Version classiqueVersion mobile

Archéologie du sud de la péninsule d'Azuero, Panamá

 | 
Alain Ichon

Annexe I

Texte intégral

Liste et description des sites reconnus

Liste et description des sites reconnus
  • 1 Coordonnées U.T.M. hectométriques. Identification du carré de 100 000 m : 17 N N U

Note 11

  • 2 (x) : datation douteuse.

Note 22

Sites de la côte sud-est : districts de LOS SANTOS, GUARARE, LAS TABLAS, POCRI et PEDASI

LS-2

EL BEBEDERO

625-772

Habitat

LS-3

JUAN GOMEZ

661-795

Habitat

GE-1

ESPAVE

776-645

Habitat-Cimetière

GE-2

LA JAGUA

778-652

Habitat

GE-3

EL NANZAL

756-625

Habitat-Cérémoniel

GE-4

LA PASERA

762-61 3

Habitat

GE-5

LA CORONA

768-653

Habitat

LT-1

LAS LAJITAS

832-488

Habitat

PO-1

LA PALMA

895-495

Cimetière

PO-2

EL ENCERRADO (de Mansabé)

905-545

Habitat

PO-3

BERRIO

047-403

Cimetière

PI-1

LA ARENA

052-258

PI-2

PLAYA DE ORIA

985-214

Habitat

PI-3

EL TORO

094-335

Habitat

PI-4

EL MADRONO

864-214 et 872-213

Habitat

District de MONTIJO

MO-1

DIAFARA (Mariato)

958-516

Amas de coquilles

MO-5

MORRO DEL CHINO

135-143

Habitat

MO-6

PAVO ABAJO

1 27-1 43

Habitat

MO-7

FLORES

203-160

Habitat

Description sommaire des sites

LA INDIA I (TI-1) - cf. p. 45 et Fig. 6

LA INDIA II (TI-2)

1C'est le site baptisé Barranco de Osorio par Mitchell. Il s'étend sur la rive gauche du río Tonosi, à 1 km en amont et seulement 400 m à vol d'oiseau de La India 1. A cet endroit aussi, les crues d'hiver ont déjà emporté une partie notable du site, dont la largeur n'est plus que d'une centaine de mètres, sur une longueur équivalente. Le déboisement est ancien ; une butte de faible hauteur supporte la maison d'Esteban Osorio, le propriétaire : elle a dû être utilisée de longue date pour se mettre à l'abri des inondations. Vers le nord, le terrain s'élève légèrement, formant une sorte de plateau ; c'est là que Mitchell a fouillé en 1965, mais les résultats de ce travail, de courte durée, ne sont pas connus.

2La stratigraphie naturelle, bien visible sur trois mètres de hauteur, montre une succession de couches argileuses allant du noir au jaune-orangé et de dépôts de sable jaune.

3Nous avons pratiqué à La India 2 divers sondages de 1 x 1 m entre le río et le chemin Tonosi-Puerto Piña. L'un d'eux, à 30 m au sud-est de la maison, a livré à - 70 cm une urne funéraire incomplète contenant quelques ossements, qui est probablement de la phase Bijaguales.

4Une fouille plus importante de 2 x 3 m a été faite entre la maison et le fleuve, sur le bord du talus marquant la limite atteinte par les hautes eaux. Cette zone très riche, surtout entre - 45 et - 65 cm et jusqu'à 1 m de profondeur, a servi de dépotoir pour les habitations situées plus haut ; le matériel date de la phase El Indio, mais il est certain que le site continue à être occupé durant les deux phases suivantes, comme le prouvent nos sondages. Il comprenait en gros trois parties ; d'ouest en est :

  • un cimetière, qui a pratiquement disparu, emporté par le río. Les habitants nous confirment que, il y a quelques années encore, des squelettes accompagnés de poteries entières étaient mis au jour par les eaux du fleuve en saison des pluies. J'ai pu étudier l'une de ces pièces, conservée par un collectionneur de Pedasi : il s'agit d'une jarre de type Joaquín Polychrome, prouvant que cette sépulture tout au moins était de la phase La Cañaza.
  • la zone de décharge, datant de la phase El Indio ;
  • enfin une zone d'habitat s'étendant sur une cinquantaine de mètres vers l'est, qui paraît avoir été surtout occupée durant la phase Bijaguales.

CHARA (TI-3) - cf. p. 386

5Ce site, l'un des cinq visités par Mitchell, comprend une colline de tosca dont le sommet a été utilisé comme cimetière, et 2 à 300 m à l'est une structure circulaire d'une quinzaine de mètres de diamètre, assez mal conservée et entamée par des fouilles clandestines. Le matériel récolté est typiquement de la phase Bijaguales, ce qui confirme la datation des sépultures du morro par le type des tombes à puits profond, qui caractérise cette phase tardive.

6Nous nous sommes contentés à Chara d'une récolte de surface.

LOS TINA JONES (TI-4)

7A 2 km au nord du village de Tonosi, c'est un ensemble de collines allongées couvertes d'une végétation épaisse contrastant avec les pâturages dénudés qui les entourent.

8Au pied de la colline, une mare permanente, le Pozo del Tinajόn donne son nom au site. Des poteries précolombiennes (tinajones) y auraient été trouvées.

9Un sondage sommaire pratiqué sur le sommet de l'un des morros ne nous a donné qu'une quantité infime de tessons grossiers, impossibles à dater. La couche archéologique ne dépasse pas 25 cm.

PUERTO PIÑA (TI-5)

10Ce lieu-dit couvre une zone assez vaste au nord-ouest du port proprement dit, lieu de débarquement des marchandises autrefois transportées par mer et où aboutit un chemin carrossable en saison sèche.

