Version classiqueVersion mobile

Archéologie du sud de la péninsule d'Azuero, Panamá

 | 
Alain Ichon

Chapitre 6. La Phase La Cañaza

Texte intégral

1La succession des phases El Indio et La Cañaza n'est en rien comparable au processus qui a marqué la fin de la phase Bucaro. Nous assistons ici au contraire à une évolution progressive des techniques ; les principaux types céramiques d'El Indio, en particulier, se poursuivent durant la phase suivante, si bien qu'il est parfois difficile de dater les sites avec certitude (c'est le cas de La Cañaza, de Cañas, de la Coralilla, d'El Jacintal). Il y a forcément une part d'arbitraire à lier comme je l'ai fait le début de la phase La Cañaza à l'apparition d'un groupe céramique, le "Joaquín Polychrome", très différent du Tonosi Polychrome par ses formes, ses couleurs et ses styles décoratifs.

2Il y eut certainement, précédant l'apparition de ces nouveaux types de céramique, une période de transition au cours de laquelle les types précédents se sont peu à peu transformés. Il est difficile de démêler la part des pulsions internes et celle des influences extérieures dans cette évolution. Il est à peu près sûr néanmoins que les secondes sont à l'origine des changements importants, visibles par exemple dans les pratiques funéraires ; et non moins certain que, dans cette nouvelle culture de La Cañaza, l'héritage d'El Indio n'a nullement été renié. Rechercher ce qui, en elle, vient de ce qui l'a précédé et ce qui provient d'ailleurs, est l'une des tâches les plus intéressantes et les plus révélatrices sur les conditions historiques des changements culturels durant cette période.

3On ne saurait parler de l'existence d'une véritable sous-phase de transition entre les deux phases : c'est en réalité toute la phase La Cañaza qui doit être considérée comme une période de transition ; et c'est ce qui explique que sur certains sites, à La India 1 surtout, cette phase soit presque inexistante, ou tout au moins très brève. Rappelons que c'est aussi le cas à Mariato.

4Les sites qui nous ont fourni les meilleures séquences stratigraphiques de la phase La Cañaza sont ceux du manglar : El Indio, El Cafetal. Le site éponyme, La Cañaza, n'est en fait qu'un cimetière ; je le décrirai plus en détail en abordant les coutumes funéraires.

5À El Indio, dans le puits P 2 (supra Fig. 19), c'est au niveau 8, de 90 à 100 cm, que l'on peut fixer le passage de la phase El Indio à La Cañaza. À cette dernière correspondent donc les sept niveaux supérieurs, sur une épaisseur de 80 cm. On voit que le nombre des tessons augmente par rapport à la phase El Indio, passe par un maximum (3 396 tessons) au niveau 6, pour décroître ensuite rapidement dans les couches supérieures (696 tessons au niveau 1). On voit aussi que, si l'on suppose régulière la vitesse de formation des dépôts archéologiques, la durée des deux phases a dû être sensiblement la même.

Le matériel de ta phase La Cañaza : la céramique

6Trois faits essentiels marquent le passage de la phase El Indio à la phase La Cañaza : diminution progressive des types anciens, transformation de ces types, enfin apparition de types nouveaux.

7La baisse de popularité des types d'El Indio est bien visible dans la graphique de la Fig. 21, surtout pour 1'Infiernillo Tacheté et le Tonosi Polychrome (qui passe de 14,2 % à 2,8 % du total des tessons) ; d'autres types disparaissent presque complètement dans la première moitié de la phase La Cañaza, alors que certains survivent jusqu'à la fin de cette phase, et même - sur d'autres sites - durant la phase Bijaguales.

8On assiste parallèlement à une évolution des types anciens, particulièrement visible dans le Tonosi Polychrome : déjà, à la fin de la phase El Indio, le col court, renflé ou évasé, avait tendance à remplacer le col démesuré des vases "doubles" ; maintenant, le bol sur piédestal, la frutera apparaît mais avec un décor intérieur qui est encore typiquement El Indio (Pl. XXV a). La jarre supplante le vase.

9Le décor change lui aussi, dans sa localisation comme dans son style : le décor intérieur, jusqu'ici réservé au seul type Ciruelo Noir sur Rouge, s'applique maintenant à des bols ou à des fruteras décorés en rouge sur blanc, noir sur blanc, noir et rouge sur blanc, noir et blanc sur rouge. Le décor extérieur des bols blancs, d'abord cantonné au bord, envahit la panse.

10Le style décoratif et les motifs eux-mêmes évoluent : le vase aux scorpions de la Pl. XXXI illustre bien ce style de transition, dans un groupe que j'ai baptisé " Zahina Polychrome". Cette évolution est provoquée par l'introduction d'éléments nouveaux. En ce qui concerne le décor, les couleurs deviennent plus variées : à la trichromie d'El Indio s'ajoutent le rouge sombre, 1 orange, le gris, le mauve enfin.

11Des types nouveaux apparaissent aussi : le Montevideo Polychrome est encore proche par le décor du Tonosi Polychrome, mais il est engobé d'orange (brun-rougeâtre) et non de blanc. Le Joaquín Polychrome caractérise la phase La Cañaza, au même titre que le Tonosi Polychrome caractérisait la phase El Indio.

12Les groupes et les types céramiques de la phase La Cañaza peuvent être classés sous trois rubriques :

131. Céramique de la phase El Indio survivant durant la phase La Cañaza : groupe Tonosi Polychrome, avec ses types La Bernardina, Ciruelo, bols zoomorphes, etc. ; types Infiernillo Tacheté, Goleno Rouge incisé, Culebra Appliqué-Incisé.

142. Céramique de tradition El Indio, qui s’en distingue par des formes ou un style décoratif nouveaux :

  • poterie utilitaire La India Rouge et Brune, avec des formes et des modes particuliers à cette phase ;

  • groupe Zahina Polychrome, comprenant des bols à lèvre décorée, des bols à intérieur décoré, des vases ou jarres à extérieur décoré.

15Les couleurs utilisées sont celles d'El Indio, avec en plus l'orange et le gris (rare). Les motifs décoratifs sont déjà différents de ceux d'El Indio, mais sans le "style Coclé" du Joaquín Polychrome.

163. Types nouveaux, dont la parenté avec ceux du Sitio Conte de Coclé saute aux yeux :

  • type Montevideo Polychrome, à engobe orange, encore proche d'El Indio ;

  • groupe Joaquín Polychrome ;

  • type à décor plastique : le Tiñidero Brun.

La céramique de tradition El Indio

a/ Céramique utilitaire La India Rouge et céramique Brune

17Nous avons vu (Fig. 4) que ces ensembles ne dessinent pas de courbes régulières mais que leur popularité relative peut donner des indications utiles pour la définition des phases.

Fig. 62 - Évolution des types céramiques au cours de la phase LA CAÑAZA. (Puits stratigraphique P 2 d'El Indio).

18Ces proportions sont remarquablement constantes durant la phase La Cañaza :

  • la céramique La India Rouge varie peu, de 58,3 % à 67,7 % du total des tessons, soit une moyenne de 62 % (contre 50 % durant la phase El Indio) ;

  • la céramique Brune varie de 15,6 à 23,7 %, augmentant légèrement dans les niveaux supérieurs, soit en moyenne 21 % du total des tessons (contre 27,5 % durant la phase El Indio).

19La céramique engobée de rouge est donc en augmentation par rapport à la phase précédente dans un "ensemble utilitaire" Rouge-Brun qui représente toujours une très forte proportion du total des tessons : 80 % en moyenne (Fig. 62).

La India Rouge

20La plupart des formes de la phase El Indio subsistent au cours de la phase suivante. On peut noter cependant, à côté de la persistance de de certains traits - comme le bord épaissi extérieurement en bourrelet, si typique de la région de Tonosi - l'apparition de formes inédites plus caractéristiques de la nouvelle phase (Fig. 63).

Fig. 63 - phase LA CAÑAZA : principales formes de la céramique La India Rouge

21Dans les vases globulaires à bord rentrant dits tecomates dotés du fameux bord en bourrelet, un fait notable est le redressement à la verticale du bord qui devient un véritable col court. Cette évolution d'une phase à l'autre est marquée dans la Fig. 63, k à h ; les formes k et j sont les plus anciennes ; la forme h, typique de la phase La Cañaza (50 % des bords rouges), restera prépondérante jusqu'à la fin de cette phase.

Fig. 64 - Céramique LA INDIA ROUGE : évolution de la forme des bords au cours des phases EL INDIO et LA CAÑAZA

22Les tecomates sont toujours dotés de deux oreilles horizontales ou obliques vers le haut, partant du bas du bourrelet. Les dimensions sont comparables à celles de la phase El Indio : 30 cm d'ouverture en moyenne (de 18 à 55 cm), 2,7 pour la hauteur du bourrelet qui est moindre (3,5 en moyenne pendant la phase El Indio).

23Les bols à bord direct (Fig. 64, formes 4 à 7), hémisphériques ou en calotte, restent populaires. On peut noter cependant plusieurs tendances :

  • une augmentation du diamètre des bols profonds à bord vertical (5) qui passe de 25 à 31 cm en moyenne ; la lèvre formant méplat horizontal devient plus fréquente ;

  • évasement plus grand, donnant à la limite le plat creux ou l'écuelle (Fig. 63, f et g), forme inconnue de la phase précédente. Les plats épais (0,8 à 1,1 cm), dont le diamètre va de 19 à 24 cm, ont souvent un bord épaissi en méplat horizontal et sont parfois dotés d'oreilles tombantes, comme les bols Juncal Rouge mince de la phase Bijaguales ;

  • on trouve pour la première fois des bols rouges dotés d'une base annulaire ou d'un piédestal bas (Fig. 63, a), mode de support nouveau qui n'est pas particulier à la céramique rouge.

24Dans les vases à col court (Fig. 64, formes 8 et 9), l'évolution est plus nette encore. Si la forme commune de la phase El Indio à col court et évasé subsiste (Fig. 63, c), sa fréquence diminue sensiblement - de 22 à 8 % des bords - au profit d'une autre forme qui se rapproche de la panse, bien que la hauteur reste inférieure au diamètre maximum de la panse (critère qui distingue le vase de la jarre). Ces vases (Fig. 63, a et b) sphéroïdes ou globulaires, sont maintenant dotés d'un véritable col vertical, à bord évasé qui parfois forme un large méplat sub-horizontal ; le col, toujours court, peut être rectiligne (b) ou au contraire convexe, marqué d'un brusque ressaut ou "carène" situé plus ou moins haut sur ce col (Fig. 63, a et 1 à o). Ils sont à rapprocher de certains vases Joaquín Polychrome décrits plus loin.

25En résumé, l'évolution de la céramique La India Rouge au cours des deux phases est caractérisée par certaines tendances de formes (verticalisation des bords des tecomates, évasement des bols, augmentation de la hauteur des cols...), tendances qui aboutissent à l'apparition de types nouveaux : vases à col vertical fortement caréné, plats creux, écuelles ou plaques... Le schéma de la Fig. 64 illustre ces tendances.

Type Juncal Rouge mince

26L'évolution de ce type a déjà été décrite (supra p. 93 et Fig. 23). Il faut noter, pendant la phase La Cañaza, l'apparition d'une rainure située soit sur le bord extérieur, soit sur la lèvre, qui remplace à l'origine le bourrelet ; ainsi que le profil anguleux de la panse, parfois marqué par une carène. L'écuelle à anse unique, ou "encensoir" (Fig. 23 a) remplacerait peut-être le bol rouge d, souvent trouvé dans les sépultures près du crâne du squelette. La popularité du type, qui a atteint son maximum à la fin de la phase El Indio, reste à peu près constante, variant de 9 à 12 % selon les sites.

Modes

27L'apparition du piédestal a été notée. J'en parlerai plus longuement à propos des poteries décorées, sur lesquelles il est le plus commun. À l'exception toujours des bols zoomorphes quadripodes, le piédestal et la base annulaire sont les seuls modes de support connus.

28Les manches et les anses annulaires restent inexistants ou très rares. Nous avons vu (supra p. 93) que les anses en ruban verticales diminuent régulièrement dès la fin de la phase El Indio ; à l'inverse l'oreille horizontale, apparue tardivement, augmente ensuite de fréquence, la forme en croissant étant semble-t-il préférée à la forme rectangulaire ou trapézoïdale. En simplifiant beaucoup cette évolution, on pourrait dire que les appendices caractéristiques sont : l'anse en ruban verticale pour la phase El Indio, l'oreille horizontale pour la phase La Cañaza et l'anse annulaire horizontale pour la phase Bijaguales.

b/ Le groupe Zahina Polychrome

29J'ai classé dans ce groupe des poteries assez diverses - bols, vases ou jarres - dont la caractéristique commune est de présenter avec le groupe Tonosi Polychrome une certaine similitude de style notable dans la forme, la localisation du décor, la combinaison des couleurs, l'utilisation enfin de certains motifs ou éléments décoratifs typiques d'El Indio. Il s'agit en somme d'un Tonosi Polychrome "évolué" dont l'étude est essentielle pour comprendre comment s'effectue le passage de la phase El Indio à la phase La Cañaza.

30Je distinguerai trois types : bols à lèvre décorée, bols à intérieur entièrement décoré, vases (ou jarres) à décor extérieur.

Bols à lèvre décorée (Fig. 65 et 66)

31Ces bols, généralement engobés de rouge, parfois de blanc, ont soit une forme hémisphérique ou en calotte, soit la forme des bols La Bernardina, c'est-à-dire un bord éversé formant méplat oblique. Les premiers peuvent être sur base annulaire.

32Dans tous les cas, la lèvre forme un méplat plus ou moins large, plus ou moins horizontal, qui est la seule partie décorée.

33Le style de ce décor permet de distinguer quatre variétés.

    • 1 J. Ladd, 1964, p. 163 et Pl. 13, f.

    Dans la variété à décor noir sur rouge, le bol est entièrement engobé de rouge et le décor se réduit à des motifs géométriques simples en noir sur rouge ornant la lèvre aplatie. Quelques exemplaires ont été décrits plus haut avec les bols Tonosi Polychrome (Fig. 35, h, i). Le décor en quadrillage oblique de h est intéressant car très proche d'un type de la baie de Parita dont j'ai souligné la parenté avec notre type La Bernardina : le Girón Banded Lip, dans sa variété crosshatched1.

  • La variété à décor noir et blanc sur rouge (Fig. 65, a à h) est bien dans la tradition des bols Tonosi Polychrome à lèvre décorée, mais présente des caractères propres qui pourraient en faire un type à part : ce type apparaîtrait au début de la phase La Cañaza et subsisterait jusqu'à la Conquête.

34Nous disposons de deux pièces entières (a) trouvées dans une sépulture d'El Indio en compagnie d'un vase rouge. Les deux bols sont identiques ; l'un deux contenait des débris de crabes. Ce sont des bols hémisphériques rouges à base annulaire, à bord direct non épaissi. Sur d'autre exemplaires incomplets (e), le méplat est mieux marqué ; la forme du bol peut être plus ouverte, tendant vers l'écuelle (d). Une autre forme à bord éversé (f, g) se rapproche davantage du bol La Bernardina.

35Les dimensions sont assez uniformes : 24 cm de diamètre moyen (de 20 à 26), 1,1 cm de largeur pour le méplat décoré (de 0,9 à 1,3).

36Le décor est toujours géométrique, à base de lignes parallèles et de points noir ou blanc sur fond rouge. Il n'est pas sans rappeler par exemple celui des bols zoomorphes à décor noir et blanc sur rouge.

37– Le décor noir et rouge sur blanc (ou sur orange) se présente généralement sous la forme de bandes alternativement noires et rouges - cernées de noir - donnant à la lèvre du bol un aspect annelé (Fig. 65, i) : d'où le nom de coral snake Zip donné à ce style de décor qui évoque les taches d'un serpent corail.

Fig. 65 - Bols à lèvre décorée Zahina Polychrome. Décor noir et blanc sur rouge ou "coral snake lip" (i).

38Le coral snake Zip, bien qu'il apparaisse à Tonosi durant la phase La Cañaza, semble plutôt caractériser la phase Bijaguales et ses types "étrangers" de style Macaracas-Parita. De même au Sitio Conte, il est plus fréquent dans le Coclé Tardif ; il s'agit donc bien d’un style tardif qui, à Tonosi, pourrait avoir été importé.

39– Enfin, la dernière variété se distingue des autres par une lèvre décorée en noir sur fond blanc, rouge ou orange, du motif de la "feuille de laurier" en négatif (Fig. 66).

40Nous n'avons pas trouvé d'exemplaire entier, mais on peut supposer qu'il s'agit de bols ou de vases globulaires, présentant souvent un épaulement marqué et deux oreilles horizontales allongées (b, c, g). La forme du bord est celle du bol La Bernardina ; on trouve aussi le bord élargi en méplat horizontal (i - 1).

41La poterie est engobée de blanc, de rouge ou d'orange. Dans le premier cas, cet engobe blanc crayeux (très différent du blanc d'El Indio) couvre la lèvre et le bord extérieur, parfois aussi tout l'extérieur du bol ; l’intérieur est rouge ou brun naturel. Dans le second cas, la poterie est entièrement engobée de rouge, à l'exception parfois de la lèvre qui peut être blanche. Dans le troisième cas, l'intérieur est rouge, la lèvre et l'extérieur oranges. Cette dernière variété pourrait être rattachée au Montevideo Polychrome.

42Le motif décoratif unique - feuilles de laurier en négatif séparées par des lignes radiales parallèles - couvre la lèvre et parfois la face supérieure de l'oreille (g).

43Ce type me semble directement issu du bol La Bernardina de la phase précédente. Il est à rapprocher, comme ce dernier, du type Girón Banded Lip de la phase Santa María, sous-variété Radial Banded (Ladd, 1964, p. 163) ; les différences portant notamment sur la partie engobée sont mineures. Il est encore plus proche de ce type que ne l'était le bol La Bernardina, ce qui viendrait à l'appui de notre hypothèse sur l'antériorité de la phase El Indio par rapport à la phase Santa María.

Fig. 66 - Bols Zahina Polychrome : motif de la "feuille de laurier" en négatif.

  • 2 1964, planche hors-texta et p. 16.

44Un autre rapprochement s'impose avec le grand bol trouvé par Biese à Panama Viejo2, qu'il considère comme un couvercle d'urne funéraire : paneled urn cover (Pl. XXXVIII, a).

45Le motif de la feuille de laurier en négatif est extrêmement commun dans toute la zone qui s'étend du Canal à la province de Veraguas en passant par Venado Beach, Nata, le Sitio Conte, Rancho Sancho de la Isla (Pl. XXXVIII, b) et toute la péninsule d'Azuero. Une étude poussée de l'extension géographique et chronologique de ce motif décoratif serait certainement fructueuse. À Tonosi en tout cas, il est très ancien comme motif de base du décor des bols La Bernardina, qui datent du tout début de la phase El Indio.

Bols à intérieur décoré (Fig. 67 et 68, Pl. XXXIX)

46Le décor couvre cette fois la totalité de la surface intérieure de la poterie. Nous avons vu que ce trait, exceptionnel durant la phase El Indio, devient commun à la phase suivante.

47Le type Ciruelo Noir sur Rouge (supra p.104 et Fig. 29), qui apparaît dans la deuxième moitié de la phase El Indio, subsiste sans grand changement durant la phase La Cañaza.

48La variété à décor noir et blanc sur rouge mérite, elle, d'être étudiée à part. Proche par le décor du Ciruelo, donc du Girón Interior Banded de la baie de Parita, elle apparaît vers le début de la phase La Cañaza et reste populaire pendant la phase Bijaguales, ce qui n'est pas le cas pour les autres. À Tonosi, l'échantillonnage est peu abondant. Le puits P 2 d'El Indio n'a donné qu'un tesson au niveau 3 (40-50 cm) ; la fouille F 4 une pièce entière associée à une sépulture d'enfant (Pl. XXXIX) : petit bol rouge en calotte dont le décor original représente une tête d'oiseau à gros bec (perroquet, toucan ?) vue de profil, au centre d'une étoile à six branches qui n'est sans doute qu'une stylisation de la queue.

Fig. 67 - Bols Zahina Polychrome à décor intérieur noir et blanc sur rouge ou noir sur blanc.

49Sur d'autres fragments qui proviennent du basurero de Bucaro (Fig. 67, f) et du site de Montevideo, le décor est plus explicite : nous y retrouvons le quadrupède à tête d'oiseau d'El Indio, avec ses deux avant-trains soudés et la grande queue recourbée, hérissée de triangles hachurés. Mais le décor simplement géométrique est plus fréquent ; c'est le cas des nombreux fragments trouvés à Guaniquito Abajo, le grand site de la phase Bijaguales.

50La forme très simple de ces bols est en calotte sphérique, à bord direct, lèvre arrondie ou en biseau. Ils peuvent être dotés d'un piédestal bas (a) ; sur l'exemplaire provenant de Bucaro (f), ce support a été brisé et la fracture soigneusement régularisée pour que l'équilibre de la poterie reste assuré.

51Le diamètre est de 15 à 20 cm, l'épaisseur de la lèvre de 0,7 à 0,8 cm. Le décor couvre tout l'intérieur sans déborder sur la lèvre.

52Le décor intérieur des bols Zahina Polychrome peut aussi être traité en noir, en rouge ou en noir et rouge sur fond blanc. Les exemplaires dont nous disposons illustrent de façon frappante une période de transition au cours de laquelle les motifs d'El Indio s'adaptent graduellement à des formes, à un style nouveaux.

53Dans la belle poterie d'El Cafetal mentionnée plus haut en étudiant le motif serpentiforme du Tonosi Polychrome (Pl. XXV a ; Fig. 67, d), la forme en frutera est typique de la phase La Cañaza, de même que la localisation du décor à l'intérieur du bol. Le décor noir sur blanc-rosâtre, par contre, est à la fois typique d'El Indio pour l'utilisation conjointe des motifs serpentiformes et du monstre dédoublé (réduit ici aux deux avant-trains, avec une queue partant de la tête, suivant une convention déjà signalée), et de La Cañaza par le traitement de ces motifs dans un champ circulaire divisé en quatre parties symétriques deux-à-deux. Ce décor est d'une habileté qui confond : l'art d'El Indio est encore bien vivant, mais on peut voir, dans cette recherche même, la marque d'une évolution vers l'esthétisme et peut-être l'annonce d'une décadence.

Fig. 68 - Bols Zahina Polychrome à décor intérieur noir et rouge sur blanc ou noir, rouge et gris sur orange.

54Sur d'autres exemplaires, l'évolution est soulignée par l'emploi de couleurs plus variées : aux trois couleurs d'El Indio viennent s'ajouter l'orange, le gris, le rouge sombre - mais non le mauve gui est particulier au Joaquín Polychrome.

55En noir et rouge sur blanc (Fig. 68, a, b, c, f), la forme est toujours celle du bol en calotte à bord en biseau ou arrondi, doté d'une base annulaire (ou d'un piédestal ?). L'extérieur peut être brun naturel, engobé de blanc ou de rouge. Le style du décor est encore très "El Indio" : quadrupède à tête d'oiseau (a), triangles suspendus (b) ; mais certains détails annoncent le "style Coclé" : silhouettes ou figures rouges cernées d’un trait noir (a, f), superposition des couleurs rouge et noire donnant l’impression d'un rouge sombre.

56En noir, rouge (et gris) sur orange, les exemplaires, plus rares, sont à rattacher au Montevideo polychrome. Le décor, avec ses zones rouges ou grises cernées de noir, ses figures hachurées, est proche de celui des vases Zahina Polychrome décrits plus loin.

Vases à décor extérieur (Fig. 69)

57Vers la fin de la phase El Indio et le début de la phase La Cañaza, les vases globulaires à col court semblent remplacer peu à peu les vases "doubles" du Tonosi Polychrome. Cette forme n'est pas abandonnée, mais le style du décor change lui aussi. Plus encore que dans le décor intérieur des bols, on sent que le style du Zahina Polychrome n'est que le produit d'une évolution locale à partir du polychrome d'El Indio.

58Il est souvent difficile de classer ces vases - surtout quand ils sont incomplets - dans un groupe ou dans l'autre tant cette évolution est progressive. Une forme typique du vase Zahina pourrait être le vase de la Pl. XX, b, doté d'un col vertical large, court et convexe ; la panse est ornée de onze "côtes de melon" modelées, qui séparent autant de panneaux décorés de hachures évoquant une natte tressée ; motif simple que nous n'avons jamais trouvé sur les vases doubles.

