Version classiqueVersion mobile

Les enfants de la mort

 | 
Anne Chapman

Introduction

Texte intégral

Alfonso Martínez

ALFONSO MARTINEZ

1La quasi-totalité de ces textes m’a été racontée par Alfonso Martínez. Malgré les différences culturelles qui nous séparaient, nous avons été liés d’une grande amitié pendant toutes les années où nous nous sommes connus. J’ai éprouvé un très grand chagrin en apprenant sa mort subite en 1969 ainsi que celle de sa femme, Todivia Soto, qui s’est éteinte peu de jours après lui.

2Intelligent, plein d’humour, curieux de tout, Alfonso ne paraissait pas éprouver le moindre désir de s’assimiler au monde des Blancs. Quoiqu’il n’eût aucune fonction particulière dans sa communauté, celle-ci le tenait en grande estime. Né vers 1915, il était considéré comme “le vieux”, celui à qui l’on demandait conseil et que l’on écoutait, et aussi, celui qui connaissait le mieux les “histoires”, la mythologie. Son père, Mateo Martínez, avait joui de la même réputation et Alfonso le citait souvent. Il mentionnait fréquemment aussi les deux derniers punakpan ou chamans, qui étaient des personnes connues pour avoir des contacts avec les êtres surnaturels, et qui fréquentaient sa maison lorsqu’il était enfant.

3Alfonso et Todivia me recevaient avec beaucoup d’amitié chaque fois que j’allais les voir. Ils vivaient dans une hutte de la montagne, avec leurs quatre enfants. Cependant, Alfonso préférait venir parler chez moi. D’abord parce que mon logement n’était qu’à deux heures de marche de chez lui, dans la famille de Don Jesús López et, après sa mort, dans celle de son fils aîné, Genaro, paysans pauvres, voisins et amis des Tolupan. Ensuite parce que chez lui, sa famille et ses voisins le dérangeaient sans cesse et qu’il y avait toujours quelque chose à faire. Alfonso avait l’habitude d’arriver tôt le matin et restait avec moi jusqu’à la tombée de la nuit.

4De temps à autre, Don Jesús, qui était octogénaire, se joignait à nous pour nous raconter les temps passés et nous parler des vieux Indiens qu’il avait connus.

5Les deux chefs de la Montaña de la Flor, ainsi que d’autres hommes de la communauté, se montraient fort gentils, mais ils préféraient commenter les problèmes de la vie quotidienne plutôt que de raconter des mythes.

6Lorsque je voulais rendre visite aux Indiens qui vivaient dispersés dans la montagne, il me fallait aller à pied ou à cheval, et les chefs désignaient quelqu’un pour m’accompagner.

7Quant aux femmes, elles me montraient de la sympathie, mais, presque toujours, elles étaient plus renfermées que les hommes ; rares étaient celles qui parlaient espagnol.

LES RECITS1

  • 1 La seule monographie publiée jusqu’à présent sur les Tolupan (Jicaques), ne consacre que deux page (...)

8Ils nous livrent à la fois les secrets d’une mythologie héritière de traditions amérindiennes vieilles de plusieurs milliers d’années, et d’une mythologie moderne actuelle qui reflète, exprime et symbolise des expériences quotidiennes. Ces récits, tout en restant fidèles à la tradition antique dont le sens profond n’a pas été altéré, se sont enrichis ingénieusement des données de la vie d’aujourd’hui.

9Ce sont des récits narrés spontanément et même de façon désordonnée. Alfonso commençait par n’importe quel épisode, choisissait le suivant avec la plus grande liberté, sans toutefois perdre le fil de sa narration.

10Malheureusement, j’ai trahi cette liberté, malgré moi, simplement en les transcrivant et en leur attribuant des titres. Pour faciliter la lecture, il m’a fallu supprimer les nombreuses répétitions du narrateur.

  • 2 Toutefois, certains de ces mythes ont été enregistrés en langue jicaque.
  • 3 C’est pourquoi la traduction française présente certaines libertés.

11Les textes ont été recueillis en espagnol, seconde langue de mon informateur principal.2 Il le parlait couramment, mais c’était forcément le langage d’un paysan illettré. Ce langage comportait certaines tournures de phrases et des nuances locales qui n’ont pas d’équivalent précis en français.3 Néanmoins, je me suis efforcée de respecter le style de l’informateur et son habitude du dialogue.

PRINCIPAUX ETRES SURNATURELS DE LA MYTHOLOGIE TOLUPAN

12Tomam Pones Papawaï ou Tomam Grand-Père est le Père Tout-Puissant. Son royaume se trouve à l’est, très loin de la terre.

13Il a deux fils ; Tomam Pones est le fils aîné et son fils cadet s’appelle Tomam Chikwaï.

