Version classiqueVersion mobile

Archéologie du sud de la péninsule d'Azuero, Panamá

 | 
Alain Ichon

Chapitre 10. Résumé et conclusions

Texte intégral

1Si les grandes lignes du développement culturel de la région de Tonosi avant la Conquête espagnole nous sont maintenant connues, beaucoup de points restent encore obscurs et beaucoup de questions sans réponse. Je voudrais les résumer ici, avant de tenter de replacer cette évolution dans le cadre général de l'histoire précolombienne de Panama et de l'Amérique Centrale.

  • 1 1964, p. 54.

2Aucun site antérieur au début de notre ère n'a été trouvé à Tonosi. Ce fait confirme les observations de Mc Gimsey, qui a cherché en vain dans le golfe de Montijo-et plus généralement sur toute la côte pacifique de Panama - des sites de la période formative correspondant à Monagrillo, sur la côte est de la péninsule. Il conclut de cette absence que la "situation écologique" de cette zone était moins favorable, durant l'époque formative, à l'installation de groupes humains qu'elle ne le devint aux époques ultérieures1. La formule est vague et n'explique pas l'existence de Monagrillo. On peut se demander si cette apparente absence de sites anciens ne provient pas plutôt d'un défaut d'information.

3A partir du début de notre ère, l'étude du matériel archéologique montre que l'histoire de Tonosi est passée par trois stades successifs que l'on pourrait appeler : formatif - d'apogée - d'intégration et de déclin.

4Au premier stade correspond notre phase Bucaro, qui s'étend du début de notre ère à 200 environ ap. J.-C. Les sites de cette phase, apparemment peu nombreux et de faible superficie, sont situés sur le bord du río Tonosi ou sur la côte ; aucune sépulture n'a été mise au jour. La céramique utilitaire est d'allure assez fruste, de formes peu variées, à décor presque uniquement plastique (incisions diverses, ponctuations, impressions, pastillage) ; on trouve cependant aussi des types plus évolués (peut-être tardifs), engobés de rouge, de blanc, ou même bichromes à raies noir sur rouge. D'autre part l'existence d'un outillage lithique déjà élaboré prouve que l'agriculture entrait pour une part non négligeable dans le mode de subsistance.

  • 2 1968, non publiée.

5On serait tenté de rapprocher cette céramique de complexes analogues, en particulier du plus proche dans l'espace, celui de Sarigua, dans la baie de Parita, dont la datation (1 000 av. J.-C.) est assez arbitraire. Mais un examen même sommaire montre que cette céramique est très différente de celle de Bucaro. Elle donne dans l'ensemble l'impression d'être plus tardive qu'on ne l'a cru jusqu'ici, et postérieure à celle de notre phase ancienne. Je serais tenté d'adopter sur ce point la thèse de Don Crusoe2 qui estime que les phases Sarigua et Santa Maria ne seraient en réalité qu'une seule et même phase.

6On trouve en effet dans la céramique de cette dernière phase, sur des poteries de type Escota, l'utilisation du décor plastique, mais selon des techniques souvent différentes de celle de Bucaro. J'y verrais plutôt une survivance, de même qu'on trouve quelques types à décor plastique associés aux types polychromes de la phase El Indio.

  • 3 Une comparaison plus poussée des types de notre phase Bucaro et de ceux de la période "Bichrome en (...)

7La comparaison la plus probante est jusqu'ici celle d'Olga Linarés, qui rapproche les incisés de la phase Bucaro du Scarified Ware de la phase Concepción-Aguas Buenas du Chiriqui et du Costa Rica. Les différences sont notables et l'on ne trouve pas à proprement parler à Bucaro le Bichrome en zones si caractéristique de cette période formative tardive, de même que notre type Minitas Incisé n'a pas d'équivalent à Concepción. Cependant, on peut admettre que les premiers habitants de la vallée de Tonosi étaient apparentés à ceux qui occupaient non seulement l'Ouest de l'Isthme mais l'ensemble des hautes terres de Panama et plus généralement la partie "basse" de l'Amérique Centrale, cette zone de tradition sud-américaine - selon Cl. Baudez - qui s'étend de la côte nord du Honduras à la frontière colombienne3.

