Version classiqueVersion mobile

Archéologie du sud de la péninsule d'Azuero, Panamá

 | 
Alain Ichon

Chapitre 4. La Phase Bucaro

Texte intégral

Le site de la India 1

1La plus ancienne occupation de la vallée du río Tonosi nous est surtout connue grâce au site de La India 1, à 2,5 km en aval du village et sur la rive gauche du fleuve (Fig. 6 et pl. VII).

2À cet endroit, le río Tonosi n'est qu'à une dizaine de kilomètres de son embouchure et parcourt en larges méandres la plaine où cultures et surtout pâturages gagnent chaque année sur les restes de forêt dense. Les lambeaux de forêt-galerie encore visibles sur la photo aérienne, qui date de 1955, avaient disparu en 1970. Le lit du río se déplace légèrement tous les ans par suite des grandes crues. À l'extérieur des courbes, le courant violent, qui charrie des troncs d'arbres, ronge la berge verticale et souvent l'arrache par pans entiers ; tandis qu'à l'intérieur des courbes se déposent alluvions et sables. On trouve tout au long de la rivière ce contraste entre une rive abrupte, haute de 3 m en moyenne, et la rive opposée qui forme des plages de sable, de cailloutis ou de vase. C'est sur la première qu'il faut rechercher les traces de l'occupation ancienne, invisibles en surface, mais que le fleuve se charge lui-même d'exposer comme sur une coupe de terrain parfaitement nettoyée.

3Le site occupe la partie est d'une vaste boucle, dont la partie ouest était également habitée à une époque plus tardive (c'est le site de La India 2). A l'heure actuelle, il ne s'étend guère que sur 100 à 150 m le long de la rive gauche et sur une assez faible largeur vers l'intérieur : 25 à 30 m selon nos sondages. Il est certain que le site était autrefois plus vaste et qu'une bonne partie a dû être emportée par le río.

4La stratigraphie naturelle change d'amont en aval :

  • en amont, on trouve en surface une couche de 30 à 40 cm d'un dépôt fluviatile jaunâtre, qui ne contient pas de matériel archéologique. Au-dessous, sur 1,20 m d'épaisseur, une terre argileuse et noire, remarquablement compacte, devenant de plus en plus claire vers le bas ; enfin une couche de graviers, stérile, qui plonge sous le niveau de l'eau.

  • à quelque 75m en aval, les deux couches supérieures sont identiques, mais celle de gravier disparaît, alors que la couche d'argile intermédiaire s'enfonce vers le bas, en devenant progressivement plus brune et plus claire. Cette couche brun-jaunâtre n’existe donc qu'en aval ; son épaisseur ne dépasse pas 80 cm. Elle a fourni un matériel très différent de celui que l'on trouve en amont, et certainement plus ancien, qui constitue la base de notre étude de la phase Bucaro.

Fig. 6 - Plan du site archéologique de LA INDIA 1 (TI 1).

Les fouilles (Fig. 7 et pl. VIII)

5La India 1 fut le premier site visité par Russel H. Mitchell et Heidenreich en 1961. Ces amateurs, après avoir mis au jour de nombreuses sépultures, estimèrent qu'il s'agissait d'un cimetière, dont les sépultures pouvaient dater de deux périodes distinctes, selon qu'elles étaient à même le sol ou en urnes. Il faut mettre à leur crédit une étude soigneuse de la stratigraphie naturelle de la berge qui leur permit de noter l'existence, en aval, d'un niveau plus ancien caractérisé par des tessons à décor incisé ou appliqué très différents de la céramique polychrome trouvée avec les squelettes plus en amont. Ce matériel à décor plastique était, d'après eux, comparable à celui de la phase Sarigua de la baie de Parita, ou de divers autres, sites de la période dite "formative ancienne", au Guatemala (La Victoria), en Colombie (Momil) ou dans les Guayas (La Chorrera).

6Notre plan signale l'emplacement de la fouille de Mitchell (H), celui de nos propres fouilles (F, P, Z) ainsi que de différents sondages (L, N, M, K). Les limites du site pendant la phase Bucaro, puis au cours des phases suivantes, sont évidemment approximatives. Les sondages N et M n'ont donné qu'un nombre infime de tessons, diminuant encore à mesure qu'on s'éloigne de la rivière (K).

7Durant la phase Bucaro, seule la partie nord-est du site, le long du río, était occupée. Il en reste fort peu de chose : la zone d'habitat devait être de surface réduite et la rivière en a détruit la plus grande partie.

8Notre première fouille, F, de 2x4 m, a été faite à une dizaine de mètres au nord de celle de Mitchell. Contrairement à notre attente, une seule sépulture fut découverte : elle est de la phase El Indio et sans mobilier. L'endroit semble avoir servi de zone de décharge ; cependant, nous avons trouvé, dans la partie sud de l’excavation, des fonds de grandes urnes rouges alignées contenant d'autres poteries rouges et une belle molette probablement cérémonielle, qui pourrait indiquer un dépôt rituel (pl. XXXVII a).

9Bien que postérieurs à la phase Bucaro que nous étudions ici, il faut noter que des tessons incisés de cette phase ont été trouvés, en assez grande abondance, surtout au-dessous du niveau 1,40m, mais toujours mélangés à des tessons rouges ou polychromes plus récents.

10Les fouilles P et Z, en aval, nous intéressent davantage puisqu'elles sont les seules à avoir fourni du matériel de la phase Bucaro en position stratigraphique. Dans le puits P, de 2 x 2 m, à proximité du río, la stratigraphie naturelle est la suivante (Fig. 7) :

  • une couche superficielle I, de 30 à 40 cm, de terre brun-jaunâtre, assez légère, constituée d'alluvions du río ;

  • une couche II, allant de - 40 à - 120 cm, de terre argileuse noirâtre, compacte ; inondée en hiver, elle durcit en séchant et se fendille pour se détacher de la paroi en gros blocs ;

  • la couche III, de-120 à - 200 cm, est d'argile jaunâtre, de plus en plus légère et sablonneuse, devenant humide au voisinage du niveau du río, qui doit être vers - 2,80 m en saison sèche.

11J'ai juxtaposé, sur la Fig. 7, cette stratigraphie et celle de la fouille Z, située à quelques mètres plus en aval, sur la berge même. On peut remarquer en Z la succession, à partir de - 170 cm, de couches de 20 à 40 cm d'épaisseur alternativement jaunes (a et c) et brunes (b et d), qui n'avaient pas été notées en P.

