Version classiqueVersion mobile

Archéologie du sud de la péninsule d'Azuero, Panamá

 | 
Alain Ichon

Chapitre 7. La phase Bijaguales

Texte intégral

1La quatrième phase culturelle de la région de Tonosi s'étend jusqu'à la Conquête espagnole, sans doute même un peu au-delà. Elle nous est relativement bien connue grâce aux sites d'habitat qui se multiplient durant cette période : 43 de ces sites ont été relevés, et un certain nombre fouillés. Toutefois nous n'avons pas trouvé ici de cimetières et les quelques données sur les pratiques funéraires concernant des sépultures isolées proviennent pour la plupart de fouilles d'amateurs.

2J'ai défini le début de la phase Bijaguales par l'apparition d'un nouveau groupe de céramique non décorée, très différent de ce qui est connu jusqu'alors par ses attributs de pâte, de surface et par son décor uniquement plastique (quand il existe). Ce groupe nous a servi à dater bien des sites sur lesquels les types de la phase précédente continuent à être abondants. Nous verrons qu'il existe d'autres critères de datation : l'industrie lithique et la présence de structures circulaires, probablement cérémonielles, qui donnent à la phase sa physionomie propre.

3Les sites de la phase Bijaguales peuvent être classés en deux catégories selon qu'ils sont ou non dotés de structures cérémonielles. Nous verrons d'abord les résultats des fouilles stratigraphiques concernant deux sites d'habitat, El Pital (TI 21) et Bucaro (TI 22), non dotés de structures ; nous étudierons ensuite les sites à structures et particulièrement Guaniquito Abajo (TI 28), l'un des plus importants. Les autres sites de la phase seront sommairement décrits en annexe.

I. Les sites d'habitat : El Pital, Bucaro

4La phase Bijaguales est représentée sur les trois sites - La India 1, Morro de Puercos, zone A de Bucaro - qui semblent avoir été occupés de façon continue depuis le début de la phase Bucaro. A défaut d'un matériel suffisamment abondant pour une étude détaillée de la céramique, ces sites nous ont servi à établir la chronologie relative de nos quatre phases.

5Deux sites ont révélé l'existence d'une couche archéologique assez épaisse - 1 mètre environ - et riche en tessons, correspondant à la phase Bijaguales ; malheureusement, à l'endroit fouillé tout au moins, le début de l'occupation n'est pas antérieur au début de cette phase.

Image 1000000000000B7D000008F26E9FDF4657DA1D22.jpg

6Le site de Bucaro a été décrit au chapitre 4 (p. 72, fig. 16). La zone occupée durant la phase Bijaguales comprenait une partie de la pente descendant vers l'estuaire du Río Tonosi (notre sondage A y a décelé la succession des quatre phases) et vers le bas, de part et d'autre de l'actuel chemin qui l'a traversée, une zone de dépôt de coquillages (conchal) qui peut avoir de 20 à 30 m de longueur sur une largeur ne dépassant pas 5 m et une épaisseur maximale de 1 m. Notre sondage s'est limité à une fouille de 1 m 2 pratiquée dans le conchal, en bordure du chemin (Fig. 16, O). La stratigraphie naturelle est fort simple : au-dessus du rocher stérile (caseajo), on trouve 80 cm d'une terre noire qui devient de plus en plus jaunâtre vers le bas ; couche très riche en coquillages et en tessons (le nombre total des tessons recueillis est de 3197). La stratigraphie du conchal de Bucaro recoupe celle du puits stratigraphique d'El Pital, qui sera décrit plus en détail. Le principal intérêt de ce sondage est de fournir des éléments d'une étude axés sur le régime alimentaire, qui est basé essentiellement sur les mollusques et le gibier ; il a aussi mis au jour quelques objets coloniaux qui nous permettent de dater les derniers niveaux de la phase.

7El Pital n'est qu'à 3 km à vol d'oiseau à l'ouest de Bucaro. Le site doit son nom à une quebrada qui descend du petit massif de Bucaro et se jette dans le Río Tonosi non loin de son embouchure. Bien que proche de la piste reliant Tonosi à Bucaro, l'emplacement, très boisé, est assez difficile à découvrir ; il m'a été indiqué, comme plusieurs autres, par un chasseur.

8La zone archéologique s'étend sur les collines couvertes d'une végétation dense à l'est de la quebrada et de part et d'autre d'un ruisseau encaissé qui coule vers le nord-ouest et rejoint la quebrada El Pital à 50 m environ du gué de la piste. Le matériel mis au jour par les crues y est particulièrement abondant. C'est sur le bord de ce ruisseau, à un endroit à peu près plat, que nous avons ouvert un puits stratigraphique de 2 x 2 m par niveaux artificiels de 10 cm. Le lieu est visiblement une zone d'habitat ou de décharge, riche en matériel céramique, lithique et osseux. La terre assez homogène, très noire, argileuse et dure dans les niveaux supérieurs, devient vers - 40 cm brun foncé et plus friable, mélangée à des petites particules jaunes de la roche gréseuse appelée localement tosca ; ce changement ne correspond pas à une modification notable du matériel récolté. Vers - 90 cm, on tombe de nouveau sur la terre argileuse noire et compacte, profondément fissurée. Ce niveau correspond aux derniers tessons, bien que quelques-uns aient été trouvés plus bas, jusqu'à - 130 cm, entraînés probablement dans les fissures par les eaux d'infiltration.

9En résumé (Fig. 100) une couche archéologique de 90 cm d'épaisseur, dont le premier niveau superficiel a sans doute été perturbé par les eaux ruisselant sur la pente en direction de la sanja. J'ai représenté la répartition par niveaux de 10 cm des tessons recueillis, au total 17200. La fouille a livré de plus une dizaine d'objets en pierre et un pendentif d'os.

10La courbe du nombre des tessons augmente assez régulièrement dans les niveaux inférieurs, passe par, un maximum au niveau 5 (40 - 50 cm : 2765 tessons) pour décroître légèrement ensuite ; les tessons superficiels sont beaucoup plus petits. On ne peut guère en tirer de conclusion sur la densité d'occupation du site car l'endroit a pu servir de dépotoir à certaines périodes et non à d'autres, les habitations changeant par exemple de place alors que la population, elle, variait peu.

11On trouve des tessons de Jobero Biscuit dès le niveau 9 (80 - 90 cm). Le site d'El Pital date donc entièrement de la phase Bijaguales. Aucun objet colonial n'y a été découvert ; pourtant une comparaison avec le conchal de Bucaro et une sériation des deux séquences prouveraient que le site était encore occupé à l'arrivée des Espagnols. El Pital peut être considéré comme représentatif de toute la phase Bijaguales.

La céramique

12D'une façon générale, les courbes de fréquence des différents types (Fig. 101) indiquent un certain nombre de tendances :

  • pour les tessons non décorés (supra Fig. 4), une diminution régulière de la céramique La India Rouge, avec une augmentation corrélative des deux groupes non engobés : le Brun commun et le Jobero Biscuit qui caractérise) la phase ;

  • pour les tessons décorés, on trouve des survivances de la phase El Indio, des types hérités de la phase La Cañaza, enfin des types propres à la phase Bijaguales.

Image 10000000000003CA000001D9F898AC5FA2240E34.jpg

Fig. 100 - Puits stratigraphique d'EL VITAL : stratigraphie naturelle et nombre de tessons par niveau de 10 cm

Image 10000000000003F30000025999766E7C26DF5D59.jpg

Fig. 101 - Fréquence des types céramiques de la phase Bijaguales dans le puits d'EL PITAL

13Dans les premiers, assez rares, sont représentés 1'Infiernillo Tacheti le Tonosi Polychrome sous la forme de bols zoomorphes noir et blanc sur rouge et de rares bols La Bernardina, le Culebra Appliqué-Incisé.

14Dans les seconds, plus abondants, nous distinguons le type Tiñidero Brun, les bols Zahina Polychrome à décor intérieur noir et blanc sur rouge, et surtout le Joaquín Polychrome, identique à celui de la phase précédente.

15Dans les types propres à la phase Bijaguales, on trouve, outre le Jobero Biscuit (non décoré ou à décor plastique) des types polychromes étrangers à Tonosi, qui semblent provenir du nord : Macaracas, baie de Parita, Veraguas... Certains (à El Pital tout au moins) n'auraient pas été fabriqués sur place.

16Je me baserai essentiellement, pour décrire ces types, sur les résultats du puits d'El Pital, complétés par ceux du conchal de Bucaro et par le matériel abondant - mais non trouvé en position stratigraphique - provenant des sites cérémoniels comme Guaniquito et Bijaguales.

La céramique La India Rouge (Fig. 102)

17Ce groupe, apparu au début de la phase El Indio et qui date peut-être de la phase antérieure, se poursuit durant la phase Bijaguales, mais il diminue de façon significative, passant de 65 à 20 % du total des tessons (63 à 33 % à Bucaro). On constate, dans l'ensemble, une certaine fidélité aux formes héritées de la phase précédente et aux tendances qui se sont dessinées alors (supra Fig. 64) : dans les bols, la forme profonde à bord vertical décroît, alors que les formes ouvertes, en calotte (6) ou même en plat creux (7) augmentent légèrement ; on voit se développer les écuelles et les plaques. Une forme commune aux deux phases est le bol à épaulement formant un angle vif sur la panse, avec un bord éversé (Fig. 102, e).

18Dans les vases globulaires à bord rentrant, ou tecomates, dont le bord extérieurement épaissi forme bourrelet, les deux formes a et b, à bourrelet oblique ou vertical, coexistent et constituent le tiers des bords rouges. La forme parfaitement arrondie du bourrelet (c) est particulière à notre phase. On la trouve aussi sur les urnes funéraires.

19Dans les jarres, même variété que pendant la phase La Cañaza. Une forme nouvelle est la jarre à col légèrement rentrant et concave dont le bord éversé forme un méplat oblique vers l'extérieur (d) au lieu d'être horizontal comme précédemment.

Image 10000000000003FD0000050FB03D93B136F79208.jpg

Fig. 102 - Phase BIJAGUALES : céramique La India Rouge.

20Les seules poteries rouges entières proviennent de caches découvertes à l'intérieur des structures circulaires à Guaniquito et à La Bernardina (f à 1). Les formes rappellent celles des poteries rouges ou polychromes de la phase La Cañaza : bols en calotte sur piédestal (mais plus ouverts), tecomates à bord rentrant ou lèvre arrondie dotée d'anses verticales ou décorés de tenons zoomorphes (j), jarres globulaires à col vertical (h).

21Certains bols rouges (f, g) sont montés sur des piédestaux dont la forme diffère nettement de ceux de la phase précédente : ils sont en effet ou bien excessivement bas et trapus, ou bien démesurément hauts et larges par rapport au bol. Les proportions, maladroites, ne sont en rien comparables à celles des fruteras Joaquín Polychrome. Il y a une autre différence importante : alors que le bol est entièrement engobé, le piédestal n'est en général décoré que de taches rouges irrégulières ou formant un décor maladroit de bandes horizontales ou de chevrons. Le fait est à rapprocher des taches rouges qui parfois parsèment la surface des vases bruns (k)

22Dans la céramique rouge, nous avons distingué un type, le juncal Rouge mince, qui est apparu vers le milieu de la phase El Indio, a augmenté et s'est maintenu au cours de la phase La Cañaza aux environs de 9 à 12 %. Ce pourcentage diminue rapidement au cours de la phase Bijaguales et le type semble disparaître au milieu de la phase. Il serait plus abondant dans les sites cérémoniels.

23La forme bien connue du bol à bord vertical (ou évasé) formant bourrelet est la plus commune, mais on trouve aussi le bol à rainure extérieure (Fig. 103, f) et à oreille rectangulaire allongée, horizontale ou tombante (e, f).

24Anses et oreilles ne se trouvent que sur les poteries rouges ou brunes. La forme de ces organes de préhension peut nous aider à distinguer la céramique utilitaire de la phase Bijaguales de celle des autres phases.

