Version classiqueVersion mobile

Archéologie du sud de la péninsule d'Azuero, Panamá

 | 
Alain Ichon

Chapitre 3. Les fouilles de TONOSI - Déroulement et méthode

Texte intégral

1Le choix de la région de Tonosi pour les activités de la Mission archéologique française a été dicté par plusieurs considérations. Tout d'abord, il s'agissait d'une zone "blanche", que son isolement jusqu'en 1964 avait maintenu presque parfaitement à l'abri des expéditions d'amateurs ; l'archéologie de cette zone était pratiquement inconnue, bien que l'article de Mitchell, cité plus haut, et une courte reconnaissance du Museo Nacional de Panama aient prouvé l'existence d'une céramique très originale, sans équivalent, semblait-il, dans le reste de l'isthme. Il était donc intéressant de définir cette nouvelle culture et de le situer par rapport aux régions mieux connues de la péninsule d'Azuero, baie de Parita d'une part, côte du golfe de Montijo d'autre part. On pouvait ainsi espérer combler quelques lacunes dans la séquence chronologique, et en preciser certains développements controversés, par exemple la phase Santa Maria, dont certains ont nié l'existence.

2Les fouilles se sont déroulées en trois campagnes, d'environ quatre mois chacune, de 1967 à 1970.

3Les deux premières avaient été prévues, l'une pour une reconnaissance générale des sites de la zone, conduisant à une ébauche de séquence chrono logique provisoire pour la région ; la seconde pour la fouille d'un ou de deux sites importants. À la suite des résultats obtenus, une troisième campagne, plus courte, fut jugée nécessaire de façon à préciser certains points de la séquence, à recueillir des vestiges de céramique de la phase la plus ancienne et des périodes de transition entre les phases, ainsi que du matériel organique pour la datation absolue de ces phases au C.14. Il fallait aussi reconnaître au moins sommairement les zones voisines - côte ouest, côte sud-est de la péninsule - pour juger de l'extension, dans ces régions, des diverses phases culturelles découvertes à Tonosi, de leur origine et de leurs influences réciproques.

Les sites

4J'ai reconnu au total dans le district de Tonosi soixante sites archéologiques dont cinq étaient déjà connus grâce à l'article de Mitchell. L'annexe I donne la liste de ces sites avec leur localisation géographique en coordonnées UTM et leur datation probable. Suit une description sommaire des sites et des travaux exécutés par la mission, quand ces éléments n'ont pas été fournis dans le texte.

5Pour baptiser ces sites, j'ai accepté dans la mesure du possible le nom du lieu-dit le plus proche que nous donnaient les habitants. Ces noms sont exceptionnellement des toponymes indigènes : Tonosi, Guaniquito (diminutif espagnol de Guanico), Chara, Coiba, Goleno. Assez souvent ils évoquent une ancienne occupation du site par les Indiens avant l'arrivée des Espagnols : El Indio, La India, La Cacica, Los Tinajones (grands vases), La Tinajita (petite jarre), la Tiestosa (de tiesto : tesson), Bucaro (vieux mot espagnol désignant une argile d'odeur agréable, trouvée surtout au Mexique, dont on faisait des poteries de formes diverses très appréciées en Espagne du xvie au xviiie siècle), Caras Pintadas (figures peintes : pétroglyphes). Notons l'absence du terme Las Huacas, si commun dans les provinces du Chiriqui et du Veraguas, qui désigne les tombes indigènes et leur mobilier ; ce fait confirmerait l'hypothèse d'une occupation tardive de notre zone par les Espagnols.

6Fréquemment, le lieu-dit est le nom d'un petit affluent du río ou quebrada, désigné par son aspect caractéristique (L'Atollosa : endroit où l'on s'embourbe ; la Bonita : la belle ; la Limona, la Coralilla) ou par le nom du propriétaire, ancien ou actuel (la Bernardina, Joaquin, Morro de Avelino, Terreno de Campo).

7Le plus souvent, le lieu-dit indique la nature de la végétation, l'espèce d'arbre ou de plante la plus courante : El Bijagual, Bijaguales (Calathea sp. dont les feuilles sont utilisées pour les toitures), El Guayabo, El Caobal, El Barrabal, El Jobero, El Cafetal, la Cañaza, etc.