8Aucune culture comparable à celle de Bucaro n'a été découverte jusqu'ici aussi bien sur la côte ouest que sur la côte est de la péninsule d'Azuero.

9A ce stade "formatif" succède-brusquement, comme en témoignent nos fouilles - une période qui va durer six siècles et marquer l'apogée du développement culturel dans la vallée du Tonosi.

10Si l'on admet que le début de cette période se situe vers 250 ap. J.-C., cette apogée doit dater du Ve ou VIe siècle. L'étude de la céramique nous a permis de distinguer, dans cette période, deux phases bien nettes : la première est la phase El Indio, durant laquelle la nouvelle culture paraît se développer de façon autonome, sans influences extérieures apparentes. La seconde est marquée au contraire par une profonde évolution, sans doute provoquée ou accélérée par des influences étrangères, qui parviennent à modifier considérablement les structures anciennes : c'est la phase La Cañaza.

11Entre 200 et 300 ap. J.-C., la culture de Bucaro disparaît de façon abrupte, remplacée par une culture nouvelle dont les éléments essentiels sont peut-être originaires du Mord de l'Amérique du Sud (Colombie, Venezuela, Equateur ?). Une douzaine de sites datant de cette époque nous sont connus, soit quatre fois plus que ceux de la phase précédente, qui continuent d'ailleurs à être occupés. Tous ces sites sont sur le bas Tonosi, dans la région côtière et surtout le long de la zone des palétuviers ; la pénétration vers l'intérieur des terres semble très limitée (moins de 20 km). Le long de la côte, elle va de Morro de Puercos à l'ouest à Playa de Venado à l'est, soit une trentaine de km. Le haut-lieu, peut-être la capitale, devait être El Indio, installé à proximité de l'embouchure du río Tonosi, dans une zone aux ressources naturelles abondantes et aux communications fluviales faciles.

12Cette apparition d'une culture originale dans la région de Tonosi n'est pas un fait unique : un autre noyau au moins occupe à la même époque la côte est du golfe de Montijo entre les îles Leones et Cebaco ; il est probable que d'autres restent à découvrir plus au sud (je pense en particulier à la région d'Arena de Quebro). Quoiqu'il en soit, les gens d'El Indio paraissent avoir occupé uniquement les côtes sud et ouest de la péninsule d'Azuero, en négligeant la côte est.

13Ils sont porteurs d'une culture plus évoluée, de techniques nouvelles dont la supériorité est surtout visible dans la céramique. Quant aux modes de vie, la chasse, la pêche, la collecte de mollusques en mer, dans les ríos et dans le manglar continuent à fournir les ressources alimentaires essentielles, l'agriculture jouant encore un rôle d'appoint. L'innovation la plus notable est la céramique à décor polychrome, dont c'est, semble-t-il, la première apparition en Amérique Centrale : technique qui se place d'emblée à un niveau d'élaboration et de réussite esthétique prouvant l'existence d'une longue tradition antérieure. Cette céramique décorée - la Tonosi Polychrome - qui n'a pas d'équivalent connu dans l'Isthme, est réservée aux morts ; ceux-ci sont enterrés à même le sol, en position repliée, sous leur maison ; les grands vases "doubles" à col énorme servent parfois d'urne funéraire aux petits enfants. Toutes les sépultures sont primaires et à faible profondeur.

14A côté de cette céramique funéraire ou rituelle, dont les deux formes les plus courantes sont le vase "double" et le bol à lèvre décorée (type La Bernardina), on trouve des poteries communes, souvent engobées d'un beau rouge, réservées aux emplois domestiques, mais figurant aussi parfois dans le mobilier du mort ou servant même d'urne funéraire. Il faut aussi noter l'existence d'un type de poteries rituelles, à décor à la fois plastique et peint (le type Culebra Appliqué-Incisé) qui est à rapprocher des vases caliciformes de type Guacamayo et du Bichrome en zones du Costa Rica.

