Version classiqueVersion mobile

Archéologie du sud de la péninsule d'Azuero, Panamá

 | 
Alain Ichon

Chapitre 2. Archéologie de Panama

Texte intégral

  • 1 par exemple, dans J. Ladd (1964), pp. 10 à 23

1Je n'ai pas l'intention de faire ici un historique complet des recherches archéologiques effectuées à Panama depuis la fameuse découverte du cimetière de Bugavita, dans le Chiriqui, en 1858. Plusieurs ouvrages ont traité de la question et il suffit de s'y reporter1.

2Je voudrais simplement situer, du point de vue géographique et chronologique, celles dont le résultat nous intéresse directement et que leurs rapports avec les cultures précolombiennes de la région de Tonosi m'amèneront à citer maintes fois par la suite.

3Pour la péninsule d'Azuero elle-même, seules la partie nord-est (baie de Parita) et la côte ouest (golfe de Montijo) ont fait l'objet de travaux menés par des archéologues spécialisés. Les plus importants ont été ceux de la Smithsonian Institution (1948-1949) dirigés par Matthew W. Stirling, et de Harvard, avec G. Willey, Mc Gimsey et Stoddard en 1952, dans la zone de Parita. Je ne citerai que pour mémoire la découverte par cette dernière mission de deux cultures parmi les plus anciennes d'Amérique Centrale : Cerro Mangote, pré-céramique (4850 ±av. J.-C.) ; et Monagrillo, de la période formative ancienne (2130 av. J.-C.).

4Pour la période qui nous intéresse et qui ne va pas au-delà du début de notre ère, les sites les plus importants ainsi découverts se trouvent sur le bord des ríos Santa Maria : Girón (00-2) et Parita (El Hatillo : He-4). Le premier est un village, le second un groupe de monticules contenant des tombes, qui devait être un ensemble cérémoniel. Le matériel provenant de ces sites a été étudié par J. Ladd (1964), qui a établi la première séquence culturelle de la région en se basant sur une typologie céramique très détaillée. La culture formative ancienne de Monagrillo avait été suivie d'une phase Sarigua, non datée précisément, mais que l'on s'accorde â situer vers 1000 av. J.-C. ; cette phase, représentée (comme c'est le cas pour Cerro Mangote et pour Monagrillo) dans des amas de coquilles, est caractérisée par une fine poterie monochrome à décor plastique, appliqué, ponctué, strié, etc. Nous verrons que la phase la plus ancienne de Tonosi, la phase Bucaro, présente au moins un trait commun avec la phase Sarigue : le décor plastique de la céramique à l'exclusion de tout décor peint. Pourtant, notre phase Bucaro serait plus récente, datant seulement du début de notre ère.

5Ladd distingue ensuite, après un hiatus suivant la phase Sarigua, une phase Santa María, caractérisée par des sites intérieurs et non plus côtiers, et par une céramique à décor géométrique peint en noir sur un fond rouge, brun, parfois blanc. Ici encore, des rapprochements avec la deuxième phase de Tonosi vont s'imposer : notre phase El Indio doit être contemporaine de la phase Santa Maria, que l'on situe vers 200 ap. J.-C.

6La séquence se poursuit par deux phases assez difficiles â distinguer, qui se rattachent étroitement aux phases "Coclé Ancien" et "Coclé Tardif" définies par Lothrop pour la province du même nom. La première est caractérisée par l'apparition d'une céramique polychrome de haute valeur artistique, et de bijoux en or, en pierres semi-précieuses et en os.

7La seconde, dans la région de Parita, serait marquée par l'apparition de types céramiques locaux, tel que le Macaracas polychrome. Peut-être devrait-elle être confondue avec la phase suivante, la phase Herrera, qui se poursuit jusqu'à la Conquête avec des types nouveaux comme El Hatillo et Parita Polychrome, dans lesquels on relève des influences qui pourraient venir du Venezuela.

8La baie de Parita est la seule région de Panama pour laquelle nous disposons d'une séquence chronologique continue, au moins depuis l'ère chrétienne. Région voisine de celle de Tonosi, mais séparée d'elle par une barrière montagneuse, il sera intéressant de comparer l'évolution des deux zones pour en tirer des hypothèses sur l'origine et les modalités de diffusion de ces différentes cultures.