12Dans le puits stratigraphique P, la couche I est stérile, les couches II, III et les niveaux supérieurs de IV donnent du matériel de moins en moins abondant. C'est la couche II qui est la plus riche avec un nombre de tessons allant, pour le puits P, de 400 à 700 tessons par m2 dans la moitié supérieure. Ce nombre tombe ensuite à une centaine jusqu'à mi-hauteur de la couche III, au-dessous de laquelle on assiste à une nouvelle diminution spectaculaire du matériel archéologique (25 tessons par m2 en moyenne). L'analyse de la céramique nous montrera que les trois niveaux ainsi marqués par un brusque changement dans l'abondance du matériel correspondent en fait à des phases culturelles distinctes, au cours desquelles la densité et la nature de l'occupation du site ont dû changer.

Fig. 7 - Stratigraphie des fouilles P et Z. LA INDIA I.

13La phase la plus ancienne - Bucaro - correspond aux niveaux les plus bas, de - 230 à - 150 cm. Elle se termine par une couche particulièrement riche en débris de cuisine (os, charbons, pierres/...) qui indique sans doute un niveau d'habitat ; les types de céramique les plus anciens y voisinent avec des types nouveaux à décor bichrome ou polychrome. Ce niveau marque bien le début d'une nouvelle période d'occupation, que j'ai baptisée "phase El Indio".

14Un autre niveau d'habitat est visible à - 120 - 130 cm : fragments de grandes poteries utilitaires rouges ou blanches, de metates, os d'animaux, etc. Mais ce basurero ne correspond pas comme le premier à un changement qualitatif et quantitatif du matériel. Les types céramiques ne se modifient que progressivement et il est ici très difficile de distinguer la phase El Indio de la phase La Cañaza, qui est beaucoup plus nette sur d'autres sites.

15Par contre, la phase Bijaguales est marquée à la fois par l'apparition et le développement régulier d'une poterie décorée de type nouveau - le Jobero Biscuit - et par l'augmentation considérable du nombre de tessons.

16Le site devait être abandonné au moment de la Conquête espagnole'. En tout cas, aucun objet colonial n'y a été découvert.

17Pour notre fouille Z, dont le but était de compléter le matériel un peu insuffisant fourni par le puits P, nous avons profité de l'érosion naturelle qui, au cours de la saison des pluies de 1969, avait décapé la berge sur une hauteur de 1,50 m environ, nous mettant ainsi presque immédiatement au niveau de la phase Bucaro. Le fait le plus notable de cette fouille a été la découverte, entre - 220 et - 250 cm de profondeur, d'un beau sol d'habitat, sans traces de foyer, mais comportant des nodules de terre cuite, deux amas de coquilles (huîtres et petits gastéropodes), des os d'animaux, des vertèbres de poissons, des charbons (recueillis pour analyse de C 14), de grands fragments de poteries rustiques, des fragments de meules et de molettes, diverses pierres ayant sans doute servi de pilons, de percuteurs, de polissoirs, ainsi que d'autres pierres informes qui peuvent avoir été utilisées comme supports pour les vases culinaires à fond convexe.

18Malgré les indications intéressantes fournies par ces niveaux d'habitat, il faut souligner que le matériel de la phase Bucaro dont nous disposons après les fouilles de la India 1, complétées par celles de deux autres sites (Bucaro et Morro de Puercos) est peu abondant. De plus, aucune sépulture, et partant aucune poterie entière, n'ont été mis au jour pour cette phase.

Le Matériel

Tableau 2 - Matériel céramique de la phrase Bucaro

Tableau 2 - Matériel céramique de la phrase Bucaro

19Il comprend au total quelques i 650 tessons de la phase Bucaro, dont près de 90 % proviennent de nos fouilles à La India 1. Le tableau ci-dessus donne la répartition de ce matériel par site, en distinguant les tessons recueillis en stratigraphie, qui représentent 82 % de l'ensemble.

20La céramique décrite ici, à l'exception possible d'un ou deux types de poteries rituelles, est sans doute purement utilitaire ; aucune sépulture, aucune cache, aucune structure cérémonielle n'a été découverte.

21Il s'agit d'une céramique assez fruste, de pâte brune ou brun-rougeâtre foncé (5 YR ou 7.5 YR-5/4). La cuisson est peu régulière, imparfaite, laissant souvent un noyau plus foncé. Le dégraissant - qui peut être une impureté naturelle de l'argile utilisée - est de sable, abondant, formé d'éléments hétérogènes. La plupart de ces éléments sont petits, certains dépassent cependant 2 mm. La texture est peu compacte, la facture irrégulière.

22Dureté moyenne : 3,5.

23Les surfaces brun-rougeâtre tirent sur le beige ou le gris selon la cuisson. Le dégraissant n'est pas visible. On note des taches de feu extérieures fréquentes. L'engobe, quand il existe, est rouge et localisé sur la lèvre et le bord, le reste de la poterie étant simplement lissé ou poli, mais gardant un aspect mat.

24Les formes sont remarquablement simples et constantes (Fig. 10 et 11) : vases (ollas) à corps sphéroïde ou globulaire, à base convexe (parfois légèrement aplatis) avec souvent un épaulement à angle vif marquant le milieu de la panse. Le col est large et court, vertical concave ; la lèvre arrondie souvent épaissie et peinte en rouge.

25La technique du décor est la caractéristique la plus intéressante de cette céramique ; elle l'oppose radicalement1 à celle des phases suivantes. Le décor peint bichrome - noir sur rouge - comme l'engobe glanc ou rouge couvrant toute la poterie, sont rares et semblent tardifs. Par contre le décor plastique est très général.

26Les méthodes et les outils employés sont assez variés ; les procédés par enlèvement de matière, incisions, ponctuations, etc., sont les plus fréquemment utilisés, alors que l'addition de matière - pastillage, application de filets en relief... - est plus rare. Il ne paraît pas inutile de décrire tout d'abord ces différentes techniques (ou modes) décoratifs, qui nous serviront ensuite à distinguer les principaux types de cette phase.

Les modes décoratifs (Pl. IX, X et XI)

27J'en distingue sept.

A. Scarifications

28Ce terme a été adopté par analogie avec la céramique "scarifiée" du Chiriqui (supra p.30) qui est, comme nous le verrons, sans doute apparentée à la nôtre.

