Version classiqueVersion mobile

Archéologie du sud de la péninsule d'Azuero, Panamá

 | 
Alain Ichon

Chapitre 8. Les sites cérémoniels de la phase Bijaguales

Texte intégral

1Les habitants de Tonosi signalent l'existence de structures superficielles qu'ils appellent cercas de piedras, sortes d'enceintes formées d'alignements de pierres enfoncées dans le sol et délimitant une plateforme circulaire, souvent très basse ou même à fleur de terre.

2Ces structures sont généralement incomplètes, car les pierres sont utilisées pour des constructions ultérieures. Elles devaient être autrefois plus nombreuses.

3Les plates-formes circulaires sont rarement isolées : on les trouve groupées par deux, trois ou davantage.

4Douze des sites visités autour de Tonosi (Fig. 134) possèdent ce type de structures ; tous datent de la phase Bijaguales, un seul d'entre eux (La Bernardina) était occupé durant les phases antérieures. Une autre structure isolée, proche du site de Morro de Puercos, n'a pas donné de matériel datable. Toutes les structures sondées ont d'autre part révélé la présence de céramique Jobero Biscuit et Macaracas-Parita Polychrome. Les structures circulaires peuvent donc être rattachées avec certitude à la phase Bijaguales.

5Il existe des structures rectangulaires et des structures circulaires. Les premières n'ont été trouvées qu'à Coiba (TI 11), dans une boucle du río Joaquín à l'endroit où celui-ci pénètre dans les premiers contreforts du massif du Canajagua. Les monticules artificiels - j'en ai relevé 7 - sont faits de galets du río grossièrement entassés. Les deux plus importants, de plan rectangulaire, mesurent environ 8 m sur 4 et 1 m de hauteur. Leur grand axe est nord-ouest - sud-est. La forme des autres monticules est moins nette, mais deux au moins sont des restes de structures circulaires de moins de 5 m de diamètre.

6Bien que le type Jobero Biscuit ne semble pas figurer dans la céramique de Coiba, le site peut être daté de la phase Bijaguales grâce à quelques tessons polychromes et à de grands metates sur galets.

7Les plates-formes circulaires sont la règle. Elles peuvent être de petites ou de grandes dimensions. Je classe dans les premières celles dont le diamètre est inférieur à 10 m ; celui des secondes va de 10 à 25 m. Petites et grandes plates-formes coexistent sur tous les sites à structures.

8Quant au plan d'ensemble des sites à structures, on trouve les dispositions suivantes :

9-une plate-forme isolée.

10Cette formule est rare : à Morro de Puercos, l'unique cercle de 14 m de diamètre est à environ 500 m du site, vers l'intérieur ; il n'est donc pas certain qu'il s'y rattache (la structure n'a pu être datée)

11A El Guayabo, un cercle d'une dizaine de mètres de diamètre est proche de la maison ; mais un autre aurait été détruit non loin de là, en direction du pied de La Tronosa.

12Le cas de la plate-forme isolée doit donc être considéré comme exceptionnel ; la plupart du temps, une reconnaissance poussée amène la découverte d'autres structures, plus ou moins détruites.

13- un petit nombre de structures - de deux à quatre - proches les unes des autres mais sans plan bien défini (Fig. 127).

14Le site de La Bernardina comporte, en bordure sud de la quebrada du même nom, deux cercles de pierres de 18 et 20 m de diamètre, presque tangents.

15A la Limona (TI 33), l'un des deux ensembles comprend quatre plates-formes, de diamètre 9,40, 11, 13 et 15,20 m. Ces structures sont groupées par paires, une grande et une petite ou moyenne structures, presque tangentes l'une à l'autre. El Jobero (TI 13), dans la vallée du río Guanico, était sans doute de ce type, mais les structures sont maintenant à peine visibles.

16On trouve à La Limona un autre ensemble situé à deux ou trois cents mètres au sud-est du premier ; il devait être formé de deux ou trois cercles, au sommet d'une colline dont la pente nord a servi de zone de décharge.

17- un nombre de structures plus élevé - de 6 à 20 - pouvant constituer un vaste ensemble ordonné, de plan cohérent.

Fig. 127 - Sites cérémoniels de la phase BIJAGUALES.

18Les grands sites à classer dans ce groupe sont :

191o - Bijaguales (TI 8) dans la vallée du Tonosi, au pied du massif de La Tronosa. La terrasse à faible pente qui s'abaisse vers le río est parsemée de cercles de pierres très mal conservées ; il y en avait au moins huit, tous assez petits (7 à 15 m). Elle se termine vers l'ouest par une pente abrupte sur la quebrada Bijaguales, qui a servi de dépotoir et est très riche en matériel céramique et lithique.

202o- El Barrabal (TI 53), au pied du massif de Cambutal, sur la terrasse dominant la vallée du Guanico (Fig. 127). Je n'ai pu reconnaître le site que rapidement : il reste au moins un ensemble de cercles de pierres qui groupe, au pied même de la montagne, neuf plates-formes de 9 à 16 m de diamètre (moyenne 12m) formant deux rangées parallèles sensiblement ouest-est ; dans chacune les cercles se touchent presque. L'ensemble forme un rectangle de quelque 70 m sur 40, en légère pente vers l'est, dans lequel les monuments encadrent une sorte de petite place.

21Il y a assez peu de matériel en surface, hormis quelques metates grossiers. La zone d'habitat était située deux à trois cents mètres en contrebas, sur le bord d'une autre sanja. Il y aurait eu au moins une autre structure circulaire en aval.

223o- Guaniquito Abajo (TI 28), le site le plus important, mérite d'être décrit plus en détail.

Guaniquito Abajo (Fig. 128 et 129)

23Le lieu d'implantation du site a été idéalement choisi sur une colline allongée en V dont la branche principale, orientée ouest-est, domine d'une cinquantaine de mètres la plaine alluviale du río Guaniquito. Vers l'ouest et le sud, des ruisseaux au lit très encaissé en défendent l'accès ; puis ce sont les premières pentes boisées du massif de La Tronosa. Par temps clair, on aperçoit à l'horizon le massif de Bucaro et la mer.

24Le site comprend en gros une zone cérémonielle sur la partie la plus haute de la colline, et une zone d'habitat vers l’ouest et le sud (Fig. 128). La première est formée de deux rangées de plates-formes circulaires s'étendant sur 200 m de longueur environ. Elles devaient toutes être limitées à l'origine par un "mur" de pierres ; mais l'érosion, surtout active sur la face nord qui tombe presque à pic sur la vallée, a considérablement détérioré la plupart de ces monuments.

Fig. 128 - Plan de situation du site de GUANIQUITO ABAJO.

25Vers l'ouest, à la jonction de la zone cérémonielle haute et du plateau, on trouve encore quelques structures (Fig. 129, M 1 à M 4), puis une partie faiblement ondulée qui devait constituer la zone d'habitat. Les pentes sud de la zone cérémonielle étaient également peuplées.

