Version classiqueVersion mobile

Tratado de hechicerías y sortilegios de Fray Andrés de Olmos

 | 
Georges Baudot

Comment peuvent apparaitre sous divers aspects les ministres du diable

Texte intégral

Chapitre VII : Où on dira combien de formes peuvent prendre, pour nuire, les serviteurs du Diable

1Tout le monde doit savoir que le Diable peut, assurément, prendre beaucoup de formes et, quand il le désire, former des créatures nouvelles ; quelquefois pour tromper quelqu'un, quelquefois pour l'attaquer, il l'effraie, il l'épouvante et lui fait très peur. Et nul ne peut en douter, nul ne peut l'ignorer, puisqu'il prit plusieurs fois l'aspect d'un autre, ainsi que nous le voyons écrit dans les Vies des Pères d'Egypte. Le Diable peut agir de même envers ses sorciers, en les conduisant à prendre une autre apparence, et peut-être même en l'améliorant /fol. 404 r/ sans que jamais la substance ne varie et que rien dans l'image du sorcier ne disparaisse, ne se transforme. Grâce à son pouvoir, le Diable fait ces transformations aux yeux de tous et l'homme vulgaire pense que c'est le sorcier qui a changé les choses : c'est faux ; c'est seulement le Diable qui peut lui apprendre à induire /les hommes/ en erreur, [Aug. 18 de ciui c. 17.18] ainsi qu'il est écrit dans les Vies des Pères d'Egypte. Saint Augustin parle d'une femme, d'une sorcière appelée Circé qui vivait il y a bien longtemps : elle transforma en bêtes les compagnons d'Ulysse, elle les fit à l'image des pourceaux. Et le Diable peut faire qu'on ne voie pas du tout les sorciers, parce qu'en agissant ainsi, il trompe bien ; ainsi que nous le lisons dans l'écrit intitulé Perspective.

2Lui-même, Notre Seigneur Jésus-Christ, miraculeusement, se montra une première fois sur le chemin, sous forme d'un voyageur à eux deux, les aimés /de Dieu/,-une deuxième fois sous l'apparence de celui qui s'occupe des plantes ; une [Luc 24 Joa 20 Joa 8] troisième fois, il se rendit invisible dans le temple. Et, de la même façon, il peut se faire que le Diable emporte ses vils serviteurs pour qu'ils soient vus sous l'apparence qui lui plaira, sans que rien ne soit changé dans la substance de leur corps. Que ce soit un homme grand ou gros ou une femme, il peut en être ainsi de chacun. Et ainsi qu'il a été dit pour le sorcier Simon le Mage, c'est seulement grâce aux prières de Saint Pierre qu'il disparut.

3Et, bien que les sorciers soient portés ainsi par le Diable, ils ne peuvent entrer ni sortir si /les portes/ ne sont pas entièrement ouvertes, afin que tout le corps puisse y passer. Mais le Diable, lui, ouvre /la porte/ ou bien la ferme, afin qu'ils puissent entrer ou sortir, qu'ils puissent jeter un sort sur quelqu'un ou l'enchanter ou le maltraiter et aussitôt le tourmenter grandement. Le Diable ne peut pas changer ce corps, ni le détruire, ni le réduire, et il doit faire une /ouverture/ aussi grande que le sorcier est grand, bien qu'il l'emporte, invisible.

4Et si le Diable donne à quelqu'un l'apparence d'un oiseau ou d'un petit lion, ou d'un chacal ou d'un tigre, ou d'autre chose, le sorcier ne peut pas entrer ni sortir si tout son corps ne passe pas bien. Et ceux qui furent pris, ceux qui furent condamnés eux-mêmes, reconnaissent qu'il en est ainsi. Et si quelqu'un affirmait autre chose, il mentirait grandement. Que personne ne vous émeuve.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search