Version classiqueVersion mobile

Archéologie du sud de la péninsule d'Azuero, Panamá

 | 
Alain Ichon

Chapitre 5. La Phase El Indio

Texte intégral

1La seconde phase culturelle de l'histoire de Tonosi nous est connue grâce à une douzaine de sites (Fig. 17) dont trois, nous l'avons vu, étaient déjà occupés durant la phase précédente.

2Le puits P de La India 1 donne une assez bonne stratigraphie de cette seconde phase, qui est représentée par un dépôt de 70 cm d'épaisseur. Cependant le principal intérêt du site réside dans les niveaux les plus anciens et dans ceux qui marquent le passage de la phase Bucaro à la phase El Indio.

3Pour celle-ci, l'essentiel de nos renseignements provient de deux sites voisins, dans la zone des palétuviers en face de l'île de Canas El Indio (T1 18) et El Cafetal (T1 35). Notre mission s'est surtout attachée à la fouille du site éponyme, tandis que l'année suivante une mission panaméenne, dirigée par Raúl González, mettait à son actif d'importantes découvertes à El Cafetal.

Le site d'El Indio

4C'est le site-clé de la région de Tonosi. Sa situation au centre du manglar rend son accès difficile et l'avait mis, jusqu'à notre arrivée, à l'abri de l'incursion des Huaqueros. Son existence était cependant bien connue des habitants, qui nous en firent une description où se confondaient le mythe et la réalité.

5L'Estero del Indio (Pl. IV a) est un bras de mer sinueux, large d'une centaine de métros, long de 4 km environ ; il s'agit en réalité du cours inférieur du río Agua Buena, qui descend du Canajagua. Le site se trouve un peu en retrait de 1'estero. On peut y accéder de Tonosi soit par voie fluviale, soit en partant de Isla de Cañas, qui dispose d'une piste d'atterrissage, et en suivant en pirogue le bras de mer séparant l'île du continent avant de remonter l'Estero del Indio. Dans les deux cas, le trajet dure deux à trois heures et il faut tenir compte de la marée qui remonte fort haut le cours des ríos. En saison sèche, l'accès par voie de terre est plus aisé on peut atteindre en véhicule tout terrain un point situé à 3 km environ du site. La piste, dont le tracé est parfois peu visible, traverse ensuite les diverses zones de végétation, de la savane à palmiers à 1'alvina et au manglar, en passant par la forêt dense puis la forêt claire hantée de singes.

6Le site d'El Indio (Fig. 18) se présente comme une avancée de terre sablonneuse adossée au sud-ouest à une colline calcaire d'une soixantaine de mètres de hauteur et bordée, sur ses faces nord et est, par la forêt de palétuviers. Celle-ci gagne chaque année du terrain par un lent travail de sape. Le site devait s'étendre vers le nord jusqu'au petit estero del Juncal et même au-delà.

7Le terrain plat, ou plutôt en légère pente d'est en ouest, est couvert d'une végétation secondaire très dense ; il domine de deux à trois mètres seulement le niveau des plus hautes eaux. Il se prolonge au nord-est par une étroite "presqu'île", véritable proue que le manglar enserre étroitement. C'est le noyau du site, sa partie la plus ancienne et la plus riche. Les sondages ont montré que la zone habitée s’étendait jusqu'au port d'El Indio sur 1'estero, et vers le sud jusqu'au morro calcaire ; la limite vers l'ouest est moins nette. Il s'agit en fait d'une zone de faible densité par rapport à la zone centrale (rectangle blanc sur notre plan) qui peut avoir 70 m de largeur sur une centaine de mètres de longueur.

8Les travaux de la Mission à El Indio ont débuté en 1968 par une reconnaissance, un sondage (f. l) et une fouille limitée (f. 2) qui a livré un premier ensemble de sépultures. Ils ont été repris en 1969 (Fig. 19) et poursuivis pendant plus de deux mois. D'importantes fouilles clandestines avaient été entreprises en notre absence ; la plus spectaculaire (H 8 - H 9) avait mis au jour un cimetière, très différent par la disposition des sépultures et par leur mobilier de celui que nous avions découvert l'année précédente. Il nous fallait tenir compte de ces éléments nouveaux, ne serait-ce qu'en raison de ces énormes excavations qui avaient quelque peu bouleversé la topographie du lieu.

9Notre but était triple :

  • par des sondages les limites du site et de la zone des sépultures ;

  • rechercher un endroit de la zone d'habitat où la couche archéologique, intacte, pourrait fournir une stratigraphie valable des différents niveaux d'occupation ;

  • délimiter le ou les "cimetières" successifs et étudier les différents types de sépultures.

10Il s'est avéré que la partie centrale du site comprenait schématiquement quatre zones :

  1. au nord-est, dans la pointe de la "presqu'île", une zone occupée durant la phase El Indio et la phase suivante (La Cañaza), avec de nombreuses sépultures à faible profondeur, datant toutes de la première (fouilles f 1, f 2, F 3) ;

  2. au sud-ouest - base de la "presqu'île" - une zone occupée elle aussi durant les deux phases, mais avec, au niveau de la nappe phréatique, un véritable cimetière datant de la phase La Cañaza, qui a détruit apparemment des sépultures plus anciennes (fouilles F 5 et F 6) ;

  3. entre les deux, une zone dans laquelle on trouve quelques sépultures dont les unes sont de la phase El Indio, les autres intermédiaires entre les deux phases (fouille F 4) ;

  4. enfin plus au sud, une zone d'habitat occupée durant les deux phases avec de très rares sépultures, datant semble-t-il de la phase El Indio (fouille F 7, sondage S 7).

11Il ressort en somme de ces fouilles que la totalité du site a été habitée pendant les phases El Indio et La Cañaza ; que les sépultures datant de la première phase sont disséminées un peu partout, avec une plus forte densité dans la zone 1 ; que les sépultures de la phase suivante, par contre, sont regroupées en un "cimetière" de dimensions réduites correspondant à la zone 2.

12Il est même probable, compte tenu du pourcentage non négligeable de tessons de la phase Bucaro dans les niveaux les plus bas, qu'un habitat datant de cette phase devait se trouver, sinon dans le site lui-même, tout au moins à proximité. Peut-être a-t-il été détruit par l'avancée du manglar.

13Les sépultures seront étudiées plus loin. Pour la stratigraphie, deux puits de 2 m2, P 1 et P 2, ont été ouverts à des endroits non bouleversés par des sépultures. Nous avons ainsi pu obtenir une bonne séquence couvrant les phases El Indio et La Cañaza, sur une épaisseur de dépôt de 1,60 m.

Fig. 20 - Stratigraphie naturelle et nombre de tessons par niveau de 10 cm dans le puits P2 d'EL INDIO

14Le site paraît avoir été abandonné avant ou dès le début de la phase Bijaguales.

15C'est le puits P 2 qui a fourni le matériel le plus abondant et les indications les plus nettes sur l'évolution du matériel céramique au cours des deux phases (Fig. 201. La stratigraphie naturelle montre en surface une couche d'humus I de 20 à 50 cm d'épaisseur. Au-dessous, la couche II est une terre argileuse brune, devenant brun-rougeâtre et de plus en plus sablonneuse vers le bas, à partir du niveau - 100 (couche III). La transition avec la couche IV de sable jaunâtre est insensible. Vers le niveau - 200, le sable gris humide contient une poussière de coquillages marins et des nodules noirâtres qui, d'après le géologue R. Stewart, seraient des racines enrobées de concrétions à base de manganèse. On trouve l'eau - légèrement saumâtre mais potable - vers - 250 cm.

16La couche archéologique va de 25 à 180 cm de profondeur, occupant sensiblement les couches II et III et la base de la couche superficielle. Les niveaux inférieurs dans le sable jaune fournissent encore quelques tessons, qui ont pu être entraînés par gravité. Le matériel céramique est très abondant : on voit qu'il augmente régulièrement pendant la phase El Indio et la première moitié de la phase La Cañaza, diminuant ensuite après être passé par un maximum (1326 tessons/m2). La transition entre les deux phases qui, comme nous le verrons, est assez progressive, correspond à peu près à la limite des couches II et III, marquée d'ailleurs par une grande abondance de coquillages bivalves dits angelitos. Sur toute l'épaisseur du dépôt les ossements d'animaux et les coquilles sont assez abondants, montrant que l'on a probablement affaire à une zone de décharge ; aucune trace d'habitation, aucun foyer n'ont été mis au jour.

17Le matériel lithique est rare, surtout pendant la phase El Indio : un seul outil. Le puits P 1 a donné, lui, pour la même phase, quatre fragments de metates et un de mano.

Le matériel

La céramique

18Trois faits distinguent la céramique de la phase El Indio de celle qui l'a précédée : une grande variété jointe à une meilleure qualité technique ; le développement du décor polychrome aux dépens du décor plastique, ce dernier n'étant représenté que par un type ; enfin la survivance des techniques décoratives de la phase Bucaro sur quelques rares tessons, qui disparaissent à la fin de la phase.

19Pour établir une typologie de la céramique d'El Indio, je me suis basé essentiellement sur l'attribut du décor. La poterie commune, en général utilitaire mais aussi à l'occasion funéraire, est classée en deux grandes catégories (Wares) : céramique rouge (La India Rouge) et céramique Brune, selon qu'elle est engobée ou non (voir supra Fig. 4). Ces catégories se poursuivent sans grand changement - sinon dans les modes de forme, de support et d'appendices, qui seront étudiés à part - durant les phases suivantes.

20Je résume ici les grandes lignes de ce classement

I. - Poterie commune

1. Céramique La India Rouge

21Cette catégorie groupe tous les tessons ou poteries simplement engobés de rouge mais non décorés. Un seul type a été défini pour cette catégorie, le type Juncal Rouge mince, caractérisé par une plus grande finesse et aussi des formes spécifiques.

2. Céramique Brun Commun

22Catégorie résiduelle dans laquelle sont classés tous les tessons ou poteries non décorés et non engobés. Il est certain qu'une étude plus poussée du matériel parviendrait à isoler dans cette catégorie des types, ou au moins des groupes, basés en particulier sur le traitement de la surface.

II. - Poterie décorée (Fig. 21)

A - Décor peint

1. Type Infiernillo Tacheté

23Un décor très simple, fait de taches ou de raies rouges irrégulières se détache sur le fond brun naturel de la poterie.

2. Groupe Tonosi Polychrome

24Cette céramique est la plus typique de notre phase. J'ai classé dans le groupe toutes les poteries à décor peint bichrome ou polychrome, combinant trois couleurs - le blanc, le noir, le rouge - et dont les autres attributs (sauf toutefois la forme) sont voisins.

25À l'intérieur de ce groupe, j'ai défini seulement trois types :

  • le type Ciruelo noir sur rouge, dont le décor couvre tout l'intérieur de la poterie ;

  • le type La Bernardina à lèvre décorée, bols à extérieur blanc, décorés d'une mince frise, généralement en noir sur blanc, sur l'intérieur du bord formant méplat ;

  • les bols zoomorphes.

B - Décor plastique

26Outre les tessons de tradition Bucaro, qui sont rares, on peut distinguer

  1. Le groupe Culebra appliqué-incisé, qui comprend en particulier un type voisin du Guacamayo.

  2. Le type Goleno Rouge incisé, essentiellement composé de sifflets, de hochets ou de figurines présentant des zones peintes en rouge et finement incisées.

  3. Enfin, j'ai regroupé dans la rubrique Divers des poteries atypiques ou de forme bizarre, tels que "hochets" polychromes, rondelles découpées, etc.

Fig. 21 - Évolution des types céramiques de la phase EL INDIO au cours de cette phase et de la phase suivante (LA CAÑAZA). Puits P 2 d'EL INDIO.

27La céramique d'El Indio présente, en général, des attributs communs aux divers types et qui peuvent être décrits une fois pour toutes. L'argile est brune ou brun-rougeâtre et contient un dégraissant de sable peut-être naturel, selon M. Picon - toujours abondant et formé de particules d'origine diverse. Les dimensions de celle-ci sont homogènes (inférieures à 0,5 mm), si l'on fait abstraction d'énormes inclusions qui peuvent atteindre 2 mm. La cuisson est médiocre, probablement faite à l'air libre, bien que la coupe des tessons ne présente que rarement un cœur plus foncé. La dureté moyenne est de 3,5. Les surfaces intérieures sont simplement lissées, alors que l'extérieur est souvent fort bien poli, le dégraissant n'étant pas visible.

La céramique La India Rouge (Fig. 22)

28Cette catégorie groupe un matériel abondant et divers ; sa caractéristique commune est de présenter une surface extérieure recouverte d'un engobe rouge, peu épais, assez bien poli, dont la couleur varie selon la cuisson du rouge franc (2.5 YR-4/8) au brun rougeâtre (2.5 YR-4/4) Cet engobe, appliqué avant la cuisson, est peu stable et laisse une trace nette dans la terre humide ; il se dilue aisément dans l'eau.

29L'engobe couvre généralement tout l'extérieur et la lèvre de la poterie, rarement l'extérieur et l'intérieur ; exceptionnellement l'intérieur seul.

30Les formes sont nombreuses. Les trois plus communes sont :

  • grand vase globulaire, sans col, à bord rentrant et épaissi formant un véritable bourrelet extérieur (Fig. 22 a et b). C'est la forme souvent appelée tecomate ;

  • un bol hémisphérique ou en calotte, à bord direct, lèvre arrondie ou en méplat ;

  • un vase sphéroïde à col court et évasé (c).

31La première forme, tecomate à bourrelet extérieur, est très typique de la région de Tonosi. On note quelque variété dans la forme du bourrelet qui peut être plus ou moins nettement marqué et dans celle de la lèvre, arrondie ou en biseau (a - 1, 2, 3). Ces poteries sont dotées de deux oreilles, horizontales ou obliques vers le haut, placées à la base du bourrelet ; type d'appendices qui n'est pas particulier à la céramique La India Rouge puisqu'on le trouve aussi sur le Brun commun et sur 1'Infiernillo Tacheté. Durant la phase El Indio, ces tenons ont généralement une forme rectangulaire ou trapézoïdale allongée.

32Les dimensions moyennes des tecomates (puits P 2) sont de 31 cm pour le diamètre de l'ouverture (variant de 16 à 50 cm), de 3,8 cm pour la largeur du bourrelet (de 1,4 à 6,6 cm) et de 1,6 cm pour son épaisseur (de 0,9 à 2,2 cm).

33Le tecomate d'El Indio est sans nul doute une poterie utilitaire, qui devait servir au stockage de l'eau ou des aliments ; on le trouve aussi dans les sépultures, utilisé comme urne funéraire - pour les enfants surtout - ou contenant d'autres poteries. Cette forme est la plus populaire puisqu'elle arrive à représenter, dans la deuxième moitié de la phase El Indio, 52 % des bords rouges. Nous verrons qu'elle diminue ensuite.

Fig. 22 Phase EL INDIO : céramique La India Rouge.

34Je ne m’attarderai pas sur la deuxième forme - bol hémisphérique en calotte - qui est l'une des moins caractéristiques, puisqu'elle est commune à toutes les phases. On peut cependant noter au passage une plus grande fréquence de la première variété (hémisphérique) dans la phase El Indio, alors que la variété "ouverte" serait plus populaire dans la phase suivante. Une forme très particulière à El Indio est celle du bol à bord éversé (Fig. 23 a), rare dans le rouge, qui est celle du type La Bernardina à lèvre décorée ; un autre exemplaire (b) imite la forme des deux bols superposés propre aux vases "doubles" polychromes d'El Indio.

35Le bol profond à bord rentrant est une forme peu typique de la phase. Cependant à El Indio un petit bol rouge à bord rentrant direct (Fig. 23c) doté ou non d'une anse en ruban unique presque verticale (d) constitue l'offrande funéraire classique des sépultures pauvres. Nous avons trouvé dans une sépulture de la fouille F 3 deux bols soudés par leur panse et reliés par une anse unique (i). Ces bols pourraient souvent être classés en écuelle (e), qui mériterait le nom d’"encensoir" si elle portait des traces de feu ; elle est tardive, les formes ouvertes caractérisant plutôt la phase La Cañaza.

36Les dimensions moyennes de ces petits bols sont de 15 cm pour le diamètre de l'ouverture (de 12 à 18) et de 0,9 cm d'épaisseur de la lèvre (de 0,7 à 1).

37La troisième forme - vase à col court - peut avoir un col éversé à 45 %, concave ou rectiligne, à bord direct (Fig. 22 c 1) ; un col plus court (c 3) ou extérieurement épaissi (c 2) formant ainsi un bourrelet analogue à celui des tecomates.

38La forme du vase à col court représente en moyenne 20 % des bords rouges cette proportion diminue brusquement de moitié au début de la phase La Cañaza. Les dimensions moyennes ne changent guère d'une phase à l'autre diamètre de l'ouverture 25 cm (de 14 à 35), hauteur du col 2,2 cm (de 1,5 à 2,6). Généralement sans organes de préhension, ces vases peuvent être dotés de deux anses en ruban verticales (Fig. 22 d) ou même de quatre anses annulaires (e).

Fig. 23 - Phase EL INDIO : céramique La India Rouge et type Juncal Rouge mince.

39J’étudierai plus loin l'évolution de ces formes en les comparants à celles de la phase suivante. Notons dès maintenant l'absence à El Indio, de deux formes qui apparaîtront plus tard : le bol très court (écuelle) ou le plat, donnant à la limite la plaque (comal) et le vase 3 long col, appelé jarre quand sa hauteur dépasse le diamètre maximum de la panse.

40La céramique La India Rouge représente une part importante du matériel récolté dans le puits P 2 : la moitié en moyenne. Mais cette proportion varie assez fortement d'un site 3 l'autre : 3 La India 1, Puits P, le pourcentage moyen n'est que de 32,6 %. Un trait commun, toutefois, est la plus forte augmentation de la céramique rouge 3 la fin de la phase. Il serait surprenant que cette catégorie très vaste, couvrant plusieurs phases, nous donnât une courbe d'évolution régulière ; en fait (Fig. 4) on la voit passer de 60 à 35 % dans la première moitié de la phase, puis augmenter de nouveau jusqu'à atteindre 62 %. Ce minimum n'est sans doute pas dénué de signification : situé au milieu de la phase, il coïncide avec l'apparition de plusieurs types - Juncal, Infiernillo - et pourrait nous inciter à distinguer deux sous-phases dans la phase El Indio.

41La céramique La India Rouge apparaît, avec les autres types brun ou décoré, abondante dès le début de la phase El Indio. Nous avons admis que cette phase ne doit rien, ou fort peu, à la culture qui l'a précédée. Pourtant on ne peut s'empêcher de noter une grande ressemblance entre les quelques tessons engobés de rouge de la phase Bucaro et les premiers tessons La India Rouge. Il n'est pas impossible que la technique de cette céramique utilitaire soit un des rares legs faits par les premiers occupants de Tonosi à leurs successeurs.

42Rapprochements : La céramique La India Rouge, si l'on excepte la zone de Mariato dans la baie de Montijo, où elle existe au même titre que les autres types de la phase El Indio, ne peut être comparée qu'à la céramique commune rouge trouvée sur les sites de la côte est, entre Guararé et Pedasi ; ces sites sont plus tardifs et correspondraient plutôt aux phases La Cañaza et Bijaguales. Aucun trait commun avec les types contemporains de la baie de Parita, en particulier le type Girón, variété Rouge (Ladd, 1964 p. 171).

Type Juncal Rouge mince

43À l'intérieur de la céramique La India Rouge, ce type se distingue par la minceur des parois (inférieure à 7 mm), la qualité de l'engobe et le fini de la surface, soigneusement polie. La pâte est souvent aussi plus fine et plus homogène.

44Quelques formes sont particulières à ce type. Outre les petits bols à anse unique, déjà décrits (Fig. 23 d), on trouve un bol en calotte (f), hémisphérique (f 1) ou même à bord rentrant (f 2), à bord épaissi en bourrelet. Cette forme va évoluer de façon intéressante au cours des phases suivantes : le raccord du bourrelet et de la panse est d'abord souligné par une ligne en léger creux, visant sans doute à obtenir une meilleure adhérence ; vers la fin de la phase La Cañaza, le bourrelet disparaît et il ne subsiste plus que la rainure, profonde, large de 0,5 cm (Fig. 23 g). Celle-ci peut émigrer sur la lèvre en méplat horizontal (g 2),-en même temps apparaît le profil anguleux du bol, marqué par un épaulement. Durant les phases La Cañaza et Bijaguales, les bols Juncal Rouge mince tendent vers des formes plus ouvertes, en écuelle, et sont parfois dotés de deux "oreilles pendantes", tenons trapézoïdaux obliques vers le bas (Fig. 23 h).

45Les dimensions moyennes des bols Juncal ne varient guère d'une phase à l'autre. Le diamètre moyen de l'ouverture est de 17 cm (8 à 31) pour les bols à bord rentrant, de 23 cm (12 à 36) pour les bols verticaux ou ouverts.

46Le type Juncal Rouge mince n'apparaît nettement que dans la deuxième moitié de la phase El Indio. Il augmente régulièrement et se maintient à un maximum, variant de 8 à 12 % selon les sites, durant la phase La Cañaza ; puis il diminue et disparaît pratiquement pendant la phase Bijaguales.

La céramique Brun Commun

47La frontière entre celle-ci et la céramique Rouge est assez floue : des vases bruns non engobés ont souvent la lèvre peinte en rouge ; d'autre part les tessons rouges trop érodés tombent dans cette catégorie résiduelle.

48L'intérêt pratique de notre classification est surtout de montrer, pour chaque phase, quelle est la proportion de tessons engobés de rouge ou non engobés. Les variations relatives dans la technique du traitement de la surface des poteries peuvent être significatives.

49Les formes rouges et brunes différent peu pendant la phase El Indio. Cependant, certaines formes La India Rouge n'existent pas ou sont très rares en Brun : le bol de type La Bernardine (à bord éversé) et le bol à bord en bourrelet, par exemple.

50À tous les niveaux de la phase El Indio, on trouve quelques tessons bruns extrêmement minces (2 à 5 mm), les uns noirs et très bien polis, les autres à surface irrégulière et rugueuse parfaitement plane. Je n'ai pu les rattacher jusqu'ici à aucun type connu.

51Le Brun Commun, durant la phase El Indio, dessine une courbe opposée à celle du Rouge (Fig. 4), c'est-à-dire qu'elle passe par un maximum (42 %) vers le milieu de la phase, pour tomber ensuite aux environs de 20 % pendant toute la durée de la phase La Cañaza.

Supports et appendices

52La poterie de la phase El Indio se distingue de celle de la phase suivante par l'absence de supports incorporés : piédestaux ou bases annulaires. Les vases à fond convexe devaient être posés sur trois pierres, ou sur un support spécial, en forme d'anneau ou de sablier. Quelques petits bols polychromes dotés d'un piédestal proviennent des fouilles d'El Indio ou d'El Cafetal, mais leur position chronologique demanderait à être précisée. Je pense qu'ils datent plutôt du début de la phase La Cañaza. Celle-ci, en effet, est marquée par l'apparition massive, sur les poteries rouges aussi bien que polychromes, de piédestaux et de bases annulaires ; la plus grande partie de la céramique commune reste cependant à fond convexe.

53L'absence de pieds - si communs dans les provinces voisines du Veraguas et du Chiriqui - est un autre point important. Ce mode de support restera inconnu à Tonosi, à une exception près : les petits bols zoomorphes polychromes, outre les appendices figurant la tête, la queue et les ailes de l'animal, sont dotés de quatre pieds coniques (Pl. XXXIV)

54En ce qui concerne les organes de préhension, le manche est inconnu à El Indio et l'anse annulaire, extrêmement rare, ne devient commune qu'à la phase Bijaguales. Restent les anses en ruban et les tenons ou oreilles, que l'on trouve à El Indio sur la céramique commune rouge ou brune et sur 1'Infiernillo Tacheté, mais jamais sur les poteries polychromes.

  • 1 Passant 3 El Indio de 0,5 à 0,2 % du total des tessons Rouges, Bruns et Infiernillo.

55C'est l'anse en ruban verticale qui caractérise donc la phase El Indio ; sa fréquence diminue de plus de moitié 3 la fin de cette phase1. Elle a en moyenne 6 cm de hauteur (de 537) et 5 cm de largeur (de 2,2 à 8,5). Nous avons vu que l'anse unique partant du bord de la poterie verticalement ou obliquement est réservée aux petits bols ou "encensoirs" funéraires. On trouve plus fréquemment sur les vases à bord rentrant (Fig. 23 j) ou à col évasé (Fig. 22 d) deux anses partant un peu au-dessous du bord ou du col. Ces anses ont une section légèrement courbe et comme "ensellée", avec deux bourrelets sur les côtés et des traces de lissage. Elles peuvent être engobées ou non.

56Les tenons (ou "oreilles") sont fréquents sur les grands tecomates rouges ou bruns ; rares sur les bols du type Infiernillo. Soudés à la base du bourrelet, ils partent horizontalement ou en léger oblique vers le haut. La surface de contact est profondément entaillée à l'aide d'une valve de coquillage pour faciliter l'adhérence.

57Les oreilles sont irrégulièrement engobées de rouge sur leur face supérieure. Quant à leur forme (Fig. 23 k), on note une certaine préférence pour le rectangle et le trapèze (1) durant les phases El Indio et la Cañaza ; le croissant (2) n'apparaît qu'au début de la seconde et devient aussi commun que la forme 1. La forme 3, à côtés concaves, est tardive et reste rare.