59Type de transition également le vase décoré d'une frise de scorpions de la Pl. XXXI (nous trouverons dans les fruteras Joaquín Polychrome la même façon de traiter le scorpion ou le crabe) ; ou encore le petit vase blanc du site Montevideo (Fig. 69, g) à décor linéaire noir ; on peut reconnaître dans les lignes ondulées le motif serpentiforme simplifié, dans les lignes triangulaires la stylisation de têtes animales à gueule ouverte.

60Une autre pièce intéressante par les rapprochements qu'elle suggère est le petit vase de la Pl. XL, a. La structure du décor en frise est déjà de La Cañaza, alors que chaque détail, des quadrupèdes affrontés au fond "stellaire", est d'El Indio.

61Parmi les détails qui permettent de distinguer le Zahina du Tonosi Polychrome, on peut citer : un fond crème ou jaune pâle plutôt que blanc, l'abandon de la combinaison de couleurs noir et blanc sur rouge, des motifs principaux traités en larges zones rouges cernées d'un trait noir (Fig. 69, a : variation probable sur le thème du monstre dédoublé), des représentations anthropo-zoomorphes très stylisées (a), ainsi que des "signes" en tridents, en grilles, parsemant les fonds (a - d) ; des triangles hachurés suspendus par leur base ou par leur sommet (e), etc.

62Le style décoratif du Zahina Polychrome est proche de celui du Montevideo Polychrome : tous deux pourraient être en fait deux variétés d'un type unique : polychrome sur fond blanc dans un cas, sur fond orange dans l'autre, intermédiaire entre le Tonosi et le Joaquín Polychrome.

Rapprochements.

  • 3 1942 p. 240, Fig. 473, b

63Il n'existe pas, à ma connaissance, en dehors de la région de Tonosi, de bols ou fruteras à intérieur décoré dans le style "El Indio tardif" qui caractérise le Zahina Polychrome - sauf toutefois en noir sur rouge (cf. supra p. 107 le rapprochement entre notre Ciruelo Noir sur Rouge et les pièces provenant de Venado Beach et de Madden Lake). Nous avons retrouvé à Macaracas, illustré par Lothrop3 et près de Los Santos sur le site Juan Gomez (LS 3) notre variété à décor noir et blanc sur rouge ; mais sur cette côte sud-est, comme plus au nord, la variété à décor noir sur rouge semble beaucoup plus populaire, sinon exclusive.

Fig. 69 - Tessons et petit vase Zahina Polychrome

64Pour les vases, les comparaisons les plus probantes peuvent être faites avec la céramique polychrome provenant de deux sites de la province de Coclé : Rancho Sancho de la Isla et Espinosa Burial Mound.

  • 4 1960, Fig. 20, c

65A Rancho Sancho, Ph. Dade4 décrit, à côté de pièces dont le décor est typiquement Coclé, quelques poteries d'un style assez différent. Il est amusant de comparer le vase à col caréné de Rancho Sancho dont j'ai reproduit le motif principal (Fig. 69 h), au petit vase Zahina de la Pl. XL, a : même représentation affrontée de quadrupèdes à queue en spirale, même traitement du fond parsemé de "signes", ici des croix, là des I barrés, des bâtonnets entourés de ponctuations - motifs classiques d'El Indio - et le motif stylisé de la "gueule ouverte", qui figure aussi sur le vase blanc de Montevideo.

66Le matériel récolté par Verril à Espinosa Burial Mound n'est représenté que par des tessons, mais leur parenté avec nos fragments de vases Zahina et Montevideo Polychrome est frappante. J'y reviendrai plus loin en décrivant ce dernier type.

c/ Le type Montevideo Polychrome (Fig. 70 et 71)

67L'originalité de ce type, qui pourrait être rattaché au groupe Zahina Polychrome, réside dans l'engobe jaune-rougeâtre ou "orange" qui recouvre la poterie ; sur ce fond le décor-souvent inspiré des motifs d'El Indio - utilise le rouge et le noir, plus rarement le gris et le mauve.

68Notre échantillonnage comprend, outre d'assez nombreux tessons, plusieurs pièces intactes provenant d'une sépulture d'El Indio et de la cache du site de Montevideo (Fig. 70, c, e). Le petit vase a est à col relativement haut, peu évasé, à bord formant un large méplat horizontal. Les deux pièces de Montevideo, un vase à col convexe et un grand bol à bord rentrant, sont dotés d'appendices anthropo-zoomorphes. Plusieurs fragments prouvent l'existence de grands vases ou jarres à col vertical convexe (b) ou largement évasé (d) ; le bord est toujours en méplat, décoré.

69Il s'agit souvent de pièces de grandes dimensions (15 à 20 cm de diamètre à l'ouverture), dont certaines devaient être énormes.

70Le type Montevideo comprend aussi, nous l'avons vu, des bols à intérieur décoré et des bols à lèvre décorée du motif coval snake ou en "feuille de laurier".

71Le décor se présente sous deux formes :

  • ou bien 1'engobe orange couvre tout l'extérieur de la poterie (et aussi l'intérieur pour certains bols) et le décor, noir (et rouge) sur orange, orne le haut de la panse, le col et la lèvre ;

  • ou bien la poterie est engobée d'un rouge épais, réservant sur la panse des panneaux rectangulaires, cernés de noir et décorés en noir ou noir et rouge sur fond orange (a).

72Cet engobe orange varie, plus précisément, du rouge ou du rouge clair (2 5YR-6/6) au rouge-jaunâtre, au jaune-rougeâtre (5 YR 5/6 ou 6/6) et au rose (7 5YR-7/4). Il est souvent très bien poli et comme lustré.

73Le décor peut être trichrome ; c'est le cas des panneaux du vase a, ou polychrome "vrai", noir et rouge sur orange. Le rouge est franc (1 OR.4/6) ou foncé (2 5YR. 3/6) tournant parfois au dusky red (1 OR.3/3), peut-être à la suite du polissage.

74On trouve d'autres combinaisons de couleurs rappelant le Zahina ou annonçant le Joaquín Polychrome : le noir et gris sur orange (un gris-brun ou rosâtre laissant transparaître le fond) ; le noir, rouge et mauve sur orange.

75Le décor des bords de jarres en méplat (Fig. 70 f à i) diffère, comme on le voit, aussi bien de celui des vases Tonosi Polychrome que de celui des jarres Joaquín Polychrome (Fig. 78). Celui des cols et des panses est d'un style nouveau, qui amalgame des éléments directement issus d'El Indio ou proches du style Zahina, c'est-à-dire "El Indio évolué", à des éléments nouveaux plus proches, eux, du style Coclé.

76Parmi les premiers, notons la présence des "signes" en croix, en lyres, ou grilles, en tridents, en points et bâtonnets... semés sur le fond orange (j, k) ; les bordures en tirets, points, T suspendus, triangles hachurés ; les représentations anthropo-zoomorphes stylisées (b) dans le style des "hommes portant un tronc".

Fig. 70 - Phase LA CAÑAZA : type Montevideo Polychrome.

77Parmi les seconds, les zones rouges ou mauves cernées d'un trait noir, et surtout les motifs classiques de Coclé : spirale et Y (le YC scroll de Lothrop), "griffe".

78Le Montevideo semble être en résumé comme le Zahina en général, un excellent exemple de style de transition. À la limite, certaines pièces sont déjà du Joaquín Polychrome, mais sur fond orange et transposé de l'intérieur des fruteras à la paroi extérieure des vases. Ainsi le type Montevideo Polychrome, dans lequel la forme du vase (ou de la jarre), domine, est le dernier type de vase à décor élaboré dans la tradition du Tonosi Polychrome : dans le Joaquín, en effet, c'est la forme du bol qui prédominera, tandis que le décor extérieur des jarres deviendra beaucoup plus sophistiqué : spirales, volutes, "griffes", parfois encore "monstre", mais toujours très schématique.

79Les pièces Montevideo sont très rarement trouvées dans les sépultures de la phase La Cañaza ; elles sont, comme le Zahina, tout à fait absentes de celles de la phase El Indio. Dans la cache de Montevideo, elles voisinaient avec des poteries Joaquín Polychrome. Les fouilles stratigraphiques sur divers sites confirment que le type apparaît dès le début de la phase La Cañaza et arrive à représenter 2 % du total des tessons (en général moins) ; il subsiste pendant toute la phase pour disparaître vers la fin, remplacé durant la phase Bijaguales par une variété sur engobe orange d'un type nouveau : le Macaracas Polychrome.

Rapprochements

80J'ai trouvé le type Montevideo sur la côte est à Los Santos (Fig. 71, k), mais non dans les sites plus au sud.

  • 5 Lothrop, 1942, Fig. 466, a.

81De Macaracas provient un col de jarre à décor anthropomorphe5 identique à celui de notre fig. 70, b.

Fig. 71 - Tessons Montevideo Polychrome et types comparables d'autres régions de Panama.

  • 6 Lothrop, 1942, Fig. 448, b

82Dans la baie de Parita, rien de semblable au Montevideo selon Ladd ; cependant, Lothrop encore6 reproduit un tesson à décor linéaire provenant de Parita très proche de notre type.

  • 7 Ibid Pl.-III, h

83Dans la province de Coclé, le type Montevideo semble rare au Sitio Conte7 ; Lothrop le classe dans le Black Line des types "étrangers" Richard Cooke, par contre, a attiré mon attention sur le matériel trouvé par H. Verril à Espinosa Burial Mound, site non exactement localisé mais sans doute proche de Penonomé ; il m'a aimablement communiqué des photos de ce matériel déposé à L'American Museum of Naturel History de New York. La céramique d'Espinosa Burial Mound comprend, entre autres, un type très proche du Tonosi Polychrome et aussi de notre groupe Zanina ou du Montevideo : même structure du décor, même couleurs, mêmes éléments décoratifs dans lesquels on retrouve, en particulier, d'une part les " signes" d'El Indio, d'autre part les volutes et les griffes de Coclé.

84Je voudrais souligner par deux exemples combien l'étude comparative de ces éléments ou motifs décoratifs pourrait être utile pour comprendre l'évolution des styles et interpréter les motifs symboliques plus ou moins abstraits auxquels ils peuvent aboutir.

85– Le motif serpentiforme d'El Indio se traduit, à la limite, par plusieurs lignes parallèles dessinant un corps qui se déroule en motif sinueux ou anguleux ; les lignes extérieures sont hérissées de points, de tirets ou de triangles figurant la fourrure de l'animal.

86Il est évident que nous retrouvons ce motif, à peine modifié (par la multiplication des lignes parallèles en particulier) dans certains tessons Zahina ou Montevideo ; et qu'il tend à s'organiser en une série de motifs linéaires parallèles pour meubler de façon uniforme le champ décoratif : le procédé, bien visible sur le vase de la Fig. 78, c, est aussi utilisé à Espinosa Burial Mound (Fig. 71, i), où les excroissances triangulaires, disposées en quinconce, arrivent à former un décor continu en "écailles ", dans lequel on a voulu voir la carapace d'un tatou. En effet, au Sitio Conte certains vases zoomorphes représentant bien un tatou (Dasypus novemcinctus) avec ses neuf bandes hérissées de triangles (Pl. XL, b). Le motif en écailles, qui peut devenir une succession géométrique de triangles alternativement noirs et blancs, nous est connu sur quelques belles pièces provenant de Rancho Sancho de la Isla et de Venado Beach.

87– Le thème du monstre dédoublé peut être considéré comme la réduplication par symétrie d'un corps animal serpentiforme et d'une tête à gueule béante. Je pense que ce thème, décomposé et schématisé en ces deux éléments : corps sinueux, gueule ouverte, est à l'origine non seulement du "monstre serpentiforme" qui constitue l'un des thèmes favoris du Joaquín Polychrome (voir plus loin p. 235), mais aussi du motif apparemment abstrait de la spirale et de l'Y - la "volute en YC" - de Coclé, dans lequel la spirale serait le corps de l'animal et le Y sa gueule. On peut suivre les différentes étapes de cette transformation dans des pièces de transition comme le petit bol blanc de Montevideo (Fig. 69, g) et certains tessons Montevideo d'El Indio (Fig. 71, a) ou de Espinosa Burial Mound (i) dans lesquels le motif en V ne serait autre que la gueule ouverte du monstre.

88Pour en terminer avec ces rapprochements, qui nous ont emmenés une fois de plus de Tonosi à la zone du Canal et au Veraguas, nous avons trouvé dans le Nord de la péninsule de Sona, district de Las Palmas, plusieurs tessons d'un style très voisin de celui du Montevideo (Fig. 71, 1) ; le site, la Mesita (LA 7) daterait du Veraguas Classique.

89Certaines pièces provenant du cimetière de La Peña, près de Santiago, décrites par le Dr. Mitchell (1962) semblent allier, comme le Zahina, les formes de Coclé (fruteras) à un décor purement serpentiforme, bien que traité ici de façon fort originale.

d/ Le groupe Joaquín Polychrome

90La céramique polychrome d'un style nouveau, qui apparaît au début de la phase La Cañaza, rappelle par beaucoup de traits celle du Sitio Conte ; on est tenté de la classer comme telle et de parler d'un groupe "Coclé Polychrome" à Tonosi. En réalité, cette céramique, que j'ai classée dans le groupe Joaquín Polychrome, présente avec celle de Codé des différences notables, dans le décor surtout ; en dehors de certaines pièces qui pourraient avoir été trouvées au Sitio Conte, il est certain d'autre part que ces poteries n'ont pas été importées mais bien fabriquées sur place. Nous verrons plus loin les problèmes que soulève cette proche parenté du polychrome de Coclé et du Joaquín Polychrome de notre place La Cañaza à Tonosi.

91Le Joaquín Polychrome se distingue des types polychromes de ''tradition El Indio" (Zahina, Montevideo) par des traits bien caractéristiques.

92Par les formes d'abord : les deux plus importantes sont la fautera, bol plus ou moins profond sur piédestal ou sur base annulaire ; et la jarre à col étroit, haut et vertical. Cette évolution des formes entraîne des modifications dans la localisation du décor : de la lèvre ou du bord extérieur des bols, il se transporte sur la surface intérieure des fruteras.

93Par les couleurs ensuite. Les trois couleurs d'El Indio continuent à être utilisées, mais la combinaison noir et blanc sur rouge est abandonnée. L'engobe blanc est d'ailleurs très différent, non plus lisse, brillant et craquelé, allant du gris au rose comme dans le Tonosi Polychrome, mais épais et crayeux, mat, plus souvent brun pâle ou crème.

94De nouvelles couleurs apparaissent, que nous avons déjà trouvées dans les styles de transition : le rouge sombre et surtout le mauve. La combinaison favorite est le noir, le rouge et le mauve sur fond blanc.

95Le style du décor enfin change profondément : certains thèmes d'El Indio sont encore identifiables, mais traités de façon fort différente. De nouveaux motifs apparaissent, soit zoomorphes, soit d'allure plus géométrique : chevrons, spirales, croix de Malte... Leur étude sera capitale pour déterminer l'origine et le développement de cette nouvelle culture.

Les attributs du Joaquín Polychrome

96L'argile est de couleur rouge à jaune-rougeâtre, assez bien cuite (bien qu'on trouve parfois un "cœur" grisâtre).

97Le dégraissant de sable - peut-être naturel - est toujours abondant, bien que plus fin et plus homogène que dans le Tonosi Polychrome. On a l'impression d'un certain progrès technique dans le choix de l'argile et du dégraissant, dans le séchage et la cuisson aussi : plus de craquelures ni de taches de feu, uniformité des teintes contrastant avec les subtils dégradés du blanc d'El Indio.

98Le traitement des surfaces change également : les poteries Tonosi Polychrome sont entièrement et soigneusement polies, l'outil ne laisse aucune trace et la surface présente une multitude de petites facettes brillantes dues aux craquelures polyédriques qui peuvent avoir 2 mm de côté. Le Joaquín donne au contraire, en général, une impression visuelle et tactile absolument opposée. Certaines parties d'abord - base des jarres, surfaces non décorées des fruteras, supports... - ne sont ni polies, ni même lissées, gardant un aspect fruste et la couleur de l'argile. Dans les parties décorées, le fond blanc reste mat, d'aspect crayeux, tandis que les parties rouges ou mauves portent les traces du galet de polissage passé toujours dans le même sens. Le noir a un reflet métallique plus marqué. Cette divergence des techniques souligne le rôle différent que joue le fond du décor : important (primordial même dans le style négatif) pour le Tonosi Polychrome, il ne représente plus pour le Joaquín Polychrome qu'un support neutre.

99Couleurs : le blanc va du blanc vrai au brun très pâle ou crème (10 YR. 8/6), au rose (7.5 R. 7/4) ou au jaune. Certains extérieurs de jarres sont plus nettement jaune-rougeâtre (5 YR. 6/6), couleur qui rappelle l'engobe orange du Montevideo.

100Le rouge est franc (10R. 4/6 ou 4/8) ou foncé (2 5YR. 3/6)

101Le rouge sombre est obtenu simplement par la superposition du noir au rouge encore frais, ce qui produit un noir rougeâtre (1 OR.3/4) ou un rouge très sombre (2/2). Le rouge sombre n'est peut-être qu'un substitut bon marché du mauve (le purple des Anglo-Saxons), qui est assez difficile à trouver dans la nature ; les deux couleurs sont rarement utilisées en même temps. Le mauve du Joaquín est probablement d'origine minérale.

102L'orange du Montevideo est parfois utilise comme engobe extérieur des bols ; à l'intérieur, cet engobe est toujours recouvert d'un blanc crayeux qui sert de fond au décor. Mais plus communément l'extérieur des bols est rouge.

103En me basant sur les formes et le décor, j'ai classé les poteries du groupe Joaquín Polychrome en six catégories, ou variétés :

  1. les fruteras, bols en calotte sphérique, à piédestal ou à base annulaire, décor intérieur ;

  2. les bols hémisphériques à base annulaire, décor extérieur ;

  3. les jarres à col haut et vertical ;

  4. les vases globulaires à col court ;

  5. les vases-effigies anthropo-zoomorphes ;

  6. les grandes urnes funéraires à bord extérieur décoré.

1. Les fruteras

104Il existe trois variétés de fruteras, aisément identifiables par leur forme et surtout par le style de leur décor. Ces variétés n'ont pas de signification chronologique, semble-t-il : on les trouve côte à côte, tant dans les sépultures d'El Indio que dans celles de La Cañaza, ce sont

  • les bols très ouverts, à base annulaire, décor intérieur en panneaux souvent asymétriques, sur fond rouge couvrant la lèvre ;

  • les bols à piédestal (plus rarement à base annulaire) dont le décor couvre la totalité du champ intérieur et la lèvre ;

  • les bols à extérieur et lèvre rouge, intérieur à décor géométrique.

a/ Bols ouverts à décor en panneaux sur fond rouge (Fig. 72 et Pl. XLI)

105Les meilleurs exemplaires proviennent des sépultures de la fouille H 9 à El Indio ; un autre a été trouvé à La Cañaza.

106La forme est celle d'un bol en calotte sphérique, ou même d'un plat creux. Sur les six pièces étudiées, la profondeur varie de 4,3 à 8,4-cm mais les autres dimensions sont plus uniformes : 26,5 cm pour le diamètre de l'ouverture (de 24 à 27), 0,9 cm pour l'épaisseur de la lèvre (de 0,8 à 1 cm).

107La base annulaire est basse (1,2 cm), verticale, concave, avec un diamètre moyen de 8 cm.

Fig. 72 - Bols Joaquín Polychrome : variété à décor en panneaux

108Le décor est caractérisé par un engobe rouge épais qui couvre l'extérieur (y compris la base annulaire), la lèvre et se prolonge à l'intérieur du bol en réservant un ou plusieurs panneaux sur lesquels le fond blanc apparaît. Cet encadrement est souvent relevé par une bande rouge plus sombre, obtenue en passant une deuxième couche de rouge (non de noir). Le ou les champs décoratifs ainsi délimités peuvent être : en demi-cercle (Fig. 72, f, g) ; composés de trois secteurs égaux ou inégaux (Pl. XLI) ; ou de quatre secteurs délimités par une croix de Malte rouge ; à l'inverse, quatre secteurs rouges peuvent délimiter une croix de Malte blanche en négatif. On trouve d'autres combinaisons : segments rouges (Fig. 72, h), etc. Le fait à signaler est la fréquente asymétrie du décor, procédé stylistique assez rare durant la phase La Cañaza.

109Parfois le motif décoratif est simplement fourni par l'opposition des zones rouges et des zones blanches restant non décorées (Fig. 72, a). Mais en général celles-ci portent un décor noir et rouge, noir, rouge et rouge sombre, plus rarement noir, rouge et mauve sur blanc

110Les motifs peuvent être d'allure purement décorative (croix de Malte, volutes en YC et "griffes" de style Coclé", ou figuratifs : on trouve dans les représentations anthropo-zoomorphes, toujours très conventionnelles, le serpent à deux têtes s'enroulant en double spirale anguleuse (Pl. XLI, a), le crabe (b), le scorpion (Fig. 72 h), un animal hybride, "oiseau-crocodile" d'après Lothrop (g), un personnage stylisé (f) qui figure déjà sur les vases Zahina et Montevideo Polychromes et qui sera baptisé "dieu-tortue " ou "dieu-crocodile" au Sitio Conte. Tous ces motifs » hors la croix de Malte et peut-être la représentation de la "griffe" en trident - sont en effet communs dans le Coclé Polychrome.

b/ Fruteras à intérieur entièrement décoré de motifs anthropo-zoomorphes

111Cette seconde variété constitue l'essentiel de la céramique funéraire mise au jour dans les sépultures d'El Indio et de La Cañaza ; on la trouve aussi à Joaquín, à Bucaro, à La Bonita, dans les fouilles stratigraphiques de La India 1, d'El Indio, de La Bernardina. L'échantillonnage est donc très abondant et l'étude des styles peut être assez poussée.

112Ce type apparaît dès le début de la phase La Cañaza, dont il est en somme le "fossile directeur". Il se poursuit durant la phase Bijaguales, progressivement remplacé par des types "étrangers" de style Macaracas Parita ; à Guaniquito par exemple, il ne représente plus que 9 % du total des bols décorés.

113La forme est la même que celle de la première variété (Fig. 73, a, b, c) : le bord légèrement épaissi est très général ; le méplat vertical ainsi formé est presque toujours décoré d'un motif simple en frise. La profondeur du bol est variable, mais il est toujours en calotte plus ou moins ouverte, jamais hémisphérique. La forme c’est la plus profonde qui ait été observée ; même sur cet exemplaire, la profondeur du bol est encore nettement inférieure à son rayon.

114Le support est le plus souvent un piédestal bas, trapu, évasé vers le bas et légèrement concave ; la base s'élargit en méplat assurant la stabilité. Ce support, peu soigné, n'est jamais engobé et garde la couleur brun-rougeâtre de l'argile.

115Les dimensions moyennes (mesurées sur 45 pièces entières ou presque entières) sont les suivantes :

– diamètre de l'ouverture

 : 25,4 cm

(de 17,5 à 30) ;

– hauteur totale

 : 12,8 cm

(de 8,2 à 17,6) ;

– hauteur du piédestal

 : 6,5 cm

(de 4,5 à 8,5). ;

– diamètre base du piédestal

 : 10,8 cm

(de 8 à 13 J.

– épaisseur de la lèvre

 : 1,1 cm

(de 0,7 à 1,4) ;

– épaisseur moyenne du bol

 : 0,7 cm

(de 0,6 à 0,9

116Le diamètre du bol n'est inférieur à 20 cm que dans deux cas (le décor étant dans les deux cas un crabe). On peut donc dire que ce diamètre varie de 20 à 30 cm.

117La hauteur totale n'est inférieure à l0 cm que dans un cas (Fig. 73, b) on peut alors parler d'un bol miniature. Elle n'est supérieure à 15 cm que dans quatre cas ; on peut donc dire qu'elle varie en gros de 10 à 15 cm, c'est-à-dire qu'elle est toujours proche du demi-diamètre de l'ouverture.

118De même, la hauteur du bol et celle du piédestal sont toujours sensiblement égales : 6,5 cm environ. Le diamètre de l'ouverture du bol est à peu près le double de celui de la base du piédestal.

119La silhouette idéale de la frutera Joaquín Polychrome (Fig. 73, a) est en résumé facile à inscrire dans un rectangle deux fois plus long que large, et l'on peut dire que l'amplitude des variations par rapport à ce modèle est faible.

120Le piédestal peut être remplacé par une base annulaire de même diamètre, mais la première forme de support est de beaucoup la plus commune.