26Nos fouilles ont porté sur la partie ouest de la zone cérémonielle et ses environs immédiats. Notre intention était de fouiller entièrement un groupe de deux structures tangentes, M 5 et M 6 ; elle s'est révélée trop ambitieuse : M 6 n'a été fouillé que sommairement dans sa partie centrale. Pour M 5 nous avons dû nous limiter à la fouille complète du quart sud-ouest et du centre. Les résultats obtenus sont donc très partiels ; il est certain que le site mérite une autre campagne de fouilles pour le moins, avec des moyens plus importants que ceux dont nous disposions.

Fig. 129 - GUANIQUITO ABAJO : plan de la zone cérémonielle.

27Des sondages de 1 m2 (no 1 à 11) ont été faits autour de la partie haute afin de délimiter le site, de rechercher une bonne stratigraphie et éventuellement des sépultures. Bien que le sondage 2 ait mis au jour un enterrement en urne (supra p. 379), l'emplacement du cimetière, s'il existait, n'a pas été découvert.

28Le sondage 3 a fourni, sur 70 cm d'épaisseur, une énorme quantité de tessons, en majorité Jobero Biscuit, avec quelques polychromes de type étranger ; l'ensemble a un caractère rituel bien marqué.

29Le sondage 4 est le seul à nous avoir donné un semblant de stratigraphie. La couche archéologique n'a que 95 cm d'épaisseur ; le matériel est peu abondant et ne comprend aucun polychrome. Il semble prouver néanmoins que le site a été occupé uniquement durant la phase Bijaguales et non antérieurement, puisqu'on trouve du Jobero Biscuit, moins fréquent il est vrai, dans les niveaux les plus bas.

30Sur toute l'étendue du site le matériel lithique trouvé en surface est abondant : innombrables haches de pierre verte, grande variété de metates et de manos.

31Les structures étudiées sont deux plates-formes circulaires qui se touchent extérieurement. La plus petite, M 5, à 17 m de diamètre ; M 6, la plus grande, 27 m. Elles sont parmi les mieux conservées et cet ensemble de deux structures de diamètres différents se touchant presque nous a paru assez typique des sites de cette phase pour mériter une étude approfondie. La fouille s'est révélée plus délicate et plus longue que prévu : nous avons dû l'abaisser, dans le centre de M 5, jusqu'à 4,20 m de profondeur avant de rencontrer le roc. L'effort principal s'est porté sur cette dernière structure, que nous avons explorée par deux tranchées perpendiculaires (Fig. 130), ouest-est et nord-sud, nous donnant les profils de l'ensemble du monument, et par une fouille en profondeur de la partie centrale et sud-ouest.

32Les travaux plus limités exécutés sur M 6 permettent de conclure qu'il n'y a pas de différence essentielle entre les deux monuments.

La structure M 5 (Fig. 130)

33Elle se présentait à notre arrivée comme une éminence de faible hauteur (1 m environ), se raccordant en pente douce au plateau vers le nord, épousant vers le sud la pente plus forte descendant vers la quebrada.

Fig. 130 - Guaniquito Abajo. Fouille de la structure M 5.

34Un alignement assez régulier de pierres vers le nord et le nord-est dessinait le contour de la plate-forme qui, sans lui, aurait pu passer inaperçu.

  • 1 Le cascajo serait, d'après Don Crusœ (1968) un mélange de calcaire tendre, de sable et d'argile dur (...)

35Le "mur" gui limite la plate-forme a été dégagé aux extrémités des deux tranchées perpendiculaires ainsi que dans tout le quart sud-ouest. Il se présente partout sous la forme d'un entassement peu ordonné, sans liant (on trouve parfois des nodules de terre durcie qui pourraient avoir joué ce rôle ?) de trois sortes de pierres non taillées : gros galets provenant du lit de la rivière, blocs calcaires appelés par les habitants piedras del gorro, extraits des collines situées au nord du río, et blocs de grès ( ?) rose ou jaunâtre, ce cascajo peu compact qui constitue le sous-sol1. Ces trois matériaux ont été utilisés indifféremment ; dans le mur ouest de M 6 le calcaire est plutôt utilisé comme soubassement. On trouve de plus, disséminés un peu partout, des fragments de meules et de molettes ; ce fait, également noté à Bijaguales, a proprement une signification rituelle.

36On ne peut donc vraiment parler d'un "mur", mais plutôt d'une juxtaposition de pierres, d'une sorte de pavement, large de 1,50 à 2 m et épousant la pente du monticule. Dans le quart sud-ouest, il semble dessiner deux cercles concentriques (Pl. LXI, b), le cercle intérieur étant à un niveau plus élevé ; les pierres sont recouvertes d'une couche de terre de 10 à 35 cm d'épaisseur ; les plus basses ne reposent pas sur le cascajo mais sur une couche de terre noirâtre qui a encore 40 à 80 cm d'épaisseur.

37Nous avons là, en résumé, une sorte de mur de soutènement rudimentaire, jugé suffisant pour contenir le poids de la plate-forme dont la hauteur ne devait guère dépasser un mètre.

38Le décapage de la couche superficielle, sur la plate-forme, a dégagé des groupements de pierres, aussi peu ordonnés que ceux du "mur" ; ils ne nous donnent aucune indication sur d'éventuelles superstructures.

39Partout par contre a été trouvé à faible profondeur un matériel abondant. Les tessons du groupe Jobero Biscuit prédominent. La présence de poteries presque entières ou brisées intentionnellement indique sans doute une pratique de bris rituel lors de la phase terminale de l'érection du monument Dans le quart sud-ouest ont été trouvés, à des niveaux variant de 10 à 35 cm, un piédestal mince isolé, deux bols retournés amputés de leur piédestal, le col d'un vase Jobero Biscuit à tenon zoomorphe, un vase de même type recouvrant un bol à piédestal retourné ; trois petits vases miniature et une perle en or. On trouve également des fragments de haches et des pieds de metates. Vers - 45 cm, le sol rocheux du cascajo est atteint. Un fait curieux est alors observable : la surface est criblée de petites cuvettes circulaires d'une trentaine de cm de diamètre, peu profondes (30 à 40 cm), emplies d'une terre noirâtre et meuble contenant des petites pierres et des tessons. La forme régulière de ces cavités semble indiquer qu’elles sont artificielles ; parfois, elles sont groupées par deux, formant une sorte de 8, dispositif à rapprocher des ensembles de deux cercles tangents.

Intérieur de la structure

40La fouille a montré que 1'intérieur de la structure, au-dessous de la plate-forme, se présentait comme une véritable taupinière : des cavités plus ou moins circulaires, plus ou moins vastes et profondes, dont certaines communiquent entre elles, ont été creusées en tous sens dans le sous-sol rocheux. Ces cavités ou "caches" (baptisées J 5, K 8... suivant le quadrillage métrique de la fouille) sont au nombre de six pour la partie explorée ; elles communiquent entre elles et avec d'autres caches situées dans les parties non fouillées. Nous avons exploré ces caches en recherchant d'abord les limites de leur ouverture en surface, puis en les vidant avec soin de leur remplissage.