58Les dimensions moyennes des oreilles sur la céramique rouge ou brune sont supérieures pour la forme en croissant : 17 cm de longueur et 4,6 de largeur. Celles des formes 1 sont deux fois moindres.

59En résumé, il nous apparaît que l'anse annulaire, épaissie, de section circulaire (connue dès la phase Bucaro ?) ne deviendra populaire que durant la phase Bijaguales. Les deux phases intermédiaires préfèrent l'anse en ruban verticale, qui d'ailleurs diminue pendant la phase La Cañaza au profit de l'oreille horizontale rectangulaire ou en croissant. Celle-ci est apparue dès la deuxième moitié de la phase El Indio sous une forme qui rappelle beaucoup les tenons des bols ornithomorphes figurant probablement la queue aplatie de l'animal.

60Tous ces modes de préhension subsistent au cours de la dernière phase, à côté de l'anse annulaire horizontale, qui est devenue prédominante.

La poterie à décor peint

Type Infiernillo Tacheté (Fig. 24 et 25, Pl. XV)

61Le plus simple des types décorés de la phase El Indio, il diffère grandement des types Tonosi Polychrome, tant par la forme que par le style fruste du décor. La surface, brun-rouge à brun-jaunâtre selon la couleur naturelle de l'argile, n'est pas polie mais simplement lissée ; elle garde un aspect terne. Quand elle a été noircie par la cuisson, ce qui est fréquent, le décor donne une impression inversée de raies noires sur fond rouge.

62Les deux formes les plus communes (Fig. 24) sont celles mêmes de la céramique rouge ou brune : tecomate à bord rentrant formant bourrelet (a) vase globulaire à col court, sub-vertical (b). Le premier est généralement doté de deux anses en ruban verticales ; l'ouverture peut avoir de 8 à 24 cm de diamètre (moyenne : 14 cm), l'épaisseur de la lèvre, qui est parfois en méplats, de 0,8 à 1,1 cm (moyenne : 1 cm).

63Le vase à col court (b, c, d) est également doté de deux anses.

64Le grand tecomate à bord vertical en bourrelet (e, f) est certainement tardif, comme le confirme le style du décor.

65Une troisième forme originale est le bol zoomorphe (Fig. 25). Le bol à bord rentrant, direct, est orné de deux appendices correspondant à la tête et à la queue d'un animal difficilement identifiable : yeux en pastillage, incision profonde marquant la bouche et série d'incisions parallèles figurant une sorte de crête ; à l'opposé, la queue est un simple tenon horizontal aplati, décoré comme la panse.

66L'ouverture peut avoir 10 à 15 cm de diamètre, mais on trouve des formes miniatures, tels les deux petits bols (c) provenant d'El Cafetal, dont le décor hachuré et ponctué est plus élaboré. Sur certains exemplaires la tête est traitée de façon différente (d) se rapprochant des bols zoomorphes décrits plus loin.

Fig. 24 - Phase EL INDIO : type Infiernillo Tacheté.

Fig. 25 - Type Infiernillo Tacheté (phase EL INDIO).

67Le décor de l’Infiernillo Tacheté utilise un pigment rouge qui est passé uniformément sur la lèvre et le bord extérieur, puis appliqué maladroitement en taches ou en lignes rouges sur la panse. Le pinceau manié de haut en bas laisse une trace large qui se rétrécit vers le bas "en gouttes d'huile" (en forme de larme, selon Lothrop) (Fig. 24 b). Les taches successives se chevauchent, ou recherchent maladroitement un effet de quinconce. Parfois, ces taches sont plus ou moins circulaires, donnant un aspect tigré (g) ; plus souvent elles sont allongées verticalement en bandes parallèles, de 1 ou 2 cm de largeur (a). Quand elles sont plus minces, régulières et groupées en faisceaux, on a sans doute affaire à une variété plus tardive (e).

68Le type Infiernillo est assez répandu dans notre zone, mais inégalement représenté ou même absent de certains sites. Le graphique de la Fig. 21 montre qu'il n'apparaît qu'à la moitié et ne devient important que vers la fin de la phase El Indio, sans dépasser toutefois un pourcentage maximum de 1,6 à 3,1 % suivant les sites (5 % à El Infiernillo). Le type survit jusqu'à la fin de la phase La Cañaza, mais il évolue : le bord des tecomates s'est redressé pour former un bourrelet vertical ; le décor de lignes minces verticales est plus régulier et plus discret (Fig. 24 e).

69L'Infiernillo Tacheté devient négligeable pendant la phase Bijaguales. La forme du bol zoomorphe subsiste, mais il est entièrement engobé de rouge.

Rapprochements

70Dans le matériel des conchales de Mariato, on ne s'étonnera pas de trouver le type Infiernillo Tacheté représenté, fort bien sinon mieux qu'à Tonosi. Formes et décor sont comparables. Sur la côte sud-est de la péninsule, je n'ai reconnu le type - ou un type très voisin - qu'à Los Santos (LS 2 et LS 3) mais non plus au sud. Il est, de toutes façons, peu abondant et tardif.

  • 2 1942, pp. 131-134, 176, 209. Pl. III c, e, m.

71Plus au nord, c'est au Sitio Conte (province de Coclé) que nous trouvons le type le plus proche de notre Infiernillo, dans le Red Line Wave défini par Lothrop2. Les différences sont, il est vrai, assez nombreuses : dans les formes (bols et jarres, encensoirs), dans les couleurs (rouge sur brun naturel, comme à Tonosi, mais aussi rouge sur engobe blanc épais), dans le style enfin : les taches en forme de "larmes" sont disposées plus régulièrement de façon à constituer des motifs parfois compliqués. Selon Lothrop, le Red Line Wave daterait de la phase Coclé Ancien et se poursuivrait durant le Coclé Tardif. Si l'on admet que le Coclé Ancien est à peu près contemporain de notre phase La Cañaza, le type Infiernillo Tacheté peut donc être considéré comme antérieur.

72R. Cooke a trouvé près de Nata, sur le site de La Herradura, un type à engobe blanc identique au Red Line Wave.

  • 3 1964, pp. 130, Pl. 10 et 11.

73Revenant au nord de la péninsule d'Azuero, nous trouvons dans les sites de la baie de Parita fouillés C. Willey (Girón, El Haltillo, Sixto Pinilla, etc.) le Red Line Ware de Coclé. J. Ladd3 distingue deux variétés : Red Daubed, à taches rouges sur le brun naturel, et Red Line, même décor sur fond blanc ou crème. C'est la première qui est la plus proche de 1'Infiernillo ; les formes elles-mêmes s'en rapprochent par la présence d'anses cm ruban, alors que les anses sont annulaires au Sitio Conte. Nous trouvons en somme dans le Red Daubed de la baie de Parita un type intermédiaire entre 1'Infiernillo de Tonosi et le Red Line Ware de Coclé. Le Red Daubed existe dans la phase Santa María ainsi que dans les deux phases suivantes contemporaines du Coclé Ancien et du Coclé Tardif.

74Pour conclure, 1'Infiernillo Tacheté est un type relativement modeste, plus proche de la céramique rouge ou brune commune que des types polychromes plus élaborés. Il est peut-être utilitaire, comme le suppose Lothrop pour ses bols Red Line Wave qu'il trouve en grande quantité - jusqu'à 19 - dans certaines tombes. Des bols zoomorphes Infiernillo figurent dans le mobilier funéraire de la phase El Indio, mais jamais dans celui des phases ultérieures. L'un deux contenant trois sifflets rouge incisé en forme d'oiseaux (Pl. XV).

75Le type est caractéristique de la phase El Indio et du début de la phase La Cañaza. Il est apparenté à des types très voisins du nord de la péninsule (Red Daubed dans la baie de Parita, Red Line Ware à Coclé) mais semble antérieur, tout au moins au second, et plus fruste.

Le Groupe Tonosi Polychrome

76J'ai classé dans ce groupe toutes les poteries et tous les tessons polychromes, bichromes ou simplement engobés de blanc.

77Le Tonosi Polychrome ne se distingue de la céramique utilitaire rouge ou brune que par les formes et par le traitement de la surface : selon la forme, plus ou moins fermée de la poterie, la surface intérieure est sommairement lissée et laissée sans engobe (c'est le cas des vases "doubles") ; ou bien elle est, comme la surface extérieure, entièrement engobée de blanc ou de rouge et soigneusement polie.

78L'engobe blanc est relativement épais (0,2 mm), homogène, d'aspect lustré et sillonné de fines craquelures. Selon la cuisson, la teinte peut varier du blanc au gris foncé (2.5Y.N3 ou 4) avec des reflets bleutés, ou même au noir (2.5Y-N2) ; du brun-grisâtre ou très pâle (10YR-5/2 ou 7/3) au gris rosâtre (7.5YR-6/2). Cette variété de teintes délicates n'est pas l'un des moindres attraits du Tonosi Polychrome. Les taches de feu sont fréquentes à l'extérieur.

79Le rouge, franc (10 R-4/6 ou 4/8), est celui de la céramique La India Rouge ; il peut être plus ou moins foncé, mais les variétés de teinte sont loin d'atteindre celles du blanc.

80Le noir est pur (2.5 Y-N2 ou 2.5YR-N2), sans mélange de jaune ou de brun. Pigment fragile, sans doute à base de manganèse, qui a tendance à s'écailler, alors que les deux précédents sont tenaces et résistent bien au nettoyage.

81Au point de vue des formes, je distinguerai les bols, les vases (ollas) et les formes particulières : vase-support en sablier, bols zoomorphes. La jarre est inconnue.

82Les bols (Fig. 26), de forme assez variées, peuvent se ramener à trois types principaux, caractérisés par leur forme et aussi par le style et la localisation du décor, attributs qui sont étroitement liés.

  1. bol rouge en calotte sphérique, à décor intérieur noir sur rouge, type Ciruelo Noir sur rouge (Fig. 26-1) ;

  2. bol blanc globulaire à bord éversé formant méplat ; celui-ci est décoré en noir sur blanc ou noir et rouge sur blanc. C'est le type La Bernardina à lèvre décorée. L'intérieur est blanc ou rouge (2).

  3. bols de formes plus variées (3a à 3d), blancs ou rouges, portant tous un décor bichrome ou trichrome sur la lèvre ou le bord extérieur. Ce type, plus complexe, n'a pas été baptisé.

83Les vases Tonosi polychromes ont uniformément un corps sphéroïde ou globulaire et un col très large. Les variétés ne peuvent être définies que par la forme et les dimensions de ce col :

  • haut nous avons alors la forme dite "vase double", parce qu'elle évoque deux bols superposés ;

  • bas : forme de vase à col très court, évasé ou vertical, qui paraît moins caractéristique de la phase El Indio (peut-être simplement parce que cette forme est plus classique).

84Dans les vases "doubles" (Fig. 27), le col est énorme, disproportionné, presque aussi important, à la limite, que le corps même de la poterie (a). J'ai classé dans cette catégorie les vases dont le rapport hauteur du col sur hauteur du corps est égal ou supérieur à 1/2. La diminution de ce rapport marquerait, semble-t-il, la transition de la phase El Indio à la phase La Cañaza.

85Le col des vases doubles est toujours largement ouvert, convexe, vertical ou légèrement évasé (a, c). Le bord peut être direct (d 3 à 5) épaissi à l'extérieur en bourrelet ou en méplat (a 1, 2).

Fig. 26 - Formes des bols TONOSI POLYCHROME et localisation du décor.

Fig. 27 - Formes des vases "doubles" du groupe TONOSI POLYCHROME

Fig. 28 - Formes des vases à col court du groupe TONOSI POLYCHROME

86Dans ces vases à col court (Fig. 28), celui-ci continue à être largement ouvert, mais ses dimensions sont plus modestes ; l'impression de vase "double" n'est pas donnée dès lors que la hauteur du col ou son diamètre est nettement inférieur à celui du corps.

87Ce col est en général évasé, rectiligne (a, b) avec un bord direct (3) ou éversé et formant un large bourrelet horizontal (1, 2). Il peut être vertical et convexe (c, d, 5 et 6). On hésite à classer certains exemplaires tant le passage de l'une à l'autre catégorie est progressif.

88Les dimensions moyennes des vases sont données par le tableau 3.

Tableau 3 - Dimensions des vases polychromes (en cm)

Vases doubles

Vases à col court

Hauteur totale

29 (de 21 à 39)

26,6 (de 21 à 29,6)

hauteur du col

13 (de 11 à 16,6)

6,5 (de 3,9 à 7)

diamètre maximum de la panse

30 (de 24 à 40)

29 (de 26 à 33)

diamètre maximum du col

25 (de 19 à 30)

18 (de 12 à 23)

épaisseur de la lèvre

2 (de 1,1 à 2,8)

2,3 (de 1,9 à 3,1)

89La fréquence des bols est beaucoup plus grande que celle des vases : sept pour un pendant la phase El Indio et la phase suivante.

Type Ciruelo Noir sur Rouge (Fig. 29)

90Ce type est caractérisé par un engobe rouge couvrant toute la surface et un décor noir sur rouge limité à l'intérieur de la poterie. La forme unique est celle du bol en calotte sphérique. Le bord est généralement direct, avec une lèvre en biseau, ou légèrement épaissie vers l'extérieur (a 1 à 5).

91Les dimensions moyennes sont de 20 cm (de 10 à 33) pour le diamètre de l'ouverture, de 0,7 cm (de 0,5 à 1,2) pour l'épaisseur du bord.

92L'existence d'une autre forme est suggérée par des fragments comme k (dont le décor est effacé) et 1 dans lesquels le bord du bol se prolonge par une oreille sub-horizontale, de forme rectangulaire ou triangulaire, décorée. Il s'agit sans doute de bols zoomorphes dont le tenon horizontal représente la queue.

  • 4 1964, pp. 167-168 et Pl. 10 a et b

93Le décor intérieur du type Ciruelo est souvent linéaire et géométrique, limité par une série de deux à cinq cercles concentriques sur le bord du bol ; la lèvre n'est pas décorée. Les pièces entières sont rares car ce type ne figure pas dans le mobilier habituel des sépultures. Sur le bol a, provenant d'El Indio, le décor de style "serpentiforme" (ici reconstitué, car il est très détérioré) rappelle un exemplaire identique trouvé à Maracas. Les motifs les plus courants sont les lignes parallèles (droites ou courbes), avec une série de tirets ou de points "suspendus" à la dernière (b et j, d et g) ; les triangles hachurés (c, f) et les zones quadrillées(e). Certains sont plus compliqués et représentent sans doute une figure humaine ou animale4.Nous retrouverons tous ces motifs dans le décor extérieur des vases polychromes.

Fig. 29 - Phase EL INDIO : type Ciruelo Noir sur Rouge.

94Le type Ciruelo Noir sur Rouge est représenté sur tous les sites de la phase El Indio, mais en petite quantité : il ne dépasse jamais 1,7 % du total des tessons (à El Cafetal) et ce pourcentage est en général plus bas (0,4 % à El Indio). Le type, absent du début de la phase El Indio, apparaît dans la deuxième moitié et se poursuit pendant la phase La Cañaza. Sa position chronologique peut être définie comme à cheval sur les deux phases.

Rapprochements

95Dans les sites de la région Santa María-Parita, J. Ladd (1) décrit une variété de Girón Polychrome proche de notre Ciruelo Noir sur Rouge par sa forme et son style décoratif : c'est la variété Interior Banded, qui serait antérieure au Coclé Ancien mais se poursuivrait pendant cette phase. Les différences sont mineures existence d'une base annulaire ou d'un piédestal, surface non entièrement engobée de rouge sur le type de Santa María.

  • 5 Lothrop, 1942, pp. 125 et sq ; le décor de la Fig. 227 b (p. 142) rappelle fort celui de notre bol (...)

96La distribution de 1'Interior Banded est très vaste. Ladd le signale dans les Iles des Perles (Linné) et dans le Darien (Cruxent) ; R. Cooke dans la région de Nata. Il est sans nul doute apparenté aux types Black Line Géométrie ware et Black-on-red ware du Sitio Conte de Coclé5, que Lothrop classe dans ses styles "exotiques" il pense qu'il s'agit de pièces importées datant du Coclé Ancien.

  • 6 Handbook, vol. 4, p. 202, Fig. 18 b et d

97Nous trouvons encore des pièces proches des bols Ciruelo à Venado Beach qui seraient de la même époque6, et sur le bord du lac Madden (notre Fig. 29 m), avec un décor représentant un quadrupède à tête d'oiseau qui rappelle étrangement un motif analogue d'El Indio,

98Sur la côte d'Azuero, notre type Ciruelo existe bien dans les conchales de Mariato, mais les bols sont de forme plus évasée, dotés d'oreilles trapézoïdes partant de la lèvre, et l'engobe rouge ne couvre pas uniformément toute la surface intérieure, ce qui rapprocherait plutôt ce type de la variété Interior Banded du type Girón.

99Sur la côte sud-est, le Ciruelo - ou un type très voisin - est abondamment représenté dans les sites tardifs (phase Herrera ?) de Los Santos à Pedasi, surtout à Guararé (site GE 1).

  • 7 1942, p. 239, Fig. 470 c.
  • 8 1950, p. 83, Fig. 135 b.

100Lothrop illustre encore à Macaracas7 un bol en calotte intérieurement décoré d'un motif serpentiforme proche de celui de notre bol a (Fig. 29) ; et à Arenas dans le Veraguas8 deux petits bols à piédestal de type Black Line ware. Aucune poterie du type Ciruelo Noir sur Rouge ou apparenté n'a jusqu'ici été signalée plus à l'ouest.

101En résumé, le type couvre l'ensemble de la péninsule d'Azuero, désorde vers l'ouest dans le Sud du Veraguas, et s'étend vers l'est jusqu'à la zone du Canal, peut-être même jusqu'au Darien. Il n'a, par contre, jamais été signalé dans le Chiriqui. Dans toutes ces régions, il paraît être postérieur à notre phase El Indio, sauf à Mariato et dans la baie de Parita.

102La technique du décor intérieur est assez étrangère au potier d'El Indio, qui se contente en général de décorer la lèvre ou le bord des bols ; elle ne deviendra courante que pendant la phase La Cañaza, après une période de transition où le décor d'El Indio viendra orner le fond des bols à piédestal ou à base annulaire (voir plus loin Fig. 66 et 67).

Type La Bernardina à lèvre décorée (Fig. 30 et 31)

103Dans le groupe des bols à décor Tonosi Polychrome, le type La Bernardina se caractérise par son bord reversé formant un large méplat, oblique vers l'intérieur : c'est la seule partie décorée. L'extérieur et le bord de la poterie sont engobés de blanc, l’intérieur de blanc ou de rouge.

104On peut distinguer une première forme (Fig. 30,1 à 5) dans laquelle le bord, non épaissi, est nettement éversé, le méplat oblique étant large (plus de 2 cm) ; et une seconde (6 à 10) dans laquelle le bord, plutôt qu'éversé, est épaissi vers l'intérieur et l'extérieur : c'est ici la lèvre qui forme méplat décoré.

105Le bord éversé ou épaissi en cours de séchage (Fig. 30, 5 et 10).

106Le diamètre moyen des bols La Bernardina est de 20 cm (de 12 à 24), la largeur du méplat de 1,8 cm (de 1,1 à 2,4). Mais on trouve des bols de dimensions plus impressionnantes : sur un bol exemplaire d'El Indio, malheureusement réduit à son col (Pl. XVI a), le diamètre atteint 38 cm et la largeur du bord décoré 7,5 cm.

107Le décor est presque toujours bichrome : noir sur blanc. Le rouge, quand il est utilisé, n'a qu'un rôle discret, servant à relever par une ligne, une tache, le dessin noir ; il peut aussi constituer le fond d'un motif négatif en feuille de laurier (Fig. 31 m et n).

108Les Fig. 30 et 31 ne donnent qu'une faible idée de l'extraordinaire variété des motifs décoratifs. On n'en trouve jamais deux exactement semblables, comme si l'exiguïté du champ décoratif, loin de brider l'artiste, l'avait au contraire incité à plus de fantaisie.

109Ces motifs ne sont pas fondamentalement différents de ceux des vases polychromes qui seront décrits plus loin ; mais le déroulement, la linéarisation de ce décor imposée par le support du champ décoratif rend celui-ci plus favorable aux motifs géométriques (rares sur les vases) et surtout au motif "serpentiforme" qui est le plus fréquent. Ce dernier, nous le verrons, est la schématisation extrême d'un animal monstrueux - qui n'est probablement pas un serpent malgré l'aspect sinueux de son corps hérissé d'excroissances. Le thème se prête à des variations sans fin, ces excroissances (qui représentent peut-être le poil ou Les plumes de l'animal) prenant la forme de triangles, de points, de tirets (Fig. 30 i, j, k) et finissant par se combiner entre elles pour envahir le décor (Fig. 31 a, b, c). L'impression visuelle passe alors du positif au négatif et elle fait ressortir, sur le fond blanc, des formes en feuille de laurier (Fig. 31 k) ou en rosettes à quatre pétales (e, f, g). Le traitement du décor en négatif mérite d'être souligné. Il est tout à fait particulier au style décoratif d'El Indio : j'aurai à y revenir plus loin. La plupart des motifs géométriques ne sont probablement que des stylisations du serpentiforme chevrons ou ligne anguleuse (le corps de l'animal), losange (son visage), triangle (son mufle, Fig. 31 v.).

Fig. 30 - Phase EL INDIO : type La Bernardina à lèvre décorée.

110Les représentations anthropo-zoomorphes plus réalistes sont très rares (Fig. 30 a-e) : un oiseau (a) et un quadrupède dans la position dite du "galop volant" (b) sont des fragments uniques trouvés à El Indio. c et d montrent un personnage, vu de face, traité schématiquement ; l'étude du décor des vases éclaircira ce thème. Dans les bords e et f, l'être monstrueux est réduit aux yeux, à la queue ou aux membres antérieurs recourbés à angle droit (Pl. XVI) : deux - ou trois - animaux fantastiques, représentant peut-être les gardiens de l'au-delà, semblent ainsi veiller en une ronde infernale sur l'ouverture béante qui fait communiquer le monde des vivants et celui des morts. Il ne faut pas oublier en effet que ces bols sont des objets funéraires, que l'on trouve précisément posés, ouverture vers le bas, près de la tête des morts et qui peuvent contenir une offrande alimentaire, voire une statuette représentant le défunt. On ne peut s'empêcher de penser à l'ossuaire de l'église monolithe de Saint-Emilion en Gironde : son ouverture étroite, en entonnoir, est gardée par trois anges aux bras enlacés, sculptés en bas-relief.

111Le type La Bernardina à lèvre décorée est un type ancien qui constitue, dès le début de la phase El Indio, un pourcentage important de la céramique décorée : jusqu'à 25 % à la India 1. Mais sa popularité est très variable d'un site à l'autre. Abondant à La Bernardina, à La India 1, à El Indio, il est à peu près absent d'El Cafetal, site pourtant voisin. Dans l'ensemble des fouilles stratigraphiques, le pourcentage de La Bernardina est toutefois modeste 1,5 % à El Indio, 2 % à la India 1. On constate qu'il est à peu près constant sur un même site tout au long de la phase El Indio, puis qu'il diminue au cours de la phase La Cañaza, sans disparaître complètement, même dans les sites datant de la dernière phase (El Pital, Guaniquito).

Fig. 31 - Phase EL INDIO : type La Bernardina à lèvre décorée

112Au début de la phase La Cañaza apparaissent de grands bols à oreilles dont la forme et le décor en feuille de laurier rappellent les bols La Bernardina (Fig. 66). Oh peut penser qu'ils en dérivent directement.

Rapprochements

113L'extension du type La Bernardina et de types apparentés est à peu près la même du Ciruelo Noir sur Rouge.

  • 9 Lothrop, 1942, p. 239, Fig. 471 a

114J'ai retrouvé le type lui-même, très peu représenté il est vrai, sur la côte est à Guararé ; il n'existe pas plus au sud. Pour Macaracas, Lothrop reproduit un bord de bol à décor serpentiforme typique9 qu'il baptise Panelled Red Ware.

  • 10 Ladd, 1964, pp. 163 et sq., Fig. 59, Pl. 13 a, b, c et 16 b

115Dans la baie de Parita notre type est proche du type Girón polychrome, variété Banded, Lip, décrit par Ladd10 et surtout de sa sous-variété Radial Banded. Il y a de sérieuses différences dans la forme des bols, plus homogène à Tonosi, dans l'engobe (extérieur brun naturel ou tacheté de rouge sur le site Girón), dans le décor enfin, qui est infiniment moins varié qu'à El Indio. Le Banded Lip rappelle plutôt la forme dérivée du bol La Bernardina qui apparaît au début de la phase suivante. Ici encore, la phase El Indio nous donne l'impression d'une certaine antériorité par rapport à la phase Santa María du Nord-Est de la péninsule. Quant à la position chronologique des deux variétés de Girón Polychrome - le Banded Lip et l'Interior Banded, que je rapproche respectivement des types La Bernardina et Ciruelo - Ladd constate une évolution qui confirme nos propres observations : au cours de la phase Santa Maria, la première diminue tandis que la seconde augmente de fréquence.

