Version classiqueVersion mobile

Archéologie du sud de la péninsule d'Azuero, Panamá

 | 
Alain Ichon

Chapitre 9. Les sites à pétroglyphes

Texte intégral

1On trouve peu de grottes dans la région de Tonosi ; celles creusées par la mer dans la falaise rocheuse entre l'embouchure du río Guanico et Punta Mariato, envahies périodiquement par les marées, ne sont pas habitables.

2L'unique grotte qui m'ait été signalée est dans la zone des palétuviers, sur le bord du río Limon, à 1 km à peine d'El Indio. Creusée dans le calcaire d'un petit morro qui ne doit pas dépasser une dizaine de mètres de hauteur, elle comprend une antégrotte de forme irrégulière, dont la voûte est à environ 3 m de hauteur, qui se prolonge par une galerie longue de 5 à 6 m aboutissant à une petite chambre circulaire. Nous n'y avons trouvé aucune trace d'habitat et aucune gravure ; pourtant les habitants de Tonosi appellent cette grotte la Casa de piedra ou Casa del Indio et prétendent que des urnes contenant des ossements humains y ont été trouvées.

3Les pétroglyphes de Tonosi sont toujours gravés sur des rochers isolés et non sur les parois de falaises rocheuses ; c'est d'ailleurs le cas de toutes les gravures rupestres signalées jusqu'ici à Panama. Les sites à pétroglyphes ont été recensés par Neville A. Harte dans une petite brochure (1960).

4L'un des deux sites reconnus par nous avait déjà été signalé (1) : il s'agit de Caras Pintadas (TI 59), les "figures peintes", près de Cambutal Les pétroglyphes sont tracés sur deux blocs erratiques, à une cinquantaine de mètres du sommet du Cerro de la Cuchilla (Pl. LXIII, b). Le rocher A est un bloc grossièrement parallélépipédique de 1,80 m de long et 1,60 m de haut environ. Les gravures occupent la partie plane du sommet ainsi que les faces nord-ouest et sud-ouest ; ces dernières sont les seules à peu près bien conservées. Beaucoup de ces dessins ont disparu, la roche éclatant sous l'effet des feux de brousse allumés tous les ans avant les semailles.

5Les gravures sont assez profondes (5 mm), à fond arrondi. La figure principale du rocher A, dans laquelle on a voulu voir un crocodile, est un motif en spirale, peut-être en double spirale (l'une des moitiés aurait disparu), au-dessus d'une zone hachurée. Le rocher B, à trois mètres du premier, est plus grand et irrégulier. C'est la base du rocher, s'enfonçant dans le sol, qui est gravée sur deux mètres de largeur et une hauteur de 1,10 m pour la partie visible. On distingue surtout trois motifs (Fig. 135) qui pourraient représenter des personnages, humains ou anthropo-zoomorphes, portant des masques ou des coiffures extravagantes, les bras généralement levés. Les yeux sont figurés par des cupules le corps est parfois quadrillé. La coiffure compliquée évoque les bois d'un cerf (a) ou les rayons du soleil (b).

Fig. 135 - Gravures rupestres de CARAS PINTADAS, rocher B.

6Le fait qu'une partie des gravures soit située dans la partie du rocher aujourd'hui enterrée prouve que ce rocher - comme d'ailleurs le rocher A - a dû rouler sur la pente, entraîné par l'érosion.

7Une vaste zone entourant les deux rochers livre du matériel de la phase Bijaguales, dont beaucoup de Jobero Biscuit. C'est une présomption, sinon une certitude, qui nous permet de rattacher les pétroglyphes à cette phase.

8Le second site, El Carbon (TI 54) doit son nom à une petite mine de charbon qui aurait été exploitée jadis sur la pente sud du cerro de la Tronosa. La quebrada El Carbon est un affluent du río Guanico, qu'il rejoint non loin du site d'El Jobero : torrent intermittent au lit encombré de blocs rocheux. Trois d'entre eux sont décorés (Pl. LXIII, a) ; ils s'échelonnent sur une vingtaine de mètres dans le lit de la quebrada. Le plus grand mesure 2,70 m de long sur 1 m de haut environ. Ces rochers ont des surfaces latérales et supérieures assez planes se prêtant à la décoration. A l'inverse de ceux de Caras Pintadas, ils ne semblent pas avoir été déplacés. Les gravures couvrent les parois nord, est et ouest du rocher A, le plus en amont ; la face ouest du rocher B, la face ouest et la partie supérieure du bloc C, en aval. Le style en est très uniforme : larges courbes en volutes, méandres, doubles spirales. Deux traits parallèles, larges et profonds, délimitent un étroit ruban qui donne ainsi une impression de relief et dessine les motifs labyrinthiformes. On note un certain souci de symétrie ; parfois l'extrémité du ruban est creusée d'une cupule.

9L'aspect général, comme la technique des gravures rupestres d'El Carbon diffèrent nettement de ceux de Caras Pintadas, qui sont plutôt figuratifs. Ils différent aussi notablement des pétroglyphes des provinces de Coclé, Herrera, Veraguas et Chiriqui illustrés par Harte, dont les motifs abstraits les plus communs sont la double spirale ou la spirale, la croix ancrée et le "soleil" série de cercles concentriques rayonnants.

10Nous n'avons trouvé à proximité des rochers d'El Carbon aucun matériel qui puisse nous donner une indication sur leur âge. Le style des gravures rupestres est si différent de celui des décors peints sur les poteries qu'il est difficile d'y voir des affinités significatives. Par comparaison avec Caras Pintadas, les pétroglyphes d'El Carbon devraient être attribués à une phase antérieure, peut-être à la phase La Canaza, dans laquelle le motif de la spirale est fréquent ; mais nous avons vu qu'aucun site antérieur à la phase Bijaguales ne paraît exister dans la vallée du río Guanico. Il est fort possible que les gravures des deux sites soient contemporaines, la différence des styles correspondant peut-être à des utilisations rituelles différentes, les uns évoquant des danses masquées, les autres des cérémonies plus ésotériques.

Table des illustrations

Légende Fig. 135 - Gravures rupestres de CARAS PINTADAS, rocher B.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search