Version classiqueVersion mobile

Tratado de hechicerías y sortilegios de Fray Andrés de Olmos

 | 
Georges Baudot

Quels sont les ministres du diable

Texte intégral

Chapitre IV : Où on dira comment sont les ministres du Diable

1Les gardiens du Diable ont tous, de leur plein gré, au grand jour, en cachette ou dans leur for intérieur, promis devant le Diable de se soumettre à lui. Ils font alors deux [Gerson verbi s.] vœux devant le Diable, pour qu'il les compte parmi ses trompeurs, ses jeteurs de sorts.

2Le premier : de bon gré, les méchants disent devant [Pacte exprimé] le Diable qu'ils souhaitent fuir Dieu et Sa croyance, appartenir au Diable et n'obéir qu'à lui et se donner corps et âme pour que le Diable leur révèle ce qu'il souhaite révéler à ceux qui sont ses représentants /fol. 399 v/ lui seul, notre héraut, un père l'a recueilli dans une épître écrite en langue de Castille. En effet, il a connu et il a vu quelques trompeurs, lorsqu'ils furent brûlés ; certains connurent la miséricorde, reçurent la pénitence. Ainsi un homme a dit que vraiment le Diable le séduisit pour fuir Dieu et sa croyance, mais ne le séduisit nullement pour haïr la Sainte Marie ; il était vieux ; il confessa ses péchés, fit pénitence et dit tout au père. Beaucoup ont ainsi raconté, ont dit qu'il leur en arriva de même lorsqu'ils commencèrent à être trompés.

3[2] Quelques pervers promettent également en public de se vouer au Diable, bien qu'ils n'aient vu personne, que rien ne leur soit apparu. Ils font seulement leur promesse avec les trompeurs, avec les enchanteurs et ils fuient de leur propre gré la croyance de Dieu et ils font les choses diaboliques appelées cérémonies que font les trompeurs ou ce que le Diable donne en exemple ou enseigne. Ce sont les méchants trompeurs appelés sorciers, nécromanciens, magiciens.

4Ainsi est-ce écrit dans le Livre de la Sainte Eglise appelé Décret. Cette nécromancienne appelée sorcière, c'est-à-dire brûlée, /est ainsi nommée/ parce que ceux [26 q. 1 sortilegi 26.4.4. igitur 26 q.s.nec mir] qu'on appelle faiseurs de sortilèges ou magiciens expient leur faute dans un brasier, car Dieu désire alors que des méchants soient brûlés pour être châtiés par le feu ici sur terre parce qu'ils n'ont pas réalisé, ils n'ont pas imaginé que le feu de l'enfer est bien plus grand et donc épouvantable, qu'il est surprenant, douloureux et très effrayant.

5[Pacte occulte] Le deuxième vœu se fait aussi de deux façons. Les uns promettent également de se vouer au Diable, tout en croyant, en ne détestant pas, en ne fuyant pas la croyance de Dieu appelée Sainte Foi catholique : ils suivent, ils respectent, ils accomplissent les ordres du Diable, ils vénèrent les paroles du Diable, de sorte qu'ils l'invoquent, qu'ils y croient dans leur cœur. Celui qui est dans les anti-sacrements, s'il ne croyait pas faire des choses diaboliques, il ne les ferait pas, il ne serait pas plein de haine. Celui-ci repousse, se dresse contre Jésus-Christ : il est évident qu'il fuit Dieu pour suivre le Diable. Mais quelques-uns vivent sans croire /fol. 400 r/, vivent sans croire dans le mensonge diabolique, s'y attachent parfois dans leur cœur à ce qu'on dit. Le trompeur fait des choses, peut-être vraies, peut-être fausses ; s'il nous arrive de bien nous conduire, de nous montrer parfaits, il a disparu, ceci est fort connu, assurément. Ceux qui sont très mauvais le suivent dans le péché, dans la croyance appelée pacte occulte de sorte que volontairement ils se donnent au Diable [Luc 11 Math. 12 qui non est mecum] bien qu'ils sachent qu'ils ne croient pas en lui, ils commettent une grande faute.