Décor

121L'engobe rouge couvre l'extérieur du bol, mais non le support. Parfois, il couvre aussi la lèvre et déborde de quelques mm à l’intérieur, limité par une raie noire. Plus fréquemment le bord, épaissi en méplat vertical de 1 à 1,3 cm, est décoré d'une simple frise en noir sur blanc.

122Le décor proprement dit, qui utilise le noir, le rouge, le mauve, exceptionnellement le rouge sombre, sur fond blanc, couvre tout l'intérieur du bol. Sur le bord extérieur (Fig. 73, a), le motif noir sur blanc est très uniforme : simple ligne sinusoïdale à laquelle sont accrochés des appendices en forme de virgules. C'est le motif e 6 qui est le plus commun. Les différents motifs (1 à 6) me semblent être de simples variations sur le thème très stylisé du monstre quadrupède : la position typique des membres repliés dits "en galop volant" est reconnaissable dans le motif 4. Une stylisation encore plus poussée aboutit à la simple représentation des griffes de l'animal. Le décor du bord reproduirait en somme de façon très schématique le motif du "monstre" que l'on trouve souvent représenté, de façon plus élaborée, à l'intérieur de la poterie. Cette interprétation est confirmée par celle de Mac Curdy concernant la représentation stylisée du crocodile sur les poteries du Chiriqui : elle aboutit à un motif linéaire tout à fait comparable au nôtre (1911, Fig. 220).

Fig. 73 - Fruteras Joaquín Polychrome : proportions, et structure du décor.

  • 8 1942, Fig. 149

123La lèvre décorée du motif du "serpent corail" est exceptionnelle (Fig. 74, a). Cet exemplaire évoque déjà les types Macaracas-Parita de la phase suivante, aussi bien par la forme arrondie de la lèvre que par le Style du décor ; les couleurs elles aussi sont très particulières, le rouge tirant sur l'orange et le mauve sur le bleu. Cette pièce, probablement tardive, est identique à une frutera datant du Coclé Tardif illustrée par Lothrop8, dont le décor représente le "dieu-crocodile" dansant.

124Le décor proprement dit de l'intérieur du bol est basé sur quelques principes essentiels : linéarité du décor, dont les différentes parties s'enchaînent ; horreur du vide ; répétition double, triple ou quadruple d'un motif simple ; utilisation du procédé de réduplication par symétrie rotationnelle.

125Notons dès maintenant que ces principes sont exactement contraires à ceux qui régissent le style décoratif de la phase El Indio.

126Le motif décoratif, quand il est unique, couvre la totalité du champ, dont aucune partie ne doit rester blanche. Il existe généralement dans ce motif un axe de symétrie médian, les deux parties latérales se reproduisant "en miroir", avec cependant toujours un certain élément d'asymétrie, portant sur le corps mais non sur la tête (motif du "monstre") ou l'inverse (motif de l'oiseau : Pl. XLII, a).

127Quand le motif est double, une bande diamétrale rouge ou mauve - ces deux couleurs sont interchangeables - divise le champ en deux parties égales (Fig. 73, f) ; elle se poursuit dans chaque demi-cercle et donne naissance au motif linéaire (monstre, oiseau, serpent). L'ensemble a donc la disposition d'une double spirale, les deux motifs zoomorphes se reproduisant par symétrie rotationnelle (Pl. XLII, b).

128Le motif triple utilise le même procédé : le champ est divisé en trois secteurs égaux par un Y rouge ou mauve dont les branches se poursuivent en spirales anguleuses dans chaque secteur, donnant naissance au triple motif linéaire (Pl. XLIII, a).

129Pour obtenir le motif quadruple (Fig. 73, h à k et Pl. XLIII, b), le champ est d'abord divisé en deux secteurs égaux par une large bande rouge ou mauve aux côtés légèrement concaves, qui représente en somme une demi-croix de Malte ; les quatre motifs s'organisent ensuite dans chaque moitié double, c'est-à-dire en double spirale, avec trois variantes possibles (h, i, j), dont deux suggèrent la branche horizontale de la croix de Malte. La variante k est plus rare ; nous l'avons trouvée sur les deux fruteras d'une sépulture d'El Indio, identiques à un détail près : les couleurs rouges et mauves y sont inversées. L'impression dynamique donnée par cette structure tourbillonnante, qui évoque une svastika, est encore accentuée par une spirale noire ornant le centre.

Les motifs décoratifs

130Ils sont très généralement zoomorphes,-le motif géométrique caractérise une autre variété du bol Joaquín Polychrome, qui sera étudiée plus loin. On le trouve cependant ici dans un bol à base annulaire (Fig. 73, d), simplement décoré de chevrons mauves et rouges.

131Parmi les motifs zoomorphes, j'ai distingué, par ordre de fréquence décroissante, celui du "monstre", de l'oiseau, du crabe (scorpion ?), du personnage hiératique, du serpent, de l'animal dédoublé.

– Le monstre serpentiforme (Pl. XLIV, XLV et XLVI)

132C'est le motif le plus populaire. Comme les autres, il peut être unique, double, triple ou quadruple.

133Une forme exceptionnelle du motif unique est donnée par la frutera de la Pl. XLV, b. L'animal paraît être un serpent au corps sinueux hérissé de signes en virgule (poil, plumes ?) et doté de deux pattes ressemblant à des serres de rapace. La tête, par contre, n'a rien d'un ophidien ; vue de profil, elle est surmontée de deux oreilles et ouvre démesurément une énorme gueule aux dents acérées, d'où sort une langue bifide. L'espace libre entre la tête et le corps replié du monstre est meublé par le motif classique à Coclé de la "volute en YC" terminée par la "griffe".

134Si, conservant le corps ondulant, nous fendons en deux la tête du monstre et reproduisons la partie supérieure, dotée d'un œil, par symétrie en miroir, nous obtenons le motif plus commun du monstre serpentiforme (Pl. XLV, a et Pl. XLIV). Celui-ci est en fait, le "monstre dédoublé" d'El Indio, mais ce dédoublement ne touche que la tête, alors que le corps du reptile est unique ; on peut cependant voir un élément de symétrie dans l'équilibre des replis de part et d'autre d'un axe qui séparerait les deux moitiés de la tête, équilibre qui est certainement voulu puisque ces replis sont toujours dessinés de la même façon.

135Le traitement de la tête, par contre, donne lieu à diverses variantes ; mais on retrouve toujours la gueule béante avec sa denture, la langue bifide et les oreilles. Les excroissances qui hérissent le corps et représenteraient la fourrure de l'animal, sont en forme de virgule épaisse, alors que sur la tête elles peuvent prendre des formes diverses : tirets parallèles, T ou triangles "suspendus". On retrouve encore une fois ici les éléments décoratifs du motif serpentiforme d'El Indio.

136Les couleurs sont le noir, le rouge (et le mauve) sur fond blanc ou plutôt crème.

137Quand le motif du monstre est double, triple ou quadruple (Pl. XLVI) il est traité un peu différemment et plutôt dans le style du profil de la Pl. XLV, b. L'animal est représenté de façon très linéaire, schématique, d'un trait noir raccordé à la spirale de couleur qui l'encadre. Bien que très stylisé, le monstre de profil, avec sa gueule qui se termine vers le haut en rostre démesuré, reste aisément reconnaissable (Fig. 74, c pour le motif triple et b pour le motif quadruple).

138En dehors de l'aspect général, qui est nettement serpentiforme, il serait vain évidemment de chercher à identifier l'animal représenté ; il s'agit d'une créature hybride, imaginaire, qui doit être la synthèse de plusieurs animaux mythiques. C'est pourquoi le terme de "monstre" ou de "dragon" me semble plus approprié que des dénominations plus précises, telle que celle de "dieu crocodile" qui a été donné ailleurs à des représentations très comparables.

Fig. 74 - Fruteras Joaquín Polychrome : motifs du monstre ; de l'oiseau.

– L'oiseau (Pl. XLII, XLIII, a et XLII, a, Fig. 75, b)

139Ce motif, le plus fréquent après celui de monstre serpentiforme, est plus réaliste. On reconnaît un oiseau, probablement un rapace ou un perroquet d'après son bec, dont le corps est vu de face et la tête de profil. Le corps est traité de façon parfaitement symétrique : ailes déployées, pattes griffues, grande queue en lyre. Tête, ailes et queue sont hérissées de plumes.

140Les couleurs sont les mêmes que pour le motif serpentiforme, avec une plus grande fréquence du rouge, noir et mauve sur blanc. Mais l'originalité du potier se manifeste ici, non dans la façon de traiter le motif, qui est toujours fidèle à un modèle très strict, mais dans le style : il y a loin du dessin appliqué, un peu primaire de la Pl. XLII, a, au tracé magistral de la Fig. 74, b, le seul à représenter les deux yeux de l'oiseau.

141Le motif double de l'oiseau est très proche du motif simple (Fig. 74, d et Pl. XLII, b) : plus linéaire, stylisé, il se raccroche à la spirale encadrante. Le motif triple (Pl. XLIII, a) doit se plier S un champ plus restreint. Certains détails (la queue...) disparaissent. Bec et œil restent les éléments les plus importants.

142Le motif quadruple semble très rare : les deux seuls exemplaires utilisent la variante en svastika de la Fig. 73, k.

– Le crabe-scorpion (Fig. 75, a et Pl. XLVIII)

143Ce motif, peu courant (il ne figure que sur neuf pièces entières l’est traité dans un style très particulier, à base de lignes courbes parallèles qui représentent sans doute les pattes multiples de l'animal, entourant une tache centrale qui constitue le corps. Nous avons déjà vu ce motif dans la variété à panneaux décorés (Fig. 72, h).

Fig. 75 - Fruteras Joaquín Polychrome : motifs du crabe et de l'oiseau.

  • 9 Lothrop, 1942, p. 41

144L'animal pourrait être un scorpion, un crabe, une araignée. Le motif du scorpion, avec son dard bien marqué, est dans la tradition du Tonosi Polychrome et des styles de transition. Celui du crabe est parfois plus net (Fig. 75, a) et Lothrop a montré de façon probante qu'il vient du Pérou9. Les pinces sont souvent traitées comme des griffes ou des serres, et la tête comme celle du monstre à gueule béante (Pl. XLVIII, a).

145Beaucoup de ces fruteras sont de petite taille. La plus petite est une véritable poterie miniature, dont le piédestal a été soigneusement détaché. Le décor maladroit semble avoir été tracé par un enfant ou un apprenti. Le fait est très rare : en général la sûreté de main de l'artiste, mise en valeur par le foisonnement des courbes, est au contraire admirable.

146Le style de la frutera de la Fig. 75, a est plus classique, plus proche du style Coclé ; la frise circulaire entourant le motif du crabe rappelle le coral snake lip, mais le bord extérieur lui-même porte le décor linéaire typique du Joaquín Polychrome.

– Personnage à face lunaire (Pl. XLIX, b)

147Ce motif d'un être anthropo-zoomorphe à tête ronde, hilare sur un corps monstrueux ou l'on retrouve tous les éléments utilisés dans la représentation du monstre et de l'oiseau, figure déjà sur des exemplaires de Montevideo Polychrome (Fig. 71, b) et sur des bols Joaquín Polychrome à panneaux décorés (Fig. 72, f).

148Les quatre fruteras provenant d'El Indio sont identiques, aux couleurs près et utilisent la formule du motif double.

– Serpent (Fig. 76)

149Le motif du serpent n'est pas plus familier au potier de Tonosi pendant la phase La Cañaza qu'il ne l'était pendant la phase El Indio. Ces représentations sont d'ailleurs difficiles à distinguer de celles du monstre serpentiforme, étant généralement dotées de pattes.

Fig. 76 - Motif du serpent sur les fruteras du groupe Joaquín Polychrome.

150Outre le bol à panneaux décorés de la Pl. XLI, c, nous disposons de deux pièces dont le style est très différent. Notons que la tête en "bouclier" triangulaire est celle du personnage à face lunaire décrit ci-dessus. L'exemplaire de la Fig. 76, b, qui provient de La Cañaza, obéit au canon habituel de la représentation double, le serpent remplaçant ici le monstre ou l'oiseau. L'exemplaire de la cache de Montevideo (a) est moins typique : la figuration de l'animal lové en spirale, commune à Coclé, est étrangère au style de Tonosi.

– Animal dédoublé (Fig. 74, f)

151Cette pièce unique provenant du cimetière de La Cañaza est d'un grand intérêt car elle représente le chaînon presque idéal entre Tonosi et Joaquín Polychrome. On pourrait en fait la classer dans le Zahina de "tradition El Indio". La forme en frutera, la division du champ en croix de Malte, la structure du motif quadruple sont bien du Joaquín Polychrome. Mais dans chaque moitié du champ les motifs sont regroupés par deux et les animaux soudés par leur arrière-train, ce qui est un trait d'El Indio, avec la forme triangulaire du mufle.

152Il y a plus : ce jeu des combinaisons et des reproductions en miroir fait apparaître, en double, une face monstrueuse dont les yeux sont les têtes de l'animal double et la bouche grimaçante leurs corps soudés. On ne saurait évoquer plus habilement le principe abstrait (à nos yeux tout au moins) d'unicité dans la dualité qui semble régir toute cette mythologie.

153Le tableau ci-après montre la fréquence de chacun de ces motifs sur soixante fruteras d'El Indio et de La Cañaza. On voit que plus de la moitié portent le motif du monstre serpentiforme (en général unique) et près du quart celui de l'oiseau. Les autres sont moins fréquents et toujours traités de façon unique, sauf le dernier qui est double.

Tableau 4 - Fréquence des divers motifs zoomorphes sur les fruteras Joaquín Polychrome

Tableau 4 - Fréquence des divers motifs zoomorphes sur les fruteras Joaquín Polychrome

c/ Bols rouges à décor intérieur géométrique (Fig. 77)

154Cette variété diffère assez nettement aussi bien des fruteras Joaquín Polychrome étudiées ci-dessus que des types de transition du Zahina Polychrome. Aucune pièce entière n'a été trouvée dans les sépultures mais les tessons sont relativement abondants sur plusieurs sites de la phase La Cañaza.

155Le bord n'est plus ici en drooping lip : il est direct, avec une lèvre arrondie ou élargie en méplat horizontal pouvant atteindre 1,6 cm (Fig. 77, a, b, c) et décoré du motif du "serpent corail". Le support est une base annulaire ou un piédestal. Les dimensions sont comparables à celles des fruteras, mais plus variables : de 12 à 32 cm pour le diamètre.

156Le décor est noir, rouge (et rouge sombre) sur blanc, à l'exclusion du mauve. L'engobe rouge extérieur couvre parfois la lèvre ; plus souvent celle-ci est engobée de blanc comme l'intérieur du bol.

  • 10 1942, p. 25, Fig. 35

157Ce décor comporte habituellement une série concentrique de lignes noires et de bandes rouges cernées de noir ; des ponctuations, soit alignées entre deux lignes noires (d), soit "suspendues" ; des T suspendus et des zones hachurées (e). Il pourrait faire rapprocher cette variété du Zahina Polychrome. Pourtant le coral snake lip est certainement tardif, et le plus grand fragment dont nous disposons (i) est le style tout à fait Coclé avec ses spirales et ses motifs en Y, qui représenteraient selon Lothrop un visage vu de face : c'est le motif dit face scrolls du Coclé Ancien10.

158Nous avons trouvé sur quelques vases à décor extérieur (f, g, h) les mêmes motifs de bandes rouges cernées de noir et de ponctuations ; ils proviennent des niveaux inférieurs de la phase La Cañaza. Malgré la présence du coral snake lip nous avons donc tout lieu de penser que cette variété de bols Joaquín Polychrome date du début de la phase.

2. Les bols à décor extérieur

159Ce mode décoratif - localisation du décor sur la paroi extérieure des bols - est peu caractéristique de la phase La Cañaza ; il est courant par contre au Sitio Conte, et deviendra plus fréquent à Tonosi durant la phase Bijaguales. Les exemplaires dont nous disposons proviennent tous d'El Indio. Aucune pièce entière dans les sépultures.

160La forme courante est celle du bol hémisphérique à base annulaire (Fig. 77, j) ; le bord est direct, la lèvre en méplat ou en biseau (1, m, n). Le diamètre varie de 17 à 23 cm.

161Intérieur et lèvre sont engobés de rouge. Le décor extérieur est du Coclé typique, comparable à celui des jarres qui sera décrit plus loin : géométrique, à base de spirales et de "griffes", avec cependant des bordures de T suspendus (k, n). On trouve aussi parfois une représentation de monstre stylisée.

3. Les jarres

162Deuxième forme la plus importante du Joaquín Polychrome avec la frutera, la jarre est caractérisée par sa hauteur, qui est supérieure au diamètre maximum de la panse. C'est une forme inconnue durant la phase El Indio.

163Les variétés sont nombreuses (Fig. 78 et 79). Je les ai classées en deux catégories, basées sur la forme et sur la structure du décor : jarres à profil simple, décor continu (c'est de beaucoup la plus importante) ; jarres à profil complexe, décor en panneaux.

Fig. 77 - Bols Joaquín Polychrome à décor géométrique.

a/ Jarres à profil simple, décor continu (Fig. 78)

164La forme est relativement simple, la silhouette de la poterie varie peu, comme le décor.

165Le corps est sphéroïde ou globulaire, à base convexe ; le col mince, rectiligne, vertical (ou légèrement évasé : c) ; le bord éversé forme méplat plus ou moins horizontal (e, f) ; la lèvre est arrondie.

166Les dimensions, mesurées sur une vingtaine de pièces (la plupart proviennent d'El Indio), donnent les moyennes suivantes 

– totale :

24,7cm

(de 17,7 à 33) ;

– hauteur du col :

10 cm

(de 6,8 à 16) ;

– diamètre maximum :

19 cm

(de 14,9 à 23,4) ;

– diamètre de l'ouverture :

12,5 cm

(de 10,9 à 18) ;

– diamètre du col :

7,7 cm

(de 6,7 à 9) ;

– largeur du bord en méplat :

1,6 cm

(de 1 à 2,2).

167Le décor occupe le bord, le col et la partie supérieure de la panse. Celle-ci est entièrement décorée, les motifs constituant une frise continue et non disposés en panneaux, comme dans l'autre variété. Il se détache en noir et rouge, ou noir, rouge et mauve, sur un engobe crayeux allant du blanc au crème, qui couvre tout l'extérieur de la poterie à l'exception de la base convexe (celle-ci est toujours engobée pendant la phase El Indio).

168Le bord en méplat porte un décor géométrique (Fig. 78, g) très simple (1, 2 : lignes ou bandes concentriques noires, rouges) ou plus compliqué : triangles ou V suspendus par la base, par le sommet (3 à 6). Le motif 3 est le plus fréquent.

Fig. 78 - Jarres Joaquín Polychrome à profil simple. Motifs décoratifs du bord et de la panse.

Fig. 79 - Motif du monstre de face et de profil sur les jarres Joaquín Polychrome.

169Le col est généralement décoré, selon sa hauteur, de trois à six bandes horizontales alternativement noires et rouges, ou noires et mauves ; plus rarement de motifs de style Coclé analogues à ceux de la panse (Pl. L, a).

170Sur la panse, le champ est limité vers le bas, un peu au-dessous du diamètre maximum, et vers le haut à la base du col par une bande rouge. La structure du décor est basée sur la succession continue de quatre spirales doubles "en YC" : motif que Lothrop appelle le double YC scroll et qu'il considère comme le plus caractéristique du style Coclé (1942, p.18). Les branches des Y se terminent en spirale simple (Fig. 78, 1), en spirale "griffue" représentant une griffe ou une serre à deux, trois ou quatre doigts (h et i 2 à 4) ; ou enfin en silhouette linéaire du "monstre" (Fig. 79) identique aux représentations multiples des fruteras. Les deux motifs - griffe, monstre - peuvent alterner. Le traitement de chacun, et celui de l'ensemble Y-spirale, donnent lieu S des variantes sans fin, auxquelles s'ajoutent les différentes combinaisons des couleurs noire, rouge et mauve ; on découvre par exemple une inversion des couleurs dans deux motifs contigus, le mauve remplaçant le rouge le noir remplaçant le rouge ou le mauve, ou l'inverse.

171Le motif linéaire du "monstre" se présente sous deux formes : de profil (Fig. 79, b) comme dans les fruteras à motif double, triple ou quadruple ; ou apparemment de face, mais formé en réalité de deux profils accolés (a), comme dans le "monstre serpentiforme" des fruteras à motif unique ; mais ici le corps disparaît faute de place.

172La forme de jarre à bec verseur relié à la lèvre (Fig. 80, a) est très exceptionnelle à Tonosi. On peut le rattacher à notre variété 1 à profil simple.

173Il existe d'autres exemples de jarres à profil simple mais décor en panneaux, intermédiaires entre les deux variétés. C'est le cas de la grande jarre de la Fig. 80, e et Pl. LI. Haute de 35 cm, dont 25 pour le seul col, elle est d'une qualité esthétique et technique exceptionnelle. Le décor, aussi élaboré sur le col que sur la panse, forme six panneaux se détachant sur un fond rouge superposé à l'engobe blanc ; on y retrouve le motif du monstre double, traité de façon originale. Un autre motif, comme à Coclé, est rare à Tonosi : c'est la "svastika griffue", la clawed svastika de Lothrop (Fig. 80, f).

174La petite jarre de la Pl. L, b conserve le col annelé, mais le décor de la panse forme quatre panneaux, deux décorés de la griffe et deux d'un quadrillage oblique noir et rouge qui pourrait être hérité d'El Indio.

b/ Jarres à profil complexe, décor en panneaux (Fig. 805

175Elles présentent en général un ou plusieurs épaulements bien marqués sur la panse ou à la base du col ; ils peuvent prendre la forme de rainures profondes à la liaison du col et de la panse (c, d). Le col est souvent trapu, avec un bord en méplat horizontal largement débordant (plus de 2 cm).

176L'extérieur est entièrement engobé de rouge. Les panneaux décorés, isolés sur ce fond, occupent la panse, parfois aussi le col.

177Dans la jarre de la Fig. 80, h, à carène haute, les-panneaux en damiers noir et rouge sur blanc sont disposés en quinconce sur le haut et le bas de la panse ; chacun d'eux a 20 cases rouges et 20 blanches.

178Sur les deux exemplaires de la PL. LII, il semble que l'on ait cherché à raccorder à la panse un col trop large, ou trop étroit. Le premier (a) est doté de deux tenons en forme de tête d'animal au centre de panneaux où l'on retrouve pattes griffues et doubles spirales (Fig. 80, i). Le second (Pl. LU, b) est posé sur une base annulaire, cas unique pour les jarres. Le décor, en spirales continues sur le col, est disposé sur la panse en trois panneaux représentant le monstre de profil.

Fig. 80 - Jarres Joaquín Polychrome à-profil complexe.

4. Les Vases globulaires (Fig. 81 et Pl. LIII)

179Cette forme est peu typique de la phase La Cañaza ; inconnue sur le site même de La Cañaza, elle n'est connue à El Indio que grâce à des fouilles d'amateurs.

180Elle varie peu : corps sphéroïde doté d'un col évasé, très bas, concave. Le bord est éversé et arrondi, non décoré, mais peint en rouge comme l'intérieur du col. Ces vases sont de petite dimension : 15 cm de hauteur en moyenne, et autant de diamètre maximum.

181Le décor noir, rouge et mauve sur fond blanc, disposé en panneaux séparés par des bandes rouges, utilise deux motifs : le quadrillage oblique noir et rouge, ou le monstre linéaire de profil, répété trois fois. Ce dernier motif peut varier d'un panneau à l'autre sur la même poterie (Pl. LIII, c et fig. 81, b).

182D'autres décors sont moins communs (Fig. 81, d). Le petit vase de la Pl. LIII, a, est entièrement décoré du motif de la feuille de laurier en négatif ; peut-être faudrait-il le classer dans le groupe Zahina Polychrome

5. Les vases zoomorphes (Fig. 81, c et Pl. LIV)

183Contrairement à la région de Coclé, les vases-effigies sont fort rares à Tonosi : trois de ces vases proviennent d'El Indio, dont un n'a pu être restauré.

184L'exemplaire c (Fig. 81) est décoré en noir et blanc sur rouge, ce qui l'apparente au Tonosi Polychrome de la phase précédente ; le décor est proche de celui des bols zoomorphes quadripodes étudiés plus haut.

185Le dernier (Pl. LIV) est un magnifique vase à bec, sobrement décoré. Il représente un personnage masqué, ou plus probablement un singe, dont les bras en modelé soutiennent le menton et forment en même temps des anses.

Fig. 81 - Vases globulaires et vase zoomorphe Joaquín Polychrome.