15Des traits communs à 1'-ensemble de cette céramique, décorée ou non, sont : l'absence de supports (piédestaux, bases annulaires, tripodes), la rareté des appendices de préhension (qui sont surtout des oreilles ou des anses en ruban). Dans le décor, l'abandon des types incisés ou appliqués de la phase Bucaro, la prolifération du bichrome, du trichrome et du polychrome vrai, utilisant seulement les trois couleurs blanche, noire et rouge ; la localisation de ce décor, en règle générale, sur l'extérieur des poteries.

16Dans l'industrie lithique, on note - mais ce trait est commun aux quatre phases du Tonosi - l'absence quasi complète d'outils de pierre taillée autres que les meules tripodes, les molettes et les haches ; lacune particulièrement frappante en ce qui concerne les pointes de projectiles, surtout si l'on compare Tonosi aux zones voisines.

17C'est encore au cours de la phase El Indio, peut-être un peu plus tardivement, que les parures de pierres semi-précieuses et de métal (or, tumbaga) apparaissent dans la zone de Tonosi. Ces objets sont rares et peut-être de fabrication étrangère (Equateur, Colombie ?).

18Sur le plan religieux, la déité principale semble être un personnage hybride, mi-homme mi-animal, qui tient du singe ou du chien et de la grenouille. Ce "monstre" peut prendre l'aspect d'un être en posture hiératique, d'un animal dédoublé ou serpentiforme (dernier avatar qui l'a fait comparer au mythique "serpent à plumes"). Ce dieu accompagne, parfois même renferme dans ses flancs d'argile, le mort dans l'au-delà.

19Sur le plan social, on pourrait conclure de la relative uniformité du mobilier funéraire, de l'absence de centres et de structures cérémonielles (tout au moins de leurs vestiges) à un niveau assez bas de l'organisation tribale, avec comme corollaire l'importance du groupe familial et la valeur élevée accordée à l'imagination, à l'originalité qui se manifeste dans la céramique par une grande variété de formes et de styles dans les limites imposées par la tradition.

20Bien que puissamment originale, la culture d'El Indio nous apparaît aujourd'hui moins isolée à l'intérieur de l'Isthme qu'on ne pouvait le supposer au moment de sa découverte, il y a peu d'années. D'une part, il est à peu près certain que Tonosi entretient des rapports suivis par voie maritime ou par voie terrestre (car la barrière du Cerro Cambutal n'est pas infranchissable) avec les établissements frères du golfe de Montijo ; d'autre part, les contacts par voie de terre avec le Word de la péninsule, la province de Coclé et même au-delà jusqu'à la zone du Canal, sont attestés par le matériel Tonosi Polychrome, apparemment fabriqué dans notre région même, que l'on trouve dans les couches d'habitat de sites comme ceux de Nata, du Sitio Conte, de la baie de Parita et de Macaracas. Vers l'ouest enfin, le noyau de Mariato doit rayonner en direction du Veraguas méridional, puisque vers 400 ap. J.-C. on trouve des vases Tonosi Polychrome dans les tombes de la région de Sona.

21Il y a plus : la phase Santa Maria de la baie de Parita présente des types céramiques fort voisins de ceux de notre phase El Indio, bien que le polychrome vrai de Tonosi y soit inconnu (sauf sur de rares tessons). La parenté entre ces deux phases est probable ; la phase El Indio me paraît un peu plus ancienne et serait peut-être à l'origine de l'autre. Des types comme le Giron Banded lip ou le Giron Interior banded de Santa Maria, qui sont parents de nos types Ciruelo Noir sur Rouge et La Bernardina à lèvre décorée, se retrouvent jusqu'aux llanos de Coclé, où ils précèdent de peu les types polychromes du Coclé Ancien.