11Dans un grand champ cultivé en rizière sèche, à environ 2 km au nord-ouest du port, le tracteur a mis au jour des tessons assez abondants ; une récolte de surface, complétée par un petit sondage sur 45 cm d'épaisseur, a donné quelque 120 tessons, dont peu de décorés. Le site peut être rattaché à la phase La Cañaza, mais une reconnaissance plus poussée des environs serait souhaitable : il existe sans nul doute d'autres sites entre TI-5 et le fleuve.

L'ATOLLOSA (TI-6)

12Ce terrain plat et boisé, au nord du río Tonosi et à 3,5 km à l'ouest du chef-lieu, est à dix minutes de marche du hameau de Río Viejo de Perina, lui-même relié à la route goudronnée par un chemin carrossable.

13La formation d'une petite quebrada orientée nord-sud, à 500 m du rio, met au jour des tessons qu’il est facile de récolter sur les parois et dans le fond de ce ravineau. Nous avons, de plus, pratiqué un sondage stratigraphique de 1 x 2 m qui nous a donné 464 tessons sur une épaisseur de 120 cm ; bien que peu abondant, ce matériel révèle une évolution assez régulière, des niveaux profonds aux superficiels, les tessons engobés de rouge étant peu à peu remplacés par la céramique Jobero Biscuit caractéristique de la phase Bijaguales. On peut estimer que ce site d'habitat a été occupé pendant une période relativement longue couvrant au moins les phases La Cañaza et Bijaguales. La présence d'un unique tesson incisé et ponctué de la phase Bucaro ne permet pas d'en déduire une occupation aussi ancienne.

GOLENO (TI-7)

14A 3 km en aval de Tonosi sur la rive gauche du fleuve, Goleno est un hameau de quelques maisons au milieu de magnifiques javillos (qui ont été, depuis notre séjour, sacrifiés à la culture). La berge du río montre, en coupe, une succession de couches de terre et de sable reposant sur le socle rocheux de tosca. La couche noire superficielle contient des tessons sur 130 cm d'épaisseur. Un sondage de 1 x 1 m fait sur le bord même, à l'endroit où la rive est à 3,50 m au-dessus du niveau des basses eaux, a montré que le site était occupé, comme La India 2, durant les phases Bijaguales, La Cañaza et probablement aussi El Indio. Il est même possible que l'occupation remonte à la phase la plus ancienne (Bucaro), mais un seul tesson à décor ponctué de type Castillo datant de cette phase a été trouvé.

BIJAGUALES (TI-8) cf. p. 392

15Pendant les deux ou trois derniers mois de saison sèche, une piste, longeant le río Tonosi au sud, permet d’accéder en véhicule au hameau de Bijaguales, à 12 km à l'ouest-nord-ouest de Tonosi. Le site est au pied des pentes abruptes du massif de la Tronosa, sur la terrasse qui descend en pente douce vers la vallée. Il est limité sur trois faces par de profondes sanjas et par la quebrada Bijaguales.

16Le rebord ouest de cette croupe, qui domine une quebrada très encaissée, a servi de zone de décharge : on trouve sur la pente une accumulation de poteries brisées, de fragments de meules, de haches, etc. La plupart des tessons sont de type Jobero Biscuit, et il n'est pas douteux que le site date entièrement de la phase Bijaguales.

17La zone cérémonielle, à l'est, sur la pente descendant vers le rio, est semée, sur 100 m environ, d'une dizaine de structures circulaires très basses et souvent à peine visibles. Ces plateformes de 8 à 15 m de diamètre sont limitées par une seule rangée de galets, avec souvent un grand fragment de meule apode planté du côté sud. Les habitants auraient fouillé l'une d'elles, mettant au jour des ossements humains et des tessons.

18Nous avons fait à Bijaguales une récolte de surface dans la zone de décharge.

LA CAÑAZA (TI-9) cf. p. 292

19Le site se trouve (ou plutôt se trouvait, car la colline bordant la route Tonosi-Cañas a été totalement détruite par les bulldozers) à 4 km au nord-est de Tonosi et à 1 km au nord du pont sur le río Viejo.

20Bien que les sépultures datent probablement toutes de la phase La Cañaza, cette colline devait être occupée durant la phase précédente (El Indio) et durant la suivante (Bijaguales) ; les couches superficielles d'habitat n'étaient malheureusement plus en place lors de notre arrivée.

LA BERNARDINA (TI-10) cf. p. 390, Fig. 127 et p. 407

21La quebrada La Bernardina coupe le chemin de Tonosi à Ave Maria, Guanico et Cambutal à 6,7 km du chef-lieu. Son lit est encaissé, sinueux, encombré par endroits d'une végétation impénétrable ; on y trouve à peu près partout, entre les pistes de Cambutal au sud et de Bucaro au nord, des tessons dont beaucoup ont dû être apportés par les crues.

22Le centre du site est marqué par deux structures circulaires. A cet endroit la berge se présente comme une paroi verticale de 2 m de hauteur bourrée de tessons. Notre sondage S.1 de 1 m2 en a fourni 3 774, pour une couche archéologique de 1,55 m d'épaisseur.

23Un deuxième sondage (S.5) a été fait sur le plateau à une cinquantaine de mètres à l'est du précédent. Bien que le matériel y soit plus rare et la couche moins épaisse (80 cm), les résultats sont concordants : ils montrent que nous sommes en présence d'une zone d'habitat (S.5) ou de décharge (S.1) qui a été occupée de façon continue de la phase El Indio à la phase Bijaguales. Cependant le passage de la première à la phase La Cañaza, en ce qui concerne les types polychromes surtout, est peu net.