6. Les urnes funéraires (Fig. 82)

186Nous avons vu plus haut que l'urne funéraire rouge en forme de grand vase globulaire à oreilles (tecomate) de la phase El Indio continue à être utilisée, tout au moins au début de la phase La Cañaza.

187Un autre type de grande urne à décor polychrome provient du cimetière d'El Indio ; il est impossible de préciser sa position chronologique exacte dans la phase La Cañaza.

188Des urnes peu nombreuses - quatre ou cinq au total - étaient enterrées assez profondément, leur base, au niveau de la nappe phréatique, encastrée dans une couche calcifiée dure comme du ciment ; ce qui explique qu'aucune n'ait pu être dégagée intacte.

189Elles sont de grandes dimensions : 70 à 75 cm d'ouverture, 1 à 2 cm d'épaisseur et présentent une particularité intéressante : on a scié la partie supérieure, amputant ainsi l'urne de son col et souvent d'une grande partie de sa surface décorée. Cette fracture plus ou moins régulière est obtenue en traçant à l'extérieur une rainure profonde de 0,5 cm ; la partie amincie est ensuite brisée plus facilement et l'on peut alors régulariser la fracture intérieure (Fig. 82, a à c). Un tel sillon en V est parfois visible sur la partie décorée (c) comme si l'on avait voulu "tuer" une deuxième fois la poterie ; mais il s'agit peut-être d'une erreur dans la délimitation de la fracture.

  • 11 1961, p. 44

190Cette curieuse pratique était-elle destinée à faciliter l'introduction du corps dans l'urne ? sans doute, bien que souvent on trouve le squelette en dehors ou au-dessous de l'urne. Thelma Bull, en tout cas, signale la même pratique dans les sépultures en urnes de Venado Beach11.

191Ces urnes devaient avoir la forme de grands vases globulaires à ouverture assez resserrée. Il ne reste que la base de la partie rentrante, formant une bande décorée de 8,8 à 13 cm de hauteur. On trouve d'ailleurs des urnes blanches non décorées, des urnes blanches à décor continu et des urnes rouges à décor en panneaux, variété qui rappellent celles des jarres.

Fig. 82 - Urnes funéraires Joaquín Polychrome

192Sur l'exemplaire le mieux conservé (s) le décor forme une frise discontinue, en panneaux de quelque 70 cm de longueur. Il devait y avoir quatre panneaux et deux motifs différents : la double spirale classique en YC et un monstre serpentiforme doté de pieds à quatre doigts très différents de la griffe habituelle.

Chronologie du groupe Joaquín Polychrome (supra, Fig. 62)

193La coexistence, durant la phase La Cañaza, des trois-groupes polychromes Tonosi, Zahina et Joaquín, ne permet guère de calculer que des pourcentages approximatifs pour chacun d'eux dans nos fouilles stratigraphiques ; les tessons sont souvent trop petits ou trop érodés pour révéler un style assez net.

194Avec cette réserve, on voit dans le puits P 2 d'El Indio, durant la phase La Cañaza - qui est représentée par 70 cm d'épaisseur de dépôt et 17 716 tessons - les tessons Tonosi Polychrome tomber de 9,5 à 2,8 %, tandis que le Joaquín Polychrome passe de 1 à 8,5 %, pour baisser légèrement ensuite (5,7 %) dans les niveaux supérieurs. Le Montevideo Polychrome ne représente ici qu'un pourcentage négligeable (inférieur à 1 %). Le Zahina, difficile à distinguer du Tonosi Polychrome, également.

195Il ressort en tout cas de ces chiffres que l'on assiste au remplacement progressif d'un groupe polychrome ancien par un nouveau, avec des formes intermédiaires qui sont influencées par l'un et l'autre. Cette évolution, nette à El Indio et à El Cafetal, l'est beaucoup moins sur d'autres sites, comme La India 1 et La Bernardina : la phase La Cañaza y est mal représentée, le Joaquín Polychrome ne se distingue guère des types "El Indio évolué", à tel point que l'on serait tenté de parler plutôt d'une phase El Indio Tardive préparant l'arrivée des styles "étrangers" de la phase Bijaguales. La culture nouvelle, qui a su s'imposer dans les grands sites du manglar, n'a eu ici qu'une influence plus limitée.

196La céramique Joaquín Polychrome ne disparaît pas à la fin de la phase La Cañaza : à El Pital, par exemple, site de la phase Bijaguales, elle représente un pourcentage qui diminue de 4 à 0,2 % ; cette proportion à Guaniquito, site cérémoniel, est encore supérieure. Le groupe Joaquín Polychrome serait peu à peu remplacé non tant par les types polychromes "étrangers" (Macaracas, Parita) que par la céramique Jobero Biscuit non décorée dont l'apparition marque le début de la dernière phase.

Comparaisons : le Joaquín Polychrome et le polychrome de Coclé

197Tout au long des pages précédentes, j'ai dû maintes fois me référer à la céramique polychrome de Coclé comme terme de comparaison. Le Joaquín Polychrome présente en effet des affinités évidentes avec la céramique polychrome du Sitio Conte, la seule à nous être bien connue grâce aux travaux de Lothrop. Les similitudes sont telles que l'on peut se demander si notre groupe Joaquín possède bien une identité propre ou s'il s'agit simplement d'une manifestation locale de l'importante culture de Coclé, qui aurait couvert une grande partie de l'Isthme. Il importe donc de pousser cette comparaison assez loin pour déceler les traits propres de chaque groupe, héritage d'un passé proche ou fruit d'une évolution sur place, et ceux qui pourraient avoir été empruntés à une autre culture.

198Pour les couleurs d'abord, constatons qu'elles ne sont pas fondamentalement différentes. On trouve à Coclé le noir, le rouge brique, le mauve, un rouge plus foncé utilisé (comme parfois le brun) pour le remplissage des motifs. Le noir, le mauve et les deux rouges sont rarement employés sur une même poterie. Dans le Coclé Ancien, le mauve est parfois utilisé à l'exclusion du rouge, et quand les deux couleurs figurent sur une même pièce, on note une subordination du mauve au rouge. Rien de tel à Tonosi, où rouge et mauve ont la même valeur et sont interchangeables sur les poteries jumelles.

199En ce qui concerne les formes, il est évident que la céramique du Sitio Conte est infiniment plus variée que celle de Tonosi. Sans doute faut-il tenir compte du fait que le nombre de poteries mises au jour ici et là n'est en rien comparable ; cependant l'absence totale à Tonosi de formes telles que le plat (rond, rectangulaire), le plateau rectangulaire, le bol cylindrique du Coclé tardif, est notable et ne pourrait sans doute qu'être confirmée par des fouilles plus étendues. Dans ce domaine comme dans d'autres, la pauvreté relative du Joaquín Polychrome est flagrante.

200Comparons maintenant les deux formes privilégiées : frutera et jarre. Le bol à piédestal ou à base annulaire est une forme commune aux deux groupes. Il faut noter cependant qu'au Sitio Conte le piédestal est tardif et souvent décoré de perforations ; que les bols sont en général moins profonds, tendant vers les plats et que la lèvre arrondie est décorée du motif du coral snake. Tous ces traits caractérisent, nous le verrons, les fruteras de notre phase Bijaguales.

201Pour la localisation du décor, celui-ci couvre, sur certains plats et plateaux du Coclé Ancien, les deux faces et la lèvre de la poterie, disposition que nous n'avons trouvée à Tonosi que sur les types "étrangers" de la phase Bijaguales ; sur les autres, seuls l'intérieur et le bord des fruteras sont décorés.

202Un procédé fréquent au Sitio Conte pour l'utilisation du champ décoratif consiste à tracer d'abord un cercle central, occupé par un motif isolé ; ou encore à diviser le champ en bandes parallèles. Ces deux procédés sont tout à fait exceptionnels à Tonosi (supra Fig. 73, k). Par contre, la division du champ en deux, trois ou quatre parties égales, si populaire à Tonosi, n'existe qu'au Coclé Tardif (avec un cercle central) et reste exceptionnelle. Notre variété à décor en panneaux sur fond rouge (supra, p.229) est comparable au Panelled Red ware du Coclé Ancien, classé dans les "types étrangers" par Lothrop (1942, p. 146), dans lequel l'élément d'assymétrie existe également. Mais au total les comparaisons dans ce domaine sont peu concluantes ; chaque groupe semble adopter ses formules particulières. On doit simplement constater que toutes celles adoptées par le Joaquín Polychrome existent au Sitio Conte, alors que l'inverse n'est pas vrai.

203Je ne ferai ici qu'ébaucher l'étude comparative des motifs décoratifs, qui devrait aboutir à un tableau complet des éléments, motifs et thèmes propres à chaque culture et de ceux qui leur sont communs.

  • 12 Lothrop, 1942, Fig. 17, b et 134

204Le décor géométrique est peu fréquent sur les fruteras Joaquín Polychrome. Dans la variété à panneaux, on trouve la croix de Malte, en négatif ou en positif. Ce motif semble propre à Tonosi, ou il remonte d'ailleurs à la phase précédente puisqu'il figure sur le bord des bols Tonosi Polychrome. Dans la variété S décor intérieur ou extérieur géométrique, le motif en spirale YC, le plus commun, est purement de style Coclé. Dans la variété de fruteras la plus courante, enfin, l'unique décor géométrique en chevrons (Fig. 73, d) a son équivalent dans le Coclé, aussi bien Ancien que Tardif12.

205En ce qui concerne les motifs zoomorphes :

    • 13 ibid, Pl. I, f ; Fig. 1 et 94, etc.

    notre motif du "monstre serpentiforme" est très commun sur les bols à base annulaire du Sitio Conte13, ou Lothrop le baptise "serpent à plumes" (Fig. 83, a). Le même animal mythique deviendra "dieu-crocodile" dans diverses autres représentations. J'ai dit plus haut qu’elle me paraît être la genèse de ce monstre, dont l'origine est à rechercher dans l'animal dédoublé d'El Indio et qui n'a sans doute rien du crocodile ni du serpent.

    • 14 1942, par exemple Fig. 379

    le motif de l'oiseau, fréquent à Tonosi, est traité assez différemment à Coclé (Fig. 83, c, d) : on le trouve de profil ou sous la forme d'animaux hybrides combinant les traites de l'oiseau et du saurien. L'"aigle aux ailes déployées", par contre, qui serait selon Lothrop un vautour (Sarcorhampus papa) ou un hibou (Bubo virginianus mayensis) est très rare14 et n'occupe dans le décor qu'une place modeste. Il faut souligner que les pendentifs de métal en forme d'"aigle" - représentation la plus proche de notre oiseau de Tonosi, qui apparaît, notons-le, dès la phase El Indio - n'existe au Sitio Conte que dans les pièces importées de Colombie ou du Veraguas.

  • Le crabe est l'un des motifs importants du Sitio Conte. On le trouve à Tonosi, traité de façon identique (Pl. XLI) ou plus originale, rapprochant cet animal du scorpion (Pl. XLVIII). Ici encore, l'origine du motif du crabe-scorpion pourrait être locale et remonter à la phase El Indio.

    • 15 ibid. Fig. 58, 64, 96, 137, b, 158...

    le personnage à face lunaire de Tonosi figure parmi les motifs de Coclé (Fig. 83, e) soit comme serpent, soit comme "dieu Crocodile" ou "dieu-crocodile simiesque"15 ; mais le dessin du corps de la créature anthropo-zoomorphe diffère totalement de celui de Tonosi.

  • le motif du serpent à tête en forme de bouclier (sans doute simple variante du monstre serpentiforme) est rare à Tonosi, mais commun au Sitio Conte, où on le trouve sous les deux formes : serpent à deux têtes ou serpent levé.

    • 16 ibid. Fig. 193
    • 17 J. Ladd, 1969, p. 99 et Fig. 37, e

    l'animal dédoublé, enfin, n'est pas absent du Sitio Conte, mais on le trouve plutôt sous une forme qui rappelle à la fois le personnage hiératique et le monstre dédoublé du Tonosi Polychrome, c'est-â-dire qu'elle soude les deux profils par leur ligne dorsale plutôt que par leur arrière-train. L'ultime aboutissement de ce motif, évoquant une face hilare (Fig. 74, f) est un procédé connu dans le polychrome tardif, aussi bien au Sitio Conte16 que dans la baie de Parita17 sous le nom de split square face (Fig. 83, b).

206Je serai plus bref pour l'étude des jarres. Notre forme commune à profil simple n'est signalée que dans le Coclé Tardif ; encore le très long col de certaines jarres Joaquín Polychrome n'existe-t-il pas ici. Dans le Coclé Ancien la forme commune est plutôt celle de "carafes" à col évasé, bord direct ; la panse est souvent carénée, ou même quadrangulaire, avec une base annulaire et un méplat marquant le raccord du col et de la panse. Plusieurs de ces traits rappellent notre profil complexe.

207D'autres formes de Coclé : bouteille en forme de gourde, jarre à bec servant d'anse, sont inconnues ou très rares à Tonosi. L'inverse est vrai pour les petits vases globulaires du Joaquín, qui n'apparaissent à Coclé que dans les types étrangers provenant sans doute de Parita.

208En résumé le choix des formes est plus réduit à Tonosi ; beaucoup sont communes aux deux groupes, avec des différences de détail ; plusieurs sont particulières à Tonosi.

209Le décor des jarres Joaquín Polychrome est, sauf exception, d'une grande banalité : les motifs essentiels sont la double spirale en YC et la griffe de Coclé, ainsi que la représentation stylisée du monstre presque identique à celle de Coclé ; d'autres moins fréquentes, la "svastika griffue", le "crocodile en galop volant"..., sont aussi de style Coclé.

Fig. 83 - Motifs décoratifs du Codé Polychrome, d'après LOTHROP, 1942. (a, c, d, e) et LADD, 1964 (b).

210Le décor en damier (Fig. 80, h) serait plus particulier à Tonosi et peut-être hérité de la phase El Indio.

211Les jarres-effigies anthropo-zoomorphes sont assez communes au Sitio Conte, surtout sous la forme de jarres à bec ; nous avons vu que cette forme est exceptionnelle à Tonosi. L'une des rares pièces connues, le singe de la Pl. LIV, n'est en rien comparable aux vases correspondants de Coclé, sauf peut-être pour le décor en masque du visage.

212On pourrait signaler d'autres divergences dans la localisation et le traitement du décor. L'une des plus évidentes est que ce décor, au Sitio Conte, couvre généralement tout le corps de la poterie, alors qu'il ne déborde jamais la moitié supérieure dans le Joaquín Polychrome. Les panneaux du panelled red Ware couvrent l'ensemble col-panse sans solution de continuité, disposition qui n'existe à Tonosi que sur les vases doubles de la phase El Indio.

213De ces notations, peut-être un peu décousues et certainement incomplètes, il ressort cependant quelques faits qui me paraissent importants et seront repris dans les conclusions générales sur la phase La Cañaza.

214Notons d'abord que si la parenté entre le polychrome de Coclé et notre Joaquín Polychrome est certaine, il serait vain de faire des rapprochements entre tel type ou variété du Joaquín et tel type polychrome du Coclé Ancien ou du Coclé Tardif. Cette distinction chronologique de Lothrop n'est pour nous absolument pas pertinente. On trouve mélangées dans toutes les sépultures de La Cañaza et d'El Indio des poteries de style Coclé Ancien et Coclé Tardif.

215Si l'on voulait admettre cette distinction, elle porterait plutôt à Tonosi sur certains détails de forme ou de style attribuables soit à la phase La Cañaza, soit à la phase suivante. Ainsi ai-je souligné que le style général des fruteras du Coclé Tardif s'apparente à celui de notre phase Bijaguales. De même, l'équivalent des pièces de style "étranger" provenant de Parita ne se trouve à Tonosi que durant la phase tardive. On peut donc supposer que le polychrome de Coclé au Sitio Conte couvre en fait les deux périodes correspondant à nos phases La Cañaza et Bijaguales. Le Coclé Ancien correspondrait alors à la première et le Coclé Tardif à la seconde.

216Nos comparaisons montrent qu'on trouve certes à Tonosi des poteries Joaquín Polychrome qui pourraient avoir été fabriquées dans la région de Coclé, mais qu'elles sont très rares et que, dans la plupart des cas, la céramique Joaquín a un air de parenté avec celle de Coclé, mais aussi un style qui lui est propre et se manifeste autant dans les détails de formes, que dans le choix des couleurs et des motifs décoratifs. Il n'y a donc en rien imitation servile.

217Tous les motifs du Joaquín (sauf peut-être la croix de Malte) et la plupart des formes (à l'exception du vase globulaire et de la jarre à long col) se retrouvent au Sitio Conte, bien que la popularité de ces différents traits ne soit pas comparable. L’inverse n'est pas vrai : il existe dans le polychrome de Coclé une profusion de formes et de motifs dont seule une très faible partie est représentée à Tonosi. Citons parmi les plus populaires le "dieu-crocodile" et le "dieu-tortue" de Lothrop.

218J'ai dit au passage que plusieurs motifs du Joaquín Polychrome - la croix de Malte, l'oiseau, le scorpion... - ont probablement leur origine dans le Tonosi Polychrome d'El Indio. Fait curieux, ces motifs sont soit inexistants, soit peu représentés, soit traités très différemment dans le polychrome de Coclé. Mais à l'opposé, il semble que ce dernier présente bien des traits hérités de la phase El Indio de Tonosi, que le Joaquín Polychrome de la phase suivante aurait, lui, abandonnés. Mentionnons seulement les deux thèmes essentiels : celui de l'animal dédoublé, que l'on retrouve au Sitio Conte sous une forme beaucoup plus proche de celle d'El Indio que le monstre serpentiforme ornant les fruteras-Joaquín Polychrome ; et celui du personnage hiératique, négligé par le Joaquín, mais qui survit dans le "dieu-tortue" aux bras levés de Coclé (supra, Fig. 46 b, c).

219Le fait semble paradoxal. On peut chercher à l'expliquer par diverses hypothèses :

  1. L'influence du Tonosi Polychrome s'est "canalisée" sur place dans la création de styles de transition comme le Zahina ou Montevideo Polychrome, plutôt que dans la modification de types nouveaux sans doute venus d'ailleurs.

  2. Vers le nord, le Tonosi Polychrome aurait profondément marqué le développement du polychrome de Coclé en lui fournissant plusieurs de ses thèmes majeurs et de ses combinaisons chromatiques (le noir et blanc sur rouge). Cette influence se serait plutôt fait sentir d'ailleurs par l'intermédiaire de types tardifs comme le Zahina, dont on a noté la ressemblance avec certains polychromes de Éspinosa Burial Mound, Rancho Sancho et Venado Beach.

  3. La parenté évidente entre polychrome de Coclé et Joaquín Polychrome ne serait pas en ligne directe - impliquant une filiation du second par rapport au premier - mais en ligne collatérale, impliquant le développement parallèle (mais nullement isolé) de deux cultures ayant la même origine.

a/ Type à décor plastique : le Tiñidero Brun (Fig. 84 et 85)

220Il se distingue facilement de la céramique Brun commun par une plus grande élaboration dans le traitement des surfaces, dans les formes et dans le décor.

221Les surfaces sont en général non engobées (bien que parfois rouges ou rouge sombre : 10.R3/4), de couleur brun foncé ou chocolat (SYR. 4/3) avec souvent des reflets rougeâtres. La gamme de couleurs est très étendue selon l'argile utilisée et la cuisson.

222L'intérieur est non poli, mat, sommairement lissé, sans les reflets rouges de l'extérieur. Celui-ci, par contre, est soigneusement poli, d'aspect lustré.

223La forme la plus courante est le petit bol à piédestal, dont le bord rentrant fait avec la base un angle vif (Fig. 84, a) ; mais on trouve des formes plus simples (bol globulaire i) ou plus compliquées (jarre à bec j...).

224Le décor est uniquement plastique, mais là aussi la variété est grande : la technique utilisée peut être l'incision fine, le pastillage, le modelé ou une combinaison de ces divers procédés.

225On peut distinguer plusieurs variétés fondées sur la forme et le décor.

1. Bol à piédestal, décor incisé sur le bord extérieur (Fig-83, a-e)

226Les rares pièces dont nous disposons ont perdu leur piédestal ; on distingue cependant l'amorce. La forme du bol est très homogène ; en calotte, à bord rentrant et épaulement souligné parfois par une saillie bien marquée. Le bord est direct ou légèrement épaissi, le lèvre arrondie ou en biseau.

227Les dimensions varient davantage, du très petit bol (diamètre : 5 cm) au grand bol de 24 cm de diamètre maximum. Les moyennes sont les suivantes :

– diamètre maximum :

15 cm (de 8 à 24) ;

– diamètre de l'ouverture :

11 cm (de 5 à 20) ;

– hauteur du bord décoré :

2,6 cm (de 1,8 à 3,6) ;

– épaisseur de la lèvre :

0,6 cm (de 0,4 à 0,7).

228Le décor occupe toute la partie extérieure du bord, entre lèvre et carène. Il est fait d'incisions fines et peu profondes, à profil arrondi, tracées dans l'argile sèche avant le polissage. Il en résulte un trait irrégulier, effrité sur les côtés, d'apparence maladroite, d'autant plus que le potier est visiblement peu préoccupé de régularité ou d'esthétique. Les motifs très simples, géométriques, sont à base de zones triangulaires ou rectangulaires hachurées ou quadrillées, de chevrons, de lignes parallèles. Sur un exemplaire, les incisions contiennent encore des traces d'un pigment blanc.

229Notre échantillonnage est insuffisant puisqu'il ne porte que sur huit pièces provenant de La India 1, de La Cañaza, d'El Indio (sépulture de F 4 et puits P 2), de Bucaro (basurero) et de Guaniquito. Ces dernières prouvent que le type Tiñidero Brun, qui apparaît dès le début de la phase La Cañaza dans la stratigraphie d'El Indio, ne disparaît pas durant la phase Bijaguales

2. Bol a piédestal, décor incisé sur le bord et la lèvre, appliqué sur la carène ("Fig. 84, f et g)

230Le bol sur piédestal bas, évasé, a la même forme que dans la variété 1, mais le bord est éversé et épaissi, formant un méplat oblique vers 1'intérieur. Le raccord entre base et bord forme ici un véritable rebord, souligné par une ligne de pastilles "pincées". La lèvre en méplat porte de fines incisions, avec parfois des traces de blanc dans les sillons. Le motif est en triangles hachurés. Le décor s'étend parfois à l'extérieur du bord, qui peut être engobé de rouge sombre, comme tout l'extérieur de la poterie (g).

231Sur les huit exemplaires, une pièce entière provient d'une sépulture d'El Indio. Il est certain que cette variété date de la phase La Cañaza, peut-être aussi de la phase suivante (site de La Limona).

232Les dimensions semblent supérieures à celles de la variété 1.

3. Bol ou jarre à corps modelé en "cotes de melon" (Fig. 84, h - j)

233Un seul exemplaire (i) trouvé dans une urne funéraire d'El Indio. Ce petit bol globulaire à profil simple, doté d'un piédestal bas, est joliment modelé de côtes de melon verticales rapprochées.

234La jarre à bec (j) incomplète, trouvée dans la cache du site de Montevideo est traitée dans le même style.

235Cette variété à décor modelé est si rare à Tonosi que l'on peut supposer qu'il s'agit de pièces importées. La technique du modelage est pratiquement ignorée dans notre zone depuis la phase El Indio.

4. Bol non décoré à bord en méplat ou à rainure (Fig. 85, g)

236Nous n'avons pas de pièces entières. Ces bols ouverts - parfois à la limite du plat creux - probablement dotés d'un piédestal ou d'une base annulaire, sont d'assez grande dimension (23 à 34 cm de diamètre). Le bord épaissi se termine en méplat oblique ou horizontal, large de 1,2 à 1,9 cm. Ce méplat peut être marqué d'une rainure (g 3), d'une gorge plus profonde ou d'un bourrelet intérieur (g 6). La forme carénée de la panse (g 3) semble rare.

237La couleur générale est brun-rougeâtre plus ou moins foncé ; l'engobe rouge est fréquent et les surfaces sont très bien polies.

238Cette variété apparaîtrait vers le milieu de la phase La Cañaza et se poursuivrait, en évoluant, durant la phase Bijaguales : la forme g 6 est déjà celle des bols El Pital du groupe Jobero Biscuit.

Fig. 84 - Type Tiñidero Brun

Rapprochements (Fig. 85)

239J'ai trouvé en surface, dans plusieurs sites de la côte sud-est, à Los Santos (a et c), à Guararé (b) et à Barrio un type brun incisé proche du Tiñidero ; cependant, les incisions plus larges et profondes sont faites dans l'argile molle, trait que l'on retrouve sur certains tessons à côtes modelées et lèvre incisée de La Cañaza (Fig. 84, h) ; ce type pourrait être plus tardif.