8Il peut être aussi un nom géographique ou descriptif : El Barrancon (la falaise), la Tronosa (l'endroit où il tonne), Los Llanos (les plaines), Ojo de Agua (la source, El Carbon (mine de houille), Morro de Puercos (la colline des agoutis), El infiernillo (le petit enfer), los Buzos (les plongeurs), etc.

9Outre le nom du lieu-dit chaque site porte un nom de code pour lequel j'ai adopté le système employé communément en Amérique depuis 1930. Il comprend deux lettres (abréviation du chef-lieu de district) et un chiffre, représentant le numéro d'ordre chronologique du site. Ainsi TI 9 représente le neuvième site visité par nous dans le district de Tonosi.

10Les quatre premiers sites de notre liste, TI 1 à TI 4, avaient été visités par Mitchell. Un cinquième, porté sur sa carte sous le nom de Los Tiestones - correspond sans doute à notre Tiestosa (TI 12). Le site de la Tinajita (TI 46) avait été signalé par A. Ferrari.

  • 1 La Tronosa (TI 60) est le seul site que je n'ai pas reconnu personnellement ; j'y ai envoyé mon as (...)

11Ces soixante sites archéologiques ne représentent sans doute, cela va sans dire, qu'une partie des sites existant dans la région de Tonosi. Je me suis attaché à visiter1 tous ceux qui m'étaient signalés par les habitants : pétroglyphes, structures circulaires de pierres visibles en surface, berges de ríos ou de quebradas dans lesquelles les crues mettaient au jour les couches riches en tessons, parfois même des poteries et des squelettes. Exceptionnellement, une reconnaissance non orientée par des renseignements préalables a pu aboutir à la découverte d'un site : c'est le cas à la Seca (TI 58) et à Cañas (TI 57) encore que, pour ce dernier, une enquête mieux conduite auprès des habitants du village aurait abouti, plus rapidement, au même résultat.

12Les recherches de la Mission ont bénéficié d’une circonstance inattendue et très favorable : la construction de la route Tonosi-Cañas, qui a coïncidé avec nos deux premières campagnes. Au long de son tracé, les bulldozers ont mis au jour plusieurs sites La Cañaza, El Cacao, El Bijagual, El Cigua, El Infiernillo, Ojo de Agua. Avant leur destruction inévitable, il nous a été possible d'y recueillir des informations ou même d’y effectuer des fouilles sérieuses, grâce à la compréhension du directeur des travaux, l'ingénieur français Jean Canavaggio.

13La région du haut Tonosi n’a pas été explorée à fond à plus forte raison la partie montagneuse massif de la Tronosa, Cerro Cambutal, pentes du Canajagua. Il est certain que ces zones peu accessibles ont été occupées avant la Conquête des chasseurs m'ont affirmé avoir découvert des amas de tessons dans les coins les plus reculés de la Sierra de Cambutal et le site le plus élevé reconnu par nous, proche du sommet de La Tronosa, est à quelque 700 m d'altitude.

14Si incomplets qu'ils soient, les résultats de ces reconnaissances permettent d'établir une carte archéologique (carte hors-texte) dont on peut espérer qu'elle donne une idée assez juste du peuplement précolombien de notre zone au cours des différentes phases. Il faut signaler toutefois que si la densité des sites d'habitat semble augmenter considérablement au cours des siècles, c'est peut-être en partie parce que les plus récents sont aussi les plu superficiels, donc les premiers à être révélés par les phénomènes naturels ou les activités humaines.

Méthode suivie

15Sur la plupart des sites, notre travail s'est borné à une simple récolte de matériel en surface et dans les parois découvertes ; parfois, un ou plusieurs sondages, limités à 1 m2, ont été menés jusqu'au sol stéril

16Quand ces sondages révélaient une couche archéologique suffisamment profonde et riche en matériel, nous y avons effectué un ou plusieurs puits stratigraphiques de 2x2m. Ce fut le cas S La Bernardina (TI 10), à El Pital (TI 21), à La India (TI 2), à l'Atollosa (TI 6), à Bucaro (TI 22).