22Notre groupe Culebra Appliqué-Incisé, dont j'ai souligné plus haut l'importance pour ces rapprochements, est voisin, dans une de ses variétés, du type Guacamayo trouvé à El Limon et dans les tombes du cerro Guacamayo, sur les hauteurs de Coclé. Il s'agit sans doute d'une forme de Bichrome en zones, mais ces sites n'étant pas exactement datés (non plus que celui de Pueblo Nuevo, sur le río Tabasara), il me semble maintenant probable qu'ils sont postérieurs à la période formative tardive (300 av. à 300 ap. J.-C.) et doivent être rattachés à la phase Santa Maria de Parita, ou à notre phase El Indio. Le Bichrome en zones serait ainsi plus tardif dans le Centre et le-Sud de l'Isthme qu'à l'ouest, ce qui paraît logique si l'on admet son origine mésoaméricaine. Cependant, comme le note O. Linarés, "the problem seems to be the long duration of pre-polychrome phases everywhere".

23Si nous attribuons à la phase El Indio une durée de deux à trois siècles, de 250 à 500 ap. J.-C., l'apogée de cette culture doit se situer vers le Ve siècle. A partir de cette date, peut-être même avant, on constate une évolution progressive qui va en modifier profondément les traits La phase nouvelle de La Cañaza n'est nullement marquée par une irruption brutale et une rupture presque complète avec les traditions techniques et religieuses existantes. Au contraire, on distingue, dans la céramique surtout, une période de transition au cours de laquelle l'inter action des traditions locales et des influences extérieures aboutit à des formules nouvelles qui tiennent des unes et des autres.

24L'évolution démographique est soulignée par le nombre de sites occupés, qui double (de 12 à 25) ; mais aucun des sites de la phase El Indio n'est abandonné. Si le centre de la zone occupée reste toujours le manglar et la vallée du Tonosi, elle s'étend vers l'ouest le long de la côte et surtout vers l'intérieur et la haute vallée du Tonosi. La vallée du río Guanico semble toutefois être restée en dehors de cette expansion.

25La continuité culturelle est soulignée par celle des modes de vie, toujours axée sur la chasse, la pêche et l'agriculture. On ne note pas d'amélioration sensible de l'outillage lithique consacré à celle-ci ; il n'y a aucune trace d'habitations en dur ou de structures cérémonielles.

26Pour la céramique, si nous disposons de types de transition (le Zahina, le Montevideo Polychromes) et si la persistance de certains thème de certains motifs est évidente d'une phase à l'autre, cette évolution aboutit cependant à un ensemble très éloigné de ce qui était connu auparavant. Dans le Joaquin Polychrome qui en est l'aboutissement, les deux formes privilégiées ne sont plus le vase double et le bol à lèvre décorée, mais la jarre et le bol sur piédestal (la frutera) à intérieur décoré. La palette s'enrichit, tout en gardant les trois couleurs primitives, de l'orange, du gris, du rouge sombre, du mauve. Les deux motifs principaux sont désormais l'oiseau - "aigle" ou vautour - et surtout le "monstre", animal composite, serpent ou crocodile, qui semble bien descendre en droite ligne du dieu hybride d'El Indio. Le style décoratif change lui aussi, utilisant des procédés différents - cerne des zones colorées, symétrie par rotation et non plus en miroir, etc. - en abandonnant d'autres comme le décor en négatif, ou la combinaison du noir et blanc sur rouge. L'ensemble de la céramique décorée donne l'impression d'une grande uniformité, parfois même d'une fabrication en série, très différente de la spontanéité d'El Indio, et qui nuit un peu à sa qualité esthétique. L'évolution est moins nette dans la céramique utilitaire ou dans certains types comme 1'Infiernillo Tacheté, les bols zoomorphes quadripodes, les sifflets rouges incisés, qui n'apparaissent en réalité que dans la deuxième moitié de la phase El Indio et continuent sans grand changement au cours de la phase suivante.

27Dans les objets de parure, on assiste à l'abandon des bijoux de pierre semi-précieuse au profit des colliers et pendentifs de coquillage travaillé, des dents de chien perforées et des objets d'os travaillé. Les bijoux de métal restent rares, un peu moins cependant qu'à la phase précédente.