  • 18 1942, p. 158

240Dans le Nord de la péninsule et la province de Coclé, le Tiñidero doit être rapproché du Smoked ware décrit par Lothrop au Sitio Conte18. Lothrop suppose que la teinte brun foncé allant jusqu'au noir est due à l'enfumage d'une poterie rouge après la cuisson ; elle peut aussi être obtenue en enduisant la surface extérieure d'un produit, pigment noir ou graisse, qui se carbonise quand la pièce est mise au feu.

  • 19 ibid. Fig. 323 et 325

241Le Smoked ware existe dans le Coclé Ancien et Tardif. Certaines pièces à côtes de melon de Tonosi sont des répliques exactes de pièces de Coclé19. Certaines formes de Coclé, par contre, comme les vases-effigies, sont inconnues à Tonosi. Il n'y a pas d'exemple net, dans le Nord, de nos variétés 1 et 2.

  • 20 Ladd, 1964, pp. 145 et 182

242J. Ladd retrouve le Smoked Ware à surface noir poli ou brun chocolat du Coclé Ancien dans divers sites de la baie de Parita20 ; les pièces qu'il classe dans ce type rappellent nos variétés 2, 3 et 4 de Tiñidero Brun. J'ai reproduit dans la Fig. 85, c, e, f, les bols à bord "en gouttière", ou à rebord intérieur, que Ladd baptise Platanillo (d), sangre (e) et Venado beach Incised variety (f) ; elles sont proches de notre variété 2.

  • 21 1964, PI. 8, c.

243À l'est de Coclé, le Smoked Ware a été trouvé à Venado Beach et aussi probablement à Panama Viejo : le bol à piédestal illustré par Biess21 rappelle fort notre variété 2-3. Ainsi qu'à La Tranquilla, dans la zone du Canal (Mitchell).

Fig. 85 - Type Tiñidero Brun et types apparentés de la côte sud-est et de la haie de Parita ("Smoked Ware").

244En résumé, le type Tiñidero Brun est proche parent du Smoked Wave de la baie de Parita et du Coclé Ancien du Sitio Conte, période qui correspondrait bien à notre phase La Cañaza. Il n'y a pas, à Tonosi, évidence d'un enfumage volontaire visant à obtenir une teinte noire : la couleur varie plutôt du brun foncé au rouge selon la cuisson.

245Notre variété 1 n'existe qu'à Tonosi. Elle rappelle le style du "Chocolat Incisé" de la province du Chiriqui, style par ailleurs si commun qu’on ne peut de ce fait tirer aucune conclusion.

246Nos variétés 2, 3 et 4 sont abondamment représentées dans le Nord et l'Est de la péninsule d'Azuero, dans la province de Coclé et jusqu'au Canal.

247Le Tiñidero Brun de Tonosi n'est visiblement pas d'origine locale ; plusieurs pièces ont dû être importées. Par contre il annonce, par ses formes et par la technique du décor plastique appliqué à la lèvre, des types qui ne se confirmeront qu'à la phase Bijaguales.

L'industrie lithique de la phase La Cañaza

248La plus grande partie du matériel dont nous disposons pour étudier l'industrie lithique provient de récoltes de surface sur des sites occupés durant les phases El Indio et La Cañaza ; il est donc en général difficile de les rattacher à l'une ou à l'autre phase. Pour les objets utilitaires tout au moins, les industries lithiques des deux phases doivent différer assez peu et ont été étudiées ensemble (supra p. 171, Fig. 54 et 55, PL. XXXVII).

249Comme pour la phase El Indio, l'absence de toute pointe, et en général de tout objet de pierre taillée autre que les metates, les manos et les haches, doit être soulignée. Ces derniers objets, en outre, ne font jamais partie du mobilier funéraire.

Objets de parure (Fig. 86)

250Les objets de parure trouvés dans les sépultures d'El Cafetal datent probablement de la fin de la phase El Indio et ont été étudiés avec cette phase. Nos renseignements proviennent essentiellement du matériel funéraire de la phase La Cañaza à El Indio.

251Ces objets sont de pierre semi-précieuse : jade ou serpentine, agate surtout et une pierre grisâtre non identifiée. Le matériau est donc le même qu'à El Cafetal.

252Ils sont fort peu abondants : une urne funéraire de la fouille F 6 contenait deux pendentifs de coquillage (g, h), huit canines de chien perforées et deux pendentifs de pierre (b, c) : l'un gris en forme de croc, l'autre vert (jade ?) représentant sans doute une tête d'animal. Ce sont les seuls objets trouvés in situ. Encore n'est-il pas certain que cette sépulture en urne ne date pas elle aussi de la fin de la phase El Indio.

253D'autres objets, ramassés dans les déblais de fouilles d'amateurs ou en provenant sont, par le fait même, de datation douteuse ; cependant leur ressemblance avec les objets de parure en coquillage permet de les attribuer plutôt à la phase La Cañaza. Ce sont : -une épaisse rondelle d'agate (a) ; un fragment d'ornement de nez (naviguera) de pierre verte (d) ; un pendentif "ailé" d'agate, identique à ceux d'El Cafetal (f) ; un pendentif en forme d'oiseau, assez réaliste (e : un pélican ?).

  • 22 1965, p. 15.

254Il est remarquable que, hormis ce matériel, aucune sépulture d'El Indio ou de La Cañaza n'ait fourni d'objets de parure en pierre. Peut-on en conclure avec certitude que ces sépultures ne sont pas contemporaines de celles d'El Cafetal ? ou bien s'agit-il, comme pour les bijoux de coquillages et les colliers de dents de chien, de simples modes ou de coutumes qui peuvent varier au même moment d'un site à l'autre ? Ce problème sera évoqué dans le chapitre des sépultures. Mon impression est que ces objets de pierre semi-précieuse dateraient plutôt de la fin de la phase El Indio, et ne seraient caractéristiques de la phase La Cañaza ni à El Indio, ni dans le site éponyme. Le Dr. Mitchell a mis au jour dans les sépultures de la India 1 quelques objets de pierre : un metate tripode, un pilon, un fragment de molette, deux perles de pierre verte et une d'agate, quelques petites haches de rhyolite et une pointe de projectile douteuse22. Mais toute la céramique funéraire est du Tonosi Polychrome et les sépultures sont certainement contemporaines d'El Cafetal ou plus anciennes.

Fig. 86 - Objets de parure en pierre et en coquillage de la phase LA CAÑAZA.

Objets de coquillage (Fig. 86 à 89)

255Le coquillage est la matière utilisée de préférence à toute autre pour la fabrication d'objets de parure pendant la phase La Cañaza. Son emploi est un indice à peu près sûr du début de cette phase : aucun coquillage travaillé ne provient des sépultures d'El Cafetal ni de celles de La India 1. Par contre, ces objets figurent dans les sépultures du site de La Cañaza, ainsi que dans le conchal de Bucaro, qui date, lui, de la phase Bijaguales.

256On trouve des éléments de colliers et des pendentifs. Les formes sont très diverses.

257Les colliers les plus communs étaient faits de petites "perles" ou disques de coquillage (Fig. 87, a), cylindriques ou plutôt en forme de "pneu ballon". Les plus petites ne dépassent pas 2 mm de diamètre, les plus grandes atteignent 6 mm. L'épaisseur n'est jamais supérieure à 2 mm, et souvent inférieure à 1 mm. On trouve encore des éléments de ces colliers entiers, faits de plusieurs perles collées ; compte tenu de leur dimension, il en faut plusieurs centaines pour constituer le moindre collier. A La Cañaza, un squelette d'enfant était accompagné de 680 perles.

258Des disques de coquillage plus grands et plus épais (b) sont trouvés isolés. Ils peuvent avoir jusqu'à 1,6 cm de diamètre sur 0,2 à 0,4 cm d'épaisseur et sont perforés dans un seul sens, alors que la perforation des petites perles est toujours bipolaire. On distingue parfois la spirale de l'axe du coquillage gastéropode dans lequel ils ont été taillés (f) D'autres disques sont de forme moins régulière : ovale, rectangulaire, trapézoïdale... avec une perforation excentrée (b, c, d). Plus minces, ils sont taillés dans de la nacre.

259Deux formes plus rares de petites perles sont illustrées par la fig. 87, g, h. Triangulaires, l'une porte deux perforations qui pourraient figurer les yeux d'un animal ; l'autre est en forme de hache à talon perforé. Elle est en spondyle.

260Dans les pendentifs, une forme assez fréquente est celle oui représente une dent ou un croc d'animal (i, j, k). Ces représentations sont plus ou moins réalistes ; certaines sont des copies très fidèles de canines de jaguar taillées dans l'axe de gros coquillages du genre Strombus : un collier de 22 éléments a été trouvé dans une sépulture de La Cañaza (Pl. LV), accompagné d'un autre collier fait d'éléments plus petits.

Fig. 87 - Phase LA CAÑAZA : objets de parure en coquillage.

261Le coquillage utilisé peut être le spondyle : cet énorme coquillage (Spondylus princeps ou Spondylus calcifer) est pêché du golfe de Californie jusqu'à Guayaquil en Équateur. Les perles, taillées dans le bord de ce coquillage, sont alors rouges, oranges ou violettes ; minces et allongées, elles sont perforées dans leur longueur (m). Une autre forme, peu courante, est massive, polyédrique (n), portant deux perforations en T qui se rejoignent.

262Parmi les pendentifs, la forme la plus populaire, que l'on retrouve taillée dans des os longs, est en trapèze ou en segment de cercle avec deux ou quatre perforations (1). Certains sont nacrés, d'autres d'un blanc mat.

263La fouille F 5 d'El Indio a livré deux sépultures contenant de grandes coquilles Saint-Jacques travaillées qui devaient, d'après leur position sur les squelettes, servir d'ornements d'oreilles. Ils sont taillés et perforés pour représenter apparemment un petit personnage. D'autres coquillages du type Pecten portent simplement des perforations dans la partie épaisse et parfois aussi le long du bord.

264Beaucoup de ces pendentifs étaient sans doute des amulettes destinées à attirer la protection de l'animal ou de l'être mythique qu'ils représentaient de façon plus ou moins complète et plus ou moins réaliste.

265Les figurations zoomorphes sont en effet communes. La plus fréquente est la grenouille (Fig. 88) taillée dans un spondyle orange sur une face et blanc sur l'autre. Le motif est simple, double ou triple. Les plus petits exemplaires (d, e) sont joliment stylisés : seuls les yeux et les pattes arrière repliées sont représentés ; une perforation transversale permet de les suspendre. Les grands exemplaires (a, b) sont plus détaillés ; les orbites creusées en cupules contenaient de petites perles incrustées, qui sont parfois trouvées en place. Les perforations sont souvent multiples, transversales ou obliques.

266Le motif double de la grenouille est rare ; l'exemplaire de la fig. 87, c, est traité de façon assez naïve. Le motif triple est au contraire le plus fréquent et souvent stylisé habilement (Fig. 88, c, f).

Fig. 88 - Pendentifs de coquillage. Phase LA CAÑAZA.

267One grenouille de coquillage a été trouvée dans l'amas de coquilles de Bucaro ; elle est beaucoup plus fruste, mais prouve que le thème de la grenouille survit durant la phase Bijaguales.

268Proche de la grenouille et traité de façon analogue, le motif du crocodile ou celui du "dieu-crocodile", pour reprendre l'expression de Lothrop, vient aussitôt après dans l'ordre de fréquence. Les deux belles pièces de la fig. 89, a et b, trouvées dans la sépulture 9 de la fouille F 6 à El Indio, avaient été brisées et déposées près du crâne du mort ; taillées dans un Strombus, elles ont 13,7 cm de longueur et sont les objets de coquillages les plus grands trouvés dans nos fouilles.

269Dans les représentations plus stylisées du crocodile (c, d, e), la colonne vertébrale disparait, la queue est écourtée, la tête et les pattes sont comme festonnées ; on se rapproche ainsi peu à peu de la silhouette du "dieu-crocodile" (Fig. 87, r) dans laquelle la queue est remplacée par deux jambes ou pattes bien séparées. La position des "bras" levés évoque alors le geste du personnage hiératique de la phase El Indio, impression renforcée par le fait que certains exemplaires semblent bien représenter deux animaux symétriques vus de profil et soudés par leur ligne dorsale (Fig. 86, n).

270Parmi les représentations d'animaux, nous trouvons encore une silhouette de pélican ( ?) ; l'oiseau aux ailes déployées (Fig. 86, k) pourrait être un hibou, à rapprocher du pendentif de nacre de la Fig. 87, qui a la forme d'une croix de Malte. Un petit objet d'El Indio (Fig. 86, 1) représente peut-être un tatou. Le singe, enfin, n'est pas oublié : la petite silhouette réaliste de la fig. 88, g, qui accompagnait un squelette d'enfant, et la figurine h, plus massive, trouvée elle aussi dans une sépulture d'enfant, accomplissent le même geste des deux mains portées à hauteur du cou ou de la bouche que nous avons noté sur le vase zoomorphe de la Pl. LIV. La seconde pourrait être un portrait du petit mort en position fœtale analogue à la statuette d'argile trouvée dans un bol polychrome de la phase El Indio (supra, Fig. 47, a).

271Dans les objets divers enfin, notons la naviguera (Fig. 86, i), assez semblable à celle de pierre verte (d), mais tronconique ; et un objet énigmatique (Fig. 87, s) qui, reconstitué, aurait la forme d'un hameçon, mais dont la tige n'est pas perforée.

Fig. 89 - Pendentifs de spondyle. Phase LA CAÑAZA.

Objets d'os (Fig. 90)

272Bien que l'on trouve déjà des os longs de gros animaux - cerf surtout - placés dans les sépultures de la phase El Indio comme offrande alimentaire, les objets de parure en os travaillé n'apparaissent, semble-t-il, qu'à la phase suivante. Ils ne seront jamais aussi populaires que ceux de coquillage.

273Les os longs de cerf (d'une espèce de grande taille aujourd'hui disparue), fémurs et métatarsiens, sont amputés de l'une des épiphyses, ou des deux ; la trace de l'incision circulaire ayant permis une fracture nette est encore visible. L'un d'eux porte quatorze incisions parallèles sans doute purement décoratives : elles sont trop peu profondes pour que l'enfin ait pu servir de raclette musicale. Les autres servaient peut-être de contenants, mais il est plus probable qu'il s'agit d'éléments de colliers. Un collier formé de sept éléments doubles - diaphyses de fémurs et de métatarsiens (i) - a été trouvé dans une sépulture d'El Indio ; il était porté en sautoir par le mort.

274Les os longs de petits animaux (a) réduits à leur diaphyse, pouvaient aussi être enfilés pour servir de colliers ou de bracelets ; ils ont de 1 à 4 cm de longueur. Le nombre maximum de ces éléments qui aient été trouvés dans une même sépulture est de quinze : c'est peu pour un collier (il s'agit d'un squelette d'adulte).

  • 23 Ces identifications sont dues à R. Cooke et au Dr Juliet Clutton Brock, du British Muséum of Natura (...)

275Les petits pendentifs d'os (b) ont la forme des pendentifs de coquillage décrits plus haut. Taillés dans un os long de gros animal (cerf ou tapir) ils ont la forme d'un trapèze et portent deux ou trois perforations. Les dimensions sont très constantes. Un de ces objets provient de la fouille d'El Pital, site de la phase Bijaguales La plupart des sépultures de la phase La Cañaza à El Indio ont livré des colliers faits de dents perforées ; on pourrait penser à des dents de coyotes, si cet animal avait existé à Panama, ce qui est contesté. Il s'agit probablement de dents de chiens domestiques appartenant à deux espèces : la plus grande à face longue, l'autre analogue au greyhound23.

Fig, 90 - Phase LA CAÑAZA : objets d’os travaillé et de métal

276Quand la dent a deux ou trois racines, chacune d'elles, même la plus fine, est perforée ; c'est une mesure de précaution, car la racine ainsi traitée devient extrêmement fragile. Le nombre de ces dents est souvent voisin de 32 ou d'un multiple de 32, jusqu'à 96, ce qui semble indiquer que toutes les dents d'un ou de plusieurs animaux étaient utilisées pour constituer un collier.

277Les dents de requin (Fig. 90, g) ne sont pas rares elles portent une perforation centrale et peuvent être groupées par trois ou quatre.

278Les épines de raie sont moins fréquentes : l'une provient du dépotoir de La India 2 et pourrait dater de la phase El Indio ; l'autre (Fig. 90, h), brisée en trois tronçons, était placée contre la tempe gauche d'un squelette d'adulte à El Indio (fouille F 5, sépulture 5). La base est amincie en biseau et porte deux encoches. C'est l'unique pointe de projectile trouvée dans l'ensemble de nos fouilles.

Objets de métal (Fig. 90 et 91)

279Nous avons vu que l'introduction du métal à Tonosi, sous la forme de bijoux d'or et de tumbaga, date sans doute de la fin de la phase El Indio ; les sépultures d'El Cafetal et de La India 1, où ces objets sont trouvés associés à des sépultures typiques de la phase El Indio, semblent le prouver.

280A El Indio, la plupart des objets de métal - ils sont rares - proviennent de nos fouilles H 9 et F 5, qui ont mis au jour des sépultures de la phase La Cañaza ; aucun n'a été trouvé dans les sépultures de la phase El Indio. Quelques objets, que nous avons pu examiner, proviennent de fouilles d'amateurs et ne sont pas exactement datés.

281A La Cañaza, où les sépultures sont toutes de la phase La Cañaza, les rares objets de tumbaga sont très pauvres : plaquettes informes, fragments de pendentifs.

282A Cañas, enfin, une grande grenouille de tumbaga constituait 1'unique mobilier d'une urne contenant les restes d'une incinération ; mais cette sépulture peut dater soit de la phase El Indio, soit de la phase La Cañaza.

283L'analyse d'un échantillon provenant d'El Indio par le Laboratoire d'Anthropologie Préhistorique de Rennes montre qu'il s'agit d'un alliage de cuivre et d'or avec des traces d'argent. La teneur actuelle est la suivante :

cuivre

 : 62 %

or

 : 16 % (env.)

argent

 : 1 %

fer

 : 0,05 %

plomb

 : 0,001 %

manganèse

 : moins de 0,001 %.

284Tout ce qui n'est pas cuivre et or doit être considéré comme une impureté. La teneur en or de l'alliage devait être encore inférieure, car une partie du cuivre a disparu par électrolyse dans le sol. Selon M. Bourhis : "En surface, sous les produits de corrosion, la teneur en or atteint près de 100 %. Mais il ne s'agit pas d'un cuivre plaqué d'or ; car d'une part, cette couche superficielle est très difficile à enlever par grattage et, d'autre part, après élimination très soigneuse de cette couche, l'échantillon contient encore de l'ordre de 3 à 5 % d'or".

285Nous sommes donc bien en présence de tumbaga (à partir de 11 % le cuivre ne peut plus être considéré comme une impureté) et traité par le procédé de la "mise en couleur" qui permet, par l'action d'un acide végétal, d'obtenir en surface l'aspect de l'or brillant.

286Lothrop, pour les bijoux en or ou en tumbaga du Sitio Conte, a constaté que le pourcentage d'argent variait selon que ces bijoux avaient été fabriqués sur place, ou importés de Colombie ou d'Équateur (leur lieu d'origine probable, d'après lui). Dans le premier cas, il ne dépasserait pas 0 à 3 %, alors qu'il atteindrait 16 à 17 % dans le second. Lothrop admet qu'à plus de 6 % le métal provient de l'étranger. Pour autant que l'on puisse étendre ces analyses aux bijoux de Tonosi, il est vraisemblable qu'ils sont de fabrication locale - au moins dans le cadre de Panama.

287Les plaquettes de tumbaga de Tonosi sont obtenues par martelage. Les pendentifs par la technique de la cire perdue. On ne trouve pas de filigrane comme à El Cafetal.

288Ces objets sont en si petit nombre que nous pouvons nous permettre de les décrire tous :

  • l'objet de la fig. 91, a, trop petit pour un collier, trop grand pour un bracelet, pourrait être un anneau de nez (nariguera). Pourtant, la nariguera classique, aussi bien en pierre verte qu'en coquillage ou en métal (b) a une forme différente : tronconique, avec des rebords marqués et des côtes en relief verticales, presque effacées.

  • une "perle" ronde perforée, d'or presque pur, a été trouvée à El Indio ; faite d'une plaque très mince, elle n'a que 0,7 cm de diamètre.

  • des plaquettes minces, sans forme définie et généralement brisées, sont mises au jour un peu partout dans les cimetières de La Cañaza et d'El Indio, comme à El Cafetal. L'épaisseur moyenne est de 1 mm. Il pourrait s'agir de grandes plaques d'or martelé qui seraient "tuées" pour servir d'offrandes funéraires.

  • les quelques pendentifs sont tous zoomorphes ; grenouille à El Indio, La Cañaza, Cañas. Les pattes de devant se terminent en anneaux de suspension ; les yeux peuvent former grelots (Fig. 90, m). La tête et le dos sont parfois ornés de spirales donnant l'impression du filigrane, mais qui sont en fait fondues avec le reste de l'animal. Le motif de la grenouille peut être double (Fig. 91, d).

289Le motif du crocodile existe probablement, mais nous ne disposons que d'un exemplaire douteux. J'ai décrit plus haut l'aigle double d'El Cafetal (Fig. 56, k). A El Indio, un seul petit aigle (Fig. 90, n), de lignes plus simples, mais présentant les ailes déployées et la queue triangulaire habituelles.

290Un étrange animal (Fig. 92, c), trouvé dans une sépulture en urne d'El Indio, évoque à première vue un tapir ; mais les pattes arrières sont palmées, et le visage, aux traits presque effacés, semble humain : on pourrait le rapprocher des têtes de vieillards grotesques des sifflets Goleno Rouge Incisé. C'est en fait une créature hybride, tenant de l'homme, du quadrupède et de la grenouille.

291Les bijoux de tumbaga de la phase La Cañaza paraissent, en résumé, assez différents de ceux d'El Cafetal par le style et les sujets zoomorphes traités ; néanmoins, le matériel n'est pas assez abondant pour permettre une comparaison plus poussée. 11 faut noter que ces représentations animales - quadrupède hybride, oiseau, grenouille - sont bien dans la tradition de la céramique polychrome d'El Indio.

Fig. 91 - Bijoux de "tumbaga" provenant d'EL INDIO. Phase LA CAÑAZA.

Rapprochements

292Des objets de parure en coquillage, en os et en métal comparables à ceux de notre phase La Cañaza ont été signalés dans toute la zone allant de la baie de Parita au Canal, durant une période correspondant sans doute au Coclé Ancien et au Coclé Tardif.

  • 24 J. Ladd, 1964, p. 183

293Dans les sites les plus anciens de la baie de Parita (Girón, L'Arosemana...), probablement contemporains de la fin de notre phase El Indio et du début de notre phase La Cañaza, le mobilier funéraire ne comprend que de la céramique, parfois un metate, une hache, mais aucun objet de parure. On a seulement trouvé à Girón24, site qui n'a pas fourni de sépultures, deux tubes d'os coupés.

  • 25 ibid., p. 153

294Dans les sites plus récents, les objets de parure, assez semblables aux nôtres, sont rares. On trouve des perles de spondyle, dont certaines de forme triangulaire avec deux perforations ; un collier de 737 dents humaines à racine perforée (El Hatillo) ; des bâtons d'os de lamantin très joliment taillés en forme de crocodiles ou de grenouilles. El Hatillo, site cérémoniel ou cimetière du Coclé Tardif qui serait à rapprocher du site Guaniquito de Tonosi datant de notre phase Bijaguales, a aussi livré des perles de jade ou de jadéite rappelant celles d'El Cafetal, des perles de coquillage, des fragments de cuivre plaqué d'or et quelques disques d'or perforés25.

295Il faut signaler, pour l'ensemble des sites des ríos Santa María et Parita, la grande rareté du coquillage travaillé, l'absence de dents d'animaux perforées et la rareté probable du métal : aucune pièce comparable à nos pendentifs d'El Indio ou d'El Cafetal, mais il est probable que certaines trouvailles n'ont pas été signalées dans les comptes-rendus succints des fouilles d'amateurs qui ont été publiés.

  • 26 Lothrop, 1942, fig. 171 et 175, b à o.

296Dans la province de Coclé, c'est évidemment avec les bijoux du Sitio Conte que les rapprochements sont les plus probants. Les objets de pierre semi-précieuse sont en serpentine ou en agate ; il n'y a pas de jade. Les pendentifs sont en forme de singe (Cobus capucinus) ou de chien, avec une queue en trompette - curly tailed animal - ou faisant le beau - begging dog pendant26.

