Version classiqueVersion mobile

Tratado de hechicerías y sortilegios de Fray Andrés de Olmos

 | 
Georges Baudot

De l'existence des sacrements dans l'église catholique et des anti-sacrements dans celle du diable

Texte intégral

1/Fol. 397 r/

Chapitre III : on y dit que, de même qu'il y a dans la Sainte Eglise des Saints Sacrements, il y a de même dans la maison du Diable des anti-sacrements

2De même qu'au Sein de la Sainte Eglise, Notre Seigneur Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, a concédé [In 4 Sent.] les Saints Sacrements, le Diable, lui, a ni plus ni moins déposé, enfermé, dans sa maison, des anti-sacrements, pour tromper, ensorceller, déconcerter.

3Avec les sacrements disparaît pour toujours le péché, à condition de bien croire et de bien communier.

4Au contraire, avec les anti-sacrements, naît le péché et celui qui l'estime se noircit, se salit.

5Avec les sacrements, on s'amende, on s'améliore, on ira au ciel.

6Au contraire, avec les anti-sacrements, trompé, égaré, l'homme du peuple ira en enfer pour toujours.

7Sachez que cette circoncision que Dieu a confiée [Gen. 17.] à son Bien-Aimé Abraham est un sacrement des temps anciens, bel et bien mort.

8Maintenant, au contraire, cette circoncision que les Juifs reçoivent, semblable-à celle que gardent les Arabes, n'est pas celle confiée par Dieu mais seulement celle avec laquelle le Diable ainsi les trompe.

9Et puisqu'elle n'est pas un bon sacrement, elle appartient aux artifices que le Diable réalise dans sa demeure, aux anti-sacrements.

10Car les vrais sacrements ne sont administrés que dans la maison de Dieu ; et ainsi ils donnent la grâce pour être secouru par sa gloire.

11Au contraire celui qui reçoit des anti-sacrements ne fait absolument plus rien de bon : il tombe plutôt alors dans l'incroyance, appelée l'infidélité, le plus grand des péchés, qui n'a pas son pareil.

12Ce n'est pas seulement à cause de cette circoncision que les Juifs vivent maintenant ainsi trompés par le Diable mais parce que partout dans leur maison il a apporté, pour les faire ressembler aux Saints Sacrements certaines choses appelées cérémonies et anti-sacrements, des tromperies et de la magie, appelées sorcelleries.

13Mais il convient de bien comprendre, de bien savoir que comme notre Vénéré Seigneur Jésus-Christ a fait des Saints Sacrements de choses précieuses, comestibles, qui restent bonnes à manger, et pourtant pures, et aisément reconnaissables : telles l'eau, le pain, le vin, l'huile et aussi les paroles de vérité, au contraire, le Diable, lui, a fait ses anti-sacrements avec des choses absolument pas faciles à reconnaître et nullement bonnes à manger - ou bien avec certaines choses de celles qui s'agitent autour de lui : des oiseaux, des bêtes sauvages, nullement aisées à reconnaître /fol. 397 v/ extraordinaires. De même sa parole est très dangereuse, fausse, obscure.

14Vu que ce qu'ils donnent n'est fait de rien de bon, ce n'est pas pour leur convenance que le Diable ou ses ministres veulent faire ces mauvaises choses. Mais ainsi ceux qui agissent comme le Diable suivent ses conseils et s'adonnent aux mêmes choses que lui, ne s'intéressent et ne s'adonnent qu'à de nombreuses fêtes et, enfreignant et abandonnant ainsi les commandements du vrai Dieu, seront précipités en enfer.

15Et le Diable sera ainsi considéré, loué, nommé, honoré comme un Dieu ; et devenant ainsi ses vassaux, les hommes fuiront Dieu et ne vivront pas du tout en son Sein ; et n'aimant que le Diable, ils adhéreront dans leur cœur au mensonge, à la vie d'imposture, à la supercherie ; alors ils ne révèleront pas son hypocrisie, ses mensonges, ses ruses et en eux ira en augmentant la méchanceté qui seule l'occupe.

16Mais le Diable ne répond qu'à ceux qui l'appellent quand ils font une méchanceté. Il ne répond pas pour arranger les choses, car dès qu'il vient c'est pour entraîner au pire. C'est sa seule volonté qu'il satisfait, lui, le méchant, quand il fait des anti-sacrements ou des cérémonies.