17Enfin, sur les quatre sites que je considère comme les plus importants, ces puits ont été complétés par des fouilles plus étendues, à la recherche des structures d'habitat, des sépultures et des structures cérémonielles. Ces sites, les seuls décrits ici en détail à l'occasion de l'étude de chaque phase successive, sont

  • La India - 1 (TI 1) pour la phase la plus ancienne
  • El Indio (TI 18) pour les deux phases suivantes
  • La Cañaza (TI 9) pour la troisième phase
  • Guaniquito Abajo (TI 28) pour la phase la plus récente.
  • 2 Cité par Betty Meggers et Clifford Evans – 1969, p. 16

18La méthode utilisée pour les sondages et les puits stratigraphiques est la fouille par niveaux arbitraires de 10cm lorsque, comme c’est généralement le cas étant donnée l'abondance du matériel céramique, chaque couche ainsi isolée peut fournir un minimum de cent tessons pour le calcul des pourcentages. Les inconvénients de cette méthode un peu artificielle n'échappent à personne ; mais elle n'implique nullemment qu'il ne soit pas tenu compte de la stratigraphie naturelle. L'inventeur de la méthode, James A. Ford, écrit lui-même que "la stratification (stratigraphie naturelle) doit être enregistrée avec soin. Après avoir établi le graphique de la céramique provenant de la fouille par niveaux arbitraires, on pourra établir la corrélation entre cette céramique et la stratification visible, dont la signification deviendra alors évidente"2. Il serait dommage de se priver d'une méthode qui est jusqu'ici la seule approche précise du problème de l'évolution des types céramiques.

19Actuellement, la tendance semble être de combiner les deux méthodes de fouille, dont l'une sert constamment de contrôle à l'autre. Quand la stratigraphie naturelle d'une fouille est peu visible, comme c'est le cas par exemple pour un amas de coquilles, la méthode consiste à couvrir un ou plusieurs puits par niveaux arbitraires, à étudier la stratification naturelle sur les coupes ainsi dégagées, en matérialisant par des rubans les limites des différentes couches ; enfin à continuer la fouille dans les carrés voisins, par niveaux naturels cette fois. La méthode a été suivie avec succès par O. Linarès dans ses fouilles des conchales de Cerro Brujo province de Bocas del Toro) en 1970.

20La "méthode quantitative pour obtenir une chronologie culturelle" de Ford est bien connue ; d'innombrables articles sont venus raffiner la définition des types, variétés, groupes, modes, etc., sans parler des travaux des mathématiciens inaccessibles au profane. Une bonne mise au point est faite par B. Meggers et C. Evans dans leur manuel didactique de 1969. Malgré les critiques qu'elle s'est attirées, la méthode de Ford est incontestablement précieusé pour l'étude de l'évolution des cultures ; elle constitue de plus un pas en avant dans le problème du traitement des données archéologiques par ordinateur. On ne peut, certes, demander à la machine qu'elle établisse seule une typologie céramique, mais l'aide qu'elle peut nous apporter pour l'étude d'un matériel toujours très abondant est inestimable. Si l'on peut souligner la rigidité de certains principes admis comme régissant l'évolution des types, il faut bien admettre que certaines règles d'évolution existent, ou renoncer définitivement à considérer l'archéologie comme une science exacte.

21Dans le cadre d'une étude aussi vaste et aussi générale que la nôtre, il fallait, je crois, se garder de deux écueils : d'abord l'établissement d'un cadre de l'évolution culturelle trop strict, auquel les travaux à venir auraient du mal à se plier. Notre schéma doit être à la fois assez souple et ouvert pour admettre des modifications ultérieures. D'autre part, la multiplication foisonnante des types, des variétés et des sous-variétés dans certains ouvrages récents me semble être, en fin de compte, un élément de confusion ; en tout cas, elle rend la lecture de ces textes particulièrement rebutante. Pour peu que l'on donne à chaque échelon de la typologie, du plus général au plus particulier, un nom géographique plus ou moins imprononçable et parfois burlesque, le lecteur se trouve bientôt noyé sous ce déluge toponymique.