  • 11 Lothrop, 1942, p. 125, Fig. 234 c et 239 a

116Au Sitio Conte de la province de Coclé, les tessons de Black Line Géométric ware trouvés dans la zone de décharge11 ne sont autres que le Banded Lip de Girón ; Ladd signale la présence de poteries de ce type dans les tombes datant du Codé Ancien et aussi du Coclé Tardif. A Nata, R. Cooke trouve du Banded Lip dans les niveaux de la phase Santa Maria précédant le Coclé Ancien.

  • 12 no 22-9373 du Museum of the American Indian, Heye Foundation, N. Y. don de Ph. Dade (renseignement (...)

117Le Girón Banded Lip est présent à Venado Beach12, mais il n'a pas été signalé, à ma connaissance, plus à l'est.

118En résumé, le type La Bernardina à lèvre décorée, tel que je l'ai précisément défini, ne se trouve guère en dehors de la région de Tonosi que sous forme d'exemplaires peu nombreux et qui ont peut-être été importés de notre zone. Par contre, l'extension des types apparentés - le Girón Banded Lip surtout - couvre le Nord de la péninsule, la province de Coclé et s'étend jusqu'à la zone du Canal. Ce type apparaît durant la phase Santa María mais il serait légèrement postérieur au nôtre et plus proche du type qui en est dérivé au début de la phase La Cañaza. Le problème de la contemporanéité et de l'influence réciproque des phases Santa María et El Indio se trouve ainsi posé.

Autres bols du groupe Tonosi Polychrome (Fig. 32 à 35)

119Nous avons distingué (Fig. 26) :

  1. les bols blancs à bord extérieur décoré en noir ou noir et rouge sur blanc (forme 3 a)

  2. ou à lèvre décorée de la même façon (formes 3 b et 3 c) ;

  3. les bols rouges à bord extérieur décoré en noir et blanc sur rouge (formes 3 a et 3 b)

  4. les bols rouges à bord extérieur ou lèvre décorés en noir sur rouge, a) Les premiers (Fig. 32) sont des bols à bord rentrant direct (a 1 et 2), parfois épaissi à l'intérieur (4-5). La lèvre peut être arrondie, en biseau ou former un méplat horizontal ou oblique vers l'intérieur. Le fond est convexe, sauf sur deux exemplaires dotés d'un piédestal trouvés à El Indio et à El Cafetal (Fig. 32, o), qui sont probablement des pièces de transition.

120Les dimensions varient beaucoup, indiquant, semble-t-il, l'existence d'une variété de grande taille (diamètre : 26 cm, de 24 à 36) et d'une variété petite (12,5 cm, allant de 8 à 16). Rien entre 16 et 24, mais peut-être notre échantillonnage est-il insuffisant.

121L'extérieur du bol et la lèvre sont engobés de blanc, l'intérieur de blanc ou de rouge. Le décor couvre la lèvre et l'extérieur du bord sur une faible largeur (2 à 3,5 cm). C'est un décor linéaire tout à fait comparable à celui des bols La Bernardina, tandis qu'une simple ligne noire ou rouge souligne la lèvre. Fréquemment le décor se réduit à une série de lignes parallèles noires et rouges, dont la dernière porte une série de points ou de tirets horizontaux "suspendus" (Fig. 32 a, o, q). Le motif serpentiforme est aussi fréquent (i et j) et en général les différents éléments décoratifs du style El Indio qui seront décrits plus loin, tel celui de la "portée musicale" (b), des triangles "suspendus" (m), etc. Les motifs traités en négatif nous intéressent spécialement : on y retrouve la rosette (f) et la feuille de laurier, plus une croix de Malte ou un "aigle’1 (suivant la terminologie adoptée, en réalité sans doute un vautour) aux ailes déployées (g, h) habilement suggéré par quatre traits noirs partant des angles d'un carré.

Fig. 32 - Bols Tonosi Polychrome à bord extérieur décoré en noir (et rouge) sur blanc.

122Exceptionnellement, le décor ne se limite pas à une bande étroite mais semble couvrir une grande partie de la surface extérieure (k, p). Ce trait paraît tardif.

123b) les bols blancs à lèvre décorée (Fig. 33) sont à bord rentrant, formant méplat oblique vers l'extérieur (a) ou à lèvre épaissie en méplat horizontal (2 à 5). Cette dernière forme est difficile à distinguer des cols des vases doubles, souvent décorés de la même façon.

124Le diamètre de l'ouverture varie de 8 à 24 cm (moyenne 15 cm), l'épaisseur de la lèvre de 0,5 à 1 cm (moyenne 0,8).

125L'extérieur et la lèvre sont blancs, l'intérieur blanc ou rouge.

Fig. 33 — Bols TONOSI POLYCHROME à lèvre décorée en-noir (et rouge) sur blanc.

126Le décor, plus simple que le précédent, se limite en général aux cinq thèmes de la Fig. 33, le plus courant étant le motif "en échelle" (a) et la ligne de ponctuation entre deux traits noirs (d). Ici encore le décor en négatif n'est pas absent, avec le motif de la feuille (b) et de 1a rosette (c).

127c) Les bols rouges à décor extérieur noir et blanc sur rouge (Fig. 34) existent sous trois formes : bord rentrant à inflexion régulière (a), bol en calotte (f), bord rentrant à angle vif formant méplat ou bourrelet (5, 6, 7).

128Les dimensions sont très variables. Le plus petit de ces bols, trouvé à El Indio, n'a que 8,6 cm de diamètre maximum ; le plus grand une quarantaine de cm. Le diamètre moyen de l'ouverture est de 23 cm, l'épaisseur du bord de 1 cm.

129Si les formes sont proches des variétés précédentes, les différences portent sur le décor : couleurs utilisées - noir et blanc sur fond rouge - et motifs décoratifs, ceux-ci étant moins variés et toujours géométriques.

130Dans la forme a (Fig. 34), le décor occupe la lèvre et le bord extérieur sur une largeur de 1,8 à 6 cm proportionnelle au diamètre de l'ouverture (l/6e environ). Il est à base de lignes horizontales, verticales ou obliques, noires ou blanches, délimitant des panneaux dans d (croix blanches) et e (taches noires allongées semées de points blancs).

131Dans les deux autres formes, le décor se limite à la lèvre ou au méplat et il est plus simple encore : trois lignes horizontales séparant deux rangées de points blancs (f). Des motifs aussi compliqués que h, ou même g, sont exceptionnels.

132d) Les bols rouges à décor extérieur noir sur rouge (Fig. 35) pourraient être considérés comme une variété du type Ciruelo Noir sur Rouge, n'était l'importance de l'emplacement du décor que j'ai soulignée. Il vaut mieux les considérer comme une variété des bols polychromes, dont ils ont en général les formes et le style décoratif.

133Certaines formes leur sont pourtant particulières : par exemple le bord eversé, proche de la Bernardina (o et i) ou formant un large méplat horizontal (h). L'existence de petites anses verticales à fonction purement décorative (g) ou de côtes en relief (j) donne une impression de plus grande liberté, comme le décor qui s'applique à la lèvre, au bord extérieur ou à la moitié supérieure de la panse. Les motifs sont les mêmes avec cependant un damier (g) que nous n'avons pas retrouvé ailleurs.

Fig. 34 - Bols rouges Tonosi Polychrome à bord extérieur décoré en noir et blanc sur rouge.

Fig. 35 - Bols TONOSI POLYCHROME à décor extérieur noir sur rouge

134Tout comme les bols La Bernardina, dont ils sont très proches, les bols polychromes restent populaires durant toute la phase El Indio et survivent au cours de la phase suivante, avec quelques variations dans la forme et le décor qui seront signalées au passage. Comme le type La Bernardina également, ils me semblent apparentés à la variété Banded Lip du type Girón Polychrome de la baie de Parita.

  • 13 1964, Pl. 10 a
  • 14 Ibid. p. 171

135J. Ladd13 illustre un grand bol trouvé à Sixto Pinilla (He 1), proche de notre variété à décor noir et blanc sur rouge, bien que le décor, à base de lignes courbes se terminant en motif zoomorphe - pattes de grenouille ou de tortue - soit assez différent. Notre variété à décor extérieur noir sur rouge serait plus voisine du type Escota Polychrome de Ladd, variété Noir sur Rouge14. On trouve à Nata, classé par R. Cooke comme Girón BandedLip, le bord en méplat décoré d'un quadrillage oblique de la Fig. 35 h. Cependant, rien de comparable aux bols polychromes de Tonosi n'a été trouvé au Sitio Conte. Dans le sud de la péninsule d'Azuero, ce type semble même réservé à la région de Tonosi et à Mariato, car sur la côte est les sites de Guararé et de Los Santos livrent un matériel plus tardif et très différent.

136Si donc les bols de types voisins du Ciruelo Noir sur Rouge et de La Bernardina à lèvre décorée ont connu, pendant une période correspondant à nos phases El Indio et La Cañaza, une grande extension vers le nord et vers l'est, il n'en est pas de même pour les autres types de bols du groupe Tonosi Polychrome, qui semblent bien particuliers à la région de Tonosi. C'est la raison pour laquelle ils ont été étudies à part.

Les Vases Tonosi Polychrome

137Formes et dimensions de ce groupe de poteries ont été décrites plus haut. Je m'attacherai maintenant au décor.

138Les trois couleurs utilisées sont toujours le blanc, le noir et le rouge. Les combinaisons les plus classiques sont :

  • le noir et rouge sur blanc,

  • le noir et blanc sur rouge.

139D'autres sont employées plus rarement : le noir sur blanc est rare sur les vases, contrairement au décor des bols ; presque toujours ce décor un peu terne est relevé d'un liseré ou de quelque zone rouge. Le noir sur rouge est réservé au type Ciruelo et aux bols à décor extérieur, fort rare sur les extérieurs des vases. Le blanc sur noir et le rouge sur blanc n'ont jamais été trouvés sur des poteries entières. Le noir ou rouge sur brun clair (ou beige), signalé par Mitchell, pourrait être en fait un bichrome sur fond blanc ayant pris une teinte chamois, comme c'est parfois le cas.

140Existe-t-il une évolution dans le choix de ces diverses combinaisons au cours de la phase El Indio ? Si l'on étudie les pourcentages des trois combinaisons : noir (et rouge) sur blanc - noir et blanc sur rouge - noir sur rouge, on note que la première diminue assez régulièrement (de 84 à 60 % dans le puits P 2 à El Indio) et que la seconde augmenté au contraire, passant de 9 % vers le milieu de la phase, à 27 % à la fin. Le noir sur rouge augmente également, de 5 à 13 % pour diminuer ensuite légèrement jusqu'à 8 %. Si l'évolution est suivie au cours de la phase La Cañaza, on constate que la proportion de noir et rouge sur blanc, neuf fois supérieure à celle du noir et blanc sur rouge au début de la phase El Indio, et trois fois à la fin de cette même phase, ne lui est plus que deux fois supérieur® vers le milieu de la phase La Cañaza. Il y a là l'indication d'une tendance certaine, bien que la formule du noir et blanc sur rouge soit étrangère à la polychromie de cette dernière phase.

141Nous verrons qu'il existe un rapport probable entre certains thèmes et les couleurs utilisées.

142Les couleurs sont appliquées dans l'ordre : rouge, puis noir (rarement l'inverse) sur un fond blanc ; noir, puis blanc, sur un fond rouge.

143La transparence de la couleur blanche donne à cette combinaison une allure particulière très agréable à l'œil.

144Il s'agit toujours, dans le Tonosi Polychrome, soit de bichromie (noir sur blanc...) soit de polychromie vraie. Nous avons trouvé dans un seul cas les deux combinaisons utilisées successivement : sur le fond blanc-crème a été tracé un décor géométrique noir et rouge, auquel ont été superposés des T blancs (Pl. XVII c).

145Le potier d'El Indio ne ressent guère la nécessité de cerner ses bandes ou ses zones rouges par des traits noirs. Cette ignorance du cerne paraît être un trait distinctif de la phase El Indio par rapport à la phase suivante.

146Les traits sont faits d'une main ferme, sans retouche. Cette habileté nous confond quand il s'agit de lignes concentriques tracées par exemple sur la lèvre d'un vase : elles sont distantes de moins de 1mm, et jamais ne se touchent ; aucun raccord n'est visible.

Le champ décoratif (Fig. 36)

147Quelle que soit la forme du vase - double ou à col court - 1'engobe blanc ou rouge couvre la surface extérieure (y compris la base convexe) et l'intérieur du col. Le décor occupe la lèvre, l'extérieur du col et le haut de la panse jusqu'à son méridien ou un peu au-dessous.

148Par contre, le décor s'organise de façon différente suivant la forme : dans les vases doubles, le col constitue un champ décoratif équivalent à celui de la panse, ce qui n'est pas le cas pour les vases à col court. Le motif principal (en pointillé sur la Fig. 36) formant un panneau rectangulaire ou ellipsoïdal est répété deux ou trois fois autour du vase. Il peut s'agir d'un motif double ou même triple quand le décor est simplement géométrique (d, e, f).

149Quant à la répartition panse-col, il peut arriver que le motif principal soit décomposé ou reproduit en deux panneaux identiques superposés (c) ; ou bien il n'occupe que la panse et la moitié inférieure du col est alors peinte en noir (f, h).

150Les motifs anthropo-zoomorphes, que je décrirai plus loin, ne sont répétés que deux fois (a, b, c) alors que les motifs géométriques et ceux de style dit "en papier découpé" le sont trois fois (g, h).

151Dans les vases à col court, le motif principal ne déborde jamais sur le col : il forme soit un panneau répété deux ou trois fois (i, j), soit une bande continue autour de la panse (k). Cette dernière disposition est inconnue sur les vases doubles et elle annonce peut-être la phase La Cañaza.

Fig. 36 - Le champ décoratif des vases "doubles" Tonosi Polychrome

152Des motifs de séparation, généralement simples, isolent les panneaux principaux. Ce peut être une large bande verticale rouge, noire ou blanche, ou une série de bandes noires parallèles, ou encore un panneau rectangulaire blanc encadré de lignes rouges (ou l'inverse).Le motif le plus courant se présente comme une colonne de triangles superposas, pointe vers le haut ou vers le bas (Fig. 38 t4, 5, 6). Le motif, qui serait à l'origine la représentation d'un arbre (t 1), se prête à de multiples variantes, en positif ou en négatif (7,8).

153Des éléments simples - lignes continues, ponctuations, tirets... - marquent les limites du décor vers le haut et vers le bas. Sur les vases à col court, ils constituent l'unique décoration du col. La disposition la plus fréquente est une succession de deux à six lignes horizontales dont la dernière porte une série de points ou de tirets "suspendus".

154La lèvre, enfin, est ornée de motifs simples : large bande noire, cercles concentriques (de deux à quatre), avec ou sans points "suspendus" etc. Il arrive que le décor du col se prolonge sur la lèvre quand celle-ci est en méplat (Fig. 38, h).

Structure du décor

155La technique décorative du Tonosi Polychrome utilise deux procédés sur lesquels j'insisterai car ils constituent un excellent critère de distinction entre les phases El Indio et La Cañaza. Ce sont : le traitement du décor "en négatif" et la reproduction d'un motif par symétrie "en miroir".

156a) J'ai dit un mot du décor négatif sur le bord des bols polychromes feuilles de laurier ou de saule, rosette, croix de Malte et "aigles" se détachent en blanc, couleur de l'engobe, soulignés par le décor noir ou rouge. Cette technique est couramment utilisée sur les vases doubles, moins fréquemment sur les vases à col court (Pl. XXX b). ; elle est réservée à certains motifs : personnage hiératique, "papier découpé".

  • 15 1968, p. 285.

157Précisons qu'il s'agit d'une simple facon d'organiser, de faire lire le décor - ce que A. Chapman nomme figure-ground perception15 - et non la technique de peinture en négatif dite resist-painting.

158Le motif principal du décor en négatif se détache, en blanc ou en rouge (couleur du fond), sur un décor précédemment quadrillé (Pl. XXI a), ou décomposé en une multitude de petites figures géométriques hachurées dans le style dit "en papier découpé" (Pl. XXVI).

159Le décor en négatif n'a jamais été trouvé sur les poteries polychromes de la phase La Cañaza. Durant la phase Bijaguales, les rares tessons de type Macaracas décorés selon ce procédé ont un style si différent de celui d'El Indio que toute idée de survivance doit être exclue.

160b) L'étude de la réduplication ou du dédoublement du motif principal montre qu'il existe entre les phases El Indio et La Cañaza une opposition essentielle : celle-ci utilise à peu près exclusivement le procédé de symétrie par rotation, alors que celle-là ne connaît que le procédé de symétrie par réflexion. L'impression générale donnée par le décor diffère ainsi grandement : dynamique dans un cas (impression encore accentuée par l'emploi d'éléments tels que spirales, volutes, etc.), elle est statique dans l'autre, alors même que le décor représente des personnages en mouvement.

161Le procédé de la symétrie en miroir est particulièrement net dans le décor "en papier découpé" (Pl. XXVII) : chaque panneau est double, composé de deux parties symétriques par rapport à un grand axe, celui-ci étant horizontal ou vertical ; et pour chaque demi-panneau, la symétrie en miroir peut encore jouer un rôle essentiel dans la composition, tel le motif 5 où l'on voit un personnage de face tenant à bout de bras, dans chaque main, un animal, singe ou chien.

162De plus, on ne peut faire abstraction de cet élément essentiel de la structure du décor pour l'interprétation des thèmes qui mettent en jeu des personnages ou des animaux. Bien au contraire, il va nous aider à comprendre certains motifs qui, de prime abord, peuvent paraître imaginaires ou purement fantaisistes. En effet, l'artiste va donner à ses créatures, déjà monstrueuses puisqu'elles allient des attributs humains et animaux, un aspect encore plus fantastique en les dédoublant, et cela de deux façons différentes (Fig. 37) ; soit en représentant deux êtres de profil soudés par leur ligne dorsale (a, b : motif du "monstre dédoublé"), soit en les reliant seulement par leur arrière-train (c, d). Tout personnage vu de face (dans le motif du "personnage hiératique" par exemple) peut donc être analysé comme formé de profils accolés, ce qui explique certains détails apparemment gratuits. Il est probable en particulier que l'étrange silhouette de la Pl. XXI b, mi-homme, mi-grenouille, est en réalité composée de deux profils de singes (ou de chiens) accolés ; les ornements d'oreille seraient alors le museau de l'animal et l'ornement de ceinture sa queue. Les curieuses peintures faciales du personnage hiératique (Pl. XXI a) représenteraient, en fait, deux têtes d'oiseau ( ?) se faisant face.

Fig. 37 - Les deux procédés de dédoublement du motif zoomorphe dans le Tonosi Polychrome.

  • 16 Mitchell, 1965, p. 19, pl. 2. L'exemplaire provient de La India 1. D'autres fragments ont été trouv (...)

163Jeu de combinaison de trois couleurs, traitement en positif ou en négatif du décor, dédoublement des motifs "en miroir" le potier d'El Indio dispose de procédés esthétiques lui permettant de varier presque à l'infini le traitement d'un décor dont les thèmes sont en nombre relativement limité. Aussi ne fait-il appel que rarement au décor plastique : appendice nasal appliqué au personnage hiératique, côtes verticales en relief sur quelques rares exemplaires16.

Éléments et motifs décoratifs (Fig. 38 et Pl. XVIII)

164Par opposition au "thème", les éléments décoratifs ne jouent dans l'ensemble du décor qu'un rôle secondaire, de remplissage ou d'ornement ils peuvent aussi être compris comme des signes, des symboles dont la signification nous échappe. Leur étude, en tous cas, est très importante car, au même titre que les thèmes mais indépendamment, ils peuvent être empruntés ou diffusés, nous révélant certains contacts, certains liens de parenté entre des types de régions ou d'époques différentes.

165La Fig. 38 n'illustre que certains éléments décoratifs parmi les plus typiques du polychrome d'El Indio :

  • lignes verticales parallèles (a, b et Pl. XVIII c). C'est le plus élémentaire. Il peut constituer le décor unique, comme sur le col du vase a.

  • chevrons (Fig. 38 c, Pl. XVIII j). Élément peu commun (en dehors du serpentiforme). Il peut être utilisé comme remplissage avec ou à la place du quadrillé. On le trouve en particulier dans le tatouage facial du personnage hiératique.

  • quadrillé (Fig. 38 c et Pl. XVIII f, g). Très utilisé, aussi bien sur les bols que sur les vases ; servant souvent de fond au décor négatif. C'est un réseau serré de traits, généralement obliques. Une technique originale combine les traits noirs dans un sens, rouges dans l'autre ; nous le retrouverons dans la phase suivante.

  • damier (Fig. 38 d et Pl. XVIII d, e). Figure moins fréquente. Nous l'avons trouvée sur les bols La Bernardina. Sur les vases doubles, il peut constituer le motif principal du panneau ou le motif de séparation. Le quadrillage à lignes noires ou rouges est d'abord tracé, puis une case sur deux remplie de noir ou de rouge, en quinconce. Il en résulte des cases de valeur inégale, les blanches paraissent plus petites.

  • pointillé (Fig. 38 a, f, g, k et Pl. XVIII h, i). Élément populaire à El Indio et traité de façon originale. On trouve les ponctuations "suspendues" aux lignes marquant les limites du décor ; c'est alors un élément interchangeable avec les tirets, les triangles, les T. Les ponctuations peuvent constituer le motif principal (Pl. XVIII h, i) servir de remplissage à des figures géométriques : triangles, losanges, damier (Fig. 38 f) ou de fond à une scène (les "hommes portant un tronc").

166Disposées en lignes, elles sont souvent de taille décroissante (Fig. 38 e, g). Le motif que j'appelle "en portée musicale" (Fig. 38 k, 1, m, Pl. XVIII h, k, 1) est une succession de lignes horizontales parallèles les portées - entre lesquelles s'inscrivent des séries de points ou de tirets - les notes - généralement en quinconce. Ce motif intéressant, ornant les lèvres et les panses des vases comme les bords des bols polychromes, peut constituer le thème unique d'un décor géométrique (Pl. XVIII h).

167Impressions d'extrémité de tube (Fig. 38 h, i, j ; Pl. XVIII a, b). Les cercles réguliers produits par application du bout d'un tube enduit de noir, de rouge ou de blanc (le choix de la couleur dépend du fond et peut changer sur une même poterie d'une zone à l'autre) sont parfois ponctués au centre. Leur diamètre est très uniforme, de 0,8 à 1 cm, ce qui laisse supposer que l'instrument utilisé est toujours le même.

168En général, les impressions de tube sont disposées en panneaux qu'elles remplissent complètement (Pl. XIX) ; parfois, elles font partie d'une décor plus complexe (Fig. 38 h, i). On ne les trouve que sur les vases doubles croix (Fig. 38 o ; Pl. XVII d). Rarement utilisée comme motif principal, en blanc sur fond rouge, la croix sert de motif de fond à la scène des "hommes portant un tronc" - elle est alors interchangeable avec des points - ou aux motifs zoomorphes réalistes : oiseaux, serpent (Pl. XXIII a, b).

Fig. 38 Les éléments décoratifs du Tonosi Polychrome

169T, I barré (Pl. XVII b, c). À rattacher au motif de la croix, les T droits ou renversés, les I barrés de un ou deux traits, toujours en blanc sur fond rouge. Ces motifs paraissent réservés aux vases, triangle (Fig. 38 m ; Pl. XVII f). Pleins, hachurés, ponctués, suspendus à une ligne comme élément terminal du décor, éléments constitutifs du motif de l'arbre (Fig. 38 t 3 à 8).

170Feuille de laurier, rosette, croix de Malte (Fig. 38 p. ; Pl. XVII g). Ces motifs, toujours traités en négatif, sont plus fréquents sur les bords des bols. Ils pourraient dériver du serpentiforme. Rosette ou croix de Malte sont obtenues avec un maximum d'économie grâce à quatre tirets ou ponctuations partant des milieux des côtés ou des angles du cadre.

171Spirales. Plus commune durant la phase La Cañaza, on trouve la spirale à El Indio sur quelques rares tessons, peut-être tardifs (Pl. XVII h, i), ou elle semble évoquer la queue enroulée d'un singe. Ce motif est d'ailleurs plus explicite sur un vase à col court d'El Cafetal (Fig. 39 1) ; on constate dans cette curieuse scène que les spirales doubles constituant le motif central, en forme d'arbre, sont obtenues par symétrie en miroir, au lieu de s'enchaîner comme dans le décor de La Cañaza.

172Divers. Dans les scènes de personnages, des éléments dont certains semblent vraiment avoir valeur de signes, parsèment le fond : dessins en diabolo, rectangles hachurés (Pl. XXI b) évoquant les "scutiformes" des peintures pariétales européennes ; le motif "stellaire" (Fig. 38 q, r, s), constitué d'un noyau entouré de ponctuations, est particulièrement digne d'attention ; nous le retrouverons plus au nord, dans la province de Coclé.

Les thèmes décoratifs

173Les thèmes, dont chacun est traité dans un style qui lui est propre, sont en nombre limité. J'en ai distingué sept : décor géométrique, personnage anthropo-zoomorphe en posture hiératique, monstre dédoublé serpentiforme, motifs en "papier découpé" scène des hommes portant un tronc, zoomorphes divers.

1.-Décor géométrique (Pl. XIX et XX)

174Très général sur les bords ou les lèvres des bols polychromes, le décor purement géométrique est peu courant sur les vases, doubles ou à col court ; on le trouve aussi sur les vases-support en sablier. Notre étude a porté sur sept pièces entières trouvées dans les sépultures d'El Indio et d'El Cafetal et sur d'assez nombreux fragments provenant de différents sites de la phase El Indio, en particulier à El Indio même, à La India 2, La Cañaza et La Bernardina.