24Trois autres sondages, S.2 à S.4, ont été pratiqués en limite et au centre des plateformes Ml et M2. Celles-ci sont tout à fait comparables aux structures circulaires de Guaniquito Abajo : le remplissage est fait de grosses pierres - calcaire, grès, galets de rivière - mélangées à de la terre contenant des tessons des trois phases d'occupation, jusqu'à une profondeur de 220 cm. A - 140 cm au centre de M 1 nous avons découvert un bol rouge à appendices zoomorphes posé sur une couche de charbon qui a pu être daté de 850 ap. J.-C., soit du début de la phase Bijaguales.

25La céramique de La Bernardina est d'excellente qualité et de style original, dans le Tonosi Polychrome en particulier. Un autre trait qui distingue La Bernardina d'autres sites contemporains comme La India 1 ou El Indio, est l'absence complète de tessons de la phase Bucaro.

COIBA (TI-11), cf. p. 389

26Le site se trouve dans une boucle du río Joaquín, à 10 km au nord de Tonosi et 1 km à l'ouest du hameau de Joaquín ; celui-ci est relié par une mauvaise piste à Flores, où arrive la route goudronnée.

27Les tessons récoltés en surface et dans trois petits sondages sont peu caractéristiques. Le site date certainement de la phase Bijaguales si l'on se base sur la présence des monticules et sur le matériel lithique grossier ; mais il diffère des autres sites de cette phase par la forme des structures et par l'absence de céramique Jobero Biscuit (absence qui serait toutefois à vérifier).

LA TIESTOSA (TI-12)

28La quebrada qui porte ce nom prend naissance à l'est de Goleno et coule est-ouest au milieu des pâturages de Faustino Paulino, pour se jeter dans 1'estero d'El Castillo. Le site-qui correspondrait à Los Tiestones de Mitchell - est traversé par le cours supérieur de la quebrada, à mi-distance entre Goleno et le site de Puerto Piña. La partie la plus riche s'étend sur une centaine de mètres le long de la rive nord ; le fond même de la quebrada est jonché de tessons arrachés aux parois en saison des pluies.

29Les propriétaires déclarent n'avoir jamais trouvé ici aucune pièce entière ni aucun ossement humain ; un beau sifflet rouge incisé représentant un vieillard à tête d'oiseau (Pl. XXXV, g) en proviendrait.

30La Tiestosa semble bien, en effet, être une zone d'habitat. Nous y avons pratiqué deux sondages de 1 x 1,50 m. L'un, dans la paroi de la quebrada, est tombé sur un dépotoir, fosse. circulaire de 1,30 m de profondeur creusée dans l'argile jaune et remplie d'une terre noirâtre mélangée à des coquillages, des charbons, des os d'animaux et de nombreux tessons de la phase La Cañaza (peut-être aussi de la phase El Indio).

31L'autre sondage, un peu en retrait de la quebrada, a fourni un matériel moins abondant,, sur seulement 75 cm d'épaisseur ; il date de la phase Bijaguales et peut-être, vers le bas, de la phase La Cañaza.

32En résumé, La Tiestosa est un site d'habitat occupé durant les trois dernières phases. Il se poursuivrait plus à l'est, dans une zone où l'occupation ancienne serait plus nette.

EL JOBERO (TI-13)

33Sur la rive droite du río Guanico, près du confluent de celui-ci et du río Jobero, à 1 km au sud-est du terrain d'aviation du hameau du même nom, dont les maisons s'éparpillent sur plus d'un km le long du rio.

34Le site, dominé par les derniers contreforts de la Sierra de Cambutal, occupe le bas de la pente et l'étroite terrasse qui surplombe le rio. On remarque plusieurs ensembles de gros galets dont certains fichés dans le sol ; ils doivent correspondre à d'anciennes plates-formes d'habitations ou de temples, qui à l'heure actuelle n'ont plus aucune forme précise.

35Les sondages pratiqués sur le bord de la terrasse donnent un matériel assez abondant et typique de la phase Bijaguales, avec une majorité de Jobero Biscuit ; mais la couche est ici peu épaisse (40 cm) et les polychromes sont rares.

EL SOLIYOSO (TI-14)

36Dans la zone des collines basses qui s'étend entre la côte et le cours inférieur du río Guanico, je n'ai visité qu'un seul site, El Soliyoso. Situé à 2 km à l'est-nord-est du centre du village de Guanico, sur la piste menant à la plage d'El Ostional, il occupe une zone assez vaste actuellement plantée de tomates et de haricots. Dans cette terre remuée, les tessons sont abondants en surface et paraissent descendre assez bas : plus de 50 cm. Ce matériel est de la phase Bijaguales, avec du Jobero Biscuit et des fragments d'outillage lithique relativement abondants ; cependant certains polychromes pourraient dater de la phase antérieure. Je n'ai trouvé aucune trace de structures circulaires.

EL BIJAGUAL (TI-15) cf. p. 384 et Fig. 125

37Cette colline située à 3 km à l'est d'El Cacao a subi le même sort que celle de La Cañaza : elle a été rasée pour l'aménagement de la route Tonosi-Cañas.

38Il semble qu'il y ait eu au sommet une seule sépulture profonde, qui fut partiellement détruite par les engins et ensuite fouillée par mon assistant, Carmelo Gonzalez. Elle ne contenait plus que deux poteries miniatures entières et les débris d'une troisième. Cette offrande permet de dater le site de la phase Bijaguales.

