Version classiqueVersion mobile

Les enfants de la mort

 | 
Anne Chapman

Remerciements

Texte intégral

1Je tiens à remercier tout d’abord les différents organismes qui m’ont permis, grâce à l’octroi de bourses, de frais de séjour ou de mission, de recueillir durant huit visites sur le terrain, chez les Jicaque de la Montaña de la Flor, un matériel ethnologique important. Le Buenos Aires Convention Pact Fellowship, m’accorda en 1955-1956 une bourse d’un an, bourse prolongée de quelques mois en 1957 par le gouvernement du Honduras, puis par le département d’anthropologie de l’Université de Columbia (New York) à qui je dois des frais de séjour. En 1958, je pus retourner chez les Jicaque grâce à la Bollingen Foundation de New York. En 1959, le Research Institute for the Study of Man, New York, me paya également des frais de séjour.

2Je pus à nouveau aller en mission à la Montaña de la Flor en 1965, séjour payé dans le cadre de la Recherche coopérative sur Programme No. 48 du Centre national de la Recherche scientifique, Paris.

3Enfin, en 1971 et en 1972, je passai chaque fois deux mois parmi les Jicaque grâce à l’Institut national d’Etudes démographiques, Paris, et grâce au Comité français du Programme biologique international de l’Organisation mondiale de la Santé.

4Durant mes divers séjours au Honduras et au Guatemala, j’avais, pour compléter les données recueillies sur le terrain, consulté les archives nationales de ces deux pays. En 1962, le Centre national de la Recherche scientifique, Paris, m’accorda une mission pour Séville, Espagne, ce qui me permit de consulter également l’Archivo General de Indias.

5Au Honduras, mon travail a été considérablement facilité par les habitants du village d’Orica et notamment M. Marcial Flores. Que soient remerciés également, les autorités du gouvernement hondurien, l’Ambassade de France au Honduras, Don Jesús Aguilar Paz et M. Ernesto Alvarado García de leur aide constante et bienveillante.

6Genaro López, Teodora López, Don Jesús López leur père, et tous les membres de leur famille, m’ont accueillie chez eux avec une gentillesse touchante.

7Dans le domaine de la recherche scientifique, ma reconnaissance va tout d’abord au professeur W. Duncan Strong de l’Université de Columbia, qui m’orienta en 1955 vers l’étude des Jicaque et sut me faire partager son enthousiasme pour l’ethnologie du Honduras. Mes professeurs et collègues français m’encouragèrent à poursuivre cette étude lorsque j’entrai comme chercheur au Centre national de la Recherche scientifique, en 1962. Le laboratoire d’Anthropologie sociale, Paris, et son directeur le professeur Claude Lévi-Strauss, le départment d’Amérique du Musée de l’Homme et son directeur Mme Mireille Simoni-Abbat doivent être tout spécialement remerciés.

8Le présent ouvrage faisait partie d’une thèse de doctorat de 3e cycle que j’ai soutenue en 1967 devant la faculté des Lettres et des Sciences humaines de l’Université de Paris. MM. les professeurs C. Lévi-Strauss, R. Bastide et J. Pitt-Rivers, membres de mon jury, m’ont éclairée de leurs remarques, de leurs critiques et de leurs conseils.

9David F. Oltrogge m’a beaucoup aidée à comprendre les noms tolupan des textes recueillis. Le professeur et Mme Montemayor, à Mexico, Mlle I. Abrelli à Buenos Aires ont révisé l’espagnol que j’avais transcrit. Le français n’étant pas ma langue maternelle, j’ai fait appel à la bonne volonté de plusieurs de mes amis, et notamment, Mme F. Orsoni, Mlle C. Cohen, MM. A. Breton, J. Galinier et D. Michelet. Enfin, pour préparer l’édition française définitive de ce livre, Mme C. Stresser-Péan a révisé le texte français dans tout son ensemble, et Mme Janine Chauvet m’a aussi apporté une aide inestimable. Du reste, c’est la Mission archéologique et ethnologique française au Mexique que dirige le professeur G. Stresser-Péan que je désire remercier dans son ensemble, puisque, outre les preuves de bonne camaraderie que m’ont donné MM. Galinier et Michelet, je tiens à citer Mme F. Bagot de Vargas, dessinatrice, M. Y. Baudouin, dessinateur, et enfin M. V. Lagarde, photographe, qui a réalisé les reproductions agrandies de mes clichés. Mlle Claire Céra a assuré la correction des épreuves.

10Je remercie la Direction générale des Relations culturelles, scientifiques et techniques du ministère des Affaires étrangères qui a bien voulu accorder les crédits nécessaires pour que ce livre soit publié dans la collection Etudes Mésoaméricaines, que dirige le professeur G. Stresser-Péan.

11Enfin, c’est avec une immense gratitude que je pense à mes amis Jicaque. Je dédie tout particulièrement ce livre à la mémoire de mon principal informateur Alfonso Martínez, et à sa femme Todivia Soto, emportés tous deux par l’épidémie de fièvre en juin 1969.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search