297D'autres pendentifs d'agate sont en forme de barre ou "ailés" comme ceux d'El Cafetal. Ce type de winged pendant, surtout fréquent sur la côte nord de la Colombie, couvre une vaste zone allant du Venezuela au Mexique (Oaxaca). Enfin le Sitio Conte a livré différents types de "perles" de pierre, tubulaires, en forme de disques ou ovales.

  • 27 Lothrop, 1942, p. 201 et Fig. 197, c.

298Les tubes d'os d'oiseaux, de cerf, de jaguar, enfilés dans leur longueur ou suspendus, servaient de colliers et de bracelets. On trouve aussi des trapèzes à double perforation de forme très semblable aux nôtres27 : Lothrop signale que de tels objets, en coquillage, proviennent de la région Tairone, sur la côte nord de la Colombie. Dents de chien ou de pécari à racine perforée, dents de requin et pointes de raie sont aussi communes. Un type d'objet très élaboré, inconnu à Tonosi, est taillé dans des côtes de lamantin ou des vertèbres de cerf, ainsi que dans des dents de baleine. Fait intéressant à rapprocher de nos observations à El Indio ou de celles de Mitchell à la Tranquilla : ces crocodiles ou "dieux crocodiles" d'ivoire sont généralement trouvés par paires dans les tombes. Les dents d requin étaient utilisées, selon Lothrop, non seulement pour les colliers et les bracelets, mais aussi comme pointes de flèches ou de lances.

299Les objets de coquillage travaillé sont par contre très peu abondants, peut-être parce que la plupart se sont désintégrés. Lothrop ne parle que de petites perles communes ayant servi d'éléments de colliers.

  • 28 Lothrop, 1942, Fig. 94, a

300Les bijoux d'or et de tumbaga qui n'ont pas peu contribué à la renommée du Sitio Conte, comprennent des "perles" rondes ou tubulaires, des ornements d'oreilles et de nez dont certains ressemblent à ceux de Tonosi, des disques ornés de motifs repoussés, et surtout des pendentifs de formes très variées, parmi lesquelles il faut noter la rareté des représentations d'"aigles" et de grenouilles ; le premier de ces motifs, au moins, serait plus caractéristique du Veraguas. Le décor des disques d'or repoussé nous intéresse spécialement : le motif du "crocodile à crête" ou du "dieu-crocodile", le plus fréquent, est répandu du Costa Rica au Pérou. Nous y retrouvons parfois une créature fantastique, dans la position exacte de notre "personnage hiératique" d'El Indio, avec deux profils de crocodiles reliés à la ceinture (à rapprocher de l'étrange ceinture du personnage de Tonosi) (Pl. XXI, b), ou encore flanqué de deux léopards dans une figuration péruvienne28 que je serais tenté de comparer à notre personnage hiératique stylisé brandissant à bout de bras deux singes (Pl. XXVII, 5).

301Le matériel de pierre semi-précieuse, de coquillage, d'os et de métal du Sitio Conte confirme les observations que j'ai faites plus haut en comparant la céramique Joaquín Polychrome de Tonosi et le polychrome de Coclé, à savoir :

  1. proche parenté dans le style et dans le choix des motifs avec la phase La Cañaza ;

  2. matériel beaucoup plus abondant, plus riche et plus varié au Sitio Conte ;

    • 29 ibid., Fig. 170, c et Fig. 172, entre autres

    survivance de thèmes que l'on trouve dans le Tonosi Polychrome de la phase El Indio tels que le "personnage hiératique", le "monstre dédoublé", le quadrupède à queue recourbée (chien ou singe) et le quadrupède à tête d'oiseau29.

  • 30 Thelma Bull, 1961, Fig. 2 E et F

302On pourrait aussi comparer le matériel de la phase La Cañaza à celui découvert dans les sépultures de Venado Beach30 : certains pendentifs en forme de grenouilles, en coquillage, trouvés avec des dents de chien et de singe perforées dans une urne funéraire sont même plus proches des pendentifs de spondyle d'El Indio que tous les objets analogues provenant du Sitio Conte.

  • 31 Mitchell, 1964

303A la Tranquilla enfin, site de la zone du Canal qui serait contemporain de Venado Beach31, certains objets de coquillage ou d'os rappellent ceux de notre phase La Cañaza : dents perforées, ornements d'oreilles en forme de crocs ou de pélicans, grand crocodile de coquillage, etc.

304Vers l'ouest, dans la province du Veraguas, Lothrop (1950) ne mentionne pas d’objets en coquillage ou en os ; on trouve par contre des éléments de collier et des "singes" à queue recourbée en agate voisins des objets en coquillage de Tonosi. Les bijoux de métal ont parfois une composition plus proche de ceux d'El Indio : 13 % d'or et 87 % de cuivre, par exemple ; dans l'extrême diversité des thèmes de pendentifs, nous retrouvons sans surprise l'aigle et la grenouille, qui sont les plus communs, ainsi que le quadrupède à tête d'oiseau.

Les sépultures de la phase La Cañaza

305Les pratiques funéraires de cette phase nous sont assez bien connues grâce aux sépultures mises au jour sur deux sites : La Cañaza et El Indio. Aucun des autres sites de la phase La Cañaza (à l'exception de Cañas, qui est peut-être de la phase El Indio) n'a livré de sépultures.

Le cimetière de La Cañaza (Fig. 92 et 93, Pl. LVI)

306Le lieudit Loma de La Cañaza est une des nombreuses collines de calcaire ou de grès qui parsèment la plaine entre le massif de Canajaguas et la mer. Le sommet de ces collines, qui ne dépassent pas une vingtaine de mètres de hauteur, était parfois utilisé comme cimetière ; outre La Cañaza, nous en connaissons deux autres exemples, mais plus tardifs : Chara et El Bijagual.

307Le tracé de la nouvelle route Tonosi-Cañas passait juste au pied de la Loma de la Cañaza, dont la roche fut tout naturellement utilisée comme matériel de remblaiement. Quand la présence de matériel archéologique nous fut signalée, les énormes engins de 35 tonnes avaient déjà décapé sur le sommet du cerro une couche d'au moins 1,50 m d’épaisseur. Grâce à l'ingénieur J. Carnavaggio, qui dirigeait les travaux, ceux-ci furent interrompus une quinzaine de jours pour nous permettre de recueillir quelques données sur les sépultures mises au jour avant leur destruction complète.

308Ce fut une fouille de sauvetage, conduite dans des conditions très difficiles dues à la nature du terrain : grands blocs calcaires anguleux, fissurés, dont les interstices sont remplis d'argile jaune compacte. En surface, la couche d'humus d'une cinquantaine de centimètres d'épaisseur contenait des traces d'occupation durant les phases El Indio et La Cañaza, peut-être même Bijaguales ; mais aucune fouille stratigraphique n'était plus possible. Il est cependant certain que toutes les sépultures découvertes dans la partie rocheuse sont à rattacher à la phase La Cañaza.

309Ces sépultures n'ont pas été creusées à proprement parler dans le roc ; on a profité des remplissages argileux, plus malléables, et déplacé les blocs les moins pesants, pour ménager les emplacements nécessaires au dépôt des corps et de leur mobilier ; les sépultures étaient ensuite comblées avec l’argile des déblais et les blocs calcaires jetés pêle-mêle.

310De nombreuses inhumations successives ayant eu lieu en ces endroits - les plus faciles à creuser - la plupart des squelettes sont découverts dans un état déplorable, détruits, déplacés, regroupés en paquets ; les offrandes funéraires, céramique surtout, ont été brisées et leurs fragments éparpillés. On a parfois l’impression d’un véritable ossuaire.

311La partie haute de la colline aurait été, semble-t-il, la plus utilisée. Partant d’une petite fouille d’amateur dans les carrés B 2-C 2 (Fig. 92), nous y avons pratiqué une excavation d’environ 9 m2, dont le tracé irrégulier a tenté de suivre les parois rocheuses non perturbées. Une quarantaine de sépultures ont ainsi été mises au jour, à tous les niveaux allant de la surface (c'est-à-dire en fait du niveau - 1,50 m environ) à une profondeur d'environ 3 m. Par la suite, des fouilles d'amateur devaient nous prouver qu'elles s'étendaient encore vers l'ouest et le nord-ouest.

312Dans notre fouille, baptisée T1, les sépultures forment trois ensembles délimités par des rochers qui semblent n'avoir pas été déplacés.

313-Le grouve 1, au sud (carrés B-C 1 et 2) occupe une sorte de fosse circulaire de deux mètres de diamètre ; elle est peu profonde : on trouve partout le roc et l'argile vierge entre 1,50 et 1,75 m de profondeur.

314Les restes osseux doivent appartenir à dix-sept individus pour le moins (sans compter ceux détruits par la première fouille clandestine).

315Le détail des sépultures est donné en annexe II : je ne décrirai ici que les plus importantes.

316La sépulture no 2, la plus superficielle, devait être à 1,50 ou 2 m de la surface primitive. Il s'agit d'un adulte en position repliée, sur le dos, axe du corps sud-nord, sur un lit de cendres ; le mobilier se compose simplement d'un sifflet de type Goleno Rouge incisé (supra Fig. 47, b) et d'un petit coquillage gastéropode placé contre la jambe gauche. Cette sépulture, si l'on excepte la couche de cendre, présente donc tous les caractères des sépultures de la phase El Indio. Il s'agit en fait d'une sépulture de transition ; sans doute y en avait-il d'autres car le site abonde en tessons Tonosi Polychrome ; mais étant toujours à faible profondeur, les bulldozers ont effacé toute trace de ces superpositions.

317L'ensemble des sépultures no 4 à 8 comprenait en particulier un enfant dont la mince calotte crânienne était collée dans le fond d'un plat rouge posé de champ ; il portait un collier fait de plus de 600 minuscules perles de coquillage. Plus bas, le crâne d'un autre enfant, lui aussi paré d'un collier de coquillage, reposait dans le fond d'un bol rouge à piédestal également posé de champ. Plusieurs autres pendentifs de coquillage, représentant des crocodiles ou des grenouilles, ont été trouvés dans cet amas d'ossements inextricablement mêlés.

318Le squelette d'adulte ne 16 portait un ensemble de trois colliers de coquillage, l'un de perles allongées de spondyle, le second de petits pendentifs triangulaires, le troisième formé de 22 "crocs" de jaguar (Pl. LV).

319Les adultes no 11, 12 et 13 paraissent avoir été repliés "en paquet" et jetés la tête en bas, reposant sur deux "fruteras" polychromes. L'un d'eux portait un petit pendentif de tumbaga.

320Dans l'ensemble, les corps de ce groupe 1 sont tous en position fortement repliée, sur le dos, sur le côté ou la tête en bas ? Ils reposent en général sur un lit de cendre. Dans plusieurs cas - les no 10 et 17 par exemple - on peut se demander s'il ne s'agit pas d'enterrements secondaires ; en fait, les ossements ont pu être ultérieurement regroupés, et même dans un cas douteux comme celui du squelette 17, qui repose sur une cuvette de cendre, la mandibule est encore en connexion.

321-Le groupe 2 (carrés A-Z 1) se poursuivait vers l'ouest et vers le nord ; nous n'en avons fouillé que la partie sud-est, qui contenait au moins neuf sépultures, la plupart très incomplètes. Vers le nord, l'entassement des os et l'absence de mobilier donnent l'impression d'une fosse commune.

322La sépulture no 21 est la première à nous révéler la disposition classique des sépultures de la phase La Cañaza : une colonne de cendre durcie qui paraît avoir empli un puits cylindrique ou ovale ; au sommet, le squelette, ici dans une position difficilement discernable ; à la base, l'offrande composée de quatre poteries polychromes : deux fruteras et deux jarres. Le mobilier de cette sépulture comprenait en outre une grenouille de coquillage et un petit pendentif trapézoïdal dans le haut du puits de cendre. Celui-ci avait 32 cm de hauteur et 43 cm de diamètre. Les quatre poteries formaient deux paires identiques par la forme et le décor : deux fruteras et deux jarres groupées au sud du puits. Deux perles de coquillage et une dent de requin perforée, trouvées à proximité, faisaient peut-être aussi partie du mobilier.

323-Le groupe 3 (carrés A-B 2 et 3) comprend toute la partie nord-est de notre fouille, séparée des deux autres par des blocs rocheux qui paraissent avoir été déplacés.

324Ici, la fouille devait se révéler particulièrement intéressante à partir du niveau - 100, avec la découverte d'un squelette d'adulte âgé (no 9), en position sans doute repliée, qui reposait sur un puits de cendre légèrement ovale s'enfonçant de 45 cm dans l'argile dure. A la base et autour du puits avaient été déposées les quatre poteries constituant l'offrande : deux jarres polychromes jumelles et deux fruteras portant le motif du "monstre serpentiforme", simple sur l'une, triple sur 1'autre.

325Au-dessous de cette première sépulture, une deuxième sépulture, d'enfant celle-là, s'étageait entre - 165 et 205 cm ; la colonne de cendre était un peu moins haute (35 cm) et les poteries formaient deux groupes : une jarre et un bol au nord-ouest, une jarre et un bol au sud-est. Les deux bols, à base annulaire, portaient un motif en chevrons mauves et rouges (Fig. 73, d) ; les deux jarres étaient identiques, avec les motifs stylisés classiques.

326Au-dessous de cette sépulture (no  24), nous devions découvrir, entre 205 et 290 cm de profondeur, une troisième sépulture (no 35) ; Le squelette, pour une fois intact, est en position repliée sur le côté droit, tête au nord-ouest. Le puits de cendre a 40 cm de diamètre, 70 cm de hauteur. A la base, nous trouvons l'offrande traditionnelle de quatre poteries, cette fois placées à l'ouest et au sud. Les deux jarres sont identiques, mais le décor des fruteras diffère : serpent à deux têtes sur l'une (Fig. 75, b), monstre serpentiforme simple sur l'autre.

327Ces trois sépultures superposées sont d'autant plus anciennes qu'elles sont plus profondes, comme le prouve l'état des squelettes.

Fig. 93 - Fouille T. 1 du cimetière de La Cañaza. Coupe de la paroi ouest.

328La cendre qui forme les "puits" ou colonnes cylindriques contient des déchets de cuisine variés (os de petits mammifères et d'oiseaux, vertèbres de poissons et surtout coquillages et crustacés), des tessons de poterie utilitaire rarement décorés, des cailloux, des nodules de terre cuite et des charbons de bois ; parfois, vers le haut, un ou deux pendentifs trapézoïdaux de coquillage ou d'os. On peut supposer qu'il s'agit soit des restes d'un repas funéraire, versés dans un puits creusé à cet effet après que les quatre poteries aient été déposées et recouvertes de terre ; soit des cendres du foyer du mort, déposées dans la sépulture comme symbole de sa demeure terrestre, qui l'accompagnerait dans l'au-delà.

329Il reste qu'on ne comprend pas bien comment ce dispositif superposé - poteries, colonne de cendre, squelette - était mis en place. On ne voit, à la limite de la cendre, aucune trace indiquant la présence d'un contenant, d'une natte par exemple.

330Aucune offrande alimentaire n'a été trouvée dans les poteries.

331La fouille T 1 de La Cañaza a livré au total 37 squelettes plus ou moins complets, mais le nombre des sépultures devait être sensiblement supérieur à quarante. Aucune urne funéraire : les sépultures sont toujours à même le sol.

332La répartition par classe d'âge (basée sur la denture) est la suivante :

- enfants

 : 4 (13 %)

- adultes jeunes

 : 3 (10 %)

- adultes âgés

 : 24 (77 %)

333La position des corps, quand elle peut être précisée, est toujours fléchie : repliée sur un plan horizontal ou sur un plan vertical, tête vers le haut ou vers le bas.. Les sépultures se répartissent à peu près également entre ces deux types.

334On ne peut affirmer qu'il s'agisse uniquement de sépultures primaires mais les bouleversements provoqués par les inhumations successives suffisent, je crois, à expliquer l'aspect de sépulture secondaire que présentent plusieurs squelettes.

335Le dispositif de la colonne de cendre et des quatre poteries est loin d'être général. Nous l'avons relevé dans cinq sépultures seulement. Mais la présence d'une couche de cendre grisâtre, qui a souvent la forme d'une cuvette ou d'un "lit", est attestée dans treize sépultures. C'est donc le trait le plus frappant des sépultures de ce site, et d'une façon générale des sépultures de la phase La Cañaza, comme nous le confirmeront les fouilles d'El Indio.

336Le mobilier funéraire est varié : céramique, coquillage travaillé, pendentifs d'os et dents de requin perforées, plaquettes et pendentifs de tumbaga (rares et très oxydés). L'absence d'objets de parure en pierre semi-précieuse et de colliers de dents de chien est notable.

Le cimetière d'El Indio (Fig. 92 à 98, Pl. LVII et LVIII)

337Quand nous arrivâmes à El Indio, les deux fouilles d'amateur H 8 et H 9 (supra fig. 19) avaient fait disparaître toute la partie centrale du cimetière de la phase La Cañaza sur une surface d'environ 6x10 mètres. H 8 avait été comblé avec les déblais de H 9. Seule une bande large de 1 à 2 mètres avait été épargnée entre H 8 et H 9. Les parois de cette dernière fouille, abaissée à un niveau de - 2,50 m dans un sol sablonneux, menaçaient de s'effondrer à chaque instant.

338On pouvait encore espérer que la fouille sommaire de la partie épargnée entre H 8 et H 9 nous donnerait une idée de la disposition des sépultures dans cette zone. Surtout, l'extension de ces fouilles vers le nord (F 5) et vers le sud (F 6) devait permettre de rechercher les limites du cimetière dans ces deux directions. Vers l'est, la tranchée F 4 nous avait déjà fourni, avec la sépulture no 11 et avec ses superpositions de sépultures des deux phases (supra, p. 182) cette limite, et nous pouvions constater que la partie ouest de H 9 était vide.

Fouille H 9 (Fig. 94)

339La bande de 2 x 6 m fouillée par nous avait déjà été abaissée à deux mètres de profondeur. Deux grandes urnes avaient été enlevées ; l'une contenait un squelette d'adulte accroupi face à l'est et une frutera, deux autres poteries étant placées à l'extérieur de l'urne.

340Les urnes, les sépultures et leur mobilier trouvés entre les niveaux - 210 et - 260 cm sont représentés sur la Fig. 94. L'urne blanche 3, au sud, ne sera complètement dégagée que par notre fouille F 6. L'urne rouge 4 a été laissée dans la paroi. L'urne 5 ne contenait pas de squelette, mais seulement du sable et de la cendre concrétionnée, avec quelques os d'animaux et une plaquette de tumbaga. Contre le bord sud, deux fruteras superposées (a) et à l'est les fragments d'une grande jarre (b) à panneaux décorés et base annulaire, privée de son col.

341Plus au nord, les urnes 6 et 7 (non dégagées) encadrent deux sépultures d'adultes sur puits de cendre. Le mobilier est aligné à l'est : fruteras (d, e, h) à piédestal ou à base annulaire, dont l'une contenait la colonne vertébrale d'un poisson ; jarres (f, g). Sous le squelette m, dans la cendre dure, deux jarres à base annulaire.

Fig. 94 Fouille H 9 (EL INDIO)

342Deux sépultures encore dans les carrés P 8 et P 9, l'une d'adulte, accompagnée de deux jarres et de trois fruteras (i, j, k), l'autre de tout petit enfant reposant en position repliée dans une cuvette de cendre ; dans le paquet osseux, un pendentif de coquillage en forme de singe (Fig. 88, h).

343En limite nord-ouest de notre fouille, Raúl González dégageait, non sans risques, la sépulture en urne no 8, la plus intéressante (Fig. 95). Les deux urnes, sont l'une servait de couvercle à l'autre, sont rouges, à bord décoré en panneaux polychromes de style Coclé. L'urne supérieure ne contenait que les débris de quatre ou cinq poteries incomplètes, des os d'animaux et quelques coquillages. L'urne inférieure renfermait le squelette d'un adulte jeune, en position repliée sur le côté gauche, axe du corps ouest-est, et quelques dents d'enfant. Le mobilier comprenait un petit bol de type Tiñidero Brun (Fig. 84, i, contenant des os de petit animal ; trois pendentifs de spondyle en forme de grenouille (a et Fig. 88, a, c, f) et trois bijoux de tumbaga : une grenouille, deux grenouilles accolées et un quadrupède à tête humaine (Fig. 91, c, d) ; au pied du corps une dizaine de coquillages bivalves. L'urne ne contenait pas de cendre.

344Six poteries avaient été déposées contre ou à proximité de l'urne : un petit bol rouge à piédestal (g), un vase globulaire à col anthropomorphe (f), et au nord un groupe de quatre poteries : deux fruteras (i, j) portant le même motif du scorpion, mais aux couleurs inversées et deux jarres, l'une décorée en quadrillage oblique (Pl. L, b), l'autre à tenons zoomorphes (Pl. LII, a).

345La fouille rapide de H 9 a eu pour principal résultat de nous montrer l'existence, au centre du cimetière de la phase La Cañaza, d'un ensemble de grandes urnes funéraires fort différentes des urnes rouges à oreilles de la phase El Indio, qui continuent d'ailleurs d'être utilisées. Ces urnes formaient en gros deux alignements nord-sud ; leur base se trouvait vers - 250 - 275 cm, au niveau de la nappe phréatique. Huit urnes ont été dégagées plus ou moins complètement : on peut supposer que quelques autres sont restées enfouies des deux côtés de notre fouille, mais le nombre total ne devait pas dépasser une douzaine. Si nous parlons d'urnes funéraires, il faut souligner que deux d'entre elles seulement contenaient un squelette ; les sépultures sont plutôt disposées entre les urnes, sur des puits ou des cuvettes de cendre, accompagnées de poteries. Cette disposition rappelle donc les sépultures de La Cañaza, mais la présence des grandes urnes est un fait nouveau.

Fig. 95 - Sépulture en urne. Fouille H 9 à EL INDIO

346Il n'est pas impossible que les squelettes correspondant à certaines urnes aient été placés au-dessus de celles-ci ; nous trouverons cette disposition dans la fouille F 6.

347La riche sépulture en urne 8, qui contenait en particulier trois des cinq bijoux en tumbaga trouvés par nous à El Indio, devait être celle d'un personnage important ; seul exemple vraiment probant d'une hiérarchie sociale reflétée dans les pratiques funéraires.

Fouille F 4 (supra, Fig. 59)

348Les résultats de cette tranchée, reliant le cimetière de la phase La Cañaza à la zone de sépultures de la phase El Indio plus à l'est, ont déjà été exposés (p. 183) ; les plus intéressants concernent les superpositions de sépultures des deux phases. La sépulture ne 11, qui présente certains caractères de transition, peut être considérée comme marquant la limite est du cimetière de la phase La Cañaza.

Fouille F 3

349Cette tranchée, décrite plus haut (p. 179) a mis au jour dans sa partie ouest une sépulture d'enfant qui pourrait être de la phase La Cañaza elle contenait comme seul mobilier un petit bol brun à décor en pastillage assez proche du type Tiñidero Brun de cette phase.

Fouille F 5 (Fig. 96)

350La tranchée de 1,5 x 5 m contigüe aux excavations H 8 et H 9 est la seule partie de cette fouille, beaucoup plus étendue vers l'ouest, qui ait livré des sépultures. Nous sommes donc bien ici en limite du cimetière

351Au niveau - 100 cm, quelques restes osseux dispersés indiquent un niveau de sépultures de la phase El Indio, détruites par les enterrements ultérieurs.

352Les sépultures de la phase La Cañaza se répartissent sur deux niveaux : 180 et 220 cm. Celles du niveau supérieur (no 1, 2, 3, 4, 6) ont été en partie détruites ; les offrandes, s'il y en avait, ont disparu, sauf pour la première une jarre polychrome et un bol rouge à piédestal. Le puits de cendre et la position accroupie du corps indiquent que nous sommes déjà dans la phase La Cañaza.

Fig. 96 - Plan de la fouille F 5 à EL INDIO.

353Le niveau inférieur livre six sépultures en meilleur état. Le ns 5 est un adulte (Pl. LVII, c) qui semble être en position repliée, tête vers le bas, face à 1 ouest. La base du squelette est emprisonnée dans un puits de cendre concrétionnée. Le mobilier, anormalement varié, comprend : deux dents de requin et une pointe de raie au-dessus du crâne (Fig. 90 g, h) ; divers ornements de coquillages perforés et travaillés, dont deux coquilles Saint-Jacques appliquées contre les pommettes, un pendentif en hameçon (Fig. 87, s) et une douzaine de perles ; enfin les quatre poteries habituelles placées à l'est du puits de cendre.