22Plus grave est sans doute le fait de multiplier inconsidérément les types, en se basant parfois sur un nombre d'échantillons très limité. J'ai préféré courir le risque de tomber dans l'excès inverse en regroupant provisoirement dans un même type ou un même groupe les tessons que des études plus précises pourront par la suite rattacher à des catégories différentes.

23Cette tendance m'a amené à réduire au minimum le nombre de ces catégories - en ne baptisant pas les variétés par exemple - et à m'en tenir, en général, au niveau des groupes (ensembles de types) : à l'intérieur des groupes ne seront définis et nommés que les types suffisamment nets, dont l'évolution peut être suivie d'une phase à l'autre, et qu'il est indispensable d'isoler à des fins de comparaison avec des types décrits dans d’autres régions de Panama.

24J'ai distingué d’une part la céramique utilitaire, d'autre part la céramique décorée, sans d'ailleurs prétendre attribuer à chacune de ces catégories une finalité exclusive. On trouve souvent des poteries utilitaires dans le mobilier funéraire et, par contre, les fragments de poteries finement décorées sont trouvés dans les basureros (dépotoirs) en quantité telle qu'il est difficile d'y voir seulement des "ratés" de cuisson.

  • 3 1968 – p. 278

25Pour la céramique utilitaire, qui comprend en gros des poteries assez communes, à surface non traitée ou simplement engobée de rouge, je m'en suis tenu au niveau du wave - très imparfaitement traduit par "céramique - que Sabloff et Smith3 définissent comme ...un ensemble céramique dans lequel tous les attributs de composition de pâte (à l'exception du dégraissant) et de finition de la surface restent constants. Un Ware n’est pas aussi limité dans le temps que les types et les variétés"

26En effet, dans les graphiques de pourcentages de la fig.4, nous voyons que la "céramique" (Ware) rouge, ou la céramique brune, ne sont pas cantonnées à une seule phase, mais figurent tout au long des trois dernières, avec des maxima et des minima qui n'évoquent que de loin les courbes de Gauss idéales représentant, en principe, l'évolution des types. Ce qui paraît, par contre, caractériser dans chaque phase l'évolution de ces ensembles, c'est la proportion relative des céramiques en se basant sur l'étude des modes - c'est-à-dire ici essentiellement sur l'existence et la forme des appendices et des supports - plusieurs phases qui devraient coïncider avec celles établies plus commodément à partir de la céramique décorée.

27En ce qui concerne les poteries décorées, je m'en tiendrai généralement à un classement par groupes, c'est-à-dire un ensemble de types, en gros contemporains, et assez proches, "dont la forme et la couleur évoluent de façon consistante" Chaque phase peut être ainsi définie par un, deux, au maximum trois groupes céramiques que l'on distingue par leur technique décorative décor plastique ou décor peint. Le groupe, comme le type, est baptisé d'un nom géographique, suivi d'une description sommaire, réduite en général à l'énoncé de l'attribut le plus significatif : ainsi le groupe "Tonosi Polychrome" pour la céramique à décor peint de la phase El Indio.

28Il est parfois nécessaire de définir, à l'intérieur des groupes, certains types basés sur les attributs de forme et de décor, soit, comme je l'ai dit plus haut, parce qu'ils se poursuivent, sous une forme plus ou moins évoluée mais visiblement issue de la première, dans la phase suivante, soit parce qu'ils peuvent être rapprochés de types étrangers à la région et n'appartenant pas à un groupe comparable, soit enfin parce que les critères de forme et de décor sont suffisamment nets pour qu'ils méritent d'être classés à part. Ainsi dans le groupe Tonosi Polychrome, nous aurions pu distinguer un type blanc, un type noir sur blanc, un type noir et rouge sur blanc, un type noir et blanc sur rouge etc., ce qui nous aurait amené à classer dans des catégories différentes des fragments appartenant de toute évidence à une unique poterie. Bien que, comme l'écrit C. Baudez (1967), "ce sont des tessons que nous classifions et non des récipients", l'illogisme d'un tel procédé est peu satisfaisant. Mais il se trouve que nous disposons, pour certaines phases tout au moins, d’un nombre suffisant de poteries entières provenant de sépultures pour être en mesure d'attribuer à peu près chaque tesson décoré à une poterie de forme et de décor connus. Je préfère donc étudier le tesson nom pas in abs tracto, mais comme partie d'un ensemble connu : un tesson blanc sera classé dans le groupe polychrome parce que je sais qu'il n'existe pas de poterie dont l'engobe blanc ne serve de fond à un décor noir ou noir et rouge.

