Version classiqueVersion mobile

Archéologie du sud de la péninsule d'Azuero, Panamá

 | 
Alain Ichon

Chapitre Ier. Introduction géographique et historique

Texte intégral

1La courbe régulière en forme d'S couché que dessine l'isthme de Panama est interrompue par deux péninsules montagneuses qui s'en détachent vers le sud. L'une, celle de Sona - partie méridionale de la province de Veriguas - n'est qu'un rameau de la cordillère qui constitue l'ossature de l'isthme. L'autre, plus massive, rectangulaire, s'avance d'une centaine de kilomètres dans l'océan Pacifique. Les deux péninsules n'en étaient qu'une au Pléistocène : la courbe - 50 mètres du Plateau continental (Fig. 1) donne sensiblement le tracé de la ligne côtière au moment de l'émergence maximale, que l'on situe vers 9350 avant notre ère. Elles sont aujourd'hui séparées par le golfe de Montijo.

2La partie méridionale de la péninsule d'Azuero qui nous intéresse était encore une île au début du Pléistocène. Elle est presque entièrement occupée par un massif volcanique en forme de V, ouverture vers le sud-est. La branche ouest de ce V, d'axe nord-sud, qui constitue la Chaîne Occidentale, culmine au Cerro Cambutal, à 1559 m d'altitude. La branche est constitue le massif de Canajagua, dont le Cerro Quema n'atteint pas 1000 m.

3Les deux massifs enserrent une vallée triangulaire, formée d'alluvions et de dépôts quaternaires, qui est parcourue du nord-ouest au sud-est par le río Tonosi. Cette vallée, comprise lato sensu, constitue essentiellement notre zone d'étude ; celle-ci a été étendue vers l'ouest jusqu'à la vallée du río Guanico et à Cambutal ; vers l'est au piedmont du massif de Canajagua jusqu'au río Cañas et un peu au-delà.

La Côte

4Entre Punta Naranjas et le cap Morro de Puercos, la Chaîne Occidentale tombe dans la mer en falaises de lave abruptes. La plaine côtière et la plate-forme continentale sont presque inexistantes : à 5 km au large, la profondeur dépasse déjà 100 m.

5A partir de Morro de Puercos et de l'embouchure du río Guanico, au contraire, la côte devient basse et sablonneuse, bordée d'une ligne de récifs qui se découvrent à marée basse ; plages étroites de sable blanc, limitées par ces manzanillos vénéneux (Hippomans ap.) dont l'ombre même serait maléfique selon la croyance populaire.

6Un petit massif isolé, celui de Bucaro, sépare l'embouchure du río Guanico de celle du río Tonosi. Plus à l'est et presque jusqu'au río Cañas, sur une quinzaine de km, la côte est bordée d'une frange de palétuviers, large de 4 â 5 km. Une grande île allongée, Isla de Cañas, n'est en fait qu'une partie de la côte elle-même, séparée du continent par un réseau compliqué de bras de mer ou esberos (Planche 1).

7Entre Cañas et l'extrémité sud-est de la péninsule - Punta Mala - la côte redevient escarpée, irrégulière, avec des coulées de lave et quelques zones de palétuviers, limitées aux embouchures des ríos importants.

8Il est â noter dès à présent que la côte méridionale d'Azuero ne présente pas, comme la côte ouest de la péninsule ou comme celle de la baie de Parita au nord-est, ces vastes plaines sous-marines, découvertes à marée basse, qui se prêtent particulièrement à la récolte des mollusques marins. La zone de collecte est ici réduite â quelques dizaines de mètres, et ceci explique que les coquillages marins n'aient pu constituer un élément important du régime alimentaire des populations côtières ; d'où l'absence, dans notre zone de ces énormes amas de coquillages de plusieurs mètres de haut, appelés conchales, qui, au contraire, ne sont pas rares sur la côte du golfe de Montijo et dans la baie de Parita.

9Par contre, nous verrons que les zones de mangrove, ou manglar, apparemment peu propices à l'établissement humain, sont en réalité très riches en mollusques et en crabes, qui en font un lieu de collecte privilégié.

10D'autre part l'étroitesse de la plaine côtière, tout au moins à l'ouest de Morro de Puercos, ne favorise guère l'installation de villages importants, à moins que les éléments essentiels de subsistance ne soient demandés non à l'agriculture, mais à la chasse et â la pêche. Les pentes boisées du Cerro Cambutal devaient être - et sont encore - riches en gibier de toute espèce ; mais la rareté des terres cultivables impose aux habitants primitifs de s'installer au débouché des rivières, nombreuses il est vrai, qui coulent vers le sud.

Géologie (Fig. 2, A)1

  • 1 La plupart de ces renseignements sont tirés d'un projet d'aménagement de la vallée de Tonosi par d (...)