25Les vases ou tecomates rouges sont dotés de deux anses ou de deux oreilles horizontales ; mais celles-ci ont tendance à diminuer au profit des anses. On trouve les trois formes d'oreilles (supra Fig. 23, k) en rectangle (ou trapèze), en croissant, à côtés concaves. Mais la forme 2 est plus rare, alors que la forme 3 semble réservée à notre phase, de même que l'oreille partant directement de la lèvre et non plus de la base du col Les oreilles sont souvent obliques vers le haut et concaves. Elles sont de grandes dimensions : 10 cm de longueur en moyenne, jusqu'à 16 cm à Guaniquito et 3 cm de largeur.

26Les anses sont de deux types : annulaire ou en ruban (Fig. 103, a, b). Il n'y a pas de prédominance nette d'un type sur l'autre. L'anse annulaire représente une innovation par rapport aux phases précédentes, qui ne l'ignorent pas mais ne l'utilisent guère. L'anse en ruban, verticale, est assez large (4,4 cm en moyenne, de 2,7 à 8,5) et épaisse. Elle part de la lèvre ou de la base du col. La section n'est pas ovale mais présente une concavité ou deux bourrelets latéraux, parfois même une double ou triple rainure longitudinale (a 4).

27L'anse annulaire, par contre, est horizontale ; elle part un peu au-dessous du bord rentrant (b). De section circulaire, le diamètre moyen est de 2 cm et elle peut avoir 5 cm de longueur. Elle porte parfois un décor appliqué (c) représentant une grenouille réduite aux yeux en "grain de café" et à un trait incisé pour la bouche. Ce décor ne figure qu'exceptionnellement sur les anses en ruban.

28Il existe des formes d'anses verticales intermédiaires entre l'anneau et le ruban épais ; certaines ressemblent à deux anneaux soudés (Fig. 102, k). L'anse annulaire coudée est atypique : l'unique exemplaire pourrait provenir de la région de Guararé, sur la côte est.

Les supports

29Bases annulaires et piédestaux sont communs durant la phase Bijaguales, plus sans doute que pendant la phase précédente puisqu'ils s'appliquent non seulement aux poteries rouges, brunes et polychromes, mais aussi aux nouveaux types Jobero Biscuit. Le pourcentage des fragments de support par rapport au total des tessons ne varie que de 1 à 2 % et il n'y a pas d'évolution visible dans la proportion de l'une ou 1'autre forme.

30Les bases annulaires appartiennent en majorité à des bols bruns ou rouges. Leur hauteur est faible (2 cm), leur diamètre varie de 8 à 18 cm.

31Il est souvent difficile de distinguer la base annulaire du piédestal bas ; le critère peut être choisi dans la proportion entre la hauteur du support et son diamètre maximum. Si cette proportion est inférieure a 1/4, il s'agit d'une base annulaire.

Image 10000000000003EA000004F0D0FF161880C05ABD.jpg

Fig. 103 - Anses et oreilles de la céramique brune et rouge (phase BIJAGUALES).

32Les piédestaux supportent des bols rouges, des fruteras polychromes ou des bols Jobero Biscuit. Ils sont de deux types :

  • piédestaux bas : la hauteur est inférieure au demi-diamètre de la base,

  • piédestaux hauts : ce rapport Image 100000000000000F0000000F2E2722D548593CC9.jpgest supérieur à 1/2.

Le diamètre moyen de la base des piédestaux est de 14 cm (de 8 à 25). Les quelques piédestaux entiers d'El Pital et de Bucaro sont tous des piédestaux bas, dont la hauteur varie de 2,5 à 5,5 cm. Par contre sur les pièces entières de Guaniquito, nous avons affaire à des piédestaux hauts dont le rapport Image 100000000000000F0000000F2E2722D548593CC9.jpgest parfois proche de 1. La hauteur du piédestal est un trait important : le piédestal haut n'existe pas à la phase La Cañaza ; nous avons vu que, dans les fruteras, la hauteur du piédestal est égale à celle du bol qu'il supporte, et son diamètre égal au rayon de l'ouverture du bol. Ces proportions sont tout à fait différentes dans les fruteras de la phase Bijaguales : certains piédestaux Jobero Biscuit ou de types polychromes étrangers se distinguent non seulement par leur hauteur mais aussi par la gracilité de leur fût et par une base largement évasée en corolle.

La céramique Brun commun

33Ce groupe augmente de 17 à 55 % au cours de la phase au détriment du Rouge. La couleur et l'aspect de la surface permettraient de distinguer plusieurs types : l'un brun clair à chocolat, à surface lustrée, avec souvent des reflets rouges (à rapprocher du Tiñidero Brun) ; un autre à engobe noir craquelé, rare ; ou à surface brun clair à brun foncé non polie, simplement lissée ; sans parler des tessons résiduels, à surface non traitée ou érodée. Les proportions de ces types sont très variables suivant les sites le brun poli paraît plus abondant à Bucaro.

34Les formes sont celles de la céramique rouge. On peut noter cependant certaines différences : la forme dominante est le vase à col court, vertical concave (et non le tecomate à bord rentrant). On ne trouve pas de bord épaissi en bourrelet. La forme de la jarre à col vertical et bord éversé n'existe pas. Enfin bases annulaires et piédestaux sont communs ; il est vrai que les supports de bols rouges ou polychromes sont rarement engobés, ou qu'ils le sont souvent irrégulièrement.

Survivances de la phase El Indio

35Il s'agit pour la plupart de types qui ne sont apparus que durant la deuxième moitié de cette phase et qui ont subsisté pendant la phase La Cañaza.

36On trouve quelques tessons d'Infiernillo Tacheté dans les deux fouilles stratigraphiques ; ils sont décorés de raies rouges verticales, minces et plus ou moins régulières. A Guaniquito, la forme unique est celle de tecomate à bord rentrant (supra Fig. 24, a). Le bol brun à tenon zoomorphe, taché de rouge, de la Fig. 102, j, est à rapprocher du bol-zoomorphe infiernillo (Fig. 25, a). Nous avons vu que la céramique brune était parfois décorée de taches rouges irrégulières ; c'est peut-être une survivance du décor de l'Infiernillo Tacheté.

37Le groupe Tonosi Polychrome est très peu représenté, mais on le trouve à presque tous les niveaux d'El Pital et de Bucaro ; il est d'ailleurs difficile à distinguer du Joaquín Polychrome. Les bords décorés de type La Bernardina sont cependant assez typiques. Le type le mieux représenté, surtout à Guaniquito, est le bol zoomorphe à décor noir et blanc sur rouge, dans ses deux variétés (Pl. XXXIV). Pourtant les bols zoomorphes propres à la phase Bijaguales sont assez différents : apodes, bruns ou simplement engobés de rouge, ils portent deux tenons dont l'un représente la queue de l'animal, l'autre la tête traitée dans un style proche de l'Infiernillo, ou au contraire de longues oreilles perforées horizontalement. Quatre de ces bols miniatures - le diamètre maximum ne dépasse pas 8 cm - étaient déposés, avec d'autres poteries, dans une cache de Guaniquito (P1. LIX, e).

38Bien que le type de sifflets de la phase Bijaguales soit lui aussi assez différent, on trouve, surtout à Guaniquito, quelques fragments de sifflets Goleno Rouge incisé.

39Enfin le type Culebra Appliqué-Incisé est rare, sinon sous la forme d'une variété à pastillage proche d'un type de Jobero Biscuit que nous étudierons plus loin.

Types de la phase La Cañaza

40Le seul type de transition représenté - abondamment il est vrai - est le Zahina Polychrome dans la variété de bol à décor intérieur noir et blanc sur rouge. Le Montevideo est très rare.

41Deux bords de bol Tiñidero Brun à fines incisions géométriques (variété 1) proviennent des structures M 5 et M 6 de Guaniquito.

42Dans le graphique de la Fig. 101 j'ai dû classer à part les tessons blancs, fragments de poteries polychromes dont il est impossible de préciser le type : Tonosi Polychrome, Joaquín Polychrome ou "étranger" (Macaracas Parita). Les courbes des Polychromes ne représentent donc, contrairement aux précédentes, que les tessons décorés.

43Les tessons blancs diminuent légèrement, de 5 à 3 % à Bucaro. Il y aurait une tendance à la diminution de la céramique décorée durant la phase Bijaguales, remplacée par le Jobero Biscuit.

44On voit que, si le Tonosi Polychrome n'existe plus que sous forme de survivances, le Joaquín est encore assez important : 4 % des tessons au début de la phase, mais seulement 0,2 % dans les niveaux supérieurs. Ce sont surtout des fruteras, mais on trouve aussi des bols à décor extérieur et des jarres. A Guaniquito, on observe que le groupe Joaquín est relativement moins représenté qu'à El Pital, puisque sur un total de 109 bords, il n'y en a que 10 de Joaquín (9 %), contre 19 de bols Zahina à décor noir et blanc sur rouge (17 %), le reste (74 %) étant de la phase Bijaguales. Cette différence peut provenir de la destination différente des deux sites, ou d'influences extérieures qui seraient moins sensibles sur la côte.

Les types de la phase Bijaguales

45Nous distinguerons :

  • dans la céramique non décorée ou à décor plastique : le groupe Jobero Biscuit,

  • dans la céramique décorée (polychrome) : un type local, le Barrancon Polychrome et un groupe "étranger" : le Macaracas-Parita Polychrome,

  • dans les divers : sifflets, encensoir, sceau, rondelles, poteries percées..., des types locaux et des types étrangers provenant du Veraguas et de Parita.

Le groupe Jobero Biscuit1

  • 1 Le terme "Biscuit" est impropre puisque la céramique n'est pas soumise à deux cuissons successives. (...)

46Ce groupe rassemble un certain nombre de types, aux attributs très voisins, qui apparaissent pour la première fois dans la région de Tonosi.

47Jusqu'ici, dans la céramique utilitaire comme dans la décorée, les critères autres que la forme et le décor étaient assez voisins pour que nous les ayons décrits une fois pour toutes ; en même temps d'ailleurs, la couleur de l'argile, la taille et l'abondance des grains de sable constituant le dégraissant, pouvaient varier considérablement à l'intérieur d'un même type.

48Ces attributs, dans le Jobero Biscuit, sont au contraire d'une remarquable uniformité. La couleur de l'argile est en général grise, presque blanche (10YR. 6/1) ; elle peut aller jusqu'au brun-rouge, en passant par le rose, le chamois, le brun pâle. Cette couleur dépend de la cuisson : l'intérieur présente souvent en effet plusieurs zones nettement tranchées, qui peuvent être successivement grises, blanches et roses, par exemple.

49Le dégraissant est plus abondant que dans les types déjà connus, mais il est aussi plus homogène, constitué de fins grains de sable émoussés donnant à la pâte un aspect de "nougat" très caractéristique.

50Les surfaces intérieures et extérieures sont de la couleur de l'argile, c'est-à-dire en majorité grise, beige ou rose, parfois plus foncées. Elles peuvent être assez bien polies, mais restent plus souvent rugueuses au toucher, avec les grains de dégraissant visibles.

51On trouve quelques tessons engobés de rouge, mais ils sont exceptionnels ; en règle générale, le Jobero Biscuit n'est pas engobé.

52La dureté est faible (3) ; l'épaisseur moyenne inférieure à celle du brun ou du rouge : 6 mm ou moins. Les tessons donnent, au choc, un bruit métallique.

Formes

53Elles sont assez variées. Certaines sont déjà connues dans le Brun ou le Rouge ; d'autres dans le polychrome (la frutera). Beaucoup sont au contraire particulières au Jobero Biscuit.

54La forme du bol est la plus commune : elle représente parfois, comme à Bucaro, près de 80 % des bords. Mais les formes de bols sont variées :

55– les bols à bord rentrant (Fig. 104), dont certains pourraient être classés dans les tecomates. Les formes b, c, d, sont communes dans la céramique utilitaire rouge ou brune. La forme a est plus originale, avec son piédestal haut et évasé, et surtout la forme très rentrante du bord, qui peut être épaissi, aminci, en biseau, en méplat, à profil complexe.