175J'ai dit plus haut que sur les vases doubles, ce décor est organisé en panneaux horizontaux ou verticaux (Fig. 36 d, e, f) occupant la panse seule, ou la panse et le col. Il y a en général un ou deux motifs principaux, parfois trois, chacun d'eux étant répété trois fois autour du vase. La combinaison de couleurs noir et blanc sur rouge est fréquemment utilisée.

176Le grand vase d'El Cafetal du Museo Nacional (Pl. XIX a) est un bon exemple de décor géométrique. Deux motifs principaux, en panneaux verticaux, s'étendent sans hiatus sur le col et le haut de la panse, se détachant sur un fond noir recouvrant l'argile rouge ; il n’y a pas de motifs de séparation entre les panneaux. Dans chacun d'eux, le décor est blanc sur rouge il s'agit donc plutôt de trichromie que de véritable polychromie.

177Les panneaux alternés utilisent l'un le motif des impressions de tube ponctuées, l'autre le motif de 1'"arbre" en négatif sur fond hachuré. La lèvre est ornée de trois lignes noires concentriques. Deux lignes noires, la dernière à points "suspendus", limitent le décor vers le bas.

178Le vase b d'El Indio (Pl. XIX) est, par contre, un vrai polychrome. Le décor noir et blanc sur rouge comprend crois motifs différents à panneaux horizontaux : impressions de tube et feuilles de laurier en négatif sur la panse, triangles hachurés sur le col.

179La plupart des éléments décoratifs énumérés plus haut peuvent être utilisés comme motifs principaux des panneaux : bandes verticales, damier, pointillés divers, impressions de tube, croix, T, I barrés, triangles, feuilles de laurier.

180Sur les vases à col court, le décor n'occupe que la panse. Il est souvent noir et rouge sur blanc et de style assez différent. On retrouve dans la spirale double de l'exemplaire d'El Indio (Pl. XX a) la représentation de l'arbre stylisé. Le vase d'El Cafetal (Pl. XX b) porte une série de côtes en relief séparant des panneaux étroits à décor simplement hachuré ; le vase-support en sablier (Pl. XXXII a) une série de lignes pointillées.

2. Personnage hiératique (Pl. XXI)

  • 17 1965, Pl. 2 B et Pl. 3 A

181Ce thème est l'un des plus intéressants car il nous donne la clé qui va nous permettre d'en déchiffrer beaucoup d'autres. Il figure uniquement sur des vases d'El Indio et semble rare puisque nous n'en connaissons que trois exemplaires entiers, dont deux proviennent de notre fouille F 3 (Pl. XXI a). Mitchell illustre deux vases de ce type, trouvé à La India 117.

182Le décor est en noir sur blanc, parfois relevé de rouge dans les motifs de séparation. Deux panneaux opposés représentent un personnage vu de face ; la tête et les bras levés occupent le col du vase, le corps et les jambes écartées en pattes de grenouille la panse. Cet être monstrueux dont on hésite à dire s'il est humain ou animal, se détache en négatif sur un fond quadrillé. La tête est remarquable par son nez modelé en bec d'aigle-seule partie en relief-par une sorte de masque ou de tatouage facial autour des yeux et par sa bouche entr'ouverte découvrant les dents.

183Le même motif est traité d'une façon bien différente, en positif noir et rouge sur blanc, sur l'extraordinaire poterie d'El Indio, malheureusement incomplète mais dont deux panneaux sont presque entiers (Pl. XXI b). Le personnage en attitude hiératique est ici très stylisé, silhouette anguleuse plus proche encore de la grenouille. Le fond est semé de petits personnages qui semblent danser en brandissant des lances et représentant le stade ultime de cette schématisation linéaire. Il faut noter la forme en losange de la tête qui se prolonge par deux triangles en guise d'oreilles ; l'ornement de ceinture les motifs secondaires du fond qui représentent peut-être, outre les petits guerriers, un arbre à gauche, un arc ( ?) à droite, partant de la main gauche du personnage, et les fameux "signes" scutiformes", en diabolo ou en croix.

Fig. 39 - Motifs anthropomorphes, zoomorphes et serpentiformes sur les vases Tonosi Polychrome.

184J'ai indiqué plus haut comment la silhouette du personnage et plusieurs détails de la coiffure ou de la ceinture peuvent être compris en partant de la représentation de deux animaux accolés par leur ligne dorsale. Nous y reviendrons en étudiant le thème suivant du "monstre dédoublé".

185La représentation du personnage hiératique se retrouve sur plusieurs tessons provenant de La India 2 (Fig. 39 a et b). Celle de a nous intéresse par la disposition particulière du décor en panneaux ovales séparés par des côtes en relief et par la schématisation un peu différente du personnage, doté cette fois d'un corps en losange évidé, formule que nous avons déjà trouvée sur les bols La Bernardina et que nous retrouverons dans les motifs "en papier découpé"

3. - Monstre dédoublé (Pl. XXII)

186Ce thème est à rapprocher du précédent ; structure du décor identique - mais en positif - personnage central sur le col et la panse, qui a perdu cette fois toute apparence humaine corps en losange évidé, queue et membres bizarrement contournés et hérissés de ponctuations ou de tirets, gueule béante découvrant deux rangées de crocs. Le traitement des membres et de la tête, en losange comme le corps, rappelle beaucoup celui du motif serpentiforme ; il s'agit sans nul doute du même thème, plus stylisé dans ce dernier. L'évolution du motif est bien visible, du personnage hiératique au serpentiforme (de a à c dans la Fig. 38 de i 1 à i 3 dans la Fig. 40) ; ou encore sur certains tessons (Fig. 39 c) où le monstre dédoublé porte des attributs triangulaires identiques à ceux du personnage hiératique et qui sont en fait des museaux.

187Le monstre dédoublé représente donc deux animaux dessinés de profil et accolés par leur ligne dorsale ; ou si l'on veut, un unique animal fendu en deux dans sa longueur, les deux moitiés étant ensuite aplaties, écartelées (procédé appelé sptit-square face). Si l'on observe chaque profil de l'animal, on note deux traits caractéristiques : la tête et le corps triangulaires, les membres antérieurs et postérieurs repliés en position de "galop volant" Ils nous aideront à identifier ce motif dans d'autres représentations plus réalistes.

  • 18 1965, pl. 3 b.

188Le décor complet du "monstre dédoublé" nous est connu sur quatre vases entiers, deux provenant d’El Indio et deux d'El Cafetal (Pl. XXII). Les fragments trouvés par Mitchell à La India 118 proviennent d'un vase identique.

4. - Serpentiforme

189Nous ne connaissons qu'une représentation réaliste de serpent (Pl. XXIII b et Fig. 38 c) elle n'est en rien comparable au motif que j'ai baptisé "serpentiforme" sans doute influencé par Mitchell qui le nomme "the tufted snake". Si tentant que soit le rapprochement, je pense que l'idée du serpent à plumes est tout à fait étrangère aux représentations mentales du potier d'El Indio. Il est probable que les "serpentiformes" sont issus du motif du monstre dédoublé par une simple tentative de stylisation les lignes parallèles au déroulement sinueux figurent les membres de l'animal (Fig. 39 k et Pl. XXIII c), les losanges la tête ou le corps, les triangles, le mufle, les excroissances triangulaires, le poil. À la limite, le thème se réduira à un simple faisceau de lignes hérissées, comme sur le vase-support de la Pl. XXXII b, ou sur les tessons a et b de la Pl. XXIV. Ce motif simple permettra ensuite mille combinaisons comme nous l'avons vu sur les bols La Bernardina.

190Le motif serpentiforme est d'ailleurs plus fréquent sur les bols, ce qui s'explique par la nécessité de linéariser le décor. Pour les vases, le seul exemplaire entier provient d'El Indio (Pl. XXV b) ; des fragments de vases, qui devaient être énormes - le diamètre de l'ouverture atteint 34 cm - sont aussi un bon exemple de ce style décoratif, envahissant même la lèvre, qui forme un large méplat (Fig. 39 k).

191Une étonnante fantaisie sur le thème serpentiforme nous est donnée par le bol à piédestal d'El Cafetal (pl. XXV a et Fig. 64 d), dont un détail significatif est reproduit sur la Fig. 37 c. Il s'agirait d'une pièce tardive : je l'ai rattachée aux types de transition du début de la phase La Cañaza.

5. - Décor "en papier découpé"

192Les motifs anthropo-zoomorphes ainsi stylisés sont parmi les plus beaux et les plus originaux de la céramique d'El Indio, on ne les trouve d'ailleurs que sur ce site, d'ou provient l'unique vase entier mis au jour dans une sépulture d'enfant de notre fouille F 3 (Pl. XXVI) et quelques pièces incomplètes. D'autres fragments, très rares, ont été trouvés à La India 1 et 2 et à La Bernardina.

193Il s’agit toujours de vases doubles. Le décor, utilisant l'une ou l'autre des deux combinaisons classiques, peut être disposé en panneaux verticaux couvrant le col et la panse, ou plus fréquemment en trois ou quatre panneaux ovales sur la panse. Chaque panneau est lui-même subdivisé en deux moitiés symétriques par rapport à un axe vertical. Les panneaux sont généralement identiques, mais on trouve parfois deux motifs différents : ainsi les motifs 4 et 5 (Pl. XXVII) sur le même vase.

194Le décor est traité en négatif : les représentations humaines ou animales sont celles que j'ai décrites ci-dessus, mais à tel point stylisées et compliquées par de multiples jeux de miroir qu'elles deviennent difficilement reconnaissables. Le thème de l'animal est le plus commun (singe ou chien) de profil avec les pattes repliées, une queue hérissée et recourbée sur le dos, museau et corps triangulaire (Pl. XXVII 1, 2). En 3, le motif simple se complique par l'imbrication de deux profils, l'un horizontal, l'autre vertical, dont la queue semble sortir du cou du premier (le panneau entier est représenté, en grandeur nature, dans la Fig. 40 ; noter la symétrie en miroir par rapport à l'axe vertical reprenant le motif de l'arbre) ; en 4, les deux profils sont soudés par leur arrière-train et partagent une queue commune, qui sert en même temps de motif de séparation en "arbre" aux deux demi-panneaux. Nous retrouvons le procédé de dédoublement de la Fig. 37 c et d.

195En 6 et 7 (Pl. XXVII) les deux profils sont maintenant réunis pour former la silhouette du "monstre double". En 8, enfin, apparaît le personnage hiératique dans la même position que le "monstre", mais brandissant dans chaque main le quadrupède de profil. Thèmes du personnage, de l'animal, de l'arbre sont ainsi mêlés et servent d'éléments de base à toutes les combinaisons.

196Les silhouettes se détachent, en blanc ou en rouge, sur un fond décomposé en petites figures géométriques hachurées en tous sens.

Fig. 40 - Panneau d'un vase double TONOSI POLYCHROME décoré de motifs zoomorphes dans le style dit "en papier découpé". Grandeur nature.

197L'ensemble évoque ces guirlandes de papier ou d’écorce, découpées après avoir été pliées en accordéon, dont les Indiens Otomis et Totonaques du Mexique ornent leur autel ou qu'ils utilisent pour des rites magiques ; d'où le nom que j'ai choisi pour définir ce style, assez déconcertant, peut-être le plus ancien de la céramique polychrome de Tonosi et qui, à ma connaissance, n'a jamais été signalé ailleurs.

6. - Scène des "hommes portant un tronc"

198Si le style est ici moins surprenant que dans le décor précédent, le thème représenté est pour le moins aussi original. Il s’agit en effet d'une scène mettant en jeu de multiples personnages et aussi parfois quelques animaux. L’ensemble du décor nous est maintenant bien connu sur plusieurs pièces entières (Pl. XXVIII) et sur d'importants fragments (Fig. 41). Ils proviennent de trois sites : El Indio, El Cafetal et La India 2. Comme pour le précédent, l'aire de diffusion de ce type de décor semble très restreinte.

199Le décor, réserve aux vases doubles (dont le col est parfois de dimensions réduites) couvre le col et la panse, en formant soit un panneau continu, soit deux panneaux identiques superposés. Il est toujours traité en positif, noir et rouge sur blanc. Le style est très homogène : des hommes - parfois fortement sexués - sont représentés de profil en ombre chinoise, de façon schématique et assez enfantine rarement de face. Les figurations d'animaux sont exceptionnelles singe ou chien à queue recourbée (Fig. 39 f), scorpion (Fig. 41 a et b).

200La scène s'organise autour d'un motif central, sorte de panneau rectangulaire massif, rouge ou noir, difficile à identifier ; dans un cas (Fig. 41 a) il se termine vers le haut en une sorte d'entonnoir, dans lequel deux personnages semblent avoir engagé leur pilon on pense alors à un silo.

201De part et d'autre de ce motif central et symétriquement, des hommes, par groupes de deux, trois ou quatre, arc-boutés comme sous une charge pesante, portent sur l'épaule une pièce allongée dont l'extrémité disparaît dans la masse centrale ou la traverse. De deux à quatre files de porteurs peuvent ainsi être superposées, selon la hauteur du panneau. Parfois, des personnages secondaires participent moins directement à l'action (Fig. 41 a et d, 3 à 9). L'un paraît tendre aux travailleurs une sorte de coupe ; d'autres manient un pilon, un fléau( ?), divers objets non identifiables ; d'autres enfin, les bras levés, semblent soutenir le ciel. Le fond est entièrement semé de ponctuations, de croix, de I barrés ou du motif "stellaire" (tache allongée entourée de points).

Fig. 41 - Motifs anthropomorphes : scène des "hommes portant un tronc"

202L'interprétation de cette scène est délicate. On peut en suggérer trois. Il s'agirait de travaux agricoles ou domestiques : des paysans s'affairent à pilonner quelque graine, à bêcher, à manœuvrer un lourd engin ressemblant au moulin à canne à sucre, le trapiche colonial. Ou bien la scène illustrerait la construction de quelque édifice important à laquelle toute la population participerait. On peut se demander cependant pourquoi la représentation d'activités profanes obéirait à des patrons aussi précisément codifiés, négligeant d'autres types d'activités tout aussi importantes.

203Ce décor a, probablement, un sens plus ésotérique, comme il serait normal s'agissant de poteries funéraires : illustration d'un rituel important, ou d'un mythe cosmogonique. On peut alors penser à une scène de création du monde (sorte d'équivalent amérindien du barattement de la mer hindou... ?), ou plutôt à une grande cérémonie impliquant la préparation et la consommation commune d'une boisson sacrée, telle la chicha que de nombreux groupes indiens en Amérique du Word, comme en Amérique du Sud, avaient coutume de laisser fermenter dans des troncs d'arbre évidés en forme de pirogue.

204Pour étayer par des rapprochements l'une ou l'autre de ces hypothèses, tout matériel de comparaison fait défaut. J'ai trouvé cependant une analogie assez troublante avec notre scène des hommes portant un tronc sur un metate tripode à panneau décoré (du type dit flying pannel) provenant du Veraguas (Pl. XXIX). On y voit, marchant à la queue leu leu, trois groupes de deux hommes portant chacun ce qui paraît être un tronc massif : entre chaque groupe, un petit personnage, faisant face aux porteurs, semble soutenir l'extrémité du tronc ou y approcher sa bouche comme pour boire.

7. - Motifs zoomorphes divers

205Les potiers d'El Indio paraissent peu soucieux de réalisme dans les représentations zoomorphes ; leur bestiaire se réduit d'ailleurs à deux ou trois espèces, qu’ils préfèrent styliser, combiner entre elles ou avec des personnages humains pour en faire des créatures hybrides.

206J'ai décrit longuement l'animal quadrupède à queue recourbée qui constitue le motif principal du décor "en papier découpé" et que l'on retrouve sans doute, dédoublé, dans d'autres thèmes ; il figure en positif sur le fond étoilé de la scène des hommes portant un tronc ; en négatif, sur le fond hachuré de vases à col court (Pl. XXX b). Mitchell, à La India 1, l'a baptisé curly tailed. animal, S’agit-il d'un singe ou d'un chien ? probablement, selon le cas, de l’un ou de l'autre. Sur certaines pièces, peut-être tardives (Pl. XXX a, Fig. 39 1), la figuration du singe est sans ambiguité ; sur d'autres on pencherait plutôt pour le chien, dont nous avons la preuve qu'il était domestiqué, au moins dès la phase La Cañaza. C'est probablement ce quadrupède qui a également fourni, par réduplication, le motif du "monstre dédoublé" dans ses deux variétés.

207Un autre animal plus étrange, quadrupède à tête d'oiseau (Fig. 39 j)„ peut être confondu avec le premier, ou lui être superposé : un motif comme celui de la Pl. XXX a prouvé qu'il s'agit de deux animaux différents, singe et "monstre" hybride. Peut-être le personnage hiératique, avec son nez d'aigle, est-il la synthèse de ces deux animaux, l'un réel, l'autre mythique ? En tout cas, singe-chien à queue en trompette et monstre à tête d'oiseau crêtée sont promis à un bel avenir : nous les retrouverons non seulement à Tonosi dans le décor intérieur des bols à piédestal de la phase suivante, mais aussi dans la baie de Parita, sur le río Grande de Coclé, à Venado Beach, et jusqu'au lac Madden (cf. supra Fig. 29 m).

208Les autres figurations animales sont exceptionnelles. La position du personnage hiératique évoque une grenouille ; cet animal est parfois représenté de façon plus réaliste (Fig. 39 d, e) ; mais il faut aller à Mariato pour trouver une grenouille entière, dans le style typique du monstre dédoublé, sur un tesson Tonosi polychrome (Fig. 42). Le motif du serpent n'a été trouvé que sur deux tessons, déjà décrits ; celui du scorpion est plus fréquent : sur le fond étoilé de la scène des hommes portant un tronc (Fig. 41 a, b), on trouve une représentation réaliste de cet animal et une autre plus stylisée. D'un style très différent est le décor de vase à col court de la Pl. XXXI ; les huit scorpions y forment une frise continue, limitée vers le haut et vers le bas par une série de lignes concentriques et par le motif de la "portée musicale". Le traitement du corps de l'animal, réaliste mais obéissant à certaines conventions, permet de rapprocher cette pièce de certains bols à piédestal de la phase La Cañaza qui portent un décor analogue (voir plus loin Pl. XLVIII) et d'y voir un type de transition, qu'il faudrait sans doute rattacher au début de cette phase.

  • 19 1965 – Pl. 4 A, p. 21

209Le motif de l'oiseau aux ailes déployées, communément appelé "aigle" à Panama, figure, très stylisé, en négatif, sur le bord des bols polychromes (Fig. 32 h) où il se distingue difficilement de la croix de Malte ; on le trouve aussi, en négatif ou en positif, sur les vases (Pl. XXIII a). C'est le flying bird de Mitchell qui le signale à La India19. L'oiseau, un rapace, est représenté de face, avec la tête de profil, doté d'une grande queue triangulaire ; les ailes sont bordées de ponctuations. L'ensemble rappelle, de façon frappante, les pendentifs d'or du Veraguas et de Coclé en forme d’"aigle". Nous retrouverons cet oiseau, quelque peu modifié, dans les bols de la phase La Cañaza (Fig. 72).

Fig. 42 - Représentation de la grenouille sur un tesson provenant de MARIATO

Les Vases-supports (Pl. XXXII et Fig. 43)

210Ces poteries en forme de sablier étaient sans doute destinées à servir de support aux grands vases polychromes ; cependant cette utilisation n'est pas prouvée. Ils sont eux-mêmes décorés de façon très élaborée et plusieurs ont été trouvés dans les sépultures d'El Cafetal, mais non accompagnés de vases.

211Les dimensions moyennes sont de 20 cm pour la hauteur et de 20 cm pour le diamètre (orifice ou base).

212Deux variétés : à partie centrale convexe (Fig. 43 c, d), à partie centrale concave (a). Dans la première, le décor ne couvre que la partie convexe ; dans la seconde, il couvre toute la poterie.

213Ce décor ne diffère en rien de celui des vases Tonosi Polychrome. Tout au plus peut-on remarquer que seuls les motifs géométriques (a), du monstre dédoublé (b), "en papier découpé" (c) et serpentiformes (d, e) sont utilisés.

Fig. 43 - Vases-supports ( ?) en sablier Tonosi Polychrome

  • 20 1942 – p. 173, Fig. 359 et 360 b ; p. 120, Fig. 225
  • 21 Baudez, 1970, Fig. 17

214Le vase-support de Tonosi n'est autre que le pot stand du Sitio Conte, dont Lothrop donne plusieurs illustrations20 ; la forme est concave avec une variété beaucoup plus mince et évasée correspondant à la fin du Codé Tardif. Le décor est inexistant ou réduit à de simples bandes noires ou rouges autour de la taille. Forme commune du Mexique à l'Équateur, comme le signale Lothrop, à laquelle on peut rattacher les vases en sablier rouge-incisé du Nicaragua21 et de la phase Aguas - Buenas - Concepción du Chiriqui.

Les bols zoomorphes (Pl. XXXIII et XXXIV, Fig. 44 et 45)

215Les bols zoomorphes de phase El Indio, rattachés au groupe Tonosi Polychrome, sont de trois types :

  • Infiernillo Tacheté (supra Fig. 25) ;

  • bols décorés en noir (et rouge) sur blanc apodes ou quadripodes ;

  • bols quadripodes à décor noir et blanc sur rouge.

216Chronologiquement, le bol à décor noir et rouge sur blanc serait plus ancien que les deux autres, ceux-ci n'apparaissant que vers le milieu de la phase El Indio et restant populaires jusqu'à la phase La Cañaza.

217- Le type à décor noir et rouge sur blanc (ou simplement noir sur blanc) peut être sans pieds ; nous disposons de deux pièces entières dont l'une (Pl. XXXIII a) est un bol en calotte sphérique doté de deux appendices partant de la lèvre : d'un côté une tête d'oiseau ( ?), de l'autre une queue rectangulaire aplatie, légèrement relevée. Le diamètre est de 13,6 cm. Le décor noir sur blanc géométrique couvre la lèvre (motif en échelle), la tête et la face supérieure de la queue (losanges et ponctuations). Nous disposons d'autres fragments correspondant sans doute à cette variété apode (Fig. 44 a à d) : la tête de l'animal est triangulaire, à museau ou bec marqué, décorée d'une sorte de masque noir ; la queue porte un décor de style La Bernardina, géométrique, serpentiforme ou anthropomorphe.

Fig. 44 - Bols zoomorphes Tonosi Polychrome à décor noir (et rouge) sur blanc.

218L'autre exemplaire a été trouvé dans une sépulture sur metate d'El Indio (Fig. 60). Plus grands (17,2 cm), les appendices figurant la tête et la queue sont assez informes et massifs ; la queue en particulier est non plus aplatie mais conique. Le décor se réduit à un motif simple sur le bord extérieur du bol. C'est à cette variété qu'il faut rattacher le fragment f (Fig. 44).

219Dans la variété quadripode, l'unique exemplaire à peu près intact provient de notre fouille F 3 d'El Indio (Pl. XXXIII b). C'est un petit bol (d =8,8 cm) doté de quatre pieds courts et coniques, d'un tenon représentant la tête aplatie d'un animal (peut-être une grenouille ?) et sans doute d'une queue qui a disparu. Le décor noir et rouge sur blanc, motif scalaire sur la lèvre, représente les membres antérieurs repliés sur la poitrine de l'animal qui porte une sorte de plastron quadrillé.

220Les fragments de bols à décor noir et rouge sur blanc, sur lesquels manquent en général le support et une bonne partie du bord, sont évidemment difficiles à classer dans l'une ou l'autre catégorie. Comme le montre la Fig. 44, la variété de style est assez grande et différentes espèces animales ont été représentées.

221Les appendices sont pleins, modelés à part et collés ensuite sur le bord du bol, incisé au préalable par un bord de coquille. Deux exemplaires, cependant, (i et j) sont creux ; il pourrait s'agir de fragments de hochets ou de figurines.

222- Bien qu'il apparaisse dès la phase El Indio, le type de bol zoomorphe à décor noir et blanc sur rouge caractérise plutôt la phase La Cañaza. Il n'a pourtant jamais été mis au jour dans les sépultures datant de cette phase, mais son utilisation rituelle est probable. Le type est surtout abondant à El Indio, où il ne représente cependant, au plus, que 0,3 % des tessons. Il existe en noir sur rouge (Fig. 45 c) et pourrait être rattaché au Ciruelo Noir sur Rouge (supra Fig. 29, k, 1) ; plus fréquemment, le décor est noir et blanc sur rouge.

223La forme commune diffère peu de celle du bol quadripode noir et rouge sur blanc décrit ci-dessus. On peut toutefois distinguer deux variétés assez différentes : dans l'une (Pl. XXXIV a) les pieds sont relativement hauts, les appendices représentent une tête assez forte, une queue large et aplatie et deux ailes en croissant. Dans l'autre (Pl. XXXIV b et Fig. 45 a) les pieds sont plus courts et les appendices réduits à deux : une tête assez petite et une queue conique.

Fig. 45 - Bols zoomorphes à décor noir et blanc sur rouge.

224Le diamètre moyen des bols zoomorphes - pour les deux types - est de 12 cm (de 6 à 20), l'épaisseur de la lèvre, qui forme généralement un méplat horizontal, de 0,6 cm (0,4 à 1).

