Version classiqueVersion mobile

Tratado de hechicerías y sortilegios de Fray Andrés de Olmos

 | 
Georges Baudot

De la participation diabolique

Texte intégral

Chapitre XI : où il est dit comment le Diable avilit celui qui se voue à lui

1Bien que les méchants prennent beaucoup de plaisir à faire ce que commande la méchanceté puisque leur vie corrompue leur procure un grand plaisir, à cause de cela le Diable se moque bien des gens, mesquinement, par un adultère, de sorte qu'il pourra bien, avec son lacet, avec sa corde, précipiter quelqu'un, le renverser. Et dès qu'il est tout à lui, il le respecte très rarement ; afin de déshonorer un homme, il se transforme de sorte qu'il lui apparaîtra sous les traits d'une femme belle. Il apparaîtra également à une femme sous l'aspect d'un bel homme. Voici ce que disent les savants appelés Docteurs :

2Quand il est un homme, le Diable est appelé Incube. Et quand il se change en femme, son nom est Succube. Bien qu'en [Sup.6. ge] vérité le Diable déshonore ainsi quelqu'un dès qu'il a des relations avec lui, aussitôt il n'est pas satisfait pour autant, bien qu'il ait des relations avec quelqu'un, car il n'a pas de présence charnelle, il n'est pas semblable à celui qui vit, dès qu'il se réjouit auprès de quelqu'un, bien qu'il le déshonore, car il est bien un esprit, il n'a pas de corps. Mais quand il saisit le corps, le Diable est bien content d'avoir ainsi perverti celui avec lequel il a des relations. Aussitôt son corps ne sera plus réel, il aura une forme illusoire. C'est pour cela qu'il ne lui sera [Au. sup XII ad] aussitôt pas possible de connaître la joie, comme se réjouissent un homme ou une femme quand ils s’unissent. Mais les méchants, eux, vivent ainsi auprès du Diable quand il s'unit à eux. Il s'en réjouit extrêmement car le Diable connaît bien la perversité ; alors sera fait cela, ainsi qu'il est écrit, pas convenable du tout. Ils seront avilis, on n'en dira pas plus pour que personne ne se trouble. Car c'est épouvantable.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search