LOS BUZOS (TI-16)

39Une importante exploitation forestière est installée sur la côte à 2 km à l'ouest de l'embouchure du río Cambutal ; le chemin qui la relie à Tonosi est donc ouvert chaque année dès la fin des pluies pour permettre le passage des camions transportant le bois. Cette piste côtière continue d'ailleurs sur Horcones, Playa Verde et jusqu'à la pointe sud-ouest de la péninsule.

40Le site occupe les abords de la petite baie des "plongeurs" (Buzos) entre la plage et les premières hauteurs. Il mériterait une fouille stratigraphique sérieuse car la couche archéologique paraît épaisse (1,30 m au moins), si l'on en juge par les tessons visibles sur les flancs des chemins en déblai ou des quebradas. L'occupation pourrait donc être plus ancienne que celle indiquée par le matériel de surface : celui-ci est de la phase La Cañaza. Aucun tesson Jobero Biscuit et aucun metate de type "rustique" n'a été trouvé : le site devait être abandonné avant le début de la phase Bijaguales.

EL CACAO (TI-17)

41Victime, comme La Cañaza et El Bijagual, de la construction de la route Tonosi-Cañas, ce site proche du village d'El Cacao a été mis au jour par les bulldozers chargés de remblayer la chaussée à 300 m au sud du río Limon. Quand je fus appelé sur place, deux mètres d'épaisseur de terre au moins avaient déjà été décapés et il ne restait dans cette énorme cuvette de 100 m sur 300 que quelques îlots de tessons sur une épaisseur ne dépassant pas 30 cm. La couche archéologique devait néanmoins être exceptionnellement profonde, puisque les premiers tessons auraient été trouvés vers - 50 cm ; le fait est dû sans doute à la rapidité de formation des dépôts alluviaux dans cette vallée soumise à des inondations annuelles.

42Le matériel recueilli est essentiellement de type Jobero Biscuit ; il comprend aussi deux haches (Fig. 123, i). Le site date donc de la phase Bijaguales et n'a pas été occupé plus tôt.

EL INDIO (TI-18), cf. p. 79 et Fig. 18

EL GUAYABO (TI-19)

43Vaste zone archéologique dont la situation, au pied du massif de La Tronosa, rappelle celle de Bijaguales (elle n'en est distante que de 2 km).

44A proximité des dernières maisons du hameau d'El Guayabo, on distingue les restes d'un cercle de pierres qui devait avoir une dizaine de mètres de diamètre et délimiter une plateforme basse. Une deuxième structure de pierres pratiquement détruite, existait 500 m plus à l'ouest, au pied de la pente. On trouve à cet endroit d'assez nombreuses traces d'habitat ; l'abondance du matériel lithique est notable. Les tessons sont par contre peu abondants, avec une majorité de Jobero Biscuit.

45Plusieurs meules apodes, conservées par un habitant, Teodor Saavedro, sont d'énormes galets à cuvette étroite de type primitif (Fig. 12 1, c).

46El Guayabo est, en résumé, un site d'habitat de la phase Bijaguales, qui comprenait aussi plusieurs plates-formes circulaires non groupées.

LA CORALILLA (TI-20)

47Une piste partant de La Corotua (ce hameau, à 7 km à l'ouest de Tonosi, est accessible en véhicule) mène au rancho de La Coralilla, 900 m plus au sud, au pied même du massif de La Tronosa. J'ai situé ce rancho en 540-178, mais il est peut-être plus à l'est, vers 556-176 : la carte est fausse dans cette région, les noms de quebradas étant souvent intervertis.

48Notre récolte de surface a donné quelques tessons Tonosi Polychrome (dont des bords de bols La Bernardina typiques) mais aussi de rares Jobero Biscuit et une molette énorme, qui sont certainement tardifs. Le site aurait donc été occupé durant les phases El Indio et Bijaguales, sans doute aussi pendant la phase intermédiaire.

EL VITAL (TI-21) cf. p. 327

BUCARO (TI-22) cf. pp. 72 (Fig. 16), 327 et 415

ENSENADA DE BUCARO (TI-22)

49La côte au sud du village de pêcheurs de Bucaro forme une baie largement ouverte bordée de sable fin et de manzanillos. C'est en limite du sable et de la brousse xérophile, non loin de l'embouchure de la quebrada La Javillosa que nous avons découvert les traces de ce qui paraît être deux campements de pêcheurs de la phase Bijaguales : assemblage de pierres ayant pu servir a la construction d'abris ou de foyers grands tessons de poteries utilitaires (vases à anses en ruban, bols Jobero Biscuit, mais aussi tessons à décor peint ou appliqué), silex taillés (Fig. 123, a et b), abondants vestiges d'animaux, surtout de poissons.

50Malheureusement, ayant dû remettre à plus tard la fouille de ces campements dont l'un paraissait intact, nous n'en avons plus trouvé trace en revenant l'année suivante. L'existence de sites comparables tout au long de la côte sud est probable. J'en ai visité un, beaucoup moins riche il est vrai, à PLAYA DE ORIA (TI-2), à mi-distance entre l’île de Carias et la pointe sud-est de la péninsule (Punta Mala).

MORRO DE AVELINO (TI-24)

51C'est une colline dénudée d'une dizaine de mètres de hauteur, sur le bord au chemin de Tonosi à Río Viejo de los Rodriguez, à 2 km au nord du village de Tonosi. La base, entamée par le bulldozer, montre une couche de tessons d'assez faible épaisseur, on trouve également de tes sons érodés sur le sommet, mais ici la "pierre morte" affleure partout.

52Il y a dans le matériel une forte proportion de Jobero Gris, avec quelques polychromes de style Joaquín. Le site peut être daté de la phase Bijaguales.