29Les incisions sont peu profondes (moins d'1/4 de mm), faites dans l'argile à demi-sèche ou parfois presque complètement sèche, en tout cas avant la cuisson. Le sillon présente un fond arrondi et deux bourrelets extérieurs ; il mesure en moyenne 0,75 mm de largeur. L'aspect de ces incisions peut varier évidemment selon la dureté de l'argile au moment où est tracé le décor.

30Les scarifications, toujours rectilignes, sont tracées d'une main sûre, sans hésitation ni retouche. Assez courtes, 8cm en moyenne, elles ne dépassent pas 12 cm. Deux traits successifs se recouvrent parfois sur une faible longueur, sans souci de continuité. Le potier recherche un effet d'ensemble. Le plus souvent les scarifications couvrent tout l'extérieur de la poterie ; parfois un faisceau de lignes parallèles ménage des zones non décorées ou quadrillées (Planche IX, h à k). Il est rare que le motif soit plus élaboré, comme sur les tessons 1 et m. Les éléments décoratifs les plus communs sont les lignes parallèles, horizontales, verticales ou obliques, souvent légèrement divergentes (b) ou franchement rayonnantes (e) ; en chevron ou en arête de poisson, l'axe étant vertical ou horizontal (c, d) ; le quadrillage, rare et toujours en diagonale (g, k).

B. Incisions linéaires larges (Planche X)

31Ces incisions sont très différentes du scarifié : sillons plus larges (1 à 2 mm), peu profonds (1/2 mm), se détachant moins nettement sur une surface non polie, d'aspect rugueux. Les traits tremblés, les raccords peu soignés donnent, contrairement aux précédents, l'impression d'une technique maladroite. L'outil a une pointe émoussée et laisse souvent une trace plus fine, à peine visible, sur le bord de l’incision principale ; parfois au lieu de le tirer sur la surface, on se contente de l'enfoncer obliquement, donnant ainsi une ponctuation allongée plutôt qu'une incision.

32La conception d'ensemble du décor lui-même diffère du décor scarifié : il ne couvre pas toute, ou au moins une grande partie de la surface extérieure, mais est au contraire localisé sur l’épaule ou la panse de la poterie, autour de laquelle il forme une sorte de frise horizontale. Les motifs, enfin, sont plus complexes et variés, géométriques dans l'ensemble simple ligne ondulée ou chevron (continu, discontinu), triangles hachurés opposés par le sommet, motifs phytomorphes (en épi, ou en arête de poisson) etc.

33Plusieurs de ces motifs peuvent voisiner sur une même poterie.

C. Ponctuations (Planche X, j à m)

34Ces ponctuations, faites à l'aide d'un outil peu pointu (parfois, semble-t-il, avec l'extrémité d'un petit gastéropode) enfoncé presque verticalement, constituent un motif simple, linéaire ou en zone, non combiné avec un autre mode. On peut distinguer les ponctuations simples, formant une ligne horizontale sur l'épaule de la poterie ; les ponctuations en zones, qui s'opposent en outre aux parties non décorées de la poterie par le fait qu'elles ne sont pas polies ; les ponctuations en "tirets" plus ou moins allongés formant une ligne discontinue.

D. Impressions de coquillage

35Le coquillage est le seul outil aisément identifiable par l'impression qu'il laisse dans l'argile. Ce peut être un bivalve, dont le bord festonné est enfoncé verticalement, laissant la trace sinusoïdale de deux ou trois festons (PI. XI, g). La valve peut être enfoncée obliquement et plus OU moins traînée sur la surface (technique dite du drag and jabl, ce qui donne une impression plus floue (h). Enfin le coquillage utilisé peut être un gastéropode, dont la surface irrégulière laisse une triple impression.

E. Impressions diverses

36L'outil est simplement enfoncé plus ou moins profondément dans l'argile molle, sans déplacement latéral. On peut distinguer quatre groupes d'impressions :

  1. L'outil, de section à peu près semi-circulaire ou carrée, est enfoncé verticalement ou en léger oblique, laissant des traces profondes (jusqu'à 2,5 mm), de 7 à 9 mm de longueur (Pl. XI, a). Ce type d'impression se présente toujours sous la forme de deux rangées horizontales, se recouvrant parfois partiellement et délimitant sur le flanc de la poterie une zone supérieure, décorée par scarification, et une zone inférieure lisse (Pl. XIII, b).

  2. Les impressions, courtes (1 à 2 cm), ont la forme d'un croissant, parfois presque rectiligne. Elles sont disposées sur une ou deux rangées, généralement horizontales (Pl. XI, b, e, f), parfois verticales (c). Ces impressions sont nettement séparées, ou se touchent au contraire, les deux rangées se recouvrant partiellement, en quinconce (s).

  3. L'outil est une tige de section carrée, de 3 à 4 mm de côté. Les impressions, régulières et rapprochées, sont disposées en une ou plusieurs rangées horizontales (Fig. 11, d).

  4. Les impressions, voisines des précédentes, sont profondes, en croissant ; mais l'outil employé est à double pointe, laissant dans le fond une trace ligneuse (P1. XI, d : ce tesson est à l'envers). On obtient ainsi une série d'impressions doubles, formant une ligne horizontale autour de la poterie. Sur ce grand fragment de vase, on peut voir que le décor comprend deux de ces lignes horizontales superposées, surmontées d'un double chevron.

F. Décor peigné

37L'instrument à plusieurs branches (deux ou trois en général) est traîné à la surface, produisant des incisions parallèles, qui peuvent être continues ou discontinues, rectilignes ou courbes.

38L'incision continue rectiligne (Pl. XI, j, k) est faite par un peigne à trois ou quatre branches. Les traits sont profonds, réguliers, formant une bande horizontale de 1 cm de largeur, soulignée vers le haut et vers le bas par des ponctuations.

39L'incision continue courbe peut être régulière, à ondulations peu marquées (1) ou au contraire irrégulière et anguleuse (m).

40Les incisions discontinues sont faites à coups de peigne courts (moins de 1 cm) et rapprochés ou même se recouvrant en partie (Pl. XI, n, o) Certains exemplaires combinent les incisions continues et discontinues.

G. Décor modelé ou appliqué

41Ce mode de décoration n'est représenté dans nos collections que par quatre tessons. On ne peut le considérer comme vraiment caractéristique de la phase Bucaro.