11On peut distinguer trois étapes géologiques :

  • la vallée même du río Tonosi, formée de dépôts quaternaires provenant de la décomposition de roches sédimentaires éocènes de la formation dite Bucaro. Au nord, à la charnière des deux massifs volcaniques qui la délimitent, la région de Bombacho sépare cette vallée de celle de Macaracas, dont les roches sédimentaires et volcaniques datent probablement du Miocène.
  • entre la vallée et les massifs montagneux, une zone en calcaire et de grès datant de l'Eocène supérieur. On trouve, dans la vallée même et le piedmont, des collines isolées de faible hauteur dont la forme conique très régulière évoque parfois une pyramide artificielle ; certaines ont été jadis utilisées comme cimetières : c'est le cas de la Loma de la Cañaza (Planche LVI) et de Chara (Planche II a). Ces collines sont appelées morros.
  • les deux massifs volcaniques (Chaîne Occidentale, Canajagua) sont formés de laves et de conglomérat datant du Crétacé-Eocène. Le premier paraît être un bloc faille, soulevé sur ses côtés sud et nord et incliné vers le nord-est ; il en est de même pour le massif de Canajagua qui, lui, est surtout soulevé sur son côté oriental. Le Cerro Quema est considéré comme un volcan pléistocène.

12Les roches sédimentaires qui ont formé la vallée du río Tonosi appartiennent à la formation Bucaro ; des plus anciennes aux plus jeunes : brèche volcanique à ciment calcaire (fragments usés de fossiles) ; ardoises noires et bleuâtres avec minces couches de grès ; grès bleu épais et grès calcaire jaune à foraminifères et mollusques.

13La falaise de lave andésitique de la côte sud, entre les caps Mariato (Punta Naranjas) et Morro de Puercos, ainsi que l'étroitesse du plateau continental, suggèrent l'existence d'une grande faille dans la mer. Près du río Horcones apparaissent, sous la lave, des ardoises et des schistes qui seraient du Crétacé, ou même plus anciens.

14A l'est de la plaine du río Tonosi le calcaire est en contact avec la lave qui couvre la zone jusqu'à Punta Mala. On trouve avec celle-ci un matériel pyroclastique abondant : agglomérés et tufs.

15L'origine volcanique de la région est parfois rappelée aux habitants par des secousses sismiques de faible importance. On garde le souvenir d'un véritable tremblement de terre vers le début du siècle, qui a entraîné des destructions matérielles. Certains on voulu expliquer par ces ébranlements sismiques l'état du matériel funéraire précolombien (céramique, metates) qui est généralement trouvé brisé, mais cette explication n'est guère convaincante.

16Les ressources minières de la région sont peu connues. On sait cependant qu'il existe d'assez nombreux gisements de houille, prospectés jadis par la Société des Charbonnages et Pétroles de l'Isthme.

Climat et Hydrographie

17Le climat est tropical humide avec deux saisons mien marquées (Amw'gi suivant la classification de Köppen). La saison sèche dure cinq mois, du début de décembre au début de mai ; la saison humide sept mois, de mai à décembre. Les précipitations annuelles pendant la première (Fig. 2, B) ne représentent que 5 % du total annuel, celui-ci variant de 1 500 à 3 000 mm avec une moyenne de 2 645 mm.

18Ce sont les vents dominant du nord-est, soufflant des Caraïbes durant les mois d'hiver, qui provoquent la saison sèche, les conséquences du régime des pluies sont importantes : la principale est l'irrégularité du débit des cours d'eau, qui sont sujets à de fortes crues en saison humide. Ces crues provoquent une érosion intense du lit même du río et des petits affluents, ou quebradas ; d'autre part elles déposent des sédiments sur les berges. Ces sols fertiles sont favorables à l'installation humaine.

19L'érosion des berges entraîne à la longue le déplacement du cours des rivières importantes ; le village de Tonosi, ainsi menacé, n'a pu être sauvé par le creusement d'un canal déviant le cours du río. Au point de vue archéologique, l'intérêt de ces phénomènes d'érosion est de mettre naturellement au jour les sites archéologiques installés le long des cours d'eau - et aussi, malheureusement, de provoquer leur disparition.

20Le cas est particulièrement net pour le río Tonosi, qui est formé de la réunion des ríos Guaniquito et Güera : principale rivière de notre zone, avec un cours de 55 km de long et un débit moyen de 553 millions de m3 par an. Ce débit - 18 m3 par seconde - n'est plus que de 2,6 m3/s en saison sèche (Planche II, b). Lors des grandes crues de la saison humide, il peut dépasser les 315 m3/s qui représentent la capacité maximale du lit du río, provoquant ainsi de graves inondations. On calcule qu'une crue de 2 200 m3/s a des chances de se produire tous les vingt ans, une crue de 2 800 m3/s tous les cent ans. En octobre 1966, la crue la plus forte atteignit la cote 14,4 m â Tonosi, inondant le village qui se trouve S une dizaine de mètres d’altitude et une zone de 2 500 ha. Le débit était alors de 2 000 m3/s.

21On conçoit que le problème principal soulevé par le projet de développement de la région ait été la régularisation du río Tonosi et de ses affluents et le contrôle des inondations par un système de barrages et de canaux d'irrigation. Le coût de de ce projet était estimé en 1966 à 4 millions de dollars.

22L'irrégularité des cours d'eau, enfin, les rend peu navigables, sauf pour les pirogues monoxyles locales. Jadis, des bateaux plus importants assuraient le transbordement des voyageurs et du matériel venant de Panama à Tonosi en remontant le cours inférieur du río sur environ 4 km jusqu'au lieudit Puerto Piña, qui était relié au village par une piste carrossable ; mais depuis la construction de la route asphaltée, ce mode de transport est abandonné et le lit du río s'est de nouveau ensablé.

