Version classiqueVersion mobile

Tratado de hechicerías y sortilegios de Fray Andrés de Olmos

 | 
Georges Baudot

Comment ceux qui sont voués au diable peuvent marcher dans les airs

Texte intégral

Chapitre VI : Où on dira comment ceux qui se sont voués au Diable peuvent se promener dans les airs

1Beaucoup de sages, ceux qui connaissent bien l'Ecriture, ne croient pas que les enchanteurs, les sorciers, les mauvais croyants, puissent voler dans les airs : ils pensent que c'est impossible. Mais aujourd'hui, puisqu'on les a vus quelquefois qui volaient ainsi dans les airs, puisque dans l'Ecriture il est décrit que c'est possible, et puisqu'eux-mêmes, les sorciers, que le Diable a abusés, reconnaissent qu'il en est ainsi, en raison de tout cela on peut le croire ; il est vrai que, parfois, les démons peuvent, de la sorte, voler dans les airs.

2Et on sera satisfait, ce sera l'évidence, puisqu'il est écrit qu'un ange emporta Habacuc alors qu'il vivait là-bas, [Dani 14] en un lieu appelé Judée ; il le saisit simplement par un cheveu, pour le déposer agilement plus loin, en un lieu appelé Babylone, dans la fosse aux lions, prouvant ainsi la vertu et la force de l'ange qui veut emporter un homme. Il emporta donc le prophète pour donner à manger à Daniel, l'aimé de Dieu, qui était là-bas dans la fosse des bêtes sauvages et qui avait [Math 4 Luc 3] faim ; un homme méchant, le roi, l'avait enfermé là, et miraculeusement, il lui fut donné à manger.

3Il est également écrit dans l'Evangile que, lorsque le Diable mit à l'épreuve Notre Seigneur Jésus-Christ, il le porta d'un lieu désert en un lieu appelé Jérusalem, sur le temple ; et enfin, il le porta au sommet d'une montagne déserte /fol. 402 v/, très loin, d'où il lui montra beaucoup de province s et de royaumes /qui seraient/ pour lui.

4Dans l'Ecriture encore, il est dit de Simon le Magicien, enchanteur, qu'il décida de monter au ciel lui aussi, de même que Saint Pierre prêchait que Jésus-Christ lui-même l'avait fait. Alors, comme en présence de la foule, les démons emportaient Simon dans les airs, puisque peut-être ils allaient l'y porter afin que les hommes pensent qu'il était monté au ciel, Saint Pierre lui-même aussitôt, pour que les hommes ne soient pas trompés, pria Dieu ardemment afin que du haut des cieux le méchant tombât ; et aussitôt, les démons le lâchèrent. Comme il tomba du plus haut /des cieux/, il fut bien mort : il disparut pour toujours. Souvent sans doute le Diable avait ainsi emporté le pervers avec lui, et il est évident, puisque le pouvoir du Diable est reconnu, qu'il peut agilement conduire quelqu'un au loin et l'abandonner, peut-être dans les airs, peut-être dans la mer, peut-être au sommet d'une montagne boisée ; et que celui qui peut ainsi voyager aisément au loin sera satisfait de son pouvoir-. Et si le Diable a la puissance, et si le pervers se soumet entièrement à lui, pourquoi n'en serait-il pas ainsi si Dieu le permet ? Il ne veut pas en détourner le sorcier à cause de son péché. Notre-Seigneur, lui, fut porté en deux endroits par le Diable ; pourquoi le pervers ne peut-il être porté, puis abandonné, là où le voudra le Diable ? S'il n'est pas mis en fuite par Dieu, il aura ce pouvoir. Egalement, les méchants eux-mêmes, qui ont été saisis, qui ont été pris /par le Diable/ confessent qu'il les emporte aisément très loin de chez eux, bien qu'en cela quelquefois sans doute ils se trompent, car cela ne s'est pas passé ainsi ; ils l'ont seulement rêvé.