225Les bols sont entièrement engobés d'un rouge (2.5 YK-4/6) plus ou moins foncé. La surface, très bien polie, prend parfois un aspect lustré ; les plus beaux tessons proviennent du basurero de Bucaro et datent de la phase La Cañaza.

226Le décor couvre la lèvre, le bord extérieur, les appendices, parfois aussi la poitrine et jusqu'aux pieds du bol. Il est en général très simple, linéaire et pointillé ; parfois plus compliqué sur la queue, avec des motifs ovales et en trident (Fig. 45 a) ou sur le bord, représentant les pattes repliées de l'animal (c, f, g).

227Ici encore, plusieurs espèces animales sont sans doute représentées. Leur identification est malaisée : on trouve certainement un oiseau quand les ailes sont figurées, et une grenouille ; probablement aussi une tortue et certains mammifères, comme le tatou. Les quatre pieds ne doivent évidemment pas être vus comme faisant morphologiquement partie de l'animal.

Rapprochements

  • 22 1964, Pl. 16 a et p. 210

228Le premier type de bol zoomorphe, décoré en noir et rouge sur blanc, est rarement signalé en dehors de notre zone. Un exemplaire provenant du site de Sixto Pointilla, dans la baie de Parita, est classé par Ladd22 à juste titre, avec d'autres tessons du type Tonosi Polychrome. Le site a été occupé durant les phases Coclé Ancien et Coclé Tardif, mais la présence de types de la phase Santa María semble indiquer une occupation antérieure.

  • 23 Lothrop 1942, Fig. 458 et notre récolte de surface à LS 1.
  • 24 Ibid. Fig. 287 et 288 b.

229Le second type, par contre, est très répandu : on le trouve sur la côte est à Los Santos23 et à Guararé ; sur la côte ouest à Mariato et dans le Sud du Veraguas, à Ponuga (Gladys Casimir) et à Arenas (Lothrop - 1950, Fig. 126). Curieusement absent des sites de la baie de Parita, il réapparaît au Sitio Conte, dans le type White and Black on Red Wave considéré comme étranger par Lothrop24 ; la forme dotée, outre la tête et la queue, de quatre membres en moignons dans laquelle il voit une tortue, n'est pas inconnue à Tonosi. D'après R. Cooke, la plupart des sites des Llanos de Coclé ont livré des tessons de ce type : Espinosa Burial Mound, Temple Site et Banks of río Grande (Verrill), Anton, Rancho Santo (Dade). A Loma del Roble, Cooke signale qu'ils apparaissent au-dessus du niveau de la phase Santa María, mais mélangés aux types Girón Banded Lip et Escota de cette dernière phase.

230Plus à l'est, enfin, un type plus proche de celui d'Arenas, a été trouvé à Venado Beach.

231En résumé, le type du bol zoomorphe à décor noir (et rouge) sur blanc paraît particulier à Tonosi. L'autre type, noir et blanc sur rouge, a eu par contre une large diffusion, du Veraguas à la zone du Canal et dans la péninsule d'Azuero, tout au moins dans sa partie sud. Il date dans le nord des phases Coclé Ancien et Tardif (peut-être de la fin de la phase Santa María ?) ; dans la région de Tonosi, nos deux types seraient donc un peu plus anciens.

Conclusions sur le groupe Tonosi Polychrome

232Ce groupe céramique constitue, par excellence, le "fossile directeur" de notre phase El Indio. Avant son apparition, au début de cette phase, le décor polychrome est inconnu à Tonosi, peut-être même dans l'ensemble de 1’isthme.

233Le graphique de la Fig. 21 montre que le groupe constitue dès l'abord un pourcentage important - jusqu'à 20 % - du total des tessons ; pourcentage qui se maintient aux environs de 16 % durant toute la phase El Indio. Le déclin commence avec la phase La Cañaza et l'apparition d'un groupe nouveau, le Joaquin Polychrome. Cependant, le Tonosi Polychrome ne disparaîtra que très progressivement et non sans avoir marqué de façon indélébile le style décoratif ultérieur ; son pourcentage va passer de 9,5 % au début de la phase La Cañaza, à 2,8 % à la fin, ce qui représente encore 30 % des tessons décorés. Diminution du Tonosi Polychrome et augmentation du Joaquin Polychrome sont concomitantes, mais il faut aussi noter l'existence de types intermédiaires qui font une heureuse synthèse des attributs de l'un et l'autre groupe.

234Le Tonosi Polychrome ne disparaît jamais complètement, mais il est négligeable (1 %) au cours de la dernière phase (Bijaguales).

235À l'intérieur de ce groupe, c'est le type La Bernardina à lèvre décorée qui me paraît le plus ancien, avec les bols à bord extérieur décoré, les vases doubles et les bols zoomorphes à décor noir et rouge sur blanc. Les autres types : Ciruelo Noir sur Rouge, bols zoomorphes noir et blanc sur rouge, vases à col court ( ?) n'apparaîtront que dans la deuxième moitié de la phase, en même temps que se répand la technique du décor en noir et blanc sur fond rouge déjà connue. Il faut signaler toutefois que le matériel, beaucoup moins abondant, ne permet pas une typologie aussi complète et aussi précise pour le début de la phase El Indio.

236Nous avons vu, au passage, pour chaque type, les rapprochements qui pouvaient être faits avec le matériel d'autres régions de Panama. Je tenterai ici une synthèse tendant à préciser l'aire d'extension du groupe et d'éventuels axes de diffusion.

237Pour la péninsule d'Azuero

238- Les fouilles de Mc Gimsey sur la côte du golfe de Montijo, dans les conchales de Mariato (MO 1 et MO 2) ont donné, sur toute l'épaisseur des dépôts allant de 2,60 à 4,10 m, un matériel bichrome et polychrome dont l'étroite parenté avec notre Tonosi Polychrome est évidente. J'ai personnellement récolté à MO 2 à peu près tous les types et toutes les formes de Tonosi Polychrome, à l'exception - notable - des bols La Bernardina ; le type Ciruelo y est quelque peu différent et la proportion de noir et blanc sur rouge plus faible qu'à Tonosi.

239Malgré de légères différences, il est certain que nous avons, à Mariato, un complexe très voisin de celui d'El Indio et sans doute contemporain.

    • 25 1942. En particulier pp. 223 à 240, fig. 468 et 469 a, b, d.

    Au centre de la Péninsule, à Macaracas, Lothrop25 a illustré plusieurs tessons Tonosi Polychrome, déposés au Peabody Muséum, dont l'origine précise n'est pas connue : cols et panses de grands vases doubles, bols La Bernardina et Ciruelo. Ce matériel est mélangé à des pièces plus tardives du style Coclé ou Parita.

  • Sur la côte est, bien que les sites soient certainement plus tardifs, on trouve du Tonosi Polychrome dans les districts de Los Santos, Las Tablas et Guararé. Les types sont les mêmes qu'à Macaracas, mais ils représentent un pourcentage infime de l'ensemble du matériel ; celui-ci est très abondant, par exemple sur un site comme Guararé (Go 1) bouleversé par les travaux d'irrigation et les fouilles d'amateurs.

  • Dans la partie nord-est de la péninsule (baie de Parita, D. Ladd classe dans les "divers" de Sixto Pinilla (He 1) et El Hatillo (He 4) des tessons dont un certain nombre sont du pur Tonosi Polychrome. J'ai souligné en outre la parenté du Girón Banded Lip avec notre type La Bernardina, celle du Girón Interior Banded avec notre type Ciruelo. Les contacts entre Tonosi et le Nord de la péninsule au cours de la phase Santa María ont certainement été fréquents.

240Débordant maintenant de la péninsule :

  • Vers l'ouest, dans le Sud du Veraguas, j'ai signalé plus haut (p. 30) les importantes découvertes de Gladys Casimir à Las Huacas. Des tombes, contenant un mobilier de la période Veraguas classique, livrent aussi des vases doubles et des vases à col court de style Tonosi Polychrome ; parmi les thèmes décoratifs, en positif ou en négatif, on relève les serpentiformes (avec la figuration des têtes de grenouille en relief sur la lèvre du vase double), la scène des hommes portant un tronc, le quadrupède double à tête d'oiseau surmonté d'une silhouette hiératique. Il y a de légères différences de style, mais la parenté avec les vases funéraires d'El Indio est indéniable. Le mobilier comprend aussi des metates ovales tripodes, identiques à ceux que l'on trouve à El Indio. La date de 405 ap. J.-C. fournie par l'une des tombes prouve que les deux complexes sont contemporains et qu'il faut sans doute considérablement reculer dans le temps le début de la phase dite "Veraguas classique."

  • Vers l'est, dans la province de Coclé, des tessons Tonosi Polychrome apparaissent dans les sites fouillés par R. Cooke aux environs de Nata, associés au matériel de la phase Santa María et sous-jacents à celui du type Coclé Ancien. Leur similitude avec la céramique de Tonosi est telle qu'on peut penser qu'il s'agit de pièces importées.

  • 26 1942 – En particulier p. 129, Fig. 245 & p. 147, Fig. 287 et 288.
  • 27 1942 – Fig. 475.
  • 28 Ibid. Fig. 90-91.
  • 29 Ibid. Fig. 88-89.
  • 30 Ibid. Fig. 110-111.

241Au Sitio Conte, nous avons vu la parenté de certains motifs du Black-Line Geométric Wave, en particulier le leaf shaped, avec ceux des bols La Bernardina. D'autres pièces, que Lothrop considère comme importées et baptise Exotic Black-Line ou Foreign styles, pourraient provenir directement du Tonosi Polychrome d'El Indio26. Parmi celles-ci, le problème de l'origine du décor noir et blanc sur rouge (style A) est soulevé par Lothrop, qui note son existence au Costa Rica (type El Viejo datant de 300 à 500 ap. J.-c.) et écrit : "it seems possible that the technique spvead from a single source in South America under the well-known expansion of Tiahuanaco influence (classical and late periods). It does not, however place this method of pottery décoration in proximity to any region to which the inhabitants of Codé had access". Il paraît logique aujourd’hui de penser que cette technique décorative est parvenue dans la province de Coclé en provenance de Tonosi. Elle n'aurait pas été la seule : bien des motifs décoratifs du Coclé Ancien paraissent avoir été transposés de ceux du Tonosi Polychrome soit dans la céramique, soit dans les objets de parure en pierre ou en métal. Citons seulement parmi les plus évidents, le singe et 1'"aigle" devenus pendentifs d'agate ou de tumbaga27 (Fig. 46 a) ; le personnage hiératique, mué en "dieu crocodile" ou "dieu-tortue" (b)28 ; le monstre dédoublé transformé en "tortue" stylisée (c)29 (selon la terminologie de Lothrop). Le motif serpentiforme ou celui de l'arbre30 survivent sur des carafes (d), alors qu'ils sont remplacés à El Indio par la volute et la griffe de pur style Coclé, etc.

242Non loin du Sitio Conte, Ph. Dade (1960) a exhumé de sa propriété Rancho Sancho de la Isla, une céramique proche de celle de Coclé, mais d'un style original qui la rend particulièrement intéressante pour nos recherches : certains éléments décoratifs (I barré, motif stellaire...) sont en effet visiblement inspirés d'El Indio, mais plus proches du polychrome de transition entre les phases El Indio et la Cañaza, que j'étudierai plus loin sous le nom de Zahina Polychrome.

Fig. 46 - Représentations anthropo-zoomorphes du COCLE ANCIEN au Sitio Conte (d'après LOTHROP, 1942). On retrouve les principaux motifs du TONOSI POLYCHROME : quadrupède à queue recourbée, personnage hiératique, animal dédoublé et serpentiforme.

  • 31 1964

243- On pourrait faire les mêmes remarques pour la céramique polychrome de Venado Beach et pour certaines pièces provenant de la zone du Canal : le bol Ciruelo Noir sur Rouge du lac Madden (Fig. 29 m) en particulier. À La Tranquilla (CZ 3) sur le bord du même lac, Mitchell a trouvé dans une sépulture un fragment de vase double Tonosi Polychrome, associé à du matériel plus tardif31. C'est pour le moment la limite extrême vers l'est de notre Tonosi Polychrome, qui couvre ainsi toute la péninsule d'Azuero et plus au nord, toujours sur le versant pacifique, une zone allant du Sud du Veraguas au Canal. Dans cette vaste zone, seuls les sites de Mariato ont livré un complexe identique à celui d'El Indio. Partout ailleurs, le matériel comprend soit de rares fragments de poteries Tonosi Polychrome peut-être fabriquées à Tonosi puis exportées, soit des poteries que certains détails stylistiques permettent de rapprocher du Polychrome d'El Indio, mais qui sont à n'en pas douter plus tardifs. Tout semble prouver que le foyer de dispersion de ce style polychrome, qui a marqué dans une large mesure les phases du Coclé Ancien et du Coclé Tardif, doit être situé au sud de la péninsule, dans la région Tonosi-Mariato.

La céramique à décor plastique de la phase El Indio

244Le décor plastique, si commun durant la phase Bucaro, tombe visiblement en défaveur dès le début de la phase El Indio. Nous avons vu que quelques types à incision simple sur engobe rouge, ou impression de bord de coquillage, subsistent, surtout dans les sites occupés précédemment, en particulier La India 1 ; mais ils sont très peu représentés et disparaissent complètement à la fin de la phase El Indio.

245Deux types nouveaux à décor plastique sont cependant particuliers à cette phase : je les ai nommés "Goleno Rouge incisé" et "Culebra Appliqué-Incisé".

Le type Goleno Rouge Incisé (Pl. XXXV et Fig. 47)

246Ce type groupe un certain nombre de formes : sifflets, hochets, statuettes, peut-être aussi vases, qui présentent des zones peintes en rouge et décorées de fines incisions formant des motifs géométriques.

247Nous disposons pour définir ce type d'environ 80 pièces entières ou fragments, dont les 2/5 (33) proviennent d'El Indio ; La India 1 avec treize exemplaires et La Bernardina, sept, sont avec El Indio les sites où ce type est le mieux représenté.

248La moitié de ces pièces ont été trouvées en position stratigraphique dans les niveaux correspondant à la deuxième moitié de la phase El Indio et au début de la phase La Cañaza. Le type semble survivre durant toute la phase La Cañaza et même la phase Bijaguales ; pourtant le type de statuette-sifflet de cette dernière phase est assez différent.

249On distinguera les sifflets, les statuettes (qui semblent être toujours des hochets), les fragments de vases, enfin les fragments non identifiés. La répartition des 79 exemplaires est la suivante :

sifflets

31

statuettes (hochets)

3

fragments de vases

7

fragments non identifiés

38

79

250La plupart des fragments non identifiés doivent être des sifflets. Cette forme est donc largement prédominante. Les statuettes étaient sans doute des hochets ; il existait aussi des instruments doubles : sifflet-hochet (Fig. 47 f).

251Tous ces objets sont anthropo-zoomorphes ; pour la plupart il s'agit d'espèces animales difficilement identifiables ou d'êtres bizarres, caricaturaux ou hybrides, mi-humains, mi-animaux.

252Ils sont conçus pour se tenir debout : bipodes, tripodes - la majorité - ou quadripodes. La plupart sont perforés, ce qui permet de supposer qu'on les portait aussi en pendentifs.

253La technique utilisée est celle du modelage, du pastillage, des incisions plus ou moins profondes pour figurer la bouche, les yeux, les les doigts, la coiffure... Souvent, les yeux sont faits de pastilles incisées par une extrémité de tube ou par un stylet. Les parties rajoutées en pastillage (coiffure, bras, ailes, queue) sont peintes en rouge, puis décorées d'incisions fines, irrégulières, tracées dans l'argile sèche. Cette technique rappelle un peu celle du Bichrome en zone, mais ici il n'y a pas d'opposition entre les zones peintes et les zones incisées qui, au contraire, sont les mêmes.

Fig. 47 - Sifflets et hochets de type Goleno Rouge Incisé.

254Les parties non décorées restent inégales, rugueuses, tandis que les parties décorées sont polies avant d'être incisées. Ce décor incisé est toujours linéaire, géométrique. Les motifs principaux sont des lignes parallèles soulignant le mouvement (Fig. 47 g) ; les lignes parallèles avec tirets ou triangles "suspendus", qui ne sont autres que le motif serpentiforme bien connu ; des motifs en arête de poisson (b, e), en triangles hachurés (f) ; le quadrillage rare ; et surtout les ponctuations en zone (b, d, h).

255Ces incisions ont une fonction décorative. Dans un cas elles représentent le collier d'une petite figurine incomplète (Fig. 48 a) ; dans un autre (Fig. 47 a), elles pourraient figurer des liens maintenant le cadavre en position fœtale : il s'agit en effet d'une offrande funéraire, représentant sans doute la mort ; mais dans ce réseau de lignes encadrant des losanges, nous retrouvons plutôt le schéma connu du motif serpentiforme.

256Nous n'avons pas trouvé d'ocarina ; les sifflets donnent une seule note. L'embouchure est un trou de 0,3 à 1 cm pratiqué sur le sommet de la tête du personnage ou sur la queue ? c'est le corps qui fait chambre de résonance. Sur l'exemplaire f, la partie inférieure, sphérique, porte deux pattes et une queue assurant la stabilité ; elle représente semble - t-il un oiseau, sur le dos duquel est juchée une autre créature, humaine ou animale, dont le corps serait le sifflet, de l'instrument double.

257Sur les 27 représentations identifiables, nous reconnaissons 9 têtes humaines grotesques, 8 oiseaux et 12 créatures hybrides. Les têtes humaines elles-mêmes sont souvent dotées d'une coiffure (Fig. 47b) ou d'un corps qui les assimile à des oiseaux ; ce dernier motif est certainement prédominant. Les têtes humaines dont nous disposons, pour la plupart amputées de leur corps, devaient être en fait celles d'animaux à tête anthropomorphe. L'unique pièce entière (Pl. XXXV g) est un oiseau quadripode aux ailes déployées, doté d'une tête de "vieillard prognathe". Ces visages ont des traits tout à fait typiques : yeux saillants encadrant un nez énorme, bouche pincée en une mince entaille, prognathisme accusé évoquant une barbe. La coiffure est souvent un véritable édifice : turban à décor ponctué, orné de deux grandes pastilles sur les tempes et d’où montent obliquement des ailes. Ce couvre-chef est parfois si imposant qu'il cache complètement le visage (Pl. XXXV b).

258Pour les oiseaux, il serait risqué de rechercher des identifications précises. Plusieurs semblent représenter des perroquets (Pl. XXXV f.). La "coiffure" de l'oiseau est parfois traitée comme celle du vieillard. Il y a en fait assimilation complète entre l'homme et 1'oiseau.

  • 32 1965 – p. 4 et Pl. 4 b.

259Parmi les représentations d'animaux divers, Mitchell32 reconnaît l'oiseau, l'écureil, le poisson et le tatou. Notre sifflet c (Fig. 47) serait un singe. Une grenouille juchée sur le dos d'un personnage à turban figure sur l'exemplaire i. Mais le plus souvent elles sont peu réalistes. L'une des bonnes pièces d'El Indio est un quadrupède faisant le beau ; il porte turban et ornements d'oreilles (Pl. XXXV e).

260On trouve, outre les animaux, des représentations d'hommes ou d'êtres fantastiques. Pour les premières, nous disposons de deux statuettes hochets entières, trouvées dans une sépulture d'El Indio. L'une (Fig. 47 a) a déjà été décrite ; si l'ensemble est humain, le visage est plutôt traité comme celui d'un hibou, technique que nous retrouvons sur le hochet de la planche XXXV c. L'autre statuette (a) a été trouvée retournée, les pieds en l'air, à côté du bol funéraire qui contenait la première. Il pourrait s'agir d'un personnage féminin aux seins agressifs, coiffée d'un étrange couvre-chef cylindrique formant cape dans le dos. Le visage n'est même pas ébauché. Trois perforations communiquent avec une cavité centrale qui contient les boulettes faisant hochet.

261En comparaison des sifflets-hochets anthropo ou zoomorphes, les fragments de vases rouge incisé paraissent fort rares ; la technique du décor est tout à fait comparable. Dans la Fig. 48, b, c et d sont des morceaux de panse de vases épais ; la surface extérieure est engobée de rouge et incisée de motifs serpentiformes. On trouve aussi un bord de bol en méplat (f) et un fragment de rondelle plane (g).

262Les statuettes-sifflets ou hochets de type Goleno Rouge incisé sont certainement des objets rituels. On les trouve souvent, seuls ou groupés, dans les sépultures de la phase El Indio (à El Indio et El Cafetal) et même dans une sépulture de la phase La Cañaza (â la Cañaza). On pourrait voir dans ces instruments musicaux en forme d'animaux ou de créatures monstrueuses la représentation de l'âme du mort qui souvent, dans les croyances primitives, s'évade du corps sous la forme d'un oiseau. Cependant, tous les animaux représentés ne sont pas des oiseaux et, d'autre part, R. González a trouvé, dans une seule sépulture d'El Cafetal, jusqu'à cinq sifflets ornithomorphes groupés (trois dans un autre cas).

Fig. 48 - Type Goleno Rouge incisé : sifflet, fragments de vases et de bols à extérieur décoré.

263Je ne dispose d'aucune indication permettant de penser que le type Goleno existe en dehors de la zone de Tonosi, même à Mariato, Les sifflets, souvent en forme d'oiseau, provenant des provinces du Chiriqui, du Veraguas et de Coclé, sont très différents.

Le Groupe Culebra Appliqué-Incisé (Fig. 49 à 51, Pl. XXXVI)

264J’ai classé dans ce groupe plusieurs types dont la caractéristique commune est un décor appliqué (en pastillage ou en "filets") avec incisions et parfois surfaces engobées de rouge ou brossées. Les trois procédés décoratifs sont souvent employés concurremment sur ces poteries à destination funéraire.

265La céramique Culebra, qui n'est guère dans la tradition du décor plastique de la phase Bucaro, mais se rapprocherait plutôt du Bichrome en zone ou du Scarifié de la phase Concepción-Aguas Buenas, est bien particulière à la phase El Indio de Tonosi. Ce groupe, assez important durant la première moitié de cette phase - il représente alors en moyenne 3,5 % du total des tessons d'El Indio - diminue ensuite rapidement et devient négligeable durant la phase La Cañaza (Fig. 21). Il constitue donc un bon repère chronologique.

266J'ai distingué trois types à l'intérieur du groupe Culebra :

  • un type "Guacamayo", proche des poteries caliciformes trouvées dans les tombes du cerro du même nom, dans le Nord de Coclé (cf. supra p. 27) Le décor est fait de minces filets appliqués, de zones peintes en rouge ou brossées ;

  • un type décoré de filets ou de pastilles incisées par bord de coquillage ;

  • un type à zones décorées par incisions et impressions de bord de coquillage.

1. Type Guacamayo (Fig. 49)

267Deux vases entiers ont été mis au jour dans les sépultures d'El Indio et d'El Cafetal (Pl. XXXVI a) ; de nombreux fragments (83) proviennent de divers sites, dont plus de la moitié d'El Indio et le quart de La India 2.

268La forme dite "en calice" est celle d'un vase haut et mince, en sablier ; la ceinture est marquée par deux bourrelets horizontaux. La base évasée à dessous concave forme piédestal. Le bord, vertical ou légèrement évasé (Fig. 49 - b, c) est très mince (3 à 5 mm) et se termine en biseau. Les dimensions moyennes sont les suivantes :

Fig. 49 - Groupe Culebra Appliqué-Incisé : type Guacamayo.

diamètre de l'ouverture

 : inférieur à 10 cm (de 8,8 à 9,6)

diamètre de la base

 : 10,6 et 11,1 sur les exemplaires entiers

hauteur totale

 : 28,8 et 30 cm (- do -)

hauteur du piédestal

 : 13,1 et 14,6 cm

269Sur les exemplaires à col évasé en corolle, le diamètre de l'ouverture atteint 18 cm et l'épaisseur du bord est un peu supérieure (6 à 8 mm).

270Certaines parties de la poterie, à 1'intérieur et à l'extérieur - bord, piédestal - sont engobées de rouge et polies, les autres sont brossées : surface brun terne, striées de sillons irréguliers, obliques ou verticaux. De minces filets verticaux ne faisant guère saillie que de 2mm sont appliqués en quinconce sur la partie supérieure du vase et soigneusement raccordés au corps à l'aide d'une spatule.

2. Type décoré de filets ou de pastilles incisés

271Le type Guacamayo n'est peut-être qu'une variété de ce type à décor appliqué et zones peintes en rouge, dont les formes sont plus variées.

272On retrouve le bord mince, vertical ou évasé, engobé de rouge, ou bol Guacamayo (Fig. 49 d, e, f) mais le décor appliqué se complique : les minces filets, souvent incisés par un bord de coquille, dessinent des courbes, des chevrons, parfois même des animaux en relief (e : crocodile, lézard ?) ; ils sont accompagnés de petites pastilles pyramidales qui garnissent les zones non peintes. Les parties brossées ont disparu. Le diamètre de ces bols va de 16 à 20 cm.

273Une forme nouvelle est le bol à bord rentrant et à piédestal bas (Pl. XXXVI b et Fig. 49 1) dont le diamètre à l'ouverture est de 11 cm en moyenne. L'engobe rouge couvre alors l'intérieur, le bord extérieur et le support, tandis que sur la panse, les zones semées de pastilles sont séparées par des filets verticaux incisés. Les pastilles elles-mêmes peuvent être ponctuées, comme la pupille d'un œil (Fig. 49 1) ou incisées en croix par un bord de coquille (i). Ces éléments décoratifs sont combinés en motifs dont la signification anthropo ou zoomorphe est probable.