Végétation et Faune

23C'est le domaine de la forêt tropicale humide. Par suite du relief tourmenté la forêt dense couvre encore de vastes espaces (Planche III, a), en particulier dans ‘la Chaîne Occidentale, où est installée, près de Cambutal, une importante exploitation de bois d'acajou. Dans les plaines, cette forêt "primaire" a pratiquement disparu, sauf le long des rivières où subsistent quelques lambeaux de forêt-galerie, hantés par les singes hurleurs ; l'espavo ou javillo (Anacardium excelsum) y domine.

24Bennetts (1968) estime que cette forêt (Mature forest) n'a guère été touchée par l'homme depuis l'occupation de l'isthme. Il distingue d'autre part une zone de forêt résiduelle, qui est en fait bouleversée par diverses formes d'exploitation humaine, dans le massif du Canajagua, et une zone de savane à herbe et palmier, correspondant aux bassins du Guanico, du Tonosi, au piedmont du Canajagua et à un couloir entre les deux massifs vers le nord.

25La pratique de la culture sur brûlés grignote chaque année ce qui reste de forêts dans les vallées et sur les pentes ; bien qu'une autorisation officielle soit en principe nécessaire pour défricher ainsi par le feu\une zone forestière, cette pratique est ὰ peu près incontrôlée (Planche III)

26La frange côtière de palétuviers, le manglar, constitue un domaine à part ; il est précédé d'une zone de marécages, secs à marée basse, et parfaitement nue ou portant une végétation basse de petits palétuviers aux feuilles chargées de sel. Ces alvines (Planche IV, c) conservent l'empreinte de tous les animaux sauvages qui les traversent et donnent ainsi des indications précieuses aux chasseurs.

27Le manglar (Planche IV) s'installe le long des rivières sinueuses qui descendent des pentes sud du Canajagua ; partant des vastes estuaires, véritables bras de mer, il remonte leur cours avec la marée, en doigts de gant, sur plusieurs kilomètres. On a l'impression qu'il gagne partout sur la terre ferme, en une lutte sournoise rythmée par la chute des grands arbres dont le sel ronge les racines. Nous avons découvert, en plein cœur du manglar, plusieurs sites archéologiques, complètement encerclés par les palétuviers et dont une partie, déjà, a dû disparaître. Les habitants de l'île de Carias confirment cette inexorable progression.

28Domaine de la boue et de ces minuscules moustiques appelés chitras, le manglar semble impropre à toute vie humaine ou animale ; on n'y rencontre guère en effet, comme mammifère, que le raton laveur (gato manglatero) qui se nourrit de crabes. La boue du manglar regorge par contre de crabes et de coquillages, dont le plus apprécié est la concha prieta (Anadara tuberculosa). Comme, d'autre part, la forêt qui borde le manglar possède une faune abondante, cette zone a priori hostile constitue en fait une "niche écologique" très favorable à l'établissement humain par les ressources alimentaires qu'elle lui offre. Il est étonnant de constater aujourd'hui à quel point ces ressources animales et végétales de la forêt sont encore connues et exploitées par une population qui n'a apparemment que fort peu ou pas de sang indien et dont le principal souci paraît être de la détruire. Deux de nos travailleurs ont pu ainsi me fournir en quelques instants une liste non limitative des produits de la forêt qu'ils consomment couramment. Dans le domaine végétal : Broméliacées comme le piru, la pinuela (Bromelia pinguin L.) ; noix de palma real (Schealia zonensis Bailey), arbre qui fournit aussi un vin très réputé ; noix de palma escoba (Acanthorrhiza) ; fruits du pejibaye (Guglielma gasipaes), du nance (Byrsonima crassifolia), du ciruelo (Spondias purpurea), du jobo (Spondias mombin), du javillo, du güavito (Inga adulis Mart.), de l'algarobo (Hymenasa courbaril L.), du Jaquey (Ficus citrifolia P. Mill), du caimito ou nispero (Achras ?), du palo de satro (Erythrina edulis) lianes comme la matamba (Desmoncus sp.), le bejuco de aqua (Vitis tiliasfolia), uvita (Bactus sp.), etc.

29Dans le domaine animal, la plupart des espèces sont ici représentées, à l'exception du tapir et du puma. Le jaguar n'existe plus que dans les coins reculés du Cierro Cambutal, mais on trouve partout plusieurs espèces de félins (Planche V) : ocelot ou manigordo (Felis pardalis), gato solo (Nasua narica), gato prieto ou macho (Felis yaguarundi).

30Les singes abondent, mais ne sont pas chassés : on leur attribue des attitudes et même des sentiments humains, par exemple le fait de chercher à séduire les femmes qui vont laver sur le bord des ríos. Trois espèces sont représentées : le singe hurleur, appelé gungun (Alouatta villosa), le carilla ou cariblanca (Cobus capucinus) et le charro (Ateles geoffroyi Planche V, b). Il y en aurait un quatrième : le titi (sans doute le Saquinus geoffroyi).