354Le squelette n9 7 était assis ou accroupi face au nord sur son puits de cendre. A la base, une corne de cerf, des dents de chien (non perforées) quelques perles de coquillage ; une nariguera de tumbaga (Fig. 91, b), in situ et des fragments de trois grands coquillages découpés en silhouettes (Fig. 87, q). Les quatre poteries, placées ici au nord et à l'ouest du corps, comprennent deux jarres de style différent - fait inhabituel - une frutera décorée du motif du "monstre serpentiforme" simple, et une seconde décorée de l'oiseau triple.

355La sépulture 9, partiellement détruite, est celle d'un adulte âgé en position repliée sur le dos. à l'intérieur d'une urne rouge à oreilles non décorée. Il n'y a pas d'offrande.

356Dans plusieurs cas, les limites de la sépulture creusée dans le sol sont nettement visibles : la cavité, sensiblement circulaire, avait de 1 à 1,50 m de diamètre. Elle était creusée dans le sable grisâtre et remplie ensuite d'une terre plus foncée contenant des tessons et des coquillages.

357Sur les onze sépultures de F 5, sept - peut-être huit - présentent la couche de cendre caractéristique, plus ou moins épaisse. Il n'y a aucun enfant.

Fouille F 6 (Fig. 97 et 98)

358La partie sud du cimetière donne une stratigraphie très comparable à celle de F 5 : de - 80 à - 140 cm, un niveau de sépultures bouleversées, sans offrandes, appartenant sans doute à la phase El Indio ; à partir de

  • 170, les sépultures de la phase La Cañaza, réparties sur deux niveaux :

  • 170 à 200 cm : no 2 à 7, 22 à 24 ;

  • 210 à 260 cm : no 8 à 20 et 26. La sépulture en urne 27-28, bien que peu profonde, peut lui être rattachée.

359Au niveau supérieur (Fig. 97), on constate des destructions provoquées par des inhumations ultérieures. C'est le cas de l'urne rouge de type El Indio qui contient les restes de deux enfants (no 2 et 3) avec plusieurs objets de coquillage.

360Par contre le squelette 7 est intact ; sans doute faut-il le rattacher à l'urne funéraire trouvée plus bas.

361Au niveau inférieur (Fig. 98) la majorité des sépultures n'ont pas été violées et les contours des fosses d'inhumation se distinguent assez nettement.

Fig. 97 - Fouille F 6 à EL INDIO.
Niveau supérieur des sépultures de la phase LA CAÑAZA.

362Les urnes 3 et 4 avaient été en partie dégagées par la fouille H 9. La première, blanche, non décorée, à col scié, contenait une colonne de cendres de 40 cm de diamètre dans laquelle nous avons trouvé, de haut en bas : un pendentif d'os trapézoïdal, des perles de coquillage, de menus ossements non identifiables, des tessons, un morceau de hache polie, de nombreux coquillages angelito (Lamelliconcha circinata alternata). Deux fruteras étaient appuyées à la paroi externe de l'urne.

363Le squelette no 7, trouvé au niveau supérieur sur le sommet de la colonne de cendre occupant le centre de l'urne 3, doit être associé à celle-ci. Il était accompagné d'une jarre rouge et de deux bols Zahina Polychrome à lèvre décorée en noir et blanc sur rouge (Fig. 65, a) dont l'un contenait des restes de crabes ; des perles de coquillage étaient éparpillées autour de ces poteries.

364La sépulture 9 est un squelette assis ne portant que des objets de parure en coquillage et en os : grand collier double d'os de cerf en sautoir (Fig. 90, i), deux pendentifs d'os trapézoïdaux - un sur le crâne, un près du pied gauche - un gros pendentif de coquillage en forme de croc près du pied droit ; des dents de chien perforées dispersées ; enfin deux crocodiles de coquillage "tués" (Fig. 89, a, b) sur le haut du crâne.

365La sépulture 26 (Pl. LVII, a) est très classique, mais des os longs de cerf et la partie distale d'un humérus humain ont été groupés contre l'une des fruteras.

366La dernière sépulture dégagée dans la paroi est, au niveau 110, est une urne rouge à oreilles contenant les restes d'un adulte jeune et d'un enfant, placés face à face en position repliée. Sur la poitrine de l'enfant quatre petits pendentifs de pierre et de coquillage (Fig. 86, b, c, g, h) et sept dents de chien perforées constituent la seule offrande, avec quelques coquillages dans le fond de l'urne. La nature du mobilier, ainsi que des tessons Joaquín Polychrome trouvés à proximité, indiquent que cette sépulture date probablement de la phase La Cañaza. L'urne est de dimensions modestes et l'on a peine à croire que les deux corps aient pu être introduits ensemble, sans au moins un décharnement préalable ; pourtant tous les os sont en connexion.

367Les données de la fouille F 6 sont importantes : sur une surface totale de 21 m2, vingt-quatre sépultures de la phase La Cañaza ont été mises au jour. La limite sud du cimetière peut être tracée avec une relative précision : les derniers squelettes sont les no 18 et 20, alors que le premier squelette intact de la phase El Indio se trouve dans le carré C-8. La partie nord-est de la fouille contient à la fois des sépultures des deux phases : les no 21, 22, 24 et 25 sont de la phase El Indio. Elle se raccorde à l'extrémité de la tranchée F 4, avec ses superpositions déjà signalées.

Conclusions sur les sépultures de la phase La Cañaza

368Elles sont basées sur l'étude de soixante-quatorze sépultures, sans compter celles de H 9.

369À El Indio, la répartition par classe d'âge est la suivante

-enfants

 : 5 (13,5 %),

-adultes jeunes

 : 23 (62 %),

-adultes âgés

 : 6 (17 %),

-indéterminé

 : 3 (8 %).

370Il faut considérer avec prudence la distinction entre adultes jeunes et adultes âgés basée uniquement sur le degré d'abrasion dentaire. Si, regroupant ces deux classes, on compare la répartition par classes d'âge à El Indio et à La Cañaza, on constate que les chiffres sont très voisins. La proportion d'enfants (13 %) est très inférieure à celle de la phase El Indio où elle atteint 35 % (supra, p. 190). Il est difficile d'admettre qu'une simple amélioration des conditions de vie entre les deux phases soit responsable d'une telle diminution de la mortalité infantile. Le chiffre de 13 % semble d'autre part très inférieur à celui que l'on peut attendre au sein d'une telle population. On peut supposer que les enfants, et plus précisément les tout petits morts à la naissance ou dans les premières années, n'étaient pas enterrés avec les autres, mais faisaient l'objet de rites particuliers (exposition, crémation... ?) qui n'ont pas laissé de traces.

371Pour l'emplacement des sépultures, on note une recherche des points élevés (colline à La Cañaza, partie la plus haute du site à El Indio) peut-être liée au désir d'enfouir les corps le plus profondément possible. Contrairement aux sépultures de la phase El Indio, qui sont éparpillées sur tout le site, celles de la phase La Cañaza sont groupées dans une zone apparemment bien délimitée et de faible étendue méritant vraiment le nom de cimetière. À El Indio, ce rectangle, de grand axe nord-sud, a environ 12 mètres sur 8, soit quelque 100 m2. Le total des sépultures dégagées est de trente-sept sur un tiers environ de cette surface (30 m2). En extrapolant, on peut estimer de 150 à 200 le nombre total des sujets inhumés dans le cimetière d'El Indio.

372À La Cañaza, nous avons mis au jour des sépultures dès la surface (en réalité à - 150 cm, compte tenu de la couche enlevée par les engins) et jusqu'à 3 m de profondeur. À El Indio, aucun squelette de la phase étudiée n'a été trouvé à moins de 170 cm ; c'est aussi le niveau inférieur des sépultures de la phase El Indio. De fait, partout où elles sont trouvées superposées, celles-ci étaient au-dessus de celles-là. C'est donc bien, semble-t-il, la nécessité de trouver un sol vierge qui aurait incité les habitants d'El Indio à enterrer leurs morts plus profondément au cours de la phase La Cañaza.

373À El Indio, si nous avons noté deux niveaux de sépultures de cette phase, les plus profondes étant les plus récentes, on ne constate guère d'évolution dans leur type et dans la nature du mobilier. Seule la grande urne décorée Joaquín Polychrome semble caractériser la fin, plutôt que le début, de la phase.

374L'enterrement primaire est la règle. À La Cañaza, plusieurs cas douteux peuvent s'expliquer par un bouleversement ultérieur des corps. À El Indio, un squelette au moins (le no 19 de F 6, Pl. LVII ; b) a été trouvé dans une position anormale qui semble indiquer un remaniement voulu des ossements.

375À Cañas, nous avons la preuve certaine de l'existence de pratiques que nous n'avons relevées ni à La Cañaza ni à El Indio : la crémation et la sépulture secondaire en urne. Cette urne rouge, de type El Indio, découverte sur la berge du río Cañas décapée par les crues, était recouverte d'une urne identique servant de couvercle ; elle contenait les restes très incomplets d'un individu qui avait été incinéré, accompagnés d'une grenouille de tumbaga.

376Une hypothèse à ne pas exclure est celle du décharnement préalable des cadavres, qui expliquerait la position curieuse de certains crânes et la présence de plusieurs corps dans des urnes de diamètre relativement faible.

377La coutume de l'enterrement en urne, qui existe dès la phase El Indio, s'est perpétuée. L'urne rouge à oreilles et bourrelet continue à être utilisée ; elle contient un ou deux squelettes, généralement des enfants, ou un adulte et un enfant. Ce type paraît être remplacé ensuite par la grande urne blanche ou rouge à décor polychrome, amputée de son col. Elle contient parfois un squelette d'adulte, assis ou replié ; ou seulement du sable et de la cendre, le squelette étant placé au-dessus, ou à côté. Le mobilier peut être dans l'urne même, à l'extérieur ou à proximité.

378Aucun squelette n'a été trouvé en position étendue. La position repliée dans un plan vertical, relevée à La Cañaza dans 50 % des cas seulement, devient générale à El Indio ; mais ici la position tête en bas est exceptionnelle, si même elle existe. Tous les corps sont assis ou accroupis, les jambes fortement repliées. Le crâne a souvent basculé, ou est tombé entre les jambes.

379L'orientation paraît quelconque, bien qu'une faible majorité des squelettes soient face au sud. Un trait important est la présence d'une couche de cendre plus ou moins épaisse sur laquelle repose le corps. Sans tenir compte des urnes, la proportion des sépultures sur cendre passe de 35 % à La Cañaza à 53 % au moins à El Indio. Cette colonne ou cuvette de cendre, autour de laquelle sont déposées les quatre poteries constituant l'offrande, est la caractéristique la plus spectaculaire des sépultures de la phase La Cañaza.

380Le puits de cendre est à peu près cylindrique, de diamètre constant sur les deux sites : 40 cm environ (de 30 à 50). La hauteur varie davantage, la moyenne étant de 40 cm à La Cañaza (de 25 à 65), plus faible à El Indio : 25 cm (de 10 à 50). La présence de débris culinaires dans la cendre est constatée dans les deux sites, mais surtout à La Cañaza.

381La présence d'un mobilier funéraire est la règle. Il comprend presque toujours les deux jarres et les deux fruteras, disposées à la base du squelette, autour ou sur le côté du puits de cendre. Ces poteries sont souvent groupées par deux : une jarre, une frutera. Nous avons la preuve que les fruteras, généralement placées debout, pouvaient servir de récipients pour les offrandes alimentaires : poisson, crabe. Peut-être les jarres étaient-elles parallèlement destinées aux aliments liquides ?

382On pourrait comparer l'emploi funéraire des fruteras à celui des bols à lèvre ou bord décoré Tonosi Polychrome de la phase El Indio, trouvés près de la tête du mort et contenant parfois une offrande alimentaire. Il y a cependant une différence frappante dans ces deux pratiques, soulignée par le fait que les fruteras ne sont jamais trouvées retournées, alors que c'est la position habituelle des bols La Bernardina. Ces derniers sont en réalité considérés comme des couvercles, même s'ils sont posés directement sur le sol ; l'utilisation de bols assez semblables à Panama Viejo comme couvercles d'urnes funéraires, en est une preuve indirecte. La frutera au contraire est en elle-même un réceptacle. Une étude plus poussée de la nature et de la forme des poteries funéraires au cours des différentes phases, de leur état (intactes, brisées, "tuées"), de leur position dans la tombe, de leur contenu, de l'existence ou non d'un couvercle, aboutirait certainement à des hypothèses intéressantes concernant les croyances dans l'au-delà.

383Les poteries - surtout les fruteras dont le décor est plus varié - pourraient avoir été choisies en raison de leur décor. On ne discerne pas, cependant, de règles précises dans l'association des deux fruteras. Parfois elles reproduisent le même motif (monstre serpentiforme, chevrons à La Cañaza ; scorpion, oiseau quadruple, personnage à face lunaire à El Indio), en inversant éventuellement les couleurs mauves et rouges sur les deux pièces par ailleurs identiques. Parfois les motifs sont différents : monstre sur l'une, oiseau sur l'autre. Ou bien c'est le nombre des motifs qui diffère.

384Par contre, on relève que les deux jarres sont généralement identiques et que le style général des quatre poteries est le même, suggérant qu'elles sont l'œuvre d'un seul potier. C'est dans ce domaine que l'on pourrait rechercher des associations de formes et de style décoratif ayant peut-être une signification chronologique. Le matériel est insuffisant pour cela, mais on pourrait déjà relever certains faits significatifs : l'absence de vases globulaires ou à col zoomorphe à La Cañaza, l'association des fruteras à motif de crabe-scorpion avec les jarres à haut col et décor en panneaux dont le style est analogue, des bols à base annulaire et décor en panneaux avec les jarres à profil complexe et décor également en panneaux, etc. Il serait nécessaire de préciser et de confirmer ces faits par des fouilles plus importantes.

385Les poteries, posées normalement sur le sol, sont généralement entières ou brisées par le seul poids de la terre de remplissage. Aucune trace de bris rituel ni de poteries "tuées" (sauf pour les cols des grandes urnes).

386Le mobilier comprend, outre la céramique, des objets de pierre, de coquillage, d'os et de métal. Les premiers ne figurent que dans la sépulture en urne 28-29 de la fouille F 6 qui pourrait être de transition. Il semble bien que l'absence de tout matériel lithique (aussi bien utilitaire que de parure) soit caractéristique des sépultures de la phase La Cañaza. Par contre les ornements de coquillage, inconnus durant la phase El Indio, sont maintenant très communs. La plupart des morts étaient ensevelis avec leurs colliers de petites perles et leurs pendentifs en forme de trapèze, de dents, de crocs ou d'animal.

387Tous les objets d'os travaillé proviennent d'El Indio ; aucun n'a été trouvé à La Cañaza. Le plus commun est le collier de dents de chien enfilées par leur racine ; on trouve aussi des dents de requin, des pointes de raie, des os longs de cerf sectionnés, striés, portés en collier et des pendentifs de formes diverses.

388Sur les deux sites, les bijoux de métal sont très rares et de qualité médiocre : minces plaquettes informes, colliers, ornements de nez, pendentifs zoomorphes faits à la cire perdue. La plupart proviennent d'El Indio.

389La composition du mobilier funéraire associé à la céramique de la phase El Indio (Tonosi Polychrome) ou de la phase La Cañaza (Joaquín Polychrome) dans les différents sites est résumée dans le tableau ci-dessous.

Tableau 5 - Composition du mobilier funéraire dans les différents sites

Tableau 5 - Composition du mobilier funéraire dans les différents sites

390Notons d'abord que nous n'avons jamais trouvé de poteries Tonosi Polychrome et Joaquín Polychrome voisinant dans une même sépulture. C'est là un fait très important quand on pense que le polychrome de la phase El Indio a subsisté pendant toute la durée de la phase La Cañaza.

391Le mobilier des sépultures de la phase El Indio caractérisées par leur céramique Tonosi Polychrome, comprend aussi du métal et des objets de parure en pierre semi-précieuse (deux cas sur trois), mais ni coquillage ni os, ni dents perforées. Les urnes funéraires et les sépultures sur metates sont connues (sauf à El Cafetal pour le dernier point).

392Le mobilier des sépultures de la phase La Cañaza (céramique Joaquín Polychrome) comprend des objets de parure en coquillage et en métal, mais non en pierre (sauf un cas) ; objets d'os et dents perforées ne sont trouvés qu'à El Indio, non à La Cañaza qui ignore aussi les urnes funéraires. Les sépultures sur metates sont ignorées dans les deux sites.

393En résumé, la composition du mobilier funéraire permet de distinguer dans la phase El Indio deux sous-phases, ce qui est bien en accord avec les résultats de l'étude de la céramique ; la seconde serait caractérisée, à El Cafetal comme à La India 1, par l'apparition du métal et des objets de pierre semi-précieuse. Les objets de parure en os et en coquillage n'apparaissent qu'avec la phase La Cañaza.

Tableau 6 - Composition du mobilier funéraire durant les phases El Indio et La Cañaza

Tableau 6 - Composition du mobilier funéraire durant les phases El Indio et La Cañaza

394Il ne s'agit là que d'hypothèses, qui demandent à être vérifiées par la datation exacte de plusieurs sépultures de chaque phase ; il est fort possible en effet que des sépultures ayant tous les caractères de la phase El Indio datent en réalité de la phase suivante, les coutumes funéraires anciennes ayant sans doute coexisté avec les nouvelles, au moins pendant un certain temps.

395Si nous dressons la liste des caractères généraux des sépultures de la phase La Cañaza vis-à-vis de ceux des sépultures de la phase El Indio, la comparaison est éloquente.

Tableau 7 - Caractéristiques des sépultures

PHASE EL INDIO

PHASE LA CAÑAZA

1. Sépultures primaires

Sépultures primaires (except. secondaires)

2. éparpillées dans zone d'habitat

groupées en cimetière

3. forte proportion d'enfants (35 %)

faible proportion d'enfants (13 %)

4. sépultures à même le sol et sépultures en urne sépultures sur metate

sépultures à même le sol et sépultures en urne

5. faible profondeur (100 à 150 cm)

grande profondeur (200 à 270 à El Indio, 200 à 400 à La Cañaza.

6. disposées sur un plan horizontal

disposées sur un plan vertical

7. position couchée, repliée ou fœtale

position repliée assise ou accroupie

8. orientation du corps quelconque

orientation quelconque

9. le corps repose à même le sol

le corps repose sur une couche de cendre

10. mobilier à côté ou sur le corps

mobilier à la base du corps ou du puits de cendre

11. présence de mobilier ou absence de mobilier

présence de mobilier dans tous les cas

12. céramique en nombre variable

deux jarres et deux fruteras polychromes (cas général)

13. poteries souvent brisées intentionnellement ; couchées ou retournées

poteries entières, en position normale

14. pas d'objets de parure (sauf dans les sites tardifs ?)

objets de coquillage, d'os, de métal, sur le corps ou à proximité

15. offrande alimentaire dans bols retournés ou vases doubles

offrande alimentaire dans les fruteras, dans la cendre.

396On voit que les seuls traits communs aux deux phases sont le caractère très généralement primaire des sépultures, la position toujours repliée des corps et la coexistence de sépultures à même le sol et de sépultures en urnes, le type de celles-ci variant avec les époques.

397Les différences ne reflètent pas, remarquons-le, de changements profonds dans les croyances relatives à l'au-delà : ce sont les techniques, les pratiques funéraires qui ont changé d'une phase à l'autre, de façon radicale.

Conclusions sur la phase La Cañaza

Les sites

398La phase La Cañaza est représentée sur vingt-cinq sites (Fig. 99). Il est important de noter que sur ce nombre treize sites (soit plus de la moitié) étaient déjà occupés durant la phase El Indio : aucun des sites de cette phase n'a été abandonné au début de la phase suivante.

Fig. 99 - Les sites de la phase LA CAÑAZA.

399On constate que le nombre de sites a doublé. La répartition géographique des nouveaux sites montre que la vallée du río Tonosi continue à être un pôle d'attraction (Goleno, Puerto Piña, l'Atollosa, Montevideo, Buenos Aires) ; mais la zone peuplée s'étend maintenant dans toutes les directions vers la haute vallée du Tonosi, entre les deux rivières qui le forment (sites de La Pintada, La Pintadita), dans le piedmont sud du Canajagua (El Caoba, Joaquín, El Infiernillo, Ojo de Agua). Si la vallée du río Guanico reste à l'écart de ce peuplement, on trouve à l'ouest de Morro de Puercos un nouveau site côtier, Los Buzos, qui prouve que l'occupation s'étend aussi le long de la côte vers l'ouest.

400Tous les nouveaux sites sont des sites d'habitat, à l'exception de Montevideo, d'où proviennent seulement quelques poteries trouvées dans une cache. Le grand centre de notre zone continue à être El Indio, ou plutôt l'ensemble El Indio - El Cafetal. Presque aussi important, l'ensemble La India 1 - La India 2, sur le bord du río Tonosi. Les autres sites correspondraient à de simples hameaux d'importance limitée.

401La continuité d'occupation des sites de la phase El Indio confirme la continuité culturelle constatée entre les deux phases. Cette continuité qui s'oppose à la brusque disparition de la culture de Bucaro, est manifeste dans le genre de vie et les techniques telles que nous pouvons les reconstituer.

402D'après le matériel archéologique mis au jour, les activités de subsistance ne diffèrent guère de celles de la phase précédente. On ne peut affirmer que l'agriculture se soit développée : le matériel lithique trouvé dans les fouilles et en surface est relativement pauvre et peu abondant. La place tenue par la chasse, La pêche et la cueillette dans le régime alimentaire reste sans doute importante.

403Les habitations sont toujours en matériel périssable qui n'ont laissé aucune trace ; il en est de même des structures cérémonielles s'il en existait. Seules la céramique décorée et les sépultures peuvent nous donner des indications sur les croyances et les coutumes rituelles de cette époque.

404La céramique de la phase La Cañaza, nous l'avons vu plus haut, se distingue de celle qui la précède par l'apparition de types nouveaux et par l'existence de types de transition. Ceux-ci doivent retenir particulièrement notre attention, car ils nous indiquent comment la nouvelle culture s'est imposée ou peu à peu substituée à la précédente, quels sont les éléments qui lui ont été intégrés, sous quelle forme s'est faite cette assimilation. Dans cette optique, l'évolution stylistique de la poterie polychrome mériterait une étude plus détaillée que celle que je lui ai consacrée ici.

405Si nous comparons d'abord les groupes polychromes des deux phases, nous constatons que le Joaquín diffère profondément du Tonosi Polychrome. Sur le seul plan technique, les différences sont assez peu sensibles et ne marquent par un progrès évident, sinon dans la connaissance de nouveaux pigments : le nombre des couleurs utilisées double avec l'introduction de l'orange, du rouge sombre, du gris, et surtout du mauve. Mais ce progrès est moins grand qu'il n'y paraît d'abord ; les couleurs sur une même poterie ne dépassent pas trois, exceptionnellement quatre teintes : quand le mauve est employé avec le rouge et le noir sur fond blanc, le noir sert plutôt à cerner les zones rouges ou mauves. Si l'impression générale est différente, on en revient pratiquement à la trichromie. Surtout cet enrichissement de la palette décorative est compensé par l'abandon de certaines combinaisons propres au Tonosi Polychrome et qui lui donnaient beaucoup de sa saveur.

406Plus que dans la technique, les différences sont évidentes dans les formes, le décor et le style. L'abandon du vase (double ou à col court) au profit de la jarre à col souvent très long ; celui du bol à fond convexe au profit du bol sur base annulaire ou sur piédestal (la frutera) sont les plus notables.

407Pour le décor, le Joaquín Polychrome ignore une combinaison de couleurs si plaisante à El Indio : le noir et blanc sur rouge, formule particulièrement heureuse qu'il faudrait peut-être rapprocher du décor en négatif, disparu lui aussi, sauf dans de très rares cas - la feuille de laurier, la croix de Malte - tous hérités, semble-t-il, de la phase El Indio. Faut-il attribuer à ces abandons l'impression de relative monotonie que nous donnent les poteries polychromes de La Cañaza ? Cette impression, malgré l'indéniable habileté du décor, est due sans doute aussi à une fabrication en série qui reproduit sans se lasser les mêmes formes et les mêmes motifs décoratifs. Uniformité particulièrement frappante dans le décor des jarres ; plus frappante, en ce qui concerne les fruteras, dans la forme toujours proche du patron idéal, que dans le décor, où un choix plus vaste de motifs et leur multiplication par deux, trois ou quatre, introduit une certaine variété.