56Les organes de préhension sont des anses en ruban verticales (c), des anses annulaires horizontales ou obliques (b), des tenons en forme de grenouille (c.6 et d). Je reviendrai sur ces divers modes.

Image 1000000000000350000004ECD4C3BB46BD6D2ADF.jpg

Fig. 104 - Groupe JOBERO BISCUIT : bols à bord rentrant.

57– les bols ouverts (Fig. 105 à 107). Ce sont des bols en calotte sphérique, souvent très ouverts, en écuelle (Fig. 105, a) ; parfois plus profonds, à bord vertical ou légèrement rentrant (b, c, d), mais dont la hauteur est toujours faible.

58Dans les formes complexes, le bord rentrant ou vertical forme un angle vif parfois même un rebord bien marqué au raccord de la panse. Le bord rentrant horizontalement (Fig. 107, b) ou épaissi pour former un méplat horizontal (c) est particulier au type El Pital et sera étudié à part.

59Le bord rentrant de la forme complexe peut encore être rectiligne ou concave (Fig. 106, 1,2) ; quand le bord est vertical, il est presque toujours concave (c, 5 à 10). Ici encore les formes varient à l'infini. Souvent l'épaulement est souligné par deux pastilles ou deux tenons zoomorphes.

60L'existence d'un piédestal est attestée sur de nombreux exemplaires. les vases (Fig. 107 et 108). Ils sont sphéroïdes ou globulaires, à cols larges et courts. La forme à col évasé, concave (Fig. 107, a et Fig. 108) est commune dans les formes utilitaires depuis la phase El Indio. Plus caractéristiques sont les formes a (Fig. 108), à col court presque vertical, b à bord rentrant et d, dont le raccord avec la panse est marqué par un épaississement formant carène, par un ruban appliqué et incisé, par un tenon zoomorphe ou par une anse en ruban verticale.

61Certaines formes sont inconnues du Jobero Biscuit : la jarre en particulier, mais aussi le bol à bord éversé, le plat, la plaque.

62Un trait curieux est le très fort pourcentage des fragments de bords par rapport au total des tessons Jobero Biscuit : ce pourcentage, qui atteint 11 % à El Pital, 21 % à Bucaro, est deux à trois fois supérieur à celui observé pour les céramiques rouges ou brunes, dont les formes sont en général plus fermées.

Dimensions

63Extrêmement variables pour les bols - le diamètre de l'ouverture varie de 8 à 40 cm - elles sont plus uniformes pour les vases : 14 cm d'ouverture (de 11 à 16), 5 cm de hauteur de col (de 2 à 8). L'unique exemplaire complet (Fig. 108, c), qui provient de Guaniquito, a un diamètre maximum de 22,4 cm et une hauteur à peu près égale ; ce vase est à la limite des jarres.

Image 100000000000032D000004313D816976C17D0730.jpg

Fig. 105 - Groupe JOBERO BISCUIT : bols ouverts.

Image 10000000000003DF000003C42B7B77DC3506F70A.jpg

Fig. 106 - Groupe JOBERO BISCUIT : bols à bord rentrant et à silhouette complexe.

Image 10000000000003AA000004D51E1E6C790AC16D4D.jpg

Fig. 107 - Groupe JOBERO BISCUIT : vase à col évasé et bols de type EL PITAL.

Image 10000000000003E00000054DBF5980A8260B0A00.jpg

Fig. 108 - Groupe JOBERO BISCUIT : vases.

Supports et organes de préhension

64Bases annulaires et surtout piédestaux sont très communs. Le rapport : nombre de fragments de bords / nombre de fragments de piédestaux et de bases annulaires dans nos deux fouilles stratigraphiques varie de 1 à 3 et semble prouver que le piédestal est le mode normal de support pour les bols Jobero Biscuit.

65Le diamètre moyen des bases annulaires est de 11 cm (de 8 à 15) ; la hauteur ne dépasse pas 3,5 cm (moyenne : 2 cm). Ces chiffres sont les mêmes que pour les bases annulaires des poteries brunes ou rouges.

66Pour les piédestaux, le diamètre moyen est de 14 cm. Le type bas est rare (Fig. 106, a) ; le type haut quasi général (Fig. 104, a). Souvent ce piédestal est très mince : la cavité n'a que l'épaisseur du doigt du potier, dont on voit les traces à l'intérieur. La base est fortement évasée, avec un bord direct, souvent éversé et aplati pour assurer la stabilité. Le piédestal est parfois percé.

67On trouve des anses annulaires, horizontales ou obliques, et des anses en ruban verticales ; mais elles sont rares. La poterie porte plus généralement au-dessous du bord ou sur l'épaulement qui marque le raccord du col et de la panse, deux oreilles dont la fonction est purement décorative. Ces tenons sont zoomorphes. La technique du décor plastique est aussi utilisée pour les incisions et pastillages qui ornent souvent le col ou le bord de la poterie. Elle est typique du Jobero Biscuit.

68Deux autres modes de préhension sont par contre certainement importés : ce sont l'anse annulaire en forme d'anse de panier (venue sans doute du Veraguas) et le manche tronconique, massif, de section arrondie, long de 7 à 8 cm.

69Pour en revenir aux tenons zoomorphes, le motif de la grenouille, qui figure aussi sur les vases globulaires et les anses de céramique brune, est le plus populaire. La reproduction de l'animal entier est exceptionnelle (Fig. 109, c) ; il est presque toujours réduit à son avant-train. Le style va du réalisme au plus grand schématisme. Dans le premier cas, les yeux sont faits de deux pastilles incisées horizontalement, la bouche est indiquée par une large incision, les narines par deux ponctuations. Les pattes de devant sont repliées ; des incisions profondes, en nombre variable, indiquent les doigts et certains détails du dos.

Image 100000000000032500000402E86160119649FBDF.jpg

Fig. 109 - Céramique JOBERO BISCUIT : tessons en forme de grenouilles.

70Cette représentation réaliste est souvent réduite au minimum : le tenon en croissant, convexe vers le haut, porte simplement les yeux en pastillage (b). Son évolution dans le Jobero Biscuit vers un schématisme extrême est intéressante (f, 1 à 10) : le filet appliqué représentant l'avant-train peut être rectiligne ou en V ; les yeux, en grain de café ou incisés par extrémité de tube, sont l'un des derniers détails représentés, avec les incisions parallèles figurant les doigts. On a à la limite un mince filet cordé (5) ou incisé (10).

71L'évolution vers une figuration plus complexe est rare ; on y retrouve l'obsession du dédoublement de l'animal qui marque le style du décor peint.

72Le motif de la "pieuvre" (h), sur un flanc de grand vase trouvé à La Ensenada de Bucaro est sans doute dérivé de la grenouille. Un autre motif (d) pourrait représenter un crocodile ou un lézard ; le style est celui du Tarrago Biscuit ware du Chiriqui.

73Le motif le plus fréquent après la grenouille est celui de l'oiseau : tête de rapace ou de hibou, évoquant parfois aussi une tortue. Alors que la grenouille orne surtout les flancs des bols ou des vases globulaires, l'oiseau semble réservé aux vases à col évasé, dont il orne le haut de la panse (Fig. 110). L'élément essentiel, et souvent unique, de ce décor appliqué est constitué par les yeux ; ils sont faits par impressions de bout de tube et enfoncés sous un fort bourrelet qui se prolonge pour former le bec. On y ajoute parfois quelques incisions figurant la bouche ou les pattes. La principale différence avec le tenon-grenouille réside dans la représentation de l'œil qui, au lieu d'être en "grain de café", est fait par impression de tube, ponctuée au centre. Une simple pastille ainsi traitée marque logiquement l'aboutissement de la stylisation du motif de l'oiseau (a 4).

74Sur un exemplaire (b), la tête semble plutôt représenter celle d'une tortue, entourée d'un collier d'impressions de tube.

75Les dimensions du tenon-oiseau sont très uniformes : 2,5 cm de largeur pour une saillie de 1,4 cm.

  • 2 1950, p. 39, Fig. 47, C.

76La représentation unique d'un personnage sur la panse d'un grand bol rouge d'Encerrado de la Isla (c) peut être comparée au décor appliqué de certaines poteries du Veraguas illustrées par Lothrop2, bien que les motifs de ce dernier soient plus animaux qu'humains.

77On trouve sur les poteries de céramique brune d'autres formes de tenons zoomorphes, plus en relief et représentant divers animaux - oiseaux, tortues, iguanes... - difficiles à identifier pour la plupart (d à i).

Décor du Jobero Biscuit

78Les tenons zoomorphes décrits ci-dessus ont en général une fonction décorative.

79Le décor proprement dit, quand il existe, est uniquement plastique. Il peut être incisé, ou appliqué et incisé. On le trouve sur les bords rentrants des bols de type El Pital décrits plus loin ; sur les vases à col évasé, il est à la base du col (Fig. 108, 12) ou sur 1'intérieur (Fig. 107, a).

80Il se présente dans le premier cas sous la forme d'un mince filet appliqué portant des incisions qui lui donnent un aspect cordé ; en incisions festonnées et ponctuées dans le second, motif que nous retrouverons sur les bols El Pital.

81À l'intérieur du groupe Jobero Biscuit, un type de bols à piédestal mérite d'être classé à part : la forme du bord très rentrant, à l'horizontale, le décor appliqué et incisé ornant ce bord, en font un type très homogène que j'ai baptisé El Pital à bord décoré.

Type El Pital à bord décoré (Fig. 111 à 113)

82La forme du bol El Pital a déjà été décrite (Fig. 107, b, c). Le bord peut être rentrant à l'horizontale, ou éversé et formant un méplat horizontal : c'est ce bord, aplati ou légèrement ensellé, qui est décoré. Le bol est supporté par un piédestal haut, évasé, mince ou assez épais.

83Les variantes dans la forme du bord permettent de distinguer trois variétés :

  1. le bord est éversé, ou la lèvre élargie vers l’intérieur et l'extérieur pour former un méplat horizontal, décoré du motif de la "chauve-souris" (Fig. 107, c et Fig. 111) ;

  2. le bord est rentrant à l'horizontale et décoré soit du motif de la "chauve-souris", soit de motifs géométriques (Fig. 112, d, e et 113) ;

  3. le bord est rentrant, oblique et porte un décor géométrique en pastillage et incisé (Fig. 112, a, c).

Image 10000000000003A000000340CDC8B9DAD4081E4E.jpg

Fig. 110 - Céramique JOBERO BISCUIT et BRUNE : tenons zoomorphes (oiseaux et divers).

Image 1000000000000229000004CCB224FBB87ED932AF.jpg

Fig. 111 - Type EL PITAL, variété 1.

84Les dimensions moyennes sont les mêmes pour les trois variétés : 15,5 cm de diamètre d'ouverture (de 10 à 22) ; 2,6 de largeur pour le bord décoré (de 1,2 à 4) ; 0,4 cm d'épaisseur pour les parois du bol (de 0,2 à 0,8).Les plus grandes dimensions concernent surtout la variété 3.

85Le décor le plus commun sur les variétés 1 et 2 représente, sous une forme très stylisée, un animal qui peut être l'oiseau ou la grenouille des tenons zoomorphes, mais traité de façon originale. Le motif de l'oiseau rappelant une chauve-souris est le plus fréquent. Dans le style élaboré (Fig. 111, e, f) la tête de l'animal est représentée avec oreilles et museau en relief, des yeux incisés par extrémité de tube et ponctués. Ce motif central, reproduit deux ou quatre fois, est relié au voisin par des lignes festonnées et ponctuées, en relief ou en creux, évoquant les ailes de l'animal. Parfois des lignes incisées radiales séparent ces motifs.

86Les variantes sont très nombreuses : style linéaire schématique (a), incisions et ponctuations précisant certains détails tels que la bouche (b), les yeux (c), etc.

Image 100000000000038D0000050FA65969D069F864EF.jpg

Fig. 112 - Type EL PITAL : variétés 2 (d, e) et 3 (a, b, c).

Image 100000000000020F000005160033307AC069B1A9.jpg

Fig. 113 - Type EL PITAL, variété 2.