42L'unique tesson à décor modelé est représenté dans la Fig. 13, a. La panse est ornée d'une série de protubérances, non repoussées de l'intérieur, qui font saillie de 4 mm. Le décor de base est scarifié (mode A).

43Le décor appliqué se présente sous deux formes : pastillage et filet appliqué. L'unique tesson décoré en pastillage (Fig. 13, c :) est aussi ponctué en zone (mode C). La petite pastille conique est sommairement collée à la surface d'un coup de pouce.

44Sur les deux tessons à filet appliqué, l'un (b) est également ponctué en zone. Le filet vertical est lui-même décoré de ponctuations.

45Il faut signaler en outre le décor en pastillage de poteries à engobe blanc, probablement rituelles (g, h).

46Mitchell (1965, p.26) signale - et illustre - à La India 1 des tessons à décor moulé et appliqué. Les premiers doivent être en réalité décorés par impression en croissant (mode E 1) ; les seconds, à filets appliqués et incisés (par bord de coquillage ?) seraient, à mon avis, plus tardifs. Nous trouverons ce type particulier dans notre phase El Indio.

47Plusieurs des modes décoratifs décrits ci-dessus peuvent être employés ensemble sur une même poterie. Les combinaisons les plus fréquentes sont :

  • le scarifié (A) avec impressions en croissant, E 1 (P1. XII, b) ;

  • l'impression double(E 4) avec l'incision large en chevron (P1. XI, d) ;

  • le peigné linéaire continu (F) avec les ponctuations, l'incision large ondulée ou le peigné discontinu (P1. XI, K, a) ;

  • Le ponctué en zone (C) avec pastillage ou filet appliqué (Fig. 13, b, c)

H. Décor peint

48Même entendu au sens large, c'est-à-dire en y incluant la poterie simplement engobée, le décor peint est exceptionnel et n'apparaît que tardivement durant la phase Bucaro. Nous avons vu que, sur les vases globulaires à décor incisé, l'engobe rouge ne couvre que la lèvre et le bord. Sur certains exemplaires, par contre, décorés d'une série de ponctuations simples (P. XIII, i) ou d'une ligne ondulée peu profonde sur l'épaule, c'est tout l'extérieur du vase qui paraît avoir été engobé de rouge ; mais ce type, rouge incisé ou ponctué, doit plutôt être rattaché à la phase El Indio.

49Pour la phase Bucaro, nous trouvons donc quelques tessons à engobe rouge, quelques tessons à engobe blanc et un type à décor linéaire bichrome (noir sur rouge), qui seront décrits plus loin.

Évolution des modes décoratifs

50Les graphiques de fréquence des modes décoratifs, dans nos fouilles stratigraphiques de La India 1 (et surtout dans le puits P) ne peuvent être qu'indicatifs, compte tenu du faible nombre des tessons décorés.

51Il ressort néanmoins de cette étude un certain nombre de tendances assez nettes. C'est d'abord une augmentation du décor peint par rapport au décor plastique, annonçant l'explosion du polychrome qui va marquer le passage à la phase El Indio. Presque inexistants aux niveaux inférieurs, les tessons rouges, blancs ou bichromes arrivent à représenter près de la moitié des tessons décorés à la fin de la phase Bucaro (Fig. 8).

52C'est ensuite, à l'intérieur du groupe à décor plastique, la grande popularité du mode scarifié durant la première moitié de la phase ; il représente alors la quasi-totalité des tessons décorés (94 à 84 % dans le puits P) ; le mode scarifié décroît ensuite brusquement, passant, dans les niveaux supérieurs, à 10 % au moins.

53Le mode scarifié (A) paraît donc bien lié à la phase Bucaro ancienne. Les pourcentages de scarifié sont remarquablement voisins dans les trois sites de cette phase, puisqu'ils ne varient que de 88 à 92 % du total des tessons dans les niveaux inférieurs.

Fig. 8 - Pourcentage des tessons décorés et non décorés au cours de la phase BUCARO (puits P de LA INDIA 1).

54À l'inverso, les modes B (incisions larges) et E (impressions diverses), d'abord peu communs, remplacent peu à peu le mode scarifié dans la deuxième moitié de la phase.

55L'impression par coquillage (mode D), connue dès le début de la phase Bucaro, n'est d'abord que rarement employée : on utilise surtout le bord de la coquille plantée verticalement, sans translation latérale. Par contre, ce mode de décor deviendra plus fréquent durant les phases suivantes, avec l'emploi de la technique du drag and jab. Il me paraît, en somme, peu caractéristique de la phase Bucaro.

56Il en est de même du mode peigné (F), qui n'apparaît qu'à la fin de la phase, mais représente par contre une forte proportion des tessons à décor plastique de la phase El Indio.

57Nous avons vu que le décor appliqué n'est pas inconnu mais ne deviendra courant, sous des formes un peu différentes, qu'à la phase suivante.

58Un fait à noter dans le graphique de la Fig. 8 est la très forte proportion de tessons décorés au début de la phase Bucaro ; leur pourcentage décroît ensuite assez régulièrement de 96 à 25 % tout au long de la phase. Ce fait peut s'expliquer en partie par un changement dans les modes décoratifs : le décor scarifié, le plus populaire au début, couvre en général l'ensemble de la poterie ; les autres modes décoratifs, qui peu à peu supplantent le premier, se bornent à dessiner une étroite bande sur le flanc du vase. Il est possible en outre que cette évolution corresponde à une tendance profonde, qui amène à consacrer moins de temps et de soin à l'aspect extérieur des poteries utilitaires (le simple engobe rouge va remplacer un décor incisé plus compliqué) au profit peut-être d'une céramique rituelle ou funéraire qui devient de plus en plus élaborée.

59Cette étude des modes décoratifs nous a permis de dégager certaines tendances qui vont nous aider maintenant à définir les principaux types céramiques de la phase Bucaro.

Les Types Céramiques (Fig. 9)

60J'ai cherché à définir six types :

  • pour le décor plastique : les types Manzanillo Scarifié Castillo à décor plastique Minitas Incisé Jobo Rouge incisé

  • Pour le décor peint Le type Javillo bichrome l'Encensoir blanc à décor appliqué

61Cette typologie laisse de côté un certain nombre de tessons à engobe extérieur rouge, qui ne peuvent être classés ni dans le type Jobo, ni dans le type Javillo.