14Le fils aîné, comme le père, siège à l’est, mais toutefois, plus près de la terre. Quant au cadet, il réside à l’ouest, dans un lieu situé bien au-delà du monde des morts.

  • 4 Alfonso disait ne savoir que quelques mots de cette langue, comme par exemple pimpim, tapir, qui s (...)

15Ce monde des morts qui est au ciel est un paradis où l’on vit sans souci, où l’on ne manque de rien, où personne ne souffre, ne vieillit ni ne meurt. La justice y règne. Tous ceux qui y sont, y compris les animaux et les plantes, sont immortels et ils parlent tous la langue tolupan (jicaque). Par ailleurs, ils parlent une autre langue qui leur est propre. C’est la langue des Tomam.4

16Les trois Tomam ont plusieurs noms pour les désigner : Le Père Tout-Puissant, Tomam Pones Papawaï est également appelé Tomam le Plus Grand, Tomam Grand-Père, l’Autorité Suprême, ou bien le Maître de l’Autorité.

  • 5 Voir Pettazzoni (1954, p. 34 sq.) à propos de la généralité de la notion du dieu créateur qui, apr (...)

17Pour ce qui touche aux affaires terrestres,5 il a délégué ses pouvoirs à ses fils et n’intervient que très exceptionnellement.

  • 6 Tsik’in veut dire l’Orient en langue jicaque.

18Le fils aîné Tomam Pones, ou Tomam l’Aîné, Premier Chef, Autorité du Monde, Loi Suprême ou encore Tsik’in Tomam6 est marié. Il a beaucoup d’enfants. Son fils aîné porte le nom de Nompwinapü'ü. Toutes ses filles sont très belles.

19Il est le maître de la terre. Sur ordre de son père, il a créé sur terre tout ce qui existe. Il a “prêté” aux humains le maïs et toutes les plantes cultivées. Il est le maître de tout ce qui est vivant. Il gouverne les animaux par le truchement de leurs “maîtres”.

20Quant aux “Liauros” ou diables, on dit que Tomam l’Aîné “les a envoyés sur terre parce qu’ils l’embêtaient beaucoup au ciel”.

  • 7 Wowaï veut dire cadet en langue jicaque.
  • 8 Tyaj veut dire Occident en jicaque.

21Le fils cadet, Tomam Chikwaï ou Tomam Wowaï7 porte également les noms suivants : Second Chef et Tyaj Tomam.8

22Il a également des enfants et son fils aîné, quoique jouant un rôle dans la mythologie, n’a pas de nom qui lui soit propre.

23L’autorité de Tomam le Cadet est moindre que celle de son frère aîné et en est la contrepartie négative ou néfaste. C’est lui qui règne sur le monde des morts. C’est lui qui envoie sur la terre les pluies trop abondantes, les cyclones destructeurs et les gelées les plus nuisibles.

24Tomam l’Aîné a un auxiliaire, appelé Tsik’in Guatecast, et des messagers, les Tsik’in, “Jívaros” du ciel oriental. Les messagers de Tomam le Cadet sont les Tyaj, “Jívaros” du ciel occidental. Son auxiliaire est Tyaj Guatecast, qui est le maître des morts et qui est chargé de les lui amener.

25Les Tomam sont informés de tout ce qui se passe sur la terre. Ils se renseignent auprès du soleil pendant le jour et auprès de la lune pendant les nuits où elle brille. Ce sont les “Jívaros” qui les tiennent au courant pendant les nuits obscures. Ce sont eux aussi qui font la liaison entre les Tomam et les humains, car ils sont en contact avec les chamans, qui sont appelés “zahorines” en espagnol et punakpan en langue tolupan.

Le monde mythique des Jicaque

Notes

1 La seule monographie publiée jusqu’à présent sur les Tolupan (Jicaques), ne consacre que deux pages à la mythologie (VON HAGEN, 1943, pp. 59-61).

2 Toutefois, certains de ces mythes ont été enregistrés en langue jicaque.

3 C’est pourquoi la traduction française présente certaines libertés.

4 Alfonso disait ne savoir que quelques mots de cette langue, comme par exemple pimpim, tapir, qui se dit nam en jicaque.

5 Voir Pettazzoni (1954, p. 34 sq.) à propos de la généralité de la notion du dieu créateur qui, après la création, cesse de s’intéresser aux humains ; O’Connel (1962) prend des exemples semblables dans l’Ouest africain.

6 Tsik’in veut dire l’Orient en langue jicaque.

7 Wowaï veut dire cadet en langue jicaque.

8 Tyaj veut dire Occident en jicaque.

Table des illustrations

Légende Alfonso Martínez
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Légende Le monde mythique des Jicaque
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6222/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search