Version classiqueVersion mobile

Tratado de hechicerías y sortilegios de Fray Andrés de Olmos

 | 
Georges Baudot

Sur les honneurs que ses ministres rendent au démon

Texte intégral

1/fol. 404 v/

Chapitre VIII : où il est dit comment le Diable est adoré et salué par ses sorciers

2Dans la maison de Dieu appelée la Sainte Eglise Catholique, il est salué, il est vénéré par les évêques, les prêtres qui sont auprès de lui ; cela est très visible. C'est pourquoi on leur baise la Main. Et quelquefois, sur terre, on baise la main des grands seigneurs. Ils gouvernent, ils guident, tels des pères et des mères.

3Ainsi est vénéré le bon roi, celui qui gouverne bien, qui dirige bien, qui grandit le pays et honore beaucoup ses sujets, leur donne de la gloire, les estime, leur témoigne du [Sap.] respect, car avec l'aide de Dieu il les protège. C'est pour cela que les pieds du Saint Père sont baisés quand on le salue, dès qu'il paraît, car il est Seul, au-dessus de tous, le plus grand seigneur ici, sur la terre, puisqu'il est l'auguste représentant de Notre Seigneur Jésus-Christ. Alors sa seule parole est vénérée dans toute la chrétienté.

4Et Lui, Notre Seigneur Jésus-Christ, vrai Dieu, on lui baise ici la main. Il nous témoigne un grand amour pour que [Canti j] nous nous aimions les uns les autres comme il est écrit, et il nous le montre quand il s'offre sous le nom de Paix dans le temple, dans la maison de Dieu.

5Mais le Diable, lui, a tellement de haine qu'il rira des gens, il se moquera d'eux. Il imagina, il dit : A cet endroit, moi, je recevrai le baiser. C'est ainsi que je serai salué, que je serai vénéré, ici, sur ma personne. Alors, il prend l'apparence d'un cerf, ou i1 se transforme en fauve ou en quelque autre chose. En effet, de même qu'une vie honnête élève, qu'on s'en trouve élevé, de même par la débauche et le péché on est méprisé et on est précipité et on tombe au fond de l'enfer. De même que le chef désire pour lui la natte, le siège, la gloire, l'honneur, de même Dieu désire cela : qu'on l'adore, qu'on le vénère, qu'on le salue.

6Le Diable ne sera pas salué ailleurs qu'en un lieu funeste, le cloaque, les latrines, là où seront couverts de honte et où seront déshonorés /fol. 405 r/ ceux qui, de leur plein gré, voudront se dévouer au Diable, ceux qui désireront qu'il soit leur seigneur, de sorte qu'ils saluent, ils baisent le méprisable, l'indigne d'éloges ; ils devraient savoir qu'il est extrêmement malfaisant, le Diable ; ils devraient donc le fuir ; seulement leurs fautes sont telles qu'ils se soumettent ainsi entièrement à lui, les sorciers, les trompeurs. Puisque [Ps. XCVI] c'est écrit, ils seront méprisés, ils seront détestés ceux qui saluent les images du démon, on leur fera affront.

7On connaît beaucoup de choses au sujet du Diable, c'est pourquoi aussitôt il sera fui, il sera dédaigné, car il veut être servi par la débauche, la convoitise et l'orgueil. [Nicolas de li] Ces trois choses sont liées à lui dans l'anneau du monde, comme le prince, sur la terre, est appelé César.

8Il inspire quelqu'un, il suscite en lui les mensonges, la bave, le mal, le vice. C'est seulement volontairement que ces choses sont faites, qu'on obéit ; alors on sera malheureux. Il pourra lancer le feu là-haut, dans les airs, et pourra faire en sorte qu'il le déplace ; il accompagnera le vent de sorte qu'un tourbillon de vent se lèvera ou ne se lèvera pas si Dieu l'empêche.

