Version classiqueVersion mobile

Archéologie du sud de la péninsule d'Azuero, Panamá

 | 
Alain Ichon

Avant-propos

Texte intégral

1La présente étude, résultat de trois campagnes de fouilles à Panama, de 1967 à 1970, date de 1972. Pour des raisons indépendantes de notre volonté, elle n'a pu être publiée plus tôt.

2Depuis cette date, l'archéologie panaméenne n'est pas restée inactive, grâce aux travaux, entre autres, de Richard G. Cooke dans la province de Coclé, d'Anthony J. Ranere pour la période précéramique, et d'Olga F. Linares dont l'approche originale, basée sur l'écologie humaine et l’interprétation des "systèmes iconographiques", utilise en bonne part notre matériel des phases El Indio et La Cañaza de Tonosi.

3Pour une mise à jour du chapitre 2 du présent ouvrage, qui est un bref historique des recherches archéologiques à Panama, nous conseillons au lecteur l'excellente introduction d'Olga Linares à son étude : Ecology and the Arts in Ancient Panama. On the development of social rank and symbolism in the central provinces (1977)

4Ces recherches récentes ne semblent pas remettre fondamentalement en cause la chronologie culturelle que nous avons établie pour le Sud de la péninsule d'Azuero. Toutefois, il faut noter qu'Olga Linares date de 1 000 à 200 av. J.-C. sa période formative tardive ("Scarifiée"), à laquelle se rattache indéniablement le complexe céramique de la phase la plus ancienne de Tonosi, baptisée phase Bucaro ; or, nous avons daté cette phase culturelle du début de notre ère à 200 ap. J.-C. environ, sur la foi, il est vrai, d'une seule datation de C-14 (20 ± 110 ap. J.-C.). Il semblerait donc qu'elle soit un peu plus tardive à Tonosi, ce qui n'est pas pour surprendre, vu le caractère en "cul-de-sac" de cette région.

5D'autre part, bien que la céramique de notre phase El Indio présente sans nul doute des affinités avec celle du groupe Aristide et de la phase Santa María dans le Nord de la péninsule, datée de 200 av. à 500 ap. J.-C. par O. Linares, nous n’avons pas de preuve que ce style polychrome ancien soit apparu à Tonosi avant le IIIe siècle de notre ère.

6Si la beauté et la puissante originalité de la céramique polychrome d'El Indio sont aujourd'hui des faits reconnus, le problème de son origine reste entier. Malgré les critiques qui m'ont été attirées par des hypothèses exagérément diffusionnistes, je persiste à croire que cette origine ne peut être locale et qu'il faudrait la rechercher en Amérique du Sud, peut-être jusqu'au Pérou.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/6123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search