274Le décor appliqué peut en somme être traité de façons très variées, aussi bien en ce qui concerne les filets que les pastilles, comme le montre la Fig. 50 b et c. Mais l'incision ou impression par bord de coquille laissant une trace sinueuse (b 1-2-3 ; c 2 et 5) est la plus fréquente. Elle est toujours faite dans l'argile molle.

Fig. 50 - Groupe Culebra Appliqué-Incisé : type à filets appliqués

275On trouve enfin des fragments de grands bols épais à bord rentrant et lèvre arrondie (Fig. 50 d à j) qui ne sont autres que les tecomates communs du groupe La India Rouge, mais agrémentés d'un décor plastique. L'engobe couvre la lèvre et l'extérieur, en évitant les zones à décor appliqué. Les filets larges (6 à 10 mm), en forte saillie (4 à 8 mm) ont une section triangulaire ou rectangulaire ; les incisions régulières sont faites avec un bord de coquille ou une lame plate. Ces filets verticaux sont groupés en faisceaux de deux, trois ou quatre.

276Les pièces sont de dimensions supérieures aux précédentes : 23 cm à l'ouverture (de 16 à 34), 1,3 pour l'épaisseur du bord (de 0,9 à 1,5).

3. Type décoré d'impressions et d'incisions par bord de coquillages (Fig. 51 a à g)

277Ce dernier type a été trouvé sur le seul site d'El Indio où il n'est représenté que par une douzaine de tessons. Il me paraît cependant important pour mieux situer le Guacamayo d'El Indio.

278La pâte présente des caractères particuliers : elle est brun-jaunâtre plutôt que rougeâtre, à dégraissant de quartz, souvent mal cuite. Les parois sont minces (0,5 cm).

279La forme des poteries nous est inconnue. Le fond plat (a), pourrait être celui d'un petit bol ou vase globulaire. Le décor, très différent des précédents, comporte des zones brossées, décorées de minces filets parallèles ou en arête de poisson (ces filets semblent être non pas appliqués mais soulevés par l'impression longitudinale d'une baguette fibreuse) ; des zones incisées par le bord d'un grand coquillage bivalve forment des lignes sinueuses continues et parallèles (b, c). Ces techniques originales - utilisant pour la dernière une forme de rocker-stamping - que l'on ne retrouve sur aucun autre type, donnent une impression de feuille nervurée.

280Les trois types de Culebra Appliqué-Incisé datent de la phase El Indio, mais leur durée diffère. Les types 1 (Guacamayo) et 3 (à "nervures") apparaissent dès le début de la phase et disparaissent avec elle.

  • 33 1965, Pl. 9 A

281Le type 2 à filets appliqués, par contre, se poursuit durant la phase La Cañaza et même la phase Bijaguales. Il existerait, d'après Mitchell dans la phase Bucaro33, mais nos fouilles à La India 1 n'ont pas confirmé ce fait. Le type 2 pourrait, en somme, dériver du Guacamayo et lui survivre durant la phase La Cañaza, donnant lui-même par la suite les types de bol à décor appliqué de Bijaguales (voir plus loin p. 347).

282Il n'est pas absurde de voir une relation entre le type Guacamayo de Tonosi et l'encensoir blanc à décor incisé et en pastillage de la phase Bucaro (supra p. 65 et fig. 13.).

283En dehors de notre zone, les rapprochements possibles avec d'autres types similaires sont nombreux :

    • 34 1942, p. 240, Fig. 473 d

    à Macaracas, Lothrop34 illustre un tesson du type 2 que j'ai reproduit dans la Fig. 51 m. La surface extérieure est noire et Lothrop le classe dans son type Smoked ware.

  • sur la côte est, à Los Santos (LS 2), Guararé (GE 1), La Palma (PO 1), Las Lajitas (LT 1), tous sites tardifs, j'ai trouvé quelques tessons du type 2, dont les fragments d'un grand vase cylindrique à piédestal, décor complexe de filets appliqués et de pastillage (Fig.51 1). Sur un autre bord (j), le filet appliqué vertical se termine en losange, figurant sans doute une tête de serpent.

  • sur la côte ouest, à Mariato (MO1), le type fait partie du complexe contemporain de notre phase El Indio ; on y trouve encore un exemple de filet appliqué-incisé se terminant en tête de serpent, et un tesson épais de type 2 à filets horizontaux (k).

    • 35 1964, p. 182, Fig. 65 a

    la baie de Parita, J. Ladd35 illustre un vase caliciforme en corolle acheté au site Girón. Nous le reproduisons dans la Fig. 51 i. D'autre part, la technique du décor par impression de bord de coquille existe sur les jarres et les piédestaux du type Escota (variété Plain) de la phase Santa María.

    • 36 1942, P. 172, Fig. 349

    dans la province de Coclé, au Sitio Conte, des tessons bruns-à surface carbonisée (smoked wave) et décor en filets appliqués et incisés figurent dans le matériel de la tranchée XII que Lothrop attribue à la phase Coclé Ancien36. On y retrouve notre type 2, avec des motifs plus complexes. Une autre tranchée (XI) a livré un tesson à décor moulé qui rappelle beaucoup nos tessons nervurés du type 3, des incisions cunéiformes remplaçant les impressions de bord de coquillage.

284D'après R. Cooke, on ne trouve dans les sites des environs de Nata que très peu de tessons à filets appliqués-incisés dans les niveaux de la phase Santa María.

285C'est toutefois avec le matériel provenant de la région montagneuse du nord de Penonomé que les rapprochements vont être les plus intéressants. Les deux sites fouillés - Cerro Guacamayo, El Limón - ont en effet livré les fameux vases caliciformes que l'on a considérés comme contemporains des poteries scarifiées du Chiriqui. Au Cerro Guacamayo, N. Harte et sa femme ont découvert des tombes profondes de 3 m dont le sol était couvert d'une fine couche de charbon ; le corps unique était couché en position fléchie, tête au nord, un vase caliciforme près de l'épaule droite. J'ai dessiné 1'un de des vases (Fig. 51 h) déposés au Museo Nacional de Panama.

286À El Limón, un amateur local, Miguel Conte, a exploré neuf tombes. L'une d'elles contenait quatre vases caliciformes et deux vases globulaires incisés, qui furent offerts à Stirling. Ce dernier les a décrits dans un article (1964).

287Le fait important est que le matériel d'El Limón, comme celui du Cerro Guacamayo, associe deux types de vases que nous avons trouvés également associés dans les niveaux inférieurs d'El Indio, ce qui semble prouver la contemporanéité des trois sites. Ces types sont le vase caliciforme (notre type 1 du Culebra Appliqué-Incisé) et un petit vase à décor incisé très proche de notre type 3 à décor "nervuré". Le premier (Fig. 51 h) présente, à vrai dire, avec notre Guacamayo, quelques différences : la base est plane, le piédestal orné d'incisions verticales (faites avec un peigne ?), le col de zones rouges incisées formant six panneaux verticaux ; sur les bourrelets de la partie médiane sont appliquées des pastilles en grain de café ou des figurations d'oiseaux, dont la tête et les pattes sont en relief alors que les ailes se déploient sur le col en zones rouges incisées. Stirling pense que ces vases servaient de support ; cette utilisation est difficile à concevoir tant la lèvre est mince, le diamètre de l'ouverture faible et surtout la base trop exiguë pour assurer une bonne stabilité.

Fig. 51 - Groupe Culebra Appliqué-Incisé : type décoré par impressions de coquille. "Guacamayo" provenant d'autres régions de Panama.

288L'autre type - que nous ne connaissons à El Indio que par des fragments - est un petit vase globulaire à col concave largement ouvert ; grossier et mal cuit ; la surface était peut-être couverte d'un engobe rouge qui a presque entièrement disparu. Elle porte un décor incisé ou plutôt imprimé ou moulé, en arête de poisson ; en "feuilles nervurées" et en pastillage sur un autre exemplaire. La technique est bien la même qu'à El Indio, mais ne comporte pas l'impression par bord de coquillage.

289On suppose généralement que la céramique de Guacamayo, comme celle de Pueblo Nuevo (río Tabasara), datent de la période Formative Tardive (période III de C. Baudez), caractérisée par le Bichrome en Zone et le Scarifié. En réalité, les dates proposées - 230 ± 60 av. J.-C. pour le Guacamayo, 340 ± 45 av. J.-C. pour Pueblo Nuevo - sont douteuses, tout au moins la première, basée semble-t-il sur une simple comparaison avec le matériel provenant d’un site proche du Volcán, dans le Chiriqui.

290À la lumière des rapprochements faits ci-dessus, je serais plutôt porté à croire que les sépultures du Cerro Guacamayo et d'El Limόn sont contemporaines de la phase El Indio à Tonosi et sont donc postérieures d'au moins cinq siècles à leur date présumée ; que, d'autre part, la "phase Guacamayo", reposant sur d'aussi pauvres évidences, n'existe pas.

  • 37 1950, p. 48, Fig. 68 a et b.

291Pour en terminer avec les poteries caliciformes, je dirai un mot des vases en forme de sablier ou de tambour d'aisselle (pottery drums) provenant de l'Ouest du Panama, dont la parenté avec notre Guacamayo est probable. Des exemplaires de ce type ont été signalés à Zapotillo et à Arenas dans le Veraguas par Lothrop37, à Las Palmas, dans la même province (Museo Nacional), dans le Chiriqui par Holmes (1888), Mc Curdy (1911) et Haberland. Lothrop les rapproche de poteries semblables provenant du Mord du Costa Rica et de sites mayas du Peten. À Panama, le style de ces vases, considérés par certains comme des tambours, est assez varié : les uns peuvent être rattachés au Scarifié de la phase Aguas Buenas-Concepción ; les autres, à décor peint, semblent plutôt dater de la phase Chiriqui classique. Les exemplaires à décor plastique d'El Indio, du Cerro Guacamayo et du Veraguas pourraient être intermédiaires entre ces deux phases. Il s'agirait en somme d’un type de vase rituel, en forme de florero, qui aurait été diffusé sur une vaste zone et durant une période assez longue. Il est certain, en tout cas, que ce type est originaire d'Amérique Centrale. Le terme de pottery drums suppose une utilisation qui est loin d'être prouvée ; à El Indio tout au moins, les vases caliciformes ne servaient probablement ni de tambours, ni de supports.

Divers

Statuettes et hochets polychromes (Fig. 52 a, b, c)

292Une dizaine de fragments, provenant surtout d'El Indio, mais aucun trouvé in situ. Le petit animal (a), peut-être un tatou, est décoré en noir et blanc sur rouge et porte un trou de suspension, b est sans doute un hochet, décoré lui aussi en noir et blanc sur rouge, dont la forme est à rapprocher de celle d'une statuette funéraire (Pl. XXXV a). L'exemplaire c, incomplet, est plus énigmatique.

Fig. 52 - Objets divers de la phase EL INDIO : statuette polychrome, hochet, anse à décor appliqué, rondelle à gorge.

Bols à lèvre incisée (Fig. 12)

293Ils doivent être considérés comme une survivance des techniques du décor plastique de la phase Bucaro et rattachés au type Castillo à décor plastique (cf. supra p. 64).

Bols à anse décorée (Fig. 52 d)

  • 38 1942, p. 204, Fig. 403 f

294On trouve exceptionnellement sur l'anse unique des petits bols rouges décrits plus haut un décor polychrome à motif géométrique ou la représentation plastique d'un animal qui est sans doute un crocodile sur les trois exemplaires connus (trouvés à La Cañaza, à La India 1 et dans le basurero de bucaro). Ce dernier type date probablement de la phase La Cañaza (il est signalé par Lothrop38 à Loma de Los Muertos, province de Coclé), tandis que le premier serait du vrai Tonosi Polychrome de la phase El Indio.

Poteries percées

295La plupart sont tardives et seront décrites avec le matériel de la phase Bijaguales. Il n'est pas impossible cependant que certaines datent de la phase La Cañaza, ou même de la phase El Indio. Nous n'en avons trouvé aucun exemplaire en stratigraphie.

Rondelles découpées

296Ces objets circulaires, percés ou non, sont découpés dans des parois de vases ; leur utilisation est inexpliquée. On en trouve, en assez grande quantité à Tonosi, tout au long de nos trois dernières phases. Ils seront étudiés avec la phase Bijaguales.

297L'objet de la Fig. 52 e, plus épais, a la forme d'une poulie à gorge.

Industrie lithique (Fig. 53 3 55, Pl. XXXVII)

298Je décrirai les objets utilitaires (meules, haches, etc.), puis les objets de parure en pierre rare (agate, serpentine, jade).

Objets utilitaires

299Nous avons trouvé très peu d'objets lithiques dans nos fouilles stratigraphiques ; la plupart proviennent de récoltes de surface sur des sites occupés durant les phases El Indio et La Cañaza, il est donc difficile de les rattacher à l'une ou l'autre phase. Je décrirai d'abord les premiers, dont la position chronologique est la plus sûre. Ils proviennent de La India 1, La India 2, El Indio et El Cafetal.

300L'industrie lithique de la phase El Indio est caractérisée par l'existence de :

  • metates tripodes, ovales, à bord en biseau (Fig. 53) ; on les trouve parfois dans les sépultures ;

  • metates à bord décoré ;

  • haches et herminettes de pierre noire (basalte, rhyolite) soigneusement polies (Fig. 55).

301Un metate funéraire d'El Indio, provenant d'une fouille d'amateur, a pu être reconstitué (Fig. 53 b et fig. 60). De forme ellipsoïdale, il a 82,5 cm de longueur, sur 53 de largeur maximale. Le plateau est mince (2,3 à 2,6 cm), avec une lèvre en biseau formant méplat vertical de 2 cm. Deux des pieds partent directement du bord et sont légèrement rentrants ; ils ont 14 cm de hauteur.

302Trois fragments de metates décorés ont été mis au jour dans nos fouilles P et F à La India 1 et dans le basurero de La India 2. Le premier (Fig. 54 a) a un bord légèrement relevé, dont la partie inférieure est ornée d'une série d'excroissances, distantes de 2,5 cm environ. On voit l'amorce d'un pied à 9,5 cm du bord. La pierre est sans doute du grès.

303Le fragment provenant de notre fouille F est plus petit ; le bord en méplat vertical porte sur 2,4 de hauteur un décor profondément incisé comprenant une ligne et une série de T.

304Le bord du metate de La India 2 (Fig. 53 a) est lui aussi courbe. La lèvre forme un méplat oblique décoré à la base d'une série d'encoches triangulaire ?, tous les 2 cm environ. On distingue aussi la trace de départ d'un pied.

305Les haches de la phase El Indio, dont nous n'avons qu'un exemplaire entier et quelques fragments, sont de basalte noir, bien poli sur toute leur surface. L'exemplaire b (Fig. 541 a une forme trapézoïdale, avec un talon plat, épais, à section losangique. Le tranchant a été réaffuté par de grands enlèvements sur l'une des faces.

Fig. 53 - Industrie Lithique de la phase EL INDIO : metates

306Dans les objets divers, le plus notable est un éclat de bois silicifié (Fig. 54 c) taillé en denticulé. Il existe des gisements de bois silicifié au pied du Canajagua.

Objets lithiques des phases El Indio et La Cañaza

307Les roches utilisées sont surtout le basalte ou le microgabbro pour les haches, les roches volcaniques ou métamorphiques (syénite, andésite, granité), plus rarement des roches sédimentaires (calcaire, poudingue) pour les meules et les molettes.

Fig. 54 Phase EL INDIO : "metates", molettes et divers

308Les metates dont nous n'avons que des fragments, devaient avoir la forme décrite ci-dessus : ovale ou en ellipse, tripodes. La hauteur des pieds varie de 3,5 à 7,5 cm. La surface du plateau est plane ou légèrement concave, le bord aminci en biseau (Fig. 54) (d 1) ou formant un méplat oblique (d 2, 3) ; il peut aussi former un rebord épaissi entourant le plateau. Le matériel utilisé est du grès ou de la roche volcanique (andésite...).

309Pour les molettes, ou manos, nous disposons d'un bel exemplaire, probablement rituel, provenant de La India 1 (Pl. XXXVII a). La forme est celle d'un cylindre légèrement renflé, de 20,6 cm de longueur et 6,7 cm de diamètre maximum. La pierre gris vert, truffée d'inclusions noires, est de la microsyénite. Elle est entièrement polie à l'exception des deux extrémités, mais ne présente aucune trace d'usure.

310Les molettes de cette période (Fig. 54 e, f) sont en général courtes - ne débordant pas les deux mains qui les tiennent - et souvent à double usage : molette et pilon. Le diamètre varie de 6 à 8 cm. Les deux pièces de la Fig. 54, l'une de syénite, l'autre de granité, montrent des degrés et des formes d'usure différents selon que l'une des faces seulement, ou les deux ont été utilisées. Un autre exemplaire d'El Indio (Pl. XXXVII c) est de calcaire à nummulites.

Fig. 55 - Phases EL INDIO LA CAÑAZA : haches et herminettes

311Nous n'avons pour les haches qu'une pièce complète, trouvée à Morro de Puercos (Fig. 55 b). Elle est en microgabbro ou en basalte, de forme triangulaire, assez épaisse (2,2 cm), à tranchant courbe. Cette hache est entièrement polie, mais la surface est assez irrégulière.

312Les herminettes sont plus nombreuses. La plus petite (fig. 55c) ne dépasse pas 4,4 en. La forme est triangulaire ou rectangulaire (a), l'épaisseur faible (1 à 2 cm), le tranchant curviligne. Elles sont entièrement polies. Sur l'exemplaire a, la surface porte de nombreuses traces d’enlèvements, surtout importants au talon, sans doute pour l'emmanchement. La roche utilisée est le basalte (a) et le microgabbro (c).

313Aucune pointe, aucun outil de pierre taillée autre que le denticulé d'El Indio n'ont été trouvés dans les sites des phases El Indio et La Cañaza.

Objets de parure (Fig. 56)

314Des colliers et des pendentifs de pierre semi-précieuse - agate, onyx, serpentine, jade - ont été mis au jour dans quelques sépultures de La India 1, d'El Indio et surtout d'El Cafetal ; sépultures datant de la phase El Indio d'après la position du corps et le mobilier, ou sépulture en urne dont la position chronologique est moins précise.

315Cependant, comme nous le verrons plus loin, il n'est pas impossible que les pratiques funéraires d'El Indio aient été conservées, au début de la phase La Cañaza, tout au moins par une partie de la population. Les sépultures d'El Cafetal pourraient alors être datées soit de la fin de la phase El Indio, soit du début de la phase La Cañaza. Le problème est d'importance car ces sépultures contiennent en outre des objets de métal dont l'introduction à Panama serait ainsi plus ancienne qu'on ne le pense généralement.

316Les objets de pierre d'El Cafetal comprennent :

  • des éléments de colliers (Fig. 56 a, b, c) :"perles" de pierre verte (serpentine) ou de mica (ou micaschiste). Elles peuvent être allongées (1 à 1,2 cm) de forme cylindrique, légèrement renflée (a) ? ou bien épaisses et arrondies, de contour polygonal (b) ; ou encore de forme plus ou moins cubique (c). Un collier fait de perles allongées comprend 92 éléments. D'autres colliers sont plus hétérogènes, comprenant des éléments de forme a, b, c, de serpentine, d'agate, de mica, d'os d'animaux (oiseaux) et sans doute aussi de coquillages.

  • des pendentifs d'agate ou d'onyx. Ils sont de trois types : la rondelle cylindrique épaisse, en forme de "pneu-ballon" (Fig. 56 d) dont le diamètre varie de 1,3 à 1,8 cm, l'épaisseur de 0,5 à 1 cm. Elle est percée au centre d'une perforation bipolaire. On la trouve associée à la forme suivante ou aux perles vertes des colliers.

317Le pendentif en forme d'"ailes" stylisées (e, f), dont le corps porte vers le haut un talon à perforation bipolaire pour la suspension. Les dimensions sont supérieures : 4,3 à 6,5 cm pour la longueur.

318L'objet d'agate g, en forme de hachette, est unique.

Objets de parure d'os, de coquillage et de métal

319Contrairement à la phase La Cañaza, on ne trouve durant la phase El Indio aucun outil, aucun objet de parure en coquillage ou en os, à l'exception d'une aiguille d'os à chas provenant du basurero de La India 2.

320Des coquillages gastéropodes étaient parfois déposés dans les sépultures : l'un deux semble avoir été volontairement perforé. Mais le fait est exceptionnel.

321Par contre, plusieurs objets d'or ou de tumbaga (alliage d'or et de cuivre) ont été trouvés dans les sépultures d'El Cafetal. Leur datation phase Ex Indio ou phase La Cañaza ? - sera discutée plus loin à la lumière des associations de matériel dans le mobilier funéraire.

322Ces objets comprennent :

  • une bague d'or filigrané :

  • une plaquette mince (0,5 mm) de tumbaga, à bord replié ;

  • un collier (ou bracelet) très mince, à section en U ;

  • un pendentif (Fig. 56 h) d'or jaune à reflets rougeâtres se terminant par deux fils enroulés en spirales symétriques. Peut-être s'agit-il d'un ornement de nez (nariguera) mais rien n'est prévu pour la suspension ;

  • trois pendentifs en forme d'araignée (i), d’"aigle" (k) et de quadrupèdes (j). Ce dernier présente des animaux à bec aplati ressemblant à des canards ; ce sont en réalité quatre quadrupèdes doubles soudés par leur arrière-train : nous retrouvons là un motif familier des vases Tonosi Polychrome.

Fig. 56 - Phase EL INDIO : objets de parure en pierre et en métal.

  • 39 de Guapiles. Voir Lothrop,1950, p. 87, Fig. 141 a à c.

323Le pendentif des deux "aigles" jumeaux est incomplet : les ailes et la queue manquent. On voit que l'objet diffère peu des bijoux à motif analogue provenant du Veraguas et aussi du Costa Rica39.

324Mitchell signale à La India 1 un pendentif de trois animaux à queue recourbée identique à un bijou d'or du Sitio Conte ; un oiseau à deux têtes, une grenouille et un naviguera.

325Ces objets de métal sont, dans l’ensemble, tout à fait comparables à ceux du Sitio Conte, du Veraguas et de Venado Beach ; il est tentant de les rattacher à la phase La Cañaza, bien que la céramique associée soit du Tonosi Polychrome, du Culebra Appliqué-Incisé (type Guacamayo) ou des sifflets Goleno Rouge incisé.

Les sépultures de la phase El Indio

326Nous disposons de données assez précises sur les coutumes funéraires de la phase El Indio grâce à la fouille d'une quarantaine de sépultures : 37 à El Indio, une à La India 1, une à Bucaro (sondage D). De plus, les travaux de Raul González à El Cafetal ont porté sur un nombre important de sépultures de la même phase. Nous avons aussi la description sommaire de celles mises au jour à La India 1 par le Dr. Mitchell.

Les sépultures d'El Indio

327Nos renseignements proviennent de la fouille F 2 (voir supra Fig. 18 et 19), de la tranchée F 3 et de la partie ouest de la tranchée F 4 ; enfin des sondages S 7 et S 8. Dans toute la fouille F 6, de plus, on trouve des traces de sépultures anciennes détruites par des inhumations faites durant la phase La Cañaza. C'est dire que les sépultures de la phase El Indio sont réparties irrégulièrement sur toute l'étendue de la partie centrale du site. Leur densité est très variable, ces sépultures étant parfois étroitement groupées et même "entassées" sur plusieurs niveaux, ou au contraire assez dispersées.

328Le détail des sépultures avec leur mobilier est donné en Annexe II. Je décrirai ici sommairement les résultats de chaque fouille.

Fouille F 2 (Fig. 57)

329Un rectangle de 2x3 m’a été fouillé, un peu en retrait du talus, à l'endroit ou une fouille d'amateur (H 1) avait mis au jour des ossements et des morceaux de poteries polychromes.

330Au-dessous d'une couche d'habitat riche en tessons des phases El Indio et La Cañaza, nous avons mis au jour deux niveaux de sépultures :

  • de 120 à 130 cm : un squelette d'adulte âgé (dans la partie sud-ouest non représentée sur la Fig. 57) et deux squelettes d'enfants - no 2 et 3 - en position fœtale sur le côté droit, l'axe du corps nord-ouest sud-est. Le mobilier comprend un ou deux bols rouges à une anse près du crâne du mort (a, b, c) et un amas de tessons polychromes placés en désordre sur la base du corps ou le recouvrant presque complètement (d, e). Ce sont les fragments de deux beaux vases doubles, sans doute brisés intentionnellement avant d'être jetés en désordre dans la sépulture. Tous deux sont décorés dans le style "en papier découpé", l'un en noir et rouge sur blanc (Pl. XXVII) l'autre en noir et blanc sur rouge.

  • entre 145 et 170 cm de profondeur, dans une terre de plus en plus sablonneuse, la partie nord-ouest de la fouille est occupée par plusieurs squelettes d'adultes, tous en position repliée, sur le ventre ou sur le dos, axe du corps ouest-est ou sud-nord. Les squelettes no 5, 6 et 9 reposent sur une couche de sable gris clair à concrétions formant une sorte de dallage naturel. Aucun mobilier pour la première, si ce n'est un coquillage gastéropode perforé (f) contre la jambe droite. L'offrande funéraire est placée à la base du squelette 6. Elle comprend un bol de type La Bernardina à lèvre décorée (g et Pl. XVI b), une statuette-hochet féminine les jambes en l'air (h et Pl. XXV a) et un éclat de hache de basalte polie (i). Le bol reposait, ouverture vers le bas, sur un paquet d'os longs de cerf partiellement brûlés et contenait quatre gros coquillages gastéropodes et deux bivalves, recouvrant une statuette d'argile anthropomorphe (Fig. 47a) : on peut supposer que cette dernière représente le mort en position repliée et que le contenu du bol était un repas funéraire.