31A cette exception près, la plupart des animaux sont consommés. On connaît bien leurs mœurs, leurs habitudes et l'on en parle familièrement, comme de vieux amis, dont on fait les héros de contes, transposés de nos "romans de Renart" européens, dans lesquels chacun d'eux tient son rôle de futé, de naïf, de maladroit, de bouffon... Sur le plan alimentaire, les plus appréciés sont le cerf (Odocoilus virginianus ; le grand cerf, Mazama, a disparu, mais nos fouilles ont prouvé qu'il existait encore avant la Conquête espagnole,) ? le pécari, sahino (Tayassus pecari) et l'agouti (Dasyprocta punctata) qui, sous le nom de tio neque, tient à peu près le rôle du renard dans nos contes ; le paca, conejo pintado (Cunicula paca) ; le conejo mulato (non identifié), le tatou, armado (Dasypus novemcinctus), l'écureuil, ardilla (Sciurus), la sarigue, zorra (Didelphis marsupialis), etc.

32On note que plusieurs espèces, dont Bennetts signale la disparition récente à la suite de la déforestation (raton laveur, paca, agouti, tatou, opossum) sont en fait bien vivantes.

33Important est le rôle alimentaire de l'iguane et ce dès l'époque précolombienne comme l'attestent les chroniques. La chair et les œufs sont considérés comme un régal, ce qui provoque une hécatombe des femelles ; les mesures de protection prises jusqu'ici semblent bien peu efficaces pour éviter la disparition de l'espèce.

34Les tortues fournissent une chair très appréciée. Les œufs sont aisément découverts dans le sable grâce aux traces laissées par l'animal quand il regagne la mer ; ils peuvent se conserver séchés. La chair de tortue constituait le plat de résistance des pirates basés sur l'île de Coiba au xviie siècle.

35On trouve encore quelques caïmans, dont certains de belle taille, dans les esteros et le cours inférieur du río Tonosi. Cet animal devait être autrefois plus abondant ; on peut estimer qu'il a inspiré, avec le singe, la grenouille et peut-être l'iguane, la plupart des représentations zoomorphes sur les poteries ou les bijoux précolombiens.

36Je ne citerai que pour mémoire les innombrables espèces d'oiseaux, dont la plupart sont comestibles.

37Les restes animaux trouvés dans les dépotoirs ou basureros précolombiens prouvent que le poisson occupait aussi une place importante dans le menu des indigènes avant la Conquête ; les becs osseux des poissons de la famille des Tetradontides (sans doute Tetraodon hispidus) sont les plus communs, peut-être parce qu'ils se conservent mieux.

38Les mollusques, enfin, étaient très communément consommés - ils le sont encore - bien que, comme nous l'avons vu plus haut, cette ressource alimentaire soit ici moins essentielle que dans d'autres régions côtières de la péninsule. Nous n'avons découvert que peu d'amas de coquilles et leurs dimensions sont modestes en comparaison des conchales de Mariato ou de Monagrillo. Les coquillages du Manglar y sont plus abondants que ceux de la mer (voir plus loin la description du conchal de Bucaro)

Les Sols (Figure 3)

39La carte de la figure 3 a été établie d'après les documents de la Réforme Agraire (feuilles au 1/20 000o 11 A et B, 12 A et B). Je n'ai distingué que sept catégories de sols :

  1. Sols provenant de roches volcaniques ignées.
    Les pentes vont de 45 à 75 %. Non cultivables, ils ne peuvent être utilisés que pour les forêts et les pâturages.
  2. Sols provenant de roches sédimentaires : grès.
    De texture argileuse fine, ces sols sont cultivables lorsque la pente n'excède pas 8 %, avec des limitations sévères dans le choix des plantes cultivées.
  3. Calcaire.
    Les pentes sont de 3 à 8 %, l'érosion est faible, le terrain assez rocailleux. Sols cultivables avec de sévères limitations.
  4. Terrasses fluviatiles.
    Argile fine. Pentes de 8 à 20 %. Elles sont généralement cultivables avec des limitations sévères dans le choix des cultures ou leur traitement.
  5. Plaines alluviales
    Argile fine, sols très profonds (plus de 150cm), de pente inférieure à 3 %, légèrement acides et hautement fertiles. Ce sont les terres cultivables par excellence, avec cependant quelques limitations dans la sélection des plantes.
  6. Manglar et surfaces couvertes à marée haute.
    Non cultivables. Domaine de la forêt de palétuviers,
  7. Plages marines.

40On peut, en résumé, classer les terres en trois catégories :

  • fertiles dans les plaines d'alluvions constituées par les ríos Guanico, Tonosi et les ríos moins importants descendant du massif de Canajagua.
  • cultivables pour des plantes à courte période végétative (mais, riz, haricot) mais plutôt favorables à l'élevage, les sols moins profonds (45 à 85 cm) des vieilles terrasses alluviales, soumises à l'érosion par suite de leur pente.
  • favorables à l'élevage extensif et à la forêt les sols argileux résiduels des régions montagneuses, de 20 à 400 m d'altitude.