87La variété 2 peut être décorée du motif de la "chauve-souris" ou d'un motif analogue qui rappelle plutôt la grenouille (Fig. 112, d). Mais le décor est souvent géométrique (Fig. 113), traité par incisions profondes, complétées par des filets appliqués ou des pastilles. La variété 2 se rapproche alors beaucoup de la variété 3. Ce décor géométrique est à base d'incisions radiales, ménageant des zones à motifs plus compliqués : ponctués (a), hachurés (b), en grecques ou spirales anguleuses (c, d), en chevrons, etc.

88C'est un décor analogue qui orne les bords obliques de la variété 3 (Fig. 112, a, b, c), mais avec prédominance du pastillage. Cette variété se distingue en outre des précédentes par le fait qu'on la trouve non seulement dans le Jobero Biscuit, mais également en Brun. Parfois le raccord du bord et de la panse est arrondi au lieu de faire un angle vif ; on a alors un type assez voisin de la variété à décor en pastillage du groupe Culebra-Appliqué-Incisé (supra Fig. 49) de la phase El Indio. On peut considérer que ce type de Culebra, qui se poursuit durant la phase Bijaguales, se distingue par son profil arrondi et par la forme des pastilles, qui sont plus grandes, plus serrées, de forme conique ou pyramidale. Mais sa parenté avec le type El Pital est probable.

Chronologie du groupe Jobero Biscuit

89La courbe de fréquence du Jobero Biscuit (Fig. 101) montre, pour tous les sites, une progression régulière et importante de ce groupe au cours de la phase Bijaguales. Les pourcentages sont cependant assez variables d'un site à l'autre : de 2,1 à 16 % à El Pital, de 5,3 à 9 % à Bucaro ; de 7 à 56 % dans notre sondage de Guaniquito, pratiqué à proximité du centre cérémoniel.

90D'après le matériel fourni par ce dernier site, le Jobero Biscuit serait bien une céramique rituelle, qui remplacerait la poterie polychrome de la phase La Cañaza, dont la courbe d'évolution est inverse. Si cette céramique est bien originaire du Nord, comme je le pense, il est normal d'autre part qu'elle soit mieux représentée, comme le polychrome de style étranger", dans les sites les plus éloignés de la mer.

Rapprochements

91Le Jobero Biscuit, dans son type El Pital, est à rapprocher non seulement du Culebra Appliqué-Incisé de la phase El Indio, mais aussi et surtout du type Tiñidero Brun, variété 2 (supra p. 263) de la phase La Cañaza.

  • 3 1964, Fig. 56 et 57

92C'est sous cette forme de bol à bord rentrant décoré qu'on le retrouve sur la côte ouest de la péninsule, non à Mariato mais plus au sud, dans les sites de la région d'Arena de Quebro qui ont livré un complexe céramique en tous points comparable à celui de Bijaguales. Sur la côte est, par contre, le type paraît fort peu représenté (à Guararé par exemple). Dans la baie de Parita, Ladd décrit à El Hatillo dans ses types Buff Ware, Red-Buff ware ou Smoked ware des piédestaux, des tenons zoomorphes et des bords de bol en méplat incisé dont le décor est très voisin de celui du Jobero Biscuit3.

  • 4 1942, Fig. 345, 347.

93Lothrop signale, dans le dépotoir du Sitio Conte, des bords de bols incisés et des décorations zoomorphes en relief qu'il faut également rapprocher du Jobero Biscuit, quant à la technique décorative tout au moins4.

94Ces rapprochements sont cependant assez superficiels. Ils sont plus probants si l'on compare le Jobero Biscuit à la céramique non engobée du Veraguas classique, ou à la céramique dite "Biscuit" de la province du Chiriqui, qui lui est contemporaine. L'impression visuelle donnée par le traitement de la surface et par la couleur, est confirmée par la technique, le style du décor et le choix des motifs : filets appliqués encadrant des "yeux" en pastillage, tenons zoomorphes sur les panses de bols ou de vases, décor incisé et appliqué sur le bord de bols voisins du type El Pital. Les stylisations d'animaux - essentiellement oiseaux et grenouilles - se retrouvent au Chiriqui comme dans le groupe "Armadillo" de Mc Curdy ou "Terrago Biscuit ware" de Holmes.

  • 5 Lothrop, 1950, Fig. 51 à 54.

95Notre type El Pital est particulièrement proche des bols à piédestal et à "double bord" du Veraguas5 dont le méplat circulaire est décoré d'incisions et d'animaux (crocodiles) en relief ; ceux-ci présentent de plus en plus des appendices zoomorphes qui les apparentent aux bols ornithomorphes de la région de Parita.

96On peut aussi attribuer à des contacts avec la partie ouest de l'Isthme bien des traits, jusqu'ici inconnus à Tonosi, et qui font leur apparition avec la phase Bijaguales, en particulier dans le groupe Jobero Biscuit : citons la forme nouvelle des vases à col évasé, le profil complexe des bols ou des vases, la coexistence de l'anse en ruban verticale et de l'anse annulaire horizontale, etc.

97Si l'influence du Veraguas et du Chiriqui est certaine, la céramique de Tonosi garde néanmoins beaucoup de ses traditions propres : l'absence totale des supports tripodes, si caractéristiques de ces provinces occidentales durant la période "Classique", en est la preuve.

Les types polychromes de la phase Bijaguales

98Nous avons vu que le Joaquín Polychrome est encore abondant durant la phase Bijaguales. Bien que nous ne disposions pas de pièces complètes, on peut supposer que les types ne changent guère, en dehors de quelques détails de style : ainsi la lèvre des fruteras, au lieu d'être décorée, est engobée de rouge.

99L'important matériel trouvé à Guaniquito (dont plusieurs pièces entières dans des caches à l'intérieur des structures cérémonielles) permet de distinguer des types locaux, sans doute dérivés du Joaquín, que J'appellerai Barrancon Polychrome, du nom d'un site proche de Guaniquito ; et des types d'origine incontestablement étrangère, que j'ai regroupés sous le nom de Macaracas-Parita Polychrome.

Le groupe Barrancon Polychrome (Fig. 114)

100Il comprend des fruteras à intérieur décoré et des jarres.

101Les fruteras sont représentées à Guaniquito par une vingtaine de fragments qui diffèrent autant des types "étrangers" que du Joaquín Polychrome. Les bols sont en calotte sphérique, à bord direct et à lèvre arrondie ; l'épaississement ou "lèvre pendante" du Joaquín est exceptionnel (e).

Image 10000000000003AE00000349133F2FE14B7DECE2.jpg

Fig. 114. Phase BIJAGUALES : jarres et bols du groupe Barrancon Polychrome

102Les dimensions sont plus réduites : 19 cm en moyenne pour le diamètre de l'ouverture (de 16 à 25) contre 25 cm pour les fruteras Joaquín Polychrome. Nous n'avons pas d'indications sur la forme du piédestal. L'extérieur est recouvert d'un engobe rouge qui couvre la lèvre et se poursuit sur le bord intérieur, où il est limité par un trait noir. Le décor intérieur du bol est noir et rouge sur un fond crème, d'aspect crayeux ou d'un brun sale. Il est généralement très simple, d'aspect géométrique, avec des zones rouges cernées de noir ; un exemplaire (f) montre une double spirale hérissée de tirets.

103Cinq jarres Barrancon Polychrome proviennent de la cache principale de la structure M 5 de Guaniquito ; un petit vase globulaire incomplet du même type a été trouvé par le propriétaire du terrain à faible profondeur.

104Ces jarres (a, c) ont la forme classique des jarres à profil simple Joaquín Polychrome, avec toutefois une base aplatie et non convexe. Le décor s'étend parfois à la partie inférieure de la panse. Les couleurs utilisées sont le noir, le rouge et le blanc, qui va en réalité du rose (7.5YR.7/4) au jaune-rougeâtre. L'engobe, parfois, ne couvre pas la base, ce qui est un trait du Joaquín.

  • 6 1964, Fig. 36.

105La structure du décor est en panneaux triangulaires ou rectangulaires se détachant sur un fond blanc ou rouge ; elle est caractéristique du type Macaracas de Ladd6. Chaque panneau est décoré en noir sur blanc ; il s'agit donc de trichromie et non d'une véritable polychromie. Les couleurs sont de piètre qualité et la facture générale médiocre.

106La lèvre est décorée de deux lignes noir sur blanc. Le col ne porte en général que la succession habituelle des bandes noires et des bandes rouges cernées de noir. Sur les panneaux de la panse, les motifs décoratifs sont simples et peu variés : lignes noires parallèles aux bords des panneaux donnant des rectangles ou des triangles emboîtés, se terminant parfois en spirale anguleuse (c) ; doubles volutes et "griffes" de style Coclé, la griffe pouvant être évoquée par un simple trident (Pl. LIX, d).

107Dans l'ensemble ces poteries sont assez frustes, de forme irrégulière, à parois épaisses ; le décor est souvent presque effacé et ne résiste pas au lavage. Leur principal intérêt est de constituer un type de transition presque idéal, montrant comment les jarres Joaquín Polychrome de la phase La Cañaza ont pu évoluer au contact des types étrangers qui ont envahi la région au début de la phase suivante.

– Le groupe Macaracas-Parita Polychrome (Fig. 115-116)

108Les poteries de style étranger sont peu abondantes dans les sites côtiers. A El Pital comme à Bucaro, la quantité de ces tessons polychromes ne dépasse pas 1 à 12 par niveau de 10 cm, c'est-à-dire moins de 1 % des tessons. Il est vrai que ces tessons à peinture fugitive sont difficiles à distinguer des autres types polychromes qui subsistent au cours de la phase Bijaguales.

109À Guaniquito, par contre, le groupe est mieux représenté : une seule pièce entière – une frutera - provient d'une cache, mais les sondages ont fourni un matériel abondant. J'ai déjà fait état d'une sélection portant uniquement sur les bords, qui a donné la répartition suivante :

  • bols à intérieur noir et blanc sur rouge (Zahina) : 19 (17,5 %) ;

  • Joaquín Polychrome : 18 (9 %) ;

  • Barrancon Polychrome : 18 (16,5 %) ;

  • Macaracas Polychrome : 9 (8 %) ;

  • Parita Polychrome : 17 (16 %) ;

  • divers (non classés) : 36 (33 %).

110Ce qui donne pour les poteries de "tradition" La Cañaza : 43 %, pour les styles "étranges" : 24 % et pour les "divers", dont la plupart sont sans doute étrangers : 33 %. On voit que la tradition de la phase La Cañaza est encore très forte ; pour les pièces de style étranger, on peut penser, même à Guaniquito, qu'il s'agit surtout de pièces importées et non fabriquées sur place.

111Les deux formes classiques : la frutera et la jarre subsistent. La forme des fruteras diffère nettement de celle de la phase précédente (Fig. 115, a : phase La Cañaza, b : phase Bijaguales) : le bol lui-même est beaucoup moins profond, c'est en fait un plat creux, ou même un plat. Le bord est direct, rarement épaissi, et ne formant pas le bourrelet typique du Joaquín ; la lèvre est arrondie et non en biseau. Parfois le bord éversé forme un large méplat sub-horizontal (c).

  • 7 1965, Pl. V, p. 57.

112Le piédestal est lui aussi différent : haut, mince et très évasé - tous caractères opposés à ceux du Joaquín. Un autre type de support, sur l'exemplaire h, est fait de trois pieds annulaires. Cette forme est connue dans le Parita Polychrome du site d'El Hatillo : le bol photographié par Thelma Bull7 a trois pieds en ruban et deux tenons en forme de grenouilles.

Image 100000000000040300000404F841861C69AD3F19.jpg

Fig. 115 - Comparaison de la forme des "fruteras" : Joaquín (a) et Macaracas Polychrome (b, c). Fragments de "fruteras" de type Macaracas Polychrome.

113Le diamètre de la base du piédestal varie de 16 à 20 cm (moyenne : 18), celui du plat de 22 à 36 (moyenne : 24).