Type Manzanillo Scarifié (Pl. IX et XII, fig. 10)

62L'échantillonnage est satisfaisant : 579 tessons en position stratigraphique et 28 en surface. C'est le type le plus populaire dans tous les sites ou la phase Bucaro est représentée.

63Les attributs de pâte, de dégraissant, de traitement de la surface, sont ceux décrits plus haut. La forme unique est le vase globulaire, dit olla ; le vase de la fig. 10, a, est une reconstitution, aucune pièce entière n'ayant été trouvée. Le bord éversé est généralement épaissi ; un boudin d'argile peut être rajouté pour former la lèvre arrondie (fig. 10, h). Exceptionnellement (i, j, k), le col du vase est bien marqué, rectiligne, évasé, à bord direct.

64La jonction de la panse et du fond convexe est marquée par un épaulement, qui peut être souligné par le décor (Pl. XII, c, e).

65L'épaisseur des parois est relativement faible, inférieure à 1 cm ; le bord épaissi peut atteindre 1,4 cm.

66Ces vases n'ont en principe ni appendices, ni support, cependant deux exemplaires portent la trace d'une anse annulaire verticale partant du bord (Fig. 10, g).

Fig. 9 Évolution des types céramiques de la phase BUCARO ÏLA INDIA 1, puits P).

67Calculé sur 26 bords, le diamètre moyen de l'ouverture est de 29 cm (de 13 à 40 cm). Les dimensions de ces vases sont donc très variables du simple au triple. Le diamètre maximum devait varier de 20 à 65 cm.

68Le décor par scarification a été décrit plus haut (mode A, p. 53). La lèvre et le bord inférieur sur 2 ou 3 cm sont engobés d'un beau rouge épais (10 R-4/6) souvent craquelé. Le décor incisé couvre en général l'extérieur de la poterie, à l'exception de la base. Les motifs sont simples. On trouve rarement des zones décorées de motifs différents ; c'est le cas des quadrillés (Pl. XII, d, g, h). L'épaulement marque un changement dans la disposition des scarifications, par exemple verticales au-dessus, horizontales au-dessous (Pl. XII a, c) ou même dans le motif : quadrillé au-dessus, linéaire au-dessous (d). On peut distinguer deux variétés de ce type : le tesson à décor scarifié et semé de protubérances modelées de l'extérieur au niveau de l'épaulement (Fig. 13 a) ; plusieurs tessons scarifiés portent en outre sur l'épaulement une double rangée d'impressions en croissant (mode D1, Pl. XIII, b) : je les ai classés dans le type Castillo.

69Le type Manzanillo scarifié, très populaire au début de la phase Bucaro, représente alors 70 % du total des tessons (voir le graphique de la Fig. 9) et 94 % des tessons décorés. Il diminue sensiblement par la suite. Le type est donc caractéristique de la première moitié de la phase Bucaro.

Rapprochements

  • 1 Betty Meggers et Cl. Evans (1965) pp. 65-66, pl. 70 à 75

70Il est curieux de constater une étroite ressemblance entre notre Manzanillo Scarifié et le Valdivia Incised de la côte équatorienne lui est antérieur de près de quatre millénaires1.

71Plus convaincante est la similitude relevée par Olga Linares entre notre type et le matériel scarifié de la phase Concepción du Chiriqui, non loin de la frontière du Costa Rica ; plus précisément avec le Zoned Scarified Ware, variété à décor linéaire, décrite par W. Haberland (1960).

Fig. 10 - Phase BUCARO : type Manzanillo Scarifié

  • 2 Communication personnelle

72Linares écrit Décorative technique, mainly shallow "incisions" when paste fairly dry, is the same as Scarified Guacamayo. Otherwise, light gray, highly polished compact clay is very different2." On peut relever d'autres différences importantes dans les formes, celles du Chiriqui étant plus complexes, avec pieds, base annulaire, appendices zoomorphes, etc. ; et dans le décor : zones engobées de rouge et polies s'opposant à des zones incisées, dans la tradition du bichrome en zones du Costa Rica. Curieusement, cette technique est absente de notre phase Bucaro mais apparaîtra ultérieurement dans un type de la phase El Indio proche du Guacamayo.

73Il semble néanmoins légitime de rapprocher les deux types qui, comme nous le verrons sont contemporains.

Type Castillo à décor plastique

74Proche du Manzanillo Scarifié, il s'en distingue seulement par le décor, qui utilise les modes suivants : ponctuations en zones (C), impressions par coquillage (D), impressions en croissant (E 1 et 2). Une autre différence notable, qui m'a fait classer ce type à part, est le fait que ce décor ne couvre pas toute la surface extérieure de la poterie, mais seulement une zone ou une simple bande, soit sur l'épaulement, soit sur le haut de la panse.

75L'échantillonnage porte sur une centaine de tessons. On peut distinguer plusieurs variétés suivant la technique utilisée :

  • ponctuations en zones avec ou sans filet appliqué ou pastillage (Fig. 13 b, c) :

  • impressions en croissant par demi-tube, ongle, coquillage... (Pl. XIII a à h). Le plus courant est une double rangée d'impressions profondes se recouvrant partiellement pour donner une impression de pseudo corrugated (c). Elles séparent, sur l'épaulement, la partie scarifiée de la base non décorée.

Fig. 11 - Phase BUCARO : type Minitas Incisé

76L'impression par coquillage (d) et le mode peigné discontinu (h) ne sont chacun représenté ; que par un tesson. Ces techniques décoratives paraissent plus tardives, comme je l'ai dit plus haut. Dans l'ensemble, le type Castillo à décor plastique a la même position que le Manzanillo Scarifié, dont il pourrait être considéré comme une variété.

Type Minitas Incisé (Fig. 11)

77À l'inverse du type Castillo, il se distingue nettement des précédents : l'épaisseur est plus grande (0,8 à 1,2 cm), la surface n'est pas polie mais simplement lissée.

78La forme, sans doute unique, est la grande olla pansue, sans épaulement marqué, à fond convexe, col large, court et concave ; le bord est direct, sans épaississement notable, la lèvre arrondie. Sur sept exemplaires, le diamètre de l'ouverture varie de 19 à 42 cm (moyenne : 32).