9Beaucoup vivent en serviteurs du Diable, ici bas, sur la terre, dans le péché. Si, à cause de cela, ils ne font pas pénitence, ils iront dans les tourments, dans les peines, au milieu du feu pour toujours, parce qu'ils se vouent à lui. Le Diable, quand il découvre les vilains péchés de quelqu'un, lisse ses cheveux, l'amuse, lui procure du plaisir, de sorte qu'il le précipitera dans le cloaque, dans les latrines. C'est bien la besogne du Diable ; il pousse les gens à la convoitise, il va leur permettre leur propre estime : il ne veut pas seulement repousser ou détruire les choses terrestres, il passe aussi son temps à les abaisser. A cause de cela, les choses du ciel ne seront pas recherchées, pas possédées, pas données. Quand le Diable a vaincu une fois par le péché, il vit parfois familièrement avec un grand pour le poursuivre encore et le renverser. Par ces deux façons différentes, il triomphe beaucoup, saisit, fait des prisonniers : si bien qu'ils seront méprisés avec tristesse, et pècheront par force.

10Le Diable, à ceux qui le désirent ardemment, accordera pendant leur sommeil la fierté d'eux-mêmes, la fortune. Et celui dont le cœur n'est pas ferme embellit pendant le sommeil ce qui est affligeant, triste. Le Diable déteste profondément les chrétiens. A cause de son nom, il est un chef dans le monde, puisqu'il règne sur les pervers, les mauvais, les méchants ; ils vivent pour lui /fol. 405 v/ eux, les témoins du Diable ; ils répandent son urine, ses excréments, sa noirceur, la pourriture qui est en lui : souvent ils deviennent alors ses prédicateurs. Il n'est pas très content quand il voit que sa méchanceté domine celui qui a l'habitude de pécher ; il n'est content que lorsqu'il trompe ceux qui ne s'occupent que de choses sacrées, de sorte qu'il les précipite dans le péché. Lorsqu'on fuit le Diable pour vivre convenablement, il s'efforce de harceler. Alors une fois encore on sera appelé pour aller en enfer. Le Diable se repose ainsi au sein de quelqu'un comme dans la demeure du protecteur, du chef, on est apaisé et réconforté : c'est pourquoi les gens deviennent paresseux lorsque la paresse leur convient, lorsque la paresse va dans leur âme.

11Auprès du Diable, point d'âme qui naisse, puisque seul Dieu tout-puissant peut la créer, et l'homme-hibou emplit, rassasie seulement de ses mensonges, de sa bave, de sa méchanceté. En pensant qu'il veut seulement précipiter les gens dans le péché, les y faire tomber. Le Diable est très orgueilleux, très fier, plein de haine, de sorte qu'il veut que les serviteurs de Dieu souffrent toujours. Mais aussitôt il n'en aura pas le pouvoir si pour cela l'assentiment de Dieu n'est pas donné. Le Diable apparut sous les traits d'un homme à Notre Seigneur Jésus-Christ quand il désirait l'entraîner à pécher. Par la seule parole du Seigneur il fut vaincu, il lui fut fait honte, alors il partit. Le Seigneur désira qu'il fût ainsi fait sur lui pour que nous suivions son exemple, que nous l'imitions, afin que par sa parole, avec foi, nous vainquions notre ennemi le Diable quand il nous entraînera à quelque mauvaise action, et par la Croix, nous le renverrons. Pater Noster, Ave Maria, Credo, Salve. Cela sera volontiers dit pour que l'on échappe d'entre les mains du Diable. Voici trois choses prouvant la perversité de son cœur : il est bien cruel, et insoumis, et le père de la fausseté.

12Le Diable, c'est l'enfer puisque partout où il vit, ce qui est douloureux, épouvantable, scandaleux, voit le jour, s'attache à le suivre ; peut-être dans les airs, peut-être sur la terre, peut-être dans la terre cela se cache-t-il, le Diable n’est pas encore satisfait. De même que la Créature de Dieu est très bonne, ainsi que l'Ange, de même le Diable a délibérément une volonté très mauvaise, très vile. On a énormément écrit au sujet du Diable, pour qu'il soit connu pour sa malfaisance ; alors il sera craint, il sera abandonné afin qu'on /fol. 406 r/ ne souffre pas pour toujours auprès de lui ; il sera aussitôt nécessairement méprisé, quand on considérera sa méchanceté, de sorte qu'on ne tombera pas doucement, lentement, insensiblement entre ses mains. Aussitôt pour cela Dieu sera invoqué et adoré afin qu'il soit repoussé, vaincu.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search