17Puisque les Saints Sacrements, vrais, agréables. Dieu les donne dans la Sainte Eglise, ils sont bien reçus dans la grâce ; ils sont bien ce vrai signe de la miséricorde [Sco. In 4] [Sent. D.1.] divine, si le sacrement n'est pas reçu dans le péché.

18Mais parfois le Diable aide par des anti-sacrements qu'on désire ou réalise les choses qu'on lui demande, si on ne se fait pas l'esclave de Dieu. Car le méchant et le fourbe appellent le Diable et puisque telle est leur volonté de l'appeler, telle est la sienne de les satisfaire.

19Et voici un exemple : une femme se fia, ainsi que deux autres femmes amies, au Diable, qui leur donna à chacune une pierre, pour qu'ainsi elles la jettent à la mer. Aussitôt l'eau s'irrita et comme alors il faisait déjà nuit, un groupe d'hommes, embarqué à ce moment sur un navire au bord de la mer, fut noyé.

20Car comme il répond aux demandes les plus difficiles qui lui sont faites, de la même façon le Diable répond aux plus faciles à satisfaire, selon son désir, selon qu'il comprend ou voit que cela trompera mieux, si /fol. 398 r/ Dieu ne s'y oppose pas, puisqu'il s'agit d'hommes pervertis par le péché.

21Ainsi comme le disent les prophètes, Dieu abandonne de cette façon celui qui veut suivre en son cœur une vie de [Psal. LXXX] fausseté.

22Le Diable veut absolument contrefaire en toutes choses la Sainte Eglise, il veut tout falsifier : pour cela il fait souvent des anti-sacrements sous forme d'onctions.

23Comme il veut les faire ressembler et les faire s'apparenter aux Saints Sacrements, il contrefait les onctions bénies puisque chrétien signifie oint.

24Mais les chrétiens recevront une onction charnelle et spirituelle, puisque cette onction est peinte superficiellement sur le corps du chrétien.

25Vrai signe, cette onction spirituelle est aussi peinte dans leur cœur, lorsque, consacrée, elle est bien reçue dans la grâce du vrai Dieu.

26Comme le Diable veut toujours s'enrichir de la haute [2 Cor. 2] renommée, de la haute gloire, du noble devoir, des grands [Beda sup. c. IX Actuum aposto in glo.] prodiges de Dieu, pour cela souvent le Diable /apparaît/ semblable à un ange pur, pour bien se moquer.

27Et quelquefois il veut se moquer des Saints Sacrements pour cela, ayant leurs mêmes trois attributs, il fait ou dispose des anti-sacrements.

  • Premièrement : il cherche, si possible, une saleté, une chose malpropre, un excrément puant, effrayant, scandaleux et difficile à reconnaître ; ceci en ce qui concerne la Matière.
  • Deuxièmement : pour ce qui est de la Forme, il use de paroles très dangereuses, fausses, obscures, difficiles à comprendre.
  • Troisièmement : pour ce qui est de l'Intention, c'est-à-dire ce à quoi son cœur aspire le plus lorsqu'il donne des anti-sacrements ; c'est pour qu'ainsi s'accomplissent de mauvaises actions, des péchés, des méchancetés et que tous aillent en enfer.

28Au contraire, cette Matière, cette Forme, cette Intention, Notre Seigneur Jésus-Christ les a placées dans les [Theol. in 4 d. 1] Saints Sacrements à la fois bonnes, justes, pures, véritables, claires, faciles à reconnaître et à comprendre ; et ainsi elles font fuir le péché pour que tous aillent au ciel.

29Car, avec les sacrements véritables, on est reçu dans la grâce de Dieu. Et si on ne ressent pas vivement sa propre faute, si d'aventure on doute, si on ne croit pas vraiment, ou si on verse de fausses larmes, pour faire pardonner sa faute, on n'a sûrement pas réellement fui, abandonné son erreur.

30Mais le Diable, en donnant des anti-sacrements, n'offre pas toujours ce que désire un cœur mauvais, le Diable ne lui donne pas satisfaction car celui qui n'aspire pas à Dieu sera toujours trompé par le Diable.

31C'est seulement lorsqu'un seul sacrement /fol. 398 v/ est reçu réellement, lorsqu'est reçue sa grâce, que Dieu tient sa parole, si sont bien disposés, donnés également, ces grands produits de sa sagesse, de sa bonté : les Saints Sacrements.