28Dans les pratiques funéraires, par contre, cette évolution prend la forme d'une véritable mutation. Sépultures à même le sol et sépultures en urnes coexistent toujours, mais on trouve les premières traces d'enterrements secondaires ; les sépultures primaires, qui restent la règle, obéissent à un schéma qui est à l'opposé de celles d'El Indio : profondeur plus grande, position du corps assise ou accroupie, existence d'une couche ou d'une colonne de cendre, nature et disposition de l'offrande à la base du corps. Nous ne trouvons ici aucune forme de transition, dans le mobilier en particulier. Ce hiatus complet, contrastant avec l'évolution de la céramique, est l'un des problèmes non résolus que pose le passage de la phase El Indio à la phase La Cañaza.

29La culture de Tonosi ne nous paraît plus désormais isolée, coupée par sa situation géographique du reste de Panama (isolement relatif, nous l'avons vu), mais proche voisine de la grande culture de Coclé, au nord.

30Dans le golfe de Montijo, l'évolution du groupe de Mariato ne nous est pas très bien connue ; il y a évolution certaine, mais le parallélisme avec Tonosi paraît moins évident et les influences extérieures qui ont amené les éléments de la phase La Cañaza à Tonosi se sont peut-être moins fait sentir, ou plus tardivement, sur la côte ouest.

31Sur l'origine de ces influences, il est difficile de trancher entre plusieurs hypothèses. Le plus simple consiste à supposer qu'elles proviennent de la province de Coclé, qui entretenait déjà des rapports commerciaux avec Tonosi à la phase précédente. Indéniablement la parenté étroite avec les groupes Joaquîn Polychrome et Coclé Polychrome, entre autres, est évidente. J'ai même souligné que certaines survivances du style décoratif d'El Indio sont plus sensibles dans les sites voisins du Sitio Conte que dans des sites comme El Indio ou El Cafétal, où la phase La Cañaza succède sans coupure à la phase El indio. Cependant, 1'adoption avec ces types nouveaux de céramique de coutumes funéraires radicalement différentes de celles de Coclé, comme de celles anciennement suivies à Tonosi, pourrait amener à penser que ces deux cultures ne sont pas issues l'une de l'autre mais qu'elles auraient plutôt une origine commune. Pour Coclé, on a recherché cette origine vers la côte colombienne (Rancheria) ou le Vénézuela (Dabajuro).

32La situation est plus nette en ce qui concerne la dernière période de l'histoire précolombienne de Tonosi, celle de 1'intégration et du déclin. On peut admettre que vers 850 de notre ère l'isolement relatif de la région de Tonosi - le terme "relatif" implique aussi bien les contacts de Tonosi avec d'autres régions de l’Isthme, qui sont certains, que ceux entretenus avec d'autres pays de l'Amérique du Sud, qui sont probables - est rompu et que s'ouvre une période d'intégration rapide au reste de la péninsule.

33La progression démographique au cours de cette période - la phase Bijaguales - est spectaculaire : 44 sites, dont une trentaine correspondent à des implantations nouvelles ; la zone d'occupation s'étend aux premières pentes et jusqu'aux hauteurs de massifs dominant les vallées du río Tonosi et du río Guanico, ainsi que le long de la côte.

34La nouvelle phase, qui va se poursuivre jusqu'à l'arrivée des Espagnols, est caractérisée par trois faits : l'apparition d'un type nouveau de céramique de fine pâte grise ou rose, non engobée, non décorée ou à décor plastique, le Jobero Biscuit, rappelant la céramique "Biscuit" du Chiriqui classique ; le déclin du Joaquin Polychrome, remplacé par des types polychromes probablement importés de Macaracas et de la baie de Parita ; le développement de l'outillage lithique, avec l'adoption d'un type de metate massif et d'aspect primitif, sans pieds, et de broyeurs énormes ; l'apparition enfin des premières structures circulaires, simples plates-formes de 10 à 20 m de diamètre, dépassant rarement 1 m de hauteur et limitées par une simple accumulation de galets informes.

35Ces monticules, qui contiennent presque toujours des sépultures, sont des monuments funéraires ou plutôt des substructures de temples ou d'habitations de chefs. Elles sont parfois groupées pour former de véritables centres cérémoniels, ensembles ordonnés comprenant jusqu'à vingt monuments. Ces centres sont d'autant plus importants qu'on s'éloigne de la mer. On assiste à une sorte de hiérarchisation des sites, correspondant peut-être à l'installation de petits chefs-lieux, résidence du chef politico-religieux, dont dépendent les hameaux circumvoisins.