9Sur la côte ouest (golfe de Montijo), c'est Mc Gimsey III qui fut chargé en 1962 d'une reconnaissance des sites côtiers dans le cadre d'une vaste enquête sur "les relations entre les cultures du Nouveau Monde" organisée par l'Institut des Recherches andines. Bien que les résultats de cette reconnaissance aient été décevants sur le plan élevé ou elle s'était placée, ils nous intéressent spécialement : les amas de coquilles fouillés par Mc Gimsey dans la région de Mariato ont fourni un matériel tout à fait comparable à celui de nos deux phases intermédiaires de Tonosi.

10Outre ces recherches scientifiques, les travaux d'amateurs plus ou moins éclairés n'ont pas plus épargné la péninsule d'Azuero que les autres régions accessibles de l'isthme. Certains ont fait l'objet de publications dans la revue éditée par la Panama Archaeological Society, "club archéologique" groupant un certain nombre d'amateurs, la plupart nord-américains de la zone du canal qui tous, malheureusement, ne sont pas désintéressés. Citons seulement les fouilles de Russel H. Mitchell et John Acker, puis de Thelma Bull sur le site d'El Hatillo, déjà connu par les travaux de Stirling et de G. Willey ; celles de Th. Bull à Guararé ; celles de Philip Dade dans toute la région.

11Plus isolée, la région de Tonosi est restée jusqu'à ces dernières années à peu près à l'abri de ces activités. Au moment où la Mission française commençait ses travaux, en 1967, un seul amateur s'y était intéressé, le Dr. Russel H. Mitchell, qui publia, en 1965, dans le bulletin de la Society une étude intitulée : New developments in the Azuero Peninsula, Province of Los Santos, Republic of Panama. Cet article est, à ma connaissance, le seul document traitant de l'archéologie de Tonosi. L'auteur y décrit surtout sa fouille du cimetière de TI 1 (La India 1) sur le bord du río Tonosi et le matériel provenant de deux niveaux, le plus ancien étant à décor plastique, le plus récent à décor polychrome. Il jette ainsi les bases d'une séquence chronologique qui se révéleront valables. Le matériel recueilli par Mitchell a été déposé au Museum für Volkerkunde de Hambourg.

12Dans la partie nord de notre zone, près du village de Boca de Toro, un amateur panaméen, Agustín Ferrari, découvrit un site plus tardif d'où avaient été extraites de nombreuses urnes funéraires. Il s'agit du site que j'ai baptisé la Tinajita (TI 46). Deux des urnes de A. Ferrari ont été offertes au Museo Nacional de Panama.

13Depuis nos travaux à Tonosi, le bruit de la richesse archéologique de la zone s'étant répandu et l'accès étant désormais facile grâce à la route, les principaux sites ont été l'objet de pillage parfois bien organisé. La belle céramique polychrome d'El Indio, si typique de la zone, doit maintenant se trouver non seulement au Musée de Panama et dans certaines collections particulières de la République, mais aussi (et surtout) dans les collections privées et dans certains musées des U. S. A. dont le Museum of the American Indian, Heye Foundation, de New York.

  • 2 Il faut mentionner cependant une expédition des époux Stirling, relatée dans un article du Nationa (...)

14Dans la province de Coclé, au nord-est de la péninsule d'Azuero, il faut distinguer deux zones les plaines côtières, ce que l'on appelle les Llanos de Coclé, et la zone montagneuse de l'intérieur, dont le versant atlantique est à peu près inexploré2.

15Pour la première, les travaux de Samuel K. Lothrop, menés dans le très riche cimetière du Sitio Conte, près de Penonomé, et matérialisés par deux magnifiques volumes publiés en 1937 et en 1942, font toujours autorité ; ils ont profondément influencé les recherches ultérieures. Cette influence, malheureusement, n'a pas été entièrement bénéfique dans la mesure où, d'une part, elle réveillait la vieille fièvre de la recherche de l'or dans les huacas (vieux terme indiquant les tombes indigènes ou les objets en provenant) et où, d'autre part, elle attribuait à la culture du Coclé une suprématie sur la plus grande partie de l'isthme en niant l'existence d'autres cultures autonomes aussi évoluées. Je n'ai pas moi-même échappé à cette contagion en découvrant à Tonosi une céramique polychrome apparentée à celle de Coclé et qu'il était tentant de considérer comme un simple faciès local de celle-ci, sinon même comme une céramique importée, alors qu'elle méritait d'être étudiée "en soi"