41La partie centrale du monument a été creusée pour former deux puits, K 8 et M 9, dont l'orifice irrégulier (en hachures obliques sur la Fig. 130) a 3,50 m de longueur nord-sud et 1,50 m de largeur. A une profondeur de 2,20 m ces deux puits divergent, séparés par une murette rocheuse qui a été laissée intacte. Le puits nord, K 8, s'enfonce jusqu'à 4,20 m en s'élargissant pour former à la base une grande salle en ellipse (hachures horizontales sur la Fig. 130) dont les axes mesurent 5,40 m et 3,80 m. La forme générale du puits K 8 est donc celle d'un entonnoir retourné : c'est la forme de tombe connue dans le Veraguas sous le nom de pollera, qui désigne la jupe évasée du costume traditionnel féminin.

Fig. 131 - Guaniquito. Coupes de la structure M 5.

42Le fond rocheux du puits M 9 est rencontré à 2,80 m de profondeur seulement.

43Fait surprenant, la grande salle de K 8 (20 m2 environ), au sol parfaitement plat, contient peu d'offrandes : les poteries entières sont rares (un vase brun à anses, un petit vase rouge, un bol rouge à piédestal), au milieu de fragments de poteries, dont beaucoup de piédestaux, qui semblent avoir été brisés intentionnellement.

44La partie nord du puits est couverte d'une couche de sable gris fin de 10 à 20 cm d'épaisseur ; au-dessus s'étend une couche charbonneuse sur laquelle reposent les seuls restes humains découverts dans la structure M 5 : des dents et des traces d'os longs et de vertèbres décomposés par l'humidité. Une mince plaquette d'or cylindrique (Fig. 124, f) a été trouvée à proximité.

45Le fond de la cavité est tapissé d'une couche de glaise blanchâtre, gluante ; puis se superposent différentes couches de remplissage très irrégulières où alternent les débris de cascajo provenant des déblais de la fouille, des couches de terre noire contenant des tessons, des pierres et du charbon, des nodules de terre rouge, des ossements animaux parmi lesquels beaucoup de restes de tortues. Ces couches ont d'abord un net pendage vers le nord, ce qui s'explique par la nécessité du remplissage à partir de la plateforme M 9 ; elles deviennent ensuite horizontales, avec de nombreux ilôts charbonneux contenant des pierres et de grands fragments de poteries communes. Celles-ci sont rarement entières ; nous trouvons contre la paroi à 3,20 m et 3,30 m de profondeur deux grands vases globulaires retournés, l'un rouge à oreilles zoomorphes, l'autre Jobero Biscuit dont la panse a été percée (Pl. LIX, b).

46Au niveau - 180, la paroi ouest du puits K 8 est creusée d'une petite niche dans laquelle on a déposé quatre poteries rouges : deux jarres et deux bols à piédestal. Le contenu de cette cache rappelle donc l'offrande traditionnelle des deux fruteras et des deux jarres dans les sépultures de la phase La Cañaza. Le fond de cette cache K 7 (Fig. 132) communique avec la cavité L 6, qui était vide.

47Revenons au puits M 9. Le fond rocheux, à 2,80 m de profondeur, est lui aussi en ellipse (2 x 2,50 m) ; il communique à l'est avec une autre cavité M 11, qui n'a pu être fouillée car elle se trouve dans le quart sud-est du monument, par un seuil rétréci qui s'abaisse en formant une marche de 10 cm. Le remplissage du puits M 9 montre une succession de couches horizontales, épaisses de quelques centimètres seulement, où alternent terre noirâtre, argile rougeâtre, limon blanc gluant, charbon de bois (qui a permis de dater la structure) ; les os d'animaux sont abondants.

Fig.132 STRUCTURE M-5

48Deux groupes de poteries avaient été déposés sur le sol rocheux de M 9, l'un contre la paroi nord-ouest, l'autre contre la paroi sud-est (Fig. 132). Le premier comprend 16 poteries : 11 fruteras rouges et 5 jarres polychromes de type Barrancon (Fig. 114) ; un petit vase rouge à anses isolé au sud. Le second contient 6 poteries - 2 jarres polychromes, 2 fruteras rouges et 2 petits vases à anses - et une autre frutera isolée à l'ouest. Ces poteries, souvent brisées par le poids du matériel de remplissage, sont noyées dans une couche de terre noire riche en charbon et très humide. Plusieurs poteries sont écrasées sous de gros galets ? les jarres sont couchées, alors que les fruteras sont généralement posées normalement sur le sol. L'ensemble de ces poteries, de fabrication probablement locale, donne une impression de piètre qualité.

49M 9 est la cache la plus importante quant au nombre de poteries. Dans la partie ouest du monument, la cache J 5 a été creusée entre le puits central et le mur ouest. Le fond, trouvé à 1,50 m de profondeur, est presque parfaitement ellipsoïdal, de 1,35 m x 1 m, grand axe ouest-est. Plusieurs recoins sont emplis d'une terre noire mélangée à de la cendre charbonneuse, contenant des pierres, des grands fragments de poteries et un morceau de molette. Les poteries forment encore deux groupes : à l'ouest, 4 petits bols zoomorphes-rouges, alignés nord-sud ; à l'est, deux fruteras rouges et deux jarres miniatures.

50La cavité O 8, de forme bilobée, profonde de 2 m, ne contenait aucune poterie.

51Enfin, à la verticale du mur sud, la cache O 9 n'a pas de limites nettement visibles ; elle contenait, à 1,15 m de profondeur, deux fruteras rouges et un petit vase à anse retourné, accompagnés de grands tessons rouges et d'une molette.

La structure M 6 (Fig. 133)

52Plus grande que M 5, haute de 1,30 m, cette plate-forme présentait au centre une dépression peu marquée, due sans doute au tassement du matériel de remplissage. Nous avons pratiqué deux tranchées perpendiculaires de 2 m de largeur et une fouille centrale, qui dut être interrompue avant son achèvement.

53La butte naturelle de cascajo qui constitue le noyau du monument est recouverte d'une couche de terre noire de 40 à 90 cm d'épaisseur, riche en tessons. Le mur circulaire est tout aussi rudimentaire que celui de M 5. Sa largeur est d'environ 2 m ; de nombreuses pierres sont éparpillées vers le centre de la plate-forme. Le mur ouest est fait d'un assemblage de pierres assez serrées, superposées par endroits sur trois épaisseurs.

54La fouille centrale a porté sur une zone de 12 m2. Toute cette partie semble avoir été largement ouverte ; la cavité va se rétrécissant irrégulièrement jusqu'à 3,50 m de profondeur, niveau où l'on rencontre le sol de cascajo. A cet endroit le fond du puits est en ellipse de grand axe nord-sud (1,60 m) et communique à l'ouest avec une autre cavité plus vaste et plus profonde dont le sol s'abaisse jusqu'à 4,30 m. Dans le fond on a déposé une frutera polychrome de type Macaracas (Fig. 133, c) sur une couche de cendre tapissant le sol. A peu près à la verticale mais légèrement décalés vers le nord nous avons trouvé un vase globulaire brun à anses (b) et l'urne funéraire (a) posée sur un metate qui a été décrite plus haut.

55La disposition des cavités centrales de M 6 rappelle celle des puits K 8 et M 9 de la structure voisine.

Conclusions sur les structures M 5 et M 6

56Ces deux fouilles, bien qu'elles n'aient pas été menées à leur terme, nous donnent quelques indications sur la construction des structures, leur contenu et leur utilisation probable.

