Version classiqueVersion mobile

Archéologie du sud de la péninsule d'Azuero, Panamá

 | 
Alain Ichon

Introduction

Texte intégral

1Les trois campagnes de fouilles de la Mission archéologique française au Panama se sont déroulées de novembre 1967 à février 1970. Elles étaient subventionnées par le Centre national de la Recherche scientifique et par la Commission des Fouilles et Recherches archéologiques.

2Cette mission a vu le jour grâce à MM. Guy Stresser-Péan, directeur de la recherche coopérative sur programme ns 48, Albert Chambon, ambassadeur de France à Panama et à la doctora Reina Torres de Arauz, directrice du Centro de Investigaciones Antropológicas de l'Université de Panama.

3C'est pour moi un devoir agréable de remercier ici, soit pour leur participation active aux fouilles, soit pour leur visite, leurs conseils ou leur aide matérielle : le Dr Olga. Linares de Sapir, de l'Université de Pennsylvanie, qui vint plusieurs fois nous voir sur le terrain, examiner notre matériel et qui voulut bien corriger ce manuscrit ; l'archéologue Richard Cooke, chargé de recherches dans les "Llanos de Coclé" par l'Institut d'Archéologie de Londres ; le Pr. Carmelo González, qui participa à la première campagne ; le Pr. Raul González, du Centro de Investigaciones Antropológicas, dont l'aide à El Indio et à Guaniquito au cours de la seconde nous fut précieuse, et qui me communiqua les résultats de ses propres fouilles à El Cafetal ; ma femme Françoise Pépin Lehalleur ; Jean-Pierre Courau, pour ses relevés topographiques et ses photos d'El Indio et de Guaniquito, la seconde à El Indio et dans les régions Los Santos - Guararé ; l'ingénieur Jean Canavaggio, chargé de la construction de la route Tonosi - Cañas, dont l'intervention nous permit à plusieurs reprises une fouille de sauvetage des sites archéologiques voués à la destruction ; le Pr. Roberto de La Guardia, rédacteur du Boletin del Museo Chiricano de David et le Dr. Mendez, directeur du Museo Nacional de Panama, enfin nos travailleurs - de deux a dix - recrutés à Tonosi ou dans les villages voisins, dont plusieurs me suivirent d’une campagne à l'autre et dont l'un, Jacinto Almendra, s'est par la suite spécialisé et travaille aujourd'hui pour le Museo Nacional.

4En France, plusieurs laboratoires, dont la plupart dépendent du C. N. R. S. ont bien voulu participer à l'étude du matériel. Le Centre des Faibles Radio-Activités de Gif-sur-Yvette (Mme Delibrias) s'est chargé des analyses de carbone 14 ; le Laboratoire d'Anthropologie préhistorique de Rennes (MM. Giot et Bourhis) de l'analyse d'un échantillon de métal ; le Laboratoire du Centre des Etudes romaines et gallo-romaines de Lyon (M. Picon) a tenté d'élucider quelques problèmes posés par la céramique ; la Section de Paléontologie humaine et de Préhistoire de la Faculté des Sciences de Marseille (M. de Lumley) a identifié le matériel lithique ; l'Institut d'archéologie méditerranéenne d'Aix-en-Provence m'a aidé à résoudre les questions matérielles de dessin et de reproduction.

5Les pièces rapportées de Panama avec l'accord du gouvernement panaméen (environ deux cents objets : céramique, pierre, coquillage, métal) ont été déposées au Musée de l'Homme, où elles constituent la collection no 70-28 du Département d'Amérique.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search