LOS LLANOS (TI-25)

53Dans la vallée du río Viejo à mi-distance entre Río Viejo de los Rodriguez et Río Viejo del Solar et à 500 m au nord du río se dresse un ensemble de collines partiellement boisées. Sur la pente sud, j'ai ramassé en surface une assez grande quantité de tessons et un morceau de metate à plateau mince et bord en biseau. La plupart des polychromes sont de type Joaquín Polychrome, mais on trouve aussi du Tonosi Polychrome et le Jobero Biscuit n'est pas absent. On peut en déduire que le site était probablement occupé pendant la phase La Cañaza et certainement pendant la phase Bijaguales.

QUEBRADA LA INDIA (TI-26)

54Ce cours d'eau non marqué sur la carte est sans doute un affluent de la quebrada El Jobo, qui se jette dans le río Tonosi à 2 km en amont du village. On y accède en un quart d'heure à pied en partant soit de Buenos Aires, soit de La Bonita.

55La quebrada, qui coule au milieu d'une végétation épaisse, a profondément creusé son lit et forme une série de petites chutes et de cuvettes dans lesquelles l'eau stagne en permanence. A certains endroits la paroi verticale dépasse 3 m et l'on voit que la couche archéologique a au moins 1 m d'épaisseur.

56Le matériel est abondant, aussi bien dans le fond du ruisseau que sur les berges. Il est typique de la phase El Indio, mais plusieurs tessons décorés sont des fragments de fruteras Joaquín Polychrome, et l'on trouve aussi un beau masque humain qui devait faire partie d'un vase anthropomorphe et date lui aussi de la phase La Cañaza.

57L'occupation du site, qui paraît très riche et mériterait une fouille sérieuse, couvre donc les deux phases El Indio et La Cañaza.

LOS MANGOS (TI-27)

58Sur la rive droite de 1'estero d'El Indio, à 1 km au sud-ouest du port d'El Indio, la présence de plusieurs manguiers au milieu des palétuviers indique l'existence d'un ancien site d'habitat. Un sondage effectué au pied des arbres n'a donné que trois tessons ; ceux-ci sont plus nombreux - mais très érodés - sur la berge de 1'estero découverte à marée basse. Ce matériel, formé en majorité de fragments de poteries utilitaires à oreilles, engobées de rouge, pourrait être de la phase El Indio ou de la phase La Cañaza ; il est insuffisant pour dater le site.

GUANIQUITO ABAJO (TI-28) cf. p. 392, Fig. 128 et 129

LOMA QUEMADA (TI-29)

59Colline calcaire de faible relief, à 500 m au nord de la route Tonosi-Cañas et 1 km à l'est d'El Cacao. Le site, qui me fut signalé par les ouvriers de la route, est un pâturage qui venait d'être incendié ; l'endroit n'ayant pas de nom, je l'ai baptisé Loma Quemada : la colline brûlée.

60La couche de terre noire recouvrant le rocher est assez riche en tessons, la plupart engobés de rouge ; on ne trouve malheureusement que peu de polychromes, mais plusieurs sont de type Joaquín, et il y a aussi quelques Jobero Biscuit de la phase Bijaguales.

61Le site s'étend probablement jusqu'à la route puisque j'ai trouvé à proximité de celle-ci et à 1,50 m de profondeur quelques tessons dans une tranchée creusée par le bulldozer.

EL INFIERNILLO (TI-30)

62La route Tonosi-Cañas franchit le río Infiernillo à 4 km à l'ouest de ce dernier village. Plusieurs sites ont été repérés le long du río : à l'emplacement du pont, il y a des tessons à 1,80 m de profondeur au nord-ouest du pont, un cercle de pierres de 20 m de diamètre ; enfin, à 1 km au sud du pont, sur la rive gauche du río, le site le plus important que nous désignons par El Infiernillo.

63A l'est une petite colline descend en pente raide vers le río ; un sentier passant à flanc de coteau a entamé un amas de coquilles d'une soixantaine de cm d'épaisseur, qui contient des tessons de poteries utilitaires ; on en trouve encore en amont et en aval du conchal, jusqu'à la berge du rio. Le sommet de la colline, qui est plan, aurait livré des sépultures creusées dans la tosca et contenant des poteries non décorées ; une dizaine de trous circulaires peu profonds sont les seules traces qui subsistent de ces fouilles.

64Le site est relativement facile à dater en raison de la présence de Joaquín Polychrome et de la fréquence du type Infiernillo Tacheté, qui représente 5 % du total des tessons du conchal ; ce dernier type apparaît, il est vrai, dès la phase El Indio, mais il est probable que le site est plus tardif, comme le prouve la forme des sépultures.

65Les sites plus en amont, de part et d'autre du pont, dateraient, eux, de la phase Bijaguales.

OJO DE AGUA (TI-31)

66A 1,7 km à l'est du río Infiernillo, c'est-à-dire au P. K. 20,600 de la route Tonosi-Cañas. Ce site d'habitat s'étend sur au moins 200 m le long de la route ; les tessons sont abondants, avec beaucoup de polychromes qui sont apparemment de type Joaquín mais frappent par leurs grandes dimensions et leur caractère grossier. On peut néanmoins rattacher Ojo de Agua à la phase La Cañaza.

EL JAGUITO (TI-32)

67Zone de collines basses s'étendant entre le río Viejo et son affluent El Jagüito au sud, et la route goudronnée au nord, à 4,5 km au nord-ouest de Tonosi. La vaste zone d'habitat, signalée par des tessons et de nombreux fragments de meules, de molettes et de haches, occupe le sommet de plusieurs collines et leurs pentes. On trouve peu de tessons décorés ; la céramique utilitaire est en majorité Rouge et Jobero Biscuit permettant, avec l'outillage lithique, de dater le site de la phase Bijaguales.

