Version classiqueVersion mobile

Tratado de hechicerías y sortilegios de Fray Andrés de Olmos

 | 
Georges Baudot

Des sacrifices que ses ministres offrent au diable

Texte intégral

Chapitre IX : où il est dit comment on apporte au Diable l'offrande qui lui est faite

1[Gen.22] Une fois, Dieu demanda au vieil Abraham son fils bien-aimé : de sa propre main vénérable, il tranchera, seul, la tête de son fils chéri appelé Isaac ; et ainsi il la lui offrira en holocauste. Néanmoins, Dieu ne désirait pas qu'ainsi se répandît le noble sang d'Isaac. Il le demanda seulement à son auguste père pour que de tous côtés soit entendue, soit connue l'obéissance d'Abraham, puisque, quand celui-ci voulut lui trancher la tête avec une arme, aussitôt, sur l'ordre de Dieu, apparut un ange ; alors seulement, par miracle, il ne tua pas son fils bien-aimé.

2Là-bas, il vit une brebis, il en fit une offrande, ainsi qu'il lui fut demandé. Et comme il est écrit, il est un vieil homme appelé Jephté ; c'est en temps de guerre, c'est [Judic. XI] pourquoi il prononça un vœu vers Dieu, il parla ainsi : Seigneur Dieu, si je veux vaincre mes ennemis, si par ma main tu les défais, la première personne de ma demeure qui paraîtra lorsque j'y retournerai, le premier qui s'avancera vers moi, je lui trancherai la tête pour t'en faire offrande. Et grâce à cela, il put vaincre. Quand il s'en fut dans sa demeure bien-aimée, la première personne qu'il rencontra fut une belle jeune fille agitant un tambourin au-dessus d'elle et chantant. Elle se réjouissait puisque son père avait remporté une belle victoire : aussitôt, à cause de cela, il mit son vêtement en lambeaux ; il dit : Ma fille, tu sauras que devant Dieu tout-puissant, j'ai dit que le premier que je rencontrerais de ma demeure je l'immolerais à Dieu s'il me favorisait de sorte que je sois vainqueur. Je tiendrai parole.

3Sa fille dit : Mon père, ce que tu as promis, fais-le sur ma personne ; seulement, accorde-moi tout d'abord quelque chose : que pendant soixante jours, je pleure ma virginité, là-bas, dans la forêt, avec également mes compagnes. Et, au bout de deux mois, elle vint vers son père, afin qu'il lui tranchât la tête. Mais /fol. 406 v/ il ne fut pas estimé pour cela, il fut mal jugé, car ce n'est pas ce que Dieu désirait ; il avait fait un mauvais vœu. Dieu ne désire pas qu'on verse ainsi le sang : si, à cause de sa foi, on n'est que rarement tué de sa propre volonté, par la main des incroyants, des méchants, ses serviteurs sont bien tués pour ce motif. Ainsi sont morts les apôtres et les saints appelés martyrs. Ces vivants se réjouissaient beaucoup de leur mort ; c'est une offrande sacrée supérieure à celle de celui qui se mortifie devant Dieu. On méprisera seulement celui qui tuera.

4Anciennement, des gens du peuple étaient ainsi sacrifiés aux démons, et ils pendaient et ils saignaient comme [Ps. CVI] il est écrit. On se souvient parfois qu'il y a eu pour le Diable un effrayant sacrifice sanglant, des effusions de sang, des crimes ; beaucoup de sang se répandait donc ainsi dans sa demeure, à Mexico et cela se faisait partout ici quand arrivèrent les hommes de Castille. On mangeait en commun de la chair humaine, ils la mangeaient en public. On ne peut pas compter ce qui était fait par le Diable pour se moquer des gens.

5Mais désormais puisqu'il est impossible au Diable de tromper les chrétiens pour qu'à l'écart ou en public ils offrent leur sang en sacrifice, ou ils se fendent la poitrine ou ils tranchent la poitrine de quelqu'un, tuent quelqu'un ou s'acquittent d'une dette envers lui : il passe sa vie à chercher encore quelque chose pour se moquer d'eux, de ces mauvais chrétiens qui lui sont dévoués afin qu'ils ne tuent qu'en cachette. Ainsi, quand ils l'invoquent, il demande à ses sorciers de dépouiller quelqu'un. Alors en présence des petites vieilles méchantes, beaucoup d'êtres naîtront pour que les petits enfants, les chers petits enfants soient vidés de leur sang.

6Pour cela, le Diable enseigne beaucoup de choses affligeantes, malheureuses, aux accoucheuses, à celles qui mettent au monde les enfants, de sorte qu'elles mangeront, que sera mangé leur sang. Le Diable inspire aux gens d'innombrables actes mauvais, incroyables, afin de se moquer d'eux, afin de les affliger et de tromper ceux qui s'égarent, ceux qui le servent. Ils peuvent confesser leur faute, eux, les méchants, dès qu'ils ont été pris, quand ils ont été condamnés.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search