114Dans les jarres, les différences sont moins tranchées. D'après les fragments dont nous disposons, le col est vertical, le bord forme un méplat horizontal plus ou moins large (1,2 à 3,6 cm, donc plus large que celui des jarres Joaquín). Ce méplat porte un décor linéaire, comme le col. Les dimensions sont dans l'ensemble supérieures au Joaquín : 15 cm pour le diamètre de l'ouverture (de 10 à 20 cm ; 12,5 pour le Joaquín), mesuré sur treize bords. Certaines pièces sont imposantes : 24, 30 et 32 cm d'ouverture, une épaisseur de paroi allant de 1 à 1,7 cm. Plusieurs fragments doivent provenir de grandes urnes décorées dans le style Coclé Classique.

115Une autre forme, plus typique des styles étrangers, est le col très évasé, à bord éversé formant méplat oblique vers l'extérieur, ce que Ladd appelle vertical flattened lip ; nous avons trouvé cette forme, inconnue auparavant, dans les jarres rouges (Fig. 102, d).

116Le décor des jarres est généralement proche du style Coclé classique, ce qui les rend difficiles à distinguer des autres types polychromes. Celui des fruteras est plus caractéristique ; pour le distinguer du Joaquín Polychrome, les traits suivants peuvent être soulignés :

  • le décor s'étend non seulement sur l'intérieur des bols, mais aussi sur l'extérieur et sur le piédestal ;

  • des couleurs plus variées, employées simultanément : noir, rouge, orange, mauve, blanc ;

  • l'importance de l'orange pour les fonds, rappelant le Montevideo Polychrome ;

  • la qualité médiocre des pigments : le blanc en particulier tourne souvent au blanc sale ou au gris ;

  • enfin le style du décor est très différent, bien que les motifs de base soient les mêmes (monstre ou crocodile, volutes, griffes...).

Type Macaracas Polychrome (Fig. 115)

117La plupart des pièces sont engobées d'orange plus ou moins foncé. Les fruteras sont décorées à l'intérieur et à l'extérieur en noir (et rouge) sur orange, plus rarement en noir, rouge et mauve sur orange. La lèvre arrondie est décorée du motif du coral snake : succession de zones noires et de zones mauves et rouges à rayures radiales (d).

  • 8 1964, p. 113, Fig. 43 et 44.

118Le style curvilinéaire est celui du site d'El Hatillo, dans la baie de Parita, et notre type se rattache au type Macaracas Polychrome défini par Ladd8, dans sa variété Cuipo plutôt que dans les autres variétés (Higo, Pica Pica).

119On retrouve la plupart des motifs décoratifs de ce type, que Ladd a baptisés de façon imagée : pointed eye (e), seed-pod (d), etc. Les motifs de "plumes barbelées" (g) qui ornent la tête et le dos d'un monstre-crocodile très stylisé sont plutôt caractéristiques de la variété Higo.

  • 9 1964, Fig. 43, j
  • 10 1942, Fig. 461, 462

120Très typique est le procédé consistant à remplir certaines zones de petits éléments rectangulaires, circulaires, en losange... (f). Nous avons aussi trouvé un exemple de décor en négatif (particulier à cette variété Cuipo) sur un fragment de bol portant le motif du monstre, proche de celui illustré par Ladd9. Lothrop10 a décrit des poteries identiques trouvées à Macaracas.

121Certains de nos tessons de Guaniquito peuvent être rattachés soit au Macaracas Polychrome (variété Pica Pica), soit au Parita Polychrome (variété Yampi) : par exemple ceux qui portent le motif de la raie, ou requin-marteau (Fig. 116, d), qui n'est en réalité qu'une variante du "monstre-serpentiforme

Type Parita Polychrome (Fig. 116)

122Parita et Macaracas Polychromes sont parfois difficiles à distinguer et sont trouvés sur les mêmes sites : à El Hatillo (Ladd), à Parita et à Macaracas (Lothrop). À Tonosi nous n'avons trouvé aucune trace du style anguleux qui caractérise le type El Hatillo Polychrome ; il est possible que nos deux types étrangers proviennent de Macaracas.

  • 11 1964, pp. 67 à 95

123Des cinq variétés décrites par Ladd11, deux seulement sont représentées à Guaniquito : Yampi, avec le motif de la "raie" (d) et Ortiga ; la plus fréquente, avec des tenons en forme de grenouille (b) et des lèvres de fruteras portant des renflements soulignés par le décor qui doivent être des simplifications du même motif.

124Le décor est noir, rouge, brun foncé et mauve sur fond blanc sale, rouge pâle ou rose. L'extérieur des fruteras est rouge. Le coral snake Zip n'existe pas : le décor intérieur se prolonge sur la partie supérieure de la lèvre, dont la partie inférieure est rouge.

125Les petits motifs de remplissage en triangles à côtés concaves ou convexes, pointes allongées (c) sont typiques.

126Le décor des piédestaux diffère peu dans les trois types - Macaracas, Parita, Calabaza Polychrome - décrits par Ladd. Il n'est pas possible de rattacher les piédestaux de Guaniquito ou d'El Pital à l'un ou l'autre de ces types.

Image 100000000000038B000003A1B6F96C737425EA0D.jpg

Fig. 116 - Phase BIJAGUALES : "fruteras" et piédestaux de type Parita Polychrome.

127Les piédestaux, hauts et minces, sont toujours décorés, semble-t-il : décor simple, en bandes horizontales noires et rouges sur fond blanc (g) ; décor noir et rouge sur orange ou sur blanc formé de triangles à apex pointu (h), de chevrons (f), d'ovales, de losanges, etc.

Chronologie et extension du groupe Macaracas-Parita Polychrome de Tonosi

128D'après Ladd, le type Macaracas Polychrome serait le plus ancien, datant du Coclé Tardif ; les types Parita et El Hatillo n'apparaîtraient qu'à la phase suivante (Herrera).

129À Tonosi, il ne fait pas de doute que tous ces types sont contemporains : notre phase Bijaguales couvrirait les phases : Tardif et Herrera.

130Les. polychromes de style Macaracas et Parita ont une vaste diffusion : dans le Mord on les trouve non seulement à Coclé mais dans les provinces occidentales du Veraguas et du Chiriqui (Ladd) pour la péninsule d'Azuero, dans le Nord (province d'Herrera), le Centre (Macaracas) et le Sud-Est : j'en ai fait une récolte abondante à Los Santos et à Guararé, sites qui-ignorent pourtant le Jobero Biscuit. Ces sites de la côte doivent être de la phase Herrera, ou peut-être du Coclé Tardif.

Divers

131Dans les poteries diverses d'origine étrangère, je décrirai seulement trois types représentés à Guaniquito (Fig. 117) :

    • 12 Voir par exemple Lothrop, 1950, Fig. 40 et 41.

    deux fragments de bols tripodes à décor appliqué représentant des oiseaux (b). Ces poteries ont certainement été importées du Veraguas12.

  • un petit bol brun hémisphérique posé sur trois pieds courts, coniques (c). Nous savons que le support tripode n'a jamais été adopté à Tonosi ; il est par contre habituel dans le Veraguas et le Chiriqui.

    • 13 Ladd, 1964, Fig. 51, de, e ; et Thelma Bull, 1965, Pl. II, p. 54.

    un grand bol rouge à anse en ruban épaisse partant de la lèvre et se rattachant à la paroi intérieure (a). Cette forme curieuse, qui n'est pas sans rappeler nos petits bols rouges à une anse de la phase El Indio, proviendrait de la baie de Parita : nous le trouvons dans le type Red-buff d'El Hatillo13, mais ici l'anse aboutit au centre de la poterie, qui est dotée d'une base annulaire.

Image 1000000000000345000003B14CF02425084ACAE1.jpg

Fig. 117 - Phase BIJAGUALES : bol à anse unique et poteries tripodes probablement importés de la baie de Parita ou du Veraguas.

132Dans les types locaux (Fig 118) :

  • un fragment de sceau cylindrique (d) à décor de style Coclé. Il est unique.

    • 14 Lothrop, 1942, Fig. 355.

    des encensoirs à manche, qui peuvent être de deux types : bols rouges en calotte dotés d'une anse large et aplatie, en forme de poêle à frire (b) ; par analogie avec les "encensoirs" du type Red et Red Line du Sitio Conte14, on peut penser qu'ils sont dotés de deux petits pieds coniques (c). Le deuxième type est polychrome, avec un manche annulaire (1).

  • sifflets : bien que les sifflets de type Goleno Rouge Incisé n'aient pas disparu, la phase Bijaguales possède sa forme propre de sifflets et de statuettes. Les exemplaires sont peu nombreux : sept sifflets et deux statuettes (e à k). Ils sont bruns, non engobés. Le décor est plastique : incisions et pastillage. Ils sont tous zoomorphes : oiseaux (k) qui semblent copiés des sifflets de Veraguas, jaguar (e), crocodile (h), etc.

  • 15 Lothrop, 1942, Fig. 355.

133Deux autres objets pourraient être des instruments de musique rudimentaires : un hochet décoré par impression de bord de coquillage15 et un sifflet à décor finement incisé au peigne (n). Un autre fragment (o) portant un décor incisé plus élaboré aurait appartenu à une statuette.

134Le mode de décor incisé est extrêmement rare, en dehors des types étudiés plus haut (El Pital et Brun) ; on ne le trouve guère que sur ces sifflets et ces statuettes, et sur une petite écuelle (m) dont on pourrait penser qu'il s'agit d'un mortier à piment si les incisions étaient plus profondes.

– poteries percées (Fig. 119)

135Des tessons portant une ou plusieurs perforations ont été trouvés sur une dizaine de sites, dont plusieurs étaient occupés avant la phase Bijaguales ; leur position chronologique n’est donc pas absolument sûre, mais je pense que ce trait doit être attribué à la dernière phase.

136Il peut s'agir de poteries utilitaires, rouges, brunes (et Jobero Biscuit ?) (a à f). Les trous auraient alors pour fonction de permettre de suspendre la poterie ou d’y attacher un couvercle. Les grands tecomates rouges de La Bernardina (a) portent deux perforations, sur le bourrelet et à hauteur de l'oreille. Ce dispositif se prêterait parfaitement à la suspension, la corde passant sous les deux oreilles.

137D'autres grands bols n'ont qu'une perforation, ou un trou à demi perforé (b) ou deux trous rapprochés, l'un à demi, l'autre complètement perforé (f). L'utilité de ces perforations inachevées nous échappe ; peut-être s'agit-il de "ratés" du potier ? Les perforations sont en effet toujours bipolaires et il devait arriver que les deux perforations convergentes ne se rejoignent pas du premier coup.

138Une écuelle à bord perforé (e) de l'Atollosa pourrait, elle, être un couvercle.

Image 10000000000003BA000004293E0ECCF68F4A1356.jpg

Fig. 118 - Fha.se BIJAGUALES : objets divers ("encensoirs", sceau, statuettes et sifflets) provenant pour la plupart de Guaniquito Abajo.
c : "encensoir" du Sitio Conte, d'après LOTHROF.

139Il peut s'agir aussi de poteries rituelles, qui ont été volontairement percées au moment de leur dépôt dans la cache ou la sépulture, c'est-à-dire "tuées". Nous avons deux exemples de cette coutume, inconnue pendant les phases précédentes, dans la structure M 5 de Guaniquito : la panse d'un vase globulaire Jobero Biscuit est percée d'un trou rond, régulier, de 1,3 cm de diamètre (Pl. LIX, b).

140Sur d'autres poteries rituelles, comme les petits bols rouges à tenons zoomorphes, la perforation horizontale ou verticale traversant le cou de l'animal est faite au moment de la fabrication. Les bols zoomorphes des phases précédentes ne sont jamais perforés.

141Enfin un dernier type de perforations se trouve sur les piédestaux bruns ou plus souvent Jobero Biscuit (g, h). Leur intérêt peut être technique - éviter un éclatement à la cuisson - ou simplement esthétique. Un piédestal de la Ensenada de Bucaro (g) porte vers le haut cinq perforations régulièrement espacées ; provenant du même site, l'exemplaire h est unique : il est fermé vers le bas et cette base concave est perforée comme le fût lui-même. Le dispositif le plus commun comporte simplement deux trous circulaires ou allongés verticalement dans la partie supérieure du piédestal.