LA LIMONA (TI-33) cf. p. 390 et Fig. 127

68Le site n'est qu'à une demi-heure de marche du hameau de La Cacica, qui est relié à la route goudronnée par un chemin carrossable. Il comprend deux parties : au pied de la Loma La Bonita, dernier contrefort du Cerro Quema dominant la vallée du río Viejo, sur le bord de la quebrada La Limona (marquée La Bonita sur la carte), un ensemble cérémoniel de quatre structures circulaires. L'une d'elles a été fouillée par un amateur il y a quelques années ; il aurait mis au jour des sépultures et des poteries polychromes. Un sondage rapide au centre de la structure 1 a donné des tessons de type Jobero Biscuit sur une faible épaisseur.

69Deux ou trois cents mètres au sud-est, sur le sommet d'une colline enserrée par une boucle de la quebrada, il y a un autre ensemble de structures, que la végétation très dense nous a empêchés de relever ; la pente nord-est a été utilisée comme zone de décharge : les tessons y sont abondants, avec beaucoup de Jobero Biscuit et de Joaquín Polychrome.

70Les deux parties du site sont contemporaines et datent de la phase Bijaguales.

EL CIGUA (TI-34) cf. p. 386

71A 800 m à l'est du río Cigua et 6 km à l'ouest de Cañas, la route traverse une zone de sépultures située sur le sommet d'une colline. L'une d'elles a été fouillée par un amateur avant d'être complètement détruite.

72Les tessons récoltés en surface confirment que le site est bien de la phase Bijaguales, comme l'indique le type des sépultures profondes.

EL CAFETAL (TI-35) cf. p. 186

73Site tout à fait comparable à celui d'El Indio, à 600 m seulement en amont de celui-ci, sur la rive nord du même estero.

74Le riche cimetière de la phase El Indio a été fouillé intensivement en 1969 pour le compte de Thelma Bull, collectionneur nord-américain bien connu à Panama. En 1970, le Pr Raúl Gonzalez y a fait, pour le Museo Nacional, une campagne de fouilles fructueuse.

LA PALMITA (TI-36)

75Ce nom désigne le "port" situé sur 1'estero du río Viejo, où aboutit la piste venant de río Viejo Abajc ; c'est là que les embarcations sont laissées à marée basse, la remontée du río étant alors dangereuse en raison des troncs immergés.

76Une trentaine de tessons seulement, dont beaucoup très érodés, ont été récoltés sur la berge ; ils ne permettent pas de dater le site, qui pourrait être de la phase El Indio ou de la phase La Cañaza.

EL CALABAZO (TI-37)

77A 800 m en amont d'El Cafetal, sur la rive sud de l'estero d'El Indio (qui prend ici le nom d'Estero d'Agua Buena), j'ai recueilli sur une centaine de mètres des tessons dont plusieurs polychromes tardifs et du Jobero Biscuit. Ce site d'habitat, qui était peut-être déjà occupé avant la phase Bijaguales, a été fouillé avant El Cafetal par les amateurs à la recherche de sépultures, sans résultat apparemment.

MORROS DE LA ISLA (TI-38)

78Partant du village d'Isla de Cañas, on remonte sur 1 km l'estero du río Cigua le site, dominant le manglar, couvre plusieurs hectares de collines déboisées où les habitants de l'île cultivent mais et riz avant qu'elles ne soient transformées en pâturages par leur propriétaire.

79Le matériel recueilli dans un basurero de plus de 1,50 m de profondeur qui contient une forte proportion de coquillages, est de la phase Bijaguales, mais peu typique en dehors du Jobero Biscuit ; l'occupation du site est peut-être plus ancienne (un seul tension incisé de la phase Bucaro)

MORRO DE PUERCOS (TI-39) cf. p. 71

80L'un des trois sites anciens de notre zone, dont l'occupation s'est poursuivie au long des quatre phases.

CANAL DE TONOSI (TI-40)

81Le village même de Tonosi a été construit à l'emplacement d'un site précolombien : on a découvert des sépultures en restaurant l'église et les habitants trouvent fréquemment des tessons en creusant dans leur jardin. Vers 1958, pour protéger le village contre les crues de l'hiver, le cours du río Tonosi a été détourné par le creusement d'un canal qui a isolé et mis à sec une grande boucle de l'ancien lit, la madré vieja.

82La berge nord de ce canal, haute de 5 à 6 m, présente à environ un mètre de la surface une couche de terre argileuse noirâtre de 10 cm d'épaisseur qui contient de nombreux tessons, presque exclusivement de type Jobero Biscuit. Le matériel récolté dans le village même est identique. L'occupation de cette partie de la vallée est donc tardive : les sites plus anciens sont en aval.

LA BONITA (TI-41)

83Situé comme La Limona (TI-33) au pied du massif de Canajaguas - les deux sites ne sont distants que d'un km-et sur la rive sud de la quebrada La Bonita (marquée par erreur La Mona sur la carte au 1/50 000e), c’est un ensemble de structures circulaires en très mauvais état dont le plan n'a pu être fait. Le propriétaire conserve un metate primitif, avec sa "main" (Pl. LX, b) et des fragments de bols et de jarres Joaquín Polychrome peut-être antérieurs à la phase Bijaguales à laquelle nous rattachons ce site.