41Selon Roque Lagrotta Garces (1967), ces trois catégories représentent respectivement, pour le seul bassin du río Tonosi, 35,9 %, 9,3 % et 33,3 %, tandis que les plaines côtières stériles et le manglav couvrent encore 21,5 % de la superficie totale. Au total, avec 45,2 % de terres cultivables, le bassin du río Tonosi peut être considéré comme relativement favorisé par rapport à d'autres régions de l'isthme. Les cultures sont essentiellement le riz, qui donne deux récoltes par an dans les plaines, et le maïs. Une bonne partie des terres cultivables est consacrée à l'élevage (36 % pour le bassin du Tonosi). D'autres cultures sont possibles et ont été envisagées (haricots, coton, tomate, canne à sucre, fruits et légumes) mais les problèmes de liaisons et de débouchés sont pour le moment insolubles.

Peuplement actuel

42La population actuelle du district de Tonosi ne peut être considérée comme descendant des Indiens qui occupaient la même zone d'habitat avant la conquête espagnole ; il n'est pas sans intérêt cependant de voir comment elle s'est adaptée à cet environnement dans des conditions qui ne différaient guère, au début tout au moins, de celles régnant il y a cinq siècles.

  • 2 d'après le Folleto Los Santos Herrera

43Isolée du nord de la péninsule d'Azuero par une barrière montagneuse, la vallée de Tonosi n'a été occupée que tardivement. Si la création du district date de 1882, il n'y avait encore, en 1940, que 621 habitants, dont 378 dans le village même2. Faute de voies de communication avec le Nord, il fallait arriver par la mer, débarquer à Bucaro où, par suite des hauts fonds, les bateaux ne pouvaient accoster - femmes et enfants étaient portés à dos d'homme jusqu'au rivage - puis remonter en barque le río Tonosi jusqu'à Puerto Piña, qui n'était plus qu'à 4 km du village.

44Cette époque héroïque est passée : depuis 1964 une route asphaltée relie Tonosi au reste du pays par Macaracas, Los Santos, Chitré. Elle met Tonosi à 350 km et environ six heures de la capitale.

45Déjà, dans les années précédentes, on assiste â une rapide croissance de la population qui double de 1950 à 1960, passant à 4 086 habitants : 6 hab. au km2, soit une augmentation de 31 pour 1000, la plus forte du pays. Le chiffre actuel, en 1970, serait de 8 179 habitants.

46Tonosi est en effet devenu un centre d'immigration pour les habitants du Nord de la péninsule, en particulier pour les Santeños de la région Los Santos-Guararé, qui se trouvent à l'étroit sur leurs terres (la densité atteint 32,2h. / km2) par suite de l'extension des pâturages et doivent s'expatrier pour survivre. Jusqu'ici la plupart étaient tentés par les terres vierges mises â leur disposition dans la partie orientale de la province de Panama, vers Chepo. Beaucoup maintenant trouvent â Tonosi des terres plus proches relativement fertiles, où de grandes surfaces étant encore del gobierno sont susceptibles d'appropriation par simple occupation et mise en valeur du sol. D'après le recensement d 1960, vingt-sept seulement des exploitations, sur un total de 1 670 (soit 3 800 ha. sur les 55 000 cultivés) disposent de titres légaux de propriété, c'est-à-dire que 95 % des terres exploitées appartiennent à l'Etat.

47Cette faculté d'acquérir la possession de la terre simplement en la défrichant et en la clôturant est évidemment la principale cause de l'immigration. Elle présente cependant des inconvénients : l'absence de titre légal de propriété rend difficile sinon impossible l'obtention de crédits délivrés par les organismes officiels pour le développement de l'agriculture et de l'élevage, c'est dire que la première reste encore d'un niveau technique très bas, du "type machete".

  • 3 Enquête de R. Lagrotta Garces (1967), déjà citée.

48Deux chiffres montrent l'importance de ce courant d'immigration : en 1967, 41 % de la population venait de l'extérieur et il y avait 117 hommes pour 100 femmes3.

49Une autre caractéristique de notre zone est le pourcentage élevé des fincas de grande superficie : 133 exploitations représentant 30 % de 1'ensemble.

50Le maïs et surtout le riz sont les deux productions principales. Les rendements sont bas : 26 quintaux à l'hectare pour le riz, 20 pour le maïs. Il faut citer aussi les haricots (frijoles), le tabac, la canne à sucre, l'igname, la yuca et les bananes que l'on mange frites. Ce sont là en général des productions destinées à la consommation familiale : seul le bétail se vend. L'éleveur représente seulement 4 % de la population rurale - contre 88 % pour l'agriculteur - mais aussi l'élément le plus riche et le plus dynamique. L'accaparement des terres agricoles pour l'élevage se déroule ici selon un processus immuable, décrit dans bien d'autres pays de l'Amérique Latine.

51Il y a, bien sûr, d'autres problèmes. Le principal est le manque de voies de communication. La route asphaltée Chitré-Macaracas-Tonosi, dont l'état empire chaque année faute d'entretien, a été prolongée jusqu'à Caftas en 1969 ; il est prévu qu'elle doit atteindre Pedasi, bouclant ainsi le Sud de la péninsule. Il n'existe par ailleurs que des chemins de terre, impraticables en saison des pluies et qui doivent être remis en état chaque année au bulldozer. Ces pistes mènent de Tonosi à Cambutal et Horcones (exploitation du bois), à Bucaro, à Buenos Aires, à Chara et río Viejo ; une autre suit le río Guanico de l'embouchure à El Jobero. Leur durée d'utilisation, et même leur tracé, peuvent varier considérablement d'une année à l'autre.