79La lèvre et le bord, contrairement au type Manzanillo, ne sont pas engobés de rouge. L'emplacement du décor est lui aussi différent : il occupe seulement le haut de la panse, parfois la base du col. La technique employée peut être la ponctuation (e), l'impression simple (d) ou double (Pl. XI d), le peigné (Fig. 11 g, h), mais plus couramment l'incision large linéaire (mode B), avec les motifs en chevron, en arête de poisson, en triangles hachurés, etc.

80Le type Minitas Incisé est représenté par 115 tessons décorés, provenant pour la plupart de La India 1. Le graphique des pourcentages (Fig.9) montre qu'il suit une courbe presque exactement inverse de celle du Manzanillo Scarifié : peu abondant au début de la phase, il augmente dans sa deuxième moitié, pour disparaître au moment où il apparaît le polychrome d'El Indio et ne plus survivre ensuite que dans de très rares exemplaires.

Type Jobo Rouge incisé

81Une quarantaine de tessons provenant de quatre sites présentent une face externe engobée d'un rouge peu épais, fugitif ; la surface est simplement lissée, rugueuse, l'épaisseur des parois faible (5 à 6 mm). Le décor plastique ne porte que sur le haut de la panse et il est généralement très simple, d'exécution maladroite : ponctuations, incision linéaire ondulée ou peigné discontinu (Pl. XIII, h, i).

82Le type Jobo Rouge incisé n'apparaît qu'à la fin de la phase Bucaro, mais se poursuivrait durant la phase El Indio.

Impressions par bord de coquillage

83J'ai dit plus haut que ce mode décoratif était peu caractéristique de la phase Bucaro pendant laquelle on le trouve pourtant sur quelques tessons du type Castillo, dont un bord de bol rentrant atypique (Pl. XII, g)

84Pendant la phase El Indio, il s'applique à toutes sortes de poteries, engobées ou non ; il serait artificiel d'en faire un type unique. On trouve ces impressions de bord de coquillages, verticaux ou traînés latéralement, sur les épaules des ollas (Pl. XIII k, l), sur les lèvres en méplats des bols et des vases, souvent engobés de rouge (Fig. 12 a-c) et sur un support annulaire brun à extérieur brossé (d).

Fig. 12 - Impression par bord de coquillage. Phase EL INDIO.

Type Javillo bichrome

85Nous ne disposons pour définir ce type que de huit tessons, provenant de deux poteries. Bien que trouvés dans les niveaux supérieurs de la phase Bucaro, ils diffèrent assez nettement du bichrome de la phase suivante pour qu'aucun lien de parenté ne puisse être postulé entre eux.

Fig. 13 - Phase BUCARO : décor modelé et appliqué} types Javillo Bichrome et Encensoir Blanc.

86Une seule forme définissable (Fig. 13 d.) : bol profond à bord direct, lèvre arrondie, de 31 cm de diamètre. La surface extérieure est engobée d'un rouge franc (10 R 4/8 à 2,5 YR 5/8), d'assez piètre qualité et souvent écaillé. L'intérieur peut être engobé de rouge, de blanc ou non engobé.

87Le décor, très simple est fait de lignes noires parallèles, larges de 1 à 6 mm, verticales ou horizontales.

Encensoir blanc

88Quatre tessons seulement trouvés à La India 1 (Fig. 13. g, h).

89Ce sont des fragments de bols à piédestal d'épaisseur très variable (0,50.à 1,3 cm) ; l'extérieur est uniformément engobé d'un blanc crayeux et le piédestal présente des zones décorées par incisions linéaires, impressions de coquillage et application de petites pastilles irrégulières, s'opposant à des zones non décorées mais polies. L'intérieur du bol - non celui du piédestal - est également engobé.

90La position chronologique des encensoirs blancs est la même que celle du Javillo Bichrome (Fig. 9) : deuxième moitié de la phase Bucaro.

91Ce type de poterie, probablement rituelle, ne peut être rapproché que de deux autres types : l'un a été décrit par Meggers, Evans et Estrada pour la côte de l'Équateur. Il s'agit de bols à piédestal dont le décor combine les incisions et le pastillage. Ce type baptisé Jambeli Incised voisine, dans les amas coquillers, avec une céramique qui ne rappelle en rien celle de Bucaro. Elle daterait de la phase Regional Developmental qui s'étend de 500 av. à 500 ap. J.-C.

92Plus proche de notre zone, un fragment de piédestal brun, décoré d'incisions linéaires verticales et de rangées d'impressions de coquillage, provient du site Girón, dans la baie de Parita. Cette poterie daterait de la phase Santa Maria, de peu postérieure à la phase Bucaro.

Industrie lithique (Fig. 14)

93Le matériel provient uniquement des niveaux inférieurs de la fouille Z à La India 1, qui ont fourni une dizaine d'objets, et du puits P, qui a livré un galet ovoïde de syénite (Fig. 14 c) dont l'extrémité la plus large porte des traces de percussion. L'outillage lithique de la phase Bucaro comprendrait :

  • des galets naturels utilisés comme percuteurs (c) ou comme polissoirs ou poteries (b) ; d'après O. Linares, c'est un broyeur (pounding - nutting stone) utilisé en particulier pour briser les noix du palmier Corozo (Orbignya sp.) ;

  • des meules (metates), probablement apodes et des molettes ou broyeurs. La plupart sont en lave vacuolaire.
    Les meules sont de deux types : épais (5 à 6 cm), à bord arrondi, face supérieure presque plane et polie par l'usure (e) ; ou mince (2,5 cm) : l'unique exemplaire (f) est à fond plat, bord oblique et aminci ; seul l'intérieur du bord est poli.
    L'unique fragment de molette (a) est de section ovale, à extrémité amincie ; il porte des traces d'usure sur les deux faces.

  • quelques pierres informes (d) portent des traces de façonnage, mais il est difficile de deviner leur utilisation exacte.

  • enfin les nombreuses pierres calcaires trouvées sur les niveaux d'habitat et provenant d'une colline peu éloignée, ont dû être utilisées comme supports des vases utilitaires à fond convexe. Nous n'avons trouvé aucune pierre portant des traces de feu.

94L'absence de fragments de haches et de pointes de projectiles est également remarquable.

Fig. 14 - Industrie lithique de la phase Bucaro. Tous les objets proviennent de La India 1 (fouille Z, à l'exception de c (puits P, niveau - 1,80 m). a/Extrémité de molette. b/Galet-polissoir ? c/Galet broyeur. d/Outil non identifié, e, f/Bords de meule.