57Du point de vue de leur architecture, ce sont de simples buttes, ne dépassant pas 1,50 m de hauteur, faites d'une couche de terre noirâtre riche en matériel archéologique, reposant sur un socle rocheux de cascajo. Cette plate-forme est soutenue sur son pourtour par un mur de pierres, large en moyenne de 2 m ; les pierres sont simplement juxtaposées ou entassées sans ordre, sans liant.

Fig.133 STUCTURE M-6

58Aucune trace d'escalier ni de superstructures sur la plate-forme Les constructions, s'il y en avait, étaient de matériel périssable. On trouve des nodules de terre rougeâtre, cuite ou au moins durcie au soleil, qui parfois ont une face à peu près plane ; le plus grand de ces nodules, trouvé au pied de la structure M 2, mesure 16 x 21 cm sur 10,5 cm d'épaisseur. Peut-être s'agit-il de restes de sol de terre battue ou même cuite, mais ces plaques ne sont jamais trouvées in situ.

59L'intérieur rocheux du monument est creusé de cavités dont la forme et les dimensions varient. La plus importante, pratiquée au centre, atteint 4,20 à 4,30 m de profondeur. Dans M 5, elle a la forme en pollera d'une tombe du Veraguas ; des restes humains avaient été déposés dans le fond, avec des poteries communes et une plaquette d'or qui peuvent être considérées comme un mobilier funéraire.

60Le centre de M 6 renfermait également une sépulture secondaire en urne. D'après les renseignements fournis par les habitants, des squelettes et des poteries ont aussi été mis au jour dans les structures circulaires de trois autres sites : La Limona, El Barrabal et Bijaguales. On peut donc penser, soit que ces structures étaient des monuments funéraires, soit que des inhumations ou même des sacrifices humains étaient pratiqués à l'occasion des cérémonies accompagnant leur érection. A mon avis cette deuxième hypothèse est la plus plausible et les sépultures doivent être considérées, au même titre que les dépôts de poteries, comme des offrandes dédicatoires.

61Les cavités creusées dans le rocher ont souvent une forme circulaire ou en ellipse ; le grand axe varie de 0,70 à 5,40 m. Parfois une niche servant de cache est creusée dans le mur de la cavité principale. Les cavités communiquent souvent entre elles.

62Sur le fond rocheux, généralement bien aplani, des cavités ou des niches ont été déposées des poteries, en nombre variable : de une à vingt-quatre. Les caches de M 5 contenaient 24, 8 et 4 poteries ; ces chiffres, de même que les formes les plus fréquentes de ces poteries, qui sont des jarres et des fruteras, nous rappellent certains traits des sépultures de la phase La Cañaza ; la présence d'une couche de cendre ou de charbon sur laquelle reposent les poteries vient encore renforcer cette impression. Le fait est moins net pour la structure M 6, où les poteries sont isolées et de style tardif.

63On peut supposer que les amas de grands tessons, de pierres, de charbon et de restes animaux trouvés à différents niveaux du remplissage et particulièrement dans le fond des puits, sont les traces de cérémonies ou de repas rituels qui accompagnaient la construction du monument.

64On trouve en dehors des caches, disséminées dans le remplissage, des poteries rouges ou Jobero Biscuit, parfois intactes, plus souvent brisées ou incomplètes. La prédominance, dans ces débris, des piédestaux de bols Jobero Biscuit est frappante ; parfois la fracture est régularisée soigneusement. J'ai signalé, à l'inverse, qu'il existe depuis la phase La Cañaza des bols polychromes amputés de leur piédestal, dont la fracture a été aménagée avec le même soin. Peut-être faudrait-il rapprocher ces pratiques, dont le caractère rituel ne fait pas de doute, de l'existence des rondelles de poterie découpées ; huit de ces objets proviennent de nos fouilles à Guaniquito.

65Les cavités et caches forment un réseau compliqué dans le cœur du monument. Après le dépôt des offrandes, elles sont comblées avec les matériaux provenant des excavations : débris rocheux mélangés à l'argile, terre noirâtre, jaunâtre ou sablonneuse, pierres calcaires des morros. Le matériel céramique et lithique est partout abondant, et sans modification notable des niveaux les plus profonds aux niveaux supérieurs. Les monuments étudiés ont donc été édifiés au cours de la même période de la phase Bijaguales.

66Quelle était la destination de ces monuments ? Des plates-formes surélevées ne sont d'aucune utilité pratique en un endroit qui n’est jamais menacé par les crues du río. Elles supportaient probablement des constructions fragiles qui ont disparu sans laisser de traces : lieu de culte, habitation de cacique ou de prêtre ? On est frappé de la disproportion qui existe entre la partie visible, de dimensions et d'architecture médiocres, et l'organisation souterraine des caches, qui a nécessité une somme de travail importante (dans une roche il est vrai assez tendre) et un déploiement de pratiques rituelles impressionnant. L'hypothèse de l'édifice cultuel est donc tentante. La multiplicité des structures - 15 à 20 - pour un site qui n'est pas, somme toute, très étendu, prouverait que Guaniquito était une sorte de capitale locale, un centre politico-religieux où convergeaient les habitants des villages voisins. Le plus proche de ces villages, Barrancon (TI 43) n’est qu'à 1 km à vol d'oiseau à l'est de Guaniquito ; il occupe une position identique mais n'a, lui, aucune structure cérémonielle. Chacun des villages soumis à Guaniquito disposait-il, au chef-lieu, de sa plate-forme cérémonielle - ou de ses plates-formes, si l'on considère comme un tous les deux monuments tangents ? Et dans ce cas, chacun de ces monuments était-il dédié à un dieu différent ? ou réservé l'un aux manifestations du culte autochtone, l'autre à celles d'un culte nouveau apporté par des gens venus du Mord ? Nous entrons là dans le domaine des suppositions et la modicité des résultats obtenus ne nous donne pour l'instant aucun élément de réponse.

67Les résultats des fouilles de Guaniquito ont été confirmés par le sondage effectué au centre de l'une des deux structures de La Bernardina. Le remplissage de ce monument est analogue à celui de M 5 et de M 6 ; on y trouve de nombreux tessons des phases El Indio et La Cañaza, mais ceux de la phase Bijaguales sont rares : les structures doivent dater du début de cette phase. A 1,40 m de profondeur un bol rouge zoomorphe était posé sur un lit de charbon épais, qui a permis de dater la structure au carbone 14. Cette date est proche de celle obtenue dans la structure M 5 de Guaniquito. Le dépôt votif au centre de la structure est donc la règle pour ce type de monuments, et la (ou les) poterie qui le constitue est toujours posée sur ou enfouie dans une couche charbonneuse.

68La structure des murs circulaires de La Bernardina ne diffère en rien de ce que nous avons observé à Guaniquito.

Rapprochements

  • 2 Mitchell, 1961, et Th. Bull, 1965.