36Sur le plan des modes de subsistance, l'évolution du matériel lithique révèle un net développement de l'agriculture et peut-être l'introduction de cultures nouvelles. Mais les ressources provenant de la chasse et de la pêche ne sont pas négligées ; c'est même dans les sites côtiers de la phase Bijaguales que l'on trouve les amas de coquilles les plus imposants. Ces sites sont néanmoins marginaux, puisque les villages importants se sont déplacés vers le nord, abandonnant les grands sites du manglar.

37Les coutumes funéraires sont mal connues. La multiplication des sépultures secondaires, généralement en urnes et sans mobilier, est un fait certain, de même que l'existence de véritables tombes profondes, avec puits et chambre latérale, contenant un ou plusieurs individus et des offrandes. Cette diversité dans les modes de sépulture prouve l'existence de catégories sociales bien marquées, allant de pair avec une hiérarchisation dans le groupe et à l'extérieur du groupe.

38L'évolution aurait été la même dans le golfe de Montijo, en tout cas à Arena de Quebro, où le complexe céramique, industrie lithique et structures circulaires est en tous points comparable à celui de la phase Bijaguales.

39Tout prouve donc qu'à partir du IXe siècle les influences venues du Nord (à la fois du Nord-Ouest par le Veraguas et du Nord-Est par Macaracas et Parita) déferlent au sud de la barrière montagneuse qui, jusqu'ici, semblait avoir protégé dans une certaine mesure l'indépendance des populations de Tonosi. Celles-ci, contraintes d'adopter les éléments de progrès - sociaux, religieux, techniques - que leur apportent les envahisseurs, sont du même coup privés du ressort qui faisait leur personnalité depuis six siècles : l'évolution de la céramique, tant sur le plan technique que sur le plan esthétique, est révélatrice de ce déclin. L'adoption des formes et des styles étrangers coïncide avec un affaiblissement évident de l'imagination créatrice et un affadissement du style décoratif. La culture d'El Indio est bien morte.

40Telle est la situation dans la vallée du Tonosi au moment où arrivent les premiers Espagnols. Les données archéologiques ne contredisent pas les récits des expéditions de Gonzalo de Badajoz ou de Gaspar de Espinosa. Nous avons vu que la Suprématie du cacique Hüera sur toute la région de Tonosi avait été Confirmée lors de la fondation de Nata en 1522 Ainsi avons-nous la preuve de l'unification de toute la région et de son absorption dans un ensemble plus vaste couvrant toute la péninsule et la région de Coclé.

Tableau 10. Chronologie des phases de Tonosi et relations avec les cultures contemporaines de Panama et d'Amérique du Sud.

Tableau 10. Chronologie des phases de Tonosi et relations avec les cultures contemporaines de Panama et d'Amérique du Sud.

N. B.-Pour les provinces occidentales de Panama (Veraguas, Chiriqui), se reporter au tableau 1, p. 31.

Notes

1 1964, p. 54.

2 1968, non publiée.

3 Une comparaison plus poussée des types de notre phase Bucaro et de ceux de la période "Bichrome en zones" tels que Cl. Baudez les décrit pour la phase Catalina du Tampisque (1967, pp.50 à 98) rend plus sensibles encore les différences signalées plus haut. Le type Bocana Incisé bichrome est très proche du Scarifïed ware donc de notre Manzanillo Scarifié ; les types Mojica à impressions de coquille, Buchon ponctué et Congo ponctué, ressemblent à notre Minitas Incisé. Les autres types sont très différents, même le Zalaya bichrome, dont le décor de lignes noires sur fond rouge, tracées avec un peigne, ne peut être comparé à notre Javillo Noir sur Rouge.

Table des illustrations

Titre Tableau 10. Chronologie des phases de Tonosi et relations avec les cultures contemporaines de Panama et d'Amérique du Sud.
Légende N. B.-Pour les provinces occidentales de Panama (Veraguas, Chiriqui), se reporter au tableau 1, p. 31.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search