Fig. 57 - Plan de la fouille F 2 à El Indio

331Les autres sépultures sont plus ou moins perturbées ; le mobilier est surtout constitué de poterie commune rouge ; bols à une anse, grand tecomate.

332Cette fouille F 2 met en évidence plusieurs points intéressants. La partie centrale est vide de sépulture. Celles-ci forment trois groupes un dans l'angle nord-est et la paroi nord ; un second contre la paroi ouest, le dernier en limite sud de la fouille.

333L'âge des sujets évalué grosso modo d'après la denture, nous donne :

  • pour le groupe 1 : 3 enfants et 3 adultes

  • pour le groupe 2 : 1 enfant et 2 adultes

  • pour le groupe 3 : 1 enfant et 1 adulte

334Au total cinq enfants et six adultes, proportion qui semble normale pour une population à mortalité infantile élevée.

335D'autre part, les sépultures ont parfois été perturbées.

336Une hypothèse (que je discuterai par la suite) est que les sépultures se présentent par petits groupes ou îlots, chacun d'eux pouvant correspondre à un groupe familial. Les morts auraient été enterrés à faible profondeur, sous le sol même de leur habitation, celle-ci n'étant pas abandonnée par la suite, comme c'est le cas dans beaucoup de populations "primitives" ; on constate en effet qu'il y a eu plusieurs enterrements successifs dont les plus récents ont partiellement détruit les plus anciens.

Fig. 58 T l - 18 - EL INDIO (f. 3) niveau - 130

Fouille 3 (Fig. 58)

337Tranchée discontinue de 2 m de largeur coupant la "presqu'île" en son point le plus étroit, sur 13 m de longueur. Dans son prolongement, la fouille d'amateur H 3 avait fourni de belles poteries polychromes et une sépulture sur metate.

338La stratigraphie est la même que dans F 2, mais on trouve par endroits, dans la partie centrale à 95 cm de profondeur, des plaques irrégulières d'argile durcie épaisses de 3 cm environ et présentant une surface plus ou moins plane. Ce sont là probablement des restes de sols d'habitation, les seuls que nous ayons découverts dans toutes nos fouilles ; ces sols auraient été détruits à l'occasion d'inhumations dont on trouve plus bas les traces.

339Les sépultures apparaissent à partir du niveau - 130 dans la partie centrale et partie nord, proche de H 3. Dans la partie sud, une unique sépulture d'enfant, qui serait de la phase La Cañaza.

340Les sépultures ont souvent été détruites ou bouleversées, mais on peut voir que la position des corps est toujours fœtale ou repliée, sur le côté, sur le ventre ou sur le dos, l'orientation du corps étant quelconque. Elles ont généralement une offrande qui comprend une ou plusieurs poteries placées à la base du corps ou près du crâne : bols rouges (sép. 5 et 6), bols La Bernardina (sép. 3 et 6). Le seul mobilier plus riche est celui de la sépulture 7. Cet adulte jeune, dont le squelette est très incomplet, était entouré de cinq vases doubles couchés sur le côté et d'un grand bol à décor noir et blanc servant de couvercle à l'un deux. Deux des vases (a et b) sont décorés du thème du personnage hiératique ; l'un contenait un petit bol rouge à une anse, l'autre quelques os de petit animal ; le troisième, décoré du motif des "hommes portant un tronc", contenait le squelette d'un tout jeune enfant dont le crâne n'avait pu être introduit dans le col de la poterie. Le quatrième vase décoré du "monstre dédoublé", était vide et découvert du grand bol décrit plus haut. Enfin, les débris d'un troisième vase portant le motif du "personnage hiératique" ont été recueillis dans la paroi ouest.

341Les sépultures découvertes plus bas étaient toutes perturbées et sans mobilier.

342Contrairement à ce que nous avons constaté pour les sépultures 2 et 3 de la fouille F 2, les vases funéraires pouvaient donc être déposés entiers et couchés sur le côté près du corps ; ils servaient alors de récipients à une offrande (alimentaire ?) ou même d'urne funéraire à un enfant.

Fouille 4 (Fig. 59)

343Cette tranchée reliant la fouille F 3 à l'énorme excavation H 8 - H 9 où avait été découvert un cimetière de la phase La Cañaza, visait à rechercher la limite de ce cimetière vers le nord et éventuellement les traces d'une évolution entre les types de sépultures des deux phases.

344Nous avons effectivement trouvé, de l'est à l'ouest de notre tranchée :

  • une zone (carrés ST 3 et 4) où sépultures de la phase El Indio et sépultures de la phase La Cañaza sont superposées ;

  • une zone centrale sans sépultures ;

  • une zone occupée par un groupe de sépultures de la phase El Indio (carrés ST 15 et 16) ;

  • enfin une nouvelle zone de superposition, au contact de la fouille d'amateur H 8 (carrés ST 17) ;

345Les sépultures de la phase El Indio, au nombre de neuf (mais plusieurs squelettes n'ont pas été entièrement dégagés de la paroi) sont à un niveau moyen de 150 cm. Dans le carré S 17, les squelettes 4 et 5 sont ceux d'un très jeune enfant placé au-dessus d'un adulte couché sur le dos en position repliée ; deux petits bols rouges reliés par une anse en étrier (Fig. 23 i) constituent la seule offrande.

346Les squelettes groupés dans la zone des carrés ST 15 et 16 sont tous en position repliée et sans mobilier, à l'exception d'un bol la Bernardina retourné (b).

Fig.59 - EL INDIO fouille F.4

347Les superpositions concernent :

  • en ST 17, une sépulture d'adulte jeune (6) à - 160 cm partiellement détruite par une sépulture postérieure et plus profonde (11). Le vase polychrome (c) est brisé et quelques fragments ont été entraînés dans le fond de la sépulture plus récente. Celle-ci occupe le fond d'un puits creusé dans le sable jaunâtre à 2 m de profondeur. L'enfant reposait sur une sorte de cuvette pleine de cendre, accroupi face au sud, avec sur la poitrine un petit bol rouge de type Zahina Polychrome (Pl. XXXIX). Le mobilier comprend en outre divers objets de coquillage travaillé : un collier de minuscules os d'oiseau, un pendentif en forme de singe (Fig. 88 g), et des objets d'os ; tube taillé dans un os d'oiseau, dent de "chien à racine perforée. Nous verrons que tous ces traits permettent de dater cette sépulture de la phase La Cañaza.

  • en ST 3 et 4, des poteries brisées et de menus ossements indiquent au niveau - 110, la présence d'une sépulture d'enfant (2) ; la seule pièce intacte est un petit bol brun à oreilles (e). La sépulture plus récente responsable de ce bouleversement est trouvée un peu plus bas ; un adulte a été enterré en position accroupie face au nord, les bras repliés sur la poitrine, accompagné d'un mobilier pauvre : petit bol rouge à décor incisé amputé de son piédestal (f), os long de gros animal portant 14 incisions parallèles (g), rondelle de coquillage percée.

348Cette sépulture est donc bien datée, elle aussi, de la phase La Cañaza.

Fouille F 6 (fig. 98)

349Destinée à rechercher la limite du cimetière de la phase La Cañaza vers l'est, elle a révélé la présence, entre 80 et 140 cm, de squelettes appartenant sans doute à la phase El Indio, détruits par les inhumations de la phase suivante que l'on découvre en 2 m et 2,50 de profondeur. En limite sud et nord de la fouille, on trouve cependant deux sépultures intactes (21 et 25) à - 160 cm, sans mobilier, le corps replié sur le dos ou sur le côté droit.

Sondage S 7

350Au sud-ouest de la fouille F 7, ce sondage de 1x1 m’a mis au jour, à 1 m de profondeur, un squelette d'enfant en position fœtale sur le côté gauche, axe du corps nord-sud, accompagné d'un petit bol blanc décoré placé près du crâne, ouverture vers le bas.

Sondage S 8

351Cette excavation de 2 m2 pratiquée à proximité de notre campement a découvert à-150 cm un niveau de sépultures très denses : cinq squelettes d'adultes en position repliée, sans offrande.

Les sépultures de La India 1

352Mitchell a mis au jour, sur la rive du río Tonosi, de nombreuses sépultures qu'il attribue à deux périodes différentes (1) : la première représentée par des sépultures en urnes, la seconde par des sépultures à même le sol. Pour celles-ci la position du corps serait repliée (bundle type) ou étendue. Cependant, dans une communication personnelle, Mitchell m'a précisé qu'un seul site, Chara, a livré des squelettes en position étendue ; or ce site date, selon nous, de la phase Bijaguales.

353Le mobilier était surtout abondant dans les urnes, qui contenaient, outre le corps, des poteries, des ossements d'animaux et des objets de parure ; l'urne était généralement recouverte d'un autre vase identique. Les sépultures à même le sol étaient généralement sans mobilier.

354Notre fouille principale à La India 1 (F) n'a trouvé qu'une seule sépulture, au niveau - 150 : un adulte âgé couché sur le dos, les jambes repliées sur le côté droit, mains sous le menton ; l'axe du corps est ouest-est. La seule offrande est un grand fragment de bol La Bernardina près de la tête.

Les sépultures de Bucaro (TI 22)

355Notre sondage D près du corral est tombé à - 145 cm sur un squelette d'adulte en position repliée sur le côté droit, qui n'a pas été entièrement dégagé ; à proximité nous n'avons trouvé qu'un grand fragment de vase Guacamayo qui date cette sépulture.

Les sépultures d'El Cafetal

356Ce site, proche d'El Indio, occupe une position identique : la partie plane est limitée par une colline calcaire, 1'estero del Indio et un petit affluent de celui-ci. Les fouilles de 1969, dirigées par Raul González du Museo Nacional de Panama, ont porté sur une zone rectangulaire de 6x8 m dans la partie plane, à une cinquantaine de mètres de l'estero. Leurs résultats confirment et complètent les données obtenues à El Indio, avec cependant quelques différences importantes.

357Les sépultures ont été rencontrées à deux niveaux r 80 - 115 cm et 120 - 140 cm. Elles sont de deux types :

  • sépultures secondaires ( ?) en urnes. Celles-ci sont en général des vases doubles polychromes contenant un squelette d'enfant ;

  • sépultures primaires, à même le sol, en position repliée, sans orientation particulière.

358La présence d'une offrande est la règle. Dans les sépultures du niveau supérieur, les poteries ont été brisées, puis jetées dans la fosse funéraire, sur le corps et sur les côtés de celui-ci ; seuls les bols rouges à une ou deux anses sont intacts. Au niveau inférieur, les poteries sont en petit nombre et ne semblent pas avoir été brisées intentionnellement. Il s'agit surtout des poteries rouges non décorées, mais on trouve aussi des vases-supports polychromes et des bols zoomorphes de type Infiernillo Tacheté. Les offrandes sont disposées plus soigneusement, près du crâne ou sur le côté du squelette.

359Le mobilier comprend surtout de la céramique. Tous les types représentés sont de la phase El Indio : vases doubles, vases à col court et vases-supports polychromes, bols Infiernillo, sifflets Goleno Rouge incisé, rondelles découpées, vases Guacamayo et poterie commune La India Rouge. On note l'absence des bols Ciruelo Noir sur Rouge et la rareté des bols La Bernardina.

360Des objets d'or et de tumbaga ont été trouvés dans quatre sépultures ; deux d'entre elles contenaient aussi des poteries du type Culebra (Guacamayo). Le matériel lithique comprend des colliers et pendentifs d'agate, d'onyx, de serpentine et peut-être de jade. L'unique hache de pierre polie ne peut être rattachée à aucune sépulture. Comme à El Indio et à La India 1, de nombreuses pierres calcaires, informes, sont trouvées près des corps, sans que l'on puisse dire s'il s'agit là d'un dépôt en relation avec le corps ou avec le mobilier.

361Les objets de coquillage ne seraient représentés que par un seul collier de coquillages gastéropodes et par un grand cambute (Conus fergusoni) ; les objets d'os par un ensemble d'os longs d'animaux, taillés en pointe, qui constituaient peut-être un collier ; et par la diaphyse d'un os long perforé et peint de raies noires.

362Les offrandes alimentaires sont à base de coquillages et de poissons.

363On ne trouve pas à El Cafetal de sépultures sur metate ; par contre, bon nombre de ces objets de parure sont absents ou extrêmement rares à El Indio dans les sépultures de cette phase. Ils ne deviendront communs que dans la phase suivante.

Conclusions sur les sépultures de la phase El Indio

364Nos renseignements sont assez copieux. Il ne faut pas oublier cependant que plus de la moitié des squelettes ont été trouvés déplacés ou partiellement détruits, ce qui ne permet aucune conclusion relative à leur position et à l'orientation du corps. Il est d'autre part souvent difficile d'attribuer une offrande à un squelette déterminé quand les sépultures sont groupées, ce qui est souvent le cas.

365Ces conclusions sont essentiellement basées sur nos fouilles d'El Indio, confirmées par celles d'El Cafetal, bien que ce dernier site soit probablement un peu plus tardif.

366Les sépultures de la phase El Indio se trouvent dispersées dans le centre du site, zone pratiquement plane si l'on néglige une légère pente ascendante vers la colline calcaire qui le borde au sud. Elles ne forment pas un cimetière à proprement parler, mais des groupes, souvent très serrés, de sépultures séparées par des espaces vides. Comme le montre la fouille F 2 en particulier, nous avons sans doute affaire à des groupes familiaux, les morts étant enterrés à faible profondeur sous leur habitation. L'unique sol de terre battue trouvé dans F 3 est à - 95 cm ; les sépultures sont au-dessous, entre 110 et 150 cm.

367On peut admettre qu'au cours de la phase El Indio les inhumations étaient faites dans la zone d'habitat, chaque famille enterrant ses morts sous sa maison. Les sépultures anciennes étaient ainsi souvent détruites ou déplacées par les suivantes, faites au même endroit.

368Les sépultures sont toujours à faible profondeur : 1m S 1,70 m, moins de 1,50 m pour les trois quarts. Or le niveau supérieur de la couche d'habitat correspondant à la phase El Indio est toujours trouvé vers 80 ou 100 cm. Les inhumations étaient donc faites à fleur de terre. C'est un trait important qui les distingue de celles de la phase suivante : on voit en effet se dessiner au cours-de la phase La Cañaza, puis de la phase Bijaguales, une tendance à enterrer les morts de plus en plus profondément. Peut-être est-elle due à l'obligation rituelle de toujours déposer les morts dans un sol vierge ?

  • 40 En notant l'usage comme urnes funéraires des vases doubles polychromes, ne pourrait-on pas explique (...)

369Nous n'avons trouvé à El Indio aucun indice de sépulture secondaire, bien qu'un enterrement primaire perturbé puisse parfois-donner cette impression. Les sépultures en urne pourraient poser ce problème ; mais il s'agit presque exclusivement de sépultures d'enfants, et même de tout jeunes enfants, que les vases doubles et, à plus forte raison, les grands tecomates à oreilles pouvaient contenir40. La seule sépulture en urne que nous ayons mise au jour à El Indio, qui est plus tardive, contenait les squelettes en connexion d'un adulte et d'un enfant dans un grand vase rouge ; il s'agit donc bien d'un enterrement primaire, même si l'on pratiquait au préalable la dessication des cadavres.

370Les squelettes sont toujours en position fœtale ou repliée, jamais étendue. La position "en paquet" suppose que les corps étaient enveloppés et étroitement liés.

371Sur vingt-deux squelettes dont la position a pu être précisée, huit étaient en position fœtale, dont cinq sur le côté gauche et trois sur le côté droit ; six d'entre eux étaient des enfants. Aucun squelette d'enfant n'a été trouvé en position repliée, alors que les adultes sont presque toujours dans cette position. Il faut en conclure que la position fœtale caractérise les sépultures d'enfants.

372La position est indifféremment sur le dos, sur le ventre ou sur le côté. De même, aucune règle ne peut être décelée pour l'orientation des corps, bien que l'axe ouest-est (tête à l'ouest) soit un peu plus fréquent : neuf cas sur vingt-deux. L'orientation nord-sud viendrait ensuite.

373Rien ne prouve, bien sûr, que ces détails de position et d’orientation aient été indifférents pour les habitants d'El Indio, le contraire est même probable. Aujourd'hui encore, certains groupes indiens du Mexique enterrent en décubitus ventral les gens morts de variole, pour éviter, disent-ils, la propagation de l'épidémie.

374L'examen des dents - seuls éléments recueillis sur les squelettes - permet de ranger les individus en trois classes d'âge : enfants, adultes jeunes, adultes âgés. Encore, la distinction entre ces deux dernières classes, basée sur le degré d'abrasion dentaire, est-elle sujette à caution ; cette abrasion devait survenir très tôt par suite de la forte consommation de coquillages.

Tableau 4 - Répartition des sépultures de la phase El Indio par classe d'âge

Tableau 4 - Répartition des sépultures de la phase El Indio par classe d'âge

375Cette répartition paraît normale : mortalité infantile forte (35 %) mais non exceptionnelle en comparaison de certains sites où elle atteint ou dépasse 50 %.

Sépultures en urnes et sépultures sur metate

376Ces modes de sépulture ne nous sont connus, pour la phase El Indio, que par les résultats des fouilles d'amateurs. Le premier paraît réservé aux enfants. L'urne peut être un vase double polychrome, ou un grand vase à bourrelet du type La India Rouge. Dans ce dernier cas, il est difficile de dire si la sépulture date de la phase El Indio ou de la phase la Cañaza, car les grands tecomates rouges ont continué à être utilisés durant cette dernière phase. La nature du mobilier pourrait nous éclairer mais il comprend rarement des poteries. Mitchell (1965, p.15) dit cependant avoir trouvé dans ces urnes rouges des objets de parure, des os d'animaux, des pointes de raie et des poteries polychromes. J'ai l'impression que ce type d'urne est tardif, datant de la fin de la phase El Indio ou du début de la phase La Cañaza.

377Les sépultures sur metate sont peu nombreuses. Mitchell en décrit une à La India 1 : le squelette placé en position repliée sur un metate tripode, portait un ornement de nez en métal.

378À El Indio, trois au moins de ces sépultures ont été détruites par des fouilleurs clandestins. Un metate (Fig. 60) a pu être récupéré presque entier ; il porte encore une partie du squelette, près de la tête duquel avait été placé un bol zoomorphe retourné.

Fig. 60 - Sépulture sur metate de la phase EL INDIO

Mobilier funéraire

379Sur vingt-huit sépultures étudiées à El Indio, dix-neuf avaient un mobilier, généralement pauvre. À El Cafetal, la présence de mobilier semble à peu près générale.

380L'offrande traditionnelle est la céramique. Elle peut être très variée allant du bol rouge à. une anse déposé près du crâne, et du bol La Bernardina aux grands vases polychromes. Ceux-ci peuvent être utilisés comme urnes funéraires pour les enfants, ou comme récipients contenant soit d'autres poteries, soit une offrande alimentaire. Les statuettes-sifflets zoomorphes du type Goleno Rouge incisé sont parfois groupées par trois dans un bol Infiernillo Tacheté (Pl. XVI), par cinq à El Cafetal. Souvent les poteries sont superposées, l'une servant de couvercle à l'autre.

381Le type Ciruelo Noir sur Rouge et le bol zoomorphe quadripode sont rares.

382Ce mobilier est placé au même niveau que le corps, le recouvrant parfois partiellement. Il n'est pas douteux que les poteries ont souvent été brisées intentionnellement avant d'être jetées sur le cadavre ; elles pouvaient aussi être déposées intactes, ouverture vers le bas quand il s'agit de bols La Bernardina, sur le côté pour les vases doubles.

383La présence d'une offrande alimentaire devait être assez générale. Elle est attestée dans plusieurs cas, notamment dans la sépulture 9 de F 2. Cette offrande pouvait comprendre des coquillages, du gibier (cerf) et du poisson.

384Les objets lithiques tiennent fort peu de place dans le mobilier funéraire : un fragment de hache polie, quelques metates tripodes servant de lit au cadavre. A La India 1, Mitchell signale seulement un pilon de tuf, une mano et une sépulture sur metate. Aucune pointe n'a été trouvée

385À El Cafetal, le mort était enterré avec ses bijoux de pierre semi-précieuse et de métal. Nous n'avons rien trouvé de semblable à El Indio, mais il n'est pas impossible que certains objets de parure provenant de ce site, conservés par des amateurs, aient été trouvés sur les squelettes. Cette coutume deviendra courante pendant la phase La Cañaza. De même, les objets de coquillage et d'os travaillés, s'ils figurent aussi dans le matériel d'El Cafetal, me semblent beaucoup plus caractéristiques de la phase suivante.

386On peut, pour conclure ; résumer les caractéristiques des sépultures de la phase El Indio de la façon suivante :

  • sépultures primaires, dans la zone d'habitat ; groupées en îlots familiaux. Forte proportion d'enfants (35 %) ;

  • sépultures à même le sol, sépultures en urnes, plus rares, réservées aux enfants ; sépultures sur metate exceptionnelles ;

  • faible profondeur : 1,50 m en moyenne, ne dépassant pas 1,70 m ;

  • sépultures disposées sur un plan horizontal, corps et mobilier sur même niveau ;

  • position fœtale ou repliée, la première réservée, semble-t-il, aux enfants ;

  • position en decubitus ventral, dorsal ou latéral, indifféremment. Pas d'orientation privilégiée.

  • présence habituelle d'un mobilier d'importance variable comprenant surtout de la céramique. Les poteries peuvent être brisées ou déposées intactes.

387On trouve aussi les traces fréquentes d'une offrande alimentaire.

Conclusions sur la phase El Indio

Les sites (Fig. 61)

388La phase El Indio est représentée sur treize sites dont trois étaient déjà occupés durant la phase Bucaro. Les nouveaux sites sont : La Bernardina (TI 10), El Indio (TI 8), El Cafetal (TI 35), La India 2 (TI 2), Quebrada La India (TI 26), La Tiestosa (TI 12), La Coralilla (TI 20), El Jacintal (TI 51), Cañas (TI 57) et La Cañaza (TI 9). Toutefois, les derniers n’ont peut-être été occupés qu'au début de la phase La Cañaza.

389On note que les sites sont encore peu nombreux, quatre fois plus cependant que ceux de la phase précédente ; qu'ils sont tous situés soit sur la côte, en particulier dans la zone de palétuviers où se trouvent les deux plus importants ; soit dans la basse vallée du río Tonosi, sur le río même ou sur les premières pentes à faible distance de celui-ci. Le plus éloigné n'est, à vol d'oiseau, qu'à 13 km de la mer.

390Vers l'ouest, en dehors de Morro de Puercos, nous n'avons trouvé aucun site de la phase El Indio sur la côte ou dans la vallée du río Guanico. Vers l'est, les dernières traces (douteuses) de cette culture sont relevées à Playa de Venado, à 4 km environ à l'est de Cañas,

391L'occupation de la région a donc été limitée, semble-t-il, à une zone proche de la mer, dans le bassin du río Tonosi. Il existait au moins un centre (El Indio - El Cafetal) important par sa superficie et la densité de sa population, dont dépendaient sans doute les quelque dix autres établissements qui nous sont connus.

Fig. 61 - Les sites de la phase EL INDIO

392Si l'on admet l'origine des "gens d'El Indio", les résultats des fouilles nous donnent une idée de la manière dont s'est réalisée leur implantation. J'ai dit plus haut (p. 73] qu'il y a une discontinuité frappante entre les types céramiques de la phase Bucaro et ceux de la phase qui lui succède. Les premiers occupants de Tonosi ont dû être soumis et abandonner assez vite leurs coutumes et leurs techniques au profit de celles, plus avancées, des nouveaux arrivants. Les personnages armés de lances ou d'arcs figurant sur les vases polychromes pourraient indiquer que cette implantation ne fut pas absolument pacifique ; si nous n'avons trouvé aucune pointe d'armes, c'est sans doute qu'elles étaient de matériel périssable, par exemple de l'épine très dure du palmier chonta (Guilielma gasipaes).

393La supériorité matérielle de la nouvelle culture est évidente aussi bien dans la céramique que dans l'industrie lithique. Ce matériel nous prouve que les techniques agricoles - dont nous avons peut-être des représentations sur certains vases - sont déjà évoluées. Les occupants ont trouvé dans la vallée du río et ses affluents une terre fertile pour la culture du maïs et des tubercules. La chasse, la pêche et la récolte des mollusques tiennent cependant dans leur régime alimentaire une place au moins aussi importante. La Côte, le manglar et la zone forestière qui le borde constituent à cet égard un milieu prodigue en ressources de toutes sortes.

394La forêt fournit également le matériel de construction des habitations, mais quelques restes de sol en terre battue sont les seuls vestiges que nous ayons trouvés de celles-ci.