5Et de même, il est écrit que le Diable ou peut-être un bon ange, également très fort, peut emporter celui qui lui est soumis, s'il n'en est pas détourné par Dieu, pour l'abandonner dans les airs, ou peut-être dans l'eau ou ailleurs. De même il est écrit que quelquefois ses sens se troublent comme dans un profond sommeil, de sorte qu'il y voit un miracle, de sorte qu'il a la révélation indicible de faits qu'il a vécus ou qui se sont produits très loin. Et il pense que les choses qu'il a vues ont été réalisées devant lui et bien que son corps n'y soit pas allé, il croit /fol. 403 r/ dans son cœur qu'il en est ainsi.

6Témoin Saint Paul qui, miraculeusement, fut enlevé [2 Cor.12] jusqu'au troisième ciel, appelé ciel empyrée d'où on voit Dieu ; et Saint Paul dit qu'il ne sait pas bien si c'est dans son corps ou sans son corps qu'il alla voir là-haut, parce que sa connaissance s'était dissipée. Son cœur ne sait pas bien comment on l'avait porté au ciel, où il tomba dans une grande extase, où il vit, où il entendit une infinité de miracles et il ne parla pas pour le raconter ; et il ne savait pas bien si cela se fit en son corps ou sans son corps. Le Diable, de la même façon, a la possibilité de troubler chez quelqu'un la connaissance, ce qu'on appelle les sens, qui ainsi disparaissent dans un profond [Aug. 18 de ciui c. 18] sommeil ; de sorte qu'il pense que le Diable réalise ces choses devant lui dans un lieu éloigné et cela le trouble, le fait réfléchir. Il pense que ce qu'il a vu dans son sommeil s'est produit devant lui.

7Il n'y a personne qui ainsi ne se trouble, c'est évident. Il y a deux sortes de sorciers chez les serviteurs du Diable qui, par le "pacte exprimé" se soumettent à lui formellement et par leur misère lui appartiennent. Les uns, auxquels le Diable tend réellement un piège parce qu'il les porte vraiment dans la forêt, dans les champs, dans les airs et peut-être sur la mer. Et les autres, qui perdent seulement leur conscience comme dans un profond sommeil ; il leur est révélé des faits lointains bien qu'occultes ; ces révélations sont fausses parfois : cependant, ils les communiquent parce qu'ils sont trompés par le Diable ; et ils se réjouissent pleinement lorsque cela se produit car ils pensent que c'est leur corps qui a vu, qui a entendu.

8Et les uns et les autres, par le vœu explicite appelé "pacte exprimé", se sont voués entièrement au Diable ; ces enchanteurs appelés sorciers se dévouent volontairement au Diable, et il fait très vite un pacte avec eux. Ce sont ces mêmes idées que [26 q.u.epi] l'on trouve dans le Décret. Et pour suivre le saint père, je donne quatre explications :

  1. il est question dans ce chapitre de deux femmes, Diane et Hérodiade ; elles sont bien mortes, elles n'ont pas ressuscité. Dire qu'en ce monde les femmes vivantes côtoient les femmes mortes est une très grande erreur ; c'est une tromperie du Diable.
  2. alors ces deux femmes tout à fait perverses, non chrétiennes, non croyantes, /fol. 403 v/ qui ont été adorées comme des divinités, c'est une grande imposture que de dire qu'il y ait eu en elles quelque chose de bon, de vertueux, quelque caractère divin ; c'est une très grande faute, un péché.
  3. en aucune façon on ne doit croire que le Diable, quand il transforme des êtres, en fait des créatures différentes ; ce sont des apparitions trompeuses ; jamais non plus, sous l'effet de la malignité, l'homme ne deviendra un cerf ou un tigre ou autre chose ; et il ne faut pas croire non plus que l'homme puisse devenir une femme ; cela, le Diable ne peut le faire, bien que les deux femmes perverses l'aient affirmé ; c'est une très grande tromperie, un mensonge du Diable qui se moque des gens.
  4. il est évident que, chaque fois que les enchanteurs, les sorciers, pensent qu'un nouvel être est créé ou s'imaginent que cette existence de vanités n'aura pas de fin, il ne faut pas croire qu'il en est toujours ainsi ; c'est une grande erreur. Parfois quelqu'un fait cela si Dieu ne l'empêche pas.

9Ce sont donc ces erreurs que ce chapitre veut condamner, mais il confesse d'autre part toutes les choses qui sont vraies et qui peuvent se produire, comme il vient d'être dit plus haut.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search