16Les fouilles de Lothrop au Sitio Conte avaient été précédées en 1925 par celles d'un écrivain, Hyatt Verril sur le río Caño, non loin de ce site. Les deux publications ultérieures de cet auteur sont d'une faible valeur scientifique ; leur principal intérêt est de révéler l'existence d'un centre cérémoniel, pompeusement baptisé The Pompei of America, avec un alignement de colonnes de pierre, dont certaines atteignaient 6m, autour de deux autels. Pour nous, le matériel récolté par Verril au lieudit Espinosa burial mound nous intéresse davantage par ses affinités avec un type de transition défini à Tonosi et qui serait peut-être "Pré-Coclé" Il en est de même de certains types de céramique trouvés par Philip Dade dans sa propriété de Rancho Sancho de la Isla, sur le bord du río Grande, entre Nata et Penonomé ; tout en étant de style Coclé, ces poteries ont, dans leur décor, certains traits "archaïques" dont l'origine pourrait être recherchée dans le type El Indio polychrome de Tonosi.

  • 3 Ces problèmes avaient déjà été étudiés par J. Ladd grâce au matériel provenant d'une fouille strat (...)

17Les dernières fouilles réalisées dans les llanos de Coclé ont été celles d'un archéologue anglais, Richard Cooke, de 1969 à 1971. Il s'agit cette fois de fouilles stratigraphiques portant surtout sur la région de Nata et sur celle du río Santa Maria ; quand leurs résultats seront connus, on peut penser que les problèmes posés par l'établissement de chronologies culturelles dans les régions voisines de la baie de Parita et des llanos de Coclé seront grandement éclaircis3, peut-être aussi celui du raccordement de nos phases El Indio, la Cañaza et Bijaguales de Tonosi avec les phases du Nord de la péninsule que nous supposons contemporaines : Santa Maria, Coclé, Herrera. Des tessons provenant sans doute de poteries de Tonosi, en tout cas d'une technique et d'un style identiques, ont été trouvés par Cooke à Nata.

18En ce qui concerne la région montagneuse de la province de Coclé, je me bornerai à citer les travaux de deux amateurs, Neville et Eva Harto sur les tombes qui parsèment les pentes sud du Cerro Guacamayo (1958) et ceux de Matthew et Marion Stirling, à El Limon, dans la même région, au-dessus de Penonomé (1964). Les poteries funéraires trouvées dans ces tombes en forme de botte sont d'un type très particulier, en calice, et portent un décor plastique comparable au décor "scarifié" du Chiriqui. Sur la base de ces découvertes (et d'une découverte analogue faite par H. Feriz à Pueblo Nuevo, sur le bord du río Tabasara, dans le Veraguas) peut-être un peu minces et qui n'ont jamais été exactement datées (Pueblo Nuevo daterait de 340-45 av. J.-C.), on a supposé l'existence d'une "phase Guacamayo", extension de celle du "Bichrome en zones" et du "Scarifié" de l'ouest de Panama et du Costa Rica, aux provinces de Veraguas et de Coclé ; cette phase daterait donc environ de 300 ap. J.-C. Nous verrons que le vase caliciforme de type Guacamayo existe aussi à Tonosi, mais durant la phase El Indio qui serait plus tardive.

19En poursuivant vers l'est ce bref panorama de l'archéologie panaméenne, nous arrivons à la zone du Canal, fief des chercheurs nord-américains. Diverses découvertes, dont plusieurs nous intéressent, ont été faites par des amateurs autour du lac Madden qui alimente les écluses du canal. Le seul site sérieusement fouillé est une plage à l'ouest du canal, Venado Beach (Playa Venado) : des travaux au bulldozer y ont mis au jour, en 1950, un immense cimetière, qui fut ensuite exploité par Lothrop et par divers amateurs de la Panama Archaeological Society. Les articles publiés dont celui de Lothrop sur "le suicide, les sacrifices et les mutilations dans les sépultures de Venado Beach" - se bornent à décrire la disposition des sépultures et leur contenu ; l'étude générale du site est toujours attendue. Venado Beach doit être rapproché du sitio Conte de Coclé. Deux datations au C 14 ont donné des résultats contradictoires : 210 et 960 ap. J.C. La seconde est sans doute la plus proche de la réalité mais semble encore bien tardive.