395Les techniques de la céramique nous sont mieux connues. La poterie d'El Indio présente un ensemble de traits qui la distinguent immédiatement non seulement de celle de la phase Bucaro, qui est plus rudimentaire, mais aussi des autres céramiques, même très élaborées, jusqu'ici connues dans l'Isthme. Le trait le plus frappant par rapport à la période précédente est évidemment l'apparition massive du décor bichrome, trichrome et polychrome vrai sur des poteries de formes originales qui présentent dès l'abord un caractère de haute qualité technique et esthétique. Sans insister sur le premier point, je voudrais souligner que cette impression de valeur artistique ressentie devant certains grands vases doubles d'El Indio ou d'El Cafetal provient, non d'un sentiment de perfection - le décor de la phase suivante sera plus savant, plus sophistiqué, mais plutôt d'un rare équilibre entre l'imagination créatrice du potier et les contraintes matérielles et sociales qui lui sont imposées par le groupe. Cette sensation de diversité heureuse est obtenue grâce à un éventail de formes très ouvert (jouant, par exemple, sans contrainte sur les dimensions relatives du col et de la panse dans les vases doubles), à des techniques d'engobage et de cuisson aboutissant à une grande variété de nuances (dans le blanc en particulier), enfin au jeu habile que j'ai signalé entre les combinaisons des trois couleurs - blanc, noir, rouge - le traitement en positif ou en négatif du décor et les procédés stylistiques tels que la reproduction des motifs par symétrie en miroir. Ces procédés ne seraient rien sans l'esprit d'originalité, d'indépendance et presque de désinvolture de l'artiste, qui semble mettre son point d'honneur à créer une pièce unique : nous n'avons jamais trouvé deux décors identiques, deux formes strictement semblables. N'étaient la qualité technique de la poterie, la sûreté du trait et de la composition, on pourrait penser qu'il n'existait pas à El Indio une classe d'artisans potiers, mais que chaque famille fabriquait elle-même sa propre poterie.

396Sur la conception du monde, les croyances et les pratiques religieuses, l'étude des motifs décoratifs de la céramique et des coutumes funéraires ne nous donne que de bien faibles lueurs. Aucune trace de lieux de culte, de structures cérémonielles. Le culte, comme le cérémonial funèbre, était-il affaire familiale ? La céramique nous révèle pourtant l'existence de grandes cérémonies collectives à l'occasion peut-être d'une construction ou d'une fête agricole. L'être mythique le plus important, que l'on retrouve sous une forme plus ou moins évoluée sur la plupart des poteries rituelles, est le personnage en posture hiératique, bras levés vers le ciel ; homme et animal, à la fois unique et double, puis multiplié par des jeux de miroir. On y verra plus tard un "dieu-crocodile"... mais le crocodile ne semble guère faire partie de l'iconographie d'El Indio. D'autres animaux, peu nombreux, jouent par contre un rôle évident dans ce panthéon ; les principaux sont le singe et le chien dont les représentations diffèrent peu, et l'oiseau, qui peut être combiné avec le premier pour former une créature hybride. L'oiseau, sous forme de sifflet, qui représente peut-être l'âme du mort, a certainement un rôle primordial dans le voyage dans 1'au-delà. L'univers mythique, dans son ensemble, est très axé sur le domaine animal, domaine dont les frontières avec le domaine humain sont des plus floues.

397Deux espèces animales, divinisées dans le panthéon méso-américain, sont curieusement absentes des représentations d'El Indio : le jaguar et le serpent.

Origine

  • 41 Communication personnelle

398Selon O. Linares41, les éléments dont nous disposons ne nous permettent pas d'exclure l'hypothèse la plus économique : celle d'un développement local de la culture d'El Indio à partir de la culture de Bucaro.

399Cependant, tant que nous ne disposerons pas d'un matériel de transition entre les deux cultures, il est troublant de constater que celle d'El Indio se présente à nous "tout armée", pleinement épanouie, et qu'elle n'emprunte rien - ou fort peu - à ses prédécesseurs. S'il y eut évolution in situ, on peut penser qu'elle a subi un fort impact extérieur, sinon par l'arrivée de nouveaux groupes humains, tout au moins par de fréquents contacts, commerciaux ou autres, avec des cultures étrangères à la péninsule.

400L'hypothèse la plus tentante est de situer en Colombie ou en Équateur l'origine de ces influences. Un courant marin de 1,5 à 2 nœuds favorise la navigation vers le nord le long de la côte pacifique de ces deux pays ; il aboutit au fond du golfe de Panama. Sur la côte sud de la péninsule d'Azuero, il est vrai, naît un contre-courant nord-sud du à la profonde fosse marine. Des navigateurs venus d'Amérique du Sud auraient du mal à y aborder, si ce n'est en longeant d’abord la côte est de la péninsule.

  • 42 Baudez, 1970, p. 33

401Rien en tout cas, n'incite à rapprocher la culture d'El Indio des cultures de tradition méso-américaine gui s'étendent du Salvador au Nord-Ouest du Costa Rica42. Les affinités avec la "zone de tradition sud-américaine", dans le Sud-Est de ce dernier pays et à l'ouest de Panama, ne sont guère plus probantes. Dans notre groupe Culebra Appliqué Incisé, on trouve une technique combinant décor peint et décor plastique proche du bichrome en zones ; et nous avons vu que le type Guacamayo de Tonosi peut être rattaché à un vaste ensemble de vases en forme de sablier, de tambour ou de calice couvrant au moins l'Ouest de Panama et le Costa Rica. La technique du décor noir et blanc sur rouge, d'autre part, si florissante à El Indio, est connue au Costa Rica, mais tout porte à croire qu'elle vient du sud (supra, p. 151).

402Je n'ai trouvé, il est vrai, ni en Colombie, ni en Équateur, la trace d'une céramique polychrome qui puisse être apparentée même de loin au Tonosi Polychrome. Les seuls rapprochements avec l'Équateur pourraient résider dans la technique du travail du métal en filigrane, que l'on retrouve sur certains bijoux d'El Cafetal ; on sait que les Icayapas ont été de grands métallurgistes dès 300 ap. J.-C. Certains pendentifs zoomorphes en spondyle du Cerro Narrios ressemblent curieusement à ceux de La Cañaza, mais nous sommes déjà ici dans une période postérieure.

  • 43 1968, p. 135

403Mes recherches en direction du Venezuela n'ont pas été plus concluantes. La céramique polychrome serait apparue très tôt dans ce pays, selon des recherches récentes : le complexe Caña del Oso daterait, d'après Alberta Zucchi43 de 200 av. à 600 ap. J.-C., et serait caractérisé par une céramique complexe, dans les formes (plats à piédestal, vases bi-convexes) et dans les techniques décoratives, en particulier peinture marron et rouge sur engobe blanc (ou rouge) formant des motifs linéaires. Cependant, d'après les illustrations de ces poteries (Pl. 1, p. 137), la forme des vases bi-convexes n'a rien de commun avec celle de nos vases "doubles", non plus que le décor bichrome linéaire avec la polychromie d'El Indio. L'influence du Venezuela, si influence il y a, serait arrivée plus tardivement à Panama. On a supposé que la phase Herrera de la baie de Parita a été influencée par la culture Dabajuro du Venezuela et l'on a rapproché la culture de Coclé de celle de Ranchería en Colombie.

  • 44 1942, p. 255 et Fig. 88.

404Certains procédés stylistiques, comme le dédoublement de la représentation par symétrie en miroir, pourraient nous orienter vers le Pérou, dont Lothrop a souligné la contribution à la culture de Coclé44.

405Mais il ne s'agit encore que d'impressions. En fait, pour la céramique polychrome d'El Indio dont les attributs de forme et de décor sont si particuliers, rien ne permet en l'état actuel des recherches de lui attribuer une origine précise. La situation n'est guère différente en ce qui concerne la culture panaméenne la plus proche - dans l'espace, dans le temps et aussi dans le style - de la culture d'El Indio : celle de Santa María, dont on a voulu rechercher l'origine soit au Costa Rica soit en Colombie.

Datation et aire de diffusion

406L'étude de l'apparition et de l'évolution des types céramiques (Fig. 21) permet de distinguer deux périodes ou sous-phases dans la phase El Indio : c'est seulement au cours de la seconde qu'apparaissent un certain nombre de types - Ciruelo Noir sur Rouge, Infiernillo Tacheté, bols zoomorphes... - inexistants ou fort peu représentés au cours de la première. De même, certaines formes, certains traits stylistiques du décor polychrome - comme les vases à col court par opposition aux vases doubles, le décor en frise sur la panse par opposition au décor en panneaux sur la panse et le col - semblent réservés à la sous-phase tardive. Ces types nouveaux ne vont pas disparaître durant la phase suivante : contrairement au caractère abrupt de 1'apparition de la culture d'El Indio à Tonosi, nous assistons ensuite à l'évolution continue, sans à-coups apparents, d'une culture qui n'est visiblement ni figée ni isolée du reste du monde malgré les contraintes géographiques. Cette continuité culturelle rend parfois difficile l'attribution d'un site, d'une sépulture ou d'une poterie à la phase El Indio ou à la phase La Cañaza.

407Pour situer dans le temps la phase El Indio, nous disposons de plusieurs datations par C 14, obtenues soit à Tonosi (sites d'El Indio et d'El Cafetal), soit dans les régions où nous avons relevé la présence d'un matériel comparable : Mariato, Sud du Veraguas, llanos de Coclé.

408Pour Tonosi même, deux dates ont été obtenues grâce à du matériel récolté dans les couches d'habitat :

  • à El Cafetal, 390 ± 100 ap. J.-C. (Gif-1641) ;

  • à El Indio, 450 ± 100 ap. J.-C (Gif-1642).

409La première concerne un niveau de transition entre les phases El Indio et La Cañaza ; la seconde, la première moitié de la phase El Indio. Ces résultats ne sont donc pas parfaitement cohérents, puisque le second devrait être plus ancien que le premier ; néanmoins ils se recoupent et nous donnent une fourchette qui pourrait être assez proche de la durée réelle de notre phase : de 290 à 550 ap. J.-C. ; la culture d'El Indio aurait atteint son apogée vers 400 ap. J.-C.

410Il est difficile de préciser davantage le début et la fin de cette phase, faute de matériel datable dans les niveaux inférieurs et faute d'une frontière vraiment nette avec la phase ultérieure. Les comparaisons avec d'autres régions de Panama nous y aideront peut-être.

411Dans le golfe de Montijo, à Mariato, Charles Mc Gimsey III (1962) a obtenu les dates suivantes pour deux amas de coquilles livrant un matériel comparable à celui de notre phase El Indio :

– monticule 4 (site MO 1) :

niveau 215-225 cm : 190 ± 130 ap. J.-C. (M1474)

niveau 130-150 cm : 550 ± 120 ap. J.-C. (M1473)

– monticule 2 (même site) :

niveau 355-370 cm : 250 ± 120 ap. J.-C. (M1472)

niveau 190-205 cm : 470 ± 120 ap. J.-C. (M1471).

412La base de la couche archéologique se trouvant à - 260 cm dans le premier monticule et à - 410 cm dans le second, les deux dates les plus anciennes (190 et 250) peuvent être considérées comme indiquant à peu près le début de l'occupation du site. La présence de quelques tessons à décor plastique dans les niveaux inférieurs prouverait d'autre part l'existence d'une phase antérieure comparable à notre phase Bucaro. Si la "phase Mariato" est bien assimilable à celle d'El Indio, nous aurions donc pour le début de ces deux phases contemporaines une date un peu plus ancienne que prévu : 190 ap. J.-C.

413Les deux dates les plus tardives (470 et 560) correspondent à des niveaux situés à mi-hauteur de la couche archéologique. Le site aurait continué à être occupé durant la période V de la chronologie de Baudez (500 à 800 ap. J.-C.) selon Mc Gimsey. S'il s'agit toujours de la même phase, celle-ci aurait donc une durée beaucoup plus longue que celle de la phase El Indio. De fait, Mc Gimsey n'a constaté aucun changement stratigraphique ou typologique important de la base au sommet des amas de coquilles de MO 1. Cependant, il écrit : "there are changes in the relative amounts of various features which should yield intermediate results after more complete analysis" (p. 10). Cette analyse n'a malheureusement pas été faite ; parmi les traits variables, l'auteur cite seulement le bichrome noir sur blanc, plus fréquent vers le bas, tandis que le noir sur rouge ou brun est plus populaire vers le haut ; et la diminution des tessons à engobe blanc de la base vers le sommet. Les couleurs noire, rouge et blanche sont les seules utilisées ; le mauve (purple) n'existe pas, contrairement au site MO 4.

414Or, le mauve est, à El Indio, un bon repère chronologique indiquant le début de la phase La Cañaza. Quand le mauve apparaît à Mariato - sur le site MO 4 - Mc Gimsey note que le style des poteries polychromes est plus proche de celui de Macaracas que de celui de Coclé. Nous verrons que ce trait marque, à Tonosi, l'arrivée de notre phase Bijaguales, dont la date est à peu près contemporaine de celle de MO 4 (période VI–a : 800 à 1200 ap. J.-C.).

415En résumé, nous constatons que la phase La Cañaza de Tonosi n'est pas représentée à Mariato ; mais que par contre (et sous réserve d’une étude plus complète du matériel) la phase correspondant à El Indio couvre une période s'étendant sur la durée de nos deux phases successives.

416Phase Mariato et phase El Indio sont-elles vraiment assimilables ? Le matériel polychrome que j'ai récolté à MO 1 dans la fouille principale de Mc Gimsey est bien du Tonosi Polychrome ; d'autres types de la phase El Indio - Culebra Appliqué-Incisé, Infiernillo Tacheté, bols zoomorphes existent indéniablement. On constate cependant quelques différences que le bref rapport de Mc Gimsey met en lumière (p. 18) : "... linear bichrome decoration (most commonly black on red or buff) on bowls interior is frequent : polychrome décoration (black and white on red, black and red on white) is generally restricted to the upper outer surface of fars and ollas and the outer rims of small bowls ; décoration is generally géométrie j red daub décoration is fairly comnon ; incision and punctate décoration is very rare ; bowls, fars and ollas are the most common forms ; broad vertical strap handles and legs are présent throughout, as are annular bases : occasional effigy heads are found on or just below vessel rims.'' Certains de ces traits, en particulier les deux derniers, semblent tardifs par rapport au style "pur" d'El Indio ; mais les différences sont au total minimes et l'on peut vraiment parler de deux faciès locaux d'une même culture.

417Plus au nord, j'ai déjà signalé la découverte de vases doubles Tonosi Polychrome dans les sépultures de Las Huacas, près de Sona. Leur style décoratif est très proche de celui d'El Indio, bien que la présence de têtes animales en relief sur le bord des vases rappelle plutôt les "têtes modelées" de Mariato. L'une de ces sépultures a été datée de 40 5 ap. J.-C.

418Les sites de Mariato et de Las Huacas marquent, pour l'instant, la limite d'extension de la culture d'El Indio vers le nord-ouest. Ces sites sont sur le bord de la mer ou proches de la côte. Vers le centre, le nord et le nord-est de la péninsule, cette extension semble avoir été beaucoup plus limitée. Les tessons Tonosi Polychrome trouvés à Macaracas, à Los Santos et à Guararé, dans la baie de Parita, au Sitio Conte, dans les llanos de Coclé et jusqu'au lac Madden, sont peu abondants et il s'agit probablement de pièces importées. Nous avons, grâce à Richard Cooke, une indication sur l'âge de ce matériel : à Loma del Roble (AG 3), près de Nata, les tessons de Tonosi Polychrome se trouvent au-dessous du niveau - 60 cm, dans la couche de la phase Santa María ; ce niveau vient d'être daté de 310 ± 90 ap. J.-C. (GIF-2346). Si l'on admet qu'il a fallu un certain temps pour que des liens commerciaux s'établissent entre Tonosi et Nata, qui est à vol d'oiseau à plus de 100 km, c'est bien vers le début ou le milieu du iiie siècle qu'il faudrait situer le début de la phase El Indio.

419Toutes ces données sont donc concordances et nous permettent de résumer ainsi nos connaissances actuelles :

4201. La culture d'El Indio est apparue vers 200 ou 250 ap. J.-C. sur la côte sud de la péninsule d'Azuero (embouchure du río Tonosi et Isla de Cañas) ; sans doute vers la même époque, des groupes apparentés occupaient la côte ouest de la péninsule (baie de Montijo) et la côte sud du Veraguas.

421À Tonosi, la région occupée reste, comme durant la phase précédente, limitée à la zone côtière.

422Cette phase allait durer, à Tonosi, environ trois siècles, avec une apogée que l'on peut situer vers le ve siècle.

4232. Ces groupes sont porteurs d'une culture déjà évoluée, en particulier d'une belle céramique polychrome (dont il faudrait peut-être rechercher l'origine vers la côte atlantique de la Colombie ou du Venezuela ?).

424À Panama même, nous avons pu rapprocher certains types céramiques d'El Indio de types voisins de la baie de Parita datant de la phase Santa María. Cette dernière paraît à la fois un peu plus tardive, et surtout moins riche que la phase El Indio, dont elle pourrait être un simple rejeton septentrional. Leurs traits communs sont précisément ceux que l'on retrouve dans le décor linéaire du first painted horizon de la vallée de Ranchería, en Colombie.

425A l'opposé, des influences venues de l'ouest de l'Isthme et d'Amérique centrale sont décelables à El Indio dans des types comme le Culebra Appliqué-Incisé ou le Goleno Rouge incisé dont la technique, alliant le décor peint et le décor plastique, rappelle celle du bichrome en zones du Costa Rica ou du Scarifié du Chiriqui.

4263. Malgré leur apparent isolement géographique, les "gens d'El Indio" entretiennent des relations commerciales suivies avec le Nord de la péninsule. On trouve la trace de ces contacts dans une vaste zone allant de la baie de Parita au Canal. Il en résulte sans nul doute des influences réciproques, qui me semblent particulièrement notables dans le sens sud-nord dans un premier temps, puis dans le sens inverse au cours de la phase suivante. Le mécanisme de ces diffusions est complexe ; mais l'ancienneté de la culture d'El Indio est un fait important, et l'on peut, au moins comme hypothèse de travail, situer à Tonosi à partir du IIIe ou du ive siècle le foyer de diffusion de la céramique polychrome dans l'Isthme, peut-être aussi celui du métal, qui apparaît un peu plus tardivement sous la forme de bijoux en or ou en tumbaga dans les sépultures d'El Cafetal. Si l'on peut s'interroger sur la nécessité de rechercher une origine sud-américaine à la céramique d'El Indio, celle du travail du métal, par des techniques aussi compliquées que la cire perdue ou la mise en couleur n'est plus guère mise en doute. L'apparition du métal à Tonosi prouverait ainsi que l'évolution de la culture d'El Indio, spectaculaire surtout à partir du ve siècle, doit autant à ces échanges lointains qu'à de simples contacts intérieurs à Panama.

Notes

1 Passant 3 El Indio de 0,5 à 0,2 % du total des tessons Rouges, Bruns et Infiernillo.

2 1942, pp. 131-134, 176, 209. Pl. III c, e, m.

3 1964, pp. 130, Pl. 10 et 11.

4 1964, pp. 167-168 et Pl. 10 a et b

5 Lothrop, 1942, pp. 125 et sq ; le décor de la Fig. 227 b (p. 142) rappelle fort celui de notre bol a (Fig. 29)

6 Handbook, vol. 4, p. 202, Fig. 18 b et d

7 1942, p. 239, Fig. 470 c.

8 1950, p. 83, Fig. 135 b.

9 Lothrop, 1942, p. 239, Fig. 471 a

10 Ladd, 1964, pp. 163 et sq., Fig. 59, Pl. 13 a, b, c et 16 b

11 Lothrop, 1942, p. 125, Fig. 234 c et 239 a

12 no 22-9373 du Museum of the American Indian, Heye Foundation, N. Y. don de Ph. Dade (renseignement de R. Cooke).

13 1964, Pl. 10 a

14 Ibid. p. 171

15 1968, p. 285.

16 Mitchell, 1965, p. 19, pl. 2. L'exemplaire provient de La India 1. D'autres fragments ont été trouvés à La India 2, à El Indio, à El Cafetal sur un vase à col court.

17 1965, Pl. 2 B et Pl. 3 A

18 1965, pl. 3 b.

19 1965 – Pl. 4 A, p. 21

20 1942 – p. 173, Fig. 359 et 360 b ; p. 120, Fig. 225

21 Baudez, 1970, Fig. 17

22 1964, Pl. 16 a et p. 210

23 Lothrop 1942, Fig. 458 et notre récolte de surface à LS 1.

24 Ibid. Fig. 287 et 288 b.

25 1942. En particulier pp. 223 à 240, fig. 468 et 469 a, b, d.

26 1942 – En particulier p. 129, Fig. 245 & p. 147, Fig. 287 et 288.

27 1942 – Fig. 475.

28 Ibid. Fig. 90-91.

29 Ibid. Fig. 88-89.

30 Ibid. Fig. 110-111.

31 1964

32 1965 – p. 4 et Pl. 4 b.

33 1965, Pl. 9 A

34 1942, p. 240, Fig. 473 d

35 1964, p. 182, Fig. 65 a

36 1942, P. 172, Fig. 349

37 1950, p. 48, Fig. 68 a et b.

38 1942, p. 204, Fig. 403 f

39 de Guapiles. Voir Lothrop,1950, p. 87, Fig. 141 a à c.

40 En notant l'usage comme urnes funéraires des vases doubles polychromes, ne pourrait-on pas expliquer du même coup leur forme inhabituelle et certains de leurs thèmes décoratifs, en particulier le personnage hiératique ?

41 Communication personnelle

42 Baudez, 1970, p. 33

43 1968, p. 135

44 1942, p. 255 et Fig. 88.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 20 - Stratigraphie naturelle et nombre de tessons par niveau de 10 cm dans le puits P2 d'EL INDIO
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 21 - Évolution des types céramiques de la phase EL INDIO au cours de cette phase et de la phase suivante (LA CAÑAZA). Puits P 2 d'EL INDIO.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 22 Phase EL INDIO : céramique La India Rouge.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 23 - Phase EL INDIO : céramique La India Rouge et type Juncal Rouge mince.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 24 - Phase EL INDIO : type Infiernillo Tacheté.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 25 - Type Infiernillo Tacheté (phase EL INDIO).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 26 - Formes des bols TONOSI POLYCHROME et localisation du décor.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 27 - Formes des vases "doubles" du groupe TONOSI POLYCHROME
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 28 - Formes des vases à col court du groupe TONOSI POLYCHROME
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 29 - Phase EL INDIO : type Ciruelo Noir sur Rouge.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 30 - Phase EL INDIO : type La Bernardina à lèvre décorée.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 31 - Phase EL INDIO : type La Bernardina à lèvre décorée
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 32 - Bols Tonosi Polychrome à bord extérieur décoré en noir (et rouge) sur blanc.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 33 — Bols TONOSI POLYCHROME à lèvre décorée en-noir (et rouge) sur blanc.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 34 - Bols rouges Tonosi Polychrome à bord extérieur décoré en noir et blanc sur rouge.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 35 - Bols TONOSI POLYCHROME à décor extérieur noir sur rouge
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 36 - Le champ décoratif des vases "doubles" Tonosi Polychrome
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 37 - Les deux procédés de dédoublement du motif zoomorphe dans le Tonosi Polychrome.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 38 Les éléments décoratifs du Tonosi Polychrome
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 39 - Motifs anthropomorphes, zoomorphes et serpentiformes sur les vases Tonosi Polychrome.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig. 40 - Panneau d'un vase double TONOSI POLYCHROME décoré de motifs zoomorphes dans le style dit "en papier découpé". Grandeur nature.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 41 - Motifs anthropomorphes : scène des "hommes portant un tronc"
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 42 - Représentation de la grenouille sur un tesson provenant de MARIATO
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 43 - Vases-supports ( ?) en sablier Tonosi Polychrome
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 44 - Bols zoomorphes Tonosi Polychrome à décor noir (et rouge) sur blanc.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 45 - Bols zoomorphes à décor noir et blanc sur rouge.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 46 - Représentations anthropo-zoomorphes du COCLE ANCIEN au Sitio Conte (d'après LOTHROP, 1942). On retrouve les principaux motifs du TONOSI POLYCHROME : quadrupède à queue recourbée, personnage hiératique, animal dédoublé et serpentiforme.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 47 - Sifflets et hochets de type Goleno Rouge Incisé.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 48 - Type Goleno Rouge incisé : sifflet, fragments de vases et de bols à extérieur décoré.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 49 - Groupe Culebra Appliqué-Incisé : type Guacamayo.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 50 - Groupe Culebra Appliqué-Incisé : type à filets appliqués
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 51 - Groupe Culebra Appliqué-Incisé : type décoré par impressions de coquille. "Guacamayo" provenant d'autres régions de Panama.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 52 - Objets divers de la phase EL INDIO : statuette polychrome, hochet, anse à décor appliqué, rondelle à gorge.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 53 - Industrie Lithique de la phase EL INDIO : metates
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 54 Phase EL INDIO : "metates", molettes et divers
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Fig. 55 - Phases EL INDIO LA CAÑAZA : haches et herminettes
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 56 - Phase EL INDIO : objets de parure en pierre et en métal.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 57 - Plan de la fouille F 2 à El Indio
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 58 T l - 18 - EL INDIO (f. 3) niveau - 130
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig.59 - EL INDIO fouille F.4
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau 4 - Répartition des sépultures de la phase El Indio par classe d'âge
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 60 - Sépulture sur metate de la phase EL INDIO
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 61 - Les sites de la phase EL INDIO
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6141/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 502k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search