52Reste l'avion, stationné à Tonosi, seul moyen de liaison durant la saison des pluies avec les villages isolés dont beaucoup disposent d'une piste d'atterrissage.

53Si, dans l'ensemble, l'évolution est encourageante, le niveau de vie de la population peut encore paraître à l'étranger remarquablement bas. Il note que, dans le chef-lieu même, 70 % de la population n'a ni eau courante, ni sanitaire ; que la plupart des foyers ne peuvent s'offrir le luxe d'une ampoule électrique (le générateur de 60kw est installé depuis dix ans) ; que les toits de palme sont encore en majorité et que, lorsqu'ils sont abandonnés - parfois pour des raisons "esthétiques" et à l'instigation des autorités : la chaumière est symbole de sous-développement - c'est pour faire place à la tôle étouffante. Au-delà de ces signes extérieurs de pauvreté, on constate que les ressources sont rares, le régime alimentaire généralement insuffisant et peu équilibré : la consommation de viande, de poisson et d'œufs est très faible et nous avons vu que pour pallier ce manque de protéines, on fait volontiers appel aux ressources naturelles, animales et végétales, fournies par la rivière et la forêt.

54D'une population ainsi déracinée, on ne peut guère attendre une grande fidélité à ses traditions techniques. L'artisanat est presque inexistant : les femmes ne tissent pas et la fabrication des poteries a cessé depuis une trentaine d'années. Le tressage des chapeaux de paille est une activité peu importante. C'est encore dans le travail du bois - pirogues, mortiers et pilons... (Planche VI) - à l'aide souvent de son seul machete, que l'homme de Tonosi se montre le plus habile de ses mains.

Histoire

55Cette population moderne de Tonosi vit dans des conditions qui rappellent sans doute beaucoup celles des anciens occupants. Pourtant elle est d'arrivée récente et le métissage indo-espagnol - comme d'ailleurs négro-espagnol - semble avoir été très limité. Le type humain de Tonosi, comme celui de Pedasi, sur la côte est, rappelle parfois étrangement celui du paysan de Castille ou d'Andalousie (Planche VI d).

  • 4 Voir par exemple celle publiée par The Arahaelogical Society of Panama no 2, 1965, Panama

56Nos connaissances sur la situation politique, sociale et technoéconomique de cette zone au moment de la Conquête, comme sur la date et le caractère de la première occupation expagnole, sont fort minces. Une compilation des historiens de la Conquête (Herrera, Andagoya, Gomara, Las Casas, Oviedo, Martyr...) a permis d'établir des cartes de répartition des tribus ou des chefs indigènes au début du xvie siècle4 mais elles sont en général peu précises et sujettes à caution. Pour la région qui nous intéresse, les noms qui reviennent le plus souvent sont ceux des Tonocos, sur la côte, entre les ríos Tonosi et Oria ; des Guani, à l'embouchure du Guanico ; des Quema et Hüera, ou Güera, plus au nord. Ces noms sont conservés dans la toponymie actuelle, qui est extrêmement pauvre en termes indigènes.

57Bien qu'en principe indépendantes, ces tribus, dirigées par un cacique, le quevi, et un chef de guerre, le cabra, étaient subordonnées à un "super-cacique" le tiba, qui régnait en fait sur une région géographique assez vaste. Certains quevi ou tiba s'illustrèrent dans la lutte contre l'occupant et leur nom a été conservé par l'histoire : Urraca pour le Sud de Veraguas, Nata dans la région de Codé, Parita (ou Paris) pour le Mord de la péninsule d'Azuero. D'après Oviedo, le domaine de Parita s'étendait de la Punta de Chamé, au nord, jusqu'à la Punta de Güera au sud, celle-ci correspondant soit à l'actuelle Punta Mala, soit à la Punta de Higuera, nom donné à l'embouchure du río Guanico sur la carte de Juan Lopez, qui date de 1785. Il est plus probable que Parita régnait seulement sur la partie nord et sur la côte est d'Azuero, jusqu'à Pedasi. Quant au bassin du Tonosi, peut-être existait-il un semblant de confédération entre Tonocoa, Guani, Quema et Hüera. Ce dernier cacique aurait alors coiffé l'ensemble, puisque, comme nous le verrons, c'est lui qui signa le traité d'allégeance avec les Espagnols en 1 522, pour toute la région qui s'étend du río Güera à la mer.

58C'est en 1502 que Christophe Colomb avait pris pied pour la première fois sur la côte atlantique de l'actuelle province de Veraguas. Par la suite, sous l'adetantado Vasco Nuñez de Balboa, les Espagnols s'intéressèrent plus à la partie orientale de l'isthme, Panama et Darien,-c'est seulement à partir de 1515, avec le fameux Pedrarias (Padre Aroas de Avila) succédant à Balboa, qu'auront lieu les premières tentatives de pénétration, les entradas vers 1'"intérieur" (c'est encore le nom donné à la partie ouest de l'isthme). Elles se heurtèrent à une vive opposition de la part des tribus locales menées par des chefs aux vertus guerrières confirmées. Gonzalo de Badajoz, en 1515, ne put dépasser Nata.