Rondelles découpées (Fig. 120)

142Ces objets énigmatiques de forme circulaire, taillés dans le flanc d'une poterie, apparaissent dès la phase El Indio. J'ai réservé jusqu'ici leur étude de façon à traiter dans son ensemble un petit problème qui n'est sans doute pas de première importance, bien qu'il ait fait couler beaucoup d'encre. Mais après tout, les éléments permettant de reconstituer la vie de l'Indien précolombien, en dehors de ses activités purement matérielles, ne sont pas si nombreux que l'on puisse se permettre de négliger le moindre d'entre eux. De plus la solution de ce problème ne paraît pas sans intérêt du point de vue méthodologique.

143Ces objets se présentent sous une forme (ou des formes) très semblable au cours des trois dernières phases, et leur utilisation était certainement la même.

144Ces formes sont triples : rondelles perforées, rondelles à demi perforées, rondelles non percées. Je rapproche des rondelles d'autres objets de forme plus complexe, non circulaire, mais possédant le caractère commun d'avoir été découpés dans des poteries ou de présenter une section régularisée plus ou moins circulaire (Fig. 120, i, m, n, o). L'objet ainsi amputé - pied conique, fragment de piédestal, tenon décoré... - peut être posé verticalement, comme un pion sur un échiquier.

Image 10000000000003D8000003D82F50A935335DB1BB.jpg

Fig. 119 - Phase BIJAGUALES : poteries percées.

145Dix-huit sites ont livré des rondelles découpées (Tableau 8).

Tableau 8 - Provenance des rondelles découpées

Site

Nombre de rondelles

Origine

Datation

Autres objets découpés

LA INDIA 1

1

urne funéraire

ph. El Indio-La Cañaza

1

puits P

ph. Bijaguales

2

puits P

ph. La Cañaza

5

fouille F

ph. El Indio-La Cañaza

LA INDIA 2

2

dépotoir

ph. El Indio-La Cañaza

L'ATOLLOSA

1

sondage

ph. Bijaguales

BIJAGUALES

surface

ph. Bijaguales

1 piédestal Jobero

LA CAÑAZA

1

surface

?

LA BERNARDINA

1

surface

1

sondage S 1

ph. Bijaguales

1

sondage S 1

ph. La Cañaza

4

sondage S 2

?

LA TIESTOSA

1

surface

?

EL JOBERO

1

surface

ph. Bijaguales

1

sondage S 1

ph. Bijaguales

EL SOLIYOSO

2

surface

ph. Bijaguales

1 tenon zoomorph

EL INDIO

3

surface

ph. El Indio-La Cañaza,

2

fouille F 3

"

2

fouille F 4

1

fouille F 5

ph. La Cañaza

1

sondage S 5

"

1

sondage S 8

?

1

sondage S 11

?

EL PITAL

1

surface

ph. Bijaguales

8

puits P

"

BUCARO

3

conchal

ph. Bijaguales

2 rondelles rectangulaires

1 piédestal

GUANIQUITO

8

struct. M5 & M6 sondages

ph. Bijaguales

1 pied conique

5 piédestaux

EL CAFETAL

1

sondage S 1

ph. El Indio-La Cañaza

1

sépulture 28

MORRO DE PUERCOS

1

Surface

"

CANAL DE TONOSI

2

Surface

ph. Bijaguales

LA TANAJITA

1

Surface

ph. Bijaguales

EL JACINTAL

1

Surface

ph. Bijaguales

TOTAL

63

11

146On trouve les rondelles découpées dans quelques sépultures d'adultes, qui datent sans doute de la fin de la phase El Indio. Plusieurs proviennent de nos fouilles stratigraphiques, ce qui nous permet d'affirmer que ce type d'objets existe durant les trois dernières phases. Aucun n'a été trouvé jusqu'ici dans les niveaux de la phase Bucaro.

147La répartition chronologique est la suivante :

- phase El Indio 

: 2

- phase El Indio - La Cañaza 

: 17

- phase La Cañaza 

: 2

- phase Bijagaules 

: 29

-indéterminée 

: 13

148On voit que les rondelles sont plus fréquentes à la phase Bijaguales. Tous les objets découpés assimilés aux rondelles sont datés de cette phase.

149Pour la répartition des trois formes - percées, à demi-percées, non percées - nous avons les pourcentages suivants :

-percées

 : 52 %

-demi-percées

 : 20 %

-non percées

 : 28 %

150On note une légère diminution des rondelles percées (de 60 à 44 %) entre les phases El Indio-La Cañaza d'une parc, et Bijaguales d'autre part. Les deux autres types augmentent respectivement de 14 à 22 % et de 26 à 34 %. L'échantillonnage est malheureusement insuffisant. Mais quelle que soit la phase, l'ordre d'importance des trois formes est toujours : percées, non percées, demi-percées

151Le tableau 9 donne la répartition des rondelles d'après le type de poteries dans lesquelles elles ont été découpées : brun, rouge, rouge incisé, polychrome, Jobero Biscuit.

Tableau 9 - Répartition des rondelles d'après le type de céramique.

Image 100000000000042900000127A498A7A21CE8BA14.jpg

152Les rondelles rouges (sur une ou deux faces) sont en majorité ; à l'intérieur de ce groupe, la proportion des trois types est proche de la moyenne générale : environ 5/10, 2/10 et 3/10 respectivement.

153L'unique rondelle de type Goleno Rouge incisé (supra Fig. 48, e) n'est pas découpée mais entièrement modelée ; elle est donc à classer à part.

154La majorité des rondelles (polychromes) sont également percées (Fig. 120, e-h). Elles sont de types divers :

-Tonosi Polychrome

 : 8 (blanches : 4 ; décor noir sur blanc : 2 ; noir sur rouge intérieur : 1 ; noir & blanc sur rouge : 1),

-Montevideo Polychrome

 : 1,

-Joaquín Polychrome

 : 3 (noir sur blanc : 1 ; noir et rouge sur blanc : 1 ; noir et mauve sur blanc : 1).

155La majorité des décors polychromes sont donc de la phase El Indio et sur ce nombre on ne trouve aucune rondelle non percée : il y a sept percées et une demi-percée. On peut remarquer, sur les exemplaires non érodés, un certain souci d'asymétrie : l'une des moitiés sera rouge, l'autre décorée de lignes noires et blanches (e) ; ou bien les motifs seront différents sur les deux moitiés (h). Ces rondelles polychromes sont en général de facture plus soignée.

156Les rondelles communes, par contre, sont souvent irrégulières, allant du cercle presque parfait à la forme ovale, polygonale, anguleuse, etc. Elles montrent toujours la légère concavité du vase ou du bol dans lequel elles ont été découpées. La tranche peut être soigneusement régularisée et comme lissée. Même sommairement égalisée, le caractère artificiel de la fracture est toujours bien visible.

157La perforation est presque toujours bipolaire, soigneusement faite ; le diamètre varie de 0,5 à 1 cm. Quand il s'agit d'une demi perforation, celle-ci peut être ébauchée d'un seul côté, mais plus souvent les débuts de perforation sont faits des deux côtés, exactement l'un en face de l'autre, comme pour une perforation bipolaire inachevée.

158Le diamètre moyen des rondelles est de 3,9 cm, mais l'amplitude de variation est forte, de la plus petite (1,8 cm) à la plus grande (6,8 cm). On ne distingue aucun rapport entre dimensions, décor et nature de la perforation. L'épaisseur moyenne est de 0,6 cm (de 0,4 à 1,2).

159On trouve en outre certaines formes particulières : le petit galet brun rectangulaire de Bucaro (1) a été spécialement façonné. D'autres fois on utilise, comme je l'ai dît plus haut, la partie supérieure d'un pied conique (i), d'un piédestal (n, o) ou d'un tenon zoomorphe (m). Tous ces objets sont de la phase Bijaguales. Les seuls piédestaux utilisés sont les piédestaux minces de bols Jobero Biscuit : la base est détachée sans que l'on prenne soin de régulariser la fracture ; la jonction du pied et du fond du bol est au contraire taillée circulairement. Posée à l'envers, la pièce possède une bonne stabilité. Sa hauteur varie de 2 à 6,4 cm, son diamètre est comparable à celui des rondelles (4 à 5,7 cm).

160Toute hypothèse concernant l'utilisation des rondelles découpées et objets assimilés doit tenir compte de trois faits :

1611o - il y a toujours (sauf exceptions très rares) non pas fabrication d'un objet dans un but précis, mais ré-utilisation d'objets (poteries) dont l'usage initial est tout autre. Or, le découpage et la régularisation d'une rondelle dans un flanc de vase sont une opération plus longue et plus délicate que le simple façonnage d'une rondelle d'argile, dont un bon nombre pourraient sans mal être fabriquées et cuites à l'occasion d'une fournée. Il y a là un élément irrationnel qui donne une indication sur le caractère, sans doute également irrationnel, ou plus exactement non utilitaire - de l'emploi de ces objets.

Image 100000000000042F000004F4CF36FB423F0370FB.jpg

Fig. 120 - Rondelles découpées des phases EL INDIO, LA CAÑAZA et BIJAGUALES.

1622o- Une explication de type utilitaire ou fonctionnel se heurte par ailleurs à deux faits : la grande irrégularité de forme des rondelles (qui sont très souvent grossières, mal finies) et l'existence de trois variétés : percées, à demi percées et non percées. Il serait en effet illogique d'étudier celles-ci séparément et de postuler pour chacune une utilisation différente, puisqu'on les trouve toujours ensemble. C’est cet ensemble à trois composantes qui est objet d'étude. Mode de fabrication et caractère peu fonctionnel des formes orientent donc d'emblée vers des explications d'ordre rituel ou ludique.

  • 16 Meggers, Evans et Estrada, 1965, p. 107. En réalité, un seul disque date de la période 8 de Valdivi (...)

1633o- Des objets identiques à nos rondelles découpées ont été signalés à peu près partout en Mésoamérique, en Amérique Centrale et en Amérique du Sud, et ce à toutes les époques. Les plus anciens sont sans doute ceux des phases Valdivia et Machalilla en Équateur : elles sont datées respectivement de 3 000 et de 2 000 av. J.-C.16. Notons un certain nombre de traits communs entre nos rondelles de Tonosi et les 44 disques de Valdivia qui sont taillés dans des poteries communes : le diamètre varie de 1,9 à 5,5 cm ; ils sont pleins, mais quatre d'entre eux ont une perforation centrale, et l'un est à demi perforé. Au Ve millénaire déjà, nos trois types de rondelles se trouvent associés...

164Il s'agit en résumé d'un type d'objets sans utilité évidente, connu pratiquement dès que la céramique existe et dans des aires culturelles très différentes. On peut penser qu'ils doivent satisfaire un besoin fondamental.

165Pour la région de Tonosi, nous avons pu noter que ces rondelles existent au cours des trois dernières phases, c'est-à-dire en gros de 200 ap. J.-C. à la Conquête ; qu'elles augmentent légèrement au cours de la phase Bijaguales, période qui voit aussi l'apparition des objets retaillés - piédestaux surtout - d'utilisation probablement identique ; que ces rondelles se présentent sous trois formes (percées, demi percées, non percées) et que la proportion de ces trois formes varie peu (50 %, 20 % et 30 %) ; que beaucoup sont rouges, mais que les plus soignées portent un décor polychrome dénotant un certain souci esthétique ; que les attributs : percé-polychrome sont souvent corrélatifs. Enfin, la variété et l'irrégularité des rondelles sont grandes et l'ensemble donne une impression de maladresse ou de manque de soin dans la fabrication.

166Partant de ces remarques, il est possible de formuler quelques hypothèses, ou tout au moins d'éliminer certaines des hypothèses les plus fréquemment émises.