Fig. 15. Les sites de la phase Bucaro

Les sites de la phase Bucaro (fig. 15)

95La phase Bucaro est bien représentée sur les trois sites déjà cités : La India 1 (T1 1), Bucaro (T1 22) et Morro de Puercos (T1 39). Pour les deux derniers malheureusement, la couche archéologique correspondante ne dépasse pas 20 cm d'épaisseur et le matériel est très peu abondant : 22 et 38 tessons respectivement.

96Morro de Puercos est le nom d'un cap, entre les embouchures des ríos Guanico et Cambutal, signalé sur les plus anciennes cartes que nous possédions de la région, sans doute parce que la baie de Guanico ou la petite crique elle-même de Morro de Puercos, avec sa plage et sa source d'eau douce, servait de lieu de mouillage aux navires espagnols allant de Panama au Veraguas ou au Chiriqui. La plage est bordée d'un talus de 2 m de hauteur qui s'élève en pente douce vers les collines boisées toutes proches. Des tessons sont visibles dans ce talus sur environ 100 m de longueur. Notre unique sondage de 1 x 1 ma montré une bonne succession des quatre phases, mais, comme à Bucaro, "écrasées" sur moins d'un mètre d'épaisseur. Il est probable que d'autres sites côtiers voisins de l'embouchure du Guanico - La Marinera, Ensenada del Ostional - livreraient du matériel de la phase Bucaro, et peut-être aussi des traces de la première occupation espagnole.

Fig. 16 - Plan du site de BUCARO (TI 22).

97Le site important de Bucaro (fig. 16) mérite une description plus détaillée. La piste, praticable trois mois par an, qui relie Tonosi au village de pêcheurs de Bucaro, longe le petit massif qui a donné son nom à la formation géologique du même nom. Le site archéologique, un peu au nord du village, est limité par les derniers contreforts du massif au sud et par l'estuaire du río Tonosi au nord. Il est traversé par la piste, qui a été taillée dans un dépôt de coquillages datant de la phase Bijaguales.

98Le site présente en gros quatre zones : au pied de la colline, sur au moins 200 m de longueur, une zone d'habitat dont seule la partie nord-ouest a été occupée durant les quatre phases (notre sondage A) : le sondage D, pratiqué près du corral, dans la partie est de la propriété clôturée appartenant à Germán Frías, n'a donné que la succession des trois dernières phases, avec une sépulture de la phase El Indio sans mobilier.

99La partie nord du site, le long de la piste et jusqu'à la mer, est occupée par le conchal qui est entièrement de la phase la plus tardive (il a fourni du matériel colonial) et par un dépotoir ou Basurero (sondage B), riche en très beaux fragments de poteries de la phase La Cañaza.

100La partie du site occupée durant la phase Bucaro semble donc, comme à La India 1, très réduite. Le sondage A n'a fourni que 22 tessons pour les 20 cm de couche archéologique correspondant à cette phase.

101Neuf autres sites ont fourni du matériel de la phase Bucaro (cf. supra Tableau 2, p. 51 et Fig. 15).

102Le basurero du site de La India 2, proche de La India 1, a livré une dizaine de tessons à décor incisé, au milieu d'un matériel datant de la phase El Indio.

103Au cours d'une reconnaissance des berges de la quebrada La Seca, à l'est de Carias, je n'ai découvert que trois tessons dont un pur Manzanillo Scarifié. Le site devra être exploré plus à fond.

104Les autres sites ont donné quelques incisés, mélangés à des tessons beaucoup plus abondants datant des phases ultérieures. À El Indio, dans nos puits stratigraphiques P 1 et P2 et nos sondages, les incisés sont toujours trouvés dans les niveaux inférieurs de la phase El Indio, entre 100 et 180 cm de profondeur ; leur pourcentage diminue de 3 à 1 % avant qu'ils ne disparaissent tout à fait dès le début de la phase la Cañaza.

105La répartition du matériel provenant des douze sites permet quelques conclusions intéressantes. C'est d'abord que seuls les trois premiers peuvent être considérés comme de véritables sites d'habitat occupés durant la phase Bucaro ; et que ces trois sites ont continué à l'être sans interruption semble-t-il, pendant les trois phases ultérieures et probablement jusqu'à la Conquête (bien qu'on n'en ait la preuve qu'à Bucaro). Une prospection plus poussée amènerait sans doute la découverte d'autres sites de cette phase, notamment sur la côte ; on peut penser néanmoins que leur nombre total serait peu élevé.

106Parmi les sites dont l'occupation ne date que du début de la phase El Indio, les uns (La India 1, fouille F ; El Indio) donnent, dans les niveaux les plus anciens, une quantité faible mais non négligeable de tessons du type Manzanillo Scarifié, Minitas Incisé et Jobo rouge incisé matériel qui disparaît complètement à la fin de la phase. Les autres (La Bernardina, la Cañaza, etc.) ne contiennent aucun matériel et n'ont apparemment subi aucune influence de cette phase ancienne.

107Enfin, si l'on trouve dans quelques sites des deux dernières phases de très rares tessons scarifiés, ce matériel ne peut être considéré comme in situ et a pu être ramassé (par curiosité ?) sur des sites voisins.

Conclusions sur la phase Bucaro

108La première occupation du bassin du río Tonosi ne paraît guère avoir été antérieure au début de notre ère. L'analyse par C 14 des charbons recueillis dans le niveau d'habitat de la fouille Z, à la India 1, a donné une date de 20=ll0 ap. J.-C.(GIF-1643). Les niveaux inférieurs sont un peu plus anciens.

109Cette phase Bucaro nous est encore mal connue. On peut supposer que l'occupation de la région était de faible densité et limitée à une zone proche de la mer. On note sur la carte de répartition des sites que deux des plus importants sont sur la côte et proches de l'embouchure des ríos Tonosi et Guanico, alors que le troisième, sur le bord même du río Tonosi, n'est qu'à 7 km de la mer. Les neuf autres sites sont tous dans la région côtière ou dans la vallée du Tonosi. Le plus éloigné, l'Atollosa, est, à vol d'oiseau, à moins de 15 km de la mer.