69Le site d'El Hatillo (He 4), dans la baie de Parita, a été fouillé par Stirling et Gordon Willey en 1948, puis par divers amateurs de la Panama Archaeological Society (qui l'ont rebaptisé PR 1), dont le Dr Mitchell. Ph. Dade et Thelma Bull ont publié les résultats de ces fouilles dans le bulletin de la Société2. En 1952, G. Willey revint sur le site dans le cadre d'une mission plus vaste consacrée à la région Santa María - Parita. C'est à J. Ladd que nous devons l'étude du matériel et l'établissement d'une typologie céramique pour la région. Je m'y suis souvent référé car les traits communs entre notre séquence de Tonosi et celle de Parita sont nombreux.

70Stirling décrit ainsi le site : "... a group of ten earth mounds arranged in the form of a crescent around a level court". D'après Th. Bull, il y aurait 13 monticules, dont le diamètre varie de 10 à 20 m et dont la hauteur ne dépasse pas 1,50 m par rapport au niveau de la place.

  • 3 Ladd, 1964, p. 24.

71Ladd confirme que les monticules sont, en gros, circulaires (15 à 20 m de diamètre) ; la circonférence est limitée par un revêtement de galets, de 50 cm d'épaisseur, s'étendant sur 1 m sur le flanc du monticule. On trouve dans le monticule un des fragments de sol brûlé, un sol de pierres, des couches de cendre, des sépultures et des caches contenant des poteries. Le monticule aurait été construit dans un but funéraire, en deux étapes, chacune en relation avec une cérémonie funéraire comportant l'usage du feu. Le matériel de remplissage proviendrait du site d'habitat voisin et non d'un habitat sur le monticule même3.

72Toujours d'après le même auteur, le monticule 2 aurait été construit pour recouvrir quatre sépultures et deux caches ; par contre le monticule 3 ne contenait aucune sépulture. La description de Ladd (p. 28) mérite d'être citée in extenso : elle pourrait être reprise point par point pour les monuments de Guaniquito : "Very few complete pottery vessels were recovered, and those almost always occurred singly or occasionnally in pairs, but there were very few finds of more then one vassel. On the other hand, many almost complete vassels were found ; that is, bottles with spouts broken off, bird effigy bowls and simple bowls with pedestals missing as if the vessels hab been intentionnaly broken, or ceremonially "killed" without destroying the entier vessel. In fact it seems probable that care was taken not to mutilate the vassel beyond a minimal amount. Almost all of the incomplete vessels from this mound appear quite "new" and show no signs of wear".

73Les sépultures sont de plusieurs types : sépultures individuelles ou multiples (15 individus) à même le sol, sépultures sur metates, sépultures secondaires en urnes. La crémation était pratiquée, de même que l'enterrement partiel (crânes ou corps décapités). Ladd rapproche ces pratiques funéraires, impliquant l'emploi du feu, de la coutume de fumer ou dessécher le corps des personnes de haut rang, qui est attestée par les Conquistadores.

74Parmi le matériel trouvé dans les sépultures ou les caches, indépendamment des poteries souvent miniatures, citons les metates quadripodes, les molettes et les haches ; les perles de coquillage, pendentifs et tubes d'os, bijoux d'or et de tumbaga, enfin les colliers de dents humaines, faits surtout d'incisives perforées ; l'un d'eux comprenait 737 dents, et Mitchell cite même le chiffre de 8 000 dents, pour la plupart des incisives, ce qui représenterait 1 000 individus !

75En conclusion (Ladd, p. 151), El Hatillo semble être un site cérémoniel ou funéraire ; les monticules étaient construits avec du matériel de remplissage provenant du site d'habitat voisin. La période d'occupation serait le Coclé Tardif et la phase Herrera : la seule datation absolue, concernant une sépulture profonde a donné 415 ± 90 BP, soit une date très voisine de l'arrivée des Espagnols.

76Les analogies entre les deux sites cérémoniels de Guaniquito et d'El Hatillo sont évidentes ; elles vont du plan d’ensemble et de l'architecture des monuments à la nature et à la disposition du matériel à l'intérieur de ceux-ci. La destination funéraire est cependant moins évidente à Guaniquito, mais rien ne prouve que la fouille d'autres structures n'apporterait pas la preuve contraire. D'autre part les monticules de Guaniquito paraissent bien avoir été construits en une seule étape.

77Il existe certainement de nombreux sites à monticules à Panama, mais très peu ont été décrits. D. H. Elliot (1965) en signale un sur le bord du río Parita, non loin du village du même nom ; il comprend une pyramide centrale de 7 m de haut et cinq monticules plus petits (2 à 3 m) tout autour. Ces monticules seraient rectangulaires, sans revêtements de pierres. Le site devrait donc être rapproché de Coiba.

78A Guararé (GE 1 : Paso del Espave), les monticules circulaires, de faibles dimensions, sont groupés à côté d'une vaste zone d'habitat qui paraît dater de la phase Herrera. Les fouilles de Th. Bull, sur lesquelles nous manquons malheureusement de renseignements, ont mis au jour des sépultures accompagnées de riches poteries polychromes.

79Plus au sud, le petit site d'El Nanzal (GE 3) montre lui aussi plusieurs monticules d'une dizaine de mètres de diamètre, sans doute artificiels. Ils n'ont pas été fouillés.

Fig. 134 - Les sites de la phase BIJAGUALES.

Conclusions sur la phase Bijaguales

Les sites (Fig. 134)

80La présence de céramique Jobero Biscuit, d'un outillage lithique abondant et de type rustique, éventuellement aussi l'existence de structures circulaires, sont les traits qui permettent de dater les sites occupés durant la phase Bijaguales.

81Les sites reconnus sont au nombre de 44, c'est-à-dire à peu près deux fois plus que pendant la phase La Cañaza, et quatre fois plus que pendant la phase El Indio. Depuis le début de cette étude, nous constatons que le nombre des sites double assez régulièrement d'une phase à 1'autre.

82Sur ces 44 sites, 13, soit 30 %, étaient déjà occupés à la phase précédente. La phase Bijaguales est donc marquée par l'abandon de près de la moitié des sites de la phase La Cañaza, dont les plus importants : El Indio, El Cafetal et par l'apparition d'une trentaine de sites nouveaux. On note ici une différence importante dans la façon dont les phases se succèdent : pendant la phase La Cañaza, tous les sites de la phase El Indio ont continué à être occupés.

83La population augmente, semble-t-il, de façon spectaculaire. Elle occupe surtout la zone précédemment la plus peuplée, avec pour centre la vallée du bas Tonosi, et en bordure du manglar, entre le fleuve et Cañas. Mais elle progresse aussi dans deux directions : vers le piedmont et les hauteurs des deux massifs (Canajagua, Cambutal), et dans la vallée du río Guanico, où aucun site ne paraît, dans l'état actuel des recherches, antérieur à cette phase. Si la haute vallée du río Tonosi, formé des ríos Guaniquito et Güera, était déjà occupée dès la phase précédente, c'est seulement à partir de la phase Bijaguales qu'on voit s'y implanter des sites importants.