1671. L'hypothèse de l'utilisation des rondelles comme pesons de fuseau est à exclure. Tout d'abord elle expliquerait l'existence des seules rondelles percées, alors que c'est l'ensemble des trois types qui nous intéresse. Aucune des rondelles, d'ailleurs, n'a la forme épaisse, bi-conique, à perforation cylindrique, qui convient aux fusaïoles. Tout prouve qu'il était impossible de les utiliser à cette fin : légèreté, faibles dimensions, irrégularité de forme, emplacement et forme de la perforation (quand elle existe).

168Aucune fusaïole n'a été trouvée dans la région de Tonosi ; il est très probable pourtant que le tissage était pratiqué, mais que des pesons de fuseau en matériel périssable (bois, cire...) étaient utilisés.

169M. Coe (1961) pense que les rondelles à demi percées trouvées à La Victoria, sur la côte pacifique du Guatemala, durant les phases Ocos et Conchas de la période formative (de 1500 à 300 av. J.-C.), servaient probablement d'appui pour la base des fuseaux. Mais cette explication ne tient pas compte de l'existence des rondelles à demi perforées sur chaque face (Fig. 120, b) : la face convexe se prêterait mal à cet usage et une deuxième perforation n'aurait d'ailleurs aucune utilité.

  • 17 1965, p. 2.

1702. L'hypothèse de l'utilisation des rondelles comme couvercles est plus défendable dans certains cas. En Équateur, la phase Machalilla marque l'apparition de jarres à ouverture étroite pour lesquelles, à des époques ultérieures sur la même côte équatorienne, on utilisait des tessons en forme de disques comme couvercles. Dan Sander a repris cette hypothèse17 pour le Nord de la péninsule d'Azuero où l'on ne trouve que des disques non percés ( ?). Dans les hautes terres de Guatemala, à Zacualpa, des disques d'argile ont été trouvés in situ sur les bouches de jarres datant des phases Pokom (classique tardif) et Tohil (post-classique ancien) ; mais Wauchope admet que pour les plus petits, dont le diamètre n'est que de 4,5 cm, l'hypothèse du couvercle, pas plus que celle de la fusaïole, n'est convaincante.

171A Tonosi en tout cas, cette hypothèse doit être écartée pour les raisons méthodologiques déjà soulignées, et aussi parce qu'il n'a existé dans la région, à aucun moment, une forme de jarres à goulot étroit de 2 à 7 cm. La jarre n'apparaît qu'à la phase La Cañaza et l'ouverture du col est toujours supérieure à 10 cm.

1723. On a suggéré l'utilisation des disques comme projectile de fronde. Dan Sander remarque que ce seraient-là de bien piètres projectiles ; légers, mal équilibrés, totalement imprécis, alors que les lits des Ríos abondent en petits galets parfaitement adaptés à cet usage.

173L'utilisation des rondelles comme poids, en particulier pour les filets de pêche, n'est guère plus convaincante.

1744-Je l'ai dit plus haut, le caractère non fonctionnel de l'ensemble des types de rondelles doit nous faire rejeter ces hypothèses utilitaires et nous orienter vers l'unique explication logique : leur utilisation à des fins rituelles, ou comme jeu.

175L'emploi des rondelles dans le mobilier funéraire semble secondaire. Sur quelque 120 sépultures fouillées par nous, aucune n'en contenait. Les deux seuls exemplaires proviennent d'El Cafetal (fouilles de Raùl Gonzalez) et de La India 1 (fouilles de Mitchell) ; il s'agit de sépultures d'adultes. Le jeu, si jeu il y a, ne serait donc pas réservé aux enfants. En tout cas, si les rondelles peuvent faire partie du mobilier funéraire, elles n'ont pas a priori une destination funéraire.

176On peut penser en définitive à une sorte de jeu de dames ou d'échecs, pratiqué comme c'est encore le cas dans de nombreux pays sur un damier simplement tracé sur le sable ou taillé en cupules dans une pièce de bois. Jeu assez compliqué, puisque la valeur des pions pouvait dépendre de leurs dimensions, du décor et de la finition plus ou moins soignée, variables donnant déjà neuf combinaisons possibles, que l'on peut augmenter considérablement en tenant compte des dimensions variables. Les proportions relatives des trois types, celles des rondelles décorées et non décorées restent sensiblement constantes au cours des trois phases ; les règles du jeu n'ont donc guère dû changer, sinon peut-être avec l'introduction de formes nouvelles à la phase Bijaguales.

177Une ultime hypothèse serait l'utilisation purement rituelle des rondelles, dans le cadre par exemple d'un culte familial matériellement basé sur des fragments de poteries funéraires.

Rapprochements

  • 18 1942, Fig. 473, c

178Un disque d'argile provenant de Macaracas, reproduit par Lothrop18 paraît être une rondelle non percée à décor noir sur blanc.

179De nombreux disques ont été trouvés à Guararé et dans la baie de Parita ; aucun n'est perforé. Les pesons de fuseau de Guararé ne sont en rien comparables.

  • 19 1950, Fig. 7, b.

180Lothrop encore19 signale une rondelle brune percée provenant de Arenas, dans le Veraguas. Richard Cooke a mis au jour, dans ses fouilles des environs de Nata, une douzaine de rondelles, à des niveaux divers correspondant sans doute à nos trois phases' : certaines sont percées, d'autres non (communication personnelle).

Le matériel lithique de la phase Bijaguales (Fig. 121 à 123)

181Ce matériel, très abondant par rapport à celui des phases précédentes, nous est connu grâce aux fouilles stratigraphiques d'El Pital, de La India 1 et du conchal de Bucaro, et surtout grâce aux récoltes de surface et aux sondages sur les treize sites occupés uniquement durant la phase Bijaguales. Sur certains, tels Guaniquito, les haches et les morceaux de metates jonchent le sol.

182Cette impression de richesse relative de l'industrie lithique est confirmée par une fouille comme celle du puits d'El Pital, qui a livré 13 outils pour une couche archéologique de 90 cm seulement.

183On trouve trois types de metates coexistant sur les mêmes, sites : - l'un est le metate traditionnel de la région, puisqu'on le trouve dès la phase El Indio (Fig. 121 f - j). Il est tripode, à table mince, ovale, à bord en biseau. Nous ne disposons d'aucun exemplaire entier.

184La roche utilisée est le grès grossier, le poudingue, le tuf. La table peut avoir 0,9 à 2,5 cm d'épaisseur. On trouve une assez grande variété dans les bords, qui sont directs, amincis ou épaissis, formant un méplat vertical ou oblique, parfois un véritable bourrelet limitant le plateau.

185L'existence d'un plat de pierre apode est probable, étant donnée la fréquence de ce type dans le Veraguas. En général le metate était tripode, avec des pieds cylindriques (i), coniques (j) ou en "tétons" (h). La forme j est celle des metates d'El Indio : le pied conique, de section plan-convexe, est haut (19 cm) et dans l'alignement du bord du plateau.

186-un second type, représenté par une seule pièce incomplète (e), est le metate quadripode à bord sculpté mis au jour dans la structure M 6 de Guaniquito. D'une couleur rougeâtre inhabituelle, il est fait de syénite et probablement importé du Veraguas. La silhouette est trapue, le plateau épais (3cm), concave, de forme rectangulaire à extrémités arrondies. Les pieds sont cylindriques et partent du bord même de la table. Le décor sculpté en bas-relief occupe le bord du metate et s'étend sur le haut des pieds : un double chevron se termine sur chaque pied par deux têtes de serpent affrontées (ce décor est par endroits à peine discernable).

187- un troisième type de meule caractérisé plus spécialement la phase Bijaguales : c'est l'énorme galet, à face supérieure creusée en cupule, sans pieds, d'aspect très primitif (a-d et Pl. LX).

  • 20 Ford, 1969, p. 57.

188Selon Ford20 les formes des meules les plus primitives, associées au développement de la culture du maïs dès 4 000 av. J.-C. seraient la dalle plate sur laquelle la molette - un simple galet naturel - est utilisée dans un mouvement rotatif ; et l'auge, associée à une molette courte. Ce n'est que vers 1 000 ou 500 av. J.-C. que ces formes évolueraient vers le metate à pieds et à plateau.

189On se rend bien compte à Tonosi du caractère relatif de ce schéma chronologique : ce sont les formes "primitives" qui apparaissent en dernier, voisinant avec les formes évoluées qui les ont précédées de six siècles. D'ailleurs ces mêmes metates primitifs sont encore utilisés de nos jours, par les Indiens Guaymies du Chiriqui (Pl. LX, c) entre autres.

Image 100000000000037E000004AB614A384ECC019A2F.jpg

Fig. 121 - Les trois types de "metates" de la phase BIJAGUALES.

190Les diverses formes primitives trouvées à Tonosi sont (Fig. 121, a à d) :

  • une simple dalle plate aux contours non régularisés (Pl. LX, a), trouvée à La Bonita avec sa "main", galet cylindrique dont la longueur est légèrement inférieure à la largeur de la dalle ;

  • un bloc massif, de forme ovale, à surface légèrement concave (Guaniquito Fig. 121, b et Pl. LX, b).

  • une dalle épaisse, plus ou moins rectangulaire, évidée pour former une "auge" ou cuvette fermée ; celle-ci peut être rectangulaire, ovale ou arrondie (Fig. 121, c, d). La longueur totale de la meule va de 32 à 38 cm, la largeur de 20 à 30, l’épaisseur de 8 à 12 cm.

191L'apparition des metates "primitifs" de la phase Bijaguales pose un problème. Comme il ne peut s'agir d'une régression, ce type inconnu auparavant doit correspondre à l'introduction dans le régime alimentaire d'un aliment nouveau dont la préparation nécessite un matériel plus robuste et mieux adapté que l'ancien metate tripode. La profondeur de la cuvette, l'épaisseur de la meule suggèrent un mode d'écrasement par percussion lancée plutôt que posée, et un aliment plus dur que le maïs. Il pourrait s'agir de noix, par exemple de celles du palmier corozo (Orbignya spp.).

192Ces metates grossiers sont trouvés partout à proximité des structures cérémonielles, et compte tenu de leur poids, on peut penser qu'ils sont encore in situ. Les fouilles dans les sites d'habitat sans structures n'en ont pas mis au jour. Une autre hypothèse consisterait donc à attribuer à ce type de meules une utilisation rituelle.

193Nous n'avons pas trouvé de pilons proprement dits : ce rôle était tenu par les molettes elles-mêmes, qui pouvaient être utilisées de deux façons, horizontalement par un mouvement rotatif, ou verticalement par percussion lancée. La plupart des manos portent des traces de coups sur leurs extrémités. On utilisait aussi parfois un simple pied de metate brisé (Fig. 121, i).

194Les molettes (Fig. 122) sont en granit en microconglomérat, en andésite ou en tuf volcanique concrétionné. On peut distinguer trois formes, qui correspondraient à des emplois différents :

  • une très courte mano (ou broyeur) cylindrique à extrémités arrondies (Fig. 123, e). L'unique exemplaire provient d'El Guayabo. La section est ovale par suite de l'usure plus forte sur deux faces ; mais la partie cylindrique est entièrement polie. Les extrémités ne portent pas de traces de percussion. La longueur de la partie utile n'est que de 6,5 cm : l'outil devait être tenu d'une seule main et écraser par mouvement rotatif.

  • la molette classique (Fig. 122, b, c), de forme cylindrique, renflée dans la partie médiane. L'unique exemplaire entier à 19,5 cm de longueur et 6,7 cm de diamètre maximum.

Image 10000000000003CA000003DB15865CFD34CBA208.jpg

Fig. 122 - Meule et molettes de la phase Bijaguales

195Sur douze autres exemplaires, ce diamètre varie de 6 à 8,5 cm (moyenne 7,4) selon le degré d'usure. Celle-ci peut porter sur une, deux ou trois faces, donnant à la longue des sections semi-circulaires, ovales, triangulaires (c).

196Ce type de mano était tenu à deux mains ; sa longueur était à peu près égale à la largeur de la meule.