59Son expédition devait se terminer en désastre : ayant voulu s'attaquer au grand chef Parita, sa petite troupe (il n'avait pas de cavalerie) ne put résister à l'assaut des 3 000 guerriers indigènes et dut battre en retraite ; elle laissait sur le terrain 70 morts, l'énorme butin d'or amassé depuis le début de l'expédition, tout son équipage ainsi que les quelque 400 Indiens emmenés comme esclaves.

60Cette grave perte de prestige, qui entraîna la rébellion des Indiens de Nata jusqu'ici soumis, ne pouvait être tolérée. Les expéditions suivantes, dirigées cette fois par le Licenciado Gaspar de Espinosa, se fixèrent pour noble but la vengeance des Espagnols tués ou blessés au combat contre Parita et - surtout - la récupération du trésor de Badajoz, oubliant que ce trésor n'était que le fruit de la spoliation et du pillage des indigènes. Ces entradas sont décrites en détail par Espinosa lui-même dans ses rapports au roi d'Espagne et par son compagnon Pascal de Andagoya.

61En 1516, Espinosa installe sa base opérationnelle à Nata et envoie des émissaires à Parita pour tenter de le convaincre de se rallier et de rendre le trésor de Badajoz. Mais le grand chef a réussi à former, avec d'autres tribus jusqu'ici hostiles, une sainte alliance contre l'envahisseur : il reste intraitable. Le combat a lieu sur le río Grande et tourne à l'avantage des Espagnols ; les troupes de Parita subissent de lourdes pertes, mais le chef lui-même échappe à ses poursuivants et disparaît.

62C'est toujours à la recherche de Parita et de son trésor que Espinosa et ses lieutenants vont maintenant parcourir la plus grande partie de la péninsule d'Azuero, et en particulier la partie sud qui nous intéresse. Jeronimo de Valenzuela est envoyé à Guararé, avec mission de trouver des arbres pour construire plusieurs embarcations. Diego de Albites, avec cent hommes, pousse jusqu'à la province de Querna (sans doute Querna) dont le cacique révèle, sous la torture, l'endroit où est cachée une partie du trésor de Badajoz. L'expédition poursuit, à la fois par terre et par mer, grâce aux énormes canots pouvant porter soixante hommes construits à Guararé, sa pénétration vers la province de Hüera qu'elle atteint en quatre jours. C'est à cette date qu'on peut donc fixer avec certitude l'arrivée des Espagnols dans le bassin du Tonosi ; le détachement terrestre, avec Espinosa, dut franchir directement la partie est de la Sierra de Canajagua, entre Guararé et Tonosi, tandis que la flottille (commandée par Bartolomé Hurtado) contournait le cap de Punta Mala et se présentait à l'embouchure du río Tonosi.

  • 5 "et là-bas il y avait si peu à manger que nous ne pûmes le supporter d'aucune façon, et pour conti (...)

63Mais la région est décevante : "Alli habia tan poco de comer, que no nos pudimos sufrir en ninguna manera, pues para pasar adelante, era la tierra tan aspera y la sierra y montañas tan grandes, que nos decian los indios que alli tomamos, que de alli en adelante no habia camino por tierra, porque era la tierra muy aspera, salvo por la mar en canoa...5." Aussi Bartolomé Hurtado est-il chargé de poursuivre la reconnaissance par voie maritime vers l'ouest en relevant le tracé de la côte à la boussole ; l'embarquement se fait au port baptisé Puerta de la Surjas (peut-être l'actuel Bucaro ?). La flottille reconnaîtra la côte ouest de la péninsule, le golfe de Montijo et les îles de Cabaco et de Coiba. Le gros de l'expédition, avec Espinosa, regagne non sans mal car le ravitaillement fait cruellement défaut, le Nord d'Azuero et sa base d'Usagana, à l'ouest de Parita.

64En janvier 1517, la première expédition d'Espinosa peut être considérée comme terminée : le conquistador reprend la route de Darien avec 80 000 pesos d'or et 2 000 esclaves, après avoir exploré la quasi-totalité de la péninsule d'Azuero. Mais Parita lui a échappé, avec une partie du fameux trésor.

65Compte tenu des résultats médiocres obtenus par Espinosa dans la vallée de Tonosi-pauvreté en ressources alimentaires, probablement aussi, bien qu'il n'en parle pas, en or et en esclaves ; isolement géographique de la zone - il est probable que les Espagnols la délaisseront désormais, se contentant de mouiller aux endroits favorables de la côte. Ce fut sans doute le cas de l'expédition de 1520 qui comprenait un détachement terrestre, commandé par Francisco Pizarro, et deux bateaux avec Espinoza, qui doublent la Punta Mala, longent la côte sud d'Azuero, s'engagent dans le golfe de Montijo et, après une escarmouche qui faillit se terminer très mal contre le cacique Urraca dans le Sud du Veraguas, poussent jusqu'à la province de Burica, sur la frontière du Costa Rica actuel.