84J'ai distingué les sites sans structures et les sites avec structures, que j'appellerai désormais "centres cérémoniels". Ces centres peuvent eux-mêmes être classés, selon le nombre des structures, en petits centres (une ou deux structures), centres moyens (quatre à six) et grands centres (six à vingt structures). Il n'est pas indifférent de voir comment se répartissent géographiquement ces divers centres : on constate en effet que la plupart des centres importants - Guaniquito Abajo, El Guayabo, Bijaguales, Coiba - sont situés en amont, dans la partie nord de notre zone et à une certaine altitude ; tous les centres proches de la côte - Morro de Puercos, La Bernardina, El Infiernillo... sont au contraire peu importants, ne dépassant pas une ou deux structures. El Barrabal, le grand centre le plus proche de la mer, en est à 10 km à vol d'oiseau.

85Ce fait confirme la prépondérance des influences septentrionales au cours de la phase Bijaguales si la zone la plus densément peuplée, la plus fertile aussi, est toujours la basse vallée du río Tonosi, avec la grande plaine du piedmont à l'est, les "sites clés" ne sont plus dans la zone du manglar mais vers le haut Tonosi.

86La poussée vers les hauteurs semble être une autre caractéristique de cette phase : l'occupation d'un site comme celui de La Tronosa (TI 60) proche du sommet de ce massif qui domine de 800 m la vallée du Tonosi, est révélatrice à cet égard. Il est à peu près certain que la plupart des sites dont l'existence nous a été signalée par des chasseurs dans les hauteurs boisées du cerro Cambutal sont de la phase Bijaguales.

87Sans arriver à ces extrêmes, les sites importants, les grands centres cérémoniels en particulier, paraissent fuir le fond des vallées pour se réfugier à une certaine hauteur, sur les premiers contreforts de la montagne. Ce choix pourrait être motivé par la crainte des inondations qui, nous l'avons vu, submergent périodiquement les rives. Mais on peut aussi envisager des préoccupations défensives : adossés à la montagne boisée, dominant par une pente assez douce ou au contraire une falaise escarpée la vallée du río, protégés par de nombreuses quebradas souvent encaissées, les occupants disposaient de conditions très favorables à la défense. Mais cette préoccupation n'était sans doute pas essentielle : nous n'avons trouvé aucune trace d’organisations défensives telles que fossés, murs, etc. Il est vrai que la défense était assurée généralement par des palissades, comme nous le confirment les chroniqueurs. On constate aussi que certains obstacles défensifs fournis par la géographie même du lieu sont délibérément négligés : à Guaniquito par exemple, la petite colline à l'est du site (supra Fig. 128), qui surplombe le centre cérémoniel, ne présente aucune trace d’aménagement ni même d'occupation. Or une organisation cohérente de la défense du site suppose, de toute évidence, que ce point haut soit occupé et défendu.

88L'abandon des grands sites du manglar ne signifie pas que cette zone riche en ressources naturelles ait été délaissée ; peut-être El Indio n'a-t-il été abandonné que par suite de la menace d'étouffement par les palétuviers. Le site d'El Cafetal, où l'on trouve d'ailleurs quelques rares tessons Jobero Biscuit, se serait simplement déplacé de l'autre côté de 1'estero, à El Calabazo. D'autres sites sont nouveaux : Encerrado et Morros de la Isla (Ile de Cañas) ; ils sont très étendus. Peut-être, quand les zones de sépultures seront connues, nous apparaîtront-ils comme aussi importants qu'El Indio. Il faut bien constater cependant qu'aucun de ces sites ne dispose de structures cérémonielles, ce qui peut faire douter de leur rôle de chefs-lieux.

89Il faut enfin signaler l'apparition de sites côtiers d'un type particulier : à La Ensenada de Bucaro (TI 23), sur la plage au sud du village, nous avons sans doute affaire à plusieurs campements temporaires de pêcheurs ; les vestiges comprenant d'impressionnantes quantités de restes de poissons et de mollusques, sont en surface, à la limite de la plage et de la végétation, composée ici de manzanillos vénéneux. Ils sont donc très exposés ; ayant sommairement exploré le site en 1968, nous avons constaté l'année suivante que toute trace de ces campements avait disparu.

90On peut supposer que ce genre de sites existe tout le long de la côte aux endroits favorables ; on nous en a signalé à La Marinera et à El Ostional, près de l'embouchure du río Guanico. J'en ai visité un près de l'embouchure du río Oria, entre Cañas et Pedasi.

91Deux sites ont donné des amas de coquilles importants : Bucaro et Morros de la Isla. Aucun conchal digne de ce nom n'avait été trouvé aux époques antérieures.

92Caras Pintadas (TI 59), qui sera décrit plus loin, est, comme son nom l'indique, un site à pétroglyphes, proche de la mer et du village de Cambutal. Les pétroglyphes sont très rares dans notre zone, puisque nous n'en avons trouvé qu'en deux endroits ; peut-être une prospection poussée en trouverait-elle d'autres plus au nord, où des toponymes tels que La Pintada, La Pintadita pourraient indiquer la présence de gravures rupestres. Caras Pintadas est daté, non par le style des gravures, mais par le matériel céramique trouvé à proximité, qui comprend du Jobero Biscuit.

93La nature de l'habitation, au cours de la phase Bijaguales, ne nous est pas mieux connue qu'aux époques antérieures. Les cases étaient en matériel périssable, même celles qui abritaient les chefs ou les prêtres. Aucune trace de murs, de soubassements ni même de véritables sols n'a été trouvée. Les plates-formes circulaires étaient probablement des structures de temples ou d'édifices destinés aux personnages importants, politiques ou religieux.

94Le régime alimentaire reste basé sur les deux techniques anciennes : cueillette, chasse et pêche d'une part, agriculture de l'autre. Leur importance relative varie évidemment d'un site à l'autre. Dans l'ensemble cependant l'énorme augmentation de l'outillage lithique destiné au déboisement (haches) et à la préparation alimentaire (metates, molettes...) prouve un développement spectaculaire de l'agriculture, et aussi, je l'ai souligné, l'introduction de coutumes alimentaires nouvelles nécessitant un outillage de caractéristiques très différentes.

95Le conchal de Bucaro nous donne un bon échantillonnage de ce qui pouvait constituer le régime alimentaire normal des sites côtiers ou proches de la mer. De dimensions modestes si on le compare à ceux de la baie de Montijo ou de la baie de Parita, la couche de coquillage, mélangée de tessons et de nombreux os animaux, ne dépasse pas 80 cm. J'ai calculé approximativement pour chaque niveau de 10 cm le pourcentage des différentes espèces de mollusques consommés. Ces espèces sont au nombre d'une trentaine au moins ; en éliminant celles qui représentent moins de 1 % du total, je n'ai retenu que sept espèces (4 bivalves et 3 gastéropodes qui constituent l'essentiel du régime. Pour les bivalves, deux coquillages marins et deux du manglar :

  • Anomalocardia subrugosa (nom local commun à plusieurs espèces : almeja del mar), coquillage marin récolté de la Basse Californie au Pérou sur les fonds vaseux et peu profonds ;

  • Dosinia ponderosa ( ?), nom local : miona (la "pisseuse") récolté en mer, entre 2,5 et 24 pieds ;

  • Anadora tuberculosa, la populaire concha prieta, coquillage du manglar, l'un des plus importants de la côte d'Amérique Centrale, qui existe, selon Myra Keene, de la Basse Californie au Pérou ;

  • Tagalus sp. (longoroncito del manglar).