29À l'intérieur de ce groupe Tonosi Polychrome, par contre, j'ai dû définir, entre autres, un type "La Bernardina à lèvre décorée" nettement caractérisé par la forme - bol à bord éversé - et la localisation du décor sur l'intérieur du bord. Ce type évolue à la phase suivante pour donner un type assez différent quand à la couleur (orange) et au décor en "feuille de laurier", mais qui est probablement issu du précédent. Enfin notre type La Bernardina est proche parent d'un type défini par J. Ladd pour la phase Santa María de la baie de Parita : le Girón Banded Lip.

30Cependant, le nombre de types ainsi définis a été limité à quatre ou cinq par phase, et les variétés - formes prises par un même type d'un site à l'autre, sans implication chronologique - n'ont pas reçu de nom.

31En résumé, la typologie céramique adoptée suit les principes suivants :

  1. Pour la poterie commune (utilitaire, non décorée], classement en grandes catégories, "céramique" (ware) couvrant plusieurs phases. Étude de la variation des modes d'une phase à l'autre.
  2. Pour la poterie décorée, définition des principaux groupes caractéristiques de chaque phase. Dans chaque groupe, définition des seuls types présentant un intérêt particulier.

32Les attributs essentiels dont il a été tenu compte sont la forme, le traitement de la surface et le décor. Si les autres attributs n'ont pas été négligés, il faut bien avouer que, dans notre région tout au moins, ils ne sont guère déterminants pour distinguer les types. Peut-être les qualités de texture, de cuisson pourraient-elles apporter quelques renseignements à un spécialiste. Mais la poterie de Tonosi se distingue par son caractère assez rudimentaire, utilisant toujours les mêmes techniques - la fabrication en colombin, l'emploi d'un dégraissant de sable grossier - avec des variations très larges dans le détail.

33Il faut signaler que, sauf exception, la dureté de la céramique de Tonosi est toujours comprise entre 3 et 4 suivant l'échelle de Mohs. Le Munsell's Color Chart a été utilisé pour la définition des couleurs qui sont représentées de la façon suivante (Fig. 5).

34Fig. 5 - Code des couleurs pour la représentation des poteries polychror

35L'échelle utilisée, toujours en centimètres, est généralement celle de 1 pour les bijoux, de 1/2 pour les tessons et les profils de bords, de 1/4 pour les objets entiers. Dans les profils, la partie décorée, sur la surface interne ou externe, est signalée par un pointillé.

Les quatre phases culturelles

36La typologie provisoire ainsi établie permet de distinguer, dans la séquence de Tonosi, quatre phases. De la plus ancienne à la plus récente Bucaro, El Indio, La Cañaza et Bijaguales.

37La phase Bucaro s'installe, nous le verrons, dans notre région vers le début de notre ère et peut avoir duré deux ou trois siècles. Elle nous est surtout connue grâce au site de La India 1, sur le río Tonosi, où elle constitue les niveaux les plus bas de la couche archéologique. Cette phase se distingue nettement des suivantes par sa céramique monochrome, à décor presque exclusivement plastique. On trouve cependant déjà quelques types engobés de blanc, ou à décor simple noir sur rouge.

38La phase El Indio succède sans transition à la phase Bucaro. Elle est marquée surtout par l'apparition d'une céramique polychrome déjà très élaborée et d'une grande valeur esthétique, jouant sur trois couleurs le blanc, le rouge et le noir. Les types à décor plastique de la phase précédente disparaissent rapidement. Les sites de la phase El Indio sont plus nombreux, le matériel y est abondant. De nombreuses sépultures ont été mises au jour, dont beaucoup contenaient un beau mobilier funéraire. Pour décrire cette phase, le site éponyme, El Indio, sera étudié en détail. C'est un des plus riches de notre zone.