LA BONITA DE BUENOS AIRES (TI-42)

84C'est le plus au sud des sites qui jalonnent le pied du massif de La Tronosa, à 1,5 km du hameau de La Bonita et 4,5 km au sud-ouest de Tonosi.

85Je n'ai pu reconnaître qu'une faible partie de la zone archéologique, dominant la quebrada d'El Tucu. La couche de tessons y atteint 60 cm d'épaisseur, avec une prédominance des types des phases La Cañaza et Bijaguales ; mais le Tonosi Polychrome de la phase El Indio est loin d'être absent et l'on peut penser que la durée d'occupation a été très longue.

BARRANCON (TI-43)

86A 1 km à l'est de Guaniquito Abajo, le site occupe la même situation dominante sur la rive sud du río Guaniquito et devait être contemporain, comme le prouve une récolte de surface abondante. Mais on ne trouve ici aucune structure circulaire nette : Barrancon est un site d'habitat sans zone cérémonielle, qui devait dépendre du grand centre voisin.

LA PINTADA (TI-44)

87Un des quatre sites reconnus dans la partie montagneuse au nord de notre zone, La Pintada est situé à 1 km à l'ouest du hameau du même nom, sur la rive sud de la quebrada Los Aromos. Les tessons sont abondants en surface sur les pentes de la colline descendant vers le cours d'eau ; la fréquence des fragments de bols zoomorphes blanc et noir sur rouge d'une part, l'existence de vases et de plats (comales ?) très épais (2 cm) et grossiers d'autre part, sont deux traits qui semblent caractériser la céramique de ces sites datant probablement de la phase La Cañaza. Mais cette hypothèse devrait être confirmée par des sondages.

BAJO GRANDE (TI-45)

88A 1,5 km au nord-est du précédent, le site est un pâturage en pente douce entre les quebradas La Mina et La Pintada, à 300 m à l'ouest des maisons de Bajo Grande. Le matériel récolté en surface est insuffisant ; on peut penser que le site est contemporain de La Pintada. Néanmoins, il existait peut-être une structure circulaire, aujourd'hui très détruite : or, ces cercles de pierres n'apparaissent qu'à la phase Bijaguales.

LA TINAJITA (TI-46) cf. p. 388

89Les sépultures sont de la phase Bijaguales, comme le matériel récolté aux environs ; il n'y a pas, cependant, de structures circulaires.

90Le site se trouve à 500 m à l'est du village de Boca de Toro, que nous avons pu atteindre en véhicule en partant de Guaniquito.

LA PINTADITA (TI-47)

91Le site s'étend de part et d'autre de la quebrada Agua Fresca, affluent de La Pintada. Au sud, sur la pente du Cerro de Los Piraguales, le propriétaire du terrain, Roman Castro, déclare avoir trouvé une trentaine de petits bols zoomorphes plantés dans le sol pour former une sorte de cercle. On trouve effectivement en surface beaucoup de fragments de ce type, ainsi que de l'Infiernillo Tacheté. Comme La Pintada et Bajo Grande, le site pourrait être de la fin de la phase El Indio, ou plus probablement de la phase La Cañaza.

TERRENO DE CAMPO (TI-48)

92A 1 km des dernières maisons de Tonosi sur la route de Cañas. La terre de remblaiement de cette route a été prise au sud, dans une zone de 50 x 150 m creusée à 1,50 m de profondeur. Les tessons, dont une majorité de Jobero Biscuit, sont abondants sur les parois de cette excavation ; on en trouve aussi en surface dans le champ voisin, à l'ouest.

EL ENCERRADO DE LA ISLA (TI-49)

93Le site est en limite nord du manglar, juste en face du village d'Isla de Cañas. Une piste tracée chaque année au bulldozer rejoint la route goudronnée près d'El Cigua : c'est pour les habitants de l'île (qui doivent se cotiser pour payer l'engin) le plus court chemin vers Tonosi.

94Comme à El Indio, les palétuviers semblent ici progresser en rongeant le talus de terre sablonneuse de 1,50 à 2 m de hauteur, dans lequel la couche de matériel archéologique est nettement visible : elle a 80 cm d'épaisseur. La céramique date surtout de la phase Bijaguales, mais la proportion de Joaquín Polychrome et d'Infiernillo Tacheté est assez forte et pourrait indiquer que l'occupation s'est étendue sur les deux dernières phases.

LA MA JADILLA (TI-50)

95A l'est et en bordure de la route El Cacao-Flores, à 1 km d'El Cacao, ce morro de calcaire et d'argile jaune partiellement détruit par les travaux de la route est tout à fait semblable à celui de La Cañaza (TI-9) : les deux sites doivent être contemporains. Deux fruteras entières, provenant sans doute d'une sépulture, sont du pur Joaquín Polychrome (phase La Cañaza) ; la récolte de surface donne une bonne proportion de Jobero Biscuit (phase Bijaguales).

EL JACINTAL (TI-51)

96Proche de La Coralilla (TI-20), au pied du massif de La Tronosa. La piste de Buenos Aires permet d'arriver en véhicule jusqu'au site. Celui-ci s'étend sur une croupe dénudée au nord du rancho d'Esteban Hernandez et sur les pentes descendant vers une sanja encaissée. Un sondage a prouvé que la couche de tessons est peu épaisse : une trentaine de cm. Le matériel est cependant abondant dans le fond du ruisseau et comprend de la céramique polychrome des deux phases El Indio et La Cañaza.

JOAQUÍN (TI-52)

97Une piste partant de Flores permet, en saison sèche, d'arriver à proximité du hameau de Joaquín Abajo, quelques cases dispersées le long du río Joaquín.