96Parmi les gastéropodes, dont l'identification devrait être vérifiée

  • Scalinia ferminiana, connue du golfe de Californie à Panama ;

  • Knefastia olivacea ;

  • Cymia tacta, trouvée sur les rochers du Costa Rica à l'Équateur.

97Le tableau ci-dessous indique le pourcentage des différentes espèces par niveau.

Tableau 10 - Fréquence des espèces de mollusques dans le conchal de Bucaro (en pourcentage)

Tableau 10 - Fréquence des espèces de mollusques dans le conchal de Bucaro (en pourcentage)

98On voit que les gastéropodes ne représentent qu'un faible pourcentage qui diminue dans les niveaux supérieurs (de 22 à 2 %).

99Parmi les bivalves, les deux espèces marines sont les plus appréciées ; elles deviennent à tour de rôle plus important, tandis que l'ensemble des coquillages du manglar ne dépasse pas 3 à 8 %.

100En résumé c'est le coquillage bivalve marin qui constitue à Bucaro l'essentiel de l'alimentation, complété par la chasse et la pêche, sans doute aussi par l'agriculture.

101Dans un autre site contemporain, pourtant proche de la mer, à El Pital, nos fouilles n'ont, par contre, absolument pas mis en évidence la consommation de coquillages, alors qu'à tous les niveaux les ossements d'animaux sont abondants, prouvant que la chasse et la pêche étaient très pratiquées. Ces ossements n'ont pas été étudiés par des spécialistes ; on peut simplement noter la très grande fréquence d'os longs de cervidés et d'os de suidés (pécaris) pour les gros animaux ; parmi les poissons, celle des "becs" cornés d'un Tetradontidas, peut-être Tetraodon hispidus selon R. Cooke (communication personnelle). Ce puffer fish, qui a la propriété de se gonfler d'air, est très abondant sur la côte pacifique de Panama.

102En ce qui concerne la céramique, la phase Bijaguales marque une évolution qui se manifeste par trois faits :

1031. l'apparition et le développement d'une céramique tout à fait nouvelle, le Jobero Biscuit, mince, de couleur grise ou beige, non engagée ni décorée, sinon parfois de motifs appliqués ou incisés représentant essentiellement des grenouilles et des oiseaux. Cette céramique doit être rapprochée de la poterie "Biscuit" (nom impropre) des provinces occidentales de Panama, Veraguas et Chiriqui.

104Le Jobero Biscuit, dont l'utilisation est sans doute rituelle, se développe au détriment des autres types de poteries à décor peint.

1052. le décor corrélatif de la céramique locale à décor polychrome ;

1063. et son remplacement progressif par une céramique polychrome probablement fabriquée ailleurs, dans la région de Macaracas, de Parita, peut-être dans le Sud du Veraguas. Cette céramique caractérise les périodes appelées Coclé Tardif et Herrera, qui sont contemporaines de notre phase ; je l’ai baptisée : groupe "Macaracas-Parita Polychrome".

107La décadence de la céramique polychrome locale au cours de la phase Bijaguales est un fait évident : aussi bien sur le plan de la qualité technique que sur le plan purement stylistique ou esthétique, les types de transition - notre Barrancon Polychrome - sont des plus médiocres-. Fait plus grave encore, la nouvelle céramique importée, qu'elle soit ou non fabriquée sur place, est par rapport aux poteries funéraires d'El Indio ou de La Cañaza d'une pauvreté d'imagination insigne. C'est un fait curieux de constater ainsi qu'à une période de fort accroissement démographique, de brassages de populations, de perfectionnements certains dans des domaines aussi variés que l'agriculture et l'architecture, correspond un effondrement aussi spectaculaire dans un domaine que nous appellerions aujourd'hui le sens esthétique ou 1'"art" tout court.

108Pour moi les premiers symptômes de cette décadence sont plus anciens ils sont déjà inscrits dans l'évolution de la céramique décorée entre la phase El Indio et la phase La Cañaza.

109Sur le plan socio-religieux, pour autant qu'il nous soit accessible, des phénomènes nouveaux à Tonosi tels que l'érection de structures cérémonielles, le creusement de caches enterrées contenant des poteries votives (les caches sont cependant connues dès la phase La Cañaza à Montevideo) et l'existence de catégories sociales nettement définies doivent être liés aux influences venues du Nord.

110Cette hiérarchisation poussée, à l'échelon des individus (reflétée par les pratiques funéraires) comme à celui des villages ou des hameaux, voire à l'échelon des groupes ou des tribus, se matérialise maintenant par l'existence de centres cérémoniels constituant, avec la zone d'habitat qui lui est proche, une sorte de petite capitale vers laquelle convergent les habitants des hameaux environnants lors des grandes cérémonies religieuses ou des marchés.

111Le panthéon religieux, tel qu'il nous apparaît représenté dans les objets rituels de céramique ou de pierre, ne devait pourtant guère différer de celui des cultures précédentes, en particulier de celles de La Cañaza à Tonosi et de Coclé plus au nord, dont il descend directement. La différence essentielle réside dans les modalités mêmes du culte, impliquant nettement des lieux sacrés, des édifices et peut-être un personnel spécialisé. Ce passage de l'individuel au collectif, au socialisé, dépasse le simple culte et doit bouleverser profondément la mentalité collective ; ses répercussions sont visibles dans d'autres domaines tels celui de la céramique, où toute trace de liberté, d'imagination créatrice a disparu.

112Les coutumes funéraires marquées par la coexistence des sépultures à même le sol et ces sépultures en urnes sont aussi un héritage des phases antérieures. Mais ces deux modes de sépultures ne voisinent pas dans le même site ou, au moins, dans un même endroit du site. Le second, sous forme de sépultures secondaires, semble réservé aux gens du commun ; la sépulture à même le sol est souvent secondaire elle aussi. La crémation était déjà pratiquée durant la phase La Cañaza, comme nous le prouve l'urne de Cañas, mais elle paraît devenir maintenant quasi générale. Les tombes, creusées dans la roche tendre, sont un élément nouveau : elles ont la forme d'un puits, se terminent par un couloir et une chambre latérale, et renferment des sépultures multiples. Leur mobilier est très divers ; parfois inexistant, il est généralement plus riche que celui contenu dans les urnes. Il n'est pas impossible que les structures circulaires constituent en fait des monuments funéraires recouvrant la sépulture des plus hauts personnages.

Chronologie et extension de la phase Bijaguales

113Nous ne connaissons pas la date exacte de la première apparition de la céramique Jobero Biscuit, qui marque pour nous le début de cette phase. On peut supposer qu'elle se situe entre 800 et 900 ap. J.-C. En effet, deux datations ont été obtenues pour les structures circulaires : l'une à La Bernardina, au centre de l'une des deux structures et au niveau du dépôt votif (supra, p. 402), a donné une date de 850 ± 95 ap. J.-C. (CIF-1 520) ; à ce niveau (-140 cm) et jusqu'à - 70 cm, les tessons Jobero Biscuit sont extrêmement rares, alors que ceux des phases El Indio et La Cañaza abondent ; au-dessus de - 75 cm, le Jobero Biscuit augmente pour atteindre 20 % du total des tessons. Il existe donc dans ce monticule une apparence de stratigraphie que l'on ne trouve pas à Guaniquito. Le monticule aurait été construit sur une zone d'habitat de la phase El Indio et de la phase La Cañaza ; le puits contenant la poterie votive posée sur son lit de charbon aurait été creusé dans le dépôt archéologique provenant de ces deux phases, puis la plate-forme érigée avec un matériel de remplissage contenant des tessons des deux phases anciennes et de la plus récente.