32Au contraire, les anti-sacrements n'ont reçu de lui aucune vertu, aucune sagesse, car nulle créature avisée ne promettra, nul ne donnera, n'offrira la sagesse, la vertu que Dieu seul peut créer.

33Il n'est pas toujours permis au Diable d'être ainsi un grand moqueur : car Dieu reconnaît bien alors les choses qu'il a faites à son image puisque ce sont des péchés ; et il ne juge bien que ce qui est juste, puisqu'il sait que celui qui n'est pas bon en son cœur fait des choses à son image.

34Peut-être dites-vous : pourquoi est-il permis au Diable de tromper ainsi ? Comment est-il possible que Dieu ne l'ait point [Aug. 18 de diui dei c. 18.] asservi ? ainsi il ne tromperait plus. Et aussi pourquoi vivent sur terre tant de Juifs, d'Arabes, de gentils et d'hérétiques, impossibles à convertir et qui ne veulent pas devenir chrétiens ?

35Comment est-il possible que Dieu ne les ait nullement soumis, ne les ait nullement tués, nullement précipités en enfer ?

36Malgré cela Dieu seul connaît la réponse et nul ne peut être digne de demander à ce grand Seigneur pourquoi tous ceux qui vivent ainsi dans sa maison n'en sont peut-être pas dignes, voici sur ces trois points ce que dit Saint Augustin :

37Premièrement : la raison pour laquelle vivent sur terre beaucoup d'incroyants qui se dédient au Diable : c'est qu'ainsi beaucoup de chrétiens consolideront une foi peu affermie dans leur cœur. Car bien qu'aucun n'y croie vraiment, il n'a de mauvaise opinion sur rien, et ainsi aucune mauvaise pensée, et chacun a foi en la Sainte Eglise. Pourtant il n'est pas très convaincu dans son cœur par les vraies paroles, il ne pense pas comme il le désire, comme il le souhaite dans son coeur.

38Mais, lorsqu'ils voient ou entendent ce que reconnaissent ceux qui ont été trompés, ceux qui sont du parti du Diable, alors de tels hommes raffermissent leur cœur et veulent beaucoup plus s'attacher à suivre leur croyance en Notre Seigneur Jésus-Christ et croient tout à fait en la Sainte Eglise.

39Deuxièmement : quelquefois on fait une tromperie à leur détriment : ainsi seront bien avisés les bons chrétiens, leur cœur s'affermira dans la foi, comme Job a écrit que cela lui [Job 1.] arriva, lui qui fut l'objet d'afflictions et de désolations, qui fut tourmenté /fol. 399 r/ par le Diable ; non seulement il ne s'éloigna pas pour autant de Dieu mais il fit beaucoup pénitence Dieu alors lui fit beaucoup de bien puisqu'il avait bien persévéré auprès de lui, ainsi il se fit beaucoup aimer de Dieu.

40Et comme le dit Saint Paul : il est nécessaire que [1 Cor. 2] vivent les hérétiques afin que les chrétiens fermes soient bien reconnus.

41Troisièmement : Dieu n'empêche pas toujours une vie de mensonges, car les péchés, les méchancetés ne sont que pour ceux qui ont le cœur comme la pierre, qui ne veulent pas croire, qui [ad. Ro.] ne veulent pas se faire adeptes du vrai Dieu. Seul celui qui veut suivre son visage, son cœur, seul celui qui souhaite cette vie de son plein gré connaîtra les paroles mensongères, le monde diabolique.

42Quatrièmement : Dieu n'abandonne nullement l'objet du vice et du péché : ainsi partout seront très reconnus son très bon Cœur, sa Grandeur ; car seul celui qui s'éloigne de lui tombera alors dans le vice, ou dans les choses effrayantes, scandaleuses [Aug. in Inchiri] qui se passent sur terre. Ainsi agit-il justement et vertueusement même si nous ne comprenons pas tout.

43Finalement, combien plus grandes seront la fourberie, [Gerso.in tra. de er.circa artem magnam in 2 dicto.] la sorcellerie, si ces choses scandaleuses sont faites d'objets bénis auxquels elles se joignent et avec lesquels elles voisinent.

44Et combien plus les fourbes ainsi extrêmement [Tho.2.2 o q. XCVI ar 4 ad pmum.] châtiés serviront-ils d'exemple dès qu'ils ne réuniront plus leur cœur à celui du Diable, ce qui est le plus grand des péchés.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search