66En 1522, Nata est définitivement choisi comme la base opérationnelle, le centre colonisateur, d'où seront poursuivies la reconnaissance et la conquête de 1'"Intérieur". L'acte de fondation de la ville date de cette année 1522. On y voit pour la première fois mentionné dans un acte officiel le nom du cacique Hüera, dont la suzeraineté sur toute la région de Tonosi est reconnue et à qui on laisse les mains libres pour l'administrer. Cet acte important montre le rôle joué par ce "super-cacique" dans la coalition des tribus méridionales d'Azuero et confirme d'autre part le faible intérêt porté par les Espagnols à cette région marginale. Tonosi retombe alors dans l'oubli de l'Histoire ; il n'en sortira que vers la fin du xixe siècle. Entre temps, et bien que la région située en dehors de la zone de colonisation n'ait été le siège d'aucun établissement espagnol important, il est probable qu'elle se dépeuple très vite - en quelques décennies - les Indiens survivant se replient vers les montagnes du Veraguas. Quand la région sera réoccupée, trois siècles plus tard, par les colons espagnols cette fois, la population indigène a disparu : les fouilles archéologiques, comme l'absence presque totale de toponymes indiens, confirment le fait.

67Comment expliquer cet exode ?

  • 6 Cf. Castillero Calve A., 1968

68L'expansion coloniale à partir de Nata s'était faite en deux temps6 :

  • en 1558, à la suite de la suppression des encomiendas qui interdit l'emploi de la main d'œuvre indigène, la grande propriété éclate et les groupes familiaux émigrent à la recherche de terres cultivables, vers Los Santos (Todos los Santos) qui est fondée en 1569 et le long des ríos Perita et La Villa.
  • en 1559, à la suite cette fois du déclin des mines d'or de Concepcíon (sur le versant atlantique du Veraguas) qui prive les éleveurs-agriculteurs de Nata et de Los Santos de leur principal débouché, une nouvelle poussée a lieu le long de la côte est jusqu'à Pedasi.
  • 7 D'après 1'Oidor Alonso Criado de Castilla, cité par Ruben D. Car los, 1959.

69A aucun moment, on le voit, cette expansion ne vise le bassin du Tonosi, qui devait être alors presque entièrement boisé : elle se fait le long des savanes côtières. Tonosi n'a probablement connu l'occupant espagnol que sous deux aspects : celui des raids des colons de la région de Los Santos, sur le modèle de celui d'Espinosa en 1516, raids destinés principalement à se procurer de la main-d'oeuvre servile, au moins jusqu'en 1558 : et celui des petites installations temporaires à 1'embouchure des ríos destinées soit à l'exploitation de gisements aurifères, soit à l'approvisionnement des navires qui y faisaient escale. Pour le golfe du Montijo, nous avons le témoignage de l'un de ces postes, le Campamento de Mariato où résidaient en 1575 "une demi-douzaine de colons espagnols avec à leur service des équipes d'esclaves noirs pour le travail des mines"7. Aucun texte ne mentionne de tels "campements" pour Tonosi et les cartes du XVIIIe siècle ne portent aucun nom de village ; les toponymes de la carte de Juan Lόpez sont tous espagnols et se bornent à désigner les accidents de la côte : caps et îles. Deux mouillages sont indiqués par des ancres : l'un pourrait correspondre à l'actuelle baie de La Marinera, à l'embouchure du Guanica, l'autre à la baie de Bucaro, juste au sud de l'embouchure du Tonosi. Il est fort possible que des petits campements aient été installés en ces deux points ; nous en avons trouvé les traces au moins à Bucaro, avec, mélangés à la céramique indigène, des objets coloniaux tels que poteries faites au tour, verre et plombs de chasse.

  • 8 Ruben D. Carlos, op. cit.

70Il faut ensuite attendre jusqu'à 1860 pour qu’il soit fait mention de notre zone. Las Madres Viejas - 1'actuel village de Tonosi - n'est alors qu'un hameau peu engageant "... quelques cases éparpillées, une population vivant misérablement, en proie à la maladie. La plupart des habitants étaient des malfaiteurs qui avaient fui jusque-là par peur de l'action de la justice"8. Un premier contingent d'immigrants, venant de Los Santos, Pedasi, Macaracas s'y installe, attiré par la fertilité du sol ; l'un d'eux, plus entreprenant, a l'idée d'installer une fabrique de chaux à partir du calcaire local. Grâce à cet embryon d'industrie, au cabotage marin et à l'élevage, la région se développe et attire d'autres immigrants. C'est en 1882 que le district de Tonosi est créé et que le chef-lieu prend son nom actuel de Tonosi.

Notes

1 La plupart de ces renseignements sont tirés d'un projet d'aménagement de la vallée de Tonosi par drainage et irrigation, établi en 1966, qui n'a abouti jusqu'ici à aucune réalisation concrète. Cf. Bibliographie "Consultores... etc.".

2 d'après le Folleto Los Santos Herrera

3 Enquête de R. Lagrotta Garces (1967), déjà citée.

4 Voir par exemple celle publiée par The Arahaelogical Society of Panama no 2, 1965, Panama

5 "et là-bas il y avait si peu à manger que nous ne pûmes le supporter d'aucune façon, et pour continuer notre route, la terre était si rude, la montagne et la forêt si hautes, que les Indiens pris sur place nous dirent qu'il n'y avait aucun chemin par voie de terre et qu'il fallait continuer par mer en canot..."

6 Cf. Castillero Calve A., 1968

7 D'après 1'Oidor Alonso Criado de Castilla, cité par Ruben D. Car los, 1959.

8 Ruben D. Carlos, op. cit.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search