20La partie de l'isthme s'étendant à l'est du Canal est encore pratiquement terra incognita du point de vue archéologique. Tout ce qui a été découvert et décrit jusqu'ici - par Linné, puis Mc Gimsey, pour le Darien, les chercheurs du Museo Nacional de Panama pour le río Chapo, par L. Biess pour Panama Viejo - semble très différent de ce que nous avons trouvé à Tonosi (sauf peut-être pour la phase la plus tardive) et ne nous intéresse donc pas directement.

21Vers l'ouest, toujours sur le versant pacifique, les deux provinces du Veraguas et du Chiriqui séparent la péninsule d'Azuero du Costa Rica. Faute de fouilles stratigraphiques, l'archéologie de la première en est encore à ses premiers balbutiements, bien qu'elle ait été l'une des plus pillées depuis un siècle. Le livre de Lothrop Archaeology of Southern Veraguas qui date de 1950, est basé sur l'étude de collections de musées et se borne à décrire la céramique non décorée (toutes les poteries polychromes étaient alors considérées comme provenant de Coclé) et les bijoux. En 1971, l'archéologue panaméenne Gladys Casimir a découvert près de Sona, au lieudit Las Huacas, un cimetière dont les tombes contenaient des vases polychromes très semblables à ceux de Tonosi que je décrirai plus loin comme "vases doubles". L'une de ces sépultures a été datée par C 14 de 405 ap. J.-C., date comparable à celle de la phase El Indio de Tonosi. Le fait surprenant est que ces poteries voisinaient avec d'autres vases polychromes de type Veraguas classique, c'est-à-dire en principe beaucoup plus tardifs, puisque l'on considère que cette dernière phase s'étend de 1200 à 1500 ap. J.-C. Cette découverte montre bien la fragilité des idées admises et la nécessité d'un nouveau départ, sur la base cette fois non de la fouille des sépultures, mais d'une stratigraphie précise des sites d'habitat.

  • 4 O. Linares de Sapir et Anthony J. Ranere (1971).

22La province de Chiriqui fait l'objet depuis quelques années d'études plus sérieuses. Elles ont d'abord été le fait de W. Haberland, qui fut le premier à définir les phases Aguas-Buenas et Concepción dont la céramique à décor "scarifié" et zones peintes en rouge est comparable à la céramique "bichrome en zone" de la péninsule de Nicoya du Costa Rica. La grande extension de cette phase pré-polychrome a été confirmée par les fouilles récentes d'Olga Linares et Anthony Ranere sur la côte pacifique (site de la Pitahaya) et dans la région montagneuse (Cerro Punta et abris sous roche du río Chiriqui ceux-ci ont aussi livré du matériel pré-céramique)4. Comme je l'ai dit plus haut, on pense aujourd’hui que cette "phase Scarifiée" - de 300 av. à 300 ap. J.-C. - a touché toute la partie ouest de l'isthme, les sites de Pueblo Nuevo, sur le río Tabasara, de Guacamayo et d'El Limon, dans la province de Coclé, devraient lui être rattachés. La région de Tonosi ne serait pas restée en dehors de ce grand courant si l'on admet, comme le fait O. Linares, que la céramique à décor plastique de la phase la plus ancienne de Tonosi est du pur "scarifié".

23Ce tour d'horizon rapide n'a, encore une fois, nullement la prétention d'être exhaustif ; il cherche seulement à rendre moins aride au lecteur non familiarisé avec l'archéologie panaméenne les chapitres suivants et à situer nos recherches dans l'ensemble de ces travaux.

24Le tableau ci-dessous illustre, dans l'état actuel de nos connaissances, la succession des phases culturelles dans les différentes régions de Panama à l'ouest du Canal.

Tableau 1 - phases culturelles (ouest de Panama)

Tableau 1 - phases culturelles (ouest de Panama)

Notes

1 par exemple, dans J. Ladd (1964), pp. 10 à 23

2 Il faut mentionner cependant une expédition des époux Stirling, relatée dans un article du National Géographic Magazine et la reconnaissance de Linné en 1927.

3 Ces problèmes avaient déjà été étudiés par J. Ladd grâce au matériel provenant d'une fouille stratigraphique du Sitio Conte. Cf. J. Ladd, 1957.

4 O. Linares de Sapir et Anthony J. Ranere (1971).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - phases culturelles (ouest de Panama)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search