197-enfin nous avons trouvé plusieurs manos énormes (d) ; elles sont courtes mais excessivement larges : 1.1 à 13 cm, à tel point qu'une main, même grande, arrive à peine à la saisir. De section ovale, elle porte des traces de polissage par frottement sur les deux faces ; de plus l'extrémité détériorée devait servir de broyeur. L'outil agissait par son propre poids et l'on peut penser qu'il était utilisé dans les metates à cuvette.

198Les haches sont abondantes. Les outils analysés sont de micro-syénite, micro-diorite, andésite ou amphibolite. La plupart ont un aspect verdâtre et feuilleté qu'on ne trouve pas dans les haches des phases précédentes, qui sont plutôt de basalte.

199La forme des haches est communément trapézoïdale (Fig. 123, d, f, g, j) ou rectangulaire (i). Elles sont allongées (la longueur égale deux fois la largeur), épaisses, à tranchant curviligne. Seul ce tranchant est soigneusement poli. Quand il est trop émoussé pour mériter un réaffutage, on l'utilise comme pilon (j). Parfois l'outil est fonctionnellement double : hache par le tranchant, pilon ou marteau par le talon (i).

200Les dimensions moyennes sont les suivantes : longueur 9,3 cm (de 7,3 à 12) ; largeur du tranchant 5,3 cm (de 4,5 à 6,1) ; épaisseur maximale 2,6 cm (de 1,1 à 4,1). L'exemplaire de la Pl. XXXVII, b, qui provient m'a-t-on dit de Chara, n'a d'exceptionnel que sa longueur : 15,8 cm.

201Tous les outils connus sont des haches ; nous n'avons pas trouvé d'herminettes.

Image 10000000000003D30000050A50BE89BC8CF79983.jpg

Fig. 123 - Outillage lithique de la phase BIJAGUALES.

202Il existe des outils "géants" que l'on peut hésiter à considérer comme des haches ou comme des manos très usées. Un exemplaire en micro-syénite provient du puits d'El Pital ; l'usure bifaciale très régulière aboutit à un tranchant peu affuté, suggérant plutôt une utilisation comme hache. Même remarque pour l'exemplaire d'El Jobero, qui a 14 cm de longueur et 5,2 d'épaisseur.

203On trouve en outre des outils divers : d serait une petite hache à tranchant étroit ; h la partie centrale d'une sorte de "ciseau" de section triangulaire. Un galet allongé (c) porte sur une arête des traces de percussion.

204En dehors de cet outillage essentiel - meules, molettes et haches - l'industrie lithique de la phase Bijaguales se caractérise, comme celle des phases précédentes, par l'absence presque complète d'objets de pierre taillée, en particulier de pointes. L'utilisation du silex est exceptionnelle. Les deux seuls outils proviennent de la Ensenada de Bucaro, site de pêcheurs en bordure de la plage ; l’un (Fig. 123, a) est une pointe biface foliacée, de jaspe, qui pourrait avoir été utilisée comme racloir sur ses deux faces ; l'autre (b), de silex jaune, serait un racloir à dos aminci.

Image 100000000000036C000001F9D26688B24CCA586A.jpg

- Fig. 124 - Objets de parure de la phase BIJAGUALES : os (a), pierre (b - g), métal (f), coquillage (h, i).

Objets de parure en pierre (Fig. 124)

205Ils sont beaucoup plus rares et moins variés que ceux de la phase précédente. Les seuls exemplaires proviennent du site de Guaniquito (structure M 5 et sondage 2).

206Une rondelle d'onyx en forme de "pneu ballon" (e), identique aux rondelles d'agate d'El Cafetal, a été trouvée au-dessus d'une sépulture secondaire en urne. Du centre de M 5, un petit pendentif de pierre verte (g, jade ?), une "perle" trapézoïdale, également de pierre verte (d), un cristal de roche (c) et un nodule de jade non travaillé (b).

Objets de coquillage, d'os et de métal

207Les seuls objets de coquillage proviennent du conchal de Bucaro et sont nettement de tradition La Cañaza : une grenouille, assez fruste (i) et un petit pendentif allongé (h). Le coquillage utilisé n'est pas le spondyle.

208Nos fouilles n'ont mis au jour que trois objets d'os travaillé : à El Pital un petit pendentif trapézoïdal identique à ceux de la phase La Cañaza ; à Encerrado de la Isla un fragment d'os long incisé ; à Guaniquito un os cartilagineux taillé et incisé, et une dent de requin fossile (a).

209Le métal est encore plus rare ; il est vrai que nous n'avons pas fouillé de sépultures. Deux objets d'or apparemment pur ont été trouvés dans la structure M 5 de Guaniquito : une "perle" mince, sans doute élément de collier, et une petite plaquette enroulée en cylindre (f). Le propriétaire nous a montré un pendentif d'or, trouvé sur le site, qui a la forme d'une dent humaine.

Les sépultures de la phase Bijaguales

210Les renseignements assez maigres que nous possédons sur les pratiques funéraires de cette phase proviennent les uns de nos fouilles, les autres de travaux d'amateurs.

211Le site d'El Bijagual (TI 15) était une petite colline isolée à l'est d'El Cacao, sur le bord de la route Tonosi-Canas. Elle a été rasée. Une seule sépulture (peut-être n'y en avait-il pas d'autres ?) a pu être étudiée avant sa destruction ; très profonde - plus de 2m-elle n'a livré que deux poteries miniatures, l'une de Jobero Biscuit, l'autre polychrome portant le motif du "requin marteau" maladroitement tracé (Fig. 125).

Image 10000000000003480000027774E8582A67554023.jpg

Fig. 125 - Phase BIJAGUALES : offrande de la sépulture d'El Bijagual.

212A Guaniquito Abajo (TI 28) les deux structures fouillées ont livré des traces de sépultures secondaires très incomplètes, l'une à même la terre dans le fond du puits central de M 5, l'autre en urne dans la structure M 6. Cette urne est du type Alto de Güera particulier à la phase Bijaguales (Fig. 126, c, d), dont plusieurs exemplaires provenant du site de la Tinajita sont conservés au Museo Nacional de Panama. Sphéroïdes, avec un diamètre de 50 cm environ, une ouverture de 30 cm, elles ont un col court et vertical en bourrelet et deux anses en ruban épaisses, verticales. L'urne de M6 contenait des dents et quelques débris osseux presque désintégrés par l'humidité. Elle était posée sur le metate décoré de la Fig. 121, e.

213A Guaniquito toujours, notre sondage S 2 est tombé, presque à fleur de terre, sur un alignement de trois grands vases ou urnes, très fragmentés ; l'un est de type Alto de Güera et contenait diverses poteries non décorées, incomplètes et brisées, et des restes osseux probablement humains. Les deux autres, tecomates rouges à oreilles de type El Indio, ne contenaient que des tessons. Une rondelle d'onyx (Fig. 124, e) avait été placée au-dessus du vase central.

214Il est certain, d'après les renseignements fournis par le propriétaire, que le site contenait d'autres sépultures accompagnées de poteries polychromes ; situées au nord, sur le rebord du plateau, elles auraient été entraînées par l'érosion.

215A La India 2, site de la phase El Indio dont l'occupation se serait poursuivie ensuite jusqu'à la phase Bijaguales, l'un de nos sondages (A) a mis au jour à - 70 cm un grand fragment d'urne contenant des ossements humains. Les tessons trouvés à proximité sont de type Jobero Biscuit.

216Des renseignements indirects ont été fournis par les sites de Chara, El Cigua et la Tinajita.

217Chara (TI 3, Pl. II, a) est un morro de grès, dans la plaine entre Tonosi et Río Viejo Abajo. Le sommet, qui se dresse à une vingtaine de mètres au-dessus des rizières, a été utilisé comme cimetière ; les sépultures peu nombreuses furent pillées à plusieurs reprises. On trouve à proximité de la colline, vers l'est, plusieurs plates-formes circulaires le site de Chara doit être rattaché à la dernière phase, comme le prouve d'ailleurs aussi la céramique.

218Chara a été exploré pour la première fois par Mitchell, qui a bien voulu me donner quelques détails sur ses fouilles. Celles-ci n'ont porté que sur une sépulture, de plus de 5m de profondeur, large de 3 à 4 m à la base, creusée dans le rocher. Un ou deux squelettes (que Mitchell appelle les guard burials) se trouvaient vers 70 cm de profondeur. A - 3 m, neuf squelettes presque intacts, dont les corps étaient étendus, les crânes entassés à un angle. A la base, reposant directement sur le roc, un ou deux squelettes détruits par l'humidité. La tombe ne contenait aucun tesson et aucun mobilier.

219Deux autres tombes, plus petites, étaient vides.

220El Cigua (TI 34), comme El Bijagual, a été découvert et détruit par les travaux de la route Tonosi-Cañas. La seule sépulture fouillée avait la forme d'un puits cylindrique creusé dans la tosca, jusqu'à 3 m de profondeur. À ce niveau il se poursuivait en une galerie horizontale aboutissant sans doute à une chambre funéraire. Des poteries polychromes auraient figuré dans le mobilier. Ce type de tombe à puits et chambre latérale ne peut dater que de la phase Bijaguales.

Image 100000000000040300000570DD717451923223BB.jpg

Fig. 126 - Urnes funéraires des phases EL INDIO (a), LA CAÑAZA (b) et BIJAGUALES (c et d).

221A la Tinajita (TI 46), dans le Mord de notre zone, sur le bord de la quebrada Boca de Toro, un amateur, Agustín Ferrari, a pu voir plus de dix urnes funéraires découvertes par le propriétaire sous le sol même de sa maison, à 3 ou 4 m de profondeur. Certaines étaient recouvertes d'un bol Jobero Biscuit formant couvercle (Fig. 126, d). Elles contenaient jusqu'à trois squelettes, mais aucune poterie. Les urnes Alto de Güera du Museo Nacional proviennent de ce site.

222Ces données auraient besoin d'être complétées. On peut noter dès maintenant deux traits qui distinguent les sépultures de la phase Bijaguales de celles des phases précédentes :

  1. la fréquence des sépultures secondaires en urnes. Ce type de sépulture, exceptionnel durant les phases El Indio et La Cañaza, devient maintenant la règle. Sans doute est-il réservé aux gens du commun : les offrandes en tout cas sont exceptionnelles et très pauvres.

  2. l'existence de véritables tombes, creusées dans le rocher, à grande profondeur : 3 à 5 m. Elles peuvent avoir la forme d'un puits terminé par une chambre latérale et contenir plusieurs sépultures (une douzaine à Chara), en position étendue et non repliée. Nous manquons de renseignements sur le mobilier de ces tombes.

223Les pratiques funéraires, comme les techniques de la phase Bijaguales, nous paraissent la preuve d'une rupture assez nette avec les traditions des phases précédentes et d'une ouverture à des influences extérieures, sans doute venues en particulier du Veraguas.

Notes

1 Le terme "Biscuit" est impropre puisque la céramique n'est pas soumise à deux cuissons successives. Je l'ai adopté par analogie avec la céramique dite "biscuit" du Chiriqui, qui présente un aspect identique.

2 1950, p. 39, Fig. 47, C.

3 1964, Fig. 56 et 57

4 1942, Fig. 345, 347.

5 Lothrop, 1950, Fig. 51 à 54.

6 1964, Fig. 36.

7 1965, Pl. V, p. 57.

8 1964, p. 113, Fig. 43 et 44.

9 1964, Fig. 43, j

10 1942, Fig. 461, 462

11 1964, pp. 67 à 95

12 Voir par exemple Lothrop, 1950, Fig. 40 et 41.

13 Ladd, 1964, Fig. 51, de, e ; et Thelma Bull, 1965, Pl. II, p. 54.

14 Lothrop, 1942, Fig. 355.

15 Lothrop, 1942, Fig. 355.

16 Meggers, Evans et Estrada, 1965, p. 107. En réalité, un seul disque date de la période 8 de Valdivia (4300-400), les autres étant de la période C (4000-3400).

17 1965, p. 2.

18 1942, Fig. 473, c

19 1950, Fig. 7, b.

20 Ford, 1969, p. 57.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search