Version classiqueVersion mobile

Tratado de hechicerías y sortilegios de Fray Andrés de Olmos

 | 
Georges Baudot

Comment on peut hériter le commerce du diable

Texte intégral

1/fol. 407 r/

Chapitre X : où il est dit comment s'emportera contre quelqu'un celui qui se lie d'amitié avec le Diable

2Souvent, quelques personnes se consultent et disent : certes, le sorcier laissera dans les mémoires sa tyrannie, son hypocrisie, sa méchanceté, car il se voue au Diable. On dit qu'il pourra transmettre cela à quelqu'un, l'en doter, l'en couvrir, dès qu'il l'approchera de lui, alors il le lui communiquera, il l'aveuglera. Seulement aussitôt nul ne sera trompé. Ce tribut ne pourra être pris, si ce n'est délibérément, par la seule volonté du méchant, de sorte qu'il se fera volontairement une règle de conduite de la malfaisance ; en public ou à l'écart, ou en secret, il se vouera donc au Diable, de sorte qu'il prononcera un vœu vers lui qu'ainsi personne ne connaîtra. Pour que personne ne soit ainsi trompé, il convient que cela soit entendu et connu. En effet, si le sorcier prend à une mère sa jeune fille pour la lier d'amitié avec le Diable, ce sera seulement du plein gré de la jeune fille.

3Il la recevra donc, il s'emparera d'elle lorsque, délibérément, elle désirera se vouer à la tromperie. Bien qu'à cause de cela la mère ou le père de la jeune fille ou du petit enfant l'admoneste, malgré cela, il l'entraînera à mal vivre ou à mal agir. Si le petit enfant refuse, le travail n'en sera pas abandonné ; il le sait dans son cœur. De son plein gré, il reçoit la méchanceté quand il ne lui crache pas aussitôt dessus ; quand il ne déteste pas, ne méprise pas aussitôt la malice, comme cela est conseillé, il est évident qu'il la possèdera alors de son propre gré. Puisque si un homme juif ou maure, qui n'a pas la bonne croyance, reçoit de son plein gré le baptême, ainsi [Sco in 4 d.4.4.4. de bapt° mayores] que le reçoivent les chrétiens, dès qu'il désire recevoir le baptême, bien qu'il soit incroyant, il est alors devenu chrétien. Et ensuite, s'il croit bien, s'il a bien, ensuite, la foi en Notre Seigneur Jésus-Christ, il ne convient nullement qu'il reçoive une autre fois le baptême. Un homme commet un grand péché en se faisant baptiser deux fois.

4Ainsi, si un homme reçoit quelque signe de son père, de sa mère ou d'une aïeule pour montrer qu'on lui laisse la tâche de se lier d'amitié avec le Diable, même si le fils ne croit pas en cela, si peut-être encore, un homme prend/fol. 407 v/les choses données par l'adepte du diable sans les mépriser, il semble ainsi permettre au Diable de faire les choses qu'a [Sco in p.d. 34 q. unica] faites en son nom sa mère ou celui qui lui a laissé ces choses diaboliques, ces mauvais signes. Nul ne sera trompé.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search