98Le site s'étend sur la pente est et au pied de la Loma Subida de los Cielos, au nord de la quebrada du même nom. Nos sondages n'ont donné que quelques tessons peu caractéristiques, mais plusieurs fragments de fruteras Joaquín Polychrome typiques proviennent du patio de Carlos Bonaga. Le site a certainement été occupé pendant la phase La Cañaza ; d'autres travaux seraient nécessaires pour connaître la durée exacte de cette occupation.

EL BARRABAL (TI-53) cf. p. 392 et Fig. 127

99Une piste carrossable longe le río Guanico ; El Barrabal, grand centre cérémoniel de la phase Bijaguales, est situé à 1 km au sud du village de Guanico Arriba.

100El Barrabal serait, avec Bucaro, le seul site à avoir livré des traces de l'occupation coloniale : une vieille épée espagnole a été trouvée, dit-on, dans une sanja proche du site.

EL CARBON (TI-54) cf. p. 423 et Pl. LXIII, a

101Site à pétroglyphes, non daté.

MONTEVIDEO (TI-55)

102Entre La Coralilla (TI-20) et Bijaguales (TI-8), à 2 km au sud du río Tonosi et 1 km environ des premières pentes du cerro La Tronosa.

103Le site d'habitat dominant la quebrada La Perra paraît de faible étendue, avec une couche archéologique assez pauvre ne dépassant pas une vingtaine de cm. Son principal intérêt est d'avoir livré fortuitement, à la suite de travaux de piste, une cache contenant au moins sept poteries entières. La plupart sont caractéristiques des types de transition entre les phases El Indio et La Cañaza : Zahina Polychrome (Fig. 67, a), Montevideo Polychrome (Fig. 70, c, e) et Joaquín Polychrome (Fig. 76, a), avec un motif de serpent lové unique à Tonosi. Nous avons mis au jour un petit bol rouge mince en fouillant les abords de la cache.

EL CAOBA (TI-56)

104Le chemin de Tonosi à río Viejo de los Rodriguez permet d'arriver en véhicule à 1 km du site qui occupe les pentes sud d'une colline boisée, dernier contrefort du Cerro Quema ; il est limité au sud par la quebrada del Lagarto.

105Différents sondages pratiqués de part et d'autre de la piste menant à La Bonita de las Flores et sur la pente de la colline n'ont donné que peu de tessons, la couche archéologique ne dépassant pas 30 cm. Par contre, la récolte en surface le long de la piste ravinée par les pluies, sur 200 m est abondante. Le matériel est de la phase La Cañaza, avec des types de transition tel que le Montevideo Polychrome. El Caoba est donc contemporain de Montevideo (TI-55).

CAÑAS (TI-57)

106En remontant le cours du río Cañas à partir du village du même nom, des tessons sont visibles en plusieurs endroits dans le talus entamé par les crues. Le site le plus important est à quelques dizaines de mètres des dernières maisons du village. Les habitants nous avaient signalé qu'après les pluies une grande urne rouge avait été trouvée à demi dégagée, sur la berge ; l'endroit est d'ailleurs baptisé Charco de las Tinajitas, ce qui prouve que ce genre de découverte n'est pas exceptionnel. Une prospection rapide de la berge, qui est ici encombrée de broussailles, nous a permis de trouver, encore en place, une autre urne funéraire rouge de type El Indio, coupée en deux par le río et recouverte d'une deuxième urne identique, renversée ; elle contenait les restes incomplets d'un adulte présentant des signes de crémation, accompagné d'un pendentif de tumbaga en très mauvais état.

107Nous avons fait sur la rive ouest, à 3 m du rio, un sondage de 1 x 2 m. Aucune sépulture n'a été mise au jour et la stratigraphie s'est révélée décevante, malgré l'épaisseur relative de la couche archéologique de - 80 à - 160 cm. A tous les niveaux les tessons typiques de la phase El Indio et ceux de la phase La Cañaza se trouvent mélangés. Il est probable que le site a été occupé pendant les deux phases, peut-être seulement à la fin de la phase El Indio.

108Cañas est le site le plus à l'est de notre zone d'étude où nous ayons trouvé, bien représentée, la céramique polychrome de la phase El Indio de Tonosi.

LA SECA (TI-58)

109Une reconnaissance faite a priori de la quebrada La Seca, à l'est de Cañas, m'a permis de localiser un site sur la rive est de ce cours d'eau, à 2 ou 300 m de son confluent avec le río Cañas. Des tessons sont visibles à deux endroits sur la berge. Sur la cinquantaine de tessons récoltés, il y a un bord de vase incisé qui est sans conteste du type Manzanillo Scarifié de la phase Bucaro. Néanmoins, il ne semble pas exister de couche bien nette correspondant à cette phase et les autres tessons sont engobés de rouge ou de blanc, datant probablement de la phase El Indio.

110Les sites de la phase Bucaro sont fort rares et La Seca mériterait d'être prospectée plus sérieusement.

CARAS PINTADAS (TI-59) cf. p. 421 et Fig. 135

LA TRONOSA (TI-60)

111A quatre heures de cheval de Tonosi, La Tronosa est le seul site que je n'aie pas reconnu personnellement : il a été visité par mon assistant, Jacinto Almendra, qui en a rapporté des tessons et des fragments de meules typiques de la phase Bijaguales. Le site doit se trouver entre 6 et 700 m d'altitude sur la pente sud du cerro La Tronosa, à environ 1 km à vol d'oiseau du sommet.

Notes

1 Coordonnées U.T.M. hectométriques. Identification du carré de 100 000 m : 17 N N U

2 (x) : datation douteuse.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search