39La phase suivante, la Cañaza, montre une évolution des types El Indio, une diminution progressive de leur popularité et l'introduction de techniques et de styles nouveaux, aussi bien dans la céramique ; dans la pierre, l'os, le coquillage et le métal, utilisés pour fabriquer des objets de parure. Parallèlement, les pratiques funéraires sont modifiées de façon spectaculaire.

40Le site de la Cañaza est un cimetière sur une colline. Celui d'El Indio qui continue à être occupé, fournit un utile complément stratigraphique pour l'étude de cette phase. L'ensemble des deux phases El Indio et la Cañaza a duré environ six siècles, jusque vers 900 après J.-C.

41La dernière phase, Bijaguales, va se poursuivre jusqu'à la Conquête espagnole. Dans la céramique polychrome on assiste à la décadence des types locaux et à l'introduction de types nouveaux venant du Nord de la péninsule : parallèlement se développe un type entièrement original de céramique fine, non engobée, non décorée ou parfois à décor zoomorphe appliqué, qui devient prépondérant. Les premières structures cérémonielles apparaissent. Les sépultures secondaires en urnes deviennent les plus fréquentes.

42Les sites de la phase Bijaguales sont deux fois plus nombreux que ceux de la phase La Cañaza. J'ai choisi d'étudier l'un des plus importants, situé dans le Nord de notre zone : Guaniquito Abajo.

Sériation

43Trois sites, La India 1, Bucaro et Morro de Puercos, nous ont donné la séquence complète des quatre phases. Malheureusement, la couche archéologique est très mince - moins d'un mètre - pour les deux derniers. À La India 1 elle dépasse deux mètres d'épaisseur, mais si les deux phases les plus anciennes sont bien représentées, la phase La Cañaza est presque inexistante et le site a dû être abandonné peu après le début de la phase Bijaguales.

44Nous sommes donc forcés de faire appel à plusieurs sites pour dresser le tableau complet de notre séquence chronologique (Fig.4). J'ai choisi le site de La India 1 pour la phase Bucaro, le site d'El Indio pour les deux phases suivantes ; la stratigraphie de Guaniquito Abajo étant médiocre, c'est le site d'El Pital qui m'a permis de définir la dernière phase, Bijaguales.

45En ne retenant à la India 1 que le matériel de la phase Bucaro, et en choisissant pour les trois autres phases des sites dont les périodes d'occupation ne se recoupent pas, je n'ai fait de la sériation que sous une forme très simple et peut-être criticable, en superposant et non en imbriquant les graphiques de pourcentage des types céramiques.

46Cependant, il me semble que la méthode de sériation qui consiste à imbriquer les résultats obtenus dans divers sites contemporains présente des inconvénients. Sans insister sur le reproche mineur que le graphique ainsi obtenu est difficile à lire et donne une impression visuelle fausse de la durée des différentes phases, il est plus grave de remarquer que la popularité d'un type donné (c'est-à-dire le pourcentage de tessons de ce type, pour un niveau donné, sur l'ensemble des tessons récoltés) peut varier à la même époque d'un site à l'autre, suivant la destination de ce type de céramique - cuisson, stockage alimentaire, utilisation rituelle ou funéraire... - et selon la nature du site fouillé. Sur un même site d'habitat, par exemple, le pourcentage des différents types pourra varier d'une zone à l'autre selon que l'on fouillera un dépotoir proche de la demeure d'un potier, d'un curandero ou d'un habitant sans spécialisation particulière. Si l'on objecte que ce n'est pas tant la fréquence d'un type à un moment donné qui nous intéresse, mais bien la courbe d’évolution de cette fréquence dans le temps, encore faudrait-il être certain qu'un changement dans la nature de l'utilisation du site fouillé n'apporte pas de distorsion dans cette courbe à un moment ou à un autre de l'évolution.

47Évidemment ces critiques amènent à douter de l'existence d'un tableau idéal pour illustrer pratiquement le complexe céramique d'une phase donnée

Notes

1 La Tronosa (TI 60) est le seul site que je n'ai pas reconnu personnellement ; j'y ai envoyé mon assistant, Jacinto Almendra.

2 Cité par Betty Meggers et Clifford Evans – 1969, p. 16

3 1968 – p. 278

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search