager” dans les Antilles françaises (N.D.E.).

22 Probablement le singe araignée ou atèle, Ateles geoffroyi. La couleur claire de la queue est seulement en-dessous. Pourrait aussi, à la rigueur, être Cebus capucinus, bien que le pays des Jicaques soit au-delà des limites du territoire de cette espèce, telles qu’elles sont définies par Hall et Kelson (N.D.E.).

23 Arbre du genre Ficus (N.D. E.).

24 Tomam le Cadet.

25 Le soleil de chez nous...

26 Tomam le Cadet.

27 Tomam le Cadet habite à côté de la terre.

28 “Varones”, jeunes gens.

29 Monstre.

30 Chaque femme a une table (généralement en bois de Cedrela) pour poser sa meule. Quant aux filets, ce sont les hommes qui les font avec des “moules” en bois. Il peut y avoir là un exemple symbolique de l’opposition homme-femme.

31 Tomam Pones Papawaï.

32 On retrouve sans doute ici la tradition mésoaméricaine selon laquelle les porteurs de la foudre sont des hommes de petite taille (N. D. E).

33 Déformation du mot nahuatl “tlacuatzin”.

34 Ce nom pourrait être une déformation du mot espagnol “novena” ou “novenario” : neuvaine.

35 Il s’agit probablement du jaguarundi, Felis yaguaroundi, petit félin, à pelage de couleur uniforme, brune ou noirâtre (N. D. E.).

36 Le sac fait partie de l’arsenal vestimentaire de l’Indien Jicaque.

37 Noventa.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search