Version classiqueVersion mobile

Tratado de hechicerías y sortilegios de Fray Andrés de Olmos

 | 
Georges Baudot

Des deux églises et congrégations de ce monde, et de la nature du pouvoir et de l'ingéniosité du diable

Texte intégral

1/Fol. 394 v/

Chapitre II : On y parle des deux églises qui existent en ce monde, et ici, de l'une des deux assemblées

2Il y a en ce monde deux congrégations : l'une est très bonne et l'autre est très mauvaise. Celle qui est très bonne s'appelle église catholique, et celle qui est mauvaise s'appelle église diabolique. Très honorable est la demeure de Dieu, et très honteuse est la demeure du Diable. Voici celle qui s'appelle église catholique :

3On voit, dans cette assemblée, tous les très bons chrétiens. Cette congrégation est la seule bonne, parce que [Canti 6] tous les bons chrétiens y honorent, y prient le seul bon, le seul vrai Dieu, car ils ont une seule bonne croyance appelée foi ; ils avouent leurs fautes, ils se confessent, [De Sum tri et fide ca. Ps. 25] et ils reçoivent le seul vrai baptême, lorsqu'ils reçoivent l'eau de Dieu.

4Mais voici la maison du Diable, la maison du démon :

5On y voit tous les incroyants, tous ceux qui ne croient pas au vrai Dieu. Ils n'appartiennent pas à la Sainte Eglise Catholique, parce qu'il n'y a pas un temple unique, pas une église unique, parce qu'ils ne croient pas au seul, bon, vrai Dieu, ne le suivent pas, parce qu'ils n'ont pas une seule Croyance et parce qu'ils ne reconnaissent pas la seule vraie croyance. Ils ne reçoivent pas le bon sacrement, ils ne le conservent pas.

6Nos ancêtres ne se réfugient pas dans une bonne religion, aussi ne connaîtront-ils aucune miséricorde. Mais beaucoup de personnes pensent que les Juifs et les Mores vénèrent, honorent le seul vrai Dieu. Mais ils sont dans une grande erreur ; ils n'honorent pas, ne vénèrent pas le seul vrai Dieu. Si ceux qui pensent ainsi, qui parlent ainsi veulent persévérer dans leurs propos, s'ils ne veulent pas s'amender, alors ils tomberont dans le manque de foi appelé hérésie. Telle est celle du Juif, telle est celle du More, qui ne croient pas en Dieu le Père, en Dieu le Fils, en Dieu le Saint-Esprit, qui ne croient pas en un seul vrai Dieu, unique et triple. Et, comme dit Saint [Aug. in se unius mar.] Augustin , celui-ci est le vrai Dieu, et nulle autre divinité. Et /fol. 395 r/ Notre Seigneur a dit que si on croit en Dieu on doit aussi croire en Lui. Mais ceux qui ne veulent pas être consacrés à Notre Seigneur Jésus-Christ, qui ne respectent pas le Christ, n'honorent pas le seul vrai Dieu, le Père qui envoya son cher Fils pour qu'il vînt nous sauver sur la croix. Personne n'invoque, personne ne prie le vrai Dieu s'il n'est pas un vrai, un bon chrétien catholique.

7En son honneur, le Diable ne célèbre aucune assemblée dans sa demeure. La maison du Diable l'emporte de beaucoup sur celle de Dieu, uniquement parce qu'il y a beaucoup d'assemblées de Démons établies en divers lieux. Ils ne s'unissent pas, ne se rassemblent pas en un seul corps, comme s'unit, se rassemble tout entière la Congrégation du vrai Dieu, en des lieux appelés églises catholiques. Seuls ces temples se dressent partout, et partout sont érigés ; on en parle hardiment, on nomme au grand jour la seule bonne église appelée corps mystique, parce qu'elle est constituée comme un corps dont la tête est Jésus-Christ, [1 Cor. 12 Ad.Col.1.] placé tout en haut.

SUR LE TEMPLE, LA NATURE, LA PUISSANCE ET L'ASTUCE DU DIABLE

8Vous connaissez donc les deux maisons et ce discours va vous expliquer ce qui est très bon, pour que vous le sachiez.