110D'autre part, l'étendue de ces sites d'habitat paraît toujours très faible et le matériel archéologique abandonné par leurs occupants est partout fort peu abondant. Les niveaux d'habitat de La India 1 nous révèlent que la subsistance de ces petits groupes humains était basée essentiellement sur la chasse, la pêche et la collecte des mollusques ; mais l'existence d'un matériel lithique, d'allure assez élaborée en regard de la céramique, prouve que l'agriculture était déjà pratiquée. Des sites comme La India 1 peuvent correspondre soit à des campements saisonniers de petits groupes descendus des hautes terres au nord ou à l'ouest, et surtout adonnés à la chasse et à la collecte - c'est l'opinion d'O. Linares - soit à des installations limitées mais permanentes au centre d'une vallée fertile, avec des modes de subsistance déjà bien diversifiés dans lesquels l'agriculture occupe une place non négligeable.

111Le matériel céramique de cette phase paraît, lui, assez rudimentaire surtout si on le compare à celui des phases ultérieures. Mais il s'agit de poteries utilitaires et peut-être les sépultures de cette phase livreraient-elles un matériel plus élaboré. Le mode décoration de cette céramique par des méthodes plastiques donne à la phase Bucaro sa physionomie propre ; on peut dire que la couleur est ignorée et que le décor peint, sous la forme d'une bichromie très élémentaire, n'apparaît que tardivement. Nous avons cependant noté une évolution assez nette au cours de la phase : le décor incisé qui couvre d'abord toute la poterie, tend à se cantonner à la partie supérieure de la panse il est aussi plus varié. En même temps, les tessons engobés de blanc ou de rouge deviennent un peu plus abondants.

112Grâce aux rapprochements qu'il permet de faire avec d'autres complexes céramiques, eux aussi caractérisés par la prédominance du décor plastique, ce type de décor nous intéresse non seulement par les modes décoratifs utilisés mais aussi par ceux que le potier de Bucaro a ignorés ou délibérément négligés. Ainsi en est-il de techniques aussi généralisées que le rocker-stamping, l'excision ou l'impression par extrémité de tube, par exemple. Sans étendre à l'extérieur de l'isthme des comparaisons qui sont dangereuses s'agissant de techniques aussi élémentaires, on serait tenté de rapprocher la céramique incisée de Bucaro de celle de Sarigua, phase non exactement datée qui succède à celle de Monagrillo dans la baie de Parita. Dès l'abord, cependant, le contraste de ces deux complexes saute aux yeux : utilisant les mêmes techniques et sans doute les mêmes outils, l'artisan de Sarigua obtient un style absolument différent, ne serait-ce qu'en délimitant par des filets appliqués ou des "côtes de melon" les zones décorées de ponctuations ou d'impressions de bord de coquillage. Cette technique ne sera découverte, à Tonosi, que pendant la phase El Indio.

  • 3 J. Ladd (1964, p. 179)

113De même les minces ressemblances avec les types à décor plastique de la phase Santa Maria, sur le site Girón, sont-elles peu probantes3, même en faisant abstraction de la poterie polychrome (types Girón et Escota) dont l'existence rend ce rapprochement assez artificiel.

  • 4 Je fais cependant quelques réserves au sujet de la datation du Guacamayc voir plus loin.

114Plus convaincant est celui qui a été fait dans les pages précédentes entre notre mode scarifié et le scarified wave de la phase Concepción - Aguas Buenas du Chiriqui. Même si les liens entre les deux cultures sont assez ténus et si, en comparaison des grands sites tels que Barriles (près de Cerro Punta) avec son impressionnante sculpture monumentale, nos sites tonosiens font assez pauvre figure, il permet raisonnablement de rattacher la céramique de la phase Bucaro au grand ensemble des complexes pré-polychromes, qui vont du bichrome en zones du Costa Rica au Guacamayo de la province de Coclé4. Les dates, en outre, concordent, puisque celles admises pour cette période dite "Formative tardive" vont de 300 av. à 300 ap. J.-C.

115Combien de temps a duré la phase Bucaro et comment a-t-elle pris fin ? La fouille d'un site comme la India 1 nous renseigne mieux sur le second point que sur le premier. Si l'on s'en tient à l'évolution de la céramique, on a l'impression qu'entre la phase Bucaro et la phase El Indio qui lui succède, il n'y a pas eu continuité culturelle mais substitution pure et simple, avec élimination de la culture préexistente. Le graphique de la fig. 9 montre que les types incisés sont littéralement balayés et n'apparaissent plus à la phase suivante que comme des survivances qui vont en s'estompant.

116Ce témoignage est-il suffisant pour que l'hypothèse d'un développement culturel sur place, aboutissant à l'invention, entre autres, de la technique du décor polychrome qui va fleurir pendant la phase El Indio, soit définitivement écartée ? L'augmentation du nombre des tessons engobés de blanc ou de rouge, comme l'apparition de la bichromie (type Javillo) vers la fin de la phase Bucaro pourraient être des indices de cette évolution locale. Il faut reconnaître cependant que le remplacement du décor plastique par le décor peint aurait été bien rapide, et qu’aucun type de transition entre les vases globulaires sommairement incisés de Bucaro et les magnifiques vases doubles à savant décor polychrome d'El Indio n'a jusqu'ici été découvert.

117L'hypothèse de l'arrivée d'un groupe étranger porteur d'une nouvelle culture me semble, dans l'état actuel de nos connaissances, plus plausible. Ces nouveaux arrivants auraient occupé sans coup férir - certaines poteries décorées prouveraient qu'il s'agit d'une civilisation guerrière - tous les sites d'habitat des anciens occupants, dont l'élimination ou l'assimilation ultérieure dut être assez rapide. Dans les villages nouvellement fondés on ne trouve aucune trace de leur influence.

118Que l'on admette l'une ou l'autre hypothèse, il y eut sans nul doute dans cette région côtière de Tonosi un réel bouleversement, dont la date ne nous est pas connue. La date la plus ancienne obtenue pour la phase El Indio est de 390 ap. J.-C., mais le début de cette phase est certainement antérieur et d'autres éléments, recueillis par Mc Gimsey dans le golfe de Montijo, incitent à la reculer jusqu'au début ou à la moitié du IIIe siècle.

119La culture de Bucaro, commençant peu avant le début de notre ère, aurait donc régné pendant trois siècles dans le bassin du río Tonosi.

Fig. 17 - Sites de la phase EL INDIO

Notes

1 Betty Meggers et Cl. Evans (1965) pp. 65-66, pl. 70 à 75

2 Communication personnelle

3 J. Ladd (1964, p. 179)

4 Je fais cependant quelques réserves au sujet de la datation du Guacamayc voir plus loin.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search