408Il serait injuste cependant de ne pas reconnaître aux œuvres des potiers de La Cañaza une réelle valeur artistique ; certains décors sont magistralement traités : le coup de pinceau est très sûr et pour réaliser toute l'habileté du décor il suffit au profane de tenter de reproduire le motif le plus commun, celui de la double spirale en YC. Cette habileté, cependant, touche moins que l'imagination vigoureuse de l'artisan d'El Indio.

409Parmi les procédés nouveaux, il faut signaler encore une fois la reproduction des motifs par symétrie rotationnelle et non plus par symétrie an miroir ; ce procédé, joint à des motifs comme la volute, la spirale double, la svastika, confère à l'ensemble du décor une allure dynamique, tourbillonnante, qui est à l'opposé du statisme des représentations d'El Indio.

410Pour les motifs, il faut surtout noter que la plupart des éléments décoratifs si variés du Tonosi Polychrome (ponctuations par bout de tube, ponctuations dégradées ou "en portée musicale", arbre, etc.) ont totalement disparu. On ne trouve plus, dans un fond surchargé, place pour ces signes mystérieux en lyres, en croix, en diabolos... qui rendaient le décor "parlant".

411La continuité est visible, par contre, dans certains motifs d'El Indio ou certains procédés de traitement de ces motifs. Pour les premiers, j'ai déjà cité la parenté probable du "monstre serpentiforme", principal motif du Joaquín Polychrome, avec le "monstre dédoublé" d'El Indio ; celle de l'oiseau, du scorpion, avec les mêmes motifs du Tonosi Polychrome ; celle du quadrupède "en galop volant" - rare il est vrai dans le Joaquín - avec le chien ou le singe d'El Indio. A l'inverse, plusieurs thèmes importants d'El Indio, comme la scène des "hommes portant un tronc", le personnage hiératique aux bras levés, ou le style "en papier découpé" de certains décors anthropo-zoomorphes ont disparu.

412Un procédé qui me paraît typique de la phase El Indio est la réduplication du motif zoomorphe par symétrie en miroir, donnant une créature différente, à la fois unique et double, vue de face quand les deux animaux sont accolés par leur ligne dorsale, vue de profil quand ils sont soudés par leur arrière-train. C'est ce que j'ai appelé le "monstre dédoublé". Le même procédé se retrouve dans le "monstre serpentiforme" du Joaquín Polychrome (mais la réduplication porte sur la tête seule) et dans la représentation double du quadrupède, qui n'existe il est vrai que dans le Zahina Polychrome, sauf exception (Fig. 74, f).

413Pour importants qu'ils soient, ces traits communs ne me paraissent pas une preuve convaincante de filiation entre le Joaquín et le Tonosi Polychrome ; j'ai dit plus haut (p. 267) que les rapprochements entre te dernier et le polychrome de Coclé sont presque plus probants, comme si certains motifs d'El Indio avaient été adoptés à l'extérieur de notre zone, puis de là réimportés à Tonosi, avec les pertes, les déformations et les transformations que ce détour ne pourrait manquer d'entraîner.

414De même, les formes "évoluées" du Tonosi Polychrome se retrouvent-elles dans la province de Coclé, à Espinosa Burial Mound et à Rancho Sancho en particulier. Peut-on voir dans ces types de transition - Zahina et Montevideo - la preuve d'une évolution locale continue de la céramique polychrome d'El Indio à La Cañaza ? Ou une tentative d'adaptation des motifs anciens à des formes et à un style nouveaux ? Ainsi le motif du serpentiforme, ou celui du quadrupède à tête d'oiseau, seraient-ils transposés de la panse du vase double à l’intérieur de la frutera. Le résultat est une synthèse de traits empruntés simultanément aux deux cultures, plutôt qu'un type vraiment intermédiaire remplaçant l'une et annonçant l’autre.

  • 32 Voir en particulier Wassen, 1934.

415Une innovation de la phase La Cañaza, dans un domaine autre que la céramique, est l'importance donnée aux objets de parure. Les bijoux de pierre semi-précieuse et de métal sont sans doute connus dès la fin de la phase El Indio. Mais les matières utilisées - coquillage, os, dents d'animal - sont nouvelles et il n'est guère de sépulture qui ne contienne quelques-uns de ces objets. On trouve dans les formes des pendentifs plusieurs motifs d’El Indio transposés de la céramique au coquillage ou à l'or : le singe et l'aigle entre autres. Par contre la grenouille (comme le crocodile), rarement traitée de façon réaliste dans le Tonosi Polychrome, devient à La Cañaza le motif prépondérant. On sait que le symbolisme de la grenouille dans la mythologie indienne est très important32 : source de nourriture (et aussi d'une exsudation toxique utilisée en magie noire), elle est surtout liée à la pluie, à la fertilité et à la fécondité féminine. L'équivalence entre femme et grenouille est soulignée par certains mythes colombiens dans lesquels une femme à marier est échangée contre des grenouilles de pierre verte et rouge. Le fait que, à Tonosi, les représentations de grenouilles soient presque toujours en coquillage, n'est pas indifférent : l'association entre coquillage et sexe féminin est en effet très générale, et le symbolisme de la représentation animale est ici renforcé par la matière utilisée.

  • 33 Sauf peut-être à La Canaza dans les sépultures en position repliée ?

416Un autre trait important dont il faut tenir compte pour l'étude de cette évolution est celui des pratiques funéraires. Nous avons vu combien ces pratiques diffèrent d'une phase à l'autre, bien que sans doute les conceptions fondamentales sur la mort et l'au-delà n'aient pas changé. Le fait étonnant est que, à l'inverse de ce que l'on constate pour la céramique décorée, on ne trouve ici aucune trace d'évolution ou de formules de transition33 : aucune poterie de style El Indio n'a été trouvée dans une sépulture de la phase La Cañaza, non plus que l'inverse. L'unique continuité dans ces pratiques pourrait être trouvée dans l'utilisation des urnes funéraires rouges à oreilles de type El Indio, qui se poursuit au moins au début de la phase La Cañaza ; mais aucune poterie Joaquín Polychrome ne figure dans le mobilier qu'elles contiennent.

417Le problème du passage de la phase El Indio à la phase La Cañaza et celui de l'origine de cette dernière culture doivent être abordés en tenant compte de ces deux données contradictoires :

  1. une apparente continuité dans les techniques - en particulier celle de la céramique - entre les deux phases :

  2. une rupture quasi-complète en ce qui concerne les pratiques funéraires.

418Il est certain que dans les deux cas on aboutit à des formules nouvelles très éloignées de ce qui était connu auparavant et que cette évolution ne peut guère s'expliquer sans de puissantes influences venues de 1'extérieur.

419Répétons d'ailleurs (supra p. 254) que ces influences se font inégalement sentir suivant les sites : très importantes à El Indio, à La Cañaza, elles le sont beaucoup moins sur le bord du río Tonosi, à tel point que l'on a parfois l'impression de passer presque directement de la phase El Indio à la phase Bijaguales.

420Une autre remarque, concernant le cimetière d'El Indio, peut nous donner une indication sur la façon dont ces coutumes étrangères ont été adoptées. À l'exception de rares sépultures isolées à l'extérieur, ce cimetière semble bien regrouper toutes les sépultures de la phase La Cañaza. Il est pourtant de dimensions fort réduites et ne contiendrait guère, d'après nos estimations, que cent à deux cents individus. Même en doublant ce chiffre pour tenir compte des enfants morts en bas âge qui devaient être enterrés à part, c'est peu, compte tenu de la durée d'occupation qui dut être de plus de trois siècles. On est alors amené à penser que ce cimetière était réservé à une élite, sans doute à une classe dirigeante pratiquant les nouveaux modes funéraires, tandis que le vulgum pecus continuait à enterrer ses morts plus simplement un peu partout, selon la coutume autochtone. Peut-être une organisation funéraire identique existait-elle sur d'autres sites occupés pendant les deux phases ; à El Cafetal seul le cimetière de la phase El Indio a été découvert, alors que le contraire est vrai à La Cañaza.

  • 34 Lothrop (1937) distingue en gros deux types de sépultures. Les moins profondes sont aussi les plus (...)

421L'hypothèse la plus simple consiste à rechercher dans la province de Coclé l'origine de ces influences. J'ai assez longuement analysé, pour chaque type céramique et pour le Joaquín Polychrome en particulier, les rapprochements qui peuvent être faits, sur tous les plans, entre le matériel de Tonosi et celui de Coclé provenant essentiellement du Sitio Conte fouillé par Lothrop. Ces rapprochements doivent être étendus à une vaste zone allant du Veraguas à la zone du Canal. Mais ils sont beaucoup moins probants sur le plan funéraire : les pratiques révélées par les cimetières de La Cañaza et d'El Indio diffèrent autant de celles de la phase El Indio de Tonosi que de celles décrites par Lothrop pour le Sitio Conte. Comment admettre qu'une céramique rituelle identique, ou très proche de celle de Coclé, ait été adoptée, mais dans un contexte funéraire radicalement différent34 ? L'originalité de la sépulture-type de La Cañaza, avec son squelette assis, son "puits" de cendre et ses quatre poteries polychromes, est un argument en faveur de l'hypothèse d'une origine commune extérieure à Panama pour les cultures de Coclé et de La Cañaza, qui auraient connu des développements parallèles. Elle n'exclut pas évidemment celle de contacts fréquents et d'influences réciproques directes, dont nous avons d'ailleurs la preuve dès la phase El Indio par les tessons de type Tonosi Polychrome découverts dans les sites de la baie de Parita et de Coclé. Les habitants de la vallée de Tonosi ne sont en fait jamais restés isolés du Nord de la péninsule depuis la fin de la phase Bucaro (et sans doute même avant).

422L'origine de la culture de Coclé reste controversée. Lothrop y relève des éléments qui peuvent provenir soit d'Amérique Centrale (et même de Mésoamérique) soit d'Amérique du Sud. Ces derniers seraient de beaucoup les plus importants. Le symbolisme complexe de certains thèmes décoratifs (animaux dansant, tête à double profil, ceinture à tête de dragon, langue bifide...) sont des traits péruviens datant des périodes Chimu et Tiahuanaco. D'autre part, l’origine méridionale de la métallurgie n'est plus mise en doute et il est certain que les techniques de la cire perdue, de la mise en couleur, sinon les bijoux eux-mêmes et le métal dont ils sont faits, à Tonosi comme à Coclé, provenaient de la Colombie et de l'Équateur.

  • 35 1942, p. 258

423Lothrop situe vers le nord, dans la péninsule de Nicoya, l'origine d'une poterie polychrome à zones de couleurs cernées de noir qui serait le prototype du décor polychrome de Coclé ; seule contribution de l'Amérique Centrale à cette culture. Il suppose, en résumé35, que la culture de Coclé est originaire de la vallée de l'Amazone, qu'elle se serait déplacée vers le nord après l'expansion des styles artistiques de Tiahuanaco, qu'elle aurait acquis au passage les techniques de la métallurgie colombienne et pris, au nord de l'isthme, celles de la céramique polychrome Chorotega d'Amérique Centrale. C'est ensuite seulement qu'elle se serait installée à Panama, où elle aurait subi les influences commerciales de la Colombie, de l'Équateur et du Pérou. On sait que des relations maritimes suivies existaient entre Panama et le Pérou au moment de la Conquête espagnole.

  • 36 1962, p. 177.

424Ces hypothèses de Lothrop sont toujours valables, mis à part le détour par le Costa Rica rendu nécessaire à l'époque par l'absence apparente de poterie polychrome comparable à celle de Coclé en Amérique du Sud. Nous disposons aujourd'hui de données sur ce problème, dues en particulier aux fouilles de G. et A. Reichel Dolmatoff dans le Nord de la Colombie, que j'ai mentionnées plus haut à propos de l'origine du Tonosi Polychrome (p. 198). L'influence de la partie septentrionale de l'Amérique du Sud - Venezuela et Colombie - dans la diffusion de la céramique polychrome vers le nord a été mise en évidence. Selon M. Coe36 : "... polychroming apparently begins with the Tocuyano culture of Venezuela, radiocarbon dated at 220 BC ± 200. West along the Caribbean coast to Colombia and up to Panama, there is a closely related sériés of polychrome styles obviously related to Tocuyano. One of these, the Black Line style polychrome at Venado Beach in the Canal Zone, is radio-carbondated to 227 AD".

425Deux dates contradictoires ont été obtenues pour les sépultures de Venado Beach ; la plus ancienne dont fait mention Cœ, est peu vraisemblable ; même si l'on admet l'existence d'un style ancien à Venado Beach, ce style révèle des influences peut-être venues de Tonosi, qui ne dateraient au plus que de la phase El Indio tardive, c'est-à-dire des environs de 500 ap. J.-C. La date la plus récente - 950 ap. J.-C. - est, elle, trop tardive. Les auteurs ont tendance à adopter l'une ou l'autre date selon les besoins de leur cause ; dans le doute sur leur validité, il est plus sage de négliger l'une et l'autre.

  • 37 1958, p. 178

426Pour nous, l'apparition du polychrome ancien à Panama est marquée par la phase El Indio de Tonosi, à peu près à la date donnée par Cœ pour Venado Beach. Il importe assez peu que cette nouvelle technique vienne du Venezuela ou du Nord de la Colombie, car les styles de Tocuyano et de Rancheria sont certainement apparentés ; le premier serait dérivé du second d'après Cruxent et Rouse37.

  • 38 1965, p. 120.

427Pour Reichel Dolmatoff38, le polychrome de Rancheria, ce qu'il appelle First Painted. Horizon (phases La Loma et El Horno) dériverait en partie de la phase locale plus ancienne, Momil, en partie du polychrome de Coclé. Il envisage donc une diffusion de cette céramique d'ouest en est à travers le Nord de la Colombie et le Venezuela, par voie terrestre et peut-être aussi maritime.

428A la lumière de nos fouilles à Tonosi, on peut envisager une diffusion en sens contraire, ayant son origine dans le Nord de la Colombie (ou au Venezuela), qui aurait atteint Panama vers le iiie siècle, à la fois dans le Sud (Tonosi), l'Ouest (Mariato) et le Nord-Est (Santa María) de la péninsule d'Azuero. Les contacts se seraient poursuivis par la suite, aboutissant à l'installation de cultures voisines à Tonosi (phase La Cañaza) et dans les provinces de Coclé et de Panama. Nous avons encore une preuve de ces contacts avec l'Amérique du Sud au Coclé Tardif, que l'on rapproche maintenant de cultures analogues aussi bien en Colombie (baie de Cupica) qu'au Venezuela (Dabajuro).

429Pour en revenir à notre phase La Cañaza, je distinguerai en résumé trois éléments dans ce nouveau développement culturel :

  • un élément purement local, évolution sur place de la céramique rouge et polychrome de la phase El Indio

  • des influences extérieures à l'isthme de Panama, provenant du Mord de la péninsule, des llanos de Coclé et de l'actuelle province de Panama ;

  • des influences extérieures à l'isthme, ayant leur origine dans le Mord de la Colombie, au Venezuela, peut-être aussi en Équateur.

430Ces influences sont surtout notables dans la céramique (à rapprocher de celle de Ranchería), dans les objets de métal, qui pourraient venir d'Équateur ; dans les pendentifs de pierre ou de coquillage. On peut voir dans les musées de Guayaquil et de Cuenca des crocodiles de spondyle qui ressemblent beaucoup à ceux de Tonosi, comme les grenouilles de pierre verte ou les pendentifs "ailés" d'agate de la région andine du Venezuela et de Santa Marta, en Colombie, ont leur équivalent dans les objets de parure de La Cañaza.

Chronologie et extension de la culture de La Cañaza

431Nous ne disposons d'aucune date de radiocarbone pour cette phase. Sa durée ne peut être évaluée que grâce aux résultats obtenus pour les phases qui l'encadrent.

432Les deux dates connues pour la phase El Indio (supra p. 197) permettent de situer vers 500 ap. J.-C. le passage de la phase El Indio à la phase La Cañaza.

433Pour la phase Bijaguales, caractérisée par l'apparition de structures cérémonielles circulaires et d'un type de céramique très particulier, le Jobero Biscuit, nous avons deux dates : 850 4-95 (La Bernardina) et 995 t 120 (Guaniquito). Nous pouvons donc fixer entre 850 et 900 la fin de la phase La Cañaza, qui aurait ainsi duré environ quatre siècles.

434Ces chiffres coïncidents assez bien avec les dernières estimations concernant la date et la durée d'occupation du Sitio Conte : de 500 à 800 pour le Coclé Ancien, de 800 à 1200 pour le Coclé Tardif, qui correspondrait, lui, à la phase Bijaguales, tout au moins à sa première partie.

435En ce qui concerne l'extension géographique de la culture de La Cañaza, celle-ci semble réduite à la région de Tonosi, et peut-être à la côte est du golfe de Montijo. Nous avons vu que les sites MO 1 et MO 3 de Mariato ont dû être occupés, selon Mc Gimsey, durant les phases IV et V de la chronologie de Baudez (300 à 500, 500 à 800 ap. J.-C.) ; cependant notre groupe Joaquín Polychrome et les types de transition ne sont pas nettement représentés dans les niveaux supérieurs (en particulier la couleur mauve y est inconnue), bien que certains traits - le décor intérieur des bols, les bases annulaires - soient tardifs. Le site de MO 4, au sud du village de Mariato, daterait, lui, de la période VI-a, c'est-à-dire de 800 à 1200.

436La poterie polychrome est de style Coclé, bien que ressemblant plutôt à celle de la région de Macaracas. On peut penser que MO 4 correspond à la phase Bijaguales de Tonosi, mais une étude du matériel serait nécessaire pour confirmer ce point. Il semble en résumé que la phase La Cañaza soit peu et mal représentée à Mariato, où le complexe céramique équivalent à celui d'El Indio se poursuivrait sans grand changement jusqu'au Coclé Tardif - situation qui rappelle celle de certains de nos sites du bord du río Tonosi.

437La phase La Cañaza n'est pas mieux représentée sur la côte sud-est tous les sites que j'ai pu visiter entre Los Santos et Pedasi sont plus tardifs, comme le prouve la céramique polychrome de style Herrera (la phase Herrera de la baie de Parita est datée de 1200 à 1500 ap. J.-C.). On trouve cependant à Los Santos certains types de la phase La Cañaza : bols zoomorphes noir et blanc sur rouge, Infiernillo, Ciruelo noir sur rouge, Montevideo.

438Ces remarques sont valables pour le Centre (Macaracas) et pour le Nord de la péninsule. Pour les provinces de Veraguas, Coclé et Panama, les ressemblances de la céramique et des objets de parure avec le matériel de Tonosi ont déjà été soulignées. Nous avons là, dans une vaste zone s'étendant sur le versant pacifique entre les Iles des Perles et la frontière du Chiriqui, une "culture de Coclé" dont les affinités avec La Cañaza sont évidentes, sans que l'on puisse considérer celle-ci comme un simple faciès local de la première.

Notes

1 J. Ladd, 1964, p. 163 et Pl. 13, f.

2 1964, planche hors-texta et p. 16.

3 1942 p. 240, Fig. 473, b

4 1960, Fig. 20, c

5 Lothrop, 1942, Fig. 466, a.

6 Lothrop, 1942, Fig. 448, b

7 Ibid Pl.-III, h

8 1942, Fig. 149

9 Lothrop, 1942, p. 41

10 1942, p. 25, Fig. 35

11 1961, p. 44

12 Lothrop, 1942, Fig. 17, b et 134

13 ibid, Pl. I, f ; Fig. 1 et 94, etc.

14 1942, par exemple Fig. 379

15 ibid. Fig. 58, 64, 96, 137, b, 158...

16 ibid. Fig. 193

17 J. Ladd, 1969, p. 99 et Fig. 37, e

18 1942, p. 158

19 ibid. Fig. 323 et 325

20 Ladd, 1964, pp. 145 et 182

21 1964, PI. 8, c.

22 1965, p. 15.

23 Ces identifications sont dues à R. Cooke et au Dr Juliet Clutton Brock, du British Muséum of Natural History de Londres.

24 J. Ladd, 1964, p. 183

25 ibid., p. 153

26 Lothrop, 1942, fig. 171 et 175, b à o.

27 Lothrop, 1942, p. 201 et Fig. 197, c.

28 Lothrop, 1942, Fig. 94, a

29 ibid., Fig. 170, c et Fig. 172, entre autres

30 Thelma Bull, 1961, Fig. 2 E et F

31 Mitchell, 1964

32 Voir en particulier Wassen, 1934.

33 Sauf peut-être à La Canaza dans les sépultures en position repliée ?

34 Lothrop (1937) distingue en gros deux types de sépultures. Les moins profondes sont aussi les plus pauvres : elles contiennent un seul squelette en position repliée, avec quelques poteries. Les sépultures les plus importantes contiennent plusieurs individus - jusqu'à 22 - en position étendue ; au centre le personnage important (cacique ou quevi selon Lothrop) était assis sur un escabeau, au milieu d'un riche mobilie

35 1942, p. 258

36 1962, p. 177.

37 1958, p. 178

38 1965, p. 120.

Table des illustrations

Légende Fig. 62 - Évolution des types céramiques au cours de la phase LA CAÑAZA. (Puits stratigraphique P 2 d'El Indio).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 63 - phase LA CAÑAZA : principales formes de la céramique La India Rouge
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 64 - Céramique LA INDIA ROUGE : évolution de la forme des bords au cours des phases EL INDIO et LA CAÑAZA
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 65 - Bols à lèvre décorée Zahina Polychrome. Décor noir et blanc sur rouge ou "coral snake lip" (i).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 66 - Bols Zahina Polychrome : motif de la "feuille de laurier" en négatif.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 67 - Bols Zahina Polychrome à décor intérieur noir et blanc sur rouge ou noir sur blanc.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 68 - Bols Zahina Polychrome à décor intérieur noir et rouge sur blanc ou noir, rouge et gris sur orange.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 69 - Tessons et petit vase Zahina Polychrome
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 70 - Phase LA CAÑAZA : type Montevideo Polychrome.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 71 - Tessons Montevideo Polychrome et types comparables d'autres régions de Panama.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Fig. 72 - Bols Joaquín Polychrome : variété à décor en panneaux
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 73 - Fruteras Joaquín Polychrome : proportions, et structure du décor.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 74 - Fruteras Joaquín Polychrome : motifs du monstre ; de l'oiseau.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 75 - Fruteras Joaquín Polychrome : motifs du crabe et de l'oiseau.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 76 - Motif du serpent sur les fruteras du groupe Joaquín Polychrome.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Tableau 4 - Fréquence des divers motifs zoomorphes sur les fruteras Joaquín Polychrome
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 77 - Bols Joaquín Polychrome à décor géométrique.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 78 - Jarres Joaquín Polychrome à profil simple. Motifs décoratifs du bord et de la panse.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 79 - Motif du monstre de face et de profil sur les jarres Joaquín Polychrome.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 80 - Jarres Joaquín Polychrome à-profil complexe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 81 - Vases globulaires et vase zoomorphe Joaquín Polychrome.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 82 - Urnes funéraires Joaquín Polychrome
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 83 - Motifs décoratifs du Codé Polychrome, d'après LOTHROP, 1942. (a, c, d, e) et LADD, 1964 (b).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 84 - Type Tiñidero Brun
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 85 - Type Tiñidero Brun et types apparentés de la côte sud-est et de la haie de Parita ("Smoked Ware").
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 86 - Objets de parure en pierre et en coquillage de la phase LA CAÑAZA.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 87 - Phase LA CAÑAZA : objets de parure en coquillage.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 88 - Pendentifs de coquillage. Phase LA CAÑAZA.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 89 - Pendentifs de spondyle. Phase LA CAÑAZA.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig, 90 - Phase LA CAÑAZA : objets d’os travaillé et de métal
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 91 - Bijoux de "tumbaga" provenant d'EL INDIO. Phase LA CAÑAZA.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 92
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 93 - Fouille T. 1 du cimetière de La Cañaza. Coupe de la paroi ouest.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 94 Fouille H 9 (EL INDIO)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 95 - Sépulture en urne. Fouille H 9 à EL INDIO
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 96 - Plan de la fouille F 5 à EL INDIO.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 97 - Fouille F 6 à EL INDIO.Niveau supérieur des sépultures de la phase LA CAÑAZA.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 98 -
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Tableau 5 - Composition du mobilier funéraire dans les différents sites
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 6 - Composition du mobilier funéraire durant les phases El Indio et La Cañaza
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 99 - Les sites de la phase LA CAÑAZA.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6144/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 492k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search