9Sachez que dans la demeure de Dieu on s'instruit, bien en public, assurément, et on apprend tous les bons discours pour connaître Dieu, croire en Lui, Lui obéir et pour s'amender afin de gagner le ciel.

10Mais dans la maison du Diable, les discours ne se font qu'en cachette ; les méchants, les trompeurs se réunissent seulement en secret. Le Diable les incite à être de son parti, pour répandre de toutes parts des paroles trompeuses, pour tromper, pour induire en erreur les malheureux, pour séduire ceux qui sont affaiblis, malades, ou pour maltraiter les hommes qui ne veulent pas s'écarter de Dieu.

11Dans la maison de Dieu on dit en public, bien haut, ses paroles, très bonnes, très justes, très vertueuses, de sorte qu'on est écarté, de sorte qu'on est éloigné d'une très grave faute et qu'on ne sera pas envoyé en enfer pour toujours. Mais dans la maison du Diable, on parle en secret, on déguise sa pensée, on estime, en secret, la fausseté, la bave, de sorte qu'on n'y réalise, qu'on n'y effectue que de mauvaises actions, si bien que le vrai Dieu est abandonné : il se met en colère, il les envoie en prison et il les fera entrer en enfer pour toujours.

12L'arbre qui donne des fruits est tenu pour bon, assurément /fol. 395 v/. Il en est de même pour la parole et la conduite, pour savoir si celles de Dieu, du Diable, d'un homme ou d'une femme sont bonnes ou mauvaises. La Parole de Dieu et la Vie de Notre Seigneur Jésus-Christ, très bonnes, très pures, très droites, très édifiantes, très instructives, très enrichissantes, très glorifiantes, très agréables, très douces, très plaisantes, rassurent les cœurs bons. Les choses célestes sont très douces, très agréables à comprendre et on comprend, on croit que ce qui est du Seul vrai Dieu est très bon.

13Au contraire, la seconde, la parole trompeuse du Diable, du fourbe qui est de son parti, on en connaît bien la méchanceté. Car au milieu des hommes, parmi eux, vivent les méchants ; ils ont l'habitude des sacrifices, de la poussière, du fumier, de la cendre ; ils poussent les hommes à la ruine, à la destruction, les rendent malheureux, les châtient durement. Avec le pulque, avec les champignons, ils deviennent méchants, pervers, fourbes, ils se rassasient, se mangent les uns les autres, se haïssent les uns les autres.

14Ceci est très connu de celui qui a enseigné, qui a trompé, qui a conseillé avec ses paroles noires et sales, ou avec sa conduite, pour contaminer et pour salir et qui alors se montre très méchant. Ce reptile, cet être funeste, on le fuira aussitôt, on le haïra.

15Vous savez certes que lorsque les démons tombèrent [Nico.de Lyre] du Sein de Dieu, ils abandonnèrent le ciel, loin de la présence des bons anges ; de même les pervers tomberont, ils partiront avec leur noirceur, avec leur saleté, avec leur faute pour connaître les excréments, les résidus, la fuite constante.

16Ainsi donc, le Diable est très pervers, très mauvais, dans son cœur, dans sa volonté, dans ses désirs. Il n'a pas soumis sa vie appelée nature, comme l'ange qui n'a pas mal agi orgueilleusement, qui est très sage, très avisé et qui sait fort bien ce que l'homme ne sait pas. Mais comme il dit, comme il raconte des choses qu'on ne connait pas, qu'on ne comprend pas, qui ne sont dites nulle part, ainsi, parfois veut-il adresser des paroles fausses, à son adepte, à celui qui suit Dieu, à celui à qui on a dit de ne pas mentir.

17Le Diable, ici, sur terre, règne sur d'autres démons, sous le nom de Belzébuth. Dieu a peu de fois rendu juste et bon celui qui est du parti du Diable. Et ainsi, le Diable est fort et il réussira à ce que le feu du ciel tombe sur quelqu'un /fol. 396 r/. Enfin, quoi qu'il fasse, rien, aucun acte réalisé sur terre, aucune chose terrestre ne lui fait mal, car il n'est pas charnel. Les Diables tombèrent d'abord du ciel chez nous, dans l'air, dans les ténèbres, pour éprouver, pour faire souffrir les hommes et les femmes bons, pour qu'ils fassent pénitence. Alors ceux-ci sont malheureux, ils ne sont pas heureux, la tentation les presse. Mais alors, Notre Seigneur Jésus-Christ viendra les juger, et beaucoup de méchants hommes, beaucoup de méchantes femmes, seront enfermés là-bas, en enfer. Bien qu'ici, sur terre et dans l'air, ils vivent dans la peine, dans le tourment, beaucoup transgressent la loi, de sorte qu'ils souffriront, qu'ils seront dépouillés, qu'ils seront malheureux pour toujours là-bas en enfer ; alors ils seront condamnés pour toujours.

18Enfin, les Diables diffèrent. Quelques-uns triomphent, ici avec nous. Mais si parfois quelqu'un est possédé du démon, alors il est malade ; s'il persévère dans le mal, il arrive à vivre peut-être une année ou à peu près. Alors, le Diable, sagement, ne se montre pas pendant une année. Car le Diable est avisé, il avance seulement à son gré, pour paraître, pour fuir, avec ses mensonges, pour saisir, pour prendre, pour tromper.

19Le Diable ne se montre pas beaucoup lorsqu'il fait soleil, lorsqu'il fait jour ; il apparaît seulement dans les ténèbres, dans les lieux obscurs où personne ne vit, aussi se moquera-t-on de lui. On ne croira pas les paroles du Diable, même si parfois il dit des choses vraies. Il dit des choses vraies à dessein, pour tromper ensuite avec ses dernières paroles et approcher le mal de quelqu'un. Enfin le Diable se change parfois en homme pour avoir des rapports avec une femme réelle et quelquefois il se fait femme pour dormir avec un homme ; ainsi il conçoit. Une fois, une femme dormit avec lui, et elle enfanta. Mais ce n'est pas là le fils du Diable. Seul est son fils celui qu'il a conçu. C'est ainsi que naquirent les hommes grands, les géants. Le monde n'était pas encore inondé ; ils s'appelaient les géants ; ils étaient très forts, très grands, ils jetaient des pierres.

20Et les autres hommes, à côté des géants, paraissaient très petits, ressemblaient à de petits enfants, à de petits nains /fol. 396 v/. Ils étaient très effrayants, comme des bêtes sauvages. A Mexico, dans le palais du vice-roi, j'ai vu leurs os, qui sont très grands, de sorte qu'il semble que près d'ici ils aient vécu autrefois. Le Diable est partout présent si Dieu ne veut pas l'en empêcher.

21Lorsque le Diable introduit diverses paroles dans une personne, c'est qu'il veut parler à ceux qui ont un corps, et il est avisé, puisqu'il se place à l'intérieur d'une personne.

22Celle-ci n'a pas encore péché avec le Diable, bien que l'homme ait été vaincu, parce qu'avec le péché son cœur a été corrompu, et désormais il ne ressemble plus à l'homme, parce qu'il a perdu tout caractère humain. C'est pour cela que le Diable apparaît parfois seulement à quelqu'un sous la forme de quelque bête venimeuse. C'est ainsi qu'il apparut à Eve, la première femme, sous la forme d'un serpent.

23Parfois on dit que le Diable croit, pense, s'imagine être un dieu. A cause de sa méchanceté, il a fui Dieu, parce qu'il fut accusé. Il se réjouit de tuer la race humaine. Les hommes sont incités à une vie de débauche, pour leur malheur, et le Diable se réjouit beaucoup, parce qu'ils seront précipités dans le feu. Plus on commet de fautes, plus son cœur est content. Le Diable a l'habitude de chercher des vassaux qui soient de son parti. Par le péché, il met un homme à l'épreuve, le séduit ; il attache son regard à quelque chose de très supérieur pour y attacher son cœur. Car le Diable est très méchant, bien qu'il sache qu'il sera ensuite tourmenté en enfer. Mais lorsqu'il lui est impossible de rendre malheureuse l'âme de quelqu'un, il persévère, il s'efforce de détruire les biens de cette personne. Le Diable est très triste lorsqu'il voit un homme être un bon croyant, et obtenir des faveurs, et gagner le ciel.

24Ainsi la méchanceté du Diable est sans limites ; on le craindra beaucoup, on l'abandonnera, on le méprisera.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search