6Oh mes enfants ! Innombrables sont les procédés par lesquels le Diable trompe quelqu'un. Sachez que lorsque, moi, frère Andrés de Olmos, je vivais là-bas dans la région de Cuernavaca, il y a peut-être déjà vingt ans, un homme marié vivait dans un temple ; il m'a dit avoir entendu que lui, l'homme hibou, apparut à un homme et lui ordonna d'en appeler quelques-uns en secret, pour aller là-bas, à l'orée du bois, pour s'acquitter envers lui en sa présence ; et ainsi firent-ils. Puis ils furent pris, enfermés dans une maison ; moi, j'en ai vu quelques-uns et j'ai interrogé celui à qui le Diable était apparu, celui qui, par sa faute, reçut ordre de se mortifier ; et je l'ai interrogé pour qu'il me dise comment il lui apparut, comment il lui parla. Par nuit noire, en allumant une torche au-dessus de la maison, là-bas, en un lieu désert, m'apparut le Diable,-il surgit paré tel un roi, comme étaient parés les seigneurs dans les anciens temps lorsqu'ils allaient danser : je fus épouvanté. Lui me dit : viens, je t'en prie ; demande à Don Juan pourquoi il m'a fui ; fais l'offrande, réunis les villageois pour que, là-bas, à l'orée du bois, ils se présentent devant moi. Car en aucune façon je ne me rends, moi, à Cuernavaca ; par sa faute à lui là-bas se dresse la Croix et là-bas vivent les Pères ; qu'ils s'en aillent immédiatement avec d'autres à l'orée du bois. Aussitôt, le Diable disparut. Et moi, j'en fus très épouvanté, j'allai parler à Don Juan ; ainsi avons-nous agi fort mal lorsque nous allâmes nous exécuter à l'orée du bois. Et j'écrivis un récit sur leurs prières au Diable et sur la façon dont, pour cela, ils furent grandement condamnés, tourmentés.

7Celui qui vit en recherchant le Diable, il le rendra ainsi malheureux, il le couvrira de honte ; il se moquera ainsi de lui. N'allez pas commettre une telle faute.

8On m'a dit aussi que là-bas, à Tezcatépec, le Diable apparut à quelques seigneurs tel /fol. 400 v/ un géant et leur demanda de tuer un garde espagnol qui y montait la garde, appelé Juan Cordero. Mais eux, ils n'osèrent point, car c'était un vieillard courageux. Ils lui révèlèrent seulement, ils lui dirent ce que le Diable leur avait demandé. Alors il leur dit : Venez avec moi à l'endroit où il vous est apparu et ainsi mon cœur se réjouira. Ils l'accompagnèrent ; à l'instant apparut le géant ; il tira son glaive, l'épée, pour le blesser. Seulement le Diable ne s'en souciait point. Malgré ses forces il le pourfendait. Aussitôt, lui, le géant, l'enlaça ; alors il en éprouva une grande lassitude et il en tomba gravement malade et durant plusieurs jours, aussi étendit-il son corps sur son lit. On dit qu'il ne fit point le signe de la croix, qu'il ne dit point : Jésus.

9N'allez point oublier, afin que le Diable ne vous rende point malheureux si d'aventure quelque chose vous apparaissait un jour.

10[Exemple] De même un homme appelé don Juan, seigneur d'Amecameca, me dit qu'autrefois il était déjà apparu à son père, lui l'homme-hibou, semblable à un singe. Il apparaît à quelqu'un sous bien des formes si son cœur le désire, si Dieu ne l'empêche point.

11De même m'a-t-on dit que le Diable apparut à un chrétien, là-bas, en Castille ; il vivait dans une grande tristesse, car il était pauvre ; et il lui dit : abandonne ton âme et moi je te ferai très riche en échange. Celui-ci lui répondit fort bien, sur le champ. Chose bien effroyable. Ainsi changea-t-il et partout il l'accompagna ; et pour être estimé, il rendait à chacun ce qu'il lui avait donné : un réal ou la somme que ce fût. Et lorsqu'il eut vécu près d'un an en sa compagnie, ainsi ramassé force maravédis et fût devenu fort riche, il dit au Diable : cela suffit, je ne t'accompagne plus. Alors il reprit ses esprits, en secret, et pour cela s'amendait dans sa chambre. Mais il était toujours satisfait. Et cela fut rapporté aux chefs de police, il fut fait prisonnier, et à cause de lui, du Diable, il fut brûlé.

12Personne ne se vouera au Diable, pour pauvre qu'on soit, car il ne donne que de fausses choses, quelque chose pour qu'ensuite on connaisse l'horreur, le malheur.

13Enfin, il m'a été dit, lorsque j'interrogeais celui qui lui appartint à Zacatlan, qu'on racontait sur une femme que d'elle était né un enfant qui ordonna immédiatement, qui dit que les chrétiens ne seraient point livrés au tribut. Assurément, c'est fort à propos /fol. 401 r/ qu'il vint pour les sauver d'entre leurs mains. Ainsi, par sa faute, survint la bataille, si bien qu'il y eut une multitude d'esclaves ; certains peut-être durent bien mourir alors neuf fois. Ainsi le Diable se joua grandement d'eux. Sa méchanceté est sans fin, car il déshonore, il se moque, il calomnie.

14Puissiez-vous bien ouvrir les yeux, puissiez-vous être prudents.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search