114A Guaniquito, l'échantillon de charbon daté provient de la cache M9, au centre sud de la structure M 5, à - 280 cm. Il a donné 995 ± 120 ap. J.-C. (GX-1545), date un peu plus tardive que celle de La Bernardina ; mais étant donnée la richesse du matériel de la phase Bijaguales - et de cette phase seulement - dans le remplissage des structures M 5 et M 6, on peut penser que ces monuments n'ont pas été construits au tout début de notre phase. C'est en définitive la date de La Bernardina que je retiendrai pour le début de la phase Bijaguales : 850 ap. J.-C.

115Nous avons la preuve, grâce au conchal de Bucaro, que cette phase s'est poursuivie au moins jusqu'à l'arrivée des Espagnols, c'est-à-dire jusqu'en 1516, date du passage de l'expédition commandée par Gaspar de Espinosa. En réalité, l'installation d'un petit campamento à l'embouchure du río Tonosi dût être un peu plus tardive.

116Bucaro est le seul site de la région à avoir livré des objets coloniaux mélangés à la céramique locale. Le propriétaire du terrain, en enfonçant des piquets de clôture, a mis au jour une grande amphore à huile ou à vin qui fut malheureusement brisée par la suite ; nous en avons recueilli quelques morceaux. Ce type de poteries, dont le Musée de Panama détient plusieurs exemplaires, était d'abord importé d'Espagne, mais dut être fabriqué assez vite dans les ateliers de Panama Viejo. Nous avons encore récolté en surface près du conchal plusieurs tessons à glaçure verte, de nombreux plombs qui ressemblent à des plombs de chasse et une "perle" allongée de bois peint en bleu.

117En stratigraphie, c'est le niveau - 20 à - 30 cm de notre sondage dans le conchal qui a fourni le premier objet colonial : un fragment de verre irisé. Au niveau - 10 - 20 cm, trois tessons minces ressemblant au Jobero Biscuit mais à texture beaucoup plus serrée et homogène, sont sans doute de facture coloniale. A ces niveaux, la céramique locale est toujours typique de la phase Bijaguales, avec un pourcentage de Jobero Biscuit de 7 à 9 %. Il m'a été impossible de distinguer plusieurs sous-phases à l'intérieur de la phase Bijaguales, dont la durée fut pourtant très longue puisqu'elle s'étend sur au moins six siècles.

118C'est encore une fois dans le golfe de Montijo que nous avons trouvé le complexe le plus voisin de celui de la phase Bijaguales. Il paraît certain que le développement culturel de cette région s'est fait parallèlement à celui de Tonosi, avec lequel elle devait maintenir des contacts étroits. Aucun site plus tardif que la phase La Cañaza n'a été trouvé apparemment par Mc Gimsey à Mariato ; encore serait-il nécessaire d'étudier le matériel du site MO 4

119Je n'ai pu que reconnaître rapidement la région d'Arena de Quebro, plus au sud, sans me rendre sur les sites les plus importants signalés par les huaqueros, en particulier Boca Vieja, le port d'Arena, où auraient été pillées des sépultures contenant des metates, des poteries tripodes et des bijoux de style très veraguenas, d'après les descriptions. Je n'ai visité que deux sites : à Morro del Chino (MO 5), une récolte en surface a donné du Jobero Biscuit typique ; à Pavo Abajo (MO 6), il existe, de part et d'autre du río Pavo, deux monticules artificiels de faible hauteur, d'une trentaine de mètres de diamètre, sur lesquels on a bâti des maisons modernes. Dans un basurero proche, j'ai récolté un matériel abondant comprenant en particulier du Jobero Biscuit, des tenons-grenouilles, des haches et un metate rectangulaire quadripode à décor zoomorphe : tête et queue en faible saillie, pied décoré d'un animal double - réduit aux deux avant-trains - en haut relief. En résumé, des monticules sans doute cérémoniels et un matériel très semblable à celui de la phase Bijaguales, avec peut-être une influence du Veraguas plus grande.

120Nous avons vu, en rapprochant les sites de Guaniquito et d'El Hatillo, que la phase Bijaguales est certainement apparentée à la phase Herrera, dernière phase précédant la Conquête dans la baie de Parita, qui a succédé au Coclé Tardif.

121Cette parenté est prouvée surabondamment par la ressemblance des centres cérémoniels à monticules circulaires et par la poterie polychrome de types Macaracas et Parita - à l'exclusion toutefois du type El Hatillo - trouvée dans nos sites. Il existe néanmoins quelques différences importantes qui interdisent d'assimiler entièrement les deux cultures ; celle de Bijaguales garde sa physionomie propre, due sans doute à une plus forte influence de la partie méridionale du Veraguas, toute proche (peut-être même du Chiriqui ?). La céramique Jobero Biscuit n'a pas été trouvée dans la baie de Parita, pas plus qu'à l'est et au sud-est de la péninsule ; elle est proche par contre des types non engobés du Veraguas et du Chiriqui.

122Il y a eu certainement des liens étroits entre la culture de Bijaguales et la culture tardive de Macaracas, dans le centre de la péninsule mais ici les éléments comparatifs nous manquent et aucun site à structures n'a, à ma connaissance, été signalé dans cette région.

123Quoiqu'il en soit, au Cours de cette dernière phase culturelle qui couvre en gros les six ou sept siècles précédant la Conquête, nous assistons à une uniformisation culturelle de l'ensemble de la péninsule d'Azuero, marquée en particulier par l'adoption des mêmes types de céramiques polychromes rituelles, d'objets lithiques semblables et d'un système religieux unique qui se reflète dans les structures et les ensembles cérémoniels. A l'intérieur de cette grande zone, deux ensembles paraissent se dessiner : l'un couvrirait le Nord et le Sud-Est (peut-être aussi le Centre) de la péninsule, avec des sites comme ceux étudiés par G. Willey sur le río Parita, ou ceux que j'ai reconnus sur la côte sud entre Los Santos et Pedasi ; l'autre couvrirait le Sud et l'Ouest de la péninsule et serait plus influencé par la culture du Veraguas Classique, bien que descendant lui aussi des grandes cultures "cocléoïdes". Cette zone Tonosi-Montijo-Rio de Jésus serait ainsi, au cours de cette ultime phase tout au moins, la charnière où s'articulent les apports culturels de l'Amérique du Sud et ceux de l'Amérique Centrale.

Notes

1 Le cascajo serait, d'après Don Crusœ (1968) un mélange de calcaire tendre, de sable et d'argile dure.

2 Mitchell, 1961, et Th. Bull, 1965.

